Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-35%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur électrique mobile – TECTRO TP2520 2000 W
114 € 176 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama

MonkeyMama
Messages : 559
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Jeu 17 Mar - 13:29
hW9aW4Jk_o.jpg
Chuck Hamilton
J'ai 26 ans et je vis dans les Hamptons, USA. Dans la vie, je suis paumé et je m'en sors très bien grâce à papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


« You asked me to dance and I said, dancing is a dangerous game. »
Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_inline_ot9o1syGyJ1tokatx_400

Chuck Hamilton n’a jamais su quoi faire de sa vie. Il a tenté de faire des études, il les a abandonnées. Il a tenté d’avoir un boulot, il a démissionné. Il a fait un tour du monde, il est rentré à mi-parcours. Et il est de retour chez ses parents, tout penaud, les poches vides. Heureusement, les parents Hamilton sont patients avec lui. Faut dire qu’ils l’aiment beaucoup leur petit dernier et que c’est toujours un plaisir de l’avoir à la maison pour le traiter comme un petit garçon. C’est pas un mauvais bougre mais ce traitement de faveur l’agace. Il se sent privilégié sans jamais l’avoir mérité, il n’a jamais eu le sentiment de s’accomplir en tant qu’homme. Plutôt réservé, Chuck cache en réalité un vrai talent pour l’écriture. Il couche sur le papier régulièrement ce qu’il ressent sous forme de poèmes et même de nouvelles. S’il croyait en lui, il se lancerait dans un roman mais, le problème, c’est que Chuck n’a jamais cru en lui. Il ne se déplace presque jamais sans son appareil photo, qu’il utilise avec brio pour capturer des moments de la vie. Il est gâté dans la vie, Chuck, il le sait, mais il ne sait pas comment en profiter. Alors il brule tout par les deux bouts et ça lui vaut des grosses sessions de déprime qu’il exorcise en faisant la fête. De temps en temps, il lui arrive de se poser dans une relation amoureuse mais ça ne dure jamais bien longtemps. Il est d’une douceur folle et d’une grande tendresse quand ce n’est pas gâché par son impulsivité.

Chuck traversait toutes sortes d’émotions, toutes plus agréables que les autres. Il finirait par avoir des crampes dans les joues tellement il souriait. Ça se passait beaucoup mieux qu’il ne l’aurait espéré. « Comment ça, les oeuvres plus intimes ? Là, je suis curieux. » qu’il la taquina, éludant volontairement le passage sur le mot qu’il avait laissé dans le carnet. Il n’avait pas envie d’en parler. C’était déjà un miracle qu’il se soit livré sur le papier, il n’allait pas revenir là-dessus oralement. Ça le gênait beaucoup trop. Ecrire, c’était quelque chose qu’il faisait instinctivement mais il n’avait jamais eu l’ambition de se dire poète ou même écrivain. Il le faisait que par élan du coeur et dans le plus grand des secrets. Il avait un peu mis Holly dans la confidence mais ça s’arrêterait là pour le moment. S’il avait écrit ces quelques mots, c’était sans doute une manière pour lui de se repentir auprès de sa voisine avec qui il s’était montré parfaitement odieux à ce moment-là. Savoir ce qu’il écrivait, c’était avoir accès à ses pensées les plus intimes, son jardin secret. Et si c’était que ça… Chuck craignait le jugement des autres, il avait peur qu’on lui dise que ce n’étaient que des enfantillages. Ça valait aussi pour les photos mais il était moins pudique sur ses oeuvres, sans doute parce qu’il n’était pas question de lui directement. Holly s’était mis à rougir, à son tour flattée par les compliments de Chuck. Elle aussi, elle se montrait modeste et pourtant, Chuck était certain d’avoir vu chez elle un talent rare. Franchement, il aurait été incapable de reproduire le moindre trait du visage de la trentenaire après l’avoir seulement vu en boite de nuit. Et pourtant, Dieu sait qu’il l’avait gardé en mémoire, ce visage. Habilement, elle lui avait retourné le compliment qu’il lui avait initialement fait et c’était Chuck qui rougissait maintenant. « Euh, Holly, t’es pas sûre que t’as pas passé trop de temps avec ma mère ? Sérieux, j’ai l’impression de l’entendre parler ! » qu’il avait rigolé, toujours de bonne humeur. Il n’avait pas sourcillé quand Holly lui avait dit que c’était dommage que le yoga ne l’intéresse pas. En revanche, il avait tiqué sur le reste. Des bénéfices ? A en faire en couple ? Il écarquilla les yeux. Et elle le laissait là-dessus sans rien lui expliquer ?! « Eh mais, comment ça ? » qu’il avait demandé, un sourire amusé aux lèvres et curieux d’avoir une réponse. Sacrée Holly. Elle arrivait même à l’intéresser au yoga. Et il avait regardé se projeter dans toutes sortes de plans avec lui, hautement attendri. C’était mignon. Et bon signe. Et incroyablement touchant, aussi. « Eh bien, j’adorerais faire tout ça… Avec toi. Et puis pourquoi pas ne pas voir plus loin que New York ? Après tout, là où les cours de cuisine japonaise serait les meilleurs, ce serait indéniablement au Japon. Sans oublier, les cours de poterie... » Puisqu’elle rêvait et se projetait, il pouvait bien en faire de même un peu. Une fois de retour dans la voiture, le trajet jusqu’à la plage se fait dans la même ambiance. Ils étaient arrivés sur une très jolie plage où il n’y avait miraculeusement que très peu de monde. « Tu t’es pas moqué de moi. » que Chuck avait dit en l’aidant à porter leurs victuailles. « On s’installe où ? » qu’il avait ensuite demandé en s’avançant sur la plage.
Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Jeu 17 Mar - 18:24
clem_011.jpg
Holly
Sullivan

J'ai 36 ans et je vis à dans les Hamptons pour le moment, Long Island, New-York. Dans la vie, je suis décoratrice d’intérieur et je m'en sors vraiment très bien, même si je suis en pause pour le moment. Sinon grâce à ma malchance je suis divorcée et je le vis très mal, je ne parvins pas à faire le deuil de vingt ans de relation..

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 8133471baedce160f0a42a1602371771
Après son divorce, Holly décide d'aller se ressourcer dans les Hamptons afin de faire le point sur sa vie, mais aussi de tenter de faire le deuil de sa relation de presque vingt ans avec Paul. Celui qui est devenu il y a quelques mois son ex-mari. Dans sa maison de vacances des Hamptons, elle fait la rencontre de Chuck dans une boite de nuit du coin et ce qu'on peux dire s'est qu'ils ont vite accrochés au point d'échanger un baiser. Mais malade à cause de l'alcool, Holly prends la fuite un peu gênée de ce qu'il s'est passé entre eux. Ils se retrouvent un peu par hasard dans la maison de Chuck, car surprise, Holly est la voisine de la famille du jeune homme et après une dispute à table, la brunette reçoit une invitation au mariage de son ex mari, mettant fin à la guerre froide avec le fils Hamilton. Un peu plus tard, Chuck vient lui rendre un carnet de croquis qu'elle avait oublié et chacun présente ses excuses à l'autre. Viens une douce soirée entre elle et lui, ou il est maintenant plus que clair qu'une idylle est en train de naitre.

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_pnctvaABUK1uq44zbo1_500

"Certains sourires sont des promesses à venir..."

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 5qk5
Minka Kelly
La trentenaire se contente de sourire, les œuvres plus intimes comme elle vient si bien de le dire, c’est un peu son jardin secret. Même Paul en vingt ans de relation n’a eu accès qu’à un petit bout de son travail, il faut dire que celui qui a été son mari n’a jamais était plus que ça sensible à l’art. L’art n’a pas besoin d’explications, ce n’est pas qu’une question d’esthétique, si un tableau ou une sculpture fait ressentir des émotions à la personne qui la regarde c’est ça le plus important. Et des sentiments et des émotions, Dieu que Holly en a mis dans certains de ses tableaux, ou croquis, des émotions si intimes et personnelles qu’elle n’a jamais osé montré ça à quelqu’un. Un peu comme un journal intime, mais en version dessinée. Cependant, elle n’est pas fermé à la possibilité d’un jour les montrer, mais la personne en question devra faire preuve d’ouverture d’esprit et de sensibilité. Ce que le jeune homme près d’elle semble être pourvu, mais avant ce grand moment, ils ont encore du chemin à faire. Ils en viennent ensuite à se complimenter, faisant rougir l’autre tour à tour, jusqu’à ce que la jolie brune le fixe avec surprise, avant de comprendre qu’il se paie sa tête.

— Hey vilain ! Qu’elle bougonne théâtralement en lui collant une petite claque sur le bras. Ça venait du cœur et c’était vraiment sincère.

Holly lui fait une grimace pour le principe. Puis soudain le fils Hamilton semble étrangement intéressé par le yoga, juste parce que la décoratrice d’intérieur lui a expliqué qu’ils pouvaient faire ça en couple et en tirer certains bénéfices.

— Tu perds pas le Nord toi, mais vu que je parle comme ta mère, tu devrais peut-être lui poser la question. Je suis sûr que ce sera un échange très intéressant.

La brunette éclate de rire en imaginant la discussion entre la mère et le fils. Elle n’est pas sûr que Mrs Hamilton soit au courant de ce type de bénéfice qu’on peut tirer du Yoga, mais elle aimerait être une petite souris pour voir comment ça se passerait le cas échéant. Reprenant un peu son sérieux, Holly en vient à proposer à Chuck qu’ils prennent des cours de cuisine, mais aussi d’aller dans un parc d’attraction. Ce à quoi il répond par la positive et même plus que ça.

— Le Japon hein, c’est vrai que là-bas on devrait trouver des maîtres incontestés de la gastronomie Japonaise. Je serais ravie de faire ce voyage avec toi et de prendre des cours de poterie aussi, je crois qu’en Italie ils se débrouillent pas mal.

Ils arrivent ensuite rapidement à la jolie plage et n’ont plus qu’à décharger le coffre, Holly trouve même des serviettes propres dans son coffre. Parfait.

— Non mais j’aurais bien d’autres occasions de le faire, répond- t-elle avec un sourire bien trop mignon pour être honnête.

C’est qu’elle aime bien taquiner le petit Chuck. Jetant un coup d'œil aux alentours, où la place ne manque pas, Holly finit par indiquer une place pas loin des dunes, la mer étant à marée haute, ils devront sûrement se rapprocher un peu quand elle baissera. En attendant, ça ira très bien. Marchant quelques instants dans le sable chaud, ils s’installent ensuite tranquillement.
— Ok, je propose qu’on aille se baigner first, pas à cause des risques d’hydrocution qui sont complètement bidons selon les scientifiques mais parce que je trouve ça pas agréable de faire trempette le ventre plein. Mais surtout parce qu’il fait chaud.

En deux temps, trois mouvements la brunette et maillot de bain prête à plonger dans l’eau.

— Le premier dans l’eau mange tous les Makis !

Et bim ! La voilà déjà partie comme une flèche laissant le fils Hamilton derrière elle.



Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
MonkeyMama
Messages : 559
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Ven 18 Mar - 7:14
hW9aW4Jk_o.jpg
Chuck Hamilton
J'ai 26 ans et je vis dans les Hamptons, USA. Dans la vie, je suis paumé et je m'en sors très bien grâce à papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


« You asked me to dance and I said, dancing is a dangerous game. »
Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_inline_ot9o1syGyJ1tokatx_400

Chuck Hamilton n’a jamais su quoi faire de sa vie. Il a tenté de faire des études, il les a abandonnées. Il a tenté d’avoir un boulot, il a démissionné. Il a fait un tour du monde, il est rentré à mi-parcours. Et il est de retour chez ses parents, tout penaud, les poches vides. Heureusement, les parents Hamilton sont patients avec lui. Faut dire qu’ils l’aiment beaucoup leur petit dernier et que c’est toujours un plaisir de l’avoir à la maison pour le traiter comme un petit garçon. C’est pas un mauvais bougre mais ce traitement de faveur l’agace. Il se sent privilégié sans jamais l’avoir mérité, il n’a jamais eu le sentiment de s’accomplir en tant qu’homme. Plutôt réservé, Chuck cache en réalité un vrai talent pour l’écriture. Il couche sur le papier régulièrement ce qu’il ressent sous forme de poèmes et même de nouvelles. S’il croyait en lui, il se lancerait dans un roman mais, le problème, c’est que Chuck n’a jamais cru en lui. Il ne se déplace presque jamais sans son appareil photo, qu’il utilise avec brio pour capturer des moments de la vie. Il est gâté dans la vie, Chuck, il le sait, mais il ne sait pas comment en profiter. Alors il brule tout par les deux bouts et ça lui vaut des grosses sessions de déprime qu’il exorcise en faisant la fête. De temps en temps, il lui arrive de se poser dans une relation amoureuse mais ça ne dure jamais bien longtemps. Il est d’une douceur folle et d’une grande tendresse quand ce n’est pas gâché par son impulsivité.

Chuck n’avait jamais su quoi faire de sa vie. Il multipliait les projets sans jamais les mener à bien. Il avait besoin de vivre les choses avec passion, il avait une fibre trop artistique pour se cantonner dans un job alimentaire. Seulement il ne croyait pas en lui en tant qu’artiste. Il enviait celles et ceux qui osaient se lancer, qui se battaient pour vivre de leur art. Il n’en avait pas le cran. Holly, elle, faisait un chouette métier. C’était d’ailleurs étonnant qu’elle ne soit pas scandalisée de cette différence entre eux. Si elle ne s’en formalisait pas aujourd’hui, elle finirait par le faire. Tôt ou tard. Pour le moment, Chuck préférait ne pas penser à ce qui pourrait les diviser. Leur complicité était réelle, leur alchimie évidente. Il préférait ne voir que ça. « Et je t’en remercie mama… Holly ! » qu’il avait dit en faisant semblant de se tromper, par pure taquinerie. Dieu merci, Holly était bien différente de sa mère. Mais cette façon de croire aveuglément que tout ce qu’il faisait valait de l’or ? C’était indéniablement un trait de caractère de maman Hamilton. Si ça le pesait quand ça venait de sa mère, c’était presque agréable venant de Holly. Malheureusement, il ne pensait pas ça très objectif. « Ok, très bien, je lui poserais la question. Je lui dirais que l’idée vient de toi. » Petit rire complice, il n’était évidemment pas sérieux. Plutôt crever que de parler de Holly à ses parents. Si ça devait se faire, ce serait pas avant… Il ne savait pas tout à fait. Mais pas tout de suite, clairement. La conversation dévia sur les futures activités qu’ils feraient ensemble ainsi que les voyages qu’ils pourraient faire tous les deux. Chuck avait proposé le Japon, Holly renchérissait avec l’Italie. Cette manière qu’ils avaient de multiplier les projets faisait sourire Chuck. « L’Italie, hum… Tu sais que tu ferai une italienne très convaincante ? » qu’il demanda, ayant eu vent du charme qu’ont vanté aux italiennes. Est-ce qu’il serait jaloux avec une telle femme au bras ? C’était évident que oui. Fier, aussi, indéniablement. Mais il y aurait de la jalousie. Il rigola à la taquinerie qui suivit. Ils avaient marché ensuite jusqu’au spot que la dame avait choisi. La jolie brune proposa ensuite qu’ils aillent se baigner et avant même que Chuck ne puisse dire quoi que ce soit, elle était déjà partie au triple galop vers l’eau. Maladroitement avec l’empressement, il retira ses habits et s’était mis à courir du mieux qu’il pouvait pour rattraper Holly. En poussant sur ses jambes, il avait réussi à rejoindre son niveau et il l’avait attrapé par derrière pour la soulever dans les airs. Holly dans les bras, il avait trottiné jusqu’à l’eau et les avait tous les deux immergé en rigolant. « Mince, nous sommes ex-aequo… Va falloir partager, je crois bien. » qu’il murmura vu la proximité de leurs corps, toujours Holly dans les bras. Sans vraiment se rendre compte, il s’attardait sur ce contact et c’était, comme à chaque fois qu’ils se rapprochaient physiquement, intense. Après quelques secondes, il reposa la jolie brune dans l’eau salée. Patient… Il avait dit qu’il serait patient alors il allait l’être.
Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Ven 18 Mar - 11:01
clem_011.jpg
Holly
Sullivan

J'ai 36 ans et je vis à dans les Hamptons pour le moment, Long Island, New-York. Dans la vie, je suis décoratrice d’intérieur et je m'en sors vraiment très bien, même si je suis en pause pour le moment. Sinon grâce à ma malchance je suis divorcée et je le vis très mal, je ne parvins pas à faire le deuil de vingt ans de relation..

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 8133471baedce160f0a42a1602371771
Après son divorce, Holly décide d'aller se ressourcer dans les Hamptons afin de faire le point sur sa vie, mais aussi de tenter de faire le deuil de sa relation de presque vingt ans avec Paul. Celui qui est devenu il y a quelques mois son ex-mari. Dans sa maison de vacances des Hamptons, elle fait la rencontre de Chuck dans une boite de nuit du coin et ce qu'on peux dire s'est qu'ils ont vite accrochés au point d'échanger un baiser. Mais malade à cause de l'alcool, Holly prends la fuite un peu gênée de ce qu'il s'est passé entre eux. Ils se retrouvent un peu par hasard dans la maison de Chuck, car surprise, Holly est la voisine de la famille du jeune homme et après une dispute à table, la brunette reçoit une invitation au mariage de son ex mari, mettant fin à la guerre froide avec le fils Hamilton. Un peu plus tard, Chuck vient lui rendre un carnet de croquis qu'elle avait oublié et chacun présente ses excuses à l'autre. Viens une douce soirée entre elle et lui, ou il est maintenant plus que clair qu'une idylle est en train de naitre.

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_pnctvaABUK1uq44zbo1_500

"Certains sourires sont des promesses à venir..."

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 5qk5
Minka Kelly
— Mama Holly ?! Qu’elle répète faussement outrée. Fais gaffe, si tu continues à être un vilain garçon, je pourrais te coller une fessée.

La brunette agite la main comme si d’un moment à un autre ça pouvait arriver. Quoique dans le fond, peut-être bien que ça ne dérangerait pas Chuck, car ce qu’elle vient de dire aussi innocent que cela soit pour elle, pourrait être pris autrement du côté du jeune homme. De toute façon, ce n’est pas la première fois, ni la dernière qu’elle met les pieds dans le plat avec des propos assez ambiguës quand elle y repense.  Mieux vaut donc poursuivre la conversation comme si de rien n'était, plutôt que de trop réfléchir à ce qu’elle vient de dire. Cependant, il semble que le fils Hamilton ait décidé de l’embêter, ce qui est de bonne guerre puisqu’elle aussi aime bien le taquiner, en lui disant qu’il poserait la question à sa mère.

— Et je nierai en bloc quand elle viendra me faire passer un interrogatoire. Non, non, jamais Ô grand jamais je n’ai dit à votre fils que le yoga en couple avait certains bénéfices. Il a dû sûrement lire ça dans un magazine féminin.

Et elle se met à rire en imaginant Chuck lire assidument le dernier “Elle” sortie en librairie. Quoique, ça pourrait lui être instructif dans le fond, si ça se trouve un article parlerait du fameux yoga en couple et il comprendrait enfin où elle voulait en venir. Pour l’heure, elle va encore garder ça pour elle. Ils en viennent à échanger sur des activités qu’ils pourraient faire à deux, mais aussi des voyages à venir, le Japon pour lui, l’Italie pour elle, pourquoi pas enchainer sur les deux destinations. Ce n’est pas comme s’ils n'avaient pas les moyens, le privilège d’avoir un compte en banque bien garni.

— Je sais, tu viens tout juste de me taxer de mama Holly non !

La jolie brunette hausse un sourcil avant de rire.

— Moi je dis que Venise ça pourrait être pas mal et après on irait se perdre dans un coin perdu de la campagne Italienne loin du tourisme.

Loin de se douter que Chuck serait aussi fier que jaloux de l’avoir à son bras, Holly était plutôt en train de se perdre dans les innombrables plats qu’elle pourrait goûter. Miss Sullivan, un vrai ventre sur pattes. Une dernière boutade pour le fils Hamilton, puis ils étaient allés s’installer avant que la brunette se déguerpisse en maillot de bain en lançant un pari idiot. De toute façon, même si elle gagne, la brunette compte lui laisser tous les makis, préférant manger un sandwich et des petits biscuits salés. D’ailleurs, elle n’est pas loin de l’eau quand elle sent Chuck l’attraper et la faire décoller du sol, la faisant éclater de rire. Clairement, elle ne s’y était pas attendue. Se laissant porter pendant qu’il trottine vers l’eau, Holly profite de la sensation de sa peau contre la sienne, même alors qu’ils les immergent dans l’eau. Ce contact est mille fois fort que lorsqu’elle avait sa main dans la sienne, elle n’aurait pas dit non que de rester encore un peu contre lui et son corps tout chaud.

— Comme je suis gentille, je te laisse tout, qu’elle répond la voix un peu chevrotante.

Et comme dans le night-club, l'alcool en moins, elle a soudainement très envie de l’embrasser, de s’approcher un peu plus de lui, d’initier à nouveau un contact physique. Là, elle est totalement en possession de ses moyens. Elle sait ce qu’elle veut. Pourtant elle ne fait rien, se contentant de regarder Chuck en se mordillant doucement la lèvre inférieure, se demandant si elle ne ferait pas mieux d’attendre encore un peu. Si l’attirance psychique qu’elle ressent pour lui est indéniable, le physique commence à peser sérieusement dans la balance. Il faut dire qu’un Chuck torse nu et humide, c’est carrément sexy, oui il est bien fait de sa personne le fils Hamilton à n’en point douter. Après un temps infini, Holly s’approche du jeune homme de sorte qu’elle se retrouve à quelques centimètres de lui, juste assez pour sentir la chaleur qui émane de lui.

— Est-ce que je peux t’embrasser ?



Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
MonkeyMama
Messages : 559
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Sam 19 Mar - 11:21
hW9aW4Jk_o.jpg
Chuck Hamilton
J'ai 26 ans et je vis dans les Hamptons, USA. Dans la vie, je suis paumé et je m'en sors très bien grâce à papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


« You asked me to dance and I said, dancing is a dangerous game. »
Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_inline_ot9o1syGyJ1tokatx_400

Chuck Hamilton n’a jamais su quoi faire de sa vie. Il a tenté de faire des études, il les a abandonnées. Il a tenté d’avoir un boulot, il a démissionné. Il a fait un tour du monde, il est rentré à mi-parcours. Et il est de retour chez ses parents, tout penaud, les poches vides. Heureusement, les parents Hamilton sont patients avec lui. Faut dire qu’ils l’aiment beaucoup leur petit dernier et que c’est toujours un plaisir de l’avoir à la maison pour le traiter comme un petit garçon. C’est pas un mauvais bougre mais ce traitement de faveur l’agace. Il se sent privilégié sans jamais l’avoir mérité, il n’a jamais eu le sentiment de s’accomplir en tant qu’homme. Plutôt réservé, Chuck cache en réalité un vrai talent pour l’écriture. Il couche sur le papier régulièrement ce qu’il ressent sous forme de poèmes et même de nouvelles. S’il croyait en lui, il se lancerait dans un roman mais, le problème, c’est que Chuck n’a jamais cru en lui. Il ne se déplace presque jamais sans son appareil photo, qu’il utilise avec brio pour capturer des moments de la vie. Il est gâté dans la vie, Chuck, il le sait, mais il ne sait pas comment en profiter. Alors il brule tout par les deux bouts et ça lui vaut des grosses sessions de déprime qu’il exorcise en faisant la fête. De temps en temps, il lui arrive de se poser dans une relation amoureuse mais ça ne dure jamais bien longtemps. Il est d’une douceur folle et d’une grande tendresse quand ce n’est pas gâché par son impulsivité.

La fessée ? Chuck s’était mis à rire. Est-ce qu’elle se rendait compte de ce qu’elle disait ? Probablement pas et c’était bien ce qu’il était le plus drôle. Chuck lui adressa un regard qui voulait dire « même pas en rêve » avant de se mettre à rire de nouveau. La mère de Chuck lui faisait une confiance presque aveugle. Il était assez certain qu’elle le croirait quoi qu’il en soit. Ceci dit, s’imaginer en train de lire un magasine féminin le faisait vraiment mourir de rire. « Tu mentirais à ma mère ! Doux Jésus ! C’est pêché ça. » qu’il éclata de rire de nouveau en pensant à sa pauvre maman qui n’avait rien demandé à personne. Est-ce qu’elle approuverait Holly et le coup de coeur que Chuck avait pour elle ? Il aimait penser que oui mais, en vérité, il n’en savait rien. Il préféra mettre cette problématique dans un coin de sa tête pour éviter de trop y penser. C’était prématuré. « Venise avec mamma Holly… J’en rêve ! Va pour la campagne italienne ensuite, parait qu’on peut y trouver du vin exceptionnel. » Et est-ce que ça la botterait, des visites de cave ? En bon fils de bourgeois, Chuck avait une bonne connaissance en matière de vins et il appréciait ça. C’était quelque chose que ses amis du même âge en comprenaient pas et en même temps… Qu’est-ce que Chuck pouvait attendre de mecs qui pensent que la Kronenbourg c’est de la bière ? Est-ce qu’il avait trouvé quelqu’un avec qui partager ça ? Elle avait déjà l’air d’être un fin gourmet. Franchement, cette femme parlait de la bouffe comme si c’était une passion. Le temps d’un pari et d’une course folle, ils étaient arrivés dans l’eau. Les vagues caressaient les jambes de Chuck mais il sentait à peine leur douceur tant il était absorbé par les yeux de Holly. Qu’on lui jette une bouée ! Il était en train de s’y noyer. Elle s’était approchée et tous les sens de Chuck s’étaient mis en éveil. Quelque chose se passait, comme un courant électrique qui parcourait leurs deux corps. C’est finalement Holly qui était venue mettre des mots dessus. Si elle peut l’embrasser ? Chuck secoua la tête en signe de négation. Non, elle ne pouvait pas. Il n’allait pas attendre qu’elle le surprenne d’un baiser. Pas à chaque fois. Celui de la boite de nuit avait été une sacrée surprise déjà, il était temps qu’il prenne les choses en main. Alors, avec une infinie douceur, il était venu écarter une mèche de cheveux du visage de la jolie brune pour la passer derrière son oreille. Il laissa sa main s’attarder sur sa joue et exerça une légère pression sur celle-ci à mesure qu’il s’avançait pour retrouver ses lèvres. En fond sonore, le bruit des vagues, et l’impression de s’élever dans les airs tant le moment était délicieux. Il ne saurait dire combien de temps il prolongea ce baiser passionné mais il n’en avait pas perdu une miette. Quand il s’était écarté, il avait mis quelques secondes à revenir sur la terre ferme. « Tu es incroyable. » qu’il souffla dans un sourire.
Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Sam 19 Mar - 16:44
clem_011.jpg
Holly
Sullivan

J'ai 36 ans et je vis à dans les Hamptons pour le moment, Long Island, New-York. Dans la vie, je suis décoratrice d’intérieur et je m'en sors vraiment très bien, même si je suis en pause pour le moment. Sinon grâce à ma malchance je suis divorcée et je le vis très mal, je ne parvins pas à faire le deuil de vingt ans de relation..

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 8133471baedce160f0a42a1602371771
Après son divorce, Holly décide d'aller se ressourcer dans les Hamptons afin de faire le point sur sa vie, mais aussi de tenter de faire le deuil de sa relation de presque vingt ans avec Paul. Celui qui est devenu il y a quelques mois son ex-mari. Dans sa maison de vacances des Hamptons, elle fait la rencontre de Chuck dans une boite de nuit du coin et ce qu'on peux dire s'est qu'ils ont vite accrochés au point d'échanger un baiser. Mais malade à cause de l'alcool, Holly prends la fuite un peu gênée de ce qu'il s'est passé entre eux. Ils se retrouvent un peu par hasard dans la maison de Chuck, car surprise, Holly est la voisine de la famille du jeune homme et après une dispute à table, la brunette reçoit une invitation au mariage de son ex mari, mettant fin à la guerre froide avec le fils Hamilton. Un peu plus tard, Chuck vient lui rendre un carnet de croquis qu'elle avait oublié et chacun présente ses excuses à l'autre. Viens une douce soirée entre elle et lui, ou il est maintenant plus que clair qu'une idylle est en train de naitre.

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_pnctvaABUK1uq44zbo1_500

"Certains sourires sont des promesses à venir..."

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 5qk5
Minka Kelly
Holly ne peut pas s’empêcher de rire en voyant le regard de Chuck, suite à cette menace de fessée. D’accord, d’accord, il a très bien compris l'ambiguïté de sa phrase, du moins c’est l’impression qu’elle a, le jeune homme est vif d’esprit après tout. Mais il ne s’attarde pas là-dessus, permettant à la brunette de ne pas pédaler dans la semoule, renchérissant plutôt lorsqu’il parle de maman Hamilton. Qui doit très certainement avoir les oreilles qui sifflent à l’heure actuelle.

— Crois moi, mieux vaut que je lui mente sur ce point, je ne suis pas sûr qu’elle apprécierait que j’ai pu proposer ça à son fils, pour en tirer certains bénéfices.

La décoratrice d’intérieur porte sa main à sa bouche, dans une tentative un peu ratée de cacher son sourire beaucoup trop grand. Le fils Hamilton ne sait toujours pas de quel genre de bénéfices il s’agit, mais peut-être que maintenant il doit en avoir une vague idée.

— Fort heureusement, je peux pêcher autant que je veux, n’étant pas croyante.

Elle joint son éclat de rire à celui de Chuck, hochant ensuite la tête quand il évoque le vin exceptionnel Italien, tout comme les paysages qu’il peut y avoir là-bas.

— Ils ont en effet de très bons et beaux vignobles en Italie, même si selon moi les meilleurs vins sont français, un peu comme leur fromage et leur gastronomie. Peut-être bien qu’on devrait rajouter la France à nos futurs destination à venir non ?

De toute façon si ça ne tenait qu’à Holly, elle emmènerait Chuck un peu partout dans le monde, ce serait une belle façon de continuer à apprendre à se connaître. Surtout que si elle se rend au mariage de son ex-mari, elle aura grand besoin de voir d’autres horizons, avant de reprendre le chemin de son travail et de son quotidien New-Yorkais. Mais elle réfléchira à tout ça le moment venu, l’instant présent c’est Chuck et leur course folle, qui finit par les amener dans l’eau, après que le jeune l’eut rattrapé. Tout comme le désir de Holly de vouloir embrasser Chuck, découlant du bref rapprochement physique qu’ils ont lorsque le fils Hamilton l’a porté dans ses bras. Oui, ce serait mentir de dire que ça n’a pas électrisé la trentenaire et qu’elle a très envie de sentir de nouveau sa peau tiède contre la sienne. Alors elle s'était rapprochée très peu de lui, son regard se plongeant dans l'abîme bleu de ses yeux, puis elle lui avait demandé si elle pouvait l’embrasser. Ce à quoi Chuck répond par la négative… Forcément, la brunette est surprise, mais aussi déçue et ça doit clairement se lire sur son visage, d’un autre côté, elle ne veut pas non plus le brusquer. Respectant sa décision, la décoratrice se dit qu’elle ferait mieux de reculer, juste au moment où Chuck vient doucement glisser une mèche de cheveux sombre derrière son oreille. Lui tirant un petit frisson. Le jeune homme avait ensuite glissé sa paume chaude contre sa joue, lui faisant tranquillement fermer les yeux et Holly avait porté tranquillement sa main sur la sienne. Et finalement, elle avait senti ses lèvres venir à la rencontre des siennes, pour le plus parfait et gourmand des baisers. A cet instant, il n’y a plus grand chose qui compte pour elle, hormis la présence du jeune homme et sa douceur folle. Elle est d’ailleurs un peu hébétée quand il rompt finalement le contact. Clignant des yeux, elle finit tout de même par atterrir et rend son sourire à Chuck, le compliment lui faisant chaud au cœur.

— Toi aussi tu est incroyable, qu’elle avait murmuré comme une douce confidence.

Holly avait ensuite posé son front contre le sien, glissant ses mains de chaque côté de son visage, ses pouces caressant tendrement ses joues.

— Je suis heureuse de t’avoir rencontré Chuck, tu ne t’imagines pas comme je suis bien avec toi.

Oui, même avec Paul elle n’avait jamais ressenti des sentiments aussi doux, des émotions aussi tendres et sûrement le début d’un amour aussi puissant que violent pour le jeune homme.



Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
MonkeyMama
Messages : 559
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Mar 22 Mar - 9:53
hW9aW4Jk_o.jpg
Chuck Hamilton
J'ai 26 ans et je vis dans les Hamptons, USA. Dans la vie, je suis paumé et je m'en sors très bien grâce à papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


« You asked me to dance and I said, dancing is a dangerous game. »
Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_inline_ot9o1syGyJ1tokatx_400

Chuck Hamilton n’a jamais su quoi faire de sa vie. Il a tenté de faire des études, il les a abandonnées. Il a tenté d’avoir un boulot, il a démissionné. Il a fait un tour du monde, il est rentré à mi-parcours. Et il est de retour chez ses parents, tout penaud, les poches vides. Heureusement, les parents Hamilton sont patients avec lui. Faut dire qu’ils l’aiment beaucoup leur petit dernier et que c’est toujours un plaisir de l’avoir à la maison pour le traiter comme un petit garçon. C’est pas un mauvais bougre mais ce traitement de faveur l’agace. Il se sent privilégié sans jamais l’avoir mérité, il n’a jamais eu le sentiment de s’accomplir en tant qu’homme. Plutôt réservé, Chuck cache en réalité un vrai talent pour l’écriture. Il couche sur le papier régulièrement ce qu’il ressent sous forme de poèmes et même de nouvelles. S’il croyait en lui, il se lancerait dans un roman mais, le problème, c’est que Chuck n’a jamais cru en lui. Il ne se déplace presque jamais sans son appareil photo, qu’il utilise avec brio pour capturer des moments de la vie. Il est gâté dans la vie, Chuck, il le sait, mais il ne sait pas comment en profiter. Alors il brule tout par les deux bouts et ça lui vaut des grosses sessions de déprime qu’il exorcise en faisant la fête. De temps en temps, il lui arrive de se poser dans une relation amoureuse mais ça ne dure jamais bien longtemps. Il est d’une douceur folle et d’une grande tendresse quand ce n’est pas gâché par son impulsivité.

Mais de quoi est-ce qu’elle parlait ? La curiosité sur le visage de Chuck était palpable. Comme quoi, il allait peut-être bien finir par les faire ces foutus cours de yoga… juste pour savoir. Et puis l’idée germa dans son esprit. Si c’était quelque chose que sa mère ne voudrait pas savoir… Et il avait compris. A la tête de Holly, l’idée se confirma. S’il rougissait cette fois, ce n’était pas simplement par gêne… Non, il avait étrangement chaud d’un coup aussi. « Eh bien, puisque tu m’obliges à prendre des cours… Je verrais bien ce que c’est à ce moment-là. » qu’il avait dit, feignant l’innocence. Holly lui apprit qu’elle n’était pas croyante et Chuck hocha la tête, ravi d’en apprendre plus sur la jolie brune. Il ne l’était lui-même pas non plus bien qu’il ait suivi l’étude religieuse classique. C’était le souhait de ses parents qui, eux, ont la foi. Le regard du jeune homme s’était ensuite mis à pétiller quand Holly avait renchéri sur la France, le pays qui produit le meilleur vin sur le globe. Une connaisseuse, donc. Les perspectives qu’ils avaient devant eux étaient devenues d’un coup énormes et Chuck se réjouissait. Pourvu que rien ne vienne gâcher ça, qu’une petite voix pessimiste tapie en lui était venu lui souffler dans un coin de l’esprit. Chuck ne manquait pas de courage mais il avait aussi grandement peur de l’échec et des faux espoirs. Seulement cette fois, et c’était bien la première fois, il avait un bon pressentiment. Pressentiment qui s’était confirmé quand ils avaient scellés leurs lèvres ensemble pour un baiser passionné. Ça ne ressemblait pas vraiment à leur premier baiser mais c’était tout aussi délicieux. Chuck s’était senti transporté et l’étrange chaleur qu’il avait senti lui dévorer les entrailles lui fit comprendre que ça pouvait aller vite. Très vite. Il se sentait totalement attrapé, pris au piège et déjà emprisonné dans la plus charmante des prisons. Pour rien au monde il ne voudrait s’y soustraire et, pourtant, il avait quand même mis un terme à ce baiser pour dire à Holly à quel point il l’estimait. Elle lui avait retourné le compliment et Chuck s’était fait violence pour ne pas la contredire. Non, il n’avait rien d’exceptionnel. Et elle finirait par le comprendre, lui disait la vilaine petite voix dans sa tête. Quoi qu’il en soit, il ne voulait pas gâcher ce moment. Alors quand, front contre front, elle lui avait dit à quel point elle était heureuse de l’avoir rencontré, Chuck avait souri avant de dire : « Moi aussi, je… Je pensais pas ça possible. » Être emporté de manière aussi fulgurante, il n’avait jamais connu ça. Et pourtant, en grand romantique, il avait toujours été à la recherche d’une passion de cette ampleur. Peut-être qu’il allait finalement connaitre le grand Amour, celui dont il avait toujours rêvé. Il tourna doucement la tête pour retrouver la paume d’une des mains de Holly avec ses lèvres. Après avoir déposé un léger baiser sur celle-ci, il s’écarta pour se positionner derrière Holly et la prendre dans ses bras. Ainsi enlacés, ils regardaient dans la même direction : l’horizon, l’eau qui s’étendait à perte de vue devant eux. « J'ai jamais été aussi heureux du moment présent tout en ayant très envie de connaitre la suite… » qu’il fit remarquer, confiant alors son ressenti à la décoratrice d’intérieur. C’était assez paradoxal comme sentiment pour autant Chuck s’en réjouissait.
Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Mar 22 Mar - 15:33
clem_011.jpg
Holly
Sullivan

J'ai 36 ans et je vis à dans les Hamptons pour le moment, Long Island, New-York. Dans la vie, je suis décoratrice d’intérieur et je m'en sors vraiment très bien, même si je suis en pause pour le moment. Sinon grâce à ma malchance je suis divorcée et je le vis très mal, je ne parvins pas à faire le deuil de vingt ans de relation..

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 8133471baedce160f0a42a1602371771
Après son divorce, Holly décide d'aller se ressourcer dans les Hamptons afin de faire le point sur sa vie, mais aussi de tenter de faire le deuil de sa relation de presque vingt ans avec Paul. Celui qui est devenu il y a quelques mois son ex-mari. Dans sa maison de vacances des Hamptons, elle fait la rencontre de Chuck dans une boite de nuit du coin et ce qu'on peux dire s'est qu'ils ont vite accrochés au point d'échanger un baiser. Mais malade à cause de l'alcool, Holly prends la fuite un peu gênée de ce qu'il s'est passé entre eux. Ils se retrouvent un peu par hasard dans la maison de Chuck, car surprise, Holly est la voisine de la famille du jeune homme et après une dispute à table, la brunette reçoit une invitation au mariage de son ex mari, mettant fin à la guerre froide avec le fils Hamilton. Un peu plus tard, Chuck vient lui rendre un carnet de croquis qu'elle avait oublié et chacun présente ses excuses à l'autre. Viens une douce soirée entre elle et lui, ou il est maintenant plus que clair qu'une idylle est en train de naitre.

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_pnctvaABUK1uq44zbo1_500

"Certains sourires sont des promesses à venir..."

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 5qk5
Minka Kelly
Ah ! Vu les rougeurs qui apparaissent sur les joues de Chuck, Holly se fait la réflexion qu’il a dû surement comprendre ou elle voulait en venir. Quand elle disait qu’il était vif d’esprit, elle ne s’était pas trompée. La jolie brune se demande tout de même si cette possibilité qu’ils en viennent à des rapports charnels le gène ? Ou qu’au contraire il en ait déjà envie ? Peut-être un mélange des deux, gêner d’en avoir envie ? Mais là n’est pas la question pour le moment.

— T’obliger à prendre des cours ? Qu’elle répète en riant. Rien ne t’oblige à me suivre là-dedans, tu auras toujours le choix.

Mais du point de vue de la décoratrice et maintenant que le jeune homme sait ou elle voulait en venir, sans doute qu’il se laissera entraîner dans ses aventures. Seulement bien sûr pour le plaisir du sport et des bénéfices qu’ils en tireront tous les deux. Ha, ha, ha ! Ils en viennent ensuite à parler des voyages qu’ils pourraient faire ensemble, Japon, Italie, France, des jolies destinations en perspectives, que la décoratrice espère vraiment pouvoir visiter en sa compagnie. La trentenaire se demande ensuite si Chuck et ses parents sont là en villégiature, ou s'ils sont des résidents permanents dans les Hamptons. Il serait dommage que le fils Hamilton habite en vérité à l’autre bout du pays, ce serait un peu compliqué pour eux de se voir par la suite. Et si au bout d’une semaine le jeune homme lui manque si vite, elle risque de dépérir s'ils ne se voient pas pendant un mois voir plus. La rapidité avec laquelle elle s’est attachée à lui et les émotions qu’il lui fait ressentir au point d’en avoir le tournis, c’est aussi exaltant qu’effrayant. Holly a conscience que rien n’est gravé dans le marbre, cependant, elle sent que plus le temps va passer, plus elle va s’attacher à Chuck. De sorte que s’il finit par l’abandonner d’une manière ou d’une autre, la brunette n’est pas bien sûr de pouvoir s’en remettre. Définitivement sa relation avec Paul et celle qui se dessine avec le jeune homme n’ont rien à voir, l’une est bien plus puissante et passionnée que l’autre. Tout comme ce baiser qu’ils en viennent à partager, au milieu des vagues paisibles et de la douceur du vent marin. Le genre de baiser qui vous fait tout oublier et décuple la présence de l’autre, au point que Holly aurait aimé que ça ne s’arrête jamais. Hélas, Chuck finit par s’écarter d’elle pour la complimenter, mais comme une droguée, la brunette se rapproche à nouveau de lui. Front contre front. Souffle contre souffle.

— La vie a parfois des belles surprises à offrir, je ne m’attendais pas à toi, mais je crois pas que je pourrais m’en passer maintenant, murmure t-elle un peu timidement.

Après avoir déposé un baiser sur la paume de l’une de ses mains, Chuck s’était déplacé derrière pour la prendre dans ses bras et Holly s’était un peu plus lovée contre lui. La meilleure place du monde.

— Le futur c’est nous deux en train de faire du yoga, pour sûr que ça donne envie.

Elle avait ri avant de glisser ses bras contre ceux du jeune homme et de reprendre un peu son sérieux.

— Justement en parlant de l’avenir, je me demandais, tu vis ici en permanence ou tu es juste là en vacances ?



Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
MonkeyMama
Messages : 559
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Mer 23 Mar - 13:48
hW9aW4Jk_o.jpg
Chuck Hamilton
J'ai 26 ans et je vis dans les Hamptons, USA. Dans la vie, je suis paumé et je m'en sors très bien grâce à papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


« You asked me to dance and I said, dancing is a dangerous game. »
Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_inline_ot9o1syGyJ1tokatx_400

Chuck Hamilton n’a jamais su quoi faire de sa vie. Il a tenté de faire des études, il les a abandonnées. Il a tenté d’avoir un boulot, il a démissionné. Il a fait un tour du monde, il est rentré à mi-parcours. Et il est de retour chez ses parents, tout penaud, les poches vides. Heureusement, les parents Hamilton sont patients avec lui. Faut dire qu’ils l’aiment beaucoup leur petit dernier et que c’est toujours un plaisir de l’avoir à la maison pour le traiter comme un petit garçon. C’est pas un mauvais bougre mais ce traitement de faveur l’agace. Il se sent privilégié sans jamais l’avoir mérité, il n’a jamais eu le sentiment de s’accomplir en tant qu’homme. Plutôt réservé, Chuck cache en réalité un vrai talent pour l’écriture. Il couche sur le papier régulièrement ce qu’il ressent sous forme de poèmes et même de nouvelles. S’il croyait en lui, il se lancerait dans un roman mais, le problème, c’est que Chuck n’a jamais cru en lui. Il ne se déplace presque jamais sans son appareil photo, qu’il utilise avec brio pour capturer des moments de la vie. Il est gâté dans la vie, Chuck, il le sait, mais il ne sait pas comment en profiter. Alors il brule tout par les deux bouts et ça lui vaut des grosses sessions de déprime qu’il exorcise en faisant la fête. De temps en temps, il lui arrive de se poser dans une relation amoureuse mais ça ne dure jamais bien longtemps. Il est d’une douceur folle et d’une grande tendresse quand ce n’est pas gâché par son impulsivité.

En bon impulsif, Chuck ne se formalisait pas de la rapidité avec laquelle sa relation avec Holly se consolidait. Il y avait des choses que l’on n’expliquait pas dans la vie, qu’on ne pouvait que ressentir et tant mieux. Chuck n’était pas du genre à agir de manière raisonnée. Il suivait son coeur, ses instincts, et tout se profilait miraculeusement bien à ce niveau-là. Il riait, lui aussi, en s’imaginant faire du yoga. Il doutait franchement qu’il soit très beau à voir dans un pantalon moulant de yoga mais si vraiment ça pouvait initier quelque chose entre eux sur le plan physique… Ça méritait au moins d’être envisagé. Ce n’est pas comme s’il n’aimait pas faire de sport. Au contraire, Chuck en a besoin pour se défouler. Il peut passer des heures dans la piscine de la demeure Hamilton à faire des longueurs ce qui lui avait valu un corps plutôt bien dessiné. Est-ce que c’est le yoga qui avait sculpté un tel corps à Holly ? En tout cas, Chuck était forcé de constater que c’était drôlement efficace. Elle était splendide. Peut-être même un peu trop pour qu’il ne parvienne à résister à l’appel de ses lèvres sitôt qu’il en avait eu l’occasion. Et quel baiser ! Il avait encore le goût salé de l’air marin sur les lèvres quand ils s’étaient tous les deux tourné vers l’horizon. Chuck était étrangement pensif… et confiant. Le futur lui paraissait plus beau. Il n’avait toujours que très peu de certitudes mais l’idée d’y compter Holly suffisait à lui apporter une certaine quiétude. « Je ne bouge pas. » qu’il avait murmuré à son tour en cajolant la trentenaire. Chuck ne s’attendait pas à ça non plus. Bien qu’il ne soit pas étriqué d’esprit, il n’avait jamais fréquenté quelqu’un plus âgé que lui. En général, elles avaient son âge et c’est ce qui permettait de voir un avenir commun. Pourtant, il n’avait jamais su rien construire. Est-ce qu’il était prêt aujourd’hui ? Il avait envie de croire que oui. Holly dans les bras, tout lui semblait possible. Il avait ri quand elle était revenue sur cette histoire de yoga, les imaginant sérieusement en faire ensemble. Et puis… Pourquoi pas ? Il y avait-il quelque chose qu’il saurait lui refuser ? Probablement pas. Si ça se trouve, ça lui ferait du bien. Ou pas. « Bien sûr ! » qu’il s’était exclamé en levant les yeux au ciel. Holly quant à elle semblait continuer de se projeter dans le futur. Vu sa question, Chuck comprit qu’elle commençait à s’interroger sur le futur. « Mes parents vivent ici… Et je vis chez mes parents le temps d’éclaircir mon avenir professionnel. » qu’il avait dit en haussant les épaules. Il fallait comprendre par là qu’il ne comptait pas sérieusement rester éternellement chez ses parents. Bien que ce soit confortable, Chuck ressentait le besoin de s’émanciper définitivement. Il avait un peu de mal à s’en donner les moyens… Mais ça viendrait. Ça devait, il finirait dingue sinon. « Je suis pas vraiment très stable à ce niveau-là. » qu’il avait avoué plus bas. « Tu as faim ? » qu’il avait demandé ensuite, prêt à rompre la magie du moment pour éviter de s’attarder sur ce sujet épineux.  
Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Jeu 24 Mar - 11:36
clem_011.jpg
Holly
Sullivan

J'ai 36 ans et je vis à dans les Hamptons pour le moment, Long Island, New-York. Dans la vie, je suis décoratrice d’intérieur et je m'en sors vraiment très bien, même si je suis en pause pour le moment. Sinon grâce à ma malchance je suis divorcée et je le vis très mal, je ne parvins pas à faire le deuil de vingt ans de relation..

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 8133471baedce160f0a42a1602371771
Après son divorce, Holly décide d'aller se ressourcer dans les Hamptons afin de faire le point sur sa vie, mais aussi de tenter de faire le deuil de sa relation de presque vingt ans avec Paul. Celui qui est devenu il y a quelques mois son ex-mari. Dans sa maison de vacances des Hamptons, elle fait la rencontre de Chuck dans une boite de nuit du coin et ce qu'on peux dire s'est qu'ils ont vite accrochés au point d'échanger un baiser. Mais malade à cause de l'alcool, Holly prends la fuite un peu gênée de ce qu'il s'est passé entre eux. Ils se retrouvent un peu par hasard dans la maison de Chuck, car surprise, Holly est la voisine de la famille du jeune homme et après une dispute à table, la brunette reçoit une invitation au mariage de son ex mari, mettant fin à la guerre froide avec le fils Hamilton. Un peu plus tard, Chuck vient lui rendre un carnet de croquis qu'elle avait oublié et chacun présente ses excuses à l'autre. Viens une douce soirée entre elle et lui, ou il est maintenant plus que clair qu'une idylle est en train de naitre.

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Tumblr_pnctvaABUK1uq44zbo1_500

"Certains sourires sont des promesses à venir..."

Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 5qk5
Minka Kelly
Rassurée pour le moment de savoir que Chuck ne compte pas s’envoler de si tôt, Holly avait fermé les yeux se laissant cajoler par le jeune homme. Il n’y a rien de mieux en ce bas monde que d’être entouré d’autant d’affection et de douceur, c’est comme un baume sur son cœur meurtris par la trahison de son ex-mari. Mais loin de le considérer comme un simple pansement, qu’elle compte utiliser jusqu’à aller mieux et de passer à autre chose. Le fils Hamilton est au contraire une toute nouvelle aventure excitante et pleines de belles promesses, qui elle l'espère, se réaliseront à un moment ou à un autre. Clairement, elle qui ne croyait pas au coup de foudre et sans doute en train d’en vivre un et peut-être bien bien aussi l’amour avec un grand A. Le jeune homme ravive de milliers de couleurs dans sa vie qui était devenue si grise et rien que pour ça, Miss Sullivan sait que Chuck est une personne très spéciale. Se laissant bercer par l’étreinte de son compagnon et de l’ambiance marine, la jolie brune finit pourtant par rouvrir les yeux, son esprit se mettant en branle aux propos du jeune homme. Le futur, comment ne pas y penser, alors que la relation ne cesse de se renforcer et s’intensifier les jours passant. Le mois prochain, ils sont mariés et ont déjà quatre enfants ! En soi ce n’est pas déplaisant comme image, cependant, il est encore trop tôt pour se projeter aussi loin et rien ne lui garantit que Chuck voudra des enfants avec elle. Mais elle sait qu’elle va devoir finir par prendre une décision à ce niveau là, son horloge biologique ne va pas rajeunir du jour au lendemain.  Se faisant violence pour arrêter de penser à ça, la brunette lui parle plutôt du yoga, ce qu’il finit par accepter. La décoratrice tourne la tête vers lui en souriant.

— Je vais nous organiser ça alors, vous n’êtes pas prêt à ce qui va vous arriver Chuck Hamilton.

La décoratrice d’intérieur lui avait ensuite demandé s’il vivait ici en permanence ou ailleurs, et apparemment la première possibilité fut la bonne. Dire qu’elle était soulagée était un euphémisme, elle aurait été en effet plus que déçue si sa relation avec Chuck devait finir par être classée dans la rubrique amour d’été.

— Ce sera plus facile de se voir si on habite pas trop loin l’un de l’autre, en septembre je vais devoir retourner à New-York, j’ai un peu toute ma vie là-bas.

Une heure de route ce n’était en effet pas la mer à boire, elle était même prête à venir chercher Chuck dans les Hamptons si nécessaire et la jolie brune pouvait rester de temps en temps en week-end là-bas. Non vraiment, la distance n’avait rien d’insurmontable.

— Oh je suis sûr que tu vas finir par trouver ce que tu veux faire, parfois ça met juste plus de temps d’une personne à une autre. J’ai un ami qui a presque le même âge que moi et il vient de trouver sa voie. Tu as des envies particulières ?

Holly s’était ensuite échappée des bras de Chuck pour prendre sa main et le suivre vers leur serviettes de bain et là où les attendait également le reste de leurs affaires.

— En parlant d’âge, dans deux semaines je vais fêter mes trente six ans, ce sera à New-York par contre. Ça te dirais de venir ?

Ce serait chouette s’il pouvait être là, mais elle comprendrait qu’il ne veuille pas être entouré de presque quarantenaire dans une fête plutôt sage par rapport à celles ou il a déjà pu aller.  



Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama - Page 8 Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
Contenu sponsorisé
Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama
Page 8 sur 9
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Sujets similaires
-
» Jour après jour, c'est la même déprime, je n'éprouve plus rien en commentant des crimes. [ft. Clio]
» j'ai jamais d'idées pour les titres
» Pour toujours et à jamais <3 {Chad & Anne}
» But i can't help falling in love with you • MonkeyMama
» Un bien trop petit réceptacle pour tant de colère (ft Cheval de Troie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: