Partagez
 
 
 

 Le temps de l'oubi (Beloved)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2842
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Gabriel Fawley
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en photographie et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire, le coeur en miettes, jamais remis de ça, de l'avoir perdu lui et je le vis plutôt mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Maxresdefault
 

Troye Sivan :copyright:️ ilyria

« de toute manière j’ai tout essayé, rien ne marche. Je devrais peut-être faire comme mon père, boire à outrance pour oublier…le fait que j’ai oublié ma vie. »

Sauf que je ne le voyais pas faire ça, boire à outrance. Ce n'était pas son genre. Il avait un peu trop vu les dégâts que cela causaient à son père. Il en avait trop souvent fait les frais. Alors non, même si ça devait lui apporter le sommeil je doutais qu'il finisse par avoir recours à ce moyen. C'était plutôt moi qui buvait pour oublier, oublier le fait qu'il m'ait trahi et abandonné, oublier mon coeur brisé, l'oublier lui...

« J’y ai pensé… de nombreuses fois. Mais y a toujours quelque chose qui me pousse à rester ici. Et puis c’est ici que je retrouverais la mémoire. Mon médecin me dit, à chaque fois, que je dois continuer mes habitudes, pour pousser mon cerveau à travailler. »

Je ne répondis rien. Je gardais mes genoux repliés contre ma poitrine alors que je serrais ma tasse contre moi. Je regardais dans le vide, perdu dans mes pensées. Quelque chose qui le poussait à rester ici.. je préférais ne pas savoir ce que c'était, même si j'avais ma petite idée là dessus. Si je revenais aux derniers moments dont il se souvenait, à cette époque qu'on avait vécu ensemble... à l'époque j'avais eu le sentiment d'être la personne la plus importante dans sa vie. En tout cas il était celle qui comptait le plus pour moi. Je ne l'aurais pas quitté, pour rien au monde. Je serais resté à ces côtés, quoi qu'il en coûte. Le problème, c'était qu'il m'avait repoussé, ejecté de sa vie.

« Je sais que je t’ai blessé, brisé.. je ne suis pas idiot pour ne pas le voir. Et je veux découvrir pourquoi. »

Je relevais finalement les yeux de ma tasse pour le fixer sérieusement.

- Tu es vraiment certain de vouloir te souvenir de tout ça? Je veux dire... ces moments que tu as oublié, ce ne sont pas les plus beaux qu'on a vécu ensemble.

Oui bon excepté notre première fois bien sur. Elle avait été magique, c'était les quelques minutes qui avaient suivi qui avaient été horribles.

- On a vécu des choses difficiles, des choses que je préférerais oublier. Alors pourquoi veux tu t'en souvenir? Pour tu n'en profites pas pour laisser toute cette merde derrière toi et aller de l'avant?

Etait ce vraiment utile, bon pour lui même qu'il se souvienne de tout. Est ce que ça n'allait pas le détruire davantage de se souvenir de son suicide et des raisons qui l'avaient poussé à le faire? Est ce que ça ne le ferait pas plonger à nouveau dans l'état dans lequel il était à l'époque? Ne risquait il pas de tenter à nouveau de mettre fin à sa vie, de me quitter pour toujours...?


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 631
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Eden Stokes
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en lettres et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis apparemment célibataire et le coeur brisé et je le vis plutôt plus que très mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 KGfT
 

connor Franta :copyright:️ bazzart
Ca aurait été la solution de facilité, si je voulais un tant soit peu ressembler à mon père. Ce que je ne voulais absolument pas. Il avait gâché ma vie. Et il recommençait. J’avais le sentiment qu’il était l’instigateur principal de mon amnésie mais je ne parvenais à trouver pourquoi et à quel moment. Il y avait ce secret qui planait au-dessus de ma tête et je ne parvenais pas à percer le mystère. Je ne pouvais pas le deviner comme ça, le médecin m’a bien prévenu que ça pourrait prendre des mois avant que je retrouve la mémoire au moins partiellement, il n’est même pas certain que je la retrouve complètement. Il disait qu’il n’y avait pas grand chose à faire, qu’on ne peut pas forcer le cerveau, mais je ne peux pas rester ainsi définitivement, il s’est passé tellement de chorde pendant ces deux dernières années qui expliquent pourquoi je me suis réveillé à l’hôpital sans me souvenir du comment j’y suis arrivé.

J’ai ce besoin viscéral de m’en souvenir, de savoir pourquoi il y a autant de tension entre nous. Le peu d’explication que m’a fourni Gabriel ne me suffit pas, ne colle pas avec mon état d’esprit. Je ne vois pas comment on en est arrivé à ne plus être ami. Je pensais que l’on ne pouvait pas vivre l’un sans l’autre, alors voir cette distance entre nous est plus que douloureux. Je n’ai pas pu le laisser partir sans raison, juste comme ça. Si je ne lui ai pas dit, il y a aussi une bonne raison, et je dois la retrouver. On était inséparable, alors je me dis qu’il ne me dit pas vraiment tout, ou alors il ignore la raison car il n’en a pas été témoin, ou je n’ai pas eu le temps de lui dire. Je suis apparemment le seul fautif, et je veux assumer ma responsabilité.

Je fixe son regard, ces dernières semaines on s’était révélé plutôt doué pour éviter le regard de l’autre. Pour moi, surtout parce que ça me donnait envie de craquer, et que je sais que c’est la dernière chose à faire.

Je l’écoute avant de prendre le temps de réfléchir. Oui certes je pourrais ben profiter pour commencer une nouvelle vie ailleurs, mais j’e vivrais toujours avec ce poids sur la conscience. C’était la solution de facilité de partir et de tout oublier. Mais je ne le peux pas, et je ne le veux pas. Je ne peux pas l’oublier. Il est trop important dans ma vie. Je secoue la tête avant de lui répondre. « Parce que je ne peux pas le faire. Partir sans me retourner ça veut dire t’oublier. Et je ne le veux pas. Dans ma tête ça colle pas, je ne sais pas ce qui s’est passé, et ça me ronge. » je passe une main dans mes cheveux avant de soupirer et de reprendre la parole « je veux savoir pourquoi on est devenu des étrangers l’un pour l’autre. Car l’eden que je suis dit que c’est impossible. » je secoue la tête, je ne sais pas vraiment comment lui expliquer. « J’ai l’impression que c’est juste sous mes yeux, mais j’arrive pas à saisir. C’est comme si j’avais un voile épais. Parfois j’ai cette sensation de déjà-vu, mais je ne sais pas pourquoi. Ça m’épuise. » Je me confie à lui, parce qu’il est le seul à qui je peux le faire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2842
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Gabriel Fawley
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en photographie et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire, le coeur en miettes, jamais remis de ça, de l'avoir perdu lui et je le vis plutôt mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Maxresdefault
 

Troye Sivan :copyright:️ ilyria

« Parce que je ne peux pas le faire. Partir sans me retourner ça veut dire t’oublier. Et je ne le veux pas. Dans ma tête ça colle pas, je ne sais pas ce qui s’est passé, et ça me ronge. »

Et alors? Ou était le mal si il m'oubliait? Il l'avait déjà bien fait une fois alors pourquoi ne pas recommencer? Il fallait qu'il l'accepte. Il n'avait eu aucun mal à me laisser tomber ce jour là. Si il retrouvait la mémoire, il finirait par retrouver ses raisons de le faire, et il recommencerait. Il me quitterait une nouvelle fois, me briserait le coeur à nouveau et ça je ne pourrais le supporter. Une fois c'était largement assez. Je ne pouvais pas me permettre de le laisser entrer à nouveau dans ma vie pour me piétiner le coeur une seconde fois.

« je veux savoir pourquoi on est devenu des étrangers l’un pour l’autre. Car l’eden que je suis dit que c’est impossible. »

Et l'Eden que j'avais connu avait rendu ça très possible. Il m'avait bien jeté comme une merde, se foutant de savoir le mal qu'il pouvait me faire. Il ne m'avait laissé aucune chance, n'avait rien écouté quand je l'avais supplié de ne pas m'abandonner...

« J’ai l’impression que c’est juste sous mes yeux, mais j’arrive pas à saisir. C’est comme si j’avais un voile épais. Parfois j’ai cette sensation de déjà-vu, mais je ne sais pas pourquoi. Ça m’épuise. »

Il semblait bien décider à continuer de me faire souffrir. Comme si cette conversation n'était pas assez éprouvante comme ça. J'avais du le subir une première fois, sa rupture, l'abandon qui allait avec, les nuits d'insomnie à pleurer, les semaines et les mois de doute. Et voilà qu'il fallait que je recommence tout. Que je ressorte tout ça pour lui en parler à nouveau.

Je soupirais avant de replonger dans ma tasse de café. J'avais bien besoin d'un peu de réconfort pour affronter tout ça.

- Je ne sais pas ce qui s'est passé, pourquoi on est subitement devenu des étrangers. C'est de ton fait pas du mien.

Nouveau soupir alors que je tentais tant bien que mal de reparler de tout ça.

- La veille on... on l'avait fait pour la première fois... c'était... magique, vraiment. La première fois dont je rêvais. J'aurais voulu pouvoir rester dans tes bras et oublier que le monde extérieur existait. Mais ton père a débarqué. Il s'est mis à hurler et m'a foutu à la porte.

Je ne voulais pas mais je les sentis arriver, les larmes au niveau de mes yeux. Je me les frottais pour les chasser, le remerciant intérieurement de me laisser continuer sans m'interrompre. J'aurais eu du mal à continuer sinon.

- Je t'ai envoyé pleins de message. J'avais tellement peur pour toi. J'avais peur qu'il ne s'en prenne à toi à cause de moi. Je n'ai pas dormi de la nuit tellement j'étais inquiet. Tu ne me répondais pas. Et plus le temps passait plus j'étais rongé par l'inquiétude. Ce n'est que le lendemain que j'ai pu te voir...

Je n'osais même pas le regarder. J'avais le visage détourné, plongé à nouveau dans le souvenir de ce jour là.

- Tu... tu m'as dit que tout était fini entre nous... que tu ne voulais plus jamais me revoir... je t'ai supplié de ne pas le faire. Je t'ai dit... je t'ai dit que je t'aimais, que je ne supporterais pas de vivre sans toi. Mais tu t'es dégagé. Tu m'évitais. Et tu as fini par partir.

Je poussais un dernier soupir avant de relever le visage pour l'affronter.

- Alors j'ai une théorie... j'ai eu tout le temps d'y réfléchir pendant tout ce temps sans toi. Je me suis dit que... que tu avais parlé avec ton père. Il avait du finir par te convaincre que... tu gâchais ta vie avec moi, qu'être en couple avec un mec ce n'était pas sain. Peut être même que notre première fois t'avais dégouté qui sait. Je sais juste une chose... tu ne voulais plus de moi.

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 631
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Eden Stokes
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en lettres et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis apparemment célibataire et le coeur brisé et je le vis plutôt plus que très mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 KGfT
 

connor Franta :copyright:️ bazzart
Le mal c’est que si je l’oublie je n’ai vraiment plus aucune raison de vivre. Il est la seule éclaircie dans ma vie, celle qui me fait tenir à la vie, il est ce fil ténu qui me raccroche à la vie. J’ai l’impression que ce fil c’est rompu à un moment donné, et je m’accroche désespérément à ce qu’il en reste. Le pire c’est que dans son regard je ne vois que de la rancoeur, presque de la haine et ça me brise un peu plus chaque fois. Parce que je ne peux pas vivre sans lui près de moi. Et vu la rancoeur qu’il me porte je comprends que tout est de ma faute. Le pire c’est que je ne comprends pas comment j’ai pu le faire, dans ma tête c’est impossible, mais je ne veux pas remettre en cause sa parole, je sais qu’il ne m’a jamais mentit. C’est probablement pour cela que je me tourne vers lui pour ma quête de vérité.

Je ne lui en veux pas de tout ça, ça ne fait qu’alimenter le fait que je me déteste de plus en plus. Je suis embourbé dans une situation inextricable dont je ne sais pas comment en sortir. Je voudrais partir loin de mon père, mais pas si ça veut dire laisser Gabriel derrière moi. Je pourrais tenter de reprendre ma vie à zéro ici même, mais je sais que tant que je ne quitterais pas cette villes il serait toujours dans ma vie.

J’avance dans un brouillard sans en voir la sortie. Cette impression de déjà-vu me revient de plus en plus souvent. C’est une sensation qui ne me plaisait guère car je n’arrivais pas à saisir d’où venait cette sensation.

Je le vois se tendre, il fuyait mon regard et jouait nerveusement avec sa tasse de café. Je sens cette tension dont je suis l’unique responsable. Je me tends aussi, je sens la tension se propager dans tout mon corps, je sais que je touche un point sensible chez lui, mais surtout un point crucial pour moi. Je vais enfin savoir pourquoi à mon réveil il n’était pas là.

Il commence à parler et je garde entre nous une distance raisonnable, je ne veux pas l’oppresser alors qu’il accède à ma demande. Je sais que ça lui en coûte, moralement, mais je sais aussi qu’il ne prendra plus de pincettes avec moi. c’’est peut-être ce dont j’avais besoin maintenant. J’irais jusqu’au bout de cette quête de vérité. Peut-être je pourrais ensuite réparer les choses si c’est possible.

Mais mon coeur se fige avant de se briser brutalement quand je l’entends. Je ne me souvenais plus de notre première fois. Je me haïssais littéralement. J’en avais rêvé pendant des mois, de l’aimer lui, la seule personne qui éclairait ma vie. J’avais oublié la chose la plus importante de ma vie. Les larmes me montent aux yeux alors que je le vois aussi pleurer. Je mordille ma lèvre inférieure, me retenant de le prendre dans mes bras. J’imagine très bien la scène;, même si je la vois comme un spectateur extérieur. Je n’ai plus les émotions, mais je m’imagine rongé par la colère contre mon père. J’imagine aussi dans quel état d’inquiétude il devait être. Je ne pouvais pas m’expliquer pourquoi je l’ai abandonné au pire moment de notre couple. Il a dû se faire un sang d’encre pendant toute la nuit. Je me demandais bien ce qu’il s’était passé dans ma tête.

Je me détestais de plus en plus, je le vois pleurer et je sais que toute cette souffrance qu’il a n’est que de ma faute. C’est moi qui a causé tout ce malheur qu’il garde ennui depuis tellement longtemps. Je l’avais délibérément tenu éloigné de ma vie, je l’avais fait sortir de ma vie en rompant avec lui sans aucune explication. Comme s’il n’était pas important, alors que c’est tout le contraire. Il devait avoir une raison tout à fait valable pour que je brise celui qui est l’homme de ma vie.

J’affronte son regard alors que mes larmes coulent sans retenue. Je me rends compte que j’ai également brisé mon coeur sans même en savoir la raison. J’étais fou amoureux de lui, ça n’a pas pu changer parce que je lui ai fait l’amour. Au contraire, c’est ce que je voulais, je n’ai pas pu regretter ce geste, j’en suis intimement persuadé. Je secoue la tête. Il n’y a pas de mots assez fort pour dire ce que je ressens.

Je lui redresse le visage, je déteste toujours autant le voir pleurer. j’essuie ses larmes avec mon doigt. « Je n’aurais jamais pu être dégouté de toi ou de ce qui s’est passé, j’en rêve tellement. Je vois pas pourquoi tu m’aurais déçu ou que j’aurais cru mon père sur ce sujet. » Je passe une main dans ma nuque. « mais je suppose qu’il s’est passé quelque chose avec mon père sur ça. » Parce que non je ne l’aurais jamais quitté. Mais cette fois j’étais bien décidé à confronter mon père. Il me cachait beaucoup trop de choses. Tout cette histoire me poussait encore plus à découvrir la vérité, même s’il fallait que je me prépare au pire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2842
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Gabriel Fawley
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en photographie et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire, le coeur en miettes, jamais remis de ça, de l'avoir perdu lui et je le vis plutôt mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Maxresdefault
 

Troye Sivan :copyright:️ ilyria

J'avais enfin sorti ce que j'avais sur le coeur, ce poids que j'avais. Je n'avais jamais pu lui dire, je l'avais gardé pour moi parce qu'il me fuyait à l'époque. Ma première fois avait été à la fois magique et horrible. Sur le moment ça avait été merveilleux. Je l'avais fait avec la personne que j'aimais. C'était bon et tendre à la fois. Je m'étais retrouvé ensuite dans le cocoon de ses bras, écoutant ses mots doux, l'écoutant me dire combien il m'aimait. Et j'aurais voulu que le temps s'arrête à ce moment là, que je reste à jamais blotti dans ses bras à l'entendre me dire qu'il m'aimait.

Mais la vérité m'avait rattrapé, cruelle et horrible. Il m'avait rejeté, repoussé. Ce moment qui aurait du nous rapprocher encore plus comme je le pensais, il n'avait fait que nous éloigner davantage. Je m'étais retrouvé seul avec mes incertitudes. Pourquoi m'avait-il fait ça? Pourquoi me repousser alors qu'il prétendait m'aimer?

Alors j'avais avancé comme ça, en finissant par me dire que le premier homme que j'avais aimé n'avait pas assumé, qu'il avait été dégouté par le fait de coucher avec un mec. Peut être m'aimait il, mais ça ne suffisait pas pour compenser le dégoût qu'il ressentait vis à vis de moi.

J'avais eu du mal à me laisser toucher à nouveau par quelqu'un. J'avais trop peur de vivre à nouveau ce sentiment, ce rejet de la part de l'autre parce que j'étais un homme. J'avais fini par y arriver mais pour ce qui était de me lier à quelqu'un, c'était trop dur. Je ne cessais de penser à lui. Je l'aimais. Je l'aimais tellement que ça faisait mal de me dire que lui ne m'aimait pas, qu'il ne voulait pas de moi.

Alors mes larmes sortaient. Ca faisait trop mal de penser à tout ça et surtout de le lui avouer. J'aurais voulu pouvoir lui cracher ma haine, lui dire à quel point je le détestais pour m'avoir fait ça, pour m'avoir tant fait souffrir. Mais celui que j'avais en face de moi ne savait rien de tout ça. Il n'était pas celui qui m'avait repoussé.

« Je n’aurais jamais pu être dégouté de toi ou de ce qui s’est passé, j’en rêve tellement. Je vois pas pourquoi tu m’aurais déçu ou que j’aurais cru mon père sur ce sujet.

Et pourtant c'était ce qu'il avait fait. Je voulais me détourner, échapper à ses mains trop tendre qui venaient essuyer mes larmes. Ca faisait mal de le voir me toucher ainsi, parler comme si jamais ils ne m'abandonnerait jamais alors qu'il l'avait fait.

« mais je suppose qu’il s’est passé quelque chose avec mon père sur ça. »

Je fini par me reculer doucement, essayant de fuir ce contact que j'avais tant aimé. Je haussais vaguement les épaules en l'entendant.

- Je n'en sais rien... je t'ai dit tout ce que je savais.

J'essuyais moi même les quelques larmes qui restaient sur mes yeux, détournant le regard.

- Je sais que tu voudrais reprendre les choses là où elles se sont arrêté pour toi mais...

Je maudis mes larmes qui revenaient à nouveau envahir mes yeux, bloquant les mots dans ma gorge.

- Qu'est ce qui me dit que tu ne vas pas m'abandonner à nouveau quand tu te souviendras? Quand tu te rappelleras pourquoi tu es parti... tu recommenceras. Je ne pourrais pas le supporter Eden... pas une seconde fois.

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 631
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Eden Stokes
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en lettres et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis apparemment célibataire et le coeur brisé et je le vis plutôt plus que très mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 KGfT
 

connor Franta :copyright:️ bazzart
j’avais toujours cette impression d’évoluer dans une dimension parallèle. Il y avait ma vie, telle que je la connais, et la réalité d’aujourd’hui, qui a deux ans d’avance sur moi. Il a fallu que je me réadapte sur certaines choses, ce qui ne m’a jamais dérangé. Mais j’avais été plus que blessé et en colère contre moi-même de voir que j’avais gâché la seule relation saine que j’avais dans ma vie. C’était peut-être ça ma vie : suivre l’exemple de mon père et devenir aussi con que lui. En tout cas j’en prends la bonne voie.

Je ne vois pas comment j’aurais pu le repousser. Dans mon esprit c’était tout simplement inconcevable. J’étais littéralement fou amoureux de lui. Mais je ne peux pas me fier à ce que me dit mon cerveau il a plus qu’un train de retard. Il a dû se passer des choses que j’ignorais encore, qu’il va falloir que je cherche pour trouver les réponses.

J’imagine l’ampleur de la douleur que j’ai dû lui causer. Même si je ne peux pas imaginer à quel point il a eu mal, je sais que si ça avait été le contraire, je n’aurais jamais voulu le revoir tellement ça me briserait le coeur de le revoir. Alors je comprends que je vais devoir m’effacer, pour le laisser panser ses blessures, lui donner une chance de m’oublier. Mais c’était dur de le faire, même si je sais que ce serait la bonne décision. Ne plus le voir, ça me crevait le coeur. Je n’imaginais pas ma vie sans lui. Pourtant je l’avais bel et bien fait. Je ne parvenais pas à me l’expliquer. Et j’avais été plus qu’incorrect avec lui en lui refaisant vivre toute cette situation horrible.

Je le voyais pleurer, et ça me brisait le coeur. J’avais l’impression de me planter moi-même un poignard dans le coeur. Je ne voulais plus qu’il souffre, pas à cause de moi. Parce qu’avec tout ce qu’il dit c’est que je ne mérite pas qu’il soit malheureux pour moi. Même si, malheureusement, on ne choisi jamais d’être malheureux. Il avait tout à fait le droit de me détester, c’était totalement légitime. Je ne pouvais pas lui en vouloir s’il décidait de se venger, même si c’était horriblement douloureux.

J’avais fait ce geste simple d’essuyer ces larmes, avant ça aurait été un geste tout à fait naturel entre nous mais maintenant c’était un geste déplacé, pourtant je n’ai pas pu m’en empêcher. Je voulais retrouver cette complicité entre nous.

Il se recule et je baisse mon bras le long de mon corps, gauchement. Je baisse la tête, me préparant à recevoir un rejet de sa part. Je passe ma main sur sa nuque, m’asseyant de nouveau dans ce canapé. J’avais l’intention de ne pas m’imposer plus que nécessaire. Je n’aurais jamais dû venir ici me réfugier, j’étais vraiment égoïste de lui imposer ma présence.

Je l’écoute en tortillant mes mains. Je secoue la tête, je sais bien que l’on ne peut pas revenir en arrière et effacer tout cela. Je lui lance un regard désespéré, mon coeur battant la chamade, je détestais vraiment de le voir autant souffrir. Je soupire doucement j’aimerais pouvoir tout effacer dans son esprit pour ne plus le voir aussi tourmenté. Je baisse mon regard, le pire c’est qu’il pourrait avoir un raison, je pourrais le faire souffrir de nouveau, mais pas en l’abandonnant. Mais je ne pouvais plus reculer, j’avais besoin de cette quête de vérité.

« Je sais.. ce n’est pas ce que je demande, je sais que l’on ne peut pas oublier, que le passé ne s’efface pas… je veux juste savoir… Savoir ce que je t’ai fait… C’est important pour moi… »

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2842
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Gabriel Fawley
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en photographie et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire, le coeur en miettes, jamais remis de ça, de l'avoir perdu lui et je le vis plutôt mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Maxresdefault
 

Troye Sivan :copyright:️ ilyria

Voilà, c'était sorti. Je lui avais quasiment tout dit. Enfin je lui avais raconté pour notre rupture et c'était déjà beaucoup. C'était quelque chose de particulièrement difficile pour moi. Je n'aimais pas me souvenir de ces moments là. J'avais cru pouvoir être heureux. J'avais atteint le plus beau moment de ma vie, aux côtés de celui que j'aimais. J'avais plein de projets pour lui et moi. Je m'imaginais une belle vie pour nous deux. Et tout s'était effondré en quelques instants. Il m'avait tout retiré. L'amour qu'il avait pour moi, nos projets... il m'avait privé de tout ce qui me rendait heureux et il m'avait laissé seul avec mon coeur en miettes.

Mais ce n'était pas encore le pire que j'avais à lui avouer. A la différence que le reste.. je ne savais pas vraiment si c'était à moi de le lui dire. Si les médecins ne lui avaient rien dit à son réveil, ce n'était pas à moi de le faire. Ils avaient peut être voulu le ménager. Je n'osais pas imaginer le choc que ça pourrait être pour lui d'apprendre qu'il avait tenté de se suicider. Je ne lui avais rien dit. Ce n'était pas à moi de le faire. Et puis... ça serait lui faire beaucoup de trop mal. Je ne pourrais lui dire que ce que je savais, que je l'avais retrouvé inanimé sans savoir pourquoi il avait fait ça. Je ne ferais que lui apporter de la souffrance sans aucune réponse. Et ça je refusais de le faire.

« Je sais.. ce n’est pas ce que je demande, je sais que l’on ne peut pas oublier, que le passé ne s’efface pas… je veux juste savoir… Savoir ce que je t’ai fait… C’est important pour moi… »

Je hochais doucement la tête. Je pouvais le comprendre, ou du moins essayer. Je ne savais pas ce que ça pouvait faire d'avoir une telle perte de mémoire. Mais à sa place moi aussi je tentais de comprendre à tout prix ce qui s'était passé.

- Je t'ai tout dit. Du moment ce que je sais de ce qui s'est passé. Pour le reste... il faut que tu vois avec ton père ou que tu retrouves la mémoire. Je ne peux pas faire grand chose de plus pour t'aider.

Je terminais ma tasse de café avant de me lever. Je rangeais un petit peu la cuisine tout en parlant.

- Je dois sortir faire quelques courses. Tu peux rester ici tant que tu veux. Ca ne me dérange pas.

Malgré tout... malgré tout ce qui s'était passé entre nous, malgré toute la souffrance que je ressentais en le voyant... je préférais quand même le savoir là, chez moi en sécurité, plutôt qu'avec son père.


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 631
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Eden Stokes
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en lettres et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis apparemment célibataire et le coeur brisé et je le vis plutôt plus que très mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 KGfT
 

connor Franta :copyright:️ bazzart
Comment ne pas s’en vouloir avec tout ce qu’il m’a dit. J’avais été ingrat avec lui, je l’avais quitté sans aucune explication. Je ne sais pas comment il arrive encore à supporter ma présence chez lui après tout ça. Surtout que je ne me souvenais de rien, alors je réagis comme si on n’avait pas vécu tout cela. Ça avait être très difficile pour lui. Il avait vu son bonheur anéanti par ma faute et moi je revenais la bouche en coeur vers lui comme si de rien n’était. Je soupire doucement, je sentais l’aigreur de la culpabilité venir me ronger mes entrailles. Je sais que je ne pourrais pas le regarder en face sans repenser à toute la douleur qu’il devait ressentir.

Je comprenais maintenant sa distance. Son éloignement et sa surprise quand on s’est revu. Je comprends mieux pourquoi je ne l’ai pas vu quand j’étais à l’hôpital. Ils y a plein de choses qui se mettent en place maintenant que je sais une partie de la vérité. Je sais que ce n’est pas parce qu’il m’avait lâchement abandonné, comme l’avait dit mon père, et ce dont je n’ai jamais cru. Il n’était pas du genre lâche, contrairement à moi. Surtout qu’il avait eu la délicatesse de ne rien vouloir me dire. Si je n’avais pas insisté, je suis sûr qu’il m’aurait encore une fois protégé de cet aveu. Pas grand monde ne l’aurait fait. J’ai rapidement compris que si mon père ne m’a rien dit c’est parce que ça devait bien l’arranger. Il avait tenté ces dernières semaines de cacher son naturel, me faisant croire qu’il avait changé. Mais il avait vite retrouvé son naturel.

J’avais besoin d’aller au bout de cette recherche, de retrouver ma vie, cette vérité qui m‘appartient. Et puis, au moins, je pourrais réparer certaines erreurs, lui donner une explication sur pourquoi je l’ai autant blessé, persuadé qu’il y a une raison valable à mes yeux.

Je hoche la tête à ses mots. Je sais qu’il m’a dit tout ce qui le concernait et je ne voulais pas abuser non plus. Il m’avait déjà beaucoup aider. Je secoue la tête. « Tu as déjà fait beaucoup trop. »

Je commence à me lever. Je ne veux pas abuser non plus. « Je ne veux pas non plus m’imposer, ce ne serait pas très juste. » je glisse ma main dans ma nuque. Je n’avais pas vraiment envie de partir, mais je pouvais comprendre qu’il ne veuille plus de moi. Après j’espère qu’il ne fait pas ça pour ne pas me faire de mal. Je le laisse partir, avant de commencer à ranger, je ne me vois pas partir en laissant tout dans l’état. J’avais refais son lit, avant de lui préparer du café. J’entends la porte d’entrée se rouvrir. Finalement ilm a été plus vite que ce que je pensais.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2842
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Gabriel Fawley
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en photographie et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis célibataire, le coeur en miettes, jamais remis de ça, de l'avoir perdu lui et je le vis plutôt mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Maxresdefault
 

Troye Sivan :copyright:️ ilyria

« Tu as déjà fait beaucoup trop. Je ne veux pas non plus m’imposer, ce ne serait pas très juste. »

Je haussais vaguement les épaules alors que j'attrapais mon portefeuille et mes clés pour les fourrer dans mes poches.

- Ca ne me dérange pas... et c'est normal.

Je ne pouvais pas le laisser seul alors que son père avait encore une fois été odieux avec lui. Il était hors de question que je ne l'aide pas. Malgré tout ce qui s'était passé, malgré tout le mal qu'il m'avait fait, je n'arrivais pas à m'empêcher de l'aimer. C'était pour ça que j'étais parti chez lui ce jour là, pour le supplier de me reprendre ou au moins me donner une explication. C'était pour ça que j'avais tout fait pour le sauver ce jour là, enfonçant mes doigts dans sa gorge pour qu'il vomisse les cachets, l'implirant de ne pas me laisser. C'était encore parce que je l'aimais que j'étais parti le voir régulièrement sur son lit d'hôpital, juste pour m'assurer qu'il était encore en vie... Alors non, je n'allais pas le laisser aussi facilement.

Je le saluais distraitement de la main avant de sortir. Les courses ce n'était qu'une excuse. J'avais simplement besoin de prendre un peu l'air, de souffler. Cette conversation avait été beaucoup trop éprouvante pour moi. Ca me faisait beaucoup trop de mal de le voir là comme ça. J'avais besoin de faire un petit break.

Je quittais mon appartement et m'allumais une cigarette. Je marchais un peu dans la rue avant d'entrer dans la supérette. Je pris quelques bricoles dont j'avais besoin, un nouveau paquet de cigarettes avant de retourner à l'appartement. Je n'étais pas dans une forme olympique mais j'avais pu souffler un peu et c'était déjà pas mal.

Je rentrais dans l'appartement avec mon sac de courses, de quoi préparer le déjeuner. Je voulais nous préparer des pâtes carbo. On rafolait de ça tous les deux, avant...

- Ca devrait te plaire ce que j'ai acheté pour midi. Enfin je pense et...

Je relevais de mes yeux pour le fixer. Je remarquais rapidement la différence. Il avait rangé l'appartement, refait mon lit... Il s'apprêtait à partir. Il n'avais pas besoin de parler pour que je le comprenne. Je le connaissais beaucoup trop bien.

- Tu t'en vas c'est ça?

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 631
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

HYKoXMP.png
  Eden Stokes
 
J'ai 20 ans et je vis à Wellington, NZ. Dans la vie, je suis étudiant en lettres et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance , je suis apparemment célibataire et le coeur brisé et je le vis plutôt plus que très mal.
 
Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 KGfT
 

connor Franta :copyright:️ bazzart
Je souris doucement, je ne voulais pas m’imposer, pas de cette manière alors qu’il vient de m’avouer que je n’ai pas su le rendre heureux, que j’ai tout gâché de la pire des manières. Il savait pourtant faire preuve d’une certaine abnégation. Il acceptait ma présence ici. Je ne réponds pas mais je hoche simplement la tête.

JE sais qu’il le faisait pour moi, parce qu’il pensait, encore et toujours, à ma sécurité. Il a toujours été ainsi, passant ma sécurité avant tout, mes besoins avant les siens. Je le rabrouais souvent à cause de ça, parce qu’il ne devait pas se priver à cause de moi. Même si c’était plus que touchant de le voir faire. Je craquais à chaque fois. J’avais toujours été proche de lui d’une manière particulière, même bien avant que l’on ne s’avoue nos sentiments, notre attirance pour l’autre. Il avait toujours été celui qui s’oublie au profit des autres. Je me trouvais souvent égoïste face à lui. Mais il me rendait meilleur, je me sentais vivant quand j’étais à ses côtés, j’avais aussi l’impression d’être plus léger en sa présence.

Je le laisse sortir, je me trouve soudain seul chez lui, me rendant compte que je ne connais même pas sa nouvelle vie. Je prends quelques minutes pour visiter un peu, j’étais toujours motivé à partir d’ici, à lui rendre sa liberté, mais je ne passais pas à l’acte, comme si je reculais le moment de partir d’ici, de retrouver mon père, je sais bien que je ne peux pas rester ici indéfiniment, mais je n’ai pas très envie de partir.

J’avais donc commencé à faire du ménage. C’était quand même la moindre des choses. Je n’aimais pas m’inviter chez lui et tout le laisser faire, même s’il râlerait que j’ai fais un brin de ménage. Et puis il retrouverait son appartement impeccable à son retour. Je perdais du temps à observer ces objets, et plus l’envie de partir d’ici s’envoler. Pourquoi quitter le seul endroit où je me sens en sécurité ?

Je sursaute presque en entendant la porte s’ouvrir. Il rentrait déjà ? Ou plutôt je n’avais pas vu le temps passer. Je me retourne pour lui faire face alors qu’il parle de pâte carbo, un de mes pêchés mignons. Je lui souris avant de le perdre quelques secondes plus tard quand je vois son visage se décomposer. Et je ne pouvais même pas le démentir complètement. J’évite son regard avant de lui répondre. « J’y ai pensé au début, oui… Je ne voulais pas t’imposer ma présence avec tout ce que je t’ai fais vivre. Mais je n’en ai pas trop envie… J’ai été lâche une fois, je ne veux plus l’être, plus maintenant… Puis tu parlais de pâtes carbo ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Le temps de l'oubi (Beloved) - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Le temps de l'oubi (Beloved)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Océanie-
Sauter vers: