Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Nouveaux sujets
» Restons simple.
Be my masterpiece  ft THE MOON EmptyAujourd'hui à 21:52 par Argawaen

» Rêve Jaune
Be my masterpiece  ft THE MOON EmptyAujourd'hui à 15:26 par Val

» (padfoot&eternals.) you're the habit that i can't break.
Be my masterpiece  ft THE MOON EmptyAujourd'hui à 12:53 par padfoot.

» Un grain de folie.
Be my masterpiece  ft THE MOON EmptyAujourd'hui à 2:23 par Argawaen

»  Le crime rend égaux tous les êtres qu’il souille.
Be my masterpiece  ft THE MOON EmptyHier à 0:55 par Cheshire-

» VERSION 10
Be my masterpiece  ft THE MOON EmptyDim 22 Mai - 20:09 par Maître des Univers

» Les badges
Be my masterpiece  ft THE MOON EmptyDim 22 Mai - 19:56 par Pyramid Rouge

» Pool party at Stark's House • Sujet commun • Flood
Be my masterpiece  ft THE MOON EmptyDim 22 Mai - 19:16 par Maître des Univers

» Pool party at Stark's House • Sujet commun
Be my masterpiece  ft THE MOON EmptyDim 22 Mai - 19:15 par Maître des Univers

-38%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
27.99 € 44.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Be my masterpiece ft THE MOON

Patate Douce
Messages : 547
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Sam 15 Jan - 23:08
bbd2d23d9c0e276db5e236ec58e39fbc95eb53b0.png
Adamn
Elliott

J'ai à decouvrir ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis directeur de collection et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma à decouvrir/b>, je suis à decouvrir et je le vis plutôt à découvrir..
Michael B Jordan by persephoniagraphic.

Vendredi 14 Janvier
08h25
NY


Mon premier jour pour remplacer mon prédécesseur. Premier jour où je vais devoir montrer que je ne suis pas là pour être éclipsé. Non, je comptais mettre ma griffe dans cette affaire. J'allais continuer de me montrer intransigeant, froid et direct. Pas de filtres, ni de ménagement, aller au but qu'importe si je bouscule les egos des autres. Voila trois jours que je suis arrivé. Le temps de me trouver un appartement, de m'acclimater à ce rythme. Après Paris, cela devrait être possible. Une nouvelle année chargée de défis.

Je suis à mon bureau depuis sept heures. Je voulais aussi prendre mes marques ici. Faire le tour des locaux à mon rythme, saluer quelqu'uns aussi matinaux que moi. Juger le café des machines et me dire que j'allais devoir m'acheter une véritable cafetière. Vérifier que le matériel de la salle de réunion est fonctionnel puis revenir à mon bureau.

C'est devant la baie vitrée donnant sur un parc magnifique que je dénoue mon veston. Je prends une grande inspiration. Je répète mon discours dans ma tête. Hésitation de nuancer quelques propos. Mais je ne voulais pas passer pour le Directeur cool devenant infâme au fil des jours autant l'être dès le début, non ? On toque à ma porte et je reprends mon air fermé. Je pivote, refermant mon bouton et fais face à un jeune homme. Ce dernier se présentant comme mon assistant. Mh, si je le decide, oui. Autant le mettre dans le bain. Je sens bien que ça provoque un moment de flottement chez lui et je souris doucement. Il m'annonce que la réunion va commencer et je le remercie.

Je m'octroie quelques secondes pour faire le vide dans mon esprit. Etre ancré dans le présent. C'est d'un pas déterminé que j'entre de nouveau dans la salle. Bonjour à tous, je me présente Adam Elliott, et je suis le nouveau Directeur des collections. Et sachez que je ne donne pas de seconde .. mon regard passe sur chaque tête et l'un d'entre elle me fait perdre mon mot. Je .. Que fait-elle ici ? Déstabilisant. Mais je me reprends rapidement. Chance. Le destin est bien farceur avec moi.

Je termine quand même mon discours insistant bien sur la rigueur et le dépassement de soi que je leur demanderais de jours comme de nuits. Je mène la réunion durant 45 minutes sinon personne n'écoute au-delà et laisse dix minutes de questions et j'invite chacun a se servir en viennoiserie et boissons chaudes. Quand tout le monde sort, je lui demande de rester. Je brise littéralement la distance entre nous. Bonjour vous. Avez vous bien dormi, la dernière fois ?


Be my masterpiece  ft THE MOON Y2SMLgu
THE MOON.
Messages : 296
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : sweeticonstuff

Univers fétiche : Vie réelle, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t4868-le-monde-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4890-le-calepin-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t5100-le-capharnaum-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4865-the-moon
THE MOON. En ligne
Lun 17 Jan - 23:59
@Patate Douce :l:
df781db71fa1d15b3e32a41942559c6559e71841.png
Jessie Valentine
J'ai 26 ans et je vis à New York City, Etats-Unis. Dans la vie, je suis modéliste et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma poisse quasi-légendaire, je suis séparé et je le vis plutôt mal.

ea2772c09b18a24438f876452b7be82e02241143.gifv

Mayday, mayday, the ship is slowly sinking. They think I'm crazy but they don't know the feeling. They're all around me circling like vultures, they wanna break me and wash away my colors. Take me high and I'll sing. Oh, you make everything okay, okay, okay. We are one and the same. Oh, you take all of the pain away, away, away. Save me if I become my demons. I cannot stop this sickness taking over, it takes control and drags me into nowhere. I need your help, I can't fight this forever. I know you're watching, I can feel you out there. Take me over the walls below, fly forever, don't let me go. I need a savior to heal my pain when I become my worst enemy, the enemy.

(( my demons ))



Willy Cartier par vainglorious
Okay.
Okay, c'est bon. J'ai réussi à arriver à l'heure, et même légèrement en avance. Pas gagné avec ma bagnole encore au garage et l'obligation de me déplacer en transports en commun pendant un temps encore indéterminé. Jure que je suis déjà au bout de ma vie. Sauf que c'est mon premier jour dans un nouveau travail, alors il faut que je fasse bonne figure et que j'ai l'air de gérer la situation. C'est un nouveau départ, pas vrai ? Le stress dépassé, ça ira mieux. Ca ne peut pas devenir pire de toute façon, vu le point où j'en suis.

« Bonjour, je suis… »
« C'est pour postuler comme nouveau mannequin ? »
« Euh… Pas du tout ? Je suis Jessie Valentine, le nouveau modéliste, on m'a dit qu'il y avait une réunion ce matin… »

Il me semble qu'elle me regarde un peu étrangement, comme si elle était perplexe. Je la regarde avec insistance, silencieusement, attendant qu'elle m'indique où je suis censé aller. Si elle pouvait le faire avant l'heure de début de la réunion, ça m'arrangerait…
Elle finit par m'indiquer où se trouve la salle de réunion, je m'y rends donc sans attendre et m'installe sur l'une des chaises. Pile juste avant que le fameux nouveau directeur dont j'avais entendu parler lors de mon entretien ne fasse son entrée. Et à cet instant très précisément, j'ai l'impression que ma mâchoire va se décrocher.

Non mais… C'est quel genre de karma de merde que j'ai, en fait ?

« Il est beau, hein ? Mais laisse tomber, il paraît qu'il est impitoyable… » me murmure la demoiselle assise juste à côté de moi.

Je me reprends rapidement, ne lui répondant pas. Et en plus, le gars m'a repéré lui aussi. Il en a même fait une pause dans sa phrase.
Je. Suis. Foutu.
Gêné, je ne peux m'empêcher de me tasser dans mon siège. Si j'avais pu, j'aurais carrément fusionné avec le meuble. Ce mec, j'ai passé une nuit carrément… Torride, avec lui. Il s'est envolé au petit matin sans rien pour le recontacter et en me laissant en tête à tête avec ma sale solitude. Mon douloureux abandon. Et maintenant, je découvre que c'est juste le grand patron de l'entreprise où je commence mon nouveau travail. Ca ne pouvait pas plus mal tomber…

Je fais de mon mieux pour essayer d'écouter son discours, mais je suis quand même super perturbé. J'ai ces images de la soirée qu'on a passé ensemble qui me reviennent en tête et je ne peux m'empêcher d'avoir un peu honte. Je tripote nerveusement une mèche de mes cheveux pendant tout le temps de son laïus. Et quand il termine, je me lève avec les autres, m'apprêtant à les suivre, mais… Non. Il en a décidé autrement. Pendant un instant, je me fige. Puis je me retourne pour lui faire face et je le vois s'approcher de moi. Je sens mes muscles se tendre. Okay, c'est vrai qu'il est canon, je m'en souviens bien, par contre… Je ne m'étais pas rendu compte qu'il était aussi intimidant. Est-ce que c'est le cadre du travail qui le métamorphose ainsi ou ma propre inquiétude ?

« Hum… Oui, enfin, je ne suis pas sûr qu'on puisse dire que j'ai énormément dormi. » je réponds.

Pourquoi j'ai dit ça, au juste ?

Je fais de mon mieux pour avoir l'air à l'aise et sûr de moi. Je suis quelqu'un qui a de l'assurance à la base mais putain, toutes les merdes qui me sont tombées dessus les unes après les autres ces derniers temps m'ont clairement foutu un coup. Je me retrouve clairement démuni et salement fragilisé depuis. Mais promis, je fais tout pour garder la tête haute.

« Cela dit, j'ai suffisamment fermé l'œil pour me retrouver déçu de ne pas pouvoir prendre le petit-déjeuner en bonne compagnie. »

Est-ce que c'est un reproche caché sous de la pure bêtise ? Carrément. Je suis même pas certain que ça soit si bien caché que ça.
Est-ce que j'étais vraiment en droit d'attendre ce genre de chose de lui ? Non. Et je le sais parfaitement.

« Est-ce que si je promets de faire comme si rien de tout ça n'avait existé, je peux garder mon poste ? C'est mon premier jour et j'ai besoin de ce travail… »

Oui, non, faudrait penser à pas perdre le nord non plus. Je sais très bien que ça pourrait me tomber sur le coin du pif, cette histoire. Ca s'est passé alors que je ne savais pas du tout qui il était mais… Franchement, ouais, je flippe un peu. J'ai beau faire le malin, j'évite de trop le faire aussi. Faut que je pense au fait que j'ai besoin de thunes et que j'ai une belle opportunité en bossant ici.
Patate Douce
Messages : 547
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Lun 31 Jan - 22:07
bbd2d23d9c0e276db5e236ec58e39fbc95eb53b0.png
Adamn
Elliott

J'ai à decouvrir ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis directeur de collection et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma à decouvrir/b>, je suis à decouvrir et je le vis plutôt à découvrir..
Michael B Jordan by persephoniagraphic.
Vendredi 14 Janvier
08h45
NY


Acte rare en ces lieux ; un sourire en coin, perceptible que de son regard, mais qui se veut quand même chaleureux. Ainsi donc il se souvient de notre nuit. Je hausse quand même un sourcil, surpris pas tant d'audace. Mais bon, je l'avais connu de la sorte. A la fois timide et si .. Bref, ce n'est pas le moment de songer à cette bataille emotionnelle. Je ne dis rien à sa remarque, ressentant tout de même une germe de mal aisance en lui. Pour autant, je vais quand même en jouer délicieusement. Petit rire qui émane de ma gorge, quand je l'entends se plaindre pour le lendemain où j'ai dû m'absenter. Une mère à l'hôpital, cela remet tout de suite les idées en place. Alors qu'au fond, j'aurais voulu partager le pain avec lui. Je hausse les épaules, l'air de rien alors que j'avais vécu un drame ce jour.

Je conserve quand même mon rictus, ne voulant aucunement mettre ce douloureux moment sur le tapis. Mon regarde se fronce à sa question. Si tu passes sous le bureau tous les jours, peut-être que j'y réfléchirais. Je laisse de longues secondes s'écouler, qu'il prenne le temps de bien réfléchir à mes propos. Je me délecte de son expression, riant véritablement avant de prendre un air sérieux. Je me penche jusqu'à son oreille. Je te souhaite un bon premier jour. Et ne t'en fais pas, il est dit dans le règlement que les relations autre que professionnelles sont interdites.

Je me redresse et fais un pas en arrière. D'ailleurs, pour te mettre dans le bain... Et là, tout mon être se mue en directeur. Monsieur, si je n'ai pas toutes les dernières collections de cette décennie sur mon bureau pour .. Je regarde l'horloge aux aiguilles .. treize heures, je vous vire. Je referme mon veston.. Ne trainez pas, je ne veux pas de poids mort dans mon équipe. Je m'avance vers la porte et lui fais volte-face.Samedi matin, je me rattrape. Je t'enverrais les coordonnés. Le non n'est pas négociable. Un clin d'œil et je me volatilise.




Be my masterpiece  ft THE MOON Y2SMLgu
THE MOON.
Messages : 296
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : sweeticonstuff

Univers fétiche : Vie réelle, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t4868-le-monde-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4890-le-calepin-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t5100-le-capharnaum-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4865-the-moon
THE MOON. En ligne
Mer 9 Fév - 22:37
@Patate Douce :l:
df781db71fa1d15b3e32a41942559c6559e71841.png
Jessie Valentine
J'ai 26 ans et je vis à New York City, Etats-Unis. Dans la vie, je suis modéliste et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma poisse quasi-légendaire, je suis séparé et je le vis plutôt mal.

ea2772c09b18a24438f876452b7be82e02241143.gifv

Mayday, mayday, the ship is slowly sinking. They think I'm crazy but they don't know the feeling. They're all around me circling like vultures, they wanna break me and wash away my colors. Take me high and I'll sing. Oh, you make everything okay, okay, okay. We are one and the same. Oh, you take all of the pain away, away, away. Save me if I become my demons. I cannot stop this sickness taking over, it takes control and drags me into nowhere. I need your help, I can't fight this forever. I know you're watching, I can feel you out there. Take me over the walls below, fly forever, don't let me go. I need a savior to heal my pain when I become my worst enemy, the enemy.

(( my demons ))



Willy Cartier par vainglorious
Il est tellement, tellement différent à cet instant précis de ce qu'il était face aux autres collaborateurs pendant la réunion. Je revois celui que j'ai rencontré l'autre soir avec son petit sourire en coin que j'ai immédiatement trouvé séduisant. Je crois déceler un certain amusement en lui, et je ne sais pas bien comment le prendre. Sens de l'humour ou moquerie ? La question ne fait que gonfler dans ma tête lorsqu'il reprend la parole et qu'il parle de passer sous le bureau pour pouvoir garder mon poste. Je me retrouve littéralement bouche bée face à ce chantage. J'aurais probablement dû réagir directement, je me serais insurgé dans la seconde si ça s'était passé il y a encore peu de temps mais là… Je me retrouve complètement bête face à lui, à me demander s'il est sérieux ou non. Ça tourne pas rond dans ma tête, c'est sûr et certain. Je ne saurai expliquer précisément ce qui est en train de s'y passer, mais je sais juste que ça cloche. Et je me détends dès que son rire me parvient. Bordel… Faudra vraiment que je pense à être moins con un jour, mais… On verra pour ça demain, je crois. Il semblerait que ce mec me rende un peu débile sur les bords. Lui ou ma situation ? Non. Sans déconner. Je crois que c'est lui. Je frissonne presque lorsque je sens son souffle effleurer mon oreille.

« C'est bien dommage, j'étais en train de considérer la question… Mais le règlement, c'est le règlement. » dis-je sur le ton de l'humour, cherchant à me rattraper un peu.

Et soudainement, il redevient ce patron froid et intransigeant qu'il paraissait être pendant la réunion. Cette transformation est impressionnante, mais je peux bien comprendre que nous sommes sur des heures de travail et qu'il faut bosser.

« Très bien, je vais faire en sorte que ce premier jour ne soit pas mon dernier. »

Je sais que j'ai des compétences, même si je n'ai jamais travaillé dans une entreprise semblable à celle-ci auparavant. Mais si je suis là, c'est que je suis capable d'y travailler, et de le faire correctement. Et puis le travail en équipe facilite les choses… Tout du moins, si l'on tombe sur de bonnes personnes. Mais je ne vais pas commencer à être défaitiste de suite, sinon je suis pas sorti de la merde.
Je reste sur place, regardant Adam s'éloigner de moi. Je ne vais pas prétendre le contraire : je le trouve tellement classe… Et je ne peux m'empêcher de m'en faire la réflexion ; je sais pourquoi j'ai craqué aussi vite et que je me suis retrouvé le soir-même à me plonger entre ses bras.
Pourquoi je pense à ça ? Il faut juste que j'oublie, non ?

Je m'apprête à lui emboîter le pas quand il se retourne. Décidément, ce mec a le don de souffler le chaud et le froid, tour à tour. C'est un truc de fou.

« A vos ordres, monsieur. » dis-je alors qu'il s'envole déjà.

Quel drôle de type. Probablement du genre à vous rendre dingue en un clin d'œil ; et je suis tellement faible que je vais devoir m'accrocher pour ne pas sombrer dans la folie. C'est sûr de chez sûr.

Sur ce, je me rends à l'atelier afin de me mettre au travail. Là bas, on me montre où le travail en est, là où je peux bosser aussi et on m'explique le retard qui a été pris aussi. Eh ben… Ca pue pour que tout soit fini pour treize heures, non ? J'évite de trop me questionner, je file un coup de main où je peux, et je me mets à faire mon propre travail. Sélectionner des tissus, les ajuster sur un mannequin, modéliser à partir du cahier des charges et des schémas qui ont été faits par les stylistes. La pratique m'aide à être précis et rapide en même temps, je ne manque pas de m'appliquer. Je peux ensuite créer le patron sur papier avec les formes, mesures et les emplacements de coutures. Je me demande si Adam a déjà vu ces idées de collection auparavant ou si c'est simplement qu'on ne peut pas se permettre de repartir de zéro. J'ai cru comprendre que c'est son premier jour à lui aussi alors… Je me pose tout de même des questions. Je sais pas vraiment ce qui a déjà été fait ou non, ni comment ça a été fait concernant les validations mais… Certes. Je bosse quand même dur pour avancer. Concentré sur un modèle une fois midi arrivé, je préfère faire les finitions que de manger avec les autres ; je n'ai tout bonnement pas le temps.

« Tu sais, ce n'est pas la peine d'en faire plus que nécessaire, tu ne seras pas plus payé à la fin du mois… »
« A chacun sa façon de travailler, non ? Je refuse que mes modélisations aient un air bâclé. »

J'évite de trop en dire, je n'ai pas envie de me mettre du monde sur le dos dès le premier jour. Mais je travaille dans ce milieu autant pour le salaire que pour la passion, donc ça me tient à cœur et je suis un perfectionniste dans l'âme. Auparavant, je faisais des robes de mariée et il y a pas à dire : ça te forge un couturier.

Finalement, vient le moment où une de mes collègues annonce qu'on doit se rendre dans le bureau du directeur pour lui montrer l'avancée du travail. Je n'avais même pas vu les heures défiler, honnêtement. Je me détache de mon travail, l'observant une dernière fois avant de suivre la styliste qui a son gros book sous le bras. Moi, je ne prends pas les mannequins, j'ai un autre book avec les schéma que j'ai modélisé, les patrons et des étoffes que j'ai choisi. S'il souhaite voir le travail en vrai, il faudra qu'il vienne à l'atelier.

Une fois devant la porte du bureau, je laisse ma collègue frapper à la porte et annoncer pourquoi nous venons. Je pense que c'est elle qui a le plus à parler de toute façon. Moi au final, il serait bien plus intéressant que je l'invite à se rendre à l'atelier.


Spoiler:
Patate Douce
Messages : 547
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Dim 6 Mar - 10:13
bbd2d23d9c0e276db5e236ec58e39fbc95eb53b0.png
Adamn
Elliott

J'ai à decouvrir ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis directeur de collection et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma à decouvrir/b>, je suis à decouvrir et je le vis plutôt à découvrir..
Michael B Jordan by persephoniagraphic.
Vendredi 14 Janvier
13h00
NY


Une matinée richement remplie. Je ne me suis pas contenté de rester à mon étage. Je suis allé voir toutes les équipes et services afin d'avoir une vue d'ensemble de comment la société s'organise. Vérifier que les organigrammes soient à jour ainsi que les contacts. Visualiser qui était mon égal, ceux au dessus de moi et en dessous. Les heures ont défilé, mais pas d'anicroches avant coureuses, pouvant me mettre la puce à l'oreille sur un potentiel conflit latent. Mais non, les rouages semblent bien vissés. Pour autant, je reste sur mes gardes.

Je m'accorde une pause de trente minutes pour aller manger au réfectoire, accompagné des directeurs des finances et de l'agence de mannequinat affiliée à notre maison de mode. Ce fut court mais tout aussi instructif. Les bienvenues sont de rigueur, m'invitant à boire un verre ce soir, ce que j'accepte, par façade. Ne pas se mettre à dos qui que ce soit, tant que je ne l'aurais pas décidé.

Je remonte quelques minutes avant passer en revue les patrons confectionnées dans la matinée, relisant mes notes prises. Notant l'objectif en gros, et en dessous ce que je ne voulais absolument pas. Je fixe la pile de magazines jonchée sur un coin de mon bureau mouchetée de post-it, devoir anticiper les tendances, mon métier mais pour cela fallait puiser dans le passé. Etre novateur sans bousculer les codes. Ce n'était pas une mince affaire mais tout aussi palpitant. Je bois une gorgée de ma bouteille d'eau, retire ma veste, pour ne rester qu'en chemise, remontant méticuleusement les manches et retire le premier bouton du haut, laissant échapper un bout de mon tatouage, j'enfile mes lunettes et je me dirige vers la salle de réunion.

Je sais que nous devons nous agglutiner ici mais c'est dans votre atelier que nous allons échanger. J'aimerais voir toutes vos modélisations, croquis et autres, que vous m'expliquez votre vision et si cela est nécessaire de rectifier le tir. Chaque jour, nous le ferons. Il vous ait impossible d'être dans l'erreur. Nous sommes l'Avant-Garde, je veux de la créativité tout en respectant les fondations de la mode. Ne perdons pas de temps, allons-y. Je remarque bien les visages médusés de ceux ravis. S'ils pensaient pouvoir digérer tranquillement, c'est raté. Je veux être dans le mouvement, qu'ils finissent par dormir dans leur canapé, tant je les aurais essoré.

Je les laisse ranger la salle et on descend d'un niveau pour découvrir la salle des tissus et des brouillons que je surnomme ainsi. Le lieu de rendez-vous de toutes idées, mon endroit favori. Enchevêtrement de couleurs, tissus, épingles et autres. Afin de penser clairement, j'aimerais que vous rangiez vos tables, et que vous me sortiez une page A5 blanche qui sera le fil rouge de la séance d'aujourd'hui et accrochez la face à votre coin, où vous êtes sûr de la voir systématiquement. En attendant, je vais discuter avec Jessie du travail que je lui ai demandé. Moment de flottement, et je les invite à se presser. Tête qui pivote vers le garçon, visage fermé. J'attends les résultats, présente moi ce que tu as trouvé et fais par la suite.

Spoiler:


Be my masterpiece  ft THE MOON Y2SMLgu
THE MOON.
Messages : 296
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : sweeticonstuff

Univers fétiche : Vie réelle, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t4868-le-monde-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4890-le-calepin-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t5100-le-capharnaum-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4865-the-moon
THE MOON. En ligne
Lun 7 Mar - 16:45
@Patate Douce :l:
df781db71fa1d15b3e32a41942559c6559e71841.png
Jessie Valentine
J'ai 26 ans et je vis à New York City, Etats-Unis. Dans la vie, je suis modéliste et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma poisse quasi-légendaire, je suis séparé et je le vis plutôt mal.

ea2772c09b18a24438f876452b7be82e02241143.gifv

Mayday, mayday, the ship is slowly sinking. They think I'm crazy but they don't know the feeling. They're all around me circling like vultures, they wanna break me and wash away my colors. Take me high and I'll sing. Oh, you make everything okay, okay, okay. We are one and the same. Oh, you take all of the pain away, away, away. Save me if I become my demons. I cannot stop this sickness taking over, it takes control and drags me into nowhere. I need your help, I can't fight this forever. I know you're watching, I can feel you out there. Take me over the walls below, fly forever, don't let me go. I need a savior to heal my pain when I become my worst enemy, the enemy.

(( my demons ))



Willy Cartier par vainglorious
Je dois bien avouer que j'ai été surpris qu'il veuille directement se rendre à l'atelier mais en même temps j'admets aussi que ça m'arrange grandement. Je veux bien lui montrer un book, il n'y a pas de soucis, mais c'est toujours plus évocateur de voir des modèles de façon réelle. Ma collègue a l'air un peu déstabilisée ; j'imagine que ça ne fonctionnait pas ainsi avec l'ancien directeur. Je n'en sais rien, je ne l'ai pas connu. Pour ma part ça me plait plus qu'il ait envie d'être réellement actif et impliqué dans le travail. Je ne commente pas car je n'ai rien à dire et je suis le mouvement, mon book sous le bras. Lorsqu'on est à l'atelier je repars à mon poste, n'ayant pas envie de rester planté là à attendre que l'on m'écoute. J'écoute tout de même ce que dit Adam et je vois que c'est un type méthodique et organisé, c'est plutôt bon à savoir. Dans la foulée je me mets à ranger également mon poste bien que ça soit loin d'être le plus bordélique de tous. Je n'ai jamais aimé bosser dans le bazar, c'est bon pour s'emmêler les pinceaux et perdre du temps à chercher ses affaires dès que l'on change d'outil. Il y avait tellement peu de désordre à mon niveau que lorsqu'Adam est arrivé auprès de moi, j'avais déjà fini de mettre de l'ordre. A cet instant là, j'ai l'impression qu'il est tout à moi. Peut-être pas de la façon plaisante dont il l'a été l'autre nuit, certes, mais je suis plutôt enthousiaste à l'idée de lui montrer ce que j'ai fait.

« De nos jours et ce même dans l'industrie du luxe, les femmes aiment porter des tenues qui tiennent bien, qui ont l'air impeccable tout au long du temps où elles les portent mais qui en même temps respectent leurs besoins vitaux comme… Celui de pouvoir respirer par exemple. Ainsi, j'ai choisi des types de tissus qui ont une très bonne tenue, qui ne prennent pas de mauvais plis, ne glissent pas et ne s'avachissent pas mais qui en même temps n'étoufferont pas nos reines. Le tout soutenu par des coutures placées stratégiquement pour consolider l'aspect visuel. » je lui explique dans un premier temps. « Exit les vêtements qui donneraient une allure de manche à balai mal fagoté à ces dames, mais tout en gardant une belle tenue, des drapés majestueux et des volumes très tendance.. »

J'ouvre le book que j'avais préparé. Sur chaque double page, une tenue schématisée par les stylistes, un échantillon des étoffes utilisées pour la modélisation, un exemplaire patron soigneusement plié et épinglé dans un coin, tout ce qu'il y a besoin pour voir l'avancée et le travail qui a été fait que ça soit dans la sélection ou dans la main d'oeuvre.

« Vous permettez ? »

Je laisse le book ouvert sur la table tout en m'approchant des différents mannequins de présentation que j'ai habillés. Ainsi, je lui présente chaque tenue que j'ai modélisée. Pour chacune, je lui parle des tissus que j'ai choisi d'utiliser et de pourquoi je les ai sélectionnés, de leur utilité quant au résultat esthétique. Je lui parle aussi des prévisions qui sont faites sur les prochaines tendances et en quoi nos choix sont tout à fait pertinents pour y coller. L'évolution de la mode peut être quelque peu anticipée si l'on est observateur. Cela dure un petit moment, le temps de lui exposer ce qui pourrait l'intéresser et de justifier le travail qui a été fait.

« Qu'en pensez-vous ? » finis-je par lui demander, prêt à recevoir ses critiques et demandes de modifications, j'ai même pris un carnet pour prendre des notes si besoin.


Spoiler:
Patate Douce
Messages : 547
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Mar 29 Mar - 22:56
bbd2d23d9c0e276db5e236ec58e39fbc95eb53b0.png
Adam
Elliott

J'ai à decouvrir ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis directeur de collection et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma à decouvrir/b>, je suis à decouvrir et je le vis plutôt à découvrir..
Michael B Jordan by neverland-graphics
A la hauteur de Jessie, c'est avec une attention stricte que je l'écoute m'exposer ses recherches. Jusque là, argument obvious. Oui tout le monde veut être à son aise et respirer. Spoiler, ce n'est pas toujours le cas donc oui, il y a une tendance à apporter sur les podiums. Je triture la petite balle anti-stress fourrée dans ma poche et oui l'anxiété est toujours présente mais je me dois de la jouer chill mais hautement exigeant.

Je ris intérieurement à sa manière de présenter mais reste le visage fermé d'apparence, zyeutant ses collègues de temps à autre. Je me penche sur son book, tourne les pages délicatement. Pas la foi d'ouvrir un patron, c'est une merde à ranger ensuite mais il y a l'essentiel de regrouper. Le phase créative et d'essais de chaque créateur et ça me plait bien, même si je ne le montre toujours pas.

Ce que j'apprécie, c'est sa pré-modélisation. Je regarde chaque mannequin, touche les tissus. Un temps de réflexion, sous-peser la direction à prendre et il me sort de ma contemplation par sa question. Œillade lorgnant sur sa silhouette, avant de pousser un modèle en avant. Ce tissu prend l'eau, il se gonflera. Oui à l'air libre, il est léger et inspire à l'élégance mais une fois que vous vous tachez, c'est terminé, c'est bon à mettre à la poubelle. Trouvez moi un équivalent. Je fais de même sur chacune de ses idées pour au final devoir en changer trois sur tout son travail. Ce n'est pas trop mal, vous pourrez partir vers 19h ce soir. Oui parce que si chacun songeait à quitter en fin de journée, c'était raté. Je le regarde une dernière fois puis passe à la personne suivante.

Il me faut trois heures au total, accordant les heures de départ de tout le monde. Je sens bien que ça en fait grincer certain mais ici, ils vont savoir que je ne lésinerais pas sur leurs efforts ou c'est la porte, ce que je le répète. Toutefois, vers 18h, je me permets de leur apporter des pâtisseries, proposant mon aide pour coudre ou autre. Ca les surprend que je m'implique mais j'ai été à leur place avant d'être directeur. Alors je remonte les manches de ma chemise et m'attelle avec le premier qui m'appelle. Durant une heure, j'apporte mon support et leur souhaite une bonne soirée, les prévenant que je ne repasserais pas. Enfin, je serais quand même dans mon bureau.

Mais en entrant, j'ai le (dé)plaisir de découvrir une paire de jambes sur mon bureau littérallement. Mh, je n'ai pas le souvenir de vous avoir rencontré. La politesse est de mise alors que j'avais juste envie de la choper par la cheville et la foutre au sol. Mais non, je me contente d'aller vers le mini bar, proposant une boisson, et l'écoute éclairer ma lanterne. J'apprends donc qui est ma boss et quelles sont ses attentes. Elle vide le verre, lisse ma chemise. Ai-je entendu des avances ? Non, je me fais des idées, je me contente d'un sourire de façade, alors que vraiment, je voulais juste qu'elle se casse. Une trentaine de minutes avant d'enfin ouvrir mon ordinateur dans le calme. Et je quitte le bâtiment à une heure bien avancée. C'est exténué et après une douche, que je me couche sans manger. Et ca sera ainsi toute la semaine.

Vient Vendredi où je convoque chaque collaborateur à venir m'exprimer ses points bloquants et avancées dans mon bureau et c'est le tour de Jessie, l'humeur devient plus joueuse. Mh, avant de t'écouter, tu as des allergies ?


Be my masterpiece  ft THE MOON Y2SMLgu
THE MOON.
Messages : 296
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : sweeticonstuff

Univers fétiche : Vie réelle, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t4868-le-monde-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4890-le-calepin-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t5100-le-capharnaum-de-the-moon https://www.letempsdunrp.com/t4865-the-moon
THE MOON. En ligne
Lun 18 Avr - 17:22
@Patate Douce :l:
df781db71fa1d15b3e32a41942559c6559e71841.png
Jessie Valentine
J'ai 26 ans et je vis à New York City, Etats-Unis. Dans la vie, je suis modéliste et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma poisse quasi-légendaire, je suis séparé et je le vis plutôt mal.

ea2772c09b18a24438f876452b7be82e02241143.gifv

Mayday, mayday, the ship is slowly sinking. They think I'm crazy but they don't know the feeling. They're all around me circling like vultures, they wanna break me and wash away my colors. Take me high and I'll sing. Oh, you make everything okay, okay, okay. We are one and the same. Oh, you take all of the pain away, away, away. Save me if I become my demons. I cannot stop this sickness taking over, it takes control and drags me into nowhere. I need your help, I can't fight this forever. I know you're watching, I can feel you out there. Take me over the walls below, fly forever, don't let me go. I need a savior to heal my pain when I become my worst enemy, the enemy.

(( my demons ))



Willy Cartier par vainglorious
C'est terrible.
Absolument terrible.
Sa façon d'être me fait me sentir… Encore plus admiratif de lui. Cette façon d'être autoritaire et supérieur en même temps qu'il met la main à la pâte et qu'il est volontaire au travail, ça me séduit encore plus. Pour ne pas dire que ça me fait craquer. Et c'est juste le pire plan du monde. La nuit qu'on a passé ensemble n'est pas étrangère à ça. Elle m'a donné un aperçu de lui en dehors de ces locaux, elle m'a fait voir une autre facette de sa personnalité. Et je sais qu'il n'est pas QUE ce chef autoritaire et froid en apparence. Et je sais qu'il ne se résume pas qu'à ça. Et le voir si charismatique dans cette situation professionnelle, ça me fout trop les boules. Parce qu'il a tout pour lui. Parce qu'il a tout pour plaire. Pour me plaire. Alors que je sais que je devrais juste zapper et passer à autre chose. Ce n'était que mon amant d'une nuit. Il sera mon patron de tous les jours. Je sais que je ne peux rien me permettre. Encore moins de faiblir pour lui. Je sais que je vais finir par me faire écraser mais… Putain, pourquoi j'arrête pas de le regarder comme ça ? C'est même pas discret à ce niveau là…

Je finis par me mettre une claque mentalement et par me remettre au travail, me forçant à ne pas lever les yeux de mon modèle. Me forçant à ne plus jeter des regards vers Adam même si c'est difficile et affreusement tentant. Je prends vraiment sur moi, et au bout d'un moment, à force de concentration forcée, j'arrive à oublier sa présence et à faire les retouches qui m'ont été demandées. Je quitte l'atelier un peu en retard, laissant derrière moi mon établi rangé. Je n'ai personne à qui dire au revoir car ils sont tous partis avant moi. Je traverse le bâtiment, apercevant de la lumière au niveau du bureau du directeur de collection. Mes yeux s'arrondissent un peu quand je vois une femme en sortir, perchée sur ses talons aiguille, un sourire satisfait sur ses lèvres peinturlurées de rouge. Je n'ai pas le contexte, mais l'idée qui me passe en tête me tend les nerfs. Est-ce que je ressens de la jalousie, maintenant ? Carrément. Mais mon visage se neutralise rapidement. Je ne peux pas me mettre à faire mon jaloux maintenant alors que… Il y a rien entre Adam et moi. Il n'y a rien, okay ?
Je salue la femme, sans chaleur ni froideur, calmement avant de quitter les lieux et de rentrer chez moi.

***

La semaine est passée vite mais n'en a pas été moins éreintante. Il y avait du retard à rattraper et ça m'a demandé tous les efforts du monde de me la jouer "poker face" en présence du patron. Vraiment, je suis trop sensible, il faut que j'arrête mes conneries. Sauf que c'est plus compliqué que prévu en fait. Et que j'étais tellement absorbé par lui et par ma jalousie dès que je voyais les femmes de l'atelier lui tourner autour "innocemment" que je n'ai même pas remarqué que la plupart faisaient la même chose avec moi. J'imagine que c'est la preuve que je ne suis définitivement pas passé à autre chose, parce que je me sens toujours aussi faible en sa présence. Jure, je me sens comme un ado qui fond pour le moindre truc que va faire son crush, c'est juste affreux d'en être à ce stade là. Encore plus lorsque c'est pour un mec inaccessible comme lui. Il me l'a dit lui même "toutes les relations autres que professionnelles sont interdites", alors pourquoi j'arrive pas à juste me le rentrer dans le crâne ?

Vient Vendredi où l'on doit passer dans le bureau de Monsieur Elliott pour rendre nos comptes. J'essaye de garder toute ma contenance quand j'entre dans son bureau et que je lui fais face. Je m'apprête à lui faire son compte rendu après l'avoir salué mais… Il prend les devants avec une question qui me laisse perplexe.

« Quoi ? » je réponds bêtement.

Il me demande si j'ai des allergies. Comment ça ? Pourquoi ? Est-ce que…
Non. Calme toi, Jessie.

« Mnh… Non ? Pourquoi ? »

Un flash de lundi me revient. Il m'avait dit qu'il se rattraperait… Est-ce qu'il est vraiment en train de se rattraper ? Je passe une main sur ma nuque, humectant mes lèvres soudainement sèches d'un coup de langue. Je pensais qu'il plaisantait. Vraiment. Je n'aurais pas cru qu'il voudrait tenir parole.

« Est-ce que je vais avoir le droit à mon petit-déjeuner manqué ? » lui demandais-je finalement.

Putain. C'est vraiment la pire idée du monde. Alors pourquoi je me sens aussi content ? J'arrive même pas à ne pas sourire bêtement. Ce mec me fait vraiment un effet qu'il ne devrait pas me faire. Et je n'arrive pas à lutter.
Patate Douce
Messages : 547
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Lun 16 Mai - 20:04
bbd2d23d9c0e276db5e236ec58e39fbc95eb53b0.png
Adam
Elliott

J'ai à decouvrir ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis directeur de collection et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma à decouvrir/b>, je suis à decouvrir et je le vis plutôt à découvrir..
Michael B Jordan by neverland-graphics
Qu'il est délicieux de couper l'herbe sous le pied des gens, de les mettre devant le fait accompli, de se délecter de leur réaction. La spontanéité. Ce sentiment que le monde recherche, et est constamment en opposition à la maitrise de soi. A moi, qu'on n'a de cesse de me demander d'être entre les deux. Froid mais cool. Intraitable mais souple. Fer et velours. Mais face à Jessie, c'est de la séduction.

Il est cet interdit dans ce lieu. Il me galvanise. Le plaisir de l'observer, de le voir interagir avec ses collègues. Point de jalousie - c'est une chose dont je suis encore ignorant. Peut-être un jour, qui sait. En attendant, je dévore ses traits du visage, me gratifiant de sa surprise. Il ne m'avait pas vu venir, comme à notre nuit. Et c'est avec beaucoup d'allégresse que je le laisse croire enfin à mes mots. Je me penche vers le côté droit de mon bureau pour déposer devant un sac en papier très élégant, avec des macarons choisis expressément pour lui. Une carte avec des points cardinaux indiquant notre point de rendez vous. Il se pourrait que peut-être, je pourrais réparer le tort causé ; pour pouvoir remonter dans ton estime et devenir ton responsable favori. Sourire qui peine à se montrer, mais s'affiche une micro seconde avant de reprendre un visage plus neutre.

Je me redresse de mon siège, signe que les batifolages vont être suspendus et me cale contre le dossier. Alors, comment as-tu vécu ta semaine ? Est-ce qu'il y a des propos ou des actes que j'ai pu faire ou dire à ton encontre qui t'ont déplu ? Parle ouvertement, j'ai besoin de pouvoir rectifier ma position afin de t'offrir un espace créatif le plus sain possible. De toutes mes études, mettre en avant le capital humain à sa juste valeur, n'a jamais été évoqué ou de façon peu glorieuse. Tirer sur la corde, au point de la casser et en prendre une autre. Mais il n'était pas question de mener ma troupe à la gloire en les saignant. Hors de question. Tu te sens comment au sein de l'équipe ? Des améliorations que tu voudrais voir mettre en place ? J'aurais pu passer par un questionnaire anonyme mais j'ai besoin de que la parole puisse être libre entre nous. Tu peux me dire merde, je ne t'en tiendrais pas rigueur. La parole est à toi jeune homme. J'ai failli rajouter un compliment mais ne nous perdons pas.



Be my masterpiece  ft THE MOON Y2SMLgu
Contenu sponsorisé
Be my masterpiece ft THE MOON
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Moon - And if you're ever feeling lonely, just look at the moon. Someone, somewhere is look at it too
» Chapitre 4 - You're ripped at every edge but you're a masterpiece
» THE MOON.
» You stole my heart but I'll let you keep it | ft The Moon
» moon & stars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: