Partagez
 
 
 

 Not guilty [ft. squirowl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 630
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
Je lui souris, je voulais qu’il croit en lui. Je ne voulais pas qu’il baisse les bras. Ça serait 90% de notre travail. S’il n’y croyait plus, alors je ne pourrais pas l’aider. Je sais que ce n’est pas facile quand tout le monde t’a déjà accusé. mais, il y a des exceptions, et j’étais déterminé à les trouver. Et puis je comptais bien demander à mon ami policier, peut-être il pourrait nous être de précieux conseil.

Je fronce les sourcils, il ne semblait plus savoir où se mettre. S’il me cachait des choses, on ne s’en sortirait pas, malheureusement, et oui il passerait un long moment entre ses murs. Il allait falloir qu’il me fasse confiance et qu’il me dise toute la vérité. Mais il n’était pas obligé de le faire là. Même si là j’avais l'impression d’avoir un cerf apeuré dans mes phares. Je soupire, j’allais laissé tomber ce sujet pour le moment. Je crois qu’il savait maintenant que j’étais plus que disposé à l’aider. Et donc, il pourrait se tourner vers moi à un moment ou à un autre. Pour le moment la piste de cette personne était celle que l’on devait explorée le plus rapidement possible, et la seule option, est de la retrouver. Sinon tout tomber à l’eau, il ne fallait pas être idiot pour le deviner que les juges n’en feront qu’une bouchée. Il avait le physique qu’ils cherchaient, et il avait la gueule de l’emploi, comme on dit.

Je l’écoute avec attention, fronçant les sourcils à son discours, mais, ils n’ont pas pensé à vérifier la surveillance du magasin ? Ou alors ils ont dû encore trouvé une explication alambiquée à ce trou horaire. Et surtout pourquoi il se serait passé une heure entre aller à la supérette et la fin de son service. De ce que j’ai lu ça s’est fait très vite. Alors j’avais pas vu l’explication de ce creux entre la sortie de son travail et l’heure du meurtre. Je connaissais l’endroit, il ne lui aurait fallu pas plus de douze minutes pour arriver sur le lieu de crime directement. Car si ça avait été prémédité pourquoi aurait-il hésité une vingtaine de minutes ? « Et ça n’empêche que l'on ne doit pas écouter ton alibi ? Je suppose qu’ils n’ont pas fait le strict minimum pour tenter de valider ton alibi ? » Je secoue la tête résigné devant toute ce baclâge en règle.

Je m’adosse à l’entrée de sa cellule. « On trouvera un moyen, on va tout reprendre à zéro tous les deux. On fera ce boulot que personne n’a fait. » Je croise les bras. « Et quand on aura prouvé ton innocence, tu iras porter plainte, et ils mettront la main aux porte-monnaie pour leur incompétence. Il n’y a qu’à l’oseille qu’on peut les toucher, malheureusement. » Je soupire doucement. « Et on trouvera un moyen de prouver ton innocence, laisse-moi déjà me renseigner. » Je lui souris en entendant la sirène retentir. « En tout cas pour le moment, je te déconseille d’aller à la bibliothèque, je chercherais les infos de mon côté, d’acc ? » Je jette un coup d’oeil dans le couloir, ça a l’air de s’agiter plus loin. « Je dois y aller, ça s’agace dans la cour apparemment. » J’ai à peine le temps de terminer que j’entends ma radio grésiller pour des demandes de renforts.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

« Et ça n’empêche que l'on ne doit pas écouter ton alibi ? Je suppose qu’ils n’ont pas fait le strict minimum pour tenter de valider ton alibi ? »

En même temps vu que je n'avais aucun nom ni prénom à leur donner ce n'était pas vraiment évident. Et quand on pensait que mon avocat prenait à peine le temps de regarder mon dossier, je le voyais mal aller prendre le temps de se rendre dans un bar pour enquêter sur une mystérieuse personne avec qui je m'apprêtais à passer la nuit. Et les flics... ils ne voulaient pas lever le petit doigt pour résoudre une affaire concernant un noir. Ils avaient un coupable, un mec sans importance, c'était parfait, pas besoin d'aller plus loin.

Je l'écoutais vaguement alors qu'il parlait de m'innocenter, de m'aider pour le faire et de porter plainte par la suite. On aurait presque dit qu'il croyait vraiment à tout ce qu'il disait. Oui je voulais me battre, mais dans le fond je n'oubliais pas que je n'avais que très peu de chances de me sortir de cette galère.

« En tout cas pour le moment, je te déconseille d’aller à la bibliothèque, je chercherais les infos de mon côté, d’acc ? »

Mais bien sur... et j'allais aussi éviter les douches, d'aller faire une promenade dehors, de me retrouver seul dans un couloir, d'aller pisser... Ce n'était pas comme si je pouvais me planquer indéfiniment de ces types. Alors je n'allais pas remettre mes recherches à cause d'eux.

« Je dois y aller, ça s’agace dans la cour apparemment. »

Je haussais vaguement les épaules avant de le laisser partir. Il allait falloir que je reprenne mes recherches seul, malgré tout ce qu'il avait dit je préférais ne compter que sur moi même.

Quelques jours avaient passé sans que je n'ai de nouvelles de Louis. De toute façon ce n'était pas comme si j'attendais vraiment quelque chose de sa part. J'avais repris mes recherches à la bibliothèque. Pour le moment le gang des black mais laissait tranquille. J'avais commencé à cicatriser. Je ne saignais plus.

J'étais installé à une table de la bibliothèque, entrain de remplir mon dossier pour ma demande d'appel. Je remplissais mon dossier, jetant par moment des coups d'oeil à l'ordinateur pour trouver des références, des cas faisant jurisprudence et me permettant de compléter ma demande. C'était long et difficile, surtout que je n'avais aucune connaissances en droit mais je m'accrochais.

Je fini par me lever pour aller chercher un des articles de droit dont j'avais besoin. Je ne les avais pas vu et je pensais qu'ils étaient loin, que j'étais en relative sécurité. Je me trompais... Je me figeais en entendant les bruits de pas derrière moi. Je n'eus même pas le temps de réagir que je me sentais propulser contre le mur à côté de moi.

Je tentais de ne pas penser à ce qui se passa par la suite. J'essayais de me détacher de mon corps, de ce qu'ils lui faisaient subir. Je serrais les dents, espérant que tout ça se termine bientôt.

Puis ce fut terminé... je sentis la pression sur mon dos se retirer alors que je me laissais lentement glisser au sol. Je les entendis à peine partir. Je restais là, mon dos appuyé contre une étagère, mes jambes repliées contre ma poitrine, me demandant si le liquide chaud que je sentais couler était du sang ou.. autre chose...

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 630
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
J’étais choqué de voir le peu de considération dont la police et la justice a fait preuve envers Ashley. J’étais outré de voir qu’ils n’ont même pas pris la peine de faire un minimum de recoupement dans cette affaire. Il était là donc c’était forcément lui. Puis il avait accumulé les merdes, son avocat qui été un débile fini, ses ennemis ici, tout simplement parce qu’il a eu la maladresse d’être accusé d’un meurtre d’un noir. Et personne dans son entourage pour se bouger ? C’est ce que je trouvais de plus incroyable, il semblait n’avoir personne prêt à prouver son innocence. Je ne le questionne pas, c’est assez évident de voir que niveau familial c’était compliqué. S’il voulait en parler, je l’écouterai avec plaisir.

Mais moi, j’étais plus que motivé à trouver au moins quelque chose pour faire bouger l’affaire, il ne peut pas ne rien y avoir, on trouve toujours quelque chose quand on sait où chercher. mais je n’étais pas non plus flic. alors la première étape, c’est de faire marcher mon réseau, je suis certain que David, mon am flic, pourrait nous aider. Je devais donc lui demander.

je sais qu’il ne m’écoutera pas, pourquoi le ferait-il d’ailleurs ? Et puis s’il voulait éviter tout danger, il devrait rester dans sa cellule, idiot. Le danger est partout en prison de toute manière. Je ne pouvais pas le couvrir 24h/24. Bien sûr si une catastrophe devrait se produire, je sais bien que c’est impossible de l’empêcher. Mais je veux qu’il soit prudent.

Je finis par partir, je dois reprendre quand même mon travail à un moment donné. Je ne peux pas rester avec lui jusqu’à la fin de mon service. Je soupire quand je fais face à la scène dans la cour, on parvient à la maitriser mais maintenant les cellules en isolement son remplies. La prison est certainement le lieux où il y a le plus de circulations d’armes blanches. Les règlements de comptes sont fréquentes dans la cour. Il ne se passe pas une journée sans qu’il n’y ait une querelle quelque part dans la prison.

J’avais passé les jours suivants en repos, et je les avais consacrés à faire des recherches et puis à demander à david de l’aide. Il avait été un peu réticent, mais j’avais réussi à le convaincre de jeter un coup d’oeil à son dossier. Il m’avait rappelé le lendemain pour dire qu’il acceptait de nous aider. Ce qui est une bonne chose de l’avoir de notre côté, ça pourrait nous faciliter les choses.

J’avais repris le travail, attendant le moment où je pourrais, enfin, dire mes avancées à Ashley, et voir où il en est lui. Je ne doute pas un seul instant qu’il a fait des recherches de son côté. Mais j’avais pas eu l’occasion de trainer vers les cuisines, et j’ai dû me résoudre d’attendre ma pause pour aller le retrouver.

Je me dirige vers sa cellule avant de la voir vide. Il doit peut-être être encore vers les cuisines, j’y vais donc avant de voir Pablo, on s’entendait pas trop mal tous les deux, et j’avais su qu’il apprécié Ashley, ce qui me rassurait quelque peu, au moins Pablo le gardait à l’oeil. Je soupire en apprenant son absence. Je réfléchis avant de supposer le retrouver à la bibliothèque. Il ne venait plus trop dans la cour ces derniers temps. Je vais donc dans la bibliothèque, croisant ce Miguel, il me sortait par les yeux. J’entre dans la bibliothèque alors qu’un silence de mort règne dans la bibliothèque. Je vais directement dans le rayon droit avant de le voir agenouillé. Et soudain la lumière se fait dans mon esprit. Je me précipite vers lui avant de m’agenouiller doucement. « Hey… Ashley… » Je pose une main doucement sur son épaule. Je recule quand je vois son regard. Je sens la haine monter contre ceux qui lui ont fait ça et ceux qui l’ont permis. Mais pour le moment, je me concentrais sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

Il fallait que je me lève, que je sorte de là. Personne ne devait me voir dans un tel état de faiblesse. Ca serait signé mon arrêt de mort si ça se produisait. J'avais réussi à remonter mon pantalon pour me cacher, c'était déjà pas mal. Mais il fallait que je fasse plus là. Je devais aller récupérer mes affaires et quitter le plus rapidement et le plus discrètement possible la bibliothèque, personne ne devait voir les traces suspectes sur mon pantalon. Il faudrait que je passe dans ma cellule, y déposer mes papiers et filer vers les douches. A cette heure ci il n'y aurait pas grand monde là bas et de toute façon les black venaient d'avoir leur compte, j'en avais pour quelques heures de tranquilité au minimum. Il fallait donc que je me lève et que j'aille me laver pour effacer toute trace de ce qui s'était passé. Je n'avais pas le choix. Et je devais faire vite avant que quelqu'un n'arrive et ne me voit comme ça. Ca serait fini pour moi sinon. Je passerais pour un faible, une victime dont on pourrait facilement abuser.

Je sursautais violemment en sentant quelqu'un venir me toucher l'épaule. Merde j'étais resté trop longtemps. Ca y est j'étais foutu. Je me reculais, m'éloignant le plus possible de cette main qui pouvait me vouloir du mal à plus ou moins long terme.

Je relevais finalement les yeux pour tomber sur lui. Forcément il fallait que ça tombe sur lui. Ce n'était peut être pas plus mal en un sens. Il valait mieux que ce soit plutôt qu'un des gangs de la prison. Il ne me balancerait pas. Il se contenterait certainement de jouer les chevaliers servants. Peut être qu'il me ferait la morale aussi parce que j'étais là, seul dans la bibliothèque...

- Laisse moi...

Je lui lançais un regard haineux alors que je serrais davantage mes jambes contre moi.

- Tu dois te dire que je l'ai bien mérité non? On ne se balade pas tout seul, dans un endroit sans surveillance, alors qu'on a déjà une cible peinte en gros sur le dos. C'était complètement suicidaire de ma part. Et je ne devrais pas être surpris qu'ils soient venu me chercher.

Je détournais le regard, posant ma tête contre le mur pour ne pas le regarder.

- Et tu imagines... si ils apprenaient que je suis une pédale... ça serait encore pire...

Je me levais finalement en titubant, me raccrochant comme je pouvais au mur. La douleur me vrilla le bas du dos. Ca semblait pire à chaque fois. Comme si ils ne faisaient qu'aggraver les blessures qu'ils me faisaient.

- Maintenant laisse moi passer.

Il fallait que j'aille tout nettoyer avant que quelqu'un ne le voit.



Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 630
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
Jamais je n’avais pensé le trouver dans une telle situation, ni même qu’il soit cette victime secrète que l’on recherche pratiquement tous, enfin je parle surtout des gardiens intègres. Mais maintenant que je le voyais là, accroupi, je me dis que j’aurais dû creuser cette piste. J’aurais dû m’en douter qu’ils trouveraient un moyen de s’en prendre à lui. Je fronce les sourcils, je sens la bile me monter à la gorge. J’avais aussi des envies de meurtres face à ce spectacle, face à cette souffrance qu’il dégage. j’ose à peine m’approcher de lui pour ne pas l’effrayer. Il semblait ne pas m’avoir aperçu et si je le touchais, j’étais certain de me prendre un poing dans la tronche fissa. je devais prendre des pincettes. Je m’avance dans l’allée avant de m’accroupir face à lui. Mais même là il ne me remarque pas. Il semble être totalement partis loin, certainement pour échapper à la souffrance physique et morale. Ce n’est que plus compréhensible, surtout si ce n’est pas la première fois qu’il subit ce genre de chose.

Je suis maintenant persuadé que ce n’est pas la première fois qu’il subit ça. Mais ce n’en est pas moins traumatisant. Je retire ma main, la laissant en l’air pour lui montrer que je ne lui veux pas de mal.

Mais je ne bouge pas, au contraire je m’assieds face à lui. Je reste silencieux alors que mon coeur se serre en voyant une telle terreur dans ses yeux. Je me demande pourquoi je n’ai rien vu avant, maintenant tout me semble logique dans ce que j’ai perçu chez lui dernièrement. Je me sens idiot de n’avoir rien vu venir. Je secoue la tête de droite à gauche. « Je ne vais pas te laisser là » Hors de question que je tourne la tête de ce que j’ai vu.

Je laisse entre nous une distance respectable et je ne dis rien face à son regard, je comprends qu’il se méfie de tout le monde. J’ouvre d’effroi mes yeux, en me demandant comment il peut imaginer de telle choses. « Je ne dirais jamais ça. Je ne pensais pas… Enfin quand je te disais de faire attention, jamais je n’aurais imaginé une telle horreur… Tu, personne ne mérite ça. »

Je ne le force pas à me regarder, mais s’il me regardait, il aurait pu remarquer que je ne suis pas surpris par sa révélation, non pas que je l’ai deviné, mais je ne m’arrête pas à ça. « Et alors ? Ca devrait changer quelque chose ? » Même si je suis plutôt d’accord sur le fait qu’il ne doit pas le dire à tout le monde.

Mais cette fois je le retiens, posant une main sur son bras pour l’empêcher de tomber. Je secoue la tête négativement. « Non, tu n’es même pas en état de marcher seul là, Ashley. » Ma voix est sourde d’inquiétude. Je l’aide à avancer « vient on va sortir de l’autre côté, je te laisserais prendre la douche dans celle des surveillants, y a personne à cette heure-là. Et après j’irais m’occuper de ce connard de Miguel. »

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

Je sentais le liquide chaud continuer de couler. Je n'osais pas regarder, pas devant lui. Mais je me disais que si ça avait été simplement du sperme, ça ne serait pas encore entrain de couler comme ça. Il devenait vraiment urgent que j'aille me doucher et me soigner. Le sperme ça pouvait passer encore sur mes fringues, mais pas le sang, ça se verrait vraiment trop si je ne faisais pas vite quelque chose.

« Je ne dirais jamais ça. Je ne pensais pas… Enfin quand je te disais de faire attention, jamais je n’aurais imaginé une telle horreur… Tu, personne ne mérite ça. »

On aurait dit qu'il venait à peine de débarquer dans la prison. Ce genre de choses, je n'étais pas le premier à qui ça arrivait et je ne serais certainement pas le dernier à subir ça. Et il y avait pire. Il arrivait que les bagarres dégénèrent parce que l'un d'entre eux avait réussi à se trouver une arme et l'autre finissait l'infirmerie. Sans parler de ceux qui se faisaient rouer de coups... Je ne m'en tirais pas si mal que ça comparé à ceux qui mouraient en prison.

« Et alors ? Ca devrait changer quelque chose ? »

Belle réflexion, typique d'un hétéro. Lui il ne voyait pas ce que ça pouvait changer d'être hétéro ou gay. C'était mignon. Il pensait encore que notre orientation sexuelle n'avait rien à voir avec la façon dont on devait nous juger. Sauf qu'on était dans la vie réelle, pas dans le monde des bisounours.

« Non, tu n’es même pas en état de marcher seul là, Ashley. vient on va sortir de l’autre côté, je te laisserais prendre la douche dans celle des surveillants, y a personne à cette heure-là. Et après j’irais m’occuper de ce connard de Miguel. »

Je secouais la tête en l'entendant parler.

- Non impossible. Je dois récupérer mes affaires et les mettre à l'abri dans ma cellule avant d'y aller. Je n'ai pas envie que quelqu'un tombe dessus et me les prenne. J'ai passé trop de temps dessus...

Je laissais échapper un petit rire en repensant à ce qu'il m'avait dit.

- Et bien sur que si ça change tout que je sois gay. Si les flics avaient su que j'étais gay... ils m'auraient enfoncé encore plus vite. Alors je me suis gardé de dire que la fille avec qui je devais passer la nuit semblait avoir une queue énorme dans son pantalon. Je n'ai malheureusement pas eu le temps de vérifer.

Je lui fis un petit sourire ironique avant de continuer.

- Et si ils l'apprennent... les black le font pour venger leur frère. Mais il y a tout un tas de mecs en manque ici... baiser un gay c'est facile. Aucune culpabilité. De toute façon on adore se la prendre dans le cul alors ils peuvent bien le faire non? C'est nous rendre service dans un sens.

Je le fixais durement, essayant de lui faire comprendre à quel point c'était important, vital même, que personne ne l'apprenne.

- Je n'ai pas envie de devenir la pute de la prison.

Je le dépassais, marchant avec précaution pour éviter de tomber et surtout pour éviter de saigner. La bibliothèque était toujours vide, heureusement pour moi maintenant. J'en profitais pour rassembler mes papiers. Je soupirais en voyant qu'ils étaient tous à moitié déchirés ou raturés. Un coup des blacks... ça ne leur suffisait pas de me torturer ici, il fallait aussi qu'ils réduisent à néant toutes mes chances de pouvoir quitter cet endroit.

Je me laissais tomber sur ma chaise, me prenant la tête dans les mains. Cette fois j'avais vraiment l'impression de toucher le fond...



Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 630
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
Je le sentais plus fragile que jamais. Et mon inquiétude grandissait au fur et à mesure que je remarquais ses tremblements. Je détestais me sentir impuissant, mais je ne peux pas me voiler la face, il n’y a rien qui pourrait calmer ce sentiment de honte, cette douleur à la fois physique et psychologique. Je ne pourrais rien dire pour le calmer, le faire sortir de ce merdier. Ce qu’il subit c’est normalement le lot des violeurs. ‘et il n’en a jamais été un. Je ne m'offusquais pas quand un violeur en série devenait la cible des autres prisonniers. Surtout s’il avait touché un enfant. ‘Je dis toujours qu’à un moment donné on a la peine que l’on mérite. Loi j’attends qu’elle me tombe sur la tronche.

Ouais j’étais idéaliste sur les bords, je croyais que l’on pouvait tous se comporter en être humains les uns envers les autres. Il faut croire que je me voile la face encore. Oh l’horreur était partout dans le monde, dans nos vies, dans nos cours. Mais cela ne veut pas dire que je ne dois pas m’en horrifier, que je dois prendre cela comme habitude. Je trouvais ça encore plus horrible en vérité. Faire comme si c’était normal.

Oui, je ne voyais pas ce que ça change d’être homosexuel. En tout cas à notre période ça ne devrait pas avoir d’importance. Ça a toujours été ma vision des choses. Même si la réalité est bien loin de ma vision des choses, malheureusement. Il y avait encore beaucoup trop d’homophobie dans la société pour que les personnes homosexuelles se sentent parfaitement intégré dans la société. Sans compter ses pays qui pratique encore la torture envers les personnes pour leur orientation sexuelle.

Je soupire, il était hors de question que je ne fasse rien là. Ne pas réagir serait la pire des solutions. Mais je n’étais pas étonné de le voir refuser mon aide. Il avait sa fierté pour lui. En soi c’était encore une bonne chose, il ne se laissait pas encore totalement marché dessus. Combien de personne j’avais vu dépérir quand ils se sont laissé totalement piétiné par les autres. Le harcèlement était une vraie plaie ici, mais on sait que c’est impossible de le résoudre totalement. Mais ce n’était pas une raison pour que l’on baisse les bras face à ce fléau.

Je l’écoute en croisant les bras. La colère ne descendait pas. J’étais souvent maître de moi-même. Je m’emportais rarement. Même quand on cherchait à me provoquer. C’était souvent assez déstabilisant pour celui qui était en face de moi. Je parvenais, de manière générale à calmer les conflits de manière plutôt pacifiste. Et je tentais de traiter tout le monde a la même enseigne. Tout le monde n’était pas comme les blacks ou les autres clans de même acabit. Au final ils tentaient de faire la loi, mais c’était une minorité dans la prison.

Dans un sens j’étais d’accord avec lui, mais il se méprenait s’il pensait que j’allais dévoiler sa vie privée. Il ne me connaissait pas, donc je ne me vexais pas trop. « Je peux demander à un collègue de surveiller le couloir le temps que tu prennes ta douche. Parce que là, tu risques de te faire remarquer avec cette tenue, on en a des rechanges dans le bureau je t’en filerais une. » Je soupire après s’il refuse je ne pourrais pas faire plus, même si ça me titille de ne pas pouvoir sortir de là. « Je ne dirais rien, je ne suis pas le genre balance, je pensais que tu l’avais compris. » Je hausse les épaules. « Ca n’empêche pas que c’est simplement un manquement de t’enfoncer pour cette raison. Tu aurais dû me le dire, ça m’aurait évité d’être ridicule sur ton lieu de travail à chercher un témoignage. » Oui j’avais été chercher une aiguille dans une botte de foin. Je soupire en haussant les épaules. « Par contre ça serait bien que tu ne viennes pas seul ici. Ou du moins pas sans surveillance, surtout si c’est Miguel qui surveille. Il est à la botte des blacks, mais aussi des blancs. C’est le genre à retourner sa veste si l’occasion est plus profitable ailleurs. » j’avais bien l’intention de taper du poing sur la table. Je voulais simplement qu’il se méfie encore plus de lui.

Je le suis, le cherchant aller chercher ses affaires. Je remarque de suite l’éparpillement parmi ses papiers. Je soupire, ils trouvaient tous les moyens pour faire plier leurs victimes. Ça ne m’étonnait guère qu’ils aient simplement saccagé son travail, je ne suis même pas certain qu’ils ont regardé ce que c’était. Je soupire en prenant ses papiers. Malheureusement c’était désormais indéchiffrable. Je secoue la tête. « Je suis désolé » Je sais que c’est faible, mais c’est plus que sincère. « je crois qu’il va falloir que tu me laisses faire si tu ne veux pas perdre ton travail à chaque fois, ou que l’on trouve un moyen pour que je puisse le mettre en sécurité. »

Je soupire doucement en le poussant légèrement. « Allez, on y va… Sortons de cet endroit. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

Je hochais doucement la tête alors qu'il me parlait de faire surveiller le couloir pendant ma douche. Mais pas de collègue. Je ne voudrais que lui. Il était l'un des seuls en qui j'avais confiance dans cet endroit.

« Je ne dirais rien, je ne suis pas le genre balance, je pensais que tu l’avais compris.  Ca n’empêche pas que c’est simplement un manquement de t’enfoncer pour cette raison. Tu aurais dû me le dire, ça m’aurait évité d’être ridicule sur ton lieu de travail à chercher un témoignage. »

Je savais qu'il n'était pas une balance. C'était d'ailleurs pour ça que j'avais laissé échapper cette information. Je savais qu'il ne le répéterait pas. Il pensait peut être que tout était tout rose dans la vie, même pour les gays, mais je savais que ça au moins il ne s'amuserait pas à le dire. Il ne savait pas tout ce qui se passait dans la prison mais il semblait en comprendre une bonne partie.

Je me retenais cependant de rire en l'imaginant aller sur mon lieux de travail, chercher la femme avec qui j'avais pu rentrer ce soir là. Tous mes collègues savaient que j'étais gay. Je ne m'en étais jamais caché auprès d'eux. Je draguais même régulièrement dans le bar où je travaillais. Mais je savais aussi qu'on tenait à la vie privée les uns des autres. Il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'il ne lui ait rien dit si il venait poser des questions, encore plus si il demandait après la fille que j'aurais pu fréquenter.

Par contre il était mignon mais il me désespérait à me dire sans arrêt que je ne devais pas venir ici seul. Et comment il voulait que je fasse au juste? Je n'avais aucun contrôle sur l'emploi du temps des gardiens. Je venais quand j'avais le temps alors si en plus je devais tenir compte des gardiens je n'aurais jamais l'occasion de travailler. Et je ne sortirais jamais d'ici... Il me restait à peine un mois pour faire ma demande d'appel. Je ne pouvais plus me permettre de trainer.

« Je suis désolé je crois qu’il va falloir que tu me laisses faire si tu ne veux pas perdre ton travail à chaque fois, ou que l’on trouve un moyen pour que je puisse le mettre en sécurité. »

Je me sentais à bout de force. J'avais l'impression que je n'allais jamais y arriver, que tout l'univers s'était ligué contre moi pour que je finisse par crever dans cette prison. Je ne voyais pas ce que j'avais pu faire de si mal dans ma vie pour mériter tout ça. Je n'avais jamais volé. Je n'avais jamais frappé personne ni fait de mal à quelqu'un. Mon seul crime à la rigueur avait été d'être gay. Mais en était ce vraiment un? Je ne faisais de mal à personne. Je n'étais sorti qu'avec des personnes consentantes.

Je hochais doucement la tête alors qu'il me demandait de le suivre. Je n'avais plus vraiment le choix et c'était l'option la plus pratique. De toute façon ça ne servait plus à rien que j'aille cacher mes papiers...

Je le remerciais alors que j'entrais dans la douche pendant qu'il montait la garde dans le couloir. Comme je l'avais suspecté je saignais, encore une fois. Je me nettoyais du mieux possible avant d'aller m'habiller. Je bourrais le fond de mon slip avec du papier toilette, histoire d'absorber le sang le temps qu'il coulerait.

Je finis par le rejoindre à la sortie de la douche, mes bras serrés contre moi. Je n'aimais pas me montrer aussi faible, devoir quelque chose à un gardien.

- Est ce que tu.. tu as un peu de temps? Pour discuter de mon affaire?




Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 630
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

captur11.png
Louis Stentson
J'ai 30 ans et je vis à Miami, Etats Unis. Dans la vie, je suis gardien de la paix et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple dans une relation fausse et frivole, mais qui convient à ma famille qui a déjà honte que je sois gardien de la paix et je le vis plutôt mal car je me mens à moi même.




Jérémy Frérot :copyright:️ squirowl
Je lui souris, il avait bien besoin de se détendre, et de se sentir un minium en sécurité. Je pouvais au moins lui offrir ça. Je ne pouvais, malheureusement, pas le protéger de tout et tout le monde. Mais je pouvais lui donner un peu d’air, un peu de privilège aussi.

Il pouvait vraiment me faire confiance, je ne comptais absolument pas le mettre dans une situation impossible. Mais au moins, maintenant je tâcherais d’être encore plus attentif quand je bosserais pas très loin de lui. Je tenterais d’ailleurs de voir si je suis plus souvent dans son aile. Mais je me garde bien dans un coin de ma tête d’aller demander des explications à ce connard. Ce n’est pas parce que j’ai une désillusion dans mon travail, mais plutôt parce que je déteste quand on ne fait pas correctement notre travail. Et c’est( une véritable tare dans notre prison. Il faut croire qu’elle est pourrie jusqu’à l’os.

Je m’étais donc parfaitement ridiculisé au bar. Je n’aimais pas trop l’idée. Mais bon, ce n’est pas si grave. Heureusement je n’avais pas encore demandé à mon ami de faire des recherches précises, parce que sinon il m’aurait ri au nez avant de me dire de me démerder tout seul. Mais là je pourrais l’orienter vers un élément concret. Pour le moment, il s’était mis en tête de trouver un moyen de visionner les bandes de surveillance, il espère trouver une preuve à décharge. J’espérais, qu’il trouverait quelque chose.

Je m’inquiétais de plus en plus pour lui. Ils ne semblait en sécurité nulle part, et surtout il restait désespérément seul. Loe seul moment où il était en relative sécurité, c’était quand il bossait, et encore, je ne suis pas certain qu’ils ne trouvent pas un moyen de s’en prendre à lui à ce moment-là. On allait devoir donner un coup de fouet pour que l’on fasse sa demande à temps, mais j’étais certain qu’on y arriverait, il y a déjà des choses qui se débloquent. Mais je ne voulais rien faire sans son accord. Il allait, par contre, falloir qu’il nous fasse confiance. Mais la partie n’est pas gagnée, je devais déjà le convaincre de laisser mon ami nous aider.

Il semblait baisser les bras, il commençait à se résigner. il, va falloir qu’il se remotive parce que, malheureusement, la course contre la vérité est éprouvante, cruelle. S’il se démotivait, c’était le meilleur moyen d’échouer. Il doit se battre pour son innocence, même lorsqu’il a l’impression que tout est ligué contre lui. Il finira par avoir raison. En tout cas je ferais tout pour. Il semblait être comme un agneau au milieu d’une meute de loup, c’était plus que flagrant qu’il n’avait rien à faire là. Mais ces tatouages l’ont probablement desservis devant les flics.

Je l’emmène dans la douche du personnel, plus propre et plus confortable. Je lui passe mes affaires de toilettes et une serviette propre, ainsi qu’une tenue propre. Je ferme la porte et monte la garde attentivement, heureusement c’est une heure où chacun est à son poste. Pendant ces minutes, j’ai l’occasion d’entretenir ma colère. J’étais bien décidé à ce que ces conneries s’arrêtent. Mais ça n’allait pas être gagné, aussi pourri qu’il est, Miguel est dans les petits papiers de la direction. Je n’étais pas certain de les convaincre, mais ça n’allait pas rester impuni, je m’en fais la promesse.

Je me retourne quand il sort, j’affiche un sourire rassurant avant de hocher la tête. « On va dans ta cellule ? Surtout que je venais te chercher parce que j’ai des nouvelles à te donner. » je hausse les épaules à son regard surpris avant de me diriger avec lui à sa cellule. Je m’installe sur l’unique chaise de la cellule, lui laissant le lit.

« Alors j’ai un ami policier… » Je reçois un regard effaré, je lève les mains au ciel. « T’inquiète il ne bosse pas dans le commissariat qui a géré ton affaire. Mais il a posé un recours pour reprendre ton dossier. Il a déjà noté plusieurs incohérences dans le dossier, des preuves pas répertoriées comme il fallait, il va poser un vice de procédure, il pourra ainsi reprendre l’enquête de zéro. Ca risque de prendre du temps, mais je sais que l’on peut compter sur lui. De mon côté, mes collègues m’ont assuré qu’ils sont prêt à témoigner en ta faveur. » Je regarde tes dessins avant de reprendre. « Tu te souviens de son visage ? Tu pourrais en faire un portrait robot ? » Ca nous aiderait dans les recherches.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2836
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

D5F7atr.png
Ashley Cunnings
J'ai 23 ans et je vis désormais en prison en Floride, je ne sais trop où, Etats Unis. Dans la vie, je suis ou plutôt j'étais barman et je m'en sortais assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fraichement séparé et je le vis plutôt mal mais de toute façon il valait mieux que tout ça se termine avant que je ne finisse ici.

Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Tumblr_n72yrkt5Id1t8241to1_r2_500


Harvey Newton Haydon :copyright:️ angie

Je n'aimais pas demander de l'aide. Je m'étais toujours débrouillé tout seul, en particulier depuis que mes parents s'étaient débarassés de moi. Et j'aimais encore moins l'idée de devoir demander de l'aide à un mec que je connaissais à peine. Je savais qu'il ne me balancerait pas. Je savais aussi qu'il voulait vraiment m'aider et sans contrepartie. Il me prenait assez la tête avec ça depuis un moment alors j'avais fini par le croire. Mais je ne comprenais toujours pas pourquoi il agissait ainsi. Et je ne savais pas encore si je pouvais lui faire pleinement confiance.

Je hochais cependant la tête et le suivis vers ma cellule alors qu'il m'expliquait qu'il devait me donner des nouvelles. Je m'installais sur la couchette du bas, celle de mon codétenu alors qu'il prenait la chaise. Je le fixais, attendant qu'il m'explique ses fameuses nouvelles.

« Alors j’ai un ami policier… »

Ah ben tiens ça commençait bien tout ça.. un flic. Exactement le genre de personne en qui je n'avais pas confiance. Ils étaient sensé nous protéger tout ça, et bla bla bla... Au final ce n'était qu'un ramassis de connard qui abusait de leur pouvoir pour se faire plaisir. Mais je l'écoutais quand même continuer, plutôt surpris par son discours. Un flic honnête c'était surprenant mais après tout poruquoi pas. C'était son ami et lui il avait l'air d'être le genre de gars qui voulait croire en l'humanité, qui ne mettait pas tout le monde dans le même sac. Alors pourquoi pas... pourquoi ne pas leur faire confiance? Et avec ce qu'il avait trouvé... j'avais déjà une chance de pouvoir lancer un appel, de demander ma remise en liberté en attendant de prouver définitivement mon innocence. Il me donnait exactement ce qui me manquait pour mon dossier d'appel.

« Tu te souviens de son visage ? Tu pourrais en faire un portrait robot ? »

- Euh... oui bien sur...

Je me redressais pour aller grimper sur ma couchette et m'installer avec de quoi dessiner. Je ne savais pas son nom mais j'avais encore assez son visage en tête pour en faire un portrait assez fidèle. Peut être qu'avec ça, en allant voir mes anciens collègues avec son portrait, ils le retrouveraient peut être.

Je dessinais, parlant en même temps.

- Tu crois que je pourrais me servir de ce vice de procédure pour mon dossier d'appel? Tu pourrais l'ajouter à mon dossier? Si il y a des erreurs dans la façon dont ils ont mené mon enquête, ça invalide leurs soit disantes preuves et ils sont obligés de me libérer non? Je n'ai jamais avoué. L'arme du crime n'a jamais été retrouvé. Ils n'ont que des preuves indirectes alors si je les invalide...

Je pourrais peut être m'en sortir. Il ne me resterait qu'à amener mon alibi et ils n'auraient plus rien contre moi.

Je me mordais doucement la lèvre, le regard baissé sur mon dessin, alors que je parlais un peu mal à l'aise.

- Tu sais... c'est pas mon genre de faire ça. Coucher avec un mec sans même connaitre son prénom. Mais... mon copain venait de me larguer. J'étais pas vraiment bien. Je voulais me changer les idées. Puis il y avait ce gars qui me draguait lourdement au boulot et... je l'ai ramené chez moi et... voilà.

Et bordel je ne savais même pas pourquoi je me sentais obligé de me justifier devant lui.

- Je te donne le dessin demain. Ca te va?



Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Not guilty [ft. squirowl] - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Not guilty [ft. squirowl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: