-13%
Le deal à ne pas rater :
Retour des cartes cadeau Jackpot Fnac
130 € 150 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le VIVAIS plutôt bien. Avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans ! Et surtout, avant que je ne me réalise - possiblement - être fortement attiré par ce gars !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Je me fige, tendu, quand Dylan m’enlace. Putain, mais à quoi il joue ? Ca l’amuse ? Je serre tellement les dents, que ça me fait presque mal ! Je préfère m’astreindre au silence, que de prendre le risque de lui demander d’arrêter ses conneries, car je suis franchement trop fatigué pour perdre du temps avec de telles futilités. Et que j’ai pas envie de perdre du temps, après, avec Christine, à lui trouver une justification à ce coup de gueule que j’aurai pu pousser à l’encontre de son fils, alors que – jusqu’à preuve du contraire ! – on s’entendait bien, lui et moi ! Sauf que… Dylan finit par me prendre au dépourvu, avec les paroles qu’il ajoute, les murmurant à mes oreilles. Progressivement, mes mâchoires se desserrent, sous la surprise de son aveu. Mon souffle en est même coupé, comme si mon être entier avait bien du mal à réaliser que mes oreilles n’ont pas été victimes d’hallucination auditives ! Et me voilà à avoir mal à la cage thoracique, tant mon crétin de cœur s’agite contre celle-ci, oubliant que j’ai été atteint par là-bas, il y a quelques jours seulement, par une paire de ciseaux. Mes yeux sont plus écarquillés que jamais. Non, décidément, je ne peux avoir bien entendu. Mais… Je ne peux nier les frissons que j’ai pu ressentir quand le Morel a soufflé ces quelques mots, ni même le plaisir que j’en ai retiré. Pas plus que je ne peux nier la réalisation que ça me fait enfin avoir. Ce que j’ai pourtant toujours soigneusement évité de voir en face. Même ces derniers jours, où j’en voulais à Dylan de la distance qu’il mettait entre nous. Fais chier ! C’est d’un geste presque automatique, que j’attrape le papier qu’il me tend, et qui contient, d’après ce que je déduis de ses propos suivants, sa nouvelle adresse. C’est sans vraiment le voir, que je fixe Dylan, lors de l’ultime regard qu’il m’adresse. Ouais, là, ça fait – une fois encore ! – beaucoup à digérer pour moi. Entre ses sentiments pour moi - qu’il vient de me révéler- ceux que j’ai pour lui et dont je viens de prendre conscience, de plein fouet !, ou encore le choix qui s’offre à moi et qui pourrait faire changer ma vie du tout au tout… Autan dire que là, mon cerveau tourne à mille à l’heure.

Une fois encore, je ne prends conscience de m’être déplacé que bien après l’avoir fait. « Ou tu vas, mon cœur ? », me demande Christine, depuis la cuisine, me faisant me figer, juste à l’entrée. « Heu… je…. », bafouillé-je, tant bien que mal, vraiment surpris de mon propre geste qui m’a incité à aller – une fois de plus ! – à la poursuite de Dylan. Me voilà bien con, maintenant… Que puis-je bien dire à Christine ? Et puis, je n’ai pas non plus le temps de m’éterniser, Dylan part. Même si j’ai son adresse et que je pourrais aller le voir un peu plus tard. Si je le laisse partir, comme ça, sans agir, je crains qu’il ne pense que je lui en veux trop, ou que… Pff, non, à vrai dire, je sais même pas comment je pourrai seulement gérer la situation qui s’en suivrait avec Christine. Comment lui faire savoir que c’est fini entre nous, car je lui préfère son fils ? Sérieusement ? « Je… » , dis quelque chose, Livio, putain ! DING DONG… Sauvé par le gong… Mouais, pas sûr… Ca veut dire un nouveau truc à virer, pour pouvoir suivre Dylan. Et surtout, une nouvelle voix de la raison qui me susurre de ne pas suivre ce que me dicte mon cœur…. Clairement, plus je reste ici, et plus je… deviens atrocement raisonnable… Ou la peur de la portée du geste que je souhaite réaliser, me tétanise ! « Tu n’ouvres pas ? Ca doit être tes grands-parents ! », s’étonne Christine, alors qu’on sonne de nouveau à la porte. Mes grands-parents ? HEIN ?

C’est en ouvrant la porte, que je me souviens… Il était prévu, depuis un moment déjà, qu’ils viennent pour quelques jours, à compter d’aujourd’hui. Ils souhaitaient en effet faire – enfin ! – la rencontre de Christine, puisqu’elle est – toujours ! – sensée intégrer la famille. Ca, comme voix de la raison, on ne fait guère plus violente que l’arrivée de ceux qui nous ont élevés, et qui seraient clairement horrifiés de nous voir larguer une femme, pour finir avec son fils. Ca n’est pas qu’ils soient homophobes – je pense que ça leur ferait un peu « étrange », mais ils s’adapteraient doucement, tant que ça me rend heureux ! – non, le truc qui ne leur plairait pas, c’est de briser le cœur d’une personne, pour choisir quelqu’un de son entourage vraiment proche… « Salut et bienvenue ! », dis-je, en ouvrant la porte à mes grands-parents, un sourire faussement joyeux collé aux lèvres.

En temps normal, ils l’auraient peut-être vu, la lueur de souffrance, dans mon regard. Sauf que là, rien n’est normal. Une visite qui devait se faire dans un cadre joyeux, se fait désormais après qu’une cinglée m’ait prise pour une bout de bois où ranger ses ciseaux… Alors ils ont leur propre inquiétude à gérer, ainsi que leur soulagement de me retrouver aussi sain et sauf que possible, et le plaisir d’enfin rencontrer Christine.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Si samedi – jour où le Morel est parti - j’ai pu distraire mes grands-parents par rapport à l’absence de Dylan, ça n’a pas été la même chose le lendemain. Et pourtant, je me suis donné à fond. Mais ça n’a pas marché. « C’est notre arrière-petit-fils adoptif ! », me répète ma grand-mère, alors que je les conduis jusqu’au nouveau logement de Dylan, en ce lundi, en fin d’après-midi. Merci, voilà qui rend à peine mes sentiments pour lui, plus dérangeant encore…. Je n’ai pas envoyé le moindre SMS à Dylan, espérant sincèrement qu’il serait soit à l’hosto, soit déjà au bar. Tout en sachant que mes grands-parents ne seraient pas gênés pour aller le rencontrer au bar, si jamais… Je les aime, mais quand ils ont  un truc en tête comme ça, qu’est-ce qu’ils peuvent être casse-couille ! Je tente, par tous les moyens possibles, de rouler le plus  lentement possible, jusqu’à chez Dylan. Christine n’a pas pu nous accompagner, ayant déjà quelque chose de prévu de longue date, avec une amie de passage à Nantes pour quelques jours seulement… Mais ça n’est pas ça qui me rend moins fébrile, alors que nous nous retrouvons devant la porte de l’appartement de Dylan. Putain, j’aurai pas pu jouer la carte du mec qui s’est fait planter des ciseaux dans le torse y’a pas longtemps, pour ne pas être là ? Non, bien entendu que non, car faut toujours que j’en fasse plus, même quitte à me ruiner physiquement ou mentalement. Reconnaître que je puisse avoir des faiblesses, ou être à bout, c’est pas dans ma nature. Putain, je me fais moi-même chier, sérieusement ! Mon grand-père frappe de nouveau à la porte, quand enfin, celle-ci s’ouvre. Mais c’est pas Dylan, qui ouvre. « Dylan ! On est contents de te…. », s’écrie ma grand-mère, ouvrant déjà grand les bras pour étreindre l’homme qui vient de nous ouvrir. « C’est pas lui… », persiflé-je, d’un ton amer. Un rien jaloux aussi, ouais, bien entendu même ! « Ah bon, alors, c’est qui ? On s’est pas trompé d’appartement ? », s’étonne mon grand-père. Alors que je me pose la même question. Tout en me demandant si Dylan ne m’a pas filé une mauvaise adresse, au cas où je n’ai pas été assez prompt à aller le retrouver. Mais… Non, quand même pas, il ne pourrait pas avoir fait ça. Pas après m’avoir dit qu’il m’aimait. C’est pas parce que tu as assez peu confiance en de nouveaux venus, qu’il faut mettre Dylan dans le tas, Livio ! « Heu… je… Il est là… », dis-je, d’une voix blanche, voyant la silhouette de Dylan apparaître derrière celui de… l’autre… Ah, OK, c’est comme ça, quand on est vraiment jaloux. Pas super agréable comme truc…



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


J'ai mis au moins une semaine prendre mes repaires, m'habituer à ma vie seul. D'ailleurs, on en parle, d'une vie seule ? Qu'est-ce qu'on se fait chier ! Il n'y a pas d'ambiance, pas de rigolade, pas de bons moments à passer. Moi qui croyais que j'étais un solitaire, bah en fait... Bon, au moins, j'ai un peu plus de liberté, c'est vrai. Je peux faire tout ce que je veux quand je veux, manger ce que je veux, je n'ai plus à avoir d'être surpris par des situations gênantes (Dixit souvenirs avec Livio, notamment dans les toilettes du lieu de sport. Aaaah, quel beau souvenir, tiens ! ... Ceci est ironique, ne vous méprenez pas !)

Mais voilà, l'appartement fait vide. Trop vide. Seulement, aujourd'hui, j'ai la visite de Lucien, mon patron du bar ! Je tenais vraiment à le remercier pour son aide, alors je l'ai invité à boire un verre chez moi ! Jamais je n'aurais deviné que trois autres personnes étaient en route. Mon nouveau chez moi allait bien vite être animé !

***

" Lucien, pousse-toi ! Tu prends toute la place, là ! "

Grand, plutôt baraqué, mon patron est un peu trop costaud pour que je puisse le pousser à main nue, mais il finit par me laisser la place, ouf ! Je suis surpris de voir mon " beau-père sur le pas de la porte. Notez bien le mot beau-père entre guillemets, il me paraît difficile de le présenter ainsi, désormais. Euh... Et c'est qui, les deux vieux, à ses côtés ? Ah ! Ses grands-parents, peut-être ? Ok, alors je vais faire gaffe à ne pas les appeler comme ça à voix haute, hein !

" Livio ? Qu'est-ce que tu fais là ? Enfin, euh... Je suis content de te voir, bien sûr ! Mais je ne m'attendais à ce que tu passes maintenant... Tu m'aurais envoyé un message pour me prévenir ? Zut alors, je n'ai pas dû le voir... "

Je sors mon portable de ma poche pour fouiller dedans à la recherche d'un message de Livio que j'aurais pu manquer. Bizarrement, je ne trouve rien.

" Je ne l'ai peut-être pas reçu... Bon bah ce n'est pas grave, entrez, je vous en prie ! "

Je m'efface en ouvrant la porte en plus grand pour tous les laisser passer. Je n'ai pas encore totalement fais les choses à mon goût dans mon appartement, mais petit à petit, j'essaye de le rendre assez chaleureux, avec un peu plus de couleur, pour ne pas rester avec des murs blancs et déprimants. Il est suffisamment grand pour deux personnes, je pense, mais j'évite de trop penser à ça, surtout avec Livio à proximité...

L'entrée donne directement sur le salon, pourvu de deux canapés en tissu - ils étaient déjà là, mais c'est moi qui ai rajouté le tissu rayé de plusieurs couleurs, pour ce que ce soit plus joyeux -, d'une table basse en bois ainsi qu'une télévision. Que je regarde rarement. Pour ne pas dire jamais. Dans un coin, j'ai même récolté des tonnes de coussins, parce que j'adore m'y vautrer quand je veux de la tranquillité et un peu de " moelleux " et " confortable ". Ca me rappelle mon enfance, quand j'entassais des coussins sous une tente en tissu et que j'en faisais ma cachette !

Je me tourne vers le couple de vieux. Ils ont l'air sympas, vu comme ça ! Mais restons poli !

" Bonjour ! Vous devez être les grands-parents de Livio ? Il me parle beaucoup de vous, je suis ravi de vous rencontrez en vrai ! Moi, c'est Dylan, mais j'imagine que vous vous en doutez ! "

Je les guide jusqu'à la cuisine. Toute simple, mais avec tout le nécessaire pour préparer de bons petits plats ! Enfin, je mentirais si je disais que je cuisinais, ha ha... Je suivis de près par Lucien. Je réalise ne pas l'avoir présenté.

" Oh, oui, pardon ! Je vous présente Lucien, c'est le patron du bar dans lequel je travaille à mi-temps ! C'est grâce à lui que j'ai pu obtenir cet appartement, alors je l'ai invité à boire un verre ! Je ne pourrais jamais le remercier assez ! "

" Hé hé, mais non, voyons ! Ca me fait plaisir de te dépanner, Dylan ! Je te devais bien ça, tu m'aides beaucoup, au bar ! "

Dans un geste que je lui connais bien, qu'il fait toujours quand je ne porte pas mon chapeau habituel - ce qui est le cas aujourd'hui - il m'ébouriffe gentiment les cheveux.

" Eh, arrête ! Je vais encore être tout décoiffé ! "

Malgré tout, je rigole de bon cœur à sa petite plaisanterie quotidienne. On voit bien que ça fait un bon moment que je le connais. Et puis... Peut-être bien que mon patron n'est pas indifférent à mon " charme ", mais ça, je n'en ai pas vraiment conscience. Oui, je l'avoue, malgré ma perspicacité.

" Oh là là, je manque à tout mes devoirs, décidément ! Je vous en prie, asseyez-vous, les canapés sont bien confortables et vous devriez pouvoir y tenir à trois ! Vous voulez boire quelque chose ? "


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le VIVAIS plutôt bien. Avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans ! Et surtout, avant que je ne me réalise - possiblement - être fortement attiré par ce gars !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Je ne desserre les mâchoires que pour le strict minimum. Je laisse mes grands-parents faire le reste. Mes mains sont logées dans mes poches, camouflant mes poings serrés. « Ca va, Livio ? », me demande ma grand-mère, remarquant bien mon air crispé. Qui s’est fait étrangement plus crispé en remarquant la grande – trop grande ! – complicité, existant entre Dylan et son… « patron »… Je vous jure, j’avais déjà levé mentalement les yeux au ciel quand le Morel a exprimé sa gratitude envers son boss, et j’ai manqué de vomir en voyant l’autre lui ébouriffer les cheveux. Son patron… Mais bien sûr… « Ouais, t’inquiète, je suis juste fatigué d’être de repos forcé ! », rassuré-je ma grand-mère, en m’asseyant tout au bord du canapé, tandis que les deux Fibonacci, font savoir à Dylan que n’importe quel type de soda ou de jus de fruits, leur conviendra parfaitement. « Et toi, fiston, tu veux quoi ? », m’interroge mon grand-père, remarquant bien qu’une fois de plus, je ne dis rien. « Oh heu… Juste de l’eau, ça ira, merci… », répondis-je, sans grande conviction. En toute franchise, là, la seule chose qui me fasse envie, c’est de partir loin de là, et de laisser Dylan avec son « patron ». Oui, notez le ton acerbe quand je désigne l’autre…

Je ne tarde pas à me lever, une fois nos verres amenés. J’ai la bougeotte, et à défaut de pouvoir me barrer d’ici au plus vite, faut au moins que je bouge. Je laisse à mes grands-parents le soin de mener la conversation à leur guise, posant tout un tas de questions à Dylan. De ce que j’entends, ils parlent parfois de moi, aussi, quand j’étais plus jeune, dès qu’une réponse de Dylan leur fait penser à moi. Je n’entends que d’une oreille ce qu’ils disent, m’en fichant complètement. Me voilà de nouveau avec activé le mode « Livio fait semblant de suivre une conversation, la ponctuant de brèves onomatopées quand le besoin s’en fait sentir ». Et ça marche plutôt bien, parce que… tout le monde sait que je suis peu bavard…. Putain, j’étouffe ici, franchement… J’aimerais pouvoir sonner le départ, mais mes grands-parents sont clairement si heureux de rencontrer Dylan, d’enfin mettre des visages sur les noms de la famille que je me construis – bien malgré moi ! – que je n’ai pas le cœur à les priver de cet instant privilégié avec Dylan. Ils se montrent ouvertement impressionné d’apprendre qu’il se destine à devenir médecin, chose que de mon côté, j’ai toujours un peu de mal à réaliser bien que ça ne m’étonne pas tant que ça ! Du coin de l’œil, je ne peux m’empêcher de noter que… l’autre… ne semble pas vraiment étonné de ça… Peut-être était-il dans la confidence, lui à qui Dylan doit tant ? Rah, mais ta gueule Livio, tu te fatigue tout seul, avec ta jalousie à la con !

Je ne cache pas un soupir de soulagement, lorsque j’entends mon portable sonner. Voilà un bon prétexte pour m’isoler. Et comme j’ai aperçu, un peu plus tôt, une petite terrasse, c’est par là-bas que je vais me réfugier, non sans avoir lancé un bref marmonnement en guise d’excuse. Tout en attrapant mon téléphone pour répondre, je soupire de satisfaction en me retrouvant dehors, à l’air libre, loin de cet appartement qui me semble bien trop petit et étouffant… Surtout pour contenir vainement ma pathétique jalousie ! Je passe quelques brèves minutes au téléphone, avec un de mes collègues, qui me demande des conseils sur une affaire qui lui prend la tête, et qui lui en rappelle une sur laquelle j’ai pu bosser à mon arrivée. L’échange ne dure pas bien longtemps, je lui ai dis comment faire pour accéder aux dossiers qui – je pense ! – pourraient lui être utile. Je jette un bref regard par la fenêtre, et constate que la conversation semble se poursuivre de manière assez fluide. Et que l’autre s’en mêle même, à quelques moments, non sans prendre grand soin de montrer à quel point il est super complice de Dylan. Mais je t'en prie mon vieux, saute lui dessus devant mes grands-parents, fais-toi plaisir ! Mes yeux se lèvent au ciel, alors que je m’allume une clope. Un excellent nouveau prétexte pour rester dehors encore un peu. Je savais que venir ici était une mauvaise idée ! Je pose mes bras sur la rambarde du balcon, contemplant la vue de la ville qui s’offre à moi sans y prêter attention, tout en prenant soin à empoisonner lentement mes poumons.



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Durant cette conversation " familiale ", je réponds tranquillement, et avec joie, aux questions des grands-parents de Livio. Et je me borne à faire comprendre à Lucien, que même si il est le premier invité à avoir débarqué ici, il n'a pas à prendre part à cette conversation. Dommage que Livio n'a pas remarqué, il est partit sur le balcon avant ça, prétextant un coup de téléphone. Je finis par me lever en attrapant le verre d'eau même pas entamé.

" Excusez-moi un instant. "

Je m'éloigne du canapé pour me rapprocher de la porte vitrée du balcon pour rejoindre Livio. Sans remarquer qu'un autre regard emplit de jalousie me fixe.

" Ce n'est pas bon pour la santé, la cigarette... "

Je me poste à côté de lui, puis lui tend le verre d'eau.

" Tiens, bois plutôt de l'eau. Je te rappelle que tu étais encore alité il y a quelques jours, tu devrais encore faire attention à toi. "

Une fois qu'il a prit le verre, soit pour me rassurer, soit juste histoire que je le lâche avec mes recommandations de futur médecin, je pose mes bras sur la rambarde et regarde le paysage loin devant.

" C'est beau, non ? Je trouve que c'est une très belle vue de la ville de Nantes. J'ai de la chance ! "

Je tourne mon regard vers lui, en voyant qu'il n'y a pas vraiment de réactions de son côté. Je fronce les sourcils et lui fait face.

" Mais enfin, qu'est-ce que tu as !? Tu es tout crispé depuis que tu es entré ! "

Oui bon, je n'ai absolument pas remarqué les jalousies, que ce soit d'un côté ou de l'autre. Avec deux hommes qui me portent de l'intérêt, ça va être bien compliqué, tiens ! Mais ça, je ne le sais pas encore !

" C'est quoi ? C'est ta blessure qui te fait encore mal ? Je devrais peut-être regarder... "

On en parle, de ma blessure à la main ? Je suis bien content qu'il n'ait rien remarqué, ça prouve que j'arrive à bien dissimuler tout ça !


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le VIVAIS plutôt bien. Avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans ! Et surtout, avant que je ne me réalise - possiblement - être fortement attiré par ce gars !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Evidemment, il fallait qu’il vienne par ici hein… C’est bien bruyamment que je soupire, en voyant que Dylan est venu me rejoindre. Machinalement, j’attrape son verre, espérant qu’il ne s’éternisera pas à mes côtés. Mais bien entendu, c’est mal connaître Dylan ça, hein ! Ah, il me conseille d’y aller mollo sur la clope hein ? Bah, pour la peine, j’en prends une bonne grosse bouffée… Ouais, je sais, je passe mes nerfs de manière débile, mais… C’est soit ça, soit aller courir, soit frapper un mur (ou un certain visage, ça, c’est encore à voir !). « Qu’est-ce que j’ai ? Vraiment ? », m’amusé-je, éclatant doucement d’un rire sans joie, pour me tourner et lui faire face, laissant mon verre reposer sur la rambarde. « Tu tentes de fuir sans explication pour finalement te faire prendre lors de ta fuite, et me dire… ». Putain, c’est pas vrai, me voilà à rougir en évoquant, sans les dire, les mots qu’il a pu me murmurer avant son départ ! « Pour finalement ne plus donner de nouvelles… ». Bon, OK, moi non plus, mais j’avais du monde… Et… Je lui aurai dis quoi, par SMS ? Ce genre de truc, mieux vaut que ça soit dit en face, même si je sais pas quand j’aurai pu passer lui dire. J’ai pas eu vraiment le temps de réfléchir à… nous… depuis que mes grands-parents sont là… Il a fallu leur faire visiter la ville, ou simplement, leur faire la conversation, car ils ont tenu à ce que je ne me fatigue pas trop non plus ! « Et quand je débarque ici, t’as… ton patron… ». Oh, la jolie teinte de jalousie qui résonne dans mes dernières paroles.

« Laisse tomber ! », grogné-je, lui tournant le dos afin de rentrer dans l’appartement, non sans avoir pris soin de déposer ma clope dans son verre d'eau, histoire de bien lui faire comprendre que j'en veux pas, de sa flotte (oui, je suis vraiment un petit con quand je m'y mets, c'est comme ça !). C’est qu’à l’intérieur, ils doivent se demander ce qu’on fait, non ? Ca me donnerait une excellente excuse pour partir d’ici et ne pas avoir à assumer qu’il se pourrait fort bien que je sois jaloux ! Mais… par « chance »… le patron de Dylan s’occupe de distraire mes grands-parents, bien que son regard se repose à l’occasion sur la terrasse, comme pour avoir son « protégé » à l’œil.



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Ah, d'accord. Il est jaloux ou je ne m'appelle plus Dylan ! Bon, ok, ça suffit ! Quand il était à l'hôpital, je voulais bien laisser passer ses caprices de gamin, mais là, c'est trop ! D'un pas rageur, je rejoins aussitôt tout le monde, mais surtout lui. Lucien, qui encore une fois, me connaît bien, et sait que quand je mets en colère, ça ne rigole pas, est en train de se faire tout petit sur le canapé, malgré sa taille.

" LIVIO ! MAINTENANT, CA SUFFIT ! TU AS 34 ANS, J'EN AI 25, ALORS MAINTENANT, ON VA AVOIR UNE DISCUSSION ENTRE ADULTES ! J'EN AI PLUS QU'ASSEZ DE TES ENFANTILLAGES ! "

Ouais, je sais, bonjour l'ambiance ! Lucien intervient, mais pas auprès de moi. Trouillard...!

" Euuuh... Vous savez quoi, on va vous attendre dehors, hein... "

Il embarque les grands-parents de Livio et nous voilà donc seuls dans l'appartement. Je respire profondément pour éviter d'hausser le ton à nouveau (je tiens à ma voix) mais mon agacement reste décelable dans ma voix.

" On se revoit aujourd'hui depuis plusieurs semaines et c'est tout ce que tu trouves à faire, hein !? Ta jalousie sans borne est absolument ridicule ! Lucien, ce n'est QUE mon patron ! Alors s'il y a quelque chose que je n'ai pas décelé chez lui, genre une attirance pour moi, bah je m'en moque ! Tu as déjà oublié les derniers mots que je t'ai dis, ou quoi !? Bon sang, c'est pas vrai ! J'en ai ras le bol de tes gamineries ! Et tu vas me faire le plaisir de nettoyer ce verre ! C'est dégueulasse, ce que tu as fais ! "

Je suis vraiment énervé. Une chance que je n'ai pas envie de vraiment exploser devant lui, sinon, il se serait prit le verre à la figure !

" Je vous ai gentiment laissé entrer, toi et tes grands-parents ! Alors que tu n'as pas eu la jugeotte de me prévenir de votre passage, ce qui aurait été la moindre des choses, pourtant ! J'ai accepté de répondre à leurs questions, je les trouve même super sympa ! Et toi non, tout ce que tu trouves à faire, c'est de me manquer de respect ici, dans MON appartement ! Ca commence à bien faire ! Raaah, c'est pas vrai ! "

Je fais demi-tour, les nerfs en pelote, après avoir brutalement posé le verre sur l'évier, pour retourner sur le balcon et hurler ma colère. Afin d'éviter de mettre mon appart' sans dessus dessous, déjà que j'ai mis un temps énorme à l'aménager et que ce n'est pas fini... C'est fou comme ça fait du bien de crier, tiens... Je devrais le faire plus souvent...


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le VIVAIS plutôt bien. Avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans ! Et surtout, avant que je ne me réalise - possiblement - être fortement attiré par ce gars !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Et voilà que monsieur s’éclate à me passe un savon. Putain, sérieusement, on aura tout vu hein ! Et devant mes grands-parents en plus ! J’en lève les yeux au ciel, au sens propre comme au figuré ! Par « chance », le gérant de bar s’en mêle et entraîne mes grands-parents à sa suite, loin du champ de bataille. Dès lors, je toise ostensiblement Dylan, qui s’énerve encore, même si d’un ton moins virulent. Puis qui part, non sans m’ordonner de faire la vaisselle. Ok, donc, sérieux, il m’en fout plein la gueule, et j’ai pas le moindre droit de réponse ? C’est pratique comme mode de conversation, ça, les fuites permanentes ! Retirant la clope flottant dans l’eau pour la balancer à la poubelle, je pars à la suite de Dylan. (Non, j’ai pas oublié son verre, mais, pour l’instant, c’est le cadet de mes soucis, franchement !). « On en parle, de tes enfantillages ? », grondé-je, me glissant à mon tour sur le balcon. « Du temps que t’as passé à me fuir toi aussi après qu’on se soit embrassé ? De ta fuite physique qui t’as poussé à déménager après qu’une connasse m’ait agressé ? Alors que j’avais… besoin de toi… et que tu dois te douter de ce que cet abandon me ferait ressentir ? De ta difficulté manifeste à admettre que j’ai besoin de temps, pour assumer ce que je ressens pour toi, qu’est non seulement loin d’être une nana, mais en plus, qui est son fils ? Du futur médecin qui n’assure même pas le suivi de son patient ? Qui ose lui faire la morale alors qu’il s’est apparemment blessé à la main ? ». J’insiste bien sur quelques mots, plus importants que d’autres. J’admets volontiers que pour ce qui est de la blessure qu’il a, je n’en ai pris conscience que lors de sa scène précédente, à sa façon de tenir le verre qui a servi de piscine à mon mégot.

Je soupire de nouveau, en secouant la tête. « Mais non, mieux vaut pas en parler hein. C’est moi le plus vieux et expérimenté des deux, alors forcément, je suis celui qui ne doit pas faire d’erreurs, surtout pas face à une situation qui me fait complètement perdre mes moyens…. ». Voilà, c’est dit. Dylan n’a pas été le seul à vider son sac. J’ai suivi son exemple, allant même jusqu’à admettre combien j’ai pu être blessé par tout ça. Et combien je suis effrayé de ce que l’on vit, de ce que l’on pourrait être amené à vivre et à faire vivre à d’autres. Et, en filigrane, de ma crainte de le perdre. Alors que je feins de n’être attaché qu’à peu de personnes, et de pouvoir tout de même rester fort et droit en toutes circonstances. Je sais qu’avec Dylan, c’est une autre histoire, même si je n’ai pas compris comment ni même pourquoi, il a brisé progressivement toutes mes barrières, pour se rapprocher autant de moi.



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Aussitôt, à la mention de ma blessure à la main, je cache celle-ci dans mon dos en rougissant. Il l'avait vu, alors ! Tss...

" Ca, c'est... C'est rien... Un accès de colère ou je ne sais quoi, quand j'ai découvert que ton agression, c'était de ma faute... J'ai peut-être bien abîmé le mur du vestiaire de l'hôpital, aussi... "

Je soupire, la tension redescend un peu.

" Ouais bon, d'accord... On a foiré tous les deux. Et je suis désolé pour tout ça mais il me semble te l'avoir déjà dis avant de partir, Livio... J'ai regretté et je regrette toujours, de t'avoir fait autant de mal... Je ne suis pas sûr de parvenir à me le pardonner à moi-même... En tout cas, je trouve que c'est bien d'en parler... Je veux dire... On a jamais pu en parler vraiment, de tout ça. On a notre boulot, deux boulots pour mon cas et on a du mal à avoir le temps de se revoir, parce qu'on est occupé... "

Je me tourne vers lui, le regarde.

" Et je ne t'ai jamais demandé de l'assumer rapidement. Tu crois que je l'ai assumé du premier coup, moi, quand j'ai découvert que j'avais des sentiments pour toi ? Tu te rappelles la scène des toilettes ? Aujourd'hui encore, je du mal à réaliser que j'ai du me... Enfin voilà, tu vois quoi... C'était si fort, et... Ce n'était... pas... la première fois... "

Je rougis de plus belle, en prononçant ma dernière phrase, mentionnant que c'était même arrivé avant, une fois, et surtout en revoyant, par la suite, la scène où je me suis retrouvé bloqué contre la voiture. C'est moi qui l'ai embrassé en premier, et par la suite, il m'a littéralement sauté dessus comme moi avant lui. Olà, bon, il faut que j'arrête de parler de ça, parce que sinon, je sens que ça va déraper.

" Ouais bon, ça par contre, mieux vaut ne pas en parler... Surtout pas maintenant... Tes grands-parents sont en bas... Il vaudrait peut-être mieux les rejoindre pour l'instant. A moins que... tu veuilles me dire autre chose avant ? On pourra toujours continuer de discuter à l'extérieur, éventuellement, genre en prenant l'air... Je n'ai pas vraiment envie qu'on détruise mon appartement tout neuf en cas de nouvel accès de colère... "


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le VIVAIS plutôt bien. Avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans ! Et surtout, avant que je ne me réalise - possiblement - être fortement attiré par ce gars !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Mes yeux se lèvent au ciel quand cet idiot m’avoue s’être senti coupable de l’attaque de l’autre débile sur moi. J’avoue que c’est une possibilité qui m’est venue à l’esprit, quand j’ai tenté de comprendre pourquoi il a bien pu changer au point de déménager, après l’agression. Une partie de moi ne voulait pas admettre que ça puisse être à cause de ça, mais… Mon regard s’ancre dans le sien, alors que ses mots font étrangement accélérer mon rythme cardiaque. Et ce crétin en rajoute une couche en devenant rouge pivoine, ce qui le rend encore plus…. Et merde… Immanquablement, ça me fait penser à la teinte qui a pu colorer ses joues, le soir où il m’a embrassé… Mes poings se serrent, de frustration, quand il me rappelle que l’heure n’est pas venue pour nous, de parler de tout ça, car son boss et mes grands-parents sont sortis tout à l’heure pour nous laisser le champ libre pour notre… dispute…. et ils ne devraient pas tarder à revenir… Si je pouvais choisir un truc à faire dans son appart’, c’est pas vraiment sur l’option « destruction des lieux », que mon choix se porteraient…. Je secoue la tête, tentant de virer dans un recoin très lointain de mon esprit, cette pulsion malvenue.

« Crétin… », et, comme le soir où on s’est embrassé, ce mot est destiné tant à lui qu’à moi, qui me rapproche de lui, sans même en prendre conscience. Si l’autre soir, je l’ai plaqué contre la voiture, cette fois, c’est contre la rambarde du balcon que je le plaque. Et comme l’autre jour, dans le même mouvement, j’écrase mes lèvres sur les siennes. Alors ouais, c’est clairement pas ce qu’il avait en tête quand il me demandait si j’avais quelque chose à ajouter. Mais, vous le savez, depuis le temps, moi, je suis pas un homme qui parle vraiment. Je suis plutôt dans l’action. C’est bien plus explicite. Bien plus facile aussi pour moi, que de lui dire clairement ce que j’éprouve pour lui. Même si j’ai tout de même évoqué, tout à l’heure, le fait d’avoir des sentiments pour lui. Et vu les derniers événements, ça ne pouvait pas être des sentiments purement amicaux… Donc, comme Dylan n’est pas con… Bon, c’est bien beau, Livio, mais… Tu voulais juste l’embrasser, et t’étais promis de t’arrêter là… Sauf que… Le fait d’avoir – enfin ! – de nouveau Dylan dans les bras, ça me frustre, quand je me dis qu’il faut s’arrêter là. Des semaines de frustrations cumulées, accompagnées de trop nombreux jours à ne pas le voir. LIVIO RESSAISSIS TOI PUTAIN, LA PORTE DE L’APPART PEUT S’OUVRIR A TOUT MOMENT ! Ah, ça marche bien, d’avoir une voix mentale qui vous hurle sous le crâne ! « Tu me manques… », murmuré-je en mettant un terme à ce baiser. Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé d’accompagner mon geste, de quelques mots. Dylan a été le 1er de nous 2, à faire un geste vers l’autre, initiant notre 1er baiser. Et il a même été le 1er de nous 2 à se déclarer. Si je ne suis toujours pas un pro avec les déclarations (ça me met toujours vraiment mal à l’aise, et là, vu notre situation, c’est pire !), je peux au moins faire l’effort d’oraliser l’attachement que j’éprouve pour lui. Et ça, mine de rien, venant de ma part, c’est un joli effort !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Crétin. Ouais, je suis d'accord avec Livio, c'est parfaitement le bon mot pour exprimer la situation. Je l'ai chauffé alors que ce n'était pas forcément mon but premier. Mais voilà, c'est fait, et je suis de nouveau plaqué, contre la rambarde de mon balcon, cette fois. Nos lèvres jointes. Même avec toute la volonté du monde, je n'arriverais pas à me détacher de lui, au contraire, je m'accroche. C'est donc avec regret que je sens notre baiser se terminer, mais à la fin, je souris.

" Toi aussi, tu m'as manqué... Vraiment beaucoup... Je n'ai pas envie de te lâcher, mais ça commence à devenir... gênant, en bas, il vaudrait mieux que... "

Je n'ai pas le temps de terminer ma phrase - de toute façon, Livio doit avoir bien comprit - qu'un bruit de porte retentit. Et la voix de Lucien.

" Euh... C'est bon...? L'ouragan est passé...? "

Qui m'obligent à lâcher Livio à contrecœur et vice-versa, d'ailleurs. Oui parce que, si lui ne me lâche pas, on ne va pas aller bien loin ! J'inspire profondément plusieurs fois, pour réapparaître de manière " normale ", enfin, en apparence, parce que... euh... bah... Je vais certainement devoir repasser en mode " soulagement ". Je soupire. Ca m'apprendra à parler de choses excitantes, aussi !

Je sors du balcon pour rejoindre mes trois invités, l'air de rien, avec un grand sourire - peut-être un peu exagéré d'ailleurs - qui rassure tous le monde.

" Oui, tout va bien. On a enfin pu discuter entre adultes donc voilà, il n'y a plus de tension. "

Aussitôt, mon patron se rapproche de moi, se collant presque et passant un bras autour de ma taille sans ménagement.

" Ha ha, je te reconnais bien, là ! Capable de remonter les bretelles sans prendre de gants ! Franchement, il a l'air bien chiant, ton beau-père ! "

Je remarque aussitôt que les grands-parents de ce dernier sont offusqués et prêts à intervenir sur la remarque désobligeante concernant leur petit-fils. Je leur fais d'abord signe avec un doigt posé sur mes lèvres. Laissez faire le pro, je vais gérer ! Ensuite, je lance un regard à Livio, conscient que cette proximité soudaine et exagérée avec mon patron doit lui faire monter la moutarde au nez. Mon regard dit " T'inquiètes, je m'en occupe ! "

" De un. Tu enlèves ton bras de là tout de suite et tu t'éloignes d'au moins une cinquantaine de centimètres, je ne te permets pas. Et de deux. Reparle encore une fois de mon beau-père de la sorte et je te chasse d'ici à grands coups de balai s'il le faut. "

Ton sans appel, regard dur. Il a beau me dépasser d'une bonne tête et avoir une carrure beaucoup plus imposante, Lucien n'en mène carrément pas large.

" Ok euh... Je crois que je devrais y aller, de toute façon... Merci pour l'invitation, hein... "

" C'est ça, à une prochaine alors. Et n'oublie pas que je peux très bien décider d'arrêter plus tôt de bosser dans ton bar, bien avant la fin de l'année. Alors prendre garde à ce que tu dis. "

Une fois partie, je pousse un soupir. De soulagement ? Ou de fatigue ? Ou autre ? Aucune idée.

" Pfiou... Je déteste les gens qui se croient tout permis. "

Je remarque alors la tête estomaquée des grands-parents de Livio, qui me fixent, la bouche grande ouverte.

" Euh... Tout va bien...? "

Je me tourne vers Livio, d'un air inquiet. Est-ce que je les ai choqué...?


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 6 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Tuche [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers autres-
Sauter vers: