Partagez
 
 
 

 L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Nellyos
Nellyos
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 28
INSCRIPTION : 06/12/2020
ÂGE : 16
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Aucune idée

UNIVERS FÉTICHE : Tous !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4276-nellyos-et-il-n-y-a-rien-de-p https://www.letempsdunrp.com/t4311-la-ou-tout-parle-repertoire-nellyos#89810
Noob

L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen Empty

7ei5.pngMise en Situation


L'espace - Vers 2150
Phobos c'est une télé-réalité, mais pas n'importe laquelle : elle est innovante. Parce que, Phobos, ça promet l'amour, mais l'amour rapide, l'amour la tête dans les étoiles.

Ils sont douze. Six filles et six garçons qui ne se verront que lors des speed dating soigneusement organisés, mais c'est bien plus que des couples qui se formeront à l'arrivée puisqu'ils seront une véritable colonie. La première sur Mars.

Un homme pour une femme. Deux personnes pour un mariage heureux, pour des enfants. C'est comme ça que les choses sont prévues, qu'elles sont censées se passer, mais ça se passe pas toujours comme prévu, n'est-ce pas ? Et puis, il n'y a pas de raisons pour que les participants soient les seuls à faire les frais de ces non-dits, de ces secrets, n'est-ce pas ?

Alors, quand les sentiments, les vrais, s'en mêlent et font tomber amoureux de la mauvaise personne, comment y résister ? Comment réagir ? Et si l'amour ne se trouvait pas de l'autre côté de cette plaque en plexiglas, mais bien du même ?


i3tb.png
Revenir en haut Aller en bas
 
Nellyos
Nellyos
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 28
INSCRIPTION : 06/12/2020
ÂGE : 16
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Aucune idée

UNIVERS FÉTICHE : Tous !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4276-nellyos-et-il-n-y-a-rien-de-p https://www.letempsdunrp.com/t4311-la-ou-tout-parle-repertoire-nellyos#89810
Noob

L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen Empty

ddbc887eabe260f62950ff9a523d8543337316f8.png"
June  Navarro

« Courage ? T'oses me parler de courage alors que, toi aussi, tu t'es embarqué dans ce vaisseau ? Ici, aucun d'entre nous n'est courageux : on fuit tous quelque chose qu'on a pas la force d'affronter. »

J'ai 18 ans maintenant, et ça fait déjà deux années que je me suis engagée dans cette folle aventure. Enfin, « folle » était sûrement un terme moins adapté que « désespérée » parce que, ouais, pour moi c'était exactement ça : ma dernière chance.

C'est ce qu'elle me disait, Serena.

Elle parle beaucoup, c'est certain, et elle promet beaucoup de choses aussi, souvent pour un rien. Et, à ses mots, j'y croyais de moins en moins. Mais c'était trop tard, hein ? Ouais, parce que, maintenant que j'étais dans l'espace, je pouvais pas faire demi-tour.



L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen 6b73627b2dcea0729deeb93b43de3654

Ma famille, je l'ai pas beaucoup connue et, en dehors de quelques visages et quelques éclats de voix, ils me disent pas grand chose. Mais je me souviens d'assez de choses pour savoir qu'ils avaient pas toute leur tête. Ou devait il y avoir une part de ça pour qu'on m'enlève de chez eux et qu'on me fasse faire le tour de toutes les familles de la ville.

J'ai arrêté de les compter au bout d'un moment les familles. Je me souviens même pas de la moitié d'entre elles parce que c'était toujours les mêmes avec ce même air sur leurs visages. Et, surtout, la même fin. En même temps, qui voudrait de la gosse qui se réveille au milieu de la nuit en criant, de celle qui sourit pas, qui répond, qui a aucune manière ? De celle qui est pas parfaite ?

C'est pour ça que j'avais envie d'y croire. De croire qu'il y avait une place pour moi sur Mars. Ou peut-être que je fuis ce que je ne veux pas affronter.

AESTETHIC


Faceclaim : Anya Taylor-Joy
Ça y est, elle y était, dans l'espace. Peut-être pas encore sur Mars, mais c'était déjà ça. Là, la tête dans les étoiles pour les mois à venir, loin de ce qu'elle fuyait sur Terre. Engagée dans un voyage plein de promesses et porteur de nouvelles chances auxquelles elle ne savait si elle devait croire, mais auxquelles, pour l'instant, elle préférait ne pas penser. Pas maintenant alors qu'elle se sentait si légère, sans que ce ne soit seulement l'effet de la gravité, à l'image de l'ambiance qui régnait dans l'espace clos. C'était un mélange de joie, de surprise, d'excitation et peut-être aussi qu'on trouvait un peu de peur au milieu de tout ça, qui rendait les jeunes femmes euphoriques.

Mais, elle, elle ne se laissa pas gagner par cette euphorie, pas plus qu'elle ne laissa ses pensées plus ternes s'immiscer dans son esprit. Elles étaient en vie, toutes, et elles étaient arrivées sans problème : c'était l'important. La suite, elle verrait bien le moment venu.

Alors, suivant le mouvement des autres, elle se détacha du siège auquel elle était attachée, un des derniers, ceux qu'on trouvait vers l'arrière de l'habitacle. Elle se redressa sans peine, flottant, comme les autres, mais plus pour longtemps, elle le savait.  La gravité ne serait pas la même dans le vaisseau, en dehors de son sommet, là où les rencontres se feraient. Mine de rien, elle l'avait un peu écouté, le charabia de Serena, et elle en avait retenu une partie.

Et il y en avait que ça amusait de flotter comme ça. Une ou deux. On aurait dit des gosses, mais comment aurait-elle pu leur en vouloir ? Il y avait une époque où elle aurait sûrement fait la même, ri avec elles, mais pas celle-ci où seulement un rictus étira ses lèvres face à ce spectacle. Ou peut-être que, à cette même époque où elle se serait sentie concernée, elle aurait essayée de les arrêter, comme les responsables du vaisseau qui, visiblement, n'étaient pas ravies de voir les autres faire des tours sur elles-mêmes sans faire attention à leur environnement.

Ses yeux se posèrent brièvement sur les alentours, s'attardant bien plus sur les visages de ses camarades que sur les semblants de vues qui lui offrait l'avant de la capsule. Ces sourires, ou tout ce qu'elle pourrait lire sur ceux-ci, étaient vrais ; mais pour combien de temps encore ? Elle ne se berçait pas d'illusions : c'était une télé-réalité. Une émission pour laquelle ils mettaient leur vie, leur avenir, leur bonheur en jeu. Nuls doutes que, dans quelques temps, ça ne deviendrait que calculs pour nombre d'entre elles. Et sûrement que les tensions viendraient s'y mêler.

Mais, tout ça, ce sera normal, non ?

« Normal », peut-être pas pour toutes. Peut-être pas pour elle qui, même au bout de deux ans, ne savait pas trop pourquoi et dans quoi elle s'était engagée. Parce qu'elle s'en fichait, tout simplement. Pour l'instant. En tous cas, c'est ce qu'elle lui avait répondu, Serena, avec son sourire et un clin d'œil à l'appuie, qu'elle finirait par lâcher prise, par se laisser prendre au jeu. Peut-être qu'elle avait raison, ou pas, elle verrait bien, sans savoir si elle en avait vraiment envie, d'entrer dans le jeu.

Elle soupira, voulu passer une main sur son visage, mais celle-ci ne rencontra que la vitre de sa combinaison spatiale. Évidemment. Et, avant qu'elle n'ait pu faire ou songer à quoique ce soit d'autre,  l'écran qui se trouvait sur le poste de pilotage s'alluma. Sans grande surprise, c'est le visage de Serena qui apparaît. Sans grande surprise, elle sourit.

Bravo ! s'était-elle d'abord exclamée, s'adressant certainement à leur responsable de navigation, c'est ce qu'on appelle un amarrage en douceur, je ne suis pas sûre qu'on aurait pu faire mieux ! Je vous laisse monter, on se retrouve dans quelques minutes, le temps que j'aille voir les garçons.

L'écran s'éteint, le silence retombe, et qu'est-ce que ça fait du bien aux oreilles. À celles de la brune, en tous cas. Elle l'aimait bien, la présentatrice, ou pas, elle ne savait pas, mais ce n'était pas ça l'important. L'important c'était qu'elle ne l'entendait plus parler parce que, ce qu'elle savait, c'était que, sa voix, elle l'aimait pas. Elle semblait toujours emprunter un ton forcé, ou, en tous cas, un peu trop enjoué à ses yeux pour être purement vrai, simplement sincère, et ça lui donnait mal à la tête. Ça l'agaçait même.

Et puis il y eut un bruit qui la tira de sa torpeur, elle et les autres parce qu'elle était pas la seule à s'être égarée quelques instants. Ce bruit, c'était celui d'une trappe qui s'ouvrait brusquement, un peu trop pour que son ouverture soit maitrisée par celle qui venait de s'en charger. Cette fille, c'était la seule qui avait osé, la seule qui n'était pas restée figée devant l'écran noir. Et, elle attendit, plus figée, non, mais simplement parce qu'elle attendait que les autres passent. Ouais, elle, elle ne passerait pas en première, au contraire, elle regardera les autres disparaître une à une vers l'étage. Si elle se souvenait bien, c'était vers les dortoirs que cette trappe les mènerait, mais à quoi ils ressemblaient, ça, elle n'en savait rien.
Revenir en haut Aller en bas
 
Kathleen
Kathleen
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 04/12/2020
CRÉDITS : Moi-même

UNIVERS FÉTICHE : Dur de choisir, yen a plein
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Noob

L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen Empty

20121001192678.jpg
Rowena O’Neill
J'ai 18 ans et je vis sur un vaisseau , dans l’espace . Dans la vie, je suis médecin guérisseuse et je m'en sors bien . Sinon, grâce à ma malchance , je suis amoureuse et je le vis plutôt moyennement car je suis lesbienne sans le savoir .


Rowena est née dans une ville de campagne, en Irlande, ou sa mère avait l'habitude de concevoir des potions et des onguents aux plantes qui aidaient les villageois à qui elle les vendait à prix réduit. La jeune fille a, très tôt, été l'élève de sa mère et a appris à tirer beaucoup de tout ce qu'elle pouvait trouver autour d'elle, notamment dans le domaine des soins et de la médecine. Elle a complété cette base personnelle par la formation de médecine pendant la préparation au voyage, place qu'elle occupe aujourd'hui à bord du vaisseau.

Très tôt dans le voyage, elle a été fascinée par June, la responsable ingénierie du vaisseau et a essayé de se rapprocher d'elle avec toute la douceur et là gentillesse qu'elle porte en elle. Elle est fascinée et admirative de celle qu'elle considère comme son amie la plus chère à bord et rêve du prince charmant, sans pour le moment, se rendre compte qu'elle est, en fait, amoureuse de celle qu'elle considère comme une amie extrêmement proche.

avatar :copyright: Kathleen

Elles étaient amarrées à la station. Rowena avait, un instant, craint que quelque chose ne se passe pas comme prévu. Il fallait dire qu’elle avait une certaine tendance à angoisser, surtout quand elle n’avait pas le contrôle de la situation. C’était probablement comme ça qu’on ressentait les choses quand on n’avait pas eu l’occasion de compter sur les autres pendant toute sa vie. La seule sur qui la jeune fille ait jamais compté, c’était sa mère. La seule personne qu’elle était certaine de pouvoir croire n’importe quand et sans aucun risque de mensonge, sa personne de confiance sur cette boule bleue qu’était la Terre.

Rowena n’avait jamais connu son père, un homme bien, mais qui était malheureusement mort dans un accident alors qu’elle n’était encore qu’une petite chose dans le ventre de sa mère, une guérisseuse de renom dans son petit village d’Irlande. Cette femme douce et bienveillante l’avait élevée jusqu’à sa quatorzième année, quand la pauvre femme n’avait pas pu se sauver elle-même de ce qu’elle sauvait les gens, la maladie. Demeurée seule avec l’héritage de sa mère, elle vivait de ses potions quand il y avait eu les sélections. Bon plan quand on n’a plus rien qui nous retient sur Terre.

Rowena n’avait pas spécialement envie de se marier. L’amour, elle en avait longtemps rêvé, et elle ne pouvait s’empêcher d’espérer trouver le prince de ses rêves parmi les garçons, mais elle savait qu’il n’y avait que six chances, et en plus, il faudrait que son prince tombe aussi amoureux d’elle. Mais elle gardait l’espoir. Et elle avait passé son apprentissage avec les autres filles. Il fallait bien reconnaître qu’elles étaient de bonne compagnie, mais elle allait devoir se reposer sur elles et ça ne lui plaisait pas. Elle ne savait pas si elles pouvaient leur faire confiance, simplement parce qu’elles avaient été choisies par Serena. Elle n’avait déjà pas le sentiment de pouvoir faire confiance à Serena.

June était l’exception. Voletant dans l’habitacle avec un petit sourire, elle jeta un œil en direction de celle qui lui était le plus cher parmi les filles. Elles avaient fait rapidement connaissance et June était une fille tellement solide et tellement courageuse, que Rowena l’avait tout-de-suite beaucoup admirée. Elle avait été gentille et l’avait accueillie avec bienveillance, mais la jeune blondinette était persuadée qu’elle la trouvait un peu naïve. En ce moment, en tout cas, elle s’amusait beaucoup.

« En avant marche ! » lança-t-elle en se dirigeant vers les dortoirs.




L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen Giphy.gif?cid=ecf05e47ijnjjpcoy67xmz0tghdgyutjcpp5ihv33lr3zhg3&rid=giphy
Revenir en haut Aller en bas
 
Nellyos
Nellyos
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 28
INSCRIPTION : 06/12/2020
ÂGE : 16
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Aucune idée

UNIVERS FÉTICHE : Tous !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4276-nellyos-et-il-n-y-a-rien-de-p https://www.letempsdunrp.com/t4311-la-ou-tout-parle-repertoire-nellyos#89810
Noob

L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen Empty

ddbc887eabe260f62950ff9a523d8543337316f8.png"
June  Navarro

« Courage ? T'oses me parler de courage alors que, toi aussi, tu t'es embarqué dans ce vaisseau ? Ici, aucun d'entre nous n'est courageux : on fuit tous quelque chose qu'on a pas la force d'affronter. »

J'ai 18 ans maintenant, et ça fait déjà deux années que je me suis engagée dans cette folle aventure. Enfin, « folle » était sûrement un terme moins adapté que « désespérée » parce que, ouais, pour moi c'était exactement ça : ma dernière chance.

C'est ce qu'elle me disait, Serena.

Elle parle beaucoup, c'est certain, et elle promet beaucoup de choses aussi, souvent pour un rien. Et, à ses mots, j'y croyais de moins en moins. Mais c'était trop tard, hein ? Ouais, parce que, maintenant que j'étais dans l'espace, je pouvais pas faire demi-tour.



L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen 6b73627b2dcea0729deeb93b43de3654

Ma famille, je l'ai pas beaucoup connue et, en dehors de quelques visages et quelques éclats de voix, ils me disent pas grand chose. Mais je me souviens d'assez de choses pour savoir qu'ils avaient pas toute leur tête. Ou devait il y avoir une part de ça pour qu'on m'enlève de chez eux et qu'on me fasse faire le tour de toutes les familles de la ville.

J'ai arrêté de les compter au bout d'un moment les familles. Je me souviens même pas de la moitié d'entre elles parce que c'était toujours les mêmes avec ce même air sur leurs visages. Et, surtout, la même fin. En même temps, qui voudrait de la gosse qui se réveille au milieu de la nuit en criant, de celle qui sourit pas, qui répond, qui a aucune manière ? De celle qui est pas parfaite ?

C'est pour ça que j'avais envie d'y croire. De croire qu'il y avait une place pour moi sur Mars. Ou peut-être que je fuis ce que je ne veux pas affronter.

AESTETHIC


Faceclaim : Anya Taylor-Joy
Son corps qui flotte, encore, tellement plus léger qu'en bas. Ses camarades, celles qui n'avaient pas encore osé se détacher de leurs sièges, les rejoignaient peu à peu tandis que la plus audacieuse d'entre elles avait déjà ouvert la trappe. La plus audacieuse, ou la plus idiote. Toutes ces mains qui agrippaient les ceintures rêches des sièges, qui les enlevaient avec toute la difficulté qui s'y ajoutait à le faire avec gants et combinaison. Corps qui s'élève un à un dans les airs jusqu'à ce qu'elles ne soient plus que huit filles dans les airs, dans l'espace.

Seulement, l'ambiance ne semble plus aussi festive qu'il y avait quelques minutes. La joie d'être encore en vie, les paroles faussement enthousiastes de Serena, en un instant tout s'était envolé. Il n'y avait plus de sourires, juste des regards qui se croisaient. C'était le moment où le rêve qu'on leur vendait depuis plus d'un an déjà devenait une réalité. Même lorsqu'elle avait prononcé son accord, un simple « oui » qui s'était échappé d'entre ses lèvres, les choses ne lui avaient pas semblées si.. réelles, si concrètes qu'à l'instant même où elle passera cette fichue trappe. Et ça lui faisait un peu peur. Mais elle n'était pas la seule : toutes semblaient l'avoir compris, presque toutes avaient laissé l'appréhension prendre la place de l'euphorie.

Quelques secondes où tout avait semblé être suspendu, où toutes, étaient loin des caméras qui ne les lâcheraient plus jamais. Quelques secondes brisée par l'audacieuse. Une rousse, la pilote, qui s'était élancée vers la trappe d'un mouvement vif, qui l'avait ouverte bruyamment. Un sourire, une invitation à l'adresse de toutes à la suivre, et June pince ses lèvres. Cette fille qui venait de disparaître à l'étage, elle voulait être la première à apparaître sur les caméras, elle voulait être celle qui engageait le mouvement, qui ne se laissait pas gagner par l'appréhension. Inconsciemment ou sciemment, la brune ne saurait trancher, la jeune femme venait de lancer un jeu qui risquait d'en perdre plus d'une. Et les autres ne semblaient même pas s'en rendre compte, partageant exclamations et sourires, quelle surprise.. ! Même lorsqu'elles avaient presque toutes disparues, qu'elles n'étaient plus que deux, elle continuait à les entendre.

Un soupire passa la barrière de ses lèvres : il lui semblait qu'un monde les séparait.

Son regard qui en croise un autre, qui rencontre des pupilles bleues, qui observe ces lèvres qui lui sourient, et ce sont ses propres lèvres qui finissent par être étirées par un sourire maladroit. Un sourire à la June. Les autres, elles collaient trop aux basques de Serena pour qu'elle puisse ne serait-ce que les apprécier réellement mais, avec la blonde en face d'elle, c'était.. différent. Elle le sentait.

En avant, lui confirma-t-elle.

C'était sans hésitation qu'elle venait d'accepter l'invitation de son interlocutrice. Après tout, elles ne pourraient rester indéfiniment dans la capsule. Et ce même si l'envie brusque de s'y terrer pris possession de la brune sans qu'elle ne sache trop en expliquer les raisons. Un sourire plus crispé, encore plus maladroit, elle s'élance vers celle qu'elle qualifierait d'amie. C'est d'un geste exagérément galant qu'elle l'invite à s'engager, à grimper l'échelle, la première. Elle s'y engagera à son tour juste après elle, juste après un dernier coup d'œil à l'habitacle qu'elles laissaient pour les dortoirs.

C'était un espace assez petit où se trouvaient lits et armoires, exactement comme elle s'était imaginé les lieux. Elle voyait les autres qui, déjà, s'avançaient vers les espaces qui leurs avaient été attribués, et elle en fera de même. Mais elle n'alla pas loin, la brune dont le lit faisait parti des plus proches de la trappe empruntée. Un sourire étira de nouveaux ses lèvres lorsque, en posant les yeux sur le lit près du sien, elle se souvint que c'était celui de Lowena. Côtes à côtes et ça la rassurait. Mais le sourit s'évanouit à l'instant où celui de Serena apparaît sur tous les écrans de la pièce. Un soupire, des yeux qui se lèvent au ciel avec discrétion, et une voix qui raisonne, faisant taire les bavardages des jeunes filles.

Alors ? Est-ce que les dortoirs vous plaisent ? leur demande-t-elle d'une voix enjouée, mais cette question n'attend pas de réponse. Elle est purement rhétorique. D'ailleurs, elle enchaîne déjà avec la suite de ses propos, je vous laisse vous débarrasser de vos combinaisons et vous monterez ensuite ; une surprise vous attend au salon !

Les écrans s'éteignent, emportant avec eux la voix et le sourire de Serena. Pourtant, ses propos continuent de résonner dans l'esprit des jeunes filles. Toutes semblaient avoir retrouvé un certain enthousiasme suite à l'annonce de cette surprise, même elle. Les bavardages reprennent mais sont, cette fois, accompagnés d'hypothèses et de spéculations. Les combinaisons tombent un à une, enlevées avec une impatience à peine dissimulée.

Elle, elle se contente de tourner la tête vers sa voisine de lit, haussant les épaules. Ses yeux, au sourcil redressé, semblait sonder la réaction de celle-ci. Sûrement que, à travers cet échange de regards, elle cherchait à lui demander sans vraiment le faire ce qu'elle pensait de tout ça. De cette surprise.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
L'Amour dans les étoiles — ft. Kathleen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Un bain chaud, très chaud [ PV: Yuki Caheshi - Hentaï ]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers science-fiction-
Sauter vers: