Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -37%
Couette 2 places (220×240) – Polyester ...
Voir le deal
29 €

LE TEMPS D'UN RP

Naufrage administratif

Oskar
Messages : 160
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Lun 6 Juin - 10:13

Keld Møller
J'ai 26 ans et je vis à Gettysburg , dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis expert-comptable, chargé de mission du principal cabinet comptable de Gettysburg et je m'en sors très bien . Sinon, je suis célibataire et je le vis parfaitement..


Informations supplémentaires ici.
Je suis arrivé du Danemark après un grave accident de la route, il y a quatre ans et me suis d'abord arrêté à New-York, avant de répondre à une offre d'emploi alléchante.

J'ai laissé derrière moi une mère et des frères et soeur qui me croient mort, ainsi que beaucoup de souvenirs douloureux.

En plus de la comptabilité, je pratique... l'extorsion de fonds, utilisant l'internet et toutes les merveilleuses possibilités qui se sont multipliées pour un hacker correct. Présent sur le dark web aussi bien qu'ailleurs, j'ai pour habitude d'arrondir mes fins de mois en délestant habilement de grosses fortunes, pour lesquelles quelques milliers de dollars par an ne représentent rien. Bien entendu, ni mon employeur ni ses clients ne sont au courant...

Pas plus qu'ils ne savent que j'ai quitté mon pays après le décès de mon amant, Niels, petit malfrat notoire.

Je joue très bien aux échecs et suis classé, je participe toutefois de moins en moins aux tournois, ne voulant pas attirer l'attention, beaucoup me pensent mort... J'ai un bateau qui a été acheté et retapé avec amour, et qui nous a servi de home avec Niels. Je joue du violon, comme Sherlock Holmes, pour me détendre. En arrivant à Gettysburg, j'ai d'abord pris un appartement dans un petit complexe très chic restauré de façon admirable par un agent immobilier local. J'en suis à chercher une maison, un peu isolée, de taille moyenne, si possible près de l'eau dont j'ai du mal à me passer.

Pour tout le monde autour de moi, je suis un gentil, poli, et plutôt joli garçon. Un peu effacé, un peu démodé... Timide avec les femmes, serviable, le gendre idéal, certainement issu d'une excellente famille puisque je suis très à mon aise...
[/size]
Naufrage administratif - Page 4 Wallac10

Naufrage administratif
Keld Møller ft peter Black et Martha Black,
avec la participation de Pharell O'Hara

« Papa, il faudrait que tu sortes l'eau-de-vie. Maman aurait bien besoin de se requinquer un peu. ... Maman... Si déjà tu nous expliquais ce qui se passe ? ... l'évocation de ton nom te fait tomber dans les pommes ?»

Je suis odieux ? J'avoue que la perspective de passer une soirée avec la famille Black, à manger des frites que je n'apprécie pas plus que ça, avec certes un poulet fermier probablement meilleur que tous ceux que j'ai pu avaler de ma vie, ne m'emballait pas. Mais là ! C'est du spectacle ! Et puis, je vais avoir de l'occupation pour trouver le fin mot de l'histoire ! A moins qu'elle ne le révèle et qu'il ne s'agisse que d'un truc d'une banalité ignoble ? Avoir entretenu un tel suspens pour découvrir qu'elle est fâchée avec sa mère pour avoir refusé de porter la médaille de l'arrière-grand-mère à son mariage ? Ça serait du gâchis !

J'observe donc, me gardant bien de l'ouvrir pour me faire oublier. Ce qu'il dit est parfaitement sensé Peter, pas l'eau-de-vie, ça, ça n'a jamais rien fait pour remettre les gens d'aplomb, j'en sais quelque chose, ça a tué mon père, mais expliquer ? Si on attribuait à ma mère son nom de jeune fille, la connaissant ça l'agacerait, elle tient beaucoup à son statut de veuve Møller, mais elle ne tomberait pas comme une masse en faisant un malaise. Elle se contenterait de répliquer vertement à l'impudent qui oserait la délester de l'empreinte de mon défunt père qu'elle n'était plus cette dame, s'étant marié il y a... Tiens, je n'ai même pas idée de la date de mariage de mes parents, et j'ai aussi quasiment oublié le nom de jeune-fille de ma mère... Olesen ? Bref, là n'est pas la question.

Il y a donc à creuser. A l'évocation de l'alcool, elle fait un geste de dénégation. Elle n'en veut pas ! Elle a raison. Saouler quelqu'un ne l'a jamais remis debout ! Au contraire.

« Mais Peter ! Je vais bien, c'est passé ! Je vais peut-être aller consulter le docteur ? Ça doit être la fatigue... »

La fatigue ? En tout cas, il a dit à deux fois « si tu nous expliquais » « il va falloir m'expliquer » et j'ai peur le pauvre que ça n'ai pas été entendu. Elle n'a pas du tout envie d'expliquer. Pourquoi ? Quel secret si honteux cache-t-elle ? D'autant que son époux lui, n'a pas l'air inquiet du tout ?

« … Ce serait pas mieux de savoir avant de l'inviter à la maison ? Parce que la réaction de maman n'est pas vraiment normale là.... »

Je lui envoie un sourire de soutien. Et ne peux m'empêcher j'en ai peur d'afficher ma curiosité ? C'est passionnant cette soirée ! Que de rebondissements ! Venir remplir une banale déclaration fiscale et se trouver en plein dans un drame familial avec secret, cachotteries, mystérieux personnage tombé de nulle part ! Pour un peu, je m'installerais dans le canapé -que je trouve ignoble- et regarderais la suite de spectacle comme on mate une comédie dramatique au cinéma. Est-ce que le Boss sait qu'ils ont tant de secrets ces Black ? Il est allé à l'école avec John à ce que j'ai compris ? Remarque ici, c'est comme chez moi, vu la taille du bled, aller à l'école avec la moitié de ce qui compte dans la communauté, c'est facile.

En parlant de John, il regarde son fils, puis sa femme, puis moi.

« Laisse ta mère tranquille Peter, elle dira si elle veut, il n'y a rien de grave !  »

Et de nouveau il regarde Martha, et Martha fait celle qui n'a pas entendu ? Ni vu ? Il faut avouer que pour une dame qui ne cessait de me tourner autour en pépiant comme une poule curieuse pour me tirer les vers du nez, elle sait parfaitement garder les informations pour elle !

En tout cas, elle a oublié mon blouson, ma fiancée, mon... « orphelinat », en fait, elle m'a oublié moi, et c'est parfait, je commençais à avoir du mal à trouver des réponses acceptables. Cela dit, même si le fait que « Pharell » ait mon âge l'a un peu calmée, elle semble retomber dans des contemplations sans fin, le regard vide, les yeux dans le vague, au point que son mari vient lui prendre la main et la serre contre lui. Ils me rappellent mes parents, avant que leur vie bascule et que mon père -volontairement ou pas- nous prive de sa présence désormais inutile et plus problématique que salvatrice. Elle s'accroche à cette main, comme ma mère se serait accrochée à celle du père... Ils sont tout l'un pour l'autre ! Comme c'est beau !

Moi, ça me fait déraper en direction de Niels, c'est bien le moment ! C'est la faute de Peter aussi, Un brun tatoué, il fallait que je rencontre ça ! Le milieu que je fréquente aujourd'hui n'en produit pas tant que ça, bien-pensants friqués et soucieux de leur honorabilité, les plus hardis osent un tout petit tatouage facilement caché ! Niels lui, arborait les siens comme des étendards, et j'aimais cette peau, j'aimais détailler chaque dessin, faisant courir mes doigts ou ma langue... Keld ! C'est bien le moment ! Profite, regarde, écoute, et ce soir une fois rentré rue-toi sur internet, fais des recherches, trouve où est née Martha O'Hara, tu ne peux plus réclamer de regarder les papiers, encore que … j'ai les doubles numérisés... Quelle perspective, je m'ennuyais dans ce trou perdu, j'avais bien essayé de fouiller dans les archives qui parlent de cette église qui effraie encore les vieux, mais tout est bien gardé et je ne suis pas certain qu'ils aient tant que cela à  dissimuler ? Là, j'ai une piste, je vais la suivre.

« Je t'assure Peter, ça va très bien ! »

Elle dit ça d'une toute petite voix de fillette. Ça a l'air d'aller oui. Il n'est pas dupe Peter, il a toute mon estime.

« D'ailleurs lorsqu'on y réfléchit, j'ai jamais connu mes grands-parents de ton côté, ni même personne de ta famille »

Elle pique un fard et cherche son mari des yeux. Allons bon ?

« S'il te plaît Peter... »

« Bon sang Peter laisse ta mère tranquille ! Ce n'est pas le moment ! »

Il a haussé la voix le fermier ! Je me demande s'il ressemblait à son fils quand il était jeune ? Je cherche en Peter les traits de sa mère ? Non, définitivement plutôt son père. Il devait être brun aussi, et il a les yeux de la même couleur sombre... En parlant du moment, il m'a regardé, de façon bien marquée. Ouais... Je suis de trop, j'en ai conscience, mais je ne propose plus de partir, j'ai vraiment envie de voir la suite, et puis Martha a raison, on m'a fait éplucher des pommes de terre, je vais les manger !

« Bon, on n'a plus qu'à aller chercher ce Pharell et le faire parler ! Je suis sûr qu'avec un peu de "persuasion", il aura des tas de choses passionnantes à nous dire... C'était une super idée papa de l'avoir gardé ici ! »

Il ouvre la porte d'un air décidé, se tournant vers son père comme pour le prendre à témoin, et vers moi ? Espère-t-il que je vais user de la violence pour faire cracher « Pharell » ? C'est mal me connaître, je ne fais jamais usage de la violence... Du moins en public.

Dans l'encadrement de la porte, un jeune type qui gagnerait clairement à se laver plus souvent et surtout à s'habiller correctement. Les paroles de Peter l'ont fait se redresser, comme giflé, il a le visage fermé et quelque chose de blessé dans les yeux, ça peut se comprendre, ce qu'il vient d'entendre ne lui était pas destiné, du moins pas de cette façon. Moi, je ne sais pourquoi, je le détaille comme je détaillerais un adversaire avant de monter sur le ring. Il n'est pas plus grand que moi, sérieusement plus râblé par contre, c'est un paquet de muscles calme, avec le regard que je devais avoir à la mort de Niels, fait de défi, de rébellion, de douleur contenue.

D'une main, la gauche, il retient le chien qui a dû sentir qu'on avait offensé son maître et a une attitude qui ne me plaît pas plus que ça. C'est vrai que pour un chien de taille, c'en est un ! De l'autre, il serre les phalanges sur les bidons qu'il tient, à en faire blanchir les articulations. Comme entrée en matière, ça promet ! John Black a dit « pas teigneux » ? Non, je ne pense pas qu'il le soit, mais c'est probablement un combattant convenable, pas de ceux qui se la pètent et s'effondrent au premier coup.

John avance et pousse légèrement son fils de côté. Il a les yeux rivés non sur les traits durs et fermés du jeune type mais sur les deux bidons vides...

« Il y a un problème Monsieur O'Hara ? Ma femme pensait justement vous inviter à dîner ? »

Il regarde Martha qui s'est levée et prononce quelques mots dans une langue que je ne comprends pas et que visiblement son fils ne comprend pas plus. Un sourire prend la place du masque figé qu'offrait « Pharell » et il lâche le chien. Elle continue.

« Entre Pharell, on doit se parler à ce que j'ai compris ? »

Moi, je suis toujours au spectacle, je ne quitte pas Peter des yeux. Je tente un dernier :

« Vous êtes certaine que je ne dois pas vous laisser en famille Madame Black ? »

Histoire de ne pas avoir l'air de me rincer l'oeil gratuitement. Comme elle fait un nouveau geste, un peu agacé, pour me signifier qu'elle a déjà dit non, je me tais et je regarde Pharell cette fois-ci, d'une façon qui doit lui parler parce que je reçois en échange un coup d'oeil de maquignon, aussi impoli que le mien tout a l'heure, puis, un sourire des yeux... Bon, en tout cas, s'il y avait une fille de la maison, ce n'est pas le nouveau venu qui la mettrait en danger, ou je suis complètement stupide. Et il n'a pas les yeux dans sa poche le jeune homme qui est arrivé avec une caravane, un van et « tout le bazar ».

Mon attention se reporte sur Peter, et sur Pete ! Pete, qui un bout de mon blouson en gueule a une posture tout sauf raisonnable ! Il est en train de défier cet énorme chien noir ? Pour conserver son trésor de cuir mâchouillé ?






@Clafoutis @Val


Prendre son envol

et tout oublier
Val
Messages : 169
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Jeu 9 Juin - 19:52

Martha Black
On ne dit pas l'âge d'une dame enfin ! Mais bon, mon fils a plus de trente-cinq ans, j'étais jeune à sa naissance mais ça ne me m'ôte pas les années vécues... je vis à Gettysburg dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis femme d'un fermier et mère d'un tatoueur ! Bon, un peu active sur la ferme aussi, je ne pourrais de toute façon pas chercher à longueur de temps comment m'occuper, ça doit être l'enfer sur terre !
Alors je fais preuve d'une présence de chaque instant, bien au delà des tâches ménagères. Et puis ne suis-je pas « la reine des confitures » ? au point qu'on m'a installé un local rien que pour moi et trouvé des débouchés pour les dizaines de pots de confitures maison qui sortent de mes mains ! J'ai même de l'aide pour les produire maintenant.

 
Je m'en sors bien, de mieux en mieux je dirais, on a eu des périodes difficiles.Sinon, et bien je l'ai déjà dit,  je suis mariée  avec l'homme de ma vie ! Et je le vis parfaitement..


Informations supplémentaires ici.
Outre que je suis bonne cuisinière et je l'espère bonne mère, j'ai quelques passions.
D'abord « savoir »... Tout savoir sur tout et tous autour de moi, une commère ? Pff ! Simplement une personne impliquée dans sa communauté, c'est important de savoir qui est avec qui, comment les parents de l'un ou de l'autre réagissent à cela, si le futur époux venu d'ailleurs est aussi bon parti qu'il y paraît ! Je suis au même titre que la plupart des mères de Gettysburg un excellent détective-privé.


Ensuite, je suis un peu mère poule... Mon fils unique s'est rapidement affiché « différent » de la majorité de ses camarades, pas questions qu'on lui fasse du mal, pas même des reproches ou des réflexions !
Il paraît que je suis romantique ? Parce que j'aime rendre les gens heureux et pleure aux mariages ? Que je lis principalement des romans où deux amoureux arrivent à passer des tas d'obstacles mis sur leur passage par le destin et à se trouver ? Encore pff !
Autre chose, je suis née dans une communauté soudée mais étrangère à cette ville. Mon fils n'en sait rien, ça n'a pas d'importance, désormais, ma vie est ici. Rien ne me prédestinait à épouser John, j'étais même promise à un Brian que j'aimais... bien... Rien qui justifie de l'épouser ! Pour me marier, j'ai dû mentir aux miens et les quitter, je ne regrette rien, ma vie est ce que je la voulais ! Et envers et contre tout nous irons de l'avant !
Ah ? On me dit aussi « battante » et volontaire...



Naufrage administratif
Keld Møller ft peter Black & Martha Black
avec la participation de Pharell O'Hara...

Naufrage administratif - Page 4 Nature11

«  Bon, on n'a plus qu'à aller chercher ce Pharell et le faire parler ! Je suis sûr qu'avec un peu de "persuasion", il aura des tas de choses passionnantes à nous dire... C'était une super idée papa de l'avoir gardé ici !    »

J'ai l'impression d'être ailleurs, comment puis-je être à ce point « sonnée » ? Je réussis juste à marmonner un « Mais enfin Peter ! » le mal est déjà fait ! Il ouvre la porte, et un visage fermé est comme l'incarnation de l'humiliation ressentie. Je ne le connais pas Pharell, mais nul doute qu'il s'agit de lui ! Il vient de se prendre en pleine figure ce que tous nous essayons d'oublier, de la méfiance, du mépris, de la rage à défaut de haine ! Bien sûr, lui ne peut pas savoir que mon fils n'en a pas après lui, mais après quiconque me menace.

Il faut que je rattrape le coup, les hommes de notre... communauté... ne sont pas des modèles de patience ni d'abnégation, John dit qu'il n'a pas l'air teigneux mais je comprendrais parfaitement que la maladresse de Peter le fasse sortir de ses gonds, après tout, lui n'a rien demandé à part si on me connaissait ? Je marmonne encore une fois...

« Mais Peter enfin ! Il n'y a rien ! C'est juste qu'au bout de tant de temps je suis surprise »

Je vois Pharell figé, le chien, un énorme pitbull, prêt à bondir. Il n'a pourtant pas l'air d'un chien de combat ? Il a de bons yeux cette bête et pas une cicatrice ? Je n'ai pas l'impression que son maître le maltraite au contraire, il a l'air d'un Pete géant et noir ! Il faut que je rattrape ça vite, avant que ça ne s'envenime pour rien. Les mots me viennent naturellement, comme si pendant les presque quarante ans qui ont séparé mon départ de ce jour je n'avais jamais cessé de m'exprimer en shelta.

« Soit le bienvenu Pavee (*) ma maison t'est ouverte, tu es chez moi chez toi »

Mon père le disait quand un homme franchissait notre seuil, en l'occurrence celui de la caravane, puis à Murphy Village de la … maison ? Nos maisons sont souvent des mobilhome qui ont perdu leurs roues. J'ignore si c'est « traditionnel » parmi notre peuple mais dans ma famille ça l'était, donc je le fais. Je dois désamorcer la tension et puis... je partage son embarras et sa tristesse comme si on avait continué pendant toutes ces années à me considérer comme moindre... C'est étrange comme sensation ? Mon mariage avec John était un mariage d'amour, sa famille m'a acceptée et même accueillie avec une grande satisfaction et beaucoup de joie ! Là, à cet instant, je suis un jeune homme solitaire face à l'adversité et à la défiance. Je ne veux pas qu'il puisse se sentir agressé par mon fils, quand bien même celui-là ne serait qu'inquiet pour moi ! Je repasse à l'anglais dès l'amorce du sourire sur la face de notre « invité »,

« Entre Pharell, on doit se parler à ce que j'ai compris ? »

Et bien, à le voir là, je ne sais pas de qui il est le fils, ses traits ne me disent rien, mais en tout cas puisque Peter s'est plaint de ne pas connaître « ma » famille, je pense qu'il en a un spécimen sous les yeux ?  

« Je pense que nous sommes cousins ? Un O'Hara de Caroline du sud ? De qui es-tu fils ? Peter, mes parents n'ont rien d'honteux, nous nous sommes juste... séparés à un moment donné. »

Je n'en dirai pas plus aujourd'hui, je me demande d'ailleurs pourquoi je n'ai jamais raconté ? Après tout c'est romantique en diable l'histoire de ma rencontre avec son père ! Je ne peux pas dire que mes parents ne voyagent pas ! Encore qu'ils ne le font peut-être plus, ma mère rechignait même à partir à des congrès religieux en dernier, mais ils ne sont jamais venus ici. A moins ? De nouveau j'ai une inquiétude ! Je regarde le gamin qui me fait face, il est plus jeune que Peter ! Il a effectivement l'âge du petit Møller comme l'a dit John ?

« Est-ce que quelqu'un est malade ou... »

Il fait un geste « non » et sourit davantage.

« Lilian voulait de tes nouvelles, je suis l'aîné de James O'Hara, le fils de Ruby »

Le fils de Ruby ? Ruby est la sœur aînée de mon  père ! James le cousin germain donc du Pa' ! Le petit est mon... Oh je m'emmêle ! Le fils du fils de ma tante ? Bref ! C'est un cousin, pas du tout éloigné !

« Donc Peter je te présente ton cousin Pharell, le petit-fils de ma tante Ruby, je ne crois pas que tu auras besoin de le soumettre à la question ni qu'il te faudra l'attacher pour le questionner ! Lilian... C'est une cousine aussi, celle qui m'a permis d'être courtisée par ton père ! »

A l'évocation de Lilian et de toutes les bêtises et mensonges qu'on a inventés pour sauver quelques instants de ma vie, afin que cachée derrière les plantes vertes je puisse rencontrer John qui travaillait chez les Ruppert à ce moment-là... Tiens ? Il ne m'a jamais dit pourquoi il était si loin de chez lui d'ailleurs ? Je le regarde ? Il a fallu l'arrivée de ce garçon pour que je me pose la question ?

Je me sens bien, personne n'est malade, personne n'est mort, je vais pouvoir m'occuper plus avant de savoir qui est Cheryl ! Et puis, ils ont épluché de quoi nourrir douze personnes, donc un de plus un de moins... John lui fronce le nez ?

« Il est à sec ce puits ? Ça va pas du tout ça ! Il est bien utile quand la sécheresse vient... Faudra voir ça demain ! »

Voilà, tout est redevenu normal ! Je souffle... Quand un grondement de bête féroce se fait entendre et un couinement disproportionné !

Pete a bondi sur le gros chien noir ! Mais qu'est-ce qui arrive à ce chien aujourd'hui ! Lui qui est habituellement si calme et si débonnaire ? Plus trouillard que lui c'était difficile à trouver, là, cet énorme molosse est caché derrière son maître, la queue entre les jambes !

Sidérée je regarde Peter ?



(*) Pavee : les Irish traveller's se nomment entre eux « pavees »

Sources : wikipedia - Irish_Travellers

@Clafoutis @oskar


« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John »
- « Pharell »


Follow

the dream spirits
Clafoutis
Messages : 32
Date d'inscription : 06/05/2022
Crédits : Pinterest

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Noob
Clafoutis
Sam 11 Juin - 21:24

Peter Black
J'ai 35 ans et je vis à Gettysburg, Pennsylvanie, USA. Dans la vie, je suis Tatoueur et pianiste à ses heures perdues. et je m'en sors très moyen, merci papa et maman pour l'aide de la ferme. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien ! Non maman, je refuse de me marier !.

★ Son surnom est Pete. Oui, le même nom qu'il a donné à son chien. C'est suite à une agression homophobe qu'il s'est pris un chien. Pour pouvoir mieux se défendre. Sauf que son chien est petit, rondouillard, flemmard et peureux. Du coup, c'est lui qui se retrouve souvent à le défendre contre d'autres chiens, ou chats. Ou des pigeons.  


★ Sa maman, c'est la femme de sa vie. Aucune ne la remplacera jamais dans son cœur, ce qui est beaucoup plus facile à dire et à faire lorsqu'on est de base homosexuel. Ses parents ont contracté une importante dette auprès de l'Eglise de la Rédemption Ultime pour payer les frais d'hôpital, lorsque à 3 mois de grossesse, sa mère a dû sacrifier un de ses jumeaux pour sauver l'autre. Ce fut ensuite une longue hospitalisation au repos strict au lit et des soins sans fin jusqu'à l'accouchement. L'exploitation agricole allait mal après deux saisons difficiles et les dettes s'accumulaient. La ferme Black connue depuis des décennies se trouvait au bord de la ruine.

★ Personne ne sut expliquer comment ils avaient pu savoir que les Black n'avaient pas la trésorerie nécessaire pour assurer les soins de la mère et de l'enfant à l'hôpital mais un soir, son père avait eu la surprise d'obtenir une "aide" pour remerciements des bons et loyaux services envers la communauté. Bien sûr, il rembourserait plus tard, lorsque sa femme et son fils seraient à l'abri chez eux dans leur ferme. Les factures des soins s'accumulaient déjà et... Qu'aurait-il pu faire d'autre ?

★ Depuis c'était la crainte que l'Eglise ne vienne leur demander un remboursement non pas en espèces sonnantes et trébuchantes mais en service rendu. Et il n'était pas question que leur nom et leur réputation soit entachés. Quitte à en arriver à un solution drastique, et surtout fatale. Mais avant, les époux Black voulaient caser et mettre à l'abri leur fils, et quoi de mieux qu'un mariage pour cela ?



Quoi qu'il puisse se passer, il n'aimait pas cela. Et visiblement, il n'obtiendrait rien de ses parents. Ce n'était d'ailleurs pas la première fois qu'ils lui faisaient le coup puisqu'il avait dû découvrir par lui-même le secret de sa naissance. Ainsi que le rôle que l'Eglise y avait joué, et leur crainte de voir leur réputation réduite à néant jusqu'à se trouver mis au banc de leur communauté. Et sans doute avaient-ils toutes les raisons du monde de garder le secret, mais le garder de lui ? Il avait eu beaucoup de mal à le digérer... Et il ne s'était certainement pas attendu à faire face à un autre secret familial. Qui ne serait visiblement pas plus dévoilé par ses parents alors qu'à cela ne tienne, il obtiendrait ses réponses directement de ce Pharell !

Il ne s'était juste pas attendu à le trouver derrière la porte, visiblement guère heureux de ses propos. Alors que lui détaillait le type qui lui faisait face cherchant à comprendre ce qu'il se passait sur ses traits, dès fois que ce serait écrit sur son visage... De bébé. Il avait un visage de poupon ! Et alors qu'il se trouvait poussé par son père venu accueillir comme il se devait leur "invité", sa mère parla... Une langue totalement inconnue ! Sidéré, il la fixa les yeux écarquillés avec cette affreuse impression de voir une femme qu'il ne connaissait absolument pas, avant de sortir la première chose qui lui passa par la tête. Mais au point où il en était, ça pourrait presque être plausible, non ?... "Euh... C'est mon petit frère ?... Demi-frère ?" Parce qu'il pataugeait un peu et qu'il cherchait toujours à comprendre.

Mais apparemment, ils seraient juste... des cousins. Mais surtout, il était l'aîné ? Ce qui voulait dire qu'il y en avait d'autres ? Apparemment, oui. Et avec une famille suffisamment nombreuse pour demander de quel Etat il était originaire ? Sans blague ?... Bon, au moins il n'avait d'après sa mère, pas à se sentir honteux de ce côté de la famille... "Heureux de l'apprendre..." Sauf qu'il avait une voix blanche alors qu'il suivait les échange d'un regard toujours aussi sidéré. Pour finalement répondre à sa mère qui tentait... de le rassurer ? Ou se rassurer elle-même quant à l'irruption dans sa vie "officielle" de sa seconde vie cachée ? En tout cas, lui tombait des nues et ne le cachait pas !

Parce que tante Ruby ? Cousine Lilian ? Apparemment il y avait eu un trou de verre dans l'espace-temps -certainement d'ailleurs au moment où il avait ouvert la porte de la maison- et il était tombé dans une autre dimension, et surtout une autre famille que la sienne ! "...Mais c'est qui tous ces gens ?!" Il avait 35 ans et jamais, oh grand jamais, il n'avait entendu parler de ces personnes... Et il se fichait bien de jeter un froid dans ces émouvantes -et surtout très étranges !- retrouvailles familiales. Alors qu'il était censé faire partie intégrante de cette famille ! "Rassurez-moi, mais je suis bien votre fils ?" Oui, il n'aidait pas. Mais il se fichait bien d'aider en cet instant alors qu'il découvrait que sa mère avait une double vie et qu'elle parlait une langue totalement inconnue !

Et son père qui visiblement trouvait ça tout à fait normal... Ou du moins assez normal pour parler du puits asséché ! Il ne put que lancer un regard complètement perdu à Keld, juste pour savoir si celui-ci en était au même point que lui... Parce que comment pouvait-il parler du puits alors qu'il y avait tellement d'autres choses qui n'allaient pas ?! "Je pourrais sans doute pas venir t'aider papa, je travaille au salon demain." Son père n'était pas dupe, il connaissait ses horaires et il savait qu'il terminait tôt en soirée, son patron ne voulant pas lui payer d'heures supplémentaires. Mais il n'était pas sûr de vouloir aide un "cousin" qui débarquait de nulle part et sans être même sûr qu'il faisait vraiment partie de la famille. Après tout, lui ne les connaissait pas ces O'Hara ! Alors qu'il aurait pourtant trouvé tout à fait logique et naturel d'aller aider un parfait inconnu... Mais plus que cela encore, il en voulait à ses parents pour l'avoir une nouvelle fois laissé dans l'ignorance des secrets de famille. Il se faisait juste l'impression d'être le dindon de la farce, et il n'aimait pas cela.

Il se refermait donc lentement mais sûrement comme une huître. Il n'avait d'ailleurs même plus faim malgré la promesse des frites maison mais il resterait à la table familiale, ne serait-ce que pour grapiller les quelques éléments qu'il pourrait obtenir. Puisque visiblement ni sa mère, ni même son père, ne jugeait nécessaire de le tenir informé sur les raisons de sa méconnaissance des O'Hara... Alors que les bras croisés, son regard allait de façon régulière se porter sur ledit "cousin".

...Jusqu'à la catastrophe.

Bien que ce n'était pas  le Cerbère -étonnamment sage et apparemment très bien éduqué, bien plus que Pete d'ailleurs !- qui attaquait Pete mais bel et bien l'inverse ! Il n'avait pas fallu plus pour qu'il saute sur son chien pour tenter de le récupérer et libérer le pauvre Cerbère qui tentait de se cacher dans les jambes de son maître. "Mais enfin Pete ! Ca a beau être de la peau noire, c'est pas du cuir, voyons ! Allez, lâche-le..." Non mais vraiment, Pete exagérait parfois ! Et sa mère avait peut-être raison de s'inquiéter finalement... Mais pour le moment, récupérant Pete dans ses bras après s'être assuré que Cerbère n'avait pas été blessé, il s'excusa auprès de Pharell. Et c'était bien les premiers mots un tant soit peu sympathiques qu'il prononçait à son encontre. "Désolé pour Pete. On comprend pas ce qu'il a avec le cuir, il est complètement raide dingue de ça et je crois qu'il prend ton chien pour une veste mouvante format XXL..." Du pain béni pour Pete donc ! Caressant une dernière fois le molosse en guise d'excuses envers celui-ci, il cala Pete sous son bras avant de se relever alors que celui-ci s'agitait tout en grognant à nouveau vers le molosse... Allons bon...


Oskar
Messages : 160
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Sam 11 Juin - 23:42

Pharell O'Hara
J'ai vu le jour en Caroline du Sud, à Murphy Village, le 12 décembre 1995. « Village »... C'est surtout un campement, un immense campement nomade, où on trouve des baraques en dur et des caravanes, même des roulottes avec des chevaux encore...



Je vis... là où les routes me mènent, pour l'instant je vais vers Gettysburg dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis un peu touche à tout, je me place comme ouvrier agricole, docker, forain, ça dépend, ça n'a aucune importance puisque je ne reste pas ! J'ai du mal à tenir en place, j'avoue .

 
Je m'en sors pas si mal, j'ai le nécessaire et même un peu du superflu, ça suffit ? Non ?Sinon, je me suis marié, à dix-huit ans, avec... peu importe, on s'est séparés deux ans après, et jamais revus. Elle veut pas divorcer, ça la regarde, moi je m'en fous. Elle est bien capable de me faire des gosses, à distance, au moins ça ferait plaisir à mon père quelques « O'Hara » en plus...   Et je le vis parfaitement. De toute manière, on est tous cousins quelque part, alors qu'ils aient mes gènes ou pas ses mômes, je peux bien leur donner mon nom.


Informations supplémentaires ici.
En passant ? Je suis ce qu'on appelle un « Irish Traveller's », un nomade dont les ancêtres sont arrivés d'Irlande, probablement au début du dix-neuvième siècle, mais ça, on n'est pas très doué pour tenir des registres nous autres...


Ma vie, c'est le voyage, la route. Parmi nous certains -de plus en plus nombreux- se sont « sédentarisés », pas moi. J'ai pas besoin de me fixer pour vivre, même, moins je reste en place et moins les autres cherchent à savoir qui je suis, d'où je viens, comment je vis et ce que j'aime.

Quand je donne ma parole, je la tiens, si on me la donne... Vaut mieux en faire autant. L'honneur, c'est la richesse des gens comme moi. Je plaisante pas avec.
Contrairement aux bruits qui courent sur ma communauté, on est honnêtes, moi le premier. Je ne vole pas, ne mens pas, ne cherche pas  à arnaquer. C'est comme pour la parole, faut pas me chercher trop, je ne suis pas méchant mais j'aime pas qu'on m'emm... La liberté, c'est d'abord le respect.

Ma vision du monde, c'est être indépendant, sans attache, seul ou accompagné selon mon envie du moment. La famille, les amis, ça compte, mais pas au point d'en devenir esclave...

En fait, à part mon chien, mon chat et mon cheval... Y a pas grand monde pour qui je donnerais ma vie.  Parfois, je me pose, et j'aime... C'est rarement très long comme relation, mais ça peut être intense. Mais ça, ça ne regarde que moi.



Naufrage administratif

Keld Møller ft peter Black ft Martha Black,
avec la participation de Pharell O'Hara



A l'air ahuri du fils devant les explications de la cousine, je commence à comprendre le blème. Si son mari n'a pas répondu, c'est qu'elle n'a jamais parlé de nous -du moins à son fils- le mari lui je pense qu'il savait mais voulait attendre de voir, tout dans son attitude le confirme. Mais pourquoi ? Elle a tellement honte de sa famille ? Mon sourire en constatant qu'elle était bien elle se fige tandis que je suis les conversations. L'homme parle du puits, un bon moyen de détourner l'attention mais personne n'est dupe, ni moi, ni le type en col roulé noir, ni Martha, ni surtout son fils...

Je compatirais presque, il en est à se demander s'il a un frère caché ! Mais quelle idée ? Comme si je n'avais pas assez de quatre sœurs et trois frères moi ! Le dernier a quatorze ans cette année, ça veut dire que si ma mère n'avait pas été ménopausée jeune ils auraient continué à faire un gosse tous les quinze mois... Alors un grand-frère, merci, j'en ai assez de « petits ».

 « ...Mais c'est qui tous ces gens ?! Rassurez-moi, je suis bien votre fils ? »

Tandis que ses parents dans un choeur parfaitement orchestré répondent « Mais enfin Peter ! Bien sûr ! » sans rien ajouter pour la première partie de la question, je ne peux pas m'empêcher de sourire, un vrai sourire, je ne regrette pas de l'avoir trouvée la cousine, je comprends l'adulation que Lilian lui porte encore après tant d'années ! Jeunes, si elles traînaient ensemble, qu'est-ce qu'elles ont du se marrer avec un phénomène pareil !

N'empêche, le petit cousin, il n'a pas l'air d'apprécier. Ou bien ne m'apprécie-t-il pas... moi ? J'avoue, je suis pas au mieux de ma forme, je suis crevé, le puits m'a déçu, l'accueil... surpris, et le sien carrément blessé. Après je suis bête, si ce qui se passe sous mes yeux s'est produit « avant » que j'arrive à la porte, je comprends qu'il se soit dit que le seul qui répondrait ça serait moi ? A part que moi, j'ai pas toute l'histoire loin de là, juste ce que Lilian m'a dit... Et elle me l'a dit quand je suis parti, donc on n'a pas beaucoup parlé. Bon, faut dire qu'un mec qui disparait pendant sa nuit de noces, c'est pas courant. Mais je ne voulais pas me marier ! Il ne fallait pas me forcer. J'ai laissé ma femme dormir -en larmes- et suis allé discuter avec elle, on a parlé trois heures ? Quatre ? Depuis on se téléphone, et on se revoit parfois, seul à seul. Elle doit aimer le mystère Lilian, déjà avec Martha elle ourdissait des plans m'a-t-elle dit pour que la petite voit son John.  Le mariage, Emma s'en remettra, si elle divorce pas, elle peut même demander une annulation religieuse, je ne l'ai pas touchée ! Depuis sept ans que ça dure, elle finira bien par se trouver en manque d'homme et de famille ? A moins que ça l'arrange aussi d'être mariée à un fantôme ?

J'en reviens donc à la famille. Black ? Le mec que je verrais bien en costard-cravate a dit « Vous êtes certaine que je ne dois pas vous laisser en famille Madame Black ? » donc c'est Black le nom du mari que Lil a oublié de me donner ! Le seul à avoir l'air naturel, c'est le père, lui il agit comme si tout était normal ? Il me rappelle un peu le mien de père, c'est le genre de type pragmatique qui voit que l'immédiat et veut oeuvrer à l'essentiel.

« Il est à sec ce puits ? Ça va pas du tout ça ! Il est bien utile quand la sécheresse vient... Faudra voir ça demain ! »

 « Je pourrais sans doute pas t'aider papa, je travaille au salon demain. »

A la tête de sa mère je me dis que c'est une bonne excuse et que juste, il ne veut pas. Pourquoi ? Parce que c'est le puits à côté de mon campement ? Parce qu'il digère pas le « cousin » débarqué de nulle part ? Parce que j'ai une sale gueule ? Ou juste parce qu'il n'aime pas travailler de ses mains ? Moi non plus on m'a pas expliqué ? Je suis aussi vaseux que lui, j'essaye de pas commettre d'impair. Maintenant que je sais qu'elle est bien Martha, je vais pas la mettre dans une situation enquiquinante ?

« Moi je peux donner la main, après tout ça m'intéresse, je chercherai du taf après-demain »

J'espère que ça va pas les incommoder ? Pas que j'aide, encore que... Mais je dis clairement que j'ai l'intention de rester ? Je pourrais repartir aussi, mais bientôt ça sera la saison des fruits, ça demande toujours des bras ce type de culture, et puis j'ai vu en traversant la ville qu'il y a une espèce de scierie, je ne sais pas s'ils ont beaucoup de candidats -ni même s'ils offrent du travail- mais c'est un boulot assez dur pour décourager du monde. Moi, c'est pas de bouger les muscles qui me décourage, c'est de rester enfermer à devoir torturer mes méninges... Les neurones, ça sert que pour gagner au jeu, ou pour monter une combine qui rapporte un max, mais là, j'ai des maîtres autrement plus intelligents que moi, et puis, souvent ça te mène direct en cabane alors moi qui ne tiens pas à rester enfermé... C'est pas trop pour moi. La légalité, c'est pas que je la vénère mais elle te permet d'être tranquille dans ta vie.

Peter, puisqu'il s'appelle Peter, est furax. De quoi exactement, je ne sais pas mais je n'y suis pas étranger. Je suppose qu'il en veut à sa mère de ne pas avoir parlé des siens, aux bribes de réparties que j'ai saisies ça a l'air d'être ça, mais ses yeux vont du couple à moi, de moi à eux... Comme s'il mesurait s'il doit leur en vouloir ou si c'est à moi qu'il doit réserver sa rancoeur. C'est pas super sympa comme impression, l'autre mec, celui qui n'a pas l'air de la famille et auquel j'attribue le carrosse dans la cour, lui me regarde autrement, ça, je capte. Il doit pas non plus vouloir se marier avec la fille qu'on lui réserve lui ! Et j'espère pour lui que c'est pas une « obligation familiale » de respecter la parole donnée par son père au père d'une nana née la même année que toi ! Franchement, est-ce que je décide moi de donner une femme à mes frères ? Ils sont assez grands pour choisir qui ils veulent et s'ils veulent ? Le père a dû s'en charger remarque, après l'affront vécu lorsque j'ai filé sans « honorer » la mariée.

Je réponds donc au sourire du beau mec, un peu plus calme, et puis Devil me saute presque dans les bras en couinant ! Essayez de récupérer quatre-vingt dix kilos de chien lancé sans prévenir ! J'ai juste le temps de le parer et il se fiche derrière moi comme si j'étais un rempart ancestral... Le petit cabot marrant est là, babines montrées, à grogner contre mon clébard comme s'il voulait le dévorer ?

 « Mais enfin Pete ! Ca a beau être de la peau noire, c'est pas du cuir, voyons ! Allez, lâche-le...Désolé pour Pete. On comprend pas ce qu'il a avec le cuir, il est complètement raide dingue de ça et je crois qu'il prend ton chien pour une veste mouvante format XXL...»

Pete ? C'est le chien ou le maître Pete ? J'y comprends plus rien moi ! Du cuir ? En soi, Devil est du cuir oui, moi aussi, tout ce qui peut être dépecé et tanné peut être « du cuir » mais bon, on est tous vivants ? Pour être tanné, faut crever d'abord que je sache ? Je dois avoir l'air tellement stupéfait que Martha intervient.

«  Bon c'est bien beau tout ça mais les frites attendent ! Pharell, va te laver les mains ! Les autres, asseyez-vous !  »

Je retiens un hurlement de rire ! J'ai l'impression d'avoir quatre ans... Comme j'ai du mal, vraiment à garder mon calme, le jeune type qui m'a ostensiblement dragué me prend par le bras pour me guider, lui aussi a l'air de la trouver unique la cousine ! Je reviens pour les trouver tous à table, Martha enveloppée dans un grand tablier tout propre avec des broderies de fleurs en relief, elle a amené sur la table de quoi nourrir deux familles de dix personnes...

«  Alors Monsieur Møller ? Elle est où votre fiancée ? Elle doit se languir de vous si vous êtes loin de l'autre ?  »

Peter a l'air abasourdi, et le « Monsieur Møller » aussi. Puis elle se retourne vers moi l'oeil brillant de curiosité.

«  Et toi Pharell ? Tu dois être marié à ton âge ? Je la connais ?  »

Devil lui-même, assis à distance respectable du « monstre Pete » semble surpris. Le fermier regarde le plafond d'un air hilare, son fils reste sans expression définissable, et le fiancé et moi nous regardons... Totalement sidérés.

Naufrage administratif - Page 4 Sans_t68Naufrage administratif - Page 4 Ossian31Naufrage administratif - Page 4 Efd69610

@Clafoutis @val

« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John »« Pharell »


Prendre son envol

et tout oublier
Oskar
Messages : 160
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Dim 12 Juin - 13:43

Keld Møller
J'ai 26 ans et je vis à Gettysburg , dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis expert-comptable, chargé de mission du principal cabinet comptable de Gettysburg et je m'en sors très bien . Sinon, je suis célibataire et je le vis parfaitement..


Informations supplémentaires ici.
Je suis arrivé du Danemark après un grave accident de la route, il y a quatre ans et me suis d'abord arrêté à New-York, avant de répondre à une offre d'emploi alléchante.

J'ai laissé derrière moi une mère et des frères et soeur qui me croient mort, ainsi que beaucoup de souvenirs douloureux.

En plus de la comptabilité, je pratique... l'extorsion de fonds, utilisant l'internet et toutes les merveilleuses possibilités qui se sont multipliées pour un hacker correct. Présent sur le dark web aussi bien qu'ailleurs, j'ai pour habitude d'arrondir mes fins de mois en délestant habilement de grosses fortunes, pour lesquelles quelques milliers de dollars par an ne représentent rien. Bien entendu, ni mon employeur ni ses clients ne sont au courant...

Pas plus qu'ils ne savent que j'ai quitté mon pays après le décès de mon amant, Niels, petit malfrat notoire.

Je joue très bien aux échecs et suis classé, je participe toutefois de moins en moins aux tournois, ne voulant pas attirer l'attention, beaucoup me pensent mort... J'ai un bateau qui a été acheté et retapé avec amour, et qui nous a servi de home avec Niels. Je joue du violon, comme Sherlock Holmes, pour me détendre. En arrivant à Gettysburg, j'ai d'abord pris un appartement dans un petit complexe très chic restauré de façon admirable par un agent immobilier local. J'en suis à chercher une maison, un peu isolée, de taille moyenne, si possible près de l'eau dont j'ai du mal à me passer.

Pour tout le monde autour de moi, je suis un gentil, poli, et plutôt joli garçon. Un peu effacé, un peu démodé... Timide avec les femmes, serviable, le gendre idéal, certainement issu d'une excellente famille puisque je suis très à mon aise...
[/size]
Naufrage administratif - Page 4 Wallac12

Naufrage administratif
Keld Møller ft peter Black et Martha Black,
avec la participation de Pharell O'Hara

L'arrivée du « cousin » a comme jeté un froid sur Peter ? Il aurait pris en passant sous l'escalier un seau d'eau glacée qu'il ne ferait pas une autre tête. Je pense à ma mère. Pourquoi ? Parce que moi non plus je n'ai jamais connu SA famille. Nous, il n'y avait pas de mystère, sa mère était morte d'un cancer très jeune et elle ne pardonnait pas à son père de l'avoir transformée en petite ménagère à treize ans, lui laissant la charge du ménage et de l'éducation de ses frère et sœur. Ma mère, en y réfléchissant, la vie n'a cessé de lui jouer de sales tours, sa mère est morte, ses études sont parties à la baille parce qu'il fallait bien une bonne pour briquer la maison, avec mon père tout allait bien, et puis il a été licencié, s'est mis à boire, à la frapper, et a finalement plongé, au sens propre comme figuré. Moi, et elle quoi qu'elle en dise, avons toujours pensé qu'il avait voulu mourir pour éviter de ruiner plus notre avenir. Pas sûr qu'il ait fait le bon calcul, pas sûr du contraire non plus.

Alors je suis -un peu- solidaire. Je me demande quelle tête j'aurais fait si au moment de partir à Copenhague pour finir ma comptabilité, on m'avait sorti d'un chapeau le grand-père, l'oncle et la tante perdus de vue depuis... vingt ans? Surtout si, après m'en avoir dit pis que pendre pendant toute mon existence, ma mère les avait accueillis à bras ouverts, heureuse finalement de les revoir ?

Je me sens de trop, mais ça, c'est depuis le début. Il règne dans cette maison une ambiance que je peine à comprendre. Pourtant, j'avais l'idée que je m'adaptais bien ? Il faut croire que le confort dans lequel je vis depuis mon arrivée ici m'a amolli. Des gens qui s'aiment, qui le montrent, qui n'hésitent pas à afficher leurs sentiments, leurs ressentis ? Qui se permettent de poser des questions directes, sans chercher à mal, juste parce qu'ils s'intéressent naturellement aux autres ?

«  Alors Monsieur Møller ? Elle est où votre fiancée ? Elle doit se languir de vous si vous êtes loin de l'autre ?  »

Honnêtement, si elle m'exaspère une fois que la tension semble tombée en revenant à Chéryl ? C'est parce que je n'ai pas su désamorcer la chose ! Si dés le début j'avais emboîté le pas à Peter et inventé une Chéryl Smith ou Brian, que je l'avais dotée d'un métier imaginaire mais plausible, lequel métier expliquerait que nous sommes séparés bien malgré nous... Elle pourrait être ? Je ne sais pas moi, grand reporter, ou organisatrice de voyages organisés -des voyages de noce tiens ! Ça ferait vibrer la petite âme glamour de Martha !- ça justifierait que je suis ici, elle toujours à l'étranger, et qu'elle préfère rester à distance raisonnable d'un aéroport international pour son boulot, New York ? Voilà, j'aurais raconté ça, en rougissant juste ce qu'il faut, l'air penaud mais fier, elle me foutrait la paix ! Enfin... Je le pense ? Pas certain, parce que c'est ce qui arrive à Pharell de rougir en paraissant plus gêné que si on l'avait exposé nu comme un ver au milieu de la place du village...

«  Et toi Pharell ? Tu dois être marié à ton âge ? Je la connais ?  »

Il en reste la bouche ouverte, Pharell. Et je ne peux m'empêcher d'être heureux qu'elle ait aussitôt ressorti le flingue à questions ! Je n'ai pas eu le temps de répondre que lui est en ligne de mire, elle tire plus vite que son ombre ! Il la regarde, nous regarde, s'attardant sur Peter il me semble ? Puis sur moi qui suis aussi stupéfait que lui mais sacrément satisfait !

« Euh... mouiiis  »

Là, j'ai le plaisir sadique de la voir -elle- marquer l'arrêt. « Mouis » ? Il est marié ou pas ? Il m'intéresse là ! Il est marié ? Avec un homme ? C'est pour ça qu'il ne le dit pas ? Il n'y a dans mon esprit pas le moindre doute sur ce qu'il est, mais l'affiche-t-il ? Je reconnais que les gars qui affichent leur homosexualité, comme Peter, et peut-être lui ? Ont toute mon admiration. Moi, j'ai évolué et continue de me mouvoir dans un milieu où c'est perçu comme une honte ! Si j'avais pu le dire, sans insister, juste présenter Niels comme « mon compagnon » même pas mon mari, ça aurait sans doute tout changé.

«  Bah ??? Tu es marié ou pas ? Tu le sais quand même bien ? Ça veut dire quoi : moouiis ?  »

Il se rend compte de son erreur et sourit. Bon sang ce type quand il sourit ! Il devient beau ! Ses traits tout à faits passe-partout s'illuminent !

« Oui, je suis marié Martha »

«  Et tu voyages sans ta femme ? Je la connais ? Enfin sa famille ?  Tu as des enfants ? »

Voyager sans sa femme ? Le concept m'est étranger ? Quand mon père partait pour un déplacement, il n'emmenait pas sa femme ? Ni ses gosses ? Oui, mais mon père n'avait pas un camion qui tracte une caravane, un van et « tout le bazar » comme a dit John Black. Mon père était sédentaire, et pas qu'un peu ! Rien que partir deux semaines en vacances chez ses parents ça représentait une expédition alors un type qui embarque tout son avoir et son chez lui dans un truc qui roule et qu'on emmène sur les routes ?

«Tu les connais sans doute, Emma Byrne, Lilian connaît bien Will son grand-oncle, donc tu dois le connaître aussi. Non, on n'a pas d'enfants, et elle reste à Murphy.  »

Je savoure la sidération de Martha. Si j'osais, j'en sourirais aux anges ! Attention Keld, ne te fais pas trop remarquer ! Pour l'instant elle a un os à ronger et il a l'air difficile à digérer.

Je regarde dans la direction de Peter, puis de Pharell, il a l'air tendu le gars, je le soutiens moralement !




« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John » - « Pharell »
@Clafoutis @Val


Prendre son envol

et tout oublier
Val
Messages : 169
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Dim 12 Juin - 20:58

Martha Black
On ne dit pas l'âge d'une dame enfin ! Mais bon, mon fils a plus de trente-cinq ans, j'étais jeune à sa naissance mais ça ne me m'ôte pas les années vécues... je vis à Gettysburg dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis femme d'un fermier et mère d'un tatoueur ! Bon, un peu active sur la ferme aussi, je ne pourrais de toute façon pas chercher à longueur de temps comment m'occuper, ça doit être l'enfer sur terre !
Alors je fais preuve d'une présence de chaque instant, bien au delà des tâches ménagères. Et puis ne suis-je pas « la reine des confitures » ? au point qu'on m'a installé un local rien que pour moi et trouvé des débouchés pour les dizaines de pots de confitures maison qui sortent de mes mains ! J'ai même de l'aide pour les produire maintenant.

 
Je m'en sors bien, de mieux en mieux je dirais, on a eu des périodes difficiles.Sinon, et bien je l'ai déjà dit,  je suis mariée  avec l'homme de ma vie ! Et je le vis parfaitement..


Informations supplémentaires ici.
Outre que je suis bonne cuisinière et je l'espère bonne mère, j'ai quelques passions.
D'abord « savoir »... Tout savoir sur tout et tous autour de moi, une commère ? Pff ! Simplement une personne impliquée dans sa communauté, c'est important de savoir qui est avec qui, comment les parents de l'un ou de l'autre réagissent à cela, si le futur époux venu d'ailleurs est aussi bon parti qu'il y paraît ! Je suis au même titre que la plupart des mères de Gettysburg un excellent détective-privé.


Ensuite, je suis un peu mère poule... Mon fils unique s'est rapidement affiché « différent » de la majorité de ses camarades, pas questions qu'on lui fasse du mal, pas même des reproches ou des réflexions !
Il paraît que je suis romantique ? Parce que j'aime rendre les gens heureux et pleure aux mariages ? Que je lis principalement des romans où deux amoureux arrivent à passer des tas d'obstacles mis sur leur passage par le destin et à se trouver ? Encore pff !
Autre chose, je suis née dans une communauté soudée mais étrangère à cette ville. Mon fils n'en sait rien, ça n'a pas d'importance, désormais, ma vie est ici. Rien ne me prédestinait à épouser John, j'étais même promise à un Brian que j'aimais... bien... Rien qui justifie de l'épouser ! Pour me marier, j'ai dû mentir aux miens et les quitter, je ne regrette rien, ma vie est ce que je la voulais ! Et envers et contre tout nous irons de l'avant !
Ah ? On me dit aussi « battante » et volontaire...



Naufrage administratif
Keld Møller ft peter Black & Martha Black
avec la participation de Pharell O'Hara...

Naufrage administratif - Page 4 Wordpr10


Je l'avoue, oui, je suis curieuse ! Pas une commère comme le répète à tout vent Marjorie Tennyson la présidente du Club des femmes de Gettysburg ! Mais une personne pour qui les autres existent et ont de l'importance. Ce petit Møller tout propret et tout timide ! Il a une fiancée qu'il ne voit jamais ? C'est invivable comme vie ? Je souffrais moi de ne voir John que chaque fin de semaine, si Lilian était libre pour donner le change et m'emmener « faire les boutiques » le samedi.

Faire les boutiques pour nos filles, c'est bien souvent traîner en bande, regarder, essayer, parfois faucher, mais jamais acheter. Aucune de nous n'a les moyens à part quelques filles de forains qui ont des manèges coûteux, chez nous, il n'y en avait pas, les O'Hara et leurs proches sont ouvriers agricoles, ils se placent hommes et femmes pour les vendanges, les cueillettes, les moissons quand c'est encore utile... C'est comme ça que j'ai rencontré John, il s'était placé chez les Ruppert, des gens déplaisants qui trouvaient toujours que leur personnel se la coulait douce et payaient avec un lance-pierres... Ce soir, faudra que je lui demande ce qu'il faisait là ? Après tout, cette ferme, sa famille l'exploite depuis des générations ? Je ne me suis jamais interrogées sur le pourquoi d'aller travailler chez les autres quand on a des parents fermiers et propriétaires ?

Mais je me disperse, j'en reviens au petit comptable, il a beau prendre un air satisfait de sa vie, ça doit être dur de voir l'objet de son amour de loin en loin, pas encore mariés et déjà séparés ? Comme il a l'air toujours aussi gêné, qu'est-ce qu'il est mignon ce garçon à rougir comme ça et à chercher de l'aide dans tous les regards, je laisse ma pensée continuer son cheminement.

Pharell et lui ont le même âge ?! Et chez nous, un garçon ça se marie à vingt ans au plus tard, souvent plus tôt, les filles encore avant, moi à seize ans j'étais déjà promise et si je n'avais pas menti en me prétendant enceinte, à dix-huit j'aurais épousé Brian qui n'avait qu'un an de plus ! Donc Pharell doit être marié ? Pourtant, John n'a pas parlé de famille mais de « particulier » qui voulait s'installer ? C'est étrange. N'a-t-il pas osé venir avec femme et enfants ? Il a sans doute deux ou trois enfants, la moyenne des familles dans notre communauté c'est six je crois ? Et ceux de Caroline du Sud, d'où il vient, ils ont huit, dix, douze gamins ! Des vrais Tinkers comme en Irlande !

Je laisse mon imagination errer... Je suis un peu triste, moi j'en attendais deux, et je n'en ai qu'un. Et je n'en ai plus jamais eu d'autre. Je revois ma mère toujours ronde d'une grossesse en cours ou juste terminée, elle rayonnait de bonheur à porter ses rejetons... Mais ma mère n'a jamais eu de mal à accoucher, elle n'a jamais dû être hospitalisée, à devoir choisir entre un de ses enfants et sa vie... Elle n'a jamais obéré l'avenir de son époux et de sa ferme en nécessitant des soins hors de prix et d'une longueur anormale... Mes yeux doivent se voiler parce que John me prend la main et me regarde, avec une tendresse... Tant pis si je n'ai pas plusieurs enfants, celui que j'ai est parfait et son père aussi !

Alors comme le petit Danois a l'air encore une fois tout perturbé, je change de sujet.

«  Et toi Pharell ? Tu dois être marié à ton âge ? Je la connais ?  »

Décidément, les jeunes hommes de cette génération sont des énigmes ? « Euh... mouiiis  » Mais enfin ?! Il est marié ou pas ? C'est quand même une question simple non ?

«  Bah ??? Tu es marié ou pas ? Tu le sais quand même bien ? Ça veut dire quoi : moouiis ?  »

Il sourit, et je suis rassurée. Emma Byrne ? La petite-nièce de Will Byrne ! Mais bien sûr ! Enfin bien sûr ? Je ne connais pas Emma, elle ne devait même pas être née quand je suis partie. Mais aussitôt après, je suis abasourdie ? Emma est restée à Murphy Village ? Et ils n'ont pas d'enfants ?

J'ai le sentiment d'avoir terriblement vieilli ? De mon temps, on avait des enfants aussitôt, et jamais un irish traveler's ne laissait sa famille derrière lui quand il prenait la route ? Après tout, j'ai peut-être effectivement pris de l'âge et perdu de vue les évolutions ? Je ne les fréquente plus ? Mais un petit quelque chose m'indique qu'il est très ennuyé de ce qu'il a avoué ? Allons bon ? Un comptable danois qui est fiancé mais laisse sa fiancée au diable, et un Tinker qui est marié et ne se soucie pas de sa femme ? Qu'est-ce que j'ai donc découvert là ?

J'en reviens à Pharell, prends un ton gentil et un peu … bête ? Il n'y a rien de tel pour apprendre plus que d'avoir l'air stupide, les gens vous jugent inoffensive et parlent beaucoup trop...

«  Oh c'est triste ça, non ? Comment vous vivez ça ?  »

Pharell ressemble à un poulet qu'on poursuit pour le plumer... Est-ce que je suis perverse ? Sadique ? Mais qu'ont-ils donc ces jeunes hommes ? Je jette un coup d’œil à John, est-ce qu'il comprend ça ? Peter lui, a l'air à peu près aussi normal que son chien l'est aujourd'hui ?

Jamais je n'ai eu ce sentiment d'être exceptionnelle ? Mais pas exceptionnelle dans le sens d'être parfaite, non, juste un étrange phénomène ? Je regarde Pharell, je dois comprendre ? Il est mon cousin après tout ? Si quelque chose ne va pas je peux peut-être l'aider ? Ma voix doit être chancelante...

«  Ça te convient comme ça ?  »

« Je ne voulais pas me marier Martha, je l'ai fait parce que mon père serait mort de honte si je n'avais pas épousé Emma, mais je suis parti avant même d'avoir terminé la nuit de noce.   »

Là, je le regarde, j'ai chaussé mes lunettes comme machinalement, j'ai la bouche grande ouverte, je dois être une incarnation tout à fait plausible de l'ahurissement le plus complet ! Même, je ne trouve plus rien à ajouter ?



@Clafoutis @oskar


« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John » - « Pharell »


Follow

the dream spirits
Clafoutis
Messages : 32
Date d'inscription : 06/05/2022
Crédits : Pinterest

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Noob
Clafoutis
Mer 15 Juin - 19:01

Peter Black
J'ai 35 ans et je vis à Gettysburg, Pennsylvanie, USA. Dans la vie, je suis Tatoueur et pianiste à ses heures perdues. et je m'en sors très moyen, merci papa et maman pour l'aide de la ferme. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien ! Non maman, je refuse de me marier !.

★ Son surnom est Pete. Oui, le même nom qu'il a donné à son chien. C'est suite à une agression homophobe qu'il s'est pris un chien. Pour pouvoir mieux se défendre. Sauf que son chien est petit, rondouillard, flemmard et peureux. Du coup, c'est lui qui se retrouve souvent à le défendre contre d'autres chiens, ou chats. Ou des pigeons.  


★ Sa maman, c'est la femme de sa vie. Aucune ne la remplacera jamais dans son cœur, ce qui est beaucoup plus facile à dire et à faire lorsqu'on est de base homosexuel. Ses parents ont contracté une importante dette auprès de l'Eglise de la Rédemption Ultime pour payer les frais d'hôpital, lorsque à 3 mois de grossesse, sa mère a dû sacrifier un de ses jumeaux pour sauver l'autre. Ce fut ensuite une longue hospitalisation au repos strict au lit et des soins sans fin jusqu'à l'accouchement. L'exploitation agricole allait mal après deux saisons difficiles et les dettes s'accumulaient. La ferme Black connue depuis des décennies se trouvait au bord de la ruine.

★ Personne ne sut expliquer comment ils avaient pu savoir que les Black n'avaient pas la trésorerie nécessaire pour assurer les soins de la mère et de l'enfant à l'hôpital mais un soir, son père avait eu la surprise d'obtenir une "aide" pour remerciements des bons et loyaux services envers la communauté. Bien sûr, il rembourserait plus tard, lorsque sa femme et son fils seraient à l'abri chez eux dans leur ferme. Les factures des soins s'accumulaient déjà et... Qu'aurait-il pu faire d'autre ?

★ Depuis c'était la crainte que l'Eglise ne vienne leur demander un remboursement non pas en espèces sonnantes et trébuchantes mais en service rendu. Et il n'était pas question que leur nom et leur réputation soit entachés. Quitte à en arriver à un solution drastique, et surtout fatale. Mais avant, les époux Black voulaient caser et mettre à l'abri leur fils, et quoi de mieux qu'un mariage pour cela ?



Oui, il avait posé la question. Parce qu'on aurait encore pu lui dire qu'il n'était pas réellement leur fils mais un bébé enlevé/ trouvé dans une poubelle/ acheté au marché noir/ liste non exhaustive ! Mais apparemment, il était bel et bien leur fils. Même s'il n'en restait pas moins qu'on lui avait caché tout un pan de son existence, du moins celle de sa famille. Et il avait le droit de savoir, non ? C'était aussi sa famille après tout ! Sauf que clairement, il n'obtiendrait rien de ses parents et pour le coup, il y mettait lui aussi toute la mauvaise volonté possible. Donc non, il n'allait pas aider pour le puits. Et en fait, il n'aillait aider pour rien ! Alors lorsque Pharell parla de trouver un emploi, il sauta sur l'occasion. "Si tu veux, tu pourras travailler ici. Je vais être très occupé pour les prochains m... Les prochaines années !" Voilà, années c'était mieux ! Et non, il ne faisait absolument pas dans l'exagération alors qu'il poursuivait. "Mais 'vous' serez en famille..." alors qu'il appuyait bien sur le "vous". Mais il ne comptait pas s'arrêter là, et tant pis s'il déchirait le cœur de sa mère. Et le sien en même temps. Il détestait faire ça mais il ne comprenait juste pas. "Et je prendrai mes repas à l'extérieur, tu n'auras plus besoin de cuisiner pour moi." Parce qu'il n'était juste pas capable de se faire cuire un œuf. Mais ce n'était pas si grave, il ferait une cure de Mac Do ! Les frites étaient juste moins bonnes mais au moins il n'y avait pas de légumes.

Il ne décolérait pas alors que loin de se préoccuper du repas, il demandait. "Mais pourquoi vous ne m'avez rien dit ? J'ai 35 ans maman et en 35 ans, t'as jamais trouvé cinq minutes pour m'en parler ? Mais ils ont quoi comme problème ? Ils ont deux jambes, deux bras et une tête comme tout le monde. Et..." Se tournant vers Pharell, il l'interrogea. "Vous n'êtes pas des tueurs en séries ?" Et sans lui laisser le temps de répondre, il se tourna à nouveau vers sa mère. "Ils sont pas des tueurs en série ! En plus, tu devais être super belle en jupes de gitane... Et c'est super cool d'avoir une mère qui tire les cartes et fait de la voyance !" Entre les images d'Epinal et les stéréotypes, il avait de quoi faire ! D'autant que pour lui caravane et fourgon équivalait à gitan avec chansons et danses le soir devant le feu de bois et une multitude d'enfants plus ou moins propres -plutôt moins que plus d'ailleurs- courant pieds nus un peu partout. Et là, il se disait qu'il avait raté quelque chose ! Lui qui avait toujours eu l'obligation de se coucher comme les poules après douche et brossage de dents obligatoires... "Mais pourquoi vous m'avez privé de ça ?!" Alors qu'il aurait pu passer de supers vacances chez cette tante Ruby et cousine Liliane...

Récupérant Pete qui cherchait à bouffer Cerbère -son chien était vraiment un cas mais bon... Il l'adorait- ils se retrouvèrent tous dirigés vers la table par sa mère passée en mode maîtresse de maison. Et lorsqu'il s'agissait du repas, c'était toujours du sérieux ! Il ne fut donc pas étonné de l'entendre exiger de Pharell qu'il aille se laver les mains avant de la voir diriger la conversation. Et alors qu'il se servait -plutôt généreusement puisqu'il ne savait pas quand il pourrait en remanger- en frites, ses mouvements se figèrent à la question posée à Keld. Elle était revenue à Chéryl !? Décidément, sa mère était juste incroyable ! Lançant un regard amusé à celui-ci prêt à l'écouter se dépatouiller avec leur mensonge, son sourire devint clairement hilare lorsqu'elle sauta de Keld à Pharell. Dieu, il adorait sa mère ! Sauf lorsqu'elle lui cachait des trucs, bien sûr...

Il engouffra cependant plusieurs frites parce que tant qu'il était occupé à mâcher, il ne riait pas aux éclats ! Et tant pis si ça lui faisait ressembler à une version humaine de Pete. Parce que Dieu, ce n'était pourtant pas l'envie de rire qui lui manquait ! Il se trouvait juste au spectacle alors que Pharell se trouvait -pauvre inconscient- aux prises avec sa mère. Pour écarquiller lui aussi le regard à l'information essentielle. Et quelle information ! Déjà, il était marié ce qui à son âge était... Inquiétant ? Mais surtout, il n'avait pas consommé la nuit de noces... D'ailleurs sa mère semblait elle aussi ne pas en revenir, et on pouvait dire que ce n'était pas si souvent qu'on parvenait à couper ainsi le soufflet à Martha Black ! Alors que lui se remettait cependant bien vite de sa surprise. "Eh bien... Bienvenue au club ! Sauf que je suis pas marié et que je suis pas prêt de l'être !" Il ne manquerait plus que ça ! Et ça, c'était une message subliminal lancé à ses parents et notamment à sa mère. Alors que cherchant à en savoir davantage, il demanda au principal concerné. "C'est mal vu chez..." Faisant un tourniquet en l'air avec sa fourchette ne sachant quel mot employer sans faire d'impair, il poursuivit. "C'est un truc honteux ou quelque chose comme ça ?" Puis se tournant vers ses parents, soudainement bien plus conciliant. "C'est pour ça que vous m'avez caché de la famille ?" Et cette famille lui sembla soudainement nettement moins sympathique, feux de camp ou pas. En tout cas, il chercha aussitôt à rassurer Pharell avec un grand sourire. "T'inquiète, ici c'est cool. Tu peux être qui tu veux, même avec des hétéros comme Keld." Voilà, entre un hétéro et un mec marié, les possibilités de "casage" se réduisaient comme peau de chagrin. C'est qu'il en aurait presque plaint sa mère qui allait certainement déplorer toutes ces relations avortées.

Et en parlant de relations, il surveillait toujours du coin de l'œil Pete qui bizarrement n'était pas dans leurs jambes aujourd'hui pour tenter d'obtenir une ou deux frites tombées accidentellement de la table. Généralement de son côté, sa maladresse légendaire y étant pour beaucoup. Officiellement. Mais apparemment, celui-ci avait mieux à faire aujourd'hui comme faire copain avec une veste en cuir géante et bien difficile à capturer... Alors qu'il se rapprochait petit à petit de Cerbère qui le surveillait lui aussi du coin de l'œil. Mais pour l'instant, tout se passait bien entre eux, il le laissa donc faire tout en espérant qu'il ne prenne pas l'envie à Pete de lui sauter une nouvelle fois dessus !


Oskar
Messages : 160
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Jeu 16 Juin - 10:07

Keld Møller
J'ai 26 ans et je vis à Gettysburg , dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis expert-comptable, chargé de mission du principal cabinet comptable de Gettysburg et je m'en sors très bien . Sinon, je suis célibataire et je le vis parfaitement..


Informations supplémentaires ici.
Je suis arrivé du Danemark après un grave accident de la route, il y a quatre ans et me suis d'abord arrêté à New-York, avant de répondre à une offre d'emploi alléchante.

J'ai laissé derrière moi une mère et des frères et soeur qui me croient mort, ainsi que beaucoup de souvenirs douloureux.

En plus de la comptabilité, je pratique... l'extorsion de fonds, utilisant l'internet et toutes les merveilleuses possibilités qui se sont multipliées pour un hacker correct. Présent sur le dark web aussi bien qu'ailleurs, j'ai pour habitude d'arrondir mes fins de mois en délestant habilement de grosses fortunes, pour lesquelles quelques milliers de dollars par an ne représentent rien. Bien entendu, ni mon employeur ni ses clients ne sont au courant...

Pas plus qu'ils ne savent que j'ai quitté mon pays après le décès de mon amant, Niels, petit malfrat notoire.

Je joue très bien aux échecs et suis classé, je participe toutefois de moins en moins aux tournois, ne voulant pas attirer l'attention, beaucoup me pensent mort... J'ai un bateau qui a été acheté et retapé avec amour, et qui nous a servi de home avec Niels. Je joue du violon, comme Sherlock Holmes, pour me détendre. En arrivant à Gettysburg, j'ai d'abord pris un appartement dans un petit complexe très chic restauré de façon admirable par un agent immobilier local. J'en suis à chercher une maison, un peu isolée, de taille moyenne, si possible près de l'eau dont j'ai du mal à me passer.

Pour tout le monde autour de moi, je suis un gentil, poli, et plutôt joli garçon. Un peu effacé, un peu démodé... Timide avec les femmes, serviable, le gendre idéal, certainement issu d'une excellente famille puisque je suis très à mon aise...
[/size]
Naufrage administratif - Page 4 Retouc10

Naufrage administratif
Keld Møller ft peter Black et Martha Black,
avec la participation de Pharell O'Hara

Quand je pense que j'ai failli décliner poliment l'invitation à dîner ! Quel désastre ça aurait été... Rater une représentation pareille ! Jamais -même du meilleur auteur de théâtre moderne- je n'aurais vu une pièce aussi parfaite. Du suspens, des rebondissements, des personnages hauts en couleur, je suis -ai-je honte ? Même pas!- aux anges.

Martha flotte... ça ne va pas durer, je lui fais confiance, elle va se remettre, trop vite à mon goût, mais je remercie Pharell pour l'énorme pavé qu'il vient de lancer dans la mare ou le puits ? Peu importe. Par contre, j'exprime par mon attitude tout le soutien moral que je peux parce que quand elle va réaliser que ce type a simplement planté sa toute nouvelle épouse sans la toucher ! J'espère pour lui qu'elle jugera qu'il est trop proche parent de Peter pour pouvoir l'épouser ! Enfin, en ce qui le concerne, encore faudrait-il qu'il divorce, mais quelque chose me dit que si Martha l'a en tête comme « gendre » possible, elle va faire le forcing auprès «d'Emma » pour la convaincre que rester mariée à un homme qui ne t'a même pas « consommée », c'est ridicule. Etrangement, j'ai idée que pour récupérer Pharell, elle est capable de renouer des liens forts et durables avec sa famille oubliée ? Après, il faut bien reconnaître que jusqu'alors, je n'ai été capable de prévoir aucune des réactions de Madame Black.

Peter lui, est en colère. Cela aussi je le comprends. Je trouve ça dommage, mais je le comprends. Dans une relation sentimentale, que ce soit avec tes parents, ta moitié, ou n'importe quel(le) ami(e), le meilleur ciment, c'est la confiance. Apprendre qu'on t'a menti, même par omission, pendant trente-cinq ans, ça ne met pas franchement en confiance. Il doit se demander de quoi d'autre on a oublié de le mettre au courant, un abîme d'ombres et de non-dits, juste parce que le petit cousin est nomade ?

Nomade ! Je vois le nez froncé des gens de nos campagnes danoises au passage de quelques caravanes... Le plus stupide est que les Danois comme les Néerlandais et de nombreux peuples du nord, adorent les caravanes... Pour partir en vacances dans le sud de l'Europe à la recherche du soleil ! Que le soleil remonte en convoi, avec des gens un peu trop différents, et aussitôt, elles n'ont plus le même charme et se muent en véhicules dangereux et invasifs. Est-ce pour cela que Martha n'a rien dit ? Pour que son fils, déjà si ouvertement « autre » n'aille pas crier dans la cour de l'école « Et puis moi mon grand-père il a une grande caravane et il voyage partout sur les routes ! » ? Je l'ignore et avec elle n'irais pas prendre de pari.

 « En plus, tu devais être super belle en jupes de gitane... Et c'est super cool d'avoir une mère qui tire les cartes et fait de la voyance ! »

Là... On sent le froid s'installer. Sa mère ouvre la bouche et a les yeux qui lui sortent un peu plus de l'orbite ? Quant à Pharell, si on venait de le jeter à terre et de le rouer de coups, il ne réagirait pas autrement.  Peter a dit juste avant  « ils ne sont pas des tueurs en série ! »  mais je me dis que le petit cousin deviendrait bien un assassin -juste là, en ce moment- s'il ne maîtrisait apparemment remarquablement ses nerfs. Toutefois, il marque le coup presque autant que tout à l'heure quand le fils de la famille a parlé de lui tirer les vers du nez.

D'ailleurs, c'est trop pour lui Pharell, il fait mine de se lever, regarde Martha, se rassoit en faisant un effort louable, et marmonne juste assez haut pour être entendu « C'est peut-être pour éviter d'entendre de telles conneries qu'elle n'a rien dit ?   »

Il boude Pharell... Martha semble consternée, moi, je savoure en prenant un air ailleurs.

« Ta mère a tout fait pour te protéger Peter, justement pour éviter ce type de clichés ! Tu avais déjà bien assez de « particularités » sans ajouter celle-là. » Il marque une pause John et reprend « Il y a sans doute des parts de ta vie que nous ignorons Peter. Tes parents ont le droit de garder pour eux certains épisodes. Tu n'as jamais non plus posé de questions, donc c'est que ça ne t'intéressait pas ? »

Il prend la main de sa femme, presque en larmes ? Fichtre ! Jamais je n'aurais pensé la voir en larmes ? Peter lui continue sur sa lancée, le propre de la colère c'est que ça te fait sortir des choses que tu regrettes dans l'heure qui suit ! Mais le mal est fait, c'est pour ça que je n'y cède jamais. Lui, comme moi, a parfaitement compris pourquoi le blondinet n'a pas touché « Emma » si Martha peine semble-t-il à l'admettre.

 « Eh bien... Bienvenue au club ! Sauf que je suis pas marié et que je suis pas prêt de l'être ! C'est mal vu chez...C'est un truc honteux ou quelque chose comme ça ? C'est pour ça que vous m'avez caché de la famille ? »

John ne répond pas, ce n'est pas à lui de le faire, et Martha est toujours sonnée ! Alors c'est Pharell qui le fait, il fait visiblement un effort pour ne pas cracher les mots qu'il prononce, il y a tellement de sous-entendus dans la formulation que je peux presque penser à sa place... Moi, j'ai entendu des choses comme ça à propos de mon orientation, et du choix de mon mec ! Un mec, et un voyou en plus !

« Pour mon père, c'était honteux. Que je le sois, il s'en foutait, si ça ne se voyait pas... Et moi, je ne voulais pas passer ma vie à me cacher. C'est comme partout, il y a des cons, et des gens intelligents. »

Ce qui veut dire que son père fait partie des cons, je souris incapable de me retenir !

« Pourquoi elle a pas parlé de toi, j'en sais rien, mais elle s'est barré bien avant ta naissance, et pas en très bon terme. Chez nous, on épouse celui ou celle qu'on te destine. Elle l'a pas fait. »

Il ponctue sa phrase pour bien marquer que c'est fini. Lui, ne dira plus rien. Il sort de sa poche quelque chose qu'il pose, marmonnait un « de la part de Lilian », et se renferme. Son attitude et les regards qu'il jette sur Martha expriment une chose, il voudrait se tirer de là ! Moi, je regarde les photos, deux photos... Une fille d'environ dix-huit ans, fagotée, une coiffure sans doute sympa il y a trente ans voire quarante, mais ridicule aujourd'hui, et une jeune femme souriante et calme, dans une robe plus apprêtée, nettement mieux coiffée. Martha. D'ailleurs, la seconde photo est accrochée dans leur salon, avec une plus récente du couple, et une de Peter au piano. Je fais un rapide parallèle avec ma famille à moi, personne n'aurait jamais exposé un portrait de quiconque, c'était tabou, du cercle privé... Et puis il faut admettre qu'on déménageait si souvent à partir de la mort de mon père qu'on n'avait pas le temps de mettre des  cadres au mur...

Je rebondis sur le  « Je vais être très occupé pour les prochains m... Les prochaines années... » en riant presque.

 « Si tu veux digérer et t'en prendre aux poissons, je peux toujours te proposer de venir avec moi à la pêche ? Comme ça ça décantera et ta mère ne se fera pas le souci de savoir où tu es parti ? »

Je ne sais pas si sa réaction est disproportionnée ou pas, jamais il ne m'est arrivé quelque chose d'approchant, mais il a besoin d'air... Et de... détente ? Je ne sais pas si ses parents ont compris l'allusion, je n'en ai pas l'impression, mais Pharell lui a les yeux qui brillent. Il doit pratiquer le même genre de pêche que moi, à garder en mémoire, plus je le regarde plus je me dis qu'à poil, il doit être mignon... Ouais, je suis un sale snob ! Remarque côté fringues, Peter a un autre style mais c'est tout aussi « inclassable ».

« Je ne t'ai pas « caché » Peter, je ne leur parlais plus, sauf à Lilian, et Lilian était loin... J'étais juste... heureuse avec vous, ton père et toi.»

Elle a dit ça d'une toute petite voix... Elle a de nouveau perdu sa force et son entrain. Elle me ferait presque mal, à moi, c'est tout dire !

Pour lui même, si je n'étais pas si proche je n'aurais peut-être pas entendu, Pharell murmure « Loin d'eux, on est toujours bien mieux... » Je sens comme une certaine rancoeur...





« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John » - « Pharell »
@Clafoutis @Val


Prendre son envol

et tout oublier
Val
Messages : 169
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
tea
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Jeu 16 Juin - 14:34

Martha Black
On ne dit pas l'âge d'une dame enfin ! Mais bon, mon fils a plus de trente-cinq ans, j'étais jeune à sa naissance mais ça ne me m'ôte pas les années vécues... je vis à Gettysburg dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis femme d'un fermier et mère d'un tatoueur ! Bon, un peu active sur la ferme aussi, je ne pourrais de toute façon pas chercher à longueur de temps comment m'occuper, ça doit être l'enfer sur terre !
Alors je fais preuve d'une présence de chaque instant, bien au delà des tâches ménagères. Et puis ne suis-je pas « la reine des confitures » ? au point qu'on m'a installé un local rien que pour moi et trouvé des débouchés pour les dizaines de pots de confitures maison qui sortent de mes mains ! J'ai même de l'aide pour les produire maintenant.

 
Je m'en sors bien, de mieux en mieux je dirais, on a eu des périodes difficiles.Sinon, et bien je l'ai déjà dit,  je suis mariée  avec l'homme de ma vie ! Et je le vis parfaitement..


Informations supplémentaires ici.
Outre que je suis bonne cuisinière et je l'espère bonne mère, j'ai quelques passions.
D'abord « savoir »... Tout savoir sur tout et tous autour de moi, une commère ? Pff ! Simplement une personne impliquée dans sa communauté, c'est important de savoir qui est avec qui, comment les parents de l'un ou de l'autre réagissent à cela, si le futur époux venu d'ailleurs est aussi bon parti qu'il y paraît ! Je suis au même titre que la plupart des mères de Gettysburg un excellent détective-privé.


Ensuite, je suis un peu mère poule... Mon fils unique s'est rapidement affiché « différent » de la majorité de ses camarades, pas questions qu'on lui fasse du mal, pas même des reproches ou des réflexions !
Il paraît que je suis romantique ? Parce que j'aime rendre les gens heureux et pleure aux mariages ? Que je lis principalement des romans où deux amoureux arrivent à passer des tas d'obstacles mis sur leur passage par le destin et à se trouver ? Encore pff !
Autre chose, je suis née dans une communauté soudée mais étrangère à cette ville. Mon fils n'en sait rien, ça n'a pas d'importance, désormais, ma vie est ici. Rien ne me prédestinait à épouser John, j'étais même promise à un Brian que j'aimais... bien... Rien qui justifie de l'épouser ! Pour me marier, j'ai dû mentir aux miens et les quitter, je ne regrette rien, ma vie est ce que je la voulais ! Et envers et contre tout nous irons de l'avant !
Ah ? On me dit aussi « battante » et volontaire...


 

Naufrage administratif
Keld Møller ft peter Black & Martha Black
avec la participation de Pharell O'Hara...

Naufrage administratif - Page 4 Pennsy10

Tout le monde a compris, moi aussi. Pharell... n'aime pas les femmes, pas plus la sienne que les autres. Bon, moi, ça ne devrait pas me surprendre ? Après tout, les femmes autour de Peter, à part moi, sont des amies, des camarades, des... non, même pas des collègues, ils travaillent entre hommes, et puis vu l'énergumène qu'est son patron, mieux vaut qu'aucune jeune femme ne mette les pieds dans cet antre de machisme et d'homophobie ! Pourtant le petit cousin, il n'affiche rien, est-ce parce que comme il le dit « il y a des cons et des gens intelligents » ? Ce qui veut dire que mon cousin James est con ? Je me souviens de lui à un âge où la majorité des garçons le sont, je ne suis pas la mieux placée pour en parler. Mais quand même ! Cette pauvre Emma ! Il aurait dû refuser de se marier ! Après, elle lui a peut-être dit qu'elle voulait bien ? Qu'en sais-je ? En tout cas, ça fait beaucoup, beaucoup trop pour moi d'un seul coup.

Et Peter qui part en délires sur les « robes de gitane » et les tarots, ou boules de cristal ? Ou je ne sais quoi encore. S'il savait quelles robes les filles chez nous ont l'habitude de porter ! Rien à voir avec des tenues d'opérette... Nos filles -à part pour les cérémonies où les robes de princesses pleines de volants prédominent- ont tendance à montrer beaucoup plus que la décence autorise chez le reste de la population, les sédentaires dont je fais désormais partie !

« Je ne suis pas gitane Peter. Dire à un Pavee qu'il est gitan, c'est dire à un amérindien qu'il est africain... Ma famille vient d'Irlande, on est arrivés au XIXe siècle comme la plupart des immigrants européens, parce qu'il y avait la famine en Europe, on a peine à y croire aujourd'hui... »

Après, même si j'étais gitane ? Quel mal y aurait-il ? Je suis fatiguée, si fatiguée tout à coup. Je ne peux pas accuser Pharell d'avoir semé la zizanie, je suis fautive aussi, Peter a raison, pourquoi ne jamais rien avoir dit ? Mais... Enfin, c'est comme quitter une maison que l'ouragan a détruit, tu gardes tes souvenirs mais plus rien ne subsiste ? Moi, parmi les souvenirs, j'avais Lilian, un peu ma mère et une de mes sœurs, mais je n'ai pas correspondu longtemps, les lettres se sont justes espacées, et puis un jour, je me suis rendu compte que je n'avais pas reçu de réponse, ou pas répondu je ne sais plus. On n'avait rien les uns contre les autres, mon père se serait sans doute remis de sa déception, ce n'était pas un mauvais homme. Il aurait mis plus de temps à me pardonner le mensonge sur ma prétendue grossesse, et il m'aurais sans doute dit que Dieu me punissait en ne me donnant qu'un enfant ! C'est bête comme raisonnement mais je dois avouer que je l'ai eu moi, alors de la part de mon père qui était autrement croyant et pratiquant ! C'était presque obligé.

Je regarde John...

« Ta mère a tout fait pour te protéger Peter, justement pour éviter ce type de clichés ! Tu avais déjà bien assez de « particularités » sans ajouter celle-là. » Il marque une pause John et reprend « Il y a sans doute des parts de ta vie que nous ignorons Peter. Tes parents ont le droit de garder pour eux certains épisodes. Tu n'as jamais non plus posé de questions, donc c'est que ça ne t'intéressait pas ? »

C'est vrai qu'il n'a rien demandé ? Peut-être que mon attitude l'a bloqué ? Qu'il sentait comme un interdit ? Je ne vais pas me mettre à extrapoler comme les pseudo-psychologues à la télévision ?! Cette émission où des mères et leurs filles -surtout- viennent mettre à plat leurs problèmes de communication intergénérationnelle, en se rejetant la faute l'une l'autre ? Est-ce que j'ai « fermé » la porte aux questions ?

« Si tu as des question, je peux répondre, mais qu'est-ce que ça t'apportera ? Tu n'as pas été heureux avec nous ? Ton père et moi ? On ne t'a pas suffi ? C'est ça ? »

Je me sens si mal. Oppressée, tendue, jamais je n'ai rien ressenti de tel ! Je n'ai même plus envie de percer le mystère de Chéryl ! Ni de savoir si  Emma O'Hara-Byrne se satisfait de sa position de veuve vierge ?  Je regarde encore John, je porte la main à mon sein, j'ai mal ! Mon Dieu, mais que m'arrive-t-il ? C'est Pharell le premier qui réagit, d'abord quand je dis que je n'ai pas volontairement dissimulé mon fils aux miens, puis...

« Loin d'eux, on est toujours bien mieux...   » puis, alors que je sens en lui une volonté de nous fuir, loin, le plus loin possible il me sort ces photos ! Celle qui a été prise juste avant ma rencontre avec John ! Et l'autre, à mon mariage, je n'avais pas de robe blanche, j'étais supposée avoir fauté ! J'ai la main sur les photos, le regard dans le vague, et mon visage se crispe.

« Tu es sûre que ça va Cousine ? Je suis désolé, j'aurais dû téléphoner avant de débarquer, je ne pouvais pas... »

Il ne pouvait pas quoi ? Savoir qu'il allait déclencher un cataclysme parce que j'avais juste « oublié » presque vingt ans de ma vie ? John lui, je lui avais raconté, avant qu'on se marie... Pourquoi Lilian montait la garde, pourquoi je ne pouvais pas le voir comme je voulais, ce que j'avais promis à Brian, et comment j'allais pouvoir m'enfuir avec lui en laissant derrière moi un fiancé auquel je n'avais rien à reprocher, si ce n'est que je ne l'aimais que comme un frère ! C'est lui qui m'avait dit que m'enfuir, c'était à la fois lâche et méprisant pour mes parents, et donné le courage pour rompre cette promesse de mariage dont je ne voulais pas ! Il n'a même pas approuvé mon mensonge, mais je savais -moi- qu'ils n'accepteraient pas s'il n'y avait pas de raison impérieuse ! Je me demande d'ailleurs si ma mère, qui a tant fait pour calmer le père et son « envie de casser la gueule à ce salopard qui avait engrossé et ainsi déshonorée sa fille ! » ne savait pas que je ne disais pas la vérité ? Après tout, une femme qui a porté sept enfants sait reconnaître une fille enceinte non ?

Je ne trouve rien à répondre à Pharell, je regarde à nouveau John... Cette fois-ci, il capte lui aussi que non, ça ne va VRAIMENT pas !

« Monsieur Møller ? Puis-je vous demander un service ? Faire en sorte que ces deux imbéciles ne se tapent pas dessus ? Ma femme doit monter se reposer ! »

Oh ! Ces pauvres garçons ! Peter, Pharell, et le petit Keld ! Mais bien sûr que non ils ne vont pas se taper dessus ! Hein ? Ça va aller, il faut que ça aille ?! Je ne vais pas m'effondrer maintenant ? Après tout ce que j'ai vécu et fait ? On était si bien entre nous ! Mais si je le dis, Pharell va culpabiliser alors qu'il n'a pensé qu'à bien faire en m'apportant ces photos et le souvenir de Lilian. Lilian !

« Elle va bien Lilian ? Pharell ! Tu me dirais si elle allait mal ? Sûr ?»

Il fait signe que oui, je vois à ses traits que je n'ai pas besoin d'ajouter quoi que ce soit, coupable, il l'est dans son esprit ! Je fais ma sortie, comme une vieille dame capricieuse et fragile, soutenue par John.

Et en moi j'enrage !



@Clafoutis @oskar


« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John » - « Pharell »


Follow

the dream spirits
Oskar
Messages : 160
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Sam 18 Juin - 10:29

Pharell O'Hara
J'ai vu le jour en Caroline du Sud, à Murphy Village, le 12 décembre 1995. « Village »... C'est surtout un campement, un immense campement nomade, où on trouve des baraques en dur et des caravanes, même des roulottes avec des chevaux encore...



Je vis... là où les routes me mènent, pour l'instant je vais vers Gettysburg dans l'Etat de Pennsylvanie, aux USA. Dans la vie, je suis un peu touche à tout, je me place comme ouvrier agricole, docker, forain, ça dépend, ça n'a aucune importance puisque je ne reste pas ! J'ai du mal à tenir en place, j'avoue .

 
Je m'en sors pas si mal, j'ai le nécessaire et même un peu du superflu, ça suffit ? Non ?Sinon, je me suis marié, à dix-huit ans, avec... peu importe, on s'est séparés deux ans après, et jamais revus. Elle veut pas divorcer, ça la regarde, moi je m'en fous. Elle est bien capable de me faire des gosses, à distance, au moins ça ferait plaisir à mon père quelques « O'Hara » en plus...   Et je le vis parfaitement. De toute manière, on est tous cousins quelque part, alors qu'ils aient mes gènes ou pas ses mômes, je peux bien leur donner mon nom.


Informations supplémentaires ici.
En passant ? Je suis ce qu'on appelle un « Irish Traveller's », un nomade dont les ancêtres sont arrivés d'Irlande, probablement au début du dix-neuvième siècle, mais ça, on n'est pas très doué pour tenir des registres nous autres...


Ma vie, c'est le voyage, la route. Parmi nous certains -de plus en plus nombreux- se sont « sédentarisés », pas moi. J'ai pas besoin de me fixer pour vivre, même, moins je reste en place et moins les autres cherchent à savoir qui je suis, d'où je viens, comment je vis et ce que j'aime.

Quand je donne ma parole, je la tiens, si on me la donne... Vaut mieux en faire autant. L'honneur, c'est la richesse des gens comme moi. Je plaisante pas avec.
Contrairement aux bruits qui courent sur ma communauté, on est honnêtes, moi le premier. Je ne vole pas, ne mens pas, ne cherche pas  à arnaquer. C'est comme pour la parole, faut pas me chercher trop, je ne suis pas méchant mais j'aime pas qu'on m'emm... La liberté, c'est d'abord le respect.

Ma vision du monde, c'est être indépendant, sans attache, seul ou accompagné selon mon envie du moment. La famille, les amis, ça compte, mais pas au point d'en devenir esclave...

En fait, à part mon chien, mon chat et mon cheval... Y a pas grand monde pour qui je donnerais ma vie.  Parfois, je me pose, et j'aime... C'est rarement très long comme relation, mais ça peut être intense. Mais ça, ça ne regarde que moi.



Naufrage administratif

Keld Møller ft peter Black ft Martha Black,
avec la participation de Pharell O'Hara


Si j'avais voulu saper les fondations du bonheur de la cousine, j'aurais pas agi autrement. Je me suis pointé, la bouche en cœur, et ai tellement ébranlé la maison qu'elle s'effondre comme un château de cartes ! Mais je n'avais aucun moyen de savoir ? Enfin, ne pas s'entendre avec ses parents c'est une chose, mais renier ce qu'on est !

Moi, mon père est le roi des... Je lui dois d'avoir contracté un mariage débile, d'avoir laissé croire à une fille qu'un jour « tu verras, tu apprendras à m'apprécier, même si je ne te dis rien aujourd'hui Pharell... On n'a pas besoin de s'aimer d'amour fou pour se mettre ensemble ! Tu aimeras tes enfants, et tu seras fier de ta femme ! ». J'ai été lâche, je savais bien que jamais je ne serai fier de ma femme, et que jamais je n'aurai d'enfants ! Pourquoi j'en aurais eu ? Pour leur offrir en héritage un manque d'instruction dramatique ? La misère ? Une vie dure et solitaire ? Le mépris des autres, ceux qui nous jugent inférieurs ? Pourquoi je lui aurai fait la crasse de non seulement ne pas l'aimer mais en plus de lui faire des gosses, pour vivre une vie de mensonges en allant de-ci de-là chercher du boulot soi-disant plus rémunérateur, en la laissant à Murphy pour ne pas m'encombrer d'elle, et en revenant à chaque naissance pour remettre un gamin en route et fuir de nouveau ? C'est ça qu'elle voulait Emma ? On n'en a même pas parlé, en fait, à l'exception de ce jour où elle m'a assuré que ne pas s'aimer avant le mariage n'avait pas d'importance, je ne lui ai jamais parlé.

En fait, est-ce que je n'ai pas -moi aussi- renié ce que j'étais ? Pas le Pavee, mais l'homme gay ? J'aurais dû expliquer, peut-être qu'en sachant Em Byrne aurait dit à son père qu'elle ne voulait pas de moi ? Qu'elle préférait mon jeune frère par exemple ? Luke était en âge de se marier lui aussi, il avait juste un an de moins qu'elle ! L'alliance familiale aurait été conclue, nos pères auraient été contents, et je suis sûr que mon frangin aussi... Elle est jolie Emma, c'est pas la question. Jolie, gentille, pleine de bonne volonté, son seul défaut en ce qui me concerne, c'est d'être une femme !

« Si tu as des question, je peux répondre, mais qu'est-ce que ça t'apportera ? Tu n'as pas été heureux avec nous ? Ton père et moi ? On ne t'a pas suffi ? C'est ça ? »

Elle en pleure presque. Elle n'a pas tort non plus. Personne n'a tort dans cette histoire. Elle a trouvé le bonheur, elle s'est construit une vie, sans nous, et elle en a fait profiter son fils. Qu'est-ce que ça lui aurait apporté à lui de nous connaître ? Il y aurait eu des gens parmi les nôtres qui lui auraient reproché ce qu'il est, mais il a dû en rencontrer ailleurs aussi. Il y aurait aussi eu des parents pour trouver qu'il était un membre de notre communauté, par sa mère, et donc y avait sa place. C'est comme je lui ai dit -comme partout- il y a des cons... et des gens intelligents. Mais, dans son « accomplissement personnel » comme on dit, qu'est-ce qu'il aurait eu de plus ? Gay ET traveller's ? Pour le vivre je peux attester que c'est pas top comme situation. Surtout si comme moi il a suivi l'école en pointillés ? Mais il a peut-être étudié lui ?

« Monsieur Møller ? Puis-je vous demander un service ? Faire en sorte que ces deux imbéciles ne se tapent pas dessus ? Ma femme doit monter se reposer ! »

Monsieur Møller c'est le jeune mec en pingouin ? J'exagère, il a juste un look que je n'aurai jamais, encore qu'il a un futal trop grand ? Et sans doute pas à lui ? J'ai un sourire, j'ai comme dans l'idée que je suis venu poser la cerise sur le gâteau mais qu'avant moi il y a déjà eu des péripéties ? C'est probablement pour ça que la cousine flanche, parce qu'elle flanche ça, c'est un fait établi. J'ai presque un geste pour me proposer à l'aider, mais c'est idiot, elle a son mari, et son fils, et même son invité qui doit être proche d'eux pour que le père lui demande de faire l'arbitre si Peter et moi on en vient à se cogner dessus ? Pourquoi on le ferait ? Quand je veux me battre, je vais sur le ring, enfin, ou dans le cercle -on n'a que rarement de vrais rings-, mais je combats bien à mains nues, peut-être que ça m'a permis de mieux « donner le change » en son temps ? Je suis pas pourri, en revanche je ne suis pas venu pour me décoiffer la crête avec le cousin ! On n'a rien de deux coqs ?

« Elle va bien Lilian ? Pharell ! Tu me dirais si elle allait mal ? Sûr ?»

« Je t'assure que tout le monde va très bien Martha ! Fais en sorte d'aller aussi bien qu'eux ? Je suis désolé... Vraiment désolé. »

De le répéter ça sert à rien. C'est comme quand tu veux tout savoir mieux que tout le monde et que tu te retrouves avec un essieu cassé dans une fondrière ! Là, faut sortir la remorque de la boue, et réparer... J'espère que je vais savoir faire ça. Je regarde Peter, et « Monsieur Møller ».

« Je peux te répondre aussi si tu as des questions, mais je crois que j'en sais pas plus que toi... Moi, quand je suis né, elle s'était barré ta mère, Lilian a juste dit qu'elle voulait épouser ton père, et pas le mec qu'on lui avait choisi.  »

Je marque un arrêt, c'est pour ça que je suis venu, parce que d'une femme en plus, et de son âge, dire non à un mariage arrangé par les familles ! C'était vachement osé ! Un exploit ! Et le pire c'est que ça a marché.

Je regarde Peter, et le type qui a proposé une partie de pêche... Ils auraient de la place dans leur partie de pêche ou je suis de trop là aussi ?

Un bruit bizarre attire mon attention, Devil est en train de... chevaucher le petit cabot ?

« Devil !  »

Qu'est-ce que je lui dis ? « c'est un mâle ? » si mon chien pouvait rire il rirait aux éclats ! Il en a vu des « mâles » franchir le seuil de la caravane et ressortir en se rhabillant... J'ai pas vraiment de réserve quand il s'agit de séduire, c'est naturel non ? Qu'est-ce qui me choque alors ? Allez, on va dire la différence de taille ? Parce que s'il y parvient, le petit chien clair va s'en souvenir...

Je sors mon portefeuille, et du portefeuille une photo cornée par l'âge que je tends à Peter...

« La cousine je peux pas te la montrer, j'en n'ai pas d'autres que celle que Lilian m'a donnée pour elle, mais si tu veux voir à quoi tu as échappé en nous connaissant pas, ça, c'est mes parents, et mes frères et soeurs, le grand con avec la casquette, c'est moi. C'est toujours jouissif ? »

Parce que les « robes de gitane, les tarots, les boules de cristal » c'est juste des gens qui essaient de survivre, qui s'entassent à dix dans une caravane pas si grande, sur la photo, j'ai tout juste quatorze ans, et je bossais déjà avec mon père quand on arrivait à se placer, comme ma mère et la plus âgée de mes sœurs qui avait à peine treize ans elle et décrochait déjà à l'école... Et Luke, qui avait douze ans, je crois que Luke, il aurait bien aimé lui faire des études... Pas de bol, moi parti, c'est lui l'héritier.

Je suis ce que je suis, jamais je ne tirerai de trait dessus, de toute façon entre mon accent et ma dégaine personne ne me le permettra, mais de là à imaginer mon monde comme le monde imaginaire de Peter Pan... Faut pas non plus prendre les chevaux pour des licornes hein ?


Naufrage administratif - Page 4 Penny_10Naufrage administratif - Page 4 Jordyb21Naufrage administratif - Page 4 63f2a110

@Clafoutis @val

« Martha » -  « Peter » -  « Keld » - « John »« Pharell »


Prendre son envol

et tout oublier
Contenu sponsorisé
Naufrage administratif
Page 4 sur 7
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sujets similaires
-
» Naufrage paradisiaque (ft. typocampe et aeairiel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: