Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en français : où le ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))

Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Lun 7 Juin - 22:33
62a9c5ae9f5005c2cdeb6bfcb255734c.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.


Il fallait dire qu'il avait oublié depuis longtemps que son sac, toujours plein de sa marchandise, traînait quelque part derrière eux. Oubliées sa tournée du soir, et les explications qu'il devrait fournir le lendemain. Oubliée, l'arme qui reposait en évidence sur le meuble d'à côté. Il n'y avait plus que Leona et ses cris divins, carrément bandants et si putain d'érotiques qui rentraient dans son cerveau par ses oreilles pour neutraliser la moindre once de bon sens qui pouvait lui rester. Il n'y avait plus que leurs deux peaux brûlantes qui frottaient l'une contre l'autre et son souffle rauque ponctué de gémissements graves et gutturaux qui ne venaient pas de ce monde mais du sien.

Les ongles de la Kingsley venaient toujours s'attaquer à la peau de son dos mais Ethan ne les sentait toujours pas. Il ne savourait que les caresses qu'elle pensait lui offrir. Et que son corps vanille commençait sérieusement à dérailler. Ses cuisses tremblaient contre son bassin et son cœur - il pouvait le sentir - battait incroyablement vite. Et ce simple consta fit naître en lui un étrange sentiment de satisfaction, l'impression de la posséder physiquement, comme un objet qu'on peut mettre dans sa poche, emmener un peu partout où l'on veut, avoir la possibilité de le jeter à n'importe quel moment, bien sûr, mais de le garder quand même précieusement.

Elle se crispa soudain, à un endroit où il était obligé de le sentir. C'est son cri d'une force insaisissable qui lui confirma qu'il pouvait se lâcher à son tour. Il fallait dire que Leona était coriace et qu'il était sûrement plus mûr qu'elle quand ils avaient commencé. Essayer de se retenir avait été à la fois horrible et jouissif. Alors que son hurlement commençait à décanter, il la baisa plus fort que jamais, ne se préoccupant plus de son son corps qui venait frapper le mur au point de réveiller les voisins, et probablement les voisins des voisins, et sentit la bulle de plaisir qui grandissait dans son bas ventre éclater avec un grand "pop !" mentalement audible. Avec empressement, il la pénétra une dernière fois pour aller se planter au fond de son corps et y resta. Les dents serrées, Ethan releva la tête jusqu'à avoir le visage en face du plafond blanc, révélant un instant la peau fragile de son cou, ses tendons tendus et ses veines palpitantes qui ressortaient sous l'effort, puis laissa échapper un long gémissement presque plaintif entre ses dents, presque comme si son supplice se terminait enfin. Ou ne faisait que commencer, suivant le point de vue. Le supplice de voir Leona. De savoir qu'il prenait son pied puis que demain, tout serait fini.

Il resta un instant comme ça, les yeux fermés, le visage levé, pour profiter de toutes les sensations enflammées qui dansaient dans son bas ventre. L'instant ne durerait quelques secondes tout au plus, maigre récompense pour tous les efforts fournis, mais c'était tout ce qu'il aurait. C'était court, mais cette fois-ci, ce fut également intense et il n'en perdit pas une seule miette.

---------------------------------------------------------------------------------------

Quand il se réveilla, il devait être aux alentours de 9h. Il trouvait que c'était tard pour un début de journée. Mais quand il repensait à ce qu'ils avaient fait dans la nuit... Ethan, allongé sur le dos, ouvrit à demi les yeux, se retrouvant dans une semi-obscurité vraiment agréable malgré les élancements douloureux des marques laissées par Leona dans son dos et ses cuisses, ainsi que son bassin, courbaturés. Mais il ne bougea pas. Le mouvement de sa respiration lui apprenaient que son bras gauche enserrait quelqu'un qui s'était endormi contre lui, une main sur son torse. L'odeur de la pièce lui apprit que c'était Leona. Evidemment que c'était elle, ses souvenirs de la soirée n'auraient pas pu être si merveilleux si ça avait été une autre.

Il l'avait prise dans tous les sens, à tous les endroits possibles et inimaginables de son appart. D'abord contre le mur, puis dans la cuisine, à nouveau contre un mur mais un autre cette fois-ci, puis il se souvenait qu'ils avaient terminé dans la douche après ça. Une fois sans l'eau allumée, puis juste au moment où ils avaient décidé de s'arrêter là et de se laver un peu... Ouais. Il lui avait sauté dessus comme s'il était en manque. Enfin... Merde. Il était en manque. Elle s'était barrée pendant tellement de temps, et il était resté complètement sans nouvelles. Evidemment, il n'était engagé d'aucune manière envers elle et il était souvent allé voir d'autre meufs mais comparées à la Kingsley, il les trouvait toutes fades et insipides... un peu comme des pâtes sans sel à vrai dire, ou alors comme une crêpe sans sucre...

Il arrêta de penser à ça au moment où il se rendit compte qu'il avait comparé des filles à de la bouffe et décida plutôt de se concentrer sur la suite des évènements. Il serait bien parti en catimini, comme elle le faisait d'habitude les rares fois où elle venait chez lui mais il allait sûrement la réveiller en bougeant, vu qu'approximativement 90% de leurs corps étaient en contact l'un avec l'autre. Et puis même s'il y arrivait, il faudrait qu'il se rhabille en silence et il ne savait même plus où il avait foutu ses vêtements... Comprenant que c'était déjà peine perdue, et trouvant le moment tellement agréable pour être si brutalement terminé, Ethan laissa s'échapper un rapide sourire niais qui prit place sur son visage. Ils allaient se réveiller ensemble pour la première fois de leurs vies. Oui, il se trouvait stupide de s'émerveiller pour une chose aussi peu importante qui aurait normalement dû le laisser indifférent, mais personne ne pouvait le voir. Alors il s'accorda quelques minutes de rêveries avant de reprendre un visage neutre et même de refermer les yeux pour profiter du calme que le sommeil lui avait apporté.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Mar 8 Juin - 12:10
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 3 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Dans un soupir long, endormi et paisible, Leona se blottit contre son oreiller. Il exsudait de lui une chaleur et une odeur qui lui parurent agréables et sécurisantes, comme si une sphère s’était formée autour de son corps. Sa main remua doucement sur la surface. Sous sa paume, le coussin lui semblait doux. Brûlant. En un geste lent, encore égarée dans la brume du sommeil, elle effleura de nouveau cette texture singulièrement veloutée...ses doigts frissonnèrent, avant de s’immobiliser. Le repos dans lequel la Kinglsey avait aussitôt plongé, lorsqu’Ethan et elles s’étaient glissés dans ses draps, était profond et imperturbable. La nuit lui avait arraché toute son énergie. Ou plutôt... ce diable d’Ethan lui avait arraché toute son énergie.

Enfin, c’était un détail que la jeune femme ne pouvait reprocher à ce dernier, puisqu’elle était aussi fautive que lui. La jeune femme l’avait possédé, à sa manière. Entre ses lèvres. Ses paumes. Ses cuisses. Elle l’avait accueilli, avide de ressentir, mais également de lui offrir, un plaisir absolu qui manifestement leur avait manqué à tous les deux. Cette nuit avait récompensé tous ses efforts d’acharnement pour réussir ses examens.

Doucement, la Kingsley s’extirpa de son rêve. Alors que les brumes de son sommeil se dissipaient progressivement...elle sentit que sous sa paume, la matière de son coussin lui semblait être plus ferme que d’ordinaire. Plus dur. Mais manifestement confortable. Oh. Ses yeux s’ouvrirent lentement, rencontrant alors les ténèbres seulement traversés par quelques rayons lumineux, de sa chambre. Elle ressentit alors le mouvement de sa dextre, qui s’élevait et s’abaissait tranquillement...au rythme d’une respiration. Ethan. L’esprit encore vaporeux, Leona réalisa alors que son oreiller n’était rien d’autre que lui... que son corps nu était entièrement pressé contre le sien et que sa main reposait mollement sur son torse ciselé. La sensation de l’avoir ainsi contre elle était plaisante. Oh, bien trop plaisante à son goût. Son bras l’enveloppait. Son parfum chaud et masculin l’enveloppait. Ethan l’enveloppait. Leona demeura un instant figée, comme si le moindre mouvement briserait cette bulle de sécurité qui s’était créée autour d’eux, comme si la réalité la perctuterait de plein fouet si elle osait bouger ne serait-ce qu’un simple orteil.

Alors que le calme l’environnait, un songe s’imposa bruyamment à elle. Il n’était pas parti. Le dealer était encore là, à brûler contre elle bien que son souffle était dorénavant bien plus détendu qu’il ne l’avait été cette nuit. Il n’était pas parti...et qu’est-ce que c’était réconfortant d’avoir leurs corps ainsi entremêlés, emprisonnés dans un état léthargique. Leona ne souhaitait, pour rien au monde, glisser loin de lui. Elle aurait dû pourtant en avoir la volonté. Mais Ethan lui prodiguait une sensation de sécurité qu’elle n’avait jamais ressentie, même dans son propre lit. C’était mauvais. Bien trop mauvais. Et idiot. Parce que sa présence dans son lit s’expliquait par le fait qu’il somnolait encore et non parce qu’il avait refusé de bouger, lui aussi...Cette pensée eut raison d’elle.

Rappelée à l’ordre par ses réflexions, La Kingsley se tourna délicatement, désireuse d'annihiler toutes ses sensations innocentes et dignes d’un cœur naïf. Parce que c’était bien ce qu’elle était, à cet instant...une femme candide, iraisonnablement enthousiasmée à l’idée de se réveiller contre l’homme qui lui avait montré ce que l’on ressentait lorsque l’on atteignait réellement le septième ciel. Elle se glissa lentement vers l’extrémité de son lit. S’attacher à cette idée était dangereux.

Leona se redressa alors...et étouffa un geignement plaintif. Bordel. Ses muscles brûlaient, comme si un incendie s’était déclenché dans tout son être. Seulement, la moindre cellule de son corps hurlait non pas cette fois-ci de plaisir, mais d’une infernale souffrance causée par des courbatures qui la tiraillaient de toute part. L’intensité de ses crampes ranima aussitôt les souvenirs de cette nuit...Qui firent naître sur ses lèvres un sourire flottant. Les moments qu’ils avaient partagés étaient incomparables à tous ceux qu’elle avait vécus auparavant, dans les bras d’Ethan ou d’un autre homme. Le feu de leur passion avait ravagé l’intégralité de son logement...et également son ossature. Mais cette douleur lui rappela également qu’elle n’avait vu personne d’autre que le criminel, ces derniers temps. La situation avait bien failli déraper avec Jasper, un étudiant de sa promo...Mais ses mains sur sa peau avaient laissé des traînées froides. Alors, Leona l’avait repoussé, se maudissant de réserver une telle fidélité à un homme qui se moquait bien de cette dévotion.

Ses doigts glissèrent sur ses reins, massèrent doucement cette partie douloureuse, avant que ses bras ne s’étendent gracilement vers le plafond pour débloquer ses articulations. Puis elle cambra doucement son dos, sur lequel venaient danser quelques éclats solaires. Son estomac gronda sans aucune discrétion. Encouragée par la faim et la soif, la Kingsley se dirigea alors vers sa commode, dont elle en retira une culotte en coton qu’elle enfila aussitôt. Elle passa ensuite un long t-shirt entièrement blanc qui s’arrêtait à la hauteur de ses cuisses, attrapa un élastique et noua finalement ses cheveux en queue-de-cheval haute en quittant silencieusement, et lentement, sa chambre.

Son appartement était vraisemblablement sens dessus dessous. Leurs vêtements gisaient sur le parquet de son couloir près de l’entrée, des ustensiles de cuisine traînaient sur le sol, une lampe et, Dieu tout-puissant, sa plante préférée, menaçaient de tomber de leur piédestal respectif...La jeune femme frotta ses mains sur son visage, s’efforçant vainement de se réveiller complètement. Elle s’avança alors vers la belle fleur qui chancelait dangereusement près du vide puis replaça celle-ci à sa place initiale, avant d’en faire de même avec le luminaire et les divers éléments qui avaient été bousculés dans la hâte. La Kingsley rassembla ensuite leurs affaires agonisantes, les séparant en deux piles bien distinctes. Son regard s’arrêta enfin sur l’arme à feu qui trônait sur son meuble. Elle contempla un instant le métal dur et sombre...avant de s’en emparer et de l’abandonner rapidement sur le sac d’Ethan. Est-ce qu’il y avait de la drogue, à l’intérieur ? De l’argent ? D’autres armes ? Ses mains caressèrent le textile, luttant contre cette affreuse et maudite curiosité...Non, ce n’étaient pas ses affaires et violer ainsi l’intimité du criminel ne lui ressemblait pas.

Leona se redressa aussitôt, fit couler du café, avant de s’emparer des affaires d’Ethan et de rejoindre sa chambre pour les déposer au bord du lit. Elle se pinça les lèvres….Et, sans réfléchir, grimpa doucement sur le matelas. La demoiselle s’arrêta près de la silhouette qu’elle croyait endormie, se positionnant en équilibre sur ses tibias enfoncés dans sa couette. Elle se pencha doucement vers le dealer, puis déposa tranquillement sa paume sur son torse. L’envie de l’effleurer encore une fois avait été forte...Et la Kinglsey n’avait même pas cherché à résister.“ Ethan,”appela-t-elle calmement, ses doigts suivant les contours dessinés de son buste. Un furieux besoin d’embrasser le coin de ses lèvres la saisit, mais Leona se contenta de le toucher avec sa main. C’était amplement suffisant pour garder cette distance nécessaire au bon fonctionnement de… ce qu’ils possédaient, tous les deux. Quoi que cela puisse être.

“ J’ai plié et déposé tes affaires aux pieds du lit. Et j’ai préparé du café, si tu veux.”Leona avait quelque peu hésité sur sa boisson fétiche pour commencer sa journée. Prenait-il un café bien corsé ? Ou était-il homme à se délecter de la douce saveur d’un thé ? Ou peut-être vouait-il une véritable passion au chocolat chaud ? Dans le doute, la Kinglsey avait tout sorti sur son comptoir...en plus de deux gros paquets de brownies entiers, qu’il lui tardait de dévorer.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Mar 8 Juin - 14:18
62a9c5ae9f5005c2cdeb6bfcb255734c.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



Au bout d'un moment, la respiration profonde de Leona se fit plus légère. Ses doigts remuèrent sur la peau de son torse et elle gigota légèrement tandis qu'elle se réveillait. Ethan comprit qu'elle était bel et bien éveillée et consciente de la situation au moment où il la sentit se figer imperceptiblement contre lui. Elle avait compris. Il était encore là alors qu'il aurait dû disparaître depuis un bout de temps déjà. Mais il s'était réveillé bien trop tard pour pouvoir s'éclipser comme il aurait voulu le faire. Ou comme il aurait été censé vouloir le faire. Parce qu'à cet instant, même s'il était conscient que sa place n'était pas ici, il s'y sentait bien.

Alors qu'il se demandait s'il devait montrer un signe de vie, elle remua de nouveau. Ethan réprima ses pulsions et la laissa partir, même s'il aurait bien voulu ordonner à son bras de la crocheter au passage pour la coincer à nouveau contre lui. Puis l'instant d'après, elle était partie et ses légers pas résonnaient maintenant dans les pièces d'à côté. Ethan osa enfin ouvrir les yeux et laissa son esprit vagabonder en calant ses deux mains derrière sa tête non sans laisser apparaître sur son visage un rictus de douleur. Putain, il n'y était pas allé de main morte la veille. Il avait mal partout, même aux bras. Mais ça avait été la meilleure nuit qu'il avait passé depuis un bon moment. Et à cette pensée, un autre léger sourire stupide vint fleurir sur son visage avant qu'il ne se stoppe aussitôt. A quoi pensait-il ? Qu'est qu'il foutait putain ? Qu'il s'habitue à ce genre d'intrusions chez elle et il était un homme mort. Il savait très bien que le milieu dans lequel il traînait était tout sauf sain et il ne voulait pas que ça ait de répercussions sur Leona. Il ferait peut-être mieux de prendre ses distances quelques semaines à présent...

Ses pensées se dirigèrent automatiquement vers le sac et le flingue qu'il avait laissés dans l'entrée, à la vue de tous. Ses yeux s'agrandirent d'horreur tandis qu'il maudissait sa profonde stupidité. Mais quel idiot ! Il avait laissé de la cocaïne dans l'entrée ! Ethan déglutit péniblement et pensa un instant à se précipiter vers son sac mais abandonna aussitôt. C'était sans doute déjà trop tard. Maintenant, tout ce qu'il pouvait faire c'était essayer d'inventer une excuse bidon, un peu comme celles que lui fournissait son paternel quand il rentrait à la maison après deux jours passés dehors. En général, il avait toujours les yeux injectés de sang et il puait toutes sortes de choses. Dont l'alcool. Il se souvenait que sa mère était toujours hors d'elle et qu'elle le balançait dehors aussitôt... Il secoua la tête. Ce qu'il était en train de ressasser était parfaitement inutile et ce n'était pas ça qui allait le sortir de la merde dans laquelle il s'était fourrée, tout seul comme un grand.

Les pas légers de Leona se firent à nouveau entendre, revenant vers lui, et Ethan essaya de se décrisper sans pour autant fermer les yeux. Elle grimpa sur le lit, prononçant son nom doucement. Et il aima ça, encore plus que la dernière fois qu'elle l'avait fait. Que ce soit pendant leurs ébats où à la sortie du sommeil, il ne pouvait qu'apprécier ces deux petites syllabes quand elle les prononçaient. Sa main tiède vint se poser à nouveau sur sa peau et s'aventura même à le caresser un peu mais Ethan ne voulait pas de ça. Ne cachant plus qu'il était éveillé, il attrapa gentiment mais fermement le poignet de Leona pour venir poser sa paume à plat sur son pectoral droit. Qu'elle le touche à cet endroit lui procurait une sensation de puissance qu'il n'expliquait pas. Mais c'était pile ce dont il avait besoin pour affronter son ton chargé de reproches. Parce qu'elle avait forcément ouvert son sac, non ?

Il avait également pris soin de poser sa main sur son côté droit, car son cœur, à nouveau sauvage, tambourinait fortement, emprisonné dans son côté gauche.
- J’ai plié et déposé tes affaires aux pieds du lit. Et j’ai préparé du café, si tu veux.
Ce n'était absolument pas ce à quoi il s'attendait. Un peu désorienté par la tournure agréable que prenaient les évènements, il se redressa sur un coude pour lui faire face, soudain très gêné d'avoir consciemment attrapé sa main. Elle était belle, même dans l'obscurité. Ses longs cheveux étaient attachés derrière elle et ce t-shirt trop grand pour elle lui donnait furieusement envie de passer ses mains en dessous.
- Heu... Oui, merci, lui souffla-t-il, réfléchissant à toute allure pour ne pas faire de conneries tout en écartant de force les pensées parasites.
Il avisa à ce moment là la pile de vêtements qui l'attendait pas loin et profita de cette distraction pour lâcher son hôte. Il sortit des draps et prit le temps de s'étirer légèrement avant de se mettre à enfiler ses vêtements. Et juste quelques secondes plus tard, il était prêt.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Mer 9 Juin - 18:52
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 3 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Son contact lui arracha un léger sursaut, mais Leona se détendit aussitôt lorsque la paume d’Ethan se referma sur la sienne. Ses doigts glissèrent doucement sur sa peau alors qu’Il guidait sa main jusqu’à son pectoral droit et l’immobilisa à cet endroit-là précis de son buste. Sous sa dextre, son corps lui semblait tendu. Regrettait-il de s’être attardé dans ses draps ? Refusait-il qu’elle l’effleure de cette manière, dans l’intimité complète et silencieuse de sa chambre ? Pourtant, le dealer n’esquissa pas d’autre geste. Il ne s’extirpa pas à son toucher, il ne chercha pas à sortir du lit ou encore à la repousser...non, il demeurait entièrement impassible, presque raide. Le bruit des moteurs de voitures résonnait à l’extérieur, mais les sons étaient presque étouffés par la proximité d’Ethan, peut-être même auraient-ils disparu si les palpitations saccadées de son cœur lui étaient parvenus distinctement. Seulement elle ne percevait que la chaleur de son corps, et la tension qui paraissait l’étreindre. La voix de la Kingsley s’éleva, délicate et douce. Son propre élan de tendresse la surprit légèrement, mais la jeune femme ne préféra pas s’attarder sur les raisons qui l’incitaient à se comporter naturellement de cette manière avec le criminel.

Sur ces mots, l’impression de raideur sous ses phalanges parut fondre. Ethan se redressa, réduisant ainsi la distance entre eux, dévoilant son visage enveloppé dans les ténèbres diaphanes de la pièce. Elle entrevit l’éclat azuré de ses yeux, lesquels étaient dardés sur sa silhouette. Dans un souffle chaud, mais presque hésitant, il la remercia. Le sommeil avait rendu sa voix plus rauque et profonde que de coutume. Un flot d’assurance fila entre ses doigts, alors que sa réponse se frayait un chemin jusqu’à son esprit...et qu’un sourire osait s’aventurer sur ses lippes. Il n’avait pas refusé un café. Sa voix lui avait semblé confuse, mais...il n’avait pas refusé un café. Et c’était tout ce qui fallut à la Kingsley pour égayer sa mine.

“ Super, eh bien je...je vais te laisser t’habiller.”lâcha-t-elle, s’escrimant pour que son ton garde...une certaine indifférence. Elle glissa hors du lit et disparut dans la salle de bain jouxtant sa chambre. Leona s’attarda un instant sur le reflet qui lui faisait face et lui révélait...de jolies cernes bien marquées ceignant ses yeux, une chevelure en pleine bataille ainsi qu’une trace rougeâtre, à la naissance de son cou. Elle la caressa du bout des doigts, avant que son regard ne s’abaisse sur ses avants-bras. De légères taches bleutées, à peine perceptibles, imprégnaient sa chair....le fruit d’une passion manifestement dévastatrice. Elle versa un peu d’eau aux creux de ses paumes puis s’aspergea rapidement le visage. La jeune femme quitta ensuite la pièce, ordonnant intérieurement à ses cuisses de fonctionner correctement en dépit des nombreuses courbatures. Elle regagna la chambre lorsqu’Ethan acheva de s’apprêter.

Leona attrapa la télécommande qui contrôlait ses volets et appuya sur la flèche pointant vers le haut. L’obscurité s’étiola progressivement et la lumière du soleil inonda d’emblée une chambre ordonnée, baignant dans des tons chauds, décorée par une myriade de photos ainsi que quelques cactus et une grande orchidée améthyste. Les photographies ornaient principalement le mur contre lequel reposait son bureau. Leona et sa sœur, petites, les lèvres barbouillées de chocolat. Leona et des amis sur un yacht, sur la plage, à des soirées. Leona et des animaux. Un poney. Un serpent. Une immense araignée. Un chiot. Leona au premier étage de la Tour Eiffel, Leona posant sur le chemin de la Grande Muraille de Chine ou encore devant un château écossais...Mais surtout, surtout, des photos de l’océan, à la tombée de la nuit ou au lever du jour. La mer,sauvage et déchaînée. Et quelques clichés de la vie sous-marine pour garder éternellement des souvenirs que Leona chérissait...sa chambre révélait des traits de sa personnalité que la Kingsley dissimulait au monde entier.



Elle attrapa un brumisateur et vaporisa un peu d’eau sur le feuillage et les racines de la plante. La jeune femme n’avait dévoilé sa passion pour les végétaux et la faune aquatiques qu’avec seulement quelques rares individus...un groupuscule auquel appartenait dorénavant le dealer. Leona se dirigea vers l’entrée de la chambre, avant de se tourner vers Ethan. “ Si tu as faim j’ai...du brownie, des fruits, des tartines...enfin bref... fait...hésite pas à te servir.”Fait comme chez toi.C’étaient les mots qui avaient manqué de lui échapper comme des voleurs. Mais si elle les avait prononcés la veille...à cet instant, leur signification lui semblait...Différente. Plus réelle. Bon sang. S’habituer à la présence du criminel dans sa chambre n’avait rien de raisonnable.

Leona se pinça les lèvres, avant de se diriger vers la cuisine, invitant silencieusement son invité à la suivre. Elle avait légèrement déplacé son sac, sur lequel gisait dorénavant son arme à feu, l’éloignant ainsi de l’entrée. Elle versa du café dans la petite tasse d’Ethan, ainsi que de l’eau chaude dans la sienne. Une délicieuse et douce odeur de fruit rouge se mélangea aussitôt à l’odeur de la boisson plus amère du dealer. Sur un large plateau, elle déposa les bols, une petite bouteille d’eau, les boîtes de brownie, deux assiettes ainsi que la corbeille de fruits remplie de pommes, de poires et de kiwis. “ Je déjeune le dimanche dans le salon, en général. C’est plus...confortable.”expliqua-t-elle en jetant un rapide coup d'œil à Ethan, tandis qu’elle emportait le tout dans la salle de séjour. Elle déposa les aliments sur la table basse, servit une part modérée de brownie à son invité, et emporta la moitié du gâteau dans son assiette. Son estomac ne cessait de gronder depuis son réveil....une situation qui lui arrivait rarement. Leona attrapa le récipient d’eau et se dirigea vers ses plantes, avant de transvaser attentivement et minutieusement une quantité maîtrisée de liquide dans chaque pot. Elle se glissa ensuite sur le canapé et replia ses jambes sous ses fesses, sa tasse fumante entre les mains.

Elle s’efforçait de ne pas penser à l’absurdité du moment. Un voile de sérénité recouvrait son visage, camouflant parfaitement la bataille qui faisait rage dans son esprit. Inconsciemment, Leona se préparait. À tout. Mais principalement au départ précipité d’Ethan, qui, dans sa fuite certaine, lui abandonnerait une stupide excuse pour s’enfuir de son appartement au plus vite. Et pouvait-elle réellement l’en blâmer ? La Kingsley prit une bouchée du gâteau et ferma un instant les yeux pour savourer l’incroyable explosion de saveur chocolatée. Non, elle ne pouvait décemment pas le blâmer pour son évasion. Ou peut-être légèrement...Non.

Lorsque son regard vira tranquillement vers la silhouette masculine, ses songes les plus tenaces s’étaient dissipés. “ Je ne veux pas te retenir...si tu as des choses à faire.”se hasarda-t-elle en portant son thé à ses lèvres. Mais la demoiselle avait soigneusement préparé le petit-déjeuner pour eux deux… Ce qui en disait long sur ce qu’elle pensait véritablement.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Jeu 10 Juin - 14:11
62a9c5ae9f5005c2cdeb6bfcb255734c.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



Elle le laissa seul dans la chambre un instant, le temps de s'habiller. Ethan était en train de se demander s'il n'était pas en train de faire une connerie. Une grosse même. Il aurait déjà dû être parti, direction le QG. Il fourra la main dans la poche de son sweat, en ressortant son portable qui, par miracle, était resté dedans. Il alluma l'écran en penchant un peu l'appareil et le nombre de notifications lui arracha une grimace. Quatre appels manqué de la part de cet imbécile d'Aiden qui ne savait manifestement pas s'arrêter quand il ne répondait pas au téléphone et de la part de Charles, son boss... rien. Evidemment, Charles ne dépensait pas son énergie à ça. Bexx, par contre, s'en était donné à cœur joie et il sut instantanément que les messages provenaient d'elle avant même d'avoir lu le nom du contact.
"Hé ! Qu'est-ce que tu fous ?!"
"Ramène ton cul ici Anderson j'ai besoin de toi."
"Mais putain tu vas répondre trou d'uc ???!!!!"

Ethan verrouilla à nouveau son portable, ne prêtant pas attention à l'agressivité qui débordait en permanence de sa chère camarade. Bon, elle allait certes vouloir le cogner en rentrant mais il était assez grand pour pouvoir se défendre. Il le rangea à nouveau dans sa poche au moment où Leona revenait dans la pièce et ouvrait les volets, révélant sa tête sans doute mal coiffée au grand jour. Il passa une rapide main dans sa tignasse brune même s'il savait parfaitement que ça n'allait pas arranger les choses. Il passerait chez lui avant d'aller chez Charles pour se coiffer un coup ou au pire, il avait toujours l'option capuche.
Ethan ne se souvenait pas avoir prêté attention à la chambre de Leona la veille. Elle était remplie de plein de petits détails charmants et intriguants. La première chose qu'il vit fut encore ses foutues plantes, évidemment. Mais il y avait autre chose à regarder. Il posa les yeux vite fait sur les photos accrochées au dessus du bureau, pour ne pas avoir l'air d'espionner sa vie privée. Peut-être même qu'elle voulait qu'il parte au plus vite. Cette pensée, qui ne l'avait absolument pas traversé jusqu'à présent, fit monter son angoisse d'un cran. Il n'était peut-être pas désiré ici après le lever du soleil. Alors qu'elle allait s'occuper de ses potes les plantes, elle lui annonça :
- Si tu as faim j’ai...du brownie, des fruits, des tartines...enfin bref... fait...hésite pas à te servir.

Il hocha la tête en évitant son regard, perturbé par la tournure que prenaient les évènements. Il ne savait pas quoi faire. Ses jambes se mirent en mouvement et il la suivit jusqu'à la cuisine, faisant un petit détour par son sac pour ranger discrètement son arme à feu dedans. Il ne voulait pas qu'elle voit ça, même si c'était trop tard.
- Je déjeune le dimanche dans le salon, en général. C’est plus...confortable.
Elle avait apporté un plateau dans le salon et s'était assise dans le canapé. Il alla la rejoindre en silence, se passant une main sur le visage, et s'assit à côté d'elle... mais pas trop. Il avait laissé une distance de sécurité nécessaire entre eux deux pour avoir le temps de réfléchir à deux fois avant de pouvoir faire quoi que ce soit de stupide.

Il attrapa docilement sa tasse de café et posa l'assiette sur ses genoux, s'adossant contre le dossier. Il ne savait pas tellement comment mangeaient les personnes de son cercle social mais en tout cas, c'était comme ça qu'il faisait lui. Et il ne se posa pas plus de questions quant à la manière de tenir son assiette ou autre car il ne s'en sortirait jamais sinon. Tout comme elle, il avait faim. La café était bon. Il aimait bien quand il était amère comme ça. Il les prenait sans sucre, sans lait, sans rien, comme un dur à cuire. Le brownie était sympa aussi, ça faisait longtemps qu'il n'avait pas bouffé une de ces cochonneries pleines de sucre. Peut-être même une éternité... La dernière fois devait remonter à quand il était gosse.

- Je ne veux pas te retenir...si tu as des choses à faire.
La voix de Leona le tira doucement de ses rêveries et il hocha la tête. C'était l'heure de partir. Il termina son déjeuner en vitesse et se leva pour aller chercher son sac avant de revenir vers elle. Il hésita un instant se balançant sur un pied, puis l'autre, puis finit par se lancer.
- C'était sympa. Merci
C'était pire que ce qu'il pensait. Zéro contexte, zéro enthousiasme dans sa voix plate, rien n'allait. Mais pourtant, c'était vrai. Ca avait été vachement sympa. Et ça voulait sûrement aussi dire qu'il avait envie de revenir mais même s'il le voulait, peut-être qu'il ne pourrait pas échapper à son boulot la prochaine fois.
- Faut que je retourne travailler. Pas eu le temps cette nuit, rajouta-t-il avec un demi sourire amusé pour réchauffer ses propos précédents, mais toujours en évitant son regard. C'était quelque chose qu'il ne pouvait pas faire.


Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Jeu 10 Juin - 16:49
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 3 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

C’est tout ?voulut-elle répliquer. Leona s’y était pourtant préparée, à ce moment. Elle avait réuni tout son courage pour affronter les paroles que pronnonceraient Ethan pour quitter son appartement. Absolument toute sa force. Et pourtant, la Kingsley avait légèrement tressailli. Légèrement. Sa tasse s’était immobilisée dans les airs, et, pendant un court instant, elle s’était arrêté de souffler pour refroidir le thé.

Aucun accent ne venait relever la voix de son invité. Il n’y avait aucune saveur dans son ton. Aucune note. Il n’y avait que la froideur et l’indifférence. Un constat qui lui laissait un goût amer sur la langue…Oui, la part naïve de son être avait espéré que son invité ne montre pas autant d’empressement pour s’enfuir. Oui, elle aurait préféré qu’il s’attarde, rien qu’un peu, sur son canapé. Oui, elle ressentait une étrange douleur tourmenter cet idiot de cœur….mais à quoi pensait-elle ? Alors que son regard s’attardait sur la silhouette du criminel, la jeune femme réalisa qu’elle aurait voulu voir un foutu sourire illuminer son visage de pierre, comme celui qu’il lui avait offert la veille, au pied de son appartement. Un sourire qui avait chassé ses peurs les plus profondes...et qui restait gravé dans son esprit. Seulement, Leona réalisa également que ce n’était qu’une belle bêtise, tout ça. Une magnifique et sublime bêtise.

Elle se hâta de chasser l’acidité en prenant une gorgée de sa boisson, quitte à se brûler fugacement la bouche par la même occasion...et leva nonchalamment son regard vers Ethan. “ Ouais, c’était sympa.”rétorqua-t-elle finalement, d’un timbre assez léger pour détendre son expression. Et pour étouffer le sentiment embryonnaire de déception qui avait terni l’éclat de ses yeux. Sympa était un mot bien trop terne pour définir la nuit qu’elle venait de passer...le pensait-il également ? Ou ça n'avait été pour lui qu’un moment dénué de plaisir sincère et de passion flamboyante ? Peut-être. Peut-être l’avait-elle simplement diverti, le temps d’une nuit. Et pourquoi désirait-elle être autre chose qu’un divertissement éphémère ? Jusqu’à maintenant, cette idée ne l’avait jamais irritée. Jusqu’à maintenant...ce qui signifiait qu’Ethan devait partir, et au plus vite.

Elle avala un large morceau de brownie, dont la douceur réussit à apaiser un brin cette impression d’amertume répandue dans tout son corps. La Kinglsey se lécha rapidement les quelques miettes qui s’étaient attardées sur ses doigts, frotta ses mains l’une contre l’autre puis se redressa.

Alors, là voilà enfin, plantée à une distance raisonnable d’Ethan. La anse de son sac glissée sur son épaule attira son attention un court instant...Avant que le rictus de son invité ne lui vole la vedette. Ce n’était que l’ombre d’un rictus. Mais il réussit à illuminer un peu sa mine, ainsi que celle de la Kinglsey. Il fuyait désespérément son regard...avait-il lu sur son visage les émotions que Leona s’efforçait de camoufler ? Oh, Seigneur. Il ne manquait plus que le malaise s’installe entre eux…“ Faut dire que tu as été un peu occupé, cette nuit.”plaisanta-t-elle à son tour, ou du moins...essaya. Avait-il pris un risque, en bâclant son travail ? Cette possibilité la surprenait, car cela impliquait qu’Ethan trafiquait ; Dieu seul savait quoi, pour quelqu’un. Leona l’avait toujours perçu comme un dealer écumant les ruelles à son propre compte, mais...non, elle s’était promis de ne pas se tourmenter l’esprit avec les occupations du criminel.

Elle s’avança d’un pas dans sa direction. Un sourire étirait légèrement ses lèvres et une mèche brune venait de glisser sur son front. Leona l’écarta aussitôt d’un geste de la main. Ses iris descendirent furtivement vers ses lèvres, lesquelles avaient imprimé sur sa peau tant de brûlures éternelles...tant de souvenirs et de sensations que les jours ne réussiront pas à dissiper. La Kinglsey remonta aussitôt les yeux pour éviter de condamner son cerveau à une véritable torture. Elle voulait le remercier, non pas pour cette nuit exaltante, mais pour son intervention, hier soir. Parce que sans lui, elle ne serait pas là, à dévorer une délicieuse sucrerie ou encore à se lamenter sur la fragilité de son esprit. Non, elle ne serait pas là, sans lui. Elle serait peut-être étendue dans un recoin de Paria, morte ou traumatisée jusqu’à la fin de son existence.



“ Merci, pour...”Mais la sonnette de l’entrée retentit brusquement, lui coupant cruellement la parole. Elle fronça les sourcils, gagnée par la surprise. Le son strident résonna une seconde fois, mais cette fois-ci, le bruit s’éternisa longuement. La Kingsley se dirigea vers l’entrée en petites enjambées rapides, ses mains tirant sur l’extrémité de son t-shirt pour le descendre un peu. Elle s’arrêta sur le seuil, avant d’ouvrir la porte. Leona resta un instant figée, incapable d’esquisser un soupçon d’émotion sur son visage devant la vision qui s’imposait à elle. Devant la femme qui se trouvait sur son seuil. Ses longs cheveux lisses brillaient d’un bel éclat doré, rappelant un champ d’épi de blé. Son maquillage, bien flagrant, ne présentait aucune imperfection, quant à ses vêtements...un ensemble tailleur bleu-ciel valorisait sa silhouette haute et élancée. Tout dans sa tenue criait richesse et luxe. De ses lunettes de soleil Cartier à son sac à main Chanel...Leona se sentit soudainement comme une belle tâche, face à la beauté tapageuse de sa grande sœur.

Progressivement, son regard s'assombrit, et la Kingsley croisa les bras sur sa poitrine. “ Qu’est ce que tu fais ici ?”demanda-t-elle, la voix tranchante. Toute trace de douceur et d’amusement l’avait déserté. “ Ah, j’avais oublié à quel point tu étais un vrai rayon de soleil quand tu t’y mettais. Tu me laisses entrer ? Il faut qu’on parle. Je n’ai rien à te dire puis tu as vraiment mal choisi ton moment.Ne fais pas ta grosse bourrique et laisse moi entrer.” Leona toisa un instant Annabeth et son sourire trop éclatant à son goût. Elle ne voulait pas qu’elle croise Ethan. Parce que sa sœur avait la fichue manie de s’emparer de tout ce qu’elle ne possédait pas ? Parce qu’elle voulait garder Ethan comme un joli secret ? Elle l’ignorait, mais Annabeth profita de son moment d’égarement pour pénétrer dans son appartement.

“ Tu as vraiment de sales cernes tu sais, tu devrais utiliser la crème de…”,Le regard de sa sœur se balada dans la pièce, avant de s’arrêter sur la raison de ses fameux cernes. “ Oh.”La mannequin lui offrit un immense sourire, que Leona se surprit à vouloir lui arracher tant sa présence l’irritait profondément. Annabeth, s’appuya contre la surface du comptoir, mettant ainsi son somptueux décolleté en avant.

“ Bonjour.”le salua-t-elle, d’une voix polie, mais presque mielleuse. Trop mielleuse. Leona referma brusquement la porte, éprouvant la désagréable sensation que tout son corps s’était refroidi. La blonde se redressa finalement pour se planter près du dealer et lui tendre une belle main manucurée pour se présenter. “ Je m’appelle Annabeth, je suis la sœur de Leona. Qui d’ailleurs ne m’avait pas dit qu’elle fréquentait quelqu’un.... Vous êtes ? ”La Kingsley aux cheveux bagarreurs se figea, maudissant intérieurement sa sœur. Sa sœur et sa voix qui emplissait tout son logement. Sa sœur et son sourire de somptueuse diva. Sa sœur et sa présence qui l’étouffait, alors que son arrivée datait seulement de quelques infimes petites minutes.





j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Jeu 10 Juin - 17:58
62a9c5ae9f5005c2cdeb6bfcb255734c.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



- Ouais, c’était sympa, lui répondit-elle presque sur le même ton.
Eh merde..., se lamenta intérieurement Ethan, conscient qu'il venait de se foirer admirablement.
- Faut dire que tu as été un peu occupé, cette nuit, continua-t-elle.
Cette fois-ci, il rit un peu. Juste un peu. Ce n'était qu'un léger sursaut vocal accompagné d'un soufflement de nez amusé. Mais il n'avait pas l'habitude de rire à pleine voix, sauf quand il plongeait quelques heures dans les doux bras rassurants de la drogue.
Elle s'approcha un peu de lui et ses yeux furent immédiatement attirés par la mèche sombre et rebelle qui vint tomber sur son visage. Elle était belle. Il ne savait pas combien de fois il s'était fait la remarque depuis hier soir, mais il savait que le nombre l'impressionnerait. Elle la remit en place et le charme s'estompa, libérant Ethan qui put enfin la regarder dans les yeux, même s'il se sentait gêné, sans savoir pourquoi.

Leona ouvrit la bouche pour le remercier, mais la sonnette retentit, le faisant légèrement sursauter. Une graine de panique commença immédiatement à germer au creux de sa poitrine. Ce qui allait suivre n'allait pas être bon du tout, il le savait même avant de voir qui était à la porte. Son hôte partit vers l'entrée de l'appartement pour aller ouvrir et Ethan resta là où il était, se retournant juste face à la porte et cachant un peu son sac derrière lui. Il sentit ses joues rougir légèrement, mais pas assez pour que cela révèle quoi que ce soit. Il avait l'impression de faire tâche dans cet endroit raffiné et luxueux, lui, un homme simple et qui trainait dans les sales ruelles de la ville. La porte une fois ouverte révéla une jeune femme carrément canon. Le genre de filles qu'on pouvait voir dans les magazines de mode. Elle était grande et mince et ses cheveux blonds comme le soleil d'été avaient l'air terriblement doux. Elle était habillée d'un tailleur strict bleu ciel, couleur douce et estivale qui s'arrangeait bien avec celle de ses cheveux.

Mais ce qu'il remarqua surtout fut l'attitude de Leona. Apparemment, ce n'était pas une partie de plaisir pour elle. Et si ce n'était pas une partie de plaisir pour elle... il allait sûrement détester ce moment au moins autant qu'elle. La blonde profita de l'absence de réaction physique de Leona pour s'engouffrer dans la pièce et ils se retrouvèrent presque nez à nez. Elle se coupa dans sa phrase avant de lui offrir un large sourire éclatant auquel Ethan répondit par un semblant de grimace amicale.

- Bonjour, le salua-t-elle d'une voix qui coulait, douce comme du sucre. Elle alla en même temps s'accouder contre le comptoir, lui offrant une vue magnifique sur... Oh putain de merde. Quel con. Il venait de plonger les yeux dedans.
Pour se sortir de là, il attrapa sa belle main vernie et la serra juste un instant, d'une poigne assurée et dynamique qui tranchait littéralement avec son intense confusion mentale.
- Je m’appelle Annabeth, je suis la sœur de Leona. Qui d’ailleurs ne m’avait pas dit qu’elle fréquentait quelqu’un.... Vous êtes ?
- Et... Ethan. Et voilà. Il se sentait encore plus con à présent. Il lui avait donné son vrai nom mais il avait paniqué en plein milieu puis avait fini par cracher le morceau.
Il sentit les fourmillements caractéristiques de l'impatience picoter le bas de son dos et il jeta un regard à Leona, se sentant de nouveau irrésistiblement attiré par le décolleté qui s'offrait à lui, comme tout bon mâle alpha qui se respecte. Il lui transmis un appel à l'aide silencieux mais discret qu'il espérait qu'elle allait comprendre. La situation était catastrophique. Il se retrouvait coincé chez une fille de la haute société, avec un témoin, une arme et pas mal de cocaïne. Il ne pourrait pas s'en sortir tout seul.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Ven 11 Juin - 14:34
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 3 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Leona s’était renfermée sur elle-même. Son regard était devenu aussi froid et tranchant qu’un souffle hivernal et aucun sourire ne venait adoucir son expression...laquelle contrastait avec celle d’Annabeth, qui rayonnait comme si elle savourait intérieurement l’effet qu’elle provoquait. La petite Kingsley appuya sa hanche contre le tiroir de son comptoir, braquant son regard sombre sur ses deux invités. Le regard d’Ethan, capturé par le décolleté de son aînée, ne lui échappa pas. La détresse qu’elle lisait dans ses yeux ne lui échappa pas non plus. Mais la jeune femme se contentait de l’observer avec indifférence, s’efforçant de garder pour elle la haine qu’elle vouait à Annabeth. Cette dernière déposa une main sur l’épaule du dealer, effleurant la lanière de son sac, son sourire lumineux toujours placardé sur son doux minois. “ Ravie de faire votre connaissance, Ethan. Vous partez déjà ? Oh, vous prendrez bien un café avec nous ?”demanda-t-elle en s’écartant légèrement pour scruter sa cadette.

Son expression ne dévoilait rien des pensées qui troublaient son esprit. Pas l’ombre d’un songe ne venaient se glisser dans l’océan de ses iris...mais ses doigts, en revanche, traduisaient son irritation grandissante. Ses phalanges tapotaient à répétition la surface du meuble. Un, deux, un, deux, un, deux. Leona soutint le regard de sa sœur, luttant vainement pour ne pas la chasser de son logement, là, tout de suite, maintenant. Elle se mordit violemment l’intérieur des joues pour ne pas prononcer des mots qu’elle finirait sûrement par regretter, tôt ou tard...Mais la jeune femme ne pouvait tout simplement pas endurer la vision qui s’imposait à elle. Annabeth et son sourire charmeur, rôdant près d’Ethan, prête à refermer ses jolies griffes rosées sur lui…

Les prunelles de Leona glissèrent doucement vers le criminel. Elle le toisa, inconsciemment, quand bien même une part d’elle lui répétait qu’il ne méritait aucunement l’animosité de son regard. Comment la situation avait-elle basculé aussi vite ? La Kingsley gardait encore les stigmates de ce doux sentiment qu’elle avait ressenti, blottie dans les bras d’Ethan, sa paume calée sur son torse…mais voilà, la bulle venait d’éclater. Et la réalité venait de la frapper de plein fouet.

“ Ethan doit partir.”intervint-elle finalement et simplement, de cette voix qui se voulait neutre. Désinvolte. Comme si le revoir engloutir vélocement son petit-déjeuner ne la piquait pas véritablement. “ Et puis, tu voulais discuter non ?”ajouta Leona en tournant son visage vers sa sœur. Une déception, bien trop visible pour être sincère, envahit le regard de celle-ci. “ Mince...Quel dommage, vous êtes certain de ne pas vouloir rester un peu ? Pour une fois que je rencontre un de tes amis Leo’, j’aimerais bien faire sa connaissance !”Sauf qu’Ethan n’était pas...véritablement un ami ? Elle n’avait jamais voulu poser un terme sur leur relation, ce qui, jusqu’à maintenant, rendait la situation entre eux bien plus simple. La Kingsley brune ne réagit pas, mais ses doigts continuaient de harceler le bois du meuble. Annabeth se dirigea vers la cafetière, secouant ses cheveux et roulant soigneusement des hanches en chemin, avant de se servir une tasse de café. Puis une deuxième. Qu’elle apporta aussitôt au dealer, lui bloquant volontairement toute tentative de fuite.

Un éclair de découragement traversa cette fois-ci ses yeux lorsqu’ils se posèrent sur Ethan. Leona se doutait que sa sœur ne souhaitât pas s’arrêter à quelques simples informations sur lui, mais plutôt découvrir tous les secrets croustillants de leur relation. Lorsqu’elle reprit la parole, Annabeth confirma aussitôt ses pensées. “ Je vois qu’en plus c’est du sérieux entre vous, non ?”se renseigna-t-elle en esquissant un pas sur le côté, se retrouvant presque dans le dos du dealer, le regard arrêté sur le sac sombre qu’il portait. La Kingsley brune se figea imperceptiblement. Une vague de malaise sembla déferler dans la pièce...Et voilà que sa sœur lorgnait manifestement sur ce qu’Ethan camouflait. “ Non parce que, vue la grosseur du sac...tu as dû rester un petit moment ici, je me trompe ?”Jésus. Tout en articulant ses mots mielleux de sa voix venimeuse, sa main s’était dangereusement dirigée vers le sac...pour en toucher la surface du bout de son index.





j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Sam 12 Juin - 9:52
ayi7.png
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



Tout ce qu'il reçu en échange de son appel à l'aide fut un regard froid, sombre et indifférent. Ethan fut surpris de la rapidité du changement chez Leona, qui ne pouvait être dû qu'à deux choses. Soit à cause de la nouvelle venue, soit à cause de lui. Dans le deuxième cas... il ne comprenait pas pourquoi son départ la mettait dans cet état là. Ils savaient tous les deux que ce qui se passait entre eux était vague et flou et que tenter d'éclaircir les choses le ferait fuir à coup sûr. C'est pourquoi ils ne se voyaient que pour prendre du plaisir, sans réfléchir, sans se poser de questions.

Une main vint se poser doucement sur son épaule, effleurant la lanière de son sac et le tirant de ses pensées. Aussitôt, une alarme se mit à résonner dans sa tête. Ethan n'était pas contre le fait qu'une si belle créature se mette à lui caresser l'épaule mais... pas devant Leona. Une deuxième se mit à clignoter rouge presque aussitôt. Le sac. La distance de sécurité entre sa marchandise et les hanches de la véritable princesse blonde n'était absolument pas respectée. Même s'il se tendit imperceptiblement, le dealer ne fit rien. Il se contentait de la surveiller du coin de l'œil, priant pour qu'il puisse s'enfuir de là le plus vite possible.

Leona pianotait tant qu'elle pouvait, les doigts cognant contre le comptoir, au rythme de ces secondes interminables. Son regard croisa le sien, pourvu d'une soudaine animosité qu'il ne comprenait pas mais qui le mit plutôt mal à l'aise. Evidemment, tout le monde avait un petit côté sombre qu'il cachait, lui le premier. Mais il n'avait jamais formulé la pensée que Leona, la fragile petite créature à la robe rouge qu'il avait tiré d'une mauvaise passe la veille, puisse en avoir un également.
Quand elle annonça à sa sœur qu'il devait partir, le soulagement lui fit baisser sa garde quelques instants. Les alarmes s'éteignirent petit à petit derrière ses yeux. Tout allait bien se passer, il allait pouvoir sortir d'ici bientôt, sans faire la moindre petite vague.

Ethan se surpris à vouloir sourire au mot "ami". Si elle savait... Mais il se retint de faire quoi que ce soit de stupide. Lui, ce qu'il voulait, c'était qu'elles l'oublient pour aujourd'hui. Son vœu sembla s'exaucer un court instant car la mannequin aux cheveux d'or s'éloigna vers la machine à café. Il songea un instant à se rapprocher de la sortie comme une petite souris désespérée, s'empêchant de laisser ses yeux traîner du côté de son déhanché diablement sexy, mais elle fut de retour avant qu'il ait eu le temps de faire le moindre pas, lui bloquant cette fois-ci carrément le passage et lui ordonnant silencieusement de boire ce qu'elle lui avait rapporté.
Le criminel s'empêcha de grimacer et lâcha un vague "Merci" avant de faire couler au moins une gorgée de la boisson amère. A présent, la porte qui se trouvait derrière Annabeth était son seul objectif.

- Je vois qu’en plus c’est du sérieux entre vous, non ?
Le café failli partir dans le mauvais trou et Ethan reposa vivement la tasse sur le comptoir avant de s'étouffer. L'obstacle qui lui barrait le chemin lui tournait à présent autour comme un requin - ou même un tigre - et il se sentit soudain très mal à l'aise. Ca commençait à sérieusement l'agacer, mais même s'il voyait bien que Leona n'appréciait pas vraiment sa sœur, il ne voulait pas franchir la limite invisible qui les ferait se liguer toutes les deux contre lui. Il subit la remarque en silence, tendu comme la corde d'un arc. L'atmosphère de la pièce semblait à présent bien plus lourde que tout à l'heure.
- Non parce que, vue la grosseur du sac...tu as dû rester un petit moment ici, je me trompe ?
Ethan sentit un doigt se promener sur la fermeture éclair de son sac, s'aventurant autour du petit truc métallique qui servait à l'ouvrir.

Cette fois-ci, ce fut trop. La main d'Ethan, aussi vive qu'un serpent qui détend son corps pour s'élancer vers sa proie, attrapa fermement mais sans lui faire mal le poignet d'Annabeth pour l'empêcher de faire quoi que ce soit d'autre. A moitié retourné vers elle, il plongea son regard outremer dans le sien pour lui ordonner gentiment :
- Pas toucher.
Sans le vouloir, sa voix avait adopté le ton avenant et caractéristique de ceux qui grondent un petit chiot, mais qui se font attendrir par sa petit bouille. Dans son cas, il la grondait plus qu'elle ne l'attendrissait, et il y avait dans son attitude un petit quelque chose menaçant qui lui indiquait clairement de ne plus jamais retenter ça ainsi qu'une pointe de condescendance. Une cuillère à soupe pour être exact. Ce qu'il y avait dans ce sac la dépassait terriblement.

Il la transperça du regard juste quelques secondes, pour être sûr que le message rentre bien, puis il libéra son poignet en lui adressant un léger sourire, juste un coin de sa bouche qui se relevait imperceptiblement, pour lui faire croire que c'était juste une blague. Mais il espérait secrètement qu'elle aurait retenu la leçon. Dès qu'il fut libre, son regard partit aussitôt vers Leona pour guetter l'agacement qui risquait de percer ses yeux. Il voulait s'assurer qu'il n'était pas allé trop loin.


Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Sam 12 Juin - 13:11
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 3 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Sa sœur lui évoquait une vipère, persiflant des mots emplis d’un venin qui empoisonne l’esprit autant que le cœur. Parce qu’à cet instant, c’était l’impression qu’elle lui prodiguait. Avec sa voix de velours, elle enjôlait les hommes et particulièrement ceux qui ne tournait pas autour d’elle...parce qu’Annabeth était ainsi. A l’instar de sa mère, elles avaient besoin que le monde se prosterne à leurs pieds pour se sentir adulé, et aimé. Annabeth était la reine d’un univers bien trop vaste, mais qu’elle s’efforçait pourtant de contrôler dans son intégralité, sans se méfier réellement des conséquences.

Elle s’appropriait tout et tout le monde. Même les petits secrets de sa cadette....son poison inoculait toutes les âmes qui croisaient son chemin. D’une façon ou d’une autre. Annabeth finissait toujours par détruire la paix que Leona trouvait...pour éprouver un semblant de suprématie. Un sentiment que Leona menaçait, avec non pas son charme, mais son esprit brillant et ses longues études qui lui assurait pour sûr un avenir prestigieux...Et également la fierté d’Oscar Kingsley. Elle s’est emparée de tous les titres possibles inimaginables, Annabeth... mais celui de poupée chérie du père Kingsley a toujours été, et demeure encore aujourd’hui, hors de sa portée.

Alors, rongée par la jalousie, la mannequin vole tout ce que sa cadette affectionne... Et c’est bien parce qu’elle n’échouait jamais à ce petit jeu, que les traits de son visage ne se détendaient pas et que Leona ne supportait pas de la voir rôder autour d’Ethan. Et qu’elle ne supportait pas le regard oblique qu’il avait lancé à l’échancrure de son tailleur. Pas plus qu’elle n’apprécia que ses yeux lorgnent sur le mouvement séduisant des hanches d’Annabeth. Parce qu’elle refusait que sa sœur la prive une seconde fois de la seule personne qui lui prodiguait un tant soit peu de bonheur...et .parce qu’elle était aussi jalouse que l’était son aînée.

Tandis que ses phalanges pianotaient sur le comptoir, sa sœur continuait de parler, consciente sans aucun doute du malaise qu’elle provoquait. Et au sourire qu’elle affichait...Leona devina que sa sœur s’amusait de la situation. Cette impression attisa davantage le brasier de colère qui brûlait en son sein...jusqu’à ce que son corps tout entier ne se crispe brusquement. La main d’Ethan venait de se refermer sur le poignet d’Annabeth, faisant ainsi fuir le rictus qui ne l’avait pourtant pas quitté un seul instant depuis son arrivée. Sa voix avait grondé. Subtilement menaçante. Toute trace d’amusement déserta le visage de la mannequin, qui s’était également pétrifiée. Un lourd silence retomba dans la pièce. La Kinglsey brune scruta sa sœur, luttant pour ne pas savourer le désarroi qui se reflétait distinctement dans son regard...en vain. Son expression parut s’adoucir légèrement. Et une petite lueur illumina un instant ses iris, jusqu’alors indéchiffrables...ses doigts cessèrent leurs mouvements frénétiques. Ses bras retombèrent le long de son corps... Tandis qu’Annabeth retrouvait progressivement l’image parfaite qu’elle imposait au monde.

Ses yeux, dans lesquels s’épanouissait un léger éclat malicieux, presque approbateur, croisèrent ceux du dealer. Ses lèvres étaient crispées. Son expression tendue, sensible au malaise qui les étouffait tous...parce que la menace qui avait irradié d’Ethan, pendant un court instant, n’était pas passé inaperçu à en voir la mine décontenancée d’Annabeth. Mais il y avait...presque une once de soulagement, dans les prunelles de la petite Kingsley. Il n’était pas encore tombé entièrement dans les filets de son aînée...Et la demoiselle préféra se raccrocher à cette pensée, plutôt que celle qui lui soufflait que ce qui se cachait dans le sac de son invité était bien plus compromettant qu’elle ne l’imaginait.

“ Bon, déclara-t-elle brusquement avant qu’Annabeth ne prenne la parole, en se dirigeant nonchalamment vers ses deux visiteurs. “ Je vais te raccompagner à la porte, Ethan.”Ses doigts glissèrent doucement autour du poignet du dealer, jetant un coup d'œil à sa sœur, dont le sourire venait de retrouver sa place. Il y avait encore un reste de surprise qui teintait son joli visage...et elle ne put s’empêcher de lancer un regard appuyé à ce fichu sac. Mais aucun son ne s’échappa cette fois-ci de sa gorge. Leona entraîna le criminel vers la sortie. Plus il sera loin d’Annabeth et mieux elle se sentira...mais son esprit commençait à être intoxiqué par un mauvais pressentiment. Un très mauvais pressentiment. Son plus beau secret avait été dévoilé et Leona se doutait que la reine ne s’arrêterait pas à cette simple altercation...et, à son plus grand dam, le charme d’Ethan était bien trop fascinant pour qu’Annabeth ne renonce aussi rapidement. Oui, plus il sera loin d’Annabeth, et mieux elle se sentira…

La Kingsley ouvrit la porte, avant de conduire le criminel à l’extérieur de son logement pour mettre le plus de distance entre lui et son aînée. Elle poussa légèrement la porte d’entrée, sans la refermer totalement. Elle plongea alors son regard dans celui d’Ethan. Cette fois-ci, un voile de douceur se déposa sur sa mine, chassant ainsi la froideur et l’indifférence dont elle avait fait preuve en présence d’Annabeth. “ Désolé de t’avoir coincé ici. C’était pas prévu qu’elle vienne et...bon, bref. ”Elle se pinça les lèvres puis bascula fugacement sur la pointe des pieds pour se grandir. Un fait attention à toi manqua de s’enfuir de sa bouche. Mais Leona intercepta le songe avant qu’il ne résonne clairement dans le couloir. “ À plus. ”ajouta-t-elle à la place, son visage près du sien, d’une voix claire et limpide, mais neutre...avant de déposer, furtive comme une fugitive, ses lippes sur sa joue. Elle se recula aussitôt, reprenant ce masque d’indifférence qui rendait les choses plus faciles entre eux.

La jalousie et la peur ne faisaient rarement bon ménage...Leona appuya son épaule contre l’encadrement de la porte. Elle n’aurait jamais dû se sentir autant menacée par son départ et par l’arrivée de sa sœur...pourtant elle l’avait été, terriblement, parce qu’elle ne s’était pas sentie aussi bien dans les bras d’un homme depuis...trop longtemps. Le criminel apportait une teinte colorée à son existence. Des couleurs dans une vie un peu terne. C’était ce que représentaient à ses yeux leurs moments, aussi éphémères soient-ils. Quelques nuances colorées...qu’Ethan emportait avec lui lorsqu’il s’éloignait.





j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Contenu sponsorisé
You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))
Page 3 sur 14
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant
Sujets similaires
-
» (tw) chaotic (nix)
» chaotic heartbeats [beloved]
» Gäa ☮ Peace love and rock
» Gäa ☮ "Eternal peace is probably overrated"
» Just what you need - Ethan&James

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel-
Sauter vers: