-25%
Le deal à ne pas rater :
Abonnement PS Plus de 12 mois
44.99 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 514
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Invasion extraterrestre.



I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 514
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Empty

V9OQbm6V_o.gif
Luisa
Romero

La trentaine incertaine dans un monde disparate. " Infertile ". Incapable de maintenir une relation amoureuse. Infidèle si elle ne ressent aucune attraction émotionnelle. Elle n'a jamais voulu aborder sérieusement le sujet de l'adoption. C'est une personne qui peut facilement mentir pour s'en sortir. Dans le miroir, elle voit tantôt un monstre déshumanisé tantôt une survivante. Quand elle se voit dans autrui, elle aide sans demander en retour, elle offre sans penser à elle, elle évite de blesser inutilement. Elle offre aux gens ce qu'elle peut offrir. Mais ne regrettera pas de ne pas le faire.

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Tumblr_o0e8saBW2y1s392ayo8_250

Qui est-elle réellement, derrière cette façade normale et inaccessible? Qui est Luisa Romero? D'où vient-elle? Que veut-elle? Seize ans, enceinte. Immigrée au Canada après une demande qui aura été entendue tardivement. Mariée depuis l'âge de 8 ans à un homme avec qui elle n'avait échangé plus que : « d'accord, je n'ai pas faim, je n'ai pas envie, tu me fais mal », en huit ans de relation. Ni père ni mère à titre de modèle, Luisa n'a pas hésité à agripper farouchement la main qu'on lui tendait lorsque les aides humanitaires ont foulé son pays. On l'a amenée au Canada où des hommes de sa propre nationalité ont essayé de lui faire du mal, de la punir d'être si loin de chez elle. Des lésions, des hématomes, des fractures, l'inquiétude infernale. Elle ne s'est jamais sentie plus forte que le jour où elle s'est faite avortée de son bourreau.
Pourtant, le vrai combat ne fait que commencer. Celui de l'humanité et celui de son coeur par rapport à lui. Le reste était sans doute pour la préparer.

Lindsey Morgan :copyright:️ Jae
Des siècles durant, l'Homme s'est imaginé seul dans l'immensité de l'espace, poussière d’atmosphère ; pourtant, nombreuses ont été les hypothèses concernant d'autres vies supérieures. Il était impossible que, parmi les multiples systèmes solaires, parmi les nombreuses planètes potables, nulle vie ne puisse éclore. L'Homme avait des attentes, espérant sans doute faire une percée historique mémorable. L'Homme n'imaginait sans doute pas qu'il serait la proie de " bestioles " venues d'ailleurs, prêtes à envahir, prêtres à détruire. Ils sont pourtant venus, les êtres de l'espace, dans leurs vaisseaux. L'Homme n'a eu aucune chance de se défendre. D'une part, la surprise, d'autre part, la protection des siens avant l'assaut nucléaire. Faire face à une guerre inconnue, pour la première fois, ça laisse les gens désarmés et déboussolés. Personne ne savait quoi faire. Les villes ont été ravagées. L'armée s'est vue dissoute par de nombreuses attaques, sur la terre, sur la mer, dans le ciel. Le chaos était partout à la fois. Dans toutes les villes. Sur tous les continents. Nul ne pouvait échappé à la catastrophe mondiale.

Chuck, est-ce que tu m'entends?

D'abord, des grésillements. La radio n'émet plus aucun signal. Chuck, c'est un type du groupe auquel elle appartient. Un petit groupe qui tentait de survivre depuis plusieurs semaines, mais qui vient de subir un assaut magistral. Par un quelconque miracle, Luisa a survécu. Cependant, la radio qu'elle tente de faire fonctionner n'est pas coopérative. Des étincelles s'en échappent, menaçant de l'enflammer subitement. Elle tape dessus, essaie de trouver un signal sans savoir comment l'obtenir correctement. À genoux au sol, elle prie désespérément qu'on lui vienne en aide. Mais elle ne peut s'empêcher de se dire : je ne le mérite pas.

***

Il arrive fréquemment qu'une femme soit infertile. Nous avons plusieurs traitements alternatifs pour soigner ce... [...] Stimuler l'ovulation. [...] Suivi régulier. [...] Mais avant tout, nous recommandons une échographie pelvienne pour s'assurer que...

Le médecin parle, mais déjà, elle n'écoute plus. Elle tourne un regard attentif en direction de son partenaire qui semble davantage concerné qu'elle-même. Elle aurait dû lui dire, qu'elle faisait tout en son pouvoir pour ne pas retomber enceinte, même avec ses précédents partenaires. Non pas qu'elle n'est pas amoureuse, mais elle n'est pas prête à avoir d'enfants. Les souvenirs sont marquants. Elle ne s'est jamais imaginée mère. Son partenaire, il écoute assidûment les directives et les conseils du médecin. Elle les connait par coeur. Un tas de raisons pourrait expliquer cette problématique. Très sincèrement, elle n'a pas envie que la cause soit exposée oralement. Elle veut seulement rester elle-même. Vivre sa propre vie. Lorsqu'un enfant vient au monde, plus rien ne compte hormis lui. Elle craint aussi de perdre tout amour envers son amoureux pour n'avoir d'yeux que pour son enfant. Elle ne pense pas pouvoir offrir de l'amour à plus d'une personne à la fois. Déjà qu'une c'est compliqué... Elle sait, qu'elle serait là pour lui, pour ce petit être. Et c'est justement pour ça qu'elle est bien heureuse d'être incapable " d'ovuler correctement ".

Son partenaire, il hoche simplement la tête lorsqu'elle annonce avoir besoin de prendre l'air. Il est en grande discussion avec le médecin. Il est bien trop gentil pour comprendre qu'elle lui ment sous le nez depuis des mois. Certaines femmes ressentiraient le besoin de pleurer, à l'entente de cette triste nouvelle, du peu de pourcentage de réussite. Pourtant, ce n'est clairement pas son cas. Elle pourrait être soulagée. D'un autre côté, il est également possible qu'elle ne soit simplement pas amoureuse au point de vouloir fonder une famille. Elle a toujours été la tête forte de ses relations amoureuses, à croire qu'elle n'attire que les gentils garçons, prêts à tout pour lui plaire. Ils sont doux et attentionnés. Et chaque fois qu'arrive le jour de la rupture, ils se montrent compréhensifs et prêts à attendre. Elle est ridicule. Elle doit se dégourdir. Doit marcher dehors. On la bouscule sur la trottoir.

J'ai l'air d'un paillasson peut-être? s'offusque-t-elle.

Et la vraie personnalité revient au galop. N'a-t-elle pas déjà frappé un ex sous l'émotion? Le genre de réaction à laquelle on ne s'attend pas, car elle se cache derrière une baie vitrée, observant, prête à répliquer à la moindre tentative néfaste à son encontre. Elle ravale alors ses paroles, puis se contente de détourner les yeux pour rester calme.

Elle se souvient de cet instant en particulier. Car c'est ce jour là qu'elle a vu le premier vaisseau créer une ombre au-dessus de sa tête avant que le monde ne se métamorphose ― en quelques mois à peine. Un mouvement dans les airs. Les yeux plissés. L'incompréhension totale. Des passants qui lèvent la tête, tout aussi curieux qu'elle. Des klaxons impatients. Les premières voitures qui tombent en panne. Et d'un coup, elle se dit que sa place est réellement dans la rue, pas dans le bureau.

***

Après toutes ses erreurs, craignant ne pas mériter de vivre, elle sait qu'elle ne pourrait pas baisser les bras de toute manière. Elle s'est trop souvent battue pour sa propre survie.

Si quelqu'un m'entends... qu'on vienne m'aider. Je suis...

La radio crache du feu. Elle se recule lorsque la chaleur effleure sa paume. Elle regarde autour d'elle, mais ne voit que des débris. Elle est coincée sous des décombres, sans avoir eu le temps d'indiquer son emplacement à qui pouvait bien l'entendre. L'immeuble de télécommunications qui vient de subir une attaque.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 393
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Empty

0z1h10.png
Valentin
De-Gaunt

Sa fête annuelle à toujours été pourrie, la Saint valentin, il l'a toujours passé avec une fille différente. Pas parce qu'elles n'étaient pas bien pour lui, mais parce qu'il n'a jamais ressenti de réelles affection pour ces filles. C'est comme s'il avait toujours pu tout donner, sans jamais recevoir ce dont il avait besoin. Autant dire que Valentin n'a jamais été réellement intéressé par quelqu'un ; il a aimé oui, certainement cent filles mais il n'a jamais été amoureux. Il a toujours été intéressé par trop de choses, trop de gens, pour savoir s'y concentrer réellement. Il a fait de tout, et rien à la fois. La seule chose dans laquelle il a pu être bon, c'est le paintball. Seule occupation qu'il avait avec son grand frère avant que ce dernier ne finisse ; seule chose qui lui a vallut d'être médaillé en Europe. Son père ne cessait de lui dire qu'il aurait été un bon soldat, mais Valentin n'a jamais prôné autre chose que l'amour, vraiment pas la guerre.

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Tumblr_ni5aq3WurK1tagfwmo5_250

Valentin parle très bien le français, c'est par sa famille paternelle. C'est pour ça qu'il allait souvent en Europe. C'est comme ça qu'il s'est ouvert à d'autres choses. Est-ce qu'il croyait aux extraterrestres, avant ça ? Non, mais il était ouvert. Fan d'Alexandre Astier après l'avoir découvert lors d'une conférence sur le sujet. Mais il n'a jamais pensé que tout cela puisse arriver. Transformé. Les quelques mois de guerre ont suffis à le faire prendre le chemin que son grand père voulait pour lui. S'il ne s'est pas engagé dans l'armée, il lutte farouchement contre les aliens.

Thomas Mcdonell :copyright:️ VOCIVUS
Quand il regarde le ciel aujourd'hui, il n'a plus rien de bleu ou de chaleureux. Il est gris, gris foncé, gris terne, gris ténébreux. Valentin n'aime pas ça, parce qu'il avait l'habitude de dire on est assez chanceux pour être la dernière génération à vraiment pas connaître la merde de pollution, autant en profiter. Mais aujourd'hui rien n'est plus faux, parce que ce n'est pas l'air toxique qui a assombri le ciel, c'est l'envahisseur. On l'entend parmi les gens qui ont bougé pendant ces premiers mois, c'est ça dans toutes les grandes villes où ils se sont implantés. Il faut bouger loin, hors des métropoles, pour pouvoir voir la vraie couleur du ciel. Le problème, c'est que pour l'instant tout se passe en ville, les combats, l'envahissement, alors Valentin ne voudrait pas être ailleurs. Il préfère regarder le ciel sombre plutôt que se cacher, tenter de vivre comme si rien était. Il faut se battre pour avoir le droit d'être là.

Il n'oublieras jamais le jour où ils sont arrivés. L'ironie de la situation, il était en train de se faire tailler une pipe, par une belle rousse dont il ne se souvient pas le nom. En fait, elle est morte trois jours après. Une balle alien dans la tête, autant dire que Valentin a été choqué. Il n'avait jamais vu quelqu'un mourir, il en sera marqué à vie. Son instinct de survie lui interdit de se sacrifier pour quelqu'un, il veut vivre. Vivre pour se battre, vivre pour gagner. Et même s'il doit mourir pour ça, il veut le faire pour lui. Pour ses propres convictions. Les montres ont déjà pris son frère, il n'a plus rien à perdre mise à part sa vie. Il veut la liberté.

'' - J'ai quelque chose !''

Une fille avec les cheveux courts, bouclés, en bataille, s'exclame en trifouillant sa radio. Piratée. Elle pirate tout depuis des années, apparemment, c'est ce qu'elle s'est plu à raconter au reste du groupe. En l'état, elle a remise sur roue six véhicules, une pompe à essence mise hors service par l'envahisseur, une dizaine de téléphones portables pour stocker des informations et prendre des photos. Et la radio, qu'elle a optimisée, apparemment, pour capter des signaux plus lointain. Honnêtement, Valentin ne s'est jamais grandement intéressé à l'électronique, la mécanique et tout ce qu'il y a entre les deux. Mais ça a bien fait plaisir aux régents du groupe, ça leur a permis d'arriver jusqu'ici. Valentin, comme les autres sait qu'ils ne sont pas les seuls survivants. Ils vont à leur recherche, étrangement pas pour sauver des gens, mais pour récolter des capacités. Toutes personnes aptes et ayant des capacités ou notions à offrir est la bienvenue. Il y a eu une explosion, ils l'ont senti sous leurs pieds. La fumée n'a indiqué qu'un seul endroit, la d'où la fumée s'élève. Ils n'avaient pas envie d'y aller, trouver des survivants c'est trouver des gens blessés aux pieds de l'ennemi. Pourtant, ils l'ont fait.

'' - Bouge pas, on arrive !''

C'est Valentin qui est au volant. La fille est à sa droite, deux sont à l'arrière du véhicule. Le monteur gronde mais ils pourraient monter à trois personnes de plus rien qu'en comptant les sièges libres. Ils sont fait pour ramener les gens jusqu'à la prochaine attaque. Ils comptent bien venir en aide à ceux qui en ont besoin. Personne ne répond plus désormais, personne ne s'inquiète plus qu'avant l'appel. Ils sont tous dans un états de nerfs que rien ne peut aggraver.

Quand ils arrivent, ils voient un bâtiment de communication détruit. Valentin est surpris de voir l'antenne d'une radio tombée à terre ; c'est là qu'une petite station avait élu domicile. Leur groupe parlait de cet endroit quelques semaines plus tôt, dans l'espoir de l'atteindre et de s'en emparer pour lancer un appel plus grand. Mais il n'y a plus rien à prendre, d'autres étaient sûrement déjà là. La fille est persuadée que la communication venait d'ici. Elle pointe l'écran de son GPS qui a directement pointé cet endroit, logique, avec l'antenne juste à côté. Mais le signal était si faible, c'est la destruction du bâtiment par l'ennemi qui l'a anéantis.

'' - Elle a intérêt à être là dessous...''

Valentin n'est pas serein lorsqu'il se trouva face au bâtiment détruit, lui debout avec son arme automatique à la main. Personne n'est un membre des armées, ils ne sont pas fait pour combattre. Ils sont venus ici pour retrouver des survivants, pas pour combattre. Pas encore. C'est étrange de ne pas trouver un ennemi sur leur route jusqu'ici : ils sont tombes dans un piège car d'ici quelques minutes les aliens prendront possession des lieux.

'' - Ou pas... Si elle s'est prit les étages sur la tronche, j'espère pour elle qu'elle sera morte sur le coup.''

Valentin envois un regard en biais à l'autre bien plus baraqué que lui, mais il se reprend bien vite à regarder le bâtiment en ruine. Ils vont entrer, ils entrent, même s'il ne reste plus que le réa de chaussée et les murs du premier étage. Ça sent la fumée, ça brûle les yeux et les poumons, mais ils se lancent tous à la recherche des rescapés.

'' - Vous êtes où !'' Qu'il cri avant de te cacher son visage sous le tissu de son tshirt. Mais il trébuche sur un débris, manque de se retenir sur des bouts de verre. '' Putain fait chier...''
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 514
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Empty

V9OQbm6V_o.gif
Luisa
Romero

La trentaine incertaine dans un monde disparate. " Infertile ". Incapable de maintenir une relation amoureuse. Infidèle si elle ne ressent aucune attraction émotionnelle. Elle n'a jamais voulu aborder sérieusement le sujet de l'adoption. C'est une personne qui peut facilement mentir pour s'en sortir. Dans le miroir, elle voit tantôt un monstre déshumanisé tantôt une survivante. Quand elle se voit dans autrui, elle aide sans demander en retour, elle offre sans penser à elle, elle évite de blesser inutilement. Elle offre aux gens ce qu'elle peut offrir. Mais ne regrettera pas de ne pas le faire.

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Tumblr_o0e8saBW2y1s392ayo8_250

Qui est-elle réellement, derrière cette façade normale et inaccessible? Qui est Luisa Romero? D'où vient-elle? Que veut-elle? Seize ans, enceinte. Immigrée au Canada après une demande qui aura été entendue tardivement. Mariée depuis l'âge de 8 ans à un homme avec qui elle n'avait échangé plus que : « d'accord, je n'ai pas faim, je n'ai pas envie, tu me fais mal », en huit ans de relation. Ni père ni mère à titre de modèle, Luisa n'a pas hésité à agripper farouchement la main qu'on lui tendait lorsque les aides humanitaires ont foulé son pays. On l'a amenée au Canada où des hommes de sa propre nationalité ont essayé de lui faire du mal, de la punir d'être si loin de chez elle. Des lésions, des hématomes, des fractures, l'inquiétude infernale. Elle ne s'est jamais sentie plus forte que le jour où elle s'est faite avortée de son bourreau.
Pourtant, le vrai combat ne fait que commencer. Celui de l'humanité et celui de son coeur par rapport à lui. Le reste était sans doute pour la préparer.

Lindsey Morgan :copyright:️ Jae
Chuck n'a pas répondu à son appel avant que la petite radio ne prenne feu. Elle regarde la machine qui brûle en se disant que nul ne pourra la sortir des décombres. Elle est prisonnière, sur le point d'être écrasée vivante. Un tombeau à l'image de la vie qu'elle aurait dû avoir gamine. Solitaire et douloureuse. À cette pensée, elle se pince le bras. Elle doit sortir de là. Rapidement. La fumée qui s'échappe de la radio est nauséabonde, mais ce n'est en rien en comparaison des combustibles qui pourraient s'enflammer dans cet amont de matériaux. Elle se redresse comme elle le peut dans cette cavité qui s'est formée. Elle tâte tous ses membres à la recherche d'une fracture : rien. De la poussière s'est accumulée dans ses poumons ; elle tousse pour en expulser une partie.

Vous êtes où?

Elle entend une voix, comme si ses oreilles entendaient au travers de la ouate. Ses tympans ont dû être agressés par le vacarme des tirs, de l'attaque et de l'effondrement. Elle parvient néanmoins à entendre cette voix vers laquelle elle se dirige. Cependant, elle doit se faire de plus en plus petite à mesure qu'elle se déplace, car les débris sont plus lourds et plus nombreux. Elle se dit que c'est assurément des membres de son groupe qui ont survécu. Elle ne fera pas sa difficile : elle doit sortir de là.

Je suis ici!

Elle tente d'appeler à l'aide par une petite ouverture où elle ne pourrait même pas se faufiler. Du moment qu'on sait où elle se trouve, qu'on ne la laisse pas pourrir là. Elle sait qu'une nouvelle attaque est imminente, pourtant, sa seule pensée est qu'on la sauve. Il est cruel de se dire qu'elle pourrait les sacrifier pour sa vie. Pourtant, elle les aiderait, dans une situation inversée. Mais son besoin de vivre l'empêche de ressentir trop de pitié à leur égard. Ça ne fait pas de toi un monstre, qu'elle tente de se rassurer. Difficilement, elle passe un bras dans l'ouverture. Son biceps est coincé, mais son avant-bras et ses doigts peuvent s'agiter au-dehors de son cocon.

Sortez-moi de là, qu'elle implore, la voix toujours un peu rauque.

Ses doigts essaient d'agripper quelque chose ou quelqu'un, n'importe quoi qui lui prouvera qu'elle n'est pas seule et qu'on va l'aider à sortir. Tout s'est enchaîné tellement vite. L'attaque subite. Ils n'ont rien vu venir. Pourtant, les projectiles n'ont pas tardé à débouler, à frapper là où ça les désavantageait. Ils se sont dispersés. Impossible de rester grouper. Une explosion a été plus forte que les autres. Tout s'est effondré. Bras toujours au-dehors de l'ouverture, elle tourne le visage. Elle peut apercevoir un corps humain écrasé par une énorme poutre. Elle ne voit pas le visage, et la peau est crasseuse, mais elle arrive à reconnaître les vêtements. C'était une fille du groupe. Elle est morte maintenant. Vision d'horreur pour sa rétine.

Le temps d'une seconde, elle hésite à retirer son bras de l'ouverture. Elle commence à douter que son propre groupe ait survécu à cette avalanche de débris. Dehors, ça pourrait être n'importe qui. Son coeur s'emballe, mais elle résiste à la tentation de se désister. Les inconnus sont parfois ceux qu'on attend depuis des années, ceux qui nous libèrent de notre cauchemar. Pourquoi a-t-elle soudainement l'impression de toujours avoir le besoin qu'on la sorte de la misère? Des inconnus la laisseraient-ils mourir? Elle se questionne.

Je sais où trouver une nouvelle station, dit-elle pour qu'on l'écoute, qu'on lui porte de l'intérêt. J'ai du mal à respirer... elle ne sait pas si c'est le manque d'air, la poussière, ou bien l'inquiétude de mourir qui sert à ce point sa gorge.

Une nouvelle quinte de toux irrite sa gorge. Elle a tellement soif. Comment pourra-t-elle sortir de là? Peut-elle seulement trouver une autre sortie? Qu'elle soit solide et tenace ne la préserve pas de cette peur et de cette douleur. Sa main est désespérée. Il lui semble entendre des bruits curieux. Cherche-t-on à créer un passage? Est-ce ces extraterrestres qui reviennent? Elle n'est pas certaine d'entendre sa propre voix lorsqu'elle demande : « vous ne me laisserez pas?»



I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 393
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Empty

0z1h10.png
Valentin
De-Gaunt

Sa fête annuelle à toujours été pourrie, la Saint valentin, il l'a toujours passé avec une fille différente. Pas parce qu'elles n'étaient pas bien pour lui, mais parce qu'il n'a jamais ressenti de réelles affection pour ces filles. C'est comme s'il avait toujours pu tout donner, sans jamais recevoir ce dont il avait besoin. Autant dire que Valentin n'a jamais été réellement intéressé par quelqu'un ; il a aimé oui, certainement cent filles mais il n'a jamais été amoureux. Il a toujours été intéressé par trop de choses, trop de gens, pour savoir s'y concentrer réellement. Il a fait de tout, et rien à la fois. La seule chose dans laquelle il a pu être bon, c'est le paintball. Seule occupation qu'il avait avec son grand frère avant que ce dernier ne finisse ; seule chose qui lui a vallut d'être médaillé en Europe. Son père ne cessait de lui dire qu'il aurait été un bon soldat, mais Valentin n'a jamais prôné autre chose que l'amour, vraiment pas la guerre.

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Tumblr_ni5aq3WurK1tagfwmo5_250

Valentin parle très bien le français, c'est par sa famille paternelle. C'est pour ça qu'il allait souvent en Europe. C'est comme ça qu'il s'est ouvert à d'autres choses. Est-ce qu'il croyait aux extraterrestres, avant ça ? Non, mais il était ouvert. Fan d'Alexandre Astier après l'avoir découvert lors d'une conférence sur le sujet. Mais il n'a jamais pensé que tout cela puisse arriver. Transformé. Les quelques mois de guerre ont suffis à le faire prendre le chemin que son grand père voulait pour lui. S'il ne s'est pas engagé dans l'armée, il lutte farouchement contre les aliens.

Thomas Mcdonell :copyright:️ VOCIVUS
C'est un bras qui montre la position de la fille. La moitié d'un bras plutôt, qui sort d'un mur où un petit trou lui permit de passer. Ça n'a d'abord pas attiré l'attention de Valentin, mais ça l'a touché et ça lui a fait peur. D'un sursaut il s'était retourné pour la découvrir, là, ayant besoin d'aide certainement comme jamais. Je sais où trouver une nouvelle station. Il l'a entendu dire et c'est ce qui l'a mené jusque là précisément. Valentin se rend compte qu'il l'entend tousser, après qu'il l'ait touché. Est-ce qu'elle l'a senti ? Il a d'abord cru qu'elle était morte, mais sa quinte de toux lui a prouvé le contraire. Valentin aurait dû se rendre compte que le silence qui s'est imposé autour d'eux n'était pas un bon présage.

Il pense d'abord que ça signifie que le terrain est libre des aliens, alors il balance son arme automatique dans son dos. Il est resté la jusqu'à attraper sa main. Lui montrer que c'est un homme qui la touche, pas une bête. Puis il prend son bras, comme s'il cherchait à voir si elle réagit. Si elle est en vie. Valentin allait parler mais c'est son alliée, la fille aux mains magiques en mécanique, qui arrive en trombe et qui s'adresse à lui. Elle est attentive et la remarque directement, l'autre, derrière le mur.

'' - Elle a dit quelque chose d'utile ?''
'' - Ouai, et elle est en vie... '' Qu'il souffle comme si c'était ce qui lui importait le plus, alors qu'il est le premier à vouloir des munitions, quelconques, contre l'ennemi. '' Elle a une autre sta... ''

Mais Valentin n'a pas le temps de finir sa phrase, que le silence se termine. Les aliens attendaient le bon moment pour anéantir complètement le bâtiment, le groupe de Valentin est arrivé au bon moment. Deux pierres d'un coup qu'ils ont du se dire. Un premier tire qui tombe au bon moment. Et leurs armes, et bien que dire... Valentin ne s'y fera jamais.

L'impact est d'abord assez petit ; la balle alien traverse le premier mur du bâtiment, à l'opposé de leur position, pour laisser un trou comme une balle de tennis alors qu'elle est bien plus petite. Le bruit ressemblerait presque à celui d'une bouteille fermée qu'on déverrouille en laissant entrer l'air à l'intérieur. Sauf que c'est la pierre qui casse. Puis la balle continue sa trajectoire et Valentin a tout juste le temps de voir le visage de son alliée être troué par cette dernière en laissant un trou plus petit cette bois. Comme une balle de golf. Mais le corps de l'ingénieuse femme tombe à terre, le visage à moitié déchiqueté par l'impact. Pas le temps de souffrir, pas le temps de réagir. Le bruit, cette fois-ci, ressemblait plus à un succion qui éclabousse. Puis Valentin voit la balle se loger à une vingtaine de mètre plus loin, dans le mur où passe le bras de la fille. Il sent son cœur se remettre à battre plus fort, mais ne pense pas une seconde à prendre son arme pour se défendre. La balle, ressemble plus à une petite bombe, ronde, électronique qui s'est attachée dans la surface la plus dure qu'elle ait trouvé. Le mur de soutient. Le décompte de trois seconde se lance, en même temps de le signal lumineux de la bombe. Dès lors, Valentin a attrapé le bras de l'inconnu de ses deux mains. Pour la cramponner, pour se coller au mur en espérant survivre à l'impact. Peut être qu'il a mal calculé, peut être que la balle s'est logée à moins de vingt mètres d'eux. Mais ses comptes sont juste. L'explosion, comme prévu, aneanti tout dans un rayon de quinze mètres. Les débris volent dans tous les sens, mais ils ne ressentent que le puissant souffle de cette dernière. Aucun débris ne le touche. Sur le coup, il ne pense pas à la fille. Valentin se redresse, tient toujours sa main alors qu'il cherche à voir l'impact d'une autre balle. Le sol tremble sous ses pieds, une autre bombe à explosé. Le bâtiment menace de s'écrouler, et quand il tourne la tête vers le trou d'où sort le bras, Valentin remarque que d'immenses fissures se sont créés. Le seul moyen de la faire sortir rapidement. Le mètre de pierre qui restait du mur tombe sans mal lorsqu'il pousse un peu dessus.

Il ne prend pas le temps de la voir. Si elle est blessée, grièvement, ou non. Elle est en vie et c'est tout ce qui compte. Alors Valentin n'attend pas une seule seconde et il l'attrape, la tire pour la faire passer au dessus de ce qui reste du mur. Quand c'est fait, la porter semble être le plus rapide. Alors il passe un bras dans son dos, un bras sous ses cuisses, et il la sort de la au moment où une autre balle alien arrive à quelques mètres d'où ils se trouvaient.

Il n'a pas atteint la voiture, que déjà, il voit le reste de son unité au sol. Morts. Et si ce n'est pas les siens, tout ce qu'il reste des gens d'ici sont des cadavres. Alors il a jeté la fille sur le siège passager de la voiture, puis il a fait le tour avant de prendre le volant. Une balle a touché la voiture, mais par chance, les vitres ne sont pas assez solides pour qu'elle s' y accroche. Elle fait divaguer la voiture sur le bitume, à cause de l'impact, mais va se loger dans le mur le plus près. La vitesse et l'éloignement, une cachette loin de l'ennemi, loin d'ici, c'est tout ce qui leur permettra de reste en vie.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 514
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Empty

V9OQbm6V_o.gif
Luisa
Romero

La trentaine incertaine dans un monde disparate. " Infertile ". Incapable de maintenir une relation amoureuse. Infidèle si elle ne ressent aucune attraction émotionnelle. Elle n'a jamais voulu aborder sérieusement le sujet de l'adoption. C'est une personne qui peut facilement mentir pour s'en sortir. Dans le miroir, elle voit tantôt un monstre déshumanisé tantôt une survivante. Quand elle se voit dans autrui, elle aide sans demander en retour, elle offre sans penser à elle, elle évite de blesser inutilement. Elle offre aux gens ce qu'elle peut offrir. Mais ne regrettera pas de ne pas le faire.

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Tumblr_nhx1uhwHPu1tpc7wvo5_250

Qui est-elle réellement, derrière cette façade normale et inaccessible? Qui est Luisa Romero? D'où vient-elle? Que veut-elle? Seize ans, enceinte. Immigrée au Canada après une demande qui aura été entendue tardivement. Mariée depuis l'âge de 8 ans à un homme avec qui elle n'avait échangé plus que : « d'accord, je n'ai pas faim, je n'ai pas envie, tu me fais mal », en huit ans de relation. Ni père ni mère à titre de modèle, Luisa n'a pas hésité à agripper farouchement la main qu'on lui tendait lorsque les aides humanitaires ont foulé son pays. On l'a amenée au Canada où des hommes de sa propre nationalité ont essayé de lui faire du mal, de la punir d'être si loin de chez elle. Des lésions, des hématomes, des fractures, l'inquiétude infernale. Elle ne s'est jamais sentie plus forte que le jour où elle s'est faite avortée de son bourreau.
Pourtant, le vrai combat ne fait que commencer. Celui de l'humanité et celui de son coeur par rapport à lui. Le reste était sans doute pour la préparer.

Lindsey Morgan :copyright:️ Mooncalf
La main de l'homme quitte la sienne. Luisa entend la détonation, celle qui ressemble à un sifflement. Un corps s'effondre. L'impact est perceptible, même de son emplacement. Ses secours ont-ils tous perdu la vie? Elle essaie de faire le moins de bruit possible, mais l'air sec bloque ses tranchées, et ça toux est essoufflée. D'autres bruits se font entendre. Des explosions. Et de son emplacement, les sons sont sourds. Elle voit les murs de fissurer de manière inquiétante. La poussière vole d'autant plus. La pierre, le plâtre, tout s'effrite. Mais elle ne bouge pas, car l'homme est de nouveau aggripé à son bras. Ça lui prouve que quelqu'un est en vie, que quelqu'un va la sortir de là.

C'est une délivrance lorsque son corps est tiré hors du trou. Elle pédale vaguement des jambes pour tenter de l'aider, mais il prend les devants et la soulève. Tant mieux, elle pourra respirer. Sa joue tombe sur son épaule, mais elle masse sa propre gorge pour calmer l'inflammation. Elle se laisse transporter. Luisa ne cherche pas à le repousser. Mais en regardant derrière lui, au-dessus de son épaule, elle aperçoit le corps d'une femme, le visage méconnaissable ; à moitié brûlé à cause de la dernière explosion.  Tous deux ont donc perdu leurs acolytes? Et s'il était proche de cette femme, elle se dit : dommage. Dehors, le paysage est tout aussi chaotique. Ils y trouvent les restes de leurs groupes.

L'homme à ses côtés démarre le véhicule et quitte l'endroit. Son premier réflexe est de boucler sa ceinture. On est jamais trop prudent. Une mauvaise manœuvre pourrait les envoyer valdinguer dans le décor. Elle n'a pas envie d'être ce projectile mobile qui éclate le pare-brise et qui s'étale sur la route. Elle se presse contre la portière, en bras autour de son ventre douloureux. Sa respiration siffle à mesure qu'elle reprend possession de ses poumons.

Un regard dans le miroir lui confirme l'immensité de l'attaque. Une explosion survient et ce qu'il reste de l'immeuble s'effondre en un puissant souffle qui parvient à secouer la rue et leur véhicule. On peut voir et entendre déferler des projectiles destiner à les terrasser, mais en bifurquant à quelques reprises, ils parviennent à prendre de l'avance. Et pas à une fois Luisa ne lui demande de faire demi-tour pour vérifier si d'autres ont survécu. Le silence s'impose. Elle ne tousse plus, mais elle se racle parfois la gorge. Et comme les projectiles cessent enfin, elle s'autorise à ouvrir la fenêtre pour obtenir cet air qui lui faisait défaut dans les décombres.

L'inconnu vient de la sauver d'une mort certaine. Il n'a pas hésité à la soulever pour la mettre à l'abri dans le véhicule.

Moi aussi, je t'aurais gardé en vie si j'avais su que tu avais des informations utiles.

Elle s'adresse enfin à lui. Tout cela pour ajouter, en pointant un panneau :

Prends cette route.

Lorsqu'elle aperçoit un nom de rue familier, elle lui indique le chemin à prendre. Ils sont loin de la tour de guet dont elle avait pris connaissance voilà quelques jours ― comme plan B si quelque chose devait arriver. Eh bien, quelque chose est effectivement arrivée. Elle évite de penser au fait que tous ceux qu'elle côtoyait sont morts. Sa principale préoccupation est de ne pas mourir également. Il était évident que tenter une infiltration en ville serait périlleuse. Mais ils sont tous tombés dans le panneau comme des débutants. Par ce chemin, ils se rendront en montagne. Elle lui montre le chemin sans même savoir s'il est digne de confiance. Et elle se rend compte qu'elle ne lui a pas demandé s'il était seul. Il pourrait tout aussi bien la déposer sur la route et tracer son chemin.

Elle pivote finalement sur son siège et observe le paysage au travers de la lunette arrière. Elle cherche à débusquer une quelconque trace de vie extraterrestre qui pourrait les surprendre. Mais tout est vide. Tout est triste. Il n'y a pas âme qui vive. Elle pourrait lui partager ses condoléances, pour sa partenaire décédée, mais elle se contente de lui demander s'il a de l'eau. C'est pour atténuer la douleur à sa gorge. Cette fois, elle espère atteindre la tour sans qu'ils ne soient débusqués. Ce ne sera pas un immeuble visible à des kilomètres à la ronde. S'il y a bien cette radio à onde puissante, ils pourront communiquer avec le groupe qui prétend avoir trouvé un moyen de se mettre à l'abri. Le message a circulé, pendant un temps. Mais ensuite... les ondes n'ont pas été assez puissantes pour les retracer. Trop d'interférence. Elle semble même s'y connaître sur le sujet.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 393
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Empty

0z1h10.png
Valentin
De-Gaunt

Sa fête annuelle à toujours été pourrie, la Saint valentin, il l'a toujours passé avec une fille différente. Pas parce qu'elles n'étaient pas bien pour lui, mais parce qu'il n'a jamais ressenti de réelles affection pour ces filles. C'est comme s'il avait toujours pu tout donner, sans jamais recevoir ce dont il avait besoin. Autant dire que Valentin n'a jamais été réellement intéressé par quelqu'un ; il a aimé oui, certainement cent filles mais il n'a jamais été amoureux. Il a toujours été intéressé par trop de choses, trop de gens, pour savoir s'y concentrer réellement. Il a fait de tout, et rien à la fois. La seule chose dans laquelle il a pu être bon, c'est le paintball. Seule occupation qu'il avait avec son grand frère avant que ce dernier ne finisse ; seule chose qui lui a vallut d'être médaillé en Europe. Son père ne cessait de lui dire qu'il aurait été un bon soldat, mais Valentin n'a jamais prôné autre chose que l'amour, vraiment pas la guerre.

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Tumblr_ni5aq3WurK1tagfwmo5_250

Valentin parle très bien le français, c'est par sa famille paternelle. C'est pour ça qu'il allait souvent en Europe. C'est comme ça qu'il s'est ouvert à d'autres choses. Est-ce qu'il croyait aux extraterrestres, avant ça ? Non, mais il était ouvert. Fan d'Alexandre Astier après l'avoir découvert lors d'une conférence sur le sujet. Mais il n'a jamais pensé que tout cela puisse arriver. Transformé. Les quelques mois de guerre ont suffis à le faire prendre le chemin que son grand père voulait pour lui. S'il ne s'est pas engagé dans l'armée, il lutte farouchement contre les aliens.

Thomas Mcdonell :copyright:️ VOCIVUS
" -  Moi aussi, je t'aurais gardé en vie si j'avais su que tu avais des informations utiles." Valentin ne peut pas s'empêcher de laisser ses yeux quitter la route pour regarder quelques secondes la survivante à ses côtés. Quand elle ajoute ; " Prends cette route.", il regarde le bitume et le chemin qu'elle veut suivre.

Il s'est retenu de dire qu'il ne l'a pas gardé en vie, qu'elle est là sans avoir eu besoin d'aide. Car à choisir, Valentin serait repartie avec ses compères ; ce n'est pas lui qui voulait sauver quelqu'un. Mais il se tait, parce qu'il sait que les filles peuvent rapidement prendre la mouche. De toutes façons, il n'a pas besoin de parler. Quand elle finit par demander de l'eau, il lui dit qu'elle en trouvera à l'arrière. Peut-être qu'il n'y en a plus.

Mais il y a des chances de survie tant qu'il a les mains sur le volant, le pied sur l'accélérateur : parce que Valentin ne compte pas mourir. Ils ont besoin de cette antenne, de ces ondes à longues portées, peu importe de quelle manière ils l'obtiennent. Lui-même ne digères pas de perdre des membres de son groupe pour avoir sauvé une bonne femme ; mais les regards en coin qu'il pose sur elle pendant tout le trajet montrent bien qu'il tente de la jauger. Elle doit être utile comme sa collègue au visage maintenant défoncé. Elle doit l'être plus encore.

Lorsqu'on s'éloigne de la ville, surtout en grimpant les routes des montagnes, on peut se rendre compte que les impacts de la guerre ne sont pas les mêmes à l'épicentre des attaques plutôt que dans les campagnes. Tout paraît plus calme, certainement moins délabré : mais avec autant de survivants au mètre carré, s'approchant de zéro. Ils n'ont croisés personne pendant toute cette partie du voyage. Peut-être que ça aurait été plus agréable pour elle car Valentin n'a pas prononcé un mot après lui avoir indiqué l'eau dans la voiture. Il a du mal à faire confiance, du mal à s'ouvrir : la guerre l'a changé.

Ils doivent être à mi-chemin -qu'elle continue à indiquer pour ne pas qu'ils se perdent- lorsque le regard de Valentin capte un panneau qui lui vaut de s'arrêter, qui lui vaut même de reculer en marche arrière pour retourner devant après l'avoir dépassé : La ferme d'An....ne et sa Champignonnière. S'il est incapable de lire le prénom de la personne à qui devait appartenir cet endroit, Valentin n'a aucune vergogne à entrer à l'intérieur de cet endroit qui n'est pas le sien. Les roues crispent quelques secondes avant qu'il ne quitte le bitume pour se mettre à rouler sur la petite route de terre. Il n'est pas chez lui, mais compte se servir de ce qu'il pourra dans ce lieu : l'estomac qui crie famine, c'est la preuve qu'ils perdent de l'énergie. Ils doivent se nourrir avant d'arriver au point recherché ; et s'ils y étaient attaqués ?

Il se serait attendu soit à trouver des gens, soit à ce que ladite ferme ait été saccagée par les aliens pour que personne ne vienne s'en servir. C'est pour ça qu'il a garé la voiture en amont, histoire d'y aller à pied : ça lui aurait permis de courir en arrière pour s'enfuir, et pas de se faire exploser la tête avec le véhicule. Mais le terrain, comprenant la petite ferme et le potager, semblent bien plus abandonnés que détruits. La maison des propriétaires, elle, a été méchamment amochée : une partie de la toiture et des murs ont été anéantis par les flammes. Mais ce n'est pas un lieu de repos qu'il cherchait en venant là : en marchant dans les allés, on voit quelques pieds de pomme de terre encore en place. En tirant dessus, c'est presque un kilo de légumes qu'ils peuvent récupérer : s'ils trouvent quelque chose pour les mettre, ils pourront en emmener pour se nourrir plus tard.

" - J'espère que tu en manges.. parce que ça," Qu'il dit en finissant par pointer un bâtiment complètement fermés, sans aucune fenêtre, ou trou, mise à part la porte. " ça peut pas être vide. Contrairement à ton estomac."

Un léger sourire se dessine sur ses lèvres ; il se moque. Mais c'est certainement son estomac à lui qu'on entend le plus grogner depuis qu'ils ont quitté la voiture. La porte n'est même pas fermée à clé, c'est la preuve que les précédents propriétaires n'avaient pas d'ennemis, qu'ils pouvaient avoir confiance en leurs différents voisins éparpillés. Il faut descendre un léger escalier, mais grâce à sa lampe de poche, Valentin peut y créer un faisceau de lumière assez grand pour se rendre compte qu'il y a bien des champignons à l'intérieur de cette champignonnière.

" - On est à combien de temps, de ta prochaine antenne ?" Qu'il finit par demander, lorsqu'un feu est allumé, lorsqu'ils sont sur le point de faire cuire les aliments trouvés. " T'as dis que tu pouvais être utile. Comment ?" Il est armé, surement qu'elle l'est aussi. Partage-t-on vraiment un repas avec son ennemi ?


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 514
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Empty

V9OQbm6V_o.gif
Luisa
Romero

La trentaine incertaine dans un monde disparate. " Infertile ". Incapable de maintenir une relation amoureuse. Infidèle si elle ne ressent aucune attraction émotionnelle. Elle n'a jamais voulu aborder sérieusement le sujet de l'adoption. C'est une personne qui peut facilement mentir pour s'en sortir. Dans le miroir, elle voit tantôt un monstre déshumanisé tantôt une survivante. Quand elle se voit dans autrui, elle aide sans demander en retour, elle offre sans penser à elle, elle évite de blesser inutilement. Elle offre aux gens ce qu'elle peut offrir. Mais ne regrettera pas de ne pas le faire.

Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Tumblr_nhx1uhwHPu1tpc7wvo5_250

Qui est-elle réellement, derrière cette façade normale et inaccessible? Qui est Luisa Romero? D'où vient-elle? Que veut-elle? Seize ans, enceinte. Immigrée au Canada après une demande qui aura été entendue tardivement. Mariée depuis l'âge de 8 ans à un homme avec qui elle n'avait échangé plus que : « d'accord, je n'ai pas faim, je n'ai pas envie, tu me fais mal », en huit ans de relation. Ni père ni mère à titre de modèle, Luisa n'a pas hésité à agripper farouchement la main qu'on lui tendait lorsque les aides humanitaires ont foulé son pays. On l'a amenée au Canada où des hommes de sa propre nationalité ont essayé de lui faire du mal, de la punir d'être si loin de chez elle. Des lésions, des hématomes, des fractures, l'inquiétude infernale. Elle ne s'est jamais sentie plus forte que le jour où elle s'est faite avortée de son bourreau.
Pourtant, le vrai combat ne fait que commencer. Celui de l'humanité et celui de son coeur par rapport à lui. Le reste était sans doute pour la préparer.

Lindsey Morgan :copyright:️ Mooncalf
Vraiment? qu'elle souffle, les dents serrées.

N'a-t-elle pas eu sa dose de claustrophobie aujourd'hui? Mourir écrasée sous des décombres reste sa plus grande crainte à ce jour. L'homme ne peut lire l'incertitude déformer les traits de Luisa puisqu'il entame déjà sa descente. Comme à chaque fois où elle change de lieu ou de pièce, Luisa tend un regard derrière elle pour s'assurer que rien ni personne ne suit. L'homme s'enfonce déjà sous terre ; le vaisseau de lumière s'éloigne. Elle hésite quelques secondes supplémentaires dans le haut de l'escalier, mais elle se résout à suivre. Grâce à leur objectif commun ― et leur ennemi commun ― elle pense pouvoir lui faire confiance. Les odeurs dans la champignonnière sont fortes, ce qui l'oblige à porter le collet de son vêtement à son nez une bonne minute.

C'est de la bouffe, ça ira, qu'elle répond pour montrer qu'elle ne fera pas sa difficile.

Elle aide à la confection du feu et à la récolte des aliments qu'ils mangeront. Elle profite de ce temps pour ne pas lui adresser la parole, comme s'ils avaient toujours collaborés ensemble, comme s'ils ne s'étaient pas rencontrés dans les dernières heures. Et ce n'est que lorsqu'il décide de s'adresser à elle qu'elle le regarde.

On est à combien de temps, de ta prochaine antenne?
Moins de trois heures, avec de la chance.
T'as dis que tu pouvais être utile. Comment?
T'es curieux ou simplement méfiant? qu'elle demande avec franchise, un brin d'arrogance dans la voix.
La question est surtout de savoir si le véhicule tiendra pour la route, il carbure à quoi?

Son dernier compagnon de vie ― avant l'invasion ― était un technicien en télécommunication ; c'est la raison pour laquelle elle est persuadée que rentrer en contact avec des survivants pourrait leur sauver la vie. Ils étaient collègues avant sa mort. Il était trop bien pour elle. Dès l'instant où les vaisseaux sont entrés dans l'atmosphère, elle a perdu cet homme. Elle l'aurait pleuré si elle l'avait aimé. Oui, elle se sent coupable de ne pas penser à lui autre que son utilité. Elle aura au moins gardé ce souvenir de lui, de ce qu'il racontait et des endroits où il avait déjà travaillé. Elle se racle la gorge pour mieux faire passer le champignon précédemment chauffé au-dessus des flammes. Les yeux rivés sur ses doigts, elle précise néanmoins :

Nous étions parvenus à entrer en contact avec un groupe. Ils disaient avoir trouvé un abri fiable, une manière de se protéger de ces choses. Ça vaut le coup d'essayer. Ce sera toujours mieux qu'ici, qu'elle lâche en laissant traîner ses yeux sur cet endroit humide et sombre. Le problème, c'est qu'on ne sait pas où ils se trouvent. Et pour ça, on doit entrer en contact avec eux. Ces choses détruisent tout.

Elle ne croit pas qu'un lieu de paix puisse exister sur cette Terre. Les hommes sont déjà isolés, ce n'est qu'une question de temps avant que toutes les tours soient détruites. Luisa travaillait dans un immeuble de réseau de télévision, dans le même genre que l'immeuble qui s'est effondré en ville. Voilà son utilité ; jouer sur les fréquences, c'est son truc. Et si elle avait eu l'occasion de travailler pour l'armée ou le gouvernement, elle se serait mieux défendue, elle se serait mieux protégée. Mais le temps qu'elle s'adapte à sa vie au Canada, qu'elle parvienne à se frayer un chemin dans le système scolaire, le monde sombrait déjà. Elle avait un train de retard sur la société, commençant au titre de simple secrétaire.

Si t'as accepté de suivre mes indications aussi facilement, alors je présume que toi aussi, t'es maintenant seul?

Devraient-ils pleurer leurs morts? Le seul qui pourrait manquer à Luisa, c'est Chuck, parce que c'était un excellent leader, dans le groupe. Mais s'il est mort aujourd'hui, c'est à cause d'elle, parce qu'elle a insisté pour atteindre l'immeuble, aujourd'hui précisément, malgré les risques. La journée était trop belle pour qu'ils passent inaperçus. Ces choses sont intelligentes.

Tu vois un inconvénient à ce que j'essaie de dormir?

Curieuse demande pour une inconnue. Mais Luisa ne fait jamais sa difficile. Si ça ne devait pas fonctionner avec ce survivant, elle finirait par en trouver de nouveaux. Elle ne sait pas réellement s'attacher aux gens. Elle n'a connu que ce sentiment toute sa vie : celui de la survie. Ceux qui ont partagé sa vie était des compagnons de route : ils étaient là pendant un temps, mais pouvaient être éjectés à tout moment. Elle les choisissait en sachant que ça ne fonctionnerait pas. Il a quelque chose de terrifiant, dans l'affection. Alors sans attendre son accord, elle s'allonge sur le flanc, près du feu, un bras sous la tête. Un sommeil qui pourra lui permettre de ne pas faire la discussion. Mais ses yeux ne se ferment pas immédiatement. Et chose surprenante, elle ajoute :

Je ne me méfie pas de toi ; je pense que tout ça, c'est pour le côté pratique et efficace. On sera productif si on sait où on souhaite aller.

Il pourra monter la garde s'il le souhaite, même si dans la pénombre de cette champignonnière ils sont à l'abri des possibles éclaireurs qu'on retrouve moins à la campagne. Il pourra même s'allonger s'il préfère se reposer. Mais elle ne cherchera pas à le connaître en profondeur, ne lui demandera ni son non ni son âge ni qui étaient ses compagnons. Du moment que ça reste pratique, elle s'en tiendra à ça. Elle peut sembler sans coeur, mais jusqu'ici, elle est restée en vie grâce à ce fonctionnement. Elle est loin de se douter que pour la première fois de sa vie, elle ne voudra plus voyager uniquement pour elle-même. D'une part, parce que c'est la première fois qu'une personne autre qu'un organisme ou un groupe lui sauve la vie. Et parce que Luisa se soucie de la survie des uns et des autres. Dire que tout est pratique est une manière de se préserver. Mais n'a-t-elle pas toujours cherché le confort d'un foyer, au fond? Elle aura hésité une seconde avant de finalement étirer un bras pour chercher le contact de cette main qui l'a sauvée, qui l'a tenue alors qu'elle était sous les décombres. Il aura donc dû la lâcher s'il s'est éloigné. Mais elle ne lui aura porté aucun regard. Aucune honte à tenir la main d'un inconnu.

Ils auront forcément pris la nourriture, les outils et tout ce qui leur servira pour leur voyage. Ils auront tout mis dans le véhicule après avoir mangé et après s'être reposés. Et s'il avait dû lui demandé à un moment ou un autre son prénom, elle le lui aurait confié. La tour qu'ils souhaitent atteindre est encore intacte. Elle se trouve à quelques kilomètres après une bâtisse de relais d’information touristique ; mais s'ils ont pu gardé le véhicule, ils devront forcément faire un bout de chemin à pied. Les sentiers seront trop escarpés et impraticables. Par ailleurs, la météo laisse présager une averse. Soit ils attendront dans le véhicule, soit ils tenteront leur chance au risque de jongler avec un orage.  


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Luisa + Valentin ― The course of true love never did run smooth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [[??]] True Legend [DVDRiP]uptobox
» [UPTOBOX] True Crimes [DVDRiP]
» 123456789... Déclaration !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: