-26%
Le deal à ne pas rater :
DeLonghi Détartrant écologique pour machine à café 500ml
9.90 € 13.36 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
J’en ai pas l’air comme ça, mais je suis tout de même inquiet pour Dylan. Je sais pourtant qu’il va relativement bien pour un mec qui s’est fait poignarder, mais j’éprouve tout de même de l’inquiétude. Une inquiétude similaire quand mon (ma) collègue fini aussi blessé(e), alors que j’étais avec, tant du temps où j’étais militaire, que depuis que je suis dans la Police. Mais comme à chaque fois, j’évite de paniquer ouvertement. Ca n’arrange pas les choses, en général. Et ça peut faire paniquer la personne blessée, et contribuer à empirer son état, donc… Je sors quelques plaisanteries, que certains jugeraient sans doute de fort mauvais goût ! Je lance un regard noir à l’inconnue, qui tente de s’inviter dans l’ambulance. Elle se croit dans un film ou une série, ou quoi ? Elle n’a pas compris qu’il n’y a pas non plus une grosse place dans une ambulance ? Et qu’en plus, il y avait déjà quelqu’un en plus des ambulanciers ? Ouais, j’aime pas les inconnus et les gens en général, c’est comme ça ! Etonnante réaction ? Pas tant que ça… J’éprouve un soupçon de culpabilité d’avoir laissé Dylan s’interposer sans avoir pressenti ce que ça donnerait. Oui, je sais : je ne pouvais le deviner. Mais j’étais là, en pleine possession de mes moyens et en mesure de les faire partir sans trop de mal, et je n’en avais rien fait…

Quand nous arrivons à l’hôpital, j’ai la surprise de voir que Dylan est apparemment plutôt connu par ici. Quoi que ça ne devrait pas vraiment m’étonner, puisqu’il joue souvent au punching-ball pour les poivrots du bar dans lequel il bosse ! Assez étonnamment, je ne réfléchis guère plus sur cela, mon esprit n’étant pas focalisé sur le secret que Dylan tient tant à conserver, mais plutôt sur son état. J’éprouve un peu d’étonnement quand le Morel me présente comme étant son beau-père. C’est, après tout, la 1ère fois qu’il me présente à quelqu’un, alors je ne suis pas habitué encore à cette étiquette de beau-père. Je salue d’un signe de tête bourru l’homme, qui me laisse suivre Dylan. Je n’esquisse un sourire que quand le jeune serveur m’annonce qu’il est OK pour des entrainements, une fois qu’il sera remis sur pied, bien entendu. « Si c’est là ta manière de me convaincre de te faire des bons petits plats, je crois qu’il te faudra être plus convaincant, je suis juste le roi du micro-ondes moi ! ». Oui, je sais : nouveau trait d’humour. C’est comme ça ! Je ne reste guère vers le blessé, un de mes collègues venant peu après, pour prendre ma déposition, avant d’aller s’intéresser à Dylan. J’en profite pour envoyer un SMS à Christine, au moins pour la prévenir que j’aurai du retard. Je laisse à Dylan le soin de voir ce qu’il veut dire ou non à sa mère, qui, pour l’heure, est de toute façon en pleine soirée en ville, avec ses copines…

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Nous voilà une petite semaine après l’incident. Bien que n’ayant pas été trop grièvement blessé, Dylan est quand même obligé à rester allongé, le temps qu’il cicatrice correctement. Pas besoin de le connaître sur le bout des doigts pour se douter que, très rapidement, il finira par devenir cinglé à rester entre les murs de l’appart qu’il partage avec sa mère. Et ce, même si Christine bosse, à l’extérieur. Christine qui, d’ailleurs, a semblée – l’espace de quoi ? 12h ? – légèrement concernée par l’état de son fils, avant de s’en désintéressée, comme à son habitude. Hormis pour lui adresser moults reproches quant à son boulot au bar… Me forçant, de nouveau, à tenter de calmer les choses, en détournant son attention. Il me revient donc de veiller à minima sur le blessé qui, au fil des jours écoulés, parait de moins en moins tenir en place ! Pour preuve, quand je rentre, aujourd’hui – de ma routine à la salle de sport (même si en ayant pris le soin de ne pas traîner, contrairement à mon habitude !) – l’appartement est… vide… Je soupire bruyamment… « Putain, j’ai pas signé pour ça… les choses auraient été nettement plus faciles s’il avait été un gosse : une bonne punition, et hop, il bouge plus ! ».

Ayant fait un léger crochet par le restau d’un ami, j’ai ramené avec moi le repas du soir. Comme dit le soir où Dylan a été agressé, je ne suis pas un bon cuisinier, mais cela m’a permis de connaître désormais toutes les bonnes adresses, et même copiner avec quelques restaurateurs. Je dépose sur la table de la cuisine, les sacs, avant d’allumer le post afin de mettre un peu de musique. Voilà un autre truc à savoir sur moi, je supporte assez difficilement le calme plat. Sauf dans le cadre de mon travail. Il s’agit là apparemment d’un des multiples syndromes du trouble de stress post-trauma que j’ai ramené de ma dernière mission à l’étranger. Avec entre autre une addiction à la cigarette, moi qui auparavant, ne buvait que fort rarement, et n’avait jamais fumé. J’étais le cliché du corps sain dissimulant un esprit moins sain. Je suis maintenant un corps un peu moins sain, camouflant un esprit encore moins sain. Même si je sais que ça pourrait être pire, au moins suis-je encore apte à travailler, à occuper un post aussi stressant que celui de lieutenant. Parmi mes frères d’armes qui étaient avec moi lors de l’explosion – pour ceux qui n’ont pas été blessés physiquement du moins ! – s’en trouvent quelques-uns qui sont tellement traumatisés que leur vie est désormais irrémédiablement gâchée ! Alors, c’est rien, si moi, je fume maintenant, et j’ai toujours besoin d’au moins un léger bruit en arrière-plan ! Je m’assieds ensuite sur le canapé, et attrape le journal afin de le lire. Quel piètre garde-malade suis-je, me direz-vous ! Je vous ferai simplement savoir que Dylan est majeur et vacciné, et – je le sais ! – assez intelligent pour choisir sciemment de faire ses propres conneries si le cœur lui en dit. Alors s’il veut gambader dans les rues, alors qu’encore en assez piteux état : grand bien lui fasse ! Oh, allez, je vous en prie, ça vous démange, dites-le : Je suis un enfoiré ! Je le sais. Et j’en suis plutôt fier. Il est déjà bien que je tente de veiller sur lui, faut pas trop m’en demander, sinon… Ca ne serait pas moi !

« Alors, monsieur me tanne pour avoir de bons repas, et le soir où il sait que je passe prendre de quoi manger dans un chouette restau, il se fait la belle… », grommelé-je, quand la porte de l’appartement s’ouvrit. Vu l’heure, il ne peut s’agir que de Dylan, Christine finira tard ce soir, elle ne mangera pas avec nous. « Tu sais, si tu veux que tes points de suture s’ouvrent, suffit de me le dire. T’as pourtant compris très tôt à quel point j’aimais utiliser des gringalets dans ton genre, comme punching-ball… ». Je me lève du canapé, n’ayant pas la moindre ombre de sourire ni de rire, bien que je viens de plaisanter. Oui, on me le dit souvent, je suis assez pince-sans-rire dans mon genre, presque comme un Britannique. Sauf que je n’ai pas la moindre once de sang British dans mes veines, d’après ce que mes grands-parents m’ont dit, je ne suis que le fruit d’un brassage franco-italien. « J’espère que ton excursion en valait la peine ! », le sermonné-je, avec pas mal de mauvaise foi, puisque si les rôles étaient inversés, il est clair que je serai comme lui. Et même que je serai très clairement pire que lui, vu que j’aurai joué les fuyards bien plus tôt que lui ! Je suis un patient très casse-couille, de l’avis de tous les médecins qui ont pu m’avoir comme patient, depuis des années maintenant ! C’est une de mes fiertés. Ca fait parti de mon charme. Non ? Bon, tant pis, je m’en fous !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Des semaines que je suis enfermé dans le petit appartement, avec obligation de rester allongé. Si ce n'est pas des mois ! Quoi, j'exagère beaucoup, vous croyez ? Ok ok... Ca fait seulement une semaine... Mais c'est énorme, pour un actif comme moi ! Je n'attends que deux choses : pouvoir retourner à ma formation la journée et au boulot le soir. Et... éventuellement... honorer ma promesse à Livio d'apprendre à pratiquer un sport qui d'ordinaire m'aurait plutôt rebuter. Mais vraiment, je suis sincère en disant que je l'apprécie chaque jour un peu plus. Malgré son air bougon quasi constant !

Un air bougon qui m'accueille à mon retour, d'ailleurs. Oui, je sais, j'ai craqué, je suis sortis ! J'ai marché dans les rues un bon moment, cherchant quelque chose, tout en profitant de pouvoir enfin respirer l'air frais extérieur, autre que par ma fenêtre de chambre pour aérer de temps en temps. Il joue bien les flics, c'est le cas de le dire, ha ha ! Jamais ne l'aurais cru aussi " papa poule " ! Mieux vaut que je ne lui dise pas ça, il risquerait de m'en mettre plein la figure, sinon !

J'aurais pu répondre par une défensive, ou réagir d'une blague, comme la sienne, bien qu'elle soit à demi-teinte. Mais il y a certains moments où de simples mots, de simples actions, suffisent pour exprimer nos émotions. C'est pour cela que je m'approche simplement de lui pour lui tendre un sac en plastique qui ne laisse pas deviner ce qui se cache à l'intérieur.

" ... Tiens, c'est... c'est pour toi... Je n'y connais rien, mais le vendeur m'a assuré que c'était un bon titre... J'espère que tu ne l'as pas déjà... Ou que c'est ton style... "

Dans le sac se trouve en fait un disque vinyle. N'allez pas croire que je n'avais pas remarqué le tourne-disque posé dans un coin, un objet comme on en voit rarement de nos jours. Et ce n'était pas à ma mère, ça, oh que non ! Ma main frotte l'arrière de ma tête, trahissant ma gêne et j'évite de le regarder.

" C'est... pour te remercier de ton aide, dans le bar... Et de veiller sur moi alors que tu as sans doute mieux à faire que de surveiller un gosse insupportable, pas vrai...? Enfin voilà, si tu n'aime pas, tu n'auras qu'à le balancer... En attendant, je... je vais changer mon pansement...! "

Ouais, je fuis, ouais. Cette situation peut peut-être paraître adorable, mais aussi malaisante. Sérieux, j'ai l'impression d'être en train de me radoucir en sa présence, s'en est très perturbant... Je me demande ce qui m'arrive... Est-ce que c'est ma blessure qui me donne de la fièvre ? Au cas où, je me touche le front. Non, pourtant, je n'ai pas l'impression d'être chaud. Je soupire, je deviens vraiment trop bizarre !

Dans la salle de bain, je retire mon haut, puis le pansement, pour vérifier l'état de ma blessure en voie de guérison. Ouf... Apparemment, aucun point de suture ne s'est défait. Je prend soigneusement le temps de la nettoyer, puis de mettre un nouveau pansement tout propre. Après tout, l'autre règle, c'est d'éviter une infection potentielle ! Mon esprit dérive à nouveau vers Livio. Est-ce qu'il a aimé, alors...? Je ne vais jamais osé sortir de la salle de bain pour en avoir le cœur net, je l'avoue !


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
J’hausse un sourcil, quand Dylan me tend son sac en plastique. Ca, pour le coup, je ne l’avais pas vu venir ! Faut dire que je suis rarement le mec à qui on a la folle envie d’offrir des cadeaux. Seuls mes grands-parents le font, depuis qu’ils m’ont adoptés. Mes éventuels amis ne s’y plient que pour les grandes occasions (anniversaire ou Noël). Alors, les cadeaux « imprévus », je ne suis guère habitué. Et du coup, ça me cloue le bec. (Ce qui est suffisamment rare pour être souligné, mis en gras, en italique, écrit en grande taille, et sans doute en faisant clignoter le tout, je vous prie ! Merci bien !). « Oh… Merci ! », finis-je par dire, entendant dans mon esprit la voix de ma grand-mère me sermonner de mon impolitesse à ne pas avoir encore remercié Dylan de son geste, alors qu’il prend déjà la route de la salle de bain. Me voilà à présent fortement intrigué par le contenu du sac, que je dévoile, la tête penchée sur le côté. Oui, comme un chiot curieux. Oui, parfois – mais seulement parfois hein ! – je sais être presque mignon. Bien que là, il soit aussi nécessaire d’ajouter l’adjectif « gêné ». Car je le suis. Attention, ne vous méprenez pas : ce geste me fait plaisir. Mais il m’étonne. Et je n’attendais pas la moindre reconnaissance pour ça. J’agis juste comme je sais que mes grands-parents le souhaiteraient, puisque Dylan fait désormais parti de ma famille, et qu’ils m’ont appris à veiller sur les miens. Et ça me gêne, voilà tout, même si je ne saurai mettre le doigt sur le pourquoi du comment. Poussant un soupir, je secoue la tête et découvre ce que le jeune Morel a pris pour moi. Mes yeux s’écarquillent sous la surprise, quand je découvre le vinyle choisi. « Bon choix, en effet ! », dis-je entre mes dents, d’un air appréciateur. Un classique, que je n’avais pas encore pu me prendre, mais que je projetais d’acquérir un jour. « Ecoutons voir un peu ça ! », murmuré-je, changeant ainsi de vinyle pour enfin écouter mon présent. Avec soin, je pose la pochette vers mes autres vinyles – que je n’ai pas tous ramené, croyez-moi, j’en possède bien plus encore ! – avant d’aller déposer sur la table, le repas. « Quel idiot quand même… », pesté-je, avec un petit sourire en coin, en pensant à Dylan et au mal qu’il s’était apparemment donné pour m’offrir quelque chose susceptible de me plaire, alors que me connaissant depuis peu !

De longues minutes s’écoulent, sans que le serveur ne repointe le bout de son nez. Jusqu’à présent, je n’y avais pas prêté attention, occupé que j’étais à écouter le vinyle qu’il vient tout juste de m’offrir. Mais disons qu’au bout d’un moment, son absence se fait remarquer… Je me dirige vers la salle de bain, et l’ouvre, estimant que si Dylan voulait de l’intimité, il aurait tout simplement verrouillé derrière lui, puisqu’il sait faire, la dernière fois où il a gaffé devant moi le prouve fort bien ! « Tu t’es fait la malle par la fenêtre de la salle de bain, cette fois ? », demandé-je, le temps d’ouvrir la porte. Bien entendu, parce que ça ne serait pas moi sinon, je ne tarde pas à ajouter une vanne : « Ou tu fais ta gonzesse qui prend des plombes pour se préparer avant d’aller manger ? ». Non, vous ne rêvez pas, je viens de le vanner sur le fait qu’il puisse s’amuser à se prendre pour une nana qui s’apprête avant un rendez-vous. Allez, faites-vous plaisir et analysez ça, mais n’oubliez pas non plus que je ne connais Dylan que depuis un peu moins d’un mois, que je suis avec sa mère, et que jusqu’à preuve du contraire, je suis hétéro. « Si tout va bien, viens manger, j’ai la dalle ! », conclué-je, lui jetant un bref regard avant de tourner les talons, laissant la porte ouverte derrière moi. Le son du vinyle qui tourne restant également dans la salle de bain, comme il l’est dans la pièce de vie. Je prends rapidement place autour de la table, attendant Dylan avant de m’y mettre. Non, vous ne rêvez pas : je préfère l’attendre. C’est après tout un bon côté de ne plus vivre seul : mes repas ne sont pas toujours soit avec mes collègues, soit avec ma propre personne. Et puis, je dois l’admettre, j’aime bien pouvoir passer du temps avec Dylan. Surtout quand sa mère n’est pas là, car dans ce cas, il se referme étrangement, bien plus qu’il ne l’est avec moi. Si j’ai remarqué ça, je n’ai pas encore conscience du propre changement de mon attitude, quand nous sommes réunis. Il faut dire que pour le moment, je suis encore dans l’optique du « C’est mon beau-fils », alors je ne peux vraiment en prendre conscience. Mais je suis un peu moins bougon en sa présence, et on a de vraies conversations, qui vont dans les deux sens. Il ne s’agit pas de moi, qui écoute distraitement l’autre – comme je peux le faire avec Christine – parvenant à poser quelques questions poursuivant l’échange, alors que je m’en fous de ce qu’on me dit. « Le vendeur t’a fait une excellente suggestion ! Merci ! », dis-je à Dylan, quand enfin je l’entends me rejoindre. « Normalement, le repas de ce soir devrait te plaire ! », lui fis-je savoir, tout en me servant, le laissant se débrouiller : il est grand. Il l’a dit une fois ou deux, qu’un tel repas lui faisait bien envie. Et j’ai beau avoir souvent l’air de ne guère écouter, Dylan fait étrangement parti de ces personnes que j’écoute, l’air de rien, parfois pour ma plus grande surprise même !  « Faut vite te remettre sur pied, après tout, sinon, je sens que tu vas devenir cinglé et imaginer mille plans d'évasions à la Prison Break ! Ce qui me rendra fou à mon tour ! », ajouté-je, comme pour noyer le poisson et faire oublier que je sais l'écouter. Ou que je peux veiller sur lui parce que je m'inquiète pour lui, et non juste pour protéger nos santés mentales respectives !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Toujours cloîtré dans la salle de bain, alors que j'ai depuis un moment déjà, terminé les soins de ma blessure, c'est le son de la musique changeante qui me fait enfin réagir. Je me rapproche de la porte de la pièce, que j'entrouvre un peu pour pouvoir mieux écouter.

Il... Il écoute mon cadeau ! Tout à coup, je sens une grande bouffée d'espoir et de joie envahir mon cœur. J'ai rarement senti une telle sensation, mais c'est un peu comme si j'étais en train de... Non ! Je secoue la tête. C'est impossible, voyons !

Même s'il n'en a pas l'air, à cause de notre mince différence d'âge, c'est mon beau-père ! Il va bientôt se marier avec ma mère ! Alors c'est impossible ! Et pourtant... Quand il ouvre tout à coup la porte, de manière à ce que l'on se retrouve nez à nez, mes joues s'enflamment légèrement.

Je reste figé un moment, mais je veux me ressaisir bien vite afin de remettre mon tee-shirt en place. Aussitôt après, j'esquive la situation, continuant de tout nier en bloc.

" Pfiou... Je crois que la cicatrisation de ma blessure me provoque un peu de fièvre... Allons manger oui, comme ça, j'irais bien mieux après ! "

A table, je n'arrive pas à m'empêcher de jeter des coups d'œil à Livio, pendant que je déguste ce qu'il est gentiment allé nous chercher dans un restaurant. C'est plus fort que moi. Oh, zut ! J'ai oublié un truc important !

" C'est vrai... Je me dois de te remercier aussi, pour être aller chercher tout ça. C'est un vrai délice ! Merci... chevalier Livio ! "

Un air malicieux, un clin d'œil qui l'est tout autant. Alors que dans ma poitrine, mon cœur n'arrête de battre comme un fou sans que je ne parvienne à le calmer. Je devrais peut-être consulter, je suis peut-être malade...

J'ai attendu un moment avant de l'appeler ainsi, comme les évènements se sont trop succédés rapidement pour que je puisse avoir le temps de la faire, cette petite blague.

Mais en vérité, ce n'en est pas vraiment une. Il est venu à ma rescousse tel un chevalier. Je trouve que ce petit surnom lui va bien, malgré son air bourru et grognon. Il est même... plutôt mignon... Ah ! Non ! Arrête ! Stop ! C'est la fièvre qui te fait délirer !

Manquerais plus à ce qu'on te fasse goûter de l'alcool et là, ce serait carrément le pompon ! Bah oui, je n'en ai jamais bu de ma vie ! Je suis prêt à parier que si j'essayais de boire ne serait-ce qu'un seul verre, je finirais déjà bien bourré ! Je plonge mon nez dans mon assiette - au sens figuré - pour tenter de cacher ma gêne.


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
On dirait qu’aujourd’hui, Dylan est de nouveau « bizarre ». D’après son estimation personnelle, c’est sa blessure qui le rend fiévreux, et lui fait avoir de drôles de réactions. C’est vrai qu’il semblait avoir u peu chaud, quand j’ai été le chercher dans la salle de bain. Bizarre ce mec, quand même ! Enfin… Quand il me rejoint enfin à table, je commence à manger, sans chercher à parler. Ouais, faut pas trop m’en demander non plus. C’est pas parce que je suis un peu moins « ours mal léché » avec lui, que je me transforme en pipelette. Et puis là, j’avoue, j’ai la dalle, à midi, j’ai pas eu d’autres choix que d’écourter mon repas, parce qu’on m’a appelé ailleurs… Mais ce repas-là, promet d’être… étrange… car Dylan interrompt soudainement le silence, pour me balancer un surnom… qui manque de me faire étouffer. Je toussote à quelques reprises, avant de finalement boire un coup, pour me désobstruer la gorge. « Bon sang, t’as dû te prendre un sacré coup sur la tête, l’autre soir, pour me sortir un tel truc ! », finis-je par grogner, une fois de nouveau en mesure de respirer à peu près correctement.

Croyez-moi : ce surnom mériterait une pique bien cinglante, car il est vraiment trop… WTF… Et loin de ce que je pense être, même si, ouais, c’est clair que j’ai un côté très protecteur qui peut ressurgir, et que j’ai pas peur de prendre des risques ! Mais de manière bien incompréhensible, une partie de moi apprécie ce surnom, ne le tolérant étrangement que parce que provenant du jeune Morel. Quitte à ce qu’il me colle une étiquette sur le dos, je préfère celle-là que celle du « beau-père ». Etrangement…. Bref… Me voilà à présent pas mal gêné. Et comme à chaque fois que je peux être gêné (ou aussi, OK je l’avoue, énervé, consterné… N’importe quoi d’autre !), je préfère ajouter un peu de légèreté à tout ça. En me levant un peu de ma chaise, pour tendre la main en face de moi. Et la poser sur le front de Dylan. « Ouais, je confirme, t’es chaud ! »…. Merci de ne pas noter de double-sens ici, OK ! J’écarquille mes yeux quand je prends conscience du geste que je viens de me permettre. C’est bien la 1ère fois que je touche Dylan, hormis cet autre soir où je l’ai aidé à se soigner !

Je me rassieds en me râclant la gorge. Et un changement de conversation, un ! Vite ! « Au fait, ton admiratrice a encore cherché à te contacter ? », demandé-je, faisant allusion à cette gonzesse du soir de son agression. Si elle n’a pu monter dans l’ambulance, elle a cependant réussi à trouver où Dylan avait été se faire soigner. Elle s’est donc rendue là-bas, le lendemain, espérant le voir. Ce qui ne s’est pas fait. Alors elle lui a laissé un message, avec ses coordonnées, en demandant au personnel soignant s’il était possible de le transmettre à Dylan. Ce qui m’avait bien fait marrer, en apprenant ça. Je vous jure, un gros fou-rire. J’ai même parié avec Dylan, qu’elle reviendrait bientôt à la charge. Et je veux savoir si j’ai vu juste ou pas ! Et ouais, peut-être que…. Je dis bien PEUT-ETRE seulement…. J’ai envie de tâter le terrain, voir si Dylan veut sauter sur l’occasion pour draguer cette nana qui ne demande qu’à lui tomber dans les bras. Comme je vous l'ai déjà dis, au cours de cette semaine, j'ai passé pas mal de temps avec Dylan. Du moins, autant que je le pouvais, avec mon boulot, mes heures supp', mes horaires d'entraînements (tant pour le combat, que pour le tir !), et les imprévus... Donc, évidemment, on a commencé à tisser un semblant de lien, qui risque sans doute d'emmerder Christine, le jour où elle en prendra conscience. Et ce, avant même qu'elle ne réalise ce qui peut bien se tramer en réalité....



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Et ce n'est pas ta main posée sur mon front en ce moment qui va faire baisser ma température... Idiot... Tout aussi gêné que lui, je toussote, en tentant tant bien que mal de faire genre de rien, mais c'est vraiment compliqué. Ah ! Il change de sujet ! Parfait !

" Ah, la pot de colle... Bah ouais, je suis envahi de messages tous les jours... Je suis sûr que c'est mon patron du bar qui lui a refilé mon numéro... Il n'arrête pas d'essayer de me caser chaque fois qu'une fille me tourne autour, alors que ça ne le regarde absolument pas ! "

Je soupire, je suis tellement désemparé par la situation. Oui, les surdoués peuvent aussi être désemparés !

" La tarée (ouais, j'assume son surnom !) m'envoie même des messages en pleine nuit, à tel point que je me demande s'il lui arrive de dormir ! C'est du genre : Oh, mais pourquoi tu ne me réponds pas ??? Allez, réponds !!! Je te trouve trop mignon, sortons ensemble ! Et avec un petit cœur en smiley en accompagnement... Voire même toute une ribambelle de cœurs... J'ai beau lui faire comprendre de A à Z qu'elle ne m'intéresse pas et que je la trouve trop chiante, rien n'y fait ! Elle m'a même répondu : Eh bah comme ça, tu seras déjà habitué quand on sera mariés ! Il ne manquerait plus qu'elle se mette à me suivre et elle aura absolument l'air d'une psychopathe bien suspecte ! Un de ces jours, c'est moi qui vais finir par me pointer à ton travail afin de porter plainte pour harcèlement ! "

Comme si je n'avais pas déjà suffisamment de choses à gérer comme ça ! Je parviens enfin à terminer mon repas, mais ma " fièvre " ne passe toujours pas. Je crois que je vais devoir trouver une solution radicale. Une solution dont j'aurais préféré éviter d'y penser, car elle est très malaisante et très... intime.

Mais je ne pourrais pas nier indéfiniment ce qui m'arrive. Le problème c'est que... Notre appartement a des cloisons assez fines et... Bah... La discrétion va être un vrai soucis... Dire que je vais devoir en arriver a de telles extrémités... En y pensant, ma fièvre augmente encore. Il faut vraiment que j'agisse !

" Oulà... Je crois que je ferais mieux d'aller m'allonger, ça ne va pas du tout... Je suis désolé, merci pour le repas, c'était vraiment un délice... "

Par politesse, en me levant de ma chaise, je prends quand même le temps de débarrasser mon assiette bien vide pour la déposer dans l'évier. Bon, allez, tant que je suis, je peux bien faire l'effort de faire ma vaisselle, quand même !

Je ne vais pas tout laisser à Livio, même dans mon état ! Je mouille l'éponge, la recouvre de produit vaisselle, fait mousser un peu, puis j'attrape mon assiette après l'avoir rincer pour la savonner.


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Assez étonnamment, mes mains se serrent plus fortement autour de mes couverts, quand j’entends Dylan parler de sa « glue ». C’est qu’elle est sacrément tenace. Bon, pour l’instant, sa ténacité ne parait pas sur le point de payer, mais sait-on jamais… En plus, elle a l’air complètement cinglée… Si elle est déjà collante comme ça, alors qu’ils ne sont même pas encore en couple, ça donnerait quoi, si jamais ils se mettent ensemble ? Elle le fliquerait pour savoir où il est, minute par minute ? Et si jamais ça tourne mal, elle sera derrière lui à chaque fois pour s’assurer qu’il ne l’a pas remplacé ? Non, y’a aucun risque, au vu de comment le Morel en parle, qu’il tombe dans ses bras. Il n’est pas assez stupide pour ça. Tant mieux. Oui, ici, vous pouvez insérer un soupir de soulagement. Juste parce que Dylan va éviter de finir avec une malade, bien entendu, et pour rien d’autre ! « Tant que ta venue au postene me vaut pas d’être moi aussi poignardé…. J’ai déjà testé, et j’aime pas trop, figure-toi ! ». Allez, encore une connerie. C’est bien plus facile de passer par l’humour, que de chercher à démêler ce qui se passe et la jalousie qui commence doucement à s’insinuer en moi à la seule idée que Dylan puisse se décider à répondre à cette inconnue collante !

« Ah euh… Ok… », soufflé-je, un peu étonné d’entendre le blessé dire qu’il se sent plutôt mal et préfère aller s’allonger. Oui, je suis un peu étonné, mais aussi – et ça, hors de question que je l’assume dès maintenant ! – déçu de le voir partir. C’est que je suis doucement en train de prendre goût aux petits moments qu’on peut partager ensemble. Alors quand ça s’écourte, c’est toujours un peu attristant. Bien que – pour rien au monde – je ne daignerais l’assumer. Il faudrait alors que je cherche à déterminer « pourquoi », et ça…. Non… surtout pas ! Le grognon que je suis reste assis, dégustant son repas, alors que Dylan joue les ménagères. « Je te préviens, si tu tombes dans les pommes car t’as de la fièvre, je te laisse ici. Flemme. », plaisanté-je. Oui, une fois encore. Avant de soupirer. « T’emmerde pas avec ça, je peux m’en charger. Va dormir, faut que tu te reposes. J’attends toujours que tu viennes enfin me servir de punching-ball, tu sais ? », je fais passer ces quelques mots en buvant une nouvelle gorgée d’eau. « Oublie pas ton portable, j’ai pas envie de l’entendre sonner parce que ta future nana te colle ! ».

Par chance pour Dylan, je reste dans la pièce, dès qu’il rejoint sa chambre. La musique tourne toujours, même si j’ai pris soin de baisser un peu le volume, histoire de lui permettre de se reposer tranquillement. La télé succède bientôt à la musique, même si – comme bien souvent – il n’y a rien d’intéressant. Je tue tout simplement le temps, en attendant que Christine arrive enfin. D’ailleurs, dès que celle-ci est enfin là, je mets tout en œuvre pour ne pas laisser mes pensées s’inquiéter pour Dylan. Que le « Livio se voile la face de mille façon différentes show ! » commence !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Allongé sur mon lit, totalement dévêtu, une main bien plaquée contre ma bouche et l'autre, bah... Bon eh, pas la peine de vous faire un dessin, tous le monde est passé par là un jour ou l'autre, homme ou femme ! Je suis bien content d'entendre encore la musique et le son de la télévision.

Cela ne m'empêche pas d'être prudent, d'où la main bien placée qui empêche mes propres sons étouffés de s'échapper. Je n'arrive pas à croire que je suis contraint de faire ce genre de choses... Bon ok, ça s'est déjà produit, avouons-le, mais pas dans une circonstance pareille...

Quand j'ai fini, je reste allongé après avoir nettoyé ce qu'il faut. Je vais mieux, mais je me cache le visage de mes deux mains, plutôt honteux.

Bon sang... Si ça se reproduit, si sa simple présence, son simple contact, me procure ce genre de sensation, alors la cohabitation va devenir très compliquée. Surtout que... Je me vois mal devoir lui expliquer ce qui se passe face à face. Moi, même si je ne m'attendais pas à avoir de l'attirance pour les hommes, en soit, la logique est là. Je n'ai jamais eu de relations avec qui que ce soit, alors je ne pouvais pas être sûr du côté dans lequel j'étais. Et ça explique certainement mon désintérêt total pour la tarée. Mais Livio... Il aime les femmes. Je ne peux pas. Je ne dois pas m'infliger ça alors que je suis en connaissance de cause. Je n'ai pas envie de le fuir à nouveau alors que notre cohabitation se passe de manière plus détendue, mais je vais devoir limiter les contacts rapprochés avec lui. Au maximum.

Pour l'instant, ce sont à ses penchants que je pense, pour le reste, le fait que ce soit mon beau-père, ça viendra si besoin, mais je doute vraiment qu'il y en aura besoin un jour. Il va se marier avec ma mère, et c'est tout. Pourquoi en serait-il autrement ? Je ne crois pas qu'il pourrait y avoir ne serait-ce que 1% de chance que Livio éprouve quelque chose envers moi à son tour, un jour.

***

Plusieurs jours sont ensuite passés, à nouveau. Pour mon plus grand soulagement, il n'y a pas eu d'autres cas de " fièvre " ! Et pour couronner le tout, ce matin, en observant ma blessure dans le miroir de la salle de bain, j'ai eu une agréable surprise et j'ai directement foncé hors de la pièce pour aller voir Livio.

Prêt à m'exclamer joyeusement, manque de bol, je repère la présence de ma mère. Je me stoppe dans mon élan, mais comme elle a le dos tourné, j'en profite pour lancer un regard à mon beau-père. En silence, je désigne ma blessure du doigt, lève ma main le pouce en l'air tout en faisant un clin d'œil. Ma blessure est bel et bien guérie !

Puis, je retourne dans ma chambre pour me préparer à sortir. Car qui dit guérison complète dit : retour au boulot ! Je ne pouvais pas être plus content que ça d'y retourner ! Mais en sortant, qui j'aperçois ? La tarée ! Que... Comment a-t-elle eu mon adresse !? Sérieux, elle est vraiment une psychopathe, en fait ! Je n'ai certainement pas envie de m'approcher d'elle ! En colère, je lui lance une question, mais à grande distance.

" Qu'est-ce que vous faites ici !? Vous n'avez rien à faire là, dégagez ! "

Oui, je suis super dur dans mes mots, mais elle commence vraiment à m'énerver et à me faire flipper, aussi... En un instant, elle franchit la distance qui nous sépare et me regarde droit dans les yeux.

" Je voulais te revoir. Tu ne réponds jamais à mes messages... Je t'aime, tu sais... "

Soudainement, elle n'hésite pas à tenter de m'embrasser. Je ne perds pas une seule seconde et la repousse violemment, manquant de la faire tomber.

" Mais vous êtes malade ! On ne se connaît même pas ! C'est de l'harcèlement ! Je vous conseille de dégager d'ici avant que je me décide à faire venir la police ! "

Et ce serait on ne peut plus simple, puisque mon beau-père en fait partie ! Mais elle ne semble pas m'écouter et reste plantée là, sans faire un seul mouvement. Carrément effrayé, je fais vite demi-tour pour retourner à l'intérieur d'un pas rapide, le cœur battant, tout en jetant des regards incessants au-dessus de mon épaule. J'ai peur qu'elle décide de me suivre. C'est essoufflé que je retourne dans l'appartement, après en être parti quelques minutes plus tôt. Je vois que Livio aurait envie de me questionner, je tente encore de calmer les battements affolés de mon cœur et je prononce juste deux mots. Pas besoin de plus.

" La tarée... "


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un  ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, depuis un an maintenant, je suis en couple, avec Christine Morel, une femme plus âgée que moi, et je le vis plutôt bien. Enfin, ça, c'était avant d'apprendre qu'elle avait un môme de 25 ans !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Ce matin fait parti de ces matins où j’arrive à prendre un rapide petit déjeuner avec Christine. Car quand je commence plus tôt qu’elle, je refuse qu’elle se réveille exprès pour passer du temps avec moi. Ca me donne l’impression d’être materné, et je déteste ça. Bien que, quand les rôles sont inversés, je suis souvent déjà levé aussi, mais ça c’est uniquement parce que je n’ai besoin que de peu d’heures de sommeil pour être en forme. Ce matin, comme tous les matins, j’ai eu le temps de courir un peu, avant d’avaler un petit déjeuner. Alors que je savoure mon tout 1er – et loin d’être le dernier ! – café de la journée, je remarque que Dylan cherche soudainement à attirer mon attention, dans le dos de sa mère. Mon regard se pose sur lui, intrigué, alors qu’il me fait comprendre que sa blessure semble aller mieux. En réponse, je lui lance un léger sourire, qui passe pour Christine comme une réaction à ce qu’elle me disait, quoi qu’elle ait pu être occupée à me dire. Ah, là, j’ai comme l’impression d’avoir loupé un truc important. Oh, bah, tant pis….

Au moins, Christine n’est pas compliquée à satisfaire, je n’ai qu’à faire semblant de l’écouter et de réagir à ce qu’elle dit, pour qu’elle soit heureuse ! Peu après, Christine occupe la salle de bain, tandis que je suis devant le miroir de l’entrée, afin de nouer ma cravate. Sauf que la porte s’ouvre, laissant apparaître un Dylan, qui n’a pas l’air très bien. Je lui lance un regard interrogatif, tout en terminant de nouer ma cravate. Il m’explique sommairement la situation, en 2 mots, alors que j’enfile une veste légère. Et oui, en hiver comme en été, lorsque je vais bosser, je suis en costard/cravate, que j’adapte, bien entendu, en fonction des températures. Ma tenue ne change que si je sais que je vais devoir faire des interventions, même si mes costards sont suffisamment amples pour me permettre une certaine liberté de mouvement afin de courir ou d’appréhender des suspects. « Génial, manquait plus que ça… », pesté-je, ma veste à peine enfilée. « Reste là. », ordonné-je à Dylan, d’un ton qui se voulait clairement sans appel. En quelques enjambées, j’atteins la porte d’entrée, que j’ouvre. Et comme je le redoutais, elle est déjà là, sur le pas de la porte. « Est-ce que Dylan est là ? Il se prépare pour notre 1er rendez-vous, j’en suis sûre ! ». Bordel, elle a un bon grain, celle-là. Elle se hisse sur la pointe des pieds afin de tenter de voir par-dessus mes épaules, la silhouette de celui qui semble être – dans sa tête du moins – son mec.

Doucement, je referme la porte derrière moi, affichant un air décontracté. « Oui, c’est tout à fait ça ! Mais il n’est pas encore entièrement prêt, alors laissez-lui un peu de temps, OK ? », répondis-je à l’autre folle, sur le ton de la confidence. Pas besoin d’avoir fait un bac+15, pour sentir en elle l’existence d’un trouble mental. J’en ai croisé quelques-uns, des individus dans son genre, et c’est toujours une belle merde. Il est nécessaire de rentrer dans leur jeu, sans trop en faire non plus, le temps de savoir comment les maîtriser. Et par-dessus tout, en s’assurant qu’ils ne représentent pas un danger pour autrui, comme pour eux-même. « Vous savez ce qui serait cool ? D’aller lui acheter un petit cadeau. Ca se fait, pour une telle occasion, et de ce que je peux voir, vous n’avez rien amené. Vous marqueriez beaucoup de points avec un présent pour lui ! », ajouté-je, d’une voix mielleuse, bien apaisante. « Oh, oui… C’est vrai… Vous avez raison… Je sais pas où j’avais la tête ! », bafouille-t-elle, comme prise au dépourvu par son propre oubli. « Mais… Je sais pas quoi lui prendre ! », se plaint-elle, en se mordillant les lèvres, affichant un air navré. On pourrait presque y croire, à son histoire de 1er rendez-vous… « Vous savez quoi ? Je vous aime bien, alors je vais vous aider ! », dis-je, tapotant sur mon portable depuis plusieurs secondes maintenant. « Je suis justement en train de regarder si sa chocolaterie préférée est ouverte ! », prétendis-je. J’ignore totalement si Dylan aime même les chocolats, mais c’est là le seul mensonge qui me soit venu à l’esprit. « Je pourrai vous y amener, et je ferai savoir à Dylan qu’il a un peu de temps pour se faire tout beau pour sortir ! Je vous ramènerai dès que vous aurez fait votre achat, et vous pourrez alors vous éclater ! ». Décernez-moi l’oscar, je vous prie, car moi-même, j’y crois, à tout ce que je dis !

Par chance, la nana n’est pas très maligne, ou alors, trop plongée dans son coup de folie, pour voir qu’il y a anguille sous roche ! Elle tombe donc dans le panneau, et accepte que je la conduise à cette pseudo chocolaterie, qui, d’après mes pseudos recherches sur internet, sera ouverte d’ici à ce que nous nous y rendions. Bien entendu, je n’ai fais aucune recherche. Je n’ai pas non plus envoyer de SMS au Morel. J’ai juste envoyé un SMS à un collègue afin de lui faire savoir que j’aurai un peu de retard, et lui expliquant vite fait les raisons de ce retard. « Allons-y ! », dis-je, encore d’une voix douce, à cette harceleuse démente. Mon but est surtout de l’éloigner de l’appart. De tenter de la ramener à un état qui n’est plus dans la démence. Puis de lui faire comprendre qu’elle ferait mieux d’arrêter son manège, ou elle risquera d’être considérée comme faisant de le harcèlement, ce qui serait bien dommage, elle qui est si jeune et qui a toute sa vie devant elle. Bref, le speech habituel. Oh, et bien entendu, en ajoutant à tout ça que je suis flic, et que j’apprécie assez peu qu’on colle ainsi les gens, et mon entourage tout particulièrement. Avant d’en arriver à ce discours, j’utilise même ma ruse pour lui emprunter – façon de parler, alors qu’elle a le dos tourné - sommairement son portable, et effacer le numéro de Dylan. De nos jours, les gens n’ont plus la moindre trace papiers, des numéros qui sont de toute façon dans leurs mobiles. J’espère qu’elle fonctionne ainsi… Certes, elle a toujours l’adresse de Dylan, mais j’espère que l’issue de mon discours lui a fait passé l’envie de recommencer.

« En espérant ne pas vous recroiser… Car la prochaine fois, croyez-moi, vous aurez quelques problèmes pénales à redouter ! », fis-je savoir, en conclusion, à l’inconnue, après quelques minutes passées à parler avec elle. Pour éviter d’avoir moi-même tout problème, j’ai fait en sorte que nous nous déplacions simplement à pieds. Devant plein de monde. Ca devrait me préserver de moindre tentative de sa part de raconter des conneries sur moi, sur ce que j’aurai pu lui dire ou lui faire lors de notre échange. Je ne la perds pas du regard, lorsqu’elle part, non sans avoir pesté contre la tournure prise par la situation. Une fois débarrassé d’elle, je retourne sur mes pas, afin d’aller rejoindre ma voiture. En marchant, j’envoie un message à Dylan, pour lui dire qu’il devrait – normalement ! – être tranquille. Je ne suis guère étonné de le voir aux côtés de ma voiture, quand je l’atteins enfin. « Evite quand même de te balader seul pendant quelques temps. On ne sait pas vraiment de quoi elle peut être capable… », admis-je, extirpant les clés de voiture de ma poche. J’aurai aimé la conduire voir un médecin pour la soigner, mais elle n’a rien fait qui – légalement du moins – méritait cela. « Tu veux que je te conduise quelque part ? Enfin, non, oublie, c’est même pas une question, en fait. T’as pas le choix…. », lui fis-je savoir, ouvrant la portière côté passager, pour l’inviter à grimper. Oui, je joue encore mon ours mal léché protecteur, mais pour l’instant, on ne sait pas trop où est l’autre folle. Même si elle semble avoir compris qu’elle se fourvoyait concernant Dylan, mieux vaut être prudent…



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis encore chez ma mère à Nantes. Dans la vie, je suis en étude de médecine. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je n'ai pas vraiment envie de devoir présenter une copine à ma mère...



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


J'ai bien failli lâcher un " Merci beaucoup, chevalier Livio ! " en lui faisant un clin d'œil, mais bon... J'en ai déjà fais un ce matin, et je ne veux pas me mettre encore dans une situation de malaise intense ! Je m'apprête à répondre que non, je veux marcher, mais à peine ma bouche s'ouvre-t-elle pour répliquer que, en fait, je me retrouve à ne pas avoir le choix. Je soupire.

Bon bah... Je monte dans la voiture, place passager à l'avant, à côté de lui... en prenant bien soin d'éviter des gestes qui pourraient entraîner une proximité trop importante entre Livio et moi. Et d'éviter de le regarder, aussi. Je ne peux pas m'empêcher de me sentir mal à l'aise en repensant à cette nuit-là où j'ai dû me... Je secoue la tête. En plus, il est horriblement beau, sérieux ! Ce costume lui va vraiment bien ! Pourquoi est-ce que à chaque fois, il se passe quelque chose qui m'oblige à être proche de lui !? C'est vraiment pas marrant !

Après avoir mis ma ceinture, je réfléchis. Le timing est vraiment horrible, encore une fois, parce que je dois me rendre à l'hôpital pour y reprendre ma place... Et j'en ai marre de lui mentir en me servant à chaque fois d'une information bidon. Si seulement je pouvais enfin lui dire la vérité...

" ... Je devais retourner à l'hôpital. Mon médecin veut s'assurer par lui-même que la cicatrisation s'est bien déroulée. Mais j'aurais quand même pu marcher, tu sais... "

Ouais, je ne voulais vraiment me retrouver dans sa voiture. Je suis désolé mais bon, je ne suis pas à l'abri d'un nouvel accès de fièvre à tout moment. Le mieux serait que ça arrive quand je peux m'éclipser pour arranger ça, au moins.

" Oh, est-ce que je peux mettre un peu de musique ? Ca pourrait arranger un peu l'ambiance, non ? "

Sans attendre sa réponse, j'avance ma main vers la radio du véhicule. Mais sa main s'avance au même moment, comme voulant actionner l'appareil lui-même et nos doigts s'effleurent. Immédiatement, je retire vite ma main, gêné. Eh bah ça commence bien... Je continue d'éviter de regarder Livio durant tout le trajet et je peine à parvenir à discuter, ou écouter ce qu'il me dit si jamais il décide de me parler, mais j'en doute.

Une fois arrivé à l'hôpital, je sors de la voiture et me permet enfin de le regarder.

" Merci de m'y avoir conduit... Je peux me débrouiller, maintenant. Et je pourrais aussi rentrer tout seul, hein. "


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 16Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Tuche [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers autres-
Sauter vers: