Le Deal du moment : -43%
SanDisk microSDXC Ultra 256 Go + Adaptateur SD – ...
Voir le deal
34.99 €

Partagez
 
 
 

 MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 553
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

IuYvJ3Tv_o.png
Buddy Young
Sa mère biologique est barmaid ; vive et amusante et parfois naïve. Mais c'est une femme dotée d'un grand cœur. Son père est resté un bon ami de la famille, car la séparation ne s'est pas faite de façon violente. Il s'est avéré que sa mère aimait les femmes. Elle s'est d'ailleurs mariée avec une policière noire. Elles sont épanouies. Rares sont ceux qui jugent sa famille, puisqu'ils sont ouverts d'esprit. Pour les gens du petit peuple, en tout cas. Ça fait déjà quelques années, car depuis sa mère a mis au monde une petite gamine casse-pied, mais adorable, qui lui réclame souvent des histoires le soir.
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 CompassionateImperfectCygnet-size_restricted


Daniel Sharman :copyright:️ Valtersen
Matilda s'adresse aux hommes d'autorité avec fougue. Le fait qu'elle réagisse semble ramener Buddy à la réalité, au même titre qu'elle a su le calmer lorsqu'il avait de la peinture dans les yeux, au même titre qu'elle a su le ramener à l'ordre alors qu'il aurait pu lui faire mal dans ce lit. Si elle ne s'était pas tournée, si elle ne lui avait pas demandé de la regarder. Il était peut-être sous l'influence d'une quelconque connerie, il se souvient de certaines choses. Il se souvient des crispations des muscles de son vagin, se souvient des larmes à ses yeux. Et juste pour ça, il se déteste, car il prenait son pied. Et qu'il a encore envie de l'avoir dans ses bras. Il la remercie du regard lorsqu'elle prend sa défense, même si elle ne peut pas le voir, trop occupée à rembarrer l’autorité. Il ne réagit pas lorsqu'elle glisse le portable dans sa poche.

On dirige Buddy qui résiste une première fois : c'est-à-dire qu'il dévisage les policiers en ne bougeant pas d'un centimètre. Il n'a pas envie de les suivre, mais il n'a pas non plus envie de faire une scène directement au lycée. C'est déjà la merde dans sa tête. Il a l'impression d'avoir fait des conneries, car beaucoup de choses échappent à son contrôle, que ce soit les messages anonymes, que ce soit la soirée où il a couché avec Matilda, que ce soit les parents de Madison. Buddy ne gère rien. Et si ça peut sembler normal vue de l'extérieur, il commence à se remettre en question. Les messages parlent de secrets. Et lui se demande si Matilda le déteste. Il aurait du prendre soin d'elle au lieu de dérailler ; elle aurait dû pouvoir lui faire confiance sans qu'il n'abuse de cette vulnérabilité. Qui filmait à sa fenêtre? Qui a mis la drogue dans leurs verres?

____________

On ouvre la porte d'entrée de la maison familiale pour répondre à Matilda. Mais ce n'est pas Buddy qui se présente à l'embrasure. C'est la mère de Buddy, une femme blonde, aux cheveux bouclés, à l'uniforme court, moulant, mais très professionnel. Elle est sur le point de partir au boulot, mais elle sourit en découvrant le petit bout femme devant la porte. Ce n'est pas la première fois qu'elle lui ouvre à cette heure là. Elle termine de mettre en place sa boucle d'oreille lorsqu'elle fait entrer Matilda ; elle remarque la voiture dans l'allée, mais referme néanmoins la porte.

La mère de Buddy, « Chris » de son surnom, sourit gentiment à la brune lorsqu'elle lui demande :

On m'a dit que tu avais fait une scène au lycée pour veiller sur Buddy. Une femme doit toujours savoir s'imposer. C'est gentil à toi d'avoir pensé à ta mère.

Sa mère est charmante. La femme regarde furtivement l'heure sur sa montre, elle doit rapidement finir de se préparer pour partir au boulot, mais dépassé le salon, on peut voir la pièce du fond.

Il est dans la cuisine, qu'elle fait savoir.

Matilda est inévitablement là pour voir Buddy. Et si Matilda est attentive, elle pourra voir le gypse qui a été fixé dans le trou du mur de la cage d'escalier, à moitié réparé. Buddy apprend à réparer ses conneries. Son père doit passer bientôt avec le plâtre et les outils qui manquent. Mais ce n'est plus sa préoccupation première désormais. Il n'aurait pas dû aller flâner autour de la maison de Madison.

Lorsque Matilda arrive à la cuisine, elle peut le voir installé au comptoir, assis sur un tabouret, à remplir la paperasse obligatoire du poste de police. Il en a déjà marre d'écrire sa signature au bas des pages. Non loin de lui, le verre que sa mère lui a préparé. Un verre d'alcool au goût normal, sans effet indésirable. Parce que sa mère sait doser. Quand Buddy lève la tête, après un soupir et une main dans ses cheveux bouclés, c'est Matilda qu'il voit. Et s'il reste immobile quelques secondes, à la contempler, il finit par se lever. Ses doigts touchent déjà sa joue féminine. Elle est aussi belle en pyjama qu'en tenue en dentelle. Mais sa peau est nettement plus douce sans maquillage. Il ne sait pas qu'elle folie lui passe par la tête, mais il se penche pour l'embrasser. Parce que ça lui a manqué. Qu'ils soient encore en froid ou non. Et s'il n'a pas envie qu'on les remarque par la fenêtre, sa main trouve aisément l'interrupteur des lumières de la cuisine. Sans avoir prononcé la moindre parole, il s'appuie contre elle pour qu'elle s'adosse aux armoires.

Et si elle devait le repousser, il l'accepterait, difficilement, mais il n'aurait rien à dire. Mais si elle devait accepter ce geste, par surprise ou par envie, il romprait ce baiser dans les quelques secondes qui suivent, pour la regarder, pour passer son pouce sur sa joue, pour lui dire qu'il est désolé. Mais ces mots ne seront jamais suffisant à entendre. Pas après ce qu'elle a vu, entendu ou pu comprendre. Et si elle ne bouge pas, il laissera traîner son pouce le long de sa clavicule. Mais surtout, il lui dira quelque chose qu'il ne souhaite avouer devant les autres. Quelque chose qu'il a cru comprendre au poste de police. L'enquête semble encore ouverte. Elle est peut-être encore en vie. Il reculera, oui, mais il lui demandera néanmoins, dans un murmure, s'ils peuvent ce voir seul, ce soir serait l'idéal. Il la suivra dehors, car elle prendra forcément les devants pour rejoindre rapidement les autres. Luke klaxonne encore.

Les deux jeunes croisent Chris à l'entrée car elle sort dehors pour aller au boulot. Luke passe la tête par sa fenêtre pour saluer la mère de famille.

Vous êtes ravissante Mme Young.
Merci à toi, Luke, qu'elle lui répond visiblement habituée à recevoir ce genre de compliments de sa part. Mais la prochaine fois que je te vois épier par la fenêtre pour voir ce qui se passe ici, tu en attendras parler.

Luke rigole, mais il se dit qu'elle est probablement sérieuse. Il n'ajoute rien lorsque la femme leur souhaite de passer une bonne soirée, quoiqu'ils fassent, mais de faire attention. Elle rejoint la rue où sa voiture est garée. Elle s'éclipse avant eux. Mais la voiture de Buddy n'est pas dans l'entrée. La police l'a réquisitionnée en fin d'après-midi, avec un mandat. Les policiers se sont collés à la tâche rapidement après avoir été confrontés par Matilda. Buddy n'entre pas dans la voiture immédiatement, il tend juste une main à Luke qui lui file une clope et un feu. Buddy la porte à ses lèvres et l'allume. Mais lorsqu'il redonne le feu à Luke, il est penché, remarque la nouvelle coupe de Ludivine. Il ne remarque pas ça en général, mais les filles font tellement une fixation sur leur chevelure en général qu'il est difficile de passer outre. Le changement est flagrant. Il a un sourire aux lèvres lorsqu'il prend une taffe. Un sourire qui n'a rien de compatissant. Elle n'est pas conne non plus, elle sait qu'il est ravi qu'elle s'en soit pris plein la gueule aussi. Elle l'a cherché. Et il sait que ça vient de Matilda. Alors il dit ouvertement : jolie coupe. Il se redresse pour continuer à fumer. Il prendra place dans le véhicule ensuite.

J'ai voulu vider ton casier, mec, mais le surveillant avait un œil dessus. J'ai pas vu si la police est repassée ensuite, avoue Luke.
T'inquiète.

Buddy n'a rien à cacher, mais cette situation le fait royalement chier. Quelq'un lui demandera forcément pourquoi on s'intéresse à son cas. Alors Buddy, comme toujours, met du temps à répondre. Il met toujours du temps à répondre quand il a trop d'yeux posés sur lui. Pourtant, sa franchise, quand elle sort de manière spontanée aux côtés de Matty existe bel et bien. Matilda aura pu ou non s'asseoir dans la voiture ou attendre à ses côtés. Et si elle est restée près de lui, il n'aura pas hésité à lui proposer la clope sans lui faire de scène, il l'aura même regarder longuement. Il aurait préféré être seul avec elle, mais voir la bande lui allège l'esprit. Ça toujours été comme ça. Ils savent changer le mal de place.

Ils ont déjà encaissé l'assurance pour Madison, qu'il lâche de bout en blanc.
Merde, souffle Luke.

Ça confirme de plus en plus le non retour de Madison. Buddy, pour éviter tout malentendu, raconte brièvement qu'il faisait son jogging et que le père de Madison l'a intercepté. Il ne voit pas l'intérêt d'entrer dans les détails des conversations, mais pour éviter qu'on l'accuse de quoique ce soit, il ajoute d'un ton ferme ;

Non, j'allais pas là pour fouiner. Et toi merde, qu'il s'emporte de devoir se justifier, il désigne la voiture du doigt pour pointer Ludivine. Pourquoi t'as fermé ta gueule. T'as laissé tout le monde me mettre le blâme sur le dos. T'as des explications à donner toi aussi.

Ils finiront tous dans la voiture de toute façon, entassés comme des sardines. Buddy, comme toujours, laisse Matilda choisir sa place. Étonnement, depuis la disparition de Madison, tout le monde entre dans la voiture sans qu'ils ne se résignent à prendre deux différents véhicules. Buddy prendra une place libre, peu importe où ils vont. Et ils répondra aux questions qu'on lui poserait en chemin, que ce soit Matilda concernant le téléphone ou lui au poste de police. Luke sourit pourtant en conduisant, parce qu'il retarde une question depuis un moment, mais ça lui brûle les lèvres, alors d'un ton humoristique, il lâche ;

Alors, le petit couple, est-ce qu'on va devoir vous laisser de l'intimité pour que vous puissiez vous bécoter dorénavant?

Buddy n'a rien à dire. Matilda aura toujours le dernier mot à ce sujet. Mais ça l'enerve qu'il puisse en parler ouvertement alors que c'était un secret, et que tout se passait très bien. Ce n'est qu'à cet instant que le regard de Buddy croise celui d'Emma, elle qui s'était faite discrète depuis le début. Elle lui sourit, comme si elle n'avait pas mal. Il peut voir qu'elle est triste. Il voit rarement ce genre d'émotions traverser le regard des filles du groupe, surtout à cause de lui. Si Matilda sait avec exactitude que Buddy plaît à Emma, lui ne voit pas la chose ainsi. Il s'est pourtant retenu de remettre Luke à sa place, parce que lui serait prêt à offrir à Matilda ce qu'elle souhaite, d'amour et d'affection. Mais il doute qu'elle le veuille en retour malheureusement.

Moi je dis qu'on devrait se montrer nos messages. Comme ça on verra qui de nous est vraiment un menteur, lâche Ludivine qui retient ses larmes depuis un moment.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 431
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

YpyINzHv_o.gif
Matilda Lucy
Garnier

Maman est avocate, et elle n'est pas souvent à la maison. Parce qu'elle est trop prisée à travers le pays, parce qu'elle n'aime plus vraiment papa et qu'elle se tape d'autres types. Lui, il est simplement professeur de sport au lycée, et toi, comme tu n'aimes pas cette discipline, tu te retrouves en proie à des maux que tu aurais préféré ne pas avoir. Tubes belle, mais tu sembles si artificielle, à te pavaner comme la reine des pouffes dans couloirs. Tu as ta bande d'amis, les plus fidèles et les plus parfaits. Ils t'aiment et te détestent tous, à la fois, en même temps. Tu dis que c'est parce qu'ils sont jaloux, mais t'es mauvaise avec tout le monde. On t'aime ou on te déteste, mais les gens usent généralement de la première option. On ne cherche pas à te connaître, car tout le monde pense déjà le faire. C'est à croire que les gens ont oublié que tu n'es pas la pire, que tu n'étais pas à la tête du groupe ; Madison te manque plus qu'aux autres.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Tumblr_p78emrAL8w1s20br1o5_250

Tu passes ton temps avec différents garçons, tu couches avec différents garçons. Et pourtant, tu n'en aimes pas un seul. Ton corps sers de monnaie d'échange dans les compris que tu desires faire. Il y a toujours un but pour une partie de jambe en l'air. Mais il n'y en a qu'un seul qui te permet de te vider la tête, de prendre ton pied en pensant à toi et pas aux autres. De tes amis, c'est le seul avec qui tu couches. Et pourtant, c'est le seul garçon avec qui te ne te vente pas d'avoir couché. C'est ton petit secret.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Tumblr_n4pk7y45d41s5227io1_250


Nina Dobrev :copyright:️ unknow
Elle a sourit à la maman de Buddy, doucement, en disant que c'est normal d'aider son ami. Mais Matilda a perdu tout sourire lorsque, dans la cuisine, elle a vu Buddy assit là, la main dans ses cheveux, le visage penché sur des papiers à côté d'un verre servit par sa barmaid de mère. Matty a toujours adoré boire un verre ici ; si ses parents savaient qu'on lui a servi de l'alcool dans cette maison, les Garniers s'en feraient un coeur joie de s'en prendre aux Young. La brune est restée là, à le regarder, pendant qu'il caresse sa joue. Et si elle a d'abord accepté ce baiser, lumière éteinte, elle ne l'a pas rendu. Elle s'est laissée faire, jusqu'à poser sa main sur son torse lorsqu'il a voulu la faire reculer contre le meuble. Elle a reculé, surtout pour se sentir coincé entre son corps et quelque chose. Mais Matilda s'est contenté de le prendre dans ses bras ; l'enlacer, comme si elle voulait le garder pour lui. Elle a peur. Pas de Buddy, pour pour Buddy. Si elle n'aime pas qu'on s'en prenne à ses amis, c'est encore pire avec lui. Son coeur manque un battement lorsqu'il dit que l'enquête est encore ouverte. Elle a murmuré qu'elle sait, que Madison est encore en vie. Matilda ne pourrait pas expliquer ce qui lui fait penser ça aux policiers, mais elle se sent assez bien avec lui pour pouvoir parler sans avoir à en dire plus. Matty accepte qu'ils se voient, seuls, ce soir ; prêt du pont d'où ils avaient l'habitude de sauter pour se baigner en contrebas. Elle viendra le chercher, car elle a remarqué l'absence de sa voiture, et la présence de la planche comme pansement sur le mur.

" - Vous êtes ravissante Mme Young."
" - Merci à toi, Luke,"
qu'elle lui répond visiblement habituée à recevoir ce genre de compliments de sa part. " Mais la prochaine fois que je te vois épier par la fenêtre pour voir ce qui se passe ici, tu en attendras parler."
" - Et en plus, il se fait prendre..." Matilda murmure ces mots en croisant ses bras sous sa poitrine. Quand ils arrivent près de Luke, elle ne peut pas s'empêcher de rajouter : " Tu m'expliques à quoi ça sert d'habiter là, et de venir à la fenêtre ? Putain, faut vraiment qu'on t'achète une paire de jumelles..."

Les deux filles en ont eu envie de rire, mais elles ne l'ont pas fait : soit parce que l'une est en colère contre Matilda pour lui avoir coupé ses cheveux, soit parce que l'autre est trop blessée de ne pas s'être rendu compte que quelque chose se tramait entre celui qu'elle aime et son amie. Matilda est restée dehors, prêt de Buddy, jusqu'à ce qu'ils rentrent tous les deux à l'intérieur. Elle a pincé légèrement la hanche de Buddy lorsqu'il a commenté la coupe de Ludivine, du style : n'en rajoute pas. Et si elle a attrapé la cigarette, elle a fait en sorte de ne pas soutenir le regard pénétrant que Buddy a posé sur elle. Matilda ne fume jamais ; sauf quand on la lui tend, sauf quand elle est énervée. Son père ferait une crise s'il voyait ça, elle l'entend déjà dire tu m'étonnes que tu peux pas faire de sport si tu te pourris la santé avec cette merde. Elle mord l'intérieur de sa joue quand Buddy parle de l'assurance de Madison. Elle le savait.

" - Merde..." Souffle Luke, et ça l'irrite un peu plus.
" - Ouai, t'as vu, c'est la famille rêvée hein." Qu'elle crache à cause de ce qu'il a dit à la soirée, ça, elle s'en souvient.
" - Tu dis ça comme si..."
" - C'est pas nouveau que l'entreprise de son père a des problèmes. Ils s'en sont certainement servis pour se remettre à flot." Luke plisse les yeux quand elle parle, parce qu'il se rend compte que Matilda en sait bien plus que lui sur la famille de Madison : en même temps, elle traîne depuis plus longtemps qu'eux dans leurs pattes. " Quoi, tu veux ma photo ?"

Luke se met à rire, décontracté. Il l'est toujours trop, ce type. Et il sort son téléphone pour prendre une photo d'elle ; pas de chance, Buddy est aussi figé sur l'écran. Et s'il en a finit avec Matilda à ce sujet, Luke se met directement à questionner Buddy sur sa présence là-bas. Ce dernier se défend, et cette fois-ci, c'est Matilda qui tique ; depuis quant est-ce qu'il va faire son jogging là-bas ? Ses dents se serrent alors qu'elle imagine déjà la réponse de Ludivine : et Matty a l'impression d'être devin après ça.

" - Pas vu, pas prit. C'est ce que Maddy disait, nan ?" Que lâche la blonde aux cheveux carrés. " Alors ça va rester comme ça."

Ils finissent par entrer dans la voiture. Ludivine est devant, Luke aussi, à croire qu'il ne veut pas être derrière avec Emma. Alors Matilda monte la première, se retrouve au milieu entre Buddy et celle qui l'aime aussi. Là, elle n'est pas à l'aise. Et quand ils partent et que Luke en rajoute, les choses deviennent pire. C'est Matilda qui répond, et avec empressement, à croire qu'elle ne voulait pas laisser la chance à Buddy de s'exprimer.

'' - On est pas ensemble, trou d'balle.''

Ça fait rire Luke, ça fait grogner Ludivine avant qu'elle ne prenne la parole. Et Matilda, elle a tourné son visage vers Emma. Elle lui jure que ce n'est pas le cas. Elle jure que ce n'est arrivé qu'une seule fois, dans la grange. Emma fait mine que tout va bien, elle sourit en douceur comme elle a sourit à Buddy, mais elle a mal. Et si Buddy a donné des explications sur ce qu'il s'est passé, Matilda elle n'a pas posé la moindre question au sujet du téléphone qu'elle a toujours en sa possession. Il y a des choses qui méritent de le confronter en solo, et puisqu'il veut la voir, ils en parleront à ce moment là.

'' - Tu rigoles tellement des genoux ma fille...'' Qu'elle lâche à la suite de Ludivine sans même avoir pu se retenir. '' Tu dis ça parce que tu t'es faite pincer. Elle vous a dit qu'elle était avec Buddy et Maddy, hein ?''
'' - On a cru comprendre... Tu compte nous rendre chauves ?'' Luke rigole en touchant les cheveux de Ludivine. Cette dernière claque sa main, est sur le point de fondre en larmes, mais reste concentrée sur la route qu'elle emprunte. '' Mais c'est vrai. On devrait être honnêtes. Y a que comme ça qu'on s'en sortira et qu'on trouvera qui s'amuse à jouer au con avec nous.''
'' - En fait, c'est simple. Le premier qui touche à mon téléphone ou à celui de Buddy, je l'écrase avec ma putain de voiture !''

Les filles s'échangent un regard discret : soit en tournant la tête, soit en se regardant dans le rétroviseur central. Il y a un secret là dessous, et si Luke ne prend pas la menace au sérieux parce qu'il est mort de rire, elles, savent qu'il n'y a pas de quoi être hilares. Mais maintenant, tout le monde sait qu'ils ont quelque chose à cacher. Et Buddy sait qu'elle a regardé dans son téléphone.

'' - Ça veut dire que vous avez reçu un truc après la soirée à la grange ?'' Luke peut parfois paraître bête, mais il est intelligent. Lorsque Matilda lui répond que non, il se tourne directement pour la regarder à l'arrière. '' Alors si ça vous concerne tous les deux, va veut dire que c'est pas arrivé qu'une fois. Tu vois Emma, elle te ment. C'est une menteuse, et une très mauvaise en plus.''
'' - Va te faire foutre, Luke ! Tu fais chier !''

Ils sont en route vers le terrain de jeux pour enfants ; ils squattent toujours ici, sous les lampadaires pour être tranquille. Il n'y a jamais personne à cette heure-là. Même si les autres continuent de parler, Matilda a le regard fixé sur la route. Ils ne sont pas encore arrivé, mais on voit une partie du parc sur cette route. Ses yeux se plissent lord qu'elle croit distinguer Maddox dans la nuit. Elle le dit aux autres, veut s'arrêter, mais Ludivine refuse. C'est Luke qui use du frein à main pour arriver la voiture ; les pneus crispent, puis la voiture s'arrête. Heureusement il n'y avait personne derrière, heureusement, Ludivine ne roulait pas vite. Et si elle a changer de voiture un mois plus tôt, Maddox ne le sait pas. Il ne reconnaîtra pas la voiture sur la route. Mais l'autre, sous une large capuche : si.

Emma regarde par la fenêtre, elle ne semble pas bouger. Et Matilda, elle veut sortir de la voiture. Alors elle se détache, en fait autant avec Buddy et le force à sortir avant elle. La portière se referme derrière eux, la brune dit à Luke qu'ils aillent garer la voiture et qu'ils se retrouvent aux même jeux que d'habitude. L'auto redémarre, et ils restent tous les deux au milieu de la route déserte. Elle crit le nom de Maddox, qui lève la main pour la saluer. Là, c'est l'autre sous la capuche qui se met à courir dans la direction opposé pour ne pas tomber nez à nez avec les deux amis. [M] s'enfuit mais ils ne le comprennent pas.

Elle a traversé la route, que Buddy soit content, ou qu'il la suive ou pas. Elle est en pyjama, ça fait rire Maddox qui s'approche mais déjà, elle passe par dessus la petite rembarde de protection au bord de la route. Ça fait des semaines qu'elle ne l'a pas vu. Il l'a connaît depuis qu'ils sont petits : alors il prend Matty sans ses bras comme on le ferait avec une sœur. Il n'a pas encore le moindre regard pour Buddy : ce type fait chaque chose en son temps.

'' - C'était qui ?'' Qu'elle demande sans gêne, son regard posé là où l'autre à disparu.
'' - T'es de la police ? Au pire, j'ai pas besoin d'avocat moi...'' Il se met à rire, hausse les épaules et pose enfin son regard sur Buddy ; ils ont été amis. Le sont-ils encore aujourd'hui ?
'' - Parce que tu deal encore ?'' Ses joues se gonflent, elle n'est pas contente de cette possibilité. Il était censé avoir arrêter bien avant la disparition de sa sœur. '' Bref... C'est quoi cette histoire ? D'où les flics s'en prennent à nous? Tu sais que c'est débile, hein ?''
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 553
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

IuYvJ3Tv_o.png
Buddy Young
Sa mère biologique est barmaid ; vive et amusante et parfois naïve. Mais c'est une femme dotée d'un grand cœur. Son père est resté un bon ami de la famille, car la séparation ne s'est pas faite de façon violente. Il s'est avéré que sa mère aimait les femmes. Elle s'est d'ailleurs mariée avec une policière noire. Elles sont épanouies. Rares sont ceux qui jugent sa famille, puisqu'ils sont ouverts d'esprit. Pour les gens du petit peuple, en tout cas. Ça fait déjà quelques années, car depuis sa mère a mis au monde une petite gamine casse-pied, mais adorable, qui lui réclame souvent des histoires le soir.
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 CompassionateImperfectCygnet-size_restricted


Daniel Sharman :copyright:️ Valtersen
Madison est là, bien vivante. Elle sait se faire remarquer par sa tenue, ce maillot de bain, cette silhouette qui la met en valeur. Et même si elle est magnifique, elle ne correspond pas à l'idéal de Buddy. Lui, il tend des regards discrets vers Matilda. Elle est divine. Mais il agit de la même façon avec elle ou une autre. Ils n'ont jamais couché ensemble, pas à ce jour. Mais est-ce quelque chose qui s'installe déjà ou, pas encore? Un oeil attentif aurait remarqué qu'il l'observe plus longuement que les autres, même s'il s'agit d'une infime seconde. Mais il ne comprendra que ses sentiments sont réels et intenses que lorsque ça deviendra plus intime. Pour l'heure, elle est sa pote. Une corde est suspendue au pont. De là, ils peuvent nager et l'atteindre s'ils le souhaitent. En contre-bas, ils sont installés avec de la musique, des bières, de la bouffe. Emma fait sa timide, encore, ne veut pas retirer ses vêtements pour se baigner. Tiens, qu'il fait savoir à la fille, sans savoir que par des gestes aussi anodins, il attise l'intérêt de Emma. Il lui offre son t-shirt pour qu'elle puisse se baigner sans ses propres vêtements, elle qui ne veut pas qu'on voit sa silhouette dans un maillot qui lui va de toute façon. Mais Madison est encore avec eux.

____________

Les débats fusent dans la voiture. Les couteaux volent très bas également. Matilda a raison sur un point : Ludivine a été prise la main dans le sac, alors elle souhaite déballer tous ses secrets pour s'en débarrasser. Mais si elle n'avait que ça à cacher, alors aucun d'eux ne devrait lui en mettre plein la gueule. Et si ça se trouve, elle est aussi innocente que lui. Il aimerait pouvoir se souvenir de cette soirée, sur la caméra. Mais s'il était déchiré, ça se comprend que son téléphone soit resté dans sa poche. On a cru comprendre... Tu compte nous rendre chauves? Cette réplique aura au moins réussi à le faire rigoler. Assis au bord de la porte, son poing tapote légèrement le bas de la vitre, sans frustration. Ça l'occupe. Et comme la discussion reste mouvementée, il préfère ne pas s'en mêler. Il s'en tient à la version des faits de Matilda pour le moment. Même si ses excuses vis-à-vis de Emma lui ont fait rouler des yeux. Luke a remarqué ce détail dans le rétroviseur, à l'insu de Buddy.

Ça veut dire que vous avez reçu un truc après la soirée à la grange? lance Luke.

Le non de Matilda est catégorique. Et comme Matilda est en possession du téléphone de Buddy, elle le saurait s'il avait reçu quelconque message depuis. Il tend même un oeil dans sa direction. Elle a-t-elle fouillé dedans? Pour le moment, elle ne lui a touché aucun mot à ce sujet. Il n'a rien à cacher. Il espère n'avoir rien à cacher qu'il aurait oublié surtout. L'intelligence de Luke lui fait presque peur lorsqu'il ajoute :

Ça veut dire que c'est pas arrivé qu'une fois. Tu vois Emma, elle te ment. C'est une menteuse.
Mec, sérieux, ta gueule, qu'il lâche en même temps qu'elle dit va te faire foutre, mais c'est le genre de réplique que la bande lui lance souvent parce qu'il ne lâche jamais le morceau ; mais c'est trait de personnalité qui leur fait du bien au quotidien. Y'en a pas un pour rattraper l'autre, qu'il marmonne en faisant référence à cette attaque gratuite concernant les mensonges.

Cette fois, c'est Luke qui lui fait un doigt d'honneur, et Buddy le remercie d'un regard communicatif. Matilda coupe court à tous les échanges possibles lorsqu'elle demande à ce que la voiture soit arrêtée. Elle on l'écoute. Le crâne de Buddy cogne sur l'appuie-tête, alors il grogne de cet arrêt soudain. J'suis trop grand pour m'asseoir à l'arrière, la prochaine fois je me met devant, qu'il fait savoir au moment de sortir avec Matilda.

Ils se retrouvent dehors. Les autres s'éloignent. La silhouette inconnue disparaît ; et s'il avait su, probablement qu'il l'aurait pourchassé, sans savoir ce qui aurait pu l'attendre. Alors Buddy se contente de froncer les sourcils.

On fait si peur que ça? qu'il se moque naïvement, mais déjà, Matilda prend de l'avance sur lui pour rejoindre le garçon.
Parce que tu deal encore? [...] D'où les flics s'en prennent à nous? Tu sais que c'est débile, hein?

Maddox est déjà en train de hocher la tête à l'attention de Matilda lorsque Buddy approche. Buddy se pose la même question que Matilda, mais intérieurement : est-ce qu'il dead encore? Il traverse la rambarde de sécurité avec moins de grace que Matilda, mais avec bien moins d'effort également. Maddox sait que c'est débile si la police s'intéresse à eux. Pourquoi seraient-ils derrière la disparition de sa soeur? Les yeux du frère scrute Buddy qui arrive à leur hauteur, alors il lui tend son avant-bras pour le saluer. Les deux garçons s'empoignent, se pressent juste assez pour s'offrir une accolade à l'épaule. Tous les deux semblent contents de se voir. Maddox sourit, il paraît naturel et décontracté.

T'as l'air en forme, qu'il dit, le pensant sincèrement.
Toi aussi.
J'ai su pour toi aujourd'hui, vraiment désolé pour cette connerie. Mes parents flippent complètement depuis... Ils font des caisses. Pour être honnête avec vous, ils appellent les flics à la moindre occasion.

Maddox a su que ses parents avaient porté plainte à la suite de la visite de Buddy à la maison. Il rigole sommairement pour détendre l'atmosphère, mais ses sourcils sont légèrement froncés, signe qu'il est soucieux envers Buddy. Avoir des parents comme ça, c'est jamais facile. Et Matilda est calée sur ce sujet, nettement plus que Buddy. Alors Maddox se contente de dire que ça va passer, ils trouveront une autre cible bientôt. Il cogne doucement l'épaule de Buddy pour lui faire comprendre que c'est cool, ça change rien pour lui. Il ajoute même que ce serait cool qu'ils sortent un soir, comme au bon vieux temps.

Si tu n'es pas trop occupé, évidemment, qu'il précise en souriant.

Mais déjà il regarde Matilda comme si elle pouvait avoir une réplique bien placée sur un quelconque horaire à peine chargé de Buddy. Elle trouvera forcément un truc à redire. Et si ça vise à se moquer de Buddy, celui-ci murmurera « mais bien sûr », en bousculant légèrement le corps de la fille avec son épaule, par réflexe, en toute complicité. Maddox aurait-il pu sous-entendre autre chose? Les deux garçons échangent un dernier regard, le genre de regard que s'échangent des personnes qui se sont un jour connues au point où aurait pu naître une longue amitié. Mais le temps et la vie les ont mené à deux endroits différents. Une amitié qui s'est juste envolée. La bande lui aurait-elle voler son Buddy sans le vouloir? C'était souvent ce qui arrivait quand on commençait à traîner avec Madison. Le monde tournait autour du sien. Matilda doit en savoir quelque chose. Une fois les brèves retrouvailles faites entre les deux garçons, Maddox clos momentanément le sujet en disant que c'était cool de le croiser aux funérailles malgré les circonstances, ça faisait un baille, et qu'il n'a pas en s'en vouloir de ne pas avoir su quoi dire. L'attention de Maddox tombe complètement sur Matilda ensuite.

Maddox et Matilda parlent des sujets qu'ils souhaitent. Buddy reste, pour écouter, pour répondre si on lui parle, mais si ça devait s'éterniser au-delà de cinq minutes, il s'excuserait auprès des deux pour les laisser papoter, qu'il va rejoindre les autres aux modules. À savoir si Matilda le rejoindra, ou non, avec Maddox, ou non. Et si l'échange devait être bref, les deux arriveront en même temps aux modules. Les autres sont déjà installés et rigolent déjà, de quoi donner envie de se joindre à eux pour se changer les idées. Ludivine a d'ailleurs pleuré, ça devait sûrement sortir, mais Luke a visiblement su rattraper le coup comme un pro, parce que Ludivine est souriante.

____________

Peu importe si la nuit est avancée ― et combien de temps ils ont passé avec la bande ― ils finissent par se rendre à ce pont, où ils se baignaient en contre-bas. Matilda aura été la chauffeuse désignée, sauf si elle a laissé conduire Buddy pour le plaisir de profiter de la vue. On lui a retiré sa voiture, pas son permis. Être là, avec elle, ça le ramène à cette accolade dans la cuisine, parce qu'il y a un moment de silence qui fait du bien. Ici, il fait frisquet. Heureusement qu'ils ont traîné une couverture, car il peut cacher Matilda dedans. Et c'est ce qu'il fait alors qu'ils marchent. Sans qu'ils ne s'arrêtent, il passe la couverture sur les épaules de la fille en profitant même pour l'enlacer, le menton sur sa tête. Évidemment, il fait ça en toute amitié. même si elle ne devait pas avoir froid. C'est peut-être une excuse pour ne pas traîner cette couverture. La distance qu'il y aura entre eux dépendra de la soirée passée. Mais dans tous les cas, si le sujet devient sérieux, il gardera un bon mètre entre eux.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 431
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

YpyINzHv_o.gif
Matilda Lucy
Garnier

Maman est avocate, et elle n'est pas souvent à la maison. Parce qu'elle est trop prisée à travers le pays, parce qu'elle n'aime plus vraiment papa et qu'elle se tape d'autres types. Lui, il est simplement professeur de sport au lycée, et toi, comme tu n'aimes pas cette discipline, tu te retrouves en proie à des maux que tu aurais préféré ne pas avoir. Tubes belle, mais tu sembles si artificielle, à te pavaner comme la reine des pouffes dans couloirs. Tu as ta bande d'amis, les plus fidèles et les plus parfaits. Ils t'aiment et te détestent tous, à la fois, en même temps. Tu dis que c'est parce qu'ils sont jaloux, mais t'es mauvaise avec tout le monde. On t'aime ou on te déteste, mais les gens usent généralement de la première option. On ne cherche pas à te connaître, car tout le monde pense déjà le faire. C'est à croire que les gens ont oublié que tu n'es pas la pire, que tu n'étais pas à la tête du groupe ; Madison te manque plus qu'aux autres.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Tumblr_p78emrAL8w1s20br1o5_250

Tu passes ton temps avec différents garçons, tu couches avec différents garçons. Et pourtant, tu n'en aimes pas un seul. Ton corps sers de monnaie d'échange dans les compris que tu desires faire. Il y a toujours un but pour une partie de jambe en l'air. Mais il n'y en a qu'un seul qui te permet de te vider la tête, de prendre ton pied en pensant à toi et pas aux autres. De tes amis, c'est le seul avec qui tu couches. Et pourtant, c'est le seul garçon avec qui te ne te vente pas d'avoir couché. C'est ton petit secret.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Tumblr_n4pk7y45d41s5227io1_250


Nina Dobrev :copyright:️ unknow
Une bouée, une grosse chambre à air pour être honnête, est accrochée à l'aide d'une corde au tronc de l'arbre le plus bas. Matilda est assise à l'intérieur, ses jambes dépassant d'un côtés, ses bras de l'autre. Et comme sa tête est en arrière, ça bombe sa poitrine déjà bien visible dans ce trikini noir qu'elle porte sous les conseils de sa meilleure amie. Matty est cachée derrière de large lunette teintée, mais son rire se fait entendre parmi tous les autres : parce qu'il est bruyant quand elle ne peut pas se retenir. Ludivine vient de glisser, et elle qui ne voulait pas se mouiller se retrouve complètement trempée. Et là, ses beaux cheveux blonds qu'elle a prit du temps à boucler ne ressemblent plus à rien. Elle pourrait être en colère, parce qu'elle s'est légèrement fait mal à la hanche, mais elle finit rapidement par rigoler aussi goulûment que les autres. Mais la personne qui retrouve vite l'attention de tous les autres, c'est Madison. Parce qu'elle a toujours quelque chose à raconter, ou quelque chose à faire pour avoir les yeux de tout le monde posés sur elle.

" - Vous savez où est-ce qu'il m'a emmené ?" Elle fait rouler ses sourcils, là, posée sur le gros rocher : comme une star qui en fait un peu trop en cherchant à faire parler d'elle à travers les yeux des paparazzis. " A l'ancienne usine de glace."
" - Hmpf, t'es sérieuse ?"
Emma se moque doucement, d'ailleurs, le bruit qu'elle a fait au début de sa phrase n'était là que pour étouffer un rire. " Y a mieux comme rendez-vous quand même."
" - Quoi, c'est sexy d'avoir peur, nan ?"
Madison la fusille du regard, et par ce simple geste, ça fait retomber Emma qui s'affaisse dans l'eau, caché sous le t-shirt de Buddy. Vêtement qu'il n'est pas prêt de revoir car elle lui aura piqué sans préavis. " On était que tous les deux, alors peu importe l'endroit. Et de toute façon, les lieux abandonnés sont les meilleurs... c'est là qu'il y a tous les fantômes, nan ?"

Madison fait sa princesse : elle parle d'un homme, soit disant plus vieux, sans jamais dire son nom. Voilà la deuxième fois qu'ils se voient, elle dit qu'elle n'ouvrira les cuisses qu'après la troisième, parce que c'est ce que font les dames. Elle mime un rôle, mais Matilda sait qu'elle s'est déjà faite sauter par ce type. Au premier soir, déjà : elle l'a appelé pour récupérer la pilule du lendemain que Matty gardait toujours de côté, au cas où.

" - Bon, il arrive quand Maddox sérieux ?"
" - Parce que tu lui as dis de venir ?" Madison n'est pas contente, elle la fusille du regard. Matilda, elle, ose baisser ses lunettes pour la voir. Elle répond silencieusement : t'as un problème ? mais Madison tourne rapidement la tête pour faire comme si elle n'avait rien vu. " J'te préviens Ludi, il veut se faire ta soeur. Si tu pouvais éviter, tu vois... elle est trop chelou."
_______________________________________

" -  Si tu n'es pas trop occupé, évidemment."
" - Nan, mais arrête, Monsieur a un emploi du temps de ministre en le lycée et son taff." Qu'elle se moque en échangeant un regard complice avec Maddox. " Même moi j'en chie à le voir..."

Elle est légèrement percutée par Buddy, et si ça la surprend, ça la fait rire. Elle le pousse même légèrement en retour : Maddox remarque que Matilda est bien plus proche de lui depuis que Madison n'est plus là. Surtout, il insinuait vraiment quelque chose : il les a déjà prit en flagrant délit dans un lieu moins privé que d'autres. Mais elle ne le sait pas, alors n'y fait pas attention. Matty est même restée plus longtemps avec Maddox qu'avec Buddy, car il est parti avant elle pour rejoindre les autres. Et Matilda, elle sait être insistante quand elle veut quelque chose : alors Maddox finit par la suivre jusqu'au reste du groupe. En réalité, il l'a porté comme une gamine, là, sur son dos : ils sont complices, il lui a manqué, et elle se sent plus libre avec lui depuis que sa meilleure amie n'est plus là. C'est malsain à dire, mais c'est le seul bénéfice que ça lui aura apporté, si elle ne compte pas Buddy en haut de la liste. Mais il ne s'est jamais rien passé entre eux : Matilda se sert de cette excuse pour qu'une fois reposée, elle puisse lui faire un câlin alors qu'elle est dans son dos. Comme d'habitude elle glisse ses mains dans ses poches, comme si elle en avait le droit. Et Maddox, il ne calcule rien, il a toujours été trop laxiste avec Matilda pour qu'il pense qu'elle la lui met à l'envers : elle tire ce qu'elle peut tirer de sa poche. Elle veut un billet, il en a toujours trop sur lui de toutes façons. Alors elle en prend un, vingt dollars. Pas grand chose, mais elle l'enfoui dans sa poche quand même.

Matilda n'a pas remarqué le papier froissé qu'elle a emmené en même temps : un numéro de téléphone écrit à la main. Un numéro qu'ils ne connaissent pas. Celui de [M] et Maddox n'est même pas au courant de ça. Qu'est-ce qu'il fou avec ça dans sa poche ? Malheureusement, la réponse n'est pas prête d'arriver.

" - Putain, j'ai cru que c'était Chrissy !" Maddox porte la main à son coeur en voyant Ludivine avec sa nouvelle coupe de cheveux. Elle lui envoi un beau doigt d'honneur parce qu'elle n'aime pas être comparée à sa soeur. " Non, mais ça va. T'es quand même plus canon qu'elle." Il lui lance un clin d'oeil, comme s'il n'était pas méchant à travers sa lourde drague. Même Luke n'est pas aussi lourd que Maddox avec les filles.
" - Oui, enfin, on tape pas dans le fond pendant un an si on est pas intéressé, hein." Matilda prononce ces mots avec hardeur, pour défendre Chrissy alors qu'elle ne l'apprécie pas plus que ça. Madison joue dans sa tête pour ça, encore. Et quand elle se rend compte que ces mots pourraient aussi la concerner, elle et Buddy, elle tourne la tête et fait en sorte de ne pas croiser son regard. " Bref, j'ai soif. Emma viens, je vais au distributeur."

L'ancienne fille aux rondeurs n'a pas le choix, mais elle aussi à soif. Alors elle suit Matilda au point le plus proche du libre service. Les deux filles ont bien demandé à quiconque ce qu'ils veulent boire : Matilda ramènera quelque chose avec le billet volé à Maddox. Elle est totalement fourbe.
_______________________________________

La couverture sur ses épaules, elle se sent bien mieux maintenant, seule avec lui, qu'avec les autres. Elle est soulagée, Matilda se sent en sécurité avec lui comme si personne n'allait s'en prendre à elle. Il a toujours les clés de sa voiture parce que c'est lui qui l'a conduit. Et si son père savait ça, il crierait, encore, en se disant qu'elle a prêté sa voiture et que c'est ce quelqu'un qui l'a cassé. Mais non, le secret en ce qui concerne la voiture abîmé n'a rien à voir avec un autre conducteur.

Après avoir marché jusqu'au pont, où aucune voiture ne peuvent circuler depuis quelques semaines après la disparition de Madison, Matilda a regardé par dessus. Mais il fait trop sombre, et les quelques lampadaires n'aident pas, pour qu'elle puisse voir l'endroit où ils se baignaient si souvent en été. Elle finit par s'asseoir sur la pierre, une main gardant fermée la couverture autour d'elle, l'autre demandant à Buddy d'approcher. Et parce que la soirée a été mouvementée, elle a besoin de poser son front contre son ventre masculin pour se ressourcer. Pour se donner quelques minutes de répit, en silence.

" - Tu voulais qu'on se retrouve pour un truc en particulier ?" Qu'elle demande finalement, en redressant la tête. Et comme ça devient un peu sérieux elle le sent se reculer légèrement sans qu'il ne devienne inaccessible. " Tiens, t'as le droit de récupérer ça..." Qu'elle dit en attrapant le téléphone de Buddy qu'elle a toujours dans la poche. Elle le lui tend, et là, il peut s'éloigner d'un mètre car elle reprend la parole. " Si c'est pas de ça que tu voulais parler, moi, ça m'intéresse. T'as des choses à me dire, je crois."
_______________________________________

Le distributeur est à l'abris, à côté des toilettes publiques. Matilda est à l'extérieur en train de faire passer le billet qui glisse sans aucune difficulté à l'intérieur de la machine. Elle commande ce qu'on lui a demandé, si on lui a demandé quelque chose. Alors, lorsque le produit le plus lourd tombe dans le panier du distributeur, Matilda ne fait pas attention à l'autre bruit sourd qu'elle aurait pu entendre.

Emma est partie faire pipi à l'intérieur, mais elle est tombée directement sur [M], caché sous sa capuche. L'inconnu était-il là pour espionner ? Peut-être qu'il n'a pas eu le temps de s'enfuir, et qu'il a prit peur. Mais il a blessé Emma pour quitter les toilettes : Matilda la retrouve cinq minutes plus tard, écroulée contre le mur. Elle a le nez en sang un cause d'un coup de porte, et comme elle est petite et frêle désormais le coup a été assez fort pour la faire s'évanouir. Le premier réflexe de Matilda est d'hurler : à croire qu'elle vient de découvrir un cadavre alors que non. On l'entendra forcément d'où les autres sont. Et déjà, elle lâche les boissons pour se mettre à terre et relever son amie en tentant de la réveiller. Emma n'aura pas vu qui se trouve sous la capuche.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 553
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

IuYvJ3Tv_o.png
Buddy Young
Sa mère biologique est barmaid ; vive et amusante et parfois naïve. Mais c'est une femme dotée d'un grand cœur. Son père est resté un bon ami de la famille, car la séparation ne s'est pas faite de façon violente. Il s'est avéré que sa mère aimait les femmes. Elle s'est d'ailleurs mariée avec une policière noire. Elles sont épanouies. Rares sont ceux qui jugent sa famille, puisqu'ils sont ouverts d'esprit. Pour les gens du petit peuple, en tout cas. Ça fait déjà quelques années, car depuis sa mère a mis au monde une petite gamine casse-pied, mais adorable, qui lui réclame souvent des histoires le soir.
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 CompassionateImperfectCygnet-size_restricted


Daniel Sharman :copyright:️ Valtersen
Madison doit toujours avoir des choses à raconter. Les filles réagissent à ses paroles comme si elle avait réponse à tout. Et si Matilda sait des choses sur cette fille, lui-même garde un récent secret. Mais à la manière dont elle parle, il ne peut pas s'empêcher de passer un commentaire, le genre que ferait Maddox, parce que Buddy en garde encore une brève personnalité.

Sa soeur est chelou alors que c'est toi qui parle d'ouvrir les cuisses pour un mec qui te fait visiter des coins glauques? rétorque ouvertement Buddy.
Il se magasine un coup, rigole Luke en parlant de Buddy.

La réplique semble faire rigoler Madison ; qui n'est pas vexée par ces propos.

Tu défends qui quand tu dis ça? Sa soeur, mon frère, ou elle, qu'elle termine en pointant Ludivine.

Mais déjà, il ne répond pas et la laisse retourner à ses histoires.

Pourquoi t'as invité Maddox exactement? demande Buddy, les yeux ailleurs, mais en parlant à Matilda.

Ouvrant un sac, Buddy s'arme d'un joint. Luke lui passe un feu pour l'allumer. Lui n'a pas de lunettes de soleil, il doit plisser les yeux s'il regarde en direction des filles à l'eau. Mais il se déplace vers Matilda. Et une fois à sa hauteur, il tend le bras vers son visage si elle veut tirer une taffe du joint. Mais alors qu'il la regarde là, allongée sur cet pneu, la poitrine mise en évidence, il se sent avoir des pensées cochonnes à son sujet. Et ainsi placé, ses doigts près de ses lèvres, il pourrait facilement croire qu'il amène autre chose à ses lèvres. Il regarde sa gorge, sa poitrine, ses hanches, ses cuisses. Mais lorsque ses yeux refont machine arrière pour voir le tissu moulé son corps, il s'entend lui-même pousser un soupir en détournant les yeux, particulièrement si elle prend une taffe sur le joint à même sa main. Et qu'elle le fasse ou non, il poussera légèrement le pneu pour la faire balancer sur son perchoir, juste pour l'emmerder.

Lui, il poursuivra sa route vers l'eau, ça fera taire les pulsations à sa queue. Il ouvre d'ailleurs déjà la fermeture éclair de son pantalon pour le retirer. Il balance le vêtement sur une pierre pour se retrouver en caleçon gris, qui n'a rien de trop grand. Il s'enfonce maintenant à l'eau et ne manque pas d'éclabousser Ludivine déjà trempée.

Buddy s'aventure plus loin dans l'eau. Elle est froide, foncée, sale, et plus on avance plus le courant est fort, mais il ne va pas si loin, la surface lui arrive minimum aux hanches.

____________

Oui, enfin, on tape pas dans le fond pendant un an si on est pas intéressé, hein. Elle s'éloigne en lui laissant cette putain de phrase en tête.

Son séjour au poste de police semble loin. Le rire de ses amis est contagieux. Adossé sur un module, il reçoit même un coup de coude dans les côtes de la part de Maddox. Les deux garçons s'esclaffent d'une connerie de Luke. Dans des moments comme celui-ci, Buddy arrive à passer outre les mauvaises soirées, où les mensonges empoisonnent leur existence. Même Buddy et Ludivine parviennent à s'endurer malgré les dernières révélations. Si Buddy a intégré le groupe via Madison, qu'il avait des yeux sur Matilda, qu'il voyait Emma comme une pote, Ludivine a toujours eu le rôle de petite soeur à ses yeux. Avec elle, c'est facile de déconner, mais les embrouilles surviennent rapidement. Le moindre désaccord est susceptible de foutre un froid. Et forcément, Ludivine prendra le partie de Matilda si les amoureux devaient battre de l'aile.

Vous pensez qu'elles se sont perdues? lâche Luke alors que les filles s'éternisent au distributeur et que Buddy aide Ludivine avec les barreaux qu'elle n'atteint pas.

Le hurlement de Matilda est inévitablement entendu par tout le monde. Dans un premier temps, les rires s'estompent, le silence s'impose. Pendant quelques infimes secondes, le hurlement se réverbère dans le parc. Ils assimilent ce bruit troublant. Et si Ludivine devient blême, comme si on allait venir la tuer, les garçons se dressent, tendent l'oreille. Quelqu'un demande : c'était la voix de Matilda? Buddy réagit au quart de tour. Il détale comme un fou vers les toilettes publiques. Il n'hésite pas une seule seconde, pas après le voyeurisme, pas après la peinture, pas après toutes les autres conneries qui ne cessent de les faire chier. Il pense qu'on vient de faire du mal à Matilda et Emma. Il arrive à la hauteur de la bâtisse lorsqu'il remarque une silhouette, loin derrière, sous un lampadaire, sur ce chemin de promenade qui serpente vers la forêt. Sa route ralentit, il pose une main sur la pierre pour ne pas perdre pied. Est-ce la personne?

Il prend la direction de cette silhouette. Son pas devient rapide. Il accélère après chaque enjambée, déterminé à ne pas perdre cette silhouette des yeux. Et alors qu'il est sur le point de faire un nouveau sprint, c'est Maddox qui le rattrape fermement par le bras, à bout de souffle. Celui-ci secoue la tête, lui disant qu'il est con de suivre quelqu'un qui pourrait être dangereux. Buddy le toise longuement. Mais lorsque les deux lèvent la tête, c'est une dame qui arrive avec son chien. Buddy l'aurait traumatisée à courir vers elle. Si quelqu'un à fait peur aux filles, cette personne n'est plus là. Si quelqu'un a fait peur au fille. Il ne connait pas encore la raison de ce hurlement. Maddox le tire par le bras pour qu'ils se dirigent plutôt vers les toilettes. Le coeur de Buddy est sur le point d'exploser lorsqu'il fait demi-tour. Il ne s'était pas rendu compte de l'énervement dans son corps.

Les yeux de Buddy tombent sur Emma allongée au sol, le nez en sang. Luke et Ludivine, moins rapide des jambes, arrivent en même temps ; Ludivine vient aussi vérifier l'état de Emma, à croire qu'elle sait gérer quelqu'un qui est inconscient. Mais à voir l'état de Emma, il se demande si Matilda va bien. Il s'approche davantage pour finalement l'apercevoir. Elle est paniquée, mais elle est consciente. Ça fait partie des choses qu'il ne veut jamais voir : Matilda blessée. Il arrive rapidement à sa hauteur, un genoux au sol, passe ses mains dans ses cheveux pour atteindre ses joues.  

Hey, regarde-moi, t'as rien?

Il n’attend pas qu'elle réponde avant de passer ses bras par-dessus ses épaules. Pour la serrer fortement contre son torse, parce qu'il n'a pas envie qu'elle s'éloigne. Tout son corps palpite à la suite de cette course. Il a chaud, son coeur tambourine fortement, mais ça ne l'empêche pas d'être pleinement conscient pour éviter qu'il ne lui arrive quelque chose. Il pose ses lèvres sur son crâne, mais ses bras restent fermement verrouillés sur sa silhouette. Qu'il l'écrase ou non. Il n'a pas envie qu'elle s'éloigne, n'a pas envie que quelqu'un lui fasse du mal.

Maddox pousse légèrement la porte de la cabine de toilette face à laquelle Emma est allongée. Il regarde à l'intérieur de celle-ci, juste pour vérifier, ça lui semble normal de regarder, pour savoir si quelqu'un était là. Emma ne se serait pas cognée aussi fortement toute seule.

Les gars.

Les garçons lèvent la tête. Ils voient. Ils s'échangent un regard.

Fait chier.

Ludivine lève la tête pour voir à son tour, mais Maddox a déjà refermé la porte. On empêche la blonde aux cheveux courts de voir. Buddy se raidit contre Matty, mais il ne se résigne toujours pas à la lâcher, une main derrière son crâne pour éviter qu'elle n'essaie d'être curieuse. Elle l'apprendra forcément à l'arrivée des policiers et des ambulanciers. C'est d'ailleurs Luke qui prend son portable pour commencer à composer, si personne ne l'empêche d'agir pour une quelconque raison. Si Emma ne se réveille pas avant qu'une décision soit prise. Pour l'heure, les trois garçons gardent le secret sur ce qu'ils viennent de voir. Et pour ça, ils se fichent bien d'avoir un secret. Elles pourraient prendre peur à rester ici. Tout le monde restera aux côtés de Emma jusqu'au bout. Mais si on veut toucher Matty, on devra lui passer dessus en premier. Mais après un temps, il relâche légèrement sa poigne.

Dans la cabine, un sac noir, à la vue, un poignard. À savoir si c'était là par hasard ou si c'était réellement à [M.], pour utiliser, pour faire peur. Un énorme flou.

____________

La discussion devient sérieuse, alors la distance devient naturelle. Il ne peut pas la cajoler en même temps de mettre certaines choses au clair. Pourtant, en biais, il tourne le visage pour la regarder. Elle est belle dans cette couverture, à cet endroit. Elle savait lui taper dans l'oeil avec son trikini lorsqu'ils passaient du temps ici. Il sourit gentiment lorsqu'elle lui tend son téléphone. D'abord, il le prend, mais il ne le range pas. Ses yeux tombe sur l'appareil électronique. Il caresse l'écran noir de son pouce, cherchant le courage de s'exprimer.

Enfin, son empreinte digitale glisse sur le détecteur. Il va directement cliquer sur la conversation anonyme : [M.]

Ça, pour commencer. C'était c'que j'allais dire à la grange.

Il montre la vidéo qui est figée sur l'image de prévisualisation. Leur ébat sexuel enregistré. Elle le sait. Elle a forcément fouiné dans son téléphone. Matilda est quand même un peu prévisible. Il se gratte la gorge. Sincèrement, il ne sait pas quoi dire à ce sujet. Ça lui fout les boules. Sur le moment, il a cru qu'elle avait osé. Ensuite, il a compris qu'on s'était joué d'eux. Mais la vidéo existe. Et même s'ils suppriment le message, quelqu'un pourrait décider de la partager.

J'aurais jamais fait ça. C'est complètement...

Il ne trouve pas les mots. C'est abjecte. Point.

J'ai trouvé des traces de pas à la fenêtre, mais si ça se trouve, c'est juste Luke qui traînait. Et il a tellement une grande gueule que j'doute que ça vienne de lui.

Son téléphone reste ouvert dans sa main. Il voudrait parler d'un sujet en particulier, mais il retarde le moment d'en parler. Parce qu'il voudrait lui dire qu'il pense l'avoir baisée sans préservatif, et que cette pensée est horriblement humiliante compte tenu de leur relation, compte tenu du fait que c'est assurément un gros manque de respect pour Matilda. Il parle donc d'un autre point important :

Et, j'ai pas osé regarder les autres vidéos de cette soirée, qu'il avoue. Tu seras peut-être mieux placée que moi pour remarquer des choses.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 431
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

YpyINzHv_o.gif
Matilda Lucy
Garnier

Maman est avocate, et elle n'est pas souvent à la maison. Parce qu'elle est trop prisée à travers le pays, parce qu'elle n'aime plus vraiment papa et qu'elle se tape d'autres types. Lui, il est simplement professeur de sport au lycée, et toi, comme tu n'aimes pas cette discipline, tu te retrouves en proie à des maux que tu aurais préféré ne pas avoir. Tubes belle, mais tu sembles si artificielle, à te pavaner comme la reine des pouffes dans couloirs. Tu as ta bande d'amis, les plus fidèles et les plus parfaits. Ils t'aiment et te détestent tous, à la fois, en même temps. Tu dis que c'est parce qu'ils sont jaloux, mais t'es mauvaise avec tout le monde. On t'aime ou on te déteste, mais les gens usent généralement de la première option. On ne cherche pas à te connaître, car tout le monde pense déjà le faire. C'est à croire que les gens ont oublié que tu n'es pas la pire, que tu n'étais pas à la tête du groupe ; Madison te manque plus qu'aux autres.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Tumblr_n401hag6jo1tu1gjuo1_250

Tu passes ton temps avec différents garçons, tu couches avec différents garçons. Et pourtant, tu n'en aimes pas un seul. Ton corps sers de monnaie d'échange dans les compris que tu desires faire. Il y a toujours un but pour une partie de jambe en l'air. Mais il n'y en a qu'un seul qui te permet de te vider la tête, de prendre ton pied en pensant à toi et pas aux autres. De tes amis, c'est le seul avec qui tu couches. Et pourtant, c'est le seul garçon avec qui te ne te vente pas d'avoir couché. C'est ton petit secret.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Tumblr_p78emrAL8w1s20br1o5_250


Nina Dobrev :copyright:️ unknow
Matilda se retient à peine de rire à la réplique de Buddy contre Madison. Et si celle-là fait mine que ce n'est rien, la brune a les yeux partout pour tenter de savoir la raison qui va avec la non réplique de sa meilleure amie. Alors, elle se demande s'il se passe quelque chose entre les deux. Ca ne l'étonnerait pas que Madison se le tape parce que Madison n'est jamais vraiment qu'avec une seule personne. Elle aime être désirée. Emma n'est pas encore complètement jalouse de tout ce qui peut être lancée dans le groupe ; peu importe qui défend Buddy au final. Ludivine remet ses longs cheveux derrière son dos, comme si elle était top model. Si ses cheveux éclabousses, elle n'est pas aussi belle que ce qu'elle aurait voulu.

" -  Pourquoi t'as invité Maddox exactement?"
" - Parce qu'il est sexy en maillot de bain ?" Elle répond, elle rigole, et ça fait rager Madison qui ne pipe soudainement pas mot. " Parce qu'il m'a trouvé un téléphone pour remplacer le mien. Ma mère va me tuer si elle sait que je l'ai déjà cassé."

Un long soupire s'est échappé de ses lèvres, mais Matilda se met soudainement à rire. Elle se souvient parfaitement de la façon dont son dernier cellulaire s'est brisé, seulement deux semaines après l'avoir reçu. Elle l'a fait tomber, trop alcoolisée, alors qu'elle montait dans la voiture de Maddox ; il a roulé dessus avant qu'elle ne se rende compte de sa disparition. C'est toujours lui qui la sort de ces misères. C'est surtout parce que c'est vers Maddox qu'on se tourne dès qu'on veut acheter un truc sous le manteau.

Matilda accepte le joint que lui propose Buddy : sans enlever ses lunettes, sans se redresser, sans le prendre entre ses doigts. C'est le poignet du garçon qu'elle a légèrement attrapé pour être sur de contrôler la taffe, de ses doigts fins et déjà parfaitement manucurés. S'il est beau, s'il est séduisant, Matilda n'a pas les yeux posés sur lui comme lui peut déjà le faire. Comme elle le fera dans peu de temps. Alors quand elle recrache la fumée, elle tente de le pousser avec sa main : mais il est déjà trop loin, et le mouvement de bascule qu'il a créé sur le pneu de fait que l'éloigner de lui. Matilda finit par se redresser, elle enlève ses lunettes et voit à peine la silhouette de Buddy. C'est parce qu'elle ne regarde pas les garçons du groupe de cette manière, comme elle ne le fait pas avec Maddox non plus. Madison aura toujours un doute à ce sujet, mais son frère et sa meilleure amie n'ont jamais, et n'auront jamais ce genre de regard l'un sur l'autre.

Quand il arrive, justement, c'est le moment où elle est le plus active. Euphorique. Elle lui saute dessus, il la retient, embrasse sa tempe et lance un beau doigt d'honneur à sa soeur. Ils n'ont pas une relation parfaite, mais ils s'entendent bien. Du moins, aux yeux des autres. Parce que parfois, Maddox a des pensées mauvaises pour sa soeur : trop salope, trop conne, trop méchante, trop exigeante, trop piquante. Il lui a déjà dit qu'un jour quelqu'un lui ferait du mal et que ça serait justifié.

Maddox donne le téléphone qu'il a promis à Matilda. Mais il ne lui fait pas payer, et il le dit à voix haute. Elle le remercie, et ça fait jaser : les trois autres filles sont persuadés qu'il se passe quelque chose entre eux. Surtout que les apparences sont trompeuses : elle va se baigner uniquement parce qu'il y va. Et là, il fait une accolade à Buddy ; ils sont toujours proches. Et ça, c'est le pire de la situation pour Madison. Elle est tellement contente de piquer l'ami de son frère. Et Matty, elle est bien, là : entre Maddox et Buddy. Elle pique une taffe à chaque fois qu'ils font passer un joint devant elle. Maddox a toujours quelque chose à fumer à la main, il ne s'est pas encore fait arrêter.
_________________________________

'' - Hey, regarde-moi, t'as rien?''

Tout est brouillé, son cerveau n'arrive pas à encaisser ce qu'il vient de se passer. Ce qu'elle a manqué. Ses mains tremblent et elle ne semble prendre vie que lorsqu'elle entend ces deux mots bien précis : regarde moi. Ses doigts agrippent le premier tissu de Buddy qui passe à sa portée. D'un signe de tête, elle montre que non, elle n'a rien. Contrairement à Emma. Déjà, son regard se tourne vers Emma qui ne parvient toujours pas à se réveiller. Elle se retrouve contre le torse de Buddy sans avoir pu lui répondre avec des mots. Et Matilda, comme Ludivine, n'est pas assez rapide pour voir ce que les garçons cachent derrière la porte. Il la sert plus fort, et ça fait du bien : de toute manière, elle n'aurait pas cherché à voir ce qu'elle croit être derrière la porte. Un corps. Matilda se fait des films mais au moins, ça lui permet de se retenir de vouloir jeter un oeil derrière la porte

On appelle la police car personne n'empêche celui où celle qui tient le téléphone. Matty n'y fait pas attention, elle est trop concentrée à ses peurs, à être contre Buddy. Et lorsque la police sera là, tout le monde sera encore présent. Maddox n'aura pas quitté les lieux du crime, parce qu'il n'a rien dans les poches qui pourraient le faire arrêter : surement qu'il a déjà vendu la dernière dose à quelqu'un plus tôt. On les interrogera un par un, sur place, pour prendre leurs dépositions. On prendra le sac de [M] et on prendra le couteau avec soin parce qu'ils espèrent trouver des preuves dessus. Les gamins, ils ne pourront repartir qu'après la venue de leurs parents respectifs : le père de Matilda n'aura pas apprécié être réveillé par la police, une nouvelle fois. Il ne sera pas content de se rendre compte que sa fille a fait le mur pour sortir. Il appellera sa femme pour qu'elle revienne plus tôt : ils ont tous des choses importantes à gérer chez eux.

Mais Matty, elle ne sera pas plus rassurée à voir ce couteau partir avec la police, alors qu'elle avait imaginé un corps derrière cette porte. Elle a peur, plus peur qu'avant encore. Et tout ce qu'elle aura ressenti, c'est de la colère pour avoir laissé Emma ainsi ; elle est emmenée, toujours inconsciente, à l'hôpital.

" - Il y a toujours quelque chose quand vous êtes tous ensemble !" Ceux sont les parents de Emma, justement, qui ont dit ces propos, en larmes, en colère, avant de partir à l'hôpital pour y rejoindre leur fille.
_________________________________

Quand Buddy lui montre la vidéo -arrêtée- sur son téléphone, Matilda a d'abord l'instinct de poser ses yeux dessus avant d'en détourner le regard. C'est la honte qui la fait agir ; pas d'avoir couché avec lui, pas d'avoir été prise en flagrant délits, mais bien les réactions de son propre corps.

" - J'aurais jamais fait ça. C'est complètement..."
" - Je sais que c'est pas toi..." Qu'elle souffle, à voix basse, sans même reposer son regard sur lui ; les pierres de l'autre côté du pond semblent si passionnantes tout à coup.
" - J'ai trouvé des traces de pas à la fenêtre, mais si ça se trouve, c'est juste Luke qui traînait. Et il a tellement une grande gueule que j'doute que ça vienne de lui."
" - Il en aurait déjà parlé à tout le monde, avec sa putain de grande gueule." Elle renifle, comme si elle était en train de pleurer ; les larmes sont suffisamment sorties ce soir pour qu'elle puisse encore le faire.
" - Et, j'ai pas osé regarder les autres vidéos de cette soirée. Tu seras peut-être mieux placée que moi pour remarquer des choses."

Comme il change de sujet, elle repose son regard sur lui : parce qu'il change trop vite, ou parce que ça concerne Madison ? Ses yeux ne peuvent plus regarder autre chose que l'objet qu'il a dans la main : si elle avait vu toutes ces vidéos seules, nul doute qu'elle aurait encore pété un câble contre tous ceux qui se trouvent sur les différentes vidéos. Parce que si Matilda a l'habitude des mensonges, et ses secrets, elle n'a rien à voir avec la disparition de sa meilleure amie. Ca lui fait mal de savoir que les autres ont passés du temps supplémentaire avec Madison, qu'ils ont gardé ça pour eux alors que le moindre détail aurait pu aider la police à retrouver la blonde. Elle lui manque.

" - Ludivine a raison," Ca lui arrache la gorge de prononcer ces mots, alors elle se cache un peu plus dans la couverture posée autour de ses épaules. " On devrait regarder ça ensemble... ça évitera que je vous arrache encore la tête. Et puis, je suis pas la seule à vouloir savoir ce qui lui est arrivé, non ? Même si on dirait que je suis la seule qui veut qu'elle revienne."

Elle lance un pique, Matilda, comme d'habitude. Mais c'est comme ça que ressort sa peine, comme ça qu'a décidé de sortir sa colère. Il vaut mieux cette solution que plutôt que ses actes ; ses crachas, ou les coups de ciseaux dans les cheveux de son amie. Elle soupire, baisse les yeux à terre. Matilda n'imagine pas qu'il a d'autres choses à discuter ; des choses bien plus importantes pour tous les deux que le reste de ces conversations.

" - C'est bon, c'est tout ?" Qu'elle finit par demander en lançant un coup de tête à Buddy, comme si elle demandait sa permission pour passer à autre chose. " Parce que si t'as fini... je veux bien un bisous." Elle demande alors que ce n'est pas son genre.

Matilda s'est levée brusquement du pont : la couverture qui la recouvre n'est pas assez épaisse pour retenir son téléphone qui glisse de sa poche, rebondit sur les pierres, avant de tomber de l'autre côté du pont. Heureusement, elle n'a pas entendu quelque chose tomber dans l'eau ; ça veut dire qu'il est tombé sur la petite plage où ils avaient l'habitude de squatter avant de plonger. Et elle remarque directement qu'il n'y a plus son téléphone dans sa poche, alors si elle se levait pour s'approcher et l'embrasser, ça la coupe net dans son élan. Voilà déjà qu'elle se penche pour voir où il a pu tomber, mais il fait trop noir en bas.

" - Putain, mais fait chier... !" Elle vient de perdre le téléphone que Maddox lui a ramené pour échanger celui qui était cassé ; à se demander comment elle a fait pour le tenir jusque là, celui-là ; oh oui, ses parents en sont fiers. " Faut descendre... tu crois que la corde est toujours là ?" Qu'elle demande en se tournant vers lui, dans l'espoir qu'ils puissent descendre sans encombre.
_________________________________

Trois jours plus tard, au lycée. Le groupe est convoqué dans la salle d'étude par le directeur, mais ils sont surtout accueillis à l'intérieur par le lieutenant Tanner ; l'homme en charge de l'enquête sur la disparition de Madison. D'abord, ni Luke, ni Matilda ne sont d'accord pour rentrer. Elle cri que sa mère va les envoyer au taule pour ne pas suivre les lois, mais ils finissent par rentrer car le lieutenant a dit j'ai quelque chose à vous dire, je suis pas là pour vous accuser de quoi que ce soit. C'est certainement un piège, mais les lycéens peuvent être naïfs : déjà qu'ils n'ont pas peur de [M] comme ils le devraient.

" - [...] on a fait analyser le couteau retrouvé dans le parc. On y a retrouvé l'ADN de Madison dessus."

Si la famille de Madison a déjà été mise au courant, cette visite ne sert qu'à leur apprendre la nouvelle ; même si ça ne veut pas dire que Madison est morte, après tout. Mais c'est la première fois qu'on retrouve quelque chose d'elle après sa mort. Et si le lieutenant avait voulu continuer à parler, il n'aurait pas pu le faire. Déjà, à l'extérieur de la salle, on peut entendre le hurlement de Matilda qui s’effondre ; elle qui ne voulait pas y croire se retrouve à manger le mur de la vérité de pleine face. Il est arrivé quelque chose de grave à Madison, personne ne peut plus le nier.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 553
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

IuYvJ3Tv_o.png
Buddy Young
Sa mère biologique est barmaid ; vive et amusante et parfois naïve. Mais c'est une femme dotée d'un grand cœur. Son père est resté un bon ami de la famille, car la séparation ne s'est pas faite de façon violente. Il s'est avéré que sa mère aimait les femmes. Elle s'est d'ailleurs mariée avec une policière noire. Elles sont épanouies. Rares sont ceux qui jugent sa famille, puisqu'ils sont ouverts d'esprit. Pour les gens du petit peuple, en tout cas. Ça fait déjà quelques années, car depuis sa mère a mis au monde une petite gamine casse-pied, mais adorable, qui lui réclame souvent des histoires le soir.
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 CompassionateImperfectCygnet-size_restricted


Daniel Sharman :copyright:️ Valtersen
T'es défoncé? sourit Maddox qui voit Buddy s'appuyer contre une pierre, la tête sur la même surface.

Pour seule réponse, Buddy rigole légèrement, prend même une nouvelle taffe avant de filer le joint à son pote. La relation commence déjà à être tendue. Il ne sait jamais s'il a envie de le voir. Mais lorsqu'ils se voient, il rigole plus facile, il se détend : il est heureux de le voir et de parler avec lui. Les yeux de Buddy sont rougis, pourraient sembler fatigués, mais il est juste bien, dans l'eau, près de la meuf qui le fait fantasmer et de son pote. Il peut parfois sentir Matilda contre son flanc, mais c'est juste parce qu'ils bougent et parlent. Il ne cherche pas à s'éloigner. Même que si elle devait être plus près, il prendrait tout.

Partant pour une virée ce soir? demande Maddox à son Buddy.
Non, il vient avec nous ce soir, lâche Madison. On a déjà prévu quelque chose.

Madison prend même le temps de descendre de son perchoir pour se glisser dans l'eau. Elle s'approche du trio. Elle se met directement face à Matilda, vient même prendre ses mains dans les siennes : parce qu'il est normal qu'elles se touchent, qu'elles rigolent à des choses privées face aux autres. Ces deux filles sont unies. Madison aime ça. Et elle aime aussi dire à son frère que Buddy fera quelque chose avec eux. Mais Buddy, trop défoncé, parce qu'il avait déjà fumé avant, ne se sent pas coupable de dire à Madison qu'il préfère voir Maddox ce soir. Assurément l'une des dernières fois où tient tête à cette fille pour voir son frère. À savoir s'il elle arrive à le convaincre ou non, ou si elle laisse traîner pour cette fois. Car si personne ne retient Buddy, oui, ce soir il sera avec Maddox. Comme il l'a souvent fait. Buddy ne pourrait comprendre le regard que lui lance Madison.

Et même si sa soeur touche Matilda, Maddox se penche à l'oreille de cette dernière pour lui dire quelque chose de drôle, de spontané. Il se le permet, car ils sont proches et qu'ils s'entendent à merveille.


____________

On transporte Emma à l'hôpital. Les parents sont là. Et Buddy se demande si Matilda s'en sortira avec son père pour avoir fait le mur, encore. Buddy tend un œil dans la voiture à sa belle-mère, il remarque que sa jeune sœur n'est pas là. Un pincement sert sa poitrine. Est-elle énervée d'être venue jusqu'ici parce qu'il a eu des ennuis?

Où est la petite?
La voisine s'est déplacée à la maison.

Voilà ce qui arrive lorsqu'il est confronté à des situations compliquées ; ses mères doivent réparer les pots cassés. Il se sent coupable pour quelque chose qu'il n'a pas fait. Ce n'est pas sa faute si Emma a été frappée, puis conduite à l'hôpital en ambulance. Ce n'est pas sa faute si des éléments douteux ont été découverts dans une cabine. Pourtant, il se sent misérable que sa belle-mère se soit déplacée pour lui, parce que sa mère était au boulot. Réveiller et amener la gamine ici aurait été stupide. Buddy regarde les autres partir alors qu'il se glisse dans la voiture de sa seconde mère.

Désolé pour ça.

Sa belle-mère met les clés sur le contact. Le monteur gronde. Elle tourne un oeil intrigué vers Buddy sans comprendre pourquoi il s'excuse.

Vous avez bien fait ça ; appeler les ambulanciers étaient la meilleure chose à faire. Et je serai toujours là pour venir te chercher si ça ne va pas, Buddy. Ce n'est pas votre faute. Vous en êtes en sécurité maintenant, c'est tout ce qui compte.

Il aurait préféré rester avec les autres ; c'était fou ce soir. Il aurait préféré garder Matilda dans ses bras. Il aurait préféré accompagné Emma à l'hôpital pour la voir se réveiller et être certain qu'elle se porte bien. Tout est si étrange depuis la disparation de Madison. Ils prennent donc le chemin de la maison, et sa belle-mère lui propose de prendre un café dans un service-au-volant encore ouvert à cette heure. Il n'a pas faim, mais il accepte le café. Et il rumine ses pensées : repense à tout ce qui arrive, tout ce qu'il ne comprend pas. Et alors qu'ils attendent, elle finit par voir qu'il n'est pas dans son assiette, que sa respiration augmente bizarre. Alors même si la voiture devant eux avance, elle dit à Buddy de se pencher légèrement vers l'avant, en prenant de grandes respirations. Elle vient même lui frotter le dos, entre les omoplates, jusqu'à être certaine de le voir respirer correctement.

Depuis quand fais-tu des crises de panique? qu'elle lui demande alors qu'il n'avait pas même l'impression de paniquer ; il secoue la tête en gardant la position, jusqu'à ce que la voiture avance, jusqu'à ce qu'elle paie, jusqu'à ce qu'ils aient le café pour rentrer à la maison.

Mais il aura retrouvé son calme jusqu'à ce que Matty et lui se rendent au pont. Sa belle-mère le laissera sortir, parce que ces femmes ne tiennent pas Buddy en cage. Il peut sortir par la porte à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Du moment qu'il prévient, qu'il fait attention. Il doit apprendre de ses erreurs. Et l'enfermer ne servirait à rien.

____________


Elle nous manque tous, lui assure Buddy. Mais t'as raison. On devrait regarder ça avec les autres.

Il ne dit pas cela pour lui faire plaisir, pour lui montrer qu'ils tenaient tous à Madison. Ces mots sont sincères, même s'ils ne pleurent pas tous comme Matilda, même s'ils n'hurlent pas tous comme Matilda. Peut-être que Emma et Ludivine pleurent en silence, à la maison, parce qu'elles ont trop peur que Matty leur dise qu'elles font semblant. Les garçons gèrent ça différemment. Depuis la disparition de Madison, par exemple, Luke utilise plus fréquemment son humour, c'est sa manière de se cacher. Il s'amuse, il plaisante, il se moque, il dit des conneries. Luke n'est pas dévasté, mais il doit certainement penser à Madison. Et pour Buddy, c'est assurément autre chose : d'autres réactions face à la situation. Sait-il seulement ce qui a changé chez lui? Mais il est sûr d'une chose : il ne s'est jamais senti plus près de Matilda que depuis la disparition de sa meilleure amie.

Qu'il puisse avoir autre chose à lui dire n'a pas d'importance : elle change de sujet. Elle se penche pour l'embrasser, mais son téléphone prend la fuite. Les yeux de Buddy observent en contre-bas, mais il ne voit rien. Par cette chute, possible que le téléphone n'est pas survécu. Mais descendre n'est pas un problème. En trouvant appui, il se redresse. Une fois debout, il se penche légèrement au bord du pont pour tenter de voir si la corde est toujours en place. Ils ont utilisé cette corde des centaines de fois, alors machinalement il se laisse glisser du rebord après s'y être installé. Qu'il fasse noir ne l'empêche pas de prendre les devants pour descendre.

Souhaite-moi bonne chance, qu'il se moche lorsqu'il lâche le bord pour mettre tout son poids sur la corde : une manière comme une autre de tester sa longévité.

La corde le soutien, alors il sourit en se laissant glisser le long de cette dernière, s'aidant parfois de ses jambes contre la structure pour ne pas virevolter dans tous les sens. Une fois en bas, là où il fait plus sombre et plus frais à cause du vent et de l'eau, il se laisse tomber sur la pierre. Il regarde en haut, où il peut voir la silhouette de Matilda. Comme il se trouve dans l'ombre du pont, elle ne doit pas le voir, ça le fait sourire.

Vas-y, descends, qu'il confirme à Matilda pour qu'elle le suive à son tour.

Peu importe comment elle descend, ou combien de temps elle prend pour descendre, il reste près de la corde pour la maintenir en place, pour l'attendre. Dans un premier coup d'oeil, il ne voit pas le téléphone. Et avant que Matilda n'atteigne le sol, il passe un bras dans son dos, puis un second bras sous ses genoux. Il sourit lorsqu'il la prend dans ses bras.

S'il ne faisait pas si froid, je t'aurais lancé à l'eau toute habillée, qu'il avoue.

Mais il ne la garde pas plus longtemps, il la laisse mettre ses pieds au sol. Tout en la libérant sommairement, sa main se glisse à la nuque de Matty, pour une caresse. Il laisse même traîner ses doigts à cet endroit pour des papouilles douces. Il se souvient avoir tenu ses cheveux au moment où elle lui faisait une fellation. Ce moment est confus à son esprit, mais il pousse quand même un soupir à la revoir jouer de son engin. Il se décale pour chercher le téléphone. Il utilise même la lumière du sien pour y voir mieux.

Il trouve le téléphone. Il se penche pour le récupérer, sifflant en disant qu'il est plus résistant qu'il n'y paraît. En même temps, Maddox n'aurait pas offert de la merde à Matilda. Matilda pourra le récupérer lorsqu'elle viendra près de lui, car Buddy, sans avoir envie de remonter immédiatement, se laisse tomber sur une pierre, près de la rive. Et lorsque Matty sera assez près, il peut la tirer pour qu'elle vienne s'asseoir devant lui, entre ses jambes. Il lui prend la couverture pour les envelopper tous les deux. Elle obtient son bisou lorsqu'il vient glisser ses lèvres contre son cou, et qu'il la serre. Si elle devait tourner la tête, il ne manquerait pas de l'embrasser sur les lèvres en maintenant sa gorge de sa main. Il est content qu'elle n'ait rien eu ce soir. Il murmure quand même quelque chose à son oreille, un aveu :

Je me suis souvent imaginé te prendre ici.

____________

Matilda est la seule à réagir avec force. Elle hurle sa peine. Elle hurle son incompréhension. Sa réaction est déchirante. Les trois autres restent silencieux : Buddy, Ludivine et Luke. Emma n'est pas avec eux, même après trois jours. Elle s'est réveillée pourtant, mais elle reste sous observation, à cause de son traumatisme crânien. L'enquêteur reste stoïque, parce qu'il est là pour informer, non pour avoir pitié des lycéens. Savoir que l'ADN de Madison était sur ce poignard est un choc. Que pourraient-ils dire vis-à-vis de cette information? L'agent les observe tour à tour pour voir chacune des réactions, comme si ça pouvait l'aider à obtenir des réponses. Les prendre par surprise pour sortir cette information était un test. Pour voir s'ils sont coupables de quelque chose? Buddy passe deux paumes à son visage, appuyant plus fortement sur ses yeux comme s'il avait encore mal à cause de la peinture, mais ça fait longtemps qu'il n'a plus mal pour cette raison. En fait, il rage de l'intérieur, en même temps de ressentir de la peine pour cette amie. Ludivine, pleine d'insécurités ou triste, perd des larmes silencieuses. Et Luke n'a jamais semblé aussi silencieux qu'à cet instant.

Où? qu'il finit par lâcher lorsqu'il redresse la tête.
Pardon? s'étonne alors l'agent Tanner qui ne pensait assurément pas qu'on lui pose une question : mais Buddy nage dans le néant, et cette fois, il est réactif, près à réagir parce que son impulsivité le pousse à parler, c'est différent des funérailles, différent de ce moment où on est venu le coincé dans la cour.
Les traces retrouvées, c'était sur la lame ou sur le manche?
Cette information est confidentielle.
Ou vous n'en savez rien, ou vous dites n'importe quoi.
Nous tenions à vous informez de cette découverte, parce que vous êtes impliqués, mais en temps normal, nous ne divulguons ces détails qu'à la famille proche. Si vous avez des informations à nous transmettre pour nous aider à faire avancer cette enquête, contactez-moi directement au poste.

Luke croise le regard de Buddy, ses sourcils ne se froncent pas pour montrer qu'il se questionne sur son attitude, non, il semble sourire discrètement, l'air de vouloir dire : tu vois, quand tu réfléchis, t'as des questions intelligentes. Les trois jeunes qui ne se sont pas effondrés fixent durement l'agent qui finit par les saluer et quitter la pièce, sans plus de détails, sans plus d'affection. Et le directeur leur laisse un moment dans cette salle, ils pourront retourner en cours à la prochaine heure. Le directeur n'a pas envie d'être dans la merde s'il devait user de son pouvoir sur les élèves. Buddy vient même jusqu'à verrouiller la porte de la salle en jetant un coup d'oeil dans le couloir. C'est Ludivine qui vient prendre Matilda dans ses bras.

Je suis désolé, Matilda... lâche Luke qui ne s'est assurément jamais autant excusé auprès d'elle que depuis la disparition de Madison. On aurait dû t'écouter. Peu importe ce qu'il vient de dire... pour moi quelque chose cloche, ajoute-t-il en s'approchant d'elle, assez pour venir prendre sa main : parce que même si ça donne l'impression que Madison a été assassinée, pour lui, ça provoque une tout autre réaction. On aurait pas dû tourner la page aussi vite.

Mais une chose est sûre, tous les trois se ressemblent autour de Matilda pour la prendre dans ses bras dans une étreinte collective, parce qu'ils sont là pour elle. Parce que la disparition de Madison crée un vide. Un vide qui s’agrandit à cause des secrets, à cause des mystères, à cause des nouveaux éléments. Et Emma n'est pas là pour partager cet instant avec eux. A-t-elle déjà été prévenue? Est-ce que l'un d'eux est allé la voir durant ces trois jours? Ou est-ce que les parents ont interdit tout le monde d'accès? Buddy n'est pas allé à l'hôpital et n'a reçu aucun message de son côté.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 431
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

YpyINzHv_o.gif
Matilda Lucy
Garnier

Maman est avocate, et elle n'est pas souvent à la maison. Parce qu'elle est trop prisée à travers le pays, parce qu'elle n'aime plus vraiment papa et qu'elle se tape d'autres types. Lui, il est simplement professeur de sport au lycée, et toi, comme tu n'aimes pas cette discipline, tu te retrouves en proie à des maux que tu aurais préféré ne pas avoir. Tubes belle, mais tu sembles si artificielle, à te pavaner comme la reine des pouffes dans couloirs. Tu as ta bande d'amis, les plus fidèles et les plus parfaits. Ils t'aiment et te détestent tous, à la fois, en même temps. Tu dis que c'est parce qu'ils sont jaloux, mais t'es mauvaise avec tout le monde. On t'aime ou on te déteste, mais les gens usent généralement de la première option. On ne cherche pas à te connaître, car tout le monde pense déjà le faire. C'est à croire que les gens ont oublié que tu n'es pas la pire, que tu n'étais pas à la tête du groupe ; Madison te manque plus qu'aux autres.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Tumblr_n401hag6jo1tu1gjuo1_250

Tu passes ton temps avec différents garçons, tu couches avec différents garçons. Et pourtant, tu n'en aimes pas un seul. Ton corps sers de monnaie d'échange dans les compris que tu desires faire. Il y a toujours un but pour une partie de jambe en l'air. Mais il n'y en a qu'un seul qui te permet de te vider la tête, de prendre ton pied en pensant à toi et pas aux autres. De tes amis, c'est le seul avec qui tu couches. Et pourtant, c'est le seul garçon avec qui te ne te vente pas d'avoir couché. C'est ton petit secret.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Tumblr_p78emrAL8w1s20br1o5_250


Nina Dobrev :copyright:️ unknow
Madison qui la touche, qui la tient par les mains alors qu'elle se trouve entre Maddox est Buddy. C'est là qu'elle voudrait toujours être, Matilda ; avec sa meilleure amie, le garçon qui est quasiment son frère et Buddy. Luke est drôle, il met toujours une bonne ambiance et puis, il fait rire tout le monde. Lorsqu'il n'est pas là, Matilda a souvent l'impression qu'il y a des vides que Luke aurait pu les combler. Ludivine, c'est comme Emma ; elles pourraient ne pas être là que ça n'empêcherait pas Matty de rire, de profiter, de s'amuser. Souvent, elle se dit que les deux autres filles sont là uniquement parce que c'est Madison qui le veut : ils sont amis, forment un petit groupe disparate, mais le seul lien qui les uni tous reste la blonde au centre de l'attention. Sauf Buddy, il vient de Maddox et ça rend la chose plus drôle, presque enivrante. Parce que ça lui plaît de voir que les garçons peuvent mettre Madison dans un état qu'elle ne sautait connaître avec quelqu'un d'autre. Elle se met à rire, dévoilant ses dents parfaites lorsque Maddox lui glisse des mots à l'oreille. Bien sur qu'elle échange avec lui un regard plein de complicité ; elle est d'accord. Madison refuse de perdre face à son frère, et ils savent très bien qu'elle n'est pas contente que Buddy ait refusé son offre. Mais aujourd'hui, contrairement à ce qui se passera par la suite, Matilda n'est pas prête à retenir Buddy. S'il veut passer la soirée avec Maddox, qu'il en soit ainsi. Elle aussi aurait certainement voulu partir en virée avec les garçons, mais elles ont déjà des choses de prévues. Pour faire passer la pilule, Matilda caresse le visage de sa meilleure amie et vient l'embrasser, là, au coin de ses lèvres. Madison n'a pas l'air contrariée, elle se contente de rire comme si c'était ça, la blague : le baiser.

" - De toutes façons, on a pas besoin de lui pour ce qu'on a prévu." Qu'elle clame avec bonne humeur, se délogeant du milieu des garçons pour passer derrière Madison ; ses bras l'entourent les épaules de la blonde alors que la brune pose son menton sur l'épaule dénudée de la prochaine disparue. " Luke sera là, lui. On aura de quoi s'amuser."
" - Ouai, tant que ce gros mateur est pas là, moi, ça me va."

Madison tacle son frère à propos d'un secret que les autres ne connaissent certainement pas : Maddox, plus jeune, avait l'habitude de prendre en photo les filles sans leur consentement. Il a arrêté depuis le temps, peut-être. Du moins Madison en est persuadée, alors elle joue sur ce point là. Maddox n'est pas très content, et le regard qu'ils s'échangent le prouve bien. Matilda perçoit bien que les choses seraient allées plus loin si personne n'avait été témoin de ce pique honteux pour le blesser. Ils en sont déjà venu aux mains lorsqu'il n'y avait pas d'oeil vicieux posé sur eux. Ca se termine par un silence que le frère ne veut pas rompre.

Le moment sous le pont se sera terminée par la vision d'une fille qui n'a pas honte du regard des autres. Matilda ne cherche même pas à se cacher lorsqu'elle enlève le haut de son maillot de bain pour se rhabiller ; elle ne voudrait pas laisser les marques d'eau sur ses vêtements. Peut-être même qu'elle cherche à attirer l'oeil de quelqu'un, d'un garçon en particulier. Peut-être qu'elle s'en moque complètement. Elle s'est rhabillée, est montée dans l'une des deux voitures qu'ils ont du prendre pour venir jusque là. Puis elle a passé la soirée avec les filles ; dans un bar, alors qu'ils auraient du aller à la grange de Emma. La plus rondouillarde est piquée à vif que la soirée chez elle soit encore décalée. A croire que personne n'a envie d'y aller ; de toutes façons, la fois où ils iront Madison disparaîtra. Tout ça pour espionner un mec dont le reste de la bande ne connaît même pas. Mais Matilda ne pourra jamais oublier son visage, à force de l'avoir regarder à la place de Madison qui était de dos pour ne pas être repérée.

" - Alors, vous avez fait quoi hier soir ?"

Matilda est parfaitement peignée, parfaitement maquillée, lorsqu'elle arrive devant la maison des parents de Madison. Elle replace correctement sa queue de cheval, tire sur deux mèches pour qu'il soit plus serrée. La brune bien même sourire face au petit miroir placé sous le porche pour voir si elle n'a rien de coincé entre les dents. Mais elles sont propres, mieux vaut trois fois qu'une. Tout pour enlever le gout de l'alcool sur sa langue, à quoi ressemblerait-elle face aux parents de sa meilleure amie avec une gueule de bois ? Ils sont tous les deux invités pour le brunch ; Matilda pour Madison, Buddy pour Maddox. Elle a demandé à Buddy de passer la chercher parce qu'elle n'a pas voulu sortir sa voiture de garage. C'est un petit bout du mensonge qu'elle cache encore à son père : l'accident de voiture qu'elles ont eu hier soir après avoir déposé Luke. Matilda devrait être autrement que dans cet état de bonne humeur vu le secret qu'elles cachent toutes à présent.
________________________

Non à ses yeux, aucun des membres du groupe ne manque Madison comme elle le fait. Buddy pourra dire ce qu'il veut, ils pourront tous user de mots différents pour le lui faire comprendre, peu importe l'intonation : Matilda ne pourrait pas envisager qu'elle ait été autant importante pour elle que pour les autres. Pourtant, sa disparition aura eu un impact majeure et non négligeable : sa relation avec Buddy. Inquiète pour son téléphone, elle ne peut pas s'empêcher de sourire lorsqu'elle le voit tenter le vide pour trouver la corde. Elle rigole, expulsant de l'air de ses lèvres en faisant un drôle de bruit lorsqu'il lui demande un bonne chance, comme si c'était nécessaire. Elle vient même passer ses doigts sur le visage du garçon avant qu'il descende comme s'il le faisait encore souvent. Même lorsqu'il a disparu, Matilda ne peut pas s'empêcher de laisser un doux sourire sur ses lèvres. Elle n'aura pas même une fois regardé de chaque côté d'elle, alors qu'elle est seule, dans la crainte de voir l'inconnu débouler pour lui faire du mal. Pour les espionner. On aurait cru qu'ils auraient appris la leçon, mais ce n'est toujours pas le cas.

Une part d'elle n'a pas peur de descendre parce que Buddy est en bas, même si elle ne le voit pas. Une autre a peur parce que c'est le vide, parce qu'il fait noir. Mais ça ne l'empêche en rien d'agir, et Matty se sent rassurée lorsqu'elle sent les doigts de son amant glisser sur sa silhouette pour la récupérer à bon port. Elle s'accroché à sa nuque comme une petite princesse, se contente de sourire sans le moindre bruit ; tout ce qu'elle semble entendre c'est l'eau qui coule et les battements de son coeur qui semblent assourdissants. La fille frappe l'épaule du garçon lorsqu'il parle.

" - C'est ça, je connais la sensation, merci."

D'être jetée dans l'eau par Buddy : elle aurait souhaité que ça arrive dans d'autres circonstances, avec les sentiments qu'elle a aujourd'hui. Les choses auraient été différentes. Elle aurait embrassé ses lèvres en étant toute trempée pour qu'il la suive dans l'eau. Elle aurait voulu qu'il l'embrasse au lieu de cette caresse sur sa nuque fébrile ; Matilda aurait voulu plus. Elle se retrouve même bloquée, les lèvres en attente, lorsqu'il s'écarte et qu'il allume son téléphone pour chercher le sien. Quand il le récupère, elle est bien heureuse de le retrouver. S'empresse de regarder l'écran pour voir s'il n'est pas cassé. Ca aurait pu passer auprès de ses parents, mais pas auprès de son coeur. Il est plus important encore, parce qu'il vient de Maddox. Elle est attirée entre les cuisses de Buddy alors qu'elle est toujours penchée sur l'écran qui s'allume ; Matty ne réagit même pas, ne le contredit pas, se contente de suivre comme si sa place était là.

Elle tourne le visage. Elle obtient un baiser. Elle ne se décale pas, et sa main libre vient même se poser sur le poignet de Buddy qui la touche à la gorge. Et quand il se glisse à son oreille pour lui murmurer ces mots, elle ne peut pas s'empêcher de tourner le visage tout en ayant un sourire éclatant à ses lèvres. Un rire se perd avant que Matilda ait pu le produire, elle semble sourire de bonheur à être ainsi, avec lui ; partir n'est pas dans son esprit là qu'elle se sent bien, en sécurité. Mais Matilda a un énorme défaut ; le sexe est toujours plus intéressant lorsque c'est pour faire taire ses émotions, ses sentiments. Il sert à se défouler, à penser à autre chose, à ressentir quelque chose de bien au travers de tout le reste. Combien de fois est-elle venu quémander un coup de bite à Buddy uniquement pour retrouver le sourire ? Si elle semble bien, dans ses bras, elle a mal pour Emma, elle a eu peur pour elle. Elle n'a pas confiance en la police non plus.

" - Tu sais que ça pourrait se faire ?" Elle a certainement encore un peu mal d'imaginer Buddy couchant avec Madison. " J'ai des  pilules du lendemain dans ma chambre... Alors on s'en fou."

C'est trop facile à dire, et le problème, c'est que ce n'est pas la première fois que Matilda donne cette excuse. C'est la première fois qu'elle la donne à Buddy, pour autant. Mais ce n'est pas une contraception qu'elle devrait prendre comme elle le fait. Dans cette histoire, Matilda ne pense même pas aux maladies que ça pourrait lui apporter, de coucher sans préservatif. Mais voilà qu'elle laisse déjà traîner ses doigts sous la cuisse de Buddy ; ses ongles raclent son jean de la zone sensible de son genoux à la poche arrière qu'elle peine à atteindre.

Quand elle laisse son téléphone éteint atteindre le sol, à un endroit où elle ne risque pas de le faire glisser dans l'eau, il est déjà trop tard. Peu importe ce que Buddy aurait pu répondre dans ce court laps de temps, l'idée de Matilda est déjà concrète dans sa tête. Même qu'elle ne lui laisse pas vraiment le temps de réagir ; voilà qu'elle se redresse, quitte à quitter la chaleur provoquée par le corps du garçon et la couverture qui les recouvraient. Juste pour pouvoir se tourner vers lui, car elle revient au même endroit. Sauf que Matilda s'arrange pour avoir une des cuisses de Buddy entre les siennes. Son pyjama est fin, elle n'a aucun mal à sentir la texture de sa cuisse au milieu des siennes lorsqu'elle appuie sa zone sensible sur lui.
________________________

Son monde a arrêté de tourner, ses idées qui ne cessaient de se bousculer se sont tues, et les voix autour n'ont plus existé. Elle n'a pas non plus était capable de sentir Buddy la retenir ; ça aurait pu être n'importe qui qu'elle se serait laissée faire, le regard dans le vide, la bouche entrouverte. Plus rien ne passe, comme si son cerveau agissait comme un filtre à tout ce qui pouvait la blesser, lui faire du mal. Même lorsqu'on la change de bras pour arriver dans ceux de Ludivine, même lorsque c'est Luke qui s'adresse à elle, Matilda ne réagit pas. Juste l'étreinte de tous ses amis. Voilà ce qui la réanime. Alors elle inspire bruyamment, l'air qui entre dans ses poumons est douloureux. Il pique. Il brûle, mais ça la libère d'un poids qu'elle n'aurait pas pu ressentir plus longtemps.

Matilda voulait avoir Emma après le lycée : elle ne l'aura pas fait. Les autres y seront-ils aller sans elle ? Après tout, venant de Matilda, ce ne serait pas étonnant qu'elle ait simplement esquivé la visite à leur amie. Elle est partie du lycée plus tôt, sa mère est arrivée en ville pile au bon moment pour la récupérer après l'intervention des policiers. Et après ces jours là, ce sont deux des filles du groupe qui ne vont plus en cours ; Emma, qui sera ressortie quatre jours plus tard de l'hôpital, Matilda, qui n'a pas eu le moral, pas l'esprit, pas la force de se lever. C'est parce que sa mère est de retour que son absence est possible, son père n'aime pas expliquer sa vie familiale au travail. Mais n'était-ce pas la même chose, après l'annonce officielle de la disparition de Madison ? Matilda avait disparu des radars pendant des jours, on s'était même posé des questions au sein des lycéens. Mais ses véritables amis avaient toujours pu la trouver chez elle ; sa mère ne refuse généralement aucune visite, encore moins lorsqu'elle pense que c'est bon pour sa fille unique.

" - Il faut qu'on arrête d'en parler par téléphone." Sa voix est stricte, bien que son regard semble fuyant. Elle touche la couture de sa chaussette colorée mise à l'envers, mais chacun de ses amis savent qu'elle est plus sérieuse, qu'elle pourrait devenir un véritable serpent en étant dans cet état. " Ils vont nous les reprendre. C'est qu'une question de temps."

Ils sont tous chez elle ; même Emma qui est sortie de l'hôpital. Elle a pu venir jusqu'ici uniquement parce que ses parents se sont assurés auprès de la mère de Matilda qu'ils ne sortiraient pas de la maison. Ils sont choqués, ils ont leur pour leur fille, et certainement que Emma a fait des pieds et des mains pour venir jusque là. Elle comptait se retrouver seule quelques minutes avec Matilda pour parler de l'accident, mais manque de chance, quelqu'un était arrivé avant. Luke, peut-être Buddy ? Matilda parle sérieusement parce qu'elle a apprit des choses grâce au métier d'avocate de sa mère ; sûrement qu'elle veut protéger Buddy de ce que les flics pourraient trouver. La vidéo du soir où Madison à disparu. C'est pour lui qu'elle pense, pas pour Ludivine. Si ça n'avait été qu'elle, Matilda se serait moquée qu'elle soit sur la liste des suspects. Mais après ce qu'ils ont vécu après la disparition avec la police, il est hors de question que les choses soient pires qu'elles ne l'étaient.

'' - Pourquoi t'as posé ces questions dans la salle de classe ?''

Son regard se pose sur Buddy. Oui, après coup, elle se souvient parfaitement de ce qui a été échangé avec la police. Si elle demande à Buddy face aux autres, c'est pour ne pas s'énerver. Pour montrer qu'elle ne cache rien, même si c'est tout le contraire. Mais Matilda n'a rien à voir avec la disparition de Madison. Elle voudrait comprendre. C'est la première fois qu'elle doute que sa meilleure amie soit vivante. Elle doit être morte, n'est-ce pas ? Avec le sang retrouvé sur le couteau.

Quand ils seront partis, Matilda se sera arrangée pour que Buddy reste le dernier. Même si Emma a du attendre plus longtemps dans l'espoir de la coincer. Et si ça n'est jamais arrivée, ce soir, elle aura eu l'audace ; demander à sa mère, avant que son père ne rentre, si Buddy peut dormir à la maison cette nuit. Sa mère n'aura eu aucun problème à dire devant Buddy, presque en la rouspétant pour avoir eu l'audace de poser la question, que faire dormir un garçon ici n'a jamais été une option. Mais la mère aura finit par ceder à la condition d'avoir l'accord des mamans du garçon. Le père aura fait une légère crise en rentrant du lycée, mais il n'aura pas eu gain de cause. La mère, comme d'habitude aura eu le dessus et ils seront arrivés au compromis suivant ; qu'ils dorment tous deux dans la chalbre avec la porte ouverte. Il passera lui-même la nuit éveillée s'il le faut pour surveiller l'honneur de sa fille. Il n'a absolument aucune notion de ce qu'est réellement sa fille unique.
________________________

Matilda l'a embrassé pour le faire taire. Caressant les quelques poils de sa barbe qui la piquent alors qu'elle ne voit pas un seul trait de son visage. Mais Matty n'a pas besoin de le voir pour connaître les forme de son corps. Sa main droite glisse sur l'épaule de Buddy après avoir caressé son cou. Elle le touche par dessus ses vêtements, ses ongles grattent légèrement le tissus de son t-shirt pour jouer sur son téton qu'elle voudrait sentir glisser sur sa langue. Mais justement, sa langue finit par jouer doucement sur son oreille. Avant de souffler dessus pour le faire frissonner ; le froid doit être plus glacial encore avec l'eau si prêt d'eux. Sa main libre est cachée dans ses cheveux bouclés : Matty joue dedans avec sensualité pour le faire pencher la balance dans sa direction avec qu'il n'ait eu le temps de produire le moindre mot.

'' - Dis-moi à quoi tu fantasmais...'' Matty soupire ces mots à l'oreille du garçon, parce que entendre les siens ne feraient qu'augmenter l'envie qu'il a su faire naître par une simple phrase bien placée. '' Tu t'es déjà branlé après une journée là ?''

Matilda lui laisse le temps de répondre, s'il le fait vraiment. D'une manière ou d'une autre, elle aura cherché à le faire flancher un peu plus. De là à déhancher son bassin pour se frotter à la cuisse de Buddy. Elle voudrait le sentir d'avantage, sans tous ces vêtements qui la gêne. Pourtant, elle aime sentir ses tétons durcis par le froid se coller au torse chaud de Buddy à chaque fois qu'elle se trémousse. Et quoi qu'il ait pu dire, quoi qu'il ait pu faire, Matilda aura finit par l'embrasser de nouveau. Et comme tout à l'heure, elle aura joué au même petit jeu : lêcher son oreille, souffler dessus, et venir murmurer des mots qui le mettrons encore plus dans tous ses états.

'' - Alors... Tu voudrais me prendre là ?'' Qu'elle demande sans en avoir la moindre honte, la moindre gêne. S'ils ne seront pas espionnés ce soir, ils ne devraient pas oublier la menace qui plane au dessus de leurs têtes. '' Ou peut être sur ma balançoire?'' Ses ongles glissent du torse de Buddy pour venir griffer le jean qui cache une érection naissante qu'elle est heureuse de trouver. '' Ce serait bien pour commencer, non ? Une petite pipe en train de se balancer...''


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 553
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

IuYvJ3Tv_o.png
Buddy Young
Sa mère biologique est barmaid ; vive et amusante et parfois naïve. Mais c'est une femme dotée d'un grand cœur. Son père est resté un bon ami de la famille, car la séparation ne s'est pas faite de façon violente. Il s'est avéré que sa mère aimait les femmes. Elle s'est d'ailleurs mariée avec une policière noire. Elles sont épanouies. Rares sont ceux qui jugent sa famille, puisqu'ils sont ouverts d'esprit. Pour les gens du petit peuple, en tout cas. Ça fait déjà quelques années, car depuis sa mère a mis au monde une petite gamine casse-pied, mais adorable, qui lui réclame souvent des histoires le soir.
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 CompassionateImperfectCygnet-size_restricted


Daniel Sharman :copyright:️ Valtersen
On a pas besoin de lui pour ce qu'on a prévu.
Tu vois, Buddy, elles n'ont pas besoin de toi, alors que moi...

Maddox presse l'épaule de son pote pour lui faire comprendre qu'il n'a pas à se sentir coupable ; de toute manière, Buddy est trop défoncé pour se sentir coupable de quoique ce soit. Et s'il avait eu l'esprit moins embrumé, sûrement qu'il aurait tiré une grimace au presque baiser des filles. Buddy pourrait jurer que Madison se doute de son attirance pour Matilda, il croit discerner cette vérité dans l'étincelle au fond de son regard, mais il ne tique pas, se contente de fixer les filles qui se touchent parfois avec trop de sensualité. Est-ce que Maddox accentue la pression de ses doigts à son épaule pour la même raison : parce qu'il voit que Buddy est sensible au fait que Matty puisse être tactile avec d'autres? Il n'a jamais ressenti quelconque jalousie auparavant, pourquoi est-ce que ce serait différent aujourd'hui?

Oui, lorsque Matilda se déshabille devant les autres, Buddy regarde. À défaut de pouvoir la glisser dans son lit, ce qu'il aimerait faire pourtant, il regarde. Certes, Buddy n'est pas le premier à se vanter de ses exploits sexuels, mais tout le monde sait qu'il n'est pas prude. Il ne détourne pas les yeux face au corps d'une femme. Et si Matilda devait avoir remarqué, il n'aurait pas détourné les yeux pour autant. Elle veut qu'on la regarde. Et comme il n'a plus les idées claires, il ne cherche même pas à paraître moins vulgaire à la zyeuter, à apprécier la courbe de son sein. Non, Emma ne redonne pas à Buddy son chandail, il doit donc enfiler une veste.

Attention, vieux, t'as la mâchoire qui traîne, rigole subtilement Maddox, les autres n'ayant pas entendu ce bref échange ; Buddy sourit en lui faisant signe de juste la boucler.

_____________________

T'as pas besoin d'en faire des tonnes pour être belle, qu'il lâche alors qu'elle se regarde partout où elle le peut pour se faire jolie, allant même jusqu'à légèrement la bousculer pour qu'elle pense à autre chose que son apparence.
Alors, vous avez fait quoi hier soir?
Hm...

Buddy a-t-il seulement envie de raconter sa soirée? S'il était avec Maddox, il était assurément défoncé. Il ne comprend pas le besoin des filles de devoir tout raconter à la moindre occasion, dans les moindres détails. Et à peine chercher-t-il ses mots que sa voix fatiguée se coince au fond de sa gorge dans un faible raclement. Preuve qu'il s'est également éclaté la gueule la veille. Contrairement à Matilda, il ne s'est pas fait une beauté ce matin, mais il a dormi, assez pour avoir de l'énergie.

Je me suis sûrement moins amusé que toi, qu'il lâche seulement en soupirant quant au fait que Ludivine l'a appelé en pleine nuit pour lui raconter brièvement la soirée des filles, mais qu'il s'est endormi avant qu'elle ne termine son récit.

C'est Madison qui ouvre la porte, qui les regarde tous les deux. Le premier commentaire de la blonde dénote faussement une touche de surprise, du genre : ah, t'es passé chercher Matilda? Mais Madison ne tarde pas à tirer sa meilleure amie à l'intérieur, incapable de ne pas la toucher pour en faire sa propriété. Les quatre jeunes se retrouvent un moment à table avant que les parents ne les rejoignent.

Dis, c'est vrai que Sara a les dents solides? lui demande Madison, d'une voix qui ne se veut pas subtile, mais assez discrète pour que les parents n'entendent pas cette conversation.
Sérieux, Maddox? grogne Buddy qui accuse directement son pote d'avoir balancé à sa soeur que la coincée de Sara lui a taillé une pipe ; qui d'ailleurs l'a laissé sur sa faim, parce qu'il a avoué à Maddox qu'elle n'avait pas réussi à l'amener à terme.
Sans vouloir défendre ce qui me sert de frère, c'est Sara qui m'a avouée. Faut croire qu'on peut se vanter d'avoir la queue de Buddy entre les lèvres. Alors, verdict, elle est comment la petite Sara?
Moi j'ai pas besoin qu'on me raconte des choses, j'suis capable de les voir de mes propres yeux, lâche Buddy qui ne semble pas vouloir ouvrir la bouche davantage.

Mais par ses mots, il vise directement Madison, vise l'un de ses nombreux petits secrets dont il a connaissance. Le temps d'une seconde, les traits de Madison deviennent sévères. Or, elle retrouve rapidement le sourire comme si cela ne la concernait pas, que ce n'était pas une menace dans la bouche de Buddy. Mais Madison n'est pas une fille qui oublie facilement. Les assiettes se retrouvent bientôt remplie d'une variété d'aliments. Et pour éviter de trop parler, Buddy se concentre souvent à boire son jus d'orange. Les parents font la discussion aux invités. La maison est rapidement baignée des odeurs de la nourriture.

Durant le repas, Buddy s'excuse pour aller à la salle de bains. À peine termine-t-il de pisser que la porte s'ouvre derrière lui. Il a tout juste le temps de dire :

Putain, mais t'es sérieuse là?
J'ai déjà vu des bites, Buddy.

Madison referme la porte de la salle de bains alors qu'il remballe son engin et qu'il se lave les mains. Il peut apercevoir la fille adossée à la porte au travers du miroir. Il sait d'avance qu'il va se prendre des remarques concernant son refus de la veille, concernant sa supposée menace parce qu'il n'a pas voulu parler de Sara. Et comme elle ne daigne parler, il se retourne pour lui faire face, appuyé contre le comptoir.

Tu sais, j'te vois souvent la regarder, Matilda, elle te plaît?
Qu'est-ce que tu veux?
Je sais comment tu regardes les filles. Et je sais que tu aimes les petites distractions pour ne pas penser à elle.
Ok, tu m'ennuies avec tes conneries, juste laisse-moi retourner bouffer que je puisse me tirer.

Elle fait exprès de lui bloquer la porte, ce qui l'oblige à poser des yeux excédés sur elle. Mais ça amuse Madison de jouer avec la patience de Buddy. Alors elle insiste pour qu'il avoue avoir un oeil sur Matilda, chose qu'il refuse de dire avec des mots, surtout à Madison. De toute façon, elle serait capable de transformer un silence en un oui.

D'accord, t'es contente, maintenant fous-moi la paix.
Sérieux, Matilda te plaît? Mais t'es encore plus aveugle que je le pensais.

Madison rigole doucement, téléphone entre les doigts. Elle montre bien à Buddy qu'elle enregistrait pour avoir un bref extrait de ses révélations, au cas où ça pourrait servir. Enregistrement qu'elle arrête sous son nez. Et lorsqu'il essaie brusquement de lui reprendre son téléphone, elle joue avec lui et l'éloigne pour l'empêcher de l'atteindre. Il aurait pu insister sans la moindre gentillesse, parce qu'il est énervé, mais ce qui le coupe dans son élan, se sont les autres paroles de Madison :

Non... mais je dis ça parce que Maddox se la tape. J'veux dire, ton pote se tape la meuf qui te plaît et toi, tu vois rien. Je dis ça pour ton bien.
Je t'emmerde Madison.

Venant de la bouche de Madison, Buddy ne pourrait savoir si c'est véridique. Mais que ça puisse être vrai, ça l'affecte d'une manière qu'il ne saurait expliquer. Elle hausse les épaules en disant que la prochaine fois, il devrait revoir ses priorités lorsque Maddox lui proposera une sortie. Elle mime un bisou avec sa bouche avant de sortir. Elle sort la première en le plantant là. De retour dans la cuisine, elle prend une fausse voix piteuse pour dire que Buddy ne semble pas être dans son assiette. Qu'elle va lui apporter des aspirines pour sa migraine. Dans le groupe, on sait qu'il se trouve toujours à prendre des cachets après une dure soirée. Mais elle n'aura pas le temps de le rejoindre à nouveau qu'il se retrouve derrière elle. Ça la surprend, mais elle sourit. Elle fait tomber les cachets dans sa main.

Après un bon repas, tu retrouveras ton énergie, l'encourage la mère de famille.

Il opine gentiment de la tête sans répondre, parce que son oeil ne manque pas de capter la main de Maddox posée sur l'avant-bras de Matilda, sans doute parce qu'ils étaient engagés dans une conversation pendant qu'il était à la toilette avec Madison. Buddy agit donc comme s'il n'avait jamais eu cette discussion avec Madison. Et même s'il n'arrive pas à croire que Maddox et Matilda puissent... ça lui laisse une curieuse impression qui l'éloignera de son pote à partir de maintenant, mais aussi parce que chaque parole de Madison, peu importe le sujet, laisse toujours des traces. De toute façon, Madison a bien l'intention de les coincer encore un moment après le repas.

_____________________

Sa seule réaction, lorsqu'elle parle des pilules du lendemain, est de l'observer longuement. Elle lui lâche ça comme si c'était banal, alors que ça l'obsède depuis le moment passé dans la grange. Il aurait grandement envie de lui lâcher un putain, Matty, tu m'énerves, mais aucune parole ne quitte sa gorge. Il échappe plutôt un long soupir à sentir sa main parcourir sa cuisse à la recherche d'une zone sensible. Même s'il se dit que c'est mal de coucher sans préservatif, il ne pense pas pouvoir être en mesure de se retenir, pas quand Matty désire à ce point son coup de bite. Elle se frotte, ça l'excite. Elle parle, ça l'excite. Elle l'embrasse, ça l'excite.

Ses mains se retrouvent sur les fesses de Matty, doigts enfoncés dans ses chairs. Il est plutôt explicite dans sa manière de la manipuler, la guidant dans son roulement de hanche pour que ce dernier devienne plus précis, plus long, plus langoureux, comme s'il la pénétrait sans même être à l'intérieur de son corps. C'est bien de se frotter, mais le faire directement sur la zone sensible c'est encore. Il expire parfois la tension dans un souffle mal contenu. Et même si Buddy voudrait calmer les déhanchements de Mathilda, il en serait incapable : la pression est trop bonne.

Dis-moi à quoi tu fantasmais...

Les lèvres, la langue et le souffle de Matty s'attardent à son oreille. Oui, ça le fait chavirer, car plutôt que de répondre immédiatement, il embrasse sa clavicule en retour. Sent-elle déjà qu'il voudrait la dévorer tout entière par ce chaud baiser?

Tu t'es déjà branlé après une journée-là?
Tu crois que je l'ai fait?

Il demande en reculant légèrement son visage. À croire qu'il a envie qu'elle le regarde parce que ses yeux expriment une réponse précise : évidemment que je me suis branlé en pensant à toi. Et comme ils s'embrassent encore, parce que Matty n'a qu'une idée en tête : le chauffer jusqu'à ce qu'il explose ― ce qui fonctionne parfaitement bien jusqu'à présent, il doit prendre une pause entre deux baisers pour lui glisser :

Alors... Tu voudrais me prendre là? [...] sur ma balançoire? [...] une pipe en train de se balancer?

Sa question le fait sourire, parce qu'il répond du tac-au-tac :

C'est toi qui va se balancer sur moi, Matty.

Lorsqu'il juge qu'elle est apte à garder ce rythme qu'il a influencé à l'aide de ses mains à ses fesses, il peut désormais toucher autres choses, notamment ses flancs qui se dévoilent parce que le tissu ne reste pas collé à sa peau quand elle passe ses bras autour de sa nuque pour s'accrocher à lui ou pour jouer dans ses cheveux. Il peut donc toucher ses flancs de ses paumes. Et même si le pyjama ne camoufle pas grand chose, ça excite Buddy de laisser ses doigts caresser son alléchante silhouette par-dessus le tissu, notamment lorsque ses pouces traces des cercles sur ses tétons durcis ; les deux en même temps. Il adore sentir la texture de ces bouts de chair à l'extrémité de ses doigts, surtout lorsque le froid les fait réagir comme maintenant. Et parce qu'il est resté bloqué sur le mot fantasme, il préfère en partager un dans l'instant présent, il laisse ses lèvres entrouvertes contre sa bouche pour lui murmurer franchement ;

Je voudrais les sentir durs au bout de ma queue en ce moment, dit-il en parlant de ces bouts de chair texturés.

Pourtant, sans même changer de position, il se contente de glisser une main entre eux. Cette main se glisse entre les cuisses de Matilda, directement sous les couches de vêtements. Cette main vient momentanément remplacer sa cuisse. Il se pince les lèvres sitôt que ses doigts ressentent son humidité : sans même qu'il n'enfonce de doigts. Il touche sa chair gonflée, soupire de cette sensation. Sa seconde main vient alors tenir la nuque de Matty pour qu'elle maintienne sa position, parce qu'il lui demande de continuer, de continuer à se frotter jusqu'à ce que ses doigts finissent par glisser à l'intérieur, qu'elle s'empale dessus. Il l'embrassera quand ses doigts se courberont à l'intérieur de son antre et qu'ils toucheront une zone sensible chaque fois qu'elle se frottera un peu plus sur lui.

Jouis pour moi, Matty, qu'il demande.

Et parce qu'il est encore gorgé, elle comprendra facilement qu'il n'a pas envie qu'elle jouisse une unique fois.

_____________________

Les jours qui suivent l'intervention de la police au lycée sont étonnement répétitifs pour Buddy. Il jongle entre le lycée, entre le boulot, entre garder sa petite soeur. Il rattrape même quelques heures au boulot parce qu'il en devait à sa collègue. Avec son père, il termine de réparer le mur dans la cage d'escalier. La seule chose qui le frustre, c'est de ne pas avoir récupérer sa voiture. Sa belle-mère a bien l'intention de déposer une requête au poste, comme si le dossier traînait inutilement pour mettre de la pression aux jeunes du groupe. Du coup, dans la journée, Buddy doit prendre la voiture de sa mère. Oui, il est allé voir Emma à l'hôpital, que ce soit avec Luke ou avec Ludivine.

Pourquoi t'as posé ces questions dans la salle de classe?

Buddy est assis par terre, parce que tous les autres squattent les places disponibles. Il hausse les épaules à la question de Matilda. Sur le moment, il s'est dit que ça pouvait être important à savoir. Matilda ne clamait-elle pas que sa meilleure amie était encore en vie? Ce sang aurait pu être un leurre. Madison aurait pu s'être blessée sans être morte. N'était-elle pas douée pour mener les gens en bateau? Matilda réfléchit comme sa mère avocate, mais Buddy semble plutôt opter pour la provocation, comme le ferait sa belle-mère lors d'une intervention. Ils sont au moins tous d'accord avec Matilda : éviter les téléphones au maximum.

Certes, Buddy est surpris que Matty insiste pour le garder à la maison ce soir, mais ça le fait sourire, et il ne cherche pas à protester. Quand sa mère demande à joindre les siennes, il accepte sans la moindre crainte d'un refus. Christine, sa mère, plaisante même, avec sérieux, qu'on pourra jeter Buddy dehors au moindre écart, mais le secret de Matty n'est point révélé ; car les mères de Buddy sont parfaitement conscientes de ce qui se trame quand elle se pointe en soirée et qu'elle s'enferme dans la chambre de leur fils. Mais elles ont beaucoup de respect pour cette jeune fille. Buddy est bien heureux de passer la nuit ici, même si pour la première fois, il a bien capté le regard de Emma avant qu'elle ne parte, comme si elle pensait : il ne veut pas rester dormir chez moi, mais chez Matilda, ça va.

Buddy n'a pas l'intention de dormir habillé, surtout parce qu'il n'a pas de vêtements pour demain. Il retire tout à l'exception de son boxer. Il est surtout amusé que la porte doive rester ouverte, s'il a envie de glisser ses doigts sous la couette pour toucher Matilda pendant la nuit, ce n'est pas vraiment ce qui va le retenir. Et très franchement, Buddy s'inquiète davantage de ce que penseront les autres du fait qu'il soit resté dormir chez Matilda. Il est le premier à s'installer sur le matelas.

Je vais quand même pas mourir à dormir sans chandail?

Cette question le fait sourire, mais ses yeux s'attardent surtout sur Matty, peu importe où elle se trouve dans la pièce, si elle se prépare ou si elle le rejoint déjà. Il pense inévitablement à ces fois où il la regardait sans pouvoir la toucher. Mais il repense aussi à la question de Matty : tu te masturbais après ces journées? Être entre les cuisses de Matilda, c'est nettement mieux que se masturber. Et il se surprend à penser qu'il n'aurait jamais eu l'occasion de passer une nuit ici si Madison était encore là.

Pourquoi t'avais envie que je reste ce soir? qu'il lui demande finalement.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: