Le Deal du moment :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits ...
Voir le deal
0.48 €

Partagez
 
 
 

 Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Picrew / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
tea

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Dans un vieux château, un jeune hybride est tout seul depuis la mort de son " père adoptif ". Désemparé, se sentant coincé par ce que cet homme lui a apprit au fil des années, il ne sait pas quoi faire. Pour lui, sortir de ce château est synonyme de danger !

Mais bientôt, sa vie, ses doutes, vont être bouleversés par l'arrivée du fils de son " père adoptif ", qui va hériter du château, de la fortune et se retrouver, de manière inattendu, avec un enfant hybride sur les bras.

Leur cohabitation promet d'être mouvementée...


Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Picrew / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
tea

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) Empty

mini_210709033542937839.jpg
Ariel
J'ai 14 ans et je vis dans un château à l'aspect démodé en Transylvanie. Dans la vie, je suis un hybride, mi-humain, mi-loup. Sinon, grâce à ma chance (je n'ai jamais vu les choses autrement), je suis enfermé depuis plusieurs années et je le vis bien.



Ariel n'a jamais connu le monde extérieur. Enfermé dans ce château, il n'avait pas l'occasion de sortir, puisque l'homme avec qui il vivait restait lui-même cloîtré entre les quatre murs. En fait, on peut supposer que le maître des lieux le considérait un peu comme un fils et qu'il redoutait de le perdre aussi (en sachant qu'il est, en plus, le dernier hybride existant). Car suite à un différend, il a laissé de côté sa femme et son vrai fils, mais le regrettait amèrement depuis plusieurs mois.

A cause de cet isolement, Ariel a grandit en développant de la timidité voire de la peur envers les inconnus et une ignorance du monde extérieur.

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) 8effe50d38567a1659c6d0bf66a3ebe2


:copyright:️️ avengedinchains


Le soleil se lève, éclairant les rues encore humides. La nuit dernière, un violent orage a éclaté, zébrant le ciel d'éclairs foudroyants et couvrant la ville transylvanienne de grandes trombes d'eau. Pendant toute cette nuitée effroyable, Ariel s'est caché sous le lit de son " père adoptif ", se couvrant les oreilles des mains, la fourrure rouge de sa queue hérissée de frayeur. Il entend même quelques fracas de pierre, en contrebas... Ce n'est qu'au bout de plusieurs heures qu'il est parvenu à s'endormir, d'un sommeil agité.

Et ce matin, alors que le soleil se lève doucement pour répandre ses doux rayons encore faibles, le jeune loup est toujours couché sous le lit, à même le sol, recroquevillé sur lui-même. Il aurait pu dormir encore très longtemps si un bruit suspect ne venait pas de retentir à l'extérieur du château. Ce bruit ressemblait à... Une portière de voiture qu'on referme ?

Ariel rampe pour sortir de sous le lit, se redresse sur ses jambes puis avance avec précaution jusqu'à la fenêtre de la chambre. En regardant vers le bas, les deux mains posées sur la vitre, il reconnaît l'homme qui était venu plusieurs jours après la mort de son " père adoptif ", pour constater son décès... et la présence inattendue de l'hybride. Que faisait-il encore ici ?

Le notaire avance jusqu'à la porte du château mais au lieu d'entrer, il reste devant, en regardant régulièrement sa montre. Comme si il attendait quelqu'un. Effectivement, il y a plusieurs semaines, après la découverte de la mort du maître des lieux, il a contacté la seule personne qui apparaissait dans le testament établit il y a plusieurs années par le notaire en personne : le fils, seul héritier de la famille encore en vie.

Il a dû lui annoncé la mort de son père, mais aussi qu'il devait hérité de tout ce que son père possédait et qu'il lui donnait rendez-vous au château pour pouvoir en parler de vive voix et voir ce que le fils voudrait faire. La seule ombre au tableau, c'est Ariel. A défaut d'avoir pu l'approcher, le notaire l'a laissé ici, dans le château et... il n'en a pas encore parlé au futur héritier. Il redoute beaucoup la réaction de ce dernier en apprenant qu'il risquerait d'avoir un enfant particulier sur les bras. D'une espèce que l'on pensait avoir disparu totalement, d'ailleurs... Jusqu'à ce jour.

Le notaire se tourne pour observer le château. Avec ses murs de pierre, ses toits de tuiles anciennes et sa lourde porte en bois ornementée du blason de la famille (il représente un loup, d'ailleurs, drôle de coïncidence !), il ressemble presque à un château de conte de fées. L'homme soupire. Seulement, cette bâtisse n'est plus toute jeune et elle va s'en doute devoir être rénovée, remise en état, avant de pouvoir être sereinement habitable. Sans compter l'orage d'hier qui n'a certainement rien arrangé.

Ariel, quant à lui, est descendu au rez-de-chaussée et se cache maintenant derrière un des grands piliers usés de l'entrée, les sens en alerte, le regard fixé sur la porte, prêt à bondir au moindre bruit. Il déteste avoir la visite d'intrus. Personne n'a le droit d'entrer sans l'autorisation de son " père adoptif " ! Pourquoi l'a-t-il laissé ici, tout seul ? Où est-il ? Après que des hommes en blanc soient venus le chercher, il n'est plus jamais revenu...


Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 237
INSCRIPTION : 23/12/2019
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) Empty

08128643a4cee3934b672b7314dbcf5a.jpg
Camille

Engelmhann

J'ai  27 ans et je vis à Berlin.Dans la vie, je suis rédacteur de livre d’histoire  et j’aspire à la poésie. Sinon,  à  cause  de mon caractère, je suis en concubinage .

Camille à toujours apprécié ses parents, il s’est toujours sentit bien avec eux . Malgré tout il ne connaît que très peu son père puis-ce que celui-ci est partit vivre en Roumanie alors qu’il avait 8 ans, se séparant de sa mère. Cette séparation ne lui a pas été facile du tout mais avec le temps le jeune homme de nature plutôt douce et joviale à accepté la chose. Depuis que son père est mort il y a quelques semaines, il a hérité de toute sa fortune et cela relève en lui une grande curiosité.
Camille aime : le café très sucré, le thé non sucré, faire des choses nouvelles, se balader, lire et  les reptiles
Il déteste : l’orage, le surnaturel, que la couture de ses chaussettes soit sous  ses ongles dans ses chaussures, ???, ???

Atalienart
Y’a t-il quelque chose de plus effroyable qu’un coup de fil nocturne au alentours de minuit ? Pour Camille, il y a des centaines de choses plus effroyable que cela et il serait capable de faire des recherches pour y répondre. Cependant, il n’a pas le temps pour plus de recherche que rien actuellement. Effectivement, le téléphone sonne et dans un réveil difficile il répond, allumant la lumière de chevet de sa chambre. Le son de cette appel il ne s’en souvenais pas vraiment tout ce qu’il se souvenait c’est de l’effroyable sentiment de vide qu’il ressentit ensuite. Oui, du vide. Cette sensation étrange avait  pris racine dans son estomac et en regardant dans le vide en comprenant ce que sa mère lui disait à chaude larmes en pleurs au téléphone il pris réellement conscience d’une chose : Il ne connaissait pas son père et aurait dû depuis des années tenter de rattacher la fibre père-fils qui les unissait.
En raccrochant, son regard n’avait pas quitté le vide environnant et presque comme un zombie, il avait saisit son pot de tabac et sa pipe pour fumer quelques bouffé à sa fenêtre une fois levé. Respirant l’air frais de la nuit tombé sur la ville de Berlin il ne prenait pas conscience des choses, enfin, de la réalité de la mort de son paternel.

Tout ce qui le traversait, c’était la douleur de savoir que jamais plus les choses ne pourrait s’arranger entre eux. C’était un mélange étrange entre colère, tristesse, culpabilité et haine. La vérité c’est que le jeune homme ne savait plus vraiment quoi ressentir. Perdu, déjà qu’il ne parlais pas beaucoup, sa propre amie d’intimité s’inquiétait pour lui.

- Bha alors Camille, tu reviens pas te coucher ?

Le sommeil lourd, elle n’avait pas fait attention plus que cela à l’appel mais voyait bien qu’il était perturbé, jamais il ne fumait en pleine nuit d’ordinaire. Se levant, c’était une charmante blonde aux yeux noirs. Le visage finement ciselé et le nez en trompette, elle avait les dents un peu en avant et un petit air béat adorable. Elle n’avait pas une beauté évidente mais Camille la trouvait profondément belle et inspirante. Jamais méchante, elle vint vers lui pour lui faire un câlin le regardant avec son petit air de souris.

-Qu’est-ce qui t’arrive ?
Camille perturbé profite de cette petite étreinte et finis par la regarder dans les yeux alors qu’elle cherche son regard d’un air doux préoccupé.

-Mon père est décédé.

Son petit sourire s’efface et son expression s’attriste. Elle me serre de nouveau dans ses bras.

-Je suis désolée de l’apprendre…

Elle le serre fort et il se laisse faire alors que lui se sent toujours un peu vide. Cette étreinte est chaude, douce et viens éteindre le feu intérieur de Camille un instant.

-Aimée, apparemment, mon père ma légué toutes ses possessions financières et matérielles… Dont le vieux château dans lequel il vivait jusqu’à sa mort. Je vais devoir partir en Roumanie un moment, pour voir tout cela…

C’est la dernière phrase qu’il se souvient avoir prononcé à Aimée, le reste, tous les mots doux et les attentions qu’elle avait pu avoir il ne les avait pas oubliés, mais il s’en souvenais mal, comme si ces souvenirs c’était évaporés… Alors qu’il reprenait un peu conscience c’est lorsqu’il sortit de la voiture devant le fameux château ou l’attendais le notaire qui avait l’air nerveux qu’il recommença a vraiment entendre les bruits alentours. Les 5 jours précédents n’était que le B.A.BA larmoyant  d’une perte familiale et tout simplement, son cerveau avait décidé de supprimer toute cette douleurs. Levant le nez sur le château sa valise en main et sa veste sous le bras, il relooka l’énorme battisse comme si il s’agissait de son père. Qui était-il ? Il allait le découvrir. C’est ce qu’il souhaitait faire.

-Bonjour monsieur Engelmhann.Le notaire lui serre la main et Camille reste silencieux, ravalant sa salive a la vue de la bâtisse.Je suis le notaire Racliffer, enchanté. Voici les clés de la bâtisse.

-Elle est en sale état… Je compte dormir ici pour faire l’inventaire des objets et possession de mon père, je ne risque rien ?

Le notaire à l’air nerveux, il pense à l’animal qu’il a entre aperçu entre deux rayons de lumières et dont il n’a pas envie de revoir l’ombre… Il balbutie.

-Eh bien, la partie Ouest est abîmée mais la partie Est et centrale est en bonne état...

Le peu fier notaire partie devant semble transpirer à grosse gouttes alors qu’il commence à pleuvoir et qu’il laisse à Camille le soin d’ouvrir la porte.

-Vous avez l’air constipé, tout vas bien ?

Le notaire hoche de la tête en souriant l’air de rien et laisse le jeune homme entrer, le suivant en regardant un peu partout en espérant ne pas revoir la chose qui l’avait à moitié attaqué la veille… Entrant, Camille toujours rêveur et songeur de découvrir son père observe le nez en l’air le hall de la bâtisse, impressionné par le charme et l’âme du château.  

-Bon, Monsieur Engelmhann, voici l’intégralité des clés du châteaux, et la copie du testament de votre père.

Lui faisant signer les documents un peu à la vas-vite le notaire ne compte pas rester.

- Sur ce, je vous laisse prendre possession des lieux… Faites attention à vous...
S’enfuyant à moitié, l’homme en surpoids détale plus vite qu’il ne l’aurait cru capable de l’être et le regarde partir dans l’encadrement de la porte alors qu’il se met à pleuvoir.

-Hey ! Attendez ! Vous ne me faites pas visiter ?!

Crie t-il vainement d’une voix qui reste calme et non empreinte de colère. Soupirant il referme la porte en se demandant par ou commencer…
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Picrew / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
tea

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) Empty

mini_210709033542937839.jpg
Ariel
J'ai 14 ans et je vis dans un château à l'aspect démodé en Transylvanie. Dans la vie, je suis un hybride, mi-humain, mi-loup. Sinon, grâce à ma chance (je n'ai jamais vu les choses autrement), je suis enfermé depuis plusieurs années et je le vis bien.



Ariel n'a jamais connu le monde extérieur. Enfermé dans ce château, il n'avait pas l'occasion de sortir, puisque l'homme avec qui il vivait restait lui-même cloîtré entre les quatre murs. En fait, on peut supposer que le maître des lieux le considérait un peu comme un fils et qu'il redoutait de le perdre aussi (en sachant qu'il est, en plus, le dernier hybride existant). Car suite à un différend, il a laissé de côté sa femme et son vrai fils, mais le regrettait amèrement depuis plusieurs mois.

A cause de cet isolement, Ariel a grandit en développant de la timidité voire de la peur envers les inconnus et une ignorance du monde extérieur.

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) 8effe50d38567a1659c6d0bf66a3ebe2


:copyright:️️ avengedinchains


Aucun des deux ne se doutent qu'une paire de yeux vairons les observe. Que des oreilles affutées les écoutent. Le cœur battant, toujours caché derrière son pilier en mauvais état, Ariel a peur. Mais il n'est apparemment pas le seul. Le notaire est tellement nerveux que le jeune loup ressent sa peur dans tout son être.

Il la sent depuis leur rencontre il y a plusieurs mois, elle flotte toujours dans le château. Pourtant, il ne lui a rien fait, à cet homme angoissé... Il a surgit sans faire attention devant lui, après s'être prit les pieds dans le tapis usé de l'entrée, et a eu au moins aussi peur que lui, mais il ne l'a jamais attaqué...

La porte refermée, Ariel aurait pu soupirer de soulagement... Si le deuxième homme, qui lui est totalement inconnu, n'était pas resté. Qui est-il ? Pourquoi est-il ici ? Ce n'est pas chez lui ! Où est son " père adoptif " ? Pourquoi ce n'est pas lui qui est venu ? Où est-il ? Tant de questions à laquelle le jeune loup n'a pas de réponses.

En observant attentivement l'inconnu, il a l'étrange impression que la ressemblance avec le véritable propriétaire des lieux - enfin, c'est ce qu'il croit, il n'a pas conscience du testament - est frappante, malgré la différence d'âge. Et ce nom prononcé, Engelmhann, lui dit vaguement quelque chose... Où l'a-t-il entendu, déjà ?

Soudain, le jeune homme commence à avancer, l'air perdu, ne sachant visiblement pas où aller. Effrayé, Ariel recule à mesure que lui avance, essayant de se cacher derrière tout ce qu'il peut.

Mais à force de garder son attention fixée sur l'intrus, il ne regarde pas où il met les pieds et il trébuche sur un des morceaux de toit qui s'est détaché durant la veille orageuse. Il tombe lourdement par terre, avec fracas.

" Aïeuh... "

Il se frotte le bas du dos quand son regard finit par se relever et...

Oh non ! Il l'a vu ! Le regard de l'intrus posé sur lui ne lui dit rien qui vaille ! Paniqué, Ariel se relève vite, manquant perdre l'équilibre à nouveau - il est assez maladroit - et recule, pas à pas, sans le quitter des yeux. Puis, les oreilles penchées en arrière, et la queue entre les jambes, le jeune loup se décide enfin à prendre ses jambes à son cou pour aller se cacher dans la salle à manger, sous la table de celle-ci.

C'est une grande table en bois massif, très imposante qui a visiblement été vernis très souvent, pour être restée si belle alors que tout le reste s'effondre petit à petit. Tout à coup, des bruits de pas viennent faire craquer les planches du parquet sale et abîmé de la salle. Non ! Laissez-moi ! Allez-vous en !


Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 237
INSCRIPTION : 23/12/2019
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) Empty

08128643a4cee3934b672b7314dbcf5a.jpg
Camille

Engelmhann

J'ai  27 ans et je vis à Berlin.Dans la vie, je suis rédacteur de livre d’histoire  et j’aspire à la poésie. Sinon,  à  cause  de mon caractère, je suis en concubinage .

Camille à toujours apprécié ses parents, il s’est toujours sentit bien avec eux . Malgré tout il ne connaît que très peu son père puis-ce que celui-ci est partit vivre en Roumanie alors qu’il avait 8 ans, se séparant de sa mère. Cette séparation ne lui a pas été facile du tout mais avec le temps le jeune homme de nature plutôt douce et joviale à accepté la chose. Depuis que son père est mort il y a quelques semaines, il a hérité de toute sa fortune et cela relève en lui une grande curiosité.
Camille aime : le café très sucré, le thé non sucré, faire des choses nouvelles, se balader, lire et  les reptiles
Il déteste : l’orage, le surnaturel, que la couture de ses chaussettes soit sous  ses ongles dans ses chaussures, ???, ???

Atalienart
Soupirant, il ne sait pas par ou commencer et se contente de regarder l’état de la toiture du hall. Apparemment elle s’est pas mal effrité a ce qu’il constate en grimaçant. Lui qui voulait rapidement classer cette affaire, il commença à se dire que régler rapidement les choses serait difficile… Se grattouillant la tête, un gros bruit sonna dans le hall sombre. Son regard se posant naturellement sur ce qui avait pu produire ce bruit, sans lumière il n’y voyait pas grand-chose de loin. Distinguant dans l’ombre une masse ressemblant à une personne ou un animal il sursauta un peu d’un pas en arrière en détournant le regard. L’ombre de la pièce ne lui avait pas permis de distinguer clairement de quoi il s’agissait. Il pensa à un animal effrayé sûrement rentré par hasard pour se trouver un abris. C’est ce qu’il pensa en premier lieu. De nature plutôt calme et tête en l’air, il pris quelques instants pour réfléchir. Si il s’agissait d’un renard ou d’un raton laveur, il lui fallait agir avec prudence. La pauvre bête serait sûrement apeurée de le voir et pourrais attaquer.

Avant-tout il fallait remédier à l’éclairage. Alors suivant la bête qui était partie dans ce qui s’annonçait être une salle a manger, il observa la pièce et ne distinguant pas de seconde porte à cette pièce  et les volets entres fermés, referma les portes principales de la pièce à clé sans chercher à savoir où pouvais être la bête, sûrement bien cachée pensait-il. Une fois les larges portes de bois de la salle a manger fermée à clé, Camille reprit un peu son calme. Au moins la bestiole peut-importe de quoi il s’agisse ne pouvais plus sortir et cela lui donnerais la tranquillité d’apprivoiser un peu les lieux. Ce qui était primordiale car sans lumière et devant rester ici plusieurs jours il lui faudrait être familier du lieu. Se grattouillant la tête encore une fois il s’en alla vers les escaliers. Il y en avait qui montait a un étage et il chercha alors d’où la bête avait pu rentrer. S’en allant dans les autres pièces du rez de chaussé il ne constata aucune fenêtre ni aucune porte ouverte. Tout cela lui paraissait étrange et il tomba finalement sur un escalier menant certainement à la cave. Se saisissant de son téléphone première génération pour s’en servir comme d’une lampe – eh oui son téléphone aussi vieux soit-il permettait tout de même avec l’objectif de faire de la lumière- il descendit les escaliers de la cave et chercha un trou ou quelque chose ou la bestiole aurait pu rentrer. Continuant à fouiller avec difficulté il trouva qu’une porte de la cave menait a l’extérieur. Pensant que la bête avait peut-être réussi a ouvrir la vieille porte de bois, il se saisit d’une planche qu’il cloua sur celle-ci pour la condamner. Personne ne pourrais ainsi rentrer.
Satisfait et se pensant en sécurité il essaya de penser a un moyen de faire sortir la bête. Remontant en essuyant ses vêtements des toiles d’araignées récoltée en descendant, il ferma la porte qui menait a la cave et souffla. Il pris un instant pour vérifier si l’eau courante passait toujours. Elle passait toujours. Curieux il la goûta pour voir si elle semblait potable. Au pire il ferait un trip à la moisissure dans le château de son père et mourrait peut-être. Sur cette pensée il recracha l’eau avant de commencer à chercher le local électrique. Il ne l’avait pas vu a la cave. Si il n’était pas a la cave cela devait être dans la cuisine ou il se trouvait. Fouillant un peu les placards il constata que des provisions étaient-là, sûrement des restes d’avant décès de son père… Frustré il regarda dans le petit renfoncement de la cuisine ou il y avait de rangé quelques sceau pour nettoyer et des balais, il en aurait bien besoin. Et là ! Victoire il trouva le compteur. Le remettant en marche une étincelle le fit sursauter et son téléphone se mit a sonner. Il décrocha avec le sourire constatant que c’était Aimée.

-Allô, Aimée ? Oui je suis bien arrivée. Je viens d’arriver dans le château de mon père… Parfois il fait des pauses et en parlant il bouge un peu et regarde par les fenêtres. Eh bien non Aimée, ce n’est pas vraiment un château de princesse, tu as bien fait de ne pas venir. Il ria un peu doucement, assez attendris par le coté très innocent de sa petite amie. Oui il y a même une bestiole, j’espère qu’elle ne va pas me mordre, je vais aller essayer de la faire sortir du château pour pouvoir commencer les constats. Et toi comment vas-tu ? Au bout du fil elle hurle un peu stupéfaite et l’encourage pour cette tâche en lui confirmant qu’elle va bien et sur ces mots elle lui répliqua qu’elle devait reprendre le travail. Alors elle l’embrassa en lui promettant de rappeler plus tard.-D’accord, bon courage a toi aussi. On se rappelle bientôt bisous.

Raccrochant, en voyant le balais, il s’arma de celui-ci avant d’allumer la lumière du hall et d’ouvrir la porte d’entrée. Plaçant une chaise à coté de la porte d’entrée de la salle à manger il se posta dessus et ouvrit les portes. Les portes s’ouvrant doucement, la lumière de la porte d’entrée ouverte illuminait presque jusqu’à la salle a manger qui était resté sombre, les volets étant un peu fermés. La bête serait sûrement heureuse de pouvoir s’enfuir en voyant un tel espoir incarné en la large porte d’entrée ouverte vers la liberté. Il attendit ainsi posté sur sa chaise à coté de l’extérieur de la sortie de la salle a manger attendant patiemment que la bête vienne vers la porte pour qu’il lui fiche un coup de balais aux fesses pour la pousser vers l’extérieur. Il attendait, prêt et armé à réagir au moindre mouvement.

Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Picrew / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
tea

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) Empty

mini_210709033542937839.jpg
Ariel
J'ai 14 ans et je vis dans un château à l'aspect démodé en Transylvanie. Dans la vie, je suis un hybride, mi-humain, mi-loup. Sinon, grâce à ma chance (je n'ai jamais vu les choses autrement), je suis enfermé depuis plusieurs années et je le vis bien.



Ariel n'a jamais connu le monde extérieur. Enfermé dans ce château, il n'avait pas l'occasion de sortir, puisque l'homme avec qui il vivait restait lui-même cloîtré entre les quatre murs. En fait, on peut supposer que le maître des lieux le considérait un peu comme un fils et qu'il redoutait de le perdre aussi (en sachant qu'il est, en plus, le dernier hybride existant). Car suite à un différend, il a laissé de côté sa femme et son vrai fils, mais le regrettait amèrement depuis plusieurs mois.

A cause de cet isolement, Ariel a grandi en développant de la timidité voire de la peur envers les inconnus et une ignorance du monde extérieur.
Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) 8effe50d38567a1659c6d0bf66a3ebe2


:copyright:️️ avengedinchains


Mais... Mais non...! Qu'est-ce qu'il fait, l'intrus !? Pourquoi ouvre-t-il toutes les portes comme ça !? Et si de méchants monstres entraient !? Ariel, toujours effrayé, recule centimètre par centimètre, comme si la zone de lumière qui s'étendait au fur et à mesure pouvait le brûler. Ne s'en apercevant pas dans l'immédiat, voilà que le jeune loup vient de sortir bien malgré lui de sous le couvert de la table.

Ne s'arrêtant qu'une fois que son dos rencontre le mur derrière lui, alors que la lumière l'envahit totalement, l'éblouissant pendant de bonnes minutes. Ce n'est qu'une fois que ses yeux se sont habitués à la luminosité soudaine, qu'il constate qu'il n'est plus à l'abri de la grande table en bois.

Son regard vairon et paniqué se pose sur l'intrus, bizarrement perché sur une chaise avec un balai à la main. Que... Qu'est-ce qu'il fabriquait, avec ça ? Avait-il eu l'intention de l'écrabouiller avec ce balai ? Le chasser d'ici ? Pas question ! Ariel est chez lui ici, pas cet homme bizarre ! Et il est hors de question qu'il aille dehors pour risquer de se faire dévorer tout cru ! La voix tremblante, il ose s'adresser à cet intrus, essayant de faire le dur mais son hésitation ne le rend pas crédible. Mais alors pas du tout crédible !

" P-Partez d'ici...! S-Si Monsieur Friedrich vous retrouve ici q-quand il reviendra, i-il ne sera pas content du tout...! V-Vous n'êtes pas ch-chez vous, ici...! "

Il faut l'avouer, ça fait plutôt pathétique. Il ne bégaie pas, c'est sa peur, sa timidité, que le fait hésiter sur ses mots. Qui plus est, sa naïveté est flagrante. Il parle de l'homme qui l'a accueilli et élevé ici, en pensant qu'il allait bien revenir un jour ou l'autre. Jamais il ne l'aurait abandonné comme ça ! Mais... Nous, nous connaissons la vérité.

" P-Pourquoi il n'est pas là...? P-Pourquoi c'est cet homme bizarre q-qui est l-là...? Q-Quand va-t-il revenir...? I-Il ne m'aurait jamais l-laissé seul ici...! "

Ariel n'attend pas spécialement de réponses, c'est un peu comme si il se parle à lui tout seul en cet instant. Il extériorise toutes ses questions, toutes ses réflexions qu'il n'a pas arrêté d'avoir depuis qu'il est enfermé ici, tout seul, dans le noir, dans le froid et le ventre vide. Car il n'avait pas osé toucher aux objets ou aux provisions. Ca ne lui appartient pas, après tout.


Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 237
INSCRIPTION : 23/12/2019
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) Empty

08128643a4cee3934b672b7314dbcf5a.jpg
Camille

Engelmhann

J'ai  27 ans et je vis à Berlin.Dans la vie, je suis rédacteur de livre d’histoire  et j’aspire à la poésie. Sinon,  à  cause  de mon caractère, je suis en concubinage .

Camille à toujours apprécié ses parents, il s’est toujours sentit bien avec eux . Malgré tout il ne connaît que très peu son père puis-ce que celui-ci est partit vivre en Roumanie alors qu’il avait 8 ans, se séparant de sa mère. Cette séparation ne lui a pas été facile du tout mais avec le temps le jeune homme de nature plutôt douce et joviale à accepté la chose. Depuis que son père est mort il y a quelques semaines, il a hérité de toute sa fortune et cela relève en lui une grande curiosité.
Camille aime : le café très sucré, le thé non sucré, faire des choses nouvelles, se balader, lire et  les reptiles
Il déteste : l’orage, le surnaturel, que la couture de ses chaussettes soit sous  ses ongles dans ses chaussures, ???, ???

Atalienart
Attendant sur sa chaise, l’air apeuré comme une ménagère sensible il agrippait à son balais comme si il s’agissait de son dernier espoir de survit. Mais trouvant rapidement le temps long, il fronça les sourcils et se sentit un peu idiot. Pourtant, une bête apeurée et enfermée  aurait saisit immédiatement l’opportunité de sortir et d’être en liberté. Soudain en observant la pièce sombre et un peu poussiéreuses il eu des frissons. Ceux-ci prenait naissance au bas de son dos jusqu’au sommet de sa tête en survolant toute l’échine de sa colonne vertébrale. Si ce n’était pas une bête sauvage…
Qu’est-ce que c’était ?!
Tout tremblant, le jeune homme n’avait pas l’habitude a avoir à user de courage dans sa vie de tous les jours… A part peut-être quand il avait abîmé le jeans préféré d’aimée et qu’il s’était décidé de lui dire en face. Ce jour-là était affreux.  Aimée était très gentille et calme et pas vraiment empreinte de haine même pas du tout, mais elle pouvait se mettre en colère parfois tout de même et Camille le savait…

Descendant timidement de la chaise il essaya de distinguer quelque chose dans la pièce. Mais il n’y voyait rien, ou pas grand-chose. Déterminant un peu une silhouette sombre il sentit une nouvelle vague de frisson le submerger… La bouche tremblante il se disait que ça y est il était mort, que son cadavre serait retrouvé et que Aimée n’aurait plus personne sur qui compter… Et sa pauvre mère aurait perdu son unique fils.
Mais soudain lorsqu’il entendit une voix d’enfant effrayé qui n’avait rien a voir avec celles des films d’horreur actuel. Il soupira un grand coup  en souriant un peu à ce que l’enfant avait dit. Puis l’entendant murmurer il fronça les sourcils. Un enfant ici ? Mais pourquoi de qui ? Avait-il dit le nom de son père ?! Etait-ce son frère ?! Non ? Si ?

Se remettant rapidement de ses émotions dans la tension de ses questions,  il appuya sur l’interrupteur de la pièce,  ayant rallumé le compteur peu de temps avant dans sa quête de l’endroit ou la bête qui n’en était pas une aurait pu s’introduire.  S’attendant de voir un jeune garçon il fut surpris de voir qu’il avait une queue et des oreilles de canidé sur la tête. Des oreilles de poils rouge comme les flammes d’un feu et des petits yeux violets. C’était… c’était irréel… Impossible… Improbable…  Dans un pas de recul en arrière il constata qu’il ne rêvait pas. L’enfant tremblait et avait les larmes aux yeux… Ses yeux étaient si beaux… Il fut rapidement attendrit par cet individu mais se sentit coupable et stressé de l’avoir enfermé. Puis la déferlante de questions lui venait a l’esprit. Qui était-il ?  Pourquoi était-il là ? Comment connaissait-il son père ? L’idée de cette question le rendit triste. Mais il tenta de reprendre maîtrise de lui même. Après tout c’était lui l’adulte il fallait qu’il se conduise comme tel malgré qu’il ai évité de justesse de s’évanouir de choc.
Souriant tristement en baissant les yeux il soupira et resta à distance. Il ne semblait pas savoir que Friedrich était mort et qu’il ne reviendrait pas... Il leva les yeux sur le garçon avec un air doux et rassurant. Camille était un vrai rêveur, un poète il était vraiment très calme.

-Bonjour, petit, je… je suis… Camille. Le fils de Friedrich je propriétaire de ce manoir et … j’ai le regret de t’annoncer qu’il est décédé tout récemment… Il m’as légué le manoir alors maintenant il m’appartient, je suis venue pour y faire le ménage...et  Il avait l’air contrarié.m’occuper des affaires de mon père...


L’observant, il était dans l’encadrement de la porte, la bloquant partiellement si le jeune homme voulait fuir.

-Mais dis-moi, toi, quel est ton nom ? Tu… tu habitais avec mon père : Friedrich ici ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Picrew / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
tea

Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) Empty

mini_210709033542937839.jpg
Ariel
J'ai 14 ans et je vis dans un château à l'aspect démodé en Transylvanie. Dans la vie, je suis un hybride, mi-humain, mi-loup. Sinon, grâce à ma chance (je n'ai jamais vu les choses autrement), je suis enfermé depuis plusieurs années et je le vis bien.



Ariel n'a jamais connu le monde extérieur. Enfermé dans ce château, il n'avait pas l'occasion de sortir, puisque l'homme avec qui il vivait restait lui-même cloîtré entre les quatre murs. En fait, on peut supposer que le maître des lieux le considérait un peu comme un fils et qu'il redoutait de le perdre aussi (en sachant qu'il est, en plus, le dernier hybride existant). Car suite à un différend, il a laissé de côté sa femme et son vrai fils, mais le regrettait amèrement depuis plusieurs mois.

A cause de cet isolement, Ariel a grandi en développant de la timidité voire de la peur envers les inconnus et une ignorance du monde extérieur.
Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) 8effe50d38567a1659c6d0bf66a3ebe2

Couleur de Ariel : #cc0000


:copyright:️️ avengedinchains


Les informations ont prit du temps pour parvenir au cerveau d'Ariel. La première chose dont il est sûr, qu'il avait raison ! Il y a bien un lien de parenté entre cet homme bizarre et monsieur Friedrich ! Et la deuxième chose... Monsieur Friedrich est... mort...? Non, c'est impossible ! Il allait forcément revenir, tout ça ne doit être qu'un mauvais rêve ! Bien sûr, ça expliquerait certaines choses, mais...

" Non ! Vous mentez ! "

La peur fait étonnement monter en Ariel un regain d'énergie et lui fait oublier de parler en bégayant. Refusant de croire à cette annonce, qui pourtant est la vérité, le jeune hybride se relève, s'approche de Camille, s'empare du balai qu'il tenait dans les mains depuis un moment et le brandit vers lui comme s'il s'agissait d'une arme. Bon, il y a bien plus intimidant qu'un balai, mais tout comme Camille avant lui, Ariel a simplement attrapé ce qu'il avait sous la main.

" Vous ne toucherez pas à la maison de Monsieur Friedrich ! Ni à ses affaires ! Partez ! "

Cette réaction était prévisible. L'annonce était peut-être un peu brutale, mais c'est vrai que depuis le temps, le jeune hybride aurait dû être au courant. Ses mains tremblent. Le choc et son déni lui ont fait oublier de répondre aux questions de Camille. Mais c'est bien le cadet de ses soucis. Croire en la mort de monsieur Friedrich ? Il le refuse !


Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers autres-
Sauter vers: