Le deal à ne pas rater :
Borderlands 3 pour PS4
6.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 397
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Empty

ai1PRV6P_o.gif
Mevanwi
Elle détient la couronne du peuple le plus au Sud de ce monde ; les contrées sont chaudes, sèches et parfois arides. Voilà maintenant un peu plus d'un siècle qu'elle règne sur sa Cité avec une main de fer dans un gant de velours. Son palais se situe au milieu du désert, mais ses terres s'étendent bien au delà des forêts touffues et verdoyantes. Elle possède la pierre solaire qui tyrannise tant de monde, et qui en attire tant d'autres. Son peuple est composé en majeur partie de femmes : les quelques hommes qu'on y trouve sont de vulgaires reproducteurs, des serviteurs à qui ont a coupés deux doigts à chaque main pour qu'ils soient incapables de tenir une arme. Elle use des pouvoirs de la pierre, mais ne les connait pas tous. Mevanwi n'a pas d'enfant, et la passation du trône n'a rien avoir avec l'ascendance dans son royaume. Elle fut pourtant mariée, aimée longtemps mais veuve rapidement. Elle a fait exécuter son premier amour pour le pouvoir. Elle est sans pitié.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Eda14960fbcf68b538c9be5d37c18135c32c9653

Angharad

Elle est née au milieu du désert, une fois. Angharad a vécu une vingtaine d'année dans la Cité de Mevanwi, mais quand cette dernière s'est emparée de la pierre solaire, les choses sont devenues trop difficile. Angharad fait partie de la panoplie de disciples qui ont été abattus pour éliminer le problème : emmenés dans la forêt, mis à mort et laissés tout juste vivant pour attirer les bêtes et les laisser se faire dévorer. Mais Angharad est la seule que le Peuple Méridien a réussi à sauver. Elle est née une deuxième fois lorsqu'ils l'ont soigné, lorsqu'ils lui ont donné une deuxième vie. Angharad a toujours eu le combat dans le sang ; elle est née pour ça. Mais le Peuple Méridien est quasiment exclusivement composé d'hommes. Ils naissent plus nombreux près de l'océan plutôt que dans le désert, mais ils récupèrent aussi tous les garçons nés et abandonnés de la Cité de Mevanwi. Pour les Méridiens, Angharad est la preuve que la pierre solaire peut rallonger la vie : elle est là depuis quasiment un siècle et n'a pas prit une ride. Ils comptent sur elle pour les libérer du joug de Mevanwi et sa magie.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 A583e56197f89373d52091f83dcc4e66a5013bcf

Alycia D.Carrey | Katie McGrath

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 RD3jD

Tout son corps lui hurle de lâcher prise : qu'elle tombe dans l'immense trou du ver n'est pas un problème comparé à la douleur qu'elle ressent dans ses épaules à tenter de rester accrochée. L'animal à cornes qui est tombé aurait pu les blesser, pire, les tuer toutes les deux dans sa chute. Mais Angharad reste bloquée sur les mots de l'argentée. Qu'est-ce que la pierre solaire? Pas une seule personne sur ces terres ne pourrait poser cette question. Dans les yeux de la brune, une légère trace de stupidité se reflète : c'est ainsi qu'elle voit l'autre et son peuple. Bien qu'il puisse paraître normal que de si loin au Nord, on ne connaisse pas les choses si importantes du Sud. Pour Angharad dont le corps et l'esprit ont été touchés par cette pierre, il est invraisemblable que quelqu'un ne connaisse pas ces dures vérités. Pourtant, elle n'est pas celle qui répondra.

" - Si vous vouliez nous conduire quelque part, ce serait le moment qu'on agisse."
" - Arrêtez de parler, en premier." Sa voix claque, résonne comme un ordre qu'elle a eu tant l'habitude de dire. Mais ses yeux sont déjà à la recherche de l'issu de secours qui leur permettra de sortir de là sans se blesser, sans se laisser attraper par les dents ou les cornes des prédateurs qui font trembler la terre à cause de leur peur. " Suivez-moi, allez !"

La chute serait trop vertigineuse : Angharad elle-même n'est pas sur de survivre à l'angle droit qu'a créé le ver dans sa montée. Une chance, sur combien, pour qu'elles glissent contre la paroi de terre et qu'elles arrivent saines et sauves en bas ? La brune n'est pas prête à parier là-dessus. Alors elle se débrouille pour sortir de ce trou, comme elle le peut. Ses doigts sont noirs, quand elle parvient en haut. Et certainement grâce à sa lance, la chef de guerre adverse en fait tout autant. Si elle veut des réponses, elle devra courir : suivre la brune tout en évitant le reste des bêtes. Car sur leur route, elles ne trouveront pas l'âme d'un homme en vie ; tous ceux qu'elles croisent sont morts. Soit piétinés, soit à moitié dévorés par un carnivore qui les a attrapé avant d'arriver près de la baie. Mais Angharad n'y fait pas attention, elle n'a pas un regard, pas un geste pour ceux qui sont tombés : sa distance avec les morts comme les vivants montre bien qu'elle n'est pas des leurs, et qu'elle ne le sera jamais.

Un des bâtiments détruits avait été construit là pour cacher l'un des seuls passages pour descendre à l'abris sous la terre. C'est là qu'elle comptait se rendre : mais il est impossible d'arriver jusqu'au tunnel ; elle est en colère, un hurlement reste coincé dans sa gorge mais ses dents grincent. Angharad a l'impression d'être prise au piège à la surface, elle qui rêve tant du vend sur son visage. Et si à deux reprises, elles sont obligés de changer de chemin parce qu'elles tombent sur des bêtes qu'elles ne pourraient en aucun cas combattre de leurs armes, la guerrière aux peintures de guerre finit par arriver au dernier passage qui les mènera dans les profondeurs de la Cité : le véritable lieux de vie des Méridiens. Elle lance d'abord la blonde, pour qu'elle descende en premier. Grâce à une échelle incrustée dans la terre, Iphigénie peut descendre dans un tunnel bien plus ancien que celui dans lequel elles se sont cachés plus tôt.

Lorsqu'elles arrivent tout en bas, et cela prend de longues et difficiles minutes, Angharad est à bout de souffle. Ses peintures ont coulé à cause de la chaleur, à cause des efforts. Mais ce qui se passe en bas est aussi chaotique qu'au dessus de leur tête : des bêtes -bien que plus petites et plus jeunes- sont tombés dans les trous des vers. Et les Méridiens sont en train de les chasser, sans l'aide des invertébrés. Parce que la Cité est intacte, cela prouve que les vers ne viennent plus jusqu'ici : ils sont au milieu, pendant que les vers sont en dessous et parfois au dessus.

" - Quand le soleil aura disparu..." Qu'elle souffle en passant ses doigts sur la corne plus grande qu'elle-même, de l'animal antique que les méridiens ont abatus. " Dites à vos hommes de descendre. Vos bêtes ne craindront plus rien une fois qu'ils seront retournés à leur place, dans la forêt."
" - On aura de la viande fraîche à manger !" Hurle un Méridien qui vient récupérer sa hache, plantée dans le cou de la bête qui aurait pu tous les tuer en étant à l'intérieur : heureusement pour eux, sa chute lui a brisé une patte avant. " Le conseil l'attend."

Il paraît bien moins enjoué à voir l'argenté si bas sous terre. Il fait sombre, à la sortie du tunnel. Si ils lèvent la tête, ils ne voient pas la lumière dans le trou, parce que le passage a bifurqué à de nombreuses reprises. Et si Angharad aurait souhaité la laisser y aller seule, elle plisse les yeux à cause de l'intonation de l'homme. Est-ce que la chef de guerre serait arrivée à sa chaise, si Angharad ne l'y avait pas emmené? Jusqu'à ce qu'elle arrive à la salle du conseil, Iphigénie a pu découvrir la Cité perdue sous terre : des cavités creusées à même la terre, à même les parois de ce qui fut auparavant les cavités des verres. Il n'y a pas de lumières mise à part le feu magique qui attise les flammes accrochées aux murs, l'air est lourd, quasiment irrespirable : mais les méridiens ont l'habitude. Leurs corps se forment en fonction de cet environnement, ils paraissent si forts et si durs dans cet endroit.

Une ancienne nappe phréatique, à moitié asséché, ressemble à un petit lac sous des stalactites plus grands que les hommes. C'est au bord de l'eau pure que le conseil se réunit : là sont de vieilles chaises taillées dans le bois. Vieilles, mais entretenues, superbes, par un brin de craque sous leur poids. Et ils attendent tous la présence d'Iphigénie, le plus vieux lui indique de prendre place sur le trône libre, d'un geste lent de la main. Et lorsqu'elle sera assise, l'argentée pourra découvrir qu'Angharad n'est plus à ses côtés. Elle a disparue, s'est terrée plus loin comme elle a l'habitude de le faire en attendant que la colère de Mevanwi passe. Le conseil, il usera de ce temps pour expliquer à cette nouvelle alliée ce qu'il en est sur ces terres.

" - [...] la pierre solaire aurait du rester sous terre." Que clame le plus jeune, après qu'on ait expliqué en long et en travers à la blonde les querelles avec le peuple du Sud : Iphigénie sait maintenant qui a la pierre, qui s'en sert, qui est l'ennemie des Méridiens. " L'unique cadeau qu'elle peut offrir à l'humanité, est l'immortalité. Et ici, personne n'en veut, car la vie n'a pas de valeur sans la mort."
" - Pour dire des âneries, tu es le premier sur la liste Erwan." Angharad refait enfin son apparition : propre, sans peinture, sang ou débris sur elle. Ses yeux fusillent ceux qui parlent de la pierre solaire sans en connaître tous les détails, tous les bienfaits. " Tu ne sais de quoi elle est capable, lorsqu'elle n'est pas à sa place. Elle devrait réguler notre monde... pas être aux mains de l'humanité. Tu ne connais rien de ce qu'était le monde avant que la pierre ne soit volée." La brune soupire, regarde le plus vieux du Conseil, puis l'eau qui ne remue plus à leurs pieds : c'est le signe que les bêtes à la surface sont partis. Il est l'heure pour les cavaliers du ciel de descendre : il n'y a plus d'armée pour les anéantir, ils sont attendus. " La pierre n'est pas un cadeau. C'est tout le contraire. N'est-ce donc pas pour ça que vous êtes là ? Et vous dites ne pas connaître ses pouvoirs."


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Empty

200812054810395471.png
Iphigénie
J'ai été choisie par mes pairs pour affronter la mer noire sur le dos de nos montures ailées, prenant d'assaut le ciel. Oui, nous sommes venus dans l'intention de conquérir. Je suis à la tête d'une armée, prête à remplir mon devoir, sans savoir que nous avons été trompés par notre conseiller et que nous nous apprêtons à voler l'un des biens les plus précieux du sud, une pierre solaire aux capacités magiques insoupçonnées.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 200812055630564759

Nicéphore

Fut un temps où il était l'un des hommes soumis à la tâche de la reproduction dans la cité gouvernée par Mevanwi. Une responsabilité accompagnée de la perte de deux doigts à chaque main. Il n'était que l'ombre de lui-même, compagnon de diverses femmes prêtes à donner la vie. Toutes les femmes avec qui il a partagé son lit ont donné naissance à une fille, à l'exception d'une ; cette dernière a donné à ce monde un petit garçon. C'est ce qui a poussé Nicéphore à agir, à prendre cet enfant avec lui et à fuir. Pour lui éviter l'abandon ou, pire, la servitude. Il a remis l’enfant à une famille d’un autre peuple afin qu’il puisse être élevé convenablement. Par la suite, il s'est retrouvé là où la guerre faisait rage, à croire qu’il était destiné à voir le chaos perpétuellement. Et un jour, quelque chose s’est produit. La pierre lunaire s’est retrouvée aux creux de sa paume. En toute sagesse, la pierre lui a offert deux nouveaux doigts à la main droite. Le signe, pour lui, qu’il devait participer au chaos.

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 200812055630382021

Emilia Clarke et Daniel Sharman :copyright:️ SneakySkunk
Arrêtez de parler, en premier.

Dans cette situation catastrophique, Iphigénie a trouvé du réconfort dans cet ordre. Un ordre qui est parvenu à la faire sourire. En général, les ordres sortent de la bouche de l'argentée. D'ordinaire, donc, les guerriers se taisent et la suivent. Ils attendent les commandements. Mais aujourd'hui n'est pas coutume et ce continent n'est pas le sien. D'autres savent gouverner. Elle a donc hoché la tête, disposée à la suivre, disposée à remonter à la surface. La brune n'a aucun regard pour les blesser. Rien ne peut les sauver. L'argentée les regarde pourtant une dernière fois, même si elle voit leur visage pour la première fois, même si elle ne connait pas leur nom. Elle n'est pas à l'origine de leur trépas, mais elle accepte que sa présence puisse avoir précipité les événements. Elle s'en remet aussitôt qu'ils ne sont plus dans leur champ de vision. Là est son devoir de gérer les armées et de savoir faire la différence entre la perte d'un proche et la perte d'un soldat. Mais, chose certaine et chose qu'elle ignore encore, elle n'a pas l'expérience de la brune au visage peint.

Les deux femmes atteignent enfin une entrée accessible pour descendre dans les bas-fonds de la cité. La blonde descend le long de l'échelle, impressionnée que les minutes s'écoulent sans qu'elle ne touche encore le fond. Preuve que les lombrics sont des bêtes féroces et dangereuses : ces bêtes parcourent de longues distances tout en transformant le sol. Ici, le monde est en mouvement. Et si les citoyens de cette cité n'apprécient pas leur mode de vie, Iphi y voit une parfaite mine d'or ; un sol si bien aéré et si bien travaillé que si le monde du dessus était bien entretenu, il pourrait fleurir et donner la vie comme nul autre endroit qu'elle a pu survoler avant d'arriver jusqu'ici. L'irrigation naturelle. Pour une fille du nord, qui ne connait que le froid et les terres non-fertiles, c'est un lieu aux milles ressources. Se pourrait-il réellement qu'elle s'émerveille d'un rien? Elle observe absolument tout : les galeries, les bêtes, les hommes. Sous terre, le monde s'anime. Elle ignore volontairement les commentaires qui la concernent. Elle ne sera jamais à l'abri du jugement. Et la salle de réunion fait briller ses yeux attentifs. Elle aurait préféré rester debout, mais elle s’assoit par respect. Plutôt contrariée du récit raconté, elle prend conscience des enjeux qui les attendent ici.

L'immortalité, qu'elle souffle du bout des lèvres, alors que ses doigts caressent délicatement le bois de la chaise, le trône sur lequel elle siège.

D'où elle vient, seuls les dragons doivent connaître le sens de l'immortalité, puisqu'ils leur subsistent durant de nombreuses vies. Sans les dragons, peut-être que leur peuple n'aurait jamais atteint le nord aussi facilement. Sans le feu des dragons, sans leur peau solide, ils seraient sans doute morts depuis longtemps. Iphigénie ne ressent point le besoin d'être immortelle. Elle n'en connait ni l'ampleur ni les répercussions. Pour elle, c'est impossible. Elle est choquée de l'entendre. Choquée également de comprendre que c'est assurément pour cette raison qu'elle est présente en ce jour.

La pierre n'est pas un cadeau. C'est tout le contraire. N'est-ce donc pas pour ça que vous êtes là? Et vous dites ne pas connaître ses pouvoirs.
C'est exactement ce que j'ai dit, répond l'argentée d'une voix ferme qui ne laisse point place à la discussion ; elle déteste qu'on puisse mettre en doute ses paroles.

Son regard est aussi froid et glacial que sa région, lorsqu'elle toise la brune. Cette dernière lui inspire certes confiance, mais Iphi n'en sera pas plus douce pour lui faire plaisir. Elle les prévient finalement qu'elle retournera à la surface pour prévenir les siens. Aucun ne descendra dans les tunnels sans la preuve de sa survie. Elle peut donc ainsi leur prouver sa franchise lorsqu'elle remonte, pour finalement revenir dans cette cavité souterraine, escortée de méridiens et accompagnée de membres de son peuple. Elle s'avance et présente au Conseil le prince, Toltom. Celui-ci s'adresse aux membres du Conseil de manière solennelle, à la manière d'un prince respectueux. Pendant ce temps, Iphi s'adresse à voix basse à l'un de ses guerriers. Elle lui demande un rapport des pertes, mais ne souhaite pas connaître l'emplacement exact des dragons et des hommes restés en surface. Une fois satisfaite, elle s'avance de manière à prendre la parole devant tous, mais elle s'adresse cette fois à son prince.

Connaissez-vous l'existence de la pierre solaire?

Il incline brièvement la tête. Mais à la manière dont il réagit, elle obtient sa réponse. Elle le connait depuis longtemps. Elle connait ses réactions. Les traits du visage de l'argentée sont alors tirés, crispés. Il sait ce qu'est la pierre solaire. Il est peut-être un ami de longue date, mais elle n'apprécie pas qu'on puisse l'utiliser.

Nous connaissons les mythes, notre famille nous transmet des savoirs que nous partageons à nos descendants. Mais ça n'existe pas réellement?
Votre père n'est probablement pas de cet avis, laisse-t-elle sous-entendre. Ne vous ai-je pas demandé quel était notre réel objectif avant de traverser les mers? demande-t-elle, il hoche la tête. Et que m'avez-vous répondu?
Que nous venions chercher de nouvelles ressources.
En doutez-vous maintenant?

Elle vient de l'humilier. Elle a toujours eu le dessus sur lui, qu'importe la situation. C'est un homme bon, mais il n'a certainement pas la fougue des hommes qu'elle a pu croisés ici depuis son arrivée. Il n'est pas moins fort ni moins intelligent. Mais il est amoureux et se laisse donc facilement remettre à sa place.

Nous nous engageons à protéger cet endroit et à offrir notre aide, ajoute-t-elle finalement, d'une voix claire, pour que ses propres fidèles, au moins deux hommes et deux femmes, puissent se plier à ses nouveaux ordres ; le message sera vite transmis. Nous n'avons que faire de cette pierre, mais nous vous aiderons à vous relever. Toute aide apportée sera révoquée si nous devions être trahis, précise-t-elle. Et ça vaut pour vous aussi.

Elle regarde son prince et ses guerriers. Aucun ne semble vouloir la contredire. En l'absence de roi, elle est aux commandantes. Elle n'a jamais laissé tomber ses troupes, ça n'arrivera pas aujourd'hui non plus. Ils n'ont donc aucune raison de douter de ses choix. L'avantage de côtoyer si souvent ses guerriers.

Qu'on me trouve celui ou celle qui compromet nos rangs. Maintenant.

Ça pourrait prendre des jours. Il se pourrait également qu'ils ne trouvent jamais le coupable. Le prince demande alors au Conseil s'il peut rester avec eux, afin de partager des connaissances et d'en apprendre davantage sur leur mode de vie. Il se montre diplomate et ouvert. Iphi, quant à elle, demande s'il serait possible d'obtenir des tenues adaptées aux conditions actuelles : car les vêtements qu'ils portent sont lourds, chauds et recouvrent une partie de leur corps. Mais elle ne s'adresse pas à n'importe qui : elle demande à la détentrice du savoir. Que sait-elle que même les siens ignorent?

____________________

La nuit est tombée. Le chant des oiseaux a laissé place aux stridulations ambiantes des insectes. Les sons proviennent de loin lorsqu'on est haut perché au sommet des rochers. La mer, quant à elle, leur rend visite, caresse les amonts de pierre dans une douce mélodie. Nicéphore observe le paysage, notamment le croissant de lune qui brille au travers des nuages, disparaissant parfois : un sourire timide dans le ciel. Assis sur le rebord de la fenêtre, ses gants ont été retirés. Il masse l'intérieur de sa paume gauche, main où deux doigts sont manquants.

Aucune perte à déclarer, vous avez fait cela proprement, commente une voix féminine qui le rejoint dans l'énorme salle où s'était réunie l'assemblée ce matin.
Tel que promis, répond-t-il.
Oui, vous avez tenu promesse. Mon père est mécontent, mais c'était la meilleure chose à faire. J'aime à croire que nous faisons cela pour que l'équilibre revienne. En faites-vous une affaire personnelle?

Les yeux de Nicéphore quittent le paysage pour se poser sur la silhouette qui vient s'asseoir face à lui. Hildivia, l'héritière de ce royaume rocailleux. Elle lui sourit aimablement, mais désigne sans gêne la main handicapée  de l'ancien reproducteur. Il préfère ne pas répondre à sa dernière question. Il enfile à nouveau le gant pour cacher la difformité.

Grâce à moi, vous avez eu accès aux armées et avez pu prendre le contrôle sans soulèvement. La moindre des choses serait de répondre aux questions.
Votre aide est appréciée, et nous sommes reconnaissants de votre soutien, tranche-t-il, ce qui semble la ravir et la faire sourire davantage ; son sourire est légèrement réciproque.
On m'a fait savoir que vous recrutiez des combattants. Est-ce réellement nécessaire d'envoyer des femmes au combat?
Les hommes ne sont pas les seuls à savoir se battre.

La fille plisse les paupières lorsqu'un étrange son se propage dans la pièce. Son qui ne fait pas même sourciller Nicéphore. Un son strident émane de la pierre lunaire, toujours posée sur la table naturelle. Il côtoie cette pierre depuis longtemps. Il n'est pas anodin pour lui d'entendre ce son si dérangeant à l’ouïe. Il observe la pierre. Une fois le soleil disparu de l'horizon, elle prend vit d'une manière différente. Elle semble translucide, comme si la voie lactée y était enfermée. À de nombreuses reprises, Nicéphore a été témoins de spectacles encore plus grandioses.

C'est sa manière de communiquer.
Et qu'est-ce qu'elle dit? demande la jeune femme, intriguée, mais émerveillée.
Je n'en sais rien, dit-il.

L'univers est vaste. La pierre pourrait voir quelque chose à des lieux d'ici sans que lui-même n'en comprenne le sens où l'impact. Malheureusement, il nage dans le mystère depuis de nombreuses années. Le son s'arrête. Il en profite donc pour se lever et venir ranger l'objet dans le même tissu violet duquel il l'avait sorti ce matin. Il le fourre dans sa cape.

Vous nous quittez déjà ce soir?
Je préfère voyager de nuit, oui. C'est plus sûr.

La fille se lève, ce qui le stop dans son élan, car elle s'approche lentement de lui. Et une fois qu'ils sont vis-à-vis, elle l'observe longuement, s'attardant même à son visage. Le silence s'éternise avant qu'elle ne daigne faire un nouveau pas vers lui, presque collée à son torse. Il fronce d'abord les sourcils.

J'ai ouïe dire que vous étiez apte à féconder les femmes. Je n'ai pas de mari et j'aimerais un enfant, dit-elle, d'une voix presque défiante. Quand avez-vous fait l'amour pour la dernière fois?
Je n'ai jamais fait l'amour, qu'il répond sans la moindre hésitation, sans le moindre désir dans le regard ; elle semble vouloir le provoquer, mais ça ne lui fait ni chaud ni froid ; pourquoi ces questions, exactement? Je n'ai rien à offrir pour l'aide que vous offrez de votre plein gré.
Et ma mère? qu'elle ajoute alors qu'il marche déjà vers la sortie. Elle m'a toujours dit que j'avais les yeux de mon père. Vous l'aviez fécondée, elle?
Je me vois dans l'obligation de vous décevoir sur ce point. Votre mère n'a jamais partagé mon lit.
Il vous arrive souvent de mentir? qu'elle lâche.

Il se retourne une dernière fois. Il est vrai qu'elle a de beaux yeux bleus, Hildivia. Qu'est-ce que sa mère a bien pu lui raconter de son vivant, exactement? Ment-il souvent? Probablement plus qu'il ne le devrait ; parce qu'il ne voit plus vraiment le monde qui l'entoure, hormis ses desseins, hormis reprendre la pierre solaire à la souveraine Mevanwi. Et comme il hésite trop à répondre, la fille revient auprès de lui. Cette fois, simplement pour enlacer sa taille. Dans un geste automatique, il appose une main derrière sa tête, fermant durement les yeux. L'affection ça fait mal. Il pose sa bouche sur son crâne sans y déposer de baiser. Il attend juste qu'elle finisse par le lâcher. Lorsque c'est fait, il repart sans un regard, sans une réponse.

Les armées seront préparées pendant son absence. Toujours il voyage et réfléchit de nuit. Ainsi, il tente de se préserver du pouvoir accentué de Mevanwi via la pierre qui se trouve en sa possession. Il voyage toujours en compagnie de sa bête qui garde à distance les prédateurs. Une bête au poil rude, haute de quelques mètres, possédant deux énormes cornes au devant du visage. Un mammouth. Mais sa bête devra rester à quelques jours de marche du sud, là où il se rend, là où il arrive une fois la lune pleine dans le ciel. Mevanwi l'aura-t-il senti arrivé? Lui, simple homme... Ou passe-t-il inaperçu aux yeux de la pierre solaire?

On ne t'avait pas vu rôder dans le quoi depuis longtemps, laisse savoir une voix qui sort de l'ombre, une sentinelle.
Je pense que le Conseil est disposé à m'entendre cette fois.
Et qu'est-ce qui a changé? rigole la voix masculine.
Le nord n'est-il pas déjà sous terre?


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 397
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Empty

ai1PRV6P_o.gif
Mevanwi
Elle détient la couronne du peuple le plus au Sud de ce monde ; les contrées sont chaudes, sèches et parfois arides. Voilà maintenant un peu plus d'un siècle qu'elle règne sur sa Cité avec une main de fer dans un gant de velours. Son palais se situe au milieu du désert, mais ses terres s'étendent bien au delà des forêts touffues et verdoyantes. Elle possède la pierre solaire qui tyrannise tant de monde, et qui en attire tant d'autres. Son peuple est composé en majeur partie de femmes : les quelques hommes qu'on y trouve sont de vulgaires reproducteurs, des serviteurs à qui ont a coupés deux doigts à chaque main pour qu'ils soient incapables de tenir une arme. Elle use des pouvoirs de la pierre, mais ne les connait pas tous. Mevanwi n'a pas d'enfant, et la passation du trône n'a rien avoir avec l'ascendance dans son royaume. Elle fut pourtant mariée, aimée longtemps mais veuve rapidement. Elle a fait exécuter son premier amour pour le pouvoir. Elle est sans pitié.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Eda14960fbcf68b538c9be5d37c18135c32c9653

Angharad

Elle est née au milieu du désert, une fois. Angharad a vécu une vingtaine d'année dans la Cité de Mevanwi, mais quand cette dernière s'est emparée de la pierre solaire, les choses sont devenues trop difficile. Angharad fait partie de la panoplie de disciples qui ont été abattus pour éliminer le problème : emmenés dans la forêt, mis à mort et laissés tout juste vivant pour attirer les bêtes et les laisser se faire dévorer. Mais Angharad est la seule que le Peuple Méridien a réussi à sauver. Elle est née une deuxième fois lorsqu'ils l'ont soigné, lorsqu'ils lui ont donné une deuxième vie. Angharad a toujours eu le combat dans le sang ; elle est née pour ça. Mais le Peuple Méridien est quasiment exclusivement composé d'hommes. Ils naissent plus nombreux près de l'océan plutôt que dans le désert, mais ils récupèrent aussi tous les garçons nés et abandonnés de la Cité de Mevanwi. Pour les Méridiens, Angharad est la preuve que la pierre solaire peut rallonger la vie : elle est là depuis quasiment un siècle et n'a pas prit une ride. Ils comptent sur elle pour les libérer du joug de Mevanwi et sa magie.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 A583e56197f89373d52091f83dcc4e66a5013bcf

Alycia D.Carrey | Katie McGrath

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 RD3jD

Il n'y a pas beaucoup de femmes à l'intérieur de ces murs, alors celles qui sont redescendus avec l'argentée sont zieutées. Parfois comme des trésors, parfois comme des objets. Angharad se sent assez à l'aise pour ne pas avoir de regards ainsi posés sur elle ; on la déteste plus qu'on ne l'apprécie dans les tunnels. La petite grotte où elle passe le plus clair de son temps est éloignée de la vie du reste de la Cité. Personne ne s'avance par là, car personne n'a à y faire. C'est là-bas qu'elle conduit la chef de guerre pour lui donner ce qu'elle souhaite.

Il y a une faible cascade à l'intérieur ; un fin coulis d'eau qui s'échappe d'une cavité en l'air pour s'écraser dans une petite fausse. L'eau stagne mais s'échappe dans le sol par une cavité plus profonde, plus mince. Le bruit que tout ça provoque lui rappelle la seule chose qu'elles ont tant désiré avoir par le passé. L'eau, si éloigné du désert. Les paroies des murs, ici, n'ont pas été creusées par les vers. C'est la nature qui a fait ce trou dans le sol, et étrangement, la terre est plus claire, argileuse. Le feu à l'intérieur est presque éteint, il n'y a que de la braise. Mais tout se rallume dès qu'une touffue séchée, bleue, est jetée à l'intérieur. Une bûche de bois par dessus, et Angharad ravive le tout en sachant très bien que la lumière éclairera toutes les images dessinées par son doigt inscrites sur les murs. Elle a indiqué l'un des seuls objets, meubles de la pièce ; un coffre assez grands pour abrités de nombreuses choses assez volumineuses.

" - N'utilisez pas la couleur." Qu'elle lâche sans même se détourner du feu. '' Le noir et une armure vous garderons forte face à eux.''

Elle se cache derrière ce fait pour ne pas avoir à expliquer pourquoi la blonde ne peut porter les deux autres tenues. Une légère, bleue comme le ciel. Un tissu fin qui violerait au vent, quelque chose de trop féminin pour être porté si bas sous terre. Quelque chose de trop coloré pour ne pas attirer d'œil malsain. Le vêtement dans lequel elle a été trouvée dans la forêt, sur le point de mourir. Une armure sombre, au tissu rouge et sombre. La sienne, celle qu'elle portait lorsqu'elle vivait encore dans le palais du Sud. Deux tenues qui ne seraient, en réalité, qu'une provocation pour les Méridiens. Angharad n'est pas prête à parler de sa vie passées avec ces inconnues, même avec cette femme digne. Est-elle de confiance pour autant ? Les visages qu'elle peut voir sur les murs représentent des méridiens d'aujourd'hui, mais surtout des femmes de son passé. Mevanwi est le plus souvent dessinée.

Angharad dit à la femme qu'elle peut se changer là. Sans se retourner, elle la laisse faire et ne se détourne du feu que lorsque l'autre a montré signe de vie. De disponibilité. Les vêtements plus légers, l'armure plus légère mais adéquate pour une femme de son rang, imposante et noire, lui vont à merveille après ces lourdes charges qu'elle devait porter pour se réchauffer au milieu de la glace. Un mince sourire se dessine sur le visage crispé d'Angharad, elle qui n'a pas l'habitude de ce comportement semble choquée d'elle-même et détend immédiatement ses lèvres.

'' - Les hommes ne sont pas totalement dignes de confiance.'' Voilà les premiers mots qu'elle prononce qui ne semblent pas être une arme. Sa voix est douce, elle semble pour la première fois ouverte et non en colère constante. '' Vos précédents mots ne font que confirmer ce que je pense. Confirmer mon appréhension dès vôtres, comme des Méridiens.''

Quoi que Iphigénie puisse dire, Angharad enchérira pour expliquer que ceux qui vivent en bas usent des mots de leurs ancêtres sans forcément les sentir dans leur coeur. Par là, elle veut dire que les Méridiens d'aujourd'hui ne sont peut-être pas aussi distant qu'ils devraient l'être avec l'envie de posséder la pierre. On dit qu'elle n'a rien à faire ici, mais leur argne et désir de vengeance cruge leurs cœurs. Angharad doute, au plus profond d'elle, que ces hommes soient assez forts pour refuser le pouvoir de la pierre solaire.

La brune annonce à la blonde qu'elle peut profiter de cet endroit pour se reposer ; elle a un lit pour s'endormir, de l'eau pour boire, du savon pour se laver. Et comme Angharad est directe, peut être trop brusque, elle n'hésite même pas à dire qu'elle aura aussi de quoi se divertir sur les murs. Mais Angharad finira par s'éclipser, même si elle est restée parce que Iphigénie lui aurait posé des questions. Dans ce cas, elle aurait répondu à tout ce qui concerne les Méridiens. Elle aurait éluder bon nombre de questions au sujets personnel de Mevanwi et des femmes du Sud.

Ce peuple n'a pas l'habitude des alliances, mais ils savent faire la fête. Par les nombreuses bêtes prises plus tôt, et les nombreuses ressources comestibles de la région, ils sont capables de faire des festins que les Nordiques n'ont certainement jamais vu. Des effluves viennent envahir tous les tunnels, dès que la nuit approche. On entend parfois des tambours et des instruments à cordes que certains plus instruits que d'autres sont capable d'utiliser. Mais il n'y a qu'un seul son plus aiguë, plus rendre, plus souple qu'on entend distincte à travers les tunnels. Un seul et unique joueur de flûte se fait entendre en échos sur les parois des lombrics. Angharad, revenue dans ses maigres quartiers pour quérir la dame du Nord, est bercée par cet instrument qu'elle a elle-même cronstruit pour l'enfant, le jeune homme qui souffle dedans est spécial pour de nombreuses raisons. Il joue d'un instrument plus civilisé, plus noble, qu'on entend uniquement lorsqu'on a dépassé la forêt arborée pour s'approcher du désert. L'enfant peut être regardé de travers, mais il est respecté pour ses prouesses qui leur sont inaccessible.

'' - Vous risquez de les trouver grossier.'' Qu'elle annonce lorsqu'elle s'échappe de la grotte aux côtés de la chef de guerre alliée. Au méridiens. Mais Angharad est-elle vraiment la leur ? '' Mais vous leur offrez ce qu'ils désirent depuis tant d'années. Demain, nous aurons le temps de vous apprendre tout ce que vous devez savoir pour affronter l'ennemi.'' Là, celui-ci est commun pour tous : Dame Mevanwi. '' Car si vos montures peuvent mettre en cendre ce peuple... Ils ne vous seront pas d'une grande utilité sur ces terres. Elles n'ont rien de ceux que vous croiserez dans cette Cité.''

Parce qu'elle est certainement lancée dans une conversation plus agréable que d'habitude, ou trop attentive à ce qu'elle voit dans les couloirs, Angharad ne se rend pas compte que le joueur de flûte a cessé sa mélodie. Alors elle ne sait pas que le garçon s' est arrêté en voyant amené, au travers de la foule vers les trônes près de l'eau, Nicéphore. Il le connaît de nom, il le connaît de facier parce que ce n'est pas la première fois qu'il vient ici. Et le plus jeune, Smaug, sait qu'Angharad ne doit pas être vu par un homme qui vient du Sud. Peu importe qu'il y soit encore lié ou non. Peu importe qu'il soit jeune ou non. Tant qu'il manque deux doigts à un homme qui n'est pas un des siens, Smaug sait que celle qu'il considère comme son mentor veut disparaître.

Mais il est trop tard, malgré sa course. Lorsque le jeune homme trouve Angharad, elle s'est déjà arrêtée. Net, lorsque ses yeux se sont posés sur Nicéphore. Si elle ne l'a jamais croisé dans la Cité du désert parce qu'elle en a été banni fort longtemps avant sa naissance, nul doute qu'il la reconnaîtra par le seul signe distinctif qu'elle ne peut cacher venant de son passé : le symbole sphérique à son front, cicatrice partagée par les deux seules femmes du Sud à avoir touché la pierre, à avoir eu le cadeau de l'immortalité.
____________________________________

Si Nicéphore n'est pas capable de comprendre le message envoyé par la pierre lunaire, Mevanwi est capable de l'entendre. Retranscrite, amplifiée par la pierre solaire, c'est comme un murmure pour la femme qui a touché la pierre flamboyante comme le soleil. Elle n'est pas capable de distinguer les mots employés, mais elle est intriguée. S'approche, rejoint toujours la pierre. Sans oser la toucher, elle la regarde comme si elle cherchait à y voir quelque chose. Et ce soir-là, elle était encore devant son trésor lorsqu'elle s'est faite entendre.

Pour la première fois, Dame Mevanwi est capable de déceler une image a travers les rayons -rouges sombres tel le magma qui émane du centre de la terre--que provoque la pierre. La main d'un homme encapuchoné qui enveloppe une pierre ronde, élégante, presque phosphorescente dans la nuit pour se l'accaper. Si Mevanwi n'est pas capable de comprendre ce signe, de reconnaître cet homme sans en avoir vu ces traits, son lien avec la pierre solaire lui indique indéniablement le nom de ce qui vient d'être caché, enfermé sous une cape.

Deux pierres différentes, uniques en leur genre. Deux pierres qui ont besoin l'une de l'autre pour faire fonctionner le monde. Deux pierres liées d'un amour pationnel et indescriptible pour le reste du monde. Comme la lune cherche toujours à rejoindre le soleil.
____________________________________

Dans la Cité du Sud, tout le monde connaît l'histoire. Les ancêtres font perdurer les récits pour que cela ne se reproduise pas. Personne ne doit plus tenter de soulever le pouvoir, personne ne doit se voir laissé aux bêtes dans la forêt verdoyante : que ce soit les reproducteurs qui avaient voulu une autre vie, ou les femmes qui avaient décidé que ce serait le dernier jour avec des telles atrocités. Alors tous ceux qui ont vécu là-bas connaissent l'histoire par cœur, Nicéphore ne peut pas en être autrement.

C'est celles de deux femmes amoureuses contre le reste du monde. L'une d'entre elle qui défie les lois de la nature par amour, mais aussi par orgueil, pour offrir le cadeau le plus précieux qu'elle connaisse à sa bien aimée ; c'est ainsi que la pierre solaire s'est retrouvée entre les mains de Mevanwi. Et si grâce à elle, elles ont pu prendre le contrôle de la Cité des Sables, c'est aussi à cause de la pierre qu'elles se sont séparées. Si les histoires ne racontent pas précisément ce qu'il s'est passé entre elles après les premières décennies de règne, tout le monde sait que Dame Mevanwi n'a pas hésité à tuer sa femme et à la jeter avec les autres dans la forêt ; et c'est ce qui fait que tout le monde a tant peur. Parce qu'elle est connue pour être capable d'éradiquer la seule once de bonheur, de plaisir, d'amour dans sa vie. Pour le peuple du Sud, la femme du Dame Mevanwi est morte par sa propre main avant d'être dévorée par les bêtes carnivores de la forêt.

Mais Nicéphore, qui n'a jamais ou voir de ses yeux la femme car toutes les traces physiques d'elle ont été détruite après le soulèvement, peut la reconnaître par ce seul signe distinctif qui la rapproche de Dale Mevanwi. Cette cicatrice étrangement parfaitement marqué entre ses sourcil. Dame Mevanwi est la seule à l'avoir, comme elle est la seule à être doté de cette dite immortalité, cette longue et infinie vie tant que l'on y met pas un terme. Nicéphore ne peut que la reconnaître, que connaître son histoire. Et s'il est venu dans un but bien précis ce soir, sera-t-il capable de faire abstraction de sa présence ?

La vie d'Angharad est un secret bien gardé au sein des Méridiens. Ils la cachent depuis une centaine d'année dans ces souterrains.personne ne pourrait imaginer que la femme de Mevanwi est toujours en vie après tout ce temps, toutes ces épreuves. Mais au Sud, personne n'a oublié qu'elle était une grande fervante de sa femme, à l'époque. Qu'elle était sa plus précieuse, fidèle et fiable alliée lors des combats. Mais il n'y a que la reine Mevanwi pour savoir que toutes cette idéologie qui prône les femmes avant les hommes, vient d'Angharad. Une société matriarcale. Garder le secret, est pour Dame Mevanwi, le moyen de garder chacune de ses amazones et chacun de ses reproducteurs sont son contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Empty

200812054810395471.png
Iphigénie
J'ai été choisie par mes pairs pour affronter la mer noire sur le dos de nos montures ailées, prenant d'assaut le ciel. Oui, nous sommes venus dans l'intention de conquérir. Je suis à la tête d'une armée, prête à remplir mon devoir, sans savoir que nous avons été trompés par notre conseiller et que nous nous apprêtons à voler l'un des biens les plus précieux du sud, une pierre solaire aux capacités magiques insoupçonnées.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 200812055630564759

Nicéphore

Fut un temps où il était l'un des hommes soumis à la tâche de la reproduction dans la cité gouvernée par Mevanwi. Une responsabilité accompagnée de la perte de deux doigts à chaque main. Il n'était que l'ombre de lui-même, compagnon de diverses femmes prêtes à donner la vie. Toutes les femmes avec qui il a partagé son lit ont donné naissance à une fille, à l'exception d'une ; cette dernière a donné à ce monde un petit garçon. C'est ce qui a poussé Nicéphore à agir, à prendre cet enfant avec lui et à fuir. Pour lui éviter l'abandon ou, pire, la servitude. Il a remis l’enfant à une famille d’un autre peuple afin qu’il puisse être élevé convenablement. Par la suite, il s'est retrouvé là où la guerre faisait rage, à croire qu’il était destiné à voir le chaos perpétuellement. Et un jour, quelque chose s’est produit. La pierre lunaire s’est retrouvée aux creux de sa paume. En toute sagesse, la pierre lui a offert deux nouveaux doigts à la main droite. Le signe, pour lui, qu’il devait participer au chaos.

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 200812055630382021

Emilia Clarke et Daniel Sharman :copyright:️ SneakySkunk
Elle doit vous sied à ravir, avoue sans gêne Iphigénie lorsqu'elle touche la robe bleue du bout des doigts, même si la brune est dos à elle et ne peut savoir de quel vêtement elle parle.

L'argentée se change et sourit sincèrement lorsqu'on la complimente. Elle se déplace ensuite dans la grotte.

Les hommes ne sont pas totalement dignes de confiance.
Les femmes tout autant, ajoute-t-elle, sans explication.

Par les hommes, sans doute voulait-elle englober l'Homme, mais Iphigénie tenait à éclaircir les propos. Même si elle est à la tête d'une armée, l'argentée n'offre pas sa confiance au premier venu. On doit la mériter, sa confiance. Et souvent, ce n'est pas assez. Elle évite seulement de vivre dans la haine. Elle accordera le bénéfice du doute, donnera de sa générosité, mais elle n'attendra pas qu'on la brise pour réagir. Iphi garde en tête qu'elle doit prendre soin d'elle-même pour être en mesure de prendre soin des autres. L'armée protège tout un peuple, pas la royauté. Iphi préfère néanmoins la compagnie des dragons. C'est peut-être pour ça qu'elle n'attend rien de l'Homme.

Vos précédents mots ne font que confirmer ce que je pense. Confirmer mon appréhension des vôtres, comme des méridiens.
On doit savoir avancer même lorsque la confiance fait défaut. À trop attendre des autres, nous sommes plus facilement déçues.

L'argentée hoche la tête aux explications de la brune. Elle ne cherchera pas à la contredire, ne cherchera pas davantage à donner son opinion. La phrase mentionnée concernant la confiance est la seule qui aura franchi la barrière de ses lèvres avant qu'elle ne se concentre pleinement sur les dessins peints au mur. Certains ont été texturés par l'eau qui, même si elle descend doucement en cascade en ligne droite, projette parfois quelques gouttelettes ici et là, glissant d'autres fois le long des parois. Angharad lui parle sommairement des femmes du sud pour étancher sa brève curiosité, de quoi l'informer à l'aide de pièces manquantes ; mais elle ne la retient pas davantage. Elle la remercie d'un bref hochement de tête et d'un sourire sans dent. En son absence, elle s'allonge sur le lit, pour reposer son corps, même si elle ne parvient pas à fermer les yeux. Elle observe donc la chute au même titre qu'elle observe les dessins sur les murs, se disant qu'elle demandera plus tard qui est réellement cette femme aux yeux de son alliée. Sa dragonne doit certainement se nourrir à l'heure actuelle.

_______________

Iphigénie semble à l'aise lorsqu'on vient la chercher et qu'on la fait traverser de nombreux couloirs. Elle sait être souriante, émerveillée, à peine intimidée par les quelques injures des hommes ; de toute façon, ils sont trop occupés à festoyer pour s'adresser à elle directement. Et lorsqu'elle entretient une conversation avec Angharad, elle écoute attentivement, elle répond franchement, d'une voix qui ne témoigne d'aucune hésitation. L'argentée ne manque pas de lui dire que les hommes du nord adorent faire la fête, car ça les rapproche. Ils sont sociables. La vie n'est pas davantage noble au nord. Elle est différente. Et sa vie n'est pas misérable en terme d'amour. Et les rares attaques subies ont été repoussées sans problème. Leur armée est forte et leurs montures féroces. Les sauvages n'ont jamais fait le poids. Et eux ne voyaient pas l'intérêt de les exterminer. Les grosses pertes ont été causées par la nature, par les bêtes. Le cycle naturelle de la vie.

L'homme encapuchonné, qui tend facilement l'oreille pour écouter le son de la flûte, qu'on escorte dresse la tête à l'instant où une chevelure argentée capte son attention à l'ombre de son champ de vision. Dans la noirceur, elle est une digne étoile qui brille, alimentée par les feux qui l'entourent. Mais ce qui le déstabilise réellement, c'est la jeune femme, la marque au front, qui accompagne l'argentée. Pendant une fraction de seconde, Nicéphore s'immobilise presque. Elle est l'exacte représentation projetée par la pierre lunaire ― des projections incertaines, parfois indéchiffrables, sous forme de lueurs bleutées. Elle existe, ça il n'en doutait point, mais il croyait qu'elle appartenait au passé, non pas à l'avenir. Or, désormais qu'il peut l'admirer en chair et en os, il comprend qu'elle est importante. Il détourne les yeux sans lui accorder davantage d'importance. L'ancien reproducteur poursuit sa route vers la salle des trônes.

L'argentée prétend n'avoir rien remarqué de l'immobilité de son alliée, rien remarqué de l'enfant qui court dans leur direction, rien remarqué du regard lancé par l'inconnu. Elle se contente de parler d'une voix ferme, aimable, à la brune, pour capter son attention.

Vous devriez fêter aussi, cela vous ferait grand bien.

Iphi s'excuse ensuite auprès de Angharad. Elle la rejoindra sous peu ; elle doit s'entretenir avec son prince un instant. Mais nul ne pourra interrompre la réunion.

_______________

C'est à cause d'elle si vous m'avez refusé une place au sein du Conseil? hargne-t-il une fois en présence des anciens.

Sa large capuche cache son expression récriminatoire. C'est un sourire mécontent, les lèvres pincées.

Vous n'étiez qu'un homme blessé, bercé par la folie. Nous ne pouvions supporter vos folles envies, à l'époque. Une époque si lointaine...

La dernière phrase mentionnée par l'homme du Conseil reste en suspens. Nicéphore claque sa langue contre son palais, car il peut nettement sentir les reproches qui le visent : il s'entête depuis de trop longues années. Les paupières de l'ancien ne clignent pas. Dans l'ombre de son vêtement, le faciès de Nicéphore est tiré, presque sévère. Il se sent déshabillé du regard et cela augmente la rage à son ventre.

Vous étiez jeune homme vigoureux, lorsque vous vous êtes présenté à nous, il y a fort longtemps. Cette quête ne vous a-t-elle donc pas ouvert le chemin vers votre tombeau? Relevez ce vêtement que nous puissions vous voir tel que vous êtes.

Sans qu'il ne roule des yeux, sa stature change, signe qu'il est inconfortable. Néanmoins, il redresse ses larges épaules, puis lève la tête. Dans un mouvement simple, il vient faire tomber le tissu qui camoufle si souvent sa jeunesse intacte. Un visage sale, certes, mais toujours dans la fougue de l'âge. Une barbe encadrant une mâchoire solide. De longs cheveux ramenés en chignon. Il regarde les membres du Conseil. Certains restent silencieux, d'autres se lancent des regards, et les plus dégourdis osent quelques messes basses.

Quel pouvoir avez-vous donc touché pour en arriver là? laisse entendre l'un des hommes.

Nicéphore pourrait presque entendre-là un brin de jalousie dans sa voix. Pour cette raison, il le toise plus longtemps que les autres. Mais il ne répond pas à cette question. Non, il ne parlera pas de la pierre lunaire à ces hommes. Il était venu proposer un accord, mais celui-ci reste coincé dans sa gorge. Les muscles de sa mâchoire se tendent, signe qu'il s'apprête à parler. Il ménage visiblement ses mots. Son discours ne sera pas celui préparé : parce qu'il a vu Angharad, il a vu la marque. Il ne lui fait pas confiance. Et l'espoir qu'il pouvait ressentir vis-à-vis des méridiens a disparu. Soit son inquiétude est fondée, soit son désespoir le rend fou, soit son avarice le rend psychotique, soit il se trompe sur toute la ligne. Voir Angharad remet en question de nombreuses années d'exil, remet en question de nombreuses années de préparation. Il l'imagine de mèche avec Mevanwi.

Je suis de passage uniquement pour vous prévenir que nous participerons à l'attaque contre la Cité des Sables. Vous ne serez pas seuls.
Dans c'cas, t'as qu'à trouver la sortie pour mettre en pratique ces belles paroles.

Cette phrase n'est pas prononcée par un membre du Conseil, plutôt par un homme costaud qui en impose de sa présence, un sexiste pur et dur qui n'encadre visiblement pas l'ancien reproducteur. Pourquoi l'homme encapuchonné se trouve-t-il sous terre le jour même où les nordiques engorgent leurs tunnels? Même si Nicéphore arrive avec une belle promesse, on pourrait facilement douter de sa notoriété. Soit on ne le connait pas, soit on sait qu'il n'a pas été élevé ici, parmi les rejetons indésirés. Mais s'il sait pour les nordiques, c'est uniquement à cause de la pierre.

L'entretien perdure un certain temps. Des informations sont données, mais aucune révélation n'est effectuée. Néanmoins, pour la première fois, le Conseil semble étonnement coopératif. Les méridiens ont des alliés désormais ; ça renforce visiblement leur confiance. Nicéphore trouve cela suspect. Lorsqu'on le libère enfin, l'un des hommes présents au fond de la salle l'escorte en passant par un tunnel, mais ce n'est pas vers la surface qu'il le guide.

_______________

Au moment où Nicéphore est conduit vers la salle des trônes, l'argentée fait un signe de tête à l'un de ses hommes, déjà bien intégré physiquement parmi les méridiens. Cet homme se joint à ceux qui escortent l'intrus. Lorsque la réunion se termine, Iphigénie indique à Angharad de la suivre au tournant d'un couloir ― qu'importe ce qu'elle a pu faire entre temps, qu'importe quelles craintes elle pourrait ressentir. Iphi a senti qu'elle devait faire ceci. Elles arrivent vis-à-vis de l'homme à nouveau encapuchonné. Nicéphore tourne brièvement la tête pour observer l'homme qui vient de l'escorter vers les deux femmes. Il est costaud, il revêt des habits du sud. Il paraît grossier. Nicéphore hoche imperceptiblement la tête, presque impressionné.

Un nordien? s'informe-t-il auprès de l'argentée.

Sans ouvrir la bouche, elle répond d'un unique sourcil relevé, accompagné d'un sourire satisfait. Iphigénie n'a pas bougé de la grotte de son alliée plus tôt, mais avant cela ses ordres silencieux ont été entendus et ses regards discrets ont été observés. Chaque action peut se jouer dans un délai de quelques secondes. Et ces secondes ont permis à son guerrier de conduire l’intrus jusqu'à elles. Mais Nicéphore se désintéresse rapidement de l'argentée lorsque son attention toute entière se dévoue à la brune marquée. Ses pupilles se dilatent et rétrécissent à mesure qu'il l'étudie du regard. Et si elle avait voulu réagir ou parler, il la coupe net.

Vous ne devriez pas être en vie, lâche-t-il finalement, presque avec dédain. Votre histoire est légende parmi les peuples, à maintes reprises racontée, dépeinte, améliorée, dévalorisée. Et vous vous tenez là, cachée, terrée.

Iphigénie reste de marbre face aux propos de l'homme, mais elle observe Angharad dans l'espoir de déceler une réaction qui pourrait l'éclairer. Entre temps, elle jette un coup d'oeil vers son guerrier. Dès lors qu'on le questionne du regard, il dit, sans hésitation, ce qu'il a entendu dans la salle des trônes. Que l'homme encapuchonné est venu sous terre par le passé, qu'il a déjà réclamé l'aide du Conseil voilà fort longtemps, et que sa jeunesse actuelle est anormale. Pour terminer, le guerrier met l'emphase sur une information capitale : une attaque, autre que la leur, sera lancée contre Mevanwi. Nicéphore soupire bruyamment à cette révélation.

Allez-vous défendre votre reine, traîtresse? crache-t-il à l'intention de la brune ; s'il s'écoutait, il mettrait fin à ses jours sur le champ.

Dressant la tête, il la toise de haut, parce qu'il est plus grand qu'elle. Il suffirait d'un pas pour qu'il la plaque au mur de ses mains gantées. Mais il ne bouge pas, pas encore, car il n'a jamais été si près du but ; il doit détruire tout ce qui pourrait déranger sa mission. Il en sait trop sur la brune pour n'avoir entendu que les histoires à son sujet.

La pierre solaire lui a-t-elle également donné l'immortalité? C'est la question qui alimente actuellement les pensées de l'argentée, jeune fille qui ne connait rien des moeurs, des rancoeurs et des histoires de ce continent, outre celles qu'on lui raconte. Iphigénie n'est pas immortelle, elle. Pour l'heure, l'argentée a donné sa parole aux méridiens. Son guerrier suivra donc ses ordres visuels : Angharad pourra s'exprimer, pourra agir au vu de la situation, mais d'un instant à l'autre, le guerrier pourrait éventuellement presser l'épaule de Nicéphore pour le mettre à genou au sol. Toutefois, si la brune devait réagir brusquement, nul doute que Nicéphore aurait le temps de la bloquer contre une paroi. S'il n'était que reproducteur à une époque, il a su développer des réflexes et des aptitudes au fil des années. Car la pierre lunaire lui offre également longévité. Il ignore cependant tout du réel passé de la brune. Elle pourrait même avoir des réactions qui changeraient complètement ses plans. Tout dépend d'elle : sa non confiance envers le sud, ses révélations tout comme ses non révélations, ses sentiments toujours intacts ou non envers Mevanwi. Et si Nicéphore devait faire quelque chose de regrettable, Iphigénie pourrait aisément en faire son propre prisonnier à défaut que les méridiens ne le fassent.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 397
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Empty

ai1PRV6P_o.gif
Mevanwi
Elle détient la couronne du peuple le plus au Sud de ce monde ; les contrées sont chaudes, sèches et parfois arides. Voilà maintenant un peu plus d'un siècle qu'elle règne sur sa Cité avec une main de fer dans un gant de velours. Son palais se situe au milieu du désert, mais ses terres s'étendent bien au delà des forêts touffues et verdoyantes. Elle possède la pierre solaire qui tyrannise tant de monde, et qui en attire tant d'autres. Son peuple est composé en majeur partie de femmes : les quelques hommes qu'on y trouve sont de vulgaires reproducteurs, des serviteurs à qui ont a coupés deux doigts à chaque main pour qu'ils soient incapables de tenir une arme. Elle use des pouvoirs de la pierre, mais ne les connait pas tous. Mevanwi n'a pas d'enfant, et la passation du trône n'a rien avoir avec l'ascendance dans son royaume. Elle fut pourtant mariée, aimée longtemps mais veuve rapidement. Elle a fait exécuter son premier amour pour le pouvoir. Elle est sans pitié.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Eda14960fbcf68b538c9be5d37c18135c32c9653

Angharad

Elle est née au milieu du désert, une fois. Angharad a vécu une vingtaine d'année dans la Cité de Mevanwi, mais quand cette dernière s'est emparée de la pierre solaire, les choses sont devenues trop difficile. Angharad fait partie de la panoplie de disciples qui ont été abattus pour éliminer le problème : emmenés dans la forêt, mis à mort et laissés tout juste vivant pour attirer les bêtes et les laisser se faire dévorer. Mais Angharad est la seule que le Peuple Méridien a réussi à sauver. Elle est née une deuxième fois lorsqu'ils l'ont soigné, lorsqu'ils lui ont donné une deuxième vie. Angharad a toujours eu le combat dans le sang ; elle est née pour ça. Mais le Peuple Méridien est quasiment exclusivement composé d'hommes. Ils naissent plus nombreux près de l'océan plutôt que dans le désert, mais ils récupèrent aussi tous les garçons nés et abandonnés de la Cité de Mevanwi. Pour les Méridiens, Angharad est la preuve que la pierre solaire peut rallonger la vie : elle est là depuis quasiment un siècle et n'a pas prit une ride. Ils comptent sur elle pour les libérer du joug de Mevanwi et sa magie.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 A583e56197f89373d52091f83dcc4e66a5013bcf

Alycia D.Carrey | Katie McGrath

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 RD3jD

Son coeur manque un battement quand elle croise le regard de l'homme sous la capuche. Et dès qu'il s'en va, dès qu'elle se retrouve seule, c'est tout son monde qui se met à tourner. Pas parce qu'elle se retrouve seule, Angharad est le genre de personne à rechercher la solitude. Mais parce qu'elle a vu dans le regard de Nicéphore la seule lueur qu'on ne trouve pas ailleurs : celle du porteur de la pierre. Cette éclat qui résonne au fin fond de l'âme, cet éclat qu'elle a vu dans son propre regard, le même éclat qu'elle voyait tous les jours dans le regard de Mevanwi. Il ne représente rien d'autre que la possession ; pas cette personnalité avide de pouvoir. Mais cet éclat représente tout ce qu'elle a été, tout ce qu'elle est, tout ce qu'elle sera jusqu'à la fin de sa vie.

L'idée que cela puisse être la pierre de lune ne lui effleure pas l'esprit. Pas même une seconde. Et lorsqu'elle se retrouve seule à ses occupassions, malgré le faible sourire aux lèvres étirées qu'elle a lancé pour répondre aux mots bien choisis d'Iphigénie, elle ne profite pas de la sauterie qui se fait en bas. Son regard, ses pas cherchent tout de suite le jeune Smaug. Et quand elle le trouve, peu importe qu'il soit enclin à la suivre ou à lui adresser la parole, Angharad attrape fermement son épaule pour le faire marcher devant elle. C'est à l'abris des regards et des oreilles indiscrètes qu'elle veut se retrouver en sa présence. Alors Angharad, bien plus qu'à l'habitude dans ces murs, paraît sur ses gardes. Toujours un oeil en arrière pour être sur que personne ne les suive, des pas trop rapides, pour emmener Smaug loin, très loin de l'agitation des Méridiens et des quelques Nordiens qui sont dans les tunnels. Le jeune adolescent s'inquiète comme jamais, pas une seule fois dans sa vie il n'a vu son idole ainsi.

" - Tu te souviens de ce que je t'ai appris ?" Qu'elle demande, encrant son regard dans le sien, sa main tenant toujours son épaule, alors qu'elle l'a retourné brusquement pour qu'il lui fasse face. " Alors va chercher ton paquetage. Monte à la surface, et attend moi là où tu sais."
" - Quoi ?" Il paraît soudainement sous le choc, adieu l'inquiétude. " Pourquoi, qu'est-ce qui a changé ? Ce Nicéphore ne s'en prendra pas à vous..." Smaug a prononcé ce nom comme une insulte qui ne passerait pas ces lèvres pour la première fois. " pas chez nous, pas chez moi."
" - Tout a changé !" Qu'elle claque de sa langue, ce qui le fait taire. Angharad a parlé si bas, mais avec tant de hargne qu'il n'a d'autres choix que de se taire. " Ton peuple va suivre un homme qui ne vit que pour ce combat. On ne peut pas leur faire confiance. A aucun d'eux."
" - Mais on se bat tous pour la même chose. Pas vrai ?" Smaug semble troublé, il s'enlève de la main de son mentor : on pourrait croire à un signe de rébellion. Angharad y voit une force de caractère qui la fait doucement sourire, légèrement redescendre de ses grands chevaux.
" - Je me bats pour moi-même." Qu'elle souffle avec plus de douceur. Angharad n'a jamais paru si sincère et honnête qu'en cet instant, face à cet enfant mâle. " Pas pour la pierre. Pas pour ton peuple. Pas pour le leur. Certainement pas pour venger un reproducteur. Leur combat n'est pas le mien, le tien non plus."

Le gamin l'a regardé, le court d'un instant, comme s'il comprenait enfin les différences entre tous les termes qu'elle vient d'utiliser. Puis il se tait, lui lance un simple accord du menton et s'éclipse pour accomplir sa tâche. Angharad sait qu'elle n'emportera pas ses effets personnels lorsqu'elle s'éclipsera définitivement de la Cité Méridienne. Pourtant, elle est parti dire adieu aux vêtements de son coffre, et effacer chacun des dessins au mur.
_______________________________

" - Vous ne devriez pas être en vie," lâche-t-il finalement, presque avec dédain. " Votre histoire est légende parmi les peuples, à maintes reprises racontée, dépeinte, améliorée, dévalorisée. Et vous vous tenez là, cachée, terrée."

Angharad aurait pu répondre, mais elle ne l'a pas fait. Pourtant, son visage trahi chacune des pensées qui peuvent traverser son esprit. Elle déteste cet homme pour ce qu'il est, pour ce qu'il dit. Et puisqu'elle ne répond pas, elle réagit simplement comme elle l'aurait face à un reproducteur en son temps ; elle tourne le visage avec dédain loin de cet homme. Elle n'a que faire de ce qu'il pense, de ce qu'il a à dire. Alors Angharad écoute la retranscription de ce qui a été dit pendant la réunion ; elle veut connaître chaque détail pour pouvoir s'en servir à son avantage lorsqu'elle sera loin d'ici. Son oeil est plus vif lorsque les choses sont officialisées ; elle le savait. Nicéphore est là pour attaquer la reine du Sud. Elle voit clair à travers les hommes qu'elle a aidé à forger. Le temps n'affecte pas ce genre de choses.

" - Allez-vous défendre votre reine, traîtresse?"

Il est si grand, si imposant avec tout ce dédain dans son regard. Mais lorsque Angharad tourne à nouveau son regard vers son rival, elle ne se sent pas plus petite. Elle ne se sent pas plus faible. Sa poitrine se gonfle à mesure qu'elle inspire en tentant de garder son calme, de garder le contrôle. Parce que Angharad se voit déjà remettre ce moins que rien comme elle a pu le faire sur d'autres à une époque ; par les coups, par sa lame, par les mots et même en lui prenant la vie en fonction des mots qu'il a pu employer.

" - Mevanwi n'a jamais été ma reine, elle était supposée être ma femme." Qu'elle prononce, les dents serrées pour choisir chacun des mots qu'elle prononce. Elle aurait voulu pouvoir se taire, mais l'impertinence dont ce vaut rien use face à elle la met hors d'elle. Lui ne sait pas ce qu'est l'amour, il n'était là que pour une chose : donner sa semence à celles qui en avaient besoin. " Elle m'a attaqué dans notre lit conjugal... Parce qu'elle n'avait aucune chance, elle a usé de mes soldats pour me mettre à terre. Elle m'a jeté pour mourir dans la forêt... et tu attends de moi que je la défende ?" Un léger rire s'échappe de ses lèvres ; un rire nerveux, un rire qui la met plus en colère encore. Angharad ne contrôle rien, à cet instant. " Ton erreur. Mais celle de Mevanwi est d'avoir choisi de te laissez vivre, toi et ceux de ton genre."

Elle s'approche d'un pas, sa main posée sur la paume de son épée accrochée à son armure. Pourquoi a-t-elle prit le temps de se changer ? Elle trahit ses propres plans par sa simple allure, mais Angharad n'y fait plus attention. De sa main libre, elle vient pousser Nicéphore sur son torde : elle n'a pas peur de lui, Angharad n'a peur de personne, et s'il cherche l'affrontement en l'opposant de la sorte face aux Nordiens, il ne la mettra pas au sol. Angharad ne se laissera pas faire face à un reproducteur.

Nicéphore agit comme il aurait du le faire. Brusquement, il plaque l'immortelle contre la paroi créée par un lombric. Le souffle manque à Angharad, par la colère, par l'élan, par l'adrénaline qu'elle ressent quand on ose la toucher. Elle est dégoûtée par ce simple contact, et avant qu'elle n'ait eu le temps de réfléchir, son corps à agit par instinct. Sa main a attrapé une courte lame cachée à l'intérieur même de l'armure, prête à transpercer le flan du porteur de la pierre. Elle le pense trop sombre, trop malsain, trop confiant pour ne pas que Mevanwi soit derrière tout ça. Aurait-elle été capable d'user d'un reproducteur pour s'infiltrer chez les Méridiens pour les amener tout droit dans un piège ?

C'est une autre lame qui l'empêche de planter l'homme. Celle de la lance de Smaug qui se pose contre la gorge de Nicéphore. Le gamin a agit plus vite que l'homme d'Iphigénie, mais c'est uniquement parce qu'il attendait le bon moment pour intervenir.

" - Si vous touchez à un seul de ses cheveux... je vous trancherais moi-même la gorge." Il ne tressaille pas quand il parle, quand il menace. Pourtant, Smaug sait qu'il ne ferait pas le poids face à Nicéphore. " Vous n'aurez le soutient d'aucun des miens si tel est votre choix."
" - Baisse ton arme." Qu'elle ordonne au plus jeune, le regardant du coin de l'oeil. Elle-même baisse son poignard même si l'ancien reproducteur ne lâche pas sa prise. " Je ne mourrais pas sans la voir mourir d'abord."

Quoi qu'il arrive, Angharad se dégage de l'emprise de celui qui la débecte tant. Que ce soit grâce à Iphigénie et ses ordres, ou à sa propre volonté. Elle vient même passer ses doigts là où il l'aurait touché, comme si elle cherchait à faire disparaître des traces invisibles de son passage. Lorsqu'elle a terminé de le foudroyer du regard, Angharad s'attarde sur le plus jeune. Dans un simple regard, elle lui fait comprendre qu'elle n'est pas heureuse de voir qu'il a manqué à l'ordre qu'elle lui avait donné. Le gamin aurait déjà du être en haut à cette heure, pas là, son arme fétiche à la main et son sac de voyage accroché dans son dos.

" - Peut-être peux-tu mentir au Conseil, géniteur, mais pas à moi." Angharad se sentira toujours supérieur face à lui, surtout, elle le verra toujours dans l'image de sa première fonction. " Sors ce que tu as sous ta cape." Angharad se demande, et le déteste déjà, quel lien peut bien unir Nicéphore et Mevanwi pour qu'elle l'ait laissé toucher la pierre. " Tu as eu tord de croire que je ne serais pas capable de l'entendre chanter..."

C'est ce qu'elle fait, la pierre ; elle a chanté à son oreille une mélodie parfaite qu'elle ne saurait oublié. Pas même après ce siècle sans l'entendre. Pourtant, la mélodie est lointaine, cachée par tout le reste, alors elle ne remarque pas les notes légèrement différentes que la pierre lunaire est capable d'émettre.

Angharad, elle serait restée là, droite, à attendre que l'ennemi qu'elle s'est fait elle-même, agisse pour répondre à sa demande. Elle aurait été prête à dégainer son épée, cette fois-ci. Parce que si Nicéphore s'était retiré pour garder le secret, le doute aurait été levé : Angharad aurait été certaine qu'il soit de mèche avec Mevanwi. Elle n'a confiance en personne entre ses murs, et pourtant, son regard passe une fraction de seconde sur le plus jeune, puis sur l'argentée. Malheureusement pour la brune, elle a tendance à donner sa confiance aux femmes. Si elle doute de la femme du Nord, elle aura tendance à se tourner vers elle lorsqu'un ennemi masculin se trouvera en travers de sa route. D'un sourcil qui se lève, elle a eu l'air de dire je vous avez prévenu, ils ne sont pas dignes de confiance.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Empty

200812054810395471.png
Iphigénie
J'ai été choisie par mes pairs pour affronter la mer noire sur le dos de nos montures ailées, prenant d'assaut le ciel. Oui, nous sommes venus dans l'intention de conquérir. Je suis à la tête d'une armée, prête à remplir mon devoir, sans savoir que nous avons été trompés par notre conseiller et que nous nous apprêtons à voler l'un des biens les plus précieux du sud, une pierre solaire aux capacités magiques insoupçonnées.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 200812055630564759

Nicéphore

Fut un temps où il était l'un des hommes soumis à la tâche de la reproduction dans la cité gouvernée par Mevanwi. Une responsabilité accompagnée de la perte de deux doigts à chaque main. Il n'était que l'ombre de lui-même, compagnon de diverses femmes prêtes à donner la vie. Toutes les femmes avec qui il a partagé son lit ont donné naissance à une fille, à l'exception d'une ; cette dernière a donné à ce monde un petit garçon. C'est ce qui a poussé Nicéphore à agir, à prendre cet enfant avec lui et à fuir. Pour lui éviter l'abandon ou, pire, la servitude. Il a remis l’enfant à une famille d’un autre peuple afin qu’il puisse être élevé convenablement. Par la suite, il s'est retrouvé là où la guerre faisait rage, à croire qu’il était destiné à voir le chaos perpétuellement. Et un jour, quelque chose s’est produit. La pierre lunaire s’est retrouvée aux creux de sa paume. En toute sagesse, la pierre lui a offert deux nouveaux doigts à la main droite. Le signe, pour lui, qu’il devait participer au chaos.

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 200812055630382021

Emilia Clarke et Daniel Sharman :copyright:️ SneakySkunk
Mevanwi n'a jamais été ma reine, elle était supposée être ma femme.

Des paroles dites sous le coup de la colère qui n'ont pas la même signification aux oreilles de Iphigénie et aux oreilles de Nicéphore. Pour l'argentée, c'est une révélation de taille qui peut expliquer les tensions entre les peuples, qui peut expliquer le rejet de la femme parmi ces hommes territoriaux. Pour l'ancien reproducteur, c'est un blasphème. Un coeur amoureux est stupide. Pour cette raison, il est bien heureux de n'avoir jamais connu l'amour auprès d'une femme. Cela ne serait que distraction.

Elle m'a attaquée [...] elle a usé de mes soldats [...] elle m'a jetée pour mourir [...] et tu attends de moi que je la défende?

Aucune once de compassion ne traverse les traits du visage de Nicéphore. Il observe cette femme bafouée comme si elle était le mal incarné : une traîtresse. Son récit ne l'émeut d'aucune façon. Elle prétend avoir été la victime de son ancienne femme, jetée comme si elle ne valait rien. Pourtant, son aversion à l'égard des reproducteurs ― contre les hommes en général ― n'est point inchangée. Son aversion semble toujours d'actualité. Elle est une plaie pour l'humanité. Nicéphore l'imagine encore attachée à cette reine, Dame Mevanwi. Elle l'inonde d’hypocrisie lorsqu'elle le bouscule en frappant son torse, la main sur la paume de son épée. Son torse se durcit à l'impact, signe qu'il prend une énorme bouffée d'air ; de l'air humide et condensée sous terre. Il la trouve abjecte. Il sera dévoué à sa cause. Non, il n'hésite pas à la bloquer contre la paroi pour la dominer, elle qui a dû prendre son pied à écraser les hommes dans sa vie. Son avant-bras se plaque sur son buste, près de sa gorge. Elle ne reçoit que ce qu'elle mérite.

Si vous touchez à un seul de ses cheveux... je vous trancherai moi-même la gorge.

Imperceptiblement, un sourire déforme ses traits. Ses yeux tombent sur le gamin qui lui tient tête, arrivé en catimini. Pour sauver une femme égoïste qui ne corrige pas ses erreurs passées? Est-ce la honte qui l'oblige à se cacher sous terre? On récolte ce que l'on sème, pense-t-il. Mais l'adolescent fait preuve de courage en s'interposant. Cette interaction empêche Nicéphore d'aller plus loin, d'aller au bout de ce meurtre qu'il était sur le point de commettre, même si on l'aurait planté en retour.

J'entends ce que tu dis, joueur de flûte, confirme-t-il.

Sa voix est désormais plus calme, car il ne ressent aucun dédain envers ce garçon ; il respecte le courage dont il vient de faire preuve pour protéger son mentor, même que ça le détend. Il plonge momentanément dans ses pensées lorsqu'il le détaille ; Nicéphore se revoit quitter la Cité des Sables pour protéger son trésor, son fils. Un garçon innocent à qui on aurait tout pris, qu'on aurait humilié. Lorsqu'il tourne a nouveau la tête vers Angharad, il ne peut s'empêcher de l'imaginer à l'origine de ses malheurs. Qui déteste-t-il, finalement? Celle qu'il maintient contre la paroi ou celle qui ne tardera pas à le voir arriver? Les deux, si c'était à choisir. Sa poigne est moins solide, alors elle en profite pour se dégager. Il échappe un rire bref lorsqu'elle exige de voir son secret. Sa main joue subtilement à l'intérieur de sa cape, mais son regard se plante à nouveau sur le plus jeune, comme si ce petit était un rappel de la raison pour laquelle il se battait au départ.

Feras-tu de lui ce que vous avez fait de nous? gronde-t-il. Ses doigts lui permettent encore de jouer d'un instrument.

À peine termine-t-il sa question qu'une main délicate, mais ferme, lui agrippe le biceps. Elle retient de justesse une main armée d'un poignard.

Ce n'est pas ce qu'elle a demandé, plaide l'argentée.

Elle essaie tant bien que mal de ne pas se soucier des nombreux questionnements qui l'assaillent maintenant que la vérité éclate au grand jour. Sa neutralité l'oblige à considérer les deux parties, même si ses promesses premières ont été formulées aux Méridiens. Elle a été formelle sur un point, néanmoins : elle se rétractera si elle se sent trahie. Et la tenue de Angharad porte à croire qu'elle était sur le point de les abandonner, ce qui ne penche aucunement en sa faveur. Iphigénie le fait comprendre par un regard dur. Malgré tout, ses doigts descendent le long de ce bras masculin pour dérober la lame cachée.

Je ne ferai pas l'erreur de te montrer ce que tu souhaites, souffle-t-il à demi-voix à l'intention de la brune qu'il toise avec mépris. Tu n'es plus digne de quoique ce soit.
Nul Homme n'est digne de détenir l'essence du monde entre ses doigts, déclare l'argentée.

Voilà un moment parfait pour quiconque souhaitant s'exprimer.

Je me bats pour le peuple. Pour assurer la continuité de leur famille. Je ne resterai pas sous terre  que vous soyez fixés sur vos objectifs. J'ai pour habitude de braver les tempêtes et de fendre le ciel. Je n'ai pas besoin de me retrouver coincée au milieu d'un désaccord vieux de cent ans pour me décider à attaquer. Que mes dragons soient prêts ou non pour ce combat, j'apprendrai de moi-même comment redonner à la nature ce qui lui appartient, siffle-t-elle radicalement, la dernière phrase s'adressant directement à Angharad.
Elle n'a pas tort sur ce point, intervient Nicéphore, moins borné, comprenant qu'on a mis l'argentée en garde ; c'est frustrant d'admettre que la brune puisse avoir raison d'une quelconque façon. Si elle dit que vos dragons ne sont pas prêts, c'est qu'ils ne le sont pas. Ils ne seront jamais de taille contre la force qui se trouve là-bas.
Ne parlez pas de mes dragons comme si vous les aviez déjà vus, rétorque-t-elle froidement, une moue au visage, mais elle paraît perplexe lorsque Nicéphore se contente de lever un sourcil, plus mystérieux que jamais.

Oui, elle le trouve arrogant dans son manque de personnalité.

Nicéphore semble réfléchir ; il se demande si son objectif est plus important que la mort de Angharad. Il en vient même à la questionner du regard, tout autant que l'adolescent. Après quelques secondes, mâchoire serrée, il opine imperceptiblement... Cette mort-ci pourra attendre. Mevanwi est celle qu'il doit atteindre en premier. Il ignore si c'est son coeur qui choisit, si c'est l'énergie de la pierre qui fait pencher la balance, si c'est Angharad qui est intervenue ou si c'est la présence de l'argentée qui calme ses appréhensions, mais sa voix se fait basse, discrète, sombre, lorsqu'il relève les yeux vers Anghrad et qu'il s'adresse à elle directement :

Je vous montrerai à la surface : le Conseil ne doit pas savoir.

Et sans qu'on ne le retienne, il s'éloigne avant de mettre fin à la vie de cette femme qui a un jour partagé la couche de Mevanwi. Peut-on seulement lui faire confiance? Iphi prend à nouveau la parole.

À n'avoir foi en personne, on s'isole soi-même, lâche Iphigénie à la brune. Libre à vous de partir et de fuir, mais j'ose espérer que vous serez là quand elle mourra en premier. Votre passé m'est inconnu. Je me projette dans l'avenir ; et je ferai ce qu'il faut pour qu'il existe encore demain. Venez-vous avec moi?

La présence du garçon ne dépendra que des choix de la brune.

Elle tourne la tête vers son garde et lui dit qu'elle ne souhaite aucun témoin gênant. Personne ne doit sortir. Iphigénie ne prévient pas même son prince lorsqu'elle quitte les tunnels pour gagner la surface. L'air est respirable. Nicéphore a pris de l'avance, mais en traversant les décombres sur une longue distance, on peut atteindre un secteur reculé. C'est là qu'elle le rejoint, à quelques mètres d'écart. La lune est pleine dans le ciel. Iphi ne sait pas si Angharad suit derrière, mais si tel est le cas, elle pourra voir l'homme plonger une main gantée dans sa cape pour en sortir un objet enveloppé d'une tissu violet. Et là, la pierre est dévoilée, loin des flammes dansantes sous terre. La pierre est mise à nue en pleine nuit, là où le soleil ne lui fait pas obstacle.

Là est ma dévotion, souffle Nicéphore qui aura des choses à raconter si on osait lui poser des questions à cet instant précis.

Un bruit trahit la nuit. Des battements d'ailes. Ça fait sourire Iphigénie qui peut voir l'ombre de sa dragonne passer au-dessus d'elle. Celle-ci atterrit à ses côtés, sa lourdeur au sol amoindrie par ses battements d'ailes. Les yeux de l'argentée semblent fusionner avec la pierre : l'unique lueur visible sur terre. Des ondes émanent de la pierre, des ondes physiques qui dansent à la manière des aurores boréales qu'elle a connues au nord, lorsque les nuits sont les plus longues et les plus sombres. Et si, seulement si Angharad est là, elle pourra voir que Nicéphore l'observe derrière ces lueurs luminescentes. Ces lueurs sont magnifiques, mais la pierre sait offrir tellement plus de merveilles encore. Il ne tient pas la pierre à main nue. Et il ne sait pas si Angharad sera un problème dans l'avenir.

Voyons-nous la même chose? demande l'argentée en pleine découverte.
Et que voyez-vous? demande l'homme à qui on n'a jamais posé cette question auparavant ; il n'en sait rien.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 397
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Empty

ai1PRV6P_o.gif
Mevanwi
Elle détient la couronne du peuple le plus au Sud de ce monde ; les contrées sont chaudes, sèches et parfois arides. Voilà maintenant un peu plus d'un siècle qu'elle règne sur sa Cité avec une main de fer dans un gant de velours. Son palais se situe au milieu du désert, mais ses terres s'étendent bien au delà des forêts touffues et verdoyantes. Elle possède la pierre solaire qui tyrannise tant de monde, et qui en attire tant d'autres. Son peuple est composé en majeur partie de femmes : les quelques hommes qu'on y trouve sont de vulgaires reproducteurs, des serviteurs à qui ont a coupés deux doigts à chaque main pour qu'ils soient incapables de tenir une arme. Elle use des pouvoirs de la pierre, mais ne les connait pas tous. Mevanwi n'a pas d'enfant, et la passation du trône n'a rien avoir avec l'ascendance dans son royaume. Elle fut pourtant mariée, aimée longtemps mais veuve rapidement. Elle a fait exécuter son premier amour pour le pouvoir. Elle est sans pitié.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Eda14960fbcf68b538c9be5d37c18135c32c9653

Angharad

Elle est née au milieu du désert, une fois. Angharad a vécu une vingtaine d'année dans la Cité de Mevanwi, mais quand cette dernière s'est emparée de la pierre solaire, les choses sont devenues trop difficile. Angharad fait partie de la panoplie de disciples qui ont été abattus pour éliminer le problème : emmenés dans la forêt, mis à mort et laissés tout juste vivant pour attirer les bêtes et les laisser se faire dévorer. Mais Angharad est la seule que le Peuple Méridien a réussi à sauver. Elle est née une deuxième fois lorsqu'ils l'ont soigné, lorsqu'ils lui ont donné une deuxième vie. Angharad a toujours eu le combat dans le sang ; elle est née pour ça. Mais le Peuple Méridien est quasiment exclusivement composé d'hommes. Ils naissent plus nombreux près de l'océan plutôt que dans le désert, mais ils récupèrent aussi tous les garçons nés et abandonnés de la Cité de Mevanwi. Pour les Méridiens, Angharad est la preuve que la pierre solaire peut rallonger la vie : elle est là depuis quasiment un siècle et n'a pas prit une ride. Ils comptent sur elle pour les libérer du joug de Mevanwi et sa magie.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 A583e56197f89373d52091f83dcc4e66a5013bcf

Alycia D.Carrey | Katie McGrath

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 RD3jD

" - Feras-tu de lui ce que vous avez fait de nous? Ses doigts lui permettent encore de jouer d'un instrument."

La rancœur qui s'échappe de Nicéphore est palpable pour tous ceux qui sont dans ce tunnel. Mais Angharad la ressent de plein fouet comme une gifle qu'on lui aurait infligé. Elle plisse ses yeux, prête à répondre, mais Iphigénie l'interrompe avec un ordre bien placé. Le regard de la brune quitte alors l'homme qui ne mérite pas qu'elle s'adresse à elle pour regarder l'argentée : c'est plus doux, c'est même un regard que l'on pourrait qualifier de fier. Parce qu'elle voit que la blonde n'a qu'une seule idée en tête : apprendre, comprendre, voir et se faire une idée par elle-même. N'est-ce pas la définition de l'intelligence ? Angharad veut surtout voir elle aussi. Elle pense voir cette boule semblable à du verre rempli d'un feu bouillant et d'une lave en fusion en même temps. Et pourtant, son coeur a peur que ses yeux retombent sur ce qui l'a fait tomber en premier. Angharad n'est pas parfaite, loin de là, mais elle s'est fait happer par le pouvoir de la pierre solaire en premier lieu. Le pire des cadeaux empoisonnés.

Le regard que la femme du Nord lui lance est dur, mais ça ne fait que prononcer un peu plus le sourire qui se trouve au coin des lèvres de la brune. Elle n'a pas juré alliance à ce peuple, les Méridiens l'ont fait. Elle n'est pas l'une des leurs. Angharad n'en fera jamais partie, et elle ne le désire pas non plus. Son accoutrement, prête à partir, peut sembler à une trahison : mais la seule personne qu'elle ne pourrait trahir tient toujours sa lance prêt à agir. Le garçon qui n'aura pas les doigts coupés est le seul qui puisse réellement avoir confiance en elle. Tu n'es plus digne de quoique ce soit. Il est tranchant, il mérite un nouveau sombre regard et Angharad se retient de justesse de lui cracher au visage. Si l'argentée n'était pas là pour contrôler la situation, l'un des deux serait déjà mort. Si ce n'est l'homme et la femme simultanément.

" - [...] Que mes dragons soient prêts ou non pour ce combat, j'apprendrai de moi-même comment redonner à la nature ce qui lui appartient." Cette phrase résonne autant pour la femme du Sud, que pour le garçon qu'elle entraîne dans sa chute.
" - Elle n'a pas tort sur ce point." Qu'il soit d'accord avec elle la pousse à détourner le regard sur le plus jeune pour ne pas grimacer. Elle préférerait avoir tord plutôt qu'être en accord avec un reproducteur. " Si elle dit que vos dragons ne sont pas prêts, c'est qu'ils ne le sont pas. Ils ne seront jamais de taille contre la force qui se trouve là-bas.
"  - Ne parlez pas de mes dragons comme si vous les aviez déjà vus."
L'argentée voudrait que ses dragons soient à la hauteur.
" - Rencontrés ou pas. Ils ne vaudront rien là-bas, comme toutes les autres bêtes de cette Terre."

C'est le pouvoir de la pierre qui détruit tout. Qui effraie tout. Seuls les gens du Nord peuvent croire encore en leur puissance, mais ceux qui vivent maudit par la pierre solaire savent depuis bien longtemps que tous et toutes sont inférieurs. Jamais Dame Mevanwi ne serait restée tant d'années au pouvoir s'ils avaient eu la moindre chance de s'en sortir. Nicéphore, qui semble avoir assez réfléchit pour la faire passer au second plan de cette guerre, lui lance un regard qu'elle comprend directement : elle va voir.

" - Je vous montrerai à la surface : le Conseil ne doit pas savoir."
" - Si un seul des Méridiens devait apprendre ce que tu as dans la poche, tu seras mort dans la minute." Qu'elle claque de façon sévère : parce qu'elle ne l'apprécie pas, parce qu'elle ne veut pas être en accord avec lui. Angharad n'oubliera jamais ce qu'elle a vécu après avoir récupéré la pierre. Elle ne peut pas renier ce qu'elle a été, et ça continue à affecter ce qu'elle est aujourd'hui. " Ils ne veulent pas la mort de Mevanwi plus qu'il ne désire ce que tu caches." Ils veulent le pouvoir plus que tout.

Ils se retrouvent tous sans la présence de l'homme à la capuche. Et les mots de Iphigénie ne tombent pas dans l'oreille de sourds. Angharad est touchée ; la solitude. C'est ce qu'elle ressent depuis pratiquement un siècle. N'a-t-elle jamais rêvée d'être aimée comme elle a pu l'être un jour ? Constamment. Mais son esprit de guerrière et son désir de voir mourir celle qu'elle a pu tant aimer fut-un temps sont bien plus grands que le reste. Elle s'écrase elle-même pour accomplir ses désirs.

Pourtant, elle finit par suivre Iphigénie, tout comme le gamin qui suit après avoir reçu un signe de la tête de son mentor. Ils ne retourneront pas sous terre. Et une fois à l'extérieur, le plus jeune respire comme jamais : c'est l'une des premières fois qu'il met le nez dehors. On peut le lire sur son visage, car il tente d'emmagasiner le plus de détail possible. Il connait tout de cette cité, mais vu t'en dessous. Il connait parfaitement le plan de ce qui se trouve au dessus, sans pour autant en avoir déjà arpenté ses rues. Ils sont tous les quatre à la surface, et leur destin n'a certainement jamais autant été mit en péril.

La pierre est dévoilée, et il n'y a que deux surpris : le joueur de flûte et Angharad. Si le plus jeune cherche à avoir un contact visuelle avec la guerre, elle ne parvient pas à détacher ses yeux de la pierre lunaire. Si belle, si étincelante, si différente de celle qu'elle a un jour tenu entre ses doigts. Son visage trahi sa pensée ; elle ne s'attendait pas à voir une telle chose dans les mains de Nicéphore. Et quand elle lève ses yeux pour le regarder lui, elle se rend compte qu'il n'est pas l'allié de Dame Mevanwi. Elle se rend compte qu'il est certainement tout autant dangereux que son ancienne femme. Angharad a peur, mais ça, elle ne le montre pas.

Si le gamin est scotché par le dragon venant du Nord qui se pose au sol, il finit par lancer des coups d'oeil en biais à l'animal, puis à la pierre. Maintenant, il tente de voir ce qu'il voit et ce que les autres pourraient voir. Voient-ils seulement la même chose ? Angharad refuse de poser ses yeux plus longtemps sur la rondeur qu'il n'ose tenir à pleine main.

" - Si ta dévotion est dans cette pierre..." Qu'elle commence à dire sans même laisser le temps aux autres de répondre à la précédente question. Ce qu'ils voient ne la concerne pas, elle ne veut pas savoir. Tout ce qu'elle peut voir est poison pour le monde. " alors ta vie est encore plus inutile qu'elle ne l'était au Sud." Angharad est mauvaise. Là, elle crache au sol, à côté de Nicéphore : elle le déteste encore plus parce qu'elle se rend compte qu'il a fait exactement la même erreur qu'elle dans le passé. " Tu aurais du la laisser là où tu l'as trouvé. Si j'en avais fait de même, nous n'en serions pas là aujourd'hui."

Le jeune garçon connait l'histoire d'Angharad parce qu'elle la lui a raconté. Parce qu'il a su regarder dans les dessins de la grotte, comme on aurait lu les lignes d'un ouvrage. Mais surtout, il croit en la seule chose que la brune lui a appris et qu'elle n'aurait su faire : récupérer la pierre pour la remettre à sa place initiale. Smaug devait s'occuper de la pierre solaire sans même connaître l'existence de celle qui reflète la lune. Mais maintenant qu'il la voit, là, dans la main de Nicéphore qui la tient avec un linge, il sait qu'il devra la replacer elle aussi. Même s'il ne saurait par où commencer parce que Smaud n'était pas présent pour sa découverte. Est-ce que ça l'empêche d'agir pour autant ? Non.

Et peu importe la conversation qui se déroule, sans qu'il ne l'ait vraiment écouté. Peu importe que son mentor lui court après pour le suivre. Peu importe s'il doit se battre pour la garder. Smaug tend simplement, et rapidement la main pour attraper la pierre de lune : lui n'a pas de tissu pour la tenir. Lui s'en moque, parce que lui n'imagine pas tous les effets que ça peut avoir. Il l'attrape, étonnamment trop simplement, et se met à courir dans la direction opposée pour tenter de les devancer : Smaug fait surtout attention à partir bien loin du dragon, qu'il n'a jamais vu aussi gros. Angharad, quant à elle, a eu l'impression de voir la scène au ralentit. Elle a eu le temps d'attraper son arme, de sentir son coeur se serrer, et d'être prête à lancer en plein dans le coeur du garçon son poignard. Pourtant, elle se contente de le lâcher à terre, puis, elle se lance à sa poursuite. Si Angharad a lâché son arme, c'est qu'elle reviendra. C'est qu'elle n'est pas là pour tuer, ou pour s'enfuir. Qui partirait à l'aventure sans une partie de ses affaires ? Car même le garçon a laisser tomber son sac avant de se jeter sur la pierre. Ils ne courent pas pour la même chose.

S'il est parti vite, s'il a prit de la distance, Angharad n'a absolument aucun mal à le rattraper. Elle a plonger pour sauter sur ses jambes. Pourquoi ? Parce qu'elle refuse qu'il porte le même fardeau qu'elle ; il a touché la pierre à main nue alors sa vie ne sera plus la même. Voilà qu'il est immortel sans le savoir, Nicéphore l'a-t-il déjà touché une fois ? Sans aucun doute vu les traits frais de son visage. Smaug ne s'en est pas rendu compte, mais la pierre lunaire a touché son coeur comme elle a touché celui de l'homme qui la portait jusqu'à présent. Comme la pierre solaire l'a fait avec les deux autres femmes. Est-ce que Iphigénie, son dragon, et le reproducteur ont bougé pour les rattraper ? Car s'ils sont si prêt, ils pourront entendre le chant mélodieux qui s'échappe de la pierre lorsqu'elle s'échappe des mains de Smaug et qu'Angharad tend la main pour la récupérer.
____________________________

Dame Mevanwi touche la pierre, use de la pierre, mais jamais encore elle n'a mis la pierre solaire face aux rayons de la lune. Elle n'aurait pas du le faire ce soir : la tenir entre ses doigts comme un bijoux précieux qu'on contemple avec désir. C'est la sienne, celle de personne d'autre. Elle produit ses propres désirs grâce à cette magie, grâce à cette noirceur qui la hante : semblable à celle de son ancienne femme, mais certainement plus grande. Différentes. Que cherchait-elle à faire, en sortant sous les rayons de la lune, sur son grand balcon ? A voir, à entendre ce qu'elle a entendu plus tôt. Mais rien ne se produit jusqu'à ce qu'un chant mélodieux s'en échappe. Là fut son erreur : vouloir user d'une nouvelle fois de la pierre en ce jour. Dame Mevanwi aurait du s'abstenir.
____________________________

Les deux pierres, sous la lune, tenues dans des mains chaudes, ont un pouvoir qu'elles n'avaient jamais pu exploiter jusqu'à présent. Et lorsque la pierre lunaire tombe dans la main d'Angharad, ça se produit, car la pierre solaire est dans la main de Mevanwi. A croire que le destin l'a voulu ainsi.

Sous les yeux des trois autres, Angharad disparaît dans un nuage plein d'étoiles et d’aurore boréales. La pierre reste où elle est, car quelqu'un d'autre la tien : Dame Mevanwi qui apparaît dans ce même nuage plein de magie. Si elle ne comprend d'abord pas comment elle est arrivée ici, c'est Smaug qui l'a fait réagir qu'elle n' est pas seul. Le plus jeune s'est redressé d'un bon en voyant que son mentor n'est plus là, et directement, il recule là où sont les deux autres ; à cet instant même ils sont les meilleurs alliés qu'il puisse avoir.

Quoi qu'il se passe à cet instant, quoi qu'ils se disent, Dame Mevanwi répondra. Que ce soit avec des mots, ou avec la magie ; elle sait comment user de la pierre solaire pour se défendre. Elle en fera de même avec la pierre lunaire, qu'elle refuse de lâcher même après l'avoir contemplé. Les effets de la pierre seront différents mais elle pourra s'en servir pour se défendre ; car elle n'a ni épée, ni garde pour la défendre. Elle est la, simplement dans sa tunique de la même couleur que celle que Iphigénie à pu voir dans le coffre d'Angharad.
____________________________

Angharad se retrouve là où Dame Mevanwi était quelques secondes plus tôt. Mais le nuage qui sort de cette pierre, qui l'ebtoure avant de disparaître, est différent de ce qu'elle a vu à la Cité Méridienne. C'est rouge flamboyant, c'est limite chaud mais ça s'évapore aussi rapidement. Angharad ne cherche pas à savoir comment elle est arrivée ici ; elle lâche la pierre solaire qu'elle sent agir dans son cœur au moment où elle pose ses yeux dessus. C'est pour ça qu'elles n'échangent pas aussi rapidement de place que précédemment ; Angharad ne tient plus la pierre sous les rayons de la lune.

Cet échange ne durera qu'une dizaine de minutes. Mais Angharad a le temps de re-découvrir la chambre où elle vivait. Là où elle partageait son lit avec Dame Mevanwi. Là où elle a été heureuse, là où elle a pleuré, là où elle a décidé de trahir sa propre femme pour la libérer de la pierre. Là où elle a été attaquée par sa propre femme pour trahison. Elle a mal de revenir ici, mais surtout, elle a peur. Et Angharad a raison d'avoir peur : on la découvre là. Une femme. Lucifer. Elle ne la connaît pas. Et pourtant, Angharad n'hésite pas un seul instant à l'attaquer ; lorsque Mevanwi sera de retour, elle découvrira le cadavre d'une de ses proches. La chambre sera sanglante. Et comme elle sera envahie par les serviteurs et guerrières de Mevanwi, à cause du bruit que le combat a provoque, Angharad n'aura eu d'autre choix que de récupérer la pierre dans l'espoir de retourner d'où elle vient. Et comme Mevanwi aura toujours la pierre lunaire dans sa main, l'échange aura lieu. Angharad retournera à la Cité Méridienne, et Mevanwi dans son palais du désert. Cette dernière lâchera directement la pierre solaire pour ne pas se retrouver une nouvelle fois aux prises de l'ennemi. Angharad, elle, ne se doute pas que son ennemi ait pu prendre sa place pendant ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Empty

200812054810395471.png
Iphigénie
J'ai été choisie par mes pairs pour affronter la mer noire sur le dos de nos montures ailées, prenant d'assaut le ciel. Oui, nous sommes venus dans l'intention de conquérir. Je suis à la tête d'une armée, prête à remplir mon devoir, sans savoir que nous avons été trompés par notre conseiller et que nous nous apprêtons à voler l'un des biens les plus précieux du sud, une pierre solaire aux capacités magiques insoupçonnées.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 200812055630564759

Nicéphore

Fut un temps où il était l'un des hommes soumis à la tâche de la reproduction dans la cité gouvernée par Mevanwi. Une responsabilité accompagnée de la perte de deux doigts à chaque main. Il n'était que l'ombre de lui-même, compagnon de diverses femmes prêtes à donner la vie. Toutes les femmes avec qui il a partagé son lit ont donné naissance à une fille, à l'exception d'une ; cette dernière a donné à ce monde un petit garçon. C'est ce qui a poussé Nicéphore à agir, à prendre cet enfant avec lui et à fuir. Pour lui éviter l'abandon ou, pire, la servitude. Il a remis l’enfant à une famille d’un autre peuple afin qu’il puisse être élevé convenablement. Par la suite, il s'est retrouvé là où la guerre faisait rage, à croire qu’il était destiné à voir le chaos perpétuellement. Et un jour, quelque chose s’est produit. La pierre lunaire s’est retrouvée aux creux de sa paume. En toute sagesse, la pierre lui a offert deux nouveaux doigts à la main droite. Le signe, pour lui, qu’il devait participer au chaos.

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 200812055630382021

Emilia Clarke et Daniel Sharman :copyright:️ SneakySkunk
Les méridiens veulent le pouvoir. Lequel des quatre protagonistes devraient réellement s'en méfier? Cette question restera en suspend jusqu'à ce que les alliances se concrétisent. Mais Angharad les met en garde.

Tu aurais du la laisser là où tu l'as trouvée, crache la brune.

Là est le problème ou la solution. Les yeux de Nicéphore ne quittent pas cette femme qui éprouve du dédain envers lui, pour ce qu'il est : un homme, un ancien reproducteur, et désormais un homme qui détient le pouvoir entre ses doigts. Il ne touche pas directement cette pierre pour ne pas être tenté d'utiliser sa magie. L'a-t-il déjà fait? Certainement. Le fait-il encore? Certainement. Nicéphore ne se considère ni bon ni mauvais : il agit qu'importe ce que cela en coûte, du moment que ce soit pour sa cause. Oui, l'immortalité a touché son coeur, mais ça, il ne l'a jamais ardemment désiré. Ce pouvoir est venu à lui sans qu'il ne l'espère, sans qu'il ne le réclame. Il ne pourrait pas remettre la pierre là où il l'a trouvée.

Elle est venue à moi, qu'il répond froidement, sans chercher à convaincre quiconque, sans chercher à se justifier, sans montrer qu'il ressent quelconque émotion à avoir été choisi : il est concentré à son objectif.

Nicéphore voit du potentiel dans l'âme de l'argentée : il pense pouvoir s'en faire une alliée, avec son armée de dragons dressés et de guerriers entraînés. La femme du nord serait assez puissante pour faire pencher la balance, pour modifier les inégalités actuelles, en défendant la bonne cause. Mais sa force est si impressionnante, qu'elle pourrait également nuire à la paix si elle devait s'allier à la mauvaise personne. Voilà pourquoi, après cette rencontre, Nicéphore aimerait l'avoir à ses côtés, voilà pourquoi il montre cette pierre qu'il ne souhaitait mettre sous le nez de Angharad.

À juste titre, par ailleurs. On lui dérobe rapidement la pierre. Sur le moment, il pense que la brune en a donné l'ordre ; pour récupérer quelque chose qu'elle pense posséder : le pouvoir, qu'il soit offert par la pierre solaire ou qu'il soit offert par la pierre lunaire. Nicéphore voit le garçon à la dernière seconde, lorsqu'il n'est plus dans l'ombre des nombreuses lueurs qui dansent autour d'eux. Elles disparaissaient avec lui qui prend la fuite. À se demander si la course effrénée de Angharad, à sa suite, est une ruse. Le jeune garçon tombe. Le chant mélodieux caresse leurs oreilles. Nicéphore essaie de comprendre les nouveaux mystères de la pierre qui s'offrent à eux.

Iphigénie, quant à elle, essaie d'assimiler tant bien que mal les images aperçues dans les lueurs disparues. Elle était comme transportée dans une autre dimension, à voir le monde différemment, à entendre des choses qui n'étaient pas là. En s'éloignant avec la pierre, le garçon l'a sortie d'une transe, radicalement. Et le temps qu'elle réagisse à la situation, à la pierre qui a été dérobée, la femme-guerrier disparaît dans un nuage de poussière étoilée. C'est la première fois que l'argentée assiste à un tel phénomène. Elle reste stupéfaite, les lèvres entrouvertes. Où est-elle? Aux yeux de la chef de guerre, les dragons ne sont pas magiques : ils font partis de son quotidien, comme toutes les bêtes en ce monde. La magie qui opère sur ce continent est certes impressionnante, mais son coeur lui dit que ce pouvoir ne doit pas être utilisé à mauvais escient.

Comment avez-vous pu être si négligent? reproche aussitôt l'argentée, dans ce laps de temps où les deux anciennes amantes sont perdues dans le temps et l'espace.
Je ne l'ai pas été, siffle-t-il pour ne pas admettre son erreur, et ses yeux foudroient aussitôt le gamin, parce que celui-ci a été imprudent.

Et parce que Nicéphore a fait confiance à la pierre, parce que cette pierre lui a fait comprendre qu'il devait dévoiler son existence à l'argenté. Il n'a peut-être pas compris les messages ou peut-être n'aurait-il pas dû le faire sous les yeux de l'ancienne amante.

En quelques secondes, les femmes ont échangé de place.

Nicéphore n'aime pas ce qu'il voit. Une nouvelle femme se tient devant eux. Son faciès est le même qu'autrefois, qu'elle se souvienne ou non de lui. On ne remarque pas un reproducteur. On l'oublie facilement. Ce n'est qu'un outil pour procréer de nouvelles jeunes femmes, principalement. Le premier réflexe de Nicéphore est de tendre le bras dans son dos et de pousser Smaug dans l'ombre de sa cape, à croire qu'il préserve ce jeune garçon de l'influence néfaste de cette dangereuse femme. Même si le gamin s'est précédemment emparé de la pierre lunaire ; toucher une pierre connecte les gens d'une manière insoupçonnée, même si on s'arrache ardemment son étrange pouvoir. Un mystère qui ne sera peut-être jamais compris. Elle détient le pouvoir depuis trop longtemps. Smaug lui rappelle tant le fils qu'il avait. Il aurait voulu qu'elle se tienne devant lui dans d'autres circonstances, qu'il puisse l'achever définitivement. Mais elle tient dans sa main la pierre lunaire. Sa pierre. Et il redoute, à cet instant, qu'elle ne puisse la garder à jamais. Aurait-il échoué aussi stupidement sa quête? L'argentée semble le croire.

Vous êtes Mevanwi, réagit la chef de guerre avant que Nicéphore ne puisse intervenir.

Mais sa voix n'est point accusatrice, Iphigénie, malgré ses récentes découvertes, ne connaît pas davantage Angharad ou ce reproducteur : Mevanwi est au même pied d'égalité. Le dragon frémit parce que sa maîtresse est inquiète. Ses écailles semblent se mouvoir dans un long frisson ondulatoire le long de sa colonne vertébrale. La bête tend le cou, élargissant ses ailes comme si ça pouvait lui donner un air terrifiant. Cependant, sa gueule reste fermée, parce que nul ordre ne lui dicte de cracher son feu à l'aspect bleuté. Qu'arriverait-il à la pierre si le dragon devait l'enflammer? Qu'arriverait-il à cette immortelle si elle devait être atteinte par les flammes? Iphigénie reconnaît cette femme grâce aux portraits peints dans la grotte de Angharad. Il est plus étrange de voir cette femme qu'ils décrivaient comme dangereuse en chair et en os. L'argentée n'imaginait pas que son destin tout entier serait changé une fois qu'elle franchirait la distance entre les continents. Pas de cette façon.

Les yeux de l'argenté tombent sur les doigts de sa supposée ennemie. La pierre brille avec éclat. Cependant les lueurs ne dansent plus autour d'eux comme elles le faisaient plus tôt. L'argenté, malgré sa fascination, ne bouge pas de son emplacement. Elle est de marbre, le dos droit. Elle occupe une posture digne. Mais surtout, elle préfère rester à proximité de son dragon si quelque chose devait arriver. Non, personne n'est digne de confiance. Malgré tout, elle n'a aucune raison de tuer ces gens... Ces histoires remontent à tant d'années. Le jugement est néanmoins lisible sur les traits de la fille. Et si Iphigénie se montre intéressée, c'est qu'elle a vu quelque chose au travers des lueurs, lorsqu'elle était en transe. Et elle se demande si c'est une prédiction de l'avenir. Elle se revoit voler sur le dos de sa monture pour atterrir à la fenêtre de Mevanwi : sans attaquer. Est-ce là un conseil ou une mise en garde? Jusqu'à présent, les pierres n'ont pas été dépeintes comme étant fiables.

Toutes ces années, et cela ne nous était jamais arrivé, prononce calmement et lourdement Nicéphore, prenant enfin la parole face à cette femme qu'il déteste tant.

Même lorsqu'il a tenu la pierre à main nue, aucun échange ne s'est produit. D'un autre côté, il a toujours vécu et voyagé de nuit principalement. Si Mevanwi n'avait jamais touché la pierre de nuit... alors impossible que leur destin ne se croise. Mais désormais, Nicéphore comprend cette subtilité. Et si elle est aussi perspicace que lui, elle ne touchera plus sa pierre de nuit, parce que en échangeant leur place, il pourrait prendre d'assaut son nid douillet en la faisant captive parmi les ennemis. Voilà qui est avantageux et désavantageux pour les deux ennemis. Et si le gamin devait tenter de l'attaquer pour quelconque raison, la main se Nicéphore se ferait ferme à son bras pour le garder collé à lui. Nicéphore a été patient de nombreuses années. Et même s'il meurt d'envie de lui sauter à la gorge, il peut attendre encore. Il ne se risquera pas à l'affronter tandis qu'elle est seule à être armée. Il a tant préparé l'assaut pour la priver de sa pierre solaire et pour l'anéantir qu'il pourrait craindre d'échouer.

Et même s'il l'avait voulu, il n'aurait pas pu. Jamais le chant de la pierre ne lui avait semblé plus assourdissant qu'à cet instant ; la pierre réagit-elle parce que Nicéphore est une menace pour Mevanwi? Il n'est pas encore expert en la matière. Mais quelqu'un l'est-il réellement en ce monde? Au point où il doit pencher la tête, au point où il se sent désorienté. Nicéphore ne pourrait savoir s'il s'agit de la volonté de la pierre ou de l'énergie qu'y exerce la femme. Le gamin l'entendra forcément. Mais Iphigénie n'entend rien de tout cela. Libre de cette influence néfaste. Nicéphore fermera les yeux, contrôlera sa respiration, incapable d'entendre si les deux autres femmes échangent de nouvelles paroles. Tout ce qu'il entend, c'est le chant, et ça lui donne la nausée. Et lorsqu'il ouvre les yeux. Les aurores boréales dansent, signalant la présence de Aghanrad, de nouveau à leurs côtés. Et à cet instant, il se demande si ce n'était pas un piège, si la fille n'a pas volontairement cédé sa place pour que l'ennemie les perce à jour. Ses oreilles saignent réellement.

Et comme il n'est plus hébété par le chant, il profite des lueurs qui entourent Angharad pour réagir. Mevanwi étant davantage à craindre, une pierre dans la main, à ses yeux, il n'hésite pas une seconde à s'en prendre à la brune pour récupérer son bien. D'un coup sec, après trois enjambées, il frappe sa gorge pour lui faire perdre pied. Sa respiration sera bloquée un court instant. Et si elle devait tenir la pierre, elle lui tombera forcément des mains. S'emparant du tissu, Nicéphore capture la pierre pour la camoufler et la glisser dans sa cape. Et cette fois, il s'arme de son poignard dissimulé pour tenter de blesser la fille.

Nicéphore est aveuglé par la haine ; une volonté invisible manie agilement chacun de ses membres lorsqu'il s'apprête à faire du mal à la brune. Il est persuadé de comprendre la voie que lui ouvre la pierre lunaire, comme s'il était destiné à la servir. Il est son serviteur : ce n'est ni Angharad ni Mevanwi. Le plus jeune s'accroche à son bras lorsqu'il s'empare de sa lame, ce qui l'empêche d'agir rapidement. Le petit est agile et n'hésite pas à foncer au front pour agir selon le bon vouloir de sa mentor. D'un mouvement du bras, Nicéphore le repousse. Le petit tombe sur les fesses. Oui, l'ancien reproducteur a entendu les mises en garde du garçon, dans les tunnels, mais c'était avant que Angharad ne mette en péril ses tentatives pour tuer cette femme : une femme qu'il n'aurait pu tué sans arme égale et parce qu'elle détient tout un peuple sous son joug. La pierre solaire serait tombée dans les mains d'une autre. Angharad? Dans l'altercation, Smaug n'est parvenu qu'à s'emparer du gant de l'homme. Gant qui est donc inexistant lorsqu'il referme ses doigts à la gorge de Angharad, qu'elle soit tombée au sol ou qu'elle soit encore sur ses deux jambes. Elle constatera aisément que cette main possède tous ses doigts, car c'est avec celle-ci qu'il a jadis touché la pierre lunaire pour la première fois. Oui, sa longévité a été augmentée, cette main est la preuve qu'on lui a offert un présent. La haine est palpable dans son regard sombre, et pourtant si clair à la fois. Il fait sombre, sous sa capuche, mais nettement, les veines de ses yeux sont apparentes de sang tant la colère lui monte au crâne.

Tu profites depuis trop longtemps de cette immortalité, je devrais te la reprendre avant que tu ne retournes ramper à ses pieds, souveraine déchue.

Nicéphore use de sa rage pour prendre le dessus. En se matérialisant sous leurs yeux, elle était inapte à réagir, assurément à cause de l'émotion et du puissant pouvoir des pierres, mais elle aurait probablement été plus rapide que lui en d'autres circonstances. Est-ce que sa tranchée est douloureuse? Celle-là même qu'il presse durement entre ses doigts pour l'empêcher de parler pour l'empêcher de s'expliquer. Il voudrait qu'elle périsse.

Si vous ne vouliez pas vous faire duper, vous n'aviez qu'à partir sans nous dévoiler ce que vous cachiez sous cette cape, laisse entendre la fille aux cheveux argentés, parce qu'elle souhaite obtenir des réponses avant de voir l'un des corps s'affaler sur le sol, inerte.

Nicéphore secoue la tête, ses yeux plongés dans ceux de la guerrière. Le coup n'a pas été assez pour la blesser radicalement. Et ça, il le regrette déjà. Il voudrait tant tuer Angharad ; parce qu'il n'a pas pu le faire avec sa véritable ennemie. Apparition trop rapide, trop soudaine, trop déstabilisante. Tuer son ancienne compagne serait libérateur tout compte fait. Mais c'est la voix du plus jeune qui intervient. Pas pour les séparer cette fois. Parce que après sa dernière réplique, Iphigénie a pris une décision. Sans prévenir l'homme ou la femme, elle se hisse le long de l'aile de son dragon pour atteindre son emplacement favori sur son dos lorsqu'elle vole dans le ciel. Et elle prend son envole, ce qui crée quelques rafales au sol. Ça fera tomber la capuche de l'homme qui lâchera sa prise, qu'elle choisisse de se défendre ou non. Mais Iphiginie prend de l'altitude et laissera son dragon la conduire jusqu'à Mevanwi. Nicéphore ne sera pas le premier à se retrouver en tête-à-tête avec elle. Et si les deux femmes n'avaient pas échangé de place, Iphigénie n'aurait pas pris cette décision. Ses hommes resteront chez les méridiens pendant ce temps.

Tout ça par ta faute... hargne Nicéphore.

Oui, cette fois, son arme est sur le point de fendre l'air pour achever cette femme. Mais alors qu'il est sur le point de la blesser mortellement. Sa lame percute un mur invisible, qui, dans une courte explosion, fait jaillir de nombreuses lueurs violacées. Nicéphore est littéralement propulsé au point où son dos tape le sol. La magie de la pierre lunaire, les liant désormais tous les trois, les empêche de s'entre-tuer. Soit c'est une volonté indépendante, ne ciblant que cet instant, soit ça les affecte tous, pour toujours. Et si tel est le cas, Mevanwi ne saurait succomber de leurs mains puisqu'elle a tenu la pierre lunaire entre ses doigts, tout comme eux. Malheureusement. Non, les deux pierres ne possèdent point les mêmes facultés, et celle qui alimente les nuits aime énormément jouer avec le destin. Peut-être ne souhaite-t-elle simplement pas voir Angharad mourir... C'est la première fois que ça lui arrive, à Nicéphore. La lame s'est fissurée sous l'impact. A-t-il raison de servir cette pierre ou se fait-il berner pour lier d'autres destins que le sien?  


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: