Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Christmas at Eaton Hall (RP Solo)
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake EmptyAujourd'hui à 16:57 par Cloud Factory

» Texas's secret [Monkeymama]
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake EmptyAujourd'hui à 16:37 par Beloved

» Protopl'asma
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake EmptyAujourd'hui à 16:29 par Asma

» But i can't help falling in love with you • MonkeyMama
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake EmptyAujourd'hui à 16:26 par Lullaby

» Parce que c'était lui, parce que c'était moi
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake EmptyAujourd'hui à 16:08 par Beloved

» (sms) i need answers.
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake EmptyAujourd'hui à 14:57 par padfoot.

» Renaissance [David/Mackenzie]
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake EmptyAujourd'hui à 14:53 par Manhattan Redlish

» L'aube du monde [ft. Sebi]
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake EmptyAujourd'hui à 13:42 par Asma

» La clé du temple (ft. LarkoDim)
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake EmptyAujourd'hui à 12:56 par Asma

-30%
Le deal à ne pas rater :
-30% Lego Classic – La valisette de construction – 10713 à ...
10.49 € 14.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake

Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Mer 1 Juil - 17:29
Le contexte du RP
Mise en situation
La situation
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Tumblr_plg7flhej91s5f67so1_500

Londres, février 2020

Il y a un monde parallèle à celui des humains, un monde ou des créatures mystiques et incroyables évoluent en secret au milieu des mortels. Peu sont au courant que les vampires, loups-garous, sorcières et autres démons existent, certains sont bien intégrés à la société humaine, d’autres non. Et parfois, il arrive même que les deux mondes s’entrechoquent dans des circonstances parfois dramatiques.

L'enquête sur les goules a été plutôt musclée pour Jeremiah et Hannah, même si elle est s'est mieux terminée qu'elle n'a commencée. Pour autant, elle a tout de même laissé pas mal de questions pour le moment sans réponse. Il est maintenant temps pour le capitaine et l'officier de faire un point sur tout ça, surtout qu'il y a eu des nouvelles du labo, ils vont donc pouvoir un peu avancer. Enfin, en théorie...

Contexte provenant de cette recheche


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Mer 1 Juil - 17:49
clem_011.jpg
Hannah
Brown

J'ai 25 ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis officier de police et je m'en sors comme je le peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis assez bien.

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Xxl7
* Petite dernière de la famille Brown
* Aurait aimé faire quelque chose d’autre que la police, mais la vie en a décidé autrement
* Demi-sorcière, mais ne le sait pas encore, la révélation est pour bientôt.
* A plongé dans le monde surnaturel les deux pieds joints
* Possède un collier bien singulier qui ne la quitte jamais
* Pratiquement en duo avec un capitaine au caractére de cochon
* Hallucine encore du tournant que sa vie a pris

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake 21xj
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake ShallowPopularBadger-small
Bree Kish
Parfois, la vie vous réserve des drôles de surprises, comme découvrir que la réalité est tout autre, que tout ce que vous pensiez savoir jusqu’ici est biaisé. Qu’il y a des goules au grenier, et des sorcières qui s’assoient littéralement sur le principe de gravité. Et alors que vous tentez s’absorber tout ça, après une nuit étrange, puis une matinée particulièrement mouvementée. Voilà que vous recevez un message de votre capitaine, vous proposant de passer chez lui, afin de faire le point, vous ébranlant un peu plus dans vos certitudes. Oui bon, peut-être pas à ce point. Il n’empêche qu’Hannah a été fichtrement étonnée de recevoir ce message. Elle se doute bien qu’il est sans doute plus facile de faire un petit debrief, sur les deux derniers jours, loin des oreilles indiscrètes des collègues, ou des clients d’un restaurant. Cependant, il n’en reste pas moins que d’aller chez Hunter la stresse plus que prévue, c’est un rendez-vous professionnel, mais quand même des plus informels qui lui donne l’impression d’être sur un fil de funambule.

Parce que, si quand elle travaille son côté introvertie et maladroit ne ressort pas trop, dés que ça ne touche plus cette sphère, c’est un tout autre visage qu’on découvre de la rouquine. Moins sûr d’elle, moins piquante, limite en retrait. Elle n’a pas spécialement envie de se faire tacler par son capitaine sur ce point-là, ce serait particulièrement gênant. C’est donc en essayant de ne pas trop penser à ce soir, tout en ayant parfois des pointes de stress, que l’officier Brown passe sa journée. Beaucoup plus calme au demeurant, point de sorcières, de goules, ou même Satan, sauf si on considère que la paperasse est l’une des incarnations de Satan sur terre. Ouais, bizarrement ça ne l’étonnerait même pas. Enfin blague à part l’histoire des goules, elle l’a plutôt bien assimilée, même si elle garde toujours une impression étrange. Comme ces gens qui gagnent au loto, qui ont un compte en banque à sept chiffres, mais qui continuent d’halluciner, alors que pourtant, c’est vrai, c’est là. Bah, c’est pareil pour elle, mais elle n’a pas gagné au loto, elle a gagné des goules. Alors, l’enquête sur le meurtre sataniste perpétré par des sorcières, devraient sans doute suivre le même chemin. Hannah est tout de même curieuse de savoir à quoi elles peuvent bien ressembler. Sont-elles moches comme dans certains contes ? Ou tout ce qu’il y a de plus classiques, des madame Toulemonde ? Il n’y a qu’en les attrapant que la rouquine le saura.

D’ailleurs, elle a reçu un mémo comme quoi les premiers résultats du labo sont arrivés, mais c’est sûrement Jeremiah qui les a, vu qu’elle n’a eu aucun doublon. Hannah va donc devoir attendre avant d’en connaître les détails. Journée terminée, elle rejoint son petit chez elle, qui est un peu en bazar. Il y a des feuilles annotées qui traînent un peu partout et plusieurs bouquins traitant de l’ésotérisme, des vampires ou de plusieurs créatures dites de la nuit. Les informations récoltées sont sans doute encore très loin de la vérité, mais il faut bien qu’elle commence quelque part. Délaissant son salon, l’officier Brown rejoint sa salle de bain pour une longue douche bien chaude, tout en pestant encore, sur la multitude de bleu qui couvre son fessier. Elles ont pris cher, mais on au moins amortit le choc. Ça avait bien fait marrer l’interne qui l’a ausculté. « Connard, je sais que je ne suis pas la plus mince, mais pas besoin de se payer ma bobine ». Oh ça, si elle avait pu lui foutre son poing dans la gueule, ça aurait été avec joie, mais elle aurait dû rendre des comptes. Trop compliqué.

Douche terminée, Hannah s’habille chaudement, exit l’uniforme de flic pas très esthétique selon elle puis s’empare des trucs qu’elle a acheté au retour du boulot. Ses parents lui ont toujours appris à ne jamais venir les mains vides chez quelqu’un, même quand on ne l’aime pas trop. Bon, ce n’est pas qu’elle n’apprécie pas le capitaine Hunter, il s’est montré sympa avec elle, souriant un peu, parfois agréable, mais elle a vu aussi son sale caractère, sacré caractère. Donc, elle reste sur ses gardes quant à ce qu’il va se passer, en plus chez lui, si elle fait du gros caca, il pourra se débarrasser de son corps ni vu, ni connue. C’est sur cette pensée aussi réjouissante que rassurante, que la jeune femme quitte son domicile, pour rejoindre l’adresse donnée dans le message d’invitation. Le stress monte à mesure que sa petite voiture s’approche de la destination finale, Jeremiah ne va pas la manger, c’est juste pour faire un point sur la situation. Rien de plus. Bon, on ne peut pas dire que ça la tranquillise.Machinalement, elle se gare dans la rue d’un quartier tranquille, inspire, une fois, deux fois, trois fois, avant de sortir de son véhicule avec toutes ses petites affaires et d’aller frapper à la porte. Houhou, la porte de Jeremiah Hunter ! Ça l’amuse deux secondes jusqu’à ce, qu’elle entende du bruit venant de l’intérieur et perde son sourire. Hannah se crispe, et son cœur fait boum, une fois, deux fois, trois fois. La fameuse porte s’ouvre sur lui.

— Bonsoir, souffle Hannah d’une voix terriblement aiguë.

La jeune femme est tendue, effroyablement tendue, et une fois à l’intérieur, elle sait que ça ne va pas aller en s’arrangeant.


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
HATAKE
Messages : 403
Date d'inscription : 06/06/2020
Crédits : humanmgn

Univers fétiche : réel, hp, cyber, anime, asiat', dark et fluffy
Préférence de jeu : Les deux
cat
HATAKE
Mer 1 Juil - 19:58
sam-claflin-15.gif
Jeremiah
Hunter

J'ai 32 ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis capitaine de police et je m'en sors bien, si on veut. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis très bien.

Fils à maman, capitaine d'aviron puis capitaine de police. Tout va bien, on aurait pu croire. Tout est toujours très bien allé. Jusqu'à ce que papa pointe le bout de son nez, un beau jour. La crasse, la suie et les odeurs de souffre dans son sillage. Il a toujours su qu'il été pas normal, Jeremiah. Il aurait préféré se contenter de ça. Plutôt que de savoir.


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Tumblr_lon6yvbvpZ1qdunk8o1_500

Mais les cartes de la vieille Marga ont toujours su.

Demi-diable, il a refusé la main offerte par le géniteur, grand marquis des enfers. Se frayant une place parmi les vivants en écoutant au loin le lent tic-tac des enfers.
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Tumblr_n9w42zJXlE1tdyqk1o1_500
Sam Claflin
Jeremiah prit le temps, pendant trois secondes, de faire le point sur ses relations récentes avec les femmes.

La veille au matin, il s’était pris la tête avec sa nouvelle coéquipière. Qui lui avait éclaté  un œil un passage, plus ou moins involontairement. D’ailleurs l’hématome ne s’était pas encore complètement résorbé. Encore du noir et jaune sur le côté interne de la paupière. Tout ça à cause d’une rouquine énervée qui avait décidé qu’il se foutait de sa gueule et de régler la situation toute seule. Et elle l’avait envoyé chier malgré son grade. Et même réussi à le faire culpabiliser de l’avoir remise à sa place. Nan mais ‘c'était quoi cette meuf ? N’empêche que puisque la rouquine en question avait explosé une bonne grosse goule des familles dès son deuxième jour dans son monde de paillettes, il allait quand même la garder à l’oeil (au beurre noir ahah). Il avait passé la matinée à cogiter sur comment l’approcher à nouveau. Disons que si dans le feu de l’action elle avait supporté les zombies et les vampires, le choc du retour à la maison avait dû être des plus violents. Alors oui, il avait réfléchi un moment à la forme et au fond jusqu’à ce qu’il se décide finalement à l’inviter à faire le point chez lui ce qu’elle avait directement accepté, à son grand étonnement.

Bref. Ensuite il y avait eu Voldemort, ayé c’était son nouveau surnom. Qui lui avait renvoyé encore une photo de ses seins avant qu’il ne la rappelle enfin, pour ce fameux dîner qu’il lui devait en échange de ses services. (Ou en tout cas des services de ses hommes de mains, madame ne va pa prendre le risque de se retourner un ongle). Le Square !! Le Square putain ! Il avait beau avoir de sacrées primes, ce restau lui avait coûté un rein. Tout ça pour qu’elle grignote du bout des lèvres ce qu’il y avait dans son assiette pour se siffler trois verres de sang qu’elle avait amené elle-même. Nickel. Utile. Il y avait bien eu plusieurs moments où il a fallu lui gueuler dessus, ou juste se casser. Mais la capacité qu’avait cette blonde de l’enfer à lui trancher la jugulaire du bout des doigts lui en avait passé l’envie. Une parfaite soirée en somme. Encore heureux que la jeune maman avait de nouvelles goules à biberonner, ainsi il avait pu échapper au fameux “dernier verre”.

Enfin cette après midi c’était la seule et unique Caitriona Ena Hunter qui avait débarqué chez lui avec le même entrain que les américains sur les côtes françaises. Armée d’une tarte avec plus de migaine que de pommes, de quoi reboucher une fissure dans le mur. S’en suivit une longue conversation ponctués de très nombreux ”Ooh! Mais je t’ai pas dit !” et fournie en détails sur des gens qu’il n’avait encore jamais vu mais dont il connaissait la vie par coeur grâce aux rapports méticuleux, sourcés et vérifiés de sa mère. Il s’était dit un paquet de fois il devrait la prendre comme secrétaire pour qu’elle tape ses rapports d’enquête à sa place. Ce serait mieux et pour lui, et pour sa hiérarchie qui grinçait des dents à toujours recevoir des compte-rendu rédigé en mode télégraphique. Sauf qu’il était hors de question que sa petite maman sache qu’il fricotait encore avec ce monde-là. Un nouveau ”Oh mais je t’ai pas dis!” l’avait tiré de ses songes avant qu’elle ne lui apprenne qu’elle était (encore) allée voir sa tireuse de cartes préférée le week-end précédent et que la vieille Marga lui avait annoncé qu’il allait rencontrer quelqu’un. (Roulement d’yeux.)  Au final il dû l’inciter à partir puisque sa nouvelle coéquipière devait bientôt arriver pour faire le point sur l’enquête en cours. Ce à quoi elle n’avait bizarrement pas réagi et avait disparu dans les étages prétextant de vouloir s’occuper de son linge. Piège honteux dans lequel il tomba naïvement en préférant feuilleté les rapports du labo le temps que l’une parte et que l’autre arrive.

Toc, toc.

Il se redresse pour aller et ouvrir mais fait demi-tour pour enfiler un sweat zippé par dessus son t-shirt Iron Maiden pour dissimuler son poignet. Erreur fatale ! Le temps de débarquer dans l’entrée qu’il entend déjà la voix de sa mère claironner et les mèches rousses se faire engloutir sous les mèches brune de la madre qui serre la pauvre officier dans ses bras. _ Bonsoir mademoiselle ! Alors c’est vous la nouvelle coéquipière de mon fils ! Ravie de vous rencontrer!

C’est là qu’il prend un temps pour faire le point, fermant les yeux en soupirant.

_ Maaaman… qu’il râle sur le ton du reproche en le rejoignant,  même s’il lui sourit. _ C’est bon, c’est  bon, j’vous laisse les jeunes ! Travaillez pas trop et bonne soirée ! Elle se retourne pour passer les bras autour du cou de son trop de grand de fils qui lui claque un baiser sur la tempe, avant de prendre ses affaires et de s’en aller, un sourire extatique sur le visage. _ Ouais, fait gaffe sur la route ! Un dernier signe de la main et il secoue la tête avant de reporter son attention sur la pauvre Hannah, agressée à peine arrivée. _ Faut pas faire attention, elle est un peu folle. Je vous débarrasse ? Il se permet de lui prendre des mains sa charge et l’invite à entrer. Passé l’entrée où il la laisse quitter son manteau, ils entrent dans une grande pièce regroupant cuisine ouverte séparée du séjour par un bar. Le lieu étant un astucieux mélange entre des meubles fonctionnels et des perles dénichées au Camden Market à quelques minutes de là à pattes. Une basse dans un coin, des plantes vertes ne survivants que grâces aux visites intempestives de sa mère, une télé qui fait pâle figure à côté de l’équipement sonore et une vynile/cdthèque impressionnante et quelques reliques d’un passé rock’n roll qu’on ne lui soupçonnerait pas. Mais aucune trace de son boulot de flic si ce ne sont les papiers tout justes étalés sur la table basses entre deux gros canapés en cuir.

_ Désolé si vous n’avez pas reçu les rapports du lab. Tant que vous n’êtes pas officiellement dans la course, ils ne vous f’ront pas confiance. Installez-vous, vous voulez boire quelque chose ? Une blonde, une brune ou une rousse ? Oh ptn, aidez-moi please… Ou plus fort qu’une bière peut-être ?
Le temps de faire le service et de sortir un paquet de cacahuètes et il désigne finalement le dessus d’un meuble entre salon et cuisine sur lequel repose un gros chat noir et borne qui les fixe d’un air mauvais.
_ Par contre vous approchez pas du chat, c’est un vieux con, il n’aime personne.


Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Mer 1 Juil - 22:28
clem_011.jpg
Hannah
Brown

J'ai 25 ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis officier de police et je m'en sors comme je le peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis assez bien.

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Xxl7
* Petite dernière de la famille Brown
* Aurait aimé faire quelque chose d’autre que la police, mais la vie en a décidé autrement
* Demi-sorcière, mais ne le sait pas encore, la révélation est pour bientôt.
* A plongé dans le monde surnaturel les deux pieds joints
* Possède un collier bien singulier qui ne la quitte jamais
* Pratiquement en duo avec un capitaine au caractére de cochon
* Hallucine encore du tournant que sa vie a pris

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake 21xj
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake ShallowPopularBadger-small
Bree Kish
Alors non, finalement et à son grand étonnement, ce n’est pas lui, mais plutôt elle. Elle ?! Les yeux ronds de la rouquine détail rapidement la silhouette féminine. Elle s’est plantée de maison ? Ou le capitaine Hunter est maqué avec quelqu’un ? Si c’est le cas elle n’aurait sans doute pas accepté de venir, l’idée est juste carrément bizarre, ainsi que gênante, de se retrouver coincée entre son supérieur hiérarchique et sa compagne. Hannah n’a spécialement envie d’entendre des anecdotes indiscrètes de leur vie, de les voir se bisouillé, ou même subir les idées de projets qu’ils ont pour leur famille. Beurk, non merci. Elle subit déjà assez comme ça avec ses potes en couple depuis Mathusalem. Mais elle n’a pas vraiment le temps de réagir, que la supposée chérie de son capitaine la prend dans ses bras en guise de bienvenue. Pas banal ! Alors qu’elle parle joyeusement, dans le cerveau d’Hannah les planètes s’alignent au mot fils. Ah oui donc, elle est sa mère et lui, il est son fils. « Bravo officier Brown ! Vous avez déduit ça comment au juste ?! ». Putain, que quelqu’un l’achève maintenant, ça ira plus vite.

Elle hoche pourtant la tête en direction de maman Hunter, dans un sourire mélangeant crispation, et un truc ressemblant à une psychopathe. Bref, ça ne ressemble strictement à rien et son stress enfle un peu plus comme un soufflé. La rouquine assiste ensuite à un spectacle aussi adorable que gênant, quand Jeremiah pointe finalement le bout de son nez et râle sur sa mère. Sa mère, la mère du capitaine Hunter ! Bizarrement et jusqu’à maintenant, elle n’avait jamais envisagé qu’il puisse avoir une maman. Ce qui est complétement con, il faut bien le dire. Son supérieur hiérarchique n’a pas un jour pop sur la planète terre, puis a commencé à faire sa vie, bah non comme tout un chacun, il est sorti du bidon confortable de môman. Ça le rend tout de suite un peu plus humain, un peu plus abordable. Comme si jusqu’à il y a peu, Jeremiah était juste une drôle d’entité errant dans Londres, à la recherche d’une victime, sur laquelle il pourrait déverser sa mauvaise humeur. Bon, elle abuse un peu, beaucoup même. Un bisou plus tard du fils, un grand sourire de la mère et c’est le départ.

— Bonne soirée à vous aussi, souffle-t-elle d’une toute petite voix.

La porte claque derrière madame Hunter, les voilà seuls, ce serait bien si elle pouvait revenir en fait. « Allons Hannah, tu es adulte, vous allez faire un point, parler des résultats du labo, puis retour à la maison. Ni plus, ni moins ». Voilà super programme. La rouquine hoche ensuite la tête, pour la question sur ses affaires, pas sur le fait que sa mère est un peu folle. Puis timidement elle le suit dans un espace regroupant la cuisine et le séjour, retirant ensuite son manteau, tout en observant le décor. Plutôt sympathique au demeurant, même agréablement surprise. Pas qu’elle avait des attentes particulières concernant le lieu de vie de Hunter, mais c’est mille fois plus sympa qu’une grotte. L’officier Brown pose ensuite son manteau sur le dossier d’un des canapés, puis attend sagement qu’on l’invite à s’asseoir.

— Oh ! Je comprends, même si c’est un peu frustrant de ne pas savoir ce qu’il s’est passé, baragouine Hannah toujours aussi peu à l’aise. Je ne vais pas venir chez vous à chaque fois pour connaître le pourquoi du comment.

Elle s’installe ensuite sur l’un des canapés, ne relevant même pas le coup des bières, bien trop embourbé dans sa gêne pour ça.

— De la bière s’il vous plaît, il y a une bouteille de blonde artisanale dans les trucs que j’ai ramenés.

Le regard vert de Brown devis sur le fameux chat, elle a une remarque sur le fait que le matou soit un vieux con n’aimant personne. Il parait que souvent, les maîtres et leurs animaux se ressemblent beaucoup, mais elle la ravale, préférant hocher la tête et se tasser un peu plus au fond du canapé.

— A…alors, le rapport du laboratoire a dit quoi ? demande la rouquine pendant que Jeremiah fait le service.

Et qu’elle se demande si sa robe n’est pas trop courte. Peut-être qu’elle aurait dû garder son manteau, comme ça elle l’aurait mis sur ses cuisses. Oui, mais non, ça aurait été bizarre. D’ailleurs, n’a-t-elle pas été un peu trop vite avec sa question ? Est-ce que n’aurait pas dû lui demander comment il va avant ? Si sa journée s’est bien passée ?

— Vous allez bien ? qu’elle s’entend lui demander. Vous avez passé une bonne journée ?

Hannah se mordille nerveusement la lèvre inférieur, rougissant légèrement et se tortillant un peu sur le canapé. Et ça ne fais pas dix minutes qu’elle vient d’arriver, pourvu qu’elle soit encore en vie d’ici une heure…


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
HATAKE
Messages : 403
Date d'inscription : 06/06/2020
Crédits : humanmgn

Univers fétiche : réel, hp, cyber, anime, asiat', dark et fluffy
Préférence de jeu : Les deux
cat
HATAKE
Jeu 2 Juil - 22:42
sam-claflin-15.gif
Jeremiah
Hunter

J'ai 32 ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis capitaine de police et je m'en sors bien, si on veut. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis très bien.

Fils à maman, capitaine d'aviron puis capitaine de police. Tout va bien, on aurait pu croire. Tout est toujours très bien allé. Jusqu'à ce que papa pointe le bout de son nez, un beau jour. La crasse, la suie et les odeurs de souffre dans son sillage. Il a toujours su qu'il été pas normal, Jeremiah. Il aurait préféré se contenter de ça. Plutôt que de savoir.


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Tumblr_lon6yvbvpZ1qdunk8o1_500

Mais les cartes de la vieille Marga ont toujours su.

Demi-diable, il a refusé la main offerte par le géniteur, grand marquis des enfers. Se frayant une place parmi les vivants en écoutant au loin le lent tic-tac des enfers.
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Tumblr_n9w42zJXlE1tdyqk1o1_500
Sam Claflin
Sa blonde, alors. Il préfère toujours celle-là que celle-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Il s’occupe de décapsuler la bouteille en guettant d’un œil distrait la rouquine au milieu de son salon. Étrange de la voir en robe fleurie. Elle lui donne un air plus doux que son uniforme sombre. Elle a presque l’air plus jeune. Ou alors elle fait juste son âge, vu qu’il n’a aucune foutue idée de l’âge qu’elle peut avoir. Et qu’il sait parfaitement qu’il vaut mieux éviter ce genre de devinette avec autrui. Toujours est-il qu’elle lui semble en effet plus … Ou en tout cas moins. Moins revêche, moins  têtue,  moins campée sur ses deux pieds prête à lui tenir tête. C’est ça. Certainement dû à sa voix perchée un octave plus haut. A sa façon de ne pas savoir comment se poser sur son canapé et de l’inonder de questions sans liens entre elles. Etrange de la voir aussi différente que la fille qui lui hurlait dessus la veille et lui avait éclaté la tronche « involontairement ». Sans doute qu’il l’avait jugé un poil vite. Un sourcil noirci en l’air, il répond à sa deuxième question en premier, par choix tout à fait délibéré.

_ Ca va bien. La routine.

Il insiste un poil sur le dernier mot, et remplit les verres et rejoins le canapé où Hanna est assise avec un paquet de cacahuètes en prime. Le grand luxe. Il pose les verres sur la table basse et fait claquer le paquet sur la table qui semble faire légèrement tiquer l’officier. Il coule une regard amusé vers elle. Elle a clairement perdue de sa superbe et il ne peut pas nier en éprouver une toute petite pointe de satisfaction. Une petite vengeance gratuite, il ne va pas s’asseoir dessus. _ Et vous ? Vous pouvez toujours me remaquiller l’autre œil si ça peut vous aider à vous décontracter un peu… Sourire narquois qui se transforme aussitôt en un simple sourire. Il fait doucement glisser l’un des verres vers elle. Comme un signe de conciliation.

_ Sérieusement, vous n’avez vraiment rien à redire sur la journée d’hier ? Vous comptez vraiment … juste continuer ?  Il attrape le paquet de peanuts et en renverse un poignée sur la table. Une qui craque sous ses molaires et il continue en tendant un doigt vers les papiers éparpillés sur la table. _ J’veux pas vous effrayer, mais ce monde-là, c’est assez dur de le garder à distance et de continuer une vie normale. Clairement, y a un paquet d’avantages à bosser comme je le fais. il désigne la maison d’un vague signe de la main. Pas le genre de truc qu’un trentenaire lambda peut se payer normalement, même à crédit. Mais le revers de la médaille est plutôt … violent. Même si Hannah n’a pas les mêmes ancrages que lui dans le milieu. Même si les enjeux ne sont pas aussi prenants et cruels pour elle. Cet univers, soit il te bouffe, soit tu le bouffes. Y a pas trop de choix.

_ Les goules d’hier c’est … l’apéro. Y a une autre cacahuète qui disparait dans sa bouche dans un craquement.

Ok, l’image était peut-être aussi un peu violente. Il attrape son verre pour siffler une longue gorgée de bière. Il se tourne légèrement vers Brown pour détailler l’expression de son visage et son attitude. Ses pupilles glissent sur ses jambes un peu trop … Il se détourne à nouveau vers sa bière. _ Elle est très bonne … votre bière. Il sait pas trop pourquoi il s’est senti obligé de préciser.

Il attrape les papiers et les rassemblent entre ses mains, les ordonnant rapidement. Il aligne ensuite les portraits funèbres des six défunts pris lors de l’autopsie. Les hommes d’abord et la jeune fille en dernier. Il pointe deux d’entre eux du bout des doigts. _ Vampire, lycanthrope. Loup-garou, si vous préférez. Je suis encore loin de tout connaître mais dîtes-vous que si ceux-là existent, c’est possible qu’ils existent tous. Vous voulez vraiment passer de l’autre côté du miroir ? En parlant d’autre côté du miroir, il y a une citation qui lui revient en tête. _ Vous avez lu Alice aux Pays des Merveilles ? Il y a un passage qui dit : « j'ai entendu dire que quand on est perdu, le mieux à faire c'est de rester où on est. Et d'attendre qu'on vienne vous chercher. Mais personne ne pensera à venir me chercher ici ». C’est exactement ça … Il fixe les papiers entre ses mains d’un air absent. Cette putain de sensation qui aspire l’oxygène autour de lui, il la ressent à chaque fois qu’il pose les pieds, seul au milieu de ses scènes de crime. Mais bon, c’est son rôle. Sa croix à lui. Il ne se permettra jamais de s’en plaindre à voix haute.

Un bref raclement de gorge et il se redresse, agitant lentement le dossier sous son nez. _ Mais si vous voulez des histoires de fantômes au coin du feu, j’suis votre homme. Enfin y a pas de feu mais j’ai un plaid dans le meuble derrière à défaut. Un petit sourire. Une soirée pyjama de l’enfer en perspective.


Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Ven 3 Juil - 13:45
clem_011.jpg
Hannah
Brown

J'ai 25 ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis officier de police et je m'en sors comme je le peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis assez bien.

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Xxl7
* Petite dernière de la famille Brown
* Aurait aimé faire quelque chose d’autre que la police, mais la vie en a décidé autrement
* Demi-sorcière, mais ne le sait pas encore, la révélation est pour bientôt.
* A plongé dans le monde surnaturel les deux pieds joints
* Possède un collier bien singulier qui ne la quitte jamais
* Pratiquement en duo avec un capitaine au caractére de cochon
* Hallucine encore du tournant que sa vie a pris

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake 21xj
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake ShallowPopularBadger-small
Bree Kish
« Ça va bien. La routine ». Bon, la réponse est quand même plutôt courte, pas qu’elle s’attendait à un long discours. Mais disons que la jeune femme s’attendait à un petit descriptif de ladite journée, ce qui lui aurait permis de se concentrer sur autre chose que son stress. Enfin, sans doute que ça ne la regarde pas, ou qu’il n’a pas fait grand-chose d’intéressant. Hannah se contente donc de l’observer, déboucher la bouteille de blonde, ou alors de regarder le chat noir qui la regarde d’un œil morne, ou encore de s’attarder sur la déco du salon du capitaine. Mouais, si on lui avait dit il y a deux jours qu’elle se retrouverait sur son canapé, dans le fameux salon, pour discuter d’une affaire avec Hunter. La rouquine se serait sévèrement fendu la pipe. D’ailleurs, il doit penser qu’elle n’est pas nette, passant de l’officier piquante à souhait et prête à défoncer qui passera sur son chemin. À une jeune femme beaucoup plus timorée et a deux doigts de faire une crise d’angoisse, parce qu’elle se retrouve dans l’intimité de son supérieur. Finalement les goules à cotées, c’est easy.

Le service finit, Jeremiah revient vers elle avec les verres qu’il pose sur la table basse, avant de claquer le paquet de cacahuètes sur cette dernière. La faisant très légèrement sursauté au passage. Très malin. En plus ça le fait marrer, bien sûr qu’il a remarqué son attitude bien différente que sur le terrain, et il en profite cette espèce d’enfoiré. La rouquine fait la moue, qui s’accentue un peu plus quand il lui propose qu’elle lui mette une pêche sur l’autre œil. Bon ça va, elle n’en avait pas fait exprès, même si sur le coup elle en avait tiré un certain contentement. Puis en culpabilité, quand l’officier Brown avait saisi qu’il avait fait ça pour lui sauver les fesses. « Quel bordel, et dire que ça ne fait que trois jours qu’on se côtoient ». Jeremiah glisse le second verre vers elle, comme un signe de réconciliation. D’accord, ça ira, au moins pour ce soir.Hannah s’empare du verre, buvant une gorgée de bière, tout en écoutant les questions de Jeremiah, ainsi que ses avertissements, et conseils, concernant l’univers étrange dans lequel elle a plongée il y a peu. Si elle ne voulait pas continuer, elle ne serait tout simplement pas venue. Certes, elle ne sait rien de la suite, mais pour le moment elle n’a pas tourné de l’œil, c’est qu’elle ne s’en sort pas si mal que ça.

— Je ne suis pas du genre à baisser les bras au moindre obstacle, vous savez, finis par répondre Hannah. Ce qui s’est passé hier, je dois bien dire que j’ai encore du mal l’assimiler, pourtant elles étaient là les goules. Je me souviens de l’odeur, de leur façon de se mouvoir, des bruits qu’elles faisaient, mes fesses en témoignent encore, j’ai des bleus partout. Sans parler du cercueil vide. Alors, on ne peut pas faire plus concret que ça. Mais oui, pour le moment, je vais continuer, on verra bien jusqu’où ça me mène…

La rouquine fixe quelques instants son verre, avant de le reposer et de tourner son regard vers Jeremiah.

— Si c’est si effrayant que ça, si difficile de garder ce monde à distance, d’avoir une vie normale et que le revers de la médaille est violent. Pourquoi m’avoir demandé de venir ici ? Vous auriez pu vous contenter de dire que vous preniez la suite des opérations, et que je n’avais qu’à retourner à ma vie de simple officier. D’ailleurs, au vu de ce que vous me décrivez, pourquoi, c’est à vous de gérer ça ? Vous êtes le seul expert dans le domaine ? Parce que je suis quand même étonnée qu’on mette en duo avec un officier peu expérimenté et encore moins dans le domaine dans lequel vous nagez.

Sa moue reparaît en imaginant des goules en guise d’apéro, pas le temps d’en croquer une, que tu gerbes déjà partout sur le parquet à cause de l’odeur. Bon, les cacahuètes éparpillées sur la table basse vont attendre quelques secondes que cette image dégueulasse s’efface. Hannah se perd quelques instants dans ses pensées. Ouais, c’est encore en cours d’assimilation tout ça, même si elle sait que c’est vrai, il n’en reste pas moins que c’est un peu le bordel dans sa tête. D’un autre côté, elle est foutrement étonnée de prendre tout ça avec un certain calme, comme si finalement, bah elle était là ou elle devait être. Que la voie qu’elle est sur le point d’emprunter, bien qu’effrayante, pleine de surprise et d’horreur à chaque tournant, c’est juste son chemin à elle. Hannah a un vague sourire, elle se voit mal dire ça à son capitaine, il la prendrait pour une folle. Les yeux verts de la rouquine dévient de nouveau vers le visage de Jeremiah, quand il lui parle de la bière qu’elle a ramené. Un peu hors de propos avec les goules et le surnaturel non ?

— Merci, il y a l’adresse de la brasserie sur l’étiquette de la bouteille si ça vous intéresse.

L’officier Brown pique finalement quelques cacahuètes, elle a encore l’image des goules en guise d’apéro, mais son ventre gargouille de trop pour faire la mijaurée. La suite des propos de son capitaine, elle les écoute attentivement et en est très étonnée. Donc, les jeunes gens décédés durant le rite satanique des sorcières, sont également des créatures de l’étrange. Triste pour ces personnes, ou créatures, elle ne sait pas trop. Toujours est-il que cette information est malgré tout intéressante. Enfin, elle n’a pas vraiment le temps d’en placer une que Jeremiah embraie sur le conte d’Alice au pays des merveilles. Oui, elle a bien lu le bouquin, mais ça remonte à une paire d’années. Du coup, ce passage, elle ne s’en souvient plus trop, mais il doit sans aucun doute y être vu avec qu’elle précision Hunter lui en parle.

D’ailleurs, il lui semble soudainement bien perdu dans ses pensées, son irascible capitaine. Presque triste ? Hannah ne le connaît pas assez pour en être sûr, mais ça lui fait un peu mal au cœur. Le type assit prés d’elle est bien loin de celui pétri d’arrogance et de moquerie qu’elle a rencontré sur le sextuple meurtre. Mais ça ne dure pas longtemps, et il retrouve bien vite son côté taquin, lui agitant le dossier sous le nez, comme on agite un os devant le nez d’un chien.

— Les histoires de fantômes ne m’intéresse pas trop, répond Hannah en lorgnant sur le dossier. Gardez-les donc avec votre plaid, pour les louloutes que vous pourriez alpaguer ici !

La rouquine sourit avant de s’emparer à nouveau de son verre. Elle est encore grave stressée d’être ici, mais fière d’avoir réussi à sortir une connerie. Pourtant, son visage redevient ensuite un peu plus sérieux, son esprit encore sur cette phrase du livre d’Alice au pays des merveilles.

— Vous savez, si je décide de passer de l’autre côté du miroir, ce n’est pas comme si j’étais vraiment seule dans toute cette histoire…, explique-t-elle la voix un peu basse et en faisant tourner son verre entre ses doigts. Vous êtes dans le même bateau que moi, et si jamais vous vous perdez va savoir pourquoi, moi, je viendrai vous chercher.

Et elle ne dit pas juste ça pour le principe, elle est loyale Hannah et ceux, dans tous les pans de sa vie.

— Il faut savoir se serrer les coudes entre collègue, encore plus face à des trucs bizarres, reprend la jeune femme avec un sourire plus doux. Pour le meilleur et le pire, vous vous rappelez ?

Finalement, l’officier Brown est prête, bien plus qu’elle ne l’imagine et le monde n’a qu’ça bien se tenir !


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
HATAKE
Messages : 403
Date d'inscription : 06/06/2020
Crédits : humanmgn

Univers fétiche : réel, hp, cyber, anime, asiat', dark et fluffy
Préférence de jeu : Les deux
cat
HATAKE
Sam 4 Juil - 0:23
sam-claflin-15.gif
Jeremiah
Hunter

J'ai 32 ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis capitaine de police et je m'en sors bien, si on veut. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis très bien.

Fils à maman, capitaine d'aviron puis capitaine de police. Tout va bien, on aurait pu croire. Tout est toujours très bien allé. Jusqu'à ce que papa pointe le bout de son nez, un beau jour. La crasse, la suie et les odeurs de souffre dans son sillage. Il a toujours su qu'il été pas normal, Jeremiah. Il aurait préféré se contenter de ça. Plutôt que de savoir.


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Tumblr_lon6yvbvpZ1qdunk8o1_500

Mais les cartes de la vieille Marga ont toujours su.

Demi-diable, il a refusé la main offerte par le géniteur, grand marquis des enfers. Se frayant une place parmi les vivants en écoutant au loin le lent tic-tac des enfers.
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Tumblr_n9w42zJXlE1tdyqk1o1_500
Sam Claflin
Maintenant qu’il a exposé ce qu’il avait à dire, Jeremiah écoute ce que la rouquine a à lui répondre. Il ne peut s’empêcher de se dire que malgré toute sa bonne foie sur l’instant et sa volonté de continuer à lever le voile sur le surnaturel, elle finira par le regretter. Fatalement. Tout simplement parce qu’il lui arrive parfois de mettre plus d’une heure à sortir du lit. Que parfois il ne reconnait même plus le type qui lui fait face dans la glace de la salle de bain. Et que les couleurs et les saveurs disparaissent dans les brouillards de tout ce bordel. Il se dit qu’elle finira par regretter tout simplement parce que ça lui arrive. Qu’au fond il aurait préféré ne pas savoir. Mais que contrairement à elle, il n’a pas vraiment le choix. C’est pas vraiment un sujet sur lequel il souhaite s’étendre, même si elle aborde le sujet. Pourquoi lui. Pour un tas de putains de raisons. Mais aucune qu’il puisse effleurer sans évoquer sa part sombre. Même vaguement. Les démons. Elle a pas prête pour ça. Encore moins pour encaisser l’idée que sa soirée aurait été toute différente si cela avait été son père, et non sa mère, qui avait ouvert la porte.

Mais il l’écoute et ses lippes s’étirent lorsqu’il retrouve pendant quelques secondes l’officier revêche et son répondant. Il hoche doucement la tête à sa dernière remarque.

_ Je pense qu’on n’est déjà pas mal pour le pire … qu’il fait mine de marmonner en passant ses doigts sur son oeil avec un faux air de victime.

Il se redresse et boit une dernière gorgée de blonde avant de poser le verre plus loin pour laisser de la place devant lui pour le dossier. Il tend une main vers lui et interrompt son geste en regardant à nouveau Hannah.

_ Je n’ai en aucun cas le droit de décider pour vous de ce que vous devez savoir ou pas de c’monde. J’peux juste vous prévenir des conséquences et vous laisser le choix de continuer ou d’faire marche arrière en connaissance de cause. C’est pas une chance que j’ai eue, mais je tiens à ce que vous l’ayez.

Sur cette conclusion, il tourne ouvre de nouveau le rapport des fouines de laboratoires et en sort les rapports d’autopsie qu’il tend à Brown dans l’ordre des présentations.

_ Ils n’ont pas encore été identifier. Mais on a affaire à cinq non-humains. C’est comme ça que j’les appelle. Un vampire et un lycanthrope comme je vous disais. On a aussi un incube, et un fée. Les mâles sont ultra rares, elles étaient motivées nos sorcières … Et aussi rare sur nos terres, un djinn. Il secoue la tête, l’air grave. C’est complètement con de tuer un djinn. Elles devaient avoir une foutue bonne raison de le faire. C’est … Qu’elles voulaient accomplir un truc qu’un djinn ne peut pas accomplir à leur demande. Alors c’est vraiment pas bon signe …

Il attrape des cacahuètes et sa bière avant de se laisser aller contre le dossier du canapé et de s’enfoncer légèrement dans le cuir. Il s’enfile les cacahuètes tâchant de résumer rapidement les informations que l’officier à sous les yeux. Ils ont le chic pour écrire beaucoup pour pas grand chose dans ce genre de rapport. Si on critiquait son style télégraphique, il aurait préféré de ce genre de rapport soit nettement plus concis.

_ Rien de très folklo dans la manière de tuer, ils ont été simplement empoisonnés. A chacun son poison selon sa nature. Pas de signe de lutte : je suppose que là a été l’utilité du djinn. Contraindre tout le monde sans violence. Plus étrange par contre, ils avaient tous un truc enfoncé au fond du gosier, avec suffisamment d'irritations pour que ce soit fait anté-mortem. Pendant qu’ils étaient en train de mourir certainement. Le mode opératoire est pas hyper clair mais en tout cas, elles étaient hyper organisées. C’est aussi propre que peut l’être un meurtre.

C’est justement ce qui lui avait tout de suite fait penser à une assemblée de femmes sur la scène de crime. La propreté. Juste parceque que ces dernières, contrairement aux hommes, pensent plus souvent à ceux qui vont devoir passer derrière pour nettoyer. Puisqu’au quotidien, c’est souvent elles-mêmes.

_ Ce qui est plus folklo c’est la composition de l’huile sur les corps. C’est un vieux mélange extrêmement rare. On aura plus de chance de trouver quelque chose en remontant cette piste.

Il n’a pas pris le temps de vérifier, mais il est à peu près sûr que c’était le même genre de mélange que celui utilisé pour embaumer le corps du Christ. A quelques détails près peut-être les noms de lui semblaient pas inconnus et lui évoquait cette histoire avec de Saint Suaire et tout le binz.

Jeremiah fait craquer ses cacahuètes sous ses dents, pensivement. Encore un truc qui ne lui plait pas. Bon, faut qu’il s’en assure avant de psychoter pour rien, mais des histoires de Christ réincarné mêlées à celles de sorcières qui donnent des réminiscences de l’odeur de l’enfer, c’est franchement pas bon. Il laisse ses pupilles se promener tranquillement sur le plafond pendant qu’il fait encore le trie dans toutes les informations qu’il a lu cette après-midi et qu’il donne un peu de temps à la rouquine à ses côtés de parcourir les documents de ses propres yeux. Et de constater noir sur blanc et officiellement l’existence de ces bestioles argumentées par la présence de certaines particularités physiques finalement bien réelles.

_ La fille était bien humaine par contre. Elle est morte nécrosée de l’intérieur. Restait assez de son anatomie interne pour certifier qu’elle était vierge. J’suis personnellement pas bien convaincu de la réelle importance de la chose mais bon, … possible que j’me trompe.


Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Sam 4 Juil - 14:48
clem_011.jpg
Hannah
Brown

J'ai 25 ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis officier de police et je m'en sors comme je le peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis assez bien.

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Xxl7
* Petite dernière de la famille Brown
* Aurait aimé faire quelque chose d’autre que la police, mais la vie en a décidé autrement
* Demi-sorcière, mais ne le sait pas encore, la révélation est pour bientôt.
* A plongé dans le monde surnaturel les deux pieds joints
* Possède un collier bien singulier qui ne la quitte jamais
* Pratiquement en duo avec un capitaine au caractére de cochon
* Hallucine encore du tournant que sa vie a pris

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake 21xj
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake ShallowPopularBadger-small
Bree Kish
Jeremiah n’a pas eu l’air très convaincu de ses réponses, pourtant, elle a été totalement honnête. C’est vrai qu’elle ne sait pas ce qui l’attend, et que c’est sans doute un peu facile de jouer à la brave alors qu’il n’y a aucun danger imminent. Pourtant, et même si elle avait quand même eu la trouille, elle n’a pas flanché face aux goules, elle a bien reçu l’apéro non ? Alors, en théorie elle devrait plutôt bien se démerder avec l’entrée. De toute façon, ça ne fait vraiment pas longtemps qu’elle ait plus ou moins plongée là-dedans, elle n’est pas aussi rôdée que semble l’être le capitaine Hunter. Difficile donc pour elle d’être sûr de ses positions, elle nage encore dans le flou pour le moment, mais elle tient bon la barre. C’est déjà pas mal. Et puis surtout son supérieur hiérarchique ne risque pas de l’abandonner, il le lui à prouver quand elle est tombée avec cette goule. En rappliquant vite fait bien fait pour l’aider. « Oui, mais là, c’était juste face à des goules, peut-être que face à pire, il n’aurait pas levé le petit doigt ». Non, elle ne sait pas d’où elle tient cette certitude, mais même si Jeremiah joue au connard arrogant, elle sait qu’il ne la laisserait pas dans la mouise.

En attendant, il n’a répondu à aucune de ses questions. Pourquoi elle est encore là si c’est si dangereux ? Pourquoi, c’est lui qui gère ça ? N’y a-t-il pas d’autres personnes qui font le même travail que lui ? Et encore, ce sont juste les questions qu’elle lui a posées, mais qui vont pour le moment rester sans réponse, comme pour celles qui fourmillent dans son crâne. Étrange d’ailleurs que Jeremiah n’est pas voulu lui en révéler un peu, peut-être que c’est un secret défense jusqu’à ce qu’elle soit officiellement sa coéquipière ? Cependant, Hannah a tout de même un léger doute, surtout quand elle observe son visage. Triste ? Las ? Dubitatif ? Va savoir, mais elle sent quand même qu’il y a anguille sous roche. Mais il finit par retrouver le sourire, quand la rouquine le tacle gentiment, à croire qu’il ne marche qu’à ça. Et lui fait lever les yeux au ciel quand il fait sa chochotte. Les hommes, sa joue au mâle alpha et quand ça s’en prend une, ça épilogue pendant des plombes sur leurs bobos. Même pour rire.

— Oh non, il y a toujours mieux ou pire, répond Hannah avec un drôle de sourire. Je viserais ailleurs la prochaine fois, s’il doit y en avoir une !

Finalement, Jeremiah semble enfin vouloir rentrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire les résultats du labo. Elle est là pour ça après tout, pas pour manger des cahuétes et ce murger à la bière en discutant de la pluie et du beau temps avec son supérieur. Avant de démarrer et contre toute attente, il la prévient une dernière fois qu’il risque d’y avoir des conséquences, si elle décide de passer définitivement de l'autre côté du miroir. Elle tique d’ailleurs pas mal sur son, « C’est pas une chance que j’ai eue », et se retient de toutes ses forces de ne pas l’inonder de question. Non, à la place, elle se contente de hocher la tête, puis de se concentrer sur la suite.

Et elle n’est pas déçue.

Un vampire, un loup-garou, un incube, un fée et un djinn, rien que ça. Les quatre premiers elle voit ce que sait, même si elle a du mal à se représenter l’homme fée, mais alors le djinn, inconnu au bataillon. Surtout que quand elle regarde les photos des cinq morts, bah elle voit juste cinq jeunes hommes. D’ailleurs, et maintenant qu’elle y pense, si c’est au labo qu’ils ont étaient identifiés, ça veut dire qu’il y a aussi des experts là-bas ? Et qu’il y aurait peut-être un genre de division secrète, qui ne gère que ce type de cas ?

— C’est quoi un djinn exactement ? demande-t-elle à la place. Et pourquoi est-ce que c’est bête d’en avoir tué un ? Vous avez une idée du rituel qu’elles souhaitent accomplir, même si c’est vague pour le moment ?

Sûre qu’après une telle soirée, sa tête va imploser sous les questions, les hypothèses, assimiler que tel et tel truc existe. Bref, un vrai bordel à venir, et sans doute une nuit très courte passer pour cogiter les yeux grands ouvert. Ô joie !

— Rien de très folklo, parlez pour vous. Ce n’est quand même pas banal les empoisonnements au nitrate d’argent, ou avec un mélange d’eau bénite…

Cependant, et pendant qu’elle continue d’écouter les explications de Jeremiah, Hannah est surprise que quelque chose ait été retrouvé dans la gorge de chaque jeune homme. Mieux encore, l’une des dites choses et qui concerne le vampire, lui rappelle qu’elle a déjà vu l’objet en question, et ça date d’hier. Oui, oui, oui, dans la garçonnière, la collection de boutons de manchette, la rouquine avait noté qu’il en manqué un, dans l’une des paires présentées. Elle vient de la retrouver et par la même, fait le lien entre le papa des goules et le meurtre rituel. C’est complétement dingue, mais elle est fière d’avoir trouvé cela. Pour le moment, elle garde l’information, laissant son supérieur parler.

— Vous avez une idée de l’endroit où on pourrait trouver de l’huile aussi rare, surtout que ça a été utilisé pour un meurtre rituel. Ça ne doit pas se dégoter n’importe où ?

Les autres objets trouvés dans les gosiers ne lui disent en revanche rien, c’est déjà un coup de chance pour le vampire, il ne faut pas abuser non plus. Hannah s’empare de sa bière qu’elle boit à petites gorgée tout en observant maintenant les photos des cercles. Ça lui fait d’ailleurs toujours un drôle d’effet de les voir, ainsi que les écritures en adamique, qu’elle a sentiment de connaître, mais sans savoir d’où ça vient.

C’est frustrant de ne toujours pas savoir.

Et plus elle observe les photos, plus elle se sent bizarre, la voix de Jeremiah devient lointaine, son salon s’efface. C’est comme si les cercles voulaient l’aspirer, mais elle n’arrive pas à en détacher ses yeux comme hypnotiser. Les disques de sang tournoient devant elle, il y a un chuchotement au loin, l’air crépite autour d’elle, sa respiration se bloque. Une forêt coupée en deux, avec un lac en son milieu. Jour d’un côté, nuit de l’autre. Forme vaporeuse et blanche qui semble danser côté lumière, forme vaporeuse et noire qui semble danser côté ténèbres. Et puis…

« Ça arrive ! »

La reconnexion à la réalité est brutale, le salon redevient net, les sons, les odeurs, plus de forêt coupée en deux, plus ces sensations étranges qui lui on prit aux tripes et la gorge. Plus de cercles de sang qui bougent devant ses yeux arrondis, c’est seulement maintenant qu’elle se rend compte qu’elle a chiffonné les deux photos et lâché son verre de bière. Hannah coule un regard vers le capitaine Hunter, il doit définitivement la prendre pour une cinglée.

— Je…je…hum…désolé pour la bière, souffle la rouquine perdue. Je…je ne sais pas ce qui m’a pris…j’ai eu une absence…je crois…

L’officier Brown se redresse, le monde tangue un peu autour d’elle, mais elle reste les deux pieds bien ancrés au sol.

— Désolé, qu’elle répète. Je vais nettoyer ça !

Deux pas vers la cuisine dans l’optique de récupérer une éponge, même pas le temps de dépasser le bar, sa tangue encore, puis c’est la syncope…


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
HATAKE
Messages : 403
Date d'inscription : 06/06/2020
Crédits : humanmgn

Univers fétiche : réel, hp, cyber, anime, asiat', dark et fluffy
Préférence de jeu : Les deux
cat
HATAKE
Dim 5 Juil - 22:21
sam-claflin-15.gif
Jeremiah
Hunter

J'ai 32 ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis capitaine de police et je m'en sors bien, si on veut. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis très bien.

Fils à maman, capitaine d'aviron puis capitaine de police. Tout va bien, on aurait pu croire. Tout est toujours très bien allé. Jusqu'à ce que papa pointe le bout de son nez, un beau jour. La crasse, la suie et les odeurs de souffre dans son sillage. Il a toujours su qu'il été pas normal, Jeremiah. Il aurait préféré se contenter de ça. Plutôt que de savoir.


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Tumblr_lon6yvbvpZ1qdunk8o1_500

Mais les cartes de la vieille Marga ont toujours su.

Demi-diable, il a refusé la main offerte par le géniteur, grand marquis des enfers. Se frayant une place parmi les vivants en écoutant au loin le lent tic-tac des enfers.
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Tumblr_n9w42zJXlE1tdyqk1o1_500
Sam Claflin
C’est quand il en parle avec quelqu’un d’autre qu’il se rend vraiment compte de combien son monde a basculé. Il en oublie que le commun des mortels s’en sont arrêtés à la sainte trinité vampire-garou-fée, et les sorcières qu’ils assimilent à des humains améliorés. Faut être un peu plus versé dans la culture fantastique pour connaître les djinns, les kitsunes ou les wendigos. Pas qu’il est rencontré toute cette populace, mais ouais. Il part du principe que si certaines de ces bestioles existent, pourquoi pas les autres.

_ Djinns, génies tout pareil. Les mêmes que dans Aladdin avec les trois vœux mais en moins marrants.

Quoiqu’au moins Disney n’ait pas oublié la face sombre de cette condition d’esclave. Même si les pouvoirs de Robin Williams (paix à son âme) sont peut-être légèrement surcotés, les djinns ont de putains de capacités. Et sont ultra rares. Mais là n’est pas franchement la question. Enfin en dehors du fait qu’en effet, elles devaient avoir une putain de bonne raison de le tuer.

Les yeux fixés sur le plafond, il réfléchit à cette foutue huile.ms arguments pour persuader le leprechaun de lui donner des infos sur ses clients. Surtout si c’est pour se coller une horde de sorcières autrices d’un quintuple meurtre sur le dos. Une vague odeur venue des enfers, pas sûr que ce soit suffisamment convaincant. Si ça se trouve c’était juste un vieil oeuf pourri. Va falloir trouver du un peu plus concret que ça. Des conséquences. Quelles putains de conséquences vont découler de tout ce décorum. Il a épluché plusieurs journaux en longs et en larges depuis deux jours. Même les news à l’étranger. Mais y'a rien de nouveau. Ou en tout cas rien qui dénote particulièrement avec la folie et la haine dont l’humain est capable tout seul comme un grand sans influences magiques. Cons d’humains. Autre conclusion à laquelle il est arrivé dans ce monde : le mal n’est pas inhérent à la race.

Il se rend compte qu’il s’est tut et qu’elle aussi. La conscience ramenée sur Terre par un bruissement de feuille froissée. Et un éclat de verre sur le carrelage. Jeremiah se redresse brusquement, ses yeux qui glissent rapidement sur les morceaux de verres et la bière répandue au sol et remontent sur le visage de l’officier. C’est quoi ce bordel ? Il garde un instant d'immobilisme, ses pupilles se dilatant jusqu’à ne laisser qu’un mince liseré gris-vert à leur périphérie. Il regarde son aura se déformer en fronçant les sourcils.

_ Hannah ? qu’il tente à mi-voix.

Pas de réponse. Il lève une main pour un contact physique. Voir si ça peut la ramener. Mais il n’a pas le temps de la toucher qu’elle revient brusquement à elle. Elle s’excuse et se lève mais il répond rien, sans détacher son regard de la rouquine. Il se lève à son tour, dans la foulée autant pour lui épargner le ménage que pour la surveiller de près. Pas bien sûr de ce qu’il a vu. Une absence. Certainement pas vu les perturbations dans son aura. Il ne sait pas ce que c’était, mais c’était pas ça.

Bonne idée lui a pris de la talonner puisqu’elle ne fait pas trois pas qu’elle s’effondre tout à coup. Il étouffe un juron en la rattrapant tant bien que mal, pour éviter de son crâne se finisse de la même façon que le verre sur le carrelage. Okkkk… Il dépose lentement sa tête sur le sol, en réfléchissant rapidement à quoi faire. Ça lui arrive assez rarement de secourir des demoiselles qui tombent en pâmoison. Il attrape un coussin qu’il glisse en dessous de ses genoux, faire remonter le sang tout ça, s’intéressant un bref instant aux moulures du bar. Elle est foutrement trop courte cette robe. Il grommelle dans sa barbe pas rasée depuis plusieurs jours et il écarte les mèches du visage de l’officier. Quel bordel. Il passe le revers de ses doigts sur sa joue, suivant sans s’en rendre compte la courbe de tâches de rousseurs qu’il avait remarqué à leur première rencontre.

_ Hannah ? Hannah ?? qu’il répète en accentuant la pression jusqu’à ce que ses paupières se remettent à battre. Eh bien, faut encore que j’vous ramasse, faudrait pas que ça devienne une habitude.

Sourire narquois exprès pour la piquer au vif si ça peut l’aider à reprendre pleinement conscience. Mais il l’aide à se redresser avec douceur sans la relever pour autant. On va y aller tranquille. Il s’assoit par terre à côté d’elle, et même contre elle pour lui fournir un appui. Posé tamisé, le cul sur le carrelage entre le salon et la cuisine, parfait ce débriefing. Il pourrait presque s’en amuser. Presque étant le mot-clé.

_ Ça va aller ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? T'arriveras à te relever ?

Le tutoiement est revenu se glisser ni vu ni connu dans son langage. En même temps que l'inquiétude. C’est pas tant l’évanouissement en lui-même qui l’inquiète que ce qu’il s’est passé avant. Non, il ne sait pas ce qu’il s’est passé mais c’est clairement pas normal. Et ce n’est pas non plus le contre-coup ou le choc de se plonger la tête la première dans les rapports et la froide horreur. Finalement il ne dit rien et l’aide à se remettre debout sur ses deux pieds, l'incitant à faire demi-tour toute vers le canapé.

_ Retourne t'asseoir, j’m’occupe de ça.

Il file à la cuisine pour remplir un grand verre d’eau et attraper de l’essui-tout et de quoi nettoyer. Il revient auprès d’Hannah pour lui donner le verre, et avant de s’occuper des morceaux par terre, il va quand même chercher son tartan. Peu importe qu’elle ait chaud ou froid, c’est toujours réconfortant une couverture.

_ Que vous l’croyez ou non, vous êtes la première louloute à vous être évanouie chez moi.

Vouvoiement et humour revenus aussitôt comme une armure. Il remonte ses manches et s’affaire à ramasser les plus gros morceaux et éponger la bière sur le sol en stockant le tout dans un coin éloigné de la table basse. Son regard s’attarde sur la marque sur sa peau se déployant sur son poignet et sinuant dans la paume de sa main et à l’intérieur de l’avant-bras. Perpétuelle piqûre de rappel. Il soupire et rabat sa manche avant de relever les yeux vers Hannah, toujours un genou à terre.

_ Tu … vous avez vu quelque chose ? C’est peut-être bizarre comme question mais ce genre de truc peut engendrer des réactions particulières.

C'est pas vrai. En fait il en sait rien. Peut-être que oui, peut-être que non. Lui il voit que dalle d’autre que ce que sa vision démoniaque lui permet. Mais y a d’autres gen qui voient des trucs donc… bref. Peu importe. Le tout étant de lui faire croire que c’est “normal” si elle a bien vu un truc. Pour qu’elle parle. Mieux vaut éviter qu’elle commence dès maintenant à dissimuler ou à refouler des truc. Sinon c’est mal parti. Et si elle à rien vu .... bah tant pis. C’est plus maintenant qu’il risque de passer pour un fou en disant ce genre de chose.

Petitananas
Messages : 838
Date d'inscription : 01/06/2019
Région : Nord, France
Crédits : Môa

Univers fétiche : Fantsay, Horreur, Vie réelle, Science-fiction, Romance..
Préférence de jeu : Femme
Narnia
Petitananas
Lun 6 Juil - 18:09
clem_011.jpg
Hannah
Brown

J'ai 25 ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis officier de police et je m'en sors comme je le peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis assez bien.

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Xxl7
* Petite dernière de la famille Brown
* Aurait aimé faire quelque chose d’autre que la police, mais la vie en a décidé autrement
* Demi-sorcière, mais ne le sait pas encore, la révélation est pour bientôt.
* A plongé dans le monde surnaturel les deux pieds joints
* Possède un collier bien singulier qui ne la quitte jamais
* Pratiquement en duo avec un capitaine au caractére de cochon
* Hallucine encore du tournant que sa vie a pris

Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake 21xj
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake ShallowPopularBadger-small
Bree Kish
Hannah est littéralement à l’ouest quand elle revient sur terre. C’est à peine si elle se souvient précisément de quoi ils ont discuté, de l’huile et peut-être d’un Djinn, va savoir. On ne peut pas dire que ce soit sa préoccupation première. Non. Étrangement, c’est celle de ramasser le verre de bière qu’elle a malencontreusement fait tomber, c’est gênant d’être aussi maladroite. Même si bon, ce n’est pas comme si elle en avait fait exprès, elle ne se rendait même plus compte de ses mouvements, ne ressentait même plus la sensation de son corps posé sur le canapé. L’officier Brown se redresse donc, uniquement fixé sur cette tâche, mais elle n’a pas fait deux pas qu’elle s’écroule. Finalement, ce qu’elle vient de vivre était peut-être trop intense pour elle. Heureusement, elle a la chance de ne pas être seule dans ce salon, sinon, sans doute qu’elle aurait eu bien plus qu’un sacré mal de tête au réveil.

C’est bien l’inconscience, c’est reposant, c’est rassurant. Et Hannah y serait bien restée encore un peu. Mais une voix l’appelle au loin, arrivant à passer cette barrière invisible qu’il y a dans son esprit. Et elle sent des doigts le long de sa joue, qui lui chatouille la peau et lui font un drôle d’effet. Sans vraiment savoir quoi. Alors la rouquine finit par ouvrir les yeux, battant des paupières quand la lumière au-dessus d’elle lui éclate les rétines. Puis ses pupilles accrochent le visage de Jeremiah juste au-dessus su sien, ça aussi ça lui fait bizarre. Mais elle est encore bien trop engourdie pour s’en rendre pleinement compte. Même sa pique, elle n’y réagit pas, alors qu’en temps normal, elle lui serait sans doute rentrée dans le lard. Oui, Hannah a eu sacré choc.

— Pardon, bafouille-t-elle à la place. Désolée pour le dérangement…

Le capitaine l’aide ensuite à se redresser, mais pas à se relever tout de suite, chaque chose en son temps. Elle se fait vraiment l’effet d’une poupée de chiffon. Et la voilà qui se retrouve calé contre Jeremiah, trop proche, beaucoup trop proche d’elle. Sa gêne atteint des sommets et les joues d’Hannah prennent une teinte beaucoup trop rouge, qu’elle tente de cacher tant bien que mal avec sa cascade de cheveux roux. La proximité avec les hommes, tout un programme. Ça ne la gêne pas de les défoncer au corps-à-corps, quand il s’agit de s’entraîner, dans le cadre de son métier. Mais alors, en dehors du boulot, c’est plus tu es loin de moi, mieux je me porte. Hannah Brown, mademoiselle contradiction.

— Je crois oui…Je ne sais pas trop, je regardais les photos des cercles et il s’est passé un truc bizarre, souffle la jeune femme les sourcils légèrement froncés. Ça devrait aller, je pense…

Jeremiah l’aide alors à se redresser et cette fois, le monde ne tangue plus, c’est bon signe. La tempête est sans doute passée. Reste plus qu’à essayer de comprendre ce qu’il s’est passé, si tenté qu’il y ait une explication à pareil phénomène. Hunter la tourne en direction du canapé et lui demande d’aller s’asseoir. Ce qu’elle fait sans broncher, elle se voit mal reprendre la route tout de suite de toute façon. D’abord, il faut qu’elle atterrisse. Ni une, ni deux, elle se retrouve avec un verre d’eau dans les mains et un plaid sur les épaules. La gêne repointe le bout de son nez, autant parce qu’elle se sent gourde de s’être vautrée dans le salon de son supérieur. Que celle qu’il s’occuper d’elle comme ça, alors certes, c’est juste un verre d’eau et un plaid, mais ça reste dans même agréable. Hannah boit une longue gorgée d’eau avant de poser, très précautionneusement le verre sur la table, puis de s’emmitoufler dans le tartan. Puis d’esquisser un sourire à la remarque du capitaine.

— Oh il y a une première fois à tout, dit-elle en souriant légèrement. Et je suis bien plus qu’une simple louloute !

Hannah observe ensuite Jeremiah ramasser ses bêtises, drôles de soirée quand même, le debrief ne se sera pas passée comme prévu. En plus de ça, c’est la seconde fois qu’elle se vautre devant lui, ça ne fait pas très sérieux tout ça. Mais disons qu’à décharge, elle était dans deux situations exceptionnelle. La rouquine s’enroule un peu plus dans le plaid, ferme quelques instants les yeux pour tenter de faire le point. Une odeur de café et de clope à imprégné le tissu du tartan, c’est un duo un peu étrange sur le coup, et un peu moins bizarre à la longue. Ça sent Jeremiah quoi. Bon, ce n’est pas en pensant à lui, qu’elle va réussir à se remettre les idées en place. Et en parlant de lui justement…

— C’était vraiment une sensation très étrange. Je regardais les photos et soudain le salon a disparu, vous n’étiez plus là, j’avais comme l’impression que les deux cercles voulaient m’aspirer….

La rouquine s’empare à nouveau du verre d’eau, qu’elle finit d’une traite avant de reprendre les yeux dans le vague.

— Ils tournaient devant mes yeux, j’ai entendu un chuchotement dans le lointain sans en comprendre le sens, l’air autour de moi à crépité comme si…comme s’il était chargé de je ne sais quoi. Et…et puis il y a eu une forêt avec un lac en sont milieu, le tout coupé en deux, jour d’un côté, nuit de l’autre et…et des ombres blanches et noires qui dansaient…puis une voix qui à crier « Ça arrive ! ». C’est la que je suis revenue dans le salon…enfin spirituellement parlant ?

Difficile de mettre des mots là-dessus, elle était là sans être là, son corps oui, son esprit non. Hannah coule un regard vers Jeremiah, sans doute qu’elle devrait lui parler de la sensation qu’elle a eu quand elle à pénétrer dans le cercle.

— La nuit où je suis arrivée sur votre scène de crime, et que j’ai pénétrais à l’intérieur du cercle de sang, j’ai ressenti une différence de température. C’était tiède et une fois en dehors, j’ai retrouvé celle glaciale de l’hiver. De…depuis chaque nuit je rêve sans me rappeler de quoi et à chaque réveil, je garde une étrange sensation en moi.

La rouquine baisse ses yeux sur ses mains tripotant nerveusement ses doigts. Oui, c’est étrange comment les choses s’enchaînent pour elle depuis cette première scène de crime et ça ne va pas en s’arrangeant. Il faut se rendre à l’évidence.


Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake Fa53b207326646d8da7018c60891be7d
Contenu sponsorisé
Dans l'intimité de Jeremiah Hunter ft. Hatake
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Enquête fantastique, Jeremiah & Hannah ft. Hatake
» Rather be the hunter than the prey
» the wolf and the hunter (gaiden)
» The other world ft. Hatake
» “Plus d'hommes se sont noyés dans l'alcool que dans la mer.” [Lincoln/Kate]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Archives :: Archives :: Côté RP :: Ceux qui sont abandonnés-
Sauter vers: