Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))

Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Jeu 3 Juin - 18:51
62a9c5ae9f5005c2cdeb6bfcb255734c.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



Les lèvres d'Ethan continuaient leur danse avec celles de Leona qu'il avait emprisonnée entre le mur et lui, électrisées par les frissons qu'elles avaient fait naître dans son cou. Le dealer sentit des mains rendue fraîches par l'air du soir se glisser sous son sweat et son t-shirt, caressant du bout des doigts sa peau qui lui semblait brûlante sous cette caresse givrée. Son baiser en perdit un peu de sa vigueur tandis qu'il s'abandonnait un instant à la sensation de la peau de Leona parcourant la sienne, le faisant frissonner d'envie et d'impatience mélangées. Il sentait peu à peu un désir fou s'emparer de son bon sens, mais aussi de son bas ventre qui semblait être en ébullition, et qui lui faisait remarquer par la même occasion que les érections ne faisant pas bon ménage avec les pantalons, quels qu'ils soient.

Il allait presque laisser échapper un léger soupir lourd de désir quand il la sentit atteindre son arme. Les mains quittèrent précipitamment sa peau crépitante, lui laissant un arrière goût amère de frustration. C'était quoi son problème ? Le flingue ? Il allait s'en débarrasser vite fait alors. Ses lèvres s'éloignèrent, sûrement pour reprendre leur souffle mais Ethan les poursuivit jusqu'à ce qu'il ne puisse plus avancer la tête, en vain. Ce n'est qu'à ce moment qu'il ouvrit des yeux aux prunelles sombres comme une mer d'orage, une tempête affamée d'elle. Sa main droite quitta un court instant la hanche de Leona pour venir attraper l'arme à feu dans son dos qu'il voulut poser sur le meuble d'à côté. Mais, trop peu attentif à ce qu'il faisait, plongé dans les yeux de l'objet de ses désirs, l'arme, balancée à la va-vite, resta quelques secondes en équilibre au bord de la commode d'acajou avant de se casser la gueule par terre dans un bruit sourd de plastique et de métal confondus. Rien à foutre. Il n'y avait plus qu'elle et son corps palpitant sous ses mains, juste devant lui. Il mourrait tellement d'envie de lui arracher cette foutue robe rouge, de la dévorer jusqu'à ce qu'elle lui demande grâce.

- Je n’avais pas envie de whisky non plus... Sa voix faisait crépiter ses tympans, bondir son cœur au rythme de ses syllabes. Ses lèvres. Il ne voyait plus qu'elles. Elles bougeaient sensuellement avec ses paroles sucrées comme du miel. Il en voulait plus, toujours plus. Mais elle ne semblait pas avoir fini de parler. Ethan n'était qu'à un fil de la bâillonner sauvagement pour qu'elle ne les interrompe plus mais il s'en empêcha. Cela faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas vus et s'il était important pour elle de parler, qu'elle le fasse. Mais qu'elle se dépêche bordel, il n'en pouvait plus. Tu m’as manqué, ajouta-t-elle finalement en se mettant à caresser sa nuque et en faisant glisser ses lèvres sur sa joue rasée de près. Ethan clos à demi les yeux en arborant une moitié de sourire serein, savourant cet instant comme s'il était très précieux. Il était très précieux même. Un des ses bras repartit enserrer presque amoureusement le bas de son dos tandis qu'elle était encore collée à lui, contre son torse.

Elle lui avait manqué aussi. Chaque matin, avant de se coucher, il l'avait vue en pensée, se demandant inconsciemment quand est-ce qu'elle allait rentrer. Il avait pensé à elle tous les jours depuis la dernière fois qu'ils avaient passé une nuit comme celle qui allait suivre et même si cela lui faisait mal de l'avouer, elle était devenue comme une drogue dont il ne pouvait plus se passer. Le problème, c'était qu'elle était la pire des cames. Elle n'était ni trouvable sur la marché, ni achetable, ni même échangeable et les effets de manque se faisaient trop vite ressentir à son goût. Et ça le faisait rager, parce qu'il était complètement dépendant d'elle. Lui, le type qui n'avaient jamais l'habitude de rester trop longtemps au même endroit, il était devenu addict. Il fallait bien qu'il se rende à l'évidence : il ne pouvait plus partir à présent qu'il l'avait trouvée.

- J'ai p...
Ethan n'eut pas le temps de finir sa phrase, les lèvres de Leona vinrent l'interrompre sauvagement. Très sauvagement même. Ses mains vinrent s'agripper sur le tissu de son pull, le maltraitant comme si elle voulait qu'il parte immédiatement. Sous l'assaut merveilleusement brutal de Leona, il poussa un léger grognement qui ne signifiait qu'une chose : il allait la réduire en miettes, si c'était ce qu'elle voulait. Il allait la faire crier fort, lui donner du plaisir comme elle n'en aurait jamais eu avant. Désormais incontrôlable, Ethan rompit leur baiser le temps d'enlever précipitamment d'un coup pull et t-shirt qu'il alla balancer dans les airs, un peu plus loin, puis revint dévorer ces lèvres qui le narguaient tant. Sa peau légèrement bronzé en cette saison semblait être parcourue d'un réseau de flammes, situées sous son épiderme. Il avait chaud, très chaud, et avait l'impression d'émettre une aura brûlante qui percutait même Leona. Ses muscles bien dessinés roulèrent sous ses bras lorsqu'il attrapa à nouveau son corps entre ses mains. Cependant, l'une d'entre elles décida plutôt de repartir vers lui pour s'occuper de sa ceinture et se démena à l'arracher. Ses gestes impatients faisaient se coincer la boucle à chaque fois qu'il arrivait enfin à la tirer de quelques centimètres, mais il n'en semblait pas s'en apercevoir, complètement envoûté par son baiser.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Ven 4 Juin - 18:08
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 2 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.
C’était si bon. Merveilleusement bon. Les lèvres à la fois douces et rudes d’Ethan scellées aux siennes, Leona se perdait dans cette ardente euphorie qui pulsait dans son corps. Dans leurs corps. Car elle le sentait, son désir... un désir patent, pressé contre sa cuisse, qui carambolait tous ses sens et l’éloignait progressivement de la raison. Entre ses bras, il n’était plus question d’être raisonnable ou pondéré. Entre ses bras, elle envoyait valser cette conscience sournoise dont les pensées empoisonnaient ses jours en lui rappelant constamment qu’elle devait atteindre la perfection, physiquement et professionnellement. Chaque détail comptait. Elle se devait d’être toujours bien parée. Toujours jolie, dans ses petites robes de luxe. Toujours souriante, avec son sourire aussi éblouissant que le soleil. Peu importait l’hypocrisie de son rictus, pourvu que la petite Kingsley envoûte les cœurs. Mais, avec Ethan, c’était différent. Ses paumes faisaient émerger une version plus audacieuse, plus imprudente et moins réservée que cet imposteur de Leona Elizabeth Kinglsey. Cette version-là se sentait à l’étroit dans ses vêtements. Terriblement à l’étroit. Cette version-là abandonnait la conduite trop rationnelle exigée par les mœurs sociales de sa famille.

Et c’était merveilleux, de sentir enfin cette délicieuse liberté. Parce que c’était ce qu’Ethan lui faisait ressentir par ses baisers sauvages et ses mains brûlantes. La liberté. La possibilité d’être qui elle voulait. La possibilité d’être déraisonnable. La possibilité de laisser déferler cette impétuosité que ses parents s’évertuaient à brider. Elle aimait cette femme-là, Leona. Elle se sentait complète, mais surtout...elle se sentait intouchable. À croire qu’Ethan lui prodiguait la force d’affronter le monde entier… Bien qu’à cet instant précis, il attisait essentiellement un brasier de plaisir capable de ravager tout Paria.

Il s’écarta un instant pour retirer son pull et son t-shirt, révélant ainsi un torse sur lequel pas une seule once de graisse n’avait eu l’audace de s’accrocher. Ses yeux s’attardèrent rapidement sur ses muscles qui tressaillaient à la surface de son épiderme, avant que ses doigts ne se glissent aussitôt sur cette parcelle de peau nue. Ils s’aventuraient. Ils exploraient. Comme s’ils découvraient son corps pour la première fois. Ses mains parcouraient doucement sa chair qui la brûlait presque tant la passion l’incendiait, lui aussi. Enveloppée dans sa chaleur, Leona n’éprouvait non pas la sensation de suffoquer...Mais de revivre. Ses paumes, douces et vives, effleuraient ses pectoraux, sa nuque, ses épaules... La façon dont leurs corps avaient de s’harmoniser ne cesserait jamais de la fasciner. Sa silhouette lui semblait être si frêle, si fragile, entre ses bras puissants et vigoureux, et pourtant, en dépit de leurs divergences, leurs êtres s’accordaient de la plus grisante des manières. Et elle n’avait jamais connu ça, Leona. Personne ne lui avait fait ressentir les sensations qu’Ethan éveillait en elle. Personne. Le désir qu’elle avait connu avec ses précédents amants...Était complètement terne et froid en comparaison avec celui qu’elle vouait au criminel.

Les cliquetis du métal lui parvinrent, attirant alors vaguement son attention. Sans quitter les lèvres d’Ethan, ses mains descendirent doucement en direction de son jean, avant d’effleurer celle, singulièrement impatiente, du dealer et de se refermer sur la boucle froide et métallique. Confiants et légers, ses doigts détachèrent habilement la ceinture. Puis, ils s’accrochèrent au tissu de son pantalon pour que, d’un geste vif, ce dernier s’écroule sur le sol. Sa dextre survola innocemment la proéminence de son entrejambe, laquelle semblait torturer le textile du caleçon. Un courant électrique la traversa. Son intimité se gonfla d’anticipation et d’excitation. Son visage s’empourpra. Non pas par timidité... mais dû à la vague de chaleur qui l’immergeait alors que ses paumes se perdaient de nouveau sur son torse et que ses cuisses s’appuyaient sans retenue contre celles d’Ethan. Une demande silencieuse. Elle voulait qu’il la possède sans vergogne. Contre la fraîcheur du mur. Sur la dureté du comptoir. Dans le vaste espace de sa douche. Dans la douceur de ses draps. Ils avaient l'embarras du choix.

Ses mains quittèrent la peau du criminel pour s’accrocher au vêtement pourpre qui commençait à la faire suffoquer, tant le besoin de sentir sa peau nue contre celle d’Ethan l’étourdissait. La robe échoua à son tour sur le sol. Œuvre d’Ethan, ou la sienne ? Leona ne savait plus. Elle perdait doucement pied. Ses sous-vêtements, pourvus de dentelle blanche très légère, ne dissimulaient en rien son désir grandissant. Sous le tissu de son soutien-gorge, apparaissait la pointe durcie de ses seins désireux d’être libérés, quant à sa culotte, celle-ci était légèrement assombrie par la tiède humidité naissante entre ses cuisses. L’euphorie faisait bouillir la totalité de son être. La poupée Kinglsey docile et modeste s’était éclipsée depuis bien longtemps...

Loin d’être véritablement prononcées, ses formes étaient discrètes et graciles. La délicatesse de sa taille s’était pendant longtemps imposée comme un complexe, mais Leona avait depuis longtemps fait la paix avec cette petite figure svelte qu’était la sienne. Elle appréciait aujourd’hui son corps...mais elle l’appréciait davantage lorsqu’Ethan le possédait.

Le bas-ventre en feu, sa langue ondulant contre celle du dealer, le souffle commençait de nouveau à lui manquer...la jeune femme ralenti le rythme de leur danse langoureuse, avant de s’arracher progressivement à ses lèvres. Sa bouche plongea doucement dans la nuque d’Ethan, s’enivrant de son parfum qui emplissait tous ses sens. Sa bouche descendit encore légèrement. Elle caressa sa clavicule. Puis se hasarda en direction de son thorax, continuant son infernale descente, s’appliquant scrupuleusement pour ne pas précipiter ses gestes et ainsi, céder aux caprices de son corps. Leona voulait rendre Ethan fou. Autant qu’il la rendait folle.

Ses doigts tirèrent tranquillement sur l'élastique de son boxer tandis que ses lippes poursuivaient leur chemin. Elle quitta finalement sa peau et, à l'aide de ses deux mains, fit glisser le caleçon le long des jambes du criminel.De nouveau, elle se mordit violemment la lèvre inférieure. Seigneur. La moindre partie d’Ethan lui avait terriblement manqué. La Kinglsey se redressa lentement, sa senestre effleurant ses hanches, ses côtes...puis, si délicatement que ça en était presque douloureux, sa paume se referma autour de la vigueur de son membre, avant d’en cajoler lentement la longueur du bout des doigts. Elle plongea alors son regard brûlant dans le sien, qu’elle trouvait merveilleux, dévoré ainsi par le désir. La beauté d’Ethan ne cesserait jamais, jamais, de lui couper le souffle.

Les mots étaient devenus inutiles. Ses yeux traduisaient distinctement toutes les pensées qui s’entrechoquaient dans son esprit alors que Leona ne voyait plus que le bleu profond de ses iris et ne sentait plus que la chaleur de sa peau entre ses mains. Le silence venait de retomber sur la pièce. Il n’y avait plus que le son de leurs souffles chauds qui s’entremêlaient et celui de leurs cœurs battant à l’unisson.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Ven 4 Juin - 21:34
62a9c5ae9f5005c2cdeb6bfcb255734c.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.


Ses mains. Ses mains glissant sur la surface torride de sa peau, passant à un endroit pour se retrouver à un autre moins d'une seconde plus tard. Ses putain de doigts de fée le firent sombrer un peu plus dans cette folie qui l'avait gagné depuis quelques instants. Un sourire pervers étira ses lèvres alors qu'il l'embrassait encore et encore, imaginant déjà ce qu'il allait lui faire. Elle allait prendre cher. Mais c'était sûrement ce qu'elle souhaitait. Ethan ne lui avait jamais caché son côté un peu violent et il fallait dire qu'au souvenir de leurs précédents rendez-vous, elle avait eu l'air d'avoir atteint une sorte de paradis interne de satisfaction.

Alors qu'une main vint effleurer la sienne, Ethan se rendit enfin compte qu'il galérait sur cette foutue ceinture et il la laissa faire lorsqu'elle la défit à sa place. Elle avait sûrement plus de dextérité que lui à ce moment là. Sa ceinture tomba au sol en même temps que son jean et le criminel sentit cette même main effleurer l'organe qui avait à présent réquisitionné tout le sang disponible, n'en laissant certainement pas assez pour son cerveau masculin. La respiration déjà lourde, Ethan étouffa un soupir frustré dans les lèvres de sa belle alors que celle-ci reprenait les caresses sur le haut de son corps. Elle le torturait, et elle aimait ça. Et qu'est ce qu'il y prenait du plaisir lui aussi... Ses préférées étaient celles qui prenaient des initiatives, et Leona en faisait partie. Mais pas seulement. Elle était spéciale. Il n'aurait su expliquer ça mais dans ces moments là, quand ils étaient justes tous les deux, nus l'un contre l'autre, il y avait cette sorte de chimie unique entre eux.

La main d'Ethan, qui s'était mise à aller et venir sur la hanche de Leona, rencontra soudain la peau nue qu'il savait délicieusement pale de cette dernière. Il s'était fait la remarque la dernière fois mais il trouvait qu'elle était couleur glace à la vanille. Terriblement fraîche et appétissante. Et délicieusement sucrée. Leur baiser ralentit et Ethan rouvrit des yeux fiévreux ou toutes traces d'humanité avaient disparu depuis longtemps. Elle était presque nue. Les seuls remparts entre eux étaient ses sous vêtements carrément sexy... Il savait qu'elle était une fille de bonne famille, pas de laquelle précisément, mais il trouvait que ça la rendait encore plus désirable. Et la voir porter cette délicate dentelle, si fragile et qui ne résisterait jamais à ses traitements, l'excitait encore plus.

Il allait lui retirer son soutien gorge lorsque le contact de ses lèvres dans sa nuque le fit frissonner si violemment de plaisir qu'il en oublia aussitôt ce qu'il voulait faire de ses mains. Elle ne s'arrêta pas là, l'interdisant de reprendre le fil de ses pensées, de ses actions. Sa bouche descendit, plus bas, encore plus bas, avec une lenteur qui lui donnait envie de hurler. La respiration faiblement saccadée, les jambes tremblant légèrement, il attendit en fermant les yeux qu'elle atteigne le bas. Dans le noir total, les sensations lui parvenaient démultipliées et son supplice n'en était que plus violent. Mais putain, qu'il aimait ça.

Il se mordit férocement l'intérieur des joues quand il sentit ses doigts crocheter l'élastique de son caleçon. Il avait terriblement envie qu'elle le touche. Maintenant ! Le boxer alla rejoindre le sol et il le balança plus loin d'un coup de pied, fébrile. Et alors qu'il l'attendait impatiemment, il la sentit. Son cerveau se vida d'un seul coup du reste de sans qui continuait à l'oxygéner, sang qui partit rejoindre son sexe alors qu'elle venait de l'enserrer délicatement de sa main.  
- Putain, putain, putain... Ethan vint s'appuyer contre le mur, sur ses avants bras reliées, coinçant encore plus étroitement Leona entre eux deux. Sa voix n'était à présent plus qu'un murmure tremblant, située près de l'oreille gauche de la jeune femme.
Elle le tenait en laisse. Elle pourrait lui demander n'importe quoi, il dirait oui avant même qu'elle ait fini de parler. Cette douceur, surtout à cet endroit et à ce moment là, le rendait complètement fou. Il en voulait plus. Il en voulait plus ! C'était une véritable torture, comme quand on enlève lentement un pansement bien accroché à la peau, comme le bruit du papier aluminium qui le faisait grincer des dents, comme la sensation de l'aiguille s'enfonçant dans les muscles lors d'un vaccin ou encore comme les griffes d'un chat s'agrippant sournoisement à la peau. Ethan voulait ça. Il voulait la main de Leona. Mais plus fort, qu'est ce qu'il la voulait plus fort !

Ses yeux se rouvrirent lentement, croisant les siens, qui devaient être aussi brûlants que le sien était noir. Non, ils n'avaient pas besoin de mots, en effet. Elle pouvait lire dans son regard la douleur qu'elle lui procurait, l'inlassable torture qu'elle lui faisait vivre. Espérant que cela la motiverait à s'activer un peu, une des mains d'Ethan partit à son tour explorer la peau de la belle Kingsley, mais contrairement à elle, ses gestes étaient imprécis, tremblants et brutaux. Il était incapable de se contrôler. Ses doigts se ruèrent vers l'attache de son soutien gorge qu'il dégrafa et qu'il jeta à terre lui aussi. Puis, décidant que c'était à son tour de passer aux choses sérieuses, il descendit sa main sur sa peau glace à la vanille, imitant ce qu'elle lui avait fait tout à l'heure avec sa bouche, sans parvenir à faire aussi bien qu'elle. Ses doigts caressaient les formes qu'ils trouvaient sur leur chemin, s'arrêtèrent un instant pour tourner autour de ses tétons dressés, puis continuèrent vers le seul et unique bout de tissu qu'elle portait. Ethan savait qu'elle était humide depuis le temps mais le simple fait de le sentir avec son index et son majeur le fit frissonner à nouveau. Son regard se glissa dans le sien alors que lui aussi, commençait à la caresser le plus doucement possible à travers le tissu de dentelle qu'elle portait. Son visage était très près du sien, leurs nez pouvaient presque se toucher. Ses yeux, noir océan de bestialité, revêtait tout de même une petite lueur de défi. Il ne ferait pas plus si elle ne faisait pas plus elle non plus.
Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Sam 5 Juin - 19:22
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 2 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

L’intensité de son regard la frappa de plein fouet. Ethan dardait sur elle ses yeux sombres dans lesquels se lisait le profond supplice que sa dextre lui faisait volontairement subir. Un flot d’injures s’écoulèrent sur ses lèvres. Sa voix vibra près de son lobe d’oreille, envoyant dans son corps un délicieux courant électrique. Seigneur. Son corps s’écrasa lentement sur le sien. Ses gestes devinrent maladroits. Un sourire captura ses lèvres. Leona ne se lasserait jamais de contempler Ethan perdre toute maîtrise entre ses mains délicates. Elle aimait apercevoir l’effet qu’elle lui provoquait. Elle aimait l’idée qu’elle arrivait à faire flamboyer dans ses iris un feu aussi ardent que celui qui consumait ses veines. Et par-dessus tout, elle aimait le voir s’abandonner ainsi à elle. De le voir aussi...Désarmé, complètement hors de contrôle. Simplement parce que ses doigts aériens osaient effleurer lentement son membre. Brûlant et dur. Il était dorénavant à la merci de ses caresses...Et c’était terriblement grisant. Terriblement grisant. L’envie de faire durer cette délicieuse torture s’accentua, alors que l’écho de sa respiration irrégulière lui parvenait distinctement.

Sa main continuait son long cheminement. Inlassable. Avide de sentir encore et encore les tressaillements d’Ethan. La Kingsley ne tremblait pas. Sa paume était emplie d’une assurance presque inébranlable. Presque. Car, le revoilà de nouveau, ce regard sauvage. Torride. D’une sensuelle brutalité. Les paupières du criminel venaient de se relever, lui offrant une vue imprenable sur le lac de désir qui brillait dans ses iris. Un désir qu’elle, Leona, attisait du bout des doigts. Mais dorénavant piégée dans l’étau de ses bras et de ses yeux, la jeune femme sentit un long frisson traverser son échine, faisant ainsi tressaillir son aplomb. Ethan fit courir ses doigts sur sa peau. Des mouvements tremblants, dépourvus de toute délicatesse...qui ne faisait que l’embraser davantage. Son soutien-gorge échoua rapidement sur le parquet. Il était brutal, Ethan. Fougueux et impatient. Il lui faisait l’amour avec une violence aussi suave que déchaînée… Et Leona... Elle aimait ça. Sa rudesse la faisait vibrer, jusqu’à lui en faire perdre la raison. Sa férocité reflétait la passion qui les ravageait tous deux. Ou peut-être était-ce simplement et purement un signe de folie ?

Sa main sur son corps laissait des traces brûlantes, imprégnant alors chaque centimètre de sa peau. Il effleura l’extrémité tendue de ses seins. Chacune de ses caresses l’enivrait un peu plus et lui prodiguaient le besoin vital d’en recevoir davantage. Mais, comme un écho à la torture que lui imposait Leona, Ethan se promenait sur son corps...Jusqu’à s’approcher dangereusement de la partie si sensible de son être. Une vague d’appréhension déferla dans ses veines. La Kinglsey se pinça les lèvres…. Et laissa échapper un doux gémissement lorsqu’elle sentit son index frôler la dentelle de son sous-vêtement. Sous ses assauts diablement lents, elle se mit à suffoquer. Sa peau brûlait. Son corps tressaillait, comme si c’était la première fois qu’un homme posait sa main à cet endroit-là. Pleine d’audace, sans éprouver un soupçon de timidité, ses cuisses s’écartèrent pour lui offrir l’accès à son sexe palpitant.

Ses paupières se fermèrent aussitôt, rien que pour savourer un instant ces délicieuses caresses...Les ongles de sa main libre s’enfoncèrent doucement dans sa peau. La fureur de leurs gestes laissait dorénavant place à un rythme lent, trop lent. Bordel. C’était bien trop lent. Un feu ardent se propageait dans tout son bas-ventre. Pourquoi ne lui retirait-il pas le dernier morceau de tissu qu’il lui restait ?

Sa paume continuait de glisser nonchalamment sur son membre, alors qu’elle sentait ses propres hanches onduler de manière presque imperceptible pour réclamer plus qu’un simple frôlement. Mais lorsqu’elle ouvrit ses yeux embrasés par un plaisir absolu...Leona discerna cet éclat de défi qui animait à présent le regard d’Ethan. L’enfoiré. Il ne lui donnerait pas plus qu’elle ne lui donnait actuellement. Une étincelle d’irritation crépita dans ses iris. Elle savait qu’elle succomberait la première…

Son index se fraya jusqu’à l’extrémité de son sexe, lequel subit quelques titillements...avant que sa paume ne se referme entièrement sur lui. Leona se mit alors à le cajoler, aux creux de sa main. Doucement, doucement...Sans jamais quitter le dealer du regard. Et puis, ses mouvements s’intensifièrent et la Kinglsey se mit à caresser pleinement sa chair soyeuse, désireuse de guider Ethan loin, si loin, de la raison. Ses propres joues s’échauffaient. Le fleuve d’euphorie qui la traversait ne se tarissait pas. Le contact de son index contre son intimité continuait de la tourmenter mais...la demoiselle luttait pour prendre son temps, car il n’y avait rien de plus plaisant que de contempler la fièvre s’emparer tranquillement du criminel. Le rythme de ses cajoleries gagnait en virulence. À chaque nouvelle caresse, le besoin de le ressentir en elle se renforçait, éveillant en son être une douleur térébrante et exquise. Elle ne savait plus où donner de la tête. Leona s’égarait entre la limite du supplice, et le gouffre de plaisir qu’elle éprouvait en torturant Ethan de sa main experte et entreprenante. La petite Kingsley capitulait. Délibérément.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Sam 5 Juin - 20:57
62a9c5ae9f5005c2cdeb6bfcb255734c.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



Le gémissement sucré qui s'échappa des lèvres de Leona attisa son feu interne, le faisait littéralement bouillir à l'intérieur. Ethan se mordit à son tour la lèvre inférieure pour éviter de grogner comme un animal sauvage en réponse. Sous lui, enfin plutôt contre lui, il sentait le corps de la belle Kingsley pulser et irradier de cette même fureur bouillonnante. Il crut lire dans ses yeux une once d'irritation, mais il n'était plus totalement maître de lui même pour en être sûr. En tout cas, il obtint ce qu'il voulait. L'index de Leona glissa jusqu'au bout de son sexe, s'attarda sur son gland si sensible, tellement lentement qu'il avait l'impression qu'il allait exploser de l'intérieur. Est-ce qu'il allait imploser plutôt qu'exploser ? A vrai dire, il n'en avait pas grand chose à foutre. Il n'avait jamais saisi la nuance entre ces deux mots et ce n'était certainement pas aujourd'hui que ça allait arriver.

Puis, par tous les dieux d'avant et d'aujourd'hui, enfin, elle l'empoigna en entier dans sa main. Ethan sentit sa tête basculer en avant et il visa pile à temps pour cacher son visage dans le creux de son cou en lâchant à son tour un gémissement sourd, rendu saccadé par sa respiration à présent chaotique. Il sentait que ses joues, normalement pâles, devaient être légèrement rouges. Vaguement, comme s'il était en train d'émerger d'un rêve, il sentit Leona s'agiter doucement sous ses doigts. Ethan essaya de mettre de côté toutes les sensations qui lui parvenaient en dessous de la ceinture, du moins pour un moment, pour tenter de comprendre ce qui était en train de se passer. Et c'est alors qu'il comprit qu'elle aussi en voulait plus. Cessant de la torturer, même si elle aurait mérité bien plus pour ce qu'elle venait de lui faire, il écarta habilement le tissu de sa culotte de dentelle blanche pour venir la toucher directement. Sans perdre une seule seconde de plus, son index et son majeur vinrent s'introduire sans prévenir dans son intimité chaude, humide et accueillante, frottant les parois rugueuses de son vagin, tandis que son pouce se glissait lui aussi sous le sous vêtement.

La pulpe de son doigt trouva aisément le deuxième organe de plaisir de Leona, chaud et gonflé, et se mis à le masser avec tranquillité tandis qu'il essayait tant bien que mal de coordonner les mouvements de ses trois doigts. Et il fallait dire que ce n'était pas si facile de faire ça d'une main, et surtout quand celle de Leona s'activait de plus en plus vigoureusement sur son membre tendu au maximum, lui faisant perdre toute notion du temps et de toute autre réalité que celle qui les concernait. Tremblant, et aussi tendu qu'une peau de tambour, le criminel mordit sans douceur le cou qui se trouvait contre son visage, à l'endroit où celui-ci rejoint l'épaule. Cependant, il était encore assez conscient pour ne pas lui faire trop mal. Elle garderait sans doute une petite marque jusqu'au matin, mais ce serait tout. Il était tellement chaud qu'il pourrait tuer si quelqu'un venait les déranger.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Dim 6 Juin - 12:41
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 2 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Le souffle désordonné d’Ethan se répercutait sporadiquement sur son épiderme. Leona percevait le moindre son qui s’échappait de sa gorge, des sons saturés de plaisir, des sons enivrants, qui l’encourageaient à continuer ses caresses pour lui arracher encore et encore des soupirs d’aise. Elle aurait pu le tourmenter toute la nuit. Sans jamais se lasser d’entendre sa respiration s’accélérer. De voir ses joues brûler. Ou de discerner ses tressaillements. Elle sentait que son amant succombait peu à peu à l’euphorie qui les emportait tous deux…Oui, la Kingsley pouvait sans nul doute tenir toute la nuit ainsi.

Mais lorsque ses doigts plongèrent dans sa chair palpitante, toute sa détermination s’envola. Bon sang. Cette fois-ci, elle crut bien qu’elle allait défaillir. Ses jambes devinrent brusquement faibles et bien trop fragiles pour supporter le poids de son corps. Leona se cambra doucement contre lui pour mieux accueillir cette délicieuse intrusion. Toute sa force l’abandonna subitement. Sa main quitta sa peau ardente pour chercher désespérément un appui, puis retomba bruyamment sur la commode à proximité pour maintenir son équilibre. Elle se mit alors à bouger au rythme de ses caresses. Désorientée. À bout de souffle. “ Ethan…”gémit-elle doucement contre son oreille, incapable de garder plus longtemps sa bouche close. Chaque nouvelle seconde devenait plus délicieuse que la précédente et un tourbillon d'émotions l’étourdissait. Son membre gorgé de sang entre sa paume. Ses doigts bien trop experts caressant sans ménagement son vagin. Ses dents, enfoncées dans sa peau. Sa tête retomba doucement en arrière, se soumettant entièrement à lui, abandonnant toute défense alors que ses doigts glissaient dans sa chair tendre et gonflée de plaisir.

L’expertise avec laquelle il l’excitait et taquinait son intimité lui retournait complètement l’esprit. L’air lui manquait. Elle suffoquait. Son rythme cardiaque s’emballait. Elle échappa un énième et profond soupir qui trahissait le plaisir absolu que lui provoquait les assauts doucereux d’Ethan. Le monde entier ne se résumait plus qu’à lui et cette excitation terrassante. À lui et l’euphorie qu’il éveillait dans son bas-ventre. A lui et ce besoin de le ressentir plus profondément encore en elle. Son corps n’était plus que gémissement et frisson. La brume envahissait son esprit, noyant ainsi toutes ses pensées et engloutissant entièrement sa lucidité. Il la guidait habilement au bord du supplice. “ Ethan…”répéta-t-elle vaporeusement dans un gémissement qui résonnait comme une prière désespérée. Les mouvements de sa paume se hâtaient autour de son sexe dressé, s’accordant à la progression véloce de sa propre euphorie. Le feu la dévorait complètement. Plus fort. Plus vite. Les va-et-vient de sa main la poussaient un peu plus vers l’agonie, vers la folie, vers la satisfaction ultime qu’elle souhaitait désespérément atteindre.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Dim 6 Juin - 14:15
62a9c5ae9f5005c2cdeb6bfcb255734c.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



Il entendit qu'elle prononçait son nom, mais c'était à la fois comme si elle était proche et lointaine. Enfermé dans sa bulle de plaisir, le sang battant fortement à ses tempes, la voix de Leona semblait venir d'un autre monde. Quand elle l'appelait, quand ces deux syllabes qui le définissaient franchissaient la barrière de ses lèvres, on aurait presque pu croire qu'il était quelqu'un de bien. Mais le ton qu'elle donnait à son nom, suppliant et lourd, ne laissait aucun doute. Il était le bourreau à présent. Il sentit tout à coup ses jambes trembler et son corps glace à la vanille s'effondrer un peu sous sa main, et pour rectifier tout ça, son corps vint se plaquer encore plus au sien pour la retenir contre le mur, l'empêcher de trop glisser pour qu'il ne puisse plus la caresser correctement.

Il entendit son nom une deuxième fois, tandis que les mouvements sur son sexe se faisaient plus impatients, plus vifs, plus pressés. Ethan la libéra de ses doigts qui avaient fait leur petit effet, puis mobilisa toute sa volonté pour lui attraper fermement le poignet qui s'activait sur son pénis tandis qu'il lâchait son cou avec ses dents. Il prit quelques profondes inspirations pour se calmer un tant soit peu, et même si cela ne suffit pas à calmer la tempête furieuse qui habitait encore ses yeux et son visage, il avait retrouvé juste assez de capacités cérébrales pour penser un petit peu.
- Tu bouges pas !, lui ordonna-t-il purement et simplement en grondant férocement tandis qu'il se décollait de son buste. Cependant, il ne pensait pas qu'elle aurait esquissé le moindre geste s'il ne le lui avait pas précisé. En une seconde à peine, il avait attrapé son pantalon et fouillait frénétiquement dans la poche avant droite tout en essayant de garder le calme qu'il avait réussi à rassembler, calme qui partirait aussitôt en fumée s'il perdait ces miettes de concentration qu'il avait récupérées. Voilà. Il jeta à nouveau le pantalon au sol, son préservatif dans une main. Maintenant qu'il l'avait trouvé... il voulait entendre Leona crier son plaisir. Pour de vrai.

En à peine plus de temps qu'il en faut pour le dire, il avait déchiré l'emballage et enfilé le préservatif. Et il était de retour contre sa belle Kingsley. Sa princesse glace à la vanille. Son cerveau empêtré dans les brumes de ce plaisir ardent qu'il ne ressentait qu'avec elle se perdait parfois dans l'univers sombre des petits surnoms clichés, mais mignons. Et la plupart du temps, il ne se rendait même pas compte de ses pensées, elles s'évanouissaient avant même qu'il ait pu mettre le doigt dessus. Ethan attrapa Leona par les hanches et la souleva à sa hauteur, la faisant glisser contre le mur. Il était un peu plus grand qu'elle, environ d'une tête. Une fois que ça lui parut satisfaisant, il la coinça pour de bon entre ce mur et son torse, écrasant ses côtes contre les siennes, appuyant leurs peaux ardentes l'une contre l'autre, prenant cette fois-ci une prise sur ses cuisses qu'il ramena contre lui pour éviter qu'elle ne glisse... parce qu'il ne comptait pas y aller de main morte.

Son front vint se coller de lui même contre celui de la jeune femme avec un bruit sourd dû à la force du choc qu'il trouvait piquant mais plutôt agréable. Son bassin s'approcha du sien, et d'une main il aida son sexe à se positionner comme il le fallait puis, sans une once de douceur, il embrocha Leona d'un coup puissant dans les règles de l'art. Ses paupières et ses mâchoires étaient crispées et ces dernières laissèrent échapper un grondement un peu plus aigu que ceux qu'il poussait d'habitude. A présent, Ethan pouvait laisser libre court à la passion qui l'animait. Il réajusta sa prise sur les cuisses qu'il tenait déjà fermement, puis commença à aller et venir violement dans le sexe de Leona, complètement offert à lui, la maltraitant contre le mur auquel son bassin partait se cogner de temps à autres. Le criminel ne s'était pas sentit aussi bien depuis des mois. Son visage glissa à nouveau dans le creux de son cou, chaud et rassurant, et il se mit à embrasser et lécher avidement la peau douce et soyeuse de la Kingsley, n'ayant pas conscience qu'il allait s'étouffer s'il continuait comme ça et sans pour autant négliger ses furieux coups de bassins.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Dim 6 Juin - 17:22
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 2 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Son cœur battait à tout rompre. Son sang brûlait. Son corps était incendié par l’euphorie. Et ses songes...non, Leona ne pensait plus. Ses pensées avaient déserté son esprit. L’atmosphère semblait crépiter autour d’eux, comme si la chaleur de leurs corps était si ardente qu’elle se propageait tout autour d’eux. Puis, brusquement, la main d’Ethan se referma sur son poignet turbulent. La Kinglsey se figea légèrement, désemparée par cette soudaine interruption qui la ramenait peu à peu vers la réalité. Enfin, vers une réalité brumeuse. La sensation de vide l’engloba entièrement alors qu’il éloignait ses doigts de sa chair rosée et douloureuse. Vide, oui, c’est ainsi qu’elle se sentait. Trop vide. Un éclair de frustration la traversa tandis que ses yeux rencontraient ceux d’Ethan. Des yeux animés par un désir sauvage et incontrôlable. Le même désir qui abritait ses prunelles. Elle demeura pantelante, incapable d’imposer un rythme régulier à cette fichue respiration. Ses doigts frémissaient. Son cerveau flottait, à croire qu’on l’avait privé de tout oxygène.

Puis, une vague de froid déferla en elle lorsqu’Ethan recula. Son dos retomba mécaniquement contre le mur pour se soutenir, réalisant que c’était seulement grâce au dealer qu’elle tenait encore debout. Son grognement résonna dans la pièce, mais également dans tout son corps. Stupide comme elle était, complètement haletante, son sexe vibra à l’entente de cet ordre grogné plus que véritablement articulé. La jeune femme ne répondit pas. Elle n’était plus en mesure de former la moindre parole cohérente. Son regard suivait les gestes d’Ethan, se languissant de son contact, anticipant les sensations qui allaient se répercuter en elle. La Kinglsey profita de cet instant pour se débarrasser de sa culotte. Quel beau bordel. Mais elle s’en moquait éperdument. Ils pouvaient bien ravager la totalité de son appartement...Leona n’éprouverait pas une seule once de regret.

Le bruit familier du déchirement de l’emballage parvint à peine à percer la brume qui enveloppait son esprit. Son palpitant tambourinait comme un diable. Sa poitrine se soulevait frénétiquement. L’impatience la gagna. La douleur s’amplifiait. Le désir inassouvi consumait ses entrailles. Seulement, Ethan semblait avoir retrouvé assez de dextérité pour glisser rapidement le préservatif sur son membre. Il la rejoignit aussitôt. Leona se mordait les joues tant elle s’efforçait de brider les multiples sensations disparates qui l’envahissaient.

Mais, enfin, le dealer empoigna ses hanches. Il plaqua son buste contre le sien. Le sol se déroba progressivement sous ses pieds et la Kingsley encercla aussitôt sa silhouette vigoureuse entre ses jambes fuselées. Ses paumes glissèrent dans sa nuque. De nouveau, le parfum purement masculin d’Ethan caressa ses narines. Sa chaleur l’enveloppa complètement. Le contact de son membre tendu contre son bassin lui arracha un frisson que Leona fut incapable de réprimer. Son cœur allait exploser. Son vagin se crispa alors d’une douce appréhension. Chaque cellule de son corps crépitait.

Puis, le criminel la pénétra entièrement dans un mouvement sec et dépourvu de toute délicatesse. Un cri primal traversa la frontière de ses lèvres. Un geignement teinté de souffrance….Jusqu’à ce que l’euphorie se mette de nouveau à pulser dans son sang. La douleur provoquée par cet assaut brutal fut rapidement remplacée par un plaisir brut et absolu. De longs gémissements s’échappèrent alors de sa gorge brûlante.

Ethan s’acharnait. Il ne lui offrait aucun répit. Ne démontrait aucune douceur. Les gestes de son sexe étaient durs, puissants, violents. Leona s’arc-bouta contre lui pour amplifier les sensations, complètement emportée par le désir qui fourmillait dans ses veines. “ Bordel…”lâcha-t-elle, à bout de souffle. Ses mains glissèrent dans son dos puis, s’abandonnant entièrement à la férocité de sa passion, ses ongles s’enfoncèrent dans la peau de son amant. S’accordant au rythme de ses va-et-vient frénétiques, la Kingsley remuait, labourait sans vergogne son épiderme ardent jusqu’à laisser des traces rougeâtres. La puissance de ses mouvements la plongeait dans un océan d’agonie. Ses lèvres léchaient avidement la peau de son cou, comme s’il cherchait à se repaître de sa chaleur. Et Leona, elle se noyait entièrement. Elle perdait pied. Elle s’enfonçait progressivement dans les méandres d’un désir sauvage et obscur.

Seigneur. La Kingsley avait presque oublié ô combien c’était grisant. Et enivrant. Son corps en redemandait. Sa colonne vertébrale percutait violemment la surface froide du mur. Mais son corps en redemandait. Insatiable. “C’est si bon…” Ses cuisses enserraient férocement le bassin du criminel, comme si la demoiselle craignait de s’écrouler d’une seconde à l’autre. La volupté la terrassait à mesure que ses coups de reins s’intensifiaient. Son corps tout entier s’exprimait, de ses iris flamboyants à sa peau empourprée, de la tension qui étirait ses muscles à ses soupirs sensuels. Chaque partie de son être se tendait progressivement. De nouveau, elle appela Ethan entre deux gémissements, le priant silencieusement de la faire basculer dans le précipice de l’ivresse totale. Tous ses muscles se contractaient, son vagin se resserrait. Sa respiration s’accélérait. “ Plus fort…”gronda-t-elle, l’arrière de son crâne frappant pourtant déjà lourdement le mur à répétition. Ses paumes tremblantes se refermaient tantôt sur les épaules d’Ethan, tantôt se déchaînaient sur sa chair pour laisser tout son plaisir affluer.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Dim 6 Juin - 19:02
62a9c5ae9f5005c2cdeb6bfcb255734c.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



Le corps d'Ethan vibra tellement violemment qu'il fut obligé de raffermir sa prise sur les cuisses de Leona. Par le ciel, ce cri dépassait toutes ses espérances. Il ne se souvenait plus si elle avait crié de la même façon les dernières fois qu'il l'avait prise comme ça mais putain, qu'est ce que c'était agréable à écouter ! Il était sûr que c'était le genre de choses dont il ne pourrait jamais se lasser. Leona s'arc bouta contre lui, lui dévoilant, non... lui offrant sa poitrine sur un plateau d'argent. Alors qu'elle se mettait à onduler, accordée à son rythme de poney en rut - il fallait dire ce qui était - sa bouche descendit et alla se promener sur ses seins. D'abord le droit, qu'il embrassa à répétitions. Puis il décida que ce n'était pas assez et sa langue, de même que ses dents, sortirent pour aller maltraiter son téton rendu dur par le plaisir.

Perdu dans son propre monde constitué de Leona, de ses grondements rauques, de la voix gémissante de la belle Kingsley et de son corps qui allait frapper brutalement le mur à chacune de ses profondes pénétrations, Ethan sentit les ongles qui s'enfonçaient dans sa peau comme la plus douce des caresses, inconscient de la douleur et des marques rouges et brûlantes qui resteraient sans doute un moment après ça. Il sentait aussi ses cuisses, qui enserraient son bassin comme si elles ne voulaient jamais le lâcher, l'odeur si familière et rassurante de sa peau, la chaleur de son corps et les frémissements de plaisir qui les parcouraient tout deux de temps à autres.

- Plus fort…
Au début, il crut que c'était une hallucination dues aux brumes de la volupté. Mais quand il comprit que la demande était belle et bien réelle, un sourire pernicieux naquit sur ses lèvres. Ethan ne voyait absolument aucun problème à y aller pus fort. Mais en échange, lui aussi voulait quelques chose.
- Crie plus fort !, lui ordonna-t-il à nouveau d'une voix plus bestiale qu'humaine. C'était sûrement ce qui l'excitait le plus. Il adorait quand elles criaient comme des animaux agonisants mais avec Leona, il prenait son putain de bordel de pied.
Aussitôt, il exauça le souhait de Leona. Leona demandait, il lui offrait, non sans montrer un peu de mauvaise foi quand il le fallait et pour préserver cette image qu'il voulait donner de lui - un mec distant qui ne dépendait de personne - mais il lui offrait toujours ce qu'elle voulait. C'était plus fort que lui. Il savait qu'il était stupide et peut-être même qu'elle devait profiter de lui de temps à autres mais ça le rendait un tant soit peu heureux. Enfin, elle n'était pas non plus une princesse capricieuse, ce genre de situations n'arrivait pas souvent. Mais il avait déjà connu des filles comme ça. En pire.

Ses mains se serrèrent une fois de plus, sur le haut de ses cuisses cette fois ci, et il lui donna toute l'énergie qu'il lui restait. Il sortait son sexe presque en entier, puis le replongeait dans le sien, fiévreux et incandescent, le plus fort possible et avec un rythme infernal, avec en prime le bruit sec et assourdissant de ses testicules venant frapper sa vulve. A chaque fois qu'il venait taper au fond, Ethan laissait s'échapper un grognement entre ses dents serrés, parfois mélangé à un gémissement un peu aigu et dont la sincérité révélaient ses instinct primaires et le plaisir animal qu'il prenait. Malgré la solide prise qu'il avait sur elle, Leona venaient frapper encore plus brutalement le mur, mais il ne plaça aucune main derrière ses épaules pour la soulager un peu. Elle voulait plus fort, elle avait plus fort.

Le traitement qu'il leur infligeait commençait à devenir insoutenable et son bas ventre bouillonnait plus que jamais. Et vu comment elle l'avait chauffé avant... Ethan sentait qu'il allait bientôt atteindre le summum du plaisir, celui qu'il avait tant mérité depuis que Leona était partie. Il ne fit rien pour retarder le moment fatidique, la pilonnant toujours férocement contre le mur et espérant secrètement qu'ils dérangeaient les gens qui vivaient derrière. Ils avaient absolument toute la nuit. Et seul Dieu - s'il existait réellement - savait ce qu'il allait lui faire.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Lun 7 Juin - 16:04
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 2 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

La rudesse de ses va-et-vient faisait vibrer le moindre de ses os, lui prodiguant l’impression que l’intégralité de son squelette allait imploser. Peut-être bien qu’Ethan finirait par démanteler tout son corps. Peut-être bien qu’Ethan finirait par désarticuler toute son ossature. Peut-être bien, oui, que sa petite silhouette se briserait entre sa poigne vigoureuse. Et pourtant, en dépit de cette sensation de profonde fragilité, Leona ne s’était jamais sentie aussi ardente, comme si elle avait trouvé au cœur de ce mäelstrom de violence et de brutalité, l’essence de la vie, pure et flamboyante. Oui, la Kinglsey se sentait enfin vivante. Sauvage et impétueuse, la passion qu’éveillait le dealer en elle était dépourvue de toute limite. Il n’y avait que lui pour faire naître un tel désir dans ses entrailles. Il n’y avait que lui pour la posséder de cette manière. Il n’y avait que lui pour tout. Et cette possibilité lui convenait. Cambrée contre son torse, accueillant sans faillir la vigueur de ses mouvements, Leona se perdait entièrement, consciemment, et bordel, elle ne souhaitait aucunement être retrouvée.

La jeune femme sentit alors les lèvres brûlantes d’Ethan contre sa poitrine. Ses paumes se glissèrent aussitôt dans sa nuque pour intensifier l’ardeur de cette sensation. Il enroula sa langue autour de l’extrémité dressée de son sein, avant d’effleurer cette dernière de ses dents, embrasant ainsi le plus infime de ses nerfs. La Kinglsey laissa échapper une demande. Essoufflée. Gémissante. Frôlant l’extase, elle le suppliait d’amplifier la cadence. Elle n’était pas certaine que son corps le supporterait...Mais sa lucidité s’était éclipsée depuis longtemps, ombragée par un instinct primitif.

Sa voix gronda près d’elle. Comme un orage lointain. Tout son corps fut électrocuté par ce timbre profond et grave. Un ordre presque inutile, car ses cris de plaisir s’amplifièrent naturellement. Leona baissa la tête pour approcher ses lippes de son oreille pour en effleurer le contour du bout des dents, avant de basculer son crâne en arrière et de lui offrir des longs gémissements qui trahissaient l’acuité de son agonie. Une agonie divine. Ses geignements suaves résonnaient dorénavant dans tout l’immeuble.... Mais l’euphorie, cette délicieuse et brûlante euphorie, terrassait toute pudeur et toute timidité.

Son sexe s’échappait, pour venir la posséder toute entière, la remplissant de toute sa longueur. Son corps claquait bruyamment contre le sien. Son dos percutait plus violemment encore le mur. Et toute cette frénésie lui retournaient l’esprit. Leona se raccrochait désespérément à ses épaules, enfonçant sauvagement ses ongles dans sa chair. Des hurlements de jouissance, bien plus forts et intenses que les précédents, s’échappaient continuellement de ses lippes, se mêlant aux râles gutturals d’Ethan. Elle était à bout. “ Putain, oui…”Chaque nouvelle poussée la traînait un peu plus vers le bord du supplice. Elle ferma les yeux, succombant à l’incendie qui ravageait son être, au plaisir qui grimpait et grimpait, et à cette myriade de sensations qui l’assaillait de toute part. Ses cuisses tremblaient, désemparées par la férocité de cette passion qui les tourmentait tous les deux. Son rythme cardiaque n’était plus qu’un chaos sans nom. Son corps, n’était plus qu’un chaos sans nom. Une fine pellicule de sueur s’était déposée sur son visage lorsque ses profondes pénétrations la précipitèrent dans les abysses profondes de la satisfaction.

Son intimité se crispa. Une larme lui échappa. Et toutes ses terminaisons nerveuses se déconnectèrent. Une vague d’extase l’emporta, la submergea, purement et simplement. L’ivresse lui arracha un cri profond, sensuel, libérateur, d’une férocité aussi douce que bestiale. Des frissons voluptueux la traversèrent...avant que ses muscles ne se détendent un à un.

Toute la tension s’envola alors. Transportée par une brise soudaine de sérénité, Leona s’abandonna à cette sensation d’apaisement qui l’envahissait doucement, alors que son corps frémissait encore sous la puissance de son orgasme. Bon sang. C’était sûrement la première fois qu’Ethan, ou n’importe quel autre homme, la secouait de cette manière. Ses petites phalanges tremblaient. Ses cuisses, vidées de leurs forces, n’étaient à présent plus en mesure de s’accrocher vigoureusement au bassin du dealer. Son cœur semblait vouloir s’extirper de sa cage thoracique...Mais un sourire avait fleuri sur ses lèvres. Un sourire lumineux et paisible. Seulement, si elle se sentait brusquement épuisée... Leona savait qu’il ne suffisait que d’un murmure de la part d’Ethan pour enflammer de nouveau la braise qui luisait dans son âme. Après tout, ils avaient du temps perdu à rattraper.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Contenu sponsorisé
You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))
Page 2 sur 14
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 14  Suivant
Sujets similaires
-
» (tw) chaotic (nix)
» chaotic heartbeats [beloved]
» Gäa ☮ Peace love and rock
» Gäa ☮ "Eternal peace is probably overrated"
» Just what you need - Ethan&James

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel-
Sauter vers: