Partagez
 
 
 

 MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 
En ligne
@Robz
@Robz
MESSAGES : 376
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

7ei5.pngMise en Situation


Lorsqu'une adolescente disparais, le destin d'une petite ville change à jamais. Mais son groupe d'amis n'aurait jamais pensé vivre ce cauchemar un jour : le harcelament scolaire est une chose, mais celui-ci va bien au delà de ça encore. Il n'y a pas pire ennemi que M .


i3tb.png
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
@Robz
@Robz
MESSAGES : 376
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

YpyINzHv_o.gif
Matilda Lucy
Garnier

Maman est avocate, et elle n'est pas souvent à la maison. Parce qu'elle est trop prisée à travers le pays, parce qu'elle n'aime plus vraiment papa et qu'elle se tape d'autres types. Lui, il est simplement professeur de sport au lycée, et toi, comme tu n'aimes pas cette discipline, tu te retrouves en proie à des maux que tu aurais préféré ne pas avoir. Tubes belle, mais tu sembles si artificielle, à te pavaner comme la reine des pouffes dans couloirs. Tu as ta bande d'amis, les plus fidèles et les plus parfaits. Ils t'aiment et te détestent tous, à la fois, en même temps. Tu dis que c'est parce qu'ils sont jaloux, mais t'es mauvaise avec tout le monde. On t'aime ou on te déteste, mais les gens usent généralement de la première option. On ne cherche pas à te connaître, car tout le monde pense déjà le faire. C'est à croire que les gens ont oublié que tu n'es pas la pire, que tu n'étais pas à la tête du groupe ; Madison te manque plus qu'aux autres.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_p78emrAL8w1s20br1o5_250

Tu passes ton temps avec différents garçons, tu couches avec différents garçons. Et pourtant, tu n'en aimes pas un seul. Ton corps sers de monnaie d'échange dans les compris que tu desires faire. Il y a toujours un but pour une partie de jambe en l'air. Mais il n'y en a qu'un seul qui te permet de te vider la tête, de prendre ton pied en pensant à toi et pas aux autres. De tes amis, c'est le seul avec qui tu couches. Et pourtant, c'est le seul garçon avec qui te ne te vente pas d'avoir couché. C'est ton petit secret.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_n4pk7y45d41s5227io1_250


Nina Dobrev :copyright:️ unknow
Ce jour n'aurait jamais dû arriver. Matilda a prié, alors qu'elle est tout sauf croyante, pour que ça n'arrive jamais. Mais au bout de ce temps, n'est-ce pas normal pour la famille de Madison de passer à autre chose ? Ils doivent tourner la page. Tout le monde veut tourner la page. Tout le monde sauf Matilda. Matilda, elle aurait préféré attendre encore des mois, encore des années pour que l'on déclare sa meilleure amie morte. Décédée. Tout va trop vite, alors qu'il n'y a même pas de corps. Elle, elle n'arrête pas de dire que c'est certainement le père de Madison -en faillite depuis des années- qui veut simplement récupérer les sous de l'assurance vie de sa fille. Elle le déteste pour ça.

'' - On va être en retard, chéri.''
'' - Je m'en fiche !'' Qu'elle cri, en larmes, de l'autre côté de la porte de la salle de bain. '' J'ai même pas envie d'y aller, de toutes façons ! ELLE EST PAS MORTE !''

Matilda pète un câble depuis ce matin, alors que tout allait bien la veille. Elle faisait semblant que tout allait bien ; pour les autres. Pour que tout le monde la laisse tranquille, que tout le monde continue de croire qu'elle est forte au point de ne pas s'effondrer. Matilda ne s'effondre jamais. Madison le lui a apprit, comme tout ce qui fait d'elle, ce qu'elle est aujourd'hui. Et même si la brune met un temps fou à sortir de la salle d'eau, quand elle le fait, elle est parfaite. Dans sa robe noire, et ses hauts talons. Avec ses cheveux attachés, et son maquillage parfait. On ne dirait pas qu'elle a passé des heures à pleurer.

Comme tout le reste des habitants de la petite ville, Matilda se retrouve à l'église pour assister à l'enterrement, sans le corps de sa meilleure amie. Mais elle se retrouve assise au premier rang, comme le reste du groupe d'amis que s'était faits Madison. Le banc de droite, tout devant, est réservé à sa famille ; son père, sa mère, et son frère. Ils sont tous les trois en deuil. Mais aucun d'eux ne pleure.

Matilda ne pleure ne pleure pas non plus. Mais elle tient fermement son mouchoir et son téléphone au creux de sa main tout le long de la cérémonie. Elle ne proncera pas le moindre mots ; elle a été catégorique à ce sujet auprès de la famille de Madison. Et si ses amis veulent le faire ; qu'il en soit ainsi. Mains chacun d'eux sait que pourra retomber sur lui, la colère de Matilda. Elle est comme sa meilleure amie : carnacier, et tout le monde devrait suivre son avis.

Lorsqu'ils sont tous en dehors de l'église, là, à se faire du bien pour se reconforter : ils reçoivent tous un message textuel. Certain téléphones sonnent, d'autres sont en silencieux. Et si ceux qui le lisent instantanément savent de quoi il s'agit, ce n'est pas le cas des autres qui auront leur propre crise cardiaque en le lisant plus tard. Mais personne n'a parlé de ce message aux autres. Pourtant, ils ont tous reçu le même ; c'est qu'ils ont tous quelque chose de précis et de différents, à cacher au reste du groupe.

Je sais ce que tu as fais,
Et je sais que je t'ai manqué.
Bisous, M.
___________________________________

Matilda est rentrée chez elle juste après l'enterrement ; elle aurait pu sortir avec les autres. Mais elle fait sa princesse. Ou alors elle préfère rester seule pour évacuer son chagrin. Une chose est sûre. Elle n'a envoyé qu'un seul message ce jour-là ; t'as intérêt d'être chez toi à partir de 21h. Ca a toujours été avec Madison, elle decompressait le mieux. Aujourd'hui, elle n'est plus là. Et depuis, c'est lui son punching-ball. Sans Madison, la vie semble plus fade. Alors elle prend le bien comme il vient. Non, en fait, Matilda semble vivre plus dangereusement depuis que Madison n'est plus là. Comme si c'était à elle le prendre les rênes de la situation.

'' - Il est tard, non ? Tes parents sont au courant ?''
'' - Maman pense que je serais mieux chez vous qu'à pleurer dans ma chambre...''

Matilda joue des mots et de sa bonne moue pour obtenir ce qu'elle souhaite. Non, ses parents ne sont pas au courant. Elle est passée par la bais vitrée de sa chambre ; qu'elle idée de lui donner un moyen de s'enfuir si rapidement. C'est d'ailleurs pour les faire ruminer, qu'elle s'est enfui. Mais les parents de son ami la laisse rentrer, comme d'habitude. Alors Matilda fait claquer ses talons jusqu'à la chambre de celui qu'elle cherche.

Si ses parents ont l'habitude de cogner, ce n'est pas son cas. Et comme elle est en retard de plus d'une heure, il ne l'attend certainement pas. Et Matilda, elle veut s'amuser à le surprendre. Alors elle rentre sans permission, referme la porte directement derrière elle, puis pose son regard directement sur lui.

'' - Toute bonne chose se fait attendre, non ?''

Matilda prononce cette phrase comme si c'était sa meilleure arme. Elle laisse tomber son très petit sac à main sur le premier meuble qui vient. Et sans attendre particulièrement de réponse, Matilda enlève son long manteau qui ne cache rien d'autre qu'un body en dentelle. Mais elle n'a pas eu plus froid dehors, que ce qu'elle a ressenti en lisant le message signe par -M.

Elle a besoin de se réchauffer, de penser à autre chose. Et il est la meilleure distraction qu'elle puisse avoir. Tout sourire, parfaitement préparée, elle attend la réaction souhaité ; elle veut voir le désir naître sur son visage. Mais Matilda n'est pas la seule à avoir ce message en tête ; tous ses amis ont quelque chose à se reprocher. Et si elle est au courant de beaucoup de leur secrets, Madison en connaissait beaucoup plus. Pense-t-il à la disparue, en pensant au message ? Ou fait-il l'amalgame comme d'autres, qui pourraient penser que c'est Matila qui leur joue un tour.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 498
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

IuYvJ3Tv_o.png
Buddy Young
Sa mère biologique est barmaid ; vive et amusante et parfois naïve. Mais c'est une femme dotée d'un grand cœur. Son père est resté un bon ami de la famille, car la séparation ne s'est pas faite de façon violente. Il s'est avéré que sa mère aimait les femmes. Elle s'est d'ailleurs mariée avec une policière noire. Elles sont épanouies. Rares sont ceux qui jugent sa famille, puisqu'ils sont ouverts d'esprit. Pour les gens du petit peuple, en tout cas. Ça fait déjà quelques années, car depuis sa mère a mis au monde une petite gamine casse-pied, mais adorable, qui lui réclame souvent des histoires le soir.
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  CompassionateImperfectCygnet-size_restricted


Daniel Sharman :copyright:️ Valtersen
Il est le seul du groupe à oser se lever pour aller dire un mot devant tout le monde. Et si son regard croise celui de Matilda, il n'en fait pas un cas. Si elle est fâchée de le voir debout devant ces personnes déprimées, elle retrouvera le sourire quand il la culbutera… ou quand il la prendra dans ses bras. Mais lorsqu'il se retrouve là, fixé par tous ces débiles, il perd la notion du temps, oublie les mots qu'il aurait dû dire en l'honneur de Madison. Il finit donc par sortir sans avoir dit quoique ce soit… Il a dit à ses parents de rentrer avant lui lorsque c'est enfin terminé. Le moment avec les potes est le meilleur, après toutes ces conneries. L'un des garçons se moque du syndrome de l'exposer oral qu'il a subi en figeant, mais il l'envoie chier. Lui ne regarde pas son téléphone, il n'a sûrement plus de batterie. Pour le coup, il ne reste pas avec ses potes non plus. Il a autre chose à faire. Ce n'est que plus tard, une fois qu'il est seul, chez lui, qu'il reçoit deux alertes en suspens.

Le message louche.

Je sais ce que tu as fais,
Et je sais que je t'ai manqué.
Bisous, M.

Il sait d'avance que ce message n'a pas été envoyé par Matilda. En général, elle est plus directe, elle aime que l'attention soit immédiatement tournée sur elle. Ce message est trop subtil, trop discret, pour que ça vienne d'elle. Buddy tente de s'y convaincre lorsque ses yeux pensent à la lettre M. Impossible que ce soit Madison. Non, il espère que ce ne soit pas Madison. Ils viennent d'assister à ses funérailles.

Puis le second message. Confirmant qu'elle est directe.

Le message de Matilda : " t'as intérêt [....] "

_______________


On ouvre la porte de la chambre. Il tourne un regard vers la nouvelle arrivante. Une magnifique brune pénètre la pièce à la manière d'une déesse. Elle retire son manteau. Matilda se dévoile dans toute sa splendeur, vêtue de cette simple tenue en dentelle. S'il détourne les yeux pendant une fraction de seconde, c'est qu'il a été foudroyé de désir en la voyant.

Toute bonne chose se fait attendre, non?
Ce n'est pas les mots auxquels j'aurais pensés, qu'il répond, pourtant ses yeux coulent déjà sur cette alléchante silhouette.

Elle peut se considérée à moitié pardonnée de l'avoir fait attendre, parce qu'elle brûle des étapes en étant ainsi présentée. Comment ne pas réagir face à un physique comme le sien? Juste en la voyant, il bascule légèrement la tête vers l'arrière à se mordant l'intérieur de la joue. Une heure ce n'est pas si long, mais il a horreur qu'elle puisse s'amuser avec lui. Oui, pour un homme, il a des sentiments, même s'il ne les exprime pas ouvertement. Elle vient à lui quand elle se sent seule, triste ou en colère. Et secrètement, il aime être celui vers qui elle se tourne pour prendre son pied. Il adore tenir ses chairs entre ses doigts, il adore le parfum qu'elle porte, il adore la sentir trembler au moment de jouir, parce que à cet instant elle est entière et détendue et vulnérable.

Il quitte sa place afin de s'approcher d'elle. Elle sait exactement ce qu'elle veut, et elle n'est pas venue pour étudier. Sa paume gauche s'appuie sur la porte afin qu'il puisse légèrement se pencher à son niveau et avoir son visage près du sien. Si elle inspire, elle pourra goûter l'arôme frais de l'alcool qu'il buvait avant qu'elle arrive. Un simple coca au rhum. Ses lèvres sont froides à cause des glaçons. En général, il boit des cocktails plus sophistiqués, c'est l'avantage d'avoir une mère barmaid, ouverte, qui n'a aucun tabou lorsque son fils boit un coup avec elle. Et cette mère adore servir les amis de Buddy lorsqu'ils ont envie de s'amuser. Elle est également canon, et Buddy ne manque pas de recevoir des commentaires déplacés de ses potes. Il n'apprécie pas vraiment. Parler sexe c'est pas vraiment son truc. Il se garde bien de mentionner tous les détails de ses relations. On ne sait pas qui il fréquente, encore moins avec qui il couche. Matilda est son péché, et personne n'en sait rien. Elle n'est pas mieux que lui à ce niveau.

Sa main droite est douce lorsqu'elle se promène sur ce vêtement en dentelle, texturé sous ses doigts masculins. Son pouce est lent lorsqu'il frôle les formes de son entrejambe. Sa main ne tarde pas à se diriger à sa hanche. Pas le choix s'il veut la toucher, car il glisse déjà une jambe entre ses cuisses. Il veut la sentir serrer, mais veut aussi émettre une pression à sa zone sensible à l'aide de son bassin. Elle s'offre à lui, pourquoi alors s'en priver? Ses doigts suivent la courbe tendre de sa hanche, remontant petit à petit à petit… Se sent-elle frustrée en sachant qu'il sait être plus brusque, plus rapide, plus entreprenant. Il sait être plein de choses une fois qu'il commence, ne s'attarde jamais à être bon ou mauvais. Il fonctionne selon son humeur, pour surprendre, comme elle vient de le faire. Mais il n'en reste pas moins disposé à lui faire vivre ce pour quoi elle le rejoint.

Les bonnes choses se font attendre, pas vrai?

Il sourit dans un soupir lorsqu'il presse légèrement ses lèvres aux siennes, mais pas assez pour l'embrasser. D'un coup, il devient un peu plus amusant. N'est-elle pas une bonne amie, même s'ils couchent ensemble? Elle sait qu'elle s'est faite désirée. Elle sait qu'il y aura des conséquences. Sa jambe reste en place, plus ferme, plus langoureuse lorsqu'il la déplace à peine pour qu'elle ressente le mouvement. Il baisse les yeux, juste assez pour voir son pouce tracer des cercles autour de son mamelon sans jamais réellement le toucher. Il la fait patienter, touchant au-dessus des vêtements, même si ça le frustre un peu en même temps.

Et là je me demande... j'ai envie de te prendre contre la porte, sur mon bureau, dans le lit?

Il est imaginatif lorsqu'il boit. Et là, il boit parce que ces conneries d'enterrement le secoue plus qu'il ne souhaite l'admettre. Il prend enfin son visage à deux mains, tout son poids appuyé sur cette silhouette si désirable. Son pouce trace sa lèvre, sans gêne.

Je sais exactement ce que je vais faire, qu'il souffle finalement.

Il préfère de loin ne pas penser à ce message qu'il a reçu. Il a un problème, Buddy, c'est qu'il ne sait pas se passer de Matilda.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
@Robz
@Robz
MESSAGES : 376
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

YpyINzHv_o.gif
Matilda Lucy
Garnier

Maman est avocate, et elle n'est pas souvent à la maison. Parce qu'elle est trop prisée à travers le pays, parce qu'elle n'aime plus vraiment papa et qu'elle se tape d'autres types. Lui, il est simplement professeur de sport au lycée, et toi, comme tu n'aimes pas cette discipline, tu te retrouves en proie à des maux que tu aurais préféré ne pas avoir. Tubes belle, mais tu sembles si artificielle, à te pavaner comme la reine des pouffes dans couloirs. Tu as ta bande d'amis, les plus fidèles et les plus parfaits. Ils t'aiment et te détestent tous, à la fois, en même temps. Tu dis que c'est parce qu'ils sont jaloux, mais t'es mauvaise avec tout le monde. On t'aime ou on te déteste, mais les gens usent généralement de la première option. On ne cherche pas à te connaître, car tout le monde pense déjà le faire. C'est à croire que les gens ont oublié que tu n'es pas la pire, que tu n'étais pas à la tête du groupe ; Madison te manque plus qu'aux autres.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_p78emrAL8w1s20br1o5_250

Tu passes ton temps avec différents garçons, tu couches avec différents garçons. Et pourtant, tu n'en aimes pas un seul. Ton corps sers de monnaie d'échange dans les compris que tu desires faire. Il y a toujours un but pour une partie de jambe en l'air. Mais il n'y en a qu'un seul qui te permet de te vider la tête, de prendre ton pied en pensant à toi et pas aux autres. De tes amis, c'est le seul avec qui tu couches. Et pourtant, c'est le seul garçon avec qui te ne te vente pas d'avoir couché. C'est ton petit secret.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_n4pk7y45d41s5227io1_250


Nina Dobrev :copyright:️ lux reterna
Matilda est pardonné dès lors où il pose ses yeux sur elle ; elle le sait. Et pourtant, la brune n'a pas besoin du pardon des autres. Elle fait toujours la forte tête, celle qui vous écrase sans même verser une larme. Mais la vérité est toute autre, et il n'y a que Buddy pour le savoir, pour s'en rendre compte : Matilda sait être triste, sait être contrariée, elle peut être peinée, et quand ça arrive, c'est dans ses bras à lui qu'elle vient se réchauffer. Matilda ne devrait pas, pourtant, elle apprécie toujours autant ces pupilles qui divaguent ailleurs parce qu'elle l'a touché où il fallait.

Quand il est si prêt, Matilda sent les effluves sucrées du coca-cola, et l'amertume du rhum qu'il a bu. Si ça la fait sourire, cet alcool sec, la brune ne peut qu'être à la fois surprise de cette boisson dure et moins pétillantes que ses cocktails habituels. Pourtant, Matilda est jalouse : déjà, elle dévore ses lèvres des yeux et voudrait s'en emparer. Pour l'embrasser, ou pour voler chacune des fragrances d'alcool qu'il lui reste.

" - Les bonnes choses se font attendre, pas vrai ?"

Les paupières de la brune s'ouvrent, doucement, faiblement, de façon à ce qu'elle puisse le voir amusé. Matilda ne peut garder les yeux ouverts lorsqu'il la touche du bout des doigts, lorsqu'il bloque son bassin avec sa cuisse, lorsqu'il lui prouve qu'elle est venue au bon endroit pour se libérer l'esprit. Alors elle a sourit, doucement, sans répondre pour autant. Il n'y a que dans ses rares moments de faiblesse qu'elle parvient à être silencieuse. Sa main droite, parfaitement manucurée comme si c'était une des choses les plus importantes pour elle, s'agrippe à l'épaule de Buddy dès qu'il remue sa cuisse pour la faire vibrer. Ca marche, comme tout ce qu'il fait, contrairement aux autres.

" - Et là je me demande... j'ai envie de te prendre contre la porte, sur mon bureau, dans le lit?" Un gémissement a quitté ses lèvres féminines à ces mots,  mais Matilda ne s'en cache pas. Elle sourit doucement pendant qu'il tient son visage, désire coller ses lèvres aux siennes pour qu'il agisse sans prendre le temps de plus réfléchir. " Je sais exactement ce que je vais faire."

Un frisson parcourt sa colonne vertébrale quand il parle, et Matilda soupire parce qu'elle s'appui un peu plus contre cette cuisse qui lui donne du plaisir par sa simple présence. Ses mains viennent directement encadrer le visage de Buddy qu'elle embrasse sans ménagement : pour le faire taire, mais surtout pour profiter de ces lèvres. De ce parfum, de l'alcool qu'elle aurait elle-même bu si elle en avait eu l'occasion. Mais lorsqu'elle le lâche, elle tient toujours son menton : Matilda veut toujours avoir les cartes en main. Elle mime d'être dominante lorsqu'elle le regarde avec envie, mais c'est parce qu'elle ne pourrait pas avouer à voix haute qu'elle prend son pied comme jamais lorsqu'elle est soumise à sa volonté. Il n'y a qu'avec Buddy qu'elle peut agir pleinement, se laisser aller, même si elle ne l'assume pas. C'est parce qu'il gagne à tous les coups, qu'il reste son petit secret. Une relation qui reste cachée dans le placard.

" - Moi, je choisi le lit." Qu'elle clame, sérieusement, en lâchant son menton pour poser ses doigts contre son torse. " J'ai juste envie que tu touches le fond... et tu sais si bien le faire là-bas."
___________________________________

Ses talons claquent avec violence contre le sol du lycée : Matilda est en colère, Matilda a passé une partie de la nuit à pleurer de honte. Et quand Matilda est dans cet état, elle pousse tout le monde dans les couloirs : non, tout le monde s'écarte pour ne pas qu'elle pose son attention sur quelqu'un de particulier. Car lorsque ça arrive, elle écrase, Matilda, elle fait mal aux autres pour se sentir mieux. C'est Madison qui a déteint sur elle. Ses cheveux sont attachés en une queue de cheval haute : c'est le signe, pour les gens qui la connaissent vraiment, qu'elle a passé moins de temps à se préparer. Même si elle paraît toujours parfaite, c'est le signe que la nuit a été longue. Elle arrive, de mauvaise humeur, dans la cours du lycée où ils se posent en général pour prendre leur repas du midi, au soleil, lorsqu'il fait beau. Le reste du groupe est là, du moins les filles. Et lorsqu'elles voient Matilda arriver, elles se raidissent tout en souriant à pleines dents.

" - Qu'est-ce que t'as, on a tapé ta voiture ?" Lucile parle la première, tente quelque chose pour désamorcer la situation avant que Matilda n'explose.
" - Si c'était le cas, ça m'aurait permis de cacher quand on l'a tapé contre le poteau." Les filles rigolent, parce qu'elles se souviennent de la soirée où, trop alcoolisée, elles sont rentrées dans un panneau de la ville. La voiture est toujours abîmée : son père ne veut pas réparer tant qu'il n'aura pas su la vérité. " Et toi, Emma, ça va ?"

Cette dernière se raidit plus que les autres, quand elle entend son prénom, quand elle voit le regard de Matilda qui s'attarde sur elle une fois que la brune s'est assise à la table. D'habitude, quand Matilda demande ça, de cette façon, c'est que quelque chose va vous tomber sur le coin du nez. Alors Emma, elle a peur ; elle se tortille sur sa chaise et dit que tout va bien puis questionne Matilda d'un pourquoi. Mais cette dernière ne prend pas le temps de répondre, tout va bien. En réalité, le cerveau de la clique voulait seulement savoir si Emma a reçu la vidéo qu'elle-même a reçu cette nuit. Un message anonyme, encore : accompagné de la vidéo de sa partie de jambe en l'air avec Buddy. Déjà, Matilda a honte à cause du message, mais surtout, parce que tout le monde sait que Emma en pince pour Buddy. Qu'elle est carrément amoureuse de lui depuis longtemps. Si Madison lui a fait perdre autant de poids, à Emma, c'était pour plaire à Buddy. Alors qu'est-ce qu'elle dirait, Emma, si elle savait qu'une de ses meilleures amies se tape en secret le garçon de ses rêves ?

Matilda veut garder ses ami(e)s, mais elle veut surtout que personne ne voit son jardin secret : ce qui se passe avec Buddy ne se passe pas avec les autres. Matilda, elle a honte d'elle-même, de ce qu'elle peut ressentir quand elle est entre ses mains. Parce que tous les autres garçons découvriraient qu'elle simule avec eux, contrairement aux moments passés avec Young ; ça démolirait sa carapace et sa crédibilité.
___________________________________

La brune ne lui a pas vraiment laissé le choix : c'est toujours elle qui doit avoir le dernier mot. Sinon, elle ne se laissera pas faire. C'est une question d'égocentrisme : elle doit avoir raison, elle doit gagner. C'est Madison qui l'a créée ainsi. Alors elle avait finit par pousser Buddy jusqu'au lit, et sans le déshabiller totalement, s'était mise à genoux devant lui. Pas pour lui faire plaisir, simplement pour glisser sa verge entre ses lèvres et la faire gonfler jusqu'à ce qu'elle soit comme Matilda la désirait. Et lorsque c'est fait, parce qu'elle y parvient sans effort, la brune se redresse directement. Elle le surplombe, elle veut l'embrasser. Parce qu'elle veut cacher les larmes qui commencent déjà à s'agglutiner dans ses yeux ; Matilda a mal, Matilda veut le cacher, Matilda veut aller mieux et il n'y a que Buddy pour la faire passer à autre chose. Il est son seul pansement.

" - J'espère que t'as mis une alaise sur ton matelas..." Qu'elle souffle à son oreille, près du lobe qu'elle vient de mordre juste pour profiter du draps qui éponge ses larmes avant qu'elles ne coulent. " parce qu'il va falloir que tu trouves une meilleure excuse que la dernière fois."

Quand elle se redresse, elle rejette ses cheveux en arrière. Et Matilda encre ses yeux dans ceux de Buddy ; la brune supplie du regard qu'il agisse. Qu'il la fasse ressentir autre chose. Qu'il la fasse ressentir quelque chose. Mais elle est loin d'imaginer qu'ils sont déjà épiés, enregistrés. Et c'est ça, qu'elle ne veut pas montrer : qu'elle est poupée entre ses doigts et qu'elle aime ça. Parce que Matilda ne laisse les rennes à personnes, elle est toujours maîtresse de la situation. La soumission, ce n'est pas son genre. Normalement. Du moins, c'est ce que les gens pensent. Parce que Matilda écrase, elle prend. Elle n'est pas connue pour donner beaucoup outre qu'en amitié pour ses seuls amis.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 498
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

IuYvJ3Tv_o.png
Buddy Young
Sa mère biologique est barmaid ; vive et amusante et parfois naïve. Mais c'est une femme dotée d'un grand cœur. Son père est resté un bon ami de la famille, car la séparation ne s'est pas faite de façon violente. Il s'est avéré que sa mère aimait les femmes. Elle s'est d'ailleurs mariée avec une policière noire. Elles sont épanouies. Rares sont ceux qui jugent sa famille, puisqu'ils sont ouverts d'esprit. Pour les gens du petit peuple, en tout cas. Ça fait déjà quelques années, car depuis sa mère a mis au monde une petite gamine casse-pied, mais adorable, qui lui réclame souvent des histoires le soir.
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  CompassionateImperfectCygnet-size_restricted


Daniel Sharman :copyright:️ Valtersen
Tu bosses ce soir?
Ouais, je commence à 17h, marmonne Buddy qui se demande s'il ne va pas sécher ces deux derniers cours pour rentrer chez lui et dormir.

Il n'est pas toujours évident de jongler entre le lycée et le boulot, mais ça rapporte. C'est grâce aux contacts de sa mère qu'il a obtenu ce poste. Il est serveur à même le restaurant d'un des hôtel de la ville. Il s'en passe des choses dans un hôtel. On est témoin de secrets qu'on préférerait ignorer. N'est-ce pas ce qui s'est passé avec Madison?

Il fait défiler les applications sur son écran, marchant aux côtés de son pote pour rejoindre les filles à leur table habituelle. Il n'y a bien que les filles pour s’approprier des endroits pour transformer les moments en routine. Les mecs, ils peuvent généralement se poser à n'importe quel endroit disponible. Buddy écoute son pote d'une oreille distraite ; il parle de Matilda, du fait que c'est une bombasse, qu'il aimerait bien se la faire. Il n'a pas envie de savoir. Il ne veut pas connaître les détails des fantasmes de ses potes quand ça concerne Matilda, car lui ressent des choses tellement plus concrètes... Il est surtout occupé à regarder les notifications sur son téléphone. Il a toujours un temps de retard à ce sujet. Mais depuis qu'il reçoit d'étranges messages, il essaie de rester vigilent. Il est anxieux depuis quelques temps. Un sentiment qui ne se calme pas, qui l'obsède. Qui le rend nettement moins attentif.

Tu sais, tu pourrais au moins avancer quand tu fais semblant de m'écouter et que tu as le nez plongé sur ton portable mec, lui reproche son ami.
Quoi? c'est tout ce que demande Buddy, mais il n'écoute rien derrière.

Non, il est trop sur le cul pour avancer ou pour bouger. Parce qu'il voit cette vidéo qu'on lui a envoyé. Vidéo où on le voit partager son lit avec Matilda. Il essaie de comprendre. Il fait pause. Regarde la pièce. C'est sa chambre. Il secoue brièvement la tête, même si son ami essaie d'attirer l'attention. Le pouce de Buddy ne sait plus où cliquer. Il n'a pas besoin de regarder pour savoir ce qu'il a fait. Cette fois, il entend clairement la voix de Matilda. En levant les yeux, il peut la voir assise à leur table habituelle. Elle n'aurait quand même pas oser filmer? Lui, il sait que ça ne vient pas de lui. Il ressent de la colère sur l'instant présent. À quoi ça rime? Pourquoi vouloir en faire une vidéo. Il ne comprend pas. Mais surtout, qui d'autres à vue? Pourquoi est-ce qu'il ne regarde jamais son téléphone? Non... pourquoi garde-t-il ce fichu téléphone serait la vraie question.

Buddy? Tu fous quoi? demande son pote, d'une voix qui porte, lorsque le concerné fait demi-tour.

Il n'a aucune envie de voir Matilda. Pas devant les autres. Il s'éloigne sur le terrain pour regagner le stationnement le plus proche. Mais alors qu'il perd patience, il fait quelque chose de stupide. Il projette loin son téléphone dans l'idée de le voir se briser en mille morceaux, mais il jauge mal sa force. Le téléphone défonce une fenêtre de voiture. L'alarme s'enclenche aussitôt. Et comme il se trouve dans le chemin, une voiture freine brusquement pour ne pas le renverser. Tout ce que Buddy voit, c'est la tête du professeur qui le dévisage férocement.

________________

Matilda le dévore des yeux lorsqu'il frôle ses lèvres des siennes. Chaque fois qu'elle fait ce geste, pourtant si anodin, il sent sa gorge se nouer. Un simple regard langoureux, désireux, et il souhaite l'embrasser avec passion pour lui donner ce qu'elle attend. Il bande à la simple idée qu'elle puisse exiger sa bouche d'un coup d'oeil. Donc lorsqu'elle ferme les yeux pour profiter de sa cuisse qui la stimule, il se sent devenir frustré, la gorge en feu, prêt à dire : non, garde les yeux ouverts. Mais elle l'embrasse, avec envie, avec intérêt, avec fougue. Il répond avec la même ferveur, ses doigts serrés à sa nuque. Il voudrait tellement fusionner avec elle qu'il la presse contre cette porte sans se retenir. Se sont ses yeux ça lui qui se ferment lorsqu'elle rompt l'échange, lorsqu'elle tient son menton entre ses doigts. Son front s'appuie sur le sien. Il en veut plus. Tellement plus.

Moi, je choisis le lit.
Matty, qu'il grogne dans un soupir rauque. Tu m'énerves, parce qu'elle prend encore une décision, parce qu'elle arrête de l'embrasser.
J'ai juste envie que tu touches le fond... et tu sais si bien le faire là-bas.

Elle le traîne jusqu'au lit. Il tombe d'abord assis sur le matelas. Mais lorsqu'elle vient libérer son membre pour le prendre en bouche, il ne tarde pas à s'effondrer. Il s'allonge, un bras devant les yeux. Elle joue de son organe avec ses lèvres et ses doigts manucurés. Il était déjà bandé, appuyé sur elle contre la porte. Elle ne fait que sculpter l'objet de ses convoitises pour qu'il soit apte à lui offrir l'ultime plaisir charnel. Sa respiration se coupe chaque fois qu'il peut la sentir aspirer, car il voudrait appuyer sur sa tête pour glisser au fond de sa gorge. Il est dur lorsqu'elle le surplombe. Dur et humide de sa salive. Son mordillement ne fait que le rendre encore plus impatient.

J'espère que t'as mis une alaise sur ton matelas... parce qu'il va falloir que tu trouves une meilleure excuse que la dernière fois.
Et te priver de rester concentrée pour éviter d'alerter le voisinage? qu'il demande en retour. Comme si je prenais le temps de magasiner pour ces conneries.

Bien évidemment qu'il plaisante. Si Buddy avait voulu se vanter de leurs ébats, il l'aurait fait depuis longtemps. N'est-ce pas pour cette raison qu'elle revient sans cesse, parce que leur secret est bien gardé et qu'elle peut réclamer ce qu'elle souhaite sans que ça s'ébruite? Et ses mères ne sont pas connes. Quelle fille se présenterait si tard le soir si ce n'est pas pour rejoindre le lit d'un homme? Ses mères peuvent lui faire la morale sur l'importance de se protéger et de prendre soin des femmes, mais elles ne le priveront jamais de faire l'amour à qui il souhaite à son âge. Ses mères pensent que leur fils est un bon partie.

Si elle n'était pas correctement en place, il l'oblige, par ses mains, ça s'asseoir sur son bassin, les cuisses de chaque côté des siennes. Il s’assoit correctement, ne manque pas à son devoir de venir l'embrasser. Ses mains passent de ses hanches, à sa poitrine pour rapidement atteindre son visage. Il renvoie à l'arrière les nombreuses mèches brunes qui n'ont pas été coopératives lorsqu'elle s'est redressée. Il cherche aussitôt sa langue de la sienne. Dans un geste vif, il la fait basculer sur le matelas pour se hisser au-dessus. Sans cesser de l'embrasser. Ses mains masculines se montrent explicites et directives. Elle est peut-être dominante, il est peut-être démuni face aux sentiments qu'il ressent pour elle, mais il aime prendre lorsqu'elle est dans ses bras. Il prend avant qu'elle ne disparaisse à nouveau.

Ses mains directives commencent d'abord par placer ses jambes. Quittant ses lèvres, il vient embrasser l'intérieur de sa cuisse gauche, qu'il oblige à rester à plat sur le matelas. Ensuite, il embrasse l'intérieur de sa cuisse gauche avant de l'obliger à se courber. Une manière de l'écarter lorsqu'il remonte, embrassant, dans le mouvement, son ventre, sa poitrine, sa clavicule. Ses hanches prennent le relais pour maintenir ses jambes en place. Ses paumes viennent alors caresser ses bras. Il ramène ses bras au-dessus de sa tête, appuyés sur le matelas. Sa main gauche se glisse entre ses doigts, en douceur, pour garder le contact. Mais ainsi, il la maintient dans la position souhaité. Captive, malléable, désirable. Seul lui peut la toucher dans cette position, ce qu'il fait d'ailleurs de sa main libre, en caressant sa joue du bout des doigts, en traçant une ligne vers son buste pour libérer un sein qu'il dévore des yeux.

―  J'ai envie que tu restes habillée, qu'il souffle. Et pour information... J'avais envie te prendre contre la porte.

Ses doigts s'accrochent un peu plus aux siens dès lorsque que sa main libre atteint sa petite culotte sous laquelle il se faufile. Il soupire d'envie lorsqu'il caresse cette intimité, lorsqu'il écarte lentement ses lèvres féminines pour toucher sa chair tendre à vif.

J'suis fou de toi... qu'il vient murmurer tout bas contre son oreille ; et lui ne mordille pas son lobe, il le suçote chaudement, tout comme il glisse longuement ses doigts à l'intérieur de cette fille.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
@Robz
@Robz
MESSAGES : 376
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

YpyINzHv_o.gif
Matilda Lucy
Garnier

Maman est avocate, et elle n'est pas souvent à la maison. Parce qu'elle est trop prisée à travers le pays, parce qu'elle n'aime plus vraiment papa et qu'elle se tape d'autres types. Lui, il est simplement professeur de sport au lycée, et toi, comme tu n'aimes pas cette discipline, tu te retrouves en proie à des maux que tu aurais préféré ne pas avoir. Tubes belle, mais tu sembles si artificielle, à te pavaner comme la reine des pouffes dans couloirs. Tu as ta bande d'amis, les plus fidèles et les plus parfaits. Ils t'aiment et te détestent tous, à la fois, en même temps. Tu dis que c'est parce qu'ils sont jaloux, mais t'es mauvaise avec tout le monde. On t'aime ou on te déteste, mais les gens usent généralement de la première option. On ne cherche pas à te connaître, car tout le monde pense déjà le faire. C'est à croire que les gens ont oublié que tu n'es pas la pire, que tu n'étais pas à la tête du groupe ; Madison te manque plus qu'aux autres.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_p78emrAL8w1s20br1o5_250

Tu passes ton temps avec différents garçons, tu couches avec différents garçons. Et pourtant, tu n'en aimes pas un seul. Ton corps sers de monnaie d'échange dans les compris que tu desires faire. Il y a toujours un but pour une partie de jambe en l'air. Mais il n'y en a qu'un seul qui te permet de te vider la tête, de prendre ton pied en pensant à toi et pas aux autres. De tes amis, c'est le seul avec qui tu couches. Et pourtant, c'est le seul garçon avec qui te ne te vente pas d'avoir couché. C'est ton petit secret.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_n4pk7y45d41s5227io1_250


Nina Dobrev :copyright:️ lux reterna
" - Et te priver de rester concentrée pour éviter d'alerter le voisinage?" qu'il demande en retour. " Comme si je prenais le temps de magasiner pour ces conneries."

Il la fait sourire, la fait même rougir en retour. Peu de garçons ont ce pouvoir. En réalité, il est le seul, mais Matilda sait si bien le cacher qu'elle mime parfaitement ne pas ressentir quelque chose de supplémentaire avec lui. Non, elle ne l'aime pas d'un amour sans fin. Mais Buddy sait s'y faire, Buddy sait la faire taire et la faire ressentir. Il est différent des autres, et pourtant, elle le regarde comme un des autres membres du troupeaux. Il est tellement plus que ça sans qu'elle ne puisse le dire.

Les mains de l'adolescent sont expertes lorsqu'il s'agit de Matilda ; il sait où appuyer ses lèvres, sait où passer ses doigts, Buddy sait comment la contrôler par les douceurs qu'il lui offre. Par les mots qu'il emploi. Et quand il dit qu'il la veut habillée, qu'il la voulait contre la porte, Matilda est incapable de retenir un faible gémissement s'échapper de ses lèvres qui s'étirent en un sourire ravageur. La brune se sent à l'aise sous ses doigts, sous ses regards. Quoi qu'il puisse faire, peu importe comment il la maintient, elle se sent bien. Sa seule défaite, son seul regret, est simplement de ne pouvoir l'attraper pour passer ses doigts manucurés dans ses cheveux bouclés. Ne pas pouvoir l'obliger à embrasser son cou ; elle aime terriblement ça et l'y garderait pendant des heures. Mais sentir la main de Buddy qui bloque ses poignets contre le matelas, ça fait aussi battre son coeur un peu plus fort ; il n'y a que lui pour la manier de la sorte.

Ses poumons se gonflent, et se bloquent une fois rempli d'air ; parce qu'elle sent la présence des doigts de son ami là où elle le désire, mais aussi parce qu'il est fou d'elle. Elle prend autant de plaisir dans ces deux actes, et c'est malsain. Parce qu'elle a une pensée pour Emma, se sent délicieusement bien à être aimée par quelqu'un de si convoité que Buddy. Mais comme d'habitude, elle ne réponds pas à ces propos. Elle se contente d'accentuer son bassin pour qu'il glisse un peu plus contre ses parois spongieuses. Ses yeux se remplissent de larmes, alors qu'elle est parcourut de tout un tas de frissons à cause de ces doigts, de ces lèvres et cette langue contre son oreille. Parce que Buddy, de l'extrémité de ses doigts, parvient presque à ce point qu'elle veut tant qu'il percute pour le faire perdre pieds. Il offre toujours ce qu'elle est venue chercher. Alors son corps quémande, à défaut que son coeur ne s'ouvre totalement. Matilda dans toute sa splendeur.

" - Profite en pour faire ce que tu veux..." Qu'elle souffle, les yeux fermés, pour ravaler ses larmes et se concentrer à ce qu'il lui fait ressentir. " Je suis toute à toi.."
________________________________

Matilda n'est pas très polie, quand elle voit Buddy s'éloigner alors que leur pote lui demande où il va. Les autres filles haussent, ou froncent, leurs sourcils, mais toutes se demandent ce qu'il se passe. Elles sont trop loin pour entendre l'alarme de la voiture de déclencher à cause du téléphone jeté par l'adolescent, mais l'histoire fait le tour du lycée en quelques minutes. Tout le monde en parle ; de Buddy qui a faillit se faire renverser, et qui s'est fait emmener par le professeur de mathématique dans le bureau du proviseur. Quand c'est l'élite qui a une histoire, tout le monde est au courant.

" - Merde, j'espère qu'il pourra venir ce soir..." Se plaint Emma, qui déjà grimace en osant pas prendre son téléphone pour envoyer un message à Buddy.
" - Mais oui, t'en fais pas. Tiens, je lui envois un message."

Une des filles prend son propre téléphone pour envoyer un message à Buddy : j'espère que tu seras à la grange ce soir, bisous partout. Oui, Ludivine signe tous ses messages personnels comme ça. Au sujet de ce soir, Matilda a soupiré avec fracas. Elle aurait été plus discrète si elle n'avait pas été tant prise par cette vidéo. On l'a questionne vite, et ça vient d'Emma, sur ce qui la dérange au sujet de la soirée prévue à la grange de cette dernière.

'' - Rien, désolée chérie.'' Qu'elle répond avec douceur, et ça fait passer la pillule à l'ancienne petite grosse. '' C'est juste que ça va faire bizarre d'y être sans Maddi.''

Le problème, c'est que c'est à la derrière soirée entre eux, là-bas, que Madison a disparue. Alors le souvenir reste gravé dans la tête de tous les adolescents. Ça renvoi Matilda si loin, mais elle voit dans les yeux des autres que c'est la même chose. Alors, tête du groupe, elle bombe le torse et part sur autre chose, dans une autre conversation. Tout le monde semble la suivre, en surface. Le reste du groupe se tait simplement sur leurs sentiments pour rester dans ses bonnes grâces.
________________________________

Son deuxième orgasme, elle l'a réclamé à genoux. Matilda aime sentir Buddy dans son dos ; il n'y a que lui qu'elle veut là. Qu'avec lui qu'elle se sent à l'aise pour l'avoir derrière sans appréhension de ce qu'il puisse faire. Et si elle avait pu étouffer ses gémissements contre les oreillers jusque là, il est trop tard lorsqu'elle se redresse à l'aide de ses bras. Ses cheveux sont en bataille, ils recouvrent la plupart de son visage rougie parce qu'elle manque d'air un peu plus à chaque coup de bassin.

'' - T'arrête... Pas...'' Qu'elle parvient à balbuter après plusieurs tentatives. '' c'est juste là...''

Ses yeux fermés prouvent sa concentration. Matilda ne retient aucun des gémissements qui traversent ses lèvres ; aiguës, discrets, mais bel et bien là à chacun de ses coups de reins. Matilda est incapable de les retenir, autant qu'ils soient. Et pourtant, elle est incapable d'émettre le moindre gémissement de plaisir, lorsqu'elle est avec un autre ; elle simule à chaque reprise pour leur faire plaisir.

Matilda tente de contracter les muscles de son vagin autour du membre gonflé de Buddy. Mais elle ne retient plus rien lorsque d'un coup, tout son corps lâche. A cet instant, il a enfin réussi la tâche pour laquelle il a été demandée ; Matty oublie totalement l'absence de Madison à ses côtés. Et au premier appel d'air qu'il provoque en la percutant, encore, ses épaules retombent lourdement contre le matelas. Son visage dans les oreillers. Et ce dont elle a le plus honte se produit, ce qu'on leur enverra en vidéo pour leur faire peur : Matilda sent un liquide chaud couler le long de ses cuisses pour se rependre sur le matelas. Un orgasme différent, silencieux, mais qui trempe les draps de Buddy qu'elle voulait protéger à la base.
________________________________

Matilda est là, debout, devant la grange où ils ont fait leur dernière soirée tous ensemble. Tout était encore délabré lorsqu'ils venaient tous ici, leur petit groupe au complet. Les parents d'Emma ont du attendre plusieurs mois avant de pouvoir lancer les travaux de rénovation ; maintenant, tout semble parfait. Neuf. Elle n'est pas entrée à l'intérieur mais les fenêtres sont neuves d'où elle se trouve. Elle a la boule au fond de la gorge.

'' - Qu'est-ce que tu foues à attendre dehors ?'' Le deuxième garçon du groupe arrive derrière elle, la surprend de sa voix mais aussi en la poussant légèrement de son épaule. '' Emma va siffle toute la bière si on met trop de temps.'' Il se moque librement, mais avance sans l'attendre.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 498
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

IuYvJ3Tv_o.png
Buddy Young
Sa mère biologique est barmaid ; vive et amusante et parfois naïve. Mais c'est une femme dotée d'un grand cœur. Son père est resté un bon ami de la famille, car la séparation ne s'est pas faite de façon violente. Il s'est avéré que sa mère aimait les femmes. Elle s'est d'ailleurs mariée avec une policière noire. Elles sont épanouies. Rares sont ceux qui jugent sa famille, puisqu'ils sont ouverts d'esprit. Pour les gens du petit peuple, en tout cas. Ça fait déjà quelques années, car depuis sa mère a mis au monde une petite gamine casse-pied, mais adorable, qui lui réclame souvent des histoires le soir.
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  CompassionateImperfectCygnet-size_restricted


Daniel Sharman :copyright:️ Valtersen
Je suis toute à toi.
J'aimerais t'entendre dire ça plus souvent...

Sa respiration et chaude et bruyante contre l'oreille de Matilda. Sa main reste ferme contre les siennes maintenues au-dessus de sa tête, jusqu'à ce que sa seconde main soit satisfaite de l'humidité brûlante entre ses cuisses. Un seul doigt, le majeur, suffit à la préparer de l'intérieur ; ses doigts ne sont pas petits. Son pouce s'amuse à son clitoris à l'aide de mouvements circulaires. Elle fait comprendre son impatience en soulevant le bassin. Il ne l'empêche pas de réclamer silencieusement ; ça l'excite, terriblement même. Et alors qu'elle roule des hanches, un second doigt la pénètre, jusqu'à ce que trois s'amusent dans son antre. Ça dure quelques minutes. Des minutes beaucoup trop longues à son goût. Il ne prononce pas un seul mot lorsqu'il lui permet de bouger les bras, lorsqu'il s'éloigne pour enfiler un préservatif. Lui-même n'a pas envie d'être privé trop longtemps de sa chaleur, alors il revient vers elle pour la pénétrer, se contentant de décaler sa petite culotte en dentelle sans la lui enlever. Et lorsqu'il la pénètre, le membre gonflé, gorgé, il lui demande enfin :

Regarde-moi.

Qu'importe que les yeux de la fille soient ensevelis de larmes salées. Buddy veut qu'elle le regarde, lui. Sa voix est déjà lointaine. La pression monte. Sa main cherche déjà son sein libéré du tissu, pour le presser entre ses doigts. Il veut sentir sa chair molle et texturée dans sa paume. Il le malaxe, d'une poigne plus ferme et plus impatiente qu'au début, lorsqu'il caressait en douceur. Parfois, il pince même son mamelon entre son index et son majeur. Il atténue les pincements par de nouvelles caresses. Il est fou d'elle, mais il est aussi fou de ses courbes. Il n'aime pas qu'une femme soit mince. Les conseils de Madison pour Emma étaient stupides. Le fait de ne pas être affiché publiquement avec Maltilda l'empêche de devenir complètement barge à cause des autres types qui lui tournent autour : c'est ce qu'il pense. Mais c'est de pire en pire chaque jour... pour plusieurs raisons d'ailleurs. Il sait lorsqu'elle atteint son premier orgasme, car son vagin se resserre tout autour de sa bite, longuement, et qu'elle se fige, silencieuse, lui gémit à cause de la tension dans son organe. Il en profite même pour dégager de son visage de ses mèches brunes ; car elles sont folles et ne restent pas en place, et lui veut voir son visage.

Elle en redemande encore. Matilda désire toujours quelque chose. Ils se séparent, elle souhaite une nouvelle position. Elle se met à genoux. Pas le choix de détourner les yeux une fraction de seconde. Il aurait pu jouir sur le champ. Elle est à quatre pattes sur le lit. Il caresse d'abord ses hanches, la rapproche d'un coup solide sur son bassin sans la pénétrée. Il sourit en voyant le rebond défiler dans son être. Cette fois, il la prive de sa petite culotte. Sa verge se présente à son entrée humide et sensible. Il ne ménage pas les prochains coups de butoir qui lui décrochent les fabuleux gémissements. Dans l'intimité, il aime l'entendre. Il n'y a rien de plus vrai que les soupirs aigus qu'elle lâche, qui n'ont rien à voir aux gémissements langoureux qu'une fille sait geindre sans passion. À chaque coup, il peut sentir les rebonds de son sein en fuite.

________________

Ça va.

Sa voix est calme, basse, essoufflée, lorsqu'il murmure ces deux mots, en rapport avec cette vague déferlante, en apposant un baiser contre son épaule. Ses lèvres restent immobiles à la surface de sa peau nue. Ses paupières sont closes. Sa respiration, tout comme les battements de son cœur, sont loin d'être stables. Elle n'a pas à avoir honte de ça. Buddy ne sait pas si elle a ce genre d'orgasme avec les autres, mais cette information ne quittera pas sa chambre. Sa main est trempée, car elle était entre ses cuisses pour caresser son clitoris au même rythme qu'il la pilonnait. Lorsqu'elle tombe, épuisée, il n'attend pas qu'elle reprenne ses esprits. À nouveau, il fait d'elle sa poupée de chiffon. Il l'incite à se retourner, le dos contre le matelas. Il est toujours entre ses cuisses lorsqu'il reprend son déhanchement. Non pour la satisfaire elle, car elle a déjà joui deux fois, mais pour se libérer, lui. Des coups de bassin brefs, précis. Il la regarde, s'empreigne de son portait, puis ferme les yeux pour capturer l'image de sa beauté. Elle pourrait le toucher de ses doigts manucurés, pourrait s'agripper à sa peau, à ses muscles, pourrait le griffer, qu'il se laisserait faire jusqu'à jouir dans son être. Les mains de Buddy sont appuyées sur le matelas pour ne pas l'écraser. Ses doigts sont fermement crispés aux draps. Il tombe d'ailleurs sur un coude au moment de jouir, une jouissance accentuée dans un long soupir qui s'évapore dans le cou de Matilda lorsqu'il l'embrasse à ce même endroit.

Il garde la position entre ses cuisses de longues minutes. Son souffle chaud se calme au bout d'un moment, mais ses muscles tremblent à chaque effort, surtout lorsqu'il bouge finalement. Il presse ses paumes sur les cuisses de Matilda pour ne pas l'écraser dans le mouvement. Une fois à moitié redressé, face à elle, il lui sourit, d'un sourire fatigué par cet ébat, mais agréablement satisfait. Elle est toute pardonnée pour son retard. Il se penche une dernière fois, mais pour embrasser cette partie de sa hanche qui mène tout droit à son temple. Le préservatif trouve le chemin de la poubelle. Il attrape un jogging qu'il enfile à la va-vite et ne la prévient même pas avant d'ouvrir la porte de sa chambre. Sa mère est au bout du couloir, entrant dans la chambre des maîtres pour la nuit. Elle dit bonne nuit à son fils. La tête dans le pâté, il se contente de tapoter le mur du couloir au moment d'entrer dans la salle de bains, signe qu'il a entendu, mais qu'il ne dira pas bonne nuit avec des mots. Nul doute que les vibrations de son sommier ont été entendues dans la maison durant ce long ébat. Son absence est de courte durée. Au retour, il ferme la porte, une longue serviette à la main. Son utilité est assez évidente. Il ne pense même pas à la tendre à Maltilda. Il paraît même concentré à la tâche lorsqu'il se place devant elle pour venir éponger l'humidité à ses cuisses et à son ventre.

________________

On le suspend pour la journée à cause de vandalisme. Une seule journée, car sa mère se pointe au lycée, désappointée, qu'on la réveille pour une connerie aussi futile alors qu'elle dormait pour mieux bosser ce soir. Elle accuse même le professeur de mathématique d'avoir voulu écraser son fils volontairement, ce qui fait sourire Buddy en coin ; elle fait une scène pour que ça finisse plus vite. Pour éviter qu'elle ne porte plainte, et parce que Buddy est encore " en deuil ", le renvoie ne prendra effet qu'aujourd'hui. Et comme le professeur est là, argumentant, sa mère le traite d'homophobe, ce qui fait blêmir tout le monde, mais détourner le regard à Buddy. Voilà qui met fin rapidement à la rencontre dans le bureau du principal.

Tu ne pourras pas toujours donner cette excuse, se moque-t-il alors qu'ils arrivent à la voiture.
Mon fils, dans une société comme la nôtre qui n'évolue pas, je vais pouvoir donner cette excuse toute ma vie si le coeur m'en dit, clame-t-elle en lui offrant un clin d'oeil.
Ouais, si on veut. File-moi les clés, je vais conduire.
Hors de question, je sais très bien le faire moi-même. C'est ma voiture.

À la demande de Buddy, elle le dépose à l'hôtel pour qu'il puisse commencer son quart de travail plus tôt. Il sait que ça l'occupera, qu'il ne pensera pas à son téléphone, ni à Matilda. Et lorsque sa mère repart, il tâte ses poches, et prend conscience que son téléphone a disparu. Ça le met encore plus de mauvais poil. Ce qui le met aussi de mauvais poil, c'est que son patron refuse qu'il puisse travailler passé 16h. " Un quart de boulot c'est bien assez, on a pas les moyens de te faire faire du supplémentaire le jour où tu te pointes à l'improviste, déjà qu'on été sympa de te garder ce matin... "

________________

Matilda n'a pas le choix de suivre si elle ne souhaite pas patienter, seule, dehors, comme une idiote devant la grange. Luke entre sans attendre. Lorsque tout le monde est dans la grange, deux absences créent un énorme vide. D'une part, l'absence de Madison, qui ne surprend personne parce qu'elle est considérée morte. D'autre part, l'absence de Buddy, qui ne passe pas inaperçue. Personne ne l'a vu ou ne lui a parlé de la journée. Un silence radio intersidéral. Il n'était pas en cours.

Toujours pas de nouvelles de Buddy, marmonne Emma en regardant son téléphone.

Mais bien vite, Luke rigole et sort de sa poche la portable de Buddy, qu'il a soigneusement récupéré dans la bagnole fracassée avant qu'il ne soit réquisitionné. Il se vante même de couvrir les arrières de son pote, mais il voulait surtout frimer et avoir un truc à raconter. Par contre, il se plaint que Buddy est un emmerdeur, car le mot de passe est introuvable et que les alertes sont camouflées. Alors à moins d'ouvrir ce damné téléphone, on ne peut pas fouiner. Mais, parce que Luke est sympa, il a une autre solution. Et alors qu'il est sur le point d'expliquer son " plan ", il secoue le portable de Buddy dans les airs pour qui voudra bien le dérober.

Y'a encore mieux pour l'joindre, lâche Luke. Ça me plaît que Buddy ne soit pas là pour me faire de l'ombre quand j'suis avec vous, les filles, mais il va devoir ramener son cul ici comme tout le monde, surtout après c'qui est arrivé... Alors, le plus simple, téléphoner à sa maman chérie.

Luke hausse les sourcils d'amusement en dansant légèrement sur place. D'une main, il tient sa bière, de l'autre, il téléphone à la maman adorée de Buddy.

T'es sérieux? marmonne Buddy au bout du fil, car il a certainement reconnu le numéro sur l'afficheur de sa mère ; son portable traînait sur le comptoir.
Ô! Mec, t'es pas amusant, je voulais faire causette à ta mère. Les filles t'ont écrit toute la journée, mais t'as pas du avoir tes messages, ramène ton cul à la grange.

Luke fait un clin d'oeil aux filles, il n'avouera pas maintenant que son portable est en sécurité, ici, dans la grange. Buddy raccroche la ligne après un soupir. Ça veut sûrement dire qu'il va se pointer dans une quinzaine de minutes. Son absence est de courte durée. On peut entendre une voiture qui se gare à l'extérieur après une vingtaine de minutes. Et s'il hésite à entrer, Buddy le fait tout de même. Il attrape de justesse une bière qu'on lui lance. Il trouve un coin où s'asseoir, et lorsque son regard croise celui de Matilda, il met un moment avant de détourner les yeux. Il aurait envie de la prendre dans ses bras. Quand il finit par regarder autre chose, se sont ses pieds qu'il fixe. Il ne demande même pas de quoi ils parlaient avant qu'il arrive.

________________

Il se laisse tomber sur le matelas à côté de Matilda. Son dos rebondit. Il ferme les yeux, la laisse se nettoyer comme elle le désire. Mais après quelques secondes, il a déjà envie de la regarder, alors il entrouvre un oeil, puis l'observe dans toute sa longueur. Il tend le bras, laisse ses doigts tenter d'atteindre son intimité qu'il voudrait toucher avec envie. Peu importe ce qu'ils font ou ce qu'ils disent, ils sont encore filmés. Buddy se pince les lèvres. Dans la vie de tous les jours, il est plus impulsif que communicatif. On a pu le constater lorsqu'il a été incapable de prononcer des mots pour Madison. Ça paraît beaucoup plus simple de s'ouvrir en tête-à-tête...

La prochaine fois, j'te veux au-dessus, qu'il souffle d'une voix à peine perceptible.

Et son haussement de sourcil prouve qu'il parle de cette vague avec laquelle il aurait eu envie d'être noyé.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
@Robz
@Robz
MESSAGES : 376
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

YpyINzHv_o.gif
Matilda Lucy
Garnier

Maman est avocate, et elle n'est pas souvent à la maison. Parce qu'elle est trop prisée à travers le pays, parce qu'elle n'aime plus vraiment papa et qu'elle se tape d'autres types. Lui, il est simplement professeur de sport au lycée, et toi, comme tu n'aimes pas cette discipline, tu te retrouves en proie à des maux que tu aurais préféré ne pas avoir. Tubes belle, mais tu sembles si artificielle, à te pavaner comme la reine des pouffes dans couloirs. Tu as ta bande d'amis, les plus fidèles et les plus parfaits. Ils t'aiment et te détestent tous, à la fois, en même temps. Tu dis que c'est parce qu'ils sont jaloux, mais t'es mauvaise avec tout le monde. On t'aime ou on te déteste, mais les gens usent généralement de la première option. On ne cherche pas à te connaître, car tout le monde pense déjà le faire. C'est à croire que les gens ont oublié que tu n'es pas la pire, que tu n'étais pas à la tête du groupe ; Madison te manque plus qu'aux autres.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_p78emrAL8w1s20br1o5_250

Tu passes ton temps avec différents garçons, tu couches avec différents garçons. Et pourtant, tu n'en aimes pas un seul. Ton corps sers de monnaie d'échange dans les compris que tu desires faire. Il y a toujours un but pour une partie de jambe en l'air. Mais il n'y en a qu'un seul qui te permet de te vider la tête, de prendre ton pied en pensant à toi et pas aux autres. De tes amis, c'est le seul avec qui tu couches. Et pourtant, c'est le seul garçon avec qui te ne te vente pas d'avoir couché. C'est ton petit secret.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_n4pk7y45d41s5227io1_250


Nina Dobrev :copyright:️ lux reterna
Les mains de Buddy sont parfaites : autant lorsqu'il la caresse avec douceur, que lorsqu'il frappe quelqu'un, ou qu'il entre trois de ses fabuleux doigts à l'intérieur de son antre. Avec lui, Matilda se dit qu'elle pourrait prendre n'importe quoi : elle n'a jamais été aussi bien dans les bras d'un homme que ceux de son ami. Quand il demande à ce qu'on le regarde, les yeux de la fille se posent sur lui sans l'ombre d'un doute. Il est beau, magnifique à regarder. Beaucoup trop pour qu'elle ne puisse subvenir à son besoin. Alors elle le regarde avec amour, même si elle est persuadée de ne pas en ressentir à son égard. Ses mains se sont glissées sur les joues du garçon pour le forcer à laisser son visage là, même s'il n'en a pas besoin pour rester face à elle. Ses bras tirent, ils sont tendus, à cause de leur précédente position, mais Matilda n'est jamais mieux que lorsqu'elle est libre de ses mouvements.

Si son corps se sent plus soulager que jamais avec ce deuxième orgasme, il sait détendre son esprit avec deux simples mots. Avec un baiser sur son épaule. Buddy lui ferait presque oublier à quel point elle se dégoûte d'avoir trempé ce lit. Il désire lui faire face pour atteindre son plaisir. Elle se laisse faire, manipuler comme une poupée entre ses doigts. Et Matilda ne peut que le contempler ; c'est ce qu'il désirait, pas vrai ? Elle caresse ses bras musclés, ses épaules, elle va même jusqu'à griffer son dos lorsqu'il lui tire quelques nouveaux gémissements. Mais lorsqu'il retombe lourdement sur le matelas, son coude le retenant de l'écraser, Matilda ne peut pas s'empêcher de le caresser. Pour qu'il reste là, en elle, jusqu'à sentir leurs coeurs se calmer. Elle a remonté ses mains dans ses cheveux pour qu'il reste dans son cou. Matilda ne se rend pas compte que contrairement d'avec les autres, avec Buddy, elle fait l'amour. Jusqu'aux caresses du bout des doigts dans son dos jusqu'à ce qu'il se retire d'elle.

La gêne revient, en même temps que le garçon à la longue serviette. Et pourtant, elle n'avait pas bougé jusque là : comme si elle l'attendait de son retour habituel jusqu'à la salle de bain. Matilda l'a laissé faire, essuyer son ventre, et ses cuisses, sans le regarder cette fois-ci. Elle a tourné son regard vers la fenêtre, sans même s'apercevoir de la silhouette cachée le téléphone à la main pour les épier. Si elle avait été plus attentive, certainement que tout ça ne se serait point produit. Matilda finit la serviette entre les mains, mais elle la glisse simplement sous ses fesses pour ne pas avoir à ressentir l'humidité froide du matelas. Quand il prononce ces mots, elle est toujours assise, alors elle se tourne vers lui comme pour le fusiller du regard. Mais son haussement de sourcils provoque chez elle, tout le contraire de ce qu'elle va dire : un grand frisson parcourt son dos, et son sein toujours à l'air durci, pointe sous le plaisir qu'il évoque.

" - T'es un gros dégueulasse..."

Le rouge à ses joues n'est pas que du à l'effort produit. Elle se contente de ranger son sein à sa place, avant de glisser au dessus de lui, ses genoux de chaque côté de son bassin. Si elle caresse son torse, sa main vient rapidement sur sa mâchoire masculine : et Matilda l'embrasse, comme si elle avait dit je t'aime, sans en prononcer le moindre mot. C'est sa manière de le remercier de tout ce qu'il est. Et lorsqu'elle doit partir de cette maison, parce qu'elle s'y oblige pour ne pas passer la totalité de la nuit avec lui, elle l'embrasse de nouveau. Mais Matilda le remercie, avec des mots, pour avoir été là ce soir. Elle lui vole des vêtements pour ne pas sortir dans le même accoutrement, mais avant de s'échapper, la brune a été fidèle à elle-même.

" - Et change tes draps demain, gros dégueulasse..." Elle a rit légèrement, comme si elle en aurait été capable face à d'autres. " Je serais assez vite de retour pour que tu t'empoisonnes."
________________________________

Luke est le reflet parfait des défauts de Madison : il appelle les mamans de Buddy, comme elle aurait pu le faire, alors que toutes les autres filles, non. Même Matilda ne l'aurait fait qu'en cas d'extrême urgence, pas pour une soirée débile chez Emma. Mais la brune se sent rassurée de savoir qu'il va venir. Elle a une pointe au coeur depuis ce matin, et si elle n'avait pas reçu cette vidéo, nul doute qu'elle se serait lovée chez lui, encore une fois ce soir.

Mais Matilda est piquée à vif de voir que Emma se dandine d'avance en attendant Buddy ; voilà que cette dernière se met à tout repréparer pour que tout soit parfait. Si tout le monde semble ne pas faire attention, Matilda la voit faire. Et Matilda a envie de dire que Buddy n'en aura rien à foutre des détails, pourtant, elle se retient. Elle sourit même à Emma qui vient l'enlacer fort dans ses bras, en lui apportant une seconde bière.

Tout le monde est d'entrain : les filles parlent et même rigolent aux conneries de Luke jusqu'à ce que la dernière voiture se fait entendre. Emma se positionne directement sur une chaise, à côté de Buddy ; plus prêt elle sera, plus prêt ça énerve Matilda qui casse rapidement le regard qui s'est installé entre elle et Buddy. Elle mime toujours d'être désintéressé par ses amis lorsqu'une de ses amies en pince pour eux. Matilda est surtout piqué à vif qu'il puisse être si distant ; à quand ça remonte, une journée entière où ils ne se sont pas envoyés même un message ? Elle se demande ce qu'elle a bien pu lui faire, alors qu'elle devrait savoir qu'il a reçu la même vidéo.

Les conversations se lancent sans voir que les deux protagonistes ont quelque chose qui clochent. On demande bien vite à Buddy ce qui s'est passé aujourd'hui pour que tout ça déroule de la journée. Mais pour la première fois depuis que Madison a disparu, Matilda est en retrait. Elle qui semblait tant vouloir prendre sa place, en attendant son retour, n'est que l'ombre d'elle-même. Le visage à moitié caché dans sa bière jusqu'à ce qu'une musique en particulier résonne. Si elle semblait ne pas réagir au premier abord, c'est quand les autres filles se mettent à danser, et à chanter qu'elle se lève d'un bond du canapé où elle était assise.

'' - Nan, mais ça va aller oui ?'' Qu'elle lâche en coupant l'élan des filles. Uptown Funk c'est leur chanson avec Madison. Il n'y a que Madison pour chanter et danser à la perfection sur cette musique. Sur le coup, elle trouve les filles stupides et laides ; c'est juste parce qu'elle est blessée. Parce que Maddy lui manque plus que n'importe quand maintenant qu'elle est dans cet endroit. '' Vous êtes dégueulasses...'' Ce mot là n'a pas le même sens dans sa bouche à ce moment précis. Il y a trop de dédain dans sa voix pour qu'un je t'aime s'y cache. '' Ça me donne envie de vomir. Et envie de fumer. Luke, passe moi une clope.''

Ce dernier n'a pas l'air très enclin, plus choqué de sa façon de s'adresser aux filles. Mais elle s'approche de lui, tend la main pour récupérer ce qu'elle veut. Puisqu'il n'agit pas, elle se penche et se permet sans gêne de fouiller ses poches pour trouver le paquet. Même s'il se débat, elle l'attrape et décide de partir avec. Matilda, pourtant, ne pars pas qu'avec ça ; elle a attrapé fermement Buddy au niveau des vêtements de son épaule. Et elle tire, l'oblige à se lever pour qu'il vienne avec elle. Emma se dira simplement que Matilda a peur de sortir dehors et de finir comme Madison. Elle s'en veut beaucoup que ça soit arrivé chez elle, mais Maddy est partie silencieusement, discrètement, de son propre pleon gré de la grange à cette époque.

'' - Tu vas te décider à la sauter quand ?'' Qu'elle demande sans ménagement, une fois qu'ils sont seuls au niveau de la grande porte ouverte. Personne ne les entend d'ici, et sa main qui tremble alors qu'elle fume montre qu'elle est sur le point de craquer. Matilda vient même ronger la peau de son doigt à cause du stress. '' Parce que ça m'enleverait une putain d'epine du pied..'' Matilda a tord. Elle perdrait tout si Buddy était avec Emma.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 498
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

IuYvJ3Tv_o.png
Buddy Young
Sa mère biologique est barmaid ; vive et amusante et parfois naïve. Mais c'est une femme dotée d'un grand cœur. Son père est resté un bon ami de la famille, car la séparation ne s'est pas faite de façon violente. Il s'est avéré que sa mère aimait les femmes. Elle s'est d'ailleurs mariée avec une policière noire. Elles sont épanouies. Rares sont ceux qui jugent sa famille, puisqu'ils sont ouverts d'esprit. Pour les gens du petit peuple, en tout cas. Ça fait déjà quelques années, car depuis sa mère a mis au monde une petite gamine casse-pied, mais adorable, qui lui réclame souvent des histoires le soir.
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  CompassionateImperfectCygnet-size_restricted


Daniel Sharman :copyright:️ Valtersen
Lorsque Matilda le chevauche, il soupir parce qu'elle s'appuie sur son bassin encore sensible, et que lui n'aurait assurément pas l'énergie ce soir pour un second orgasme. Mais elle l'embrasse, en douceur, chaleureusement, ce qui le garde assez éveillé pour glisser une main dans ses cheveux et atteindre sa nuque. Il répond à cet échange avec la même émotion, presque suppliant de ses lèvres lorsqu'elle se décale. Mais lorsqu'elle s'habille, il reste au pied du lit, allongé en travers, là où se n'est pas humide. Et s'il la regarde, il finit par s'endormir sans même prendre consciente qu'elle a franchi la porte de sa chambre, comme à chaque fois. Une position peu agréable pour dormir.

________________

Matilda le tire à sa suite sans le moindre effort. Après la scène qu'elle vient de faire, personne n'aurait envie de la contredire, même Buddy a des yeux ronds. Les filles sont remises à leur place, à la fois humiliées, à la fois insultées, à la fois frustrées, car elles comprennent le message. Un message que Buddy ne semble pas comprendre, car ça concerne les privilèges de Madison. Donc Buddy suit sans un mot. On ne refuse pas grand chose à Matilda. Son corps ne fait preuve d'aucune résistance. Il reste silencieux jusqu'à ce que Matilda soit la première à ouvrir la discussion. Et s'il anticipait des commentaires déplacés quant à son absence aujourd'hui, il tique lorsqu'elle mentionne cette fille en lui balançant sans douceur :

Tu vas te décider à la sauter quand?
Tu me fais quoi là? qu'il rétorque sèchement. De qui tu parles?

Directement, sa tête se tourne à l'intérieur de la grange où il peut voir Emma décapsuler une nouvelle bière. Non, Buddy ne fait pas attention aux détails, surtout s'ils ne concernent pas Matilda. Mais il est vrai que Emma lui tourne souvent autour et qu'elle lui envoie souvent des messages, même à deux heures du matin. Elle ne lui écrivait pas si tard autrefois. Mais Buddy a la fâcheuse habitude de voir les alertes sans les ouvrir. Alors Emma doit peiner à dormir si elle s'attend à quelque chose en retour. Et souvent, Buddy est trop occupé avec Matilda, au lit, pour seulement penser regarder son téléphone. Et quand il répond à Emma, c'est souvent par courtoisie, en toute amitié, et il ne fait pas gaffe à sa manière d’interagir. Elle est mignonne, gentille, de bonne compagnie, mais elle ne l'attire pas comme sait si bien le faire la brune ; physiquement, chimiquement et psychologiquement.

Tu considères ta pote comme une épine sous le pied?  

Il siffle ces mots en la toisant longuement. Parfois ― souvent ―, Matilda devrait faire gaffe aux conneries qui sortent de sa bouche ; il a trop l'impression d'entendre Madison. Putain qu'il n'aimerait pas être dans la tête d'une fille. Tout semble trop compliqué. Mais par ces conneries involontaires, elle parvient quand même à lui décrocher un faible rire, le genre spontané, le genre à l'aise. Alors il détourne les yeux de Emma pour la regarder tenir maladroitement sa cigarette. Il ne répond quand même pas à sa question. Avait-elle seulement envie de fumer? Les bières qu'il vient d'enfiler l'auront au moins aidé à se détendre, un peu. Il tend la main et vient lui prendre la cigarette des doigts. Et s'il se rapproche si près d'elle, au point où il n'aurait qu'à tendre légèrement le nez pour sentir le parfum à son cou, c'est uniquement pour venir s'adosser à la porte. Une proximité qui pourrait facilement rendre Emma jalouse. Il tire une taffe dans la cigarette dans une longue et profonde inspiration.

Faut que j'te parle d'un truc, qu'il dit une fois la fumée recrachée, presque avec hésitation.

Il tend la cigarette à Matilda si c'est vraiment ce qu'elle veut. Ce n'est peut-être pas le bon moment, mais Buddy doute qu'il puisse y avoir de bons moments pour ça. Et Matty est déjà sujette à des explosions d'émotions ce soir... Il s'est même retenu de lui demander pourquoi elle avait réagi comme ça. Mais alors qu'il pose un regard sur elle, quelque chose bouge dans son angle mort, alors il se tait aussitôt. D'une légère, mais vive, poussée à la porte avec ses hanches, il se décale, près à bondir. Pas même il demande à la fille si elle a vu un truc bouger. Sa première réaction est de faire peur à l'animal où l'inconnu qui vient de bouger dans le noir. Alors il dit fermement :

Y'a quelqu'un? C'est une propriété privée!

S'il avait été un chien, on aurait pu voir les poils se dresser à son dos. Être regardé à son insu, c'est une chose, mais être suivi jusqu'à une propriété privée, c'en est une autre. Les derniers messages reçus augmentent son impulsivité. Et comme il est seul à la porte avec Matty, il ne peut pas s'empêcher de penser à cette vidéo prise contre son gré. Est-ce qu'un pervers s'amuse vraiment à les observer au point d'en garder de malsains souvenirs? Grave, là, ça le fait chier. Alors déjà il avance sur le terrain sans même attendre que Luke puisse le rejoindre et lui apporter des bras supplémentaires s'il devait vraiment confronter un putain de matteur dérangé. Il ne sait même pas si Matty a eu connaissance de cette vidéo. Mais lui, ça le met sur les nerfs.

Et parce qu'il s'approche, il peut enfin voir une ombre cachée derrière l'une des voitures. La personne se lève prestement. Elle court, un truc à la main. Et si Buddy sursaute sur le coup, il ne manque pas de prendre cette personne en chasse sur le chemin qui mène à la rue. Un moteur s'allume. Des phares s'ouvrent. Et lorsque la voiture sortie du néant s'anime, une forte musique en émane. Des jeunes rigolent. Et avant que le fugitif n'entre dans le véhicule des pauvres crétins, on balance un sot de peinture à la gueule de Buddy. Une couleur rouge flamboyante. Il ne peut pas voir la plaque ou la marque de la voiture, du liquide plein les yeux. Il échappe un juron en plaquant ses paumes à son visage. Et quiconque aura été à côté de lui aura pu être éclaboussé également.

Fait chier, ces petits branleurs vont me le payer, s'exclame Luke qui pose ses yeux sur sa bagnole qu'on vient de souiller.

Putain... si les curieux doivent s'en mêler, comment pourront-ils seulement arrêter de penser à Madison? Viennent-ils dans l'objectif de voir si un autre du groupe ne va pas disparaître également comme par magie? Mais si Luke est furieux à cause de la peinture, il sera surtout dépité face à l'inscription qu'on y a apposé. Tueurs. Sa gaieté se transforme déjà. Il est secoué. Madison restait malgré tout une personne à part entière de ce groupe. Le noyau serait le mot juste. Buddy grogne, parce qu'il est incapable d'ouvrir les yeux même s'il frotte son visage avec ses manches. Il ne fait qu'étaler la saloperie de peinture qui recouvre déjà ses vêtements. Ça brûle. Et Luke qui a tendance à parler trop vite, ne peut pas s'empêcher de lâcher :

Et si ça se trouve, c'est eux qui envoient ces messages.

Mais il ne précise pas quels messages et combien il en a reçus. En a-t-il reçu des personnels ou a-t-il reçu ladite vidéo des ébats sexuels de Matilda et de Buddy? Luke le dit peut-être à voix haute, mais non. Ces petits cons ne prendraient pas la peine de venir jusque chez Emma s'ils envoyaient déjà des conneries pour leur faire peur. Mais pour l'heure, ces petits cons viennent de détaler sans un regard en arrière.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
@Robz
@Robz
MESSAGES : 376
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

YpyINzHv_o.gif
Matilda Lucy
Garnier

Maman est avocate, et elle n'est pas souvent à la maison. Parce qu'elle est trop prisée à travers le pays, parce qu'elle n'aime plus vraiment papa et qu'elle se tape d'autres types. Lui, il est simplement professeur de sport au lycée, et toi, comme tu n'aimes pas cette discipline, tu te retrouves en proie à des maux que tu aurais préféré ne pas avoir. Tu es belle, mais tu sembles si artificielle, à te pavaner comme la reine des pouffes dans couloirs. Tu as ta bande d'amis, les plus fidèles et les plus parfaits. Ils t'aiment et te détestent tous, à la fois, en même temps. Tu dis que c'est parce qu'ils sont jaloux, mais t'es mauvaise avec tout le monde. On t'aime ou on te déteste, mais les gens usent généralement de la première option. On ne cherche pas à te connaître, car tout le monde pense déjà le faire. C'est à croire que les gens ont oublié que tu n'es pas la pire, que tu n'étais pas à la tête du groupe ; Madison te manque plus qu'aux autres.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_p78emrAL8w1s20br1o5_250

Tu passes ton temps avec différents garçons, tu couches avec différents garçons. Et pourtant, tu n'en aimes pas un seul. Ton corps sers de monnaie d'échange dans les compris que tu desires faire. Il y a toujours un but pour une partie de jambe en l'air. Mais il n'y en a qu'un seul qui te permet de te vider la tête, de prendre ton pied en pensant à toi et pas aux autres. De tes amis, c'est le seul avec qui tu couches. Et pourtant, c'est le seul garçon avec qui te ne te vente pas d'avoir couché. C'est ton petit secret.

MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Tumblr_n4pk7y45d41s5227io1_250


Nina Dobrev :copyright:️ lux reterna
" - Tu me fais quoi là? De qui tu parles?'' En recrachant la fumée qu'elle n'a pas l'habitude d'avoir, Matilda tourne son visage vers lui en haussant un sourcil, du genre à lui demander silencieusement : t'es sérieux gros ? '' Tu considères ta pote comme une épine sous le pied?''
'' - Tu crois qu'on est tous amis parce qu'on est fait pour l'être ? '' La brune détourne son regard en soupirant, ses yeux se baissent. Elle pense surtout qu'ils sont tous amis grâce, à cause de Madison. '' On est tous les épines de la rose Maddy.''

Elle le laisse prendre la cigarette, preuve qu'elle n'en a pas vraiment envie. Mais Matilda a presque eu un mouvement de recule lorsqu'il s'est tant approché d'elle pour se poser contre la porte. La brune a eu un moment d'égarement ; elle s'est retournée pour être sûre que personne ne peut les voir. Mais si, et elle reste quand même plantée là. De toute manière, ce n'est pas grave d'être proche d'un ami, il n'y a pas de quoi se poser de questions. Elle n'aurait pas reculé légèrement si ça avait été Luke.

'' - Faut que j'te parle d'un truc.''

Quand il a prononcé ces mots, Matilda a froncé ses sourcils ; parce que d'habitude, c'est les filles qui coincent les garçons avec ce genre de phrase pourrie. Et si d'habitude, elle aurait hésité à rester parce qu'elle aurait eu peur qu'ils aient cette conversation sur leurs sentiments, là, son cœur manque un battement parce qu'elle a peur qu'il parle des messages, de la vidéo. Matilda a peur et était prête à partir, à faire demi-tour en le laissant là sans avoir le courage d'affronter la réalité. Mais heureusement pour elle, quelque chose attire l'oeil de Buddy.

Il est masculin, il est fort, il est protecteur et il n'hésite pas à foncer lorsqu'il le faut. C'est tout ça, qui le rend si parfait, qui le rend si attirant et qui fait qu'elle se sent si bien, en confiance, rassurée et protégée quand elle est avec lui. Alors s'il part, Matilda à l'automatisme de retenir la porte et de sortir de quelques pas. Ses sourcils se froncent quand elle l'entend crier, et tout de suite, son cœur se sert de peur. Une peur différente que celle qu'il lui provoque quand il veut lui parler.

Buddy avance, et elle cri déjà en arrière pour que Luke vienne jusque là. La musique se coupe dans la grange, mais elle n'attend pas qu'ils déboulent pour avancer. D'un coup, elle entend la musique, la voiture qui démarre en trombe, et ses jambes se bloquent lorsque Buddy se retrouve couvert de peinture. Elle est à peine éclaboussée par la couleur vive, et elle n'y fait pas attention. Déjà, elle court pour l'attraper lui. Ses mains se posent sur ses épaules pour qu'il soit face à elle, et si ses yeux bloquent quelques instants sur le mot écrit sur la voiture de Luke, Matilda parvient à se concentrer sur son ami.

'' - Attend, bouge pas. Arrête de faire ça !'' Qu'elle dit, le cœur au bord des lèvres tellement elles sont tremblantes. Buddy étale plus qu'il n'enlève la peinture sur ses yeux.
'' - Et si ça se trouve, c'est eux qui envoient ces messages...''

Son cœur manque un battement, et alors qu'elle tentait de débarbouiller Buddy à l'aide de sa manche, Matilda arrête pour regarder Luke. Elle le regarde surprise, apeurée, mais quand il tourne lui-même son regard vers elle en sentant qu'il n'est pas le seul à avoir reçu quelque chose, la brune repose immédiatement son attention sur Buddy.

Est-ce que c'est parce qu'elle a bu, ou parce qu'elle est stressée, qu'elle a autant de salive ? Matilda crache sur le visage de Buddy, et par miracle, sa arrive juste à son œil. Écœurée par ce qu'elle vient de faire, elle s'excuse en usant de sa dernière manque propre pour lui nettoyer l'œil le plus possible. Et ça fonctionne : elle retrouve la couleur de sa peau. Mais il en reste tant, qu'elle est carrément heureuse de voir que les filles sont déjà quasiment là.

'' - Piggy, va chercher de l'eau putain !''

C'est comme ça que Madison appelait Emma, lorsqu'elle était plus grosse. Cette dernière s'est immédiatement arrêtée, net, quand elle a entendu ce surnom qui date et qui fait mal. Elle déteste Matty pour l'avoir appelé ainsi, déjà qu'elle a envie de pleurer parce que quelque chose de passe encore chez elle. Mais elle est déjà partie à l'intérieur pour récupérer une bouteille et la ramener sur le parking.

Jusqu'à ce que Emma revienne, Matilda s'excuse même si elle n'a rien fait, et elle tente de l'aider. Même s'il devait ne pas vouloir de son aide pour quelconque raison. Mais Matilda se tourne violemment vers le deuxième garçon quand celui-ci s'est approché pour demander ;

'' - Tu vas faire comme si de rien...''
'' - Si tu parles de ce que t'as vu, je vais te tuer moi-même !'' Qu'elle hurle au bord de la crise de nerfs. C'est au tour de Matilda d'être sur le point de pleurer, ses yeux s'embuent de larmes en une fraction de secondes. '' Ou pire, je balance à tout le monde ce que t'étais vraiment en train de faire l'été dernier, ok ?''

Luke allait d'abord répliquer, mais il se tait en reculant d'un pas à la suite des derniers mots de la brune. Il aurait dû le savoir, se confier à la meilleure amie de Madison, c'est comme se confier au diable lui-même. Pendant ce temps, c'est Emma qui en a profité pour prendre sa place. Alors à l'aide d'un tissu mouillé, d'eau, et d'un linge sec, elle tente tant bien que mal de nettoyer le visage de Buddy. Complètement. Elle y parvient alors que tous se lorgnent ; ils ont tous reçu un message, à un moment ou à un à un autre, et ils ont tous gardé le secret. Là, ils semblent tous se trouver stupides d'avoir gardé le silence.

'' - J'ai cru que c'était toi...'' Souffle Ludivine, mal à l'aise. Et Matty, prise au dépourvue que Emma soit si proche de Buddy, se retrouve le bec cloué. '' Quoi, tu vas m'en vouloir ? C'était signé -M. Et on sait tous que c'est pas Madison, hein?''
'' - T'es sérieuse? Faut que j'aille boire une putain de bière...'' Ses larmes refusent de couler maintenant qu'elle est en colère. Matilda fusillé du regard Ludivine, et la bouscule lorsqu'elle passe à côté d'elle. Et ce n'est qu'avant de passer la porte, qu'elle se tourne vers le groupe sur le parking, pour hurler des derniers mots avant d'entrer pour trouver cette bière. '' ELLE EST PAS MORTE !''

Quand elle entre, elle attrapé la première bière qui traîne : elle était déjà ouverte. Si quelqu'un est passé derrière eux, quelqu'un de mal intentionné, il aurait pu mettre n'importe quoi dans les verres déjà servis. Mais elle n'y pense pas, Matilda boit tout ce qu'elle peut en une seule fois de cette bière. Elle déteste Ludivine pour penser que Maddy n'est plus. Elle déteste Emma pour avoir prit soin de son Buddy. Elle déteste Luke pour avoir été sur le point de parler la vidéo. Mais elle a tord sur ce dernier point ; ils ne sont que deux à l'avoir reçu, les deux protagonistes dudit moment charnel.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
MATILDA+BUDDY jusqu'à ce que la mort nous sépare.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: