Le Deal du moment :
Pack : Manette Xbox sans fil Carbon Black + 3 Jeux ...
Voir le deal
69.99 €

Partagez
 
 
 

 Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

7ei5.pngMise en Situation


Le monde est vaste, et la nature impitoyable. On y retrouve des prédateurs terrifiants, dans la nature, semblables aux dinosaures que nous connaissons. Mais ces mammifères se font de moins en moins présents à mesure que l'homme prend de l’expansion. La plupart des guerres se terminent en bain de sang, surtout lorsque de grands pouvoirs sont mis en jeu.


i3tb.png


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

200812054810395471.png
Iphigénie
J'ai été choisie par mes pairs pour affronter la mer noire sur le dos de nos montures ailées, prenant d'assaut le ciel. Oui, nous sommes venus dans l'intention de conquérir. Je suis à la tête d'une armée, prête à remplir mon devoir, sans savoir que nous avons été trompés par notre conseiller et que nous nous apprêtons à voler l'un des biens les plus précieux du sud, une pierre solaire aux capacités magiques insoupçonnées.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630564759

Nicéphore
[Coucou, surprise à venir, je sais t'as le seum de pas avoir de description encore.]  

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630382021

Emilia Clarke et Daniel Sharman :copyright:️ SneakySkunk
Est-ce qu'un jour j'aurai l'honneur de faire de toi ma femme? se moque le prince en ramassant son épée tombée dans la neige ; une nouvelle défaite à son compte.
J'en doute, qu'elle sourit en retour, car ce n'est pas la première fois qu'il laisse entendre vouloir l'épouser.

Ses jambes s'entrecroisent au moment où elle se déplace, prête à l'attaquer ou prête à se défendre, ça dépend toujours des réactions de son adversaire. Étant plus petite, elle n'est point armée d'une épée, mais plutôt d'une lance qu'elle sait faire voltiger à des kilomètres lorsqu'elle chasse. Grâce à cette arme, elle peut blesser, mais peut également faire perdre pied à ses adversaires plus grands, surtout lorsqu'elle frappe dans le creux du genou. Sa réponse négative fait sourire le prince qui est devenu habitué à son refus. Ils terminent donc leur entraînement et, comme souvent, elle remporte la victoire. Ce n'est pas sans raison qu'elle a été nommée à la tête d'une armée. Elle sait son coeur bon, mais la guerre semble être inscrite dans son sang.

Dans une autre vie, elle aurait pu accepter d'épouser cet homme. Et si elle l'avait fait, il ne mettrait pas sa vie en danger à la veille du départ vers l'autre continent. Le devoir du prince est de rester auprès de son peuple, pourtant, il choisit de venir pour lui prêter main-forte. En tant qu'épouse, son pied n'aurait point quitté les territoires glacées. Et voilà que tous les deux s'envoleront au petit matin avec une armée prête à se battre. Dans ce coin du monde, il est presque impossible de naviguer. Il fait bien trop froid et la glace les coincerait sur les eaux. Sans leurs bêtes volantes, ils seraient bien démunis. Ils s'approchent au bord de la montagne, peuvent voir en contre-bas d'énormes glaciers, puis savourent pour une dernière nuit le spectacle de la nature.

Nous gagnerons cette guerre.

À l'horizon, le soleil décline au-delà de la mer ; un astre de feu flamboyant qui propulse dans le ciel des éclats orangés et dorés. Loin des lacs gelés et de la mer glacée se dresse le sud. Leur peuple s'amuse à les appeler « êtres civilisés », car les températures y sont plus clémentes ; elles sont douces et chaudes, permettent l'élevage et la culture. Pourtant, leur monde n'est pas si différents, les créatures sont gigantesques ici ou ailleurs. Des créations de la nature, immenses et souvent indestructibles, car leur peau est dure, leurs dents acérées. Des prédateurs. Plusieurs décennies plus tôt, son peuple a été repoussé du sud pour se réfugier ici. Certaines de ces créatures marchent, d'autres volent, d'autres nagent. Dans le nord, il n'est pas rare de voir la glace craquer lorsqu'une créature nage trop près de la surface, longues de plusieurs mètres. Des villages entiers ont été décimés pour cette raison.

Ce n'est pas une guerre, c'est un assaut, qu'elle répond sans douceur, parce qu'elle sait que l'ordre est absurde, qu'elle aurait fait les choses autrement.
Nous devons trouver des ressources si nous voulons survivre, nous avons besoin de traverser, qu'il défend, parce que son père, sous les dires de son conseiller, juge essentiel qu'ils fassent pleuvoir le chaos sur le sud.
Tu penses vraiment que c'est la raison de cette attaque? demande-t-elle, ironique ; elle est persuadée du contraire.

La faune n'est pas un buffet et la flore ne parvient plus à se frayer un chemin jusqu'à la surface, c'est un fait, mais ils sont toujours parvenus à survivre. Ils vivent perpétuellement dans la neige. Ils savent affronter des températures extrêmes depuis des générations. Elle secoue la tête, certaine que le roi prépare autre chose. Le soleil disparaît complètement à l'horizon lorsqu'elle attrape un flocon de neige au creux de sa paume.

Nous nous apprêtons à faire ce qui n'a jamais été fait depuis des siècles. Bien des choses changeront. J'espère que tu es préparé, qu'elle le met en garde lorsqu'elle lui tourne finalement le dos pour retrouver sa famille et passer du temps avec eux avant le grand départ.

Le lendemain, tout est en place. Iphi, comme bien d'autres, ont été choisis pour affronter la mer noire sur le dos de montures ailées, des bêtes énormes et terrifiantes. Ils quittent leurs terres, prennent d'assaut le ciel. Plusieurs tombent avant d'arriver à destination, mais les bêtes restent néanmoins dans le ciel. Le prince leur ouvre la voie au travers des tempêtes afin qu'ils puissent gagner le sud au nom du roi. Oui, ils arrivent dans l'intention de conquérir. Ils ont principalement été élevés pour la guerre, pour chasser les gros gibiers du nord et repousser les sauvages. Le vol du des jours, pour une seule halte. Le vent chaud ne tarde pas à se faire sentir. Puis arrive enfin le moment où ils survolent des villages, apercevant l'une des plus grandes cités jamais vues. Mais si cette cité est grande, leurs montures ailées le sont tout autant, les bêtes du nord sont massives et impitoyables. Le ciel en est parsemé désormais.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 397
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

ai1PRV6P_o.gif
Mevanwi
Elle détient la couronne du peuple le plus au Sud de ce monde ; les contrées sont chaudes, sèches et parfois arides. Voilà maintenant un peu plus d'un siècle qu'elle règne sur sa Cité avec une main de fer dans un gant de velours. Son palais se situe au milieu du désert, mais ses terres s'étendent bien au delà des forêts touffues et verdoyantes. Elle possède la pierre solaire qui tyrannise tant de monde, et qui en attire tant d'autres. Son peuple est composé en majeur partie de femmes : les quelques hommes qu'on y trouve sont de vulgaires reproducteurs, des serviteurs à qui ont a coupés deux doigts à chaque main pour qu'ils soient incapables de tenir une arme. Elle use des pouvoirs de la pierre, mais ne les connait pas tous. Mevanwi n'a pas d'enfant, et la passation du trône n'a rien avoir avec l'ascendance dans son royaume. Elle fut pourtant mariée, aimée longtemps mais veuve rapidement. Elle a fait exécuter son premier amour pour le pouvoir. Elle est sans pitié.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords GDXmm

Angharad

Elle est née au milieu du désert, une fois. Angharad a vécu une vingtaine d'année dans la Cité de Mevanwi, mais quand cette dernière s'est emparée de la pierre solaire, les choses sont devenues trop difficile. Angharad fait partie de la panoplie de disciples qui ont été abattus pour éliminer le problème : emmenés dans la forêt, mis à mort et laissés tout juste vivant pour attirer les bêtes et les laisser se faire dévorer. Mais Angharad est la seule que le Peuple Méridien a réussi à sauver. Elle est née une deuxième fois lorsqu'ils l'ont soigné, lorsqu'ils lui ont donné une deuxième vie. Angharad a toujours eu le combat dans le sang ; elle est née pour ça. Mais le Peuple Méridien est quasiment exclusivement composé d'hommes. Ils naissent plus nombreux près de l'océan plutôt que dans le désert, mais ils récupèrent aussi tous les garçons nés et abandonnés de la Cité de Mevanwi. Pour les Méridiens, Angharad est la preuve que la pierre solaire peut rallonger la vie : elle est là depuis quasiment un siècle et n'a pas prit une ride. Ils comptent sur elle pour les libérer du joug de Mevanwi et sa magie.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 0YyX8

Alycia D.Carrey | Katie McGrath

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords RD3jD

La Cité prêt des eaux est belle, elle est grande, elle est majestueuse pour quelqu'un qui vit reclus de la civilisation. Mais c'est une Cité anéantis de l'intérieur qui se trouve réellement ici : les barricades empêches certains monstres d'entrer, mais ceux qui volent, ceux que Mevanwi envoient passent par les air et les détruisent dès qu'ils le souhaitent. Mais contre ces monstres ailés à la carapace fine mais solide, les Méridiens ont l'arme parfaite pour se défendre. Ca ne fait pas tout, bien au contraire : la Cité est parfois détruite et en flamme à certain endroit. Mais c'est leur unique moyen de se protéger contre les monstres de Mevanwi.

" - Vous devez arrêter d'espérer que ça s'arrête !" Angharad est hors d'elle ; trois jours plus tôt, les Méridiens ont été attaqué par une vague de monstres poussés du désert. C'est Mevanwi qui les a lancé sur la rive, comme d'habitude, et Angharad ne supporte pas qu'ils espèrent seulement que ces attaques cessent un jour. " La génération avant la vôtre espérait déjà, et regardez où ça vous a mené aujourd'hui !"

Elle s'énerve, cri sur ces gens qu'elle a vu naître, qu'elle a vu grandir pendant que ceux qui l'ont sauvé sont morts. Elle ne supporte pas de continuer à attendre que tout aille mieux. Angharad a attendu trop longtemps dans l'ombre, et certain des Méridiens sont d'accord avec elle : ils veulent se battre, ils veulent déloger la reine Mevanwi de son piédestal.

Si la Cité est belle vu d'en haut, c'est pourtant sous la terre que tout se passe. C'est là que la population se cache lors des attaques, là qu'ils survivent lorsque les monstres sont de la partie. Sous la terre, c'est un labyrinthe de tunnels géants : créé par des bêtes à la peau sèche, sans yeux, sans pattes, ni queue. Ces bêtes sont apprivoisés par les Méridiens depuis des siècles : c'est leur façon de creuser, et leur façon de se défendre. Les vers géants ne sont bons qu'à ça : creuser des trous et dévorer l'ennemi au bon moment. C'est dans ces tunnels qu'Angharad passe le plus clair de son temps depuis qu'elle vit prêt de l'océan. Elle s'y sent mieux que sous le soleil, qu'avec le vent qui caresse son visage et les vagues qui la mouillent quand le vent est trop fort. S'occuper de ce qui se passe en bas l'a surtout gardé éloignée des combats.

" - Des dragons !" Qu'on hurle d'en haut ; ceux d'en bas lève la tête pour voir un Méridien descendre de la surface pour les prévenir de l'attaque. " Ils arrivent pas le Nord ! On a aucune chance !"

C'est par l'extrême Sud qu'on les attaque d'habitude : c'est là d'où viennent les attaques de Mevanwi. Ces informations semblent troubler beaucoup de monde, beaucoup des guerriers présents dans les tunnels. Ca se met à crier de tous les côtés : ceux qui veulent se cacher et ceux qui veulent enfin combattre pour défendre les leurs. D'un des plus vieux -et aucun n'a de cheveux blancs- tente d'expliquer que ce n'est peut-être pas Mevanwi : pourquoi et comment pourrait-elle attaquer du Nord ? Alors il parle de ce que son grand-père lui a apprit : le Peuple exilé loin au Nord, loin vers la neige et les glaciers.

" - Impossible !" Qu'elle cri pour faire taire la panique générale. " Nul homme ou femme n'aurait pu survivre dans de telles conditions ! Arrêtez de croire aux comptes de fées." Angharad est hors d'elle, alors elle pointe du doigts tous ceux qui ont ces idées en tête. " Vous n'avez qu'un ennemi ici, et il se trouve de l'autre côté de la forêt ! Pas de l'océan !" 
___________________

Dame Mevanwi, dans sa Cité perdue au milieu du désert, est à l'abris de trop fortes chaleurs grâce aux murs épais de pierres, grâce à l'ombre qu'ils projettent. L'oasis prêt duquel ils se sont implantés suffit pour eux, mais pas pour les quelques bêtes qu'elle a en son pouvoir. Les dragons des sables sont plus fins, plus petits que ceux qu'on peut voir dans le reste du monde : c'est ainsi qu'ils survivent dans le désert. Le sable est leur meilleur allié, pourtant, ils sont incapables de se reproduire sans eau en abondance à proximité. Alors Mevanwi a prit l'habitude de les laisser partir vers l'océan pour revenir plus nombreux. Elle est accompagnée de toutes ces femmes fortes, mais la Reine se sent plus seule que jamais lorsqu'elle n'a pas ses domestiqués avec elle. Ce jour-là, elle ne s'attendait pas à en voir revenir un. Son favori ; son blanc. Grâce à la pierre solaire, la brune est capable de comprendre ce que la bête est venue rapporter : l'invasion du territoire par des bêtes ailées bien plus grosses et imposantes.

" - Devrions-nous les aider ?" Demande une guerrière à la peau bronzée et aux cheveux épais et bouclés. " Je veux dire... nous savons bien que l'ennemi viendra jusqu'ici, pas vrai ?"
" - Aucune femme ne mourra pour sauver un homme." Que la reine lâche avec colère, arrêtant toute caresse sur le flan de l'animal qui bat déjà des ailes pour retourner à son nid. " Peu importe qui ils sont. Si nous avons gardé les Méridiens loin tout ce temps, nous tiendrons ces intrus éloignés de la pierre tout autant. Me suis-je bien fait comprendre ?"

La guerrière a baissé la tête pour montrer sa soumission à sa reine. Elle va suivre toutes les instructions qu'on lui donnera : préparer la Cité pour une quelconque attaque, préparer les bêtes et surtout préparer les femmes. Elles n'avanceront pas, mais elles seront prêtes à se battre si jamais l'ennemi devait marcher sur les Méridiens pour approcher jusqu'au Peuple du Sud.
___________________

Voilà une bonne chose de faite : les Méridiens ont décidé de se défendre. Et c'est la seule chose qui aurait pu pousser Angharad a sortir des souterrains. Tous les guerriers sont armés, protégés de quelconques armures qui n'ont aucune chance face aux monstres. Mais c'est dans l'espoir de croiser ceux qui les contrôlent qu'ils sont armés : pour se défendre et tuer au passage. Le visage d'Angharad a été peint pour qu'il ne soit pas reconnaissable de loin par quelconque troupes de Mevanwi. Elle tient son épée en main, fermement, et dans l'autre, un sachet de nourriture et un sifflet taillé dans le bois. C'est ainsi qu'ils se défendent face aux dragons du Sud. Ils déposent au sol, sur la trajectoire des monstres ailés, de la nourriture. Ils sifflent dans ce morceau de bois que les hommes ne peuvent pas entendre, mais les verres, oui. Les dits verres ne sont pas intelligents, mais ils sont utiles. Ils savent que ce bruit qu'ils sont les seuls à entendre, signifie qu'ils vont être nourris. Alors ils sortent de terre au bout de quelques secondes : là où la nourriture était posée. Et comme ils sont grands, comme ils sont rapides, et comme leur bouche est immense, ils gobent généralement les bêtes de Mevanwi sans le moindre mal. C'est la loi de la nature.

Le verre qui sort de terre avec brusquerie, fait trembler le sol sous les pieds d'Angharad. Elle n'a pas fait attention à celui qui a attaqué en premier. Mais elle voit le verre s'échapper haut dans le ciel, si haut qu'il vient à croquer le premier monstre ailé qui passe au dessus de lui. Mais ce n'est qu'à ce moment que la guerrière du Sud remarque le point important : ces bêtes là n'ont rien à voir avec celles de Mevanwie. Elles sont plus grosses, plus imposantes. Le verre n'en fait pas qu'une bouchée, il coupe seule une aile et l'animal, qui perd l'équilibre, finit par tomber du ciel comme une pierre sur la Cité. Par cette simple vision, Angharad sait qu'elle s'est trompée d'ennemi ; ils viennent vraiment du Nord.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

200812054810395471.png
Iphigénie
J'ai été choisie par mes pairs pour affronter la mer noire sur le dos de nos montures ailées, prenant d'assaut le ciel. Oui, nous sommes venus dans l'intention de conquérir. Je suis à la tête d'une armée, prête à remplir mon devoir, sans savoir que nous avons été trompés par notre conseiller et que nous nous apprêtons à voler l'un des biens les plus précieux du sud, une pierre solaire aux capacités magiques insoupçonnées.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630564759

Nicéphore
[Coucou, surprise à venir, je sais t'as le seum de pas avoir de description encore.]  

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630382021

Emilia Clarke et Daniel Sharman :copyright:️ SneakySkunk
Les ombres qui recouvrent les terres sont disproportionnées à cause de l'angle du soleil par rapport aux ailes des dragons. Des dragons aux couleurs ternes, comme la pierre, aux couleurs sombres, comme la mer noire. Ils n'ont pas l'once d'une couleur chaude pour les rendre attrayants à la reproduction. Celui du prince est noir comme la nuit, mais celui de Iphigénie est grisâtre comme un ciel triste ; ce qu'elle préfère de sa bête, c'est sa capacité à se fondre dans le décor, à prétendre être un rocher pour chasser, à prétendre être un nuage pour épier. Sa bête est intelligente ; il arrive parfois qu'elle réagisse avant de recevoir le moindre ordre, surtout parce que ses yeux aiguisés lui permettent de voir mieux et plus loin. Sa bête perçoit le danger comme si elle possédait un sixième sens. Iphi sait quand quelque chose cloche, car les épines qui recouvrent son dragon se hissent lorsqu'il flaire quelque chose d'anormale. Ce dragon est une femelle qu'elle chevauche depuis des années.

Une dizaine de dragons osent entamer une descente en approche de la curieuse cité. Iphigénie reste en hauteur, à bonne distance, pour étudier le terrain. Dans cette stratégie : attaquer via la voie aérienne, il y a des inconvénients comme des avantages. Ses grands yeux bleus ne sont pas assez précis pour voir à cette distance, par exemple. Les hommes au sol, perdus dans la cité, sont des points noirs à son esprit, alors que pour son dragon, ce se sont des ennemis visibles et appétissants, seulement lorsqu'il est affamé. Mais l'ennemi les voit à contre jour ; ça aide à contrer une attaque. Oui, son peuple devrait avoir l'avantage de voir leurs déplacements et d'attaquer en se mouvant librement dans le ciel. Libre, car leurs dragons ont besoin d'espace pour bouger, pour déployer leurs immenses ailes. Mais cet avantage est amoindri, car Iphi remarque bientôt que ces hommes ne sont pas nombreux en surface.

Ils attaques via les souterrains, qu'elle pense à voix haute, mais sa voix est vite chassée dans le vent ; les bruits les plus audibles du ciel sont les battements d'ailes, reproduisant le son d'un voile de bateau sur sur la mer. Comment? souffle-t-elle, réfléchissant souvent à voix haute lorsque nul ne peut l'entendre hormis son dragon.

Ils comprennent tous que ce peuple attaque via les souterrains lorsqu'ils assistent à la sortie du lombric terrestre, jaillissant à la manière d'un poisson hors de l'eau. Elle reste interloquée face à cette scène, comprenant que ces invertébrés existent réellement. D'un côté, elle trouve cela fascinant. Son esprit guerrier tentera toujours d'analyser les stratégies utilisées par ses ennemies ; soit pour mieux les contrer, soit pour mieux les calquer. C'est à peine si elle cligne des yeux face à cette vision. Difficile de dire si ses yeux sont humides parce que l'un des siens est tombé ou s'ils sont humides à cause du vent qui attaque la surface fragile de ses globes oculaires. Le soldat tombé s'est pris une structure de plein fouet. Il est sûrement mort sur le coup. Le dragon a démoli une partie du mur de pied sur lequel il s'est lourdement vautré. Un nuage de poussière l'entoure au moment où il tente vainement, et tristement, de reprendre son envol. Iphi, stable dans le ciel, observe, le coeur lourd, sans pouvoir intervenir. Le dragon retombe à chaque fois qu'il tente de voler, parce qu'une aile lui est manquante. Elle serre les dents, mâchoire crispée.

C'est elle qu'on regarde dans l'attente d'un ordre. Alors, elle donne un ordre. D'un mouvement du bras, elle fait signe à l'un des hommes du ciel d'intervenir. Un ver rampe jusqu'au pauvre animal en détresse. Et alors qu'il tente de prendre une nouvelle bouchée, un second dragon entre dans la danse, s'empare du ver entre ses énormes pattes, puis s'élève dans le ciel. Par sa lenteur, on comprend à quel point le lombric est lourd, et instable tant il se tortille. Il ne doit pas apprécier le contact du vent ni la chaleur du soleil. Le dragon pourrait le croquer de ses dents acérés, pour se nourrir, pour le tuer. Mais il suffit d'un mouvement de tête de la part de Iphi, à son guerrier, pour que ce dernier ordonne à sa monture ailée de lâcher sa prise directement dans une zone grouillant d'ennemis. Ses dragons ont été entraînés, leurs bêtes leur sont fidèles, mais les leurs sont-elles aussi fiables? Ou ne font-elles qu'une bouchée de tout ce qu'elles croisent?

Parmi les autres guerriers survolant au raz du sol, certains se posent directement sur les structures de la cité afin d'y prendre appuie, observant de près, vérifiant le sol de peur qu'un nouveau ver surgisse. Ils se pensent à l'abri, en hauteur, mais un nouveau ver fait gronder le sol et exploser en surface, attrapant directement un dragon à la gorge. On peut nettement entendre le hurlement plaintif de celui-ci, qui se met en remuer dans l'espoir qu'on le relâche. Le soldat sur son dos doit durement s'accrocher pour ne pas perdre pied, mais le dragon s'agite bien trop. S'il tombe, soit il se retrouve coincé avec l’ennemi, soit il se fait bouffer par l'un des monstres rampant. Le ver peine visiblement a percé la peau du cou de sa victime, pourtant, il s'y cramponne désespérément. Pour se défendre, le dragon tente de cracher son feu. Un feu qu'on peu alors voir d'une couleur bleue avant qu'il ne s'éteigne dans des couleurs orangées. Un feu si chaud qu'on pourrait jurer qu'il est glacé. Leurs ennemis ne savent pas si leurs dragons peuvent cracher un froid si glacial qu'il pétrifie tout sur son passage. Après tout, que savent-ils des terres du nord?

Iphi ne tarde pas à faire des cercles en hauteur, sur de longue distance afin d'étudier le schéma de la cité et la manière dont tout le monde semble caché, loin de leur vue perçante. Personne du ciel ne charge encore. Ils attendent tous son accord.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 397
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

ai1PRV6P_o.gif
Angharad
Elle est née au milieu du désert, une fois. Angharad a vécu une vingtaine d'année dans la Cité de Mevanwi, mais quand cette dernière s'est emparée de la pierre solaire, les choses sont devenues trop difficile. Angharad fait partie de la panoplie de disciples qui ont été abattus pour éliminer le problème : emmenés dans la forêt, mis à mort et laissés tout juste vivant pour attirer les bêtes et les laisser se faire dévorer. Mais Angharad est la seule que le Peuple Méridien a réussi à sauver. Elle est née une deuxième fois lorsqu'ils l'ont soigné, lorsqu'ils lui ont donné une deuxième vie. Angharad a toujours eu le combat dans le sang ; elle est née pour ça. Mais le Peuple Méridien est quasiment exclusivement composé d'hommes. Ils naissent plus nombreux près de l'océan plutôt que dans le désert, mais ils récupèrent aussi tous les garçons nés et abandonnés de la Cité de Mevanwi. Pour les Méridiens, Angharad est la preuve que la pierre solaire peut rallonger la vie : elle est là depuis quasiment un siècle et n'a pas prit une ride. Ils comptent sur elle pour les libérer du joug de Mevanwi et sa magie.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 0YyX8 .

Alycia D.Carrey | Katie McGrath

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords RD3jD

L'ennemi se pose en haut des bâtiments, tels des rapaces qui attendant que la nourriture pourrisse avant de plonger pour se nourrir. Mais les Méridiens ont l'habitude de se battre contre les monstres ailés de Mevanwi ; ils continuent de se battre et de suivre leur plan initial jusqu'au dernier moment.

Le ver sort de terre, attrape un monstre à la gorge est Angharad est incapable de regarder ailleurs ; là, au milieu de la rue, elle regarde un spectacle auquel elle n'a jamais assisté. La bête mordue est si grosse que c'est seulement son cou qui est attrapé, les dents du ver peinent à percer sa carapaces faite de grosses et lourdes écailles. L'homme qui le dirige tombe et si Angharad le voit, elle ne s'attarde pas dessus : le feu qui sort n'est pas orange mais bleu. Les hommes qui courent pour ne pas se faire dévorer témoigneront que ce n'est pas la chaleur habituelle d'une flamme qu'ils ont ressenti. L'homme qui est tombé, fut aveuglé par le spectacle pour les yeux de la guerrière. Mais des Méridiens l'ont attrapé avant qu'il ne s'effondre à terre ; les draps et les matelas sont les seules choses qui apaisent une chute vertigineuse ici. Et si l'homme du Nord a des quintes de toux, il n'est pas mort.

Quand elle les trouve, parce qu'ils hurlent tellement en se déchaînant sur le l'homme du Nord, il est dans un sale état. Les méridiens n'ont pas l'habitude de tomber sur l'ennemi, ni même que ce dernier tombe du ciel. Ils ne se battent pas contre les troupes de Mevanwi. Elle en voit ses bêtes, elle fait en sortes que les monstres qui vivent dans la forêt ou dans le désert abattent leur colère sur la Cité collée à la Mer Noire. Alors ils s'acharnent sur lui sans même avoir la bonne idée de le garder suffisamment conscient pour qu'il puisse parler. Angharad sait qu'ils doivent en savoir plus sur l'ennemi, et le seul moyen est dans coincé un assez vivace pour lui délier la langue.

" - STOP !" Qu'elle hurle comme si eux allaient écouter son ordre. Les femmes du Sud l'auraient fait, eux sont hors d'eux maintenant qu'ils ont le sang de l'ennemi pour la première fois sur leurs mains. " On en a besoin d'un en vie ! "

Mais les hommes n'écoutent pas et Angharad reçoit un coup de coude lorsqu'un homme plus grand et plus costaud qu'elle la bouscule pour donner le coup final à l'homme du nord. Son cou craque et Angharad l'entend très nettement même lorsqu'elle tombe à terre. C'est quelque chose de puissant, l'égocentrisme. Le féminisme qu'on vous injecte dans les veines au point où l'homme en tant que tel n'existe plus vraiment. La procréation n'a jamais été l'objectif d'Angharad ; l'homme a toujours été moins qu'elle. Et la dévotion qu'elle a pu avoir pour les Méridiens fut uniquement liée à ceux qui sont morts aujourd'hui. Leurs enfants n'ont rien de ce qu'eux ont pu être. Alors elle n'a aucun mal à se redresser d'un bond pour faire glisser la lame de son épée sur le talon d'Achille de l'homme qui l'a bousculé. C'est lui qui hurle de douleur ; il attrape son mollet en tombant au sol, tentant de toucher la plaie tout en évitant de poser directement ses doigts dessus. Son cri arrête tous les autres qui reculent pour mieux voir.

Le sol tremble ; un ver plus gros sort de terre à une rue d'ici. Il explose une maison au passage et attrape de justesse la queue d'un dragon. Celui-ci a beau boulot s'échapper, il n'a d'autre choix que de plonger en arrière lorsque le ver fait marché arrière sans le moindre effort. Le dragon hurle, crache son feu, bat des ailes mais rien n'y fait ; il disparaît dans le trou créé par le ver et va mourir dévoré comme son cavalier. Le spectacle choque tout le monde, mais ça remet les idées en place aux hommes.

Ils comprennent ainsi qu'ils doivent agir, et lorsque le blessé hurle encore, quelqu'un lui met un coup de hache dans le cou et il tombe raide mort à terre.

" - Nous devons les amener à descendre !" On dirait qu'elle est toujours en colère face à ces hommes ; Angharad était meilleure chef de guerre à l'époque qu'elle ne savait interagir. " Nous seront inférieur tant qu'ils seront en l'air."

Comme tout à l'heure, certain sont pour et contre. Mais à ceux-là s'ajoutent ceux qui veulent demander l'avis au conseil, caché dans les souterrains, avant d'agir. Mais ils n'ont pas le temps. Une explosion retentit de l'autre bout de la cité ; quelque chose a du se passer prêt de la fonderie. Les souterrains s'écroulent à un endroit et ça résonne jusque sous leurs pieds. Tous sont choqués et sont prêts à agir. Angharad ordonne presque à ce qu'on coupe la tête à l'homme du Nord déjà mort.

" - Utilisez le pour envoyer un message. " 

Ils doivent se battre mais ne peuvent le faire avec les bêtes volantes, ou celles qui creusent. Angharad pense déjà aux batailles qui ne sont pas là ; que vont-ils faire si jamais Mevanwi devait attaquer à ce moment précis ? Elle sait d'avance que la Reine du Sud sait ce qui est en train de se passer ici ; que peut-il rester secret au Sud à ses yeux ? L'absence des dragons des sables, bien plus petits, lui montre bien que quelque chose reste dans l'ombre.

Ils sont d'accord pour envoyer la tête au premier ennemi qui passera au plus près du lance pierre du bâtiment le plus proche. Le plus haut : celui d'où est tombé le mort avec son dragon. Mais les hommes refusent de monter sous prétextes d'être trop proches des dragons ; Angharad à beau leur dire que ce n'est pas la pire bête qu'ils pourront combattre, ils refusent de monter. Et l'un d'entre eux lui jete la tête coupée entre les mains. Elle parvient à l'attraper sans pour autant lâcher son arme.

'' - Ce genre de truc... C'est le genre du Peuple du Sud.'' Qu'il lâche avec dégoût comme si le plan ne lui convenait pas. '' On combattra pour sauver notre peuple de n'importe quel ennemi qui viendra à nous. Mais ces manières là sont les vôtres. Juste, fait le.''

Elle manque soudainement encore plus le temps où les anciens étaient là. Mais dans le regard de ces hommes, Angharad voit qu'elle ne fait pas le poids. Elle sème le trouble dans la communauté, pour eux. Parce qu'ils n'ont jamais été en guerre autre qu'avec le Sud, alors ils ne savent pas comment réagir autrement. La tête doit être envoyé, et ils ont décidé qu'elle le ferait. Elle n'a pas le choix de monter et en le faisant, elle s'est dit qu'ils n'auraient pas été capable de le faire : les anciens l'auraient été. En haut de la tourelle, Angharad met la tête du mort dans le bol attaché à des nerfs élastiques de bêtes qu'ils ont découpés. Elle tire dessus, le plus fort possible jusqu'à ce qu'un dragon, peu importe lequel, se trouve dans la ligne de tire. Celui sur lequel se dirige maintenant la tête projetée est gris, tel un nuage ; elle l'a vu grâce au soleil qui a amoindris sa clarté par rapport à la mer. Lorsqu'elle lâche, le coup est si fort qu'elle manque de tomber. La rambarde en pierre la retient, mais Angharad est rapidement forcée de redescendre à cause d'une bête qui fonce dans sa direction ; elle ne souhaite pas savoir si c'est pour elle ou pour autre chose. Alors elle est descendue à toute allure rejoindre les siens : la tête aura été reçu, si elle devait l'être d'ici à ce qu'elle soit en bas.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

200812054810395471.png
Iphigénie
J'ai été choisie par mes pairs pour affronter la mer noire sur le dos de nos montures ailées, prenant d'assaut le ciel. Oui, nous sommes venus dans l'intention de conquérir. Je suis à la tête d'une armée, prête à remplir mon devoir, sans savoir que nous avons été trompés par notre conseiller et que nous nous apprêtons à voler l'un des biens les plus précieux du sud, une pierre solaire aux capacités magiques insoupçonnées.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630564759

Nicéphore
[Coucou, surprise à venir, je sais t'as le seum de pas avoir de description encore.]  

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630382021

Emilia Clarke et Daniel Sharman :copyright:️ SneakySkunk
Iphigénie essaie d'analyser rapidement la situation. Malheureusement, elle ne pourra pas faire le décompte de chaque perte. C'est pour ça que des hommes restent en retrait pour observer le champ de bataille. Certains assimilent les attaques, d'autres dénombrent les morts et quelques uns dressent un portrait du territoire. Tout est calculé. Avant leur départ, la chef de guerre a donné ses instructions. Une nouvelle fois, lors de leur halte, elle s'est à nouveau adressée à eux dans l'optique de les motiver et de modifier des conseils au besoin. L'avantage de voler en solitaire sur sa monture, c'est qu'elle peut réfléchir sans que quelqu'un ne vienne la déranger à chaque seconde. Bien évidement, comme dans tous les peuples, certains ne sont pas en accord avec les plans établis, mais heureusement, dans le feu de l'action, ça ne se fait pas trop ressentir. En volant au-dessus de la cité, les hommes du nord paraissent méthodiques, consciencieux et nombreux. Mais eux aussi sont composés de sauvages, d'impétueux et d'impatients. Mais la majorité aurait préféré avait Iphigénie au sommet de la hiérarchie plutôt que leur roi actuel. Le prince y compris. N'est-ce donc pas pour cette raison qu'il souhaite l'épouser, pour obtenir le respect, pour mieux régner, pour avoir un peu uni? Iphi est respectée parmi les siens. D'aussi loin qu'elle se souvienne.

Une nouvelle perte s'ajoute au compteur lorsque le dragon est emporté dans le tunnel créée par l'immense ver. Seul le feu jaillit au-dehors, pour finalement s'éteindre. À la suite de son hurlement bestial, un long silence s'en suit. Un silence interminable. Une si belle bête ainsi perdue. La fille paraît plus affectée par la mort des dragons que par les siens. Elle ne pourrait pas connaître la moitié des hommes même si elle le voulait. Avec les bêtes, ils s'élèvent mutuellement. Ils prennent soin des nouvelles naissances, même si elles sont rares. Elles sont précieuses. Ils apprennent à chérir, nourrir et entraîner les nouveaux nés qui grandissant à une vitesse folle. On discerne les anciennes bêtes des nouvelles grâce à leur et à la manière dont elles volent ; les plus âgées ont des écailles nettement plus solides et une structure osseuse développée. Les plus jeunes ont des épines moins imposantes et une couleur plus prononcée. Celle du prince est donc jeune. Et s'ils n'éduquent pas eux-mêmes les dragons sortis de l'oeuf, ce sont les dragons qui leur permettent de vivre avec eux. Parmi ces dragons, plusieurs ont vu passer au moins trois générations d'hommes. Naturellement, ils vivent plus longtemps que l'être humain. La monture d'Iphi existait bien avant sa naissance. C'est donc un honneur de pouvoir la chevaucher.

Tout s'enchaîne d'un côté comme de l'autre. Quelque chose s'effondre, mais elle ne sait pas ce qui a été atteint. Elle survole, mais ne voit pas ce qui se trouve sous la terre, dans ce nuage de poussière. Son prince semble remarquer, comme elle, qu'une personne s'est mise haut-perchée pour envoyer un projectile dans le ciel. Et si le projectile fonce sur Iphi, le dragon du prince fait l'inverse. Il plonge vers la cité, visant directement ladite personne. Un geste que la chef de guerre trouve impulsif et inutile. Cet homme reste pourtant, à ses yeux, un ami de longue date. Elle n'aime pas voir le prince voler aussi bas. Pas en sachant que les vers peuvent bondir très haut pour agripper leurs ennemis. De son emplacement, Iphi ne sait pas quel est ce projectile, mais son dragon n'attend pas davantage avant de réagir. D'un battement d'aile, il fait volte-face dans le ciel, car lui est rapide et agile. Il évite que la fille se le prenne de plein fouet et ouvre grand la gueule pour le recevoir. Le monstre du ciel bouffe littéralement la tête, même s'il s'agit d'un allier. À son tour, il entame une descente sans même qu'elle n'ordonne quoique ce soit.

Le vent chaud fouette son visage en mesure qu'elle chute, mais ses cheveux parviennent à rester en place grâce aux tresses qui les ramènent sur sa nuque ; toujours plus pratique dans le ciel lors d'un combat. Elle s'agrippe solidement aux épines qui ne plient point sous sa poigne. La bête est rapide, ainsi aidée par la gravité. Elle ne pense même pas à respirer lorsque le dragon fait une telle manœuvre. Un nouveau ver émerge des profondeurs, faisant trembler la zone où se trouve Angharad et les siens. Le dragon noir fonce vers la fille, car il n'a point perdu des yeux son objectif lorsqu'elle a tenté de fuir. Elle est sa cible et sa gueule qui s'ouvre au moment d'approcher prouve qu'il veut n'en faire qu'une bouchée. Mais le ver, lui, a pour cible la chose la plus appétissante qui soit : le dragon. Iphi voit la scène au ralentit, craignant que le prince soit l'une des prochaines victimes. La bête grise déploie ses ailes peu avant d'atteindre la zone de guerre, ce qui freine l'atterrissage. Un coup d'aile qui pousse le dragon noir à esquiver. Il n'y a pas assez de place pour deux dragons, en plus du ver.

Un ver qui se retrouve coincé dans les griffes de l'énorme dragon gris. Un ver spongieux, plaqué contre l'un des murs de la cité. Une cité plus que déserte, constate sans problème Iphi. Et tandis que le prince s'envole, qu'il survit, la fille aux cheveux blancs reste au sol, sur le dos de sa bête, ressentant chaque ondulation dans le corps de la bête qui maintient de justesse le lombric de dévorer Angharad et ses hommes. C'est la bête, en premier, qui pose un oeil sur la brunette au visage peint pour la guerre. Des yeux reptiliens, des yeux perspicaces, des yeux perçants. Le ver gigote, mais succombe à la première bouchée qu'on prend de lui. Une bouchée qui brûlera au fond de cette immense gorge bestiale. La fille observe autour d'elle, ne comprend pas où ils pourraient trouver des ressources dans un endroit comme celui-ci. Oui, cette cité pourrait abriter leur peuple, mais tout semble si... triste et abandonné. Elle n'imagine pas à quel point ça peut être développé en dessous. Elle observe oui, mais elle doit se rendre à l'évidence qu'elle est en mauvaise posture à cet instant. Vulnérable si on décidait de l'attaquer. Ce n'est pas forcément une lance attachée à son dos qui ferait toute la différence.

Le haut du corps encore chaud du ver retombe lourdement, car le bas bloque le trou duquel il s'est extirpé. Le dragon ne s'y intéresse plus de toute façon, car il se déplace pour faire face au groupe ennemi, comme s'il les jaugeait un à un. Iphi fait donc de même, attentive. Et elle se demande alors si elle doit donner l'ordre à ce qu'on les enflamme. Ils brûleraient sur le coup. Il y a des fois où sa bête n'hésite pas. Là, elle attend. Le peuple du nord pourrait même enflammer les souterrains en se servant des trous s'il le fallait, ça ferait sortir ceux qui se cachent en-dessous. C'est la réflexion qu'elle s'est faite en survolant la cité. Iphi perçoit les regards mécontents de bon nombre d'hommes, ce qui fait naître un sourire crispé à ses lèvres.

Gardez sous terre vos bestioles et les nôtres n'attaqueront pas, prévient la chef de guerre d'une voix forte et soutenue.

Mais on ne semble pas vraiment la prendre au sérieux.

Autrement, nous brûlerons tout.

C'est une menace, car elle ne veut pas tout brûler. Mais plus elle regarde cet endroit, et moins elle se sent à l'aise. Si on les attaque, ils répliqueront, mais elle se dit qu'ils feraient mieux de voler plus loin, peut-être trouveront-ils cet endroit plein de ressources vanté par le roi.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 397
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

ai1PRV6P_o.gif
Angharad
Elle est née au milieu du désert, une fois. Angharad a vécu une vingtaine d'année dans la Cité de Mevanwi, mais quand cette dernière s'est emparée de la pierre solaire, les choses sont devenues trop difficile. Angharad fait partie de la panoplie de disciples qui ont été abattus pour éliminer le problème : emmenés dans la forêt, mis à mort et laissés tout juste vivant pour attirer les bêtes et les laisser se faire dévorer. Mais Angharad est la seule que le Peuple Méridien a réussi à sauver. Elle est née une deuxième fois lorsqu'ils l'ont soigné, lorsqu'ils lui ont donné une deuxième vie. Angharad a toujours eu le combat dans le sang ; elle est née pour ça. Mais le Peuple Méridien est quasiment exclusivement composé d'hommes. Ils naissent plus nombreux près de l'océan plutôt que dans le désert, mais ils récupèrent aussi tous les garçons nés et abandonnés de la Cité de Mevanwi. Pour les Méridiens, Angharad est la preuve que la pierre solaire peut rallonger la vie : elle est là depuis quasiment un siècle et n'a pas prit une ride. Ils comptent sur elle pour les libérer du joug de Mevanwi et sa magie.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 0YyX8 .

Alycia D.Carrey | Katie McGrath

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords RD3jD

Plus assourdissant que le ver, c'est le dragon qui descend dans la Cité, qui bat des ailes et qui provoque des ondes sur tout son passage. Le cœur d'Angharad ne cesse de battre à ses tympans et dans ses cuisses depuis que le sombre l'a prit en chasse. Lorsqu'elle se retrouve contre les hommes pour voir le dragon gris, elle ne saurait dire le déroulement exacte des choses. Mais la guerrière est plus à même de sourire en voyant, en sentant le ver retomber à terre sans vie. C'est le cauchemar des méridiens ; voir leurs vers tomber face à des dragons. Ceux de Mevanwi sont incapables de faire la moitié de ce qui vient d'être fait devant eux ; ils sont ebais et en colère. Mais aucun n'ose bouger sous une telle menace. Ils sont tous effrayés par ces bêtes aux pointes mortelles.

'' -  Gardez sous terre vos bestioles et les nôtres n'attaqueront pas.''

Aucun des méridiens ne prend la chef de guerre au sérieux. Ils se mettent tous à rire, et Angharad se sent bien trop petite devant eux. Tampon entre la bête féroce et ces hommes qui n'ont aucune comparaison à Mevanwi. Elle est si terrible, constamment, qu'ils ne font qu'imaginer mettre la main sur elle. Sur ces femmes qui leur rendent la vie dur ; ils seraient impitoyables avec la moindre femme se présentant devant eux. Angharad send la tension monter d'un cran.

'' - Autrement, nous brûlerons tout.''

Elle sent son coeur battre et chauffer comme si le feu bleu du dragon s'abattait sur elle. Au travers de l'œil du dragon, elle voit que se reflète la menace de la femme aux cheveux clairs. Ces bêtes n'auraient aucun mal à faire succomber les premiers étages des galeries souterraines. Elle n'a pas envie d'avoir la conscience lourde de ce choix qui n'aurait finalement pas été le sien. Eux ne semblent vraiment pas prendre en compte la différence des dragons qui sont en face.

Ses yeux bifurquent sur les murs des bâtiments qui entourent le dragon ; en bas ils ne sont pas à leur avantage. Les méridiens comptent en tirer parti puisqu'ils semblent s'être rassemblés aux fenêtres, prêts à tirer des flèches grosses comme des mains pour traverser la peau du dragon. Une menace qu'ils ne veulent pas enlever, une menace qui fait battre plus fort le cors d'angharad qui ne cesse de jauger chaque détail de la situation ; sa position face à la bête ne semble pas la perturber plus que le reste.

'' - On ne te laissera pas repartir, femme !''

Un homme vient du fond pour prendre place devant. Pourtant, il ne dépasse pas la limite que dessine de façon invisible Angharad. Il n'est pas prêt à laisser s'envoler l'ennemi ; ils le veulent à terre. Le chef de guerre méridien n'a rien de comparable à la posture de celle sur sa monture ; il n'a pas d'élégance, il n'a pas d'éloquence. Il n'a que la carrure qu'un homme bourru prêt à tout pour assouvir sa vengeance. Celle-ci est pourtant mal tournée aujourd'hui ; les trucs peuples ont le même ennemi en commun. Il serait plus intelligent de s'allier plutôt que de se détruire : Mevanwi s'en charge déjà suffisamment.

'' - Vous n'êtes clairement pas d'ici pour ne pas connaître la menace de ces vers.'' La femme regarde la bête plus que celle qui le monte ; ce lien étrange avec le dragon est quelque chose qu'elle a touché du bout des doigts. Elle manque souvent de les voir voler sans qu'il ne s'agisse d'une attaque. '' Retournez d'où vous venez si vous désirez vivre !''

Sa voix clair résonne bien plus que celle du méridien ; elle a eu l'habitude de s'adresser à des foules. Angharad sait à quoi ressemble un véritable champ de bataille et même si tous ses sentiments ne sont pas beaux envers les méridiens, elle ne veut pas les voir exterminer par un peuple inconnu. Par quelqu'un, d'ailleurs. Elle a parlé pour prévenir, pas pour menacer contrairement à l'homme. Mais tout dans son attitude pourrait faire penser le contraire ; de sa cuisse en avant, tout comme son épée, à sa main en arrière qui mime de retenir les hommes avant de les lâcher.

Les cordes se tendent un peu plus au fenêtres ; si elles partent, elles atteindront soit l'animal soit la guerrière les archers n'attendent qu'un signe pour laisser leurs armes trancher l'air. Mais le chef de guerre méridien s'approche ; il dépasse Angharad comme s'il n'était pas effrayé. Il ne prend pas la menace au sérieux. Il se met à parler, cette fois plus dur et plus ferme encore. Sexiste jusqu'au tréfonds de son âme ; même Angharad tique à ces mots.

'' - Si tu ne meurs pas, peut être que je te garderais pour enfanter ! On a besoin de sang neuf.''

Tous les hommes ont le temps de rire, mais Angharad sent que cette phrase ne plaira pas à celle qui chevauche. Là, elle pose enfin, pour la première fois, directement son regard sur elle. La femme du Sud détaille avec attention chaque chose qu'elle aperçoit à cette distance. Et cette chef de guerre, où son dragon, ont eu le temps de réagir, s'ils devaient le faire, avant qu'un long et profond son retentisse de sous la taire.

Les hommes du dessous viennent d'appeler tous les vers pour qu'ils creusent en bas ; c'est leur façon de les rappeler. Un membre du conseil, en haut pour entendre les mots de la chef de guerre, a fait passer le signal. Et voilà la réponse qu'ils attendaient. Une partie du conseil finit par avancer dans la place où, peut-être, un méridien vient de mourir à cause de ses mots trop forts. Trop durs. Mal placés.

'' - Laissez les passer !'' Qu'elle cru lorsque des gros bras veulent leur barrer la route pour continuer sur la lancé du premier ; énervé xles guerriers veulent se venger, pas suivre les conditions d'un peuple lointain. '' Votre sang ne mérite pas de couler pour ça...''

Sa lame est levée face aux méridiens qui vont finalement se disperser. Elle est dis au dragon comme si l'ennemi n'était plus là ; Angharad ne fait pas vraiment partie des méridiens. Son allégeance va au conseil parce qu'ils sont les descendant direct de ceux qui l'ont sauvé de la forêt rudes.

Le conseil arrive donc, et eux sont plus enclins à courber l'échine, à se soumettre comme ils l'ont toujours plus ou moins face face aux femmes du Sud. Les méridiens, hormis les guerriers, veulent en majorité trouver une vie paisible et calme là où ne viendra pas les écraser pour une raison de pouvoir. Eux n'en n'ont pas ; ils désirent la tranquillité que ces terres n'ont jamais su leur apporter.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

200812054810395471.png
Iphigénie
J'ai été choisie par mes pairs pour affronter la mer noire sur le dos de nos montures ailées, prenant d'assaut le ciel. Oui, nous sommes venus dans l'intention de conquérir. Je suis à la tête d'une armée, prête à remplir mon devoir, sans savoir que nous avons été trompés par notre conseiller et que nous nous apprêtons à voler l'un des biens les plus précieux du sud, une pierre solaire aux capacités magiques insoupçonnées.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630564759

Nicéphore
[Coucou, surprise à venir, je sais t'as le seum de pas avoir de description encore.]  

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630382021

Emilia Clarke et Daniel Sharman :copyright:️ SneakySkunk
On ne te laissera pas repartir, femme!

Cette phrase crisse à ses oreilles à la manière de deux plaques de glace qui s'entrechoquent. Son attention est immédiatement tournée vers l'homme qui s'est ainsi adressé à elle. Aucun nerf ne sursaute à son visage lorsqu'elle le toise amèrement ; seuls ses yeux l'observent. Il s'imagine fort. Il s'imagine homme. Mais sait-il être à la hauteur de ses paroles? Si elle s'envole, les ailes créeront un courant d'air qui les feront tomber. Même les flèches ne risquent pas de fendre l'air pour atteindre leur proie. Oui, le dragon sera lourd et lent, mais il prendra son envole et nul ne la retiendra au sol. Et si elle est dans une impasse, elle réfléchit à un angle d'attaque. La chef de guerre aux longs cheveux tressés observe une dernière fois les archers, mesurant la dimension des flèches et de leur pointe, avant de porter son attention sur la femme qui s'adresse à elle :

Vous n'êtes clairement pas d'ici pour ne pas connaître la menace de ces vers.
Non, en effet, qu'elle répond solennellement, et avec intérêt.
Retournez d'où vous venez si vous désirez vivre!

Nous n'allons pas mourir, s'apprête-t-elle à dire. Mais l'homme prend les devants et s'approche. Nous ne pouvons partir, aurait également voulu dire Iphigénie aux propos de la femme, mais elles sont interrompues. L'homme est peut-être devant, à prendre la parole pour se faire entendre, mais la chef de guerre maintient le contact visuel avec la femme qui se fait mettre à l'ombre sans le moindre effort. Iphi observe, simplement.

Si tu ne meurs pas, peut être que je te garderais pour enfanter! On a besoin de sang neuf.

Cette fois, elle fronce bel et bien les sourcils. Les mots la laissent perplexe. Elle sent du mouvement dans le corps du dragon. En voilà une qui n'apprécie pas qu'on la traite de manière aussi vulgaire. Iphi pourrait être outrée, décontenancée, humiliée, mais ses pommettes semblent davantage vouloir retenir un léger sourire. Elle préfère regarder ailleurs pour ne pas montrer l'amusement qu'elle ressent en pareil instant.  

Ce qui confirme votre minorité par rapport aux hommes qui vous encerclent, lâche-t-elle finalement.

D'abord elle gratifie le ciel taché d'ombres d'un regard pour ensuite les toiser longuement. A-t-elle raison? Ils ont besoin de sang neuf. Cela laisse présager qu'ils ne sont pas nombreux et qu'ils ont besoin de peupler pour survivre. Mais cela prend des années aux enfants avant de devenir adultes et efficaces. Les rires qui fusaient déjà persistent dans la gorge de plusieurs hommes, mais d'autres, plus attentifs aux paroles de l'étrangère, se calment de moitié. Rien ne sera pris à la légère, dans leurs propos.

Le sol tremble. Elle est d'abord perplexe, mais les vibrations sont de plus en plus lointaines, signe que les vers s'éloignent sous la terre. Quelqu'un, parmi ces gens, s'est montré compréhensif au point de permettre une trêve afin qu'il puisse discuter. Elle reste sur ses gardes, mais elle se dit que c'est un bon début, sans plus amples pertes. Quoique ces hommes paraissent disposés à faire tomber la femme. Votre sang ne mérite pas de couler pour ça. La fille essaie de se montrer raisonnable, mais aucun ne l'écoute réellement. Iphi écoute, pourtant. Mais s'ils se montrent si peu coopératifs, le sang coulera inévitablement, même si personne ne le mérite.

Les membres du conseil approchent, mais la fille du nord ne connait pas leur rôle ni leur influence parmi ces gens. Elle les observe avec beaucoup de réserve et de curiosité, une curiosité qui se lit au fond de ses yeux clairs. Tout chez elle semble briller comme la neige au sol ; ses cheveux, sa peau, ses yeux, ses vêtements. Du blanc, du gris, de l'argenté, du bleu. Des couleurs qui lui permettent de se fondre partout, comme sa monture ailée. Mais ici, où tout est orangé, sableux, granulé, coloré, c'est... différent. La fille est sur le point de faire un mouvement pour mieux observer les nouveaux arrivants lorsque, de manière maladroite, un jeune archer perd la maîtrise de son arc. La corde lâche et la flèche vole dans l'air. Le dragon perçoit le mouvement. Il ne bouge pas. Et la flèche ricoche sur la peau cuirassée de la bête avant de tomber au sol dans un écho creux. Le dragon retrousse ses babines où des dents se dévoilent. La fille, quant à elle, observe le bout de bois tombé. Le jeune a un mouvement de recul, se disant qu'il est sur le point de finir carbonisé. Iphi se contente de déposer sa main sur la peau, étonnement sensible au contact de sa main, du dragon pour lui interdire d'intervenir. Maintenant, ils ont un avant-goût de la robustesse des écailles. Peut-être penseront-ils qu'ils sont tous résistants. Mais non. Certains, très haut dans le ciel, aurait pu être percés.

Ce qui est plaisant avec les femelles, c'est qu'elles sont territoriales.

Fière, elle observe sa bête avec amour, mais elle pourrait tout aussi bien parler d'elle-même ou de leur ennemie dont elle ne connait pas l'existence..

Vous devriez apprendre à être un homme avant d'enfanter, ajoute-t-elle à celui qui a osé la défier devant témoin.

Son dragon déploie son aile. Dans cette position, elle peut se déplacer sur sa surface afin de quitter son dos et atteindre le sol où les gens sont rassemblés. Elle prend des risques en se montrant aussi vulnérable. Elle se retrouve donc au sol, petite en comparaison de ses ennemis. Elle veut surtout être face aux " aînés " qui se sont déplacés jusqu'à elle. Le roi de Iphi n'a rien mentionné concernant une trêve. Ils avaient pour ordre de devenir, de conquérir et de prendre toutes ressources possibles. Elle ignorait cependant que cet endroit était... occupé. Et comme le roi n'est pas là... elle se dit qu'elle peut prendre quelques initiatives. N'est-ce pas pour cette raison qu'elle est cheffe de guerre? Le prince continue de voler en périphérie un moment avant de finalement se poser en hauteur, observant la scène, protégé par son dragon. La monture de la fille commence à se mouvoir. Et sans prévenir, elle s'envole, ne laissant qu'une humaine parmi les ennemis. Dans un geste effectué à mainte reprises, elle tend le bras dans son dos pour attraper sa lance et l'avoir en main si elle devait se défendre. Mais elle sait que son dragon restera à proximité pour la défendre si besoin.

Sauf votre respect, dit-elle, tâchant de ne pas se montrer intimidée par cette foule à demi dispersée : j'aimerais qu'elle s'exprime.

Elle s'adresse à ce conseil, mais désigne la brune au visage peint d'un regard. Celle qui a été mise en retrait par ses pairs. Elle semble avoir beaucoup de choses pertinentes à partager, en plus d'avoir des explications à donner concernant cette... situation. Ils étaient bien trop préparés pour ne pas savoir qu'une attaque pouvait leur tomber sur la tête. 


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 397
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

ai1PRV6P_o.gif
Mevanwi
Elle détient la couronne du peuple le plus au Sud de ce monde ; les contrées sont chaudes, sèches et parfois arides. Voilà maintenant un peu plus d'un siècle qu'elle règne sur sa Cité avec une main de fer dans un gant de velours. Son palais se situe au milieu du désert, mais ses terres s'étendent bien au delà des forêts touffues et verdoyantes. Elle possède la pierre solaire qui tyrannise tant de monde, et qui en attire tant d'autres. Son peuple est composé en majeur partie de femmes : les quelques hommes qu'on y trouve sont de vulgaires reproducteurs, des serviteurs à qui ont a coupés deux doigts à chaque main pour qu'ils soient incapables de tenir une arme. Elle use des pouvoirs de la pierre, mais ne les connait pas tous. Mevanwi n'a pas d'enfant, et la passation du trône n'a rien avoir avec l'ascendance dans son royaume. Elle fut pourtant mariée, aimée longtemps mais veuve rapidement. Elle a fait exécuter son premier amour pour le pouvoir. Elle est sans pitié.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords E410179ba660f0c2879e9542c8bd172707d11580

Angharad

Elle est née au milieu du désert, une fois. Angharad a vécu une vingtaine d'année dans la Cité de Mevanwi, mais quand cette dernière s'est emparée de la pierre solaire, les choses sont devenues trop difficile. Angharad fait partie de la panoplie de disciples qui ont été abattus pour éliminer le problème : emmenés dans la forêt, mis à mort et laissés tout juste vivant pour attirer les bêtes et les laisser se faire dévorer. Mais Angharad est la seule que le Peuple Méridien a réussi à sauver. Elle est née une deuxième fois lorsqu'ils l'ont soigné, lorsqu'ils lui ont donné une deuxième vie. Angharad a toujours eu le combat dans le sang ; elle est née pour ça. Mais le Peuple Méridien est quasiment exclusivement composé d'hommes. Ils naissent plus nombreux près de l'océan plutôt que dans le désert, mais ils récupèrent aussi tous les garçons nés et abandonnés de la Cité de Mevanwi. Pour les Méridiens, Angharad est la preuve que la pierre solaire peut rallonger la vie : elle est là depuis quasiment un siècle et n'a pas prit une ride. Ils comptent sur elle pour les libérer du joug de Mevanwi et sa magie.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords A583e56197f89373d52091f83dcc4e66a5013bcf

Alycia D.Carrey | Katie McGrath

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords RD3jD

Dans les rayons lumineux qui s'échappent de la pierre solaire, celui qui s'y attarde correctement peut déceler quelques images du passé, du présent et de l'avenir. Mais rien d'assez concret, rien d'assez solide, pour réellement pouvoir s'en servir. Peu importe, de toute manière, Dame Mevanwi n'est pas capable de lire au travers des rayons lumineux. Elle se contente d'user des pouvoirs de la pierre qu'elle connaît, de ce qu'elle a déjà usé. Si pour certain, la pierre solaire est doté du meilleur don : l'immortalité, pour d'autre, c'est quelque chose de bien pire qui prédomine. Et Mevanwi sait à quel point les Méridiens ont peur du pouvoir de la pierre. Sèchement, elle avait conclu qu'elles ne viendraient pas en aide aux hommes. Personne ne pourrait croire, qu'en étant au courant de l'invasion, Mevanwi ne viendrait pas y lancer son grain de sel. Mais elle, au profond de son âme, sait que les envahisseurs ne sont pas venus uniquement pour les belles rives de la mer noire. Pourtant, elle ne ressent pas encore la peur.

" - Si vous faites ça, ils n'auront aucune chance de s'en sortir.." Contrairement à Mevanwi, certaines de ses fidèles ont du coeur. Ca la répugne, mais elles osent parler.
" - C'est le but de la manœuvre." Qu'elle répond avec dureté, alors qu'elle tourne son regard vers sa plus haut gradée. La brune pose délicatement son doigt sur la surface de la pierre solaire : chaude, puissante et lumineuse. " S'ils sont tous morts... nous pourrons nous étendre jusqu'aux rives. N'as-tu jamais souhaité baigner ton corps entier dans la mer, Lucifer ?"

La haut placée, d'un signe de tête, montre son approbation à sa reine Mevanwi. Bien sur, que les femmes d'ici rêvent de plus que le désert. Mais elles savent s'en contenter, elles savent s'unir et vivre harmonieusement dans cet endroit qui n'était pas censé être leur dernier tombeaux. Alors elle accepte, se soumet à la fougueuse Mevanwi et la laisse commander la pierre, bien qu'elle n'aurait rien pu y faire. La reine a toujours le dernier mot.
___________________

Lorsque la chef de guerre ennemie descend de sa monture, et que le majestueux dragon s'envole en quelques petits battements d'ailes, Angharad ressent quelque chose d'étrange. A chacun de ses pas sur le sol, à chaque fois qu'elle s'approche un peu plus des hommes sans montrer la moindre peur, Angharad se sent sur un pied d'égalité avec elle. Pas sur le plan de la force, pas sur le plan de la vie ou de la hiérarchie, mais elle ressent cette prestance que peu de personnes ont. Son souffle à elle se coupe tandis qu'Iphigénie défie silencieusement quiconque de s'en prendre à elle. Pas un des Méridiens ne bougent : c'est parce que les membres du conseils sont présents. Les plus anciens, ceux dont le point de vue compte, ceux qui dictent les lois de cet endroit. Sans les plus vieux, les plus jeunes se seraient déjà jetés à corps et âme sur cette femme descendue du ciel. Et Angharad, elle n'aurait rien fait pour lui venir en aide.

Pourtant, tout ce qu'elle avait pu ressentir -de si chaud et si exceptionnel- disparaît à l'instant où la blonde armée de sa lance prononce des mots qui la concernent. Les hommes, déjà pas bien heureux des mots employés envers celui qui a défié Iphigénie, grondent encore plus. Deux du conseil se tournent vers elle, le bras tendu pour lui dire d'approcher. Ils savent qu'Angharad est leur alliée, certainement la plus fidèle et la plus sage. Pendant ce dernier siècle, leurs parents et eux ont eu confiance en elle. Le comportement des plus jeunes est certainement à cause de son propre comportement à elle : à force de vivre et de voir mourir ses proches, Angharad s'est refermée sur elle-même. Quitte à paraître intouchable, quitte à être ce mythe qu'on dénigre.

" - Elle n'a pas son mot à dire !" Hurle celui qui n'a toujours pas digéré d'avoir été émasculé devant les autres. " Elle n'est pas des nôtres, c'est avec nous que vous avez un problème."
" - Il a raison." Qu'elle clame sans passer par quatre chemins. Pourtant, elle s'avance au travers des hommes pour s'arrête juste derrière les membres du conseil. " Votre guerre n'est pas la mienne ! Elle ne les concerne pas non plus, d'ailleurs !" Derrière ses peintures de guerre, ses yeux lancent des couteaux parce qu'elle ne digère pas d'être mise dans cette position. Elle vise la chef de guerre, mais son regard se concentre bien vite à regarder tous les Méridiens : comme si elle s'adressait à chacune d'entre eux personnellement. " Vous devriez vous concentrer sur votre véritable ennemie ! Parce qu'eux..." De son épée noire, elle désigne Iphigénie sans aucun scrupule. " Ils ne sont rien ! Avec leurs dragons, oui, ils vont vous écraser. Mais ils ne vous veulent pas vous !" Sa fougue, sa voix qui porte, tout dans son comportement montre qu'elle sait manier les troupes. Qu'elle est faite pour ça, mais certainement pas avec ces hommes-là. " La pierre solaire. C'est ce que vous êtes venus chercher, pas vrai ?" Qu'elle demande dans un élan de lucidité, son regard pénétrant retombant sur la blonde. " Vous avez tord. Ils n'ont rien ici."

Les anciens se mettent à parler entre eux, et le reste des Méridiens se tournent vers la blonde dans l'attente d'une réponse. Le conseil refusera catégoriquement de mener une guerre dans ce but, ils resteront soudés et seront même capable de s'allier au Peuple du Nord pour récupérer la pierre solaire des mains de Mevanwi. Le conseil sera lui-même le premier à proposer l'alliance si ça évite la mort des leurs. Parce que ces hommes là, au fond, ne sont pas des brutes sans âmes. On pourrait croire, vu leur bestialité et la haine qu'ils éprouvent pour les femmes en général. Le pire dans cette histoire, c'est que le mal se cache derrière des formes bien plus agréables.

" - Si c'est ce que vous recherchez..." Commence à dire le plus âgé des membres du conseil. " je pense que nous allons pouvoir nous ent..."

Mais sa phrase n'a pas le temps d'être terminée, que des vibrations se font ressentir dans le sol. Des vibrations lourdes, et qui proviennent de loin. Si Iphigénie pourrait croire que les vers sont de retour, il n'en est rien. Les Méridiens se mettent à paniquer : ils se regardant tous dans le blanc des yeux, armes tendues, en attendant que le ciel leur tombe sur la tête. Mais c'est Angharad qui va donner le signal d'alarme. Car lorsque la Reine Mevanwi pose ses mains sur la pierre, un bruit strident résonne entre ses oreilles, autour de son cerveau tout entier. S'en est tant douloureux qu'elle se plaque automatiquement la main sur la tempe, en espérant que ce geste fasse partir la douleur. La vérité les rattrape pourtant bien plus vite : la pierre solaire émet des ondes si puissantes vers la mer noir, que tous les animaux de la forêt tente de déserter. Automatiquement, ils se rabattent tous vers la rive, là où les vibrations sont moins dense. Mais le piège se referme ainsi sur les Méridiens : des bêtes carnivores, ou herbivores, s'abattent sur la ville dans l'espoir d'échapper à la pierre. Et pendant qu'Angharad sait quel sourire doit orné le visage de la Reine du Sud, elle hurle aux Méridiens de s'enfuir.

" - Vous n'aurez pas le temps !" Qu'elle hurle à la chef de guerre ennemie, alors que tous les méridiens ont déjà quasiment disparus de la rue. " Ils vous dévoreront avant d'avoir prit votre envole !"

Angharad sait de quoi elle parle : ces bêtes là sont bien plus rapides, quand il s'agit de courir, que les dragons qui décollent du sol. Lorsqu'elle était encore au Sud, Angharad a vu nombreuses des siennes se faire dévorer avant d'avoir eu le temps de s'envoler assez haut pour dépasser les monstres terrestres. Après un regard en arrière, la jeune femme tend sa main vers Iphigénie : elles ne se connaissent pas, mais la brune est plus à l'aise de ce geste avec elle qu'avec tous les autres Méridiens.

" - Suivez-moi ! Et vous serez en vie pour les avertir de ce que vous comptez faire."


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 520
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

200812054810395471.png
Iphigénie
J'ai été choisie par mes pairs pour affronter la mer noire sur le dos de nos montures ailées, prenant d'assaut le ciel. Oui, nous sommes venus dans l'intention de conquérir. Je suis à la tête d'une armée, prête à remplir mon devoir, sans savoir que nous avons été trompés par notre conseiller et que nous nous apprêtons à voler l'un des biens les plus précieux du sud, une pierre solaire aux capacités magiques insoupçonnées.
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630564759

Nicéphore

Fut un temps où il était l'un des hommes soumis à la tâche de la reproduction dans la cité gouvernée par Mevanwi. Une responsabilité accompagnée de la perte de deux doigts à chaque main. Il n'était que l'ombre de lui-même, compagnon de diverses femmes prêtes à donner la vie. Toutes les femmes avec qui il a partagé son lit ont donné naissance à une fille, à l'exception d'une ; cette dernière a donné à ce monde un petit garçon. C'est ce qui a poussé Nicéphore à agir, à prendre cet enfant avec lui et à fuir. Pour lui éviter l'abandon ou, pire, la servitude. Il a remis l’enfant à une famille d’un autre peuple afin qu’il puisse être élevé convenablement. Par la suite, il s'est retrouvé là où la guerre faisait rage, à croire qu’il était destiné à voir le chaos perpétuellement. Et un jour, quelque chose s’est produit. La pierre lunaire s’est retrouvée aux creux de sa paume. En toute sagesse, la pierre lui a offert deux nouveaux doigts à la main droite. Le signe, pour lui, qu’il devait participer au chaos.

Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords 200812055630382021

Emilia Clarke et Daniel Sharman :copyright:️ SneakySkunk
Les temps sont difficiles, Nicéphore.
Ne l'ont-ils jamais été?
Montrez-la nous.

L'homme encapuchonné observe l'assemblée assise autour d'une énorme table de forme irrégulière ; une matière magmatique qui s'est figée au contact de l'eau à la suite d'une des plus grandes irruptions jamais connues par ce peuple au fil des siècles. La disparition de la pierre solaire a causé du tort à de nombreux peuples ; son utilisation erronée également. Des conséquences telles que des éruptions volcaniques précipitées avant leur temps, des extinctions massives de mammifères. Il quitte son siège fait d'un acier puissant qui reste silencieux même libéré de son poids. Le vent entre en force dans cette pièce gigantesque, située au sommet d'un rocher. Cité dite la Forêt de pierres, une formation karstique impressionnante et facilement trompeuse à l'oeil. Lorsque la marée est haute, gorgeant les espacements d'une eau sinueuse, des ponts suspendus sont adaptés pour les déplacements. De sa main gantée, il s'empare d'un objet cachée à l'intérieur de sa cape, objet également enroulé d'un tissu violet pour le préserver. Moins on le touche, mieux on... Mieux on se préserve de la tentation. Malgré ces nombreuses protections, le coeur de Nicéphore manque un battement lorsque son oeil entre en contact avec la pierre. Il ne la touche pas directement grâce à sa main gantée, mais la puissance n'est point allégée. Il dépose l'objet sur la table, à la vue de l'assemblée composée d'une quinzaine de membres.

La pierre lunaire, murmure l'un d'eux.
Elle existe réellement, ajoute un second.
Vous avez réellement l'intention de l'utiliser?
Nous ne pouvons pas seulement décider d'entrer en guerre avec cette femme. Nous avons entendu les histoires. Nous savons ce qui arrivent au peuple qui se dressent contre elle. Ce qui nous attend sera terrible si nous la défions. Le massacre de votre ancien peuple ne vous suffit-il pas?
Nous pouvons répliquer à arme à égale, si vous m'en donner l'accord...
Vous n'aurez pas notre accord. Nous sommes loin des conflits. Les temps sont difficiles. Nous ne pouvons nous permettre un tel affront. Ici, nous survivons en paix. Nous voyons cette pierre, mais l'utiliser jetterait sur nous tant de malheurs...
Tout autant que laisser cette pierre solaire aux griffes de cette femme, s’envenime Nicéphore d'une voix aussi brutale que le tonnerre.

Par cette voix, il plonge l’endroit dans un profond silence. L’assemblée s’observe, consciente que la passion de Nicéphore pour cette guerre de pouvoir pourrait les entraîner dans les abysses. Ils ne peuvent risquer leur vie pour une femme qui s’attaque à d’autres peuples qu’eux ; ils seront morts bien avant qu’elle ne leur tombe dessus. Alors oui, égoïstement, ils considèrent que cela n’est point leur problème.

Gardes, enfermez-le, ordonne celui semblant posséder la plus grande notoriété.
Je ne vous laisserai pas obliger ce peuple à courber l’échine, répond crûment Nicéphore. C’est moi qui s’empare de votre cité aujourd’hui.
Vous n'oseriez pas?
C'est déjà en cours.

_________________

La brune parle et Iphigénie s'accroche à ses paroles. Elle en apprend plus à les observer interagir ensemble qu'à intervenir. C'est un technique comme une autre de découvrir les faiblesses et les forces de ses ennemis. Aucun n'est sur un même pied d'égalité. La gestion du peuple semble précaire. Les anciens démontrent une certaine autorité. Mais celle qu'elle remarque avant tout, c'est la fille au visage peint. Elle est différente des autres. Son élocution est envoûtante et elle possède une certaine dextérité à manier son épée.

La pierre solaire. C'est ce que vous êtes venus chercher, pas vrai? demande la brunette.

Non, elle ne demande pas : la quoi? Mais son faciès change malgré tout. Imperceptiblement, elle incline la tête pour sonder l'âme de celle qui lui parle. La pierre solaire? Serait-ce réellement la vraie raison de leur présence en ces terres? Était-ce l'intention cachée du roi? Iphigénie pourrait défendre sa royauté, mais elle paraît plutôt honteuse et décontenancée. Car s'ils sont réellement venus avec cette intention, c'est qu'un guerrier, dans le ciel, prévoit de la trahir. Ça veut dire qu'ils sont venus sans réellement savoir pourquoi. Que cette armée n'a pas un objectif similaire. Elle est perplexe et ne rejette même pas cette possibilité. Elle sentait qu'il y avait quelque chose d'anormale.

La terre gronde, mais cela ne ressemble en rien aux glaciers qui se déplacent et se chevauchent. Ses yeux intrigués observent autour d'elle et cherchent la provenance du bruit. Tout ça est inconnu pour elle. Ses réflexions ne correspondent guère à celles de la femme au visage peint. Iphigénie ne s’est point ce qui l’attend. Les autres courent, mais elle reste immobile, analysant. La femme ennemie prend néanmoins les devants lorsqu’elle lève la main, incitant l’argentée à sortir de sa torpeur. Elle observe d’abord la main, ensuite le visage de cette femme : de son maquillage sombre à la clarté naturelle de ses iris. Il y a tant d’expériences et d’émotions dans ce regard que l’argentée ne saurait lui refuser cette aide, ou quoique ce soit d'autre. D’un hochement de tête, elle montre qu’elle suit. En attrapant ses doigts des siens, elle montre qu’elle lui fait confiance, qu’importe où elle la guidera.

Les ondes qui vibrent dans l'atmosphère sont assourdissantes. Elles attaquent directement l'équilibre au fond des tympans. Les hommes dans le ciel peuvent voir les bêtes se déplacer jusqu'à la rive, jusqu'à la ville. Intervenir résulterait à l’anéantissement de bêtes innocentes fuyant un danger qu'elles ne comprennent pas. Le prince ne peut suivre sa cheffe de guerre qui s'élance là où la guide la brune. Elle lâche sa main au bout d'un moment pour mieux courir. De son autre main, elle tient toujours sa lance. Iphigénie est rapide, dans sa course. Elle est habituée de franchir de longue distance dans la neige, souvent des raquettes aux pieds. La neige est d'une épaisseur et d'une profondeur où il est souvent difficile de se déplacer. Malheureusement, elle est vite rattrapée par la chaleur et l'étouffement. Dans le ciel, il y a le vent. Sur terre, il y les conditions du territoire.

Une bête fracasse une structure, fait tomber cette structure. Cet enchaînement fait vibrer la terre, propulsant les filles au sol. Iphigénie se redresse sur ses mains. Quelques pas supplémentaires, et elle sombrait dans le trou qui se manifeste dès à présent sous son nez. Le gigantesque trou laissé par un lombric géant. Un dragon pourrait facilement y enfoncer son cou. À quelques mètres, le trou bifurque, l'empêchant de voir ce qui peut bien se trouver sous terre. Certains passages doivent exister depuis longtemps ; les ouvertures étant ensuite camouflées par les intempéries. Cette ville doit assurément grouiller de pièges en tout genre. Pour la première fois de sa vie, Iphigénie assiste à la panique de mammifères qu'elle n'a jamais vu de toute sa vie. Alors lorsqu'elle redresse les yeux et voit passer à bonne distance une bête puissante, avec des cornes au visage, elle reste ébahie. Ils sont peut-être fascinants, mais d'autres seront terrifiants. Tous les autres guerriers ont déjà déserté. La femme au visage peint a-t-elle l'intention de l'amener sous terre pour lui sauver la vie de cette vague déferlante? Iphi lève un oeil sur le ciel, les dragons se sont dispersés, mais aucun attaque. Heureusement. Ça risquerait de déboussoler encore plus les mammifères au sol. Sa dragonne les survole de temps en temps, mais ne se pose pas. Aurait-elle seulement le temps de le faire? Ainsi, les deux " ennemies " pourraient s'abriter sur son dos?

Non, elles n'ont pas le temps d'aller nulle part.

Iphigénie glisse au sol, invitant la fille à faire de même, pour se laisser tomber dans le trou, même si la profondeur est terrifiante. À l'aide de sa lance, elle prend appuie le long de la paroi. Elle enfonce sa lame dans la terre jusqu'à être soutenue dans le vide. Ses pieds s'y creusent également un emplacement. C'est plus moue que la glace, mais ça devrait leur faire gagner du temps, plutôt que d'être piétinées. Certaines bêtes tomberont forcément dans cette cavité. Elles pourront ensuite choisir de remonter ou de glisser. Mais le dragon ne cesse de faire des cercles au-dessus de leur emplacement pour les garder à l'oeil. Le son est toujours aussi intense, mais moins accablant depuis qu'elles sont dans le trou. Iphi doit cligner des yeux pour se ressaisir. Elle profite également de cet instant pour demander :

Qu'est-ce que la pierre solaire?

L'argentée se cramponne comme elle peut, que ce soit à sa lance, à la terre ou à cette fille. Non, elle ne sait pas ce qu'est la pierre solaire. D'où elle vient, les légendes sont tout autre. Elle n'a pas non plus besoin de son roi pour prendre des décisions.

Si tel est votre combat, nous pourrons peut-être trouver un terrain d'entente, qu'elle ajoute, d'une voix qui peut être entendue.

Une bête saute par-dessus le trou pour atteindre l’extrémité, mais dans son saut, elle fragile le sol là où sont cramponnées les filles. La terre s'effrite, menace de créer un éboulement à tout instant.

Si vous vouliez nous conduire quelque part, ce serait le moment qu'on agisse.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Iphigénie, Angharad, Mevanwi + Nicéphore ― Nature cuts deeper than swords
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: