-39%
Le deal à ne pas rater :
Resident Evil VIllage sur PS5 [Précommande]
43 € 70 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 166
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
tea

La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Empty

La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains.

Si pour beaucoup, Seigneur du Temps rime avec (le) Docteur, il n'y a cependant pas que lui... D'autres parcourent notre univers, à l'instar d'Asphodèle. Après bien des péripéties, elle travaille désormais pour.... Torchwood... Oui, c'est surprenant, mais elle a ses raisons pour ça...

C'est via son travail pour cette unité secrète, qu'elle va faire la rencontre de Niamh Liddell, jeune humaine, un peu trop fouineuse, qui est passionnée par les mystères de l'Univers et des vies qui peuvent s'y épanouir... Pour cela, la rouquine a piraté le système de Torchwood, ce qui, bien entendu, n'est pas resté sans qu'ils n'en prennent conscience...

Voici donc l'histoire de ces deux existences, qui vont rentrer en collision l'une avec l'autre, et des effets - positifs comme négatifs - qu'elles pourront avoir l'une sur l'autre....

@Sultana & @Chocohuète


y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 166
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
tea

La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Empty

PRreAAhs_o.jpg
Niamh Liddell
J'ai 25 ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord. Dans la vie, je suis photographe, principalement styliste culinaire (mais vous pouvez faire appel à moi pour toutes sortes de photos !), ainsi que modèle (photo comme vivant : je pose pour tout type d'artiste !). Ca, c'est pour le pendant connu, car je suis également hackeuse (pour mon plaisir comme contre rémunération : faut bien gagner sa vie !), mais aussi à la tête d'un site underground, réputé pour tous les ufologues et férus de phénomènes considérés comme mystérieux ! Et avec tout ça, je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce  aux aléas de la vie, j'ai perdu ma petite amie il y a 1 an, et suis donc célibataire. Une situation que je vis plutôt bien, n'étant apparemment pas prête à m'investir de nouveau dans une relation.

tumblr_mwsm2sUCYn1szxfwno1_250.gif
Née le 7 décembre - Dernière née d'une famille de 6 enfants, de parents artistes et à l'esprit bohème - Est une lointaine descendante directe d'Alice Liddell, celle qui a contribué à inspiré à Lewis Carroll, "Alice aux Pays des Merveilles" - A toujours été fière de ce lien de parenté - Ca l'amuse toujours de se dire que ses parents l'ont nommé en hommage à une de leur légende préférée, sur la plus célèbre résidente de "Tír na nÓg" : "Niamh aux cheveux d'or" - Ce décalage entre son prénom et sa crinière flamboyante l'a aidé à l'assumer fièrement - A grandie plongée dans le folklore Irlandais, sa mère étant guide spécialisée dans ce sujet, tandis que son père était un enseignant-chercheur qui en avait fait son domaine d'étude - Plus que ses frères et soeurs, Niamh a toujours été convaincue de la véracité de toutes ces histoires fabuleuses, et ça ne l'a pas quitté à l'âge adulte - Passionnée pour tout ce qui est inexplicable, elle est devenue ufologue et tient depuis environ 8 ans, un site qui parle de tout ça et qui est assez connu pour ceux qui croient en tout ça comme elle - N'a jamais quitté son Irlande natale mais rêve de le faire, notamment pour visiter des endroits comme Roswell ! - C'est son 1er amour, son voisin d'alors, qui l'a initié dans son adolescente, au piratage informatique - Elle est finalement devenue plus douée que lui, ce qui l'a énervé - Pour gagner un peu plus d'argent, elle pose pour d'autres, et se sert également de ses talents de hackeuse - Virtuellement connue par des initiés, tant pour son site que pour être hackeuse - Etait en couple avec la douce Saskia depuis presque 3 ans, quand celle-ci lui a été arrachée, fin 2019 - Officiellement, il s'agirait d'un accident de voiture, mais Niamh sait qu'il y a plus sombre derrière tout ça, mais que l'affaire a été étouffée - S'intéresse depuis plusieurs mois au mystérieux organisme qu'est Torchwood, convaincue qu'ils savent à quel point l'univers est vaste, mais aussi qu'ils savent ce qui est arrivé en réalité à Saskia.

XVM80720d96-c000-11e8-bf45-9f357aa333c3.jpg
Maligne - Débrouillarde - Curieuse et fouineuse (mais le cache) - Prudente (elle doit faire attention à ce que nul ne découvre qu'elle est en réalité hackeuse) - Pleine d'imagination - A l'esprit ouvert (ce qui peut la rendre bizarre, et adepte des théories farfelues !) - Souriante (un peu moins qu'avant la mort de Saskia cependant) - Déterminée (en devient têtue !) - Ironique (peut en être insolente par moment !) - Calée sur les mythes & légendes du monde (un peu plus sur tout ce qui est celte cependant !), et sur les mystères en tout genre - Convaincue que l'univers est plus complexe que ne le pensent la plupart des gens (croit donc en l'existence des fantômes ou des extraterrestres par exemple ! De toute façon, elle est persuadée qu'elle a déjà été témoin de quelques événements inexplicables !) - Possède de multiples tatouages un peu partout sur le corps et a la ferme intention d'en avoir d'autres - Vit seule avec Morrígan, sa chienne de 2 ans (une Leonberg, dont le nom a été choisi en hommage à une déesse celte) - Saskia se considérait comme une sorcière wicca, et a appris quelques trucs à Niamh, même si elle ne pratique rien du tout, c'est trop douloureux pour elle (à l'exception de l'art de la lithothérapie, elle adore ça !).

leonberg-1-145936.jpg
La non-existence des extraterrestres est une idée bien plus dérangeante que celle de leur existence... Quel vertige. Et en même temps quelle responsabilité. C'est peut-être cela le message le plus subversif et le plus ancien : "Nous sommes peut-être seuls dans l'univers et si nous échouons il n'existera plus rien nulle part".


Julie Kennedy :copyright: Chocohuète
Décembre

C’est par un soupir de soulagement que Niamh accueille la fin de la séance photo. Si Liam est un excellent chef, et que son restaurant mérite une meilleure visibilité, il est sincèrement très chiant de l’opinion de la rousse. Si elle peut comprendre pourquoi il se montre exigeant, car il en va de l’image que donne son établissement, elle n’apprécie pas qu’il se pense légitime à lui donner des directives artistiques. C’est aisément qu’elle reconnait qu’il a un sens du visuel développé, dans les plats qu’il dresse généralement, mais il n’y connait rien dans la photographie et les astuces à appliquer pour que la photo rende réellement bien ! Qu’il a été difficile pour Niamh de prendre sur elle, et de ne pas renvoyer le chef cuisinier à ses fourneaux, durant les heures écoulées ! « Tu auras tes photos demain matin ! », explique la photographe, qui tient à faire un tri dans ce qu’elle a shooté, afin de ne transmettre à son client que les plus belles photographies. Il est hors de question qu’elle passe des heures à les retoucher, elle ne se tue pas à avoir des éclairages avantageux ni des décors magnifiques, pour tout gâcher avec un travail qui dénature la réalité.

Liam, dont le restaurant est juste à côté du studio photo ou s’est établit Niamh, part enfin. En l’observant partir, elle ne peut s’empêcher d’éprouver un pincement au cœur. Plus qu’autrefois, elle trouve qu’il ressemble à sa défunte sœur, sa précieuse Saskia. Ca fait à présent un peu plus d’un an que celle qui se clamait haut et fort, sorcière wicca, a été arrachée aux siens. Des mois douloureux ont suivi, la rouquine faisant – trop doucement et douloureusement à son goût ! – le deuil de celle qui était sur le point d’être officiellement sa fiancée. C’est sans doute pour essayer de rationaliser ce drame de la vie, qui peut frapper à n’importe quelle porte, que la Liddell s’est mise en tête que Saskia n’avait pas été victime d’un simple accident de voiture. Pour elle, il y a plus, bien plus, mais une explication que peu sont en mesure d’entendre et d’assimiler. Elle manque de preuves pour l’instant, elle n’en a parlé que bien peu autour d’elle. Liam n’est même pas au courant, alors qu’elle voit ponctuellement son ex beau-frère. Il serait fastidieux d’expliquer le raisonnement qui a poussé Niamh à se dire que Torchwood pouvait savoir ce qui était vraiment arrivé à sa dulcinée, mais elle est persuadée qu’ils sont les seuls à connaître la vérité. C’est pourquoi – et depuis plusieurs semaines maintenant – elle a tenté d’infiltrer leur réseau. Oh, elle sait que Torchwood existe, elle a parlé à suffisamment de monde autour d’elle, tout autant convaincu que l’univers n’est pas peuplé uniquement d’êtres Humains, pour en avoir la certitude. Personne n’a de réelles preuves, ils sont bien trop doués pour les faire disparaître, mais on peut retrouver leurs traces, si on a – comme Niamh – l’esprit ouvert et l’œil curieux. Il n’a pas été facile pour elle de réussir, ils sont bien protégés sur tous les points. Mais c’est chose faite, depuis la veille au soir. Elle est toujours infiltrée dans leur système, utilisant tout son savoir pour camoufler à leurs regards, sa présence indésirable. Elle sait qu’elle ne pourra en sortir avant longtemps, car elle a beaucoup de choses à extirper, pour y analyser plus tard. Et si elle prend des trucs au pif, elle essaie aussi de faire un tri au préalable, ce qui demande un peu de temps, car d’autres protections l’y attendent, et qu’elle ne peut rester collée à son ordi en journée. Elle profite cependant de chaque instant de libre pour ça. Quoi qu’il en soit, elle ne baissera pas les bras, car Niamh est têtue. Et ça fait un moment qu’elle voulait savoir ce que Torchwood cachait, bien avant la mort de Saskia. Le drame lui a juste donné une excellente raison de cesser de repousser l’échéance en se concentrant sur d’autres organismes à pirater et d’autres secrets à déterrer.

Elle a pris soin de relié son ordi pro à ses autres machines, qu’elle utilise pour sa vie moins visible. Ce qui lui permet de poursuivre sa tâche, sans avoir à quitter son studio, son appartement se trouvant juste à l’étage supérieur. Un rapide coup d’œil pour survoler les recherches en cours, et un soupir de la jeune femme montre rapidement que ça va se révéler bien fastidieux. Elle n’a toutefois pas le temps de se poser tranquillement devant tout ça, car le carillon de la porte s’agite, indiquant qu’un client vient de faire son apparition dans la boutique. En un rien de temps, Niamh ferme sa fenêtre pour ne laisser visible qu’un fond d’écran, au logo de son studio. Précaution somme toute inutile puisque son bureau n’est accessible qu’à elle, mais ça la rassure. « J’arrive ! », indique la rouquine en quittant la pièce pour rejoindre le studio, et découvrir qui vient d’y rentrer. « Bonjour ! Que puis-je pour vous ? », demande-t-elle, très pro, affichant un doux sourire, à l’inconnue qui lui fait à présent face. Niamh ne le sait pas, mais si elle, elle a réussi à trouver Torchwood, l’inverse est vrai. Et nul doute que ça, via cette rencontre, ça va contribuer à changer sa vie, bien plus qu'elle n'aurait jamais pu l'imaginer un jour ! Elle qui a toujours été convaincue que l'univers était bien plus vaste que l'Humanité ne l'envisageait, est sur le point de voir qu'elle était encore très loin de la vérité !



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sultana
Sultana
Féminin MESSAGES : 17
INSCRIPTION : 10/08/2020
ÂGE : 29
RÉGION : France
CRÉDITS : //

UNIVERS FÉTICHE : Doctor who, Harry Potter, Outander...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4081-sultana-de-toute-facon-je-sai
Noob

La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Empty

sufs.jpg
Asphodèle
J'ai 3475 ans ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord, Terre.. Dans la vie, je suis Seigneur du temps qui touche à tout, mais qui travaille principalement chez Torchwood et je m'en sors Très bien… j’imagine… l’argent n’est qu’un chiffre parmi tant d’autres pour les évolués. Sinon, grâce à ma mi chance, mi malchance, je suis célibataire, mais ça n’a pas été toujours le cas et je le vis plutôt … je n’ai pas d’avis sur le sujet en fait. Si la solitude peut parfois être pesante, l’idée de perdre dans la mort la personne aimée vaccine bien vite de toutes idées amoureuses. .


La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Gqzl
Je suis Asphodèle. Enfin, ce n’est pas mon vrai prénom, c’est celui qui exprime des regrets, celui que j’ai choisis. Il y a longtemps maintenant, je visais sur Gallifrey et j’élevais des TARDIS. Mais ça… c’est du passé. Un certain docteur a réussi à en voler un, et la coupable toute désignée c’était moi. Pour éviter de subir le courroux de ma race, je me suis auto exilée dans l’univers.
Sur terre ou ailleurs, j’ai rencontré bien des gens, je suis devenue amie avec certains, amant avec d’autres puis…. Je repartais, je recommençais, infiniment. Asphodèle est donc devenu mon nom. Le nom de la fleur des regrets, comme pour signifier à tout le monde combien j’étais désolée. Mais désolée de quoi ? Moi-même je ne le sais pas. Je dois bien avoir fait une faute puis-ce qu’ils le croient…
J’ai des parents et une sœur sur Gallifrey. Une sœur jumelle plus si jumelle que ça pour être honnête Cela fait des millénaires que je ne les ai plus revus, presque deux milles ans plus précisément. Ils n’ont jamais cherché à me contacter, du moins je crois, mais moi non plus je n’ai jamais cherché à les contacter de peur que Gallifrey me retrouve.
La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. 0ggk
Vous me connaissez forcément, de près ou du loin. Nous nous sommes déjà croisés au détour d’un musée, d’une photographie ou d’un libre d’histoire. Je suis un tableau de Da Vinci, je suis une reine d’Égypte, je suis la muse de la plume d’un auteur. Je suis moi, et beaucoup des autres, je suis une enfant du temps perdue. Je suis une ancienne mère en deuil, qui a perdu son enfant mi seigneur du temps, mais surtout mi humain.

Je suis Torchwood. Aussi surprenant que cela puisse être, mon activité principale est de traquer les problèmes extraterrestres. Alors, oui, l’institut n’a pas toujours été des plus tendres avec les aliens. Mais ici ce n’est pas Londres, nous sommes bien plus familiaux. C’est aussi par besoin de nous émanciper du gros QG que nous faisons partie des Torchwood « perdu ». Au fil des années, une relation de confiance s’est installée entre nous, et après des décennies je fais parti des meubles irremplaçable. Mo rôle est principalement de m’occuper des vaisseaux spatiaux, mais mes mains touchent à tout ce qui n’est pas explicable par le cerveau humain. Ce qui, en quelque sorte, me place au statut de femme à tout faire.

La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Iya8

Blessée. Souriante. Pimpante. Cinglante. Pleine de regrets. Peureuse envers l’avenir. Solitaire. Pleine d’amour, mais pleine de peur envers celui-ci. Enfantine… parfois, c’est dur de le rester à son âge. Protectrice. Bienveillante. A besoin d’être protégée. Gaffeuse. Maladroite. Plus humaine que la plupart des humains.
En quittant tout sur Gallifrey, j’ai l’impression de m’être perdue moi-même. De n’être plus que la moitié de ce que j’étais là-bas. Loin d’être une pro seigneur du temps fière et supérieure, elle se sent tout de même perdue au milieu d’une race primitive qu’elle affectionne pourtant très particulièrement.
Quant au docteur… une partie de moi lui en veut à mort et une autre comprend ses raisons d’être parti. Donc, je prône la neutralité.




Sai Bennett :copyright: LOST TALES

Ah Décembre ! Noël ! Un énième noël chez les humains. Ma langue est mauvaise, j’aime les noëls humains ! En décembre toutes ces petites choses primitives se mettent à fourmilier de partout pour aller faire des emplettes pour leurs familles et amies. Je n’ai pas de famille. Je n’ai pas d’amis non plus d’ailleurs. De toute façon chez Torchwood on travaille le soir de noël donc ça ne change rien.
J’ai vu l’évolution de leurs noëls, si au départ ils fêtaient un soit la soi-disant naissance d’un être saint, au fil du temps le markéting s’est invité à la fête, et l’alcool aussi… les humains adorent l’alcool… le problème c’est qu’être un seigneur du temps parmi les humains n’aide parfois pas à l’intégration… bah oui… l’alcool ne fonctionne pas sur moi, ou pas aussi bien en tout cas. Noël ne sert qu’à me rappeler que ma famille n’a jamais essayé de reprendre contact avec moi depuis mon départ et qu’en plus, même les plaisirs humains ne veulent pas de moi… encore une belle soirée en perspective.
Bref, on n’y est pas encore, le mois de décembre bat encore son plein et les charges de travail chez Torchwood aussi. Ça ne désemplie pas… jamais ! Bien au contraire, plus noël approche et plus les humains envoient des signaux aux vilains aliens qui foutent la pagaille. A croire que dans leurs décorations lumineuses il y a des messages codés… je devrais vérifier tiens, pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ?

Mon sujet du moment n’est pour autant pas les décorations de noël, il s’agit plutôt d’une petite fouineuse dans notre base de données. Torchwood est hyper sécurisé, presque autant que la maison blanche ou que buckingham palace… en fait peut-être même plus, après tout nous abritons les secrets les plus inconcevables de cette pauvre planète terre. Mais, de temps en temps, une personne plus futée que d’autres s’introduit et menace la sécurité mondiale. Généralement, ce n’est pas moi qui m’occupe de ce genre de chose. Mais pour une fois… eh bien c’est moi. Il n’y a pas de véritables raisons à donner, j’étais juste là au bon endroit, au bon moment.
J’aurais pu l’exclure du serveur, lui envoyer des agents pour s’en occuper, lui effacer la mémoire et bidouiller sa vie pour faire en sorte de ne pas recommencer, mais, non, ce n’est pas ce qui s’est passé.

Dans un premier temps, mes braves petits doigts se sont intéressés à rechercher qui pouvait bien être la personne tant intéressée par nos informations. Généralement, ces gens sont hauts placés, et savent quoi chercher. On ne se retrouve pas dans les mémoires d’un institut sous couverture par pur hasard ou parce qu’on en a entendu parler au coin de la rue. Non, les personnes qui entrent dans nos serveurs savent qui nous sommes et ce que nous faisons. Pourtant, cette fois, ça semble bien être le cas. En rendant la courtoise visite inverse, et il ne m’a pas pris tant de mal que ça à le faire, je me suis rendu compte que cette personne était parfaitement dans la catégorie « personne qui en a entendu parler au coin de la rue ». Ou plutôt « bloggeuse de choses bizarres ». Oui, bloggeuse, parce que notre mystérieux inconnu est en fait une mystérieuse inconnue. Niamh Liddell. Photographe. Il a fallu chercher un petit peu plus pour trouver son identité, pour une humaine elle sait ce qu’elle fait il faut dire, avec quelques années de plus elle pourrait devenir experte en hacking. Mais moi aussi je sais ce que je fais et ce ne sont pas quelques codes et déviations humains qui vont me turlupiner… surtout quand on peut se connecter à un TARDIS… je définie quoiqu’onques d’arriver à le contrer.

Il m’arrive souvent d’éplucher son site, posée le soir dans mon lit. Parce que oui, notre cher humaine tient un site de théories extraterrestre et complotiste en tout genre (ce qui explique le pourquoi elle se balade chez Torchwood). Il arrive souvent que ma tête se balance d’affirmation ou de négation pendant mes lectures. J’ai tout regardé, de la plus loufoque à la plus vraie des théories exposées. Cette fille est talentueuse et a un esprit très ouvert comme on les aimes ici, à l’institut. Bien plus que tous les fous complotistes habituels. Non, elle… elle a l’œil pile en face de la vérité. Ce qui m’a forcé à me demander ce qu’elle cherchait vraiment. Si c’était à alimenter l’œil de ses lecteurs avec quelques secrets bien gardés ou si elle cherchait quelque chose en particulier. Alors, je l’ai laissée fouiller. Dans la mesure du raisonnable, lui ouvrant ou lui fermant des portes au grés de ce qu’elle savait déjà ou pas. Toujours en veillant à ce qu’elle n’aille pas publier quoi que ce soit qui mettrait l’institut en danger.
Et ça a duré des semaines. Des semaines où elle a tenté de démonter chacune des sécurités qu’elle trouvait, des semaines où j’en reconstruisait juste après, ou au contraire je lui ouvrais des portes pour aller plus en profondeur. Mais des semaines qui m’ont permis de savoir où elle voulait aller. Saskia. Un nom qui revenait souvent. Partout, dans son ordinateur, sur son site, dans ses recherches dans nos logiciels. J’ai donc moi-même fait quelques recherches jusqu’à tomber sur un avis de décès et une coupure de journal faisant part d’un accident de voiture. Cette Saskia semblait donc être l’objet de sa convoitise. Mais… pourquoi ? Qu’avait-t ’elle à voir avec Torchwood ? Puis j’ai compris, qu’elle ne pensait pas à un banal accident et que notre base de données pouvait lui offrir des réponses. Mais pourquoi pensait-elle cela ?

C’est ma grande interrogation. Et la curiosité a fini par prendre le pas sur le devoir. Normalement, cela devrait faire longtemps que cette jeune personne aurait dû être arrêtée et mise sous silence. Elle traine dans des sujets qui sont beaucoup trop importants pour la nation et si elle venait à savoir trop de choses et les publiait cela me retomberait sur le coin du nez. Et je serais mise en cause pour lui avoir autorisé des accès. Une partie de moi s’est pourtant attaché à cette jeune personne que je ne connais pas. Parce qu’une partie de moi pense que cette Saskia n’est pas anodine.
Aujourd’hui il est temps d’en savoir plus sur cette histoire. En toute discrétion. A la fois pour l’intérêt de Torchwood, mais aussi pour ma curiosité personnelle qui me brule pour cette photographe. Cela fait longtemps que j’ai son adresse, bien qu’elle ait évidemment essayer de la cacher en envoyant les possibles chercheurs bien loin de Belfast. Maiiiiiiis… voilà quoi, je suis un seigneur du temps et on ne me cache rien. Je le vois quand il s’agit d’un détournement de la vérité.
Dans tous les cas, aujoud’hui est le jour. Le jour où je vais rendre visite à notre petite hackeuse.

Son adresse correspond à un studio de photo, ce qui correspond totalement à son métier par ailleurs. Je ne sais pas encore comment je vais l’aborder, ni ce que je vais lui dire. Comme d’habitude, je vais laisser faire mon instinct… qui n’est surement pas le meilleur de toutes les personnes présentes dans l’institut… c’est peut-être pour ça que je ne fais pas parti des équipes de terrain…
Je pousse donc la porte du studio photos quelques minutes plus tard. « J’arrive ! » Mon téléphone, directement relié à l’institut, m’a informé qu’elle était justement en train de fouiller nos fichiers. En quelques secondes une magnifique rousse entre dans mon champ de vision. « Bonjour ! Que puis-je pour vous ? » me dit-elle avec un sourire. Son visage me laisse sans voix. Si j’avais trouvé son identité dans la base de données de Torchwood, le voir en vrai est différent. Quelque chose me laisse sans voix en la voyant. Au point où, pendant plusieurs secondes, j’ai totalement déconnecté de la réalité.

« Bonjour ! Alors, c’est vous ma petite hackeuse préférée ? » Ok… je n’avais pas prévu de dire ça. Mais alors, vraiment pas. Mais c’est sorti tout droit de ma tête et de ma curiosité. Pour autant, malgré mon agression directe, je la regarde avec un grand sourire, vraiment ravie de la rencontrer. « Pardon, je manque de politesse. Asphodèle, je viens de Torchwood. Je suis en quelque sorte la personne qui vous ouvre et vous ferme des portes depuis plusieurs semaines. Je suis vraiment très heureuse de vous rencontrer enfin en personne. Bien qu’attention, vous actes sont tout à fait répréhensibles, et vous avez de la chance d’être tombée sur moi. Mais vraiment, j’insiste, je suis super heureuse. » Je reprends ma respiration après m’être rendue compte ne pas lui avoir laissé en placé une. Je me laisse parfois emporter par, ce qui est pour moi, super intéressant. « Pardon… vraiment. » dis-je enfin d’un ton plus calme « Allons droit au but. Je ne suis pas venue vous arrêter, ni vous faire quoi que ce soit. Mais vous prenez de très gros risques à tenter de pirater Torchwood. Torchwood c’est bien au-dessus du gouvernement ou de l’armée, c’est la couronne. C’est la reine. S’ils décidaient de vous classer tel une menace, vous disparaitriez de la surface de la terre, comme si vous n’y aviez jamais exister. Vous jouez à un jeu bien trop dangereux pour être pris à la légère. Mais j’ai compris au cours de ces dernières semaines que votre but n’était pas mauvais. Que vous n’étiez nullement une menace planétaire. Vous cherchez juste à savoir qui a tué Saskia c’est ça ? Vous ne croyez pas à la thèse de l’accident ? Bien… je vous crois. Votre site est assez bien renseigné pour savoir que vous savez de quoi vous parlez. Je suis là pour vous aider. »



Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 166
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
tea

La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Empty

PRreAAhs_o.jpg
Niamh Liddell
J'ai 25 ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord. Dans la vie, je suis photographe, principalement styliste culinaire (mais vous pouvez faire appel à moi pour toutes sortes de photos !), ainsi que modèle (photo comme vivant : je pose pour tout type d'artiste !). Ca, c'est pour le pendant connu, car je suis également hackeuse (pour mon plaisir comme contre rémunération : faut bien gagner sa vie !), mais aussi à la tête d'un site underground, réputé pour tous les ufologues et férus de phénomènes considérés comme mystérieux ! Et avec tout ça, je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce  aux aléas de la vie, j'ai perdu ma petite amie il y a 1 an, et suis donc célibataire. Une situation que je vis plutôt bien, n'étant apparemment pas prête à m'investir de nouveau dans une relation.

tumblr_mwsm2sUCYn1szxfwno1_250.gif
Née le 7 décembre - Dernière née d'une famille de 6 enfants, de parents artistes et à l'esprit bohème - Est une lointaine descendante directe d'Alice Liddell, celle qui a contribué à inspiré à Lewis Carroll, "Alice aux Pays des Merveilles" - A toujours été fière de ce lien de parenté - Ca l'amuse toujours de se dire que ses parents l'ont nommé en hommage à une de leur légende préférée, sur la plus célèbre résidente de "Tír na nÓg" : "Niamh aux cheveux d'or" - Ce décalage entre son prénom et sa crinière flamboyante l'a aidé à l'assumer fièrement - A grandie plongée dans le folklore Irlandais, sa mère étant guide spécialisée dans ce sujet, tandis que son père était un enseignant-chercheur qui en avait fait son domaine d'étude - Plus que ses frères et soeurs, Niamh a toujours été convaincue de la véracité de toutes ces histoires fabuleuses, et ça ne l'a pas quitté à l'âge adulte - Passionnée pour tout ce qui est inexplicable, elle est devenue ufologue et tient depuis environ 8 ans, un site qui parle de tout ça et qui est assez connu pour ceux qui croient en tout ça comme elle - N'a jamais quitté son Irlande natale mais rêve de le faire, notamment pour visiter des endroits comme Roswell ! - C'est son 1er amour, son voisin d'alors, qui l'a initié dans son adolescente, au piratage informatique - Elle est finalement devenue plus douée que lui, ce qui l'a énervé - Pour gagner un peu plus d'argent, elle pose pour d'autres, et se sert également de ses talents de hackeuse - Virtuellement connue par des initiés, tant pour son site que pour être hackeuse - Etait en couple avec la douce Saskia depuis presque 3 ans, quand celle-ci lui a été arrachée, fin 2019 - Officiellement, il s'agirait d'un accident de voiture, mais Niamh sait qu'il y a plus sombre derrière tout ça, mais que l'affaire a été étouffée - S'intéresse depuis plusieurs mois au mystérieux organisme qu'est Torchwood, convaincue qu'ils savent à quel point l'univers est vaste, mais aussi qu'ils savent ce qui est arrivé en réalité à Saskia.

XVM80720d96-c000-11e8-bf45-9f357aa333c3.jpg
Maligne - Débrouillarde - Curieuse et fouineuse (mais le cache) - Prudente (elle doit faire attention à ce que nul ne découvre qu'elle est en réalité hackeuse) - Pleine d'imagination - A l'esprit ouvert (ce qui peut la rendre bizarre, et adepte des théories farfelues !) - Souriante (un peu moins qu'avant la mort de Saskia cependant) - Déterminée (en devient têtue !) - Ironique (peut en être insolente par moment !) - Calée sur les mythes & légendes du monde (un peu plus sur tout ce qui est celte cependant !), et sur les mystères en tout genre - Convaincue que l'univers est plus complexe que ne le pensent la plupart des gens (croit donc en l'existence des fantômes ou des extraterrestres par exemple ! De toute façon, elle est persuadée qu'elle a déjà été témoin de quelques événements inexplicables !) - Possède de multiples tatouages un peu partout sur le corps et a la ferme intention d'en avoir d'autres - Vit seule avec Morrígan, sa chienne de 2 ans (une Leonberg, dont le nom a été choisi en hommage à une déesse celte) - Saskia se considérait comme une sorcière wicca, et a appris quelques trucs à Niamh, même si elle ne pratique rien du tout, c'est trop douloureux pour elle (à l'exception de l'art de la lithothérapie, elle adore ça !).

leonberg-1-145936.jpg
La non-existence des extraterrestres est une idée bien plus dérangeante que celle de leur existence... Quel vertige. Et en même temps quelle responsabilité. C'est peut-être cela le message le plus subversif et le plus ancien : "Nous sommes peut-être seuls dans l'univers et si nous échouons il n'existera plus rien nulle part".


Julie Kennedy :copyright: Chocohuète
C’est avec intérêt que la rousse observe la nouvelle venue, se demandant ce qui l’attire dans sa petite boutique. Niamh doit l’avouer, les temps sont moins prospères pour les photographes que ça pouvait encore l’être du temps de ses études par exemple, c’est pourquoi l’Irlandaise a très tôt élargie son champ de capacité. « Bonjour ! Alors, c’est vous ma petite hackeuse préférée ? », lui rétorque la brune, coupant le souffle de Niamh en quelques mots seulement, la mettant de suite sur ses gardes, car ces mots ne présagent rien de bon… C’est de son mieux que Niamh s’efforce de faire bonne figure, tâchant de se dire qu’il peut s’agir d’une erreur, ou d’un test. Dans tous les cas, elle est bien loin de s’imaginer de la suite, de l’identité réelle de celle qu’elle prend pour une jeune femme comme toutes les autres, comme n’importe quelle Humaine. Depuis qu’elle a commencé le piratage informatique, elle s’est toujours montré aussi prudente que possible, bien qu’elle se soit sans doute améliorée au fil du temps, et qu’il est tout à fait probable qu’elle ait encore bien des choses à apprendre ! Il lui est arrivé d’avoir été démasquée, quand elle était encore étudiante, mais plus maintenant. Et c’est sans doute ce qui explique son erreur présente, elle a pris un peu trop confiance en ses capacités ! « Pardon, je manque de politesse. Asphodèle, je viens de Torchwood. ». « Torchwood », ce mot résonne, puissamment, aux oreilles de Niamh, à la vitesse de son sang qui lui semble couler dans ses veines, sans doute plus vivement que quand elle n’est pas sous le coup du stress. Comme si ça pouvait éteindre le son de ce mot qui résonne à ses oreilles, ou l’aider à retrouver son souffle, voire mettre un terme à la sensation de chancèlement ressenti, Niamh appuie son flanc contre son comptoir. « Je suis en quelque sorte la personne qui vous ouvre et vous ferme des portes depuis plusieurs semaines. Je suis vraiment très heureuse de vous rencontrer enfin en personne. Bien qu’attention, vous actes sont tout à fait répréhensibles, et vous avez de la chance d’être tombée sur moi. Mais vraiment, j’insiste, je suis super heureuse. ». Force est de constater que sa stratégie n’est pas vraiment efficace : c’est à peine si Niamh entend ce que la dénommée Asphodèle lui raconte. Oh, bien sûr, elle l’entend, mais péniblement, à travers le filtre du tambourinement sanguin contre ses oreilles, comprenant à peine un mot sur deux… « Pardon… vraiment. Allons droit au but.», poursuit la jeune femme de Torchwood, alors que Niamh s’efforce de ne pas perdre pied. Aussi fort qu’elle le désire, elle sait que tout ça n’est pas qu’un rêve, pas plus qu’une mauvaise farce. Elle n’a parlé à personne de son projet de hacké Torchwood, ni de l’enquête qu’elle mène sur cet organisme secret. Il était hors de question de prendre le risque que quelqu’un ne la trahisse, volontairement ou non. Une autre chose qu’elle ne voulait pas : qu’on lui demande de déterrer quelques affaires de Torchwood. Aussi étonnant que ça puisse paraître quand on connait les passe-temps et lubies de la photographe, son infiltration dans les réseaux de Torchwood n’avait pas pour but d’exposer au public, quelques vérités cachées, ni même de prouver à tous que Torchwood n’est pas qu’une légende urbaine dont de rares individus peuvent parler autour d’un verre. Rien ne permette donc de douter de la véracité des paroles la jeune femme, bien au contraire en réalité !

« Je ne suis pas venue vous arrêter, ni vous faire quoi que ce soit. Mais vous prenez de très gros risques à tenter de pirater Torchwood. Torchwood c’est bien au-dessus du gouvernement ou de l’armée, c’est la couronne. C’est la reine. S’ils décidaient de vous classer tel une menace, vous disparaitriez de la surface de la terre, comme si vous n’y aviez jamais exister. Vous jouez à un jeu bien trop dangereux pour être pris à la légère. ». « Oulà ! Doucement ! Là, ça devient bien trop sérieux ! », proteste la petite voix intérieure de Niamh. Avant d’entreprendre une initiative aussi risquée, elle avait soigneusement pesé le pour et le contre. Elle avait essayé de croire en la thèse du stupide accident de voiture, mais ça ne collait pas, sur aucun point, peu importe sous quel angle elle observait ce drame. C’était sa longue réflexion qui l’avait mené à s’intéresser à Torchwood Mais même à compter de ce jour, elle avait bien réfléchi, connaissant les risques encourus pour une curiosité portant dessus. Ca dépassait, et de loin, tout ce qu’elle avait accepté de faire en tant que hackeuse. A tort ou à raison, elle s’était persuadée qu’elle y découvrirait ainsi une raison quant à la mor de sa précieuse Saskia. Qu’il était difficile pour la rousse d’accepter une seule seconde que sa fiancée ait pu lui être arrachée à cause d’un vulgaire hasard dramatique ! Niamh avait besoin de se dire que cet accident était autre chose qu’un malheureux coup du sort ! « On ne peut pas passer d’une longue phase de bonheur intense, à un désarroi total, le tout en un simple claquement de doigt ! » : telle est la phrase qui tourne en boucle dans l’esprit de Niamh, quand elle doute de la logique l'ayant poussé à ce lancer dans un tel piratage. « Mais j’ai compris au cours de ces dernières semaines que votre but n’était pas mauvais. Que vous n’étiez nullement une menace planétaire. Vous cherchez juste à savoir qui a tué Saskia c’est ça ? Vous ne croyez pas à la thèse de l’accident ? Bien… je vous crois. Votre site est assez bien renseigné pour savoir que vous savez de quoi vous parlez. Je suis là pour vous aider. ». Le cœur de Niamh se met simultanément à bondir et à saigner, un mélange de sensations fortement étranges et douloureuses, à la mention de Saskia. Quelques secondes de silence suivent la déclaration d’Asphodèle, le temps que Niamh digère la situation : Torchwood l’a trouvé, la rousse risque gros, mais par chance, l’agent qui est venue la voir semble plus encline à lui tendre la main qu’à la clouer au pilori pour ses agissements. C’est un soupir sonore que Niamh pousse, une fois partiellement remise de ses émotions. Se pinçant l’arrête du nez, la photographe s’appuie plus fortement contre son comptoir, avant d’observer plus attentivement la mystérieuse jeune femme. Chose qu’elle n’avait pas eu le loisir de faire jusqu’alors, trop stupéfaite par ce qu’Asphodèle lui disait. « D’ailleurs, c’est quoi, son nom de famille ? », est l’interrogation – un peu stupide et fort peu à propos – qui s’insinue sommairement dans les pensées de la Liddell. D’après les recherches que Niamh a pu mener jusqu’alors, les agents de Torchwood sont friands du secret, et très précautionneux quant à garder leurs identités secrètes. Bien qu’à présent, la jeune femme réalise qu’elle n’a vu que ce qu’Asphodèle a bien voulu lui laisser voir, alors il est probable que des infos sensibles sur les employés de l’agence secrète, soient en réalité disponibles dans leur réseau. Et tout ça, ça fausse ses conclusions. « Laissez-moi récapituler…. », commence doucement Niamh, souhaitant plus se laisser encore un peu plus de temps pour comprendre que tout ceci est bien réel, que vraiment vérifier qu’elle ait bien compris. « Vous travaillez pour Torchwood. Vous avez découvert que j’avais hacké votre système. Toutefois, vous n’êtes pas ici pour que j’en sois pénalisée, mais m’offrez votre aide pour découvrir ce qui est arrivé à Saskia ? », énumère-t-elle lentement, levant à chaque nouveau point abordé, un doigt. Ce petit récapitulatif lui a permis de reprendre suffisamment pied, pour ne plus avoir besoin de s’appuyer contre le meuble porteur du tiroir-caisse. A présent, elle n’a plus l’impression (à moins que ça n’ait été vrai, elle ne saurait le dire !), de trembler de toute part, ni d’être à deux doigts de s’évanouir sous une soudaine baisse de sucre dans son corps. De quelques pas, elle s’approche de la brune, qui ne lui parait – impression oh combien trompeuse ! – guère plus âgée qu’elle ! « Pourquoi ? Je veux dire… Vous avez sans doute mieux à faire, des centaines d’affaires bien plus passionnantes à résoudre - ou à étouffer - alors : pourquoi ? », demande-t-elle, ne pouvant cacher la pointe de reproche dans sa voix lorsqu'elle évoque ce qu'elle croit être une habitude chez Torchwood : dissimuler des événements d'origine extraterrestres, qui peuvent bien se produire parfois, sur Terre. Et peut-être bien qu'au fond d'elle, la rousse se demande s'il ne s'agit pas là d'une manoeuvre de Torchwood, pour la faire taire, ou éviter qu'elle ne déterre des éléments les incriminant dans la mort de Saskia ! Cette question peut paraître superficiel, mais obtenir une réponse à cette dernière est primordial pour Niamh. Elle ne doute pas qu’il doit être bien rare qu’un pirate s’invite comme elle l’a fait, dans Torchwood, mais elle ne pense pas que l’issu soit toujours aussi bonne pour le malfaiteur. « Peut-être qu’en enquêtant sur moi – comme elle l’a visiblement fait – elle a découvert que cet accident était trop louche pour n’être qu’un accident… », pense-t-elle, mais se doutant cependant que ça ne peut être qu’une manière pour elle, de se raccrocher à une illusion rassurante. Et c’est aussi pour ne pas qu’on lui rétorque qu’elle était folle, qu’elle n’a jamais tenu à parler à quiconque de ses soupçons, pas même à ses plus proches amis.



y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sultana
Sultana
Féminin MESSAGES : 17
INSCRIPTION : 10/08/2020
ÂGE : 29
RÉGION : France
CRÉDITS : //

UNIVERS FÉTICHE : Doctor who, Harry Potter, Outander...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4081-sultana-de-toute-facon-je-sai
Noob

La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Empty

sufs.jpg
Asphodèle
J'ai 3475 ans ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord, Terre.. Dans la vie, je suis Seigneur du temps qui touche à tout, mais qui travaille principalement chez Torchwood et je m'en sors Très bien… j’imagine… l’argent n’est qu’un chiffre parmi tant d’autres pour les évolués. Sinon, grâce à ma mi chance, mi malchance, je suis célibataire, mais ça n’a pas été toujours le cas et je le vis plutôt … je n’ai pas d’avis sur le sujet en fait. Si la solitude peut parfois être pesante, l’idée de perdre dans la mort la personne aimée vaccine bien vite de toutes idées amoureuses. .


La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Gqzl
Je suis Asphodèle. Enfin, ce n’est pas mon vrai prénom, c’est celui qui exprime des regrets, celui que j’ai choisis. Il y a longtemps maintenant, je visais sur Gallifrey et j’élevais des TARDIS. Mais ça… c’est du passé. Un certain docteur a réussi à en voler un, et la coupable toute désignée c’était moi. Pour éviter de subir le courroux de ma race, je me suis auto exilée dans l’univers.
Sur terre ou ailleurs, j’ai rencontré bien des gens, je suis devenue amie avec certains, amant avec d’autres puis…. Je repartais, je recommençais, infiniment. Asphodèle est donc devenu mon nom. Le nom de la fleur des regrets, comme pour signifier à tout le monde combien j’étais désolée. Mais désolée de quoi ? Moi-même je ne le sais pas. Je dois bien avoir fait une faute puis-ce qu’ils le croient…
J’ai des parents et une sœur sur Gallifrey. Une sœur jumelle plus si jumelle que ça pour être honnête Cela fait des millénaires que je ne les ai plus revus, presque deux milles ans plus précisément. Ils n’ont jamais cherché à me contacter, du moins je crois, mais moi non plus je n’ai jamais cherché à les contacter de peur que Gallifrey me retrouve.
La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. 0ggk
Vous me connaissez forcément, de près ou du loin. Nous nous sommes déjà croisés au détour d’un musée, d’une photographie ou d’un libre d’histoire. Je suis un tableau de Da Vinci, je suis une reine d’Égypte, je suis la muse de la plume d’un auteur. Je suis moi, et beaucoup des autres, je suis une enfant du temps perdue. Je suis une ancienne mère en deuil, qui a perdu son enfant mi seigneur du temps, mais surtout mi humain.

Je suis Torchwood. Aussi surprenant que cela puisse être, mon activité principale est de traquer les problèmes extraterrestres. Alors, oui, l’institut n’a pas toujours été des plus tendres avec les aliens. Mais ici ce n’est pas Londres, nous sommes bien plus familiaux. C’est aussi par besoin de nous émanciper du gros QG que nous faisons partie des Torchwood « perdu ».  Au fil des années, une relation de confiance s’est installée entre nous, et après des décennies je fais parti des meubles irremplaçable. Mo rôle est principalement de m’occuper des vaisseaux spatiaux, mais mes mains touchent à tout ce qui n’est pas explicable par le cerveau humain. Ce qui, en quelque sorte, me place au statut de femme à tout faire.

La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Iya8

Blessée. Souriante. Pimpante. Cinglante. Pleine de regrets. Peureuse envers l’avenir. Solitaire. Pleine d’amour, mais pleine de peur envers celui-ci. Enfantine… parfois, c’est dur de le rester à son âge. Protectrice. Bienveillante. A besoin d’être protégée. Gaffeuse. Maladroite. Plus humaine que la plupart des humains.
En quittant tout sur Gallifrey, j’ai l’impression de m’être perdue moi-même. De n’être plus que la moitié de ce que j’étais là-bas. Loin d’être une pro seigneur du temps fière et supérieure, elle se sent tout de même perdue au milieu d’une race primitive qu’elle affectionne pourtant très particulièrement.
Quant au docteur… une partie de moi lui en veut à mort et une autre comprend ses raisons d’être parti. Donc, je prône la neutralité.




Sai Bennett :copyright: LOST TALES


Où en étions-nous ? Ah bien, ma petite hackeuse. Heureuse de la rencontrer, même si à en croire son visage, elle l’est beaucoup moins. Parfois, je devrais réfléchir avant de parler telle flèche. Malgré toutes ces années, jamais je ne réussirais à acquérir totalement les compétences humaines.
Après lui avoir déblatérer toutes mes connaissances sur sa personne, c’est du moins ce que j’ai l’impression d’avoir fait, la jeune rousse me regarde telle une personne sur le point de s’évanouir. Oui.. je sais… ça fait souvent cet effet-là. Pourtant, elle prend plutôt bien la chose, elle se pince s’arrête du nez et m’observe avec détails. Ce que je fais d’ailleurs en retour, incapable de rester inactive deux petites secondes. L’arc de ses sourcils s’accentue légèrement… la jeune femme est en train de se poser des questions. Surement par rapport à moi d’ailleurs. Un sourire satisfait nait légèrement sur mes lèvres, j’aime savoir les gens se questionner sur ma personne. Et si seulement ils savaient… « Laissez-moi récapituler…. » mes yeux se replongent directement sur la rousse, sortant de ma pensée précédente. Un léger bruitage d’acquiescement, invitant la jeune personne à en effet récapituler, sort de ma gorge. « Vous travaillez pour Torchwood. Vous avez découvert que j’avais hacké votre système. Toutefois, vous n’êtes pas ici pour que j’en sois pénalisée, mais m’offrez votre aide pour découvrir ce qui est arrivé à Saskia ? » Je hoche la tête d’un air enjoué. « Oui » ai-je simplement répondu avec un enjouement non dissimulé. J’ai regardé chacun de ses doigts se lever à chaque énumération d’un point de mes paroles précédentes. Remarquant au passage, que Niamh semble se remettre de ses émotions bien plus rapidement que la plus part des autres personnes, normalement la plus part sont en pls à ce moment là et croulent sous les " pardons " ou " ne me faites pas de mal ".

Après quelques secondes, la rousse s’est approchée, se retrouvant à ma hauteur et non plus bloquée derrière un comptoir. Oh, bonjour vous ! Voilà donc entièrement la jeune Liddell. « Pourquoi ? Je veux dire… Vous avez sans doute mieux à faire, des centaines d’affaires bien plus passionnantes à résoudre - ou à étouffer - alors : pourquoi ? » La question ne me fait cette fois pas répondre immédiatement, car elle soulève un problème… je n’ai pas la moindre idée de pourquoi je fais ça. Et d’ailleurs, sans doute va-t-elle le voir sur mon visage car une moue plus contrariée y prend place. Quant à elle… pourquoi ce reproche dans sa voix? n’est-elle pas heureuse de mon aide ? Faut-il vraiment se poser la question du pourquoi ? « Je ne sais pas » Avouais-je enfin aprés plusieurs longues secondes de silence. C’est la curiosité qui m’a amené vers cette demoiselle. C’est le mystère de rencontrer enfin une humaine qui voit tellement clair dans le monde, tout en se détachant des complotistes habituel. Ce sont les semaines à me renseigner sur elle qui m’ont donné l’impression de créer un lien. L’impression que Niamh Liddell est une humaine différente des autres humains. « Je crois qu’à la base c’est la curiosité. J’ai l’impression d’avoir appris à vous connaitre pendant toutes ces semaines. A travers votre site, à travers vos informations. Vous êtes une personne différente des autres humains lambdas, vous savez des choses que les autres ne voient pas. J’ai fait des choses totalement interdites, qui pourrait surement me couter gros si les hauts placés savaient, mais quelque chose me disait qu’il fallait que je vienne vous voir. Je n’avais pas envie que ça s’arrête mais je ne pouvais pas non plus vous laisser continuer. Alors quand j’ai compris l’objet du hacking, je me suis dit que la meilleure solution pour qu’à la fois ça s’arrête et à la fois que ça ne s’arrête pas, c’était de vous aider. »  C’est honnête, même si ce n’est peut-être pas ce qu’elle espérait. J’esquisse un sourire sincère, loin de l’image sévère que peut avoir l’institut.

« Je sais que cela peut être compliqué à croire, mais ce n’est pas mon travail pour Torchwood qui m’a attiré là. Je vous crois, réellement, quand vous dites que quelque chose est bizarre. Vous avez vos raisons de le penser, et il est légitime de vouloir faire sa propre enquête. Même si, je vous le jure, je ne sais rien de ce qui s’est passé. Je ne suis pas venue donner une réponse préconstruite et aurevoir. J’ai les moyens d’aider, alors je viens aider. » Au moins ça arrange tout le monde. Moi, parce qu’elle ne traine plus dans des endroits interdits. Et elle, parce que j’ai des moyens qu’elle n’imagine même pas pour l’aider à mener l’enquête. « Et par la même occasion, je règle un certain petit problème de hakage dont est victime mon institut depuis quelques temps. » dis-je en retrouvant mon enjouement du début.

Je jette un coup d’œil dans son arrière-boutique. Est-ce là son repère de cyber pirate ? Mes yeux se reposent sur la jeune femme un instant, juste le temps de confirmer ou non ma suspicion. C’est humain, les émotions se trahissent dans le regard. « Par compte... » commençais-je en passant derrière son comptoir pour entrer dans son arrière-boutique. « Ça ! » dis-je en pointant du doigt son ordinateur. « Stop. Sinon on revient à ce qui aurait dû être fait depuis le début, et vous vous débrouillerez avec eux. Et votre site web est inclus dans le pacte également. » Je ne suis pas dupe du font d’écran innocemment tourné vers le logo de son studio de photographie. Il y a quelques minutes, avant de rentrer ici, quelqu’un était en train de fouiller et en ce moment il n’y avait qu’elle en hackeuse.

« Bien... commençons par le début. » Je laisse un certain blanc s'installer. Blanc pendant lequel je quitte son arrière boutique pour retourner à la porte d'entrée. Pour aujourd'hui son travail est terminé. Alors, je ferme la porte à clé et descend le store. En me retournant à nouveau vers elle, mon visage est beaucoup plus ferme que tout à l'heure. Ce que je vais lui dire là n'est pas anodin. « La plus part des choses que vous imaginez existent. Torchwood est une institution créée pour protéger la terre des menaces venant de l'espace. Pour faire plus court, des extraterrestres. L'humain est une race moyennement évoluée, et même plutôt primitive à l'échelle universelle, c'est pourquoi beaucoup de choses peuvent paraitres paranormales ou inexplicables. Parfois un humain lambda se posent plus de questions que les autres ou semble voir ces faits inexplicables avec plus de lumière… cet humain c'est vous apparemment. Et je vous écoute... dites moi tout.   »

Revenir en haut Aller en bas
 
Chocohuète
Chocohuète
MESSAGES : 166
INSCRIPTION : 30/03/2017
CRÉDITS : L'icon vient de je ne sais pas trop où, désolée ! Signature de Cookie corns. Chanson " DARKNESS MY SORROW ", Chuya's character song.

UNIVERS FÉTICHE : Ca dépend de mes envies ^^"
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t852-j-erre-dans-lapocalypse-j-erre https://www.letempsdunrp.com/t4284-les-p-tites-envies-de-chocohuete#89526 https://www.letempsdunrp.com/t4306-les-cafouillis-de-chocohuete#89681 https://www.letempsdunrp.com/t4533-dans-la-valise-de-chocohuete-il-y-a#92945
tea

La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Empty

PRreAAhs_o.jpg
Niamh Liddell
J'ai 25 ans et je vis à Belfast, Irlande du Nord. Dans la vie, je suis photographe, principalement styliste culinaire (mais vous pouvez faire appel à moi pour toutes sortes de photos !), ainsi que modèle (photo comme vivant : je pose pour tout type d'artiste !). Ca, c'est pour le pendant connu, car je suis également hackeuse (pour mon plaisir comme contre rémunération : faut bien gagner sa vie !), mais aussi à la tête d'un site underground, réputé pour tous les ufologues et férus de phénomènes considérés comme mystérieux ! Et avec tout ça, je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce  aux aléas de la vie, j'ai perdu ma petite amie il y a 1 an, et suis donc célibataire. Une situation que je vis plutôt bien, n'étant apparemment pas prête à m'investir de nouveau dans une relation.

tumblr_mwsm2sUCYn1szxfwno1_250.gif
Née le 7 décembre - Dernière née d'une famille de 6 enfants, de parents artistes et à l'esprit bohème - Est une lointaine descendante directe d'Alice Liddell, celle qui a contribué à inspiré à Lewis Carroll, "Alice aux Pays des Merveilles" - A toujours été fière de ce lien de parenté - Ca l'amuse toujours de se dire que ses parents l'ont nommé en hommage à une de leur légende préférée, sur la plus célèbre résidente de "Tír na nÓg" : "Niamh aux cheveux d'or" - Ce décalage entre son prénom et sa crinière flamboyante l'a aidé à l'assumer fièrement - A grandie plongée dans le folklore Irlandais, sa mère étant guide spécialisée dans ce sujet, tandis que son père était un enseignant-chercheur qui en avait fait son domaine d'étude - Plus que ses frères et soeurs, Niamh a toujours été convaincue de la véracité de toutes ces histoires fabuleuses, et ça ne l'a pas quitté à l'âge adulte - Passionnée pour tout ce qui est inexplicable, elle est devenue ufologue et tient depuis environ 8 ans, un site qui parle de tout ça et qui est assez connu pour ceux qui croient en tout ça comme elle - N'a jamais quitté son Irlande natale mais rêve de le faire, notamment pour visiter des endroits comme Roswell ! - C'est son 1er amour, son voisin d'alors, qui l'a initié dans son adolescente, au piratage informatique - Elle est finalement devenue plus douée que lui, ce qui l'a énervé - Pour gagner un peu plus d'argent, elle pose pour d'autres, et se sert également de ses talents de hackeuse - Virtuellement connue par des initiés, tant pour son site que pour être hackeuse - Etait en couple avec la douce Saskia depuis presque 3 ans, quand celle-ci lui a été arrachée, fin 2019 - Officiellement, il s'agirait d'un accident de voiture, mais Niamh sait qu'il y a plus sombre derrière tout ça, mais que l'affaire a été étouffée - S'intéresse depuis plusieurs mois au mystérieux organisme qu'est Torchwood, convaincue qu'ils savent à quel point l'univers est vaste, mais aussi qu'ils savent ce qui est arrivé en réalité à Saskia.

XVM80720d96-c000-11e8-bf45-9f357aa333c3.jpg
Maligne - Débrouillarde - Curieuse et fouineuse (mais le cache) - Prudente (elle doit faire attention à ce que nul ne découvre qu'elle est en réalité hackeuse) - Pleine d'imagination - A l'esprit ouvert (ce qui peut la rendre bizarre, et adepte des théories farfelues !) - Souriante (un peu moins qu'avant la mort de Saskia cependant) - Déterminée (en devient têtue !) - Ironique (peut en être insolente par moment !) - Calée sur les mythes & légendes du monde (un peu plus sur tout ce qui est celte cependant !), et sur les mystères en tout genre - Convaincue que l'univers est plus complexe que ne le pensent la plupart des gens (croit donc en l'existence des fantômes ou des extraterrestres par exemple ! De toute façon, elle est persuadée qu'elle a déjà été témoin de quelques événements inexplicables !) - Possède de multiples tatouages un peu partout sur le corps et a la ferme intention d'en avoir d'autres - Vit seule avec Morrígan, sa chienne de 2 ans (une Leonberg, dont le nom a été choisi en hommage à une déesse celte) - Saskia se considérait comme une sorcière wicca, et a appris quelques trucs à Niamh, même si elle ne pratique rien du tout, c'est trop douloureux pour elle (à l'exception de l'art de la lithothérapie, elle adore ça !).

leonberg-1-145936.jpg
La non-existence des extraterrestres est une idée bien plus dérangeante que celle de leur existence... Quel vertige. Et en même temps quelle responsabilité. C'est peut-être cela le message le plus subversif et le plus ancien : "Nous sommes peut-être seuls dans l'univers et si nous échouons il n'existera plus rien nulle part".


Julie Kennedy :copyright: Chocohuète
La photographe est perdue face à cette rencontre. Elle ne sait si elle doit en être heureuse ou rester sur ses gardes. Entendre la brune confirmer qu’elle a bien tout compris ne l’aide pas à savoir comment comprendre sa venue ici. Peut-être que la rousse s’était préparée inconsciemment à ce qu’on lui mette la main dessus un jour. A force de jouer avec le feu en piratant tout un tas de système informatique, il était à prévoir qu’un jour, ça allait arriver. Combien de fois Saskia l’avait-elle mise en garde à ce sujet ? La Liddell ne pouvait pas compter, c’était vertigineux. Et ça avait donné lieu à de nombreuses disputes au sein du couple. « Comme ça me manque ! », pense Niamh, ne pouvant repousser la pointe de regret qui s’installe en elle comme à chaque fois qu’elle songe à tout ce qu’elle et sa compagne ne pourront jamais connaître ! Mais Niamh n’a pas le temps pour la nostalgie comme pour les regrets. Il y a plus urgent, en jeu, comme découvrir pourquoi cette femme de Torchwood est venue jusqu’ici. Si ça concerne bien la mort de Saskia, ainsi qu’elle le prétend, la photographe tient à savoir ce qu’elle peut faire pour l’aider. C’est de faire éclater un jour la vérité sur ce drame, qui fait tenir la rousse, tous les jours. C’est sans doute ça, qui la fait tenir aujourd’hui, alors qu’elle sent son cœur battre intensément sous l’appréhension. Si la vérité se tient sur le pas de sa porte, l’heure n’est pas venue pour elle de manquer de défaillir ! Mais la méfiance, elle, est toujours là. Et c’est apparemment ça qui surprend la stoïque inconnue, du moins est-ce ainsi que Niamh analyse les quelques émotions qu’elle parvient à lire sur son visage. (La rousse n’étant pas une experte dans ce domaine, elle préfère ne pas s’avancer !).

De là, un silence naît entre les deux. Il déstabilise Niamh. De nervosité, elle se mordille la lèvre, et ses ongles s’enfoncent dans ses paumes, ses poings trop fortement serrés. Jamais silence n’a semblé plus assourdissant pour l’Irlandaise, que celui-ci. « Je ne sais pas. », finit par admettre l’agent de Torchwood. Et une moue de frustration apparaît sur les traits de la photographe, ponctué même d’un petit grognement de la même famille. « Je crois qu’à la base c’est la curiosité. J’ai l’impression d’avoir appris à vous connaitre pendant toutes ces semaines. A travers votre site, à travers vos informations. Vous êtes une personne différente des autres humains lambdas, vous savez des choses que les autres ne voient pas. J’ai fait des choses totalement interdites, qui pourrait surement me couter gros si les hauts placés savaient, mais quelque chose me disait qu’il fallait que je vienne vous voir. Je n’avais pas envie que ça s’arrête mais je ne pouvais pas non plus vous laisser continuer. Alors quand j’ai compris l’objet du hacking, je me suis dit que la meilleure solution pour qu’à la fois ça s’arrête et à la fois que ça ne s’arrête pas, c’était de vous aider. ». De ces propos, Niamh retient 3 choses : Asphodèle l’a à l’œil depuis bien longtemps, ce qui signifie que la rousse est bien moins maligne qu’elle ne se plait à le clamer à quiconque daigne bien lui prêter une oreille attentive ! Et la brune devait bien appartenir à ce groupe si mystérieux qu’est Torchwood, au point de considérer ceux de l’extérieur comme des humains « lambdas » ! Si seulement Niamh savait à quel point elle tapait à côté ! Dernière chose : visiblement, cette jeune femme souhaitait l’aider. En quoi, par contre, ça restait l’interrogation de Niamh ! « Je sais que cela peut être compliqué à croire, mais ce n’est pas mon travail pour Torchwood qui m’a attiré là. Je vous crois, réellement, quand vous dites que quelque chose est bizarre. Vous avez vos raisons de le penser, et il est légitime de vouloir faire sa propre enquête. Même si, je vous le jure, je ne sais rien de ce qui s’est passé. Je ne suis pas venue donner une réponse préconstruite et aurevoir. J’ai les moyens d’aider, alors je viens aider. ». La bouche de la photographe lui semble soudainement bien pâteuse, aussi désagréablement pâteuse qu’elle peut l’être, le matin, au réveil. Ca ne peut être vrai, n’est-ce pas ? Cette femme ne peut être de Torchwood, et la croire – elle, citoyenne lambda ! – quand elle clame que sa fiancée n’est pas morte dans un simple accident de voiture ?!? Elle ne peut pas non plus être vraiment venue ici pour lui proposer son aide ?!! « Et par la même occasion, je règle un certain petit problème de hakage dont est victime mon institut depuis quelques temps. ». Ah, voilà qui paraît déjà plus cohérent pour la rousse, quant aux motivations de la brune. « Par compte... Ça ! Stop. Sinon on revient à ce qui aurait dû être fait depuis le début, et vous vous débrouillerez avec eux. Et votre site web est inclus dans le pacte également.». Une grimace salue cette décision, tout comme l’irruption de la brune dans son « repère ». Dans le fond, Niamh comprend qu’elle s’en tire à bon compte, en acceptant ce deal. C’est toujours moins dangereux de stopper de hacker Torchwood et de fermer son site, que de croupir en prison (dans le meilleur des cas, mais la rousse ne doute pas qu’ils peuvent faire beaucoup mieux !). Mais c’est renoncer – pour le site ! – à quelque chose qui l’accompagne et l’occupe depuis tant d’années. Renoncer à une partie d’elle, en quelque sorte. Et ça, c’est moins facile !

« Bien… commençons par le début. », déclare ensuite Asphodèle, de retour à la porte d’entrée, suivie de près par Niamh. Bien entendu, la rousse ne pouvait se résigner à la laisser rentrer seule dans son antre. Elle savait qu’elle ne pourrait rien faire pour s’opposer à elle, mais… c’était plus fort qu’elle… Elle savait pourtant qu’Asphodèle avait dû apprendre bien des choses sur elle, durant les dernières semaines. Car Niamh fait partie de la génération connectée, parfois trop même. Et si elle évite de laisser des traces virtuelles de sa vie, qu’elle ne veut pas partager, elle ne fuit pas pour autant le monde numérique ni les réseaux sociaux. Et Niamh ne peut contrôler ce que son entourage note à son propos, sur la toile. Asphodèle a certainement pu apprendre beaucoup de choses « intéressantes » sur la hackeuse. Toutefois, parce que la méfiance est encore présente, elle ne se sent pas assez à l’aise pour la laisser évoluer seule dans son espace personnel.  « La plus part des choses que vous imaginez existent. Torchwood est une institution créée pour protéger la terre des menaces venant de l'espace. Pour faire plus court, des extraterrestres. L'humain est une race moyennement évoluée, et même plutôt primitive à l'échelle universelle, c'est pourquoi beaucoup de choses peuvent paraitres paranormales ou inexplicables. Parfois un humain lambda se posent plus de questions que les autres ou semble voir ces faits inexplicables avec plus de lumière… cet humain c'est vous apparemment. Et je vous écoute... dites moi tout. », explique la femme à la photographe, qui a été s’installer devant le comptoir, ne supportant pas de se réfugier derrière celui-ci : il ne la protégerait pas d’Asphodèle, si besoin est. Tout en l’écoutant, la rouquine a décrispé ses mains, assez laborieusement, ses doigts sont légèrement douloureux tant elles les avaient serrés fort, et ils se trouvaient à présent à moitié dépliés ! Elle s’en est fait des marques, à appuyer aussi fort, ça l’en fait d’ailleurs grimacer ! Mais c’est secondaire pour l’instant, aux yeux de la rousse. Elle se focalise sur ce que son interlocutrice vient de lui dire. Notamment les confirmations de la mission de Torchwood, ou encore l’existence des extraterrestres. Si tout ça, c’était déjà des certitudes pour Niamh, c’est autre chose d’entendre une spécialiste le confirmer ! Ca change de tout ceux qui ne cessent de lui rabâcher qu’elle est folle, ou cherche à fuir l’ennui de sa vie. « Si vous m’avez épié également ces dernières semaines, vous en savez sans doute autant que moi ! ». A savoir que la Liddell a surtout beaucoup de soupçons. A commencer par le fait que jamais Saskia ne prenait cette route, quitte à faire des détours. Elle y avait perdu sa mère, dans un accident de la route, dont elle-même avait réchappé miraculeusement. Son traumatisme avait fait qu’elle avait toujours fuit cette portion de route. Si Niamh s’était toujours montré compréhensive sur le sujet, elle devait admettre que ça l’avait quand même agacée, notamment quand elles devaient faire des demi-tours dont elles se seraient bien passées car déjà en retard… « Cette route lui avait déjà pris sa mère. Saskia avait failli y mourir également, ce jour-là. Ca remontait à ses 9 ans, mais elle ne pouvait pas la prendre. Jamais… », explique la rousse, car elle n’a jamais abordé clairement le sujet sur la toile. Beaucoup trop intime. Sauf qu’en parler à l’oral, c’est pas mieux. Des perles de larmes lui viennent aux yeux. C’est toujours douloureux pour elle de parler de sa fiancée au passé, même si ça fait des mois qu’elle est morte, la blessure est toujours là, purulente. « En plus, elle m’a appelé, quelques minutes plus tôt. Pour me dire qu’elle me rejoignait ici. », ajoute la jeune femme, extirpant son portable de la poche de son jean. Elle a soigneusement conservé cet ultime message vocal, tout comme les multiples SMS que Saskia a pu lui envoyer. Posant le portable sur le comptoir, elle fait jouer son répondeur, pour que résonne la voix de Saskia. Ses toutes dernières paroles. La jeune femme y semble enjouée, parlant d’une bonne nouvelle qu’elle tient à transmettre, à vive voix, à sa petite amie. Et pour ça, bien que ça n’ait pas été prévu, Saskia comptait retrouver Niamh, dans leur appartement (celui-là même que Niamh occupait encore aujourd’hui !), afin de manger avec elle et lui dire au plus vite cette fameuse grande nouvelle ! L’intérêt de ce message, c’est que Saskia dit où elle se trouve au moment de cet appel. Sans grande surprise, elle était sur son lieu de travail, ce que Niamh prend la peine de préciser, localisant précisément l’endroit, une fois le message terminé. « Si vous avez l’habitude de circuler en ville, vous savez qu’il faut environ 30 minutes pour faire ce trajet en voiture. », poursuis la rousse, après avoir laissé quelques secondes de silence s’installer à l’issu du message de Saskia. Juste le temps de se remettre, même sommairement, de l’émotion qui l’a gagné. L’heure à laquelle l’appel a eut lieu a été précisé par la boîte vocale de Niamh, et tenait compte du flux plus important de la circulation, lors de la sortie des bureaux. « Mais… Le plus important… C’est qu’elle n’avait pas la moindre raison pour aller par là-bas…. ». Saskia partait du Nord de la ville, avec pour destination, le Sud de la cité. Elle a trouvé la mort dans un quartier situé plein Ouest… Et des chemins pour rejoindre le studio, il y en avait plein, sans qu’elle n’ait nécessairement à passer par là… « A cause de l’accident de sa mère, Saskia avait une habitude, presque un toc : appeler dès qu’elle prenait la route, pour qu’on sache à peu près à quelle heure elle arriverait. Et donc, à partir de quand on devrait s’inquiéter. ». Ca aussi, ça faisait partie des petites lubies bizarres de Saskia, que Niamh avait fini par accepter et aimer, car ça faisait parti de la femme qu’elle aimait plus que tout. « Et si jamais elle rencontrait un imprévu, elle appelait aussitôt…. ». Saskia avait bien souvent appelé Niamh pour lui dire qu’elle avait rencontré un accident, ou un embouteillage dû à des travaux, ou n’importe quel motif pouvant la retarder. De même si elle se décidait à s’arrêter, pour aller acheter un truc vite fait alors que ça n’était pas prévu. Et Niamh devait en faire autant, pour rassurer sa promise. C’était contraignant, mais pour que Saskia ne se fasse pas de souci, la rousse s’y pliait ! Poussant un soupir, la photographe range son portable dans sa poche, observant Asphodèle, comme pour la mettre au défi de lui dire que ses soupçons sont bien minces.

« Et elle n’est pas la seule, à avoir agi contre ses habitudes, et en avoir péri… », continue Niamh, sans laisser de temps à la brune pour répondre. D’un signe de la tête, elle la convie à la suivre à l’arrière-boutique. Elle s’installe alors derrière son ordinateur, pour y trouver un de ses multiples dossiers. Le contenu de celui-ci, cependant, n’a jamais été partagé, pas même sur son site, bien qu’elle en ait partiellement parlé. « Toutes ces personnes sont mortes, en ayant fait des trucs qui ne leur ressemblaient pas… ». C’est surtout le hasard qui a mis la rousse sur cette piste. Un proche d’un de ces morts, suivait son site. Et le récit de Niamh, sur la mort de Saskia, l’a fait pensé à sa propre expérience, survenue presque un an plus tôt. De fil en aiguille, Niamh a découvert que d’autres récits du même genre existaient. Elle a récolté tout un tas d’infos sur ces faits divers, ayant parfois même réussi à rentrer en contact avec des proches, afin d’avoir leurs témoignages. Tous ces morts ont perdus la vie dans la journée qui a connu leur étrange comportement. On trouve ainsi, entre autre, l’histoire d’une femme, mariée, mère de famille, bien rangée, qui n’a jamais eu le goût des jeux d’argent, qui a pris la route au petit matin, sans rien dire à son époux et le laissant se débrouiller avec les gosses, pour aller flamber au casino. Elle y a passé la journée, ne se souciant pas de ne pas aller récupérer les enfants qui mangeaient à la maison, comme d’habitude ! Elle a tellement flambé que ça a mal tourné pour elle et elle s’est pris une balle dans la tête. Ou on a encore le cas de cet adolescent, qui avait une peur bleue des hauteurs, mais s’est quand même mis en tête de faire de l’escalade en plein air, sans passer par la case « entrainement en salle », et qui a été victime d’une chute mortelle. « Aucun de ces individus n’avaient d’antécédents psychiatriques ! », enchaîne Niamh, après s’être levé de derrière son ordi, afin de laisser Asphodèle prendre sa place si elle le souhaitait, et consulter ainsi les documents rassemblés par la photographe. Celle-ci joue gros, pour le coup, car elle montre tout de même des preuves de ses piratages en tout genre. Mais… Il faut ça, pour qu’Asphodèle puisse cerner les soupçons de Niamh. « Le cas le plus lointain – que j’ai pu retrouver du moins ! – remonte à 6 ans. ». Et encore, ainsi qu’Asphodèle peut le voir, Niamh ne parle que de ce qui a pu se passer en Grande-Bretagne comme en Irlande. Elle sait qu’elle a pu passer à côté d’autres cas, car elle n’a pas mis dans son dossier tous les cas un peu étranges, il fallait plusieurs points communs : aucune folie démontrée avant, des individus jusqu’alors menant une vie bien rangée, morts peu après avoir eu un étrange comportement mais jamais à cause de leur faute directe… « Je sais pas si ça peut vouloir dire quelque chose, mais ils ont un autre point communs : ils sont tous morts lors de la lune descendante… ». Oui, Niamh va chercher loin, les petits détails. Elle l’assume. Mais elle est persuadée qu’elle tient quelque chose. Quelque chose que Torchwood aurait dû voir bien avant, ainsi, Saskia ne serait pas morte à l’heure actuelle ! Toutefois, elle a conscience qu’ils doivent avoir beaucoup d’affaires à traiter. Et qu’il est difficile pour eux d’avoir l’œil sur tous les cas un peu étranges. Surtout que là, ces morts ne se produisent pas à un rythme particulier, ça semble aléatoire : il peut y en avoir 2 dans le même mois, comme zéro. Un tous les trois mois pendant un an, puis un tous les mois pendant 4 mois, puis plus rien, puis une victime, plus rien, puis 2 victimes le même mois alors que le mois suivant en voit une seule et… ainsi de suite, dans un cycle qui, pour Niamh, n’a aucun sens. Bien que ça n’ait pas vraiment de sens non plus à ses yeux, ce lien avec le cycle lunaire, mais la rousse sait qu’au fond, elle manque de connaissances importantes pour comprendre le fin mot de cette histoire…


y5soootz
No matter what kind of cliched game it's, I'll play until the end. I simply wanted a way to kill time. The world is a bird cage, faded in colour. 'In languor dreams of death' ... who was the one that said it? BUT NOW, DARKNESS MY SORROW, I have not yet fallen apart so, as I laugh off this imposed inconvenience. Even if I get tired of the night & tear off my shackles. Let's stop messing around already. I'll manipulate even the weight of this cut-short life. I'd rather just fall than go back to being alone. Staring at the destroyed cage of this self, (GRAVITY). Slowly, I sing, "Not bad at all." Even though it feels like I might be trapped, there is no room for sentiments. I'll push myself to the limit & dye everything jet-black.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
La majorité des extraterrestres ne croient pas aux humains.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Gendarme et les gendarmettes [DVDRiP]
» Règles sur l'âge et le hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers science-fiction-
Sauter vers: