Le Deal du moment :
Nouveaux clients AliExpress : oxymètre de ...
Voir le deal
0.54 €
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Polo Lacoste – imprimé crocodile – 5 couleurs dispo
72 € 120 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Kay.
Kay.
MESSAGES : 7
INSCRIPTION : 20/03/2017
RÉGION : Belgique
CRÉDITS : Moi-même

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Noob

La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

Bruxelles, 5 juillet 2021, 9h31.

Yohannes est un jeune réfugié érythréen de vingt-deux ans. Il y a trois ans, ses parents ont été tués sous ses yeux pour avoir critiqué ouvertement le gouvernement dans un lieu public. Terrifié à l'idée d'être arrêté et tué lui aussi, Yohannes s'est réfugié chez une voisine, avant d'entamer un long périple direction l'Europe. Il espérait y trouver une vie meilleure, de la sécurité, un avenir plus rose. Après avoir payé une fortune pour traverser la frontière entre l'Erythrée et le Soudan, il a failli perdre la vie dans le désert du Sahara. Puis, l'enfer de la Libye. Un an passé à travailler comme esclave, à ne manger que du pain sec avec un verre d'eau, à se laver avec du liquide vaisselle. A être battu, insulté, humilié. Une grande cicatrice traverse la bouche de Yohannes, dur souvenir d'un de ses bourreaux. Au bout d'un an, il a enfin mérité sa place sur un bateau pour l'Italie, une traversée de deux jours avant d'arriver à Lampedusa, seul, affamé, épuisé. Caché dans les toilettes des transports en commun, il a pris la route vers Paris et a passé plusieurs mois sous un pont, dans la saleté, entouré de toutes sortes de dangers. Il voulait tenter sa chance pour aller en Angleterre, dans un camion, un bateau, pourquoi pas à la nage. Mais la police française était trop préparée, trop organisée. Alors il a fui en Belgique, et il a élu domicile dans un parc de Bruxelles, à défaut de trouver une place dans un centre d'hébergement. Son rêve, c'est Londres. Mais il sait aussi que le chemin est long et dangereux, et qu'il est possible qu'il n'arrivera jamais à destination. Pourtant il a de l'espoir, Yohannes. Il vient de si loin. Plus que quelques centaines de kilomètres pour arriver là où tout ira mieux...

Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
Kay.
Kay.
MESSAGES : 7
INSCRIPTION : 20/03/2017
RÉGION : Belgique
CRÉDITS : Moi-même

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Noob

La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus Empty

D’un geste fatigué, je rabats ma capuche trempée sur ma tête et croise les bras, me recroquevillant sur moi-même. Le carton sur lequel je suis assis se décompose lentement mais sûrement, révélant la boue et le peu d’herbe qu’il reste en-dessous. Il ne fait pas froid, une quinzaine de degrés sûrement, mais je suis frigorifié, même mon âme semble gelée. La météo belge instable nous rend malade. On frissonne un jour, et on transpire le lendemain. Mon regard se pose sur la famille iranienne à qui j’ai cédé ma place sous un auvent, leur bébé pleure depuis plusieurs heures. J’ai envie de pleurer moi aussi, mais cela n’arrangera rien, alors je me tais. Je croise le regard de la mère, son voile librement posé sur ses cheveux, et je souris pour la rassurer, mais elle ne me sourit pas en retour. J’ai encore plus envie de pleurer. Tant bien que mal, je m’étire pour soulager les maux de dos qui m’empêchent de dormir chaque nuit, mais plus je bouge, plus j’ai froid, alors je me repositionne rapidement pour tenter de garder un peu de chaleur.

Pour la centième fois depuis que je me suis réveillé d’un sommeil agité, je regarde l’heure sur mon smartphone à l’écran cassé. Neuf heures et demie. Je compte les minutes avant de pouvoir rejoindre la distribution de nourriture du midi dans un centre pas loin du parc. Je n’ai pas vraiment faim, mon estomac s’est habitué à cette sensation de vide, mais c’est un moment convivial, au chaud et au sec, que j’attends avec impatience tous les jours. Peut-être même qu’il restera des tickets pour prendre une douche, mais j’ai peu d’espoir, car les places sont limitées et nous sommes très nombreux à en avoir besoin. Généralement, je cède ma place aux autres, car Dieu me récompensera pour ma générosité, je le sais, j’en suis sûr.

Pour passer le temps et pour me redonner espoir, j’agrippe la croix autour de mon cou et commence à prier, des prières orthodoxes adressées à Marie. Je m’arrête rapidement, pourtant, car j’entends un groupe de Soudanais qui s’approche de moi, des musulmans. Plusieurs de mes amis chrétiens se sont fait agresser pour leur foi, et j’ai peur que ça m’arrive aussi, alors je me tais une fois de plus. Je les salue d’un hochement de la tête et d’un salaam aleikum chaleureux. Puis, à nouveau seul, je reprends mes prières, les yeux fermés, mes lèvres formant des mots silencieux en Tigrinya, qui me réchauffent et me font rêver d’une vie meilleure.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 346
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 23
RÉGION : Grand Est
CRÉDITS : Avatar : Mary Cassatt | Signature : Bob Ross

UNIVERS FÉTICHE : /
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3218-jo https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo
cat

La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus Empty


MARGAUX ; 20 ans

Ayant quitté sa rase campagne Belge pour étudier le droit à Bruxelles, Margaux s'engage dans des maraudes depuis deux ans. Issue d'un milieu ultra-modeste, elle vit seule dans une petite chambre qu'elle loue chez une dame âgée.


Au vent des auvents

Il fait bon mais le ciel est blanc des pluies de la veille, l'humidité roule sur les plaques d'égout et je renifle distraitement ma fatigue. La rue est déserte, mes voisins sont déjà au travail ou n'en n'ont pas, il n'y a que le gazouillis des oiseaux d'un été empâté qui chantent le jour, et moi qui attend d'un demi-sommeil qu'on vienne me chercher. Enfin, la familiale encombrée grise - la voiture personnelle de Patrick - s'arrête au croisement et j'y monte à l'arrière aux côtés d'un énorme thermos avec tireuse. A l'avant, Anne et Patrick, deux bénévoles quadras qui font les maraudes depuis dix bonnes années, me saluent chaleureusement et me confient le fameux petit blouson sans manche à la croix vermeille.

Nous arrivons avec les infos tonnées par la radio au parc Maximilien. J'ai un peu de trac, quoique ce ne soit pas la première fois - rencontrer impuissants des gens qui n'ont pas le minimum puis regagner ses privilèges, c'est très étrange. Dans le coffre, on a du matériel d'hygiène à distribuer, des gobelets pour offrir le café, du sucre, des protections périodiques, mais on sait que ce sera trop peu : depuis la fin de la trêve hivernale, tout le monde est dehors. Peu importe, le peu que l'on fait, il faut bien que quelqu'un le fasse. On se charge comme des mules et on arpente le parc.

Certains sans-abris, des habitués, viennent tout de suite à notre encontre pour récupérer de quoi s'extirper de leur nuit en pleine nature. Beaucoup n'ont jamais accès aux centres ne serait-ce que parce qu'ils ont des chiens, mais les vrais laissés pour compte ce sont les sans-abris immigrés qui ont en plus du reste la barrière de la langue. Nos petites distributions matinales sont ponctuelles mais elles ont l'avantage de faire office de recensement inofficiel - à force, on connaît et reconnaît les têtes, des liens se tissent. "Mais quand tu rentres chez toi, faut que t'arrives à laisser ça derrière." C'est le conseil d'Anne.

Un nourrisson pleure ses mauvaises nuits et son inconfort. Anne et Patrick s'affairent auprès de lui et de sa mère - plus tard, ils iront leur acheter des couches. Quant à moi, je rejoins un homme d'à peu près mon âge mais la peau harassée par sa vie au dehors ; il est recroquevillé sur lui-même, capuche poisseuse montée sur sa tête, cramponné à un genre de chapelet - beaucoup ici s'en réfèrent à leur foi. Je pars à sa rencontre avec un gobelet de café et mon meilleur sourire, hésite à lui adresser la parole. Je n'ai pas envie de le couper dans ses prières et je ne suis pas sûre qu'il me comprenne, même en anglais. Je tente le coup malgré tout parce que sa solitude me fend le coeur.

"Hi, how are you ?"



La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus CautiousDependableGalago-size_restricted
Revenir en haut Aller en bas
 
Kay.
Kay.
MESSAGES : 7
INSCRIPTION : 20/03/2017
RÉGION : Belgique
CRÉDITS : Moi-même

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Noob

La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus Empty

Lorsque j’entends des bruits de pas qui se rapprochent de moi, j’interromps mes prières et relève la tête, les muscles de mon cou endoloris par la nuit passée dehors. Mon regard est méfiant, mon esprit toujours sur le qui-vive, car les dangers ne disparaissent pas une fois le soleil levé, ici. Cette fois, les pas appartiennent à une jeune femme au blouson blanc et rouge, ce vêtement que je connais si bien. Ils sont nombreux à venir ici, certains confiants, d’autres maladroits. La jeune femme semble hésitante mais elle sourit, alors je lui souris en retour. Son sourire me réchauffe encore plus que ce gobelet de café qu’elle tient entre ses mains et qui m’est sûrement destiné. Elle m’adresse la parole en anglais, avec cet accent qu’ont les gens ici. Alors je lui réponds, avec mon accent à moi, mon ‘R’ roulé : « Hi, sister. I’m good. How are you ? » Je ne vais pas bien, mais elle s’en doute probablement. L’avouer ne servirait à rien sauf à me faire perdre espoir, et c'est précisément ce que je souhaite éviter. L'espoir, c’est tout ce qu’il me reste, alors je le garde précieusement.

Je parle un anglais d’Afrique, coloré par accents que j’ai pu entendre sur ma route, mais je sais que je parle correctement. Un jour tu iras à l’université, mon fils. J’entends la voix de mon père et je souris inconsciemment, le regard détourné de la jeune bénévole. Pour mes parents, rien de plus important que l’éducation, et l’anglais en faisait partie intégrante. Lorsque je me rappelle de la présence de la bénévole, je pose à nouveau mon regard noisette sur son visage et poursuis : « It rained a lot tonight. The baby is cold. » Je désigne du menton la famille près de nous, et passe quelques secondes à observer les deux bénévoles s’occuper d’eux. Moi aussi j’ai froid, mais je suis plus résistant. « What’s your name ? » je demande timidement, car j’ai toujours eu du mal avec les filles, et je connais encore moins les Européennes. Je ne sais pas ce qui est acceptable, si j’ai le droit de lui poser la question, mais je le fais quand même car je n’ai plus rien à perdre, de toute façon. Pour me rassurer, je détourne à nouveau le regard et pose ma tête sur mes genoux, entourant mes jambes de mes bras. J’ai froid.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 346
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 23
RÉGION : Grand Est
CRÉDITS : Avatar : Mary Cassatt | Signature : Bob Ross

UNIVERS FÉTICHE : /
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3218-jo https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo
cat

La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus Empty

Sa bouche est barrée d'une cicatrice mal résorbée et elle raconte autre chose que l'amabilité de son sourire - elle raconte tout ce que ce sourire aimerait silencier en réalité -, son visage mate enfoncé dans la capuche et la détresse rayonne d'une douceur infinie et sa voix venue du bout du monde roule les r comme s'il effaçait toutes les sonorités râpeuses du langage. Il arrondit tous les angles jusque dans la conversation. Je suis heureuse qu'il sache parler anglais, car certains arrivent sans connaître un mot en dehors de leur langue maternelle - souvent vernaculaire - et de celles qu'ils rencontrent en Orient dans leur chemin jusqu'ici et pour ceux-là, l'isolement est double, car incapables de se faire entendre ils cèdent à tous les inconforts et le racisme autour d'eux s'épaissit. "I'm good too." Je souris - que faire d'autre ? Pleurer pour lui ne lui servira à rien.

Il mentionne l'enfant que les bénévoles enveloppent d'une couverture de survie scintillante mais qui persiste à sangloter. Il ira mieux bientôt, certainement, et quant à moi je peste intérieurement contre ce temps changeant qui trempe et incendie sans sommation. "My name is Margaux, what about you ?" Ma voix est aussi solaire que possible dans l'espoir de le réchauffer un peu, et je lui tends le café sur la chaleur duquel ses mains se rejoignent volontiers. Jusqu'alors accroupie, je prends le temps de m'asseoir avec lui et sa solitude pour tenter de la corrompre - nous faisons davantage qu'un travail de distribution, autrement, nous aurions peut-être déjà été remplacés par des automates. Ramenant mes jambes  en tailleur, j'essaie de le sonder. "What do you need most right now ? Is there something I can get you ?" L'humidité du parc me traverse déjà les jambes depuis le sol et je ne peux qu'imaginer ce qu'il endure là chaque jour.


La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus CautiousDependableGalago-size_restricted
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
La bonté est la plus noble faculté de l'âme humaine et la plus grande des vertus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] La Grande évasion [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: