Le Deal du moment :
[Adhérents FNAC] 30€ offerts tous les ...
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Not guilty [ft. squirowl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
Je me renferme un peu plus à chacun de ses mots. Finalement il avait une piètre opinion de moi. Ça me décevait qu’il pense que je l’utilise pour me soulager la conscience. Encore une fois j’ai été trop naïf dans l’humain pour me faire rouler dans la farine. Il avait raison, finalement il fallait peut-être que l’on stoppe là. Si c’est pour que l’on fasse un pas en avant puis ensuite trois en arrière, ça ne servait à rien. Peut-être qu’au final il ne veut pas être aidé, même si j’ai cru le contraire à un moment donné. Finalement j’en avais assez de faire des efforts dans le vent. S’il veut vraiment rester seul, et bien qu’il se débrouille comme un grand, moi j’avais assez donné pour ressentir de la déception encore une fois. J’ai l’impression que l’on a un discours de sourd. Je croise les bras sur mon torse.

Je subis son regard noir, que je soutiens sans vergogne. Je secoue la tête, je ne vois même pas ce que je peux rétorquer. Il semble tellement borné que je ne sais pas si j’avais la chance qu’il entende ce que j’ai à dire. Je soupire doucement il pensait vraiment qu’il me dégoûtait ? Ce n’est que son interprétation. Moi apparemment je n’ai pas mon mot à dire. Je soupire, son aide était la bienvenue et je ne pense pas en avoir été ingrat, de mon côté, ça demandait aussi beaucoup de changement pour moi. Et il avait bien assez de choses à penser pour s’occuper de mes problèmes. Je fronce les sourcils, je sentais qu’il allait me dire quelque chose d’important avant qu’il ne se rétracte. Je secoue la tête, s’il savait que c’était tout le contraire, que je me sentais irrémédiablement attiré par lui.

Chacun de ses mots étaient comme un uppercut en plein ventre. Ça me le tordait douloureusement, et je me sentais incapable d’aligner deux mots cohérents. Ce qui est drôle c’est que rien n’a commencé entre nous et j’ai déjà l’impression que l’on est un couple qui se déchire. Et pourtant cette idée aussi douloureuse soit-elle, l’idée du couple avec lui est loin de me déplaire.

Je le laisse passer devant sans aucun mot, sachant pertinemment que ça ne va pas arranger les choses, loin de là. Mais si j’ouvre la bouche, je sais que je vais dire des choses déplaisantes. Et je ne veux pas le blesser davantage, il a déjà bien assez souffert comme ça. Je salue le gardien qui s’occupe de l’aile de Pablo avant de le laisser amener Ash à la cellule. Moi, je m’en vais prendre mon poste

La journée se déroule de manière monotone, tout comme les prochaines journées. J’évite soigneusement Ash, je n’ai pas la force de le voir ni de lui parler, pas après la dernière conversation qui sonnait le glas d’une relation même pas entamée. Mais, trois jours après notre dernière conversation, je suis de distribution de courrier. Je remarque une lettre destinée à Ash. Il recevait rarement du courrier sauf des lettres de refus. Ou des menaces. J’aurais pu ouvrir son courrier pour vérifier, mais je n’en ai même pas envie.

Je laisse simplement un mot sur l’enveloppe, en lui souhaitant que ça soit positif. Et même s’il ne me croyait pas, je ne lui dirais jamais le contraire.

Je dépose l’enveloppe dans sa cellule alors qu’il est en cuisine avec Pablo. Je suivais de loin ce qui se passait pour lui, heureusement on discutait assez avec Pablo. J’étais de surveillance à la cour cette après-midi. Je sais que je verrais de loin Ashley, mais que l’on ferait comme les deux derniers jours, on se fuiraient comme la peste.

Àlors que je suis posé dans la cour, il n'y a rien de particulier, je vois sa silhouette s'approcher de moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

Et il était parti sans rien dire... J'aurais du m'en douter. J'avais visé juste. Il n'avait même pas cherché à me démentir parce que c'était la vérité. J'étais vraiment complètement con. J'avais cru qu'il me dirait que je me trompais, que je ne le dégoutais pas. Il aurait même été jusqu'à m'avouer que je lui plaisais moi aussi mais qu'il préférait éviter qu'il y ait quelque chose entre nous tant que j'étais prisonnier ici.

Ouais... mon cerveau était parti loin dans les délires. On aurait dit une gamine rêvant dans un film à l'eau de rose. Ouais dans une de ces comédies pseudo romantique c'était ce qui se passerait. Puis je lui promettrais dans un bel élan de me battre pour sortir de prison et qu'on puisse vivre notre amour au grand jour. Belles conneries... ça ne s passait comme ça que dans les films. Dans la vraie vie, les types de son genre ne sortaient pas avec les mecs comme moi. Ils ne les remarquaient même pas ou alors pour rien de plus que ce qu'on avait fait, pour aider un pauvre type dans le besoin parce qu'il faisait partie de ces gens biens.

J'allais dans ma nouvelle cellule, retrouvant Pablo avec plaisir. Au moins le temps passer ici allait être un peu plus agréable.

On passait désormais l'essentiel de notre temps ensemble avec Pablo. Il évitait la compagnie des membres de son ancien gang qui le regardaient tous de travers. Moi j'évitais les blacks et à peu près tout ceux qui étaient assez en manque pour envisager de me violer dans un coin. Mais au moins à deux on risquait moins de se faire attaquer, on était des proies moins faciles. On bossait ensemble en cuisine. On se retrouvait ensemble pour bosser sur nos demandes de remise en liberté.

Trois jours étaient passés, trois jours sans nouvelles, avant que je ne vois l'enveloppe sur mon lit avec un petit mot dessus. Je levais les yeux au ciel avant de m'asseoir sur mon lit pour l'ouvrir et la regarder. Je m'attendais de toute façon à une lettre de refus de plus, une autre association qui ne voudrait pas se mouiller. J'étais tellement certain de lire ça qu'il me fallut plusieurs minutes pour comprendre ce que j'étais entrain de lire. L'association LGBT que j'avais contacté m'avait répondu, pour me dire qu'ils me défendaient. Ils voulaient une copie plus complète de mon dossier et aussi me rencontrer pour discuter avec moi. Ils se mettaient déjà à la recherche d'un avocat pour me défendre. Avec mon autorisation ils voulaient même lancer une campagne en ligne avec une cagnotte pour sensibiliser les gens et assurer ma défense. C'était... beaucoup trop beau pour être vrai tout ça. Je n'arrivais pas à y croire. J'allais peut être avoir enfin de l'aide.

Je me levais, rangeant ma lettre dans ma poche. J'allais devoir ravaler mon orgueil pour lui demander de l'aide mais il n'y avait qu'à lui que je pouvais demander ça. Je ne tardais pas à le trouver, à croire qu'il était caché quelque part à me guetter.

- Salut...

Je le regardais un peu gêné. Je n'avais aucune envie de me rabaisser et de lui demander de l'aide comme ça.

- Je sais que j'ai dit que je ne voulais pas de ta pitié et de ton aide mais...

Je poussais un soupir.

- Il semblerait que l'orgueil est un luxe que je ne peux pas m'offrir. En tout cas pas si je veux pouvoir sortir un jour d'ici.

Je lui tendis l'enveloppe avant d'enchainer.

- Ils prétendent vouloir m'aider. Je suis peut être un peu trop méfiant mais... j'aimerais que tu ailles vérifier si ils sont vraiment sérieux, que ça ne soit pas un feinte pour avoir mon dossier d'appel et mieux m'enfoncer ensuite. Mais... si ils étaient vraiment sérieux... est ce que tu pourrais leur donner une copie de ce que j'ai fait.

Je sortis mon dossier de mon pantalon où je l'avais caché.

- C'est le seul exemplaire que j'ai et... je te le confie... ça te dérangerait de t'occuper de ça pour moi?

Je le suppliais presque du regard. Putain ce que je pouvais détester ma vie en cet instant.

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
S’il ne voulait plus de moi, alors je vais le laisser. Je vais apprendre à ne pas m’en faire pour lui. Il veut s’en sortir seul, alors je vais le laisser faire. Il a raison, non seulement je suis un lâche, mais je suis incapable de mettre des mots sur ce qui est en train de se passer en moi. Et je commence à peine à réaliser ce que je suis en train de vivre que je devrais déjà poser des mots dessus. Il me mettait la pression sans le vouloir alors oui je fuis parce qu’en ce moment je ne peux faire que ça. Lui s’assume et n’a jamais eu de problèmes pour le faire, moi, j’ai toujours caché qui j’étais vraiment, pour me conformer à ce que voulais mes parents pour moi. j’étais configuré comme ça, alors c’était difficile de sortir totalement du cadre. Si jamais j’ose m’assumer publiquement, cela voudra dire tourner le dos à ma famille. Et mes parents ont beau être ce qu’ils sont, ils restent ma famille, et ce n’est pas facile de leur tourner le dos. De toute manière c’était clair que je ne peux pas le faire maintenant. Et surtout pas le mettre en danger. Il n’avait pas l’air de connaître mes parents et leur influence, et je ne pouvais qu’envier sa chance de ce côté-là. J’aurais simplement voulu avoir des parents normaux, qui ne pensent pas que tut s’achète ou se détruit avec de l’argent. Leur fortune ne m’intéresse pas.

Je ne savais même pas s’il était bien installé et si tout se passait bien dans la cellule de Pablo. J’étais rarement détaché à cette aile de la prison. On avait chacun un peu nos endroits habituels où l’on tournait ensemble. Ça me manquait quand même nos discussions. Mais je respectais son choix. Je me retenais d’aller le voir. De tenter de me réconcilier avec lui. Je ne voulais pas le faire souffrir encore une fois. Parce qu’il m’avait bien fait comprendre que c’est ce que j’avais fait.

Quand j’avais vu cette lettre sur la pile du courrier, j’espère sincèrement que c’est positif. On ne se croise peut-être plus, et je fuis sa présence que je ne veux pas qu’il continue d’avancer pour prouver son innocence. Au contraire, même si je tentais de faire celui que ça n’atteint plus, mais je désire ardemment qu’il s’en sorte, parce qu’il le méritait plus que quiconque d’avoir une nouvelle chance de commencer une nouvelle vie. D’ouvrir son salon de tatouage. Je sais bien que je n’ai aucune importance dans sa vie, mais je ne peux pas ne pas me soucier de ça. Le contenu de cette lettre me trotte dans la tête depuis que je l’ai déposé dans sa cellule. J’ai bien conscience qu’il ne viendra pas me voir pour me dire ce que contenait cette lettre, malgré mon mot. J’observe les passages dans la cour avant de le voir s’approcher de moi. Je fronce les sourcils, si c’est encore pour l’envoyer dans la tronche que je suis un lâche, je l’ai bien compris. Je ne Bouge pas alors qu’il est en face de moi. Je hausse un sourcil alors qu’il me salue. Je ne comprends pas trop ce qu’il me veut. Je croise les bras sur mon poitrail pour tenter de dissimuler ma gêne.

Je me détends quand même un peu de le voir aussi gêné. On était devenu vraiment deux étrangers incapable de se parler. Et il enfonce le clou dans mon coeur. Je baisse la tête et les épaules s’affalent.

Je le vois me tendre l’enveloppe. Je soupire doucement, hésitant quelques secondes avant de prendre le courrier. Peut-être que je le regretterais peut-être pas. « Je vais voir ce que je peux faire. » Je le regarde à peine avant de ranger les papiers dans ma chemise. Je soupire, j’étais un idiot complet quand même. C’était à moi de faire le premier pas. « Et sinon.. Comment ça se passe avec Pablo ? » Je regarde mes pieds en lui posant la question. J’avais peur de me faire rembarré.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

J'abusais avec ma demande, je le savais pertinemment. Quelques jours plus tôt j'avais refusé son aide, l'envoyer même chier de manière... pas vraiment sympa. J'avais réagi sur la défensive, me renfermant après le magnifique rateau qu'il m'avait mis. Pour être honnête, je n'avais plus du tout envie de le voir. Son refus, non son rejet avait été beaucoup trop douloureux pour que je l'encaisse. En l'espace de quelques mois j'avais été rejeté par toutes les personnes qui avaient eu de l'importance dans ma vie. J'avais fini par me retrouver plus seul que jamais. Alors ce énième rejet ça avait été la goutte de trop.

Mais aujourd'hui, je me rendais compte que je ne pouvais pas faire le fier. J'étais obligé de m'aplatir et de demander son aide. Si lui n'allait pas voir l'association, qu'il ne se renseignait pas sur leur sincérité, s'il ne leur donnait pas mon dossier, personne d'autre ne pourrait ne le faire pour moi. Je n'avais personne vivant à l'extérieur de cet endroit qui soit prêt à m'aider. Et le seul qui avait accepté de le faire... je ne comprenais toujours pas ses motivations. Je savais juste qu'à un moment donné il avait eu l'envie de le faire. Peut être voudrait il encore malgré tout...

Je m'attendais surtout à un refus de sa part en fin de compte. Il allait m'envoyer bouler, comme il devait en mourir d'envie depuis notre dernière discussion. Il allait me laisser là, seul, à me démerder comme je le lui avais demandé. Mais je laisserais certainement tomber cette fois. Je commençais à être fatigué de me battre. A chaque fois que j'entrevoyais une solution, une montagne de problèmes m'arrivaient par dessus. Cette fois, ça serait la fois de trop. Il me restait moins d'un mois pour remettre mon dossier d'appel. Passé cette date, ils fixeraient celle de mon exécution. Je l'accepterais. Je n'avais pas vraiment le choix de tout façon. La vie c'était comme ça, c'était de la merde et à la fin on crevait.

« Je vais voir ce que je peux faire. »

Je le laissais prendre le dossier, beaucoup trop surpris pour savoir comment réagir. Ce n'était pas un oui. Je ne pouvais pas être certain qu'il ne balancerait pas mon dossier à la poubelle une fois sorti d'ici, mais ce n'était pas un non pour autant.

Je continuais de le fixer surpris alors qu'il me parlait de ma cohabitation avec Pablo.

- Ca va... on se soutient mutuellement. Son ancien gang n'aime pas vraiment l'idée qu'il soit parti. Alors... on veille l'un sur l'autre.

Je soupirais, jouant avec un cailloux du bout de ma chaussure. J'hésitais un instant avant de plonger dans le sujet qui faisait mal.

- Ecoute... merci vraiment de m'aider. Je sais que je suis gonflé de revenir te demander de l'aide après t'avoir envoyer chier. Mais je savais pas vraiment vers qui me tourner. J'ai que toi en fait...

Je secouais la tête, me retenant de craquer. Ce n'était vraiment pas le moment de le faire et encore moins devant lui.

- J'aurais pas du le prendre comme ça je sais. Tu me plais et... j'aurais pas du être blessé que ça soit pas réciproque, que tu te recules comme ça mais... j'ai cru que parce que tu étais sympa avec moi ça voulait dire que peut être toi aussi...

Je craquais pas mais j'étais vraiment misérable. Parce que lui avouait comme ça à quel point le rateau qu'il m'avait foutu m'avait fait mal, à quel point j'étais pathétique d'avoir pu croire qu'il y avait un truc possible entre nous, c'était parfaitement ridicule.

- Enfin j'ai été con. T'es un gars sympa qui veut aider, c'est tout. Et c'est normal que tu... enfin que tu sois pas... que je te... plaise pas en retour. C'est cool et... je suis désolé de t'en avoir voulu pour ça ou d'avoir été vache.

Et putain ce que ça pouvait me broyer le coeur que d'avouer ça...


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
je ne sais pas vraiment ce qu’il me voulait. Il m’avait bien fait comprendre qu’il ne voulait pas de mon aide. Et maintenant il est pratiquement en train de me supplier que je lui vienne en aide. C’est à ne plus rien y comprendre. Je sais que j’ai merdé sur un point, mais il m’avait trop rapidement mis devant les fait. Je ne lui en voulais pas de s’éloigner, mais j une comprenais pas pour autant qu’il revienne après avoir dit grosso modo qu’il ne voulait pas avoir quelque chose à faire avec moi. J’avais simplement tout gâché, et si je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même, je ne comprenais pas vraiment ce revirement de situation.

Mais je fini par comprendre que ça a à voir avec le courrier qu’il a reçu ce matin. Alors oui j’aurais pu refuser catégoriquement de l’aider, j’aurais pu le laisser se démerder avec cette association. Mais ce n’était pas mon genre. J’aurais pu aussi lui dire que désormais je me contentais de faire mon boulot. Mais bon, je lui avais promis de ‘aider à s’en sortir, j’allais donc la tenir cette promesse. Au moins il ne pourrait pas me le reprocher. Mais bon, qu’il ne pense pas que je prendrais de nouveau le temps de l’aider à lui changer les idées. J’en retiens la morale maintenant.

Je prends son courrier, je m’en occuperais quand j’aurais le temps, finit de courir pour faire les choses tout de suite. Je ne pouvais de toute manière pas bouger. La surveillance de la cour n’allait pas se faire toute seule. Mais bon il aura sa réponse demain. Après si l’asso lui a répondu, il n’y a pas de raison qu’il des problèmes avec elle. De toute manière c’est lui qui l’a contacté, alors oui je peux comprendre qu’il soit méfiant, mais s’il est aussi réticent, les gens retireront leurs mains tendues à un moment donné. Mais bon maintenant je ne devais plus m’en inquiéter non ?

Je soupire, je ne sais même pas pourquoi je lui pose la question sur sa cohabitation avec Pablo, mais j’étais comme ça, je me préoccupais de sa sécurité, quoiqu’il en dise et quoiqu’il en pense. Ça me rassurait de savoir qu’au moins il était un minimum en sécurité avec lui. Le fait qu’il ne reste pas seul est déjà un point plus que positif.

« D’accord. » Je ne m’attendais pas à ce qu’il continue de parler, je m’attendais plutôt à ce qu’il fasse demi-tour.

« Ouais je sers que quand on en a besoin. Je devrais avoir l’habitude à force. C’est pas la première fois que l’on me jette comme une merde quand on a plus besoin de mes services. »

Je soupire, le pire c’est l’amertume que je ressens de le voir s’éloigner. Mais ça servait à quoi maintenant ? De lui dire ce que je ressens ? Ça ne changerait absolument rien à l’issue. Et puis au final, je lui ferais encore plus de mal.

Mais ça me faisais vraiment quelque chose de l’entendre dire ça. Il ne me laissais pas indifférent alors je devais peut-être le lui dire. Je me retenais toujours, je fréquentais que des mecs qui refusaient de s’engager, pour qui je ne ressentais jamais rien.

« Tu sais.. tu ne me laisses pas indifférent… Mais.. je ne mêle suis jamais autorisé à ressentir ça. Pour personne. Parce que je sais la fin. Je ne pourrais pas te rendre heureux Ash. » Je soupire. C’était déjà un grand pas pour moi. Pour le moment il n’obtiendrait rien de plus. Je ne peux pas faire plus. Je ne peux pas lui offrir June relation stable, ou tout ce qu’il recherche, je ne suis pas la bonne personne pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

« Ouais je sers que quand on en a besoin. Je devrais avoir l’habitude à force. C’est pas la première fois que l’on me jette comme une merde quand on a plus besoin de mes services. »

Bien... celle là je l'avais entièrement mérité à l'évidence. Ca me faisait mal de voir qu'il pensait ça de moi. Je ne l'avais pas jeté parce que je n'avais plus eu besoin de ses services. Je ne l'avais même pas vraiment jeté en fait. J'avais simplement eu besoin de prendre un peu de distance pour me protéger face à son rejet. Ce n'était pas vraiment la même chose, pas à mes yeux en tout cas. J'aurais voulu pouvoir le garder dans ma vie, avoir même plus que l'amitié que j'avais eu l'impression de votre naitre entre nous.

« Tu sais.. tu ne me laisses pas indifférent… Mais.. je ne me suis jamais autorisé à ressentir ça. Pour personne. Parce que je sais la fin. Je ne pourrais pas te rendre heureux Ash. »

Là pour le coup je laissais échapper un petit rire. J'avais du mal à encaisser tout ça sur le coup. J'avais cru qu'il m'avait jeté parce qu'il ne ressentait rien pour moi, pas pour cette raison, pas parce qu'il n'assumait pas en fait. Parce que j'étais certain que c'était ça, le fait qu'il ne se soit jamais autorisé à tomber amoureux d'un mec. Il ne voulait pas assumer, affronter son père, ou plutôt s'autoriser à être heureux. Aller contre ce qu'on était comme ça, ça n'allait qu'un temps. J'étais bien placé pour le savoir. Il pouvait lutter tant qu'il le voulait, il n'arriverait pas à être heureux tant qu'il ne serait pas lui même.

- Je crois que tu te trompes. Là tout de suite celui qui ne peut pas rendre heureux l'autre c'est moi. Parce que je suis enfermé ici, que je n'ai pour ainsi dire pas d'avenir, que tu es mon gardien et moi ton prisonnier. Je pense que ce qui bloque surtout c'est ça. Parce que crois moi si les choses avaient été différentes, qu'on avait été dehors et que j'aurais su que je te plaisais... J'aurais tout fait pour construire quelque chose de sérieux entre nous, pour te montrer que tu as le droit de t'autoriser à ressentir ses choses là.

Parce que c'était normal, quoi qu'en dise les gens. On ne devait pas ressentir de la honte parce qu'on était amoureux de quelqu'un.

Je m'approchais doucement de lui, vérifiant qu'il n'y avait personne autour de nous qui puisse nous voir. Je pris sa main et l'entrainais avec moi dans un coin où personne ne pourrait nous voir. Je lui souris, caressant sa joue avec toute la douceur qui me restait, que la prison n'avait pas encore détruite.

- Je suis désolé de m'être trompé et... Je suis désolé de ne pas être capable de te rendre heureux.

Je laissais retomber ma main, me retenant d'aller plus loin, de céder à mon envie et de l'embrasser. A la place je plongeais ma main dans sa veste pour aller récupérer les papiers que je lui avais donné. Je les serrais contre moi tout en me reculant.

- Et je vais garder ça. Je ne veux pas non plus que tu crois que je viens que parce que j'ai besoin de ton aide et que je vais te jeter ensuite. Je vais me débrouiller ne t'en fais pas.




Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
Je suis juste méchant. J’aurais pu simplement me garder mon avis pour moi. Mais non, il a fallu que je lui lance une remarque acerbe. Remarque que je regrette instantanément. Mais c’est dit, donc je ne peux pas revenir en arrière.

Mais c’était parce que je ne comprenais pas tout ce qui vient de se passer entre nous ces derniers jours que je réagissais ainsi. Parce que ça faisait un putain mal de chien. Je m’étais clairement fourvoyé en pensant que je ne ressentais strictement rien pour lui. Si ça avait été le cas, jamais je ne sentirais mes entrailles se serrer ainsi douloureusement. Je ne serais pas aussi atteint émotionnellement parlant.

Je tente de lui dévoiler un peu de ce que je ressens, ce n’est pas facile pour moi de mettre des mots dessus. Ni même de trouver les mots justes. Je ne voulais pas qu’il espère quelque chose. Parce que l’on est dans une situation inextricable. Certes j’avais du mal à assumer mes sentiments, surtout quand ça risquait de le mettre en danger. C’était ce que je refusais. Mais on était aussi dans un endroit qui empêchait totalement une histoire., surtout pas entre un gardien et un prisonnier. Il ne connaissait pas mes parents et donc il ignorait qu’elle influence ma famille pouvait avoir sur la vie d’autrui. Et je refusais qu’ils s’en prennent à lui parce qu’ils seraient persuadé que c’’est lui qui m’auraient perverti l’esprit. Oui si les gens l’ignoraient, mes parents étaient des catholiques traditionnels aux moeurs bien étroites.

Je l’écoute me répondre, je ne suis pas vraiment d’accord avec lui. Le fait que l’on soit effectivement dans une situation possible, avec des rôles antagonistes dans la prison. C’était un sacré problème, mais pas le plus gros pour moi. Au contraire, le voir était un sacré souffle dans mon quotidien. Je sais aussi que je ne mérite absolument pas qu’il ne se batte pour moi, même si je l’aurais rencontré à l’extérieur. Je secoue la tête avant de rétorquer. « à l’extérieur, je ne t’aurais même pas laissé m’approcher. Je sors rarement dans les bars, ou alors avec Jenni, donc même pas sur que tu m’aurais abordé » Je souris doucement, un peu amer quand même. Rien que l’idée de ne pas avoir pu le connaître.

Je le suis dans un coin caché de la prison. Ils étaient rares, mais bel et bien présent. Je serre sa main entre la mienne avant de m’arrêter dans ce coin. Je me raidis quand il passe sa main sur ma joue, mais je le laisse faire. Je penche même la tête contre sa main. Je secoue la tête. « Crois-moi si j’avais voulu, tu me rendrais heureux. Mais tu ne peux pas te reprocher quelque chose quand quelqu’un refuse d’être heureux. Et c’est ce que je fais, j’ai mes raisons de le faire. » je lui souris doucement.

Je soupire avant d’attraper sa main quand il reprend les papiers et débite ses conneries. « Et laisse-moi ça veux-tu. J’ai promis de t’aider et je vais le faire. Alors hors de question que tu reprennes ça. » je laisse trainer mes doigts un peu plus longtemps que prévu sur son poignet avant de le relâcher. « Mais bon, je pense que s’ils t’ont répondu, c’est plutôt positif. Je ne connais pas leur nom, je tenterais de me renseigner avec Sam, lui doit connaître. » Je souris doucement.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

harvey08.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ dea tacita

« à l’extérieur, je ne t’aurais même pas laissé m’approcher. Je sors rarement dans les bars, ou alors avec Jenni, donc même pas sur que tu m’aurais abordé »

IL n'y avait pas à dire, il était doué pour mettre des rateaux. Ca faisait quand même un peu mal sur le moment, de se prendre ce genre de réflexion. Mais je comprenais un peu mieux sa façon de penser désormais. Il ne me mettait pas un vent parce que je ne lui plaisais mais parce qu'il n'avait pas le courage d'accepter qui il était. Si ce n'était que ça... ce n'était pas ce genre de détail qui allait m'arrêter.

« Crois-moi si j’avais voulu, tu me rendrais heureux. Mais tu ne peux pas te reprocher quelque chose quand quelqu’un refuse d’être heureux. Et c’est ce que je fais, j’ai mes raisons de le faire. »

Oh ça... ses raisons je les connaissais parfaitement. Il pensait quoi? Qu'il était le premier homosexuel à subir les pressions de sa famille? Il n'était pas un cas isolé, on était des tas dans le même cas. Il y avait ceux qui décidaient de rentrer gentiment dans le moule de l'hétéronormalité, parce que c'était plus simple. Mais ils vivaient une vie bien fade et malheureuse. Ils finissaient par craquer un jour ou l'autre. Ils regardaient leur vie avec regret, s'en voulant de ne pas avoir vécu plus tôt. Puis il y avait ceux, comme moi, qui décidaient d'affronter leur famille quitte à tout perdre pour pouvoir être eux même. J'avais traversé l'enfer avec mes parents, un petit avant goût de la prison. J'avais fini par m'enfuir, me retrouvant seul et sans argent à dix huit ans. J'avais vécu quelques temps dans la rue avant de réussir à m'en sortir. Alors oui... ses raisons j'avais une petite idée de ce qu'elles étaient.

« Et laisse-moi ça veux-tu. J’ai promis de t’aider et je vais le faire. Alors hors de question que tu reprennes ça. Mais bon, je pense que s’ils t’ont répondu, c’est plutôt positif. Je ne connais pas leur nom, je tenterais de me renseigner avec Sam, lui doit connaître. »

Je soupirais en le laissant me prendre mon dossier des bras. Je n'allais pas insister si il tenait à le prendre, ça m'arrangeait assez. Je souris légèrement en sentant sa main s'attarder un peu sur mo poignet. Je le savais, les choses n'étaient pas encore complètement terminées entre nous. Je n'allais pas laisser tomber si facilement.

- Très bien... j'attends de tes nouvelles dans ce cas. Tu sais où me trouver.

Je ris légèrement de ma blague nulle. Ouais, je n'allais pas vraiment m'échapper d'ici. Je me rapprochais un peu de lui, le fixant intensément.

- Mais si tu crois que je vais laisser tomber, c'est que tu ne me connais pas encore. Je ne laisse pas tomber facilement. Surtout pas quand quelqu'un me plait et que la réciproque est vraie. Tu m'aides alors je vais t'aider moi aussi. Je vais t'aider à accepter le fait que tu as le droit d'être heureux, épanoui, quoi qu'en disent tes parents. Je ne te lacherais pas Louis.

Je passais devant lui, effleurant doucement sa taille de ma main, discrètement avant de retourner dans la cour pour rejoindre Pablo un sourire aux lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
Je ne voulais pas qu’il se fasse des illusions sur une autre issue sur ce qui serait advenu de nous à l’extérieur. Parce qu’à l’extérieur je ne suis pas certain que l’on se soit croisés. Comme il l’avait dit, on ne venait pas vraiment du même monde. Mais bon, même si on ne peut pas trouver beaucoup de points positifs au monde carcéral, ça a au moins eu le mérite de nous faire nous rencontrer. Et ça c’était quand même une bonne chose. Pour moi comme pour lui. Il n’avait rien à voir dans le fait que je le rejetais. Je ne voulais pas qu’il en prenne la responsabilité. Lui il était resté lui-même, et il ne se mentait pas à lui-même, au moins il n’avait pas à rougir de qui il était.

Je ne voulais pas qu’il se fasse trop d’histoire. Qu’il espère un jour pouvoir me faire craquer. Bon je me mentirais encore plus à moi-même quand je dis que je ne ressens rien pour lui, mais je ne voulais pas le mettre en danger. Parce qu’il a beau se douter d’une partie des raisons que je cache mon homosexualité, il en ignore encore une grande partie. il ignore que si jamais mes parents découvrent qu’il me pervertit, selon leur avis, ils feraient de sa vie un enfer. Et ils seraient bel et bien capable de l’enfermer à vie. Mais comment je pouvais lui dire ça. Ça aurait été tellement plus simple s’il savait qui étaient mes parents. Mais bon, il doit bienêtre le seul à ignorer mes parents. Bon au moins s’il finit par me fuir, je saurais que ce n’est pas la raison. Parfois j’aimerais plaquer tout ce qui fait ma vie, partir dans un autre état, changer radicalement de vie. Même si tout le monde pensait que j’avais de l’argent, et si actuellement c’était vrai, si je pars comme ça, je sais que ça serait tout le contraire si je décide de les envoyer bouler.

Il est hors de question qu’il reprenne ses papiers. J’avais promis de l’aider et je le ferais. Ce n’est pas parce que l’on avait quelques tensions que cela m’empêcherait de l’aider, de faire tout mon possible pour qu’il s’en sorte.

Je n’ai pas l’intention de le laisser se démerder, sinon je sais que les choses traineront pendant longtemps encore. Et Sam était prêt à l’aider, alors je tentais de donner à mon ami toutes les information que je peux. Mais les choses avançaient plutôt bien pour lui. Cette association c’était un grand pas en avant quand même.

Je souris en hochant la tête. Il, n’allait pas être bien difficile à trouver. Quoique en prison il y a certaines cachettes pas évidentes à trouver, s’il le voulait. J’ai mon coeur qui s’accélère alors qu’il se rapproche de moi.

Je l’écoute avec sérieux, souriant doucement. Il était vraiment buté, je l’avais compris il y a quelques temps déjà. Et je sais que ce n’est pas la prison qui lui a forgé ce trait de caractère. C’est gentil à lui, mais là il va au contraire de ce que je veux. Mais si je lui dire on repart dans la même spirale. "Tu es bien motivé..."

Je frissonne en sentant sa main contre ma hanche. Je le regarde partir avant de reprendre ma ronde. J’avais profité de ma pause pour regarder les papiers je n’y vois rien d’anormal. Mais, Sam pourrait y déceler si jamais quelque chose ne va pas. Mais il va devoir attendre au moins deux jours avant que je puisse lui donner les résultats.

Mes repos, je les ai passé à chercher des information avec Sam. Ashley pouvait faire confiance à cette asso. on avait transmis le dossier et j'avais un peu discuter avec eux. Maintenant je devais l'annoncer à Ash, et je m'en réjouissais.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

harvey08.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ dea tacita

Je l'avais laissé là, méditant ce que je venais de lui dire. Si il pensait que j'allais laisser tomber il se trompait lourdement. Je n'étais pas du genre à baisser les bras facilement. C'était d'ailleurs pour ça que je me battais encore pour ma liberté, même si je savais que je n'avais que peu de chances d'y arriver. C'était certainement la même chose pour lui. Je n'avais pas beaucoup de chances de le convaincre de tenter quelque chose avec moi. Mais je n'abandonnerais pas. Si je devais sortir un jour de cette prison, j'irais le retrouver.

Mais pour le moment je retournais à mes occupations. Je rejoignis Pablo pour qu'on passe le reste de notre pause promenade ensemble. On veillait mutuellement sur l'autre comme ça. On discutait aussi de nos affaires respectives. Je lui avais dit que j'avais peut être trouvé une association pour m'aider, sans rentrer dans les détails de ce qu'était l'association en question. Il ne savait pas encore que j'étais gay et je ne tenais pas vraiment à ce qu'il l'apprenne. On s'entendait bien comme ça, je ne voulais pas voir notre relation changer.

Donc en attendant il ne savait rien, juste qu'une association m'avait répondu favorablement et il était surexcité par cette nouvelle. Lui il se démenait toujours pour sa demande de liberté conditionnelle. Il se tenait bien. Il n'avait jamais été lié au moindre problème. Il comptait jouer sur ça et sur sa faible participation dans le gang pour réussir à sortir quelques mois plus tôt. Et j'espérais sincèrement pour lui que ça soit le cas.

Les jours passèrent sans que je le vois, sans que je n'ai de nouvelles. Je me disais que c'était normal. Il ne travaillait pas tous les jours. Puis, les jours où il travaillait il n'aurait pas le temps de voir l'association. Je lui avais remis toutes les pièces que j'avais constitué pour ma demande d'appel. Je n'avais plus rien sur quoi travailler pour le moment. Je pouvais simplement attendre de le revoir et qu'il me donne des nouvelles.

Il fallut plusieurs jours pour que je l'aperçoive dans un coin de la cour de promenade. C'était encore l'endroit le plus accessible et le plus discret pour qu'on parle ensemble. Je ne me précipitais pas directement sur lui, prenant un itinéraire détourné avant de finalement l'intercepter.

- Salut...

Je lui fis un petit sourire, un peu plus charmeur que d'habitude.

- Désolé de te tomber dessus comme ça mais... tu as des nouvelles? Tu as pu voir l'association? Ils sont dignes de confiance d'après toi?


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Not guilty [ft. squirowl] - Page 10 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Not guilty [ft. squirowl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: