Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau coffret Ultra Premium ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

FIONA+LEODAGAN - You'll be mine until you die. [+18]

SneakySkunk
Messages : 571
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : Québec.
Crédits : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

Univers fétiche : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
SneakySkunk
Jeu 10 Sep - 21:27
Gqmz2z4A_o.png
Fiona
Hahnfeld

Son chemin s'est égaré. Jeune Hahnfeld, s'est retrouvée jeune aux mains de l'ennemi. Elle a d'abord prétendu être muette. On l'a rapidement oublié. Elle est devenue servante pour le roi, au même titre que bon nombre de femmes. Ce rang ne lui convient pas, mais c'est le seul qui lui permette de garder une tête sur les épaules. Lorsque le roi a posé les yeux sur elle, qu'il a commencé à la choisir mainte et mainte fois pour combler ses envies, elle s'est entichée du confort qu'il pouvait lui offrir. Elle n'avait jamais connu la vie de paysanne avant d'être sous son joug. C'est une chose qu'elle apprend à la dur.

FIONA+LEODAGAN - You'll be mine until you die. [+18] - Page 4 13b14f288226966903a3528789bd1eb0eac8bef6


Nina Dobrev :copyright:️ Praimfaya
La calèche s'immobilise. Fiona s'éloigne de la porte comme si on était sur le point de la jeter en pâture à des bêtes enragées.

Lourd retour à la réalité? demande Nestor.

Les sourcils de l'esclave sont froncés. Les larmes lui montent déjà aux yeux. Elle n'a pas encore mis un pied dehors qu'elle craint déjà ce retour aux sources. Il était plus facile d'être l'unique esclave du roi sur les routes, même s'il l'ignorait, que d'être une esclave parmi tant d'autres, dans un buffet varié. La porte s'ouvre. Nestor est le premier à descendre de la calèche. Il semble perplexe vis-à-vis des indications qu'on lui donne. Il jette un regard vers Fiona qui le rejoint. Nestor sait d'avance que le roi ne sera pas satisfait de ce qui se prépare pour célébrer son arrivée.

Il se passe quelque chose? demande, subtilement et silencieusement, Fiona, confuse.

Nestor secoue la tête. Il ne dira rien à Fiona. De toute façon, l'esclave n'aura pas son mot à dire. Elle sera prévenue du repas à la dernière seconde ; elle sera sommairement préparée, de quoi être propre, sans les effluves des routes, des chevaux et des salles communes. Elle sera isolée des autres esclaves jusqu'au retour du roi. Et même si elle sera préparée, elle ne sera pas plus jolie que la reine, pas plus jolie que la soeur du roi. Fiona sera propre, mais laide. Nestor ne la retient pas davantage : il a mieux à faire que s'occuper d'elle. Pourtant, jusqu'au retour du roi, lorsqu'il a deux secondes, il garde un oeil discret sur elle. Ça lui semble important.

____________

Fiona voit pour la première fois son roi, là, assise à cette étrange table, alors qu'il revient de loin. Une étrange table, car les personnes qui s'y trouvent sont désagréables. Ses propres parents étaient plus chaleureux, plus conviviaux. Elle croit posséder se souvenir en mémoire. Elle n'a pas la présence d'esprit de baisser les yeux, voire le menton, lorsque Léo vient prendre place à ses côtés. Son regard est même indiscret lorsqu'elle l'observe. Elle est de plus en plus émue de ses retrouvailles avec le roi ; le voir indemne lui apporte un énorme réconfort qu'elle ne saurait expliquer par des mots. C'est son coeur qui s'élargit, qui implose. Mais contrairement aux autres, elle ne s'adresse pas à lui. Elle tique amèrement au mot sous-fifre. Quel soulagement de voir Nestor arriver! Malgré tout, il ne lui accorde pas d'attention. En fait, même Nestor est surpris. Nestor n'a pas eu le temps de prévenir le roi de ce qui se tramait pour son retour. Il avait été dit que le repas serait bien plus tard. Mais la reine a dû omettre de correctement préciser le moment exact pour que Nestor ne puisse prévenir Léo. Le fidèle serviteur du roi rempli néanmoins son devoir. Il va s'occuper de la soeur du roi. Une femme que Fiona regarde souvent avec curiosité, parce qu'il est inhabituel de voir quelqu'un ainsi. Nestor aide malgré la douleur toujours présente à cause de la flèche, il parvient à faire ce qu'il doit faire, sans émettre de réserve.

N'allez-vous donc pas nous parler de votre bataille?
Nous avons vaincu l'ennemi. [...] Amenez lui donc une assiette, que je n'ai pas l'impression d'être une bête de foire!

Elle sursaute au coup porté sur la table. Mais on vient rapidement déposer une assiette sous son nez. Si le roi dit qu'elle peut manger, alors aucun d'eux ne pourra protester. Elle n'a pas besoin de recevoir plus amples explications ; elle se sert. Si elle avait relevé les yeux à la bonne seconde, elle aurait pu voir le sourire discret de Nestor, parce qu'elle ne manque pas de culot d'accepter aussi facilement de manger parmi la royauté. Mais Fiona préfère qu'on la regarde bizarrement plutôt que Léo ne la réprimande de ne pas manger. Elle a faim. Elle a toujours été fière qu'on la choisisse elle plutôt qu'une autre esclave. Mais s'il y a bien une chose que remarque Nestor de son oeil aiguisé, c'est la manière dont Fiona remplit son assiette et mange. Elle agit comme le ferait une dame habituée à être là. Elle use de ce qui l'entoure comme si ça lui appartenait. Peu importe ce qu'elle touche ou mange. Ce qu'il n'a pas remarqué avant car Léo la nourrissait comme un oisillon égaré. Nestor perd son sourire. Devrait-il faire part au roi de ses observations la concernant? Pour l'heure, seule la soeur du roi compte.

Et toi, esclave, n'as-tu pas d'éloges à émettre au sujet de ton roi? demande la reine qui ne souhaite que faire parler Fiona une première fois, pour la voir complimenter cet homme qu'elle a dû voir au combat ; aucune ne femme ne va au combat.

Fiona pose un oeil sur la reine, ne peut s'empêcher de revoir son visage la nuit où elle était près de la porte alors que le roi pénétrait de moitié son antre. Fiona se souvient de la sensation de ses propres doigts caressant ses flancs. Et même si elle regarde la reine. Elle reste silencieuse. Muette. Fiona n'a pas l'intention de parler pour lui faire plaisir. Et plus on la regarde, plus ses sourcils se froncent. Elle a une moue de princesse accrochée aux joues. Comme un écureuil. Elle prend des rougeurs à la simple envie de répliquer. Seul le roi aurait le pouvoir de la faire parler. C'est d'ailleurs par ses coups de reins qu'il a compris qu'elle avait des cordes vocales intacts. La reine sait forcément que Fiona sait parler, et ça doit l'enrager de n'obtenir aucune réponse. Fiona n'est pas très courtoise quand elle est persécutée. Elle résiste. Léo ne le sait que trop bien.

Tu n'as certainement pas été docile pour recevoir cette correction au visage, tranche la mère de la reine qui n'a pas le moindre intérêt pour sa personne.

La marque de la main du roi est toujours là, moins rouge, moins vive, qu'au moment de la recevoir. Mais depuis, ils ont passé une merveilleuse nuit pour la récompenser. Une récompense qui lui a fait verser une larme de bonheur. Fiona brûle de sentir la semence de son roi entre ses cuisses. Mais elle garde toujours le silence. Peu importe la question. Peu importe la remarque.

Cette misérable est très impolie, lâche la mère avant de dire à sa fille qu'il n'est pas nécessaire de s'attarder aux esclaves, qu'elle devrait surtout cesser de mastiquer aussi bruyamment que le fait Fiona.
Nous avons cueilli de nouvelles plantes, laisse savoir la reine en parlant d'esclaves, disant même qu'elles sont très obéissantes, mais elle enchaîne sur autre chose comme si cette information n'avait point d'importance.

Fiona ne sait pas si elle ressent de la tristesse ou de la colère face à cette information, mais elle repose brusquement le gobelet dans lequel elle buvait de l'eau tiède. Un serviteur entre pour apporter de nouveaux plats qu'il dépose au centre de la table, mais déjà, Fiona n'écoute plus les bêtises insupportables qui sortent de la bouche de la reine. Elle devrait être à sa place. Et comme Fiona observe encore la femme dont s'occupe Nestor, elle peut voir qu'elle souhaite manger la nourriture d'un nouveau plat apporté, sans pouvoir se servir elle-même. Et si Fiona met du temps à comprendre ce besoin, laissant ses yeux examiner longuement la situation, elle finit par se redresser pour attraper le plat. Le bras de Nestor semblait tirer. Elle leur vient en aide. Un automatisme. On pourrait lire un brin de fierté dans l'oeil de Nestor, parce qu'il n'a cessé de dire à Fiona, durant ce voyage, qu'il était impératif qu'elle prenne des initiatives. Chaque serviteur rencontré lui inculque une part de générosité qu'elle n'a jamais réellement eue. Elle n'aura donc pas entendu la reine dire qu'une bonne nouvelle serait bientôt annoncée.

____________

Un homme se met en route, sur son étalon, fuyant des gardes qui ne portent point son étendard. Plusieurs lunes se lèveront dans le ciel avant qu'il n'atteigne sa destination, mais il voudra quérir l'aide du seigneur Montmorincy pour repousser un ennemi depuis trop longtemps établi dans un royaume qu'il ne devrait posséder. Un ennemi qui s'allie au prince ciblé par le seigneur Léo. Grâce à l'aide du roi, cet homme qui vient de loin, au-delà des Grands Rochers, sera prêt à témoigner d'une influence néfaste au péril de sa vie, pour sauver tout un royaume. Que Léo lui soit bénéfique ou non, ils ont besoin d'aide. Là où elle est née.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
@Robz
Messages : 452
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : France.
Crédits : tumblr.

Univers fétiche : Post-apocalyptique, touche à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
@Robz
Sam 14 Nov - 18:33
tumblr11.png
Léodagan De
Montmorincy

Il est roi de père en fils depuis trois génération, et Léodagan ne laisserait personne lui prendre son trône. Il n'a pas peur de faire tomber sa vengeance, il n'a pas peur de faire couler le sang de ses victimes. Il n'a peur de rien n'y personne si ce n'est qu'on lui vole, à lui et à ses générations futures, ce trône et ce château bâti à la surface de la montagne. Sa femme n'a pas été capable de lui donner un héritier, mais il lui laisse le bénéfice du doute. Léodagan n'aurait aucun scrupule à lui faire couper la tête pour la remplacer par l'une de ses maîtresses. La première qui tombera enceinte prendra la place de reine. La polygamie, exclusivement pour les hommes, est une coutume de ses taire qu'il respecte depuis sa plus tendre jeunesse. Léodagan n'a jamais été fidèle à une femme, parce que l'amour est dérisoire à ses yeux. Un sentiment de bonne femme, qu'on dit chez lui.

FIONA+LEODAGAN - You'll be mine until you die. [+18] - Page 4 790d9bc333230a27a63c7acf650200d33bef36c1
Il ne manque pas d'or, bien au contraire. Il garde tout, précieusement, avec avarie, dans une pièce scellée dans les sous-sols du château. Il ne dépense pas un rond, pour sur, la plupart des serviteurs du royaumes sont des esclaves qui ne valent pas un sous. Seuls quelques proches et précieux serviteurs reçoivent quelques pièces d'or pour leurs services ; de quoi leur offrir une vie meilleure que celles des autres, paysants moyens ou mandiants et voleur sans mérites.

Richard Armitage :copyright:️ sunshine

Lorsque sa femme prend la parole pour la diriger directement sur Fiona, Léodagan ne peut pas s’empêcher de regarder la reine d’un mauvais oeil : à cause de l’intonation qu’elle emploi, mais surtout parce qu’il lit derrière ses manigeances. Elle n’était pas ainsi, lorsqu’ils étaient plus jeunes, lorsque l’amour aurait encore pu naître entre eux. Mais peut-être que la femme à la tête du royaume voit des choses qui lui font mal ; les regards et les mots que Léo a déjà pu avoir pour l’esclave devant elle ne font aucun doute. Il n’est pas ainsi avec toutes les autres ; Fiona a quelque chose de particulier, quelque chose qui fait jalouser la reine. Peu de femmes ont cet effet sur la grosse du roi, même les maîtresses officielles qui vivent au château n’ont pas cette chance. Elle voit certainement Fiona comme une adversaire, bien que l’esclave ne soit pas à sa hauteur : elle voudrait seulement que le roi passe autant de temps au lit avec elle, qu’il ne le fait avec Fiona. Ca aiderait certainement à concrétiser son futur mensonge.

Mais puisque l’esclave ne parle pas, c’est Léodagan qui sourit, en apportant la nourriture à ses lèvres. Là, il est incapable de cacher ce qu’il ressent vraiment : il aime qu’elle soit muette, il aime qu’elle soit sienne, et il aime l’imbordination qu’il lit sur les traits de Fiona lorsqu’elle regarde sa femme. Mais Léo ne la regarde pas assez, Fiona, pour se rendre compte qu’elle brille dans cette salle : par sa présence, par sa façon d’être, mais surtout sa façon d’agir. Nestor a les yeux là où le roi devrait les avoir : il voit des choses importantes en ce qui concerne l’esclave. Ses manières sont trop bonnes pour une de celles qui auraient pu finir soit quatin, soit morte de la misère ou de la maladie.

” - Tu n'as certainement pas été docile pour recevoir cette correction au visage.” Sa belle-mère parle et les yeux se Léo se posent sur elle. Parfois, il se dit qu’il aurait préféré épouser une femme telle que celle-ci est : peut-être trop rentre dedans, trop pète sec, mais au moins, elle est plus agréable et plus vraie que sa fille. ” Cette misérable est très impolie…”
” - C’est surement parce que vous êtes lourdes, toutes les deux.” Que lâche le roi en lançant un regard à son beau père : ce dernier se contente d’être silencieusement d’accord avec le roi tout en lui lançant un coup de tête qui veut tout dire. ” Semble-t-il qu’elle se souvienne que le premier qui prononcera des choses que je voulais point évoquer se fera couper la langue.”

Les règles sont dures, dans ce royaume. Le premier qui trahit les désirs du roi par la parole se retrouvent dans la langue. Certain ont la chance de survivre, mais beaucoup meurent à cause des infections que les guérisseurs d’aujourd’hui ne savent pas guérir. L’objection de Léodagan n’est pas faite pour féliciter Fiona, mais surtout pour couper court à cet interrogatoire qu’il ne supporte pas, encore moins sous son nez. Il ne peut pas s’empêcher de jeter un regard mauvais à sa propre femme, comme s’il lui signalait pas ce silence qu’elle serait la prochaine à perdre sa langue si jamais elle tentait de le coincer une nouvelle fois dans ce genre de situation. Et comme la mère change de sujet pour reprendre sa fille, les choses semblent s’arrêter là. La seule personne qui semble invisible à cette table, c’est la soeur du roi : ses petits yeux perçant regardent tout, ses oreilles attentives écoutent le moindre mot. Et parce qu’elle certainement plus clairvoyante que tous dans ce royaume, elle voit même des choses que Nestor ne pourrait voir : les yeux de la reine qui cherchent trop à ne pas se poser sur le roi. La soeur sait que la reine a quelque chose de coincé sur le bout de cette même langue que l’on a menacé de trancher.

” - Merci..” Murmure du bout des lèvres la soeur du roi lorsque Fiona lui tend le plat qu’elle désirait goûter : des mots à peine audibles, même par le beau-père du roi qui est si près d’eux. ” Je pense que tu devrais choisir les esclaves qui seront au château, mon frère.” Voilà qu’elle parle à voix haute pour la première fois, coupant la reine dans la bonne nouvelle qu’elle souhaitait annoncer. Elle tutois Léodagan avant tant de coeur qu’on comprend que tous les autres n’en fassent pas autant : il semble lui appartenir d’une manière dont il n’appartiendra jamais à la reine.
” - Pour quoi faire.” Qu’il demande en buvant sa coupe de vin, tout en repoussant l’assiette pas encore vide mais qu’il ne parvient plus à avaler.
” - Car les derniers choisis sont de véritables bras cassés.” Qu’elle ose dire, posant un silence autour de la table : même les serviteurs présents semblent se faire plus petit. Personne n’oserait dire ces mots puisqu’elle est elle-même démembrée. Il n’y a que son frère qui ne semble pas faire attention à ce détail. ” Sans Nestor, j’ai failli me faire ébouillanter pendant ton absence. Ta chère épouse ne semble pas avoir tes yeux pour dénicher les plantes qui sauront fleurir un jour.”

Tout semble si silencieux après ces mots, mais le regard que Léodagan lance à sa femme est de nouveau sans appel. Il faudrait pouvoir la punir pour ne pas être à la hauteur des seules et quelques obligations qu’elle a envers ce royaume. Choisir les esclaves qui travailleront au château est important : c’est là que tout se passe, là que les trahisons pourraient se faire facilement. Mais parce qu’il est plus en colère par les possibles blessures de sa soeur à cause de l’eau bouillante, le roi ne fait même pas attention aux blessures qui sont infligées à la reine par sa soeur. Et la reine se sent mal, un peu plus. Voilà qu’elle est prise au piège lors de son propre jeu : elle regrette déjà ce dîner et se promet intérieurement de se venger un peu plus sui Fiona pour tout ça.

Le dîner aura prit faim après qu’une sorte de mousse au chocolat ait été servi par les esclaves. Le roi aura quitté la table avant les autres, sans le moindre regard pour les femmes autour de ladite table. Seul son beau-père l’aura suivi, parce qu’ils ont une conversation à avoir : le père de la reine est une chef de clan et surtout, un de ses meilleurs alliés aujourd’hui. Il prend part à toutes les guerres, et s’occupe même de la défense du Royaume. Alors Léodagan le lui dire, à lui, ce qu’il s’est passé pendant cette bataille. Le beau-père sera dans tous ses états, il montrera sa colère bien plus que le roi lui-même ne le fait. Mais lorsque Léo lui indique qu’il a prévu de faire venir l’allié et le prince jusqu’ici dans quelques jours, son beau-père s’est mit à sourire. C’est étrange, c’est moche sur son visage qui est tout le temps si dur est fermé : c’est parce qu’il a comprit les intentions du roi.

Fiona sera la première à apprendre la grande nouvelle. Parce qu’elle aura obligatoirement repris ses tâches habituelles, elle aura eu l’oreille tendue au bon moment, au bon endroit. Peu importe ce qu’elle faisait dans ce coin du château, peu importe si elle était seule parmi les serviteurs ou non, elle aura entendu les mots que la reine adresse à sa servante personnelle. Cette dernière est une confidente qui doit garder tous les secrets que la reine lui confie : nul doute qu’elle serait puni si on devait croire qu’elle a la langue trop pendue. La reine pense être enceinte. En réalité, et ça elle se retient bien de le dire, elle en est persuadée : les signes ne trompent pas, elle qui connaît son corps mieux que personne. Voilà la grande nouvelle qu’elle souhaite annoncer à son époux : la futur naissance d’un possible hériter. Faut-il encore que ce soit un garçon. La vérité cachée est qu’elle n’est pas enceinte du roi Léodagan ; voilà que cette grosse écarte les cuisses pour un des nobles de la cité, un des chef de clan qui, malgré sa fidélité au roi, n’aura pas su rester loin du plaisir de se taper la reine. Qu’il y ait de l’amour dans cette histoire n’a pas d’importance : elle est devenue disgracieuse au moment même où elle a ouvert son intimité à un autre que le roi. Elle compte bien à ce que sa faute ne soit jamais dévoilée aux yeux du roi et de tous les autres : elle croit réellement que son plan fonctionnera.

Deux jours : voilà le temps où Léodagan n’aura pas adressé la parole à Fiona. Il ne l’évite pas, non, il n’a pas besoin de le faire dans son château pour ne pas avoir le temps de la voir. Entre sa première nuit qu’il a du passer avec sa femme, la deuxième qu’il a prit pour réellement se reposer, les matins qu’il passe aux côtés de sa soeur, et ses nombreuses obligations, le roi a bien d’autres choses à faire que profiter du temps avec celle qui le mérite. Et s’il ne l’a pas vu, ce n’est pas pour autant qu’il n’a pas pensé à elle. Bien au contraire. A l’autre du troisième jour, il a laissé son beau-père s’occuper des doléances pour s’occuper du choix des esclaves comme sa soeur le lui a demandé. Léodagan agit toujours plus pour elle que pour tous les autres. Pourtant, il a convoqué Nestor qu’il a retrouvé au milieu d’un couloir. Ce dernier sait ce qui va suivre, puisque le serviteur revient tout juste de compter les nouvelles plantes de la reine.

” - C’est une perte de temps…” Que siffle le roi en se mettant en route. ” Mais Dame Adrienne a raison, nous devons faire plus attention aux esclaves qui occupent le château.” D’un signe de tête, il fait comprendre à Nestor que là sera sa nouvelle obligation, puisque la reine n’est pas capable de le faire elle-même. Mais ses pas s’arrêtent lorsqu’ils croisent son esclave favorite au détour d’un couloir. Les mots que le roi adresse sont destinés à Nestor, mais son regard ne se dégage pas de la silhouette de Fiona. ” Va la quérir, et fait en sorte qu’elle s’en occupe également. Forme la, Nestor. Qu’elle s’occupe des nouvelles recrues.”

Il aurait voulu demander à son plus fidèle serviteur s’il sent que Fiona est capable de prendre soin des nouveaux esclaves en plus de ses fonctions habituelles. Du point de vu de Léodagan, elle mérite d’avoir quelque chose en retour pour les services rendus lors de ce voyage. Non, Fiona ne mérite pas que les coups comme elle a pu prendre, comme celui qui a marqué son visage. S’il s’approche, Léodagan pourra-t-il encore voir la marque qu’il a laissé sur sa douce peau ? En tous les cas, ils se retrouveront tous les trois dans les cachots ou sont encore entassés les esclaves : certain seront choisit, d’autres seront revendus, et d’autres encore seront tués s’ils sont malade ou n’ont pas la moindre valeur. Nestor se fera-t-il une joie de choisir les esclaves, puis de les laisser aux mains de Fiona ? Il faudra qu’elle leur montre leur dortoir miteux, qu’elle les rende propre et les habille de façon convenable pour les tâches que Nestor leur aura désigné. S’il y a des filles, nulles ne seront aussi belle que Fiona aux yeux du roi.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
SneakySkunk
Messages : 571
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : Québec.
Crédits : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

Univers fétiche : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
SneakySkunk
Lun 21 Déc - 6:36
Gqmz2z4A_o.png
Fiona
Hahnfeld

Son chemin s'est égaré. Jeune Hahnfeld, s'est retrouvée jeune aux mains de l'ennemi. Elle a d'abord prétendu être muette. On l'a rapidement oublié. Elle est devenue servante pour le roi, au même titre que bon nombre de femmes. Ce rang ne lui convient pas, mais c'est le seul qui lui permette de garder une tête sur les épaules. Lorsque le roi a posé les yeux sur elle, qu'il a commencé à la choisir mainte et mainte fois pour combler ses envies, elle s'est entichée du confort qu'il pouvait lui offrir. Elle n'avait jamais connu la vie de paysanne avant d'être sous son joug. C'est une chose qu'elle apprend à la dur.

FIONA+LEODAGAN - You'll be mine until you die. [+18] - Page 4 13b14f288226966903a3528789bd1eb0eac8bef6


Nina Dobrev :copyright:️ Praimfaya
Car les derniers choisis sont de véritables bras cassés.

Cette réplique met un froid dans la pièce, parce que chaque pair d'yeux se dirigent vers les membres absents de la femme. Fiona s'étouffe avec sa salive, ce qui l'oblige à gonfler davantage les joues pour ne pas émettre trop de bruit. Elle garde une main contre sa bouche pour se retenir de ressentir la moindre émotion à ce sujet, mais elle voudrait très certainement en rire, vue l'ironie de la situation. Ça n'aurait pas été drôle si un autre s'était montré ainsi insultant, mais Fiona sent que la reine est piquée à vif : ça fait plaisir à l'esclave, que la reine elle-même puisse faire des erreurs et recevoir des reproches. Pourquoi ne pas la gifler, elle aussi? Elle parvient heureusement à ne pas attirer l'attention. À cet instant, Fiona ignore qu'elle risque gros : que sa propre existence est menacée à cause de la jalousie de la reine. Fiona n'a pourtant aucune valeur en comparaison de la reine, même si elle souhaiterait briller davantage qu'elle.

À la fin du repas, Nestor invite Fiona à quitter les lieux et à retourner à ses tâches habituels. L'esclave ne recevra aucun mot du roi. Adrienne est, quant à elle, aux bons soins de Nestor pour le reste de la soirée. Fiona retourne donc au bas de l'échelle, suivant les instructions des plus anciens. La fille ne retrouve pas l'usage de la parole lorsqu'elle est à nouveau parmi ses semblables.

____________

Son cœur s'émiette en million de morceaux. Sa poitrine se vide, ne laissant qu'un trou béant de tristesse et de solitude. Fiona se sent défaillir lorsqu'elle entend la bonne nouvelle ; oui Fiona est seule, discrète et silencieuse, et elle n'était pas là pour l'entendre volontairement. À ses yeux, cette nouvelle est un fléau. La reine ne peut pas être enceinte. La reine ne peut pas avoir un futur héritier au fond de ses entrailles. Fiona devrait être remplie ; Fiona ne devrait pas ressentir ce vide. L'esclave se sent défaillir, incapable de digérer cette horrible information. Elle la refoule avec haine, des tremblements dans les bras, des frissons sur le crâne, des nausées au fond de la gorge. Si la reine devait offrir un enfant en roi, jamais plus elle ne serait délogeable. La reine ne saurait offrir meilleur présent qu'un héritier à Léodagan ; Fiona ne l'a que trop bien compris en partageant si souvent sa couche.

Fiona n'est pas autorisée à voir le roi, peu importe à qui elle demande cette faveur. Et elle ne trouve pas non plus Nestor. Il doit certainement déjà être au courant. Est-ce pour cela qu'il ne la réclame plus dans son lit?   

____________

Fiona?

Nestor lui fait comprendre d'un regard, lorsqu'il la réclame dans le couloir, qu'elle doit cesser ses tâches en cours pour les suivre. Et lorsqu'ils se dirigent vers les cachots, sans davantage d'explications, son pouls s'accélère follement. Elle se demande si elle sera enfermée, si elle a commis une erreur. Sa cadence ralentit à mesure qu'elle suit Nestor. Le roi est loin devant. La reine souhait-elle qu'on se débarrasse de Fiona maintenant qu'un héritier germe à l'intérieur de son corps? L'anxiété de l'esclave ne pourrait être davantage à son comble. Elle pense que Léo n'a plus besoin de sa présence, n'a plus besoin de déverser sa semence là où elle est si bien accueillie. Fiona ne sait pas pourquoi elle les suit, alors qu'elle angoisse, alors que ses cils papillonnent.

Dorénavant, tu formeras les nouveaux serviteurs de ton roi, annonce Nestor qui désigne les hommes, les femmes et les enfants amassés dans les cellules du cachots, des personnes qui attendent que leur sort soit scellé.
Je ne serai pas jetée et démembrée alors? qu'elle soupire comme si elle relâchait le poids du monde de ses épaules, oubliant instantanément qu'elle n'avait plus envie que sa voix soit entendue ; les esclaves ne feront pas attention à ce détail.

Cette demande paraît absurde si on s'attarde au visage débité de Nestor : il grimace et fronce les sourcils comme si la question était stupide, pourquoi lui réserver un tel sort? Mais le sérieux de Nestor reprend ses droits, parce que Léo n'a pas de temps à perdre et qu'il doit rapidement expliquer à Fiona quelles seront ses nouvelles ― et importantes ― responsabilités. À peine commence-t-il à lui énoncer les faits, face au roi qui en sera témoin, qu'il remarque la curieuse émotion qui transcende le visage de Fiona. Sa peau hâlée, plus belle qu'avant son départ puisqu'elle a pris du soleil sur les terres durant ce périple, se teinte légèrement de rougeurs. Nestor interrompt son monologue pour demander :

N'es-tu pas reconnaissante envers le roi pour cette confiance?

En clignant des yeux, Fiona verse une larme. Elle secoue négativement la tête pour montrer qu'elle n'est pas triste. En réalité, elle est même plutôt émue compte tenu de la situation. Voilà bien longtemps qu'elle n'a pas refusé une demande du roi, chose qu'elle faisait régulièrement. Et qu'elle pourrait éventuellement refaire... Ce n'est pas pour cette raison qu'elle est triste ou confuse. Nestor s'assure de faire un unique pas vers Fiona, pour tenter de discerner les traits de son visage, pour les analyser, pour comprendre afin que son roi n'est qu'à recevoir l'information sur un plateau. Dans cette position, il évite ainsi à Fiona de se concentrer aux esclaves des cellules. Nestor a toujours dit qu'il serait là pour l'écouter parler afin que le roi n'ait pas à subir ses états d'âme. D'un autre côté, Fiona n'a pas le droit d'avoir de secrets pour le roi.

J'ai pensé que la reine exigeait de moi que je sois jetée, avoue-t-elle finalement, ce qui semble même étonner Nestor.
Pourquoi ferait-elle cette demande? tente de savoir Nestor dans les moindres détails, de toute manière, les décisions ne reviennent qu'au roi, et Fiona n'aurait pas à se plaindre si son destin était d'être oubliée.
À cause du bébé, prévient Fiona, surprise de constater qu'ils ne semblent pas connaître cette information. J'ai entendu la reine en parler...

Léo le savait-il, lui?

Nestor semble prendre cette information comme un coup de poing au visage, parce que son regard devient sombre à l'intention de Fiona, non parce qu'il n'est pas heureux que le roi puisse voir un héritier, mais parce qu'il n'était tout simplement pas au courant. La reine s'est bien abstenue de transmettre cette nouvelle afin de la réserver à Léo en personne, ou à l'ensemble du peuple au moment venu. Une seule confidente a été mise au courant, et il s'est avéré que Fiona ait entendu des propos qui auraient dû être tenus au secret. Si la reine devait penser que sa confidente n'est pas de confiance, que pourrait-il lui arriver? Pour sûr, Nestor se penchera sur le sujet avec un grand intérêt. Il regarde son roi pour recevoir ses instructions à cet effet. En réalité, Nestor se sent terriblement coupable de ne pas avoir été celui qui annonçait la nouvelle au roi, lui qui doit tout savoir. Qu'il soit concentré à plusieurs tâches en même temps, notamment l'arrivée prochaine des " alliés " n'aurait pas dû l'empêcher de voir ce qui se trouvait sous son nez. Fiona voudrait expliquer pourquoi elle pensait qu'elle serait jetée, mais Nestor secoue la tête pour lui faire comprendre de se taire. C'est le moment d'être muet. En réalité, le coeur de Fiona voudrait hurler qu'elle devrait être à la place de la reine. Sera-t-elle punie pour ne pas avoir révélé cette information plus tôt?

Si Léo n'a rien à dire à Fiona, Nestor interviendra en disant :

Montre-nous que tu es digne de servir le roi et occupe-toi de cette tâche simple, en parlant des esclaves qui attendent, la raison première de leur présence ici, voilà qui change bien les choses, car Fiona regrette d'être celle qui déçoit toujours le roi.

Si Léo devait avoir des choses à dire à Fiona, elle encaisserait, comme toujours. À la différence que aujourd'hui, sa joue n'est plus marquée des précédents coups portés, comme si jamais le garde ne l'avait blessée, comme si jamais Léo n'avait amplifié la blessure de sa poigne de fer. Fiona ferme durement les paupières dans l'attente de sa sentence, mais elle reste fièrement campée sur ses deux jambes. Aurait-elle dû baiser les pieds de son roi pour s'excuser d'un quelconque manquement? Elle ne sait jamais à quel moment elle doit se mettre à genoux devant lui, puisque de façon générale, il le fait savoir en lui empoignant les cheveux.

Du point de vue de Fiona, oui, il s'agit d'un fléau, tout lui semble démesuré et accablant. Certes, Nestor se sent coupable de n'avoir su être le premier à transmettre la nouvelle, mais s'imaginait-elle le pire alors que le roi pourrait tout simplement être heureux de cette nouvelle? Dans son coeur d'esclave, Fiona imagine les pires choses, puisqu'elle est toute petite et n'a aucune influence. Peu importe leur réaction, peu importe l'état dans lequel on la laissera, triste, neutre ou désemparée, elle accomplira sa tâche, d'abord aidée de Nestor.

Donc oui, si Fiona est autorisée à rester dans les cachots, elle se mettra à la tâche aussitôt, d'abord muette, puis en posant des questions à Nestor qui ne voudra point parler de la reine sous aucun prétexte, car il est hors de question que cette information soit transmise au peuple sans l'ordre direct de Léo. Nestor ne saurait être plus fidèle à son roi. Que ce soit aujourd'hui ou dans les jours futurs, Fiona apprendra comment choisir correctement les esclaves, ou du moins, comment correctement les diriger vers une tâche en particulier. Nestor ne pourra pas toujours être disponible pour elle. Il n'aura aucun mal à lui dire lesquels sont des fruits pourris, donc lesquels ne seront pas utiles. Les rebelles pourraient mettre la vie du peuple en péril, tout comme les malades. Il obligera même Fiona à lui donner un exemple de ceux à jeter, elle n'a pas le choix. Et si le roi a bien laissé Fiona à cette tâche, à laquelle elle se sera correctement appliquée, elle aura été accomplie de moitié d'ici à la tombée de la nuit. Du moins, pour les choix. Les prises en charge auront été faites plus lentement. Saurait-elle seulement comment correctement les former? Évidemment, il pourrait y avoir des lacunes, Fiona est loin d'être parfaite, mais elle aura au moins essayé. Nestor ne sera resté avec elle que quelques heures à peine.

Et parce que la tâche aura été épuisante, Fiona se sera effondrée en fin de journée, presque aussi exténuée que ce premier voyage à cheval, le corps vidé et douloureux. Mais surtout, le coeur lourd. Veut-elle réellement de cette vie si elle doit être sans le roi? Elle en oubliera même de faire ses tâches de base, assise dans le dortoir où s'amassent les esclaves quand ils ont terminé leur journée.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Contenu sponsorisé
FIONA+LEODAGAN - You'll be mine until you die. [+18]
Page 4 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Sujets similaires
-
» All the earth is mine
» Because you're mine. ft Leonnor
» this old heart of mine. (laufeyson)
» You're delightfully mine ft Maddy'N
» You're mine, by magic [PV Chocohuete]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers historique :: Moyen-Âge-
Sauter vers: