Partagez
 
 
 

 SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 571
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

nRTP0Tah_o.png
Marlène
McKinnon

Élève brillante, Marlène est dotée d'une intuition impressionnante et d'un sens de l'observation qui frôle la frénésie. Son groupe d'amis fétiches se compose majoritairement de Gryffondors, Sirius, Lily, James, Remus et Peter. Nul doute qu'elle était destinée à progresser parmi les sages de la maison Serdaigle. Sage, dans une définition qui n'a rien à voir au fait de ne point faire de bêtises. En étant ami avec des étourdis, il est évident qu'elle se retrouve souvent à compromettre sa scolarité. Depuis qu'elle arbore ces teintes bleutées, sa mère lui attribue le surnom d'étoile de mer, en raison de ses yeux pétillants et de la couleur de l'océan.
tumblr_p2m47symxn1tza9ejo3_250.gifv

Alicia Vikander :copyright:️ Bazzart
Un rat?
Oui…

Elle n'a pas besoin d'élaborer sa question, car il la comprend et répond honnêtement. Ils marchent dans la forêt vers le château, d'un pas plus lent et plus décontracté que la veille. Marlène ne ressent plus le besoin de courir. Elle comprend mieux pourquoi elle peinait à rattraper Sirius dans sa course endiablée ; rapide comme un canidé. Elle sourit bêtement, les yeux posés sur ses pieds pour être capable de voir où elle avance.

Ça te plaît de te faufiler partout?
Oh! J'adore ça, même si parfois je découvre des recoins vraiment étranges.
C'est aussi amusant que de se faire piquer par des billywigs? qu'elle demande presque avec sérieux, le regard toujours rivé vers le sol.

Elle peut sentir qu'il la questionne du regard. Il doit certainement se demander d'où elle tient cette information. Ses lèvres masculines semblent vouloir demander ; comment as-tu su? Enfin, elle tourne son visage. Elle dévoile ses dents blanches. Son rire est alors spontané lorsqu'elle le bouscule légèrement. Il confirme en disant : oui, c'est ça, moque toi, parce qu'il se souvient très bien de l'effet ressenti par la piqûre, mais elle le taquine. À son grand bonheur, Peter parle beaucoup lorsque Marlène pose des questions ; il semble même fier de pouvoir souffler et dévoiler tout ce qu'ils ne lui ont pas dit. Du moins, selon les questions posées. Et chaque fois qu'il mentionne les garçons et leur nature animale, il n'emploie que les surnoms : Patmol, Lunard, Queudver et Cornedrue. Mais James a déjà expliqué l'essentiel concernant la morsure du pauvre Remus. Peter la ramène en sécurité au château.

Marlène traîne des pieds jusqu'à la tour Ouest de la salle commune de sa maison. Elle est épuisée de marcher : de longues et lourdes pulsations brûlantes irradient ses jambes. Le heurtoir en forme d'aigle de l'entrée lui soumet une énigme à laquelle elle fronce les sourcils. Pourquoi n'ont-ils pas de mot de passe comme les autres maisons? Elle pousse un long soupir, la nuque envoyée vers l'arrière. Elle ne sait pas quoi répondre malgré son intuition très sensible d'ordinaire. Ouvre-toi, s'il te plaît. Elle est fatiguée après cette longue nuit. Elle est sur le point de tomber à genou lorsqu'un Serdaigle, visiblement amusé, répond à l'énigme à sa place. L'aigle le couvre de compliments avant d'ouvrir la porte, alors elle ronchonne. L'autre sorcier ne pose aucune question. Ils entrent tous les deux dans la salle commune sans plus ample discussion.

Marlène prend d'abord une douche avant de dormir, car oui, elle gagne ensuite son lit dans un ronronnement satisfait. Elle comprend mieux pourquoi ils dorment parfois toute une journée. Elle revoit les scènes en boucle : elle qui tente de rattraper Sirius, Remus qui, sous sa forme terrifiante se dresse devant elle et Peter, le chien qui jonche le sol, elle qui caresse ledit chien. Caresser Sirius, ça lui manque déjà. Elle voudrait lutter contre le sommeil, mais elle est vite emportée.

Elle se réveille au bout de 4h, midi étant passé, si on compte sa longue marche ainsi que sa douche. Pleine d'énergie, elle mange un bout sans chercher à faire la discussion à qui que ce soit. En réalité, elle s'empresse de gagner la bibliothèque. Elle veut trouver des informations sur les loups-garous ; elle se renseigne avec ce qu'elle a sous la main. Elle y passe des heures, assise près d'une fenêtre, sans même se soucier du fait qu'elle manque encore des cours. Elle ne montre le bout de son nez d'une fois l'heure de se remplir l'estomac à la grande salle. Elle remarque la bande, sans Remus, mais elle reste assise avec les siens sans expliquer les raisons de son absence. Elle regarde souvent Sirius qu'elle peut voir sourire à de nombreuses reprises. Cette fois, il est sous forme humaine et il ne semble plus autant blessé. Elle reste avec une camarade pour terminer un dessert jusqu'à ce qu'ils finissent tous par quitter la grande salle.

Lily est la première à remarquer sa présence, mais c'est James qui s'exclame de bonheur en la voyant arriver, se relevant même pour que sa joie soit encore plus visible. Il semble même heureux de l’accueillir maintenant qu'elle connait leur secret, parce qu'il peut ouvertement lui demander, en faisant attention aux oreilles indiscrètes, si elle est désormais traumatisée. Peter se demande-t-il encore si elle est furieuse? On se moque d'elle, ce qui lui fait relever les sourcils, faussement outrée. C'est une moue qui arbore assez souvent son petit minois.  

Traumatisée de vous avoir vu nus surtout, nargue-t-elle en feignant rouler des yeux.

James s'esclaffe en disant qu'il était assurément le plus beau du lot, mais elle réplique du bout de lèvres qu'elle ne pourrait vraiment comparer, car elle n'a pas vu Sirius sans sa fourrure. James apporte ses deux mains à son coeur comme s'il venait d'y recevoir une flèche empoisonnée. Mais son sourire prouve que ça l'amuse d'argumenter avec Marlène. Et pour tenir son rôle jusqu'au bout, il retombe assis, mais s'écrase sur Lily toujours installée sur la marche, comme si elle devait le rattraper dans cette chute mortelle. Marlène lui met un faux coup de pied à la jambe avant de tourner un oeil amusé vers Sirius qu'elle fixe avidement. Elle l'a fait toute la soirée.

J'ai l'impression d'être un de tes fichus livres...
Tu es nettement plus intéressant qu'un bouquin, lui assure sagement Marlène dans un sourire complice alors qu'elle franchit l'espace qui les sépare. Tu ne crois pas? demande-t-elle dans l'intention qu'il lui réponde.

Son épaule se pose sur le muret près de la fenêtre où il est installé. Elle connait cette vue, car ce paysage est celui qu'elle voit constamment via les fenêtres du dortoir de sa maison. Elle aurait pu se positionner à l'opposé de Sirius, mais elle reste plutôt à l'endroit même où il se trouve. Il pourra nettement ressentir sa présence puisqu'elle frôle son bras en mimant regarder dehors à son tour.

La vue est belle? qu'elle demande.

Mais au moment de se pencher, son nez bifurque vers l'épaule de Sirius à la naissance de sa clavicule. Elle sourit, comme si elle était parfaitement consciente d'être dans son espace personnel. En réalité, elle ne voudrait être ailleurs. Elle inspire assez bruyamment pour être entendue, une inspiration longue et douce. Et même si elle finit par redresser les yeux, toujours appuyée au mur, elle lui dit :

Hm, oui, tu t'es lavé. Parce que je dois dire que tu sens très bon. Un peu moins le chien mouillé d'ailleurs.

Tu vois, moi aussi je peux renifler, qu'elle semble vouloir dire en haussant un sourcil.

Dans un premier temps, son menton se dépose sur l'épaule de Sirius, parce qu'elle le regarde, des étoiles plein les yeux. Son propre coeur manque un battement, parce qu'elle n'a pas vraiment adressé la parole à Sirius depuis les caresses offertes alors qu'il était sous forme animale. D'ailleurs, il ne pouvait pas non plus répondre à tout ce qu'elle disait, hormis par des aboiements particulièrement explicites. Ses pommettes se gonflent d'amusement lorsqu'elle comprend être incapable de maîtriser les battements fous de son coeur. Son visage est si près du sien. Elle le trouve beau. Sous cette forme, tout comme sous sa forme de chien. Ses paupières papillonnent à l'instant où elle se surprend à dévorer des yeux les lèvres de Sirius. Elle se racle même légèrement la gorge. Elle se retourne pour lui faire dos, mais plutôt que de s'adosser au mur, elle s'adosse à lui, appuyée contre son bras. Sa chaleur est agréable.

Je suis ravie de voir que tu te portes bien, avoue finalement Lily à son amie, alors Marlène accepte ces mots avec plaisir, mais elle ne manque pas d'ajouter :
Ça ne m'empêche pas de te détester quand même, mais je vais plutôt canaliser gentiment cette colère et te pardonner.

Ô, oui, Marlène est mécontente, mais elle n'est pas d'humeur à leur en vouloir d'avoir gardé le secret. Si elle avait voulu faire une crise, elle l'aurait directement faite dans la forêt. Et quand elle est de mauvaise humeur, tout son faciès l'exprime. D'ailleurs, Sirius l'a certainement ressenti lorsqu'il l'a presque coincée avec son frère pour étudier. En réalité, elle préfère de loin connaître aujourd'hui la vérité que de ne pas la connaître du tout. Et pour l'heure, elle s'inquiète davantage de l'état de Remus que de sa propre déception. Il doit certainement se reposer, en sécurité, sinon les autres ne rigoleraient pas autant. Et ce qui l'aide à être heureuse, c'est d'avoir eu le privilège de flatter le chien et de passer du temps avec Sirius. Marlène finit même par lever le poing, désignant Sirius dans son dos par le biais de son pouce :

Ils doivent vraiment boire ça à chaque fois? Mais vous êtes plus sadiques que je ne l'imaginais... rigole-t-elle doucement, même si on doit la pincer et lui lancer un truc pour l'empêcher de dire des bêtises ; elle préfère poser des questions parce que penser à Sirius anime tous les papouilles fous à son estomac. Bon, je présume que puisque vous avez dormi toute la journée, vous resterez éveillés une bonne partie de la nuit?


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 452
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

zXamLbhO_o.png
Sirius Black
1976/1977 : Tout le monde connaît la famille Black, et tout le monde la craint. C'est visible pour l'œil de n'importe quel sorcier ou sorcière : Sirius Black n'est pas à l'aise dans sa famille. Il préfère de loin l'ambiance chaleureuse des Potter. La famille qu'il se construit se compose de ses trois amis ; James, Remus et Peter. Ceux qui gravitent autour ont autant d'amitié et de bêtises que les autres. Lily, Marlène et les autres. Il vient de quitter la maison dans laquelle il a grandit, pour partir vivre avec les parents de son meilleur ami. Voilà plusieurs mois qu'ils vivent ensemble, plusieurs mois qu'il se sent mieux bien que les choses soient difficiles à Poudlard. Il fait parti de la maison Gryffondor, et c'est l'un des plus grands déshonneurs des Black. Mais l'école est sa maison, son foyer. Il n'y a nul part où il se sente autant lui-même qu'à Poudlard.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Tumblr_p2m47symxn1tza9ejo8_250
1978-1981 : Mais en tant que jeune homme, Sirius n'avait pas la moindre idée des tourments qu'il connaîtrait dans sa vie. Voldemort et l'ombre qu'il plongerait sur lui jusqu'au dernier moment de sa vie. En quittant Poudlard, en étant majeur, Sirius devient propriétaire d'un appartement qui lui donne l'autonomie qu'il a toujours souhaité. Peu importe que l'argent vienne d'un héritage, il s'en est servi correctement. Il s'achète même une moto ensorcelée qui lui sera d'une aide fidèle au travers des âges. Son coeur est prit depuis des années par la même femme : Marlène. Mais les troubles de la guerre arrivent trop rapidement : à l'aube de ses vingt-et-un an, Sirius perds en l'espace de quatre mois la femme de sa vie [juillet], son meilleur ami James ainsi que sa femme Lily [31 octobre], son ami Peter et son ami Remus. Voilà le pire, car perdre sa liberté n'est qu'une poussière face au reste. Mais sa vie continuera, Sirius sera là pour sauver Harry, surtout pour venger James et Lily.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Tumblr_p3yoauQTH71wwebv3o2_400

Ben Barnes @ mayumi
'' - Traumatisée de vous avoir vu nus surtout.''
'' - Je suis assurément le plus beau du lot !''
'' - Je ne peux pas vraiment comparer,''
Marlène joue le jeu lancé par James, et ça amuse le plus dégourdi. Même si tous les autres sont en train de rire, c'est la phrase qu'ajoute Marlène qui fait manquer un battement de cœur à Sirius. '' car je n'ai pas vu Sirius sans sa fourrure.''

Celui dont elle parle avait le visage tourné vers le groupe, riant avec les autres, avant qu'il ne détourne son regard par la fenêtre sans pouvoir décoller de ses lèvres le sourire franc et sincère qu'elle vient de lui donner. En détournant ses yeux, grâce à la gêne qu'elle vient de lui occasionner, Sirius a bien fait exprès de passer son regard sur elle quelques secondes. Elle ne l'a pas vu nu parce qu'elle est importante. Parce qu'elle l'est assez pour que la question se pose : que va-t-elle en penser ? S'il repense trop à cette nuit, à ses doigts dans son pelage, il doit s'asseoir mieux parce qu'il se sent durcir un peu plus. Il detesterait presque cette sensation parce qu'il sait qu'il ne paraît pas naturel : il a toujours quelque chose à redire après ses amis. Mais aujourd'hui, il se tait, est trop silencieux pour que ce soit normal.

Quand il lui parle, c'est à peine s'il ose vraiment la regarder maintenant qu'il a ses yeux posés sur lui. Il se sent transpercé, et si ça le fait doucement sourire, les mots dont elle use ont un effet plus grand encore. Son sourire s'agrandit au point où ça tire ses joues sans qu'il ne puisse les détendre. Tu es nettement plus intéressant qu'un bouquin, tu ne crois pas? Et comme il ne saurait répondre, ou nier, parce qu'il pense clairement être plus intéressant que tous les livres qu'elle pourra avoir entre ses doigts, Sirius se contente de tourner une nouvelle fois la tête vers l'extérieur. Il la sent s'approcher, le frôler en posant son épaule sur le muret. Et ça rend les choses encore plus compliqué : même s'il ne cesse de sourire, il ne semble pas vraiment à l'aise assit là. Si on devait lui poser la question du pourquoi il se dandine, Patmol mentirai en disant que c'est sa hanche qui est douloureuse.

'' - La vue est belle?''
'' - Ouai...'' Qu'il souffle en tournant son visage vers elle pour lui répondre ; elle est si prêt qu'il bug quelques secondes à sa poitrine avant de remonter ses yeux sur elle. Il se met à rire, et continue sur ce sujet pour faire comme si de rien était. '' Mais je préfère quand même celle qu'on a chez nous. Voir le Calmar géant sortir pour attraper un oiseau qui passe, y a rien de plus éclatant.''

La bête est amicale avec les êtres de l'eau, et les étudiants. Il nage même avec ceux qui fêtent leur ms examens. Il a déjà sauvé des élèves de Poudlard, par la même occasion. Et les maraudeurs ont déjà parié à maintes reprises sur l'animal géant. Ça donne le sourire à Sirius qui se tourne vers la fenêtre, comme s'il cherchait à voir le lac noir tout en sachant qu'il ne pourra pas le voir. D'un coup, elle est si prêt de lui, penchée, qu'il se raidit sans même oser tourner le visage. Ça se voit, il bug à quelques reprises jusqu'à ce qu'il se tourne pour la voir parce qu'elle a renifler son odeur, bruyamment, comme lui a pu le faire. Sirius se met légèrement à rire avant qu'elle ne parle parce qu'il se dit qu'il devait quand même être plus discret qu'elle ne vient de l'être.

Tout ce qu'elle dit mérite une repose, mais soit il n'a pas les mots, soit elle agit rapidement. Sirius en vient même à croire que Marlène le fait exprès pour lui couper l'herbe sous le pied. Il aurait voulu dire ; ça sert surtout à m'enlever toutes ces puces, mais elle se pose sur son épaule et ça courcircuite complètement son cerveau d'avoir son visage si près du sien. Il perd ses mots, et Sirius a réellement cru que c'était le moment où il aurait son premier baiser de Marlène McKinnon. Son premier baiser tout court, d'ailleurs. Et il ne peut pas s'empêcher de laisser retomber sa tête en arrière, qui rebondit à peine sur le muret, lorsqu'elle se détourne comme si de rien était. S'il a soupiré légèrement de l'occasion manquée, Patmol ne peut pas s'empêcher de sourire en coin en la sentant s'appuyer contre lui comme elle a pu le faire dans la forêt. Ça n'aide, de nouveau, absolument pas son état, mais ça a le don de lui faire du bien.

Il se doutait bien, à quelque chose prêt, de la réponse de Mckinnon en ce qui concerne le secret dévoilé. Ça apaise tout le monde de savoir son point de vu mais ça les fait surtout rire parce qu'ils savent tous que Marlène n'abandonne jamais. Qu'elle ait découvert leur premier secret seulement en cette sixième année est un miracle. Ils devraient s'en sentir chanceux. Pourtant, la brune a eu de la chance : d'habitude, les nuits de pleine lune se passent mieux et Remus est enfermé dans la cana'e Hurlante. Est-ce que Marlène serait toujours aussi proche de Sirius, si elle savait que ce dernier a faillit faire tuer Severus l'année dernière ? Lorsqu'il a envoyé celui-ci dans le passage secret sous le Saule Cogneur pour qu'il se retrouve face à Remus transformé. Si James ne s'était pas interposé entre le sorcier et le loup-garou, certainement que Rogue serait mort à l'heure qu'il est. James n'est pas le pire après tout.

'' - Seulement ceux qui ne savent pas jouer et qui sont trop amochés !''

Sirius vient de pincer légèrement la hanche de Marlène parce qu'il le prend pour lui. Ça le fait légèrement rire mais la réplique de James le pousse à se redresser. Il ne le fait pas complètement : ses jambes restent pliées, mais son visage passé dans le seul petit trou entre la tête de la brune et le muret. De sa main gauche, il vient enlever les quelques cheveux qui empêchent les autres de complètement voir son visage ; ça les fait rire, mais il lance une nouvelle réplique pour retourner le pique à son meilleur ami. Il dit que c'est surtout facile pour celui qui a la meilleure arme des trois ; des bois gigantesques que Lunard n'a pas encore su briser.

'' - Ouai !'' Répond d'instinct Peter juste après la dernière question de Marlène. '' On va pouvoir en profiter pour continuer à fouiner tous les recoins du château.'' Il s'arrête de parler lorsque James lui met un coup de coude. Le garçon à lunette à senti que le boudinet allait parler des prémices de ce qui sera la Carte du Maraudeur.
'' - Parce que vous traînez encore la nuit dans les couloirs ?'' Lily demande, elle est à son tour offusquée parce que James lui a promis que ces escapades là étaient terminées. Ils se sont fait prendre à de trop nombreuses fois et avait fait cette promesse foireuse rien que pour rassurer la rousse.
'' - C'est question de dire qu'on connaît tous les coins de Poudlard ! Il nous reste un an et demi pour ça.'' Automatiquement, Sirius vole à la rescousse de son meilleur ami et ça paraît si naturel que ça passe tout seul dans la conversation. Ils se mettent à rire, alors que Sirius est de retour caché derrière Marlène sans chercher à se montrer. Non, il a juste son visage tourné pour savoir le nez perdu dans ses cheveux. Il sent son odeur parfaite. '' Comme si j'allais partir d'ici sans en connaître le moindre passage secret !''

Le sourire en coin qu'il a montre bien qu'il est sérieux dans ses propos. Et Sirius ressent déjà une pointe de nostalgie à l'idée de partir de cet endroit. C'est ici chez lui, sa maison, l'endroit où il se sent lui-même, accepté comme il est, entouré de ses amis et là où il a passé les meilleures moments de sa vie. Il se sentira bien seul sans ces murs qui lui sont chaleureux et qui lui réchauffent l'âme. La conversation continue certainement avec Lily qui désapprouve totalement le comportement des garçons. Mais surtout avec James qui envoit des regards noirs à Peter qui a décidément toujours la langue trop pendu.

C'est sûrement ce comportement là qui pousse, au départ, James à prendre Lily par la main après s'être levé. Il s'excuse à peine parce qu'il compte partir, l'emmenant avec elle. Et James est déjà en train de descendre les escaliers pour trouver un coin rien qu'à eux quelques temps dans l'espoir de retrouver le reste du groupe par la suite. Mais ils ne disparaissent que deux minutes, à peine. Parce qu'ils remontent tous les deux à toutes vitesses : James est hilare et ça promet déjà quelque chose de monstrueux.

'' - Magniez-vous, il arrive !''

D'un coup, les deux autres garçons réagissent au quart de tour. Il pourrait parler de n'importe qui. Mais dans le contexte, Sirius et Peter n'ont pas besoin d'explications. Voilà déjà que Sirius se lève du petit balcon de pierre de la fenêtre, prêt à réagir.

'' - Je vais vous avoir, Potter !'' Hurle le concierge de l'école qui compte bien mettre la main sur tous les élèves qui ont loupé les cours aujourd'hui ; ils se feront tous coller pour ça, et même si les garçons s'en moquent, courir est un jeu qu'ils adorent. " Pettigrow aussi ! Je vous interdis de bouger !"

Le plus vieux met plus de temps à monter les marches. Voilà que James est déjà passé devant eux en emmenant Lily avec lui. La rousse court, même si ça ne sert à rien : elle n'a loupé rien loupé de sa journée et ne sera pas punie pour ce manquement au règlement. Peter s'est redressé des marches lui aussi, dès que son nom a été hurlé. Et voilà qu'il s'enfuit à son tour. Black n'a pas attendu d'entendre son nom pour agir : d'instinct, il a attrapé la main de Marlène et s'est mit à courir dans la même direction que les autres. Et les seules choses que l'on peut entendre dans les escaliers en colimaçon, se sont les rires des maraudeurs, et les autres élèves qui rouspètent parce qu'on les pousse pour avancer plus rapidement. Le concierge se fait de moins en moins rapide, mais plus bruyant par sa voix qui résonne.

" - Black ! McKinnon ! Vous aussi, je vous aurez !" Mais les adolescents sont déjà trop haut pour qu'il ne les rattrape. " Ce week-end ! Dans les serres !"

Il a hurlé cet ordre en arrêtant de courir, la main sur le genoux posé sur une marche supérieur. Le bonhomme est à bout de souffle et compte bien vérifier que les étudiants cités, plus Remus Lupin, sont tous au rendez-vous pour leurs heures de colles. Mais les garçons sont toujours en train de rire : voilà que James et Lily ont disparus dans un autre escaliers plus petit, qui cette fois-ci descend pour leur permettre de directement partir dans un autre étage. Peter a bifurqué à droite : il se retrouvera dans un coin qu'il n'a jamais vraiment visité et où il emmènera les autres cette nuit ; la petite tour qui cache la salle commune des Serdaigles. Sirius, qui tient toujours fermement la main de Marlène sans jamais l'avoir lâché pendant cette course, soulève le haut, long et lourd rideaux qui se trouve à la plateforme où ils se trouvent. Sa main quitte celle de la brune seulement à cet instant, et alors qu'il sourit, qu'il continue de rire, il pose ses doigts sur sa hanche et pousse Marlène dans le passage qui les emmènera ailleurs plus rapidement que s'ils avaient utilisé les couloirs communs.

Ils se retrouvent dans un passage qui prend à peine cent pas pour le franchir : c'est assez étroit mais deux élèves peuvent marcher l'un à côté de l'autre sans peine. C'est sombre, mais éclairés tous les quinze pas par les flammes magiques et colorées d'un bleu étincelant ; ils sont du côté des Serdaigles. On pourrait croiser d'autre couleur prêt de la salle commune des Gryffondors ou de celle des Serpentards. En les voyant, Sirius jure qu'ils doivent chercher plus pour trouver celle des Poufsouffles.

Son rire s'estompe lorsqu'il se rend compte qu'il est maintenant seul avec Marlène. Son sourire s’atténue aussi tout en restant présent et sincère. Il l'a regardé un bon instant, en silence, avant de passer devant elle en lui disant gentiment de suivre. Il n'aurait pas envie de tomber nez à nez avec le concierge qui passerait par là pour gagner du temps. Alors il continue d'avancer, lentement, comptant presque les pas pour savoir où il en est : le couloir n'est pas vraiment droit parce qu'il descend d'un étage.

" - Alors comme ça, Miss-Parfaite a aussi sécher les cours aujourd'hui ?" Il se moque légèrement : ils sont seuls dans le couloir. Il le sait, sinon, il entendrait déjà les voix d'autres élèves. Tout en continuant d'avancer vers la sortie, Black se retourne pour marcher à reculons, mais il veut qu'elle voit son sourire et le haussement de sourcils qu'il lui lance. " T'as fais quoi... bibliothèque pour chercher des renseignements sur moi ? Désolé de te le dire... mais tu trouveras rien d'aussi beau que Patmol là-dedans.Tu l'as dis toi-même..."

Sirius fait son malin, mais il serait bien gêné qu'elle parle directement des papouilles qu'il a réclamé. Il sourit, il continue de reculer même s'ils sont déjà bientôt à la moitié du chemin. Il la trouve belle, dans cette lueur. Mais ça l'amuse de savoir qu'elle a commit la même bêtise qu'eux aujourd'hui. Ça lui fait du bien de savoir qu'elle va bien malgré cette nuit étrange et qui aurait pu être dramatique. Ce qui l'amuse plus ? C'est de savoir qu'ils vont être tous ensemble pendant ces heures de colles. A quelle heure a-t-il pensé qu'il serait bon de tous les regrouper au même endroit pour les punir ? Dernière punition avant Noël.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 571
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

nRTP0Tah_o.png
Marlène
McKinnon

Élève brillante, Marlène est dotée d'une intuition impressionnante et d'un sens de l'observation qui frôle la frénésie. Son groupe d'amis fétiches se compose majoritairement de Gryffondors, Sirius, Lily, James, Remus et Peter. Nul doute qu'elle était destinée à progresser parmi les sages de la maison Serdaigle. Sage, dans une définition qui n'a rien à voir au fait de ne point faire de bêtises. En étant ami avec des étourdis, il est évident qu'elle se retrouve souvent à compromettre sa scolarité. Depuis qu'elle arbore ces teintes bleutées, sa mère lui attribue le surnom d'étoile de mer, en raison de ses yeux pétillants et de la couleur de l'océan.
tumblr_p2m47symxn1tza9ejo3_250.gifv

Alicia Vikander :copyright:️ Bazzart
Elle se tortille légèrement lorsque Sirius vient pincer sa hanche : elle tourne même la tête pour lui lancer un regard accusateur, mais moqueur, à son intention. Ce geste l'a chatouillée. Mais elle retrouve vite sa position, adossée contre lui. Elle est confortable, ainsi, et Sirius ne la repousse pas, alors elle considère qu'il accepte. Mais surtout, elle frisonne lorsqu'elle le sent jouer de ses cheveux pour se frayer un chemin pour voir les autres. Silencieusement, tout son être supplie pour ressentir à nouveau cette sensation qui était de courte durée. Marlène sourit, parce qu'elle voudrait dire à ses cellules internes de se calmer.

C'est surtout facile pour celui qui a la meilleure arme.

Par cette proximité, la voix de Sirius résonne dans tout son être. Mais comme les autres, elle rigole surtout aux paroles qui sont échangées. Effectivement, les énormes panaches de James sont plutôt impressionnants. Robustes, puissants, magnifiques. Marlène a pu les entrevoir cette nuit, même si elle n'a pas eu l'occasion de les admirer à leur juste valeur. Peut-être aura-t-elle l'occasion de le faire un jour? Elle était surtout concentrée à comprendre, surtout concentrée à caresser le chien ; lui, elle l'a admiré, longuement, avec attention. Mais une question brûle actuellement les lèvres de Marlène. Aura-t-elle l'occasion d'aborder prochainement le sujet? Elle aimerait savoir si ces formes animales se sont manifestées au hasard, ou s'ils ont choisi d'être ces animagus. Peter désirait réellement être un rat? En parlant de Peter, il enchaîne rapidement en disant :

― [...] On va pouvoir en profiter pour continuer à fouiner tous les recoins du château.
― [...] vous traînez encore la nuit dans les couloirs?

Peter est rapidement coupé dans ses paroles par le coude de James. Il ne manque pas de se frotter les côtes, s'excusant silencieusement dans un regard qui se veut discret, mais qui n'est pas discret face à l'oeil suspicieux de Marlène : cette fois, elle n'a pas l'intention de laisser un nouveau secret disparaître entre les mailles du filet. Ils manigances quelque chose. Et s'il était déjà évident que les garçons se promenaient souvent dans Poudlard, à des heures absurdes, Marlène comprend qu'ils cachent leurs véritables intentions. Leurs escapades se sont transformées en autre chose. Marlène aurait envie de pincer Sirius pour se venger de lui cacher encore des choses, mais elle se retient de justesse. Elle affiche un sourire satisfait : parce qu'elle sait que quelque chose cloche. Ils ne s'en sortiront pas cette fois-ci. Depuis quand se transforment-ils à son insu, par ailleurs?

C'est question de dire qu'on connaît tous les coins de Poudlard!
Intéressant, comme concept, souffle simplement Marlène, avide d'en savoir davantage sur le sujet.

Mais elle n'élabore pas davantage, tout simplement parce qu'elle peut sentir le souffle discret du ténébreux dans ses cheveux. Elle se tait volontairement afin de profiter de cette sensation : sa présence, la chaleur dans son dos. Et dire que cette chaleur est parvenue à l'endormir dans les bois. Sans l'intervention de Lily, probablement qu'elle ne se serait pas réveillée aussi facilement. Marlène voudrait fermer les yeux, à cet instant, mais elle est trop occupée à regarder les membres du groupe. Cette fois, elle ne dit pas à Sirius qu'elle sait qu'il renifle. Elle veut qu'il continue.

James et Lily entament déjà une descente lorsqu'ils reviennent au galop, ce qui ne laisse pas le temps aux autres de trouver un nouveau sujet de discussion. Tout le monde s'anime soudainement d'une nouvelle étincelle de vie. Marlène est déjà au garde-à-vous lorsqu'on lui empoigne la main. Ses lèvres arborent un énorme sourire qu'elle ne saurait contenir face à cette situation complétement absurde et hilare. Elle trouve même le moyen de se moquer en disant à Sirius de courir plus vite alors qu'elle peine déjà à le suivre, tirée dans son dos. Mais il est surtout évident que le concierge ne pourra jamais les rattraper : ils sont trop agiles, trop jeunes et trop passe-partout. McKinnon trépigne sur place lorsqu'elle entend son nom, ce qui la fait rigoler, parce qu'elle se sait évidemment coupable, mais qu'elle ne regrette aucunement ses choix de la journée ni son choix de courir.

Lorsque Sirius déniche un passage et qu'il la fait entrer, elle n'hésite pas une seule seconde. Elle s'y engouffre, toujours aussi joyeuse, et sans la moindre appréhension. Ce n'est pas la première fois qu'elle utilise un passage dans l'enceinte de l'école. Certains se ressemblent, d'autres sont trompeurs, et si une partie d'entre eux est facilement accessible, les autres sont des mystères à résoudre. Marlène ne s'en rend pas compte, mais dans un geste naturel, elle tire sur le poignet de Sirus pour qu'il n'attende pas plus longtemps avant de la rejoindre. Elle le relâche une fois qu'ils sont en " sécurité ". Il prend les devants, elle le suit en toute confiance.

Alors comme ça, Miss-Parfaite a aussi séché les cours?
Ça t'étonne?

Elle dresse les yeux dans sa direction, amusée qu'il lui pose la question. Pensait-il réellement qu'il était le seul à sécher parfois ses cours? Marlène se sait assez maligne pour ne pas échouer, contrairement à d'autres. Elle s'autorise à manquer des cours uniquement parce qu'elle a de bonnes notes et qu'elle est capable de s'asseoir pour étudier. Mais il est vrai que l'influence des garçons est un raz-de-marée au débits impressionnant : il est parfois difficile de résister à la forte vague qu'ils provoquent. Black marche à reculons pour mieux l'observer, ce qui la fait presque rougir sans qu'elle ne cesse de progresser.

T'as fais quoi? Bibliothèque pour chercher des renseignements sur moi? Désolé de te le dire, mais tu trouveras rien d'aussi beau que Patmol là-dedans. Tu l'as dis toi-même.

Et si elle se sentait rougir, elle s'enflamme littéralement. Sur le point d'avaler, elle s'étouffe bruyamment avec sa salive alors qu'elle s'esclaffe brièvement dans le même temps. Les sons qui sortent de sa bouche, à cet instant, sont particulièrement étranges et gênants, mais son rire aiguë est spontané, assurément coupable. Et par la gêne qu'il vient de provoquer dans tout son être, elle baisse les yeux. Marlène détourne rarement le regard, mais cette fois, elle le fait. En réalité, elle peine à retrouver un faciès normal. Est-ce que c'est la course qui vient de faire péter ses neurones ou la précédente proximité avec Sirius? Marlène timide?

Je n'ai jamais dit que tu étais laid, souffle-t-elle, amusée : elle a dit que le chien était beau, mais par cet aveu, elle laisse effectivement sous-entendre qu'il est également séduisant sous forme humaine, mais elle préfère le taquiner en disant qu'il n'est pas laid. Dommage que je n'ai pu profiter de cette forme animale plus souvent...

Et parce que le regard de Marlène est distrait, elle ne remarque pas que la distance qui les sépare passe de légère à nulle : soit Sirius s'est arrêté, soit le pas de Sirius a ralenti, soit Marlène a commencé à marcher plus vite. Elle le percute dans un face-à-face. Elle rebondit sur sa personne, ne prenant conscience de la proximité qu'une fois son visage contre son torse. Elle pose une main délicate sur son ventre pour retrouver son équilibre et se reculer d'un pas. Elle profite de ce moment pour répondre convenablement, pour éviter de mourir de honte sur le champ.

J'étais effectivement à la bibliothèque, mais évite de dire que c'était évident...

Elle était surtout curieuse. Elle voulait se renseigner concernant l'état de Remus. Mais ce sont toujours les mêmes détails qui reviennent. Et Marlène en est venue à la conclusion que les garçons avaient probablement déjà épluché tous les ouvrages de cette bibliothèque, depuis le temps. Cette dernière partie, elle préfère la garder pour elle. Non pas qu'elle ne trouve pas l'intérêt de se justifier, mais bien parce qu'elle leur fait confiance, malgré qu'on l'ait gardée si longtemps dans l'ignorance d'un si gros secret. Elle aime peut-être s'instruire, mais les bouquins lus aujourd'hui l'ont moins éduquée que tout ce qu'elle a elle-même constaté cette nuit, dans la forêt. Alors elle lui sourit tendrement, à Sirius, même s'il ne pourrait comprendre tout ce qui se passe actuellement dans sa tête.

Tu sais, depuis toute petite, je rêve d'avoir mon propre chien, à moi, mais je ne l'ai encore jamais eu, elle attend quelques secondes le temps de voir sa réaction avant d'ajouter quelque chose qui n'a strictement rien à voir, mais qui pourra chasser la honte qu'elle ressent présentement : c'est moi ou... j'ai l'impression que vous manigancer encore quelque chose qu'on ne devrait pas savoir? Peter n'est pas très doué pour se contenir quand il lâche prise.

Elle hausse un sourcil, l'air de dire : et ça, tu comptes m'en parler?

Maintenant, arrête de traîner et avance, sinon tes chevilles vont enfler à savoir que je te trouve beau et tu ne pourras sortir d'ici, qu'elle lâche alors qu'elle pense tellement plus, au fond : car la beauté qu'elle voit est tellement plus complexe.

Elle oblige le garçon à se retourner pour ne pas être fixée. Et s'il souhaite répondre, il devra le faire en chemin. Et s'il préfère se taire, eh bien, il trouvera bien une occasion pour lui dire quelconque vérité adaptée. Et lorsque c'est fait, lorsqu'il est dos à elle, elle le pousse doucement vers la sortie, à l'autre extrémité du passage secret. Elle choisit de ne pas le lâcher, de ne pas rompre le contact. Ses mains restent accrochés à son chandail, même s'ils ne pourraient se perdre, en ligne droite. Ils trouveront leur chemin. Elle ne peut pas croire qu'elle s'est contentée de rigoler en lui rappelant qu'elle avait dit le trouver beau : parce que c'est tellement plus que ça.

Une fois la sortie du couloir dérobé en vue, ils s'arrêtent devant, dans l'idée que Sirius puisse, oui ou non, jeter un coup d'oeil de l'autre côté pour s'assurer que la voie est libre. Marlène reste collée à lui dans l'attente de son verdict. Mais elle se rend surtout compte de ce qu'elle regarde : la carrure de son dos, la descente de ses reins, la courbe de ses flancs. A-t-il encore mal à la hanche? Elle se surprend à passer sa main sur son vêtement. Sirius est couvert de nombreux vêtements, mais ça ne l'empêche pas de sentir et d'imaginer la solidité qui se trouve dessous. Elle se contente de ce contact à défaut de glisser ses doigts entre ses poils rugueux. Oui, elle lui offre une caresse sans qu'il ne la réclame. S'il ne bouge pas trop vite, il pourra sentir qu'elle pose son front entre ses omoplates. Et avant qu'ils ne choisissent de, oui ou non, sortir, elle lui demande :

Pourquoi ne m'as-tu rien dit avant?

S'il devait choisir de rester dos à elle, il est fortement possible, grandement possible, qu'elle ne bouge pas de son emplacement, jusqu'à ce qu'elle finisse par glisser ses bras autour de sa taille pour lui offrir une première vraie étreinte, qu'importe qu'il soit dos à elle. Elle l'offrirait, cette étreinte, loin de la vue des autres. Mais s'il devait choisir de sortir, il n'y aurait pas droit, pas maintenant, pas ainsi. Et s'il décidait plutôt de se tourner pour la voir, pour lui parler, il pourrait surtout voir qu'elle est énormément rouge, signe qu'elle lui fait de l'effet. Mais elle sera rouge, même en dehors de ce passage.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 452
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

zXamLbhO_o.png
Sirius Black
1976/1977 : Tout le monde connaît la famille Black, et tout le monde la craint. C'est visible pour l'œil de n'importe quel sorcier ou sorcière : Sirius Black n'est pas à l'aise dans sa famille. Il préfère de loin l'ambiance chaleureuse des Potter. La famille qu'il se construit se compose de ses trois amis ; James, Remus et Peter. Ceux qui gravitent autour ont autant d'amitié et de bêtises que les autres. Lily, Marlène et les autres. Il vient de quitter la maison dans laquelle il a grandit, pour partir vivre avec les parents de son meilleur ami. Voilà plusieurs mois qu'ils vivent ensemble, plusieurs mois qu'il se sent mieux bien que les choses soient difficiles à Poudlard. Il fait parti de la maison Gryffondor, et c'est l'un des plus grands déshonneurs des Black. Mais l'école est sa maison, son foyer. Il n'y a nul part où il se sente autant lui-même qu'à Poudlard.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Tumblr_p2m47symxn1tza9ejo8_250
1978-1981 : Mais en tant que jeune homme, Sirius n'avait pas la moindre idée des tourments qu'il connaîtrait dans sa vie. Voldemort et l'ombre qu'il plongerait sur lui jusqu'au dernier moment de sa vie. En quittant Poudlard, en étant majeur, Sirius devient propriétaire d'un appartement qui lui donne l'autonomie qu'il a toujours souhaité. Peu importe que l'argent vienne d'un héritage, il s'en est servi correctement. Il s'achète même une moto ensorcelée qui lui sera d'une aide fidèle au travers des âges. Son coeur est prit depuis des années par la même femme : Marlène. Mais les troubles de la guerre arrivent trop rapidement : à l'aube de ses vingt-et-un an, Sirius perds en l'espace de quatre mois la femme de sa vie [juillet], son meilleur ami James ainsi que sa femme Lily [31 octobre], son ami Peter et son ami Remus. Voilà le pire, car perdre sa liberté n'est qu'une poussière face au reste. Mais sa vie continuera, Sirius sera là pour sauver Harry, surtout pour venger James et Lily.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Tumblr_p3yoauQTH71wwebv3o2_400

Ben Barnes @ mayumi
Marlène rougit, Marlène détourne son regard, et Sirius n'a pas l'habitude l'habitue de la voir ainsi. Mais honnêtement ? Ça lui fait plaisir. Ça le fait sourire un peu plus délicatement. Mais ça fait battre son coeur un peu plus vite, un peu plus fort. Est-ce que ça l'étonne? Non, car Marlène n'est pas une de ces Miss-Je-Sais-Tout ennuyante. Elle est parfaite, à ses yeux, et rien que pour ça, elle ne pourrait pas être l'une de ces filles qui pense par les cours sans penser à autre chose. Parce que tout ce qui l'intéresse lui réside dans tout ce qui n'est pas fait à l'école. Ce n'est pas nouveau, Sirius préfère s'amuser qu'étudier, et même si elle est belle, Marlène, elle ne pourrait pas être cantonnée à l'image de la fille enfoui dans ses bouquins. Les sons qu'elle produit lorsqu'elle rigole, lorsqu'elle manque de s'étouffer : ils sont nouveaux. Sirius n'a pas l'habitude de les entendre, alors ça le perturbe. Mais ça lui fait du bien, ça le fait légèrement rire et sourire un peu plus. Parce qu'il sait que ce n'est pas sa questions à propos des heures séchées qui l'a mise dans cet état : c'est parce qu'il se souvient de tout ce qu'elle a pu dire ou faire cette nuit.

" - Je n'ai jamais dit que tu étais laid."
" - Personne ne pourrait le dire, tu as vu cette gueule?" Sirius ironise, il rigole légèrement tout en continuant de reculer. Il fait le malin, mais son coeur est gonflé à bloc de savoir qu'elle le pense.
" - Dommage que je n'ai pu profiter de cette forme animale plus souvent.."
" - Ca va changer à partir de maintenant, non ?" Ca le fait sourire, la nostalgie qu'on ressent dans la voix de Marlène : à croire qu'elle aurait vraiment apprécier connaître ce secret, et en profiter depuis longtemps. " Et qui sait, un jour, peut-être que j'aurais la chance de découvrir la tienne ?"

Sirius est connu pour être un gros farceur, mais dans ses propos là, il est sérieux. Parler de leurs formes Animagus n'a jamais été envisagé, et ce qui ne l'a été encore moins, c'est d'imaginer quelqu'un à leur côté. Mais en sachant que Marlène adore ce grand chien qu'il représente, il se dit que lui aussi aimerait profiter de Marlène sous une autre forme. Après tout, les trois garçons s'amusent comme jamais lorsqu'ils sont transformés. Sirius ne peut pas s'empêcher de lui envoyer un clin d'oeil charmeur.

" - Ce serait notre petit secret."

Secret. Il use de ce mot précis car il ne cesse de sortir de la bouche de Marlène. Elle a toujours été intriguée par ce que les maraudeurs pouvaient comploter. Et maintenant, elle connait le plus gros d'entre eux : que ce soit la condition de Remus qui ne doit pas être dévoilée au reste du monde, ou les transformations des quatre autres. Qu'a-t-elle était faire à la bibliothèque ? Chercher des détails sur Lunard, ou sur les autres ? Car si elle devait avoir deviner la condition d'animagus de Queudver, Patmol et Cornedrue, Marlène se douterait facilement qu'ils ne sont pas déclarés : ils sont dans l'illégalité totale et ils n'ont que seize ans. Mais Sirius n'a pas vraiment le temps de penser à tous ces détails : s'il s'est arrêté pour réfléchir, il ne s'attendait pas à ce que Marlène le percute. Il recule d'un pas léger, se met automatiquement à rire même si c'est discret, ça résonne dans le couloir vide. Il se retient de dire que c'était évident qu'elle traînait à la bibliothèque. Il n'a jamais envisagé autre chose. Mais la danse de ses sourcils montre bien à Marlène qu'il n'en pense pas moins.

" -  Tu sais, depuis toute petite, je rêve d'avoir mon propre chien, à moi, mais je ne l'ai encore jamais eu." C'est lui qui perd tout son grand sourire. Celui qui reste coincé sur ses lèvres est bien plus fin. Il voudrait dire qu'elle en a un, en quelque sorte maintenant. Parce qu'il ne compte pas lâcher sa jambe, et surtout, qu'il compte marquer son territoire. Depuis cette nuit, et bien plus qu'avant, Sirius sait qu'il veut Marlène. " C'est moi ou... j'ai l'impression que vous manigancer encore quelque chose qu'on ne devrait pas savoir? Peter n'est pas très doué pour se contenir quand il lâche prise."
" - Ouai..." Qu'il souffle, son thorax qui s'était gonflé se vide par ce soupire. La Serdaigle lui coupe l'herbe sous le pied avec ces mots auxquels il ne s'attendait pas. Pas maintenant. " C'est la prochaine leçon qu'on va lui apprendre, d'ailleurs. Garder un secret, même à ceux qui en connaissent déjà trop."

Voilà qu'il se remet à rire ; c'est sa manière de décompresser et de faire comme si tout était normal. Normal qu'il cache des secrets, mais surtout, normal que Peter l'ouvre trop face à quelqu'un qu'il apprécie. Parce que Marlène est appréciée de tous, parce qu'elle est quelqu'un de confiance, Sirius comprend que Peter puisse avoir la langue trop pendue. Et même si ça pique et que ça puisse déranger qu'il le pense, Sirius est content qu'une part de leur bulle ait éclaté aux yeux de Marlène. Parce qu'il se sent plus proche d'elle que jamais, parce qu'il a apprit qu'elle le trouve beau, parce qu'elle l'a caressé, parce qu'il a faillit l'embrasser. N'est-ce pas ? Sirius reste bloqué sur cette idée comme s'il était vraiment passé à côté de quelque chose. Qu'est-ce que ça sera lorsque l'occasion de s'emparer de ses lèvres soit vraiment là. Et puisqu'elle a raison, pour ses chevilles et sa beauté, Sirius se contente de sourire tout en se tournant pour reprendre leur marche. C'est elle qui le force à agir, en fait, et ça le fait rire un peu plus. Alors il se contente d'avancer en silence parce qu'il n'y a rien à dire, et c'est énorme pour Sirius. Sentir ses doigts agripper à son chandail est un délice, il aime qu'elle soit accrochée à lui et ça ne lui donne pas envie de marcher plus vite : ils auront mit beaucoup trop de temps à travers ce couloir. Tellement d'élèves auraient eu le temps de les dépasser, ou de les bousculer, s'ils n'avaient pas eu la chance d'être tranquille.

Arrivés devant ce qui cache le couloir dérobé, il était prêt à glisser sa tête en dehors pour être sur que personne ne voulant les trouver se trouvait déjà là. Mais il est arrêté par la caresse de Marlène qui le surprend. Sa main s'est arrêtée dans les airs, alors qu'il allait pousser le lourd rideau. Là, il n'ose plus le toucher parce qu'il sent le front de Marlène se poser entre ses omoplates : il n'ose plus bouger du tout de peur à ce qu'elle lâche cette étreinte. Pourquoi ne m'as-tu rien dit avant?, Marlène demande, et il a le souffle qui se coupe après avoir emmagasiné assez d'air pour gonfler ses poumons. Quand elle lui offre cette étreinte, il soupire sans même le désirer : ça dégonfle ses poumons, ça fait retomber ses épaules, et ça le fait fermer les yeux quelques secondes. Même ses mains viennent se poser sur celle de Marlène. Toute cette première fois lui remue le ventre.

" - Est-ce que je t'aurais tant intrigué, si je n'avais eu aucun secret pour toi ?" Sirius ose demander, avec ces mots qu'il ne contrôle pas vraiment. Un léger rire s'échappe de ses lèvres, parce qu'il ne se trouve pas intéressant. " Parce que ce n'est pas mon secret. Tu l'as dis toi-même, je suis un bon ami. Je ne le serais pas si je parlais de tous nos secrets, à la première jolie fille que je croise."

Pour Sirius, même s'il y a d'autres belles filles à l'école, il n'y en a aucune aussi belle que Marlène. Et ils n'ont jamais été discrets, les regards qu'il posait sur elle : le reste du groupe l'a très bien comprit. Bien avant qu'eux-même le comprennent, certainement. Ca fait rire les autres, mais ça trouble le coeur de Sirius : il ne saurait se comporter avec autant de désinvolture que James le fait vis à vis de Lily. Parfois, il voudrait lui ressembler un peu plus. Et ça n'a rien à voir avec son désir d'avoir une famille comme celle des Potters : Sirius voudrait avoir la légèreté d'esprit que son meilleur ami a. Il aurait été capable de se retourner pour embrasser Marlène. Mais il ne l'est pas. Pas encore. Sirius se contente de glisser ses doigts dans ceux de la Serdaigle comme si c'était moins qu'un baiser. Mais ça montre la même chose : qu'il l'aime sans oser le dire avec des mots ou des gestes.

" - Tu veux l'un des miens ?" Qu'il demande avec la voix plus basse, avec des battements de coeur plus lents. Et sans qu'elle n'ait le temps de répondre, il continue sur la même intonation. " Je les déteste tous... même mon frère. Et je suis sur que ma cousine Bellatrix est devenue l'une des leurs."

Voilà des mots qu'il n'a pas même prononcé à James. Parce que tout le monde connaît la noirceur de sa famille, tout le monde sait que beaucoup sont partisans du mage noir Lord Voldemort. Et s'ils vivent avec insouciance ici, ce n'est pas le cas de tout le monde à l'extérieur. Le mari de sa cousine, un Lestrange, est soupçonné depuis quelques mois d'être un mangemort. Mais Sirius ? Il est convaincu que sa cousine porte la marque des ténèbres. Comme il est convaincu que Lucius Malfoy la porte aussi, ou qu'il ne va pas tarder à l'avoir. Toutes ces pensées sombres, tout ce qui concerne sa famille, ça reste bien caché au fond de son coeur. Peut-être qu'il est aussi mauvais avec Servilus parce qu'il est persuadé que lui aussi va les rejoindre. Mais parler de tout ça avec James n'est pas possible pour le moment, parce que Potter a des idées bien tranchées là-dessus. Et que malgré ce qu'il dit, Sirius, sur le fait qu'il les déteste tous, il ne peut s'empêcher d'avoir une pointe en son coeur en ce qui les concerne. Ils restent sa famille, malgré la haine qu'il ressent envers eux. Lorsqu'il recommence à respirer, il veut s'éloigner de ce qu'il vient de dire plus qu'il ne veut repousser Marlène : mais les deux vont de paire. Avant qu'elle ne réponde, il a lâché ses doigts. Il a attrapé le rideau pour y passer sa tête, et se rendre compte qu'il n'y a personne de l'autre côté. Il pourrait sortir d'un coup, mais sa main referme le rideau lorsqu'il se tourne vers elle.

" - Alors.. qu'est-ce que tu vas faire ?" Qu'il demande comme si de rien était, un sourire accroché aux lèvres. Sirius passe du coq à l'âne pour ne pas s'attarder sur la révélation qu'il vient de faire. " Retourner à ta salle commune... ou fouiner un peu avec moi cette nuit ?" D'un coup de tête, il l'invite à sortir. Poudlard est grand, les maraudeurs ne sont pas toujours ensemble lorsqu'ils arpentent ses couloirs : parfois, ils ont chacun un étage, un quartier à fouiller. " Tu aurais l'occasion de retrouver ton chien aussi."
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 571
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

nRTP0Tah_o.png
Marlène
McKinnon

Élève brillante, Marlène est dotée d'une intuition impressionnante et d'un sens de l'observation qui frôle la frénésie. Son groupe d'amis fétiches se compose majoritairement de Gryffondors, Sirius, Lily, James, Remus et Peter. Nul doute qu'elle était destinée à progresser parmi les sages de la maison Serdaigle. Sage, dans une définition qui n'a rien à voir au fait de ne point faire de bêtises. En étant ami avec des étourdis, il est évident qu'elle se retrouve souvent à compromettre sa scolarité. Depuis qu'elle arbore ces teintes bleutées, sa mère lui attribue le surnom d'étoile de mer, en raison de ses yeux pétillants et de la couleur de l'océan.
tumblr_p2m47symxn1tza9ejo3_250.gifv

Alicia Vikander :copyright:️ Bazzart
Et qui sait, un jour, peut-être que j'aurais la chance de découvrir la tienne? Ce serait notre petit secret. Par ces mots qui ne cessent de tourner en boucle dans son esprit, Marlène est complétement à la dérive avec ses émotions : dans le bon sens, dans le sens où, oui, elle ressent de la timidité, dans le sens où, oui, elle est incapable de perdre cette joie qui gagne chaque cellule de son être, même blottie contre lui, même en attendant des réponses à ses questions ― de trop nombreuses questions.

La Serdaigle affiche un doux sourire lorsque les doigts de Sirius se pressent aux siens, dans cette accolade qui paraît si simple. Mais cette accolade représente davantage. En plus d'être chaleureuse, elle transmet des ondes d'affection, de l'affection qu'elle éprouve à son égard, même si aucun mot ne définit réellement ce qu'ils ressentent l'un pour l'autre. C'est un sentiment qui danse joyeusement autour d'eux sans jamais les frapper pour les pousser à franchir rapidement quelconque barrière, s'ils devaient la franchir un jour. Ils le feront. Au bon moment. Mais cet instant, où elle peut l'aimer par des gestes autres que ceux qui possèdent une étiquette, la rendent déjà heureuse. Ressent-il ces choses comme elle peut les ressentir? Il ne la repousse pas, loin de là, il lui laisse entrevoir un avenir.

Est-ce que je t'aurais tant intrigué, si je n'avais eu aucun secret pour toi?

Parce que ce n'est pas mon secret. Tu l'as dis toi-même, je suis un bon ami. Je ne le serais pas si je parlais de tous nos secrets, à la première jolie fille que je croise. Elle ferme les yeux pour entendre les explications. Et même si elle aurait apprécié que Sirius s'ouvre à elle concernant son côté animal, sans forcément trahir les autres, elle n'arrive pas à être fâchée, n'arrive pas à ressentir quelconque regret à ce sujet. La loyauté, ça compte pour elle. Et il le ressentira forcément puisque l'étreinte de la fille se resserre autour de sa taille, qu'il puisse avoir mal ou non à la hanche. Elle n'est pas brusque, elle est bien. Il la trouve jolie.

Tu veux l'un des miens?

Toujours, qu'elle pense intérieurement : elle patiente.

Je les déteste tous... même mon frère.

Elle s'en doutait, sans savoir si Sirius avait encore des attentes par rapport à sa famille. Toute la bande s'est sentie affectée par les aveux de Regulus, dans la grande salle : le visage effacé de Sirius Black. Pour lui, la signification doit être importante, significative. Marlène ne pourra jamais réellement comprendre le chagrin, la haine ou la déception qu'il ressent à l'encontre de sa famille, mais elle peut essayer d'être sa nouvelle famille. Ils le sont tous : James, Remus, Lily, Peter... et Marlène. Ils ne pourront remplacer une partie des liens du sang. Et James le prouve largement.

Et je suis sur que ma cousine Bellatrix est devenue l'une des leurs, qu'il ajoute, toujours sur une note sérieuse.

Elle ne saurait malheureusement le contredire. Et elle n'est pas assez naïve pour le réconforter : il a probablement raison. Le monde n'est pas toujours aussi beau qu'on le voudrait. Cette école est une protection dont ils ne bénéficieront pas éternellement. Marlène n'émet aucun jugement. Tout comme elle est restée relativement polie face à la présence de Regulus. Si elle ne courbe pas l'échine face aux pointes sombres, elle ne se montre pas non plus condescendante. Un juste milieu qu'elle semble naturellement posséder. On pourrait croire au contraire lorsqu'elle s'enflamme face à la bande. Elle gardera le secret de Sirius aussi longtemps qu'il le faudra, jusqu'à ce qu'il soit prêt à parler aux autres.

Alors.. qu'est-ce que tu vas faire? qu'il demande après s'être décalé, après avoir observé le couloir, après s'être tourné vers elle ; il présente les options de la nuit.
Tu m'as eue à fouiner, mais tu me convaincs davantage avec mon chien. Mon chien Patmol.

Elle retrousse le nez dans un sourire, parce que clairement, ils se titillent jusqu'à l'âme. Vient-elle réellement de le réclamer tout entier? Après avoir parlé, elle ravale sa salive, ravalant ainsi les émotions qui la gagnaient à l'entendre ainsi s'exprimer avec autant de sérieux, autant de délicatesse et de peine dans le coeur. Ô oui, malgré ce secret concernant les garçons, elle sera toujours intriguée par Sirius. Elle sera toujours fascinée par sa personne. Et maintenant qu'elle le regarde, dans l'ombre du rideau, dans les reflets des lueurs bleus, elle se dit qu'elle serait capable de passer la nuit ici. Mais elle chasse cette idée, parce que fouiner dans Poudlard avec son chien, sera peut-être plus amusant, plus représentatif. Passer du bon temps avec lui, ça reste intime. Et s'ils passaient généralement plus de temps avec la bande, avant, elle n'est clairement pas contre ces moments à deux, qui sont de plus en plus fréquents.

Moi aussi, j'ai un secret, lâche-t-elle finalement.

Elle fait un pas vers l'avant, sans qu'elle ne soit complétement collée à lui. Doucement, elle lève ses yeux pour le regarder, parce qu'il paraît si grand quand elle est à cette si courte distance. Elle sourit en pensant à ce secret, parce qu'il n'en est pas un, en réalité. Et elle meurt d'envie qu'il le découvre. Mais elle ne pourrait le dire avec des mots. Son coeur s'emporte, tout comme son sang qui bouillonne à l'intérieur de ses veines. Ses yeux montrent son espièglerie, signe qu'elle n'a pas l'intention de l'avouer maintenant. À la place, elle hausse les épaules, puis ajouter simplement :

Tu n'as pas besoin de secrets pour être intéressant à mes yeux, mais j'avoue que te percer à jour est d'une satisfaction incroyable. Ça me fait plaisir.

N'est-ce pas les mots qu'il désirait entendre? Elle s'en mord la lèvre, souriante. Et alors qu'elle pourrait déjà le contourner, elle pose une main contre sa poitrine. Ce n'est pas un buste de chien, mais bien celui chaud de l'homme qu'il est, de l'ami fidèle qu'il est. Pendant quelques secondes, elle cherche à sentir les battements de son coeur. Se permettrait-elle ce geste si elle ne voulait être qu'une simple amie? Elle fait preuve de sérieux pendant les minutes qui suivent :

Je ne peux pas te promettre que tout ira bien, qu'elle dit en ce qui concerne sa famille et ses craintes pour l'avenir. Ne cesse jamais de profiter de l'instant présent.

C'est ce qu'elle essaie de faire chaque jour. Et c'est pour ça que ses découvertes semblent si enrichissantes, si merveilleuses. C'est pour ça qu'elle est si bien avec eux, parce que chaque jour est différent et que chaque jour l'instruit davantage. Marlène ne cherche pas à posséder davantage. Elle possède déjà l'essentiel. Il ne manque qu'à concrétiser ce sentiment qui l'obsède lorsqu'elle regarde son ténébreux. Le reste ne sera que bonus dans cette vie. Elle se surprend à fermer les yeux, en laissant tomber son front contre la mâchoire de Sirius le temps d'inspirer. Pour toutes ces fois où ils se sont tournés autour, a l'impression qu'une toute nouvelle connexion les unie. Ses doigts finissent par rapidement retrouver les siens. Il découvrira son secret plus rapidement qu'il ne le pense. Elle l'espère ardemment. Mais ça ne sera pas dans la seconde. Il y goûtera, à ce secret. Secret qui n'est pas un secret. Mais ça le fera réfléchir. Ce sera sa punition : attendre avant de savoir.  Elle le tire hors de ce couloir. Cette nuit, elle reste auprès de Sirius. Encore. Plus légère à mesure qu'elle passe du temps avec lui. Et cette fois, ça ne concerne pas les études.

Comment ça se passe alors, je dois tenir tes vêtements pendant que tu te balades à quatre pattes? demande-t-elle alors que ses pommettes se gonflent d'amusement et qu'elle fixe le couloir devant elle.

Il lui demanderait forcément de détourner les yeux s'il devait se dévêtir pour se transformer. Mais elle ne peut pas s'empêcher de se demander : à quoi ressemblerait-elle si elle devait devenir comme eux? Sirius n'aurait pas soulevé ce point sans réellement le penser. Il n'imagine pas à quel point il lui donne envie d'essayer.

Pourquoi ces formes? qu'elle lui demande néanmoins, un regard dans sa direction cette fois ; pourquoi ces formes face à un loup-garou. Ça m'irait bien, tu crois? qu'elle ajoute, d'une voix presque timide.

Elle se doute fortement que les garçons ne sont pas dans la légalité : à leur âge beaucoup de choses sont surveillées. Mais Marlène ne soulève pas ce point, comme si ce n'était pas sa plus grande préoccupation. Elle ne suit pas toutes les règles au pied de la lettre ; elle se dit que parfois, on peut se permettre quelques écarts si ça ne fait de mal à personne. Sirius jubilerait à se promener dans sa tête. Marlène se dit sage, mais l'est-elle complétement? Elle semble souvent prouver être capable de le suivre. Ou de fermer les yeux en se laissant guider.

Mais qui voilà! s'exclame une voix familière, celle de James.

Désormais face à des escaliers, les deux pairs de duo : James et Lily ainsi que Sirius et Marlène, se retrouvent au même endroit, mais à des paliers différents. Des paliers qui ne semblent point se rejoindre selon la disposition des escaliers. Marlène les observe, mais rien ne peut leur permettre de les rejoindre. James dit que ce n'est pas grave, ajoutant à son meilleur ami qu'ils pourront se rejoindre à l'un de leurs endroits à une certaine heure. Marlène tend un oeil vers Sirius, un sourcil arqué, signe qu'elle prend note de ces endroits dont ils ne mentionnent pas réellement l'emplacement. Les lèvres de Lily remuent ; elle chuchote des mots à James. Pourquoi elle parle si bas d'ailleurs? Au point où Marlène n'entend pas. Tout simplement parce qu'elle a demandé pourquoi elle est si rouge tu crois? Marlène et Sirius n'ont assurément pas couru tout ce temps. James est louche, avec ce gros sourire sur son visage. Par contre, ils ont perdu Peter.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 452
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

zXamLbhO_o.png
Sirius Black
1976/1977 : Tout le monde connaît la famille Black, et tout le monde la craint. C'est visible pour l'œil de n'importe quel sorcier ou sorcière : Sirius Black n'est pas à l'aise dans sa famille. Il préfère de loin l'ambiance chaleureuse des Potter. La famille qu'il se construit se compose de ses trois amis ; James, Remus et Peter. Ceux qui gravitent autour ont autant d'amitié et de bêtises que les autres. Lily, Marlène et les autres. Il vient de quitter la maison dans laquelle il a grandit, pour partir vivre avec les parents de son meilleur ami. Voilà plusieurs mois qu'ils vivent ensemble, plusieurs mois qu'il se sent mieux bien que les choses soient difficiles à Poudlard. Il fait parti de la maison Gryffondor, et c'est l'un des plus grands déshonneurs des Black. Mais l'école est sa maison, son foyer. Il n'y a nul part où il se sente autant lui-même qu'à Poudlard.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Tumblr_p2m47symxn1tza9ejo8_250
1978-1981 : Mais en tant que jeune homme, Sirius n'avait pas la moindre idée des tourments qu'il connaîtrait dans sa vie. Voldemort et l'ombre qu'il plongerait sur lui jusqu'au dernier moment de sa vie. En quittant Poudlard, en étant majeur, Sirius devient propriétaire d'un appartement qui lui donne l'autonomie qu'il a toujours souhaité. Peu importe que l'argent vienne d'un héritage, il s'en est servi correctement. Il s'achète même une moto ensorcelée qui lui sera d'une aide fidèle au travers des âges. Son coeur est prit depuis des années par la même femme : Marlène. Mais les troubles de la guerre arrivent trop rapidement : à l'aube de ses vingt-et-un an, Sirius perds en l'espace de quatre mois la femme de sa vie [juillet], son meilleur ami James ainsi que sa femme Lily [31 octobre], son ami Peter et son ami Remus. Voilà le pire, car perdre sa liberté n'est qu'une poussière face au reste. Mais sa vie continuera, Sirius sera là pour sauver Harry, surtout pour venger James et Lily.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 A9lPp

Ben Barnes @ mayumi
" -  Tu m'as eue à fouiner, mais tu me convaincs davantage avec mon chien. Mon chien Patmol."

Sirius ne peut s'empêcher de sourire : parce qu'il est heureux qu'elle soit espiègle, parce qu'il est heureux, bien que timide, face aux termes qu'elle emploi. Et s'il est toujours prêt à rire, Sirius est aussi une très bonne oreille, lorsqu'elle parle d'un secrète, Marlène a attisé sa curiosité. Il attend, avec avidité, qu'elle le prononce, mais rien ne vient. Alors lorsque la brune hausse ses épaules, avec douceur et onctuosité, il écoute attentivement : prêt à attraper ce secret pour le chéri. Ses sourcils se froncent, rieurs, quand il comprend qu'elle ne dira rien à ce sujet.

" - Tu n'as pas besoin de secrets pour être intéressant à mes yeux, mais j'avoue que te percer à jour est d'une satisfaction incroyable. Ça me fait plaisir."
" - C'est ta manière d'esquiver ce secret?" Qu'il demande avec un sourire qui sert plus à cacher sa gêne, la rougeur qui monte à ses joues. " Me flatter fait du bien, mais ça ne me fait pas perdre la mémoire." Que ce soient ses mots, ou ses doigts dans ses poils.

C'est ce qu'il voulait entendre. Son coeur manque un battement quand elle dit, et cela à chaque fois, qu'il a quelque chose de différent. Qu'elle le remarque, qu'elle l'apprécie, qu'elle l'aime d'une manière qu'il voudrait tant supérieur. Et même si c'est ce qu'il voulait entendre, Sirius n'est pas narcissique : il est gêné de savoir ce qu'elle pense de lui quand c'est quelque chose de plaisant. Sirius ressent qu'il percute mieux face à des choses vilaines plutôt qu'aux compliments. C'est parce qu'il n'a pas l'habitude d'être si proche de quelqu'un, d'aimer comme il le fait.

" - Je ne peux pas te promettre que tout ira bien." Il allait l'embrasser, là, parce qu'elle a posé sa main là où est son coeur et qu'il a senti, qu'il a cru sentir, que c'était le bon moment. Que c'est ce qu'elle voulait aussi. Mais les mots qu'elle prononce sont trop sérieux, ça le renvoi à sa confidence. Il perd tout sourire, mais ça ne fait pas partir le bonheur. Il la regarde avec douceur mais complexité : il ne s'est jamais senti aussi proche d'elle qu'à cet instant précis. " Ne cesse jamais de profiter de l'instant présent." C'est de ce moment qu'il aurait du profiter.

Sirius n'a pas eu les mots pour répondre, cette fois-ci. Il s'est senti plus complet que jamais lorsqu'elle a posé son front contre sa mâchoire, lorsqu'elle a relié leurs doigts entre eux. Et tout ce qu'il a pu faire à son tour, c'est fermer les yeux, c'est soupirer en douceur grâce au bien être qu'elle lui fait ressentir. Il n'a pas oublié le secret, mais Sirius passe à côté, peu importe ce que c'est, avec grand plaisir pour recevoir ce moment-là. Pourtant, il est désespéré lorsqu'ils sortent, lorsqu'elle le pousse légèrement pour passer la tapisserie : il aurait voulu rester à l'infini dans ce couloir, il aurait souhaité connaitre son précieux secret mais surtout le goût de ses lèvres.

" - Comment ça se passe alors, je dois tenir tes vêtements pendant que tu te balades à quatre pattes?"
" - Ouai, à propos de ça... on devrait garder nos vêtements." Qu'il avoue en se grattant l'arrière de la tête : Marlène le fait rougir alors qu'elle a grand sourire. Sirius répond avec sérieux parce qu'il serait bien resté loin de ce sentiment. Il se souvient très bien de ce qu'il a ressenti, dans la forêt, en refusant de reprendre sa forme initiale. " Ca devrait venir avec le temps. Apparemment, on est pas encore assez bons pour ça."

S'il lui a lancé un clin d'oeil, et qu'il a posé un doigt sur ses lèvres, c'est parce que c'est un secret. Aucun d'eux n'avouera qu'ils ne sont pas parfaits avec une baguette, avec une potion, avec un sort. Encore moins James. Remus est plus réaliste. Mais ça s'arrête là. S'il hausse les épaules à la prochaine question de Marlène, c'est parce que ça lui paraît évident. Aujourd'hui, il n'imaginerait plus le reste de ses meilleurs amis avec une forme différente. Ca le fait rire quelques secondes, mais il répond.

" - Un gros, un petit, et un parfait." Un nouveau clin d'oeil illumine son visage, même si leurs voix sont plus basses quand ils parlent de ce secret. " Cornedrue voulait juste se la péter. Et je suis sur que Queudver a voulu être tout l'inverse de ce qu'il est : minuscule et passe-partout." Il reste silencieux en ce qui le concerne, parce qu'ils viennent de passer prêt d'un petit groupe d'élèves traînant encore avant la nuit : ils n'ont plus que quelques minutes avant d'être interdits dans les couloirs.
" - Ca m'irait bien, tu crois ?"
" - Nomme-moi une chose qui ne t'irait pas à merveille !"

Avant de se rendre compte de la présence de ses amis, plus en hauteur à un autre coin d'escaliers, Sirius riait, il souriait tout en tentant d'imaginer l'allure qu'aurait Marlène dans la transformation physique qu'elle aurait choisit. Parce qu'un Animagus choisit l'animal dont il va prendre l'apparence, n'est-ce pas ce qui différencie ce cadeau du ciel d'une malédiction ? Il ne perd pas son sourire lorsqu'il voit James et Lily se faire quelques messes basses. Au contraire, il ne peut pas s'empêcher de jeter un oeil vers Marlène. Ce qu'il voudrait le plus à cet instant précis : se cacher sous la cape d'invisibilité de James pour voler des baisers, des caresses à Marlène sans qu'on ne puisse les voir.

Les deux maraudeurs se crient quelques paroles avant qu'ils ne se séparent avant l'heure du rendez-vous. Et puisque les minutes qui les séparent du couvre-feu ne sont plus très nombreuses, l'on entend plus vraiment de monde dans les couloirs. Tout devient sombre, tout devient enivrant d'aventure à mesure que le temps passe. Et Sirius sait pertinemment qu'ils doivent se cacher s'ils ne veulent pas être pris la main dans le sac par le concierge du collège. Si ces deux derniers jours n'avaient pas été si bizarres, et libérateurs, aucun doute que les maraudeurs auraient attendus simplement quelques temps dans la salle commune des Gryffondors histoire de ne sortir qu'en pleine nuit : peut-être un peu pour être surs que Lily dormait paisiblement après avoir profité de James. Marlène et Sirius se retrouvent vite seuls.

" - Alors, dis-moi..." Il pourrait parler du secret qu'elle n'a pas éludé plus tôt. Si ce sujet reviendra rapidement sur le tapis, c'est autre chose qui hante toujours sa mémoire. " en quoi se changerait Marlène Mckinnon si elle était un Animagus ?"

Alors qu'ils passent dans un nouveau couloir, un autre duo d'élèves passent devant eux : des Serdaigles qui courent le plus vite possible à leur salle commune. L'une des filles cri à Marlène de se dépêcher, qu'il est hors de question qu'elle fasse perdre des points à leur maison. Les bleus veulent gagner la coupe des quatre maisons cette année, mais à chaque fois qu'ils passent devant les sabliers de la Grande Salle, c'est Poufsouffle qui est devant. Les Gryffondor sont à la troisième position, avec cinq points de plus que les Serpentard. C'est surtout la faute des maraudeurs qui ont fait perdre, déjà, de nombreux points à leur maison cette année. Ca fait rire Sirius, et tous les autres, tant que les vert et argent ne sont pas en haut de la liste.

Ils arrivent au troisième étage : ils bougent de façon discrètes, en murmurant plus qu'il ne le faudrait. Mais c'est le seul moyen d'échapper à quelconque nouvelles punitions. S'ils sont prêt à passer une journée de colle dans les serres, rien ne sert d'en rajouter par dessus. Ils se retrouvent dans un couloir où des armures forment une allée le long des murs. Au bout du tunnel, c'est l'esprit frappeur, Peeves, qui fait du vacarme. Sirius a attrapé Marlène par la hanche pour la faire reculer : il la bloque contre le mur, mais son regard se tire en arrière pour tenter de voir ce que le mauvais esprit prépare. Il cache des choses à l'intérieur d'une armure, surement un piège pour les premiers et prochains élèves qui passeront devant. Ca fait sourire Sirius qui sait d'avance qui sera passé par là dès les premières lueurs du jour : les serpentard, dont son frère, pour leur premier cours de la journée. Pourquoi est-ce qu'il connaît tant les habitudes de Regulus ? Ca le ferait presque soupirer, mais Sirius n'ira pas empêcher le farceur de faire ce qu'il fait le mieux. D'un signe de tête, il demande à Marlène de changer de direction.

" - On devrait passer par-là." Qu'il dit à voix basse pour rester discret. Ses yeux dévorent Marlène, là, tapis dans l'ombre : il n'aurait pas pensé tant apprécier ces méfaits en sa compagnie. " Si on rejoint l'infirmerie, on pourra plus facilement se rendre au Rez-de-Chaussée. Je crois que Cornedrue voulait commencer par les sous-sols.."

Sirius allait continuer son explication en disant qu'ils sont surs de ne pas avoir notés tous les passages secrets, de ne pas tous les avoir trouver. Il aurait pu parler de la Carte du Maraudeur qu'ils sont encore en train de terminer de dessiner, mais ses mots se coupent parce qu'il se met à sourire. Il voudrait rire, mais il se retient : ses yeux voient une araignée grosse comme son poing passer du mur à l'épaule de Marlène. Quand la bête fait assez bouger ses cheveux pour que la sorcière réagisse, Sirius ne retient pas son rire qui résonne dans le couloir, contre les armures.

" - QUI VA LA?" C'est la voix de Peeves, et le casque de l'armure qui tombe à cause de sa surprise, qui font taire Sirius qui obtient un visage trop sérieux ; la stupeur, la peur, et surtout le fait de s'être fait prendre. " Si je vous trouve, je vous promet de vous enfoncer moi-même dans l'armure que je tiens !" L'esprit frappeur veut être sérieux, il attrape l'armure qu'il remet en place pour cacher son méfait, mais son rire diabolique se fait entendre : preuve qu'il se trouve drôle et qu'il ne va pas lâcher l'affaire. " Vous seriez mieux cachés si c'est moi qui le fait."
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 571
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

nRTP0Tah_o.png
Marlène
McKinnon

Élève brillante, Marlène est dotée d'une intuition impressionnante et d'un sens de l'observation qui frôle la frénésie. Son groupe d'amis fétiches se compose majoritairement de Gryffondors, Sirius, Lily, James, Remus et Peter. Nul doute qu'elle était destinée à progresser parmi les sages de la maison Serdaigle. Sage, dans une définition qui n'a rien à voir au fait de ne point faire de bêtises. En étant ami avec des étourdis, il est évident qu'elle se retrouve souvent à compromettre sa scolarité. Depuis qu'elle arbore ces teintes bleutées, sa mère lui attribue le surnom d'étoile de mer, en raison de ses yeux pétillants et de la couleur de l'océan.
tumblr_p2m47symxn1tza9ejo3_250.gifv

Alicia Vikander :copyright:️ Bazzart
Un gros, un petit, et un parfait.
Le parfait, c'est James, assurément?

Elle s'était moquée en se mordant la joue, non sans un regard vers lui. Non, celui qui est parfait, c'est Sirius. Ses petits yeux foncés l'avaient d'ailleurs contemplé avec admiration. L'explication concernant leurs choix était logique, des choix représentatifs. Mais en parlant de forme animale, Sirius lui avait mis le feu aux joues par ses compliments : Nomme-moi une chose qui ne t'irait pas à merveille! Mais au fond, elle était surtout amusée que Sirius ait avoué que les garçons avaient encore quelques lacunes concernant leurs capacités de transformation. Il est vrai qu'apprendre ce petit tour de passe-passe sans l'aide de personne, ça doit demander extrêmement de patience, ça doit prendre de la pratique. Et Marlène aimerait faire ses preuves.

En quoi se changerait Marlène McKinnon si elle était un Animagus?

Ils reprennent leur marche subtil dans les couloirs après avoir quitté leurs amis. Cette question tourne dans sa tête sans qu'elle ne lève les yeux vers lui, cette fois. Elle pince néanmoins les lèvres, dans une profonde et amusante réflexion. Il fait travailler son esprit. Question pertinente : en quoi voudrait se métamorphoser la sorcière? Et surtout, saurait-elle capable de cacher sa nature à ses frères? Voudrait-elle ramper? Voudrait-elle courir? Voudrait-elle voler? Qu'est-ce que voudrait Marlène McKinnon?

En général, je sais répondre à beaucoup de questions, avoue-t-elle, un brin de gêne au fond de la gorge. Mais...

Son corps ressent une sensation : comme s'il parvenait à percer une mince carapace. Une partie d'elle a l'impression que si elle devait avouer, elle se mettrait à nue face à lui, non pas au sens propre. Comment s'est-il senti la première fois qu'il a fait un choix, la première fois qu'il s'est changé en chien? Elle n'aurait pas honte de se révéler à lui, sous une forme adaptée à ses pensées profondes. Et elle sourit, parce qu'elle se dit que seul Sirius peut avoir la capacité de l'inciter à suivre ses pas. Mais elle sourit également parce qu'elle n'envisage pas une seconde que ça puisse être interdit ; elle est prête à expérimenter. Elle devra correctement réfléchir.

« Surtout, pas un commentaire », s'empresse de dire Marlène lorsque ses compares de maison l'intiment de retourner au dortoir ; une tape bien placée sur l'épaule de Sirius pour éviter qu'il ne lui dise qu'une jeune fille studieuse comme Marlène McKinnon se devrait effectivement d'être au lit à cette heure, sacrilège! Elle les regarde s'éloigner, mais reste pourtant auprès du jeune Black. Marchant épaule contre épaule, comme si c'était tout naturel.

Elle lui fait confiance pour le chemin à emprunter.

D'un mouvement rapide, Sirius bloque Marlène dans l'ombre. Pendant qu'il observe les méfaits de l'esprit frappeur, elle laisse glisser sur lui ses yeux sombres. Son crâne tombe doucement contre le mur, ne pouvait s'empêcher de le trouver séduisant lorsqu'il sourit. Il se régale d'avance des conséquences des bêtises de Peeves ; cette vision noue l'estomac de Marlène. Elle pourrait le regarder faire pendant des heures, même si elle préfère participer. Il arrive parfois que les garçons s'emportent trop et exagèrent, mais elle ne saurait les détester pour autant. Sirius n'est pas mauvais pour autant. Marlène détaille ses lèvres qui remuent lorsqu'il chuchote de nouveau ; elle voudrait répondre, mais elle est surtout incapable de penser à autre chose que sa bouche. Elle est amusée qu'il ne puisse être dans sa tête, à l'instant. Elle suit donc son regard en dandinant légèrement sur place.

Elle remarque trop tard la présence de l'araignée qui descend sur son épaule. Sirius réagit bien avant elle. Son premier réflexe aurait été de chasser la bestiole d'un coup de main, mais elle se ravise lorsqu'elle vient pour la toucher. Elle sautille sur place en sans savoir où se mettre, jusqu'à ce que l'araignée, effrayée, se jette au sol. Marlène tourne sur elle-même pour oublier la sensation désagréable, mais Peeves se met déjà en tête de les trouver.

Tu vas me payer ça, marmonne Marlène à l'intention de Sirius.

Des frissons la parcourent entièrement. Elle secoue les épaules, passe ses mains dans ses cheveux. Elle reprend ses esprits, assez pour pousser Sirius à découvert. Peeves aperçoit rapidement sa silhouette en s'écriant : « Tu ne peux plus te cacher! » Mais maintenant que Marlène se remet de sa mésaventure, elle s'empresse de s'accroupir pour récolter l'araignée, immobile sur le sol, sans doute trop apeurée pour fuir. Oui, Marlène ne craint pas venir tenir cette chose au creux de ses mains. L'araignée se laisse faire. Elle se dit qu'elle pourra jouer un tour à James et Lily. Les idées de la Serdaigle sont parfois farfelues. Mais les garçons jouent tellement de tour qu'elle s'est depuis longtemps mise en guerre contre eux afin de leur rendre la pareille. Elle ne leur arrive pas à la cheville, mais elle sait faire preuve d'imagination. L'araignée se retrouve docilement au fond de sa poche. Le confort semble lui plaire.

Les deux sournois se promenant dans les couloirs en dehors des heures tolérées s'éloignent en rigolant pour tenter d'échapper à Peeves qui les piste ; il est déterminé même s'il doit parcourir une longue distance. Ils s'amusent à l'éviter en se cachant, tout en prenant le chemin de l'infirmerie afin d'arriver à un moment ou un autre auprès de leurs amis. Vous pensez réellement pouvoir me semer? demande l'esprit frappeur. Marlène se blottie contre le torse de Sirius dans un nouveau recoin. Elle prend autant de plaisir à être avec Sirius qu'à fuir l'esprit qui devient fou à ne pas les trouver. Elle vient même cacher un rire contre l'épaule du garçon afin qu'il soit étouffé dans son vêtement. Elle murmure un : regarde, lorsqu'elle retrouve un minimum de sérieux. Et tout en restant contre lui, elle s'empare de sa baguette, mais se retrouve dos à lui. Elle se penche juste assez pour lancer un sort et faire bouger une statue. Ça attire l'attention de Peeves qui tente de comprendre. Il met la statue au défi de révéler son identité.

Ça devrait l'occuper, tu ne crois pas?

Elle demande en lui faisant face, tapotant le torse de Sirius de sa baguette comme il a pu le faire auparavant avec le parchemin. Elle se laisserait bien tenter à utiliser un sort qui obligerait Sirius à se pencher vers elle pour l'embrasser. C'est la réflexion qu'elle se fait alors qu'elle replace machinalement un pli dans le tissu qu'il porte. Elle déglutit légèrement, mais retrouve sa mobilité lorsque la voix de Peeves laisse entendre qu'il les a trouvés. Ils reprennent leur marche en empruntant l'infirmerie, finalement hors de portée, baguette rangée. Ils traînent, mettent du temps à rejoindre James et Lily.

Pourquoi les sous-sols en particulier? Vous n'avez quand même pas l'intention de gardez pour vous les découvertes de vos expéditions? qu'elle demande comme si Sirius devait lui partager quelques méfaits, quelques passages secrets. Je suis persuadée de pouvoir en trouver dont vous ignorez encore l'existence.

Lorsqu'ils arrivent enfin au lieu du rendez-vous, les deux autres ne sont pas encore là. Marlène s'adosse donc à un mur de pierre, s'assoyant de moitié pour patienter. À se demander ce que font les deux autres pour mettre plus de temps qu'eux à arriver. Sans trop savoir comment ni pourquoi, le menton de Marlène est de retour sur l'épaule de Sirius, qu'elle regarde avec un énorme sourire.

D'une voix presque lointaine, elle prend le temps de lui dire :

Viens plus près... Comme ça, précise-t-elle.

Et pour lui faire la démonstration, elle laisse glisser son nez vers le collet de Sirius. Là où, sans prendre de grandes respirations, elle parvient à sentir son odeur. Elle lui tend volontairement son cou, sa jugulaire, pour qu'il soit plus près. Il n'aurait qu'à pencher son visage pour capturer son parfum, pour profiter de cette odeur qu'il tente si souvent d'attraper ― pensant le faire à son insu. Elle garde même la position, les paupières closes, appuyée contre lui. Marlène a toujours été à l'aise, lorsque proche de Sirius, mais jamais elle ne s'est montrée si explicite que ce soir. À croire que le secret maintenait une certaine barrière. Elle presse doucement son biceps de ses doigts. Ce n'est ni l'ossature ni le pelage d'un chien, c'est le bras et le vêtement de Sirius. Si les autres tardent trop, elle ne voudra plus de leur compagnie ce soir. Elle pourrait restée longtemps avec ce jeune Black.

Tu fais battre mon coeur si fort... qu'elle lui avoue dans un murmure à peine audible, à peine chuchoter du bout des lèvres ; est-ce mieux que d'entendre dire qu'il lui fait plaisir?

Elle est attirée par Sirius. Et si elle redresse légèrement le visage, elle peut sentir la proximité de son souffle. Il est clair qu'elle voudrait l'embrasser. Qu'elle voudrait lui montrer ce qu'il lui fait ressentir. À cet instant, elle oublie les points des maisons, elle oublie les leçons à faire, elle oublie les autres membres de la bande, elle oublie cette histoire d'animagus, elle oublie l'état lycanthropique de Remus. Elle est surtout hypotonisée par cette joie qu'elle ressent en sa présence, qui brûle dans ses veines. Elle pourrait choisir de ne pas l'embrasser, qu'on pourrait croire qu'elle l'a fait, là, figée dans le temps. Poudlard est plongée dans le silence, sans le vacarme des élèves, sans les portraits animés.

J'avais un secret, qu'elle souffle silencieusement. Celui où j'avais envie d'embrasser Sirius Black.

Ce n'est pas chose faite encore, mais ce serait une question de seconde, de centimètre... Elle aurait voulu le faire à plusieurs occasions. Mais elle ne sait pas vraiment ce qu'elle attend. Car chaque moment est parfait. Attendre ferait grandir l'envie certes, mais attendre pourrait la priver d'en profiter. Délicatement, elle passe ses doigts sur sa mâchoire, comme si elle était en quête d'une approbation. Aurait-elle pris les devants plus tôt s'ils avaient plus de temps ensemble? Mais elle ne craint pas de les prendre ce soir. Profitant qu'ils soient encore tous les deux, les yeux remplis d'étoiles, elle vient lentement chercher la chaleur de ses lèvres dans un premier baiser. Et tout son être se sent fléchir d'enfin ressentir cette sensation. Elle ne sait même pas si Sirius est prêt pour ça.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 452
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

zXamLbhO_o.png
Sirius Black
1976/1977 : Tout le monde connaît la famille Black, et tout le monde la craint. C'est visible pour l'œil de n'importe quel sorcier ou sorcière : Sirius Black n'est pas à l'aise dans sa famille. Il préfère de loin l'ambiance chaleureuse des Potter. La famille qu'il se construit se compose de ses trois amis ; James, Remus et Peter. Ceux qui gravitent autour ont autant d'amitié et de bêtises que les autres. Lily, Marlène et les autres. Il vient de quitter la maison dans laquelle il a grandit, pour partir vivre avec les parents de son meilleur ami. Voilà plusieurs mois qu'ils vivent ensemble, plusieurs mois qu'il se sent mieux bien que les choses soient difficiles à Poudlard. Il fait parti de la maison Gryffondor, et c'est l'un des plus grands déshonneurs des Black. Mais l'école est sa maison, son foyer. Il n'y a nul part où il se sente autant lui-même qu'à Poudlard.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Tumblr_p2m47symxn1tza9ejo8_250
1978-1981 : Mais en tant que jeune homme, Sirius n'avait pas la moindre idée des tourments qu'il connaîtrait dans sa vie. Voldemort et l'ombre qu'il plongerait sur lui jusqu'au dernier moment de sa vie. En quittant Poudlard, en étant majeur, Sirius devient propriétaire d'un appartement qui lui donne l'autonomie qu'il a toujours souhaité. Peu importe que l'argent vienne d'un héritage, il s'en est servi correctement. Il s'achète même une moto ensorcelée qui lui sera d'une aide fidèle au travers des âges. Son coeur est prit depuis des années par la même femme : Marlène. Mais les troubles de la guerre arrivent trop rapidement : à l'aube de ses vingt-et-un an, Sirius perds en l'espace de quatre mois la femme de sa vie [juillet], son meilleur ami James ainsi que sa femme Lily [31 octobre], son ami Peter et son ami Remus. Voilà le pire, car perdre sa liberté n'est qu'une poussière face au reste. Mais sa vie continuera, Sirius sera là pour sauver Harry, surtout pour venger James et Lily.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 A9lPp

Ben Barnes @ mayumi
Elle le jette hors de leur cachette, et Sirius se retrouve à découvert. S'il ne rigole plus, il ne peut s'empêcher de sourire : parce qu'elle ramasse l'araignée après avoir été si belle dans sa frayeur, parce que Peeves se lance à leur poursuite, mais surtout parce que Marlène se baisse pour rattraper l'araignée et la glisser dans sa poche. Il imagine déjà qu'elle se servira de l'animal pour ses potions, parce qu'il n'imagine pas qu'elle s'en serve pour se venger en douceur, avec rigolade, des âneries des garçons. Celle la pourrait être un des bébés de l'Acromentula Aragog, et de sa femelle Morag ; mais le côté venimeux de l'araignée ne semble pas lui faire peur. Il aime Marlène, plus il la connait, plus Sirius l'aime. Traîner avec elle dans les couloirs pour échapper à l'esprit frappeur ne fait que qu'augmenter son rythme cardiaque ; s'il sourit, s'il rigole en silence, il est certain de ne pas avoir autant apprécié quelque chose depuis longtemps. Rien ne semble lui avoir fait autant d'effet que lorsqu'ils se retrouvent de nouveau cacher, Marlène contre lui. Et lorsqu'elle murmure un regarde qu'elle cache mieux que le rire qu'elle voulait étouffer contre lui, le jeune Black ne sait plus où donner de la tête.

Jeune homme qui ne connaît rien aux plaisirs de l'amour, il ne peut pas s'empêcher de glisser une main entre leur corps pour éloigner, à peine, Marlène de lui pendant qu'elle lance son sort contre Peeves : elle fait monter la tension dans son pantalon, et s'il avait été facile de le cacher en étant plus tôt assit, Sirius se retrouve prit de court avec ce début d'érection qu'il ne contrôle pas. Il se déteste pour ça, mais ne peut pas s'empêcher de pouffer de rire en voyant l'esprit frappeur s'intéresser de trop prêt à la statue qu'elle a fait bouger d'un tour de baguette. Quand elle se redresse, Sirius a toujours les yeux posés sur sa silhouette, sa main entre leurs corps, ses yeux pétillants d'une excitation étrange : cette courses poursuite au milieu des couloirs de Poudlard avec Marlène fait naître tellement de choses différentes en lui. Poudlard est son foyer, là plus que jamais, il ne voudrait jamais le quitter. Il la trouve encore plus belle dans ces bêtises.

" -  Pourquoi les sous-sols en particulier? Vous n'avez quand même pas l'intention de gardez pour vous les découvertes de vos expéditions?" Ca le fait sourire, alors qu'ils marchent plus tranquillement après avoir dépassé l'infirmerie : Peeves n'a pas réussit à les suivre jusqu'ici. " Je suis persuadée de pouvoir en trouver dont vous ignorez encore l'existence."
" - Ca ne m'étonnerait même pas..." Qu'il avoue avec un faible sourire, jetant des coups d'oeil à la sorcière à ses côtés sans vraiment oser poser sur elle toute sa concentration. " On s'est arrêté là, la dernière fois. Et si quelqu'un voulait en connaître tous les secrets," Là, il parle du château lui-même et se met à rire légèrement. " il pourrait courir pour qu'on les lui révèle. On y a passé tellement de temps... on sera les seuls à connaître autant Poudlard." Sirius lui a lancé un clin d'oeil ; il la cherche, comme d'habitude. Les secrets du château seront les leurs.

Loin des regards, enfouis dans les sous-sol à peine éclairés à cette heure, ils se retrouvent assit contre un mur. Une jambe pliée, l'autre tendue en travers du sol, Sirius est prêt à attendre le temps qu'il faudra pour que les autres arrivent. Mais une partie de lui voudrait que leur solitude soit encore longue. Il aime sentir le menton de Marlène sur son épaule, son souffle si prêt de lui, ses yeux posés sur lui comme s'il était la seule chose à exister dans ce monde. Ses yeux se posent souvent sur ses propres doigts qui jouent avec sa baguette pour s'occuper les mains, parce qu'il est gêné de cette nouvelle proximité. Mais son sourire ne pourrait pas disparaître : là, de suite, il a l'impression que jamais il ne pourra perdre le bonheur qu'elle provoque en lui.

Son coeur manque déjà un battement lorsqu'elle lui dit de venir plus prêt, lorsqu'elle tend le cou, ferme les yeux pour lui demander de venir sentir le parfum qu'il connaît déjà pourtant par coeur. Et pour la véritable première fois, Sirius n'est plus capable de sourire. Son visage est neutre, bien trop concentré à sentir tous ses neurones exploser à cause de tout ce qu'elle lui fait ressentir. Mais ça n'empêche pas son corps d'agir, de se pencher à peine pour que le bout de son nez touche la peau tendue du cou de Marlène. Il sent, une nouvelle fois avec l'accord de la sorcière. Et plus il renifle cet parfum parfait, plus il se sent perdre pied : il voudrait l'embrasser, là, de suite, que cette chose soit terminée et qu'ils puissent passer à autre chose. Son coeur se sert, ses joues rougissent, et ses tripes s'entremêlent au même titre que ses pensées. Tu fais battre mon coeur si fort, qu'elle dit, et le coeur de Sirius s'emballe un peu plus. Le sang qu'il pompe pour le jeter, normalement, dans son corps tout entier, semble stagner à ses joues : c'est à son tour de rougir comme un idiot. J'avais un secret, celui où j'avais envie d'embrasser Sirius Black, Marlène parle encore, et si sa voix était si douce et faible, Sirius en a capter les derniers mots qui ont fait virevolter son coeur comme jamais encore. S'il aurait voulu être capable de répondre, sa bouche est soudainement sèche, sa voix incapable de s'échapper de sa gorge : et de toute manière, Marlène réagit avant qu'il n'ait pu faire quoi que ce soit.

De ses doigts à sa mâchoire, de ses lèvres contre les siennes, Marlène lui fait perdre pieds sans qu'il n'ai pu s'échapper. Mais Sirius ne l'aurait fait pour rien au monde : il sent son coeur danser à un rythme qu'il n'a jamais connu jusqu'à présent. Même lorsqu'il rejoint Remus dans la cabane hurlante, la danse n'est pas la même. Et s'il est incapable de bouger, que ce soit pour la toucher ou pour approfondir ce premier baiser, ses paupières se ferment. Sirius ne parvient pas à empêcher le soupire de bien être qui s'écrase sur la joue de Marlène ; est-ce que ça ressemble à ça, le bonheur ? Quand il prend conscience qu'il peut vraiment en profiter, qu'il peut embrasser Marlène, ses doigts se doigts se déposent d'abord sur le genoux de la fille. Ainsi, il peut se tourner en sa direction. Il voudrait caresser ses cheveux, caresser sa joue : en réalité, tout son corps voudrait agir de mille manières différentes sans savoir quoi faire exactement. Mais ses lèvres finissent par quitter celles de la sorcière : suffisamment pour qu'il respire, suffisamment pour venir l'embrasser de nouveau. De son propre chef. Pour la première fois, il sent l'humidité sur leurs lèvres, et ça le fait sourire. Doucement. Quelques fractions de secondes avant qu'il tente de l'embrasser une seconde fois.

" - Par Merlin, vous êtes enfin là !'' James fait son apparition dans le couloir. Ça coupe Sirius dans son élan qui n'a pas le temps d'embrasser Marlène une seconde fois. '' C'est quoi qui vous a prit tout ce temps ?''
'' - T'es sérieux ?'' Que demande Sirius en s'éloignant de Marlène pour poser son attention sur ses meilleurs amis, James et Remus qui arrivent à leur hauteur.
'' - Non, ça c'est toi !'' Celui qui porte des lunettes lui fait un clin d'œil, il s'amuse du prénom du jeune Black et c'est Remus qui le pousse légèrement en rigolant. On explique à Marlène et Sirius que Lily et James les ont attendu là un certain temps, mais que la rousse est retournée à la Salle Commune pour ne pas se retrouver dans les ennuis. Sirius fronce les sourcils, lève sa main droite pour tirer sur sa manche et jeter un coup d'œil à sa montre : Peeves leur à fait perdre tant de temps sans qu'il ne s'en rende compte. '' Puisque t'es là, je suppose que tu nous accompagne Mckinnon ?''

James n'est pas méchant, en général. Encore moins avec ses amis. Mais on peut entendre dans sa voix qu'il est piqué à vif de partager ce secret avec quelqu'un d'autre que les garçons. Poudlard, la carte du Maraudeurs, c'est leur truc. Mais il est surtout heureux de voir que Sirius se rapproche enfin de la fille qu'il aime, parce que le reste du quatuor commençait certainement à en avoir marre de l'entendre parler de Marlène sans jamais qu'il ne fasse un pas vers elle.

Un ras couine au moment où il passe à côté de James et de Remus, debout face aux deux autres. L'animal attire tout de suite le regard de Sirius, qui cri déjà un ; Ah non, c'est mon tour!. La bête n'est autre que Peter qui tente de se faufiler pour arriver le premier là où ils se sont arrêtés la dernière fois. Et c'est ce qui pousse Sirius à se redresser d'un bond, en s'aidant grâce au genoux de Marlène. Il se lance à la poursuite du rat, sur une vingtaine de mètres, mais les deux amis ont déjà disparu de la vision des autres. Remus se met à rire, mais il vient tendre sa main à Marlène pour l'aider à se relever : lui, il est content de passer du temps avec elle. Sur le chemin, James se prend un nouveau coup de coude de la part de Lunard après que ce dernier ai dit quelque chose du genre : heureux d'enfin voir que vous passez le cap, marre d'entendre Sirius aboyer qu'il t'aime sans te courir après. James a toujours la langue pendue lorsque c'est pour embêter son meilleur ami. Il s'amuse surtout, parce que comme Lily, il repère facilement les joues rouges que les deux autres ont eu : dans les escaliers, et maintenant dans les sous-sols de l'école. Dans leur marche, ils tournent tous au même endroit que les deux autres, alors, ils tombent sur Sirius, baguette en main, qui tient Queudver par la queue après lui avoir lancé un sort pour le faire léviter et l'arrêter dans sa course.

" - T'as déjà trouvé le dernier passage secret en liste... et tu comptais que le prochain me passe sous le nez ?" Sirius rigole en regardant le rat se tortiller, tenter de le mordre alors qu'il n'y parviendra jamais dans cette position. D'un nouveau sort, le rat vole jusqu'à l'épaule de Remus. " C'est ma journée, aujourd'hui."

Sirius parle à tout le groupe, mais c'est à Marlène qu'il lance un coup d'oeil. Alors, elle n'aura pas d'autre choix que de les suivre. La porte qu'il compte ouvrir aujourd'hui ne le fera qu'à l'aide d'un sort : Alohomora. Le loquet s'ouvre, Sirius pousse la porte, et ils descendent de quelques marches avant d'arriver dans une pièce qui n'est pas éclairée. Tous entrent, tous sont là, et Remus use de Lumos avant les autres pour illuminer l'endroit. Elle est grande, la pièce, elle est circulaire. Le plafond est haut, mais le sol semble être fait de pierres sans qu'elles ne soient taillées : on dirait un sol véritable et non créé par l'homme. C'est Sirius qui illumine le plafond, et tous restent bouche bée en voyant les chaînes accrochées au plafond.

" - C'est là qu'ils accrochaient les élèves, tu crois ?" Que demande Remus, la bouche ne pouvant se refermer en voyant la couleur des chaines : du sang a déjà du couler dessus.
" - Heureusement qu'ils ne nous punissent pu comme ça..." Lance Peter qui vient de reprendre forme humaine. " On aurait les os détraqués à force."

Tout le petit groupe se met à rire, et Sirius finit par enlever son faisceau de lumière du plafond pour regarder Peter. Celui-ci se décompose quand il voit que Peter porte ses vêtements : ses sourcils se froncent, et il parle avec son coeur.

" - C'est quoi ce bordel ?" Qu'il demande en comprenant que Peter a fait un pas en avant que lui n'a pas fait. Même James est choqué, mais il se contente de rire. " T'as fais quoi depuis hier, pour ressortir comme ça ?"

Il paraît intéressé, lève même ses mains en l'air pour montrer qu'il est intrigué. Il est surtout stupéfait que ni lui, ni James n'en soient capable. Ses yeux se posent sur James comme s'il cherchait à savoir si son meilleur ami en est capable. Et pour le coup, il semble éviter Marlène du regard : rien à voir avec le baiser. Il repense seulement à leur conversation plus tôt, dans la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 571
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

nRTP0Tah_o.png
Marlène
McKinnon

Élève brillante, Marlène est dotée d'une intuition impressionnante et d'un sens de l'observation qui frôle la frénésie. Son groupe d'amis fétiches se compose majoritairement de Gryffondors, Sirius, Lily, James, Remus et Peter. Nul doute qu'elle était destinée à progresser parmi les sages de la maison Serdaigle. Sage, dans une définition qui n'a rien à voir au fait de ne point faire de bêtises. En étant ami avec des étourdis, il est évident qu'elle se retrouve souvent à compromettre sa scolarité. Depuis qu'elle arbore ces teintes bleutées, sa mère lui attribue le surnom d'étoile de mer, en raison de ses yeux pétillants et de la couleur de l'océan.
tumblr_p2m47symxn1tza9ejo3_250.gifv

Alicia Vikander :copyright:️ Bazzart
Marlène vient d'embrasser Sirius. Son coeur voudrait exploser dans sa poitrine. Ce n'est ni de la peur ni de la gêne. C'est la première fois qu'elle ressent une sensation aussi chaleureuse et diffuse. Elle peine à croire qu'elle vient de franchir le pas, elle qui en rêve depuis un long moment maintenant. Plaisanter avec le groupe semblait nettement plus facile afin de ne pas devenir folle avec cet énorme besoin d'être avec lui. Elle n'a jamais réellement caché ses intentions par le passé, mais désormais, il est clair qu'elle mourrait d'envie de goûter ses lèvres.

Il se décale pour respirer ; elle en fait autant, prendre une longue et silencieuse inspiration. Ses paupières sont closes, son nez frôle le sien, et elle patiente tandis que leurs lèvres humides cherchent à nouveau timidement le contact. À cet instant, elle sait qu'elle ne regrette pas son geste. Elle peine seulement à rester calme et immobile. Elle ressent la chaleur de sa main sur son genou. Jamais son coeur n'avait autant éprouvé d'émotions. Elle sourit subtilement à ses lèvres. Elle voudrait pouvoir sautiller sur place et montrer combien elle est toute excitée. La petite Marlène est sur un nuage. Un rire faible, tendre, quitte sa gorge lorsqu'il cherche à l'embrasser de nouveau, mais il est moins étrange que celui poussé dans le couloir. Elle est désespérément accrochée à la manche du garçon. Elle en aimerait davantage. Elle ne cache pas son besoin, même si elle-même ne sait pas vraiment comment on doit s'y prendre une fois cette étape franchie. C'est assurément ce qui la met dans tous ses états. Marlène ne réfléchit pas toujours, même si c'est une fille intelligente et réfléchie lorsqu'elle prend le temps de le faire. En amour, la passion prime sur la raison.

Par Merlin, vous êtes enfin là!

Elle pouffe doucement en tournant le visage ; elle avait oublié qu'on pouvait les interrompre à tout moment. Elle laisse d'ailleurs Sirius se décaler, sans être vexée. Elle est de trop bonne humeur pour être vexée. Ses yeux se lèvent aussitôt sur les garçons. Elle remarque immédiatement que Lily n'est pas là. Lily est retournée à son dortoir pour la nuit.

Puisque t'es là, je suppose que tu nous accompagne McKinnon?
Quand l'évidence est là, certaines questions n'attendent aucune réponse, James.

La fille échappe un nouveau rire lorsque Sirius se lève prestement pour pourchasser le rat. Elle n'est pas encore complétement habituée à ces transformations, mais ça arrivera. Elle n'est pas étonnée que Sirius cherche à avoir le dernier mot.  

Les yeux vitreux de Marlène ― brillants des étoiles qu'à fait naître Sirius ― se dressent vers le visage de Remus qui se tient devant elle. Un doux sourire aux lèvres, elle attrape sa main, mettant tout son poids dans ce bras lorsqu'il l'aide à se relever. Non, elle n'hésite pas à le toucher, même en connaissant son secret. Remus est un loup-garou, mais il n'est pas davantage terrifiant qu'autrefois. Il reste et restera son ami malgré tout. A-t-il un jour craint qu'elle puisse le juger à ce sujet? Sans le lâcher, elle se presse doucement à son bras dans une brève accolade. Elle marche, la tête sur son épaule, durant trois ou quatre pas, juste assez pour lui témoigner son affection avant de se décaler complétement, mais surtout parce qu'elle vient de sentir le coup porter à James suite à ses paroles.

Heureux d'enfin voir que vous passez le cap, marre d'entendre Sirius aboyer qu'il t'aime sans te courir après.

Elle toise longuement Potter, parce que cette information fait bouillir ses veines : parce que Sirius démontrait de l'intérêt, parce qu'il l'aime. Si elle ne venait pas de l'embrasser, elle aurait eu envie de répliquer, comme elle le fait souvent, mais elle se retient, la gorge serrée d'une agréable émotion. Même la racler ne parviendrait pas à la détendre. Elle n'aurait pu espérer meilleur baiser. Et elle s'en souviendra longtemps. Elle pince les lèvres, pour se souvenir du goût. Mais surtout, elle peine à chasser la sensation de son nez contre la peau de son cou, elle aurait garder la position encore longtemps. Elle pourrait presque sourire comme une idiote.

Elle peut même voir que les deux lui jettent un coup d'oeil intrigué, mais elle les ignore pour se concentrer à Sirius qu'ils rejoignent rapidement. Le rat vole dans les airs. T'as déjà trouvé le dernier passage secret en liste... Pauvre Peter, mais comme les autres, elle rigole. Mais ils parlent trop, parce que Marlène ne cesse d'enregistrer tous ces détails qu'ils lâchent ça et là. Combien en connaissent-ils, des passages, jusqu'à présent?

Enfin, ils s'enfoncent dans l'inconnu.

C'est là qu'ils accrochaient les élèves, tu crois?
Attention, vous aurez bientôt la langue au sol à garder la bouche ouverte trop longtemps, lâche Marlène qui ne peut s'empêcher de trouver adorable leur moue consternée ; l'histoire n'est assurément pas leur matière fétiche.
Heureusement qu'ils ne nous punissent pu comme ça...

Marlène sursaute lorsque Peter prend forme humaine non loin d'elle. Il est resté subtil du début à la fin, sans qu'elle ne prenne conscience de sa transformation. Elle porte discrètement une main à sa poitrine pour calmer la stupeur dans son coeur. Mais comme les autres, elle remarque ses vêtements. Ça semble soulever énormément de questions de la part des autres. En voilà un qui apprend vite, pense Marlène. Pour une fois, il a de quoi être fier, face aux autres. On peut nettement sentir leur aversion : ils auraient voulu réussir également. Mais c'est surtout dans la voix de Sirius que ça se sent. Elle ne peut pas s'empêcher de regard le ténébreux du coin de l'oeil.

Vous devriez surtout vous inquiéter pour ces chaînes, lâche finalement Marlène pour couper court à l'étonnement. Vous faites tellement de bêtises qu'on risque de vous y accrocher plus rapidement que vous ne le pensez.

Elle peut sentir qu'un frisson parcours la colonne vertébrale de Remus car il roule des épaules. Ça fait sourire Marlène qui les dépasse, pour marcher vers Sirius, mais elle le dépasse également pour s'enfoncer dans la noirceur. Elle ne prend pas le temps d'allumer sa baguette, car les lueurs émises par Sirius lui conviennent parfaitement pour voir. Elle s'éloigne surtout de son méfait, un sourire discret aux lèvres. En étant derrière James, profitant de la distraction causée par Peter, elle s'est amusée à glisser l'araignée à sa nuque. Avec un peu de chance, elle pourra la récupérer si James ne l'envoie pas valser à des kilomètres de là.

Sois pas jaloux, Sirius, toi aussi tu pourras apprendre à le faire, chantonne doucement Marlène qui s'éloigne dans la pénombre, longeant les immenses parois.

Ils descendent de plus en plus bas, mais la plafond ne semble pas les suivre dans leur descente, à croire qu'il est de plus en plus haut, de plus en plus sombre, de plus en plus loin, indiscernable. Ça donne froid dans le dos, même pour Marlène. L'air est chargée de froideur et d'humidité. À un moment, elle manque également perdre pied, à cause du sol recouvert de moiteur ; elle se raccroche à la première chose à portée de main, que ce soit le mur, l'un des garçons ou Sirius. Et si l'araignée était sagement restée sur l'épaule de James, elle se déplace maintenant pour entrer sous son collet.

McKinnon, tu nous fais signe si c'est trop pour toi, Peter se fera une joie de te raccompagner, fais savoir James.
Dans tes rêves, qu'elle ronchonne. Et vous n'êtes jamais venus jusqu'ici? qu'elle demande une fois complétement redressée.

Suivant la paroi des yeux, elle voit une ouverture dans la pierre. Un chemin qui mène vers la droite. Remus remarque qu'un chemin mène également vers la gauche. Ils se retrouvent alors à un carrefour qui mène également droit devant. Quel chemin prendre pour faire la meilleure découverte dans ce cas? L'un d'eux leur fait-il rebrousser chemin? L'un d'eux les mène-t-il vers une morte certaine? Les chemins paraissent sans fin. Peter propose qu'ils se séparent pour explorer, mais Marlène peut déjà sentir des gorges gronder : qui sera le vainqueur? Ça semble tentant, mais aucun ne souhaite emprunter le mauvais chemin. Peter est-il déjà venu jusqu'ici? Marlène observe quant à elle le chemin qui mène droit devant. Elle ne remarque pas du coin l'oeil James qui se tortille légèrement, comme si quelque chose l'importunait.

C'est quoi ça? lâche alors Remus qui tourne un oeil vers Potter ; sans trouver d'explication, ne voyant rien dans cette pénombre, Remus pointe sa propre nuque comme s'il voulait désigner celle de James. Juste là.
Ça bouge, enchérit Peter.

Maintenant, Marlène comprend de quoi il parle, elle détourne alors les yeux, coupable, allant même jusqu'à se glisser subtilement derrière Sirius, parce qu'elle est déjà incapable de cacher son expression amusée. Elle mime ne pas comprendre, elle mime tenter de voir quel chemin serait le plus adéquat. Oui, elle fouinera jusqu'au bout, quoiqu'en pense James. Elle ne sera pas toujours là, mais il devra l'endurer si elle décide d'être là. Combien de fois ont-il vu passer du temps avec Lily sans qu'elle ne soit avec eux? Elle est moins souvent là parce qu'elle est une Serdaigle. Et James, à cet instant, voudrait surtout leur dire d'arrêter de déconner, mais il ressent les chatouilles qui glissent sur lui. Sirius avait-il remarqué quelque chose avant? Voit-il de quoi il s'agit?


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 452
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 27
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

zXamLbhO_o.png
Sirius Black
1976/1977 : Tout le monde connaît la famille Black, et tout le monde la craint. C'est visible pour l'œil de n'importe quel sorcier ou sorcière : Sirius Black n'est pas à l'aise dans sa famille. Il préfère de loin l'ambiance chaleureuse des Potter. La famille qu'il se construit se compose de ses trois amis ; James, Remus et Peter. Ceux qui gravitent autour ont autant d'amitié et de bêtises que les autres. Lily, Marlène et les autres. Il vient de quitter la maison dans laquelle il a grandit, pour partir vivre avec les parents de son meilleur ami. Voilà plusieurs mois qu'ils vivent ensemble, plusieurs mois qu'il se sent mieux bien que les choses soient difficiles à Poudlard. Il fait parti de la maison Gryffondor, et c'est l'un des plus grands déshonneurs des Black. Mais l'école est sa maison, son foyer. Il n'y a nul part où il se sente autant lui-même qu'à Poudlard.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Tumblr_p2m47symxn1tza9ejo8_250
1978-1981 : Mais en tant que jeune homme, Sirius n'avait pas la moindre idée des tourments qu'il connaîtrait dans sa vie. Voldemort et l'ombre qu'il plongerait sur lui jusqu'au dernier moment de sa vie. En quittant Poudlard, en étant majeur, Sirius devient propriétaire d'un appartement qui lui donne l'autonomie qu'il a toujours souhaité. Peu importe que l'argent vienne d'un héritage, il s'en est servi correctement. Il s'achète même une moto ensorcelée qui lui sera d'une aide fidèle au travers des âges. Son coeur est prit depuis des années par la même femme : Marlène. Mais les troubles de la guerre arrivent trop rapidement : à l'aube de ses vingt-et-un an, Sirius perds en l'espace de quatre mois la femme de sa vie [juillet], son meilleur ami James ainsi que sa femme Lily [31 octobre], son ami Peter et son ami Remus. Voilà le pire, car perdre sa liberté n'est qu'une poussière face au reste. Mais sa vie continuera, Sirius sera là pour sauver Harry, surtout pour venger James et Lily.

SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 A9lPp

Ben Barnes @ mayumi
" -  Vous devriez surtout vous inquiéter pour ces chaînes," Tous les garçons tournent leurs regards vers Marlène ; comme s'ils oubliaient vite qu'ils ne sont pas que tous les quatre ce soir. "  Vous faites tellement de bêtises qu'on risque de vous y accrocher plus rapidement que vous ne le pensez."
" - Mais comme tu traînes avec nous, on aura certainement plus de chance pour pas se faire prendre."


C'est James qui lui répond avec bonne humeur. Ils se mettent tous à rigoler parce que c'est vrai, les garçons pourraient être encore punis pour toutes les bêtises qu'ils font à longueur de temps. Déjà qu'ils se font punir, et perdre plus de points à leur maison, que tous les élèves en général, imaginez juste si Dumbledore et la direction était au courant de tout. Mais les garçons sont malgré tout de bons élèves. De très bons élèves dans la plupart des matières. Ne sont-ils pas souvent visibles à la bibliothèque, entourés de tout un tas de livre ? Le problème, c'est qu'ils apprennent en pagaille. Et certainement pas toujours les choses qui leur sont utiles, immédiatement, en cours. Mais ils ont toujours le nez plongé dans un bouquin, à la recherche de la moindre informations sur les sujets qui leurs sont importants. N'est-ce pas ainsi qu'ils ont pu avoir les connaissances suffisantes pour devenir des animagus ? Pour aider Remus, mais surtout, pour la Carte du Maraudeur. Il ne leur reste plus que quelques détails pour la terminer, mais une chose est sûre : Marlène sera nécessaire pour la terminer tel qu'elle sera connu par la prochaine génération à s'en servir.

Il mime une grimace à la silhouette de Marlène, qui commence à découvrir l'immense pièce faite de pierre. Mais sa baguette est dirigée vers elle pour que la lumière de lumos lui soit favorable. Oui il apprendra à le faire. Et plus rapidement qu'il ne l'avait prévu encore ; hors de question qu'il soit le dernier de la bande à réussir cette partie de leur transformation. Autant laisser ça à James, pas vrai ? En descendant, ce n'est pas lui qui aide Marlène à se rattraper de sa chut. Pourtant, il a eu un mouvement en avant pour le faire. Mais ça fait sourire Sirius qu'un de ses meilleurs amis ait pris soin d'elle. Il n'y a aucune jalousie à ressentir, et ça ne traverse pas même l'esprit de Black. Alors il a reprit sa marche, jusqu'à ce que l'araignée de Marlène montre le bout de ses pattes. Mais entre temps, il s'est juste contenté de tourner sa tête vers James lorsque ce dernier s'est adressé à Marlène. Sirius ne comprend pas le problème à avoir Marlène avec eux, sachant que Lily est souvent dans la partie. Ils ne parlent pas de la Carte du Maraudeur ou de tout ce qui ne la concerne pas. Mais il aime la répartie de McKinnon, qui n'a besoin de personne pour être protégée. Ca le fait sourire, et lorsque l'araignée à jouer son rôle, il ne peut pas s'empêcher d'éclater de rire.

Marlène est douée, intelligente, et drôle. Qui peut mieux faire? Mais c'est surtout le souvenir de cette araignée trouvée en se cachant de Peeves, qui lui met le plus de baume au coeur. Tout ce qui se sera passé avec Marlène aujourd'hui est simplement une des choses les plus importantes pour lui. Il n'a jamais connu tel bonheur. Et sur le coup, James n'a jamais connu telle frayeur : il remarque l'araignée une fois que Peter et James lui en ont parlé. Il sursaute, tente de la faire dégager avec sa main, mais c'est plus simple avec sa baguette. Il jette un sort à la couleur bleu, et l'animal se retrouve propulser à plusieurs mètres de là, sur le sol de pierre. Si elle s'est d'abord retournée, pour lever deux pattes et avancer vers James comme si elle était menaçante, elle finit par faire demi-tour en courant à toutes vitesses. Elle disparaît, alors que James revient des quelques pas fait en sa direction pour la faire fuir. Les trois autres garçons sont encore en train de rire de la scène, mais Sirius ne peut pas s'empêcher de lever sa baguette pour chercher Marlène du regard : elle est parfaite, et rien que pour ce fou-rire parfait, il est prêt à garder le silence sur la provenance de cette araignée. Déjà, les autres garçons regardent partout pour vérifier qu'il n'y en a pas d'autre.

Le fond de la pièce est étrange ; on dirait la fin d'un cône qui les emmène dans la même direction, quoi qu'il arrive, peu importe l'endroit d'où l'on vient. Il n'y a aucun passage secret de ce côté du château, mais ils apprendront à connaître correctement tous ses recoins. Ils semblent arriver dans un nouveau tunnel, mais il y a deux sorties différentes. Deux chemins qui se séparent. Les quatre garçons finissent par se lancer des regards complices, parce qu'ils ont l'habitude de se séparer lorsqu'il est temps de le faire. Il est convenu que James et Remus partiront à gauche, et les trois autres, à droite. Ils se sont mis à rire, avec Peter, parce que Sirius n'a pas eu le temps de finir sa phrase ; je vais avec... qu'ils savaient tous ce qu'il allait dire. Sirius va à droite avec Marlène, et le couloir est petit. Un peu plus grand que le couloir qu'ils ont emprunté tous les deux tout à l'heure, et il faut que le premier tienne sa baguette pour avoir de la lumière. Mais ça n'a pas empêché la main de Sirius, devant, de chercher les doigts de Marlène. Il le fait avec plus de facilité devant Peter qu'il ne l'aurait fait avec les autres. Peter est la quatrième roue du carrosse, même s'ils sont tous amis. Il se moque juste de son regard.

Ils se retrouvent plus éloignés que prévu des deux autres. Et lorsqu'arrive le moment où ils arrivent au bout du tunnel, le groupe se rend compte qu'ils ont fait beaucoup de chemin mais qu'au final, ils ne sont pas bien loin. Il y a de la lumière au bout du chemin, mais il fait nuit dehors, alors Sirius gardera sa baguette levée, si Peter n'est pas passé devant lui pour voir où ça mène. Et même si Sirius est content de voir qu'ils arrivent à une grille, bien que fermée par une vieille chaine rouillée, il se dit qu'il aurait préféré rester sous la terre avec Marlène. D'un regard en arrière, il voit les nombreuses marches qu'ils ont finit par monter. Plus ils ont marché, et plus l'odeur de terre était plus présente que celle de la pierre. Sirius se cachait à peine de respirer l'odeur des cheveux de Marlène, à chaque fois qu'ils se sont arrêtés pour être surs de continuer. Ca lui a permis de profiter d'une odeur bien plus plaisante que tout ce qui les entourait. Arrivé à la grille, Peter n'hésite même pas à dire qu'ils auraient pu passer à travers la grille s'ils s'étaient transformés. Cela signifie surtout qu'ils ne peuvent pas le faire parce que Marlène serait obligée de faire le retour seule. Ils se trouvent derrière cette vieille grille fermée prêt des serres du professeur de botanique.

" - Pourquoi est-ce qu'ils ont bloqué ce passage ?" Qu'il finit par demander comme si l'un des deux autres pouvaient savoir à propos de cette vieille histoire. " Ca aurait été plus rapide que de faire tout le tour, en sortant du cours de potion."

Les deux garçons ont un regard l'un pour l'autre, se disant que ce passage reste tout de même utile le jour où ils auront tous les deux besoins de sortir, ou de rentrer dans le château en urgence. Ils le noteront même sur la Carte du Maraudeur. En regardant Marlène, il sourit doucement. Ils pourraient briser la chaine pour sortir, mais quelqu'un finirait bien par s'en rendre compte. Qu'est-ce que James et Remus auront trouvé de leur côté ? Absolument rien. Même s'ils auront du passer par une porte qui a essayé de les dévorer. Ils ont pourtant le doute d'être passé derrière un mur d'où des voix résonnaient ; ça aurait pu être des fantômes, comme ça aurait pu être une partie de la salle commune de Serpentard. Après tout, ils étaient si prêts du Lac Noir, sous la terre, pour voir quelques infiltrations d'eau couler au dessus de leurs têtes. Le trio aura du choisir la manière dont ils seront chacun repartis de là ; il se fait tard. Peter, soit disant parce qu'il sera plus discret pour lui de rentrer en passant par la cours de Poudlard, se transforme en rat et s'éclipse pour courir dans l'herbe. Sirius se dit qu'il a certainement raison ; ils auraient moins de chance de se faire pincer en passant par l'extérieur que par les cachots. Mais en posant ses yeux sur Marlène, il sait que c'est avec elle qu'il a envie d'être. La question ne se pose même pas, et les risques ne lui font pas peur. Alors voilà qu'il fait le retour uniquement en sa compagnie.

Le retour aura été plus long ; surement qu'il traîne le pas pour rester plus longtemps avec elle. Ce n'est certainement pas parce qu'il a peur de se faire pincer. Mais finit par arriver le moment où il faut se séparer. Sirius sera resté quelques secondes adossé au mur de Poudlard, à égale distance de leur salle commune, pour regarder Marlène. Souriant comme un abrutis parce qu'ils ne se sont pas fait prendre. Mais James et Remus arrivent à leur tours, alors que Peter est déjà bien enfoncé dans les couvertures de son lit. Ils auront lancé quelques phrases à la volée, mais ne seront pas restés bien longtemps : parce qu'ils comptent avoir un débriefing avant de s'endormir. Mais c'est surtout Remus qui semble tirer James pour que ce dernier les laisse tranquille. Au final, ils doivent se séparer. Et lorsque Sirius s'apprête à rejoindre les autres, il finit par se tourner pour rattraper Marlène avant que cette dernière n'ait eu le temps de disparaître.

" - Marlène, attend !" Qu'il clame, sans trop élever la voix, mais assez pour qu'elle l'entende clairement. Et lorsqu'il capte son regard, Sirius met quelques longues secondes à se décider à prononcer les prochains mots. Sa gorge nouée, sèche à cause de son coeur qui bat plus fort. Comment a-t-il trouvé la force de le lui demander? " Est-ce que ça veut dire que... toi et moi... ça pourrait devenir un truc?" Parce qu'il a repensé à ce baiser qu'elle a prit.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.  - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
SIRIUS+MARLÈNE - Tant de choses auraient dû être différentes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: