Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Mangas Kazé : 2 achetés = 1 manga offert
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Naufrage administratif

Oskar
Messages : 137
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Jeu 30 Juin - 9:49

Keld Møller
J'ai 26 ans et je vis à Gettysburg , dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis expert-comptable, chargé de mission du principal cabinet comptable de Gettysburg et je m'en sors très bien . Sinon, je suis célibataire et je le vis parfaitement..


Informations supplémentaires ici.
Je suis arrivé du Danemark après un grave accident de la route, il y a quatre ans et me suis d'abord arrêté à New-York, avant de répondre à une offre d'emploi alléchante.



J'ai laissé derrière moi une mère et deux frères et sœur qui me croient mort, ainsi que beaucoup de souvenirs douloureux.

En plus de la comptabilité, je pratique... l'extorsion de fonds, utilisant l'internet et toutes les merveilleuses possibilités qui se sont multipliées pour un hacker correct. Présent sur le dark web aussi bien qu'ailleurs, j'ai pour habitude d'arrondir mes fins de mois en délestant habilement de grosses fortunes, pour lesquelles quelques milliers de dollars par an ne représentent rien. Bien entendu, ni mon employeur ni ses clients ne sont au courant...



Pas plus qu'ils ne savent que j'ai quitté mon pays après le décès de mon amant, Niels, petit malfrat notoire.



Je joue très bien aux échecs et suis classé, je participe toutefois de moins en moins aux tournois, ne voulant pas attirer l'attention, beaucoup me pensent mort... J'ai un bateau qui a été acheté et retapé avec amour, et qui nous a servi de home avec Niels. Je joue du violon, comme Sherlock Holmes, pour me détendre. En arrivant à Gettysburg, j'ai d'abord pris un appartement dans un petit complexe très chic restauré de façon admirable par un agent immobilier local. J'en suis à chercher une maison, un peu isolée, de taille moyenne, si possible près de l'eau dont j'ai du mal à me passer.

Pour tout le monde autour de moi, je suis un gentil, poli, et plutôt joli garçon. Un peu effacé, un peu démodé... Timide avec les femmes, serviable, le gendre idéal, certainement issu d'une excellente famille puisque je suis très à mon aise...

Naufrage administratif - Page 6 Nature11

Naufrage administratif
Keld Møller ft peter Black, Martha Black, Pharell O'Hara & Lucan Erlik

Allons bon ! Ça va finir en réunion mondaine cette soirée ? Apparemment Peter ou son père -ou les deux- ont appelé le médecin. Cela dit, je le comprends Martha a quand même fait ce qui ressemblait à un malaise, elle a beau dire « ça va, c'est la fatigue » elle a tourné de l’œil juste à cause de l'arrivée d'un cousin jailli de nulle part ? Et apparemment juste parce que le cousin avait été « caché » à son fils ? Avec toute la famille maternelle ? C'est tout !? Je suis déçu. J'espérais un secret bien croustillant, un scandale qui pourrait me permettre de me désennuyer un moment, je n'ai pour l'instant à me mettre sous la main que des ragots sur cette Église de la Rédemption Ultime me semble-t-il ? Je dis « ragots » parce qu'à la façon dont l'enquête à l'époque a été bâclée... Il ne subsiste rien à croquer pour un gourmand comme moi. Encore que ?

« Vous connaissez Monsieur Møller Docteur ? Du Cabinet Comptable ? »

J'ignore s'il me connaît. Nous nous sommes croisés, à la Paroisse, à certains dîners d'Associations, il a plusieurs défauts pour moi et quelques qualités... En tête des défauts, il partage la vie d'un flic, et un flic du genre teigneux, un vieux de la vieille qui suit ses idées jusqu'au bout semble-t-il puisqu'il a valu au toubib de voir réviser son procès et de la laver de l'accusation de meurtre qui lui collait à la peau. Je comprends que ça lui offre la reconnaissance de l'intéressé, mais... je n'aime pas les flics. Cette accusation, c'est une « qualité », ça veut dire qu'il est souillé pour ses concitoyens et donc plus accessible, pour moi. Ça veut dire aussi qu'il ne devrait pas trop se formaliser de mon passé s'il venait à le découvrir, mais pourquoi le découvrirait-il ? C'est moi le fouineur, pas lui. Lui paraît surtout soucieux de vivre bien et dans le calme, autre qualité. Il est assez fortuné dit-on, encore une qualité. Les défauts ? Il est intelligent, il a la réputation d'être inflexible, ça lui a valu une condamnation, il aurait pu louvoyer, plaider je ne sais quoi -en fait, encore dans cette histoire je n'ai pas assez de données! Cette ville est un condensé de fake news et de rumeurs, sans rien de tangible à se mettre sous la main- C'est un personnage qui ne laisse pas indifférent, ses concitoyens sont « pour » lui ou « contre » lui. Certains se laisseraient torturer pour défendre son « innocence » mettant toutes les accusations dont il a été l'objet sur le dos de cette fameuse secte sur laquelle je peine à trouver des faits indéniables, d'autres au contraire méprisent le flic qui lui a valu d'être relâché, les soupçonnant d'accointances ignobles ! On le voit haut dirigeant de l’Église sali puis sauvé par ses pairs, ou au contraire victime de cette engeance du démon ?

La seule chose qui pourrait me faire m'en approcher est cette église justement. Il a l'âge de l'avoir connue, et passe pour s'être fracassé dessus. Qu'il ait perdu la bataille m'importe peu, au moins lui « sait ». A ce que j'ai pu flairer les Black aussi ? En fait, je voudrais bien établir en connaissance de cause si la piste de la secte vaut que je m'y attarde... Les sectes sont en général pleines de fric ? Et moi, je n'en ai jamais assez.

 « De vue ? Je ne crois pas vous avoir été présenté Docteur ? Keld Møller. »

Je tends une main franche et affable, accrochant mon sourire de scène.

Il est bel homme qui plus est ? Dans le genre gentleman farmer bien conservé ? Niels éclaterait de rire à cette formulation et me dirait que j'ai une mentalité de « pute de luxe » ? C'est peut-être vrai... L'argent et l'éducation ont sur moi un effet d'aimant sur de la limaille de fer, j'ai beau tenter de résister je suis happé, collé de force. Enfin de force ? N'exagérons rien... Ce type de collage me convient parfaitement, je l'ai cultivé au point de le rendre automatique... Je suis un sniffeur de fric, et dès que j'ai la certitude du gisement, je m'applique à en détourner les flux, faisant qu'il coule raisonnablement en direction de mes comptes occultes...

Je ne suis pas certain que le « Docteur » ait les moyens d'être pompé, l'Eglise si, et j'enrage de ne pouvoir l'atteindre ! Je suis dessus depuis mon arrivée, mais on dirait que les autochtones à défaut d'être doués en informatique ont le don de faire disparaître de la réalité toute information correctement exploitable. Je pourrais tel Martha savoir qui est « avec qui », qui lorgne le mariage, qui trompe sa femme... Je le sais d'ailleurs, elle et moi pourrions ouvrir une agence de détective-privé, mais ça n'a d'intérêt que si les « fautifs » sont assez argentés et se sentent suffisamment coupables pour être modérément tondus... Savoir qui est le Grand-maître de l'Eglise, ce qu'elle ourdit dans le silence, pourquoi elle semble se réveiller, ça promet d'être beaucoup plus rémunérateur ! Et dangereux, mais le danger est une des composantes de la vie ?

En attendant, je regarde la bouche prometteuse de Pharell qui s'ouvre de stupéfaction quand la maîtresse de maison lui dit qu'il doit manquer de vitamines... Et je savoure l'assurance par Peter que les poissons l'intéressent toujours...

Sérions les problèmes, mettons de l'ordre dans mes affaires.

Pour une fois, le plaisir d'abord, et le travail ensuite... C'est si rare dans l'univers que je me suis construit.

 « On se la fait la semaine prochaine notre partie de pêche Peter ? Toi et moi ? »

Lui et moi puisque la présence de Pharell n'a semble-t-il pas été souhaitée, qu'à cela ne tienne, je compte bien aller « vitaminer » le petit cousin en passant un de ces jours... Lui au moins n'ira pas se vanter, à qui le dirait-il qu'il s'est fait le comptable danois ?

« Dites voir Docteur ?  Vous connaissez bien les chiens ? Vous sauriez nous expliquer pourquoi Pete fait une fixation ... Vous pensez qu'il est en manque de quelque chose ? Il faudrait peut-être le marier ? Il a eu un comportement très... osé avec le chien de Pharell ce soir ? »

Je reste sans voix. Qui ira-t-elle voir elle ? Si le chien fait une fixation sur le cuir, elle et ses mariages !

Il me semble que je ne suis pas le seul à être … disons... étonné ?




« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John » - « Pharell »


@Clafoutis @Val @Mandrin


Prendre son envol

et tout oublier
Clafoutis
Messages : 26
Date d'inscription : 06/05/2022
Crédits : Pinterest

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Noob
Clafoutis
Jeu 30 Juin - 14:44

Peter Black
J'ai 35 ans et je vis à Gettysburg, Pennsylvanie, USA. Dans la vie, je suis Tatoueur et pianiste à ses heures perdues. et je m'en sors très moyen, merci papa et maman pour l'aide de la ferme. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien ! Non maman, je refuse de me marier !.

Spoiler:
 


Spoiler:




C'était toujours un peu agité chez eux -disons qu'il y avait toujours beaucoup à dire ou à faire dans une ferme... Ou plus spécialement dans leur ferme !- mais ce soir, ça dépassait de loin les normes habituelles. Entre la mise en place des parties du pêche avec le nouveau comptable -bien plus agréable à regarder que la précédente, il fallait bien l'avouer- l'arrivée d'un cousin totalement inconnu au bataillon -et apparemment tout aussi intéressé par les parties de pêche que lui !- la découverte du passé cachée de sa mère et son malaise, sans parler de celui de Pharell retrouvé accroché à un arbre !, et l'appel au médecin de famille, ça faisait beaucoup pour une seule et même soirée. Rien que l'énumération le fatiguait, c'était pour dire... Mais le pire fut certainement toute cette bienséance faite de politesses où chacun se présentait aux autres comme s'il se trouvaient tous dans une soirée mondaine... Il croyait rêver !

Et il n'avait certainement pas fait venir leur médecin de famille pour qu'il vienne partager leur repas peut-être empoisonné. Quoique... Il voulait bien croire qu'il puisse avoir un estomac en béton armé mais il ne se sentait absolument pas malade, lui. Contrairement à sa mère qui ne semblait pas bien vigoureuse malgré qu'elle puisse tenter de donner le change. Et sa mère était toujours d'attaque, pour tout ! Il y avait donc définitivement quelque chose qui n'allait pas avec cette nourriture... Ou autre chose. Et là, il sentit ses boyaux se tordre alors qu'il tirait un chaise jusqu'à sa mère où il l'incita à s'asseoir. "Maman, assied-toi s'il te plait pour que le docteur puisse te prendre la tension et écouter voir si tout va bien." Il était généralement plutôt du genre obéissant, surtout face à sa mère ! Et il valait mieux en vérité. Mais là, il ne lui laissait pas le choix alors qu'il prenait les choses en main. "On lui offrira du gâteau après. Mais avant il faut qu'il fasse son travail... S'il vous plait, Docteur Erlik ?" Et du regard, il l'enjoignait de s'y mettre rapidement, et avant que sa mère ne trouve une parade pour leur échapper ! Et alors que celui-ci soignait sa mère depuis suffisamment longtemps pour être le premier à connaitre le spécimen qu'elle était...

Il garda d'ailleurs une main posée sur son épaule pour s'assurer qu'elle ne bougerait pas le temps de l'auscultation, tout en se préoccupant de ce qui se disait tout autour. Et il fit bien ! Parce que s'il acquiesça au rendez-vous, il lui fallut toute son expérience des situations critiques pour ne pas réagir à la suite. Ou du moins de le faire le plus naturellement possible. Parce que Toi et moi !!?? Mais comment Keld pouvait dire un truc pareil face à sa mère ?! Et heureusement qu'il avait sorti cette Cheryl du fin fond de son chapeau parce que sa mère serait déjà en train de préparer les faire-part de mariage ! Alors qu'il faisait en sorte de ne pas s'attarder sur Keld par crainte d'être attrapé par sa mère... Préférant pour le coup, rapidement se concentrer sur Pharell. Au moins lui était officiellement marié ! "On devait pas le faire en groupe avec Pharell ?... Pharell, t'en penses quoi ? T'es Ok pour faire avec un néophyte comme moi ? Parce que le poisson, je l'ai généralement déjà tout pêché et tout cuit dans mon assiette, j'ai jamais été à la pêche comme ça à plusieurs, ça va être tout nouveau pour moi !" Et il parvenait à dire tout ça face à ses parents comme si de rien n'était... Et heureusement ! Et il n'y avait plus qu'à espérer qu'il en soit de même pour Keld et pour Pharell, qui eux n'avaient pas des années de pratique face à Martha Black.

Mais surtout, il fixait Pharell cherchant tout autant son accord que sa réaction à cela. Parce qu'il avait bien compris que Keld plaisait, et pas qu'à lui ! Mais ce fut tout autre chose qui fit vaciller sa belle assurance. Et si bien sûr l'idée de marier Pete lui fit cligner des yeux d'incompréhension -sa mère aimait décidément bien trop les mariages !- c'était en réalité tout autre chose qui lui avait fait retirer sa main de l'épaule de sa mère, et perdre son sourire. Castiel... Il y avait des coups de cœur plus douloureux que d'autres. Et il faudrait d'ailleurs qu'il pense un jour prochain à lui rendre ses magazines people où celui-ci apparaissait. C'était idiot et il avait depuis longtemps passé l'âge de ce genre de chose ! Il ne s'inquiétait cependant pas outre mesure de sa réaction quasi-instinctive sachant que sa mère mettrait cela sur le compte de Jayden... Alors qu'il préférait par précaution réagir à la mention du "mariage" de Pete ! Tout en oubliant volontairement les histoire de blousons de cuir. "Mais enfin maman... Les chiens, ça ne se marie pas. Pete peut bien faire ce qu'il veut comme il veut." Retrouvant le sourire, il lui assura d'une façon très tendre. "Tu es bien trop romantique, et tout le monde n'est pas comme papa et toi, tu sais." A commencer par lui ! Mais ça, elle était la première à le savoir depuis le temps.


Oskar
Messages : 137
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Sam 2 Juil - 16:00

Pharell O'Hara
J'ai vu le jour en Caroline du Sud, à Murphy Village, le 12 décembre 1995. « Village »... C'est surtout un campement, un immense campement nomade, où on trouve des baraques en dur et des caravanes, même des roulottes avec des chevaux encore...



Je vis... là où les routes me mènent, pour l'instant je vais vers Gettysburg dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis un peu touche à tout, je me place comme ouvrier agricole, docker, forain, ça dépend, ça n'a aucune importance puisque je ne reste pas ! J'ai du mal à tenir en place, j'avoue .

 
Je m'en sors pas si mal, j'ai le nécessaire et même un peu du superflu, ça suffit ? Non ?Sinon, je me suis marié, à dix-huit ans, avec...
Emma Byrne, on s'est séparés deux ans après, et jamais revus. Elle veut pas divorcer, ça la regarde, moi je m'en fous. Elle est bien capable de me faire des gosses, à distance, au moins ça ferait plaisir à mon père quelques « O'Hara » en plus...   Et je le vis parfaitement. De toute manière, on est tous cousins quelque part, alors qu'ils aient mes gènes ou pas ses mômes, je peux bien leur donner mon nom.


Informations supplémentaires ici.
En passant ? Je suis ce qu'on appelle un « Irish Traveller's », un nomade dont les ancêtres sont arrivés d'Irlande, probablement au début du dix-neuvième siècle, mais ça, on n'est pas très doué pour tenir des registres nous autres...


Ma vie, c'est le voyage, la route. Parmi nous certains -de plus en plus nombreux- se sont « sédentarisés », pas moi. J'ai pas besoin de me fixer pour vivre, même, moins je reste en place et moins les autres cherchent à savoir qui je suis, d'où je viens, comment je vis et ce que j'aime.

Quand je donne ma parole, je la tiens, si on me la donne... Vaut mieux en faire autant. L'honneur, c'est la richesse des gens comme moi. Je plaisante pas avec.
Contrairement aux bruits qui courent sur ma communauté, on est honnêtes, moi le premier. Je ne vole pas, ne mens pas, ne cherche pas  à arnaquer. C'est comme pour la parole, faut pas me chercher trop, je ne suis pas méchant mais j'aime pas qu'on m'emm... La liberté, c'est d'abord le respect.

Ma vision du monde, c'est être indépendant, sans attache, seul ou accompagné selon mon envie du moment. La famille, les amis, ça compte, mais pas au point d'en devenir esclave...

En fait, à part mon chien, mon chat et mon cheval... Y a pas grand monde pour qui je donnerais ma vie.  Parfois, je me pose, et j'aime... C'est rarement très long comme relation, mais ça peut être intense. Mais ça, ça ne regarde que moi.


Naufrage administratif

Keld Møller ft peter Black ft Martha Black,
avec la participation de Pharell O'Hara

Naufrage administratif - Page 6 Retouc10

Je me savais sans instruction mais je croyais être presque intelligent ? Enfin, j'avais même la certitude de m'en sortir plutôt bien, parvenant à cacher mon quasi illettrisme derrière une mémoire imposante et un sens aigu de l'observation, mais ici, je comprends surtout que je ne comprends rien !

 « J'ai été le plus heureux des gamins... » il m'a achevé, je ne sais pas pourquoi... Comme m'a achevé son attitude envers sa mère, et son père, enfin je crois qu'il est ce que j'aurais aimé être.  « Maman, assied-toi s'il te plait pour que le docteur puisse te prendre la tension et écouter voir si tout va bien.» Pourquoi ? Qu'est-ce qu'il a de plus que moi si ce n'est que ses parents ont accepté ce qu'il est alors que ma mère se cache pour me téléphoner et que mon père a le fusil prêt si je me pointais à nouveau ?

J'avoue, plus que la haine de  ce que je suis, le père a la honte de ce que j'ai fait ! Epouser Emma et ne pas même l'honorer pendant la nuit de noce ! La laisser vierge sans même m'en cacher, me tirant comme un malpropre au vu de tous et toutes ! Alors qu'elle s'était faite si belle pour m'accueillir et attendait avec espoir. Je sais, c'est dégueulasse, mais ça ne l'aurait pas été plus encore de la baiser pour m'en aller le lendemain en lui disant « finalement, j'ai tiré un coup, tu es décevante ? » parce que c'est comme ça qu'elle l'aurait vécu non ?

« Peter ??? Mais tu t'es brûlé ! Oh mon Dieu ! Montre vite ça au Docteur ! Et Pharell, c'est pas normal que tu es sensible comme ça, tu dois manquer de vitamines, je suis sure que le docteur pourra remédier à ça !»
 « On se la fait la semaine prochaine notre partie de pêche Peter ? Toi et moi ? »
 « On devait pas le faire en groupe avec Pharell ?... Pharell, t'en penses quoi ? T'es Ok pour faire avec un néophyte comme moi ? »

Je regarde tout le monde, totalement sonné ? Il y a dix minutes j'étais indésirable, seul le comptable -puisqu'il est comptable- semblait avoir goût à ma présence, et puis là, je deviens le centre du monde ? Des vitamines ? Mais de toute ma vie je n'ai jamais avalé une vitamine ? Qu'est-ce que c'est que ce truc ?! Et puis je ne suis pas sensible ! Enfin... Ouais, j'ai chialé, et prié... C'est surtout prié qui est alarmant. Mais elle l'ignore ?

John Black lui me regarde étrangement ? Je n'arrive pas à déterminer ce que veut dire son expression, et le toubib heureusement s'occupe d'elle avant de s'occuper de moi, qu'il regarde la terrible brûlure de Peter avant de se mettre en tête de m'administrer quoi que ce soit, je n'ai jamais vu un médecin de ma vie je crois bien ? Je n'ai pas besoin d'eux ? Quand ça ne va pas, je me soigne tout seul, dans nos campements il y a toujours un rebouteux et/ou un(e) guerrisseur-se, pourquoi j'irais donner du fric à un charlatan ?

Je cherche de l'aide du regard, j'ai voulu venir ! Et bien je suis là. Jamais je ne me suis senti si jeune et perdu. Devil lui même a l'air d'un chiot, assis sur le derrière à suivre du regard l'agitation, Martha presque captive de son fils et de son mari, livrée à ce grand médecin plutôt bel homme, Pete qui est retourné chercher une manche de ce qui paraît un blouson de cuir, Peter qui sursaute quand elle parle de chiens ? Mon Dieu ! Je n'ai rien d'une petite nature pourtant, je recule un peu et attrape une chaise à l'arrache pour m'effondrer dessus...

« En groupe ? Ouais ouais, moi ça me va... »

J'ai dû sortir ça d'une voix éteinte, je me sens vidé, pire que si j'avais enchaîné trois journées de travail sans manger ni dormir ! J'ai une pensée pour Lilian, et mes yeux s'illuminent... Je me relève d'un bond et me rue dehors, mon chien sur les talons abasourdi. Je referme la porte d'un coup sec et pars d'un éclat de rire nerveux, incapable de m'arrêter ! Lilian ! Je comprends mieux son regard pétillant et son air mystérieux en me parlant de Martha ! A n'en pas douter, au siècle dernier dans les campagnes irlandaises on l'aurait brûlée comme sorcière la cousine !

Je ris, à en avoir mal au ventre, je ris... Et Devil se met à aboyer de toutes ses forces sa grosse voix de molosse énorme couvrant mon rire... On est tous fous.


Naufrage administratif - Page 6 Nature12

@Clafoutis @val @Mandrin


« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John »« Pharell »


Prendre son envol

et tout oublier
Mandrin
Messages : 57
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Sam 2 Juil - 21:25

Dr. Lucan Erlik
J'ai 56 ans et je vis près de Gettysburg , dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis médecin de campagne et je m'en sors très bien . Sinon, je suis divorcé et je le vis à merveille..


Informations supplémentaires ici.
Spoiler:


Installé avec une tranquillité d'habitué à la table où on l'installait, le docteur écoutait les conversations autour de lui en essayant de se faire une idée de ce qui se passait. Les jeunes gens ne paraissaient pas trop malades, un peu en efferverscence mais c'était plutôt bon signe pour leurs interactions. Les voir figés et hésitants aurait été bien plus inquiétant. Quant à la patiente principale, elle jouait les parfaites maîtresses de maison.

"Une fixation... Si votre chien répète le même comportement sans pouvoir s'arrêter, il y a quelque chose qui le rend nerveux, c'est la manière qu'il a trouvée pour exprimer son énergie en surplus. Si ce n'est qu'un centre d'intérêt qui vous paraît étrange, c'est simplement que vous n'êtes pas un chien : il y a des choses que nous ne comprendrons jamais, et mieux vaut l'accepter."

Pour rassurer cette brave dame, il posa sa main sur la sienne pour la tapoter amicalement, et lui adressa un sourire de totale compréhension. C'était à peu près le contraire de ce qu'il ressentait en ce moment, il essayait très fort de ne pas rire. Mais un sourire était une manière de laisser échapper cette petite étincelle qu'il ressentait, sans que cette chère Martha ait l'impression qu'il se moquait.

"Vous avez tout à fait raison, je connais personnellement des éleveurs professionnels, et je n'ai jamais remarqué que la reproduction rendait leurs animaux plus paisibles. Au contraire, cela leur donne toutes sortes d'idées possessives qui peuvent les rendre, disons, grincheux."

Parler en termes de relations et d'émotions humaines lui demandait un certain effort. Il trouvait cela légèrement ridicule et puis, d'un point de vue scientifique, il savait que c'était faux. Ses chiens en tout cas ne fonctionnaient pas comme des êtres humains, et il aurait fallu l'intervention du Saint-Esprit pour que Pete soit doté de ce type d'esprit, peu adapté à son petit crâne. Et même si ç'avait été le cas, on parlait de réflexions humaines, pas de contes de fées. La réaction du fiston en disait long sur le décalage entre cette chère dame et la réalité qui l'entourait.

Tout en écoutant les jeunes gens planifier une sortie pour profiter du beau temps - c'était très relaxant, la pêche, et le docteur lui-même la pratiquait, avec cependant l'habitude de rejeter ses prises à l'eau après les avoir examinées... un peu comme il en usait avec ses patients, me direz-vous - il prit la tension de sa patiente. Il avait l'impression de voir son pouls faire des bonds tandis qu'elle observait les échanges entre son fils et le reste de la petite bande.

"Je vais vous prescrire quelque chose de très léger pour passer une soirée au calme. Mais il faudra surveiller tout ça dans les prochains jours. Ce serait dommage de tomber malade quand un peu de repos et de vitamines, en effet, suffiraient pour écarter ce risque ! Vous avez une véritable garde d'honneur à vos côtés," ajouta-t-il en désignant ces charmants garçons, "faites-vous un peu choyer, pour changer. Disons que c'est une fête des mères en avance ou en retard."

Il avait une manière de présenter les choses, à la fois sincère et décontractée, simple mais toujours correcte et bien élevée, qui plaisait infiniment au voisinage et notamment aux dames de sa génération. Elles avaient toutes été fort peinées pour lui en apprenant sa mésaventure, absolument certaines qu'il ne pouvait être qu'innocent, et que ça n'arrivait qu'aux braves gens comme lui, des choses pareilles. Oui, vu sous un autre angle, on aurait pu considérer qu'il était juste un excellent menteur qui savait trouver les mots pour orienter les esprits des autres, ou un illusionniste, pour rester neutre ; car un menteur avait généralement mauvaise réputation.

Insoupçonnable, c'était sa première qualité. Son visage paisible et toujours attentif respirait l'honnêteté d'un gentleman campagnard à l'ancienne, et en cet instant, il adressait à Martha un sourire si aimable qu'à ne pas les entendre parler, on aurait pu soupçonner qu'il lui parlait mariage, à elle aussi. Ou plutôt, qu'il faisait déjà partie intégrante de l'unité familiale, et qu'il apportait son conseil dans des questions de cuisine interne qui le concernaient lui aussi, au premier chef. Il n'avait pas besoin d'être de la famille pour savoir exactement pourquoi elle était si agitée...

Pour la rassurer tout à fait, il aurait dû l'amener à part, lui parler longuement de son fils, et lui assurer qu'il l'accompagnerait à la pêche pour s'assurer que tout allait bien, lui donner quelques remèdes le cas échéant et bien sûr, informer Martha de toute confidence inquiétante. Mais il ne fallait pas exagérer, pas plus qu'il n'allait ramener l'un de ses teckels en robe de mariée pour organiser une sainte cérémonie.
Clafoutis
Messages : 26
Date d'inscription : 06/05/2022
Crédits : Pinterest

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Noob
Clafoutis
Dim 3 Juil - 22:12

Peter Black
J'ai 35 ans et je vis à Gettysburg, Pennsylvanie, USA. Dans la vie, je suis Tatoueur et pianiste à ses heures perdues. et je m'en sors très moyen, merci papa et maman pour l'aide de la ferme. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien ! Non maman, je refuse de me marier !.

Spoiler:
 


Spoiler:




Lui qui pensait pouvoir faire amende honorable en proposant à Pharell de se joindre à eux -et peut-être même faire oublier son attitude pour le moins méfiante à son arrivée- en fut une nouvelle fois pour ses frais. Mais c'était quoi cette réponse ? Et surtout cette attitude ? Bonjour l'enthousiasme... Et oui, c'était ironique ! Mais s'il voulait être seul avec Keld, il n'avait qu'à le dire ! Au moins les choses seraient claires parce que là il marchait sur des œufs avec lui. Et Dieu sait s'il n'aimait pas ça. "...Ok." Et il ne voyait vraiment pas quoi répondre d'autre alors qu'il lançait un regard perplexe à Keld. Sans doute qu'il parviendrait mieux à gérer les choses avec Pharell parce quel lui abandonnait !

Et il avait de toute façon bien mieux à penser. Le Docteur Mandrin qu'il avait appelé de toute urgence "au chevet" de sa mère donnait ses conclusions et il en retenait deux choses, un peu de repos et des vitamines ! Ce n'était donc pas si grave et il sentit aussitôt tout le poids de son inquiétude tomber de ses épaules alors qu'il en soupirait de soulagement. C'est qu'il avait une totale confiance en cet homme qui était le calme et l'assurance incarnés. Le genre d'homme qui, à l'instar de son père, n'avait certainement pas besoin d'hausser la voix pour se faire obéir, même de Martha Black ! Lui souriant avec reconnaissance, il le remercia tout en s'excusant pour le dérangement. "Je vous remercie Docteur, on était vraiment inquiet de la voir s'écrouler comme ça. Ce n'est vraiment pas dans son genre... Mais si c'est juste un peu de repos et des vitamines qu'il faut, ça va pouvoir se faire." Après tout, question vitamines, ils avaient largement ce qu'il fallait dans la ferme ! Et il en sourit à son père parce qu'il ne doutait pas qu'ils allaient surveiller tous les deux dans les prochains jours à ce qu'elle respecte cette prescription.

Quant aux explications sur le comportement canin, il en souriait franchement hilare. Parce que celui-ci venait de lui donner la réponse parfaite à tous les futurs projets de thérapie quelconque pour Pete. "Mais maman, le Docteur Mandrin l'a dit, tu ne peux pas comprendre, tu n'es pas un chien." Et puisque ça venait du médecin de famille, elle ne pourrait pas trouver à y redire ! De quoi donc assurer à Pete et à son amour des vestes en cuir une tranquillité royale. Et si son regard s'était porté sur celui-ci qui avait euh... Un bout de quelque chose de ladite veste entre ses crocs, celui-ci se reporta bien vite sur Pharell à ce qui suivit. Parce que question reproduction, les humains restaient des animaux, non ? Et question possessivité, il y avait apparemment bel et bien un grincheux dans la pièce... Mais de là à renoncer à une possible relation avec Keld juste pour satisfaire le désir de possessivité d'un cousin débarquant de nul part... Euh, non ? Et il se fichait bien qu'on puisse pointer son propre désir de possessivité !

La suite, il ne la comprit pas et certainement comme tous ceux présent dans la pièce. Mais il rassura tout de suite sa mère parce que ce n'était certainement pas le moment de lui ajouter davantage de soucis. "T'inquiète pas, je vais aller voir ce qui va pas avec Pharell." Et s'il ne dit pas le "encore", il le pensa très fortement ! En fait, il lui faisait penser à Jayden lorsqu'il lui fallait courir après pour un oui ou pour un non. Même lors de leur "rupture", il avait fallu qu'il lui courre après ! Bah voilà pour Pharell, c'était pareil. Et non, ce n'était pas un compliment... D'autant qu'il savait ce qui n'allait pas. Keld lui avait proposé de pêcher à deux et à tous les coups, il s'était -encore- senti rejeté. Doux, sensible et gentil Pharell... Et certainement d'ailleurs, bien plus qu'il ne l'était lui-même. Il en embrassa sa mère sur la tempe avant de lui dire "Et tu écoutes le Docteur, d'accord ? On ne se surmène pas. Papa servira le gâteau et j'en veux une grosse part, surtout s'il est aux poires !" avant de courir sortir après Pharell.

Etonnamment, la première chose qui le saisit ne fut ni le rire de Pharell, ni même les aboiements de Devil mais les véhicules garés dans la cour. Son vieux pick-up peinant à faire tous les jours l'aller-retour jusqu'au salon de tatouage, la berline chic de Keld, celle tout aussi classe du docteur et l'attelage improbable de Pharell ! Et il en sourit de voir la cour soudainement si habitée alors que son regard se posait sur Pharell toujours aussi hilare. Ce qui lui fit lever un sourcil perplexe alors qu'il cherchait à comprendre... Ce qui allait devenir une habitude avec lui ! Allant se poser contre le mur de la maison à côté de lui, il attendit patiemment que son fou-rire se calme pour finalement tendre la main et demander. "Tu peux me passer les clés de ton van ? Juste pour regarder quelque chose, promis je n'y toucherais pas." Parce qu'il n'était évidemment pas question de toucher au van de Pharell.

Mais ça, ce n'était que la première chose parce qu'il y avait bien plus important à faire. "Et je crois qu'il va falloir qu'on parle tous les deux... J'ai bien compris que Keld t'intéressait et que je gênais." C'était ce qui s'appelait mettre les pieds dans le plat mais au moins, ils sauraient tous les deux où ils en étaient. Et peut-être que ça rendrait les choses plus faciles entre eux ? Ne serait-ce que pour éviter d'inquiéter sa mère..."Mais je suis désolé, je ne m'effacerai pas. Par contre, Keld n'aurait visiblement rien contre à partager, et moi non plus. Reste à savoir, ce que toi tu voudrais... Et dans quelles conditions." Souriant plus pour lui-même que pour Pharell, il ajouta à mi-voix. "Tu me fais penser à mon ex. Quoique ex, c'est un bien grand mot parce qu'il n'y a jamais rien eu d'officiel. Maman aurait été trop heureuse de nous marier !... Et si tu pouvais éviter de partir de la maison en courant, ça inquiète maman." Parce que c'était bien ça le plus important. Pour le reste, il pourrait faire avec les désidératas de Pharell. Quitte à s'effacer ? Mouais, ça ne lui plaisait clairement pas, d'autant qu'il avait été là avant ! Ok, ça faisait extrêmement gamin alors que les mots du docteur sur la possessivité lui revenaient en mémoire...

Et soudainement, il eut un horrible doute. Parce qu'il n'aurait pas été étonné que celui-ci ait parfaitement compris ce qui se jouait entre eux... "Je peux me tromper mais je crois que mon médecin a parfaitement compris ce qui se tramait entre nous. Bon sang, son discours sur la possessivité des chiens était à double sens, non ?" Finalement, ils n'étaient peut-être pas si mal dehors même si un gâteau forcément délicieux les attendait à l'intérieur. C'était... Un peu gênant comme situation alors qu'il en pouffait de rire.


Spoiler:

Val
Messages : 143
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Mar 5 Juil - 14:35

Martha Black
On ne dit pas l'âge d'une dame enfin ! Mais bon, mon fils a plus de trente-cinq ans, j'étais jeune à sa naissance mais ça ne me m'ôte pas les années vécues... je vis à Gettysburg dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis femme d'un fermier et mère d'un tatoueur ! Bon, un peu active sur la ferme aussi, je ne pourrais de toute façon pas chercher à longueur de temps comment m'occuper, ça doit être l'enfer sur terre !
Alors je fais preuve d'une présence de chaque instant, bien au delà des tâches ménagères. Et puis ne suis-je pas « la reine des confitures » ? au point qu'on m'a installé un local rien que pour moi et trouvé des débouchés pour les dizaines de pots de confitures maison qui sortent de mes mains ! J'ai même de l'aide pour les produire maintenant.

 
Je m'en sors bien, de mieux en mieux je dirais, on a eu des périodes difficiles.Sinon, et bien je l'ai déjà dit,  je suis mariée  avec l'homme de ma vie ! Et je le vis parfaitement..


Informations supplémentaires ici.
Outre que je suis bonne cuisinière et je l'espère bonne mère, j'ai quelques passions.
D'abord « savoir »... Tout savoir sur tout et tous autour de moi, une commère ? Pff ! Simplement une personne impliquée dans sa communauté, c'est important de savoir qui est avec qui, comment les parents de l'un ou de l'autre réagissent à cela, si le futur époux venu d'ailleurs est aussi bon parti qu'il y paraît ! Je suis au même titre que la plupart des mères de Gettysburg un excellent détective-privé.


Ensuite, je suis un peu mère poule... Mon fils unique s'est rapidement affiché « différent » de la majorité de ses camarades, pas questions qu'on lui fasse du mal, pas même des reproches ou des réflexions !
Il paraît que je suis romantique ? Parce que j'aime rendre les gens heureux et pleure aux mariages ? Que je lis principalement des romans où deux amoureux arrivent à passer des tas d'obstacles mis sur leur passage par le destin et à se trouver ? Encore pff !
Autre chose, je suis née dans une communauté soudée mais étrangère à cette ville. Mon fils n'en sait rien, ça n'a pas d'importance, désormais, ma vie est ici. Rien ne me prédestinait à épouser John, j'étais même promise à un Brian que j'aimais... bien... Rien qui justifie de l'épouser ! Pour me marier, j'ai dû mentir aux miens et les quitter, je ne regrette rien, ma vie est ce que je la voulais ! Et envers et contre tout nous irons de l'avant !
Ah ? On me dit aussi « battante » et volontaire...

 


Naufrage administratif
Keld Møller ft peter Black & Martha Black
avec la participation de Pharell O'Hara et de Lucan Erlik...

Naufrage administratif - Page 6 Retouc10

 « Une fixation... Si votre chien répète le même comportement sans pouvoir s'arrêter, il y a quelque chose qui le rend nerveux ... Si c'est un centre d'intérêt qui vous paraît étrange, c'est que vous n'êtes pas un chien ... mieux vaut l'accepter. »

J'ai l'impression que plus encore que mon fils il me croit demeurée ? Bien sûr que Pete fait une fixation ! Mais sur des blousons en cuir ! Et pas n'importe lesquels ?! Enfin je ne vais pas essayer de voir s'il mangerait avec autant d’appétit le blouson d'un pauvre bougre qui a économisé une partie de sa vie pour l'acheter mais il ne se rend pas compte !

Et puis qu'est-ce qui rendrait Pete nerveux ? Ici ?

 « Je vais vous prescrire quelque chose de très léger pour passer une soirée au calme. Mais il faudra surveiller tout ça dans les prochains jours. Ce serait dommage de tomber malade quand un peu de repos et de vitamines, en effet, suffiraient pour écarter ce risque ! Vous avez une véritable garde d'honneur à vos côtés, faites-vous un peu choyer, pour changer. Disons que c'est une fête des mères en avance ou en retard. »

Une garde d'honneur ? J'ai été tellement chamboulée ce soir que je ne les ai même pas regardés ensemble tous les trois ? Malgré cette « partie de pêche » qui a l'air d'intéresser au plus haut point tous les présents ? Même le Docteur ? Décidément, ils me prennent vraiment pour une oie ?! Ils sont là tous, à me regarder ? Je ne devrais pas me vexer, au contraire ! Si comme le dit Peter je ne les avais pas habitués à être toujours d'attaque, alerte, en forme, battante, ils ne se seraient pas inquiétés autant mais je le disais bien que ça n'était rien ! Déranger un médecin ! Tard le soir ! Et CE médecin-là plus qu'un autre... Pauvre homme s'il y a bien quelqu'un qui a gagné le droit à la tranquillité, c'est bien lui !

Je regarde John, heureusement lui me connaît bien, il sera présent -comme toujours- mais il sait que je ne suis ni fragile ni stupide. Je suis tellement désolée que mon fils, et ce jeune Pharell qui arrivait tout curieux aient assisté à cette faiblesse... Et Monsieur Møller ! Pourvu que ce garçon soit aussi peu bavard à son bureau qu'ici ! Il suffirait qu'il dise devant la standardiste du Cabinet Comptable, cette pie-grièche de Louise toujours à l'affût de cancans malsains à colporter, qu'il m'a vue souffrante pour que tout Gettysburg et les environs soient au courant ! Encore qu'il me semble que Louise a pris sa retraite et est remplacée par une toute jeune maman... « célibataire » comme on dit maintenant ?

 « Je vous remercie Docteur, on était vraiment inquiet de la voir s'écrouler comme ça. Ce n'est vraiment pas dans son genre... Mais si c'est juste un peu de repos et des vitamines qu'il faut, ça va pouvoir se faire »

Oh ! L'envers de l'amour filial, c'est qu'on ne t'écoute pas ! Je fais un geste pour me relever d'un bond et suis maintenue sur cette chaise par John, il ne va pas s'y mettre aussi ! « La fête des mères avant l'heure » ! Mais jamais je ne travaille autant qu'à la fête des mères ? Je prépare un repas -de fête- je décore la maison, j'invite parfois la famille de John, il a des cousins germains installés à New York qui viennent de temps en temps se ressourcer à la campagne... Et puis les jours de fête, tout doit être parfait ! Alors je vais cueillir les meilleurs fruits, passe au potager pour prendre des légumes tendres, je vais même parfois chez les Bush chercher du lait et du beurre fermier ! Et les yaourts maison de Myrtle Bush ! J'en ai été jalouse quand je les ai goûté -et bien sûr, elle ne veut pas donner la recette... seulement à mes filles qu'elle dit ! Elles s'en fichent ses filles, une veut être vétérinaire et l'autre se dit artiste peintre- Bref, avec tout ça l'heure tourne... Et ce fichu gâteau n'est toujours pas sur la table, et Peter s'est précipité dehors à la suite de Pharell pris de je ne sais quel besoin pressant ! Comme s'il n'y avait pas ce qu'il faut à l'intérieur ? Il est trop sur les routes cet enfant, il va falloir le sédentariser !

Je reste la pensée en suspens, la fille Bush ! Pas la fainéante qui vit aux crochets de ses parents et barbouille des trucs sans forme, elle, c'est Samantha ! Sa soeur, qui étudie à Washington il me semble, pour devenir médecin pour les animaux ? Elle s'appelle CHERYL ! Je regarde le petit comptable... Oui, il a bien une tête à courtiser une vétérinaire ! Et puis la ferme Bush, c'est un beau parti...

Peter... et Pharell... Est-ce qu'il lui plaît à mon fils ? Il est mignon ? Il a besoin de se mettre un peu en valeur, mais il est très jeune, il a de beaux yeux clairs, des cheveux épais, d'un blond foncé pas vilain ? Bon... il n'arrivera jamais à la cheville de Monsieur Møller, ni par la classe ni par le physique, mais Jayden n'était pas si remarquable ? Juste un gentil garçon. Qu'est-ce qui a bien pu se passer entre Peter et Jayden ? Ça demeure un mystère pour moi, et.... je n'aime pas les mystères ! Je vais enquêter, il y a sans doute quelqu'un qui peut m'expliquer. Keld le comptable, il a sa Cheryl, c'est une sacrée tuile ça ! Je ne le voyais pas du tout fiancé...

«La garde d'honneur, c'est un hasard vous savez Docteur, Monsieur Møller est resté parce que Pete a renversé son verre et qu'il était plein de jus d'orange... Et Pharell, je ne pensais pas le voir débarquer... »

ça non alors ! S'il y a bien quelque chose que je n'avais pas prévu, c'était de voir un van traveler's dans ma cour et un Pavee qui demande de l'eau ! Mais c'est bien finalement, comme je me le disais plus tôt, il a besoin de se poser, de trouver la paix, et nous, de bras ! Peter lui-même lui a dit à son arrivée, encore que je ne sais pas trop pourquoi il prévoyait d'être si occupé ? Au point de ne plus pouvoir nous aider à la ferme ? Est-ce que son patron a comme projet d'ouvrir un nouveau salon ? D'en confier la direction à mon fils ? Mais oui ! Ça doit être ça, et il est déçu de l'arrivée de Pharell parce qu'il voulait nous l'annoncer !   « Si tu veux, tu pourras travailler ici. Je vais être très occupé pour les prochains m... Les prochaines années Mais vous serez en famille... »

« Mais qu'est-ce qu'ils font dehors John ? J'ai bien dit que Pharell avait l'air patraque ! Vous ne trouvez pas Docteur ?  »

C'est bien beau de claquer la porte en coup de vent en criant  « Et tu écoutes le Docteur, d'accord ? On ne se surmène pas. Papa servira le gâteau et j'en veux une grosse part, surtout s'il est aux poires ! » mais il ne revient pas ? Ils ne reviennent pas ! Je regarde le docteur et le comptable, ça commence à bien  faire ça ! L'honneur des Black est en jeu là !

Je prends un ton de général de brigade -au moins ! Peut-être de maréchal, pour ce que je connais des grades de militaires!- « A table ! Monsieur Møller ! Docteur Erlik ! John sert nous ce gâteau !  »

Je me lève et vais à la fenêtre, entrouverte pour faire partir la buée de cuisine, je crie sûre d'être entendue, je ne sais pas trop pourquoi ? « Les absents n'auront pas de gâteau !  »

Tout le reste attendra, mais il y en a des choses à tirer au clair...



@Clafoutis @oskar @Mandrin


« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John » - « Pharell »

Le décor...:


Follow

the dream spirits
Mandrin
Messages : 57
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Noob
Mandrin
Ven 29 Juil - 14:15

Dr. Lucan Erlik
J'ai 56 ans et je vis près de Gettysburg , dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis médecin de campagne et je m'en sors très bien . Sinon, je suis divorcé et je le vis à merveille..


Informations supplémentaires ici.
Spoiler:


Brave gamin, que ce jeune Peter dont on voyait les émotions se peindre ouvertement à la surface de son charmant visage. Il s'était sincèrement inquiété, et, bien sûr, il fallait écouter le docteur. Ce dernier n'avait parlé que de repos et de vitamines pour éviter de jeter de l'huile sur le feu, même s'il avait clairement l'intention d'envoyer cette chère Martha passer un check-up complet. Inutile de présenter les choses sous un jour inquiétant, ils étaient déjà bien assez tendus. Décidément, il songeait parfois qu'il avait manqué sa vocation ; il aurait dû devenir psychiatre.

Que cachaient-ils à Martha, ces garçons ? Peut-être rien de si important. Peut-être était-ce dans sa tête. Elle se posait bien des questions existentielles sur les caprices alimentaires d'un chien !

"C'est parfois difficile mais il faut se concentrer sur ce qui va bien, ma chère Martha. Regardez ce petit animal, vous êtes consciente des problèmes de santé qu'ils peuvent avoir. Il va bien, il est heureux et bien traité. Regardez votre jolie demeure où tout est bien rangé et à sa place. Je ne vous dis pas de réciter le benedicite, mais nous pouvons nous réjouir de ces accomplissements, si simples soient-ils, sans chercher forcément à prévoir la prochaine alerte. Personnellement, je m'y applique tous les jours et j'y trouve une certaine paix."

Il fallait bien qu'il trouve la paix puisqu'il était accusé d'un crime, n'est-ce pas ?

Il avait rencontré des esprits compliqués, en prison. Un homme qui tenait une ferme en faillite, et s'était lancé, sur les conseils d'une mauvaise fréquentation, dans la fabrication de feux d'artifices illégaux, causant une explosion qui avait coûté la vie à plusieurs membres de son équipe. Son équipe, c'était aussi sa famille. Un gamin qui avait fichu le feu à une poubelle, agacé d'être laissé de côté lors d'une fête entre ados, et qui avait vu brûler devant ses yeux la fille qu'il avait espéré séduire, alors que le brasier échappait à tout contrôle. Un conducteur de train de marchandises qui avait abaissé sept freins au lieu de huit, en quittant son poste, et avait causé une catastrophe. Des coupables, clairement, et en même temps des innocents. Il avait toujours considéré que cette notion de coupable et d'innocent n'était pas suffisante pour classer les êtres, de toute façon.

"Je vous note les numéros à appeler dans les prochains jours. Vous n'y manquerez pas, n'est-ce pas ? Quelques petits examens, les résultats me seront envoyés, et nous en reparlerons lors d'une prochaine visite."

Si elle y manquait, ses collègues le préviendraient, et le docteur la rappellerait. Elle serait sans doute ravie de l'avoir au téléphone et de lui raconter les épisodes suivants de ce petit feuilleton. D'ailleurs, ce n'est pas comme si Lucan Erlik était parfaitement hostile aux rumeurs de la région. Il tenait de petits dossiers au sujet de ses patients, après tout, et tout le monde était plus ou moins son patient dans les environs.

En voyant revenir les jeunes gens, il les parcourut de son regard paisible, inquisiteur sans en avoir l'air, quêtant les indices ici et là, sur leurs douces physionomies que l'âge n'avait pas encore marquées de son sceau. Ils s'entendaient bien, mais il y avait des tensions en cours, peut-être de petites rivalités, comme on en trouve souvent dans une fratrie. Non, davantage. De ces choses dont on ne discute pas devant une mère, fût-elle adorablement intrusive comme Martha savait l'être sans s'en apercevoir. C'était à la fois innocent et coupable, cela aussi. Et bien de jeunes âmes s'étaient détruites ou damnées pour ces futilités.
Lui-même...
Chut.

"Alors, cette sortie de pêche, cela s'annonce-t-il bien ? Je peux vous indiquer quelques lieux agréables, si vous voulez sortir de vos habitudes," offrit-il avec une sympathie que l'on aurait pu qualifier d'entendue. Il s'amusait surtout à l'idée de les voir réagir. Certains plus habilement que d'autres. Livres ouverts, livres fermés, c'était toujours un livre, et on pouvait deviner beaucoup en sachant observer la couverture.
Oskar
Messages : 137
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Sam 30 Juil - 17:01

Pharell O'Hara
J'ai vu le jour en Caroline du Sud, à Murphy Village, le 12 décembre 1995. « Village »... C'est surtout un campement, un immense campement nomade, où on trouve des baraques en dur et des caravanes, même des roulottes avec des chevaux encore...



Je vis... là où les routes me mènent, pour l'instant je vais vers Gettysburg dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis un peu touche à tout, je me place comme ouvrier agricole, docker, forain, ça dépend, ça n'a aucune importance puisque je ne reste pas ! J'ai du mal à tenir en place, j'avoue .

 
Je m'en sors pas si mal, j'ai le nécessaire et même un peu du superflu, ça suffit ? Non ?Sinon, je me suis marié, à dix-huit ans, avec...
Emma Byrne, on s'est séparés deux ans après, et jamais revus. Elle veut pas divorcer, ça la regarde, moi je m'en fous. Elle est bien capable de me faire des gosses, à distance, au moins ça ferait plaisir à mon père quelques « O'Hara » en plus...   Et je le vis parfaitement. De toute manière, on est tous cousins quelque part, alors qu'ils aient mes gènes ou pas ses mômes, je peux bien leur donner mon nom.


Informations supplémentaires ici.
En passant ? Je suis ce qu'on appelle un « Irish Traveller's », un nomade dont les ancêtres sont arrivés d'Irlande, probablement au début du dix-neuvième siècle, mais ça, on n'est pas très doué pour tenir des registres nous autres...


Ma vie, c'est le voyage, la route. Parmi nous certains -de plus en plus nombreux- se sont « sédentarisés », pas moi. J'ai pas besoin de me fixer pour vivre, même, moins je reste en place et moins les autres cherchent à savoir qui je suis, d'où je viens, comment je vis et ce que j'aime.

Quand je donne ma parole, je la tiens, si on me la donne... Vaut mieux en faire autant. L'honneur, c'est la richesse des gens comme moi. Je plaisante pas avec.
Contrairement aux bruits qui courent sur ma communauté, on est honnêtes, moi le premier. Je ne vole pas, ne mens pas, ne cherche pas  à arnaquer. C'est comme pour la parole, faut pas me chercher trop, je ne suis pas méchant mais j'aime pas qu'on m'emm... La liberté, c'est d'abord le respect.

Ma vision du monde, c'est être indépendant, sans attache, seul ou accompagné selon mon envie du moment. La famille, les amis, ça compte, mais pas au point d'en devenir esclave...

En fait, à part mon chien, mon chat et mon cheval... Y a pas grand monde pour qui je donnerais ma vie.  Parfois, je me pose, et j'aime... C'est rarement très long comme relation, mais ça peut être intense. Mais ça, ça ne regarde que moi.


Naufrage administratif

Keld Møller ft peter Black ft Martha Black,
avec la participation de Pharell O'Hara

Naufrage administratif - Page 6 Wallac12

J'ai encore mal au ventre d'avoir tant ri... J'ai pas ri comme ça depuis... Oh là, je devais avoir sept ou huit ans, c'est dire ! Je me fais la réflexion que je m'en étais même pas rendu compte, mais mon père s'est assombri au fil des années ? Pourquoi ? Certes, avoir un gosse toutes les années et demi, ça aide pas pour le budget, mais c'était pas un type à se faire du mouron pour du fric le père ? Moi non plus... Quand on n'avait rien, on jeûnait, c'est tout, et dès qu'on trouvait un traveler's on s'entraidait, à charge de revanche. Alors quoi ? Quand j'étais tout môme  et qu'on n'était pas encore si nombreux, il racontait des blagues débiles qui nous faisaient partir d'un rire général, il faisait le pitre pour nous amuser nous, les gosses, il était dur à la tâche et inflexible sur la morale et l'ordre, mais joyeux, optimiste, presque trop ?

Ça me fait bizarre tout à coup de me rendre compte qu'il y a eu quelque chose dans sa vie qui l'a changé et que moi, j'ai rien vu ? C'est peut-être normal, un fils, ça ne regarde pas ses parents, les parents, c'est solide, immuable, on ne les voit pas se faire du souci, on ne les voit pas vieillir... Les parents on leur fait confiance, pour l'éternité, et puis un jour on se prend dans la gueule qu'ils sont morts...

Je vais appeler mon père...

 « Tu peux me passer les clés de ton van ? Juste pour regarder quelque chose, promis je n'y toucherais pas.»

Mon attelage ? Qu'est-ce qu'il veut à mon attelage ? Et puis j'ai pas le temps de répondre que...

 « Et je crois qu'il va falloir qu'on parle tous les deux... J'ai bien compris que Keld t'intéressait et que je gênais. Mais je suis désolé, je ne m'effacerai pas. Par contre, Keld n'aurait visiblement rien contre à partager, et moi non plus. Reste à savoir, ce que toi tu voudrais...»

Je me fends d'un sourire éclatant...

« Je me cache pas Peter, pas plus que toi... Mais ce mec il choisira qui il veut, nous deux s'il veut... Moi, personne me gêne, je suis juste un passant... Tu vois, un nomade, un gars  qu'on prend quand on a besoin et qu'on fout dehors après... »

J'avoue, le sourire est parti sur la fin, parce que ce que je dis, c'est vrai : pour la baise... pour le boulot, pour tout en fait. Tant que je suis utile on voit mes qualités, dès que je ne sers plus, il ne reste que mes défauts. C'est peut-être pareil pour tout le monde, mais les gens comme moi le ressentent d'autant plus, on nous a trop répété dans une vie qu'on ne veut pas de gens « comme nous » trop montré la route sans écouter... Mon père m'a dit que quand ma dernière sœur s'était annoncée, il avait voulu s'arrêter pour que la mère soit un peu au calme... Et qu'il avait dû rouler jusqu'à la prochaine ville... Le bébé est arrivé sur la route, dans la caravane tractée en mouvement, avec nous, l'aînée des filles et moi comme sage-femmes... Des trucs comme ça, ça te marque à vie.

« Fais pas attention, tu sais Peter, voyager... ça te bétonne l'amour, dès que tu arrives quelque part tu te hérisses en te demandant comment on va te battre et quand ? Quand on te prête de l'attention, tu soupçonnes qu'on calcule pour mieux t'entuber... Je ne peux pas me refaire, j'ai pas confiance, en personne... Mais ça n'a aucune importance ? Je suis là pour bosser, puis je voulais voir ta mère, je regrette pas ! Elle vaut le déplacement ! »

Là mon sourire revient. Martha ! Si je ne l'avais pas croisée je crois qu'en moi-même j'aurais su que je ratais un truc grandiose... Je me tais un peu, et puis je reprends...

« Quand je suis arrivé tout à l'heure, et que ton père a rien dit à propos d'une Martha O'Hara, je me suis dit qu'elle avait déménagé, d'une des nôtre, c'était plausible... Je trouvais juste bizarre qu'il dise pas : je la connais pas, ni elle est partie, juste... rien. Et puis le puits s'est trouvé à sec, et j'ai tout de suite pensé qu'il le savait... Tu vois, genre le type qui veut avoir l'air sympa mais te fous dans la merde pour que tu te casses... Et là dessus tu me tombes dessus le fusil sorti... »

Je pense pas qu'il peut comprendre combien j'ai été déçu, et... Enfin, la famille, même perdue de vue, c'est la famille ? Même quand je me suis barré, jamais mon père a fait celui qui me connaît pas, il m'en a voulu, je le sais, mais je suis son fils. Il sait que s'il a besoin, je rappliquerai, et moi je sais que si je reviens, même la queue basse, il me montrera ma place... Il m'en voudra toujours, j'ai atteint l'honneur de la famille, mais je suis pas un paria, j'en serais un si vraiment j'avais fait un truc... Genre, le tuer ? Alors l'accueil ici... Je baisse les yeux. J'espère que je déconne pas, que j'ai raison de me dire que s'il est son fils à elle, il ne peut être que fiable ?

« Pourquoi ton ex ? C'est bon ou mauvais de lui ressembler ? »

 « Je peux me tromper mais je crois que mon médecin a parfaitement compris ce qui se tramait entre nous. Bon sang, son discours sur la possessivité des chiens était à double sens, non ? »

Ah ? Moi j'étais dans mes pensées... Mais qu'il a compris ça... Je crois aussi !

« A double sens je sais pas, je suis pas spécialement intelligent tu sais ? Mais qu'il a compris, ça, je crois... »

J'en suis même sûr...

« Les absents n'auront pas de gâteau ! »

Bizarrement on rentre ensemble, je lui tends les clés du van, s'il veut voir, après... J'aurais dû dételer, mais avec le puits j'étais pas sûr de pas devoir remettre le cheval dedans pour me casser … On arrive donc ensemble, pas vraiment l'air hostile l'un à l'autre... Et on se prend en pleine gueule :

« Alors, cette sortie de pêche, cela s'annonce-t-il bien ? Je peux vous indiquer quelques lieux agréables, si vous voulez sortir de vos habitudes. »

Je regarde Peter, ouais, définitivement il a compris le toubib, et il est partant pour une partie carrée ? Pourquoi pas ? Moi, un mec du double de mon âge ça me gêne pas, et ça laissera son comptable au cousin ? Je fais un grand sourire tandis que le fermier arrive avec le fameux gâteau, pas l'air trop sûr de lui... Il doit pas souvent faire le service l'homme de la maison...

Du regard je cherche Keld, lui observe... Et il caresse Pete...

Naufrage administratif - Page 6 Delawa10

@Clafoutis @val @Mandrin

« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John » - « Pharell » - « Dr Erlik »


Prendre son envol

et tout oublier
Oskar
Messages : 137
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Sam 30 Juil - 22:02

Keld Møller
J'ai 26 ans et je vis à Gettysburg , dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis expert-comptable, chargé de mission du principal cabinet comptable de Gettysburg et je m'en sors très bien . Sinon, je suis célibataire et je le vis parfaitement..


Informations supplémentaires ici.
Je suis arrivé du Danemark après un grave accident de la route, il y a quatre ans et me suis d'abord arrêté à New-York, avant de répondre à une offre d'emploi alléchante.



J'ai laissé derrière moi une mère et deux frères et sœur qui me croient mort, ainsi que beaucoup de souvenirs douloureux.

En plus de la comptabilité, je pratique... l'extorsion de fonds, utilisant l'internet et toutes les merveilleuses possibilités qui se sont multipliées pour un hacker correct. Présent sur le dark web aussi bien qu'ailleurs, j'ai pour habitude d'arrondir mes fins de mois en délestant habilement de grosses fortunes, pour lesquelles quelques milliers de dollars par an ne représentent rien. Bien entendu, ni mon employeur ni ses clients ne sont au courant...



Pas plus qu'ils ne savent que j'ai quitté mon pays après le décès de mon amant, Niels, petit malfrat notoire.



Je joue très bien aux échecs et suis classé, je participe toutefois de moins en moins aux tournois, ne voulant pas attirer l'attention, beaucoup me pensent mort... J'ai un bateau qui a été acheté et retapé avec amour, et qui nous a servi de home avec Niels. Je joue du violon, comme Sherlock Holmes, pour me détendre. En arrivant à Gettysburg, j'ai d'abord pris un appartement dans un petit complexe très chic restauré de façon admirable par un agent immobilier local. J'en suis à chercher une maison, un peu isolée, de taille moyenne, si possible près de l'eau dont j'ai du mal à me passer.

Pour tout le monde autour de moi, je suis un gentil, poli, et plutôt joli garçon. Un peu effacé, un peu démodé... Timide avec les femmes, serviable, le gendre idéal, certainement issu d'une excellente famille puisque je suis très à mon aise...

Naufrage administratif - Page 6 House-10

Naufrage administratif
Keld Møller ft peter Black, Martha Black, Pharell O'Hara & Lucan Erlik

Parfois dans la vie la mieux ordonnée il y a des parenthèses qui s'ouvrent malgré toute l'attention qu'on porte à ses actions. Cette soirée en prend bien l'apparence.

Tout allait bien, mandaté par le Cabinet je suis arrivé, me suis dépatouillé des écritures comptables, ce qu'on me demandait était si simple que je me demande encore pourquoi je suis venu, si ce n'est parce que John Black est un ami d'enfance du boss... J'ai essayé tant bien que mal de contrer le flot inquisiteur de la maîtresse de maison, et puis... ça a commencé à déraper. D'abord, mon blouson, ça, je pensais qu'on avait géré ? Puis, le jus d'orange... Le... strip-tease...  Dont je me suis sorti en sacrifiant ledit blouson... Je l'aimais bien ce truc, il m'allait parfaitement, mais tout plutôt qu'à poil devant la mère de Peter ! Et l'apothéose a suivi... Invité à dîner, je pouvais difficilement repartir à la maison dans un jogging du fermier qui doit peser pas loin de vingt kilos de plus que moi en le retenant d'une main tout en conduisant ? Puis surviennent la corvée de pluche et de nouvelles questions plus ciblées et insistantes de Martha... Et pour conclure, l'arrivée du cousin qui m'a sauvé de la curiosité de la fine mouche étonnée que fiancé et tout jeune épris je n'ai pas la moindre photo de ma promise ?

Là, tout dérape. Martha fait un malaise, puis un autre, le petit cousin a l'air d'avoir reçu un coup de batte de base-ball, on appelle le médecin... C'est... tellement invraisemblable et improbable que ça en devient ubuesque.

Oui, dans l'existence, il doit y avoir des poches temporelles qui se forment comme ces poches d'eau ou d'air dans les grottes...

Je commence à fatiguer... Cette journée n'en finit pas, et je me sens de plus en plus intrus face à cet étalage de vie privée.  Trop de choses remontent, mon enfance à entendre parler Pharell, mon passé pas si lointain quand Peter me fait si bien comprendre que je l'intéresse, même, le choix de vie que j'ai fait à la mort de Niels, quand je vois arriver ce toubib qui traîne sa série de casseroles à cause d'une putain de secte !

Et puis Martha... Martha qui pourtant est tout le contraire de ma mère... Mais qui me fait sentir combien j'ai pu aimer les miens, et combien je suis seul...

Bref, j'ai laissé Peter s'engouffrer dehors derrière Pharell, à une autre époque, peut-être que voir ces deux là se disputer ma carcasse m'aurait amusé, je les aurais mis en compétition, et serais retourné me lover dans les bras de mon mec... Seulement je n'ai plus de mec, juste un souvenir tellement vivace encore que j'ai l'impression de saigner !

« Alors, cette sortie de pêche, cela s'annonce-t-il bien ? Je peux vous indiquer quelques lieux agréables, si vous voulez sortir de vos habitudes. »

 «  Pourquoi pas ? Connaissez-vous les environs ? Je veux dire les coins de pêche des environs, vous êtes d'ici je crois ? J'ai loué une maison à Wrightsville, au bord de l'eau, vous y êtes déjà allé ?  »

Je regarde Peter d'abord, Pharell ? Qu'est-ce qu'il a le cousin ? On dirait qu'il se met en retrait ? Je crois que je ne comprends décidément rien aux Américains...




Naufrage administratif - Page 6 Water-10


« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John » - « Pharell »


@Clafoutis @Val @Mandrin


Prendre son envol

et tout oublier
Clafoutis
Messages : 26
Date d'inscription : 06/05/2022
Crédits : Pinterest

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Noob
Clafoutis
Mar 2 Aoû - 7:33

Peter Black
J'ai 35 ans et je vis à Gettysburg, Pennsylvanie, USA. Dans la vie, je suis Tatoueur et pianiste à ses heures perdues. et je m'en sors très moyen, merci papa et maman pour l'aide de la ferme. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien ! Non maman, je refuse de me marier !.

Spoiler:
 


Spoiler:




On pouvait dire que cette soirée avait été riche en événements de toutes sortes mais lui n'en retiendrait qu'un. Le seul qui valait la peine qu'il s'y arrête parce qu'il pouvait faire vaciller sur ses bases toute sa petite vie si confortable. Le malaise de sa mère, ou plutôt ses malaises parce qu'elle s'était sentie mal plus d'une fois au cours de cette soirée. Alors bien sûr, le retour inopiné de sa famille "oubliée" depuis des années aurait eu de quoi expliquer sa soudaine faiblesse mais lui savait mieux. Depuis quand Martha Black était associée au mot "faiblesse" ? Il était certain qu'elle était la première à s'offusquer de se voir traiter comme une petite chose fragile mais là, autant son père que lui ne lui laissaient pas le choix. Et si le discours du Docteur Erlik se voulait rassurant, il comptait bien lui s'assurer réellement de cela. Mais plus tard, lorsqu'elle aurait passé des examens et parce qu'il avait pour le moment un cousin un peu soupe-au-lait sur les bords à apprivoiser. Et cela commençait déjà par le retenir parce qu'il avait un peu tendance à se carapater à la moindre occasion. Mais avant, il engloba tout le monde du regard, sa mère surtout, pour s'assurer que ça allait bien. Mais le Docteur était là alors il supposait que tout irait bien si autre malaise il devait y avoir... Ce fut en tout cas sur un dernier regard reconnaissant posé sur celui-ci qu'il ferma la porte de la maison pour courir après Pharell.

Pour le retrouver pas bien loin à s'éclater tout seul dans son coin. Mais il valait mieux le voir rire que pleurer, non ?... Ouais, c'était bien plus cool. Ce qui ne l'empêcha pas de lui réclamer les clés de son van pour s'assurer qu'il n'allait pas quitter la ferme sans même dire au revoir à sa mère avant de carrément mettre les pieds dans le plat. C'était encore le plus simple pour crever l'abcès. Sauf qu'il ne s'était pas attendu à de telles réponses... A commencer par le fait que ce ne soit pas Keld le véritable problème. "Au moins, on est tous d'accord sur le concept, c'est déjà ça." Et c'était mine de rien un sacré soulagement que de savoir qu'il n'aurait pas à se prendre la tête avec Pharell pour quelque chose qui n'avait pas lieu d'être. Il y avait déjà bien suffisamment avec toute l'amertume qui ressortait de ses propos. "Eh bien, je savais pas que ça rendait si amer la liberté... Tu sais quoi ? Tu devrais rester un peu avec nous, au moins le temps de réapprendre à faire confiance à nouveau. Je sais que c'est un peu culotté de dire ça après notre accueil mais... C'était un concours de circonstances ? Enfin, c'est surtout qu'on protège chacun à notre manière ces quelques bâtiments et la vie qu'on y mène..." Et qu'on ne vienne pas lui dire qu'il le faisait à la méthode gros bourrin ! C'est que la ferme, ses parents et leur vie tranquille faite de beaucoup de travail -du moins pour ses parents- et davantage encore d'amour, était tout ce qu'il avait. Mais surtout, si la vie à la ferme était plutôt simple et sans chichi, ils étaient néanmoins connus pour avoir un accueil facile envers les étrangers. Et d'autant plus donc pour la famille. "On ne voulait pas te rejeter, on voulait juste protéger maman et on savait pas ce qui se passait." Et plus encore pour lui que pour son père... "Je suis désolé pour tout ça. Vraiment. Et je te présente nos excuses pour mon attitude et pour le puits. On ne savait pas." Il avait l'impression de clamer en boucle le même argument mais il ne voyait pas quoi dire d'autre. Si ce n'est faire preuve de toute la sincérité qu'il pouvait mettre dans ses mots.

Par contre, il y avait une chose sur laquelle il ne lui donnait pas tort ! "Maman est géniale... On fait tous pâle figure à côté d'elle." Et encore plus maintenant qu'il connaissait tous les sacrifices qu'elle avait dû faire pour pouvoir vivre aux côtés de son père, loin de sa famille et de toutes les personnes qui avaient comptées pour elle. "Ce serait bien qu'elles puissent se retrouver toutes les deux. Après tant d'années... Et ce serait l'occasion de refaire une photo..." Mais est-ce que c'était seulement possible ? Sa mère avait pris la décision de tourner le dos à sa famille et de tirer un trait sur tout ce qu'elle avait été. Certes, par amour et pour créer sa propre famille, mais ça restait une fuite tout de même. Mais est-ce que cela pourrait lui être pardonné ? Après tout comme on disait, l'eau avait coulé sous les ponts, non ? Mais c'était là que tout se compliquait parce que les nomades par essence n'avait pas d'adresse... Et si son regard songeur se posa plus longuement sur Pharell -pouvait-on rêver de mieux comme intermédiaire ? Du moins sur le papier- parce que lui aussi avait fui sitôt son mariage acté. Décidément, c'était de famille ! Il allait en tout cas devoir y réfléchir, et sérieusement.

Mais pour le moment, il lâcha une petite phrase surtout pour signifier à Pharell qu'il n'était pas son ennemi. Avec un résultat absolument contraire à celui escompté vu son air suspicieux. Quoiqu'ils ne devaient pas être si nombreux les ex qui cherchaient à rester amis malgré tout. Et surtout malgré l'ex petit-ami lui-même qui en plus de devoir faire face à son total refus de s'engager officiellement, se trouvait remis au rang de simple ami comme si de rien n'était. C'était vrai que vu ainsi, peut-être que Pharell avait des raisons de se montrer suspicieux... Mais il ne fallait pas voir le mal partout ! D'ailleurs, il décida d'en jouer alors qu'un grand sourire éclairait son visage. "Bon ou mauvais, à toi d'en décider ! Tu lui ressembles en tout cas, à toi maintenant d'en faire ce que tu veux."

De toute façon, lui était déjà passé à autre chose d'autrement plus important. C'est que Pharell avait quand même une sacrée manie à se dévaloriser dès qu'il pouvait le faire... Bien sûr qu'il était intelligent, comme tout le monde ! Mais il était certain que celui-ci ne le croirait pas s'il le lui disait. Il ne restait donc plus qu'à le faire réfléchir par lui-même. "Albert Einstein disait que tout le monde était un génie. Mais que si vous jugiez un poisson à sa capacité de grimper à un arbre, il vivra toute sa vie en croyant qu'il est stupide... Mon père le dit autrement. Il dit que tout le monde a sa propre intelligence, celle des mots, celle des chiffres, celle du cœur, celle de la terre, celle du bon sens, celle du "beau", et tant d'autres... Et qu'il t'appartient de trouver la tienne et d'en faire quelque chose." Souriant, amusé, il précisa. "Et t'inquiète, j'en suis toujours à chercher la mienne ! Mais il parait qu'on a jusqu'à sa mort pour la trouver donc ça va, ça nous laisse de la marge..." Et c'était plutôt rassurant, non ?

Mais il y avait cependant des choses qui n'attendaient pas, comme le gâteau de sa mère ! Surtout s'il était aux poires... Il haussa la voix pour se faire entendre avant de s'adresser à Pharell. "ON ARRIVE ! Allez viens, le gâteau nous attend..." Sauf qu'à peine entré et alors que son regard s'était porté par automatisme sur sa mère, ce fut une toute autre proposition qui les accueillit. Et de ce cher -est-ce qu'il avait déjà dit qu'il était classe ?- Docteur Erlik, qui apparemment s'y connaissait en techniques de pêche... Il était difficile de ne pas sourire à ça alors que Keld acceptait bien volontiers la proposition. "Ca s'annonce sous les meilleurs auspices... Et ce sera une grande première pour moi. A commencer par dessiner des carpes réalistes, histoire qu'elles ne ressemblent pas à des poissons rouges !" De quoi donc donner davantage de corps à la jolie petite histoire qu'il avait servi à sa mère. Alors que son père amenait le gâteau et qu'il sortait lui les petites assiettes... "Il est aux poires ?" Et après avoir jeté un coup d'œil en direction du carlin qui se faisait confortablement câliner par Keld... "Tu voudras du gâteau Pete ?" De toute façon, Pete ne faisait jamais la fine bouche devant quoi que ce soit qui pouvait lui tomber sous le nez.


Contenu sponsorisé
Naufrage administratif
Page 6 sur 7
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sujets similaires
-
» Naufrage paradisiaque (ft. typocampe et aeairiel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: