Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

sono il miracolo che aspettavate (Calypso*)

THE MOON.
Messages : 438
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : assassin1513

Univers fétiche : Tout un tas de choses ? *sort*
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4868-le-monde-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4890-le-calepin-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t5100-le-capharnaum-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4865-the-moon
THE MOON.
Lun 20 Juin - 0:40
@Calypso* :l:

Alessio Costa
J'ai 28 ans et je vis à Venise, Italie. Dans la vie, je suis aide à domicile et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma chance ? malchance ? je commence à me poser la question, je suis en couple et je le vis plutôt au jour le jour.

flashback - il y a quelques années

« Mh… Non, je ne sais pas vraiment. » je lui réponds avec un rire.

Lui s'est sorti de l'alcoolisme, il a vraiment ramé pour y arriver et il a vécu des phases compliquées durant lesquelles j'ai fait de mon mieux pour le soutenir et l'aider. Me concernant ? Je n'ai jamais été un grand buveur. Ca fait des années que je n'ai pas bu un verre d'alcool. Il faut dire qu'il n'y a pas eu beaucoup de place pour ça dans ma vie. Pas le temps, trop de responsabilités. Ouais, je sais qu'il plaisante, qu'il fait preuve tout simplement d'auto-dérision, mais lui sait très bien que ce qu'il a traversé, je ne peux pas le comprendre de son point de vue. Je l'ai plus vu se détruire littéralement que se remonter véritablement le moral avec les substances.

« Oui c'est clair. A ta place j'aurais déjà coulé. » je ris doucement avant d'ajouter : « Mais tu es intelligent et déterminé, je ne peux qu'admirer la voie que tu as choisie. »

Je suis parfaitement sincère dans mes paroles, je pense ce que je dis. Je l'admire, je reconnais son intelligence, ces facilités qu'il a et que moi je ne possède pas. Et je le trouve courageux, quand moi j'ai tout lâché si rapidement. Je n'ai jamais cherché à m'accrocher à quoi que ce soit au niveau des études. J'ai abandonné à la sortie du lycée, je n'ai pas essayé d'aller plus loin. Je ne me suis jamais imaginé dans une carrière prestigieuse, je n'en ai même jamais rêvé. A quoi bon s'entêter à aller vers un projet auquel on ne croit même pas ?

On en vient à parler de mon propre travail et je ne peux m'empêcher d'afficher un petit sourire face à la réponse qu'il me donne. C'est vrai, on a pas dit de quoi on allait parler ou non aujourd'hui. C'est tout lui de répondre ainsi. Il donne toujours plus d'importance à ce que je dis que moi-même j'en donne. J'ai l'impression de toujours avoir son intérêt et ça fait vraiment plaisir de côtoyer quelqu'un comme lui. En sa compagnie, je me sens important et intéressant, c'est quand même flatteur, on va pas se le cacher. Je n'ai pas cette chance avec grand monde à part lui, à part avec Riccardo évidemment. Concernant ma famille, nous avons toujours été trop nombreux et moi trop effacé pour que je puisse devenir le centre des attentions.

« Oui, je l'ai accompagné du mieux que je pouvais. Merci pour tes mots, Lorenzo. »

Même s'il se montre ouvert à s'étaler sur le sujet si j'en ressens le besoin, je ne vais pas plus longtemps dans cette direction. Je n'ai pas envie de plomber l'ambiance et… C'est encore frais, c'est encore sensible. Non, ce n'est vraiment pas le moment. Je préfère essayer de me changer les idées plutôt que de remuer des souvenirs douloureux. Et puis au final, on est venus là pour prendre un verre alors je décide de lui en offrir un et je passe la commande auprès d'un serveur dans la foulée. Et alors, je lâche donc mon annonce, non sans une petite once d'appréhension mais tout en essayant de me rassurer quant au fait que mon ami n'a aucune raison de mal réagir. Et lorsque l'annonce est faite bah… Il y a ce vide. Il y a ce blanc. Et je ne sais pas trop comment interpréter la réaction - ou plutôt la non-réaction - de Lorenzo. Je n'arrive pas à comprendre l'expression de son visage. Du mécontentement ? Du choc ? Il croit peut-être que c'est une blague ? Mince, je sais pas trop. Et j'avoue que ça me stresse. Est-ce qu'il a une raison de mal réagir ?
Non, hein ?
Je ne vois pas en quoi cela pourrait être une mauvaise nouvelle pour lui. Mais je ne suis pas dans sa tête. Et face à son silence, je ne peux que laisser les questions se bousculer et s'accumuler dans ma tête tandis que j'attends qu'il dise quelque chose. L'instant me semble tellement s'éterniser que je finis par ouvrir la bouche, mais avant que je ne prononce le moindre mot, il émet enfin un son.
Okay, il est juste surpris. Je suis soulagé. Je sens soudainement le stress me quitter alors qu'il semble reprendre vie et je retrouve rapidement le sourire que j'avais perdu pendant un instant.

« Merci Lorenzo. On voulait être sûrs que c'était suffisamment sérieux et stable avant d'en parler. »

Je me sens un peu obligé de me justifier à propos du fait qu'on ne lui en ait pas parlé avant. Je lui dis juste la vérité, évidemment. Ca ne nous semblait pas vraiment opportun d'en parler si au final ça ne devait pas durer entre Riccardo et moi. Alors on a attendu un peu, logiquement. Et maintenant que c'est dit, je me sens plus léger. Je prends joyeusement mon verre pour boire une gorgée dedans après avoir trinqué avec mon ami.

« On a repris contact il y a quelques temps, quand je venais de perdre ma grand-mère et il a été tellement présent, tout le temps… Je ne l'ai même pas senti venir, on est devenus proches et ça fait deux mois qu'on s'est vraiment lancés dans cette histoire. »

Je suis content de lui en parler, vraiment. Je suis tellement heureux de cette relation que ça ne peut que me faire plaisir d'en parler avec mon meilleur ami. Mais je me rappelle aussi que lui, avait quelque chose à annoncer également. Je reprends une gorgée de mon soda avant de poser de nouveau mon regard sur le visage de Lorenzo.

« Et toi alors ? Qu'est-ce que tu avais à me dire ? »

J'espère que ça sera une bonne nouvelle également, parce que Lorenzo mérite le meilleur du monde. Mais quoi qu'il arrive, je serai à ses côtés. Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'il a à me dire alors… Je préfère simplement attendre ce qu'il a à me dire plutôt que de me faire des films dans ma tête.
Calypso*
Messages : 46
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : Mon bébé ♥

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5167-c-est-un-beau-roman-c-est-une-belle-histoire https://www.letempsdunrp.com/t4864-presentation-de-calypso
Calypso*
Dim 26 Juin - 14:06
@THE MOON. :heart3:

jmij.jpg
Lorenzo Cavallaro
J'ai 28 ans et je vis avec mes deux chiens dans un duplex à San Marco, à Venise (Italie). Dans la vie, je suis assistant en ressources humaines, loin de la carrière médicale que j'embrassais il y a quelques années. Je m'en sors bien, notamment grâce à la fortune familiale. Sinon, je suis célibataire mais malheureusement pour moi, amoureux de l'homme qui m'est le plus inaccessible d'un point de vue moral : le fiancé de mon meilleur ami, je le vis extrêmement mal.

sono il miracolo che aspettavate (Calypso*) - Page 2 Tumblr_o2lid3FFk61td9141o7_250

Quelques anecdotes :

• Il réside dans un très beau duplex qu'il a acheté avec l'aide de ses parents à San Marco.

• Il possède un Golden Retriever de deux ans nommé Diego, ainsi qu'une femelle Bouledogue Anglais de six ans, Gina. Il a également sauvé un taureau de combat destiné à finir sa vie sur le sable d'une arène pour corrida. Celui-ci est pris en charge par une ferme pédagogique mais lui appartient légalement. Certaines mauvaises langues diraient que ce n'était qu'un caprice de gosse de riche, lui affirme que c'est pour la cause animale et il s'agit bien là de la véritable raison. Sans être forcément un passionné d'animaux, il est sensible à la cause animale et fait régulièrement des dons à des associations de protection de la faune animale.

• Avec deux de ses amis dont l'un a une chaîne Youtube, il pratique l'urbex, et a déjà eu quelques ennuis avec les forces de l'ordre à cause de cette activité, ce qui ne l'empêche pas de continuer. Il a commencé à vivre de telles aventures à l'âge de sa majorité.

• Il a pratiqué le tennis dès 6 ans jusqu'à ses 18 ans, ayant fini par se lasser de cette activité. Il participait pourtant à des compétitions régionales. Il a ensuite testé divers activités : water-polo, basketball, baseball, théâtre, ... mais sans réussir à s'y intéresser et s'y investir pleinement. Seul l'urbex continue à le captiver. Quoiqu'il y a peu, lors d'un week-end dans une autre contrée de l'Italie il y a peu, il a testé le parapente et a adoré les sensations ressenties. Il aimerait en faire de façon plus régulière.

• Depuis quelques années, il est allergique aux crustacés. S'il venait à en consommer par mégarde, il souffrirait d'abord de démangeaisons et d'irritation de la peau, suivi d'un gonflement du visage et de troubles digestifs (maux d'estomac, nausée, vomissements). En cas d'ingestion importante, il risque l'anaphylaxie.

• Il a horreur du tiramisu.
Flashback - Il y a quelques années


Nous avons des points communs, mais nous ne nous ressemblons pas, lui et moi. Il est bien plus posé et patient que moi, et se montre plus sage que je n'ai pu le faire. Il a beau se prendre davantage la tête que je ne le fais, il n'est jamais tombé dans la facilité que représente l'alcool et ce qui pourrait s'y apparenter de près ou de loin ; les comportements à risque en gros.

« Restes dans l'ignorance, ça vaut mieux. » conclus-je, le ton particulièrement léger alors que mes propos n'en sont pas moins sérieux.

Je pense que m'avoir vu complètement saoul l'a un tant soit peu vacciné également. J'ai au moins eu la chance de m'en sortir, grâce à lui. J'ignore autrement si j'en aurais été capable, ou dans quelle condition. Peut-être que oui, mais je n'en ai pas la certitude non plus. Je ne retenterai pas l'expérience pour le savoir, du moins j'espère avoir les ressources nécessaires pour ne jamais y replonger quelles que soient les épreuves que je serai amené à vivre. Y a ceux qui t'encouragent, comme Alessio, en disant que ce n'est pas parce qu'une fois tu t'es laissé aller que tu retomberas forcément dans les mêmes démons. Puis t'as les autres qui pensent qu'à partir du moment où tu dépasses ces limites, tu les franchiras de nouveau tôt ou tard. Je préfère croire en la première hypothèse, sans doute parce que cela me rassure.

La discussion ne tarde pas à s'orienter sur notre parcours de vie scolaire et professionnel.

« Peut-être tout simplement parce que la médecine ne t'aurait pas intéressé non plus. Je ne vais pas minimiser la difficulté de ce cursus et ne vais pas dire qu'il faut juste se donner les moyens pour arriver au bout, mais les médecins ne sont pas des surhommes non plus. Crois-moi, j'en connais des cons. Tout comme ceux qui n'ont pas poursuivi d'études supérieures ne sont plus bêtes que les autres. C'est parfois une question de choix, d'opportunités qui se présentent. »

Fut une époque où je ne pensais pas tout à fait de cette façon mais j'ai fini par envisager les choses différemment. Ma sœur ne serait clairement pas d'accord avec moi cela dit, mais je n'en ai rien à foutre.

« À l'inverse, on peut admirer la tienne également. Ce n'est pas tout le monde qui pourrait travailler auprès des personnes âgées, alors même que le boulot est mal reconnu et que les conditions de travail sont peu attirantes. Et pourtant, tu t'accroches, tu t'investis et t'aimes ce que tu fais. Tu vois l'être humain, sa dignité, avant le reste. Ce n'est pas tous les médecins qui ont cette approche. »

Les quelques stages que j'ai pu faire m'ont permis de constater cette réalité. Si certains ont fini par s'user avec les années, à force de côtoyer des patients revendicateurs ou chronophages, d'autres étaient ainsi dès le départ. Je crains d'ailleurs d'être excédé un jour dans mon boulot, et de finir par ne plus considérer les individus que par l'approche purement médicale sans l'aspect social qui va de pair avec elle. Enfin déjà faudrait-il que je parvienne à obtenir mon diplôme, j'en ai encore pour quelques années.

Je cherche à réconforter l'homme qui fait secrètement battre mon cœur alors qu'il m'informe du décès d'une personne auprès de laquelle il intervenait. Le connaissant, j'imagine bien qu'il a plus de mal à prendre du recul que d'autres, peut-être s'investit-il même trop mais ça fait de lui quelqu'un de particulièrement humain et empathique. Une espèce en voie de disparition, j'ai envie de dire. Je l'invite à en parler plus longuement s'il le souhaite. Je comprends bien dans la réponse qu'il m'apporte qu'il ne compte pas s'éterniser sur la question pour le moment. Peut-être est-ce encore trop frais dans son esprit. Il sait qu'il pourra toujours me solliciter par la suite si besoin. Je me contente alors de lui adresser un sourire franc et chaleureux.

Après avoir passé commande, j'écoute cette fameuse révélation qu'il avait à me communiquer. Je reste interdit un moment qui me paraît très long, probablement encore plus pour lui car il ignore tout de ce qu'il se passe dans ma tête. De ce que je ressens pour lui. De ce que je comptais lui avouer. Je n'ai plus qu'à ravaler mes mots et à retenir ma tristesse et ma colère. Quand enfin je parviens à lâcher quelques paroles, son visage paraît se décrisper. Je sais donner le change, mais c'est tellement facile de le berner... Je le félicite en parfait hypocrite, sans que le cœur y soit. Je m'empresse même de trinquer.

« Ouais, je comprends. »

Bien que je dissimule l'amertume qui voudrait s'échapper de mes lèvres, ce n'est pas tout à fait faux. Enfin... encore que lui ne m'en ait pas parlé plus tôt je le conçois, mais j'ai tout de même du mal à accepter que Riccardo ne m'ait absolument rien dit et pire, que j'apprenne qu'il est en couple par son petit-ami. Je vais avoir du mal à le digérer, je le sens. Peut-être que ce n'est que la jalousie qui parle, et que je n'en ferai pas tout un plat s'il n'était pas question d'Alessio. Probablement, même. Mais j'ai perdu toute objectivité dans cette histoire. Je ne sais pas comment je vais réagir une fois que j'aurais quitté cette table maudite et cet homme qui vient de me briser à son insu. Est-ce que je vais frapper à la porte de Riccardo pour lui dire toutes mes félicitations avec une certaine rancœur dans la voix, tout en lui reprochant de ne pas m'en avoir parlé ? Ou au contraire, vais-je faire le mort et les ignorer tous les deux ? J'en sais rien. La seule certitude que j'ai c'est que je ne suis vraiment pas bien et que je n'ai qu'un désir à présent : laisser en plan Alessio. Pourtant, je n'y arrive pas. Probablement parce que c'est lui... Parce que je n'ai pas envie de lui faire de la peine, sachant qu'il ne comprendrait pas mon attitude et que je ne tiens pas à la justifier. Et aussi, dans une moindre mesure, par fierté. Ouais, j'ai pas envie de me montrer atteint. Je préfère l'image habituelle que je renvoie, celle de quelqu'un difficilement ébranlable. J'espère toutefois avoir une opportunité qui me permettrait d'écourter notre entrevue qui m'est à présent particulièrement pénible et douloureuse. En attendant, je cherche à en apprendre davantage. Et je tombe une fois de plus de haut en apprenant le contexte de leur rapprochement. Je n'arrive pas à y croire... Moi non plus, je ne l'ai pas senti venir. Cette pensée m'arrache un sourire sardonique. J'en viens à me demander si c'est moi qui ai merdé quelque part. Je pensais avoir été très présent pour lui lors de la période difficile qu'il a traversé, il faut croire que ce n'était pas suffisant. En même temps, loin de moi l'idée d'avoir voulu profiter de son état émotionnel pour me rapprocher de lui. J'ai simplement voulu l'épauler, comme il l'avait fait avec moi. Au contraire, j'avais même tâché de laisser mes sentiments de côté à ce moment-là. Je ne suis peut-être tout simplement pas son genre... Il n'a pas ressenti ce truc qui fait qu'on peut finir par tomber amoureux d'une personne qu'on connaît depuis longtemps. Quelle chance pour lui...

« C'est cool qu'il ait également été là pour toi. C'est lui qui est revenu vers toi du coup ? »

C'est moi qui les avais amené à se rencontrer – autant dire que je le regrette amèrement –, mais il est vrai qu'ils n'étaient pas devenus aussi proches que nous. Enfin, jusqu'à très récemment, visiblement...

Il ne tarde pas à m'interroger quant à ce que j'avais à lui annoncer à mon tour. J'avais presque oublié. Un sourire forcé se fige sur mes lèvres. J'avais peur des conséquences de mon annonce. Qu'il me rejette. Qu'il ne partage pas mes sentiments. Mais à côté de ce que je vis actuellement, cela n'aurait rien été du tout, je crois. Je peux même pas dire que je vis la situation comme une trahison, car mon meilleur pote n'était pas au courant des sentiments que j'ai à l'égard d'Alessio. L'identité de celui pour lequel j'éprouve des sentiments lui était inconnue. Mais moi au moins je m'étais un minimum dévoilé à lui. Certes, il avait sans doute ses raisons d'attendre mais... c'est encore plus dur à encaisser ainsi je crois. J'en viens même à me demander si cela aurait changé quelque chose, s'il avait su. Peut-être qu'en fait, ce n'est qu'un connard qui pense qu'à sa gueule. Je crois que je suis trop en proie à de multiples émotions néfastes pour raisonner convenablement. Le mieux sera probablement que je m'isole et que je ne donne plus signe de vie. Même si je me doute qu'Alessio lui dira que je suis au courant et que Riccardo viendra ensuite me voir tout sourire afin de déferler toute sa joie et son bonheur dans ma gueule.

Je porte à nouveau mon verre à mes lèvres, histoire de gagner du temps pour inventer un bobard et de reprendre un minimum contenance. J'ai quelques idées qui fleurissent dans mon esprit, mais je ne sais pas laquelle choisir. Finalement, je décide de partir sur celle qui me semble la plus réalisable et que je mettrais effectivement en œuvre bien que ce n'était pas prévu à la base.

« Lors des prochaines grandes vacances, j'ai décidé avec des potes de faire un grand voyage au cours duquel on passera par divers continents. Ce sera dense, on va devoir faire des choix forcément puisqu'on aura que deux mois mais... je sens que ça va être génial ! »

C'est un peu pourri comme annonce. Tout simplement parce que vu les revenus de ma famille, ce n'est pas tant un projet qui sort de l'ordinaire en ce qui me concerne. Habituellement, c'est vrai que je suis plutôt un partisan du far niente. Me poser au bord d'une piscine d'un hôtel cinq étoiles me comble, bien que je prends toujours le temps de visiter les alentours également. Mais un véritable voyage avec plusieurs destinations éloignées au cours de celui-ci, ce sera une première. Il ne me reste plus qu'à organiser cela et convaincre quelques amis de venir, ce qui ne sera pas difficile. Et au moins, ça me permettra de couper, de penser à autre chose.

Machinalement, je regarde l'écran de mon téléphone, comme si j'espérais avoir un SMS ou un appel qui me permettrait de prendre la poudre d'escampette. Mais rien, pour l'instant. Et je n'ai rien envie d'ajouter non plus.
sono il miracolo che aspettavate (Calypso*)
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Présentation de Calypso*
» Kanashimi wa kazoekirenai keredo sono mukô de kitto anata ni aeru.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: