Le Deal du moment : -39%
PNY – SSD Interne – CS3030 – 1To ...
Voir le deal
119.99 €

Partagez
 
 
 

 I can't forgive you [squirowl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 12 ... 19  Suivant
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

qZksvtW.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

Je ne l’avais jamais blessé autant qu’aujourd’hui. Je le vois dans ses yeux. Et je m’en veux directement, mais c’est trop tard. Le mal est fait. Je me suis braqué, parce que je suis blessé, et que je sais que je vais le décevoir. Il avait une bien trop haute estime de moi. Je ne sais pas pourquoi il tient tant que ça à faire des choses qui ne sont peut-être pas impossible à ses yeux, mais aux miens. Et c’est là notre plus gros problème à nous: on a beaucoup de points de divergences sur ce qu’est ma vie en ce moment.

Je broyais moins du noir sur certaines choses, mais d’autres, je ne parvenais pas à me départir de cette chape de plomb.Même s’il y a des choses que je pourrais parvenir à faire, je ne m’en sens pas les épaules. Il me surestimait vraiment. Et je venais, encore une fois, de le décevoir. Je ne faisais que ça, le briser un peu plus. Je lui brisais ses espoirs et je me détestais vraiment pour cela.

Je fuis son regard, dont je sens le poids tout le long, ce poids chargé de reproches, à juste titre. Je ne lui en veux pas pour ça. Je l’aimais et je ne lui faisais que du mal parce que je ne parvenais pas à me sortir de ce trou dans lequel je m’enfonce de plus en plus. C’est un peu comme les sables mouvants, plus on bouge et plus on s’enfonce. Je me noie mais je ne veux pas l’entrainer avec moi. Je sors sur le perron, retenant mes larmes. Si je craque et qu’il me retient, je ne suis pas sûr de réussir à partir.

Je sursaute en l’entendant. Je l’écoute attentivement.Je me retiens de lui dire qu’au moins il peut me trainer comme un chien là où il veut. Ce serait de la méchanceté gratuite, dont je ne pense pas un seul mot qui plus est. Je me raidis, alors que mon coeur palpite à s’en décrocher. Ces derniers mots me déchirent. Je l’ai bien cherché pourtant. Mais je ne vois pas ma vie sans lui.

Je sursaute quand la porte claque et laisse mes larmes couler. Si ça ressemblait à une rupture, je ne m’en remettrais jamais. Je finis par voir ma mère arriver. Je refuse de lui dire ce qu’il se passe, je vois bien qu’elle est tentée à l’idée d’aller demander à Andrea ce qu’il se passe. Je refuse qu’elle aille le voir, la connaissant elle mettrait les pieds dans le plat et le forcerait à venir dans cette voiture pour nous amener dans le désert pour qu’on règle nos problèmes. Oui elle avait une méthode bien particulière pour nous rabibocher, et pour l’avoir expérimenté, ça marche à merveille. Mais là j’avais atteint un point de non-retour. Elle soupire avant de m’emmener chez eux, enfin dans mon ancienne maison, qui est situé dans le centre équestre, ironique non ? Je pose mon front sur le carreau, je serre le portable dans ma main, l’idée me démangeait de lui écrire.

Je passe une journée à gamberger, poussé par ma mère à appeler ou à envoyer un sms à Andrea. Je finis par lui dire qu’il ne veut probablement plus de moi, que j’ai fait comme tout le monde, je l’ai poussé à bout. Que c’est moi qui est parti. Bien sûr, ça part en engueulade avec ma mère, qui me reproche mon comportement égoiste. Je finis par entendre un sms arrivé. C’est Andrea qui me prévient qu’il repart en mission. Je fixe le portable pendant des heures. Il ne pouvait pas déjà repartir, non ? Mon coeur s’affole. Je secoue la tête, refusant de croire que c’est lui qui a demandé de partir. Mais pourquoi ne l’aurait-il pas fait. Je me tâte à lui répondre, mais ma mère me pousse à le faire en me ressassant que je le regretterais si je ne le fais pas.

isma a écrit:
Déjà ? Mais…je croyais… Enfin, tu peux rester.

Je relis ma réponse ridicule, sans parvenir à m’endormir. C’est comme ça qu’à 2 h du mat je trouve un taxi pour me ramener dans cette maison. Oui je souffle le chaud et le froid sans jamais vraiment savoir ce que je veux. Enfin tout sauf une chose : je ne veux pas le perdre. Je grimpe dans le taxi, donnant l’adresse. Je suis fébrile, me rendant compte du ridicule de la situation. J’allais débarquer en pleine nuit chez nous, sans l’avertir. Il n’avait pas répondu à mon sms. Mais je ne voulais plus perdre une minute. J’avais assez fait mon comportement de gamin. Maintenant j’étais prêt à ramer pour m’excuser. Je sors du taxi après que celui-ci m’ait sorti mon fauteuil. Je gagne la porte d’entrée, prenant une profonde inspiration. Je l’ouvre, faisant face au silence. Bien sûr qu’il dort, qu’est-ce que j’imaginais. Je referme doucement la porte, restant dans ce salon, certes j’avais bien envie de le voir, mais je n’allais as le réveiller, ça pouvait s’avérer dangereux. Je m’apprête à aller dormir sur le canapé lorsque je me retrouve nez à nez avec… une batte. Gloups. Je remonte le regard pour me poser sur mon agresseur qui n’est autre qu’Andy. Et mince. Qu’il est sexy… Isma calme-toi, c’est pas le moment de penser à ça !
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2990
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

sOHuWKmb_o.png
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

Je n'avais pas remarqué son message. Je n'avais pas beaucoup prêté attention à mon portable de la journée de toute façon. Je n'avais envie de parler à personne. J'aurais simplement voulu qu'il soit là à mes côtés, qu'on puisse avancer ensemble, essayer de trouver des solutions tous les deux. Je ne supportais plus de le voir reculer, freiner même et refuser de tenter de s'en sortir. Ca n'avait jamais été dans mon tempérament. J'avais appris à me battre dés mon plus jeune âge. Mon père ne m'avait jamais laissé m'apitoyer sur mon sort. Alors j'avançais, quoi qu'il en coute, c'était la seule façon de s'en sortir de toute façon.

Mais Isma ne voulait pas. Il restait bloqué sur tout ce qui n'allait pas et je ne savais plus quoi faire pour l'aider. Je me sentais ridicule avec la documentation que j'avais ramené, avec ce que j'avais commandé... il ne voudrait jamais s'en servir... j'avais payé une somme folle pour rien... Je verrais si je pourrais le renvoyer quand je l'aurais reçu. Je devrais l'avoir demain, vu que j'avais payé encore plus cher pour avoir la livraison express....

Je m'étais couché un peu plus démoralisé encore. J'en venais à avoir hâte de partir dans un mois. Ca m'éviterait d'avoir à subir tout ça. C'était la première fois que je le fuyais comme ça et ça me faisait mal d'y penser...

Je ne dormais que d'un oeil. C'était toujours le cas. Il fallait toujours qu'on soit à l'affut en mission et cette habitude m'était restée. Je ne dormais jamais profondément. J'avais donc entendu la voiture se garer et quelqu'un s'approcher de la maison avant d'ouvrir la porte. Je m'étais levé, en boxer, ma batte de baseball que je gardais toujours pas loin fermement serré dans mes mains. Je refusais d'avoir un flingue chez moi, trop dangereux, mais je gardais toujours de quoi me défendre.

J'étais entré dans le salon à pas légers, prêt à défoncer le voleur qui s'était introduit chez moi, quand je l'avais reconnu à temps.

- Putain Is' qu'est ce que tu fous?

J'avais baissé ma batte et était parti allumer la lumière avant de le fixer durement. Non mais il jouait à quoi là?!!

- Je peux savoir pourquoi tu entres comme ça chez nous au beau milieu de la nuit?

Non parce que s'il voulait me voir pour discuter ou rompre définitivement il y avait d'autres moments pour le faire qu'en pleine nuit!!

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

qZksvtW.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
Je tournais en rond, j’avais eu tout le temps de regretter ma décision, de voir l’imbécilité de mon comportement. J’avais eu le temps de tourner mes pensées dans tout les sens pour regretter amèrement mes mots et mes actes. Je ne suis pas sûr que je peux rattraper la catastrophe. Et pourtant quand je prends conscience de ma connerie, je prends également conscience que je ne peux pas vivre sans lui. Et pourtant, je, nous, inflige ça. Il doit vraiment me détester. Parfois je ne me comprenais pas moi-même. Dans ce fauteuil j’avais l’impression de ne plus être le même Isma. Je ne comprenais pas qu’il cherche encore à me sauver, qu’il n’ait pas encore baissé les bras. je ne le mérite pas.

Il avait toujours eu cette faculté de voir le bien dans chacun, alors que dans son travail il faisait face au mal chaque jour un peu plus. pourtant, avant, j’avais été un rêveur, un optimiste. Je me réveillais toujours de bonne humeur, et je fourmillais d’idées et d’envies. Andy me canalisait de ce côté-là. Mais les rôles se sont échangés. Et je lui menais la vie dure, je dois bien l’avouer. Je ne le fais pas exprès, j’ai juste du mal à accepter ce que je suis devenu, et parfois j’ai l’impression que je n’y arriverais jamais.

J’avais pris la décision de revenir brutalement. Je n’arrivais pas à dormir, et il me manquait déjà cruellement, ce n’est pas la même chose quand il part en mission puisque je sais qu’il va revenir. là, l’incertitude me broie le coeur.

Je rentrais dans la maison qui est silencieuse. Je me fais discret. J’essaye de ne pas le réveiller, même si je me risque, demain, de me retrouver face à face avec un Andy déchainé. Enfin ça serait peut-être un peu plus tôt. Je n’avais pas vu arriver cette batte avant u’elle ne s’arrête à cinq centimètres de mon visage. Je m’étais figé, peut-être que je méritais ce coup après tout. J’aurais dû le prévenir avant.

Je soupire en ne bougeant pas d’un pouce. Je le fixe, ne sachant pas trop comment réagir. Parce que je n’arrive pas à déterminer ce qu’il ressent vraiment. En tout cas il a une sale tête, autant que moi. Et même s’il me regarde durement je ne vois que la souffrance que je lui ai infligé.

Je passe une main dans mon cou, mon regard déviant sur le côté. « Je n’arrivais pas à dormir…. » Je vois son corps se tendre, prompt à réagir. « …sans toi. » je maltraite nerveusement mes mains, on avait été jamais aussi gêné ensemble, aussi mal à l’aise. « Je suis désolé… » Même si ça ne suffirait pas. « J’ai pas envie que tu partes… Pas cette fois. » Je fronce les sourcils, jamais je n’avais eu peur de cette absence, de cet éloignement entre nous. Je passe une main sur mon visage pour essuyer ces larmes. « Je ne te mérite pas… » Je fuis son regard. Je me rapproche de lui pour attraper sa main, doucement. Je fixe sa main en caressant ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2990
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

sOHuWKmb_o.png
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

Je restais là à le fixer, sans comprendre. Il faisait quoi là à rentrer chez nous en plein milieu de la nuit? Et sans me prévenir! Il m'avait foutu une trouille pas possible. Puis merde il y avait des heures pour rentrer chez soit et le milieu de la nuit n'en faisait pas partie.

« Je n’arrivais pas à dormir …sans toi. »

Je ne m'étais pas complètement calmé. Je lui en voulais toujours d'être parti comme ça, de m'avoir laissé en me disant toutes ces horreurs alors que je voulais simplement l'aider. Je ne savais pas ce qu'il s'était imaginé en venant en pleine nuit mais ce n'était pas la meilleure façon de se faire pardonner.

« Je suis désolé… J’ai pas envie que tu partes… Pas cette fois. »

Mouais... c'était pourtant lui qui m'avait dit quelques jours avant que si je devais partir il ne fallait pas que j'hésite à le faire, que je devais pas quitter l'armée pour lui et nia nia nia... Et maintenant il venait me dire de ne pas partir. Et en pleine nuit en plus!!

« Je ne te mérite pas… »

Je soupirais alors qu'il venait s'approcher de moi, des larmes plein les yeux, pour m'attraper la main. Il le savait que je ne pouvais pas résister quand il pleurait. Je détestais ça de le voir pleurer comme ça. Et encore plus quand je savais que c'était à cause de moi qu'il pleurait. Ou plutôt de sa propre stupidité à lui. Il serait pas parti on en serait pas là non plus.

Je m'approchais pour venir me mettre à sa hauteur et le prendre dans mes bras.

- Arrête de pleurer Is'... je suis là... tu es chiant mais je ne te laisserais pas.

Il était chiant oui. C'était difficile en ce moment, extrêmement difficile. Je ne supportais pas de le voir se renfermer comme ça sur lui même, de baisser les bras et de ne pas se battre. Sa vie n'était pas fini et je voulais qu'il en prenne conscience.

Je bougeais un petit peu pour venir le fixer. J'attrapais doucement son visage entre mes mains avant de venir l'embrasser.

- Je t'aime... et je ne supporte pas de te voir comme ça. Je ne sais plus quoi faire pour te donner envie de continuer de vivre à mes côtés Ismaël...


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
Je sais qu’il m’en veut. J’ai toujours été cet homme immature qui agissait avant de réfléchir. Il en avait l’habitude. Et j’avais encore montré un bon exemple de mon immaturité. Je regrettais mes actes, en fait je les ai regretté dès que je suis parti de la maison. Je me sens comme amputé d’une partie de mon coeur. Ça ne m’a jamais fait ça, peut-être parce que c’est la première fois que l’on se dispute aussi violemment. Nos disputes n’avaient jamais abouties à un départ d’un de nous pendant plus d’une heure. Jamais je n’aurais pensé que ça aurait pu arriver à un tel point. Mais en tout cas je n’ai absolument aucune envie de recommencer.

Et je lui avoue que cette fois, je ne veux pas le voir partir. En tout cas pas avant que l’on soit pleinement réconcilié. Je sais que je lui ai dit qu’il devait partir si jamais on le lui demandait, mais je n’avais jamais imaginé que ça m’angoisserait à ce point de le voir partir loin de moi, pour six mois. Pour autant je ne l’empêcherais jamais de partir. Je n’en avais pas le droit de toute façon. Mais j’espère que ça serait vraiment la dernière fois.

Je m’approche de lui, laissant pleinement voir mes sentiments cette fois-ci. J’avais besoin de le toucher, c’était un peu ma manière de me faire pardonner. J’avais besoin de le toucher pour savoir si c’était vraiment possible de me faire pardonner ou pas. Avais-je fait l’éclat de trop ? Je le regarde s’agenouiller en poussant un soupir de soulagement. Je glisse mes bras autour de lui et ma tête dans son cou. Mes lares redoublent parce que c’est comme si le simple contact de sa peau contre moi ouvre les vannes. Je m’accroche à lui désespérément.

Je souris en secouant la tête. « Chiant c’est un bien petit mot. » je souffle dans le creux de son cou. J’étais un peu rassuré. J’avais vraiment de la chance de l’avoir encore contre moi. il aurait pu trouver tellement mieux. Je frotte mon visage contre son épaule pour sécher mes larmes. Je soupire doucement en remontant mes mains dans ses cheveux. « Ils n’ont même pas eu le temps de pousser. » Je fais une moue boudeuse. Il n’était pas resté assez longtemps. Je prolonge son baiser avec tendresse et amour. Je n’avais pas pensé le retrouver et pouvoir l’embrasser ce soir. « C’est moi, Andy, c’est moi qui ne comprend pas comment tu peux encore me supporter avec. Tout ce que je te fais enduré. On ne peut pas dire que je suis le parfait petit fiancé compréhensif et joyeux que tu aimes. » Je pose ma main sur sa joue. « Je mériterais de finir comme un vieil aigri : seul. J’ai plus que de la chance de t’avoir comme fiancé. » Il avait fait sa déclaration le plus naturellement possible, et ça me va droit au coeur. J’entoure ses épaules de mes bras « On va dans notre lit ? » Je m’approche pour l’embrasser langoureusement. J’avais bien l’intention de me faire pardonner de la manière la plus exquise.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2990
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

sOHuWKmb_o.png
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

« Chiant c’est un bien petit mot. »

C'était vrai mais je ne voulais pas non plus l'accabler complètement de reproches alors qu'il venait juste de revenir. Je voulais profiter un tout petit peu du calme, de l'avoir dans mes bras. J'avais peur désormais de lui parler à nouveau de tout ce qui n'allait pas. J'avais peur de le voir fuir à nouveau, qu'il me blesse une nouvelle fois....

« Ils n’ont même pas eu le temps de pousser. »

Je souris doucement alors qu'il passait sa main dans mes cheveux trop court encore. En un mois ils n'avaient pas beaucoup eu le temps de pousser encore. Ils avaient encore un peu de temps pour pousser mais ils n'atteindraient pas la longueur qu'ils avaient parfois. Mais ça viendrait bientôt. Après cette mission je resterais là. Ils auraient tout le temps de pousser, autant qu'il le voulait.

« C’est moi, Andy, c’est moi qui ne comprend pas comment tu peux encore me supporter avec. Tout ce que je te fais enduré. On ne peut pas dire que je suis le parfait petit fiancé compréhensif et joyeux que tu aimes. Je mériterais de finir comme un vieil aigri : seul. J’ai plus que de la chance de t’avoir comme fiancé. »

J'avais voulu laisser ça de côté pour ce soir. J'aurais voulu accéder à sa demande, aller simplement me coucher là maintenant. Mais il remuait le couteau dans la plaie en parlant ainsi. Il remettait sur le tapis ces idées ridicules comme quoi je serais mieux sans lui. Ca avait le don de m'énerver à nouveau.

Je le regardais, le visage un peu plus fermé qu'avant. Au soulagement de le revoir avait cédé à nouveau la colère. Si il revenait pour me dire les même conneries alors pourquoi était il revenu?

- Is'.... il faut que ça change tu sais. Je ne peux pas supporter de t'entendre dire que je serais mieux sans toi, qu'il vaudrait mieux que tu sois seul ou mort. Il faut que tu arrêtes avec tout ça.

Je me reculais un peu, continuant de le fixer comme ça. Tant pis si je lui faisais mal à nouveau et qu'on s'engueulait encore. On ne pouvait pas vivre en agissant comme il le faisait. Je le refusais.

- Je ne veux plus t'entendre dire ça. Je ne veux plus que tu le penses. Je suis bien avec toi et ce fauteuil n'y change rien. Ta vie n'est pas fini à cause de ça. Je compte bien te prouver qu'on peut continuer à avoir une belle vie. On peut profiter ensemble, voyager, faire l'amour. Tu peux avoir une vie tout à fait normale en attendant de quitter ce fauteuil. Alors ne recommence pas à dire de la merde. Je ne le supporterais pas Is'...

Ca faisait beaucoup trop mal de le voir baisser les bras ainsi et regretter d'être encore là avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
Je soupire, je me détestais de le faire souffrir. Je l’avais bien cherché après tout. Je soupire, il faut croire qu’en ce moment je ne sais que le blesser ou le faire souffrir. Mais il était toujours là. Et je ne comprenais pas, je n’aurais pas supporté le quart de ce qu’il a enduré. Je l’admirais d’être aussi patient avec moi.

Je glisse ma main dans ses cheveux courts. J’ai le coeur serré rien qu’à l’idée de le voir repartir pour une nouvelle mission loin de moi. J’ai beau être détestable, je n’ai jamais eu autant besoin de lui qu’en ce moment. Je soupire de nouveau, le coeur lourd en glissant une dernière fois ma main dans ses cheveux.

J’essaye de lui faire comprendre ce qu’il se passe en moi. Mais je n’arrive pas à mettre les mots sur ce que je ressens, c’est comme si j’avais un blocage. Parce que le plus gros problème c’est que je n’accepte pas cet handicap, ni vraiment le fait que je ne vais pas bien. Je ne m’autorise plus vraiment à être heureux et du coup j’écarte tout le monde pour rester seul. Je repousse encore et encore Andrea, comme je l’ai fait avec Dan. Le truc c’est que je ne peux pas vivre sans Andrea et qu’il est bien plus patient que tout les autres. je fuis son regard, je n’ai pas vraiment le courage de l’affronter. Je le sens s’éloigner et je vois ses poings se fermer, signe de sa contrariété. Je me raidis, avant de finalement me diriger vers la baie vitrée pour ne pas voir son regard. Oui je suis un lâche, mais je supporte mieux son discours ainsi. Bien sûr il a totalement raison. Je ferme le yeux, je ne veux pas qu’il me voit de nouveau pleurer, j’ai l’impression de passer la plupart du temps à ne pleurer ces derniers jours. Je commence à gratter nerveusement mon avant-bras, ce qui est un signe de grande nervosité chez moi. Ma peau commence déjà à rougir.

Je secoue la tête en le laissant terminer. « Ma vie n’est peut-être pas fini, loin de là. Mais elle ne sera plus pareil si je dois rester définitivement dans ce fauteuil. Tu sais que je déteste la routine. Et ma vie, j’ai l’impression que ce n’est que ça. il n’y a plus d’improvisation, je suis obligé de tout préparer. Même si j’ai envie de te faire l’amour je suis obligé d’avoir un minimum de préparation. Je ne supporte plus ça. » Je hausse les épaules « Alors oui, je ne comprends pas pourquoi tu restes, même si j’en suis le plus heureux, ne te méprends pas. Je ne comprends pas parce que je me déteste moi-même. Je soupire en me tournant vers lui. « les seuls moments où je suis vraiment bien, c’est quand je suis dans tes bras. » Je baisse de nouveau la tête, j’avais besoin de lui même si je ne fais que le repousser en ce moment. « Je te promets de faire un effort. » Je continue de gratter nerveusement la peau de mon avant-bras qui est déjà presque à sang. « Je ne veux pas te perdre »
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2990
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows

Je le regardais s'éloigner. Je détestais ça. Je ne supportais pas de le voir s'éloigner ainsi de moi. Ce n'était pas ce que je voulais. On était un couple bordel de merde. On avançait ensemble. On faisait des projets tous les deux. Mais le voir me maintenir à distance comme ça... ça faisait vraiment beaucoup trop mal.

Et ce qu'il disait...

Je l'écoutais me parler de notre vie qu'il avait peur de voir devenir trop routinière. Un peu de routine ça ne pouvait pas faire de mal de temps en temps mais je n'étais pas d'accord avec lui. Notre vie n'allait pas devenir routinière à cause de son fauteuil. On pouvait continuer de vivre comme on le faisait avant. Je pouvais encore lui faire des surprises. D'ailleurs je me disais de plus en plus que je devrais lui en préparer une, une soirée en amoureux ou même carrément un week end surprise, un dernier feu d'artifice sentimental avant que je ne parte pendant plusieurs mois. Et sexuellement... je comptais bien lui prouver qu'on pouvait être aussi fougueux qu'avant.

Mais il me faisait mal...

Je ne supportais pas de l'entendre dire des choses comme ça, de l'entendre me dire que je ne devais pas rester avec lui, se demander pourquoi je le faisais. Mais parce que je l'aimais putain!!! Pourquoi est ce que j'étais encore là? Pourquoi est ce que j'avais changé d'avis sur le fait de me mettre en couple pour aller avec lui? Pourquoi est ce que j'envisageais de quitter le terrain pour prendre un poste ici? Pourquoi est ce que je lui avais demandé de m'épouser? Parce que je l'aimais, que j'étais fou de lui et que j'étais prêt à tout, vraiment tout pour être avec lui. Mais il s'obstinait à ne pas vouloir le comprendre.

« Je te promets de faire un effort. Je ne veux pas te perdre »

Je m'approchais de lui, venant poser ma main sur la sienne. Je voulais qu'il arrête de faire ça, de se faire du mal comme ça.

- Tu ne me perdras pas... peut être que je ne te l'ai pas assez dit dans le passé... mais je t'aime. C'est pour ça que je m'accroche, que je reste avec toi... Je ne te laisserais pas Is'.

Je me penchais pour venir l'embrasser avec envie, tentant de lui faire ressentir ainsi tout l'amour que j'avais pour lui.

- Et je t'interdis de dire que notre vie, voir même notre vie sexuelle est routinière. D'ailleurs je vais tout de suite te le prouver.




Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
notre relation n’a jamais été aussi tendue entre nous. On ne s’était jamais disputé pendant plus d’une heure. Mais je ne sais plus comment me dépétrer de ce sentiment morose qui m’habite. j’avais bien conscience de faire porter ce poids aussi à Andrea, qui ne le méritait absolument pas. le pire c’est que je ne maitrise pas mon comportement.

Je tente de lui avouer ce que j’ai d’enfoui au plus profond de moi. Toutes ces craintes qui m’habitent et m’angoisse. Depuis cet accident, mon niveau de confiance en moi a radicalement baissé. Rien que quelque chose qui pouvait me sortir de ma zone de confort, déjà bien réduite, pouvait m’angoisser au point que ça me paraissait insurmontable. Alors qu’avant partir à l’aventure sans avoir rien préparé m’excitais plutôt. J’avais l’impression de tomber dans un trou noir un peu plus profond à chaque fois. Et je ne voulais pas entrainer ceux que j’aimais le plus dans cette spirale infernale. Surtout pas Andrea, il n’avait pas besoin d’être préoccupé par ma personne car il allait bientôt repartir.

Mais il allait falloir que je me reprennes. Il a raison, je ne peux pas rester aussi pessimiste, ça ne me ressemblait pas du tout. Mais pour cela, j’avais vraiment besoin de lui pour me mettre le pied au cul. Et je devais lui être moins ingrat. Ce n’était pas juste pour lui. Je ne voulais pas continuer de le repousser s’il revenait à chaque fois. Je ne voulais pas le blesser plus que de raison. Il avait été cette constante ces derniers temps et je ne lui avait même pas été reconnaissant. Pourtant je l’aimais à la folie. Je ferais n’importe quoi pour ses beaux yeux. Vraiment n’importe quoi. Mais j’étais aussi têtu qu’une mule. Il aurait de quoi encore agrémentait ses reproches quand je faisais ma tête de mule. Bon il pouvait se montrer aussi têtu.

Je lui promets de faire un effort lorsqu’il vient poser une main sur mon bras. Je lui lance un sourire désolé en remarquant l’état de mon bras déjà bien rouge. Je me stoppe en m’accrochant à sa main. Je le dévisage, les yeux rougis. S’il veut me faire pleurer de nouveau, il a pratiquement réussi puisque les larmes menacent de nouveau de déborder. Il me disait tellement rarement qu’il m’aimait qu’à chaque fois mon coeur menaçait d’imploser. Enfin il ne le disait pas souvent, jamais trop pour moi ni trop peu. C’est une belle déclaration qui me coupe le sifflet.

Je prolonge son baiser avec autant d’envie que lui, faisant passer mes propres sentiments dans ce baiser langoureux. Je glisse mes bras autour de son cou. Je hausse un sourcil quand il me chauffe délibérément. « Je veux bien voir cela. » mes mains se glissent sur ses cuisses alors qu’il s’installe sur mes genoux.

Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2990
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows



Je le gardais dans mes bras comme ça, le portant jusque dans la chambre. Je le déposais dans notre lit avant de m'allonger à ses côtés et de le prendre dans mes bras. Je le serrais doucement, l'embrassais. J'adorais ses petits moments de bien être entre nous, ces moments de tendresse après le sexe. Je le calinais tendrement. Je restais quelques temps comme ça, l'embrassant, caressant doucement son corps avec tout l'amour que j'avais pour lui.

Je m'arrêtais au bout d'un moment, caressant son visage du bout des doigts.

- Tu vois... rien n'est fini. On peut toujours vivre comme avant. Il y a quelques ajustements à faire. On va avoir besoin d'un peu de temps pour retrouver nos marques mais... notre vie est loin d'être finie.

Je lui souris, l'embrassant à nouveau. Je tentais de lui faire sentir ainsi à quel point je l'aimais.

- On peut continuer de faire l'amour de façon complètement imprévisible.

Je souris à nouveau, laissant ma main aller plus bas pour effleurer ses fesses.

- On peut encore faire des projets tous les deux. Je nous considère toujours comme fiancé et je compte bien t'épouser.

Et je réfléchissais toujours à la surprise que je pourrais lui organiser avant que je ne reparte en mission.

J'hésitais un instant avant de parler à nouveau.

- Et tu pourras remonter à cheval...





Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I can't forgive you [squirowl] - Page 6 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I can't forgive you [squirowl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 12 ... 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: