-26%
Le deal à ne pas rater :
Projecteur Vidéo Compatible avec TV Stick Smartphone PS4 HDMI VGA ...
59.49 € 79.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Petitananas
Petitananas
Féminin MESSAGES : 673
INSCRIPTION : 01/06/2019
ÂGE : 31
RÉGION : Nord, France
CRÉDITS : Môa

UNIVERS FÉTICHE : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3081-bonjour-tout-le-monde-d https://www.letempsdunrp.com/t4223-m-les-clans-ecossais-au-21eme-siecle https://www.letempsdunrp.com/t3112-journal-de-bord-d-un-petitdino https://www.letempsdunrp.com/t4080-les-p-tites-bouilles
Narnia

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Empty

Le contexte du RP
Mise en situation
Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée...
Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä UnevenHeartyCaudata-size_restricted

Glasgow, septembre 2019

Le temps a passé, mais ni sa peine, ni sa haine ne s'est apaisé depuis qu'elle a disparue, depuis qu'elle lui a été arrachée si violemment. Son seul et unique désir est de retrouver cette personne qui lui a volé une partie de sa vie et continue d'en briser d'autres, en poursuivant son macabre dessein. Alors peut-être que quand le monstre sera derrière les barreaux, son âme sera enfin apaisée et il pourra reprendre aussi bien que possible le cours de sa vie. Se reconstruire petit à petit. Mais rien n'est moins sûr, car pour le moment le meurtrier court toujours. Car pour le moment, le flic a des sérieux soucis.
Obséder à l'idée de mettre la main sur la crevure qui a supprimer sa fiancée, le policier en a négligé ses autres enquêtes. Et si ses collègues et supérieurs ont su se montrer patients et compréhensifs, ils ont fini par arriver à un point de non-retour. Voilà l'enquêteur sur la sellette, s'il ne se reprend pas, il dégage avec un bon coup de pied dans le derrière.

Pourtant, une aide inattendue pourrait bien lui sauver la mise, celle d'une jeune femme à la capacité bien singulière. Il est réticent, bien sûr, mais le commissaire en personne ne lui laisse pas le choix. Alors, il va devoir composer avec elle que ça lui plaise ou non !

Reste à voir si cette étrange collaboration sera pérenne sur le long terme.

Contexte provenant de cette recheche


Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä 511a43aa77653d87c19e90180dddb5fbaccf22f0r1-444-250_hq
Petitdinosor devient...*roulement de tambour* Petitananas !
Revenir en haut Aller en bas
 
Petitananas
Petitananas
Féminin MESSAGES : 673
INSCRIPTION : 01/06/2019
ÂGE : 31
RÉGION : Nord, France
CRÉDITS : Môa

UNIVERS FÉTICHE : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3081-bonjour-tout-le-monde-d https://www.letempsdunrp.com/t4223-m-les-clans-ecossais-au-21eme-siecle https://www.letempsdunrp.com/t3112-journal-de-bord-d-un-petitdino https://www.letempsdunrp.com/t4080-les-p-tites-bouilles
Narnia

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Empty

aela_v10.png
Aela
Fleming

J'ai 30 ans ans et je vis à Glasgow, Écosse, Royaume-Unis. Dans la vie, je suis femme de ménage et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma timidité, je suis célibataire et je le vis sans y penser.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Giphy
*Vit encore chez ses parents dans un quartier populaire, n’ayant absolument pas les moyens de prendre son indépendance.
*Sa sœur ainée n’a plus jamais donnée de nouvelles après son mariage avec un riche homme d’affaires, sa famille n’étant plus assez bien pour elle et celle de son époux.
*D’une timidité presque maladive, Aela a un assez gros souci de bégaiement.
*Elle a perdu son meilleur ami dans l’accident de train…
*Mais elle a obtenu la capacité de voir et communiquer avec les morts. Pas sûr, que la jeune femme y gagne au change.
*Bien qu’elle ait eu du mal à se faire à son « don », Aela tente de l’utiliser au mieux pour assister les gens et surtout aider les âmes égarées à trouver le chemin vers la lumière.
*Virtuose du Violon et du piano, mais garde cela caché, n’aimant pas s’exposer.
*Pas spécialement croyante de base, ce qui lui arrive depuis son accident, lui fait se poser des questions sur la réalité du monde et les choses qui sont invisibles.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä 390px-Ascent_of_the_Blessed
Clémentine Desseaux
Semaine achevée, sacrée semaine au demeurant pour Aela, qui a enchaîné les interventions un peu partout en ville. La jeune femme n’a pas le métier le plus intéressant du monde, mais au moins elle gagne un minimum sa vie et c’est ça le plus important. Oui, il y a clairement plus passionnant que le ménage comme emploi, et tout en vidant son seau d’eau dans l’évier, la brunette tente de se rappeler de la profession dont elle rêvée. C’était devenir photographe de mode, si elle se souvient bien, couvrir les défiler, shooter les mannequins dans des tenues aussi belles que parfois extravagantes. Ça lui aurait vraiment plus, aimant autant la mode que la photo, bien qu’elle regarde cela de très loin pour la première option. Et que pour la seconde. Elle n’a plus vraiment le temps, ni l’envie de traîner en ville pour capturer les habitant, ou des lieux. C’est un peu triste quand elle y pense. Mais la vie est ainsi faite, Aela garde tout de même l’espoir qu’un jour elle se sente assez bien, assez heureuse pour reprendre ce qu’elle aimé vraiment faire avant.

Elle enfile ensuite son manteau et salut poliment les quelques policiers encore présents, d’un simple signe de tête. Mais elle est tellement discrète, ou alors ils font si peu attention à elle, que personne ne la remarque. Ce n’est pas plus mal n’est-ce pas ? Disons que c’est compliqué, parfois, elle aimerait bien que quelqu’un fasse attention à elle, mais d’un autre côté, ça la mettrait sans aucun doute dans l’embarras. Bonjour contradiction. Rapidement, elle rejoint son père qui l’attend dans la voiture, vu l’heure tardive, elle se voyait mal reprendre les transports communs, et même si le quartier bien que populaire où ils vivent soit relativement tranquille. On n’est jamais à l’abri de croiser la, ou les personnes qu’il ne faut pas. Il y a peu de paroles d’échanger, pas qu'Aela n’a pas de bon rapport avec ses parents, au contraire, mais plutôt que le père et la fille ont leur journée dans les pattes. Ni plus, ni moins.

Home sweet home. Le paternel souhaite une bonne nuit à sa fille, puis file rejoindre sa femme qui doit être en train de dormir. Elle aussi a dû avoir une longue journée. La brune s’empare donc des restes qu’on lui à laissé et réchauffe le tout aux micro-ondes. Tout en préparant la table pour dîner, la jeune femme remarque un mot posé sur la surface, son nom y est inscrit sur le papier plié en quatre, elle y reconnaît l’écriture de sa mère. Et Aela sait très bien ce que cela signifie, quelqu’un à besoin de son aide. Alors même si elle ne connaît ces gens, elle est toujours triste d’apprendre que quelqu’un a perdu un être cher, elle sait de quoi elle parle. Oui, elle comprend leur peine, elle compatis à leur colère, elle conçoit leur douleur. Un soupir accablé passe la barrière de ses lèvres, alors qu’elle déplie la feuille, il y a le nom du demandeur Mr Turner, l’adresse du lieu de l’enterrement, l’heure de la cérémonie, et le nom de la personne décédée Magdalena Turner. Il y a rarement plus d’explications, en général, elle connaît les détails une fois sur place. Il ne faut donc pas qu’elle traîne si elle veut être un minimum en forme pour demain. Repas expédié, Aela file se coucher et Morphée ne tarde pas à venir la cueillir entre ses bras.

Le lendemain, la voilà devant l’église ou des gens au visage accablé et aux yeux humides, pénètre lentement à l’intérieur du lieu saint. Quand bien même la brunette a été « conviée », cela lui fait toujours un étrange effet d’être là, celui d’une personne n’étant ni légitime, ni a sa place pour assister aux derniers au revoir d’individus endeuillés. Prenant une profonde inspiration, Aela entre à son tour dans l’église et se place tout au fond, comme à chaque fois. Elle attendra la fin de la cérémonie avant de rejoindre Mr Turner et savoir en quoi elle peut lui être utile, bien qu’elle ait une petite idée de la réponse. C’est souvent pour ça qu’on l'a contact.

Les dernières personnes arrivent et c’est là qu’elle remarque un visage qui ne lui est pas étranger, cet homme, elle l’a aperçu plusieurs fois sur l’un de ses lieux de travail. Il est policier, mais elle ne se souvient plus ni de son nom, ni de son grade. Le commissariat grouille de pas mal de personnel et en dehors du commissaire en personne, Aela n’a pas retenu les prénoms de grand monde. Toujours est-il qu’elle se demande ce qu’il fait là ? Peut-être qu’il connaissait la défunte ? Après tout Glasgow est une grande ville, mais souvent le monde est plus petit qu’on ne le croit. La brunette finit par détourner les yeux, les gens finissent souvent par le sentir quand on les fixe trop longtemps. Et elle ne veut pas se retrouver à devoir s’expliquer avec lui, dans une conversation embarrassante pour elle. De toute façon, la cérémonie religieuse commence, le silence se fait, et il n’y a de toute façon pas de risque qu’elle croise sa route.


Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä 511a43aa77653d87c19e90180dddb5fbaccf22f0r1-444-250_hq
Petitdinosor devient...*roulement de tambour* Petitananas !
Revenir en haut Aller en bas
 
Isarä
Isarä
MESSAGES : 13
INSCRIPTION : 02/09/2020
ÂGE : 30
RÉGION : CH
CRÉDITS : © ultraviolences

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4108-a-new-begin https://www.letempsdunrp.com/t4121-schizophrenie-quand-tu-nous-tiens
Noob

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Empty

MCvKkKL1_o.png
Wesley McNeil
J'ai 32 ans ans et je vis à Glasgow, Scotland. Dans la vie, je suis inspecteur de police, à la criminelle, et je m'en sors modestement. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire,, me considérant même comme veuf et je le vis très mal depuis qu'elle a quitté ce monde.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo9_250

Présentation du perso en cours.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Tumblr_inline_o1fl5xbiwb1rifr4k_500

R. Guzman :copyright: cosmic light.
Wesley était en train de devenir fou. Dans tous les sens du terme. Voilà maintenant bientôt trois heures qu’il se retournait dans tous les sens, écartant ses bras pour accueillir Morphée, sans succès. Pourtant, la fatigue était là. Les yeux rougis, secs. Le corps lourd. Rien n’y faisait. Même Plume - son maine coon – n’avait pas réussi à l’apaiser avec ses ronronnements. Quant à Hedwige – la sœur de Plume – il ne fallait pas compter sur elle. Résigné, il s’assit au bord du lit, restant dans cette position quelques secondes, le regard dans le vide. Il se passa finalement une main dans les cheveux, soupirant. Habillé d’un simple caleçon, il sortit sur son balcon, clope au bec. Tant qu’à faire … Appuyé contre la rambarde, il regardait la ville de Glasgow se reposer, ses habitants ayant tous rejoint les pays des rêves. Il se laissa tomber, prenant sa tête entre ses mains. Vie de merde. Il éteignit sans ménagement sa cigarette dans un pot de fleurs et retourna à l’intérieur, se frottant les bras histoire de se réchauffer. Il resta planté là quelques instants, regardant tour à tour à droite et à gauche. Salon, avec son bar bien remplis ? Salle de bains et sa pharmacie ? Il opta finalement pour le salon, se dirigea directement vers le bar, en sortit la bouteille de whisky, encore pleine. Pas besoin de verre. Juste une goutte, une seule et ensuite au lit. Il s’affala sur le canapé, bu une gorgée. Et encore une autre.

Il se réveilla avec une gueule de bois du diable. Les nains cognaient fort dans sa tête. Sa peau était collante – l’impression d’avoir plongé la tête la première dans un bain de boue -, sa bouche pâteuse. Il lui fallut plusieurs minutes pour se situer et se relever, du moins à se mettre assis. La bouteille de whisky, à moitié vide, trônait à ses pieds. Merde. Il se leva difficilement, avant de poser la bouteille sur la table basse, et se dirigea vers la salle de bain. Il y vomit tripes et boyaux avant de se laisser tomber sur le carrelage froid, comme un pantin désarticulé. Il ne sut dire combien de temps il resta dans cette position avant de reprendre ses esprits. Il jeta un coup d’œil à sa montre. 09h30. Son cœur s’affola. Pour rien. Personne ne l’attendait. Il avait été foutu à la porte. En « congé forcé » selon son boss. Encore une semaine à tenir, s’il ne se flinguait pas d’ici là. Tout en se relevant, il se tint au mur, étant soudainement pris de vertige. Il se traina tant bien que mal à la cuisine, se versa un grand verre d’eau, priant pour que son estomac le supporte. Sur la table, une page de journal attira son attention. Tout en s’approchant de celle-ci, il plissa les yeux, les protégeant de la lumière trop vive à son goût. Il s’agissait d’un avis de décès. Magdalena Turner, une jeune fille blonde aux yeux bleus. Son cœur rata un battement avant de se remettre à pomper. À la limite de la tachycardie. Il se retint de jurer.  Tout en se retenant de jurer – et oubliant au passage sa gueule de bois – il fila en quatrième vitesse sous la douche, se brossa les dents et enfila ses habits qui sentaient le moins mauvais. Moins de trente minutes plus tard, Wesley enfonça l’accélérateur de sa moto. Roulant à tombeau ouvert.

Quand il arriva à destination, les gens étaient déjà rassemblés par petits groupes, chacun sur leur « trente-et-un », mouchoirs en main, prêts à l’usage. Alors que certains commençaient déjà à se diriger vers l’entrée de l’église, il resta en retrait. Immobile, comme une statue de pierre. Dieu sait qu’il détestait ce genre d’événement, encore plus depuis … Il ferma les yeux, cherchant du courage. Il les rouvrit, se sentant soudainement observé, alors qu’il pensait être bien caché. Il jeta des coups d’œil tout autour de lui, s’arrêtant un instant sur le dos d’une jeune femme qui se dirigeait, elle aussi, vers l’église. Il fronça les sourcils, jeta un dernier coup d’œil à sa montre. L’office devait commencer officiellement dans dix minutes, juste le temps pour s’en griller une. Finalement, après avoir jeté son mégot dans un cendrier, il pénétra à son tour dans ce lieu de culte. Il resta en retrait, adossé contre le mur du fond.  Il scrutait minutieusement toutes les têtes, tous les visages. Hommes, femmes. En cherchant un en particulier, alors même qu’il ne savait pas à quoi il / elle ressemblait.  Se disant qu’il y avait juste une autre  personne qui détonait dans ces lieux, autre que lui.

À la fin de la cérémonie, il sortit en premier et il eut juste le temps de se cacher derrière un pilier avant qu’un de ses anciens collègues remontait l’allée. Une fois sûr que la voie fut libre, il sortit de sa cachette, inspira un bon bol d’air frais. Alors qu’il s’apprêtait à rejoindre sa moto – et à finir de cuver son vin chez lui – il décida de patienter encore un instant. Après tout, il n’était pas pressé et personne ne l’attendait. Un peu plus loin, une jeune fille discutait avec les parents de la défunte.  Wesley, la reconnaissant, fut à leur hauteur en quelques pas. Il tendit sa main aux parents attristés. « Toutes mes condoléances ». Il se tourna ensuite vers la jeune femme, planta ses yeux dans les siens. « Excusez-moi, je vous l’emprunte un instant ». Sans attendre de réaction de sa part, il lui prit le poignet et l’entraîna un peu plus loin. Une fois seuls, il la détailla de la tête aux pieds. Son visage lui était familier, mais où … ? Se sentant soudainement con, ne sachant pas quoi faire d’elle, il se passa une main dans les cheveux.  « On se connaît ? J’ai senti votre regard sur moi tout à l’heure et … » Il dut se retenir de ne pas se gifler. « Vous la connaissiez ? », demanda-t-il, faisant référence à Magdalena.
Revenir en haut Aller en bas
 
Petitananas
Petitananas
Féminin MESSAGES : 673
INSCRIPTION : 01/06/2019
ÂGE : 31
RÉGION : Nord, France
CRÉDITS : Môa

UNIVERS FÉTICHE : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3081-bonjour-tout-le-monde-d https://www.letempsdunrp.com/t4223-m-les-clans-ecossais-au-21eme-siecle https://www.letempsdunrp.com/t3112-journal-de-bord-d-un-petitdino https://www.letempsdunrp.com/t4080-les-p-tites-bouilles
Narnia

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Empty

aela_v10.png
Aela
Fleming

J'ai 30 ans ans et je vis à Glasgow, Écosse, Royaume-Unis. Dans la vie, je suis femme de ménage et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma timidité, je suis célibataire et je le vis sans y penser.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Giphy
*Vit encore chez ses parents dans un quartier populaire, n’ayant absolument pas les moyens de prendre son indépendance.
*Sa sœur ainée n’a plus jamais donnée de nouvelles après son mariage avec un riche homme d’affaires, sa famille n’étant plus assez bien pour elle et celle de son époux.
*D’une timidité presque maladive, Aela a un assez gros souci de bégaiement.
*Elle a perdu son meilleur ami dans l’accident de train…
*Mais elle a obtenu la capacité de voir et communiquer avec les morts. Pas sûr, que la jeune femme y gagne au change.
*Bien qu’elle ait eu du mal à se faire à son « don », Aela tente de l’utiliser au mieux pour assister les gens et surtout aider les âmes égarées à trouver le chemin vers la lumière.
*Virtuose du Violon et du piano, mais garde cela caché, n’aimant pas s’exposer.
*Pas spécialement croyante de base, ce qui lui arrive depuis son accident, lui fait se poser des questions sur la réalité du monde et les choses qui sont invisibles.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä 390px-Ascent_of_the_Blessed
Clémentine Desseaux
Aela n’est pas la personne la plus pieuse du monde, elle est même très loin de cette définition. La seule fois où a elle étudiée la bible, c’était au collège, mais parce qu’elle était dans un établissement catholique. En dehors de ce cours obligatoire de catéchisme, la jeune femme ne s’est jamais trop intéressée à la religion. Et même après son accident et ce qu’elle a vu de l’autre côté, les interrogations qui en ont d’écoulées, elle n’a jamais pris le temps de se pencher sur la question. À tort peut-être bien ? Difficile à dire, elle se voit de toute façon mal expliquée son vécu à un religieux, ou une religieuse. Les voies du seigneur sont impénétrables, il parait, alors comment une simple mortelle comme elle, aurait pu effleurer ne serais que du doigt les portes du paradis, la demeure de Dieu tout-puissant.

La brunette secoue doucement la tête, sans doute qu’il serait plus que temps qu’elle se mette à réfléchir à tout cela. Mais pas maintenant. Pour l’heure et quand bien même elle ne sente pas trop à sa place, voir même pas du tout, la jeune femme écoute attentivement les chants religieux, les prières, les mots des uns et des autres pour la famille et pour la défunte. Et invariablement les reniflements, voir même les pleurs. La cérémonie funéraire dure bien deux bonnes heures, puis celle-ci se termine sur un genre de procession, ou chacun va parler à la famille, si tenté que les « invités » ne soient pas trop accablés, ou dépose des fleurs devant le cercueil, ou même encore des mots. N’importe quel témoignage de sympathie, ou de bienveillance. Aela attend encore un peu, que chacun termine avec monsieur et madame Turner, pour qu’enfin elle puisse aller leur parler et voir ce qu’elle peut faire pour eux.

Pas que la brunette veut partir au plus vite, mais malgré cette habitude de plus en plus constante de venir à des enterrements, c’est toujours un moment compliqué pour elle. Trop de souvenirs qui lui reviennent en mémoire et bousille encore et toujours un peu plus son cœur meurtris. Serrant la mâchoire, Aela tente de se concentrer sur les derniers visages traînant encore à l’intérieur du lieu saint. Ses yeux partant à la recherche du visage du policier, mais celui a disparu, lui faisant se demander ce qu’il pouvait bien faire ici. Ne pas interroger la famille visiblement. Et en parlant de policier, en voilà un qui remonte l’allée menant à Mr et Mrs Turner, plongeant un peu plus la brune dans la perplexité. Sans doute que le flic inconnu était là pour rendre un dernier hommage à Magdalena ? Peut-être qu’il la connaissait ? Va savoir.

Finalement, elle se redresse du banc en bois ou elle était encore assise, et à petit pas, elle rejoint à son tour le couple Turner. Le policier termine sa conversation, qui fût assez rapide, puis il repart sans lui jeter un regard. Ce qui n’est pas plus mal, elle aurait eu du mal à expliquer sa présence à un enterrement qui a l’air d’intéresser la police.

— Bon…Bonjour Mr et Mrs Turner, bafouille Aela les joues rouges.

Toujours aussi honte de bégayer.

— T…Toutes mes con…condoléances, pour votre fille. Je suis Aela F…Fleming, mes parents m’ont f…fait passer votre demande.

« Respire Aela, ils ne vont pas te manger ».

— Oh merci d’être venue, répond Mr Turner avec un sourire malgré la tristesse qui se lit sur son visage. On nous a dits que…que vous aidiez les gens avec les défunts, avec leur âme. C’est ça ?
— O…Oui, si l’âme de votre fille est encore sur terre, je peux sûrement co…communiquer avec son esprit, tenté de comprendre pourquoi elle est encore avec nous et l’ai…l’aider à trouver la paix.
— Magda est partie dans des circonstances dramatiques et violente…, explique Mrs Turner en reniflant. C’est pour cela que nous aimerions nous assurer qu’elle a pris le chemin vers la lumière. Vers la paix.


La brune hoche la tête, au vu de ce que les Turner lui racontent, il est fortement possible que la jeune Magdalena erre encore sur terre, peut-être perdue et ne comprenant pas son état. Alors qu’elle va pour leur demander ou leur fille est décédée, afin que la brune puisse lui rendre visite, les esprits étant le plus souvent rattaché au lieur de leur mort. Voilà qu’un homme se joint à la « conversation » et il s’avère qu’il s’agit du flic inconnu, qui n’a finalement jamais quitté l’église. Il présente ses condoléances aux parents de Magdalena, qui les acceptent, mais sans cacher leur surprise, devant sans doute se demander qui est ce type ?

Puis le policier se tourner vers elle, dardant ses yeux noisette dans les siens et annonce tranquillement qu’il emprunte la brune. « Comment ça emprunter ? ». Pas le temps d’en placer une. De toute façon, ce n’est pas comme si elle aurait osé dire, ou faire quoi que ce soit. Aela se laisse donc embarquer sans ménagement par l’homme, qui la tire par le poignet, les amenant dans un coin plus calme de l’église. Le brun l'a détail des pieds à la tête sans se cacher, la faisant violement rougir, ce n’est jamais agréable d’être observé de cette manière. Finalement, il lui demande s’ils se connaissent et si elle connaissait la défunte. Aucun souci pour répondre à la première interrogation, en revanche la seconde. La brunette triture nerveusement le bas de son manteau, fixant ses pieds, plutôt que de le regarder lui. Plus simple de cette façon.

— Je…oui et no…non… Enfin, je travaille de te…temps en temps au commissariat, je fais des mé…ménages, explique-t-elle avec angoisse. On a dû se croiser là-bas… Non, on s’est croisés là-bas et si je vous ai regardé, c’est parce que v…votre visage m’était familier, mais que je ne me souvenais pas de votre nom…

Aela tente un regard vers le flic, mais sans y parvenir.

— Non, je ne la connaissais pas, s… Mr et Mrs Turner voulaient simplement me rencontrer.

Voilà, c’est honnête, mais sans non plus entrer dans les détails. Sans doute qu’il voudra connaître le pourquoi de cette rencontre entre elle et le couple Turner. Il est policier après tout, donc, il vaut mieux pour elle qu’elle trouve une excuse et vite !


Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä 511a43aa77653d87c19e90180dddb5fbaccf22f0r1-444-250_hq
Petitdinosor devient...*roulement de tambour* Petitananas !
Revenir en haut Aller en bas
 
Isarä
Isarä
MESSAGES : 13
INSCRIPTION : 02/09/2020
ÂGE : 30
RÉGION : CH
CRÉDITS : © ultraviolences

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4108-a-new-begin https://www.letempsdunrp.com/t4121-schizophrenie-quand-tu-nous-tiens
Noob

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Empty

MCvKkKL1_o.png
Wesley McNeil
J'ai 32 ans ans et je vis à Glasgow, Scotland. Dans la vie, je suis inspecteur de police, à la criminelle, et je m'en sors modestement. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire,, me considérant même comme veuf et je le vis très mal depuis qu'elle a quitté ce monde.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo9_250

Présentation du perso en cours.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Tumblr_inline_o1fl5xbiwb1rifr4k_500

R. Guzman :copyright: cosmic light.
Décidément, quelle idée de merde ! Il aurait mieux fait de rester chez lui, cuver son vin – ou son whisky plutôt – affalé sur son canapé. Mais voilà que, au lieu de tout ça, il avait décidé de se pointer à l’enterrement de Mlle Turner. Sur la base d’un avis de décès. À vrai dire, il ne savait même pas de quoi elle était morte, vu qu’il n’était plus retourné au commissariat depuis une semaine. C’était juste son regard qui l’avait attiré ici. Elle ressemblait tellement à … Il avait filé sans réfléchir et maintenant il était là, à scruter la foule, cherchant des gens qui n’avaient rien à y faire. Comme lui, au final. Toutefois, au fond de ses tripes, il savait qu’il était au bon endroit. Que c’était une de plus.

Wesley ne saurait pas dire pourquoi il avait pris à part la jeune femme. Seulement parce que son visage lui était familier ? Foutaise. Il y avait autre chose mais il ne savait pas encore quoi. Attendant qu’elle réponde, il sortit son paquet de cigarettes, en prit une, l’alluma et le tendit vers la jeune femme, lui en proposant une. Il le rangea ensuite dans la poche de son blouson. Pour la énième fois, il se passa les mains des les cheveux. Il planta son regard dans le sien, essayant de la sonder, à voir à travers elle. Quels secrets cachait-elle ?

Quand la jeune brune lui répondit enfin, en bafouillant, il ne put s’empêcher de sourire en coin. Il ne s’était donc pas tromper. Pour qu’elle réagisse de la sorte, elle avait forcement quelque chose à se reprocher. À moins que ça soit sa seule présence. De base, même ceux qui ont la conscience tranquille, perdent toute contenance devant un policier. « Ah », il fronça les sourcils. Maintenant qu’elle le disait … il pouvait resituer son visage. D’ordinaire, les employés de ménage passaient le soir, quand les inspecteurs avaient désertés les bureaux. Mais Wesley était resté plusieurs fois tard le soir, à plancher sur un dossier ou à s’endormir comme une  merde sur le clavier de son ordinateur. « Maintenant que vous le dîtes … », ne put-il pas s’empêcher de répondre. Mon dieu. Il aurait vraiment dû rester à la maison ! À moins que … « Tout s’explique alors. Désolé, je vous avais pris pour quelqu’un d’autre ». La meurtrière, peut-être ? Quoique non, à bien y réfléchir, vu les victimes et les sévices subis par celles-ci, ce ne pouvait être qu’un homme. Même s’il fallait constamment garder l’esprit ouvert à toutes éventualités. Un couple tueur peut-être ? Il ne servait à rien de spéculer à l’instant présent. Il reporta son attention sur la jeune femme, lui souriant franchement, lui tendant même la main. « Inspecteur McNeil ». Il écrasa sa cigarette, avant de se pencher et de ranger le mégot dans son paquet. Tant pis, ça puerait le tabac froid mais mieux ça que de souiller un lieu – soit disant – saint. Si ça ne tenait que à lui, il s’en ficherait comme de l’an 40 mais avec témoins, non. Il haussa les sourcils, se questionnant. Ses réponses étaient … bancales. « Voyez-vous ça ». Il secoua là-tête, n’en revenant toujours pas « Interrompez-moi si je me trompe mais, vous ne la connaissez pas mais sa famille voulait vous rencontrer ? » Il planta à nouveau son regard dans le sien, histoire de la déstabiliser encore plus.  « Je pense que vous aurez besoin d’une nouvelle excuse, et fissa, ma jolie. Je doute que celle que vous m’avez donné tienne la route. Et je pense que vous en vous rendez compte ». Wesley s’alluma une nouvelle cigarette, quittant la jeune femme du regard et reportant son attention sur les quelques personnes encore présentes avant de revenir vers elle. « La famille voulait vous engager comme femme de ménage ? Quoique, assez malsain comme endroit pour se rencontrer. Vous faites partie de ces gens qui sont attirés par le morbide ? Qui se sentent obligé de se rendre à tous les enterrements ? » Après tout, elle travaillait bien au commissariat. Va savoir à quoi elle avait eu accès. « Vous voulez manger à l’œil ? » À vrai dire, il essayait de lui sauver la mise. « Je vous écoute ».
Revenir en haut Aller en bas
 
Petitananas
Petitananas
Féminin MESSAGES : 673
INSCRIPTION : 01/06/2019
ÂGE : 31
RÉGION : Nord, France
CRÉDITS : Môa

UNIVERS FÉTICHE : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3081-bonjour-tout-le-monde-d https://www.letempsdunrp.com/t4223-m-les-clans-ecossais-au-21eme-siecle https://www.letempsdunrp.com/t3112-journal-de-bord-d-un-petitdino https://www.letempsdunrp.com/t4080-les-p-tites-bouilles
Narnia

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Empty

aela_v10.png
Aela
Fleming

J'ai 30 ans ans et je vis à Glasgow, Écosse, Royaume-Unis. Dans la vie, je suis femme de ménage et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma timidité, je suis célibataire et je le vis sans y penser.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Giphy
*Vit encore chez ses parents dans un quartier populaire, n’ayant absolument pas les moyens de prendre son indépendance.
*Sa sœur ainée n’a plus jamais donnée de nouvelles après son mariage avec un riche homme d’affaires, sa famille n’étant plus assez bien pour elle et celle de son époux.
*D’une timidité presque maladive, Aela a un assez gros souci de bégaiement.
*Elle a perdu son meilleur ami dans l’accident de train…
*Mais elle a obtenu la capacité de voir et communiquer avec les morts. Pas sûr, que la jeune femme y gagne au change.
*Bien qu’elle ait eu du mal à se faire à son « don », Aela tente de l’utiliser au mieux pour assister les gens et surtout aider les âmes égarées à trouver le chemin vers la lumière.
*Virtuose du Violon et du piano, mais garde cela caché, n’aimant pas s’exposer.
*Pas spécialement croyante de base, ce qui lui arrive depuis son accident, lui fait se poser des questions sur la réalité du monde et les choses qui sont invisibles.

Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä 390px-Ascent_of_the_Blessed
Clémentine Desseaux
Aela écarquille les yeux quand le policier dont elle ne se souvient plus le nom, s’allume tranquillement une cigarette. Il va très sérieusement s’en griller une dans une église. Qu’on soit croyant ou non importe peu, c’est plus une question de respect, encore plus alors qu’il vient d’y avoir un enterrement. La jeune femme refuse donc la proposition, déjà parce qu’elle ne fume pas, et quand bien même elle serait une adepte de la nicotine, elle attendrait tout simplement d’être dehors pour s’envoyer du goudron dans les poumons. Puis après l’avoir scruté, mettant la brunette un peu plus mal à l’aise, vient des questions de l’homme, auquel elle répond le mieux en bafouillant comme à son habitude. Ce qui à l’air de faire sourire le brun, lui donnant l’impression qu’il se moque de ses bégaiements, comme si elle ne se sentait déjà pas assez honteuse.

Mais finalement et grâce à ses explications, le flic semble finalement la remettre. Un peu étonnant quand même, la plupart du temps quand elle travaille, elle essaye de se faire aussi discrète que possible, pour ne pas gêner. Il faut croire que son vis-à-vis est un peu plus attentif que ses autres collègues. Enfin, il s’excuse l’ayant pris pour quelqu’un d’autre. Vraiment bizarre ce type, il ne respecte pas un lieu saint, se fiche d’elle, du moins c’est l’impression qu’avait Aela, mais cependant, il se désole de s’être planté de visage. C’est à n’y rien comprendre. D’ailleurs, elle se demande bien pour qui d’autre, il a pu la prendre.

— Il n’y a p…pas de mal, souffle la jeune femme.

Avec un sourire et lui tendant la main, le brun se présente ensuite comme étant l’inspecteur McNeil. La brunette prend la main tendue, qu’il sert avec vigueur et à son tour elle se présente avec politesse « Aela Fleming ». Maintenant qu’elle y pense, il lui semble bien avoir déjà entendu parler de lui pendant ses heures de ménages. La jeune femme a beau essayé de ne pas laisser trainer ses oreilles, il est parfois difficile de ne pas attendre ce qu’il se dit, surtout quand ça cris. Bref, cigarette terminée, il l’écrase avant de la ranger dans le paquet, ayant la décence de ne pas la balancer au sol, et mine de rien, il reprend ce qui ressemble de plus en plus à un interrogatoire. Est-ce qu’il à le droit de faire ça ?

— Oui c’est bien ça, la famille souhaitait me rencontrer, répond-elle sans entrée dans les détails bien sûr.

Pour sûr que l’inspecteur la prendrait pour une illuminée. À nouveau, il plante son regard dans le sien, lui faisant baisser les yeux sur ses chaussures, tout en continuant de la fustiger. Et comme elle s’y attendait, il a beaucoup de mal à croire à ce qu’elle raconte, même si pourtant elle ne fait que dire la vérité. Les parents de Magdalena voulaient la rencontrer, ce qui est entièrement vrai, elle n’a juste pas précisé le pourquoi de cette rencontre avec eux. C’est beaucoup trop personnel pour qu’Aela en parle à l’inspecteur. Donc oui, qu’elle trouve une excuse serait une bonne chose, mais là pour le moment elle ne voit pas trop laquelle. McNeil s’allume une nouvelle clope, tout en la bombardant de question, faisant monter en elle un peu plus d’angoisse. La brunette est venue ici pour aider ses gens, pas pour se faire épingler par la police, elle n’a rien fait de mal en plus.

— Non, Mr et Mrs Turner ne sou…souhaitent pas m’engager co…comme femme de ména…ménage…

Son visage devient encore plus rouge, comme si c’était possible, particulièrement gênée que le stress la fasse encore plus bafouiller qu’à l’accoutumer.

— J…je ne suis pas attirée par le morbide.

C’est même plutôt le morbide qui est attiré par elle.

— Je ne v…veux pas non plus manger à l’œil, dit-elle en secouant doucement la tête. V…vous avez le droit de m’interroger de…de cette façon ? Est-ce q…que je suis suspecté de quel…quelque chose ?

Le brun n’a pas le temps de répondre que Mr et Mrs Turner, arrivent vers eux.

— Est-ce que tout va bien ? s’enquiert la femme.
— J…je ne sais pas…souffle Aela. Il faut demander ce…cela à l’inspecteur.


Le couple l’observe attendant une réponse. Parce qu’en y réfléchissant et à moins qu’il n'ait un mandat d’arrêt contre elle, Aela n’est pas obligé de répondre à ses questions de ce qu’elle en sait.


Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä 511a43aa77653d87c19e90180dddb5fbaccf22f0r1-444-250_hq
Petitdinosor devient...*roulement de tambour* Petitananas !
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Il n'y a pas que l'âme des morts qu'il faut guider vers la paix. L'âme de certains vivants aussi, à besoin d'être apaisée... ft.Isarä
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Vers une future proie [PV Garret Worfken / Selantis Shya] /!\Hentaï/!\ [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: