Le Deal du moment : -26%
DeLonghi Détartrant écologique pour ...
Voir le deal
9.90 €

Partagez
 
 
 

 Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, ma vie est en plein changement... Je suis en train de mettre fin à une relation d'un an déjà avec Christine Morel, alors que nous parlions même de mariage... Je me suis épris de Dylan, son fils, dont elle m'avait caché l'existence... Alors... Je suis en pleine rupture, mais déjà en couple !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Bien entendu, Dylan a raison. Plus nous attendons, plus cette révélation sera cruelle à faire à Christine. Il n’y aura jamais de bons moments, pour une telle chose. Connaître la vérité lui permettra de commencer – autant que possible ! – à tourner la page. Et permettra à Dylan et à moi, de penser à autre chose… Notamment… A nous… Et je crois qu’aujourd’hui, plus que jamais, on a besoin de ça. J’ose espérer – un peu naïvement, comme Dylan m’en avait fait part lors de notre escapade à Clisson – qu’ensemble, nous serions assez forts pour aider le Morel à se remettre des récents événements.

Il ne m’est pas facile de remettre les pieds dans l’appartement de Christine. Je n’y ai pas particulièrement de mauvais souvenirs. Hormis peut-être celui du jour où Dylan est parti pour vivre ailleurs, sans réelle explication, mais je n’en garde un souvenir amer que parce que les choses étaient encore très compliquées entre nous, avec beaucoup trop de non-dits et de choses peu assumées… Je n’ai cependant pas de mauvais souvenirs avec Christine. Tout n’a pas toujours été rose, bien entendu, mais… C’était plutôt cool, dans l’ensemble. C’est devenu nettement plus tendu, depuis que je suis avec Dylan, bien entendu. Il m’était compliqué de rester avec Christine, tout en me sentant coupable de ce que je pouvais bien éprouver pour son fils. J’ai du inventer mille et un stratagème pour ne pas rester avec elle, et également, pour repousser ses « avances ». Et ça, c’est moins facile que ça ne peut en avoir l’air…

Afin de ne pas attendre les bras croisés, je commence à rassembler quelques affaires, le temps que Christine revienne. Je doute fort qu’elle accepte encore ma présence ici, après que je lui aurai tout dit… Par chance, j’ai encore mon ancien appart’, comme je l’ai déjà dit, je ne l’avais pas encore laissé. Donc, je n’ai pas grand-chose, ici, à part des fringues, des bricoles dans la salle de bain, et mon tourne-disque…. Je ne comptais déménager le reste de mes affaires, que lorsque Christine et moi aurions trouvé un appartement un peu plus grand, ou du moins, quelque chose qui soit « à nous »…. Mes affaires tiennent donc dans quelques sacs seulement. Et finissent ainsi dans ma voiture. A dire vrai, dans le peu que j’avais amené chez Christine, il n’y a bien que mon tourne-disque qui ait de l’importance, ainsi que les quelques vinyles que j’avais pris avec moi, et surtout, le vinyle que Dylan m’avait offert. De toute façon, de manière générale, je n’ai que peu de biens, et encore moins qui aient une réelle importance à mes yeux. Je n’ai jamais attaché une grosse importance à mes possessions matérielles, à moins que ça n’ait une symbolique purement sentimentale, principalement…

J’ai fini, depuis une demi-heure, de rassembler mes affaires, et de les descendre dans ma voiture, quand Christine arrive enfin. Elle semble très surprise de retrouver Dylan et moi-même, dans le salon. Le 1er, parce que cela fait bien longtemps qu’il n’est pas venu ici. Et moi, parce que j’aurai dû rentrer peu avant l’heure du repas… Sans surprise, Dylan évite soigneusement d’expliquer les réelles raisons de nos blessures actuelles. Le lien mère-fils n’a jamais été assez fort pour qu’il se confie à elle à ce propos… Je soupire. Puisque Dylan ne veut rien dire, j’en ferai de même… De toute façon, il y a déjà une révélation à faire, bien assez difficile comme ça… Je n’ai toutefois pas le temps de commencer à répondre à Christine, après son flot d’interrogations plein de reproches à l’encontre de sa progéniture, que Dylan tente de parler. Mon regard se pose sur lui. Ma foi, puisqu’il veut se lancer, qu’il le fasse, je me tiens juste prêt à le suivre. Sauf que… Il n’y arrive pas. « On ferait mieux de s’asseoir, pour commencer… », m’invité-je doucement, posant une main dans le dos de Dylan pour le guider autour de la table du salon, conviant du regard Christine à en faire de même. Elle ne semble pas très heureuse de voir son fils, ni même de constater qu’une fois encore, je n’abonde pas dans son sens à elle, quand il est question de Dylan, mais elle s’assied, de mauvaise grâce.

Je ne tarde pas à m’asseoir non plus. Et à peine cela fait, je me lance, ou tente de le faire, autant que possible… Retour de l’épineuse question : comment annoncer ça à Christine, pour tenter de « trop » la détruire ? « Je ne peux pas t’épouser, Christine…. » Trop direct ? Désolé, je suis ainsi. Comme je l’avais dit à Dylan, lorsque nous réfléchissions à ce qu’il nous faudrait dire à sa mère, j’estime qu’il vaut mieux ne pas tourner autour du pot. Ca ne ferait qu’augmenter son inquiétude, et accentuer sa peine… Je vois bien que la Morel est stupéfaite, et qu’elle veut reprendre la parole, mais en aucun cas, je ne la laisse faire, j’enchaîne bien rapidement. « Je suis désolé, mais c’est ce qu’il y a de mieux à faire. Je ne t’aime pas…. » « Pas », et non « Plus »… Je tenais à elle, oui, mais pas au point d’en être amoureux. J’ai pourtant essayé d’y croire, tellement fort même que l’idée du mariage me paraissait la meilleure suite à donner à notre histoire ! « Je suis amoureux de… ». A mon tour d’avoir du mal à poursuivre, au point de me râcler la gorge. Etant assis juste à côté de Dylan, ma main droite se trouvant sur son genou, sous la table, je la resserre un peu autour de lui. Je continue à parler, précisant un point qu’il me semble utile que Christine connaisse, afin qu’elle ne puisse croire que nous avons cherché tout cela, ou que l’un a tout mis en œuvre pour séduire l’autre. Elle n’acceptera pas forcément ces paroles, mais au moins la vérité lui aura été dite, autant que possible ! « Rien de tout cela n’était prémédité, crois-moi, ça nous est tombé dessus comme ça, et nous avons tenté de lutter, mais… ». OK, c’est sans doute brouillon et peu clair pour Christine. Et pourtant, j’ai mis à profit mon sang-froid, celui que j’arrive toujours à utiliser quand il le faut (oui, bon, sauf ce matin !). Mais cette situation est tellement particulière…. Et la pauvre Christine, qui ne sait pas vraiment ce qui se passe, et n’a pas entièrement compris la « gravité » de ma révélation, hormis le fait que je la quittais… Ou peut-être a-t-elle inconsciemment compris, rien que par le fait que Dylan et moi l'ayons attendus, et que nous soyons assis côte à côte... Mais peut-être refuse-t-elle de comprendre, étant incapable de comprendre cette dure vérité...



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis dans mon propre appartement à Nantes. Dans la vie, je termine ma dernière année d’étudiant en médecine. Sinon, grâce à ma chance, j’ai rencontré Livio et… Je suis tombé amoureux !



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Avec la rencontre de Livio, les choses ont commencé à prendre une tournure inattendue. Ils se sont attachés l’un à l’autre, et sont même tombés amoureux. Une fois que la difficulté de cette situation sera passée… Souhaitons-leur une vie pleine d’amour !

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Quand pendant notre attente, Livio s'occupait de rassembler ses affaires dans des sacs pour ensuite les transporter jusque dans le coffre de sa voiture, j'ai voulu l'aider. Il m'en a empêché. Je ne pouvais pas m'en sentir vexé, je n'ai plus qu'une main valide, alors forcément... D'ailleurs, ça n'a pas fini de " m'handicaper ", pour beaucoup de choses.

A présent, face à elle, dans les yeux de ma mère, que j'observe attentivement, je lis beaucoup d'émotions toutes similaires. Confusion. Incompréhension. Doute. Hésitation. Soit elle n'est pas sûre d'avoir bien compris ce que son " fiancé " lui annonce, soit elle le nie. Comme tous les deux nous l'avions fais à plusieurs reprises, jusqu'à ne plus le pouvoir. Je dois clarifié les propos du policier. Il faut que j'arrive au moins à dire quelque chose, sinon, j'aurais la culpabilité pendant longtemps de ne pas avoir pu soutenir Livio comme je le voulais.

J'ai senti la crispation dans la main du policier, celle posée sur ma jambe, et dans un premier temps, j'ai glissé ma main gauche sur la sienne. On est ensemble. Courage.

" Maman... Regarde-moi... Je... Livio et moi, on... on est tombés amoureux l'un de l'autre... avec le temps... Comme il l'a dit, ce n'était pas pré... "

Le geste survient. Rapide, violent, traduisant sa colère dans toute sa splendeur. Ma main valide protège ma joue en feu à quelques minutes trop tard.

" Tu disparais d'abord de ma vie sans aucune explications, et sans donner de nouvelles, et quand tu reviens enfin, c'est pour me voler MON fiancé !? "

Je prends le temps. Je prends le temps de respirer pour ne pas m'énerver. Ne pas craquer. Alors que mon corps et mon cœur bouillonnent toujours de colère trop longtemps contenue, accentuée par mon état de faiblesse par rapport à l'évènement de ce matin. Bien que notre relation n'avait jamais été bien fameuse, jamais encore elle n'avait levé la main sur moi. Dire qu'au départ, j'avais de la compassion, de la peine et de la tristesse pour elle, en raison de ce qu'elle allait apprendre... Si c'est comme ça, alors moi aussi, je dirais les choses comme elles sont.

" Te donner des nouvelles, hein... Est-ce que un seul instant, tu t'es intéressée à moi depuis ma naissance ? Est-ce que un seul instant, tu en as demandé ? Il n'y a pas que moi qui devrait faire des efforts. "

Elle finit par se laisser retomber sur le fauteuil face à nous et un grand blanc s'installe. Tendu, désagréable et incertain.

" ... J'ai déjà perdu un mari, je ne veux p...

Je la coupe.

" Et alors quoi ? Tu voudrais donc forcer Livio à rester ici, avec toi ? Alors qu'il vient de te dire très clairement qu'il ne t'aime pas ? A continuer de jouer cette fausse histoire, vous souffrirez, toi comme lui. C'est vraiment ce que tu veux ? C'est à lui de faire son choix, maman... Si il t'avait choisi toi, malgré les circonstances, je n'aurais pas insisté. Surtout que ni lui ni moi ne pensions aimer les hommes. C'est comme ça que ça doit se passer, quand on aime vraiment quelqu'un... Lui laisser la possibilité de connaître son propre bonheur. Oui, c'est douloureux... Mais les douleurs se dissipent avec le temps. Comme lors de la mort de papa. Il reste toujours une petite part d'elles dans nos cœurs, parce que jamais on oublie les êtres chers que nous avons aimé. Mais elles ne nous empêchent pas d'avancer. "


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, ma vie est en plein changement... Je suis en train de mettre fin à une relation d'un an déjà avec Christine Morel, alors que nous parlions même de mariage... Je me suis épris de Dylan, son fils, dont elle m'avait caché l'existence... Alors... Je suis en pleine rupture, mais déjà en couple !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Annoncer des nouvelles difficiles, j’y suis pourtant habitué. Je ne compte même plus le nombre de mauvaises nouvelles que j’ai été contraint de transmettre. Mais rien ne m’a préparé à ce qu’il faut dire à Christine. Certes, il n’y a pas de décents à lui signaler, mais ça n’est pas plus joyeux pour autant. Le fossé entre elle et son fils va encore devenir plus important, très certainement pour atteindre un point de non-retour… Et elle va aussi découvrir que son fiancé met un terme à tous leurs projets d’avenir en commun. C’est douloureux… Autant que de lui annoncer tout ça. Par chance, Dylan est à mes côtés, et parvient à prendre le relais, sentant bien que là, je suis en train de m’embrouiller. Ma main se resserre plus fort autour du genou du blond, lorsque sa mère le gifle. Ce geste n’est guère surprenant. Vu ce qu’elle vient d’apprendre, la « double » mauvaise nouvelle… Il y a de quoi ne pas apprécier. Oh, bien entendu, je n’approuve pas cette claque, mais… En un sens, elle peut se « comprendre »… Je me contente donc de me mordre – plutôt fort ! – la joue, au lieu de m’interposer entre Christine et Dylan. Bien que j’estime que, niveau claque, je devrais aussi en avoir une… Mais, là, pour l’instant, c’est surtout – en quelque sorte ! – la relation entre la mère et le fils, qui est concernée (ou plutôt, leur non-relation !). Ne croyez pas pour autant que mon sang ne soit pas en train de bouillonner, tant face à ce geste à l’encontre de Dylan, qu’à cause des mots remplis de poison, que Christine lance à son fils.

D’un air las, je me passe une main sur le visage. Ca me fait de la peine, tout de même, de voir Christine dans un tel état, bien que c’était prévisible… Je n’en mène pas large, d’être responsable de sa peine ! « C’est mieux pour tout le monde, Christine… », intervins-je d’une voix douce. « Ca te permettra de rencontrer – enfin ! – la personne qui te correspond. », murmuré-je, posant mes coudes sur la table. Christine est une mère misérable, mais… je suis convaincu que ça manifeste surtout beaucoup de désarroi et de souffrance. Bien entendu, ça n’excuse rien de ce qu’elle a fait (ou plutôt, de ce qu’elle n’a fait pas !) à Dylan, mais… Elle aussi, elle mérite de trouver quelqu’un qui la comprendra, l’acceptera telle qu’elle est, l’aidera à évoluer et la rendra heureuse. Son regard se pose sur moi, mais elle ne semble pas me voir, trop en prise avec ses émotions qui tourbillonnent  - visiblement – fortement en elle !

Estimant que nous avons tout dit… Et ne souhaitant guère que s’éternise la conversation, pour que Christine ne blâme pas Dylan gratuitement… Je me lève… Et attrape la main de Dylan, pour l’aider à se lever à son tour. Mes doigts s’emmêlent aux siens, de manière bien visible. C’est peut-être une vision cruelle à imposer à Christine… Mais j’estime qu’il faut au moins ça, pour qu’elle accepte la réalité. Et qu’elle tourne la page au plus vite. Il ne serait pas bon pour elle, qu’elle se mette en tête qu’elle a encore la moindre chance de me reconquérir…. « J’ai rassemblé toutes mes affaires « importantes », si jamais j’en ai oublié… Tu peux en faire ce que tu veux… », dis-je d’une voix lasse. Qu’elle les brûle, qu’elle les déchire, ces éventuels oublis, je m’en fous. J’ai pris soin à retrouver les rares trucs auxquels je tenais réellement. Si détruire ce que j’ai pu oublier ici peut l’aider à se sentir mieux, ma foi, c’est un maigre « prix » à payer pour aider Christine à tourner la page ! « Je me chargerais d’appeler les divers services que nous avions contactés, pour annuler les contracts… », ajouté-je bien rapidement, mon regard fixant Christine. Je ne suis pas sûr qu’elle « enregistre » ce que je dit actuellement, mais au moins, c’est dit. Là aussi, lui éviter la « douloureuse » tâche de signaler à des inconnus que ce mariage ne se fera pas, est bien une misérable aide que je peux lui apporter, et une étape attristante que je peux lui empêcher de vivre. « Libre à toi d’annoncer ce que tu veux à tes proches, mais… Je t’interdis d’accuser Dylan de quoi ce soit. Il n’a en rien cherché à me voler à toi. S’il est fautif, je le suis tout autant que lui… ». Ca nous est juste tombé dessus, mais si elle tient à ce que quelqu’un soit coupable de tout ça, autant que la faute incombe tant à Dylan qu’à moi. Nous aurions pu tenter de nous « fuir » plus fortement, dès lors que nous avions senti un fort rapprochement apparaître entre nous… « Je suis sincèrement désolé, crois-moi, j’aurai aimé que ça se passe autrement…. », terminé-je, en soupirant. Je ne regrette pas d’être tombé amoureux de Dylan, je suis juste navré que ça se soit fait au détriment de Christine. J’aurai préféré rencontrer le blond n’importe où ailleurs, sans être en rien, lié à sa mère au préalable. Mais la vie en a voulu autrement…

C'est un regard peiné, que j'adresse à Christine. Toutefois, par mesure de sécurité, je me suis légèrement mis devant Dylan, afin de faire - si besoin - barrière, entre lui et sa mère. Si je n'ai rien dit à la baffe précédente, je ne garantis pas de laisser passer un nouveau débordement de colère à l'encontre du futur doc' ! Certes, ça n'ira pas au point de ce qui a pu se produire plus tôt, avec Lucien, (et de manière générale, sauf si au boulot et que je n'ai pas le choix !, j'évite de lever la main sur une femme !), mais je ne laisserai pas passer ça sans réagir !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis dans mon propre appartement à Nantes. Dans la vie, je termine ma dernière année d’étudiant en médecine. Sinon, grâce à ma chance, j’ai rencontré Livio et… Je suis tombé amoureux !



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Avec la rencontre de Livio, les choses ont commencé à prendre une tournure inattendue. Ils se sont attachés l’un à l’autre, et sont même tombés amoureux. Une fois que la difficulté de cette situation sera passée… Souhaitons-leur une vie pleine d’amour !

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Ma mère reste figée, à regarder nos doigts enlacés, avec une expression de douleur sur le visage. Je me suis demandé si elle n'allait pas à nouveau exprimer sa colère, alors que Livio s'est manifestement posté entre elle et moi comme une barrière pour empêcher toute tentative de violence. Mais finalement, elle fait tout simplement volte-face, ne supportant plus cette vision de nous deux, si proches.

" Partez... ! "

C'est le seul dernier mot qu'elle prononce. Il est inutile de persister à rester ici, alors Livio et moi sortons de l'appartement, toujours main dans la main pour sortir de l'immeuble et marcher jusqu'à sa voiture garée sur le parking. Une fois devant, je me retourne, non pas pour regarder vers la fenêtre de l'appartement de ma mère, mais plutôt vers l'horizon.

J'inspire enfin profondément, la tension diminuant petit à petit, alors que mes poumons se remplissent de l'air frais extérieur, bien que nous sommes en fin d'après-midi. Mois de septembre oblige. Voilà au moins une chose de faite, même si un autre combat nous attendra, notamment celui de me faire retrouver ma confiance que j'avais avant. Mais chaque chose en son temps. Je murmure.

" Voilà... On l'a fait... "

Je ne sais pas si je dois éclater en sanglots suite à la violence - malgré tout attendue - de ma mère ou rigoler avec des larmes de joie au bord des yeux parce qu'enfin, nous pouvons tourner la page et apprendre à profiter rien que de nous deux. Finalement, disons que c'est plutôt un mélange des deux qui survient, un mélange de larmes de bonheur et de désarrois, alors que plusieurs minutes après ça, nous nous retrouvons dans mon... non, dans NOTRE appartement.

" Eh bien voilà... Bienvenue chez toi, Livio... "

Je dois avouer que prononcer ces mots me font une sensation bizarre dans le ventre et le cœur. C'est notre chez nous, maintenant, plus seulement le mien. Je vais enfin pouvoir le partager avec l'homme que j'aime ! Ca fait tellement étrange de se dire ça comme ça. J'ai une furieuse envie de me jeter sur lui pour l'embrasser, mais... Est-ce que j'en suis capable...?

" Livio, je... "

Mon regard s'accroche au sien, comme un naufragé à sa bouée.

" Je t'... "

J'ai beau essayer, ces deux mots pourtant simples, que j'ai prononcé à deux reprises par le passé, ne veulent toujours pas sortir. Et ça me fait si mal ! Pourtant, je sais que je l'aime encore, énormément, même ! J'espère que... qu'il ne va pas en douter à cause de ça... Ce serait tellement bête, après cette épreuve enfin franchie, celle nous permettant de vivre enfin ensemble. Je t'aime de tout mon cœur, mais... Je n'arrive plus à te le dire... ! C'est si frustrant... ! En réponse à ce blocage, d'autres larmes réapparaissent au coin de mes yeux. Livio...


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, ma vie est en plein changement... Je suis en train de mettre fin à une relation d'un an déjà avec Christine Morel, alors que nous parlions même de mariage... Je me suis épris de Dylan, son fils, dont elle m'avait caché l'existence... Alors... Je suis en pleine rupture, mais déjà en couple !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
En sortant de chez Christine, je soupire profondément. Tant de peine pour ce que doit vivre Christine, que par souffrance de ce que doit aussi éprouver Dylan (puisque le rejet maternel parait désormais « définitif » !), que par soulagement d’avoir enfin tout dit à la Morel. Je suis assez songeur, quand nous prenons la route de l’appartement de Dylan. Oui, je sais, on va le partager ensemble, mais j’ai du mal à le considérer comme notre appartement. Et puis… Je me demande toujours si – vu que cet appart’ est relié à Lucien d’une certaine façon, et suite à ce qu’il a tenté de faire… - il n’est pas préférable qu’on en prenne un nouveau… J’avoue que j’ai peur que ces murs ne bloquent la « guérison » de Dylan.

J’ai quelques-uns de mes cartons sous le bras, quand on rentre. J’arbore un sourire amusé, à la 1ère phrase que prononce le blondinet. Je me débarrasse de mes cartons, quand il tente de reprendre la parole. Ma tête se penche sur le côté, intrigué, en constatant qu’il n’y arrive visiblement pas. Mon cœur se serre quand je crois deviner ce qu’il essaie de dire, mais sans y parvenir, et que je constate ses larmes aux yeux. En quelques pas, je réduis à néant la petite distance qui nous séparait jusqu’à présent. « Crétin va ! », murmuré-je, en le prenant dans mes bras. Oui, ce choix de mot peut paraître surprenant. Mais pas entre nous, pas quand on se souvient à quoi ce mot est relié. Et ce sens que peut donc revêtir ce mot, pour nous, même si à l’époque, des non-dits subsistaient : Je t’aime…, oui, tout simplement…

La difficulté de Dylan à exprimer ses émotions me conforte dans ma certitude qu’il est impératif que l’on prenne un nouvel appartement… Ce dont je m’empresse de dire à Dylan, l’ayant toujours dans mes bras, dans une étreinte que j’espère être réconfortante pour lui, alors que mes mains continuent à doucement glisser sur son dos. « Par contre… Il nous faudra nous trouver un autre chez-nous, quelque chose que l’on ait choisi tous les deux… Peut-être un peu plus grand, histoire d’avoir une chambre d’amis pour accueillir mes grands-parents quand ils voudront nous rendre visite ? », proposé-je, d'une voix douce, préférant éviter de parler du lien de Lucien avec cet appartement, que je ne veux plus avoir avec « notre » appart’. Il est encore sans doute trop tôt pour reparler de lui… Même s’il le faudra bien, pour que Dylan se décide à porter plainte. Et sans doute parce que cet enfoiré pourra aussi se décider à porter plainte à mon encontre, pour l’avoir roué de coups de la sorte ! Mais tout ça, ça peut attendre, au moins encore un peu…



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis dans mon propre appartement à Nantes. Dans la vie, je termine ma dernière année d’étudiant en médecine. Sinon, grâce à ma chance, j’ai rencontré Livio et… Je suis tombé amoureux !



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Avec la rencontre de Livio, les choses ont commencé à prendre une tournure inattendue. Ils se sont attachés l’un à l’autre, et sont même tombés amoureux. Une fois que la difficulté de cette situation sera passée… Souhaitons-leur une vie pleine d’amour !

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


Ce simple mot parvient à me faire sourire. Il est le reflet de tellement de choses entre Livio et moi. J'adore ce mot. Je passe mes bras autour de lui à mon tour pour pouvoir profiter un peu plus de cette étreinte qui me manquait déjà. Ca me fait du bien de retrouver la chaleur de ses bras et de son corps, même au travers de ses vêtements. Je me décolle un peu de lui en entendant sa proposition, tout en essuyant mes larmes au passage, d'un revers de main.

" C'est une bonne idée ! On pourra enfin choisir quelque chose ensemble ! Ce sera... notre vrai chez nous ! Et je serais vraiment ravi de revoir tes grands-parents, je les aime bien ! On pourra, par exemple... les inviter pour les fêtes de fin d'année ! Je suis sûr que ça pourrait leur faire plaisir ! "

Je suis persuadé que Livio y pense aussi même s'il ne le dit pas ouvertement, mais ça me permettra également de couper le lien entre cet appartement et... et... Bon, vous avez compris, je ne prononcerais pas son nom ! Au risque de revoir des images désagréables. En tout cas, ces nouvelles perspectives de préparation, le fait de devoir chercher ensemble un nouvel appartement, plus grand que celui-ci, et de commencer à voir pour lesdites fêtes de fin d'année, apporte un souffle nouveau, et ça nous fera du bien, à l'un comme à l'autre.

J'ai encore plus envie... de l'embrasser, maintenant... Je pourrais peut-être... réessayer... Lentement, avec une certaine hésitation malgré tout, je me rapproche de lui, mon regard plongé dans le sien, pour ensuite déposer tout doucement mes lèvres sur les siennes. Ce baiser est court et délicat, mais c'est un bon début, non ? Il m'a même fait rougir un peu, comme avant !


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, ma vie est en plein changement... Je suis en train de mettre fin à une relation d'un an déjà avec Christine Morel, alors que nous parlions même de mariage... Je me suis épris de Dylan, son fils, dont elle m'avait caché l'existence... Alors... Je suis en pleine rupture, mais déjà en couple !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
C’est un soupir d’aise qui m’échappe, quand Dylan me rend mon étreinte. Au moins ne semble-t-il pas réfractaire à de tels gestes, enfin, pour l’instant… J’espère que ça durera, que les séquelles de son agression ne l’empêcheront pas d’avoir une vie aussi « normale » que possible ! « Ca serait parfait, tout ça ! », validé-je, non sans sourire, en entendant Dylan parler de l’affection qu’il porte à mes grands-parents, au point de proposer de les inviter pour les fêtes de fin d’année ! Eux de leur côté, le leur rendent bien. Ils me l’ont répété, lors de notre dernière conversation téléphonique. Même si ma grand-mère en a profité pour me rappeler qu’il ne faudrait pas traîner à tout dire à Christine… Elle devrait donc être ravie d’apprendre que c’est désormais chose faite !

Un air de surprise se dessine sur mon visage, lorsque je constate la tentative d’approche qu’opère Dylan. Je ne bouge guère, le laissant venir jusqu’à moi, ne désirant pas le brusquer, au risque de raviver en lui, de sombres souvenirs. C’est un bref baiser qu’il me donne, mais ça me convient parfaitement. Je préfère le laisser aller à son rythme, et voir comment ça évoluera, que de faire le 1er pas et le faire se sentir mal à l’aise. Déjà que je me « permets » de le prendre dans mes bras… oui, j’avoue, là, je vais sans doute être « prudent » avec Dylan.  « Toujours aussi mignon, quand tu souris ! », plaisanté-je doucement, en voyant une légère teinte rouge orner ses joues. Je mets un terme à notre étreinte, mais garde une de ses mains dans les miennes. Comme dit tout à l’heure : mieux vaut rester prudent. Ne pas jouer avec le risque de le faire se sentir mal, et éviter que je n’arrive à être frustré. Bien que pour l’heure, je n’ai pas « ça » en tête, mais… Vous avez compris ! « Tu viens m’aider à m’installer ? ». Voici une proposition qui devrait nous occuper. Nous changer les idées. Nous faire penser à la suite. Ca ne devrait pas être bien long, mais ça doit être fait, comme ça, on sera vraiment chez nous. En attendant de se trouver un appartement un peu plus grand, sans que ne plane dessus l’ombre de Lucien ! Même si… dans l’ombre, se préparent encore quelques épreuves….



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis dans mon propre appartement à Nantes. Dans la vie, je termine ma dernière année d’étudiant en médecine. Sinon, grâce à ma chance, j’ai rencontré Livio et… Je suis tombé amoureux !



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Avec la rencontre de Livio, les choses ont commencé à prendre une tournure inattendue. Ils se sont attachés l’un à l’autre, et sont même tombés amoureux. Une fois que la difficulté de cette situation sera passée… Souhaitons-leur une vie pleine d’amour !

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


" Gna gna gna, vas-y, moque-toi ! Chevalier Livio ! Hi hi hi... "

Ah ! Chevalier Livio...? Mais oui ! Il est encore venu à mon secours, ce matin-là, même si c'est vrai qu'il a été brutal et que ça m'a effrayé en ce moment-là, mais... Il a eu aussi peur que moi, il a juste voulu me protéger des sales mains de... lui... Je ne lui en ai même pas remercier ! Et cette fois, ce n'est pas un " ridicule " cadeau sous la forme d'un disque vinyle qui suffira à exprimer ma grande reconnaissance.

" Livio... Je viens de prendre conscience que je ne t'ai pas encore remercié d'être venu à mon secours, ce matin... Je sais je sais, tu vas me dire que je ne dois pas y repenser, mais... La moindre des choses, c'est de remercier son sauveur... Seulement... Un simple merci, je trouve ça tellement fade, cette fois... "

Quelques minutes après, quand il me propose de l'aider à s'installer, je retrouve mon sourire.

" Bien sûr ! Avec plaisir ! "

Je suis donc occupé à ranger soigneusement ses disques vinyles, pour lesquels j'ai fais une place toute spéciale sur l'une des étagères de ma bibliothèque, tout content de pouvoir aider de mon mieux, même avec une main dans le plâtre. En les rangeant précautionneusement - je sais que c'est fragile, alors j'y fais très attention - les uns après les autres, je retombe sur celui que je lui ai offert. Et ça me fait esquisser un autre sourire.

Il ne m'avait rien demandé, mais je le lui ai offert pour le remercier d'être venu à mon secours dans le bar, face à ces deux abrutis qui avaient trop bu et étaient en possession d'une arme blanche. Ce " simple " objet est à lui tout le seul le reflet d'un beau souvenir, puisque déjà, il avait joué le chevalier, protecteur de son prince. C'est à partir de là que ce surnom lui est venu, et j'aime toujours autant cette idée.

Tout à coup, pendant que je continue de m'occuper, mon ventre gargouille, mais je prend biiiiien soin de l'ignorer, espérant que Livio n'ait rien entendu. Une fois le dernier disque mit en place, je m'exclame, comme si de rien était.

" Et voilà, j'ai finis de ranger tes disques vinyles ! Je peux faire quoi, maintenant ? "


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 358
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

livio10.jpg
Livio Fibonacci
J'ai 34 ans et je vis à Nantes, depuis maintenant 3 ans maintenant. Dans la vie, je suis un ancien militaire, reconverti depuis 3 ans en Lieutenant de Police. Et je m'en sors aussi bien que possible, pour un mec qui a entrevu l'Enfer et qui bosse malgré tout dans la Police ! Sinon, ma vie est en plein changement... Je suis en train de mettre fin à une relation d'un an déjà avec Christine Morel, alors que nous parlions même de mariage... Je me suis épris de Dylan, son fils, dont elle m'avait caché l'existence... Alors... Je suis en pleine rupture, mais déjà en couple !

zhjc.gif
Abandonné à la naissance - A vivoté de maison d'accueil en familles adoptives, jusqu'à ses 10 ans - Enfant trop turbulent pour être adopté - A été retrouvé par ses grands-parents maternels à ses 11 ans, qui lui ont expliqués la vérité sur son passé - S'est trouvé une certaine stabilité dans le monde militaire - A été officier de l'Armée de Terre pendant 6 ans - Est devenu Lieutenant de Police peu après que sa carrière initiale ait implosée.
[Plus de détails ici]

6aru.gif
Râleur - Grognon - Sportif - Peu bavard - Protecteur - Observateur - Autoritaire - Grande gueule/trop honnête -Cynique - Fait difficilement confiance - Est littéralement entouré par des murailles pour se protéger des autres.

wrvj.gif
"Dans l'algèbre comme dans la police, il faut identifier X."


Shinya Kōgami :copyright: ??
Que Dylan utilise encore le surnom de « Chevalier Livio » pour me désigner, me fait sourire. Peut-être que la triste page de ce matin, parviendra à se tourner, finalement. Certes, avec du temps et beaucoup de patience, mais ça se fera ! D’un signe de la tête, je balaie les remerciements du blond, quant à mon intervention de ce matin. Je n’estime pas avoir grand-chose, à part avoir eu une réaction normale (même si, je le reconnais, j’ai pas mal dérapé !). Sachant que le Morel n’apprécierait pas, je préfère ne pas dire qu’à mes yeux, j’ai une part de responsabilité dans ce que l’autre connard a commencé à lui faire endurer dans la matinée. Je préfère orienter le fil de la conversation sur quelque chose de plus appréciable et enchaîne donc sur mon emménagement ici (oui, même si je dois que de déballer des cartons, soit une chouette activité, perso, j’aime pas trop ça !).

Nous nous attelons donc à cet emménagement. Dylan gère la mise en place de mes vinyles, tandis que de mon côté, ce sont mes vêtements que j’installe, aux côtés de ceux du blondinet. En l’espace de quelques mois, j’en suis déjà à mon 2nd déménagement, et un autre est à prévoir, pour quand on aura trouver quelque chose, avec Dylan… Ca me change, moi qui vivait à peine « chez moi » quand j’étais militaire… Il me faudra penser à officialiser mon changement d’adresse… Une fois encore… Avant de le refaire de nouveau…. La flemme… « Hum… Tu peux t’occuper de ce qui va dans la salle de bain, je pense ! », dis-je à Dylan, ayant enfin fini de faire caser mes vêtements dans l’armoire. La mission confiée au blond ne devrait pas être des plus longues, vu que je n’ai que le strict minimum ! De mon côté, je m’occupe de trouver une place à mes 2-3 autres paires de chaussures, puis mes quelques DVD. « Et bah… Je crois qu’on a fini…. », constaté-je, peu après. Oui, je vous l’ai dit, je n’avais amené chez Christine que peu de choses. Puisque son appartement avait déjà l’essentiel, nous n’avions pas pris la peine de commencer à faire un tri pour voir ce qu’on conserverait parmi nos possessions respectives en vaisselles, ustensiles de cuisine ou électroménager !

« Il faudra vraiment songer à prendre un lit plus grand ! », dis-je, en allant m’installer sur le canapé, d’un air las. La journée a été longue, et éprouvante par bien des aspects ! D'un signe de la tête, j'invite Dylan à en faire de même. « Au fait… Tu comptes bosser, demain, ou tu préfères demander à souffler un peu ? », me renseigné-je, avec curiosité. Oui, de but en blanc, comme ça. En même temps, je ne savais pas comment lui poser la question, sans le faire « cash ». Et comme moi, il est prévu que je bosse demain, je préfère savoir ce qu’il en est pour Dylan. Je ne suis pas vraiment à l’aise de le laisser éventuellement seul (déjà que de l’imaginer retourner à l’hosto en tant qu’étudiant me dérange assez, car forcément, il sera confronté de plein fouet, à ses souvenirs d’il y a quelques heures !)…. Mais, dans tous les cas, je commence à me dire qu’il pourrait être cool d’avoir un chien de garde. Qui resterait avec Dylan quand je ne suis pas là. Et qui pourrait permettre à celui-ci de reprendre confiance en lui, pour se balader seul (tout en me rassurant de mon côté !). Bien entendu, il faudrait le dresser, mais on a accès à quelques stages de dressage par bien des biais, de nos jours ! Bon, après… C’est vrai qu’on est ensemble depuis très peu de temps, Dylan et moi. Et on en est déjà à vivre ensemble. Alors ajouter à ça le fait d’adopter un chien, je crains que ça fasse « beaucoup »… Mais ça peut être bien utile, alors… A réfléchir…



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélodie de la Lune
Mélodie de la Lune
Féminin MESSAGES : 368
INSCRIPTION : 11/10/2020
ÂGE : 25
RÉGION : Vendée
CRÉDITS : Pinterest / Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Je peux jouer dans tout, je pense.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4163-oh-quelle-est-cette-jolie-cho https://www.letempsdunrp.com/t4413-presentation-de-mon-personnage-luciole#91731
cat

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

mini_210621093050945451.jpg
Dylan Morel
J'ai 25 ans et je vis dans mon propre appartement à Nantes. Dans la vie, je termine ma dernière année d’étudiant en médecine. Sinon, grâce à ma chance, j’ai rencontré Livio et… Je suis tombé amoureux !



Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 53749

Quand Dylan est né, il s'est retrouvé face à deux visages bien différents : le paternel, plein d'amour et de joie et le maternel... plein de déception d'avoir eu un fils et non pas une fille. Tout naturellement, le petit garçon s'est donc accroché à l'amour paternel, qui lui offrait tout ce dont il avait besoin et lui permettant de supporter le rejet maternel.

Mais durant son enfance, une maladie grave a été diagnostiqué à son père. Il fallait tenter une opération, sans quoi... le résultat serait fatal. Seulement, les médecins avaient surestimé l'état du père de famille, il était trop faible pour supporter l'anesthésie et pendant l'opération, son cœur s'arrêta de battre. Dylan avait 10 ans.

Depuis lors, il se retrouve uniquement face à l'indifférence de sa mère, qui refusait de voir les véritables qualités de son fils. Et pourtant, ses professeurs ont bien tenté de la prévenir que son petit garçon était un surdoué, que ses capacités dépassaient largement celles des autres enfants de son âge, mais en plein deuil, avec des problèmes professionnels qui s'empilaient, elle a refusé d'en prendre compte, pensant que si l'école insistait sur son fils, c'était parce qu'il ne créait que des problèmes. A ses yeux, il est donc resté un garçon difficile, quoiqu'il fasse.

Dylan a donc cessé d'aller vers cette mère indigne et s'est retranché dans un mutisme régulier, se concentrant uniquement sur son but : devenir médecin et plus particulièrement dans la chirurgie. Si la vue d'un bloc, après le choc de la mort d'un père, aurait pu en effrayer plus d'un, ce ne fut pas son cas. Si il pouvait sauver la vie du père de quelqu'un d'autre, alors qu'il n'a rien pu faire pour le sien, ce serait le plus beau des cadeaux !

En travaillant à côté dans un bar pour pouvoir payer ses études en toute autonomie (sa mère n'est même pas au courant de son projet), il a entamé les longues études de 12 ans pour pouvoir atteindre son but. Actuellement, il est rendu à sa 8ème année et complète sa formation dans un stage continu au sein d'une clinique principale de Nantes, située précisément à Hôtel Dieu, à proximité de la grande ville bien connue du nom de Commerce.

Avec la rencontre de Livio, les choses ont commencé à prendre une tournure inattendue. Ils se sont attachés l’un à l’autre, et sont même tombés amoureux. Une fois que la difficulté de cette situation sera passée… Souhaitons-leur une vie pleine d’amour !

Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 8ced5112ac796fc560740deae75535e2
Sa couleur : #0099ff


:copyright:️️ avengedinchains


" D'accoooord ! "

Je trottine jusqu'à la salle de bain pour m'occuper d'y mettre les affaires de Livio. Vu de l'extérieur, on pourrait presque croire que tout est déjà redevenu normal. Cependant, il en faudra probablement peu pour faire ressurgir mes " véritables " réactions. Et ça va se confirmer quelques instants après.

" Oui, c'est vrai ! Mais en attendant, on peut quand même dormir dans le même lit ! "

Une fois que nous avons terminé de vider les cartons, je rejoins le policier sur le canapé pour un peu de repos bien mérité. Bon, il n'y avait pas grand-chose à ranger, mais quand même ! En entendant sa question, je me mets à triturer un bout de mon t-shirt. Nerveusement.

" Je... Je ne sais pas trop... J'ai peur de sortir, tu sais... "

Je suis en train de ruminer ma peur quand, tout à coup, mon ventre grogne à nouveau. Je sursaute et fait volte-face pour tourner le dos à Livio. Mais chut ! Tais-toi, sale traître d'estomac ! Finalement, je me lève d'un coup alors qu'un deuxième grondement affamé survient.

" Euh, je... Je devrais aller prendre ma douche, ouais...! Je me sens un peu sale de... "

" De lui. " Voilà ce que j'ai failli dire. Je m'en empêche au dernier moment puis pars en courant vers la salle de bain, tant pour éviter ce sujet désagréable que je préfère oublier que la remontrance de Livio concernant le fait que je devrais manger. Je vais peut-être y échapper qu'un court instant, à cette dernière, mais qu'il ne compte pas sur moi pour manger, cette fois ! Il n'aura rien pour me faire du chantage ! Na ! Oui, je me comporte comme un enfant, ne portez pas de jugement !

Le problème, une fois dans la salle de bain, c'est que je peine à retirer mon pull, la manche droite de ce dernier ne passant pas à cause du plâtre. Je n'ose même pas imagine le t-shirt... Je soupire.

" Super, et je fais quoi, maintenant...? Je ne peux même pas prendre une bonne douche...? "

Bon bah... Je n'ai pas le choix...

" ... Liviiiiio...! Je n'arrive pas... à me déshabiller... "

Je n'ai évidemment pas fermé la porte à clefs, inutile, on est que tous les deux ! Par contre... Je me sens tellement gêné de cette situation que quand le policier va venir, il me verra certainement tout rouge. Heureusement qu'il m'a déjà vu tout nu, mais... J'aurais presque envie de détruire ce maudit plâtre de malheur ! D'ailleurs, inutile de mentir sur le fait que je fixe dangereusement le mur à côté de moi. Je n'en ai jamais fais l'expérience, tiens. Un plâtre peut-il se casser facilement ? Hmm... Ouais, je suis presque prêt à tenter l'expérience, ouais !


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 26d7e40ec0d419c407505c5b30404117dfeaee08
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ] - Page 14 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Quand la famille s'emmêle... (avec Chocohuète) [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Tuche [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers autres-
Sauter vers: