Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
21.95 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 " La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 732
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

200515111407214259.png
Lucious Thompson
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis raider d'entreprise et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je suis l'héritier d'une entreprise spécialisé en rachat d'entreprise en difficulté pour les démolir et les revendre en pièces détachées. Né avec une cuillère en or dans la vie, je n'ai jamais manqué de rien, financièrement parlant, me permettant de vivre dans le luxe le plus total. Une bénédiction, certains dirons. Pour moi, c'est une vraie malédiction qui me pousse à expérimenté tout ce que la vie peut offrir au plus grand désespoir de mon feu mon père lorsqu'il était encore de ce monde.
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 D705a01a03defdedaf9559e9d216761f37f26338
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 6eb824ffcb86d7c84889ccbaa5d49bdfda8eb4c4


avatar :copyright:️ TAG


Il commençait à comprendre pourquoi son cher voisin avait succombé si vite. Il n’était pas difficile de profiter de la situation. Elle était si tactile lorsqu’elle était ivre, si sexy… Oui, n’importe quel homme aurait du mal à ne pas succomber. Pour Lucious, s’était différent. Le visage de son épouse s’imposait à lui en cet instant. La cause de son unique interdit. Il retira donc son t-shirt avec une certaine neutralité « Ne vous en faites pas » murmura-t-il avant de sourire. Un sourire qui disparu en sentant la main de la jeune femme sur sa joue et son visage si près du sien. Elle ne l’aidait pas en agissant ainsi. Cette envie de goûter ses lèvres l’assaillit et puis elle l’appela par ce surnom. Mon chapelier. L’ami d’Alice. Finalement elle avait pris goût à suivre le lapin blanc dans son terrier. Ses mains se posèrent sur son pantalon pour le lui retirer « Je vous laisse faire alors » et la laissa se débattre avec son jean, amusé de la voir se débattre avec le bout de tissu tout en chantonnant. Enfin, ça s’était avant qu’elle ne pose sa main sur son épaule, qu’ils soient si près. Un baiser. Rien qu’un seul. Mais il se ravisa « Si c’était un jeu d’acteur… » et elle entoura son cou de ses bras pour déposer un baiser sur sa joue qui le fit sourire avec tendresse. Il était temps pour lui d’aller dormir, demain serait un autre jour.

Lucious fut extirper des bras de Morphée par la présence de la jeune femme dans sa chambre. Il se redressa dans son lit, ne comprenant pas ce qu’il se passait. Il se passa une main sur le visage, sortant peu à peu de sa torpeur « Kate… On ne peut pas… », mais elle semblait ne rien entendre alors qu’elle monta dans le lit, posant sa main sur son torse et il posa ses yeux azurs sur le bout de tissu qu’elle avait revêtu. Elle comprit et le retira. Son cœur se mit à battre un peu plus fort dans sa poitrine devant le spectacle que lui offrait son amie. Oui, les interdits, c’étaient vraiment nul à la longue. Il l’observa prendre place à ses côtés, presque nue, et se saisit de son bras. Il la suivit donc, collant son corps contre le sien, son bras autour de sa taille. Il ne répondit rien à ses mots, nichant uniquement son visage dans sa nuque. Cela faisait bien longtemps qu’il ne s’était pas retrouvé ainsi, dans son lit, avec une femme sans avoir danser sous les draps auparavant. Il aimait l’odeur de sa peau qu’il avait envie d’embrasser et de ses cheveux qui lui chatouillaient le visage. Il finit par tomber dans les bras de Morphée.

Lucious grimaça en entendant une voix féminine puis le bruit d’un corps qui tombait sur le sol. Il se redressa avec hâte dans son lit. Il n’avait pas besoin de lui demander ce qui était en train de se passer dans sa tête, son regard et ce petit rire nerveux parlaient pour elle « C’est vous qui êtes venus me rejoindre » avant de sortir du lit en boxer « Petit déj ? » et se rendit dans la cuisine pour servir de quoi petit-déjeuner. Il était plus près de l’après-midi que du matin, peu importe. Il attendit que cette dernière le rejoigne et lui servit une boisson chaude, des toasts et du jus d’orange « Bon appétit ». Oui, il s’amusait de la situation « Vous devriez arrêter de boire ainsi sinon vous allez vous taper tout l’immeuble » et posa sa tasse sur la table « Je suis choqué de voir que vous n’avez aucun souvenir. Pourtant, je peux dire que Patrick avait raison. Vous êtes exceptionnelle ». Il n’y avait rien de mal à s’amuser un peu. Après avoir attendu quelques minutes, il se décida de la libérer de ce fardeau « Je vous ai déshabillée et prêtez un t-shirt, je suis ensuite partit me coucher. Vous m’avez rejoint, avait retirer ledit t-shirt pour me le rendre. Et vous vous êtes allongé à côté de moi, avait considéré que mon bras était votre nouvelle couverture et on s’est endormi ainsi » tout en prenant une gorgée de son café noir « C’était très agréable soit-dit en passant. Mais est-ce que l’on doit considérer que l’on n’a pas respecté notre contrat de ne pas coucher ensemble ? Ou cela n’a rien avoir ? ». Oui, il s’amusait beaucoup parce qu’il n’avait pas la gueule de bois comme cette dernière et qu’il avait beaucoup aimé sa réaction au réveil.

Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 688
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

l6s7.bmp
Katelyn Thomas
J'ai 36 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis en galère et à la recherche d’un nouvel emploi et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

D’origine française, elle est arrivée il y a maintenant plus de 10 ans sur le sol américain. Parce qu’elle voulait changer de vie, d’horizon et tenter sa chance ici. Mais le rêve n’est pas tout à fait devenu réalité. Journaliste de métier, elle a passé plusieurs années à être reporter pour un journal tv d’une chaine que personne ne regarde, à devoir se taper tout les reportages les plus miteux. Ça fait deux semaines qu’elle s’est fait virée. Alors pour trouver le moyen de payer le loyer de son petit appartement, elle enchaîne petit boulot sur petit boulot.

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 IoIf
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 3128518656_1_2_SvciBK6t


avatar :copyright:️ Moi meme

Katelyn ferma les yeux en se laissant retomber sur le parquet. C’était pas possible, elle avait pas pu faire ça ?! Charly avait raison ? Merde elle qui voulait lui donner tord. Elle le regarda se lever, tranquillement se balader en boxer et se foutre de sa gueule. Parce que le petit sourire qu’il avait sur les lèvres, c’était pas un sourire d’amoureux transit du matin, c’était un sourire de foutage de gueule clairement ! Elle plissa les yeux comme pour lire dans ses pensées, mais les siennes étaient déjà bien assez en bordel. « -j’commencerais pas un aspirine ! » lança la jeune femme toujours allongée sur le sol. Elle passa ses deux mains dans ses cheveux, fixant le plafond. Non, elle avait pas fait ça. Non pas que Lucious n’était pas attirant, c’était pas du tout ça le souci. C’était juste qu’elle s’était dit que ça serait bien mieux pour eux si ça restait platonique.

Kate remonta à quatre pattes sur le lit, cherchant de quoi s’habiller. Elle trouva un tshirt qui n’était pas à elle, l’enfila en se disant que ça ferait bien l’affaire. Traînant les pieds nus sur le parquet, une main dans la nuque, elle avança jusqu’à la cuisine. L’espace d’un instant, elle regarda Lucious préparer le petit déjeuner. Un sourire tendre se dessina sur son visage. Ça faisait bien longtemps qu’on avait pas fait ça pour elle. Sans dire un mot, seulement en se mordillant les lèvres, Katelyn prit place en face de lui. De son côté, elle ne rigolait pas. Parce que ça la gênait vraiment si c’était arrivé. Parce que la réaction de Lucious n’était pas vraiment celle qu’elle aurait souhaité si c’était vraiment arrivé Et surtout oui surtout elle était dégoutée de n’avoir aucun souvenir. Pourtant, elle avait eut l’impression d’être bien moins à l’ouest que la première soirée qu’elle avait passé en sa compagnie. « -exceptionnelle ? À ce point là ? » demanda la jeune femme sans le moindre sourire avant de boire son cachet en se bouchant le nez. Elle grimaça en tirant la langue. Elle avait toujours trouvé ça dégueu. Un soupire passa ses lèvres et Kate commença ainsi : « -Lucious j’suis désolée. Je… Je sais pas ce que j’ai en ce moment, je fais n’importe quoi et je voulais pas... » Elle réalisa qu’il pouvait très mais alors très très mal prendre ce qu’elle était en train de dire. Alors elle se posa une main sur le visage, s’écrasant le nez au passage. « -si on a vraiment couché ensemble, j’aurai préféré que ça soit pas comme ça. Et posez pas de question je répondrais pas.» Non, elle ne voulait pas en dire plus sur le sujet. Enfin c'était tout de même mieux comme explication.
Et puis il lui raconta ce qui s’était réellement passé et elle cacha son visage entre ses bras croisés. Mais quel boulet ! « -fallait pas me ramener chez vous. J’suis une emmerdeuse de première lorsque j’ai bu. J’aime le monde entier ! » Jerry et Sara le lui avaient déjà dit mille fois. Les autres ça les faisait rire. Enfin Jerry et Sara aussi. Mais ils prenaient soin d’éviter qu’elle parte avec un type louche, et la ramenait à bon port. Soulagement total tout de même d’apprendre qu’ils avaient simplement dormi ensemble. « -vous avez vraiment de très bonnes manières. » commenta la jeune femme en réalisant qu’il aurait pu profiter de la situation. La bouche à moitié pleine parce qu’elle mourrait de faim elle dit« -comme quoi c’est vrai, ça vous intéresse pas de coucher avec moi. » C’était un peu vexant finalement. « -vous auriez mieux fait de me balancer dans le lit tout habillé, j’vous aurais pas emmerder comme ça. » c’était une sorte de note pour la prochaine fois. « -j’suis désolée pour la fin de soirée... » ajouta elle en se tournant la bouche un peu confuse et gêner de tout ça.

« -ah ba non ça n’a rien avoir ! j’vous ai… je vous ai... » comment dire ça. « -tripoté plus bas que de raison ? » une grimace en disant cela, alors qu’elle pointait de ses deux index l’entre jambe du millionnaire. « -non parce que si je suis restée sage, même si c’est un grand mot, et que je me suis juste servit de vous comme couverture, ba non ça compte pas. » Elle finit par lui sourire peu à peu. De ce petit sourire qui la rendait si joli au matin, si naturelle avec ses cheveux en bataille et son tshirt trop grand. Pff quelle soirée…

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 732
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

200515111407214259.png
Lucious Thompson
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis raider d'entreprise et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je suis l'héritier d'une entreprise spécialisé en rachat d'entreprise en difficulté pour les démolir et les revendre en pièces détachées. Né avec une cuillère en or dans la vie, je n'ai jamais manqué de rien, financièrement parlant, me permettant de vivre dans le luxe le plus total. Une bénédiction, certains dirons. Pour moi, c'est une vraie malédiction qui me pousse à expérimenté tout ce que la vie peut offrir au plus grand désespoir de mon feu mon père lorsqu'il était encore de ce monde.
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 D705a01a03defdedaf9559e9d216761f37f26338
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 6eb824ffcb86d7c84889ccbaa5d49bdfda8eb4c4


avatar :copyright:️ TAG


Alors qu’il s’amusait de la situation, aux dépens de Katelyn, cette dernière était bien loin de partager sa bonne humeur matinale. Bien au contraire. Il acquiesça à sa question, ne souhaitant pas s’entremêler les pinceaux en fournissant trop de détails de leurs ébats nocturnes. Un nouveau sourire en la voyant tirer la langue sous l’effet du goût presque âcre de l’aspirine. Un regard sur le journal à côté de lui, ses lunettes sur le nez, il releva les yeux au-dessus de sa monture lorsqu’elle commença à se justifier. N’importe quoi. Cela faisait plaisir à entendre. Il resta silencieux, prit une gorgée du jus d’orange avant de hausser les sourcils. Il fût à la fois flatté et perturbé. Pas comme ça. Qu’est-ce que cela voulait-il dire ? Voulait-elle s’en souvenir et ne pas être un nouveau Patrick ? Il respecta son souhait de ne pas répondre à d’autres questions. A dire vrai, en la voyant aussi mal, il décida de tout lui avouer. Ça serait mal venu de sa part de poursuivre sur sa lancée. L’objectif était de s’amuser, pas de faire culpabiliser la jeune femme. Il se mit à rire tout en déposant ses lunettes sur le journal « Vous avez dis à tout le monde que vous les aimiez, moi aussi, juste avant de vous endormir. Vous avez l’alcool heureux, ça fait plaisir à voir ». Il termina sa tasse de café, ne répondant rien concernant ses manières. C’était normal. Pourquoi profitait de la jeune femme complètement ivre alors que le lendemain, elle n’en aurait aucun souvenir. Quel en était l’intérêt ? En tout cas, la vérité dite, elle semblait se sentir plus léger. Elle dévora son petit-déjeuner devant son regard amusé et décida d’en faire de même. Il ne pouvait se résigner à ne boire qu’un café au petit-déjeuner. Il aimait bien trop manger pour ça.

En entendant la réflexion de Katelyn, il se saisit de tasse pour faire passer le morceau de tartine qu’il venait d’avaler et la reposa en silence sur la table « Vous ne m’avez pas … emmerder, c’est comme ça que vous dites ?! C’était agréable de ne pas dormir seul ». Il s’essuya la bouche avec sa serviette « Ne soyez pas désolé. J’ai passé une excellente soirée et j’aimerai que l’on réitère ça dès que vous en avez envie ». Il avait rarement passé des soirées comme celle-ci et il avait réellement apprécié. Il s’était enfin senti apprécié et à sa place.
Un nouveau rire alors qu’il replaça ses boucles indomptables « Non, non. Vous n’avez eu aucun gestes déplacés, n’ayez crainte ». Elle n’avait pas été dans le même état que leur première soirée ensemble. Elle avait su restée sage. Il lui demanda tout de même si cela pouvait être considéré comme une rupture de leur contrat et fût soulagé de voir que ce n’était pas le cas « Ouf ! Je n’avais pas envie de conclure un nouveau contrat » et posa sa tête sur son point, la regardant sous la lumière du jour, ce sourire, cette attitude. Elle était belle. Il resta silencieux un moment, l’observant seulement, puis reprit son petit-déjeuner comme si de rien n’était, jetant quelques regards à cette dernière de temps à autre « Au fait, juste une mise au point » il avala sa bouchée et reprit « Je n’ai jamais dis que ça ne m’intéressait pas de coucher avec vous. Je me l’interdis. C’est différent. Vous m’avez même avoué que les interdits pouvaient être nuls à la longue alors que j’ai bien cru vous embrasser. Vous ne vous en souvenez pas ?! » Il pencha la tête, souriant à la jeune femme. Ce sourire qui disparu presque aussitôt alors que son regard se perdit dans sa tasse de café « On va dire que je suis maudit » Il releva ses yeux azur sur elle, de nouveau ce sourire sur les lèvres, comme si ça allait permettre de faire passer la révélation presque saugrenue « Je ne peux vous en dire plus pour le moment, mais un jour, je le ferai. Aujourd’hui, vous avez mal à la tête et je suis fatigué. Ce n’est pas une bonne journée pour parler de ça » et termina son verre de jus d’orange. Il se saisit des tasses et verres vides, se leva et déposa un baiser sur la chevelure de son amie « Vous êtes jolie au réveil et vous sentez bon » avant de tout mettre dans l’évier et tapa dans ses mains avant d’en porter une à ses lèvres « Désolé » en se rappelant de la gueule de bois de la jeune femme « Je vous propose de vous reposer encore un peu, une petite douche, séparée par contre et on pourrait faire un tour à moto ? » et décida d’aller prendre une douche. Il aurait pu passer sa journée en boxer, mais ça serait mal venue de sa part au vu de cette nuit. Il prit le temps, profitant de l’eau chaude, se rasa, dompta en vain ses boucles blonde, enfila un jean et un t-shirt noir, puis revint auprès de la jeune femme « Ça va mieux la migraine ? ».


Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 688
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

l6s7.bmp
Katelyn Thomas
J'ai 36 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis en galère et à la recherche d’un nouvel emploi et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

D’origine française, elle est arrivée il y a maintenant plus de 10 ans sur le sol américain. Parce qu’elle voulait changer de vie, d’horizon et tenter sa chance ici. Mais le rêve n’est pas tout à fait devenu réalité. Journaliste de métier, elle a passé plusieurs années à être reporter pour un journal tv d’une chaine que personne ne regarde, à devoir se taper tout les reportages les plus miteux. Ça fait deux semaines qu’elle s’est fait virée. Alors pour trouver le moyen de payer le loyer de son petit appartement, elle enchaîne petit boulot sur petit boulot.

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 IoIf
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 3128518656_1_2_SvciBK6t


avatar :copyright:️ Moi meme

Katelyn adressa un petit sourire gênée à Lucious. La plus part du temps, lorsqu’elle buvait trop, et qu’elle passait une excellente soirée, elle se mettait à déborder d’amour pour la terre entière. « -pour vous rassurer, même complètement bourrer, mon cerveau fait encore la différence entre les gens bien et les cons. Ceux là, je leur dis pas que je les aime... » Elle s’était toujours dit qu’il valait mieux être comme elle, rire et faire rire plutôt que d’avoir envie de taper sur tout le monde ou bien de déprimer et d’envoyer des sms pitoyable à un ex. Avec lenteur, bloquant quelques instants sa tasse de café entre les mains, elle tenta de se souvenir de ce qui s’était passée. C’était flou…

« -pourquoi c’est pas un mot que vous employé ? »
demanda la jeune femme avec un sourire en coin, moqueuse. « -on est d’accord sur un point » oui, c’était plaisant de ne pas dormir seule. A nouveau elle lui sourit par dessus sa tasse. « -j’suis contente que vous ayez passé une bonne soirée. Toute ma bande de cinglés réunit ! » Une soirée où il avait pu être lui même. « -pas de souci, je pense sincèrement qu’il n’y a aucun souci pour que vous vous joignez à nous la prochaine fois. Je boirais moins. Comme ça pas de pot de colle dans votre lit. » Il y avait une petite étincelle de malice dans ses prunelles. « -vous me rassurez, je crois que je serais morte de honte si vous m’aviez dit que j’avais fais la petite bête qui monte... » Un petit rire sortie de ses lèvres en disant cela. Mon dieu mais pourquoi est ce qu’elle était allée le rejoindre dans son lit. Quelle idée lui était passé par la tête !

La jeune femme hésita à prendre un autre toast faisant bouger ses lèvres de gauche à droite, avant de céder et de s’en saisir. En mordant dedans, elle fronça légèrement les sourcils en la voyant la regarder. Après une gorgée de café, elle le regarda à nouveau mais cette fois ci en ouvrant la bouche. Quoi ? Il avait tenté de … Kate cligna des paupières en reculant la tête. « -heu… » elle leva les yeux pour chercher dans sa mémoire et finit par dire : « -si je crois que j’en ai un vague souvenir… » Pas la peine de poser de question et de chercher à vouloir savoir pourquoi il s’interdisait de profiter d’un moment sous la couette. Elle commençait à savoir qu’il avait ce jardin secret, remplit de mystère. La phrase suivante la conforta dans son choix. Maudit ? Vraiment ? Elle préféra lui sourire et répondre alors qu’il se justifiait. « -aucun souci, vous avez vos secrets, j’ai les miens. » Katelyn était sincère sur ce point. Bien sur au fond d’elle, elle voulait savoir. Mais c’était une forme de respect envers son riche emmerdeur que de ne pas chercher à savoir. « -heu… merci... » souffla la jeune femme en baissant les yeux, quelque peu gênée par ce compliment. Aucun homme ne lui avait jamais dis ce genre de chose. C’était un peu déroutant.

La jolie brune laissa ses yeux profiter du spectacle qu’il lui offrait. Un homme à moitié nu qui débarrassait la table. Il avait de jolies fesses. Elle ferma les yeux avec force lorsqu’il se tourna vers elle en frappant des mains. Ouf c’était passé pour le mal de tête… Un rire joyeux sortie de gorge avant qu’elle ne le taquine au sujet de cette douche séparée: « -vous êtes pas joueur quand même. Mais d’accord, ça sera séparée. Et d’accord aussi pour la balade. » Lorsqu’il sortie de la salle de bain, il la trouva debout devant la baie vitrée, jambes nues dans son tshirt trop grand. Elle se tourna dans sa direction et dit « -je devrais peut être envisagé de laisser quelques affaires chez vous à l’avenir. » Genre brosse à dent, sous vêtements et tenue de rechange. « -et oui ça va, petit à petit ça passe merci. » La jeune femme passa à son tour dans la salle de bain, le remerciant pour la brosse à dent neuve qu’il lui donna, avant de prendre une douche à son tour. Elle profita, vraiment elle profita du luxe de la pièce, de la grandeur de la douche, de la douceur des serviettes de toilettes. Et elle se demanda pourquoi il était seul.

En sortie de la salle de bain en tressant ses cheveux sur le côté, chantonnant La Tendresse de Bourvil. Grand artiste du cinéma français, mais aussi interprète de très belle chansons. "Quelle douce faiblesse, Quel joli sentiment, Ce besoin de tendresse, Qui nous vient en naissant,Vraiment, vraiment, vraiment... » La jeune femme s’allongea sur le ventre sur le lit de la chambre d’ami, saisissant son téléphone, elle sourit en voyant que June s’était amusée à faire des photos durant la soirée. Ah ba oui… Il avait essayé de l’embrasser. Et c’était immortalisé… Merde. Elle se tourna sur elle même avant de lancer: "-j'ai votre autorisation pour faire croire à June qu'on a couché ensemble et que ça a été torride?! Elle a beaucoup d'imagination ma blonde... elle nous voit déjà comme le couple de l'année." N'importe quoi souffla t elle pour elle même en souriant.

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 732
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

200515111407214259.png
Lucious Thompson
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis raider d'entreprise et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je suis l'héritier d'une entreprise spécialisé en rachat d'entreprise en difficulté pour les démolir et les revendre en pièces détachées. Né avec une cuillère en or dans la vie, je n'ai jamais manqué de rien, financièrement parlant, me permettant de vivre dans le luxe le plus total. Une bénédiction, certains dirons. Pour moi, c'est une vraie malédiction qui me pousse à expérimenté tout ce que la vie peut offrir au plus grand désespoir de mon feu mon père lorsqu'il était encore de ce monde.
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 D705a01a03defdedaf9559e9d216761f37f26338
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 6eb824ffcb86d7c84889ccbaa5d49bdfda8eb4c4


avatar :copyright:️ TAG


« Merci… » répondit-il presque timidement, touché par ce qu’elle venait de lui confier. Finalement, il était parvenu à l’amadouer, à user de son charme pour qu’elle l’apprécie tel qu’il était, avec ses déboires et ses travers. C’était plaisant de se dire qu’il était considéré comme une personne bien à ses yeux. Ce n’était pas souvent le cas « Ce mot a fini plus d’une fois dans la boite à gros mot quand j’étais enfant. Je ne l’utilise donc plus » tout en haussant les épaules, un petit sourire en coin avant de porter sa tasse à ses lèvres. Au moins ils avaient passé, tous les deux, une bonne nuit. Elle avait pu dormir en sécurité auprès d’un homme sans risquer quoi que ce soit, et lui avait pu redécouvrir le plaisir de ne pas dormir seul « Je ne me serai jamais douté que vous étiez entourés de personnes hautes en couleur comme cela. Je pensais être une exception dans votre existence » et c’était ce qui lui avait permis de passer une bonne soirée, d’être lui-même et non le fils de la famille Thompson comme d’habitude. C’était épuisant d’être regardé à travers le prisme de son père… « Ça sera avec plaisir ». Il ne souligna pas le pot de colle parce qu’il avait apprécié sa compagnie. Il le lui avait dit. Pas besoin de revenir là-dessus. Un rire jaillit de sa gorge « La petite bête qui monte ?! » Elle avait titillé son intérêt en disant cela et il voulait en savoir plus maintenant.

Pourquoi avait-il souhaité faire une mise au point ?! Il n’en avait pas la moindre idée. Peut-être parce qu’il ne voulait pas qu’elle croie qu’il ne la désirait pas, parce que ça serait mentir. Hier, à moitié nue dans son lit, il avait senti son cœur tambouriner dans sa poitrine et ce n’était pas dû à son réveil soudain. Il avait eu envie d’embrasser sa peau claire lorsqu’elle s’était retrouvée dans ses bras. Mais son passé… « C’est une bonne conclusion ». Ils avaient leurs jardins secrets. Pourtant, il avait envie de lui expliquer, de tout lui dire, de mettre des mots sur sa retenue à son égard, mais pour le moment, il n’en trouvait pas le courage. Il avait besoin de temps. Il se leva alors, déposa un baiser sur sa chevelure en la complimenta avant de déposer la vaisselle dans l’évier. La femme de ménage saurait quoi en faire. Un nouveau rire alors qu’il acquiesça de la tête « Je ne joue que quand je suis sûr de gagner mademoiselle » et là, il était sûr de perdre « Parfait ! » et se faufila sous la douche.

En revenant vers elle, il avait laissé son regard se perdre sur ses jambes nues. Oui, il commençait à devenir un grand perdant à ce petit jeu. En deux ans, c’était bien la première fois qu’il avait envie de se laisser prendre au jeu, qu’il avait envie d’entamer une partie avec une autre femme que son épouse. Pourtant, cette petite voix dans sa tête lui répétait sans cesse qu’il ne pouvait pas. Qu’il n’avait pas le droit d’être égoïste. Que même pour une nuit, il n’avait pas le droit de lui faire courir le moindre risque. Il était maudit. Il le croyait réellement « On n'a passé qu’une nuit ensemble ! » rétorqua-t-il tout en souriant, laissant apparaître ses jolies fossettes « Patrick va être déçu que ça ne soit pas chez lui, mais bon. Mais oui, vous pourriez. Cet appartement est bien assez grand pour nous deux et on fera des soirées pyjamas comme ça ! » poursuivit-il tout excité à l’idée de se retrouver en pyjama avec sa serveuse, à manger du pop-corn, se raconter leurs secrets devant un film d’horreur. Comme de vraies adolescentes. Il hocha de la tête concernant la migraine et laissa la jeune femme se préparer. Pendant ce temps, il passa quelques coups de fils à son travail, faisant des aller-retour devant son imposante baie-vitrée, jetant quelques regards sur les différents journaux affichaient sur sa tablette. Tout en conversant avec l’un de ses associé, il entendit la voix de Katelyn et il ne put s’empêcher de se retourner et de la voir sortir de la salle de bain. Il sourit une nouvelle fois, ne pouvant s’en empêcher. Il raccrocha, s’excusant d’une affaire urgente et posa le portable sur la table pour se rendre jusqu’à la chambre. Il posa son épaule contre l’encadrement de la porte, ses bras croisés, un large sourire sur les lèvres, amusé par la question de la jeune femme et décida de s’allonger sur le lit à côté d’elle « Vous pouvez et précisez bien que ça a été torride. J’ai une réputation à tenir ». Il se leva du lit, saisissant la main de la jeune femme pour l’attirer à lui, son visage près du sien, lui soufflant presque sensuellement « Dites-lui que cela a duré toute la nuit, que j’ai parcouru chaque parcelle de votre corps inlassablement, que je vous ai fait découvrir des sensations encore inconnues à ce jour, et que vous n’aviez qu’un souhait, que cela ne cesse jamais. Et que vous devez la laisser car vous comptez bien réitérer cela encore, là, en cet instant précis, dans chacune des pièces de cet imposant appartement et faire ainsi rougir les auteurs du kamasoutra » puis il se recula et comme si de rien n’était « Bon, on va le faire ce tour en moto » et quitta la chambre pour aller préparer leurs affaires. Il lui prêta une de ses vestes en cuir « Sentez-moi ça ! Du vrai cuir. Je l’ai acquise en Europe pour un prix défiant exorbitant donc on ne l’abîme pas mademoiselle » et enfila sa propre veste, un casque et c’était partit pour quitter cet appartement. Ils passèrent par les escaliers de services pour rejoindre le parking où se trouvait ses autos, de toutes sortes et sa moto. Il monta en premier et lui fit signe d’en faire de même. C’était partit pour la petite ballade.

Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 688
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

l6s7.bmp
Katelyn Thomas
J'ai 36 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis en galère et à la recherche d’un nouvel emploi et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

D’origine française, elle est arrivée il y a maintenant plus de 10 ans sur le sol américain. Parce qu’elle voulait changer de vie, d’horizon et tenter sa chance ici. Mais le rêve n’est pas tout à fait devenu réalité. Journaliste de métier, elle a passé plusieurs années à être reporter pour un journal tv d’une chaine que personne ne regarde, à devoir se taper tout les reportages les plus miteux. Ça fait deux semaines qu’elle s’est fait virée. Alors pour trouver le moyen de payer le loyer de son petit appartement, elle enchaîne petit boulot sur petit boulot.

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 IoIf
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 3128518656_1_2_SvciBK6t


avatar :copyright:️ Moi meme

« -ah je comprends c’est trop précipité pour vous. » s’amusa Katelyn en souriant encore et toujours. « -c’est juste une question pratique. » ajouta la jeune femme en haussant les épaules. « -patrick vous dirait certainement que vous êtes très con de n’avoir rien fait d’autre que dormir avec moi cette nuit. » elle le taquinait bien entendu. Puis elle quitta la pièce pour se rendre à la salle de bain, revenant sur ses pas pour venir sentir son cou : « -j’adore vraiment votre parfum. » elle le lui avait déjà dit la veille mais bon… Une fois propre, elle s’était installée dans la chambre d’ami, s’amusant des différentes photos que son amie décoratrice intérieure avait faite. Certaines étaient drôle, immortalisant des moments précieux de cette soirée de détente entre amis. D’autres devaient être classé top secret voir même être détruite. Kate espéra qu’elle n’avait pas envoyé cette photo d’eux se dévorant du regard à tous les autres. Sinon, elle n’avait pas finit d’en entendre parler.

« -rassurez vous, j’allais pas dire que vous êtes un petit joueur. » commenta Kate en tournant la tête vers lui. Une fois debout collée à lui, elle fixa son regard dans le sien, son sourire s’étirant à mesure qu’il détaillait ou plutôt dictait ce qu’elle devait répondre à son indiscrète amie. « -ça fait long dans un sms... » répondit la jolie brune. C’était bien mieux de répondre ça, plutôt qu’un : dommage que tout ça soit un mensonge. Mettre de l’huile sur le feu n’était pas raisonnable. Ils l’avaient dit l’un comme l’autre la veille, à June d’ailleurs. Il y avait cette sorte de contrat entre eux. Même si rien n’était matériel et que rien n’avait jamais été dit à voix haute, ils ne franchiraient pas ce cap. Parce qu’il...Se l’interdisait. Et c’était bien mieux ainsi. Parce qu’elle se connaissait. Ils étaient proches, et si jamais ils couchaient ensemble, elle allait merder. Soit parce qu’elle allait prendre de la distance, soit parce qu’elle allait trop s’attacher. Et la relation qu’ils avaient actuellement lui allait très bien. Aussi étrange soit elle.

« envoyé. » Kate rangea son téléphone dans son sac et rejoignit Lucious. « - j’ai jamais été fan de cette odeur. » commenta la jeune femme en enfila la veste si précieuse qu’elle ne devait sous aucun prétexte abîmer.Après des tonnes de marches pour rejoindre la moto, la jolie brune enfila son casque et prit place derrière le millionnaire.Passant ses bras autour de sa taille, collant son corps au sien afin de ne pas tomber. Simplement pour éviter d’abîmer la veste bien entendu. La balade fut agréable, l’après midi passa s’en qu’elle s’en rende compte. Ce fut heureuse et souriante qu’elle rentra chez elle après un signe de la main en le regardant partir.

Les jours passèrent avec leur lots d’ennuis, d’entretien d’embauche, de déceptions, de baisse de moral et de remise en question. Elle n’osa pas lui écrire ou l’appeler. Pas après cette fin de soirée si étrange. Pas après son comportement dont elle avait encore un peu honte. Etrangement, elle réalisa qu’il lui manquait. Cela l’avait fait sourire d’ailleurs, alors qu’elle s’arrachait les cheveux sur un article qui traitait de la qualité des pinceaux qu’il fallait acheter pour refaire son intérieur. Passionnant ! Elle venait de se lever pour aller se faire une tasse de thé lorsque son téléphone vibra. Quelques mots pour lui dire qu’il arrivait dans une heure, et qu’elle devait se tenir prête avec une valise et son passeport. Au lieu de demander où il comptait l’emmener, elle demanda ce qu’elle devait mettre dans la valise. « -ah oui quand même... » avait marmonné la jeune femme perplexe. Puis elle avait à nouveau pianoté sur l’écran tactile, s’excusant de ne pas avoir ce genre de tenue dans sa garde robe. Elle lui souhaita un bon voyage, en espérant le revoir bientôt. Pourtant, une heure plus tard, on sonna à la porte de son appartement.
Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 732
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

200515111407214259.png
Lucious Thompson
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis raider d'entreprise et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je suis l'héritier d'une entreprise spécialisé en rachat d'entreprise en difficulté pour les démolir et les revendre en pièces détachées. Né avec une cuillère en or dans la vie, je n'ai jamais manqué de rien, financièrement parlant, me permettant de vivre dans le luxe le plus total. Une bénédiction, certains dirons. Pour moi, c'est une vraie malédiction qui me pousse à expérimenté tout ce que la vie peut offrir au plus grand désespoir de mon feu mon père lorsqu'il était encore de ce monde.
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 D705a01a03defdedaf9559e9d216761f37f26338
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 6eb824ffcb86d7c84889ccbaa5d49bdfda8eb4c4


avatar :copyright:️ TAG


« Je suis un homme qui prend son temps » poursuivit-il « Mais mon acceptation est sincère. Vous pouvez apporter des affaires ici, si vous le souhaitez. Je n’y vois pas d’inconvénients » avant de rire tout en acquiesçant, se souvenant de cette première nuit où elle avait fini dans les bras d’un autre « Je m’en moque. J’ai une préférence pour les femmes sobres, afin qu’elle savoure pleinement le moment ». Même si oui, son voisin lui dirait sûrement qu’il était abruti de ne pas avoir profité de la situation. Une femme ivre qui, de plus, l’avait rejoint dans son propre lit. Un petit sourire lorsqu’elle huma son parfum avant de partir, soufflant presque pour lui « Content qu’il vous plaise ». Il était peut-être temps de sortir de son appartement. Le millionnaire jouait peut-être un peu trop avec le feu et le prouva une fois encore en faisant une longue tirade sur ce qui aurait pu se passer entre eux cette nuit « Très long… » rétorqua-t-il avant de changer de sujet. Il fallait réellement qu’ils quittent cet appartement. La balade à moto leur fit le plus grand bien avant de la raccompagner chez elle.

Aucun message et aucun appel. Lucious avait décidé de se mettre davantage au travail pour rattraper quelques transactions au point mort en raison de son comportement nocturne qui ne cessa pas pour autant. Il se permis quelques soirées, mais qui ne furent pas aussi exaltante que celle passé en compagnie de Katelyn et ses amis. Il rentrait donc assez prématurément de ses soirées pour retrouver son lit qu’il rejoignit toujours avec un petit sourire. Oui, son esprit n’avait pas effacé la petite visite nocturne de sa serveuse. Une serveuse qui lui manquait. Il décida donc de lui envoyer un simple message, puis une liste de tenue à prendre. De quoi l’occuper jusqu’à son arrivée chez elle. Alors qu’elle s’excusa par message qu’elle n’avait pas tout ça dans sa garde-robe, il rangea le petit appareil dans sa poche et sonna. Il afficha son sourire le plus charmeur lorsqu’elle ouvrit la porte, écartant les bras « Surprise ! » et la serra dans ses bras « Votre valise est prête ? » et posa son index sur ses lèvres « Je ne veux rien entendre. Prenez le nécessaire, on fera les boutiques sur place. Et dépêchez-vous, il est hors de question que l’avion ne parte sans nous ». Il fit le tour du minuscule appartement en attendant qu’elle soit prête, se saisit de la valise, la laissa fermer la porte et c’était partit. Son chauffeur les attendait patiemment « Le carrosse est arrivé Alice » et monta en voiture. Direction l’aéroport « Vous avez prévenu June que vous aviez mentit concernant notre nuit tous les deux ? » en voyant le regard de son chauffeur dans le rétroviseur, il ajouta « Gary, ne soyez pas jaloux. Ce n’était qu’une nuit, toutes les autres vous appartiennent » avant de reporter son attention sur Katelyn « Vous aimez la mode mademoiselle Thomas Personnellement, j’adore ça ».

En sortant de la voiture, Lucious se saisit de son sac qu’il posa sur la valise de la jeune femme et prit sa main de l’autre « Pour éviter que vous vous enfuyiez » et après un au revoir à son chauffeur, pénétrèrent dans l’aéroport « Vous aimez Paris ? » tout en souriant, taquin et c’était partit. Lucious en profita pour régler quelques affaires personnelles dans l’avion « Je travaille un peu avant que nous soyons tranquilles en arrivant ». Ses associés, certains actionnaires et ses collaborateurs furent plus qu’étonnés de le revoir au travail aussi régulièrement et de manière aussi assidue. Les murmures et les ragots allaient bon train. Mais il fallait croire qu’il commençait à redevenir l’homme d’avant la tragédie…

Ils arrivèrent au petit matin sur la capitale française. Ils récupèrent leurs valises et il posa sa main sur le visage de la jeune femme « Ça va ? Pas trop exténuée ? Vous le dites, on peut passer à l’hôtel avant » et glissa ladite main dans la sienne. Leur chauffeur les attendait. Parfait. Il donna l’adresse de leur hôtel dans un français plus que limite et en arrivant à la réception, il décida d’opter pour sa langue natale. Il avait réservé l’une des plus belles chambres de l’hôtel. Lorsque la porte s’ouvrit, il sut alors qu’il était à Paris. La vue donnait sur la Tour Eiffel. Ils avaient une salle de bain, deux lits, un bar à disposition « Bienvenue à Paris » rétorqua-t-il en français « Vous êtes mon guide » avant de lever la main « Une seconde » et sortit de sa valise une écharpe sur laquelle il avait vaporisé quelques gouttes de son parfum et qu’il lui tendit « Sentez » attendit un instant et ajouta « Vous semblez beaucoup l’apprécier… On y va ? ». Il voulait se laisser guider. La seule exception, c’était une journée qu’il avait réservé pour la Fashion Week. Le reste, il le destinait à elle et à sa manière de lui présenter Paris.

Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 688
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

l6s7.bmp
Katelyn Thomas
J'ai 36 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis en galère et à la recherche d’un nouvel emploi et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

D’origine française, elle est arrivée il y a maintenant plus de 10 ans sur le sol américain. Parce qu’elle voulait changer de vie, d’horizon et tenter sa chance ici. Mais le rêve n’est pas tout à fait devenu réalité. Journaliste de métier, elle a passé plusieurs années à être reporter pour un journal tv d’une chaine que personne ne regarde, à devoir se taper tout les reportages les plus miteux. Ça fait deux semaines qu’elle s’est fait virée. Alors pour trouver le moyen de payer le loyer de son petit appartement, elle enchaîne petit boulot sur petit boulot.

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 IoIf
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 3128518656_1_2_SvciBK6t


avatar :copyright:️ Moi meme

En entendant la sonnette, Kate plissa les yeux. Elle se leva et après un rapide coup d’oeil par la fenêtre pour distinguer une voiture noire bien trop chic pour se trouver ici, soupira en souriant, secouant la tête de gauche à droite. Elle hésita à le laisser poiroter un peu plus devant la porte, mais finalement se ravisa pour aller lui ouvrir. « -bonj... » ah oui c’est vrai qu’il la serrait dans ses bras maintenant. « -je m’y ferais jamais » marmonna la jeune femme pour elle même malgré tout heureuse de le voir ici, avec son sourire si joyeux. « -bien sur quoi no... » Impossible de dire quoi que se soit de plus, Elle ouvrit la bouche pour objecter, refuser à nouveau mais ses lèvres se refermèrent. Après tout, c’était Paris. Revoir son pays natale lui ferait peut être du bien. Changer d’air. Ça aiderait son moral. Après un dernier regard pour Lucious et un sourire en coin, la jeune femme se mit à faire sa valise, avant de se changer. Elle n’allait pas partir en jogging. Un jeans slim et tshirt large qui lui tombait d’une épaule.Ils feraient les boutiques là bas… La jeune femme emporta sa tablette, il fallait qu’elle termine cet article, même si le sujet n’était pas palpitant, elle devait le rendre. Ne pouvant pas se permettre de perdre ce petit job.

Une fois dans la voiture, Katelyn ne put que rire en l’entendant : « -normalement, on demande aux gens comme ils vont, avant de poser ce genre de question. Et la réponse est non. Ce voyage sera l’occasion de la faire rêver un peu plus. » Puis elle ouvrit de grands yeux. En tant que journaliste et française en plus de ça, elle savait parfaitement ce qui allait se dérouler à Paris cette semaine. « -comme toutes les femmes je crois... » avait elle répondu sans préciser que personnellement c’était bien plus le côté journalistique qui l’attirait pour cet événement. Est ce qu’il l’emmenait vraiment là bas ?

Kate aurait pu râler, lui dire que maintenant qu’elle était là, elle n’allait pas s’enfuir. Ou bien elle aurait pu retirer sa main de la sienne tout simplement. Mais non. Elle lui adressa seulement un sourire amusé, et le suivit dans l’aéroport. Elle marqua seulement un petit temps de pause lorsqu’il parla de Paris. Il n’y avait que leur deux bras tendus et leurs mains jointent qui les séparait. Elle lui sourit à nouveau. Et merde autant se laisser faire, et profiter. Des tonnes de femmes tuerait pour être à sa place. Dans l’avion, elle fit exactement comme lui, si elle ne terminait pas cet article avant d’arriver, elle ne le ferait pas, et elle se ferait virer. Elle prit bien soin de ne pas lui faire voir l’écran de sa tablette, écouteur dans les oreilles avec un peu de musique pour tenter de se concentrer, et de ne pas trop penser à la semaine qui allait s’écouler, encore moins à l’homme avec qui elle allait la passer.

Lorsqu’elle eut terminée et seulement à ce moment là, Kate s’autorisa à dormir. Le vol était long, et le décalage horaire allait se faire sentir. Alors autant prendre un peu d’avance. Après avoir prévenu Lucious qu’elle allait dormir un peu, elle remonta ses jambes sur son siège, pieds nus, le visage vers le hublot, elle se laissa peu à peu glisser dans le sommeil. Elle ouvrit les yeux alors que le soleil commençait à se lever. Alors elle sourit en s’étirant lentement, avant de bailler. « -bonjour... » souffla Kate, avant de s’installer correctement pour l’atterrissage. C’était la partie du vol qu’elle appréciait le moins.

Un léger frisson parcouru son dos lorsqu’elle sortie de l’avion, il ne faisait pas très chaud et elle était encore un peu ensommeillée. « -ça va oui, et toi ? Et vous... » elle ferma les yeux, secoua la tête avant de sourire et d’ajouter : « -je veux bien qu’on passe à l’hôtel oui. » A nouveau elle bloqua quelque peu lorsqu’il prit sa main. Ça aussi ça devenait une habitude. La jeune femme ne put s’empêcher de sourire, vraiment amusé de l’entendre parler en français. Elle trouva ça drôle mais aussi assez sexy étrangement… Ne rien dire, ne rien critiquer, et surtout ne pas dire que c’était trop, qu’elle ne pouvait pas accepter ect. Voilà ce qu’elle s’était promis. C’était son idée, c’était lui qui décidait de tout. Dans la limite du raisonnable et du décent bien sur. « -la vue est sublime... » constata Kate en ouvrant la fenêtre qui donnait sur le balcon.

« -dites moi ce que vous avez déjà vu, ce que vous aimeriez voir, pour que je sache un peu quoi vous faire découvrir. » Il était venu à Paris lorsqu’ils s’étaient rencontrés, et elle ne se souvenait plus exactement ce qu’il lui avait raconté au sujet de ce voyage. Le chose avait un peu changé depuis. Enfin… Kate le supportait beaucoup mieux. Vraiment mieux. Elle pencha la tête sur le côté en se demandant bien ce qu’il cherchait. Un sourire illumina le visage de la jeune femme lorsqu’elle comprit. Elle adora son idée, et le cadeau, trouvant ça vraiment attentionné et charmant. Très mignon aussi. Ce fut son tour de déposer un baiser sur sa joue et de souffler un : « -merci Chapelier » Puis elle ajouta avec un sourire taquin en passant son bras sous le sien : « -je la porterais quand je serais en manque de votre personne. » Un jolie rire vola dans l’air avant qu’elle ne le prenne à son tour par la main, pour l’entraîner dehors. Elle savait parfaitement où elle allait l’emmener.

« -vous connaissez le film Le fabuleux destin d’Amélie Poulain ? » Elle était certaine que oui. « -je vous emmène prendre un petit déjeuner Rue Lepic, au café des Deux Moulins. A cette heure ci, on devrait être les premiers. » Elle connaissait la circuit de ville par coeur, adorant le film, l’actrice, l’histoire, les musiques… Kate ne se posait pas de questions, de savoir si ça allait lui plaire ou non. Il voulait qu’elle soit son guide. Elle comprenait faite moi voir ce que vous aimez dans Paris.

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 732
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

200515111407214259.png
Lucious Thompson
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis raider d'entreprise et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je suis l'héritier d'une entreprise spécialisé en rachat d'entreprise en difficulté pour les démolir et les revendre en pièces détachées. Né avec une cuillère en or dans la vie, je n'ai jamais manqué de rien, financièrement parlant, me permettant de vivre dans le luxe le plus total. Une bénédiction, certains dirons. Pour moi, c'est une vraie malédiction qui me pousse à expérimenté tout ce que la vie peut offrir au plus grand désespoir de mon feu mon père lorsqu'il était encore de ce monde.
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 D705a01a03defdedaf9559e9d216761f37f26338
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 6eb824ffcb86d7c84889ccbaa5d49bdfda8eb4c4


avatar :copyright:️ TAG


Comme une fois n’est pas coutume, Lucious s’immisça dans la vie de la jeune femme sans lui demander son avis. Il basculait ainsi le moindre de ses plans de la semaine pour l’emmener à Paris avec lui. Il ne lui laissait pas le choix. Même si elle avait tenté d’objecter, elle se ravisa et cela le fit sourire. Elle lui avait manqué durant ces quelques jours, il voulait donc rattraper ce temps perdu avec elle, dans les rues splendides de la capitale. Même son rire qui résonna dans la berline lui avait manqué « Parce que je vous ai déjà donné l’impression d’être normal ? » avant de s’adresser au chauffeur « Ne dites rien Gary » et reporta son attention sur la jeune femme, souriant « On va faire plein de photo pour la faire rêver alors » et puis ça lui ferait des souvenirs qu’il encadrerait pour son appartement trop grand « Parfait » rétorqua-t-il concernant la fashion-Week sans en dévoiler davantage.

Lucious avait passé toute la durée à vol à travailler sur son ordinateur tout comme la jeune femme, enfin au début, car elle décida de s’assoupir un peu. Il passa donc le reste du temps entre travailler et lui jeter quelques coups d’œil, souriant. Ces quelques jours allaient être un véritable régal, il n’en doutait pas une seconde. Il sursauta légèrement en entendant la voix de Katelyn « Hey, bien dormi ? ».

A la sortie de l’avion, la différence de température se fit rapidement ressentir et il retira sa veste de costume pour la poser sur les épaules de la jeune femme. Le pull lui suffirait jusqu’à l’hôtel « On a passé la nuit ensemble, je pense que l’on peut se tutoyer dorénavant » tout en souriant et acquiesça. Direction l’hôtel. Sa main dans la sienne, ils se rendirent jusqu’à la voiture, baragouina quelques mots en français et arrivèrent rapidement dans leur chambre. Il posa les valises, laissant ainsi Katelyn s’approchait de la fenêtre « J’ai le vertige, mais je vous crois sur parole ».

« Et si nous faisions comme si c’était ma première fois à Paris ? Je sais très bien faire la surprise et l’émerveillement sur commande » en mimant ce qu’il venait de dire, puis se mit à rire de sa propre connerie. Mais avant de partir, il lui confia un foulard contenant son odeur. Un sourire se dessina timidement sur sa joue lorsqu’elle déposa un baiser sur sa joue « De rien Alice » et se laissa saisir le bras, touché par ce qu’elle lui confia et par son rire « Pour le moment, vous m’avez tout entier durant ces quelques jours, alors on laisse l’écharpe ici » tout en se saisissant du foulard qu’il jeta sur le lit « Je suis un homme très occupé très chère, je n’ai pas le temps de regarder la télévision » avec sérieux et rajouta avec sa nonchalance légendaire « Je passe mes soirées entourée d’escorte-girl, de ligne blanche coupée à la carte bancaire et aux bouteilles d’alcool à moitié pleine. Je n’ai pas le temps de regarder de films ». Il posa donc sa main sur le bras de la jeune femme « Je vous suis mademoiselle » et quittèrent l’hôtel.

Lucious avait toujours aimé Paris. Il était séduit par l’architecture, les jardins, la Tour Eiffel, la gastronomie, le vin, la mode. Tout ce qui faisait de Paris, Paris. Donc son bras scellé au sien, ils déambulèrent dans les rues de la capitale comme un jeune couple, couple d’amis les concernant, montrant du doigt certaines petites boutiques, certains noms de rues, et cela jusqu’au petit café des Deux Moulins. Hors de question de rester à l’intérieur, donc ça serait dehors pour le café. Lorsque le serveur arriva, il jeta un regard à la jeune femme et décida de l’impressionner avec son accent à couper au couteau « S’il te plait, café, croissant » avant de regarder Katelyn « Je vous laisse faire. Je voulais vous impressionner, mais j’abandonne. Le serveur va me prendre pour un psychopathe » et sourit simplement au serveur avant de reporter son attention sur la jeune femme « Qu’est-ce que ça vous fait de revenir ici ? » avant de remercier le serveur et prit une gorgée de café « Très bon ! Vous voulez ? » puis fronça les sourcils « On n’avait pas dit qu’on pouvait se tutoyer ? Voulez-vous qu’on se tutoie ? Personnellement, ça ne me dérange pas. On pourrait dire que le tutoiement est réservé à Paris et le vouvoiement à New York. On parlera de nous à la troisième personne quand on ira à Las Vegas. J’adore Las Vegas ! » avant de secouer les mains, un morceau de croissant en bouche « Je m’éparpille ! » et avala sa bouche « Où va-t-on ensuite mademoiselle ? Et on doit prendre des photos pour June ».

Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 688
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

l6s7.bmp
Katelyn Thomas
J'ai 36 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis en galère et à la recherche d’un nouvel emploi et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

D’origine française, elle est arrivée il y a maintenant plus de 10 ans sur le sol américain. Parce qu’elle voulait changer de vie, d’horizon et tenter sa chance ici. Mais le rêve n’est pas tout à fait devenu réalité. Journaliste de métier, elle a passé plusieurs années à être reporter pour un journal tv d’une chaine que personne ne regarde, à devoir se taper tout les reportages les plus miteux. Ça fait deux semaines qu’elle s’est fait virée. Alors pour trouver le moyen de payer le loyer de son petit appartement, elle enchaîne petit boulot sur petit boulot.

" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 IoIf
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 3128518656_1_2_SvciBK6t


avatar :copyright:️ Moi meme

« -je vais vous faire visiter mon Paris. Parce que la Tour Effel, le Louvre… c’est trop classique. » Katelyn sourit avant d’ajouter : « -non surtout ne faites pas ça, ça serait tricher et je n’aime pas ça. » Elle était sincère. Ça s’apparentait à une sorte de mensonge, et elle appréciait bien trop cette personnalité vraie qui était la sienne. « -avec moi vous n’avez pas besoin de tricher. » Elle savait bien que dans son monde, il devait jouer bien trop souvent la comédie. Elle l’avait vu à l’œuvre lors de ce gala de charité. Et elle ne voulait surtout pas de ça, pas entre eux.

Bon, et bien non, il n’avait pas vu le film. Elle allait devoir lui expliquer. Ça n’était pas son préféré, mais il était tellement bien fait. Et montrait tellement l’importance de penser à soi, de vivre vraiment. De plus, cela leur permettrait de voir des endroits de Paris qu’il ne connaissait pas, et qu’il adorer. Elle en était certaine. « -et bien vous devriez passer un peu plus de temps devant la télé. Un bon film avec une belle histoire et une belle morale, c’est précieux. » Encore une fois c’était son avis. Mais cela faisait partie de leur contrat. Qu’elle lui fasse découvrir son monde, autant que lui le sien.

Une fois au café, le regard de Kate passa de Lucious au serveur, avec ce petit sourire amusé sur les lèvres. « -vous n’avez pas besoin de m’impressionner. » Non, vraiment ça n’était pas utile. Katelyn passa la commande pour eux, tout en expliquant au serveur que son ami était américain et que par conséquent parler le français, c’était compliqué. Ils furent rapidement servit et elle laissa son regard glisser sur la décoration. Elle sourit pour elle même, en se disant que l’Amélie du film était comme elle, un boulot loin d’être passionnant et glorifiant. Puis elle répondit à Lucious : « -du bien. » oui, ça lui faisait du bien de revenir dans son pays natale. Cela faisait des années qu’elle n’y avait pas remis les pieds. Elle n’avait personne ici à venir voir. De la famille mais en province. Ses parents n’étant plus de ce monde, elle ne revenait vraiment pas souvent en France. Mais être ici lui faisait se rendre compte que ça lui avait manquer.

Elle avala son café, avant de morde dans un croissant. Ça aussi ça lui avait manqué. Du vrai français, pas une pâle imitation. « -heu… j’en sais rien, oui pourquoi pas. C’est sorti tout seul tout à l’heure, mais je n’étais pas bien réveillé. » A croire qu’elle le tutoyait dans ses rêves aller savoir. Après tout pourquoi pas, ici il n’y avait personne pour les juger. « -je ne suis jamais allée à Vegas, et sincèrement je n’en ai pas vraiment envie. » Non, ça ne l’avait jamais attiré. Il y avait bien mieux à voir au USA . Et puis de toute façon elle n’avait ni chance ni argent, alors à quoi bon se rendre là bas.

« -à Montmartre. Nous allons prendre le funiculaire, aller voir le Sacré coeur, pour ensuite flâner Place du Tertre. Est ce que cela vous va ? »
Quelques secondes, elle eut peur que tout cela l’ennui. Il lui avait rappeler en partant qu’il avait une vie décousu, faite de soirée et d’excès. Sans compter qu’il venait d’appuyer cela en parlant de Vegas. Katelyn décida d’être franche avec lui, et de lui en parler : « -Écoutez Lucious, je n’ai pas envie de vous ennuyer avec ce que je considère moi comme le beau Paris. Si vous préférez voir autre chose, soyez franc et dites le moi. » La jeune femme se mordit les lèvres en baissant les yeux quelques instants : « -nos mondes respectif ne nous donne peut être pas le même priorité, les même envies et désirs. Je... » Elle ne savait pas vraiment comme formuler tout ça. « -non laissez tomber, dites moi juste si ça vous va. » Puis elle colla son dos dans le dossier de sa chaise, croisa les jambes en prenant sa tasse de café entre les mains. « -et oui, si vous le voulez on peu faire des photos. Pour June ou pour nous. Tant que ça reste de l'ordre du privé, ça ne gêne pas» Pourquoi elle avait rajouté ça ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious] - Page 6 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
" La richesse est un voile qui couvre bien des plaies" [Katelyn/Lucious]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» La Cerise s'efface, le Bien trépasse [hentaï, PV Vaelz]
» Pensionnat Hentaï*! // Partenariat ?
» Une bonne douche bien méritée [PV Lelouch][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: