Partagez
 
 
 

 "Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 802
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Isaac Samuel Jacobs
J'ai 46 ans et je vis à San Francisco. Dans la vie, je suis consultant pour la police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé depuis peu et je le vis plutôt bien finalement.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ofkb2p3Axm1uou64xo7_400
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 C44ea6d4150692af7e5d03b0dffb503f77dd543f


avatar :copyright:️ me


Isaac avait connu beaucoup de femmes dans sa vie, pour la grande majorité, c’étaient des aventures d’un soir, sans prise de tête, sans lendemain. Jo avait fait exception, lui avait appris ce que c’était l’amour passionnel et lui avait appris aussi ce que c’était de faire l’amour lorsqu’il y avait des sentiments entremêlaient à l’acte charnel. Et cette nuit encore, Elsy le lui faisait redécouvrir cette sensation. Il avait envie de la découvrir inlassablement, de biens des manières, que ça soit brutal comme ce soir ou plus tendre comme la prochaine fois. Si prochaine fois il y aurait. Pour le moment, il ne voulait pas se poser de telles questions. Se concentrant uniquement sur le plaisir de la jolie blonde qui se laissa emporter par le plaisir sous sa langue agile, puis une seconde fois, l’entrainant avec elle dans la jouissance, gémissant de plaisir contre sa peau. Oui, elle donnait une nouvelle dimension à l’acte charnel. Il lui rendit son doux baiser et se laissa entraîner avec elle dans les draps. Il posa sa tête entre ses seins qu’il embrassa, se laissant bercer par sa respiration haletante et les battements saccadés de son cœur. Exténué et l’alcool ne l’ayant pas épargné non plus, il se laissa rapidement tombé dans les bras de Morphée.

Comme s’il l’avait sentie se réveiller sous lui, Isaac ouvrit les yeux et ce fut un avec un sourire sur les lèvres qu’il se rendit compte qu’il n’avait pas bougé. Il déposa un baiser sur sa peau blanche puis redressa la tête vers elle « Salut toi… » et l’embrassa avec douceur. Il avait envie de ce même réveil tous les jours, mais au fond de lui, il savait que ça ne serait pas si simple. Ils n’avaient pas parlé et il n’avait pas fini ses explications la veille au soir. Il avait menti « Bien dormi ? » alors qu’il resta ainsi, sur elle, ses mains caressant sa peau sans réel but. Il jeta un coup d’œil au réveil à leurs côtés et après un second baiser « Je vais prendre une douche » et se leva du lit complètement nu « Tu m’accompagnes ? ». Il était plus que réveillé et il n’était pas le seul. La voir ainsi nue dans son lit, lui donnait envie de réitérer leurs activités de la nuit. Autant lié l’utile à l’agréable. Isaac tenta de se montrer aussi bon amant sans alcool dans le sang et en entendant les gémissements d’Elsy se joindre au sien alors que la jouissant envahissait leurs corps, il su qu’il y était parvenu. Ils se lavèrent et Isaac sortit en premier de la douche.

Il enfila rapidement un costume, comme toujours. Puis se saisit de son sac sous le lit et commença à le remplir de quelques affaires, avec une certaine lenteur, le cœur lourd… Il entendait encore l’eau couler et il avait envie de rester avec elle. Pourquoi où était si compliqué ? Isaac termina de faire sa valise et le referma lentement, le posant sur le canapé alors qu’il préparait les deux tasses de café noir. Le regard perdu, le cœur serré, il n’avait plus envie de sourire. Il releva son regard sur la belle blonde qui arriva dans la pièce, posa sa tasse et s’approcha d’elle, sa main dans la sienne et l’embrassa comme si c’était le dernier baiser qu’ils échangeraient du restant de leur vie, puis souffla « Ton café est servi… et on doit parler ». Il prit un recul, s’agrippa à l’établi de sa cuisine américaine avec force et poussa un soupir « Je t’ai dit que je t’avais menti hier… Je t’ai menti sur deux choses… La première, et tu dois t’en douter au vu de la nuit qu’on a passé, ce fut sur mes sentiments. Ce n’était pas une plaisanterie… Et la seconde… » Il inspira profondément, son regard rivé sur le plafond « Je t’ai dit que je ne partais que dans plusieurs jours voire semaine à Sacramento. Je pars dans mon deux heures pour une semaine. J’ai différent entretiens d’embauches ». Et comment lui dire que cette nuit n’était pas calculée, que lorsqu’elle avait pris ses deux tentatives, pour lui dire qu’il tenait à elle, à la plaisanterie, cela avait confirmé son souhait de s’éloigner au plus vite d’elle ?! Elle allait lui en vouloir, il le savait et il s’en voulait lui aussi.

Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 753
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Elsy Stanford
J'ai 35 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis secrétaire/ assistante et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je me suis reconstruit et je le vis plutôt bien.

Elsy a retrouvé du travail. Rien de palpitant mais mieux que rien. Cela fait quatre mois qu'ils ne se sont pas vu avec Isaac. La soirée devrait leur faire du bien à l'un comme à l'autre.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ortqjdGCsI1qcwaqao3_500
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_oh6hv6Fh7N1vi7m2lo3_r1_400


avatar :copyright:️ Manhattan Redlish


Elle n’avait rien imaginé. Ça s’était réellement passé. Rien avoir avec un rêve érotique, c’était bien la vérité, la vraie vie. Il était là, sa tête toujours posé entre ses seins. Ils étaient toujours nu, collé l’un à l’autre. En le regardant dormir, elle se demanda ce qui allait se passer. Ce qu’ils allaient pouvoir se dire. Elsy avait pour habitude d’agir après avoir réfléchit. Sauf qu’hier soir… Elle n’avait pensé à rien. Et maintenant qu’il venait d’ouvrir les yeux, elle sentait que la peur de l’engagement et de l’avenir était en train de refaire surface. Pourtant elle lui sourit avec tendresse. Ces quelques mots avait comme étouffer quelque peu son angoisse. Le baiser qu’il lui donna la fit disparaître. Pour combien de temps…

« -plutôt bien oui... » répondit la jeune femme souriant encore. Elle le détailla du regard lorsqu’il se leva et après un petit mordillement de lèvres, elle glissa sa main dans la sienne pour accepter son invitation. Si tout devait partir en live bientôt, par ce qu’elle était convaincue que ça allait se passer ainsi, ils en auraient au moins profité jusqu’au bout. Leur étreinte fut plus douce, plus délicate. Elsy s’appliqua à savourer chacun de leur baiser, chacune de ses caresses, comme pour ne jamais regretter ou oublier. A mesure que la jouissance arrivait, elle l’avait regarder droit dans les yeux, souriante, heureuse de ce moment de partage et de complicité entre eux.

Lorsqu’elle arriva dans la pièce principale, les cheveux humide, une sorte de timidité s’empara d’elle. C’était étrange tout ça. Elle ne savait pas comment agir. Il n’y avait plus de pénombre, plus d’alcool… Isaac la guida en la prenant par la main, l’embrassant avec tant de sentiments. « -très bien... » avait elle répondu en baissant les yeux. A chaque fois qu’il avait dit cela depuis qu’ils se connaissaient, c’était qu’il lui avait caché quelque chose. Et qu’il devait prendre son courage à deux mains pour le lui dire.

Flash Back

« -il faut qu’on parle » Voilà ce qu’il venait de lui dire alors qu’il s’adossait contre la barrière. « -qu’est ce que tu as fais ? Fais pas cette tête Iz, à chaque fois que tu commences comme ça, c’est que tu as un truc avouer ou à te faire pardonner. Alors je t’écoute. » Pourtant, elle avait croisé les bras, baisser les yeux, n’ayant pas hâte d’entendre la suite.

Fin du Flash Back

Elsy n’avait pas prit la peine de s’asseoir. Passant ses mains autour de sa tasse de café, elle observa quelques instants la fumé qui s’en dégageait. Elle releva les yeux. Elle ne souriait pas, parce qu’elle savait que la suite n’allait pas être aussi agréable à entendre. Lorsqu’il lâcha enfin l’info Elsy haussa les sourcils tout en baissant les yeux. Isaac le menteur… C’était celui qu’elle détestait le plus. Ayant toujours préféré qu’ils s’engueulent en crachant tout leur venin, plutôt qu’il ne la prenne pour une conne. Un mouvement de tête en direction du canapé. Sa valise était prête. Elle se mit à hocher la tête, sans pour autant parvenir à le regarder. « -très bien… Et pourquoi tu m’as mentit ? » Elle sentait déjà la colère grimper en elle. Parce qu’elle sentait trahit, prise pour une conne et elle détestait ça. Bien entendu cela se mêlait à cette peur de l’avenir qu’elle ressentait depuis qu’elle avait ouvert les yeux. Se détournant de lui elle croisa les bras sous sa poitrine, et fit quelques aller et retour dans l’appartement. Puis elle lâcha : « -tu m’as dis que c’était une idée Iz ! Sentiments ou pas, c’était trop compliqué d’être sincère ? » Puis elle trouva la porte de sortie à tout ça, monter d’un cran dans la colère, faire éclater une dispute pour pouvoir partir. « -et cette nuit alors c’était quoi ? Une petite baise d’adieu ? Histoire que je t’oublie pas quand tu sera loin ? » Elsy savait très bien qu’elle allait trop loin, et elle ne pensait pas une seule seconde ce qu’elle venait de dire. Elle se sentait juste blesser qu’il n’ait pas trouvé judicieux de lui dire la vérité.


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 802
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Isaac Samuel Jacobs
J'ai 46 ans et je vis à San Francisco. Dans la vie, je suis consultant pour la police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé depuis peu et je le vis plutôt bien finalement.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ofkb2p3Axm1uou64xo7_400
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 C44ea6d4150692af7e5d03b0dffb503f77dd543f


avatar :copyright:️ me


Un dernier baiser avant que leur petite bulle de bonheur n’éclate. Un dernier baiser avant qu’elle ne lui en veuille car oui, elle allait lui en vouloir pour un bon bout de temps. Elle connaissait toutes les facettes de sa personnalité et il savait à quel point celle-ci pouvait faire des étincelles… Alors oui, il avait voulu savourer encore le goût de ses lèvres avant de lui avouer ce qui allait sûrement changer beaucoup de choses.

FLASH-BACK

« Il faut qu’on parle ». Cela n’annonçait jamais rien de bon avec Isaac qui s’appuya contre la rambarde. La tête baissé, le regard qu’il se releva seulement au moment où elle lui parla de ne pas faire cette tête. Il se passa une main lasse sur le visage et se lança « Ces derniers jours, cette tête en l’air que je suis devenu, ce n’est pas à cause du travail. J’ai rencontré une femme il y a quelques jours, on tente de maintenir une simple amitié, mais je crois bien que je suis amoureux. Elle a un peu ton franc-parler, elle a un côté très… sexy… très fatale». Il sourit en pensant à elle « Mais je l’ai rencontré dans le bar appartenant à Delmonte… ». Ce qui n’était pas bon pour lui « Je ne voulais pas t’en parler parce que… ». Il n’en savait rien en fait. Parce que c’était plus simple de mentir que de dire la vérité ? Parce qu’il tenait aussi à la jolie blonde et qu’il ne voulait pas entendre ses mises en garde concernant la jeune femme ?!

FIN FLASH-BACK.

Isaac commença par lui avouer que sa déclaration de la veille avait été sincère, qu’il n’avait pas joué la comédie. Mais le plus gros mensonge suivit aussitôt et celui risquait de laisser une trace… Et quand il vit son regard se poser sur sa valise avant de lui demander les raisons de son mensonge, Isaac comprit que ça n’allait pas être une partie de plaisir. Que leur petite bulle venait d’éclater « Parce que ce sont juste des entretiens. Que rien n’est encore acté ». Rien de plus, rien de moins. Qu’il ne prendrait une décision que s’il recevait une réponse favorable. Que pour le moment, il était le cul entre deux chaises. Isaac aurait pu compter sur ses doigts le temps qu’il fallait pour que la jolie blonde ne sorte de ses gongs. Il la suivit du regard, faire ses aller-venus dans son salon. Isaac baissa les yeux, le cœur serré « Elsy… ».

Mais il n’eut le temps de dire quoi que ce soit que la jeune femme lui fit mal. Il releva son regard noir sur celle qui avait été son amante, la mâchoire serrée « Tu plaisantes là j’espère ?! » Il se détacha du comptoir, furieux « J’ai tenté de te faire comprendre que je tenais à toi Elsy. Deux fois ! Deux fois où tu m’as rembarré en sous-entendant que c’était une plaisanterie ! Quand j’ai vu ta réaction, je me suis dis bon, tu ne seras qu’un ami, elle te laisse une porte de sortie ! Prends-là ! Demain tu vas t’envoler pour Sacramento et voir si tu peux construire une vie là-bas. Je m’attendais à une soirée normale hier, à boire, à rire du bon vieux temps, c’est tout ! » Sa voix résonné dans son appartement. Il était hors de lui, et surtout, il avait mal. Oui, il avait mal d’entendre ces mots de la bouche de la jolie blonde « Je ne t’ai rien dis hier parce que j’ai vu ton regard quand je t’ai annoncé mon probable départ et je savais que ça gâcherait sûrement notre dernière soirée. Donc j’ai menti pour que tu gardes un bon souvenir de moi, de notre soirée. Parce que c’est ce que je fais depuis toujours Elsy, je te protège ! » Il tourna le dos un instant à la jeune femme, puis lui fit de nouveau face « Une petite baise d’adieu… C’est ce que tu veux entendre Elsy ?! Que j’ai tiré mon coup comme je le rêvais depuis un moment et maintenant que c’est fait, je peux partir l’esprit tranquille ?! Je peux aussi dire que tu as continué ce que tu avais commencé dans un bar, un certain soir si on part sur ça ! Qu’au moins, tu auras eu un orgasme ces derniers mois ! Ça fait mal, hein ?!». Il ferma les yeux. Il voulait lui faire aussi mal qu’elle lui avait fait mal « Je voulais juste te dire que je partais pour assurer mes entretiens par pur respect, mais que je serai rentré à tes côtés à l’issue de la semaine parce que la soirée, cette nuit, a tout changé… Maintenant, quand je vois ta réaction, je me dis que finalement, je devrais peut-être resté là-bas ». Sa voix laissait percevoir tout le désespoir qu’il ressentait en cet instant. Isaac posa son regard sur Elsy, presque désolé de tout ça « Une parole et tout vol en éclat. Tu ne me laisses aucune chance Elsy parce que tu te laisses guider par ta peur, ta peur de l’autre, de moi, de tes sentiments. Parfait. Mais je suis fatigué de tout ça. Fatigué de souffrir, de me disputer. Je voulais juste t’aimer, mais tu ne me laisses pas faire… » Il déposa un baiser sur sa joue, se saisit de sa valise et quitta son appartement « Le double est sur le comptoir. Ferme en partant… Au revoir » et quitta son appartement le cœur lourd.


Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 753
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Elsy Stanford
J'ai 35 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis secrétaire/ assistante et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je me suis reconstruit et je le vis plutôt bien.

Elsy a retrouvé du travail. Rien de palpitant mais mieux que rien. Cela fait quatre mois qu'ils ne se sont pas vu avec Isaac. La soirée devrait leur faire du bien à l'un comme à l'autre.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ortqjdGCsI1qcwaqao3_500
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_oh6hv6Fh7N1vi7m2lo3_r1_400


avatar :copyright:️ Manhattan Redlish


Flash Back


Les bras croisés sous la poitrine, elle l’écoutait, plantée sur ses talons hauts. Elle avait haussé les sourcils sans même le regarder. Pourquoi il lui disait ça ?! Elle s’en foutait de savoir qu’il avait une vie à côté du boulot. C’était pas son problème s’il ne savait pas faire face à ses sentiments avec cette nana. « -elle peut être grande rousse avec des fesses d’enfer, je m’en cogne Iz. » lâcha Elsy en le regardant enfin. « -tant mieux si tu as rencontré quelqu’un, t’es un grand garçon t’as pas besoin que j’approuve ou pas. » Elle ouvrit ses deux mains devant elle, se demandant bien pourquoi il lui faisait ces confidences. « -la seule chose qui me gêne, c’est que tu m’es prit pour une conne et que je me sois fais du souci pour toi parce que je pensais que tu commençais à flancher à nouveau. » Elle était agacée. Pas en colère, pas à ce point là. Mais il suffisait d’un mot plus haut que l’autre de la part d’Isaac pour que tout vire à l’engueulade. « -parce que quoi ? T’avais peur que j’sois jalouse ? » Un sourire en coin avant qu’elle secous la tête de gauche à droite. 

Fin du Flash Back

« -ba alors pourquoi tu l’as pas dis ? C’est si compliqué d’aller jusqu’au bout des choses ?! » Rah elle détestait quand il soufflait son prénom ainsi. Comme si elle était la seule à faire des scènes et à sur réagir. Comme si encore une fois elle était trop conne et ne comprenait rien. « -oh non Iz ça c’est pas me protéger, c’est mentir ! Et c’est totalement différent ! » avait elle répliqué en leva son index devant elle presque comme une menace. Ce qu’il lui envoya au visage ensuite lui fit mal. Il connaissait tout d’elle, de ce qu’elle avait traversé pendant et après le Mexique. Et il osait lui dire ça. Si elle avait été plus proche, elle l’aurait giflé. Mais elle n’avait pas l’intention de faire un pas dans sa direction.

« -et toi tu te laisses guider par quoi en me disant tout ça ? Tu veux m’aimer ? Merci pour la belle preuve d’amour que tu viens de m’envoyer au visage. J’apprécie. » Sur ses mots, elle récupéra sa veste et son sac. Hors de question qu’elle reste ici une minute de plus. Comme elle l’avait prédit, ils avaient tout gâché. C’était voué à l’échec et c’était pour ça qu’hier soir, elle avait fait croire à Iz qu’elle pensait à une plaisanterie. C’était ce qui était en train de se produire qui la pétrifiait, qui la retenait de se jeter à corps perdu dans cette relation.

Elsy passa la porte derrière lui et la claqua comme à chaque fois qu’elle était en colère contre lui. « -garde le ton double de clé. Tout comme tes sentiments, ton soit disant amour bien cruel. » Elle tourna le dos et fit quelques pas dans le couloir avant de revenir dans sa direction. Elle le gifla et lui dit : « -petit souvenir de moi. » Puis elle lui lança un dernier regard noir avant de quitter l’immeuble au plus vite. Une fois à l’intérieur d’un taxi, elle se mit à pleurer de rage mais aussi de douleur. Pourquoi est ce qu’elle s’interdisait d’être heureuse ?


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 802
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Isaac Samuel Jacobs
J'ai 46 ans et je vis à San Francisco. Dans la vie, je suis consultant pour la police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé depuis peu et je le vis plutôt bien finalement.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ofkb2p3Axm1uou64xo7_400
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 C44ea6d4150692af7e5d03b0dffb503f77dd543f


avatar :copyright:️ me


FLASH-BACK

A première vue, son agent de liaison semblait bien prendre la nouvelle. Il s’était attendu à une leçon de moral concernant son travail, son infiltration et le risque qu’il lui faisait courir, mais rien. Ça s’était pas mal passé finalement. Enfin, ça, c’était ce qu’il avait pensé avant qu’Elsy ne s’agace d’avoir été prise pour une conne. C’étaient ses termes « Je suis désolé. Je pensais que tu allais me faire une leçon de moral… Et je ne voulais pas te prendre pour une conne, tu le sais bien. C’était maladroit. Désolé ». Il leva les yeux vers elle. Pourquoi il ne lui avait rien dit ? Jalouse ? Il se mit à rire « Non, n’importe quoi ». Même s’il n’était pas vraiment convaincu de sa réponse « Je ne sais pas en fait pourquoi je n’ai rien dis ». Son subconscient devait sûrement avoir la réponse, mais il n’était pas encore prêt à la lui communiquer…

FIN FLASH-BACK

Il souffla juste son prénom pour seule réponse, parce qu’il ne savait pas pourquoi il n’était pas allé au bout des choses. Parce qu’il craignait qu’en parlant de son départ, que cela ne devienne trop réel ? Parce qu’il n’avait pas envie de quitter la ville et surtout, de la quitter elle. Mais comment lui dire cela ? Pour le moment, elle n’était pas prête à l’écouter. Ils ne cherchaient qu’à se faire du mal. Que celui qui serait le plus blessant, serait le grand gagnant. Cela avait toujours été ainsi entre eux « Pourquoi tu en fais une telle scène Elsy ?! Partir une semaine ne signifie pas que je vais déménager ! » et poussa un soupir. Et voilà qu’ils avaient atteint le point de non-retour. Elle s’était montrée blessante, sans se rappeler qu’il pouvait l’être bien plus et le lui prouva. Il avait vu son regard et il ne doutait pas que si elle avait été plus proche, il s’en serait pris une.

Isaac ouvrit la bouche pour répondre, mais rien ne sortit. En effet, n’était-il pas guidé par la peur ? La peur de souffrir, de la perdre ? Il détourna le regard un instant et décida qu’il était temps pour lui de partir le plus loin possible. Il se saisit de la valise, et quitta son appartement. Alors qu’il se retourna pour fermer la porte, ce fut Elsy qui sortie à son tour et qui claqua la porte. Les mots qu’elle prononça furent comme le coup de grâce. Il serra les dents, le cœur meurtris. Le regard baissé, il l’entendit revenir, ce qui lui relever la tête. La claque résonna dans tout le couloir alors que sa tête fit un 90%. Une main sur la joue brûlante, il resta interdit dans le couloir de son immeuble, la valise à ses pieds, la regardant partir. Comment était-il parvenu à tout réduire à néant en l’espace de quelques minutes ?!
Isaac monta dans le taxi, direction l’aéroport… En attendant son vol, il se saisit de son portable et sans grand étonnement, tomba sur sa message « Elsy… Je… Je pourrais m’excuser une centaine de fois, ça ne pardonne pas ce que je t’ai dit. Tu as raison, j’ai peur… Je suis même terrifiée à l’idée de te faire souffrir et de souffrir. Et finalement, c’est ce que j’ai fait avec brio. Je t’ai menti, je t’ai blessé et te connaissant, je t’ai fait sûrement pleurer de rage. Les 1% qui fait de moi un connard en or ne sont pas assez pour qu’on soit ensemble. Si je pars aujourd’hui, ce n’est pas pour te faire souffrir encore, mais au contraire, pour te laisser en paix. J’espère que tu le comprendras. *petit rire ironique* Et moi qui voulait préserver notre amitié, je viens de tout perdre en quelques minutes. Je reviens dans une semaine donc… » et il n’eut le temps de finir sa phrase que cette voix le prévenait que le message vocal était terminé. C’était l’heure de prendre son vol de toute manière.

Comme promis, Isaac était revenu de Sacramento une semaine après, mais pas pour rester à San Francisco. On lui avait proposé un travail en or pour être consultant pour la police. Les appels de la police de San Francisco avaient appuyé sa candidature en disant qu’il était un bon élément. Il passa par son appartement pour prendre une douche, se changer et défaire sa valise. Il ne repartait pas immédiatement. Il devait gérer des choses ici, pour la location de son appartement en autre et le déménagement. En passant le seuil de la porte de sa chambre, avec ses draps en bordel sur son lit, la nuit avec Elsy lui revint en mémoire. Il lâcha sa valise au sol, prit ses clefs et se rendit à son appartement. Personne. Il décida donc de passer un coup de fil au FBI pour savoir s’il pouvait localiser le téléphone de l’ancien agent de liaison. Ça servait de garder un ou deux contact sur place. En passant le seuil de la porte du bureau du détective privé, il sourit en la voyant le nez plongé dans les dossiers. Un sourire qui disparu bien vite en se rappelant de leur dispute et de la claque qu’il avait mérité « Salut Elsy… ».



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 753
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Elsy Stanford
J'ai 35 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis secrétaire/ assistante et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je me suis reconstruit et je le vis plutôt bien.

Elsy a retrouvé du travail. Rien de palpitant mais mieux que rien. Cela fait quatre mois qu'ils ne se sont pas vu avec Isaac. La soirée devrait leur faire du bien à l'un comme à l'autre.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ortqjdGCsI1qcwaqao3_500
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_oh6hv6Fh7N1vi7m2lo3_r1_400


avatar :copyright:️ Manhattan Redlish

La question d’Isaac était juste. Pourquoi en faire toute une montagne ! Parce que tout ce qu’elle ressentait, tout ce qui était caché au fond d’elle même depuis des années, réprimé, tue, passé sous silence, était en train de remonter à la surface. Cette soirée lui avait ouvert les yeux. Trop brutalement. Elle était comme éblouit et ça lui brûlait la rétine. Cette évidence. Mais la peur prenait le contrôle. Et ce qui était en train de ce passer confirmait ses craintes. Ils étaient bien trop doués pour se faire du mal. Pour trouver les mots blessants, ceux qui touchaient droit au coeur. Isaac était allé trop loin dans ses paroles. Peut-être qu’elle l’avait poussé à cela, mais ce qu’il venait de lui dire avait été comme un coup de poignard.

Alors elle avait prit sa rage et sa colère, et avait prit la fuite. La gifle qu’elle lui avait mit ne l’avait même pas soulagé. Dans le taxi, le chauffeur la regarda dans le rétroviseur et elle lui envoya au visage un : « -vous avez jamais vu quelqu’un pleurer ?! » Il n’avait pas oser dire quoi que se soit, se contentant de la ramener chez elle. Il lui faudrait du temps pour cicatriser, pour se remettre de tout ça. Pour oublier et envahir à nouveau ses sentiments qu’Isaac avait déterré. Il fallait qu’elle se rende à l’évidence, elle éprouvait bien plus que de l’amitié pour lui. Et ça sans doute depuis longtemps. Il était le seul à pouvoir comprendre son passé, à la connaître si bien.

Lorsque son téléphone sonna et qu’elle vit son nom apparaître, elle jeta son téléphone sur le canapé. Il aurait pu finir contre le mur. Mais cela ne l’aurait pas soulagé pour autant. Alors elle chercha le paquet de cigarette qu’elle gardait au fond d’un tiroir, et sorti sur le balcon avant d’en allumer une. Ça non plus ça n’allait pas forcement l’aider, mais cela lui permit de se poser, et de tenter de mettre ses idées au clair. Tout en inspirant une bouffée de tabac, elle laissa les larmes couler sur ses joues. Pourquoi est ce qu’il s’était attaché autant à elle ?! Elle était bien loin de ressembler à Jo. Jo… Cette femme qui avait détruit Isaac. Elsy avait été spectatrice de sa descente au enfer. Et elle avait détesté la trafiquante de drogue pour cela.

Flash Back

Il était sur son petit nuage. A chaque fois qu’elle l’appelait pour savoir où en était l’avancé de l’affaire, pour connaître les fait et geste de Delmonte, Isaac glissait forcement un commentaire sur Jo. Ils s’étaient vu la veille, ils étaient allée manger, marcher, avait discuter des heures… A chaque fois, elle avait envie de poser son téléphone et de le laisser parler dans le vent. Cette femme était en train de lui embrouiller le cerveau, et il ne s’en rendait même pas compte. Elsy avait peur de perdre son agent. Et si jamais ça merdait cette histoire de pseudo couple ? Comment allait il réagir ? La réponse ne s’était pas fait attendre plus de deux semaines. La blonde était allée frapper chez Isaac, et elle l’avait trouvé dans un état pitoyable. Négligé, pas rasé, empestant l’alcool. Son coeur s’était serré de le voir si mal en point, de le voir autant souffrir par amour. « -Iz… Je suis là, ça va aller d’accord ? Il faut que tu te reprennes… J’ai besoin de toi. »

Fin du Flash Back

Maintenant qu’elle repensait à ses paroles, elles semblaient avoir une signification bien différente. Pourquoi avait elle cédé hier soir… Non, pourquoi avait elle réagit ainsi ce matin ! C’était plutôt ça le problème ! Elle n’écouta le message d’Isaac que des heures plus tard, ayant trop peur d’entendre sa voix et ce qu’il pouvait lui dire. Donc quoi ?! C’était quoi la fin de sa phrase ?! Ils pourraient en reparler ? Il pourrait revenir en rampant pour lui présenter des excuses qu’elle n’accepterait sûrement pas. Une semaine. Elle se connaissait. Ça n’était pas suffisant.

Elsy s’était plongée dans son travail pour éviter de trop penser. Bien entendu, elle n’avait pas rappelé Isaac. Pour lui dire quoi de toute façon. Quelle regrettait cette nuit passée avec lui ? Ça aurait été mentir à son tour. Non ce qu’elle regrettait c’était qu’il ait été capable de lui retourner le cerveau, de faire renaître tout ça en elle, pour ensuite tout piétiner. « - je vous demande quelques instants, et je suis à vous. » sans regarder la personne qui venait d’entrer, elle voulait terminer ce qu’elle rédigeait. Mais en entendant sa voix résonner dans la pièce, son stylo resta en suspens et elle releva les yeux avec difficulté. « -qu’est ce que tu fais là ? » avait elle alors demandé avec une certaine froideur. « -je n’ai pas de temps pour toi pour l’instant, je bosse là. » Elle serra les dents avant de dire : « -je serais chez moi dans deux heures. ». Elle n’avait pas l’intention de régler ses comptes avec lui ici. Mélanger travail et vie privé. Elle s’était toujours tenue à ne pas faire cet amalgame. Et ça n’allait pas commencer aujourd’hui, tout ça parce qu’il débarquait la bouche en coeur.


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 802
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Isaac Samuel Jacobs
J'ai 46 ans et je vis à San Francisco. Dans la vie, je suis consultant pour la police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé depuis peu et je le vis plutôt bien finalement.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ofkb2p3Axm1uou64xo7_400
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 C44ea6d4150692af7e5d03b0dffb503f77dd543f


avatar :copyright:️ me


Isaac n’était pas sûr et certain que la jeune femme lui ait pardonné son comportement en une semaine, mais il devait lui parler. Il devait lui dire au revoir sans cris, ni pleurs. Il tenait bien trop à elle pour tirer un trait sur leur relation, quelle qu’elle soit. Au point où il en était, une amitié lui suffirait. C’était toujours mieux qu’une vie sans elle. Il apprendrait sûrement à n’être qu’un ami pour elle malgré la nuit qu’ils avaient passée. Mais pour cela, encore fallait-il qu’Elsy accepte de lui parler. Et ça, c’était moins sûr. Il s’était donc rendu sur son lieu de travail et son cœur se serra en entendant sa voix. Pas même un bonjour. Il avait juste l’impression de faire un bond en arrière de dix ans et ça lui faisait mal « Te voir » répondit-il simplement, comme craignant la réaction d’Elsy qui ne se fit pas attendre. Pas de temps pour lui. Au moins c’était clair. Isaac passa sa main dans sa nuque et souffla « D’accord » et quitta le lieu de travail de cette dernière. La discussion allait être compliquée.

Isaac décida de regarder sa montre, puis le centre-ville où il se trouvait. Deux heures. Il décida de se poser sur les marches en bas de l’immeuble, alluma une cigarette et resta ici les deux heures. Deux heures durant lesquelles il se remémora leur dispute, mais aussi leur nuit dans les bras de l’un et l’autre. Il tira sur sa cigarette. Il avait vraiment merdé. Il fallait croire qu’il aimait souffrir en amour…

FLASH-BACK

Jo était partie sans laisser de trace, sûrement à l’autre bout du globe, le laissant là, comme un con. Il ne l’avait pas vu venir et ce fut sûrement cela qu’il était le plus dur à digérer. Il était parvenu à obtenir quelques jours avec Delmonte, en expliquant qu’il partait à la recherche de Jo alors qu’en réalité, il était seulement parti à la recherche de ses bouteilles d’alcool. Lui qui aimait les scotch vieillis, s’était rabattu sur du bas de gamme dans le seul espoir de se bourrer la gueule et d’oublier. Il passait son temps en t-shirt et jean qu’il n’avait pas lavé depuis des jours, délaissant aussi son apparence physique et n’allant sous la douche que lorsqu’il y parvenait. Puis Elsy était arrivée et l’avait trouvé là, comme un corps sans âme, dans son propre appartement. Il avait levé ses yeux noirs sur elle, puis s’était résigné « Je ne peux pas… Elle est partie, elle m’a laissé… Si c’est ça d’aimer, que Dieu m’en préserve… ». Il enfila un énième verre de la journée qui commençait à ne plus rien lui faire et posa sa main sur la sienne « Désolé Elsy… Je ne peux pas… pas maintenant ».

FIN FLASH-BACK.

Durant deux heures, Isaac avait vu que la clientèle du détective privée était relativement variée et il ne devait pas s’ennuyer dans son boulot. Lorsqu’Elsy sortit de l’immeuble, il se redressa presque immédiatement et descendit les marches sur lesquelles il était assis « J’avais pensé qu’on pourrait marcher un peu… Enfin si tu veux bien ? ». Il ne savait pas comment agir, quoi dire en face d’elle. Lui qui pourtant ne manquait pas de vocabulaires quand il le devait, se retrouver presque inutile devant la belle blonde « Je viens juste de rentrer… On pourrait manger un morceau ? Enfin je ne sais pas… » Il se passa une main lasse dans la nuque, observa les alentours, comme s’il espérait que quelqu’un vienne le sauver, puis posa de nouveau ses yeux bruns sur elle « Je suis désolé Elsy, sincèrement, pour tout ce que j’ai dit. Je ne le pensais pas… ». Il ne tenait pas en place, faisant quelques pas sur place « Laisse tomber… Je n’aurais pas dû t’embêter comme ça, à ton travail » et décida de s’éloigner de la jeune femme, comme s’il craignait d’envenimer les choses. Se maudissant lui-même à chaque pas. Il s’arrêta de marcher, hésitant un instant et se ravisa, revenant sur ses pas, mais se retrouva muet devant elle, il lui tourna le dos et lui fit face de nouveau « Non mais je ne suis jamais comme ça d’habitude, c’est fou… Depuis quand je n’arrive pas à trouver mes mots… Attends une seconde » dit-il en levant son doigt en sa direction. S’éloigna légèrement, puis revint vers elle comme un adolescent devant son premier amour et poussa un soupir, se résignant à trouver les mots et proposa simplement « Juste une balade ? » en espérant qu'il parvient à retrouver son éloquence entre-temps.


Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 753
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Elsy Stanford
J'ai 35 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis secrétaire/ assistante et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je me suis reconstruit et je le vis plutôt bien.

Elsy a retrouvé du travail. Rien de palpitant mais mieux que rien. Cela fait quatre mois qu'ils ne se sont pas vu avec Isaac. La soirée devrait leur faire du bien à l'un comme à l'autre.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ortqjdGCsI1qcwaqao3_500
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_oh6hv6Fh7N1vi7m2lo3_r1_400


avatar :copyright:️ Manhattan Redlish

Sensation étrange de le voir là à la porte, elle assise derrière son bureau. Elle avait même retrouver sa façon de lui parler des début de leur relation de travail. A nouveau seule, elle ferma les yeux avant de cacher son visage entre ses mains. Puis elle les remonta dans ses cheveux en soupirant. Mais pourquoi était il venu ?! Elle n’était pas prête du tout à lui parler. Parce que malgré les quelques jours qui s’étaient écoulé, Elsy n’était pas parvenu à faire le point, à savoir si elle était capable de lui pardonner, de lui offrir une seconde chance. Elle n’était pas fixée non plus sur ce qu’elle attendait d’eux. Un couple ? Redevenir ami ? Tirer un trait sur tout ? Durant les deux heures qui suivirent, elle eut bien du mal à se concentrer.

Quand elle sortie de l’immeuble avec son sac sur l’épaule, elle fut surprise de le voir qui l’attendait là. Deux heures qu’il était assis sur les marches de l’escalier ? Il tenait vraiment à ce qu’ils se parlent… Elle soupira, laissant retomber ses épaules, avant de descendre les dernières marches. Elsy le dévisagea sans rien dire. Pas non plus de sourire ou de geste qui pouvait le laisser croire qu’elle acceptait quoi que se soit. Il semblait nerveux. Plus qu’elle. Elle se contenta de hausser les sourcils d’un air désabusé en l’entendant lui présenter une fois encore des excuses. C’était dur de sa part, parce qu’elle savait que ses mots avaient dépassé sa penser. Comme bien souvent. Lorsqu’il s’éloigna, elle ne bougea pas d’un centimètre. Se contentant de le regarder s’éloigner.

Mais il revint à la charge, sans pour autant trouver les mots. Elle ne l’aidait pas, elle le savait. Pourtant à le voir ainsi, elle aurait pu sourire. Parce que c’était drôle de le voir agir de cette façon. Il était bien loin le Isaac Samuel Jacobs sur de lui et avec une prestance de dingue. Elsy baissa la tête quelques instants, avant d’accepter. « -d’accord... » Mais elle n’enchaîna pas pour faire la conversation. Il était venu pour lui parler, c’était à lui de le faire. Et il était hors de question qu’elle lui facilite la tâche. Alors elle se contenta de marcher à ses côtés, respectant une certaine distance.

Pourtant elle avait envie de savoir. Est ce que ses entretiens avaient donné quelque chose ? Est ce qu’il allait partir définitivement ? Est ce qu’il était venu pour lui dire adieu ou bien pour lui demander de venir avec lui ? Non, ça elle en doutait.

Flash Back

Le voir ainsi lui faisait mal. C’était difficile de voir la personne la plus forte qu’elle connaissait être réduite à cet état de déchet. Lui qui était toujours si élégant, avec cette classe et ce charme. Elsy avait laissé son regard airé dans l’appartement. Les cadavres de bouteilles se comptaient par dizaine. Il ne semblait pas avoir aéré depuis des jours. Sans parlé du chemin de la salle de bain qu’il semblait avoir oublié. « -non stop ça suffit alors debout. » avait elle claironné en le tira vers elle de toute ses forces. Non sans efforts, elle l’avait traîné jusqu’à la douche, avait ouvert l’eau et l’avait poussé dessous tout habillé. « -maintenant tu te désapes et tu te laves. Je vais te chercher des vêtements propres. » Sur ses mots, elle était sortie pour se rendre dans sa chambre. Une fois la fenêtre ouverte, elle avait ouvert la penderie pour lui ramenant des habits. Pas la peine de prendre un de ses costumes hors de prix. Un jeans et un pull suffirait. Elle l’emmenait faire un tour histoire qu’il s’aère l’esprit. Marcher un peu lui ferait du bien. Et ainsi il trouverait peut être autre chose à lui dire que de se lamenter sur son sort. De son côté, elle éviterait de lui crier dessus.

Fin du Flash Back

Marcher l’un à côté de l’autre avait toujours été un truc plutôt efficace en situation de crise. Le souci c’était que cette fois, la crise les concernait eux directement. Pas le boulot, pas une baisse de moral, ou un souci avec la mission d’infiltration. Non, il s’agissait de leur sentiments, de cette envie et cette peur de faire un pas de plus dans leur relation. D’être capable ou non de pardonner à nouveau. Elle attendait qu’il parle.


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 802
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr/ gif : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Isaac Samuel Jacobs
J'ai 46 ans et je vis à San Francisco. Dans la vie, je suis consultant pour la police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé depuis peu et je le vis plutôt bien finalement.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ofkb2p3Axm1uou64xo7_400
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 C44ea6d4150692af7e5d03b0dffb503f77dd543f


avatar :copyright:️ me


Lui qui avait toujours su trouver les mots, que cela soit pour blesser ou rassurer, se trouvait à court de vocabulaire devant elle, au moment où il en avait le plus besoin. Son assurance naturelle semblait être restée à Sacramento. Il déblatérait des phrases sans queue, ni tête pourtant elle accepta de marcher un peu avec lui. Il était resté interdit devant sa réponse, puis cligna des yeux « Oh ! D’accord… Bien… » et se mit à marcher à ses côtés. La marche comme remède aux crises. Une main dans la poche, l’autre se mouvant à chaque pas qu’il faisait, il tentait de trouver les mots parce qu’Elsy ne semblait pas vouloir lancer la conversation. D’un côté, il l’avait cherché. Le regard baissé sur ses pieds qui foulaient les trottoirs de San Francisco, il resta silencieux lui aussi…

FLASH-BACK

Il faisait peine ou pitié à voir. Cela dépendait des points de vus. Il était tombé bien bas par amour. Il était à l’image de son appartement, en bordel, sans âme, laissant les déchets trainaient à droite et à gauche, sans parler de cette odeur de renfermer… Mais Elsy ne semblait pas choquée par cela et décida de lui tendre la main pour le sortir de ce puit dans lequel il s’était laissé glisser. Il grimaça sous l’eau et acquiesça sans un mot, retirant ses vêtements et se lavant de la tête au pied. Il enfila ensuite le jean et le pull qu’elle lui avait apporté. Un regard dans le miroir. Il faisait peine à voir. Les mains dans les poches de son jean, il s’était laissé conduire jusqu’à dehors, marchant sans un mot, aux côtés d’Elisabeth. Au bout de quelques minutes, il fit entendre sa voix cassée par l’épuisement et l’alcool « Elle est partie sans me prévenir… J’ai vraiment tout gagné dans cette histoire… Je suis tombé amoureux d’une criminelle qui bosse pour le type que je tente d’arrêter depuis des années ». Il eut un léger rire sarcastique en pensant à sa situation. Il leva son regard sur son amie « Qu’est-ce que j’ai fais pour mériter une amie comme toi ? j’ai dû être un sacré gentil garçon dans une vie antérieure ». Sa manière à lui de lui dire merci d’être là, de l’aider. Pourquoi n’était-il pas tombé sur une femme comme elle ? Prévenante, caractérielle, gentille, et du bon côté de la loi ? Pourquoi était-il toujours attiré par les emmerdes ?!


FIN FLASH-BACK

Au bout de plusieurs minutes de marches silencieuse, Isaac décida de se lancer, sans lever son regard sur elle, fixant toujours le sol pavé « J’ai jamais passé autant d’entretiens que cette semaine. J’ai finalement décroché un boulot de consultant pour la police locale. C’est le même type de job que je fais ici et pour le même salaire… ». Pourtant, aucune satisfaction ne perçait dans sa voix. Il n’était pas spécialement ravi de cette opportunité « Je suis revenu pour mettre en location mon appartement, régler deux-trois affaires, et te parler surtout ». Mais même si toutes les portes s’ouvraient, il n’avait pas envie de partir, de la quitter ainsi. Il osa un regard en sa direction, elle était si jolie. Il posa sa main sur son bras pour la faire arrêter, s’excusant auprès d’une personne qui passait à ce moment-là « Je sais que tu me détestes, que tu as l’impression d’être revenu dix ans auparavant, que je t’ai menti… Qu’une semaine n’a sûrement rien guéri et je le conçois Elsy, vraiment ». Il relâcha son emprise sur son bras « Mais je ne veux pas te perdre. On a passé tellement d’épreuves tous les deux et je ne sais pas vraiment si on a déjà été amis ou si c’était autre chose, mais si ça été le cas, j’aimerai qu’on le redevienne… ». Il se poussa pour laisser passer une mamie et tenta de se reconcentrer sur la jeune femme et resta un moment silencieux devant elle. Il fit quelques pas pour se rapprocher de cette dernière, ne laissant que quelques centimètres entre eux « Je n’ai pas envie de partir. Sache-le. Mais je pars pour éviter qu’on s’entretue de nouveau, parce que je ne veux plus te faire du mal. Ainsi, à quelques kilomètres de là, j’en serai incapable et tu ne pleuras plus par ma faute » et posa une main sur son visage en souriant avec douceur, comme si ça allait faire passer la pilule de son départ « Ce n’est pas un départ définitif. Je reviendrai sûrement. Je te laisse juste de la place et du temps pour que tu oublies tout ça, que ça fasse moins mal et qui sait, tu finiras peut-être par rencontrer un type sincèrement gentil et qui ne démarrera pas au quart de tour ». Il caressa sa peau de son pouce avant de retirer sa main de son visage et reprit la marche. Elle méritait d’être heureuse, même si ce n’était pas avec lui.


Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 753
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 32
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
Narnia

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty


Elsy Stanford
J'ai 35 ans et je suis à San Fransisco. Dans la vie, je suis secrétaire/ assistante et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je me suis reconstruit et je le vis plutôt bien.

Elsy a retrouvé du travail. Rien de palpitant mais mieux que rien. Cela fait quatre mois qu'ils ne se sont pas vu avec Isaac. La soirée devrait leur faire du bien à l'un comme à l'autre.

"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_ortqjdGCsI1qcwaqao3_500
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Tumblr_oh6hv6Fh7N1vi7m2lo3_r1_400


avatar :copyright:️ Manhattan Redlish

Il semblait surprise qu’elle dise oui. Pourtant ça n’était jamais arrivé depuis qu’ils se connaissaient qu’elle refuse d’aller marcher un peu. Bien entendu ce qu’ils étaient en train de vivre n’avait rien à voir avec le passé. C’était nouveau, et c’était bien plus douloureux. Elle se voilait la face. Parce qu’en vérité, Elsy savait qu’ils devaient parler. Pas se hurler dessus, s’accuser l’un et l’autre, ou se faire du mal. Non, c’était une véritable discussion dont ils avaient besoin. Pour trouver un terrain d’entente, peut être se pardonner. Passer à autre chose, ou revenir en arrière. Mais elle était là, à marcher à côté de lui, fixant un point au loin, sans parvenir à ouvrir la bouche. Trop fière ou trop blessé pour faire le premier pas.

Flash Back

« -Iz… L’amour ça se contrôle pas. Ça te tombe dessus sans prévenir. Et parfois ça fait mal. »
Elle parlait d’expérience. Son dernier ex en date avait laissé quelque trace dans son coeur. Rien de comparable à ce qu’il était en train de vivre, ça elle le savait. Il lui avait suffit d’un pot de glace et d’une boite de mouchoirs pour oublier. Chacun sa méthode pour faire face à la souffrance. Elsy avait adressé un léger sourire à Isaac. Elle protégeait la mission. Enfin, c’était ce qu’elle se disait. Elle faisait uniquement son job. Ils étaient trop proche du but pour que tout parte en fumer maintenant. Pour cette femme… La jeune femme s’était arrêtée et avait fixé Isaac droit dans les yeux : « -Iz j’ai besoin de toi. Je… Je sais que tu souffres, que tu as mal. Mais… » Non, elle ne pouvait pas lui demander ça. « - dis moi ce que je peux faire. Si tu veux que je la retrouve, je la retrouverais. » Même si elle doutait que cela soit la bonne solution au problème.

Fin du Flash Back

Elsy n’arrivait pas à le regarder. Il était en train de lui dire qu’il avait tout ce qu’il fallait pour commencer une nouvelle vie là bas. Pour partir. Qu’est ce qu’elle pouvait dire. « -super... » souffla t elle en fixant le sol. Cela ne semblait pas suffire à Isaac. Arrêtant sa marche, elle releva enfin son visage pour le regarder. Elle baissa cependant rapidement les yeux à mesure qu’il parlait, serrant les dents pour éviter de dire quelque chose qu’il ne fallait pas. « -tu as mon numéro, et visiblement tu sais facilement me trouver. Ça devrait suffire non ? » Hé merde… Il avait raison, elle n’était pas calmée, elle n’avait rien digéré. Elle profita du passage de la mamie pour avancer de quelques pas, fermant les yeux avec force. Elle allait le perdre tout ça parce qu’elle était trop fière pour laisser apparaître réellement ce qu’elle ressentait. Il fallait qu’elle arrête d’avoir peur, qu’elle trouve la force de lui dire tout ce qu’elle avait sur le coeur. Alors elle se retourna et elle se retrouva bien trop proche de lui.

Mais il parla à nouveau, osant même caresser sa joue. A nouveau elle ferma les yeux. Il ne se rendait pas compte de l’effet qu’il avait sur elle. C’était un peu comme s’il venait de mettre son coeur dans un mixer. Quand il la ferma enfin, Elsy prit une grande inspiration avant de parler à son tour. « -Iz est ce que tu te rends compte de ce que tu fais ? Tu peux pas me balancer que tu veux m’aimer, me faire passer une nuit incroyable, me laisser m’imaginer tout un tas de possibilité entre nous pour au final revenir et me dire gentiment que tu va te faire une nouvelle petite vie ailleurs, loin de moi. Que tu veux revenir en arrière, et que j’oublie tout ça. » Elle recula d’un pas, parce qu’ils étaient trop proche et elle voulait aller jusqu’au bout de ce qu’elle avait à lui dire. « -je vais pas oublier Iz. Notre dispute, nos mots horribles j’vais peut être y arriver. Mais ce que tu as réveillé en moi, ces sentiments que… » Mais elle détourna le visage, en serrant le poing devant elle. « -non tu sais quoi, laisse tomber. » A quoi bon se reconstruire quand on est adepte du pire…

« -tu as raison va refaire ta vie ailleurs, loin. » Un petit rire nerveux passa ses lèvres avant qu’elle n’ajoute sans le regarder : « -je l’avais dis pendant nos vacances en rigolant, mais c’est la vérité. Tu es le seul capable de comprendre qui je suis, mon présent et mon passé. Mais on se ferait plus de mal que de bien. » Ils se connaissaient trop bien pour nier cela. Il voulait partir, elle n’allait pas le retenir. S’il pensait que c’était la meilleure solution pour lui, alors elle devait l’accepter.



Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz] - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
"Offre l'amitié à qui veut de l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif" [Elsy/Iz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: