Partagez
 
 
 

 Rid me of your madness ft. Kitkat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Patate Douce
Patate Douce
Féminin MESSAGES : 249
INSCRIPTION : 25/10/2019
ÂGE : 27
RÉGION : Basse-Normandie
CRÉDITS : idk

UNIVERS FÉTICHE : Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3396-patate-douce#72133 https://www.letempsdunrp.com/t3992-m-petit-secret-grand-probleme-ecoute-moi-sans-reponse#84052
patrick

Rid me of your madness ft. Kitkat Empty

Le contexte du RP
JOKER 2.0

La situation

Janvier 2020. Quand sa petite amie, infirmière est mutée au Canada et plus précisement à Ottawa, Liam n'hésite pas à la suivre. Il avait espoir de pouvoir se faire une place dans le monde de l'Edition. Pourtant, arrivés sur place, il déchante rapidement quand le secteur semble pas tant prometteur qu'il le pensait. Et les factures doivent être payées. Il finit par postuler à un job, trouvé par hasard en revenant chez lui. Mais il ignore dans quelle décadence, il venait de se mettre en rencontrant Kai.

Contexte provenant de cette pépite : Joker 2.0


Rid me of your madness ft. Kitkat Y2SMLgu
Revenir en haut Aller en bas
 
Patate Douce
Patate Douce
Féminin MESSAGES : 249
INSCRIPTION : 25/10/2019
ÂGE : 27
RÉGION : Basse-Normandie
CRÉDITS : idk

UNIVERS FÉTICHE : Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3396-patate-douce#72133 https://www.letempsdunrp.com/t3992-m-petit-secret-grand-probleme-ecoute-moi-sans-reponse#84052
patrick

Rid me of your madness ft. Kitkat Empty

092a662f4896d6407674cac3dcffae9d37f99d29.jpg
Liam
Nielsen

J'ai 26 ans et je vis à Ottawa, Canada. Dans la vie, je suis désillusionnée et je m'en sors dans le déni. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché à une sublime et patiente créature et je le vis plutôt bien.

J'ai suivi ma petite amie, infirmière dans l'espoir de changer d'air. J'ai fait des études de management pour devenir correcteur et ainsi lire en avant première des pépites. C'est mon rêve. Que dire de plus ? Petit gars tranquille, ne faisant jamais de vagues.


Gijs Bloom :copyright:️ Patate Douce
@KITKAT

« Toujours pas de réponses ? » me questionne Dulcinée. Et je secoue la tête de droite à gauche. Elle masse mon épaule droite en signe de réconfort.

Trois mois
que nous étions arrivés et deux semaines qu’elle avait repris le boulot. Tandis que moi, je tournais en rond dans notre duplex. J’alternais entre défaire nos cartons, préparer des maquettes pour aménager notre cocon et envoyer mon curriculum vitae aux maisons d’Edition. Réponses à des postes et candidatures spontanées. Au mieux, un non ou attendre l’ouverture des postes, au pire, pas du tout de réponses. Je sais que cela faisait peu de temps mais je n’aimais pas rester sans rien faire et vivre avec un seul salaire, je me sentais indigne.

Dulcinée ne disait rien mais je culpabilisais de ne pouvoir subvenir correctement à nos besoins. Je n’étais pas dépensier mais les frais inhérents à notre quotidien obligeaient à avoir un budget drastique. Ce qui m’agacer franchement de devoir me serrer la ceinture par ma faute. Moitié ne se plaignait pas mais cela ne pouvait continuer.

Je décide de faire une folie ce soir, en allant au boucher, pour acheter de la viande de qualité et aller chez le primeur, ce qu’on évitait de faire souvent pour ne pas alourdir nos dépenses. Mais je voulais me montrer reconnaissant envers ma douce. J’avais prévu de lui faire un bon repas. Il me faut une bonne heure pour acheter tous les ingrédients de la recette que j'avais trouvé la veille. Découvrir de nouveaux commerçants de proximité et concourir à les faire vivre plus dignement.

Je remonte l’allée de chez moi, quand je me fais bousculer, le passant s’excuse et m’aide à ramasser mes sacs. C’est en me relevant qu’une affiche « on embauche » apparaît en face de moi, accrochée sur un hublot. Je me recule pour distinguer l'établissement, un bar visiblement. Je plaque ma main pour pouvoir observer à l’intérieur mais ainsi, je distingue mal l'intérieur. Quand bien même, je prends les coordonnées et appelle aussitôt afin de demander un rendez-vous. Réponse positive qui me surprend et j’ai rendez vous dans deux jours.

Je rentre chez moi, bien content et impatient d’annoncer la nouvelle. Je n’ai encore rien signé mais je veux y croire. Je me mets vite aux fourneaux et décide de cuisiner un mijoté à la canadienne, quatre heures devant moi, j’ai amplement le temps. Musique pour me motiver et je me lance.

Il est vingt heures quand Demoiselle rentre du boulot. « Ca sent délicieusement bon mon amour » Traînée de fringues pour aller jusque dans la douche. Je ris doucement. Bordélique à la différence de moi. Pas au point de faire une crise mais j’aimais quand tout était en ordre.

Je ramasse derrière elle pour mettre au sale. Et prends appui sur le lavabo pendant qu’elle se lave. « Bonne journée ? » Conversation entamée pour prendre la température. Vapeur qui nous enveloppe. « C’était la course mais tout ce que j’aime. » Elle avait un don pour donner de sa personne. Main mouillée qui sort pour m’attraper. « Non non, j’ai mon ragout sur le feu, je ne veux pas le rater » Elle soupire mais n’insiste pas.

Je peaufine ma table que j’avais pris soin de décorer et je dresse les assiettes. Je voulais que tout soit parfait. Elle ressort en t-shirt, jogging et me regarde surprise. « J’ai raté quelque chose ? Je peux aller me changer si tu veux. » Je lui dis non, et l’invite à s’asseoir.

Gentleman, je pousse sa chaise et m’assois à mon tour. « J’ai eu envie de te faire un bon repas pour te remercier de la patience que tu as pour moi alors que les choses ne sont pas évidentes. Alors merci. » Elle rougit. « On est un couple, on se doit de se soutenir » Je hoche la tête. Combien resterait avec les difficultés qui s’accumulent. « Mais, j’ai une bonne nouvelle ! » Oh ! qui s’échappe de sa bouche. « J’ai postulé à un job. Pas dans ma branche mais c’est mieux que rien. J’ai un entretien dans deux jours. »

Et je lui raconte mon aventure, un baiser d’encouragement et on se remplit allègrement la panse accompagnée d’un bon vin pour fêter l’occasion. Je ne sais pas si cela aboutira mais je demeurais confiant.


Rid me of your madness ft. Kitkat Y2SMLgu
Revenir en haut Aller en bas
 
Kitkat
Kitkat
Féminin MESSAGES : 200
INSCRIPTION : 27/07/2019
ÂGE : 28
RÉGION : L'univers des pingouins
CRÉDITS : Niki/Kitkat

UNIVERS FÉTICHE : Ça dépend de mon humeur
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3167-why-so-serious https://www.letempsdunrp.com/t3576-kitkat-have-a-break-have-a-kitkat https://www.letempsdunrp.com/t3174-keep-calm-we-re-all-mad-here
patrick

Rid me of your madness ft. Kitkat Empty

22vl.jpg
Kai
Jung

J'ai 29 ans et je vis à Ottawa au Canada . Dans la vie, je suis le propriétaire du Joker's Show doublé d'un criminel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, car à moins de trouver ma Harley Quinn, aucune autre femme ne m'intéresse.

Rid me of your madness ft. Kitkat Bcrx
> Même s'il n'a rien à voir avec un ange, son nom complet est Kai Angel Jung. Une merveilleuse idée de sa prostituée de mère. Eh pour son père ? Il n’est qu’un bon à rien qu’il a connu à partir de ses 11 ans jusqu'à ce qu’il lui présente la porte à ses 18 ans.
> Kai possède quelques tatouages sur différentes parties de son corps (par exemple un sur les côtes droites où il est inscrit Forever Young, un à la hauteur de l’omoplate droite qui a l’inscription Too fast to live too young to die).
> Tout dépendant de la température, il lui arrive de boiter à cause de sa vieille fracture à sa jambe gauche ce l’oblige parfois à se déplacer à l’aide d’une canne.
> Il souffre du syndrome de Peter Pan, mais il n’en a pas conscience.
> Fan du Joker depuis son enfance, Kai est persuadé depuis son adolescence d’être le nouveau Joker constitué de chair et de sang.
> Depuis quelques années, il est le propriétaire du Joker's Show, l'activité sur le devant de la scène est légale, mais derrière les rideaux, cela l'est beaucoup moins...
Rid me of your madness ft. Kitkat Pe08


avatar : Kwon Ji Yong :copyright:️ Niki

Bientôt, cela fera pratiquement deux ans que le Joker's Show a ouvert ses portes et ton établissement se porte comme un charme. Tu as de quoi être fier après toutes les galères qui ont parsemé ta petite vie minable. Tes employés, fiables pour la plupart - ceux qui ne le sont pas connaît rapidement la voie de la mise à la porte -, t'offrent le meilleur d'eux-mêmes. Quoique, tu as eu dû user de ton statut de patron durant ces dernières semaines. En d’autres mots, tu as dû faire quelques «mises à pied» définitives autant du côté de ceux qui s’occupent seulement de l’aspect légal de ton business que du côté de tes hommes de main. Malheureusement pour toi, tu n’as pas eu le choix d’afficher ici et là des petites annonces pour des emplois de libres - sans mettre des détails - dans ton établissement. Si tu n’as pas de difficulté à trouver des serveurs, des personnes en cuisine, des barmaids, des videurs ou encore des artistes voulant se produire sur scène, ce n’est pas du tout la même histoire avec hommes de main. Déjà, à moins d’être un parfait idiot, tu ne peux pas tout bonnement afficher une offre d’emploi qui mentionne que tu as besoin d’un homme ou d’une femme qui est en mesure de t’accompagner dans tes activités criminelles avec en plus les caractéristiques que tu recherches. Ta santé mentale est peut-être fragile et tu peux parfois passer pour un fou, mais tu es loin d’être stupide.

Le Joker's Show, le travail de toute une vie - du moins de ta jeune vie -. Debout sur la scène vide où les humoristes en herbe peuvent présenter des stands up ou leurs talents, tu fais face à la salle - elle aussi vide puisque l’heure d’ouverture n’a pas sonné - avec un petit sourire de fierté sur tes lèvres. D’ici quelques heures, cette même salle sera comblée par les divers clients qui prendront place aux tables afin de se détendre et manger tranquillement un bon repas. Il ne faut pas oublier l’alcool, ce doux élixir qui rend un mauvais spectacle meilleur qu’il ne l’est vraiment, mais si la soirée est trop ennuyeuse, le bar est disponible à l’écart du bruit. Oui, tu peux affirmer que tu as pensé à tout et tu as de quoi en être fier. Il ne faut pas oublier que le plus intéressant se trouve à l’abri du regard des clients, c’est-à-dire derrière les rideaux de la scène, là où se trouve ton bureau et quelques installations supplémentaires que seuls une poignée de tes employés - les criminels pour bien les décrire - ont accès. Là où tu imagines tes plans pour commettre tes actes répréhensibles.

Aujourd’hui, ce n’est pas par plaisir que tu es présent si tôt dans ton établissement et qui est encore vide à cet heure-ci. Aujourd’hui, tu as une entrevue à faire passer à un jeune homme, du moins si tu peux en juger par sa voix, que tu espères prometteur. Si tu as comblé la majorité de tes postes dans les derniers jours, il te reste encore à trouver de bons hommes de main… Alors que tu commences doucement à t’avancer vers la porte d’entrée, ta canne à la main - l’humidité ne cesse de venir influencer cette blessure vieille de maintenant 11 ans -, tu attends impatiemment l’arrivée de ton potentiel futur employé. Lors de votre bref échange téléphonique, tu avais demandé au jeune homme de frapper à la porte principale pour que tu puisses l’accueillir correctement.

Au bout de quelques minutes, tu entends des petits coups donnés sur la porte d’entrée. Ni une ni deux, tu t’empresses d’ouvrir la porte pour accueillir le jeune homme dans ton plus beau costume aux couleurs qui rappellent le Joker, c’est-à-dire le violet ainsi que le vert. Quoique, cela ne doit pas être le plus choquant chez toi. Non, ce qui fascine les gens pratiquement à chaque fois, c’est la couleur de ta chevelure. Vert. Une couleur qui rappelle encore une fois le Joker, le personnage que tu dis non pas imiter, mais que tu affirmes incarner dans la réalité. Tu es le véritable Joker. Tu refuses être une vulgaire copie. «Bonjour M. Nielsen. Je suis heureux de vous rencontrer. Je suis Kai Jung. Vous pouvez m’appeler Kai ou M. Jung, cela n’a aucune importance.» Te présentes-tu avec un large sourire collé sur tes lèvres. Les politesses qui s’associent plus à des petites phrases hypocrites ou encore les faux-semblants ne sont pas du tout ta tasse de thé. Pire encore, tu feras toujours exprès d’énerver ceux qui accordent trop d’importance à ces futilités. Certes, tu es capable de faire preuve de politesse - en réalité, tu es presque toujours poli, mais ça c’est ton côté comédien qui te fait agir de la sorte -, mais au bout du compte, tes travers humains referons surface à chaque fois.

Alors que tu lui présentes ta main afin de la serrer, tu fais quelques pas de côté afin de le laisser entrer dans ton établissement, puis tu refermes la porte derrière lui. «Bienvenue au Joker’s Show M. Nielsen ! Veuillez me suivre, mon bureau se trouve après les coulisses.» Alors que tu l’entraînes avec toi vers l’arrière de la scène, puis dans quelques couloirs, tu l’invites à entrer dans ton bureau, puis tu lui fais signe de prendre place dans l’un des sièges face à toi. Derrière ton bureau, tu ressembles presque à un véritable homme d'affaires si ce n'était pas de ton accoutrement hors de l'ordinaire - sans oublier ta chevelure verte - ainsi que la décoration qui prouve que tu n'es pas un être tout ce qu'il y a de plus ordinaire. La pièce, plutôt spacieuse et accueillante avec en bonus une fenêtre assez grande pour admirer la vue sur la rue plus ou moins bondée, ne répond pas aux standards d'un bureau sérieux. Les couleurs neutres et une décoration sombre? Oh non! Cela ne convient pas à l’homme dérangé que tu es ! Il fallait y mettre un brin de vie à ta manière avec mille et un objets qui n’ont pas toujours de liens entre eux.

«J’imagine que vous avez votre curriculum vitae avec vous M. Nielsen ? Ne vous fatiguez pas à me le donner, je préfère vous écouter parler plutôt que de lire un bout de papier. Tout ce que je demande, c’est que vous soyez honnête.» Encore une fois, tu as ce sourire étrange affiché sur tes lèvres. Ce même sourire qui rend parfois le commun des mortels un tantinet - pour ne pas dire carrément - mal à l’aise. «Donc,commençons ! J’aimerais connaître vos expériences de travail et vos ambitions M. Nielsen.» Tu as parfaitement conscience qu’en dehors de tes hommes de main, la plupart des autres employés de ton établissement ne sont pas là pour y mener une grande carrière. Entre le boulot étudiant ou le besoin de simplement recevoir une paie afin de payer les factures, tu peux pratiquement compter sur une main ceux qui sont ici par «passion». Ceux-là, tu vas surtout les trouver dans les cuisines à préparer des repas de qualité pour ton business ou bien derrière le bar. Bref, tu vas vite te rendre compte au bout de quelques questions si ce jeune homme aura un simple emploi dans l’aspect légal de ton commerce ou bien à tes côtés dans l’illégalité...

@Patate Douce
Revenir en haut Aller en bas
 
Patate Douce
Patate Douce
Féminin MESSAGES : 249
INSCRIPTION : 25/10/2019
ÂGE : 27
RÉGION : Basse-Normandie
CRÉDITS : idk

UNIVERS FÉTICHE : Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3396-patate-douce#72133 https://www.letempsdunrp.com/t3992-m-petit-secret-grand-probleme-ecoute-moi-sans-reponse#84052
patrick

Rid me of your madness ft. Kitkat Empty

092a662f4896d6407674cac3dcffae9d37f99d29.jpg
Liam
Nielsen

J'ai 26 ans et je vis à Ottawa, Canada. Dans la vie, je suis désillusionnée et je m'en sors dans le déni. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché à une sublime et patiente créature et je le vis plutôt bien.

J'ai suivi ma petite amie, infirmière dans l'espoir de changer d'air. J'ai fait des études de management pour devenir correcteur et ainsi lire en avant première des pépites. C'est mon rêve. Que dire de plus ? Petit gars tranquille, ne faisant jamais de vagues.


Gijs Bloom :copyright:️ Patate Douce
Je m’observe dans le miroir, lissant ma chemise bleu nuit, remettant le col correctement. Demoiselle a pris le temps de la repasser hier. Ma fétiche. S’il y a un vêtement auquel je suis prêt à me promener en boxer comme seul bas, c’est bien celui-là. Je ne lui accordais aucun pouvoir chimérique mais je me sentais en confiance en portant ma chemise. C’est en discutant la veille, que j’ai réalisé que je ne savais rien du poste pour lequel, je postule. Mais bon, je ne pouvais faire la fine bouche, je devais aider ma chère et tendre au plus vite. Je me brosse les dents consciencieusement, à croire qu’un sourire resplendissant m’aiderait à signer un contrat. Je retourne au salon, pour vérifier que j’avais bien tous mes papiers et surtout un stylo. Oui, j’étais prêt à signer dans la foulée et même entamer mon emploi dans la journée. Je décide d’y aller en vélo pour me avoir quelques minutes d’avances. Je toque timidement à la porte, une fois, que j’ai calmé mon stress. Et je suis accueilli par … Une chevelure .. Verte et une tenue particulièrement haute en couleurs… Hum, pourquoi pas. Je ne suis personne pour juger, après tout. Un employé ? Je serre sa main, retenant le nom de mon futur employeur. C’est audacieux, mais je veux y croire. Alors je tente d’amadouer mon Destin avec ferveur.

« Vous pouvez m’appelez Liam, cela me va très bien » Dis-je avec un manque d’assurance certain.

Je pénètre dans l‘établissement. Un étrange pressentiment me parcourt. Comme si j’entrais dans une autre dimension. J’observe tout et le suit docilement puis prend place dans son bureau, à son image. Je dirais unique et … Excentrique. Qui est ce personnage ? Il me parle de mon C.V et commence à farfouiller dans ma sacoche pour être finalement arrêté dans mon élan. Curieuse manière de mener un entretien. Mais pourquoi pas. Ca va avec la personne, finalement. Je prends le temps de réfléchir et me racle la gorge, devenant aussi rigide qu’un roseau, paumes sur mes cuisses. Par où commencer ?

« J’ai toujours été étudiant. J’aimerais devenir correcteur dans une maison d’Edition alors j’ai orienté mes études en ce sens. Sinon, en job d’été, j’ai été pet-sitter et travaillais dans une librairie. J’ai suivi ma petite amie ici. Et je suis devant vous, pour postuler, à l’inconnu. »

Je cherche ce que je peux bien lui dire mais il faut avouer que ma vie n’a rien des montagnes russes. Plutôt linéaire. Une famille outrageusement ennuyeuse. Un père, banquier. Une mère, professeur en faculté. Une grande sœur travaillant dans les forces de l’Ordre officiellement. Donc en soi, rien de bien extraordinaire. D’ailleurs, j’enviais ma sœur. A chaque retour de mission, elle avait toujours de palpitantes aventures à nous conter. Mais étant trop peureux, je n’aurais jamais eu les couilles de survivre. Mon instinct devait être au niveau un et encore. Alors passer son temps hors de son pays et sans confort, pas pour moi.

« Le secteur d’activité est bouché. Et il faut manger. Alors, je suis prêt à être formé à nouveau métier. » Je fus le plus honnête possible.

J’avais envie de lui dire que c’était la merde dans mon secteur et qu’il était une de ses chances de faire autre chose que de planifier des repas hebdomadaires et de me sentir diminuer dans mon couple. Je souris, montrant que je m’étais bien brossé les dents.

« En quoi consiste le poste ? J’avoue avoir répondu présent à l’aveugle. »


Je ne pouvais pas être plus sincère que maintenant. En somme, je mettais mon compte en banque entre ses mains.





Rid me of your madness ft. Kitkat Y2SMLgu
Revenir en haut Aller en bas
 
Kitkat
Kitkat
Féminin MESSAGES : 200
INSCRIPTION : 27/07/2019
ÂGE : 28
RÉGION : L'univers des pingouins
CRÉDITS : Niki/Kitkat

UNIVERS FÉTICHE : Ça dépend de mon humeur
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3167-why-so-serious https://www.letempsdunrp.com/t3576-kitkat-have-a-break-have-a-kitkat https://www.letempsdunrp.com/t3174-keep-calm-we-re-all-mad-here
patrick

Rid me of your madness ft. Kitkat Empty

22vl.jpg
Kai A.
Jung

J'ai 29 ans et je vis à Ottawa au Canada . Dans la vie, je suis le propriétaire du Joker's Show doublé d'un criminel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, car à moins de trouver ma Harley Quinn, aucune autre femme ne m'intéresse.

Rid me of your madness ft. Kitkat Bcrx
> Même s'il n'a rien à voir avec un ange, son nom complet est Kai Angel Jung. Une merveilleuse idée de sa prostituée de mère. Eh pour son père ? Il n’est qu’un bon à rien qu’il a connu à partir de ses 11 ans jusqu’à ce qu’il lui présente la porte à ses 18 ans.
> Kai possède quelques tatouages sur différentes parties de son corps (par exemple un sur les côtes droites où il est inscrit Forever Young, un à la hauteur de l’omoplate droite qui a l’inscription Too fast to live too young to die).
> Tout dépendant de la température, il lui arrive de boiter à cause de sa vieille fracture à sa jambe gauche ce l’oblige parfois à se déplacer à l’aide d’une canne.
> Il souffre du syndrome de Peter Pan, mais il n’en a pas conscience.
> Fan du Joker depuis son enfance, Kai est persuadé depuis son adolescence d’être le nouveau Joker constitué de chair et de sang
> Depuis quelques années, il est le propriétaire du Joker's Show, l'activité sur le devant de la scène est légale, mais derrière les rideaux, cela l'est beaucoup moins...
Rid me of your madness ft. Kitkat Pe08


avatar : Kwon Ji Yong :copyright:️ Niki

Tu te montres attentif autant à ses paroles qu’à son attitude. Malgré ton excentricité débordante, ton intérêt n’est pas seulement tourné en tout temps vers ta petite personne. Dans ton monde, si tu veux être en mesure de survivre, tu n’as pas le choix de faire attention à ton environnement, car une simple erreur peut te coûter la vie. Quoique, c’est peut-être ta folie grandissante qui te permet de rester en vie… Ton regard tourné vers le jeune homme, tu observes ses gestes qui viennent trahir sa nervosité apparente. Déjà, ton attitude à son égard ne doit pas l’aider à trouver un semblant de normalité dans cette entrevue, mais en plus, tu crées parfois de drôles de réactions avec ton apparence physique. À tes yeux, cela est loin d’être un problème.

Un étudiant ? Plutôt un ancien étudiant et qui a fait le choix de suivre sa petite amie dans un nouvel environnement où il n’a probablement pas de réseau social ni familial. Pratiquement seul au monde dans une ville qui n’est pas la sienne. N’est-ce pas une chance en or pour toi ? Si tu entraînes ce jeune homme sur la pente glissante de ton business qui est loin d’être légal, il ne pourra pas discuter de ce sujet avec son entourage immédiat, du moins, en dehors de sa copine. «Vous avez dû faire plusieurs sacrifices...» Déclares-tu avec un sourire que tu essaies de faire paraître comme compatissant. À l’époque où tu adorais danser - ça, c’était avant qu’un groupe de gamins viennent te bousiller le genou gauche ainsi que le reste de ta jambe pour le simple plaisir de frapper sur une «pédale dansante» il y a de ça une éternité -, tu avais conscience que d’en faire un métier était presque impossible à moins d’avoir beaucoup de chance. À la place, tu t’es recyclé en businessman et en criminel, mais dans certains cas, les deux vont très bien ensemble. «Je suis conscient que vous ne comptez pas travailler ici toute votre vie.» Sa présence ici dans ton bureau n’est qu’une question de survie, comme la plupart des jeunes gens qui viennent ici pour dégoter un boulot qui ne paie pas trop mal.

«Vous faites un saut dans le vide sans savoir où cela va vous mener.» Un sourire presque amusé se dessine sur tes lèvres. En vérité, tu aimes bien ce jeune homme. C’est qu’il te fait une bonne impression malgré tout. Tu lui as réclamé des réponses honnêtes, eh bien, tu es servi et tu n’as pas le droit de t’en plaindre. «Je suis à la recherche d’employé pour les postes habituels. Serveur, plongeur, une aide en cuisine. Si vous voulez jouer les gros bras vous pouvez aussi occuper un poste de videur ou je peux vous faire signer un contrat pour faire des représentations sur la scène.» Encore un sourire légèrement moqueur qui apparaît sur ton visage, car même si tu connais que très peu ce jeune homme, une petite voix dans ta tête te murmure qu’il n’est pas du genre à virer les gens physiquement d’un lieu ou encore de chercher à attirer l’attention devant une foule.

Sans vraiment lui laisser le temps de répondre, ton sourire disparaît aussi vite qu’il est apparu. Maintenant, ton expression est plus sérieuse, ce qui détonne avec ton apparence physique. «J’ai peut-être un autre travail à vous offrir M. Nielsen… Pardon, Liam.» Alors que tu joins tes mains ensemble sur ton bureau, tu enchaines avec une petite explication. «Vous savez, puisque mon établissement fonctionne bien, mes employés ont un taux horaire bien plus élevé que le salaire minimum, mais il arrive que je propose des boulots dont le salaire est au moins multiplié par deux. Tout ce que je demande, c’est de faire preuve de discrétion et d’éviter de poser trop de questions. Est-ce que je me trompe si je dis que vous semblez correspondre à cette demande ?» À nouveau tu lui adresses un sourire que tu voudrais rassurant à son égard, mais tu doutes que cela soit le cas. Non, tu refuses de lui expliquer que le travail consiste à traverser la ligne de la légalité, mais s’il accepte, il va bien finir par s’en rendre compte et ce, plutôt rapidement. Une fois plongée jusqu’au cou, il ne pourra pas aller se plaindre à la police ou s’il menace de le faire, tu pourras toujours lui faire peur en expliquant qu’il est maintenant lui aussi un criminel.

«Si je peux vous aider à faire votre choix, sachez que ce n’est pas dangereux pour votre vie et c’est de l’argent facilement gagné. Si vous faites correctement votre boulot, je vais continuer à vous solliciter.» Oh non, tu ne mens pas à ce sujet. Tu ne comptes pas le planter devant des types dangereux armés ou t’en servir comme bouclier humain. Tu as simplement besoin de quelqu’un pour assurer tes arrières, mais il aura les détails de l’emploi en temps et en heure. «Qu’en dites-vous Liam ? Je peux vous laisser un jour ou deux pour y réfléchir. Si vous refusez, je peux vous offrir un emploi tout ce qu’il y a de plus classique et vous aurez le choix de commencer dès demain soir.» C’est que tu es presque sympa, tu peux lui laisser un petit délai avant de te donner une réponse définitive. D’ici là, tu vas continuer tes recherches pour mettre la main sur une personne en qui tu peux avoir un minimum confiance et qui ne va pas chercher à te tenir tête. C’est que ton «rendez-vous important» à bientôt lieu et que tu ne peux pas te pointer là-bas seul. Pour ta propre sécurité, tu as besoin de deux ou trois accompagnateurs particuliers...


@Patate Douce
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Rid me of your madness ft. Kitkat Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Rid me of your madness ft. Kitkat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: