Partagez
 
 
 

 I can't forgive you [squirowl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 665
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

qZksvtW.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

Je savais que c'était compliqué pour lui de parler ouvertement de ce qu'il ressentait, nous deux on était vraiment le jour et la nuit pour cela. J'avais toujours été très expansif, ne contrôlant presque jamais ma pensée et mes paroles. ET parfois ça mettait en porte-à-faux Andrea. Je n'avais pas de filtre. J'aurais dû essayer de savoir ce qu'il ressentait; le pousser à me parler, à ne pas garder les choses pour lui, il en garde déjà bien assez pour lui.

J'aurais aimé lui dire combien j'avais peur de ne rien ressentir, que c'est pour ça que j'ai aussi repoussé le moment. J'avais peur de le faire fuir, j'avais peur qu'il ne supporte pas cette situation. D'ailleurs je ne sais même pas qui serait capable de le supporter. Et pour ça il n'est pas vraiment question d'amour. L'amour ne peut malheureusement pas tout résoudre.

Mais maintenant tout ça appartenait au passé. On avait plus que résolu le problèmes. Et on avait sacrément rattrapé le retard. Je crois que sans exagérer je vais casser ces retrouvailles parmi les plus mémorables. Je me gardais bien de lui dire cela que je faisais un classement. Bien sûr, en vrai, je me souvenais de chaque moment. Mais celle d'aujourd'hui avait vraiment un goût particulier. Celle dont j'allais vraiment me souvenir. Et aussi parce qu'elles marqueront un évènement que l'on n'oubliera jamais.

Mais j'étais plus que comblé. Peut-être que l'on n'aurait plus la spontanéité d'avant,mais pour les orgasmes, rien n'a vraiment changé, c'est même encore plus fort qu'avant. Comme si on n'était revenu au début de notre relation. Même si nos ébats n'ont jamais manqué de passion, la routine n'avait jamais eu vraiment le temps de s'installer.

Je souris en embrassant son torse. " Hum... Je pense que j'ai le meilleur."

Je me réinstalle dans ses bras. Je glisse mes doigts sur les marques de son torse. Je n'y étais pas allé de main morte, mais, au moins on ne pourrait pas manquer de voir qu'il est déjà casé. Mais l'après-jouissance ça me rend un peu trop curieux. Je frissonne en sentant ses doigts dans mes cheveux. C'était une des choses que je préférais.

Je souris en l'écoutant, je en sais pas vraiment pourquoi j'ai posé cette question, alors quand il me demande si je souhaiterais que l'on inverse, il me faut aussi quelques secondes pour réfléchir.JE finis par secouer ma tête de gauche à droite.

" Non. Ca ne m'a jamais dérangé. Et puis..."
Je secoue brièvement la tête alors que je repense à une ancienne relation. La seule qui avait duré avant lui, et dont je n'ai franchement que peu de bons souvenirs pour ne pas dire pas du tout. "La seule fois où j'ai tenté, ça n'a pas été vraiment une réussite."

Je lui avais parlé de cette relation, vaguement. Mais j'avais toujours tâché de garder le passé derrière moi. Le passé n'entacherait jamais mon bonheur présent, c'est toujours ce que je me suis forcé de faire.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

sOHuWKmb_o.png
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane


" Non. Ca ne m'a jamais dérangé. Et puis... La seule fois où j'ai tenté, ça n'a pas été vraiment une réussite."


J'étais rassuré. L'idée d'être en dessous ne m'avait jamais vraiment tenté. On avait toujours été ainsi et je n'avais aucune envie que ça change. Il m'avait effrayé un instant avec ses questions. C'était surement une simple histoire de curiosité, de discussion d'après sexe.

Je me sentais bien mieux depuis qu'on avait eu cette discussion. Ca nous avait vraiment rapproché. On avait eu besoin de mettre les choses à plat, de crever l'abcès et de parler de tout ce qu'on taisait.

Les jours suivant se passèrent tellement mieux. On était redevenu complices comme autrefois. Il y avait moins de tensions entre nous. Il y avait toujours ces problèmes à surmonter avec son nouvel handicap mais tout allait mieux. Je me sentais prêt à tout affronter. On allait y arriver, je le savais.

J'avais pris rendez vous avec mon chef. Je devais le voir le lendemain pour parler de mon futur poste, ou de mes futurs missions. Cela faisait déjà deux semaines que j'étais à la maison, même si j'avais encore minimum plus d'un mois avant de travailler à nouveau, il fallait bien parler de tout ça.

J'étais parti courir, histoire de quand même garder une bonne condition physique. Je laissais toujours Is' avec un peu d'appréhesion mais je tentais de me raisonner il s'était débrouillé seul pendant six mois, il pouvait bien tenir une ou deux heures sans moi. Je venais de revenir quand Tracy était venue me voir. Elle s'occupait des chevaux, aidant Is' quand il devait partir en déplacement. Depuis son accident il s'occupait encore plus d'eux, Is' ne pouvant plus le faire.

"Salut Andy je... est ce que je peux te parler?"

Je m'arrêtais, la regardant un peu inquiet. Ce genre de phrase ne laissait jamais présager rien de bon, et quand je voyais l'air qu'elle avait...

- Je t'écoute.

"Je suis inquiéte... pour Jaipur... il mange de moins en moins. Il ne court plus. Il reste... abattu dans un coin. Je sais que la situation est difficile pour Ismaël mais... il a besoin de le voir. Jai peur qu'il ne se laisse complètement aller s'il ne le revoit pas."

- Il... il ne l'a plus revu depuis l'accident?

Je l'écoutais m'expliquer ce qui s'était passé, ce que je n'avais pas vu. Is' n'était plus parti voir son cheval, ni aucun des autres depuis son accident. Il était resté enfermé chez lui, n'allant plus les voir. J'avais remercié Tracy, lui promettant d'essayer de faire quelque chose avant de rentrer dans la maison.

Je m'étais forcé à sourire en le voyant. Je me sentais mal. J'étais tellement concentré sur nous deux que je n'avais pas vu, je n'avais pas remarqué qu'il n'allait même plus voir ses chevaux. Je m'approchais pour l'embrasser tendrement avant d'aller me doucher. Je me préparais rapidement avant d'aller le rejoindre.

- Is'... je peux te poser une question?

J'inspirais profondément pour me donner du courage. Je savais que cette discussion n'allait pas être facile.

- Pourquoi tu ne vas plus voir Jaipur?


Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 665
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

qZksvtW.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

Je fronce les sourcils en le sentant se détendre de manière perceptible. Je l'avais tant effrayé avec ma question ? Je m'appuie sur son torse pour me redresser. "Tu sais que je ne ferais jamais rien que tu ne veuilles pas ?"

Le quotidien s'était considérablement allégé depuis notre discussion. Même nos conversations étaient plus légères, elles ne tournaient plus autour de mon handicap et des impossibilités qui en découlent. C'est un peu comme si notre vie d'avant revenait petit à petit.

Et puis notre vie sexuelle avait aussi repris son activité soutenue. Pour mon plus grand plaisir. Bien sûr il y a bien encore des choses à régler, mais on peut dire que le plus important est passé et résolu. et maintenant on était surtout prêt à affronter les épreuves tout les deux ensembles. On avait retrouvé ce qui faisait de nous un souple solide. J'avais retrouvé cette sécurité qu'il m'apportait.

On passé de bons moments ensemble, et j'espérais vraiment que ça durerait encore un peu. Après un an passé loin de toi,j'espérais au oins que l'on aurait un peu de répit. Un mois ne me suffirait pas cette fois-ci. Je ne suis pas certain d'accepter si tu dois déjà repartir. J'appréhendais donc le rendez-vous qu'il devait avoir dans quelques jours.

Il avait repris ses courses le matin et de mon coté, je m'occupais surtout de l'administratif en attendant son retour. J'en profitais aussi pour lire. Mais je ne sortais pas de la maison. JE n'allais pas voir mes chevaux, alors que j'aurais pu. Je sais que Tracy s'en occupe parfaitement bien. Moi, je ne parvenais plus à 'en occuper correctement. Je sais qu'il va falloir que je prenne une décision compliquée à prendre. Je redoutais de lui en parler. Même si je sais qu'il ne m'en voudrait pas, je crains quand même qu'il ne comprenne pas cette décision. Mais pour le moment tout était encore trop flou dans ma tête. Je ne parvenais pas à prendre une décision sensée. J'y pensais souvent quand, au milieu de la nuit je me réveillais et que je ne parvenais pas à me rendormir.

Il finit par rentrer dans sa course, je le trouve un peu préoccupé, mais je le laisse partir à la douche. Je me demande ce qu'il a bien pu se passer entre le moment où il est parti courir et son retour. Je me replonge dans mon livre, où je n'avance pas d'une page puisque je suis bien trop déconcentré. Je l'entends revenir et le voit s'agenouiller face à moi. Je me demande pourquoi il prend autant de précaution avec moi. Je pensais que l'on avait dépassé ce stade tous le deux.

Je hoche la tête pour donner mon accord. Je redoute sa question. Mais elle est concise et directe. Je prends un profond soupire avant de regarder nos mains. Je ne sais pas vraiment quoi lui dire. Il me prend un peu de court. Je sais pourtant que cette conversation allait être sur le tapis à un moment donné. Je joue avec ses doigts pour faire taire ma nervosité.

"Franchement.. Je ne saurais pas te donner de raison valable. Je n'y arrive pas c'est tout. J'ai essayé mais je n'arrive pas à rentrer dans l'écurie."
Je relève le regard pour croiser le sien. Je décide de tout lui dire, de soulager mon coeur. "Je n'arrive même pas à prendre une décision qui soit juste. Je sais que je devrais les confier à des collègues. Mais pour Jaï... C'est inconcevable.. JE sais c'est égoiste. Mais c'est lui qui a lancé ma carrière, je refuse de le voir partir. Alors qu'au fond de moi, il mérite de gagner toutes ces victoires que l'on aurait dû avoir ensemble." Je ferme les yeux. " Il ne mérite pas de croupir ici. Je ne peux plus lui donner le meilleur. Je devrais me pencher sur les propositions que l'on m'a faite pour trouver la meilleur pour chacun d'eux." Mais ça me crève littéralement le coeur. Que ce soit pour JAï ou même Memphis et Alba. Je ne parvenais pas à me séparer d'aucun d'entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

sOHuWKmb_o.png
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

Je m'en voulais de ne pas l'avoir remarqué plus tôt. Il y avait eu tellement de choses à gérer depuis mon retour que les chevaux étaient passé un peu au second plan. Pourtant c'était inquiétant. Ses chevaux étaient tout pour Is', surtout Jaïpur. C'était son premier cheval, celui avec lequel il avait commencé les compétitions. C'était son préféré, celui avec lequel il avait la plus belle relation. Et ça se voyait. Le cheval allait mal parce qu'il était privé de son maitre. Ils aimaient tous Tracy c'était sur, mais le lien entre Jaïpur et Is'... c'était spécial. Et ce n'était pas sain qu'Is n'aille plus le voir.

"Franchement.. Je ne saurais pas te donner de raison valable. Je n'y arrive pas c'est tout. J'ai essayé mais je n'arrive pas à rentrer dans l'écurie."

Je sentis mon coeur se serrer en l'entendant parler. J'avais raison. Il y avait plus que le simple fait de ne pas pouvoir aller les voir à cause de son fauteuil roulant. Il faisait un blocage. Peut être était ce parce que c'était ainsi qu'il avait perdu l'usage de ses jambes. Les chevaux... ça lui rappelait un peu trop ce qui lui était arrivé ce jour là. Et pourtant, si il voulait avancer il allait devoir surmonter ça.

"Je n'arrive même pas à prendre une décision qui soit juste. Je sais que je devrais les confier à des collègues. Mais pour Jaï... C'est inconcevable.. JE sais c'est égoiste. Mais c'est lui qui a lancé ma carrière, je refuse de le voir partir. Alors qu'au fond de moi, il mérite de gagner toutes ces victoires que l'on aurait dû avoir ensemble."

Je restais face à lui, serrant doucement ses mains dans les miennes. Bien sur que c'était inconcevable. Jaïpur faisait partie de la famille, il était hors de question que je le laisse s'en séparer. Même moi je tenais à ce cheval. J'allais m'entrainer et il était toujours là dans son champ, venant à ma rencontre pour avoir droit à une caresse. Et je m'en voulais encore plus de ne pas avoir remarqué, avant que Tracy ne m'en parle, que le cheval ne venait même plus me saluer, qu'il restait caché dans son box.

" Il ne mérite pas de croupir ici. Je ne peux plus lui donner le meilleur. Je devrais me pencher sur les propositions que l'on m'a faite pour trouver la meilleur pour chacun d'eux."

J'attendis un instant avant de parler. Je tentais de mettre le plus de douceur possible dans mes mots. Je ne voulais pas lui faire de mal ou même le braquer alors que je voulais juste l'aider.

- Ecoute... ne prends pas de décision pour le moment. Tu as le temps. Tracy m'a dit qu'elle pouvait faire travailler Memphis et Alba. Elle connait quelques cavaliers et cavalières qui seraient ravis de venir s'en occuper dans le centre où elle travaille.

Des adolescents qui seraient ravi de pouvoir monter gratuitement de tels chevaux. Et nous ça nous permettrait de les faire travailler sans avoir à payer de cavaliers confirmés pour le faire. Je trouvais que pour le moment ça serait un assez bon compromis.

- Si tu es d'accord bien sur...

Parce que ça restait quand même ses chevaux et je voulais que la décision lui appartienne. Je ne commetrais pas à nouveau la même erreur qu'à mon arrivée, quand j'avais pris toutes les décisions sans lui laisser son mot à dire.

- Mais pour Jaïpur...

Je soupirais tristement avant de continuer.

- Il ne va pas bien Is'... tu lui manques. Il n'a pas besoin de gagner des compétitions ou quoi. Ce n'est pas de ça dont ce cheval a envie. Il te veut toi. Il a besoin de toi. Et.. il ne va pas bien.

J'avais peur pour le cheval. Je ne voulais pas le voir dépérir. Je savais qu'Is' ne s'en remettrait pas s'il lui arrivait quelque chose.

Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 665
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

qZksvtW.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

je le vois à ses yeux qu’il s’en veut. Alors que ce n’est pas du tout de sa faute. Au contraire c’est moi. J’avais honte de lui en parler, je ne voulais pas qu’il me voit aussi faible. Et puis ces derniers temps on avait eu notre lot de problèmes, je ne voulais pas rajouter du poids sur ses épaules, il avait déjà bien assez comme ça à penser pour moi. Je ne voulais pas l’accabler. Je sais qu’il mesurait l’étendue des problème dû à mon handicap, mais je voulais résoudre certains problèmes seul.

Mais je m’étais fourvoyé, de nouveau. Il était là sans juger. Il avait toujours été non seulement un amant exceptionnel, mais un compagnon idéal. C’était rare de trouver quelqu’un être aussi compréhensible alors que je passais tout mes week-ends sur les terrains de concours, et que la semaine je passais à perfectionner ma monte et entrainais mes montures. Je n’avais que peu de repos. Et malheureusement les périodes creuses de concours coïncidaient pas souvent avec les Perm d’Andy.

Je croise nos doigts ensemble. Ce lien autant physique que psychique m’apaisait. En ce moment il était la seule personne dont j’avais besoin. Heureusement ma mère l’avait compris, elle ne débarquait plus à l’improviste. Il était aussi le seul à avoir bousculé mes habitudes, es peurs. J’avais finalement accepté ses concessions. Je lui avais même dit que c’était une bonne idée, à demi-mot.

Je soupire en parlant tout haut de mon inaction. Il me mettait face à mes responsabilités. Et il me secouait les puces. Je sais que Tracy ne vient plus ici par ma faute, je l’ai mise maintes fois dehors. Elle a dû lui raconter combien j’étais imbuvable. J’ai de la chance qu'elle n'ait pas jeté l’éponge. Je devrais sérieusement aller lui présenter mes excuses. Mais la vérité est là : j’avais laissé croupir mes chevaux. J’avais de la chance d’être non seulement cavalier mais aussi propriétaire, ce qui est plutôt rare en haut niveau, vu le prix des champions qui avoisinaient les milliards, peu étaient vraiment propriétaire. Moi j’avais su tiré mon épingle du jeu.

« Ca fait déjà six mois Andy. Je crois que j’ai assez trainé. »
Je soupire doucement alors que je le tire sur e canapé pour me fourrer dans ses bras. « Je ne sais pas. Si elle les mets dans ses cours collectifs, je ne sais pas s’ils vont progresser .. Même s’ils sont tous les deux de bonne facture, ce sont quand même des chevaux de haut niveau, ça ne se confie pas à n’importe qui. » Je réfléchis. « Mais, si elle connait quelques personnes qui montent en circuit amateur, pourquoi pas. » Je hausse les épaules en jouant avec son tee shirt.

Je ferme les yeux en caressant son torse en l’écoutant parler de Jaïpur. Je ferme les yeux, j’ai vraiment été égoiste. Mais cette angoisse qui m’étreint dès que je m’approche de l’écurie me parait insurmontable. « Je vais tenter d’essayer… Mais je ne peux pas te promettre de réussir. » J’enfouis ma tête dans son cou. « Mais il faut quand même que je trouve quelqu’un pour le remettre à niveau, il a besoin de ces concours, il adore ça. » Je réfléchis à tout les messages que j’ai reçu pour Jaï. Bon nombre de collègues/concurrents se sont signalés pour le monter le temps que je remonte. Mais une idée germe dans mon esprit. « Mais quel con je fais…. » Je secoue la tête et me redresse. « Dan… C’est le seul qu’il ne m’a pas demandé… Et pourtant… Pourquoi j’y ai pas pensé… » Dan était mon meilleur ami. On faisait parti tous deux de l’équipe nationale, et il habitait à dix minutes. Mais, j’ai été con avec lui aussi. « Tu pourrais aller lui demander s’il veut bien monter Jaïpur en concours ? Et s’entrainer ici, comme ça Jai ne perd pas ses repères ? JE suis pas certain que Dan veuille me voir en ce moment… » Je l’embrasse passionnément. « Merci… » Avec lui je me sens pousser des ailes, et il m’aide à prendre des décisions que j’aurais du prendre il y a longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

sOHuWKmb_o.png
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

« Ca fait déjà six mois Andy. Je crois que j’ai assez trainé. »

J'étais soulagé de l'entendre dire ça. J'avais peur de devoir batailler avec lui pour qu'il accepte de revoir son cheval. Tracy m'avait fait peur. J'avais vu l'inquiétude dans ses yeux alors qu'elle me parlait de Jaïpur. Je ne voulais pas le voir se laisser mourir à cause de cet accident. Je me laissais entrainer sur le canapé avec lui, le prenant dans mes bras.

Je l'écoutais me parler de ses projets pour les deux chevaux. Non Tracy ne m'avait pas parlé de cours collectifs. Elle pensait davantage à des cavaliers de bons niveaux déjà qui cherchaient des chevaux pour s'entrainer. Elle ne m'aurait pas parlé d'eux si ils n'avaient pas été assez doué pour entrainer correctement les chevaux. Ca se passerait bien pour eux, j'en étais certain. Le problème ça restait Jaïpur. Et si j'avais été soulagé, mon soulagement n'avait duré guère longtemps.

Je me retenais de soupirer en l'entendant parler des concours que le cheval adorait. Je l'écoutais, restant dans son déni de la situation. L'urgence ce n'était pas de lui trouver un putain de cavalier pour qu'il aille faire des concours. Il refusait de sortir de son box ou même de manger alors allait s'entrainer voir partir en concours c'était impensable.

Et lui il parlait d'appeler son meilleur ami pour le faire. Je fronçais les sourcils en l'entendant me dire qu'il doutait qu'il veuille lui parler. Putain mais il s'était passé quoi pendant ces six mois? Qu'est ce qu'il me cachait encore?

Je répondais distraitement au baiser, n'arrivant pas à y mettre autant de passion que lui. je grinçais un peu des dents en entendant son merci. Merci quoi? Il restait fixé sur sa connerie. On n'avait pas avancé.

- Et pourquoi il ne voudrait pas te voir? Il y a des choses que tu me caches encore?

Je le regardais en fronçant les sourcils, me décollant un peu de lui. Je soupirais avant de continuer de parler. J'allais lui faire du mal mais je n'avais pas le choix là. Il ne comprenait pas quand je tentais d'y aller en douceur, alors j'allais devoir y aller franchement.

- Ce n'est pas d'entrainement dont a besoin Jaïpur pour le moment, ou encore moins de concours. Tracy est inquiéte, vraiment inquiète. Elle a du mal à lui faire quitter son box. Il passe le plus clair de son temps abattu, prostré. Il refuse de se nourrir... Alors arrête deux minutes de me parler de tes putains de concours. Il a besoin de toi, de son maitre. Ca fait six mois que tu l'as abandonné et il ne le vit pas bien. Ce n'est pas quelqu'un pour l'entrainer que tu dois trouver. C'est toi qui doit y aller, juste pour le voir, pour lui faire sentir que tu es toujours pour lui.

Et j'attendais... de voir à quel point mes mots avaient pu le blesser... mais je n'avais pas le choix. Je ne voulais pas voir mourir Jaïpur.


Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 665
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

qZksvtW.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

Je soupire, il ne sait pas ce que ça me coûte de lui parler de ça sans en souffrir. S’il croit que ces six mois ont été de tout repos. Je sais que ça fait beaucoup pour lui ces derniers temps. Je ne pouvais pas lui promettre de résoudre ces problèmes dans l’heure. Je sais que j’ai une grosse part de responsabilité dans l’état de JAïpur, je sais son état, même si je n’en parle jamais. Je m’étais concentré sur mon couple.

J’avais plein de projets pour eux. Mais surtout des projets qui m’excluaient. C’était trop dur pour moi de retourner dans les écuries en sachant que je ne pourrais plus y exercer mon art. C’était trop dur de leur faire face sans pouvoir faire autre chose que les caresser ou les regarder. Ça les contenteraient un moment, mais je sais pertinemment que ça ne serait pas suffisant. Ils finiront par dépérir avec moi. Je ne peux plus leur offrir le meilleur.

Avec Jaipur notre relation avait été unique, mais aujourd’hui elle est brisée. Plus rien ne redeviendra comme avant, même s’il le pense. Je le sais au fond de moi. Et je refusais de voir ce que j’avais fait de lui. J’avais peur, je en l’ai pas vraiment revu depuis l’accident, dont il a aussi été blessé. Mais apparemment rien de grave. Je me dis que confié à un autre, il pourrait s’en sortir. Mais pas avec moi.

Je soupire, je ne lui avais pas parlé de mes états-d’ames, de mon comportement insupportable pendant ces six mois. Il doit bien se douter que ça n’a pas été une sinécure ces six mois. Je ne voulais pas l’embêter avec ça. Tout comme je ne voulais pas parler de ce sujet pendant des heures. Je le sens se tendre. Je comprends alors qu’il ne lâchera pas l’affaire. Qu’il cherchera à me pousser au bout et qu’’il ne se contentera pas de mes solutions qui camouflent mon incapacité à aller voir mes montures parce que je me sentais comme un légume, un incapable. Je me redresse finalement, mon corps se raidit sous une frustration. Il ne comprend pas que c’est douloureux pour moi, les chevaux étaient toute ma vie et cette vie a été balayée brutalement. « Rien ».

Je me ferme complètement, je pouvais me montrer obtus, mais il était aussi têtu là. Mon visage se durcit. Certes il me faisait mal, mais pas avec ce qu’il me disait, s’il pensait que je ne le sais pas alors, c’est qu’il est mal renseigné. Mais lui, refusait de voir que ça me faisait trop souffrir. Alors j’explose.

« Quoi ?! Tu penses que je ne sais pas quel est son état ? Tu crois que je n’ai pas essayé d’y aller pendant ces six mois, que je pourrais passer au-delà de ce putain de blocage ?! Tu ignores combien de fois je me suis retrouvé au milieu de ce chemin, incapable d’avancer parce que j’avais l’impression que mon coeur hurler, qu’il battait au point que c’en était douloureux. Tu penses pas que j’ignorais le fait que je sois une merde incapable de faire son job, ni même de pouvoir voir mes chevaux, alors que tu sais que c’est important pour moi. Alors remue le couteau dans la plaie si tu veux. Mais ça ne changera jamais le fait que je ne pourrais plus jamais les monter parce que je suis un putain de légume qui ne remarchera jamais ! »


Je me transfère rageusement dans le fauteuil. « Tu sais quoi ? J’en ai marre de tout ça, j’en ai marre de faire des efforts dans le vide. J’en ai marre de ce putain de fauteuil. J’aurais dû y rester, ça aurait été mieux pour tout le monde. » J’étais blessé et en colère, alors je dis des choses blessantes. Pourtant j’y avais pensé un jour, au fait qu’il aurait été mieux que je ne sois plus là plutôt que dans cet état. Mais je ne supporte pas de le faire souffrir et c’est tout ce que je fais depuis son retour. Je fais demi-tour avant de me diriger vers la sortie. Besoin de prendre l’air. Je m’éloigne, laissant couler mes larmes. Je m’en voulais de le faire souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

sOHuWKmb_o.png
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

Je savais que j'allais le secouer en parlant comme ça. Je me doutais qu'il réagirait mal. Je pensais qu'il allait simplement se renfermer sur lui même. Je ne m'attendais pas à ça... à cette explosion de colère, à ces mots aussi durs. Je n'étais pas d'accord avec lui. Il n'était pas un incapable. Il n'était pas plus bon à rien. Je pensais avoir réussi à commencer à lui prouver l'inverse. Nous avions commencé à faire suffisamment de choses ensemble pour qu'il voit que sa vie n'était pas fini. Après tout, il y avait tout un tas d'handicapés qui vivait seul, se débrouillaient seul, conduisaient, avaient un travail, faisaient du sport... alors pourquoi pas lui?

Je continuais également à garder cet espoir qu'un jour il remarcherait. Son médecin pensait que c'était possible. Il fallait qu'il s'accroche, qu'il continue d'y croire et d'essayer. Mais je parlais à un mur qui me répondait trop cruellement. Je tentais d'accuser le coup mais ça faisait mal. Encore plus quand je l'entendais me dire qu'il aurait mieux valu qu'il y reste.

Je le laissais partir, bouder dehors. Je ne voulais pas qu'il voit à quel point ses mots avaient pu me toucher. Je me laissais quelques minutes pour tenter de me calmer avant de me lever. Je récupérais mes affaires et quittais notre maison. Je montais dans la voiture, sans lui adresser un regard et je démarrais. Je ne voulais pas le voir. Je voulais simplement me calmer.

Je roulais un moment, juste pour me vider la tête. Je pensais avoir avancé avec lui et voilà qu'on faisait plusieurs pas en arrière. J'avais même l'impression qu'on était encore moins bien parti que quand j'étais arrivé. J'étais resté un moment dehors avant d'aller au centre équestre où travaillait Tracy. Je restais un moment à discuter avec elle de ce qu'il convenait de faire. Je prenais toutes les idées possibles pour l'aider à aller mieux. On échangea beaucoup, ses idées, les miennes et finalement on arriva à trouver une idée qui pourrait peut être marcher, à condition que ma tête de mule accepte d'entendre raison.

Je rentrais à la maison, une pile de papiers avec moi et une clé USB dans la poche. Je le cherchais un instant avant de le retrouver dans le salon. Je le fixais durement. Je pensais m'être calmé mais je sentais toujours cette colère bouillonner en moi.

- C'est bon tu as fini de bouder? On peut discuter en adultes? Tu vas arrêter de me sortir tes conneries? Parce que... tu peux dire ce que tu veux, tu n'es pas un incapable, pas à mes yeux. Et... je refuse de t'entendre dire que tu aurais mieux fait d'y rester... moi je suis heureux que tu sois là...

Et ces pétasses de larmes qui revenaient...




Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 665
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

qZksvtW.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

Il me poussait à bout, il voulait absolument régler ce problème maintenant, alors que je ne m’en sentais pas capable. Mais je lui crache des choses dures, et pourtant véridiques. Il ne veut simplement pas l’entendre, mais c’est pourtant vrai, il allait devoir faire comme moi, il allait devoir accepter et faire le deuil de certaines choses. Tout comme je n’étais pas fait pour rester dans ce fauteuil, j’avais toujours eu ce besoin de liberté. Alors rester enfermer dans ce fauteuil, ça me demandait beaucoup de résignation, et j’étais incapable de tout gérer à la fois. Alors oui, j’avais des moments où j’allais mieux et je retrouvais un peu ma joie de vivre, et d’autres moments où j’ai l’impression que je ne parviendrais jamais à passer au-dessus de tout ça. C’est le cas aujourd’hui.

Il avait certainement plus d’espoir que moi. J’avais entendu les inepties de mes médecins des dizaines de fois sans que ça ne change quelque chose. Alors oui, je pensais souvent que j’aurais mieux fait de disparaître. Ils auraient souffert des mois mais ils auraient continué d’avancer. Et je ne serais pas là comme un fardeau que l’on traine.

Il n’a pas besoin de me dire quoique ce soit. Je le vois dans ses yeux, dans ses membres qui se raidissent. Et je m’en veux terriblement. Je l’entends claquer la porte et partir sur les chapeaux de roues. Je soupire en baissant les yeux. Je regarde de loin les cavaliers, ça me serre le coeur. Je me détourne avant de rentrer chez nous.

Je tourne en rond, ressassant cette dispute. J’avais eu des mots regrettables et douloureux. Je soupire, on n’a jamais eu autant de disputes depuis son retour qu’en 7 ans. Ne se détruit-on pas à cause de ce fauteuil ? Je ne supporte plus de lui faire mal à chaque fois. Je décide d’aller dans la chambre et de préparer mon sac. Le mieux pour lui c’est que je m’éloigne, même s’il pensera le contraire. Je m’attarde dans cette maison, je regorge ma tête de nos moments heureux ici. Mais il faut que l’on arrête de se voiler la face, je ne fais que le faire souffrir, sauf entre nos draps, mais c’est bien trop éphémères. Et il y a des choses dont il ne peut rien faire, je ne veux plus lui imposer ce fardeau.

Je soupire en le voyant encore aussi tendu, et le sac à mes côtés n’allaient pas arranger les choses. Tes paroles me prouvent que mon choix n’est peut-être pas le meilleur, mais que je n’en vois pas d’autres. Je fuis son regard avant de serrer le poing.

« Et toi tu as arrêter de me hurler dessus ? non. Des conneries ? Bordel Andrea, quand on avance d’un pas, j’en recule de trois. Tu veux que je règle tous mes problèmes en un jour, mais je ne peux pas ! Je ne peux pas me retrouver devant Jaï ou même Mem ou Alba sans revoir ce que j’étais avant et ce que je ne serais plus… » Je ris jaune en attrapant. « Ca saute aux yeux effectivement. » Je ferme les yeux. Et passe ma main sur son visage. « Je n’en peux plus. Je ne veux plus me disputer avec toi, mais j’ai l’impression de ne créer que des problèmes entre nous. »

J’essuie mes larmes avant d’attraper mon sac et de le contourner pour sortir. J’ai mon coeur qui saigne mais saigne, j’ai mal partout, et je tremble de partout, mais je suis déterminé à le faire arrêter de souffrir par ma faute. JE me retourne « Je suis désolé… » Je secoue la tête avant de sortir pour attendre ma mère.. Je m’éloigne, laissant couler mes larmes. Je m’en voulais de le faire souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

sOHuWKmb_o.png
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

Je ne l'avais pas vu. Je ne l'avais remarqué qu'après... le sac à côté de lui. Il avait préparé ses affaires. Il me quittait...

« Et toi tu as arrêter de me hurler dessus ? non. Des conneries ? Bordel Andrea, quand on avance d’un pas, j’en recule de trois. Tu veux que je règle tous mes problèmes en un jour, mais je ne peux pas ! Je ne peux pas me retrouver devant Jaï ou même Mem ou Alba sans revoir ce que j’étais avant et ce que je ne serais plus… »

Toujours la même chose... toujours ce même discours négatif qui me faisait du mal. Il ne voyait pas. Sa vie n'était pas fini parce qu'il était dans ce fauteuil. On pouvait vivre tellement de choses ensemble. Il pouvait en faire tellement lui aussi. Et remonter... je serrais contre moi le petit dossier que j'avais préparé avec Tracy, le bon de commande qui s'y trouvait... Je faisais mon maximum pour lui faire voir que tout n'était pas fini mais il refusait de le voir.

« Je n’en peux plus. Je ne veux plus me disputer avec toi, mais j’ai l’impression de ne créer que des problèmes entre nous. »

Je le regardais, encore sous le choc alors qu'il prenait ses affaires et qu'il partait. C'était comme ça alors? Il laissait tomber? Il préférait se renfermer sur lui même plutôt que de me laisser l'aider. Il me repoussait. Je restais sans bouger un instant avant de me retourner. Je laissais tomber mon dossier au sol avant de le suivre dehors.

- Tu crois que ça me plait de me disputer avec toi? Pas du tout. Mais ça me tue de te voir te renfermer sur toi même, tout voir en noir. Tu me fais chier à dire que ta vie est finie et que tu es un incapable, parce que c'est faux putain Is'!! Je pensais avoir réussi à te montrer qu'on pouvait faire des choses tous les deux, malgré ton handicap, que ça ne changeait rien.

Et ça me mettait en colère. Je le regardais furieusement, serrant les poings.

- Je fais de mon mieux pour t'aider mais tu refuses mon aide. Alors si c'est ce que tu préfères, si tu veux rester à pleurnicher sur ton sort sans te bouger, vas y oui fais le. Et fais le sans moi.

Je rentrais dans la maison, claquant la porte derrière moi. J'allais le regretter je le savais, mais j'étais trop en colère encore pour réussir à me raisonner. J'entendis une voiture arriver, certainement sa mère. Je le laissais partir, assis à même le sol. J'attendis de le laisser démarrer pour craquer.

Je passais la soirée dans cet état de semi conscience. Je restais dans mon coin, alternant les phases où je pleurais et celles où je restais perdu le regard vide. Je partais me coucher dans notre lit, sans avoir rien avaler. Je n'avais plus faim. J'étais trop mal... sans lui ma vie n'avait plus aucun sens.

Je me forçais à me lever le lendemain. J'avais rendez vous à la base. Je me préparais, essayant de trouver dans les gestes routiniers la force de continuer. Je pris un café, je me douchais et m'habillais avant de partir le voir.

Je n'arrivais même plus à être excité en voyant la base, comme je l'étais à chaque fois. J'allais voir le commandant. Je discutais un moment avec lui, de mes projets d'avenir. Oui le poste que je convoitais allait se libérer. Dans dix mois ce serait bon, celui qui l'occupait partait à la retraite. J'allais être formateur. Je ferais également les vols d'essai et de tests sur les appareils. J'enseignerais mais surtout je pourrais continuer à voler. Je n'irais plus en mission mais seulement dans dix mois. Avant...

Je rentrais chez moi, le coeur lourd. De toute façon, qu'est ce que ça pouvait faire que je reparte ou non? J'avais déjà perdu Is'. Je me foutais de tout. Je lui envoyais juste un message pour le prévenir, histoire qu'il sache quand même...

@Andy a écrit:

J'ai vu le commandant. J'aurais le poste dans dix mois. Mais avant je repars en mission. Je pars dans deux mois. Si tu veux que je parte avant, que je te laisse la maison, dis le moi.

Je passais une journée identique à celle de la veille avant de retourner me coucher. Demain ça irait peut être mieux.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I can't forgive you [squirowl] - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I can't forgive you [squirowl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 18Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: