Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox Séries X avec adaptateur sans-fil Windows 10 à 52,99€
52.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 The Night We Met

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Sha
Sha
MESSAGES : 316
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 29
RÉGION : Sarthe, Le Mans.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

patrick

The Night We Met Empty

7ei5.pngThe Night We Met


C’est une époque sombre, une époque étrange.
Depuis trente ans, les villages sont attaqués, les villes submergées par des drames. Des meurtres, des disparitions, des hommes ayant perdu la tête, parfois au figuré, parfois au sens littéral.
Trente ans désormais qu’un culte antique a été réveillé, et que d'anciens Covens ont été ressuscité. Ce qu’ils cherchent exactement, nul ne le sait vraiment, mais un certain exorciste devrait bientôt avoir un début de réponse à ses questions.


i3tb.png
Revenir en haut Aller en bas
 
Sha
Sha
MESSAGES : 316
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 29
RÉGION : Sarthe, Le Mans.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

patrick

The Night We Met Empty

HdATknE.png
Ombre Assassine
Brune, yeux clairs.
Aucune information disponible.




Un rire d’enfant résonne dans la ruelle.
Elle y jette un regard, suit le môme qui s’accroche désespérément à son père qui le soulève par les poignets. Les éclats de rire remplissent bientôt la ruelle, et elle n’entend plus rien que ça. Que cette bouche en forme de cœur, rose pâle, qui s’étire, qui exhibe ses petits dents de lait et son bonheur. Elle a une grimace avant de détourner le regard, comme dérangée par ce bonheur qui lui semble loin, pour ne pas dire inaccessible. Derrière la capuche lourde de sa cape, elle observe le lent va et vient des badauds qui à l’heure du crépuscule rejoigne enfin leurs chaumières.
Bientôt il n’y a plus que le silence qui règne sur le petit bourg de Tristam. Un drôle de nom pour une ville qui retrouve enfin la paix après plus de quinze ans de méfaits, de malédictions et d’autres rumeurs.

Elle se souvient de ces hommes qui racontaient l’histoire de ce vieil homme qui vint à Tristam, il y a quinze ans de cela. De cet homme qui demanda la charité, et puis l’aumône, mais on lui refusa tout. Alors le vieil homme, fourbu par le temps, s’étendit sur le sol et mourut dans l’indifférence la plus totale. On le trouva sur les marches de l’église, si maigre et si sale qu’on n’aurait pu deviner à son odeur s’il était un animal ou une pauvre âme.
Le curé prit le corps et le fit jeter dans une fosse commune – là où vont les autres damnés. Les femmes, les hommes ou encore les enfants qui n’ont ni nom ni baptême. Un grand trou sans croix, sur lequel on ne se recueille jamais.
Et on oublia l’histoire du vieil homme, et on oublia de lui donner les derniers sacrements.

Et cela fait maintenant quinze ans que ces pauvres damnés ignoraient pourquoi, à la nuit tombée, on entendait encore le bruit des ongles qui griffent les pierres du pavé de l’église.
Pourquoi les bûcherons ne revenaient jamais du bois après le crépuscule.
Pourquoi l’eau du puits fut empoisonnée.
Pourquoi…

A cause de leur cupidité.

Un dernier bruit de volet qui grince, et la ruelle est désormais déserte et silencieuse. A Tristam, les habitants n’ont pas perdu leurs habitudes – peut-être sont ils plus méfiants, plus prudents, ou tout simplement plus superstitieux. Pourtant le maléfice qui régnait sur le bourg a été levé pas plus tard qu’il y a deux semaines.
Elle le sait, car tout le monde en parle ici, de cet homme qui arriva en sauveur après avoir été missionné. Il chassa d’abord du cimetière les derniers remords des morts, et puis les regrets des damnés. De fil en aiguille, il purifia la terre, et l’eau devint meilleur, et le sang cessa de couler.
Elle le sait, et c’est bien parce que tout le monde en parle qu’elle a voulu voir – et savoir. De ses propres yeux.

Alors quand l’homme en question sort, elle ne bouge pas d’un pouce. Ombre immobile aux creux des ténèbres, elle se fait discrète. Elle s’est rudement entraînée pour ça, des heures durant, des mois durant, des années durant. A ne pas faire de bruit, à retenir sa respiration. Pour se défendre tout d’abord, pour attaquer ensuite. Des années d’enfer, de souffrance, d’errance, à cause de ce soi-disant sauveur.

La rage grimpe en elle, et pourtant elle la maîtrise, comme on maîtriserait un fauve en furie. Il lui suffit de glisser ses doigts sur son fourreau pour apaiser ses envies de vengeance. Sur la pointe des pieds, elle le suit, alterne tantôt les distances, tantôt les côtés. A droite, à gauche, derrière une porte, derrière un pan de mur, tout est bon à prendre jusqu’à ce qu’il arrive à la taverne où il est hébergé aux frais de la princesse.
C’est que le bourgmestre a été ravi de l’affaire, et il lui reste encore quelques jours – pas beaucoup – avant de reprendre la route. Elle pourrait attendre qu’il fasse quelques pas dans la forêt pour lui déchirer la carotide d’un coup de dague bien placé, mais elle n’a pas de cheval et n’a pas envie de lui courir après.

J’ai assez attendu.

Elle est décidée.
Comme une furie grecque, cela gratte à l’intérieur.
Elle revoit les images devant ses yeux, alors qu’elle attend qu’il grimpe à l’étage de la taverne rejoindre sa chambre pour la nuit. Son cœur bat à tout rompre, car elle le revoit sans difficulté, huit ans auparavant. Le sang barrant son visage, gorgeant sa barbe, alourdissant les mèches de ses cheveux éparses. Elle se souvient avoir mordu si fort dans ses joues, avoir senti l’hémoglobine au goût de métal glisser dans sa gorge mais ne pas le recracher, de peur que l’odeur ne l’attire.

Elle se souvient de sa mère, étendue sur le sol, le visage défiguré par la douleur, éternellement figé dans la mort. Elle n’avait pas regardé vers elle, ce soir-là. Elle était morte digne, et comme une mère elle avait protégé sa progéniture en la dissimulant avec un sort puissant – pour que « jamais on ne te trouve ».
Ses yeux s’embuent un instant, et alors elle est plus décidée que jamais.

J’ai trop attendu.

Elle finit par entrer à son tour dans la taverne, et approche du comptoir où un homme assez fort et grand comme un ours se tient. Il essuie calmement les verres, d’un air distrait, alors que d’une oreille distraite il écoute un barde juste là. On chante les louanges d’un énième chasseur, situé plus au nord, qui aurait terrassé une chimère.
Elle ne lui jette aucun regard, et accoste le tavernier.

« Il me faudrait une chambre. Pour cette nuit, seulement. »

Le grand gaillard l’avise, et décroche du tableau une clé accrochée à un petit cordage artisanal fait à base de tendon de cerf. Elle le reconnaît sans mal au nœud caractéristique à la fin, car les tendons de cervidé sont moins épais que ceux des bœufs. Elle fait glisser une pièce en or sur le comptoir, et sans prendre plus de temps, elle s’élance vers l’étage.

Le pas dans les escaliers est léger, et plus elle grimpe les marches, plus elle essaye de l’atténuer sur le vieux plancher de bois. Il grince, mais jamais assez pour réveiller qui que ce soit – du moins, c’est ce qu’elle se dit alors qu’elle se faufile le long du couloir, évitant de marcher au milieu, frôlant les murs, là où la tenue est la plus assurée, et le bruit le plus étouffé.

Elle se remémore alors le tableau de service du tavernier, et les nombreuses clés. Celle qui manquait, au dernier étage, probablement vendue à un mercenaire de bas étage. La première, offerte à un marchand de passage, car il n’y a que les marchands qui peuvent s’offrir une chambre avec un bain.
Enfin, les deux clés du milieu – pile, ou face. Une chance sur deux.
Nerveuse, elle passe sa langue sur ses dents, en caresse la canine pointue, et finalement se décide pour celle de gauche.

Quand on est un Saint homme, on ne peut qu’être à la gauche de Dieu… pas vrai ?

Un sourire goguenard se dessine sur son visage alors qu’elle sort de sa cape un nécessaire à crochetage. Elle glisse l’épingle dans le barillet, joue sans faire de bruit avec l’acier jusqu’au « clic » qui indique que c’est ouvert. Elle retient sa respiration, colle l’oreille au bois de la porte, mais aucun son ne semble parvenir à son oreille.
Le champ est libre.
Elle jubile intérieurement, nourrit la faim vengeresse d’espoirs et d’envies, avant de retirer l’épingle et de la ranger.

Sa main se pose alors sur la garde, et elle sort du fourreau une dague de belle facture, au plat décoré d’un alliance d’argent gravé.
Les morts n’oublient pas

Dans un silence qu’elle tient du bout des doigts, elle pousse finalement la porte. La chambre est sombre – les volets sont fermés – aussi elle distingue difficilement les silhouettes, mais elle en voit une au niveau du lit. Une comme une montagne.
Lui.
Elle referme alors la porte derrière elle, et ses yeux s’allument d’un quelque chose de prédateur, d’une flamme sombre et sournoise. La main sert davantage la garde, tremblante d’une excitation qui ne serait presque pas la sienne, mais elle n’y fait pas attention. Au lieu de ça, elle approche à pas de loups, d’une démarche féline.

Dans la pénombre, il est difficile de discerner autre chose que ses yeux clairs qui, d’une façon assez mystérieuse et animale, s’allument comme deux lunes d’argent lorsqu’un rayon les éclaire. Le carré de son visage est cerné par une tignasse hirsute et mal peignée, cachée sous une capuche longue dissimulant un corps fin et agile.
C’est avec cette souplesse qu’elle arrive finalement au pied du lit, observant la masse qu’est l’homme. Le souffle régulier de sa respiration, et le calme inhabituel de la nuit.

Elle en profite. Elle inspire doucement à son tour, hume le parfum viril qui embaume la chambre, comme pour inscrire à jamais cet instant dans son être, comme il inscrivit sans le vouloir des maux à même ses os ce soir-là.

Si tu n’avais pas été là…

Ses dents se serrent. La furie revient, et ses yeux s’assombrissent alors qu’elle décide qu’il est temps.

Le glaive sacrificiel se lève, plus haut encore que sa tête, et elle se penche sur lui pour mieux l’abattre. La lame claire dessine un trait couleur argent dans l’obscurité.

Si tu n’avais pas été là…




Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Leonnor
Leonnor
Féminin MESSAGES : 501
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 28
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Joumana Medlej

UNIVERS FÉTICHE : ça dépend de quel pied je me suis levé ce matin
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t2229p10-sharing-tea-with https://www.letempsdunrp.com/t3212-m-m-ou-f-m-m-is-online#69504
cat

The Night We Met Empty

HdATknE.png
Zoryn
Brun clairs, yeux clairs. Tatouage sur tout le corps
Aucune information disponible.




Tristam, bourgade sinistre et anciennement sinistrée n'en était pas devenue plus accommodante à ses yeux.  Il avait débarré le lieu de la vermine mais, comme souvent, les plus terribles n'étaient pas nécessairement les monstres qui se tapissaient dans la forêt. La plupart du temps les gens étaient les artisans de leurs propres malheurs par leur égoïsme ou leur cupidité. Zoryn faisait cette profession depuis suffisamment longtemps pour ne plus y accorder une grande attention.

De même, être remercié chaleureusement par les villageois ne lui apportaient pas vraiment un plaisir particulier. Une fois que l'on comprenait que pour une ville nettoyée, mille autres attendaient derrière, on finissait par ne plus voir ça que comme une bataille et non plus comme gagner la guerre. Moribond comme à son habitude, il descendit à la taverne. A dire vrai, il n'aimait pas particulièrement le bruit ni tenir de longues conversations à l'orée du feu avec des ivrognes. Toutefois, c'était un de ces rares moments où il pouvait profiter de la présence d'être humains. Les gens ne lui manquaient pas en tant que tel mais il était bien difficile de se lier d'amitié avec autre chose que les prostituées du bourg quand on était un mercenaire qui plus est un aussi particulier que lui.

Les missions qu'il avait accepté tout au long de sa carrière ne parlaient que de tuer, d'exterminer la menace. Rares étaient les fois où il avait eu véritablement l'impression de faire le bien. En vérité, il avait l'impression amer de faire le moindre mal. Certains soirs, il se questionnait sur ces choix mais n'avait pas le luxe de s'attarder dessus. Il était un homme d'action et en tant que tel ne pouvait pas passer un temps finir à réfléchir. S'arrêter sur son passé et réfléchir, c'était mourir. Zoryn ne l'avait vu que trop souvent, ces gens qui abandonnaient la lutte et qui telle des statues de sel, se perdaient dans l'obscurité et les remords de leur existence. Les mercenaires comme lui qui perdaient le goût du présent pour se plonger dans celui du passé finissait par mourir dans un suicide teintée d'un faux héroïsme. Très peu pour lui. Depuis toujours, ses maîtres s'étaient accordés pour le lui dire, il avait une rage de vivre. C'était un combattant né, un solitaire aussi vendu par ses parents et élevés parmi des mercenaires. Survivre c'était ce qu'il faisait de mieux et ça sous entendait bien souvent tuer.

Sa choppe à la main, il sirote l'alcool en mangeant la nourriture bon marché de l'auberge. Le pain a un goût de farine rancie et la bière n'est certainement pas issue du meilleur tonneau mais ça lui convient. L'ombre qui le suivait précédemment n'a pas fait son apparition dans la taverne. Il n'était pas particulièrement inquiet. D'après la fluidité et les mouvements, il avait déterminé que c'était une jeune fille ou un jeune garçon adolescent. Pas quelque chose de très inquiétant pour lui. Ce ne serait pas la première personne à essayer de le suivre pour obtenir quelque chose ou même pour venger un parent ou autre. Sa vie était ainsi faite qu'on se faisait plus souvent craindre et détester qu'adulé. L'adulation cachait la crainte. Tout comme l'auberge qui l'hébergeait à titre gracieux, cela ne durerait pas. D'ici quelques jours, il reprendrait la route et serait de nouveau un illustre bourreau. Il aurait préféré être un bourreau, au moins personne ne connaissait leur identité. Sans se soucier particulièrement de la situation, il finit son repas le plus tranquillement du monde. Il monte pour rejoindre le quartier.

Le silence est lourd et l'ambiance de la chambre relativement pesante. Le brun a du mal à s'endormir, ses yeux sont fermés mais le sommeil semble le fuir comme une maîtresse capricieuse. Son instinct s'éveille pourtant sans bien savoir comment il perçoit qu'une personne est entrée dans la chambre sans faire de bruit. Le chasseur ne bouge pas attendant d'entendre le froissement d'étole qui sous entend le rapprochement. L'individu essaie de se montrer le plus discret possible. Il s'agit sans doute de la silhouette encapuchonnée de toute à l'heure. Sa voix grave perce l'opacité et la lourdeur de la pièce.

"Si tu veux un exorcisme, il faudra attendre demain. Ah et… si tu veux vraiment me tuer…" lance-t-il en ouvrant les yeux pour la fixer. "encore faudrait-il que tu apprennes à ne pas tenir ta lame comme une dague sacrificielle. Ça fait très cliché." Il n'a pas bougé d'un pouce. Il est évidemment prêt à intervenir mais il n'a pas peur de la mort ni de se prendre un coup. Vu la stature et la manière dont la jeune femme, car c'en est effectivement une, a hésité, elle n'est pas rôdée à la pratique des armes. Quant à cette histoire d'exorcisme, il l'a senti quand il s'est approchée très près d'elle. On reconnait quelqu'un qui sert de réceptacle à un démon facilement lorsqu'on fait ce métier depuis longtemps. L'aura de la personne est irritante, elle brûle presque lorsqu'on la perçoit. Une sorte de rouge sang trouble. Impossible de se tromper. Affichant un air très détendu, il est en vérité prêt à bondir pour réagir au moindre mouvement d'agression. Son plan est en vérité assez simple, elle a l'avantage d'être au dessus de lui mais il est plus fort, plus rapide et plus entraîné aux combats déloyaux.  Si elle tente quelque chose, il se jettera sur elle pour la faire tomber au sol tout en attrapant sa main. Vu leur différence de poids, ça devrait suffire largement à la contrôler. Et puis, ça n'est pas si grave de jouer un peu avec le feu, s'il s'avère que le futur lui donne tort.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


The Night We Met Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
The Night We Met
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: