Le Deal du moment :
NIKE : 25% SUR TOUT LE SITE
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 I can't forgive you [squirowl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11 ... 19  Suivant
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty


Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors strès bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

JE monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

J’aurais pu lui faire un meilleur accueil, me montrer un peu moins vindicatif. Je baisse un peu les armes, je devais m’adoucir un peu. Il revenait d’une mission, et ça n’avait pas dû être facile tous les jours. J’étais généralement au petit soin avec lui. Et surtout je ne le lâchais pas d’une semelle. Généralement à son retour on ne me voyait pas sortir de la maison avant plusieurs jours. Je sais que ça nous a demandé beaucoup de sacrifices, à lui comme à moi. Mais je l’aimais et j’étais prêt à tout accepter pour lui. On était passé par des moments compliqués, je redoutais toujours quand le téléphone sonnait en son absence. J’avais toujours u sac prêt pour partir le plus rapidement possible au cas où il ait besoin de moi. Malgré tout ce que ça nous fait enduré, j’étais fier de lui. Même si à chaque fois j’avais hâte de préparer notre mariage.

Je ne veux pas qu’il arrête son travail parce que maintenant je suis invalide. Je ne veux pas être la cause de sa démission, parce que je sais que ça créera une tension entre nous, inéluctablement. Et je ne veux pas me sentir coupable à cause de ça. Je veux que sa décision soit mûrement réfléchi. Même si au fond de moi je serais plus que ravi de l’avoir avec moi tous les jours.

On avait finalement désamorçait la dispute entre nous. Et comme toujours je redevenais de bonne humeur. On va finir par croire que je suis schizophrène à changer d’humeur comme de chemise. Je laissais de côté ce problème gros comme un éléphant, pour le moment.

Je lui vole sa pizza avant de la savourer. Et vu qu’il ne dit rien, je recommence, juste pour le taquiner. Je l’embrasse pour l’empêcher de râler. Je caresse sa cuisse avant de me glisser de nouveau dans ses bras. Je pose ma tête dans son cou. « J’espère bien que l’on a un peu de répit tous les deux. J’en ai marre de m’endormir seul depuis un an. » Je soupire doucement attrapant son bras pour le mettre autour de mon corps. « Je vais enfin pouvoir de nouveau dormir correctement. »

Je caresse son bras en l’écoutant. Je sais qu’il ne voulait plus repartir en mission une fois que l’on serait marié. Je ne voulais pas l’en empêcher. « Mais le poste que tu convoitais se libère déjà ? » Je sais qu’il devait prendre la relève d’un pilote qui part à la retraite et qui enseignait à la base. Je finis ma part de pizza avant de me tourner d’un quart vers lui. « Mais ne démissionne pas s’ils ne peuvent pas te proposer de poste sur place. Ok ? » Je caresse sa joue avant de lui attirer le visage contre le mien pour l’embrasser. Je l’embrasse longuement avant de dévier mes lèvres dans son cou, que je mordille doucement. « Ton parfum m’a manqué… » Je soupire en le serrant dans mes bras. « Tu me ramènes mon fauteuil ? » Je lève les yeux vers lui avant de lui voler un baiser. Je le laisse me ramener mon fauteuil et le guide pour l’installer correctement avant que je ne fasse mon transfert, seul. Je débarrasse les restes que je vais ranger avant de revenir dans le salon. « On va se coucher ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2989
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty


Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

« J’espère bien que l’on a un peu de répit tous les deux. J’en ai marre de m’endormir seul depuis un an. Je vais enfin pouvoir de nouveau dormir correctement. »

Je le laissais se blottir dans mes bras. Je le serrais doucement contre moi, déposant un léger baiser sur son front. J'allais apprécier de pouvoir dormir avec lui aussi. Un peu de calme me ferait beaucoup de bien aussi. Dormir là bas, au milieu des autres soldats, en se faisant réveiller en sursaut certaines nuits pour passer à l'attaque, se défendre, avec la peur que ça n'arrive les autres nuits. Je ne dormais jamais vraiment bien là bas. Je respirais quand j'étais chez nous avec lui. En général pendant quelques jours je me transformais en énorme marmotte qui faisait la grasse matinée quasiment tous les matins.

« Mais le poste que tu convoitais se libère déjà ? Mais ne démissionne pas s’ils ne peuvent pas te proposer de poste sur place. Ok ? »

- J'irais me renseigner dans quelques jours. Mais le commandant m'avait déjà promis de me le garder. Il faut juste espérer qu'il se libère avant que je ne sois obligé de repartir.

Ca serait l'enchainement parfait pour nous. Je ne serais pas obligé de démissionner pour rester avec lui. Je resterais quand même dans l'armée. Je pourrais continuer de voler, continuer à vivre ma passion, mais tout en étant là pour lui au quotidien. Et on pourrait se marier.

Je hochais la tête quand il me demanda son fauteuil. Je suivais ses instructions pour le positionner correctement. Il allait falloir que j'apprenne assez rapidement à faire fonctionner ce truc. J'étais capable de piloter et réparer un avion de chasse, ce n'était pas ça qui allait me faire non plus.

Je l'aidais à ranger rapidement les restes, ne voulant pas le laisser faire tout le travail. Je me retournais vers lui alors qu'il me proposait d'aller se coucher.

- Oui je...

Je jetais un coup d'oeil à la fameuse marche qui nous séparait du couloir.

- Je vais t'aider à passer ça et après je te laisse te débrouiller après.

J'attrapais son fauteuil pour le coller de dos à la marche. Je me mettais derrière lui pour le hisser en hauteur et franchir le petit obstacle.

- Voilà, promis je te laisse te débrouiller maintenant.

Je lui souris avant d'aller dans la salle de bain me préparer. Je me mettais ensuite en boxer avant de me glisser dans les draps pour l'attendre. Je me forçais à ne pas l'aider alors qu'il arrivait dans la chambre. Je ne devais pas trop l'assister non plus. Je sentais qu'il ne le supporterait pas si j'agissais ainsi. J'attendis qu'il soit à mes côtés pour venir le prendre dans mes bras.

- Bonne nuit...


Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty


Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors strès bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

JE monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

Je glisse mes bras autour de lui en soupirant d’aise. Surtout quand il glisse ses doigts dans mes boucles. Je pourrais rester pendant des heures ainsi sans bouger. généralement à son retour, il était rare que l’on sorte du lit pour autre chose que se doucher ou manger. On avait des mois à rattraper, et je ne me lassais jamais de dormir dans ses bras, ou même de contempler le plafond en silence. Il était parfois arriver que je doive interrompre ses cauchemars et dans ce cas je lui servais d’oreiller vivant. Et je ne le lâchais que quand je le sentais plus détendu. Et entre deux sommeils, j’abusais allègrement de son corps. Ça c’était l’étape inévitable de toute retrouvailles.

Je hoche la tête avant de caresser son visage. « ET si c’est le cas, alors tu honores cette mission mon coeur, d’accord ? Je me débrouillerais comme je le fais déjà. » Je l’embrasse de nouveau, longuement. Je ne voulais pas qu’il fasse quelque chose de regrettable à cause de moi. Et s’il le fallait je n’hésiterais pas une seule seconde à le pousser par la peau des fesses pour qu’il; y aille. Même à user de chantage affectif si j’y suis obligé. Il sait combien je peu me montrer têtu quand je l’ai décidé. Je sais que ça a le don de l’exaspérer quand je suis ainsi, mais il peut aussi l’être, et je n’étais pas du genre à baisser les armes le premier.

Je le laisse m’amener le fauteuil. Je me transfère dedans seul. J’aurais pu lui demander de l’aide, mais j’ai encore ma fierté pour moi, et tout ce que je suis capable de faire seul, et bien je préfère le faire. On fini de ranger et je me retiens de faire dégénérer ce rangement en une bataille. Même si je dois avouer que je suis à la hauteur parfaite pour dévisager son fessier sous toutes les coutures, ce que, d’ailleurs, je ne me suis pas privé pour le faire.

Je le laisse m’aider à monter avant de sourire et de tendre le visage pour lui réclamer un baiser. « Merci mon amour. » je me dirige à la salle de bain avant de me préparer pour la nuit. Ce qui est assez rapide puisque je dors simplement en boxer. Je vais ensuite dans la chambre pour aller m’allonger en l’attendant. Il ne tarde pas à venir dans le lit et à me prendre dans les bras. Je me cale dans ses bras avant de m’endormir.

Quelques jours se passent ainsi, plutôt tranquilles mais surtout terriblement frustrant. Puisqu’il n’ose absolument pas me toucher, et semble même mal à l’aise avec ça. À chaque tentative que j’ai amorcé, ce fût un échec. Et bordel, je suis frustré sexuellement. Surtout qu’il trouvait toujours le moyen de détourner l’attention sur autre chose. Mais ce matin j’avais bien l’intention de prendre le taureau par les cornes et à ne pas le laisser s’échapper cette fois. S’il en doutait il remarquerait très vite que tout fonctionnait à merveille chez moi.



[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2989
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty


Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

Ca m'avait fait tellement de bien de le retrouver cette nuit là. Je me sentais bien, enfin apaisé quand il était dans mes bras. Je m'agitais souvent pendant la nuit, certaines images du travail, de la guerre me revenant pendant mon sommeil. Il avait malheureusement l'habitude de mes réveils nocturnes. D'habitude il arrivait à me changer les idées de le plus agréable des façons. Mais là en ce moment je préférais faire une croix dessus.

Je ne m'étais toujours pas décidé à lui en parler. Je l'évitais. J'évitais ses caresses. Ca ne nous était jamais arrivé de rester abstinent pendant autant de temps. Je savais qu'il allait me le prendre, qu'il allait finir par m'en vouloir. Ou non plutôt qu'il allait se dire que je n'avais pas envie de lui. C'était faux bien entendu. Je mourais d'envie de le prendre dans mes bras, de pouvoir lui faire l'amour pour rattraper tout le temps perdu. Mais je bloquais. J'avais peur de mal faire, peur de lui en parler.

J'avais donc fait comme si de rien n'était pendant ces quelques jours. Je reprenais mes marques chez moi. Ca me faisait toujours étrange de revenir à la réalité, à la vraie vie. Et là en plus je devais m'adapter à lui, à cette nouvelle façon de vivre. Je tentais de mon mieux de l'aider, sans être trop envahissant non plus. Je le laissais faire, restant à l'affût au cas où il aurait eu besoin de mon aide. Je l'avais accompagné chez le kiné. J'avais du surmonter une nouvelle épreuve, celle de l'aider à monter dans la voiture, de charger son fauteuil à l'arrière. Je préférais encore bricoler mon avion que de me faire chier à plier ce truc. J'avais tenté de paraitre optimiste mais j'avais bien vu qu'il ne faisait pas beaucoup de progrès chez le kiné. Ca m'inquiétait mais je voulais quand même continuer d'y croire.

Les jours passaient doucement. Je tentais de garder le moral malgré tout. Je profitais d'une grasse matinée à ses côtés. Je dormais à moitié, mon bras passé en travers de son torse. J'étais dans cet état de somnolence où je n'avais pas encore conscience de tout ce qui se passait autour de moi. J'étais juste dans mon lit, aux côtés de mon homme, oubliant son handicap.

Je me rapprochais de lui, poussant un léger soupir de plaisir alors que je sentais sa main venir réveiller une partie de mon anatomie. Elle ne tarda pas à réagir. J'en avais tellement envie, depuis tellement longtemps et...

J'émergeais pour de bon. Je me reculais rapidement, tombant à moitié du lit tellement je m'éloignais vite de lui.

- Is'... arrête... tu joues à quoi là au juste?



Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty


Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors strès bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

JE monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

J’avais enfin retrouvé ses bras, et la sécurité qu’il m’apportait. Je m’étais endormi rapidement dans ses bras, le tenant fermement contre moi. Je sais que ses premières nuits sont compliquées, et je voulais être là pour lui. même si ce serait bien différents des autres fois, comme toute ma vie en somme. Je l’avais serré plus étroitement contre moi à son premier cauchemar, et on avait parlé longuement de tout et de rien pour évacuer le cauchemar.

Enfin on parlait de tout sauf d’une chose qui prenait de plus en plus de place dans notre vie conjugale. Enfin il refusait d’en parler. Dès que je tentais d’aborder le sujet, il devenait fuyait et changeait habilement de sujet. Il fuyait pratiquement tout contact physique avec moi, sauf ce qui est essentiel, c’est à peine s’il m’embrassait. Au départ j’étais assez sceptique. je pensais que c’était le choc de la découverte. Je me suis dit que d’ici quelques jours on parviendrait à passer au-dessus de ça, ou même qu’il me poserait les questions que tout le monde se pose. J’étais vraiment prêt à lui répondre. Mais, on s’est enfoncé dans ce non-dit. On a laissé trainer les choses. Résultat maintenant il y a un fossé entre nous, et aucun de nous deux tente de le franchir. On cohabitait désormais ensemble et cette situation m’étouffait de plus en plus, résultat je devenais chaque jour un peu plus lunatique, lui lançant des piques ou allant simplement regarder le paysage en demeurant silencieux. J’avais l’impression de le perdre un peu plus chaque jour. Bien sûr il m’avait accompagné à ma séance de kiné, et même s’il ne l’a pas dit, j’ai bien vu sa désillusion dans ses yeux quand il a vu les exercices que l’on me proposait, et la difficulté pour moi de les réaliser. Il avait certainement compris pourquoi parfois je pouvais me montrer aussi résigné.

Mais ce matin, j’avais décidé que c’était trop. Trop de frustration et trop d’attendre. J’allais désamorcer cette bombe, que ça se termine mal ou non. Je ne supporte plus qu’il me fuit sans cesse. C’était blessant, pour moi et pour mon estime qui avait déjà bien dégringolé. Le début avait été prometteur, j’avais cru, l’espace de quelques secondes, qu’il se laisserait persuader.

Mais mon coeur se brise de nouveau en le voyant s’éloigner comme s’il venait de se brûler. Je le regarde, effaré; et blessé. Je secoue la tête. La preuve est on ne peut plus nette. J’attrape la couette pour la remonter jusqu’en-dessous de mon menton, ne supportant soudainement plus de montrer ce corps donc je n’avais aucune honte avant.

Je secoue la tête en le regardant. « Dégage… » je lâche un rire jaune, blessé au plus profond de moi-même. « Je me demande comment j’ai pu me croire un seul instant que je pourrais encore être désirable à tes yeux. » Je le vois s’approcher. « Ne me touche pas ! » Je me recule autant que je peux pour me soustraire à lui. « Sors de cette chambre. » Je détourne le regard à l’opposé de lui. J’avais bien l’intention d’arrêter d’être un poids pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2989
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty


Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

« Dégage… »

Et j'avais merdé encore... Je le voyais à son regard, à la façon qu'il avait de se cacher, de cacher son corps. Je l'avais blessé en me reculant ainsi. J'avais eu ce réflexe con et je lui avais fait du mal. Quand je le disais que j'étais vraiment nul pour parler... on en avait la preuve parfaite là. Je n'avais pas le courage de parler de tout ça avec lui. Je ne savais même pas comment m'y prendre. Alors j'évitais le sujet, je l'évitais lui et au final je le faisais souffrir.

« Je me demande comment j’ai pu me croire un seul instant que je pourrais encore être désirable à tes yeux. »

- Is'...

Je me penchais pour venir prendre sa main dans la mienne. Je voulais le rassurer, lui dire que je le trouvais toujours attirant. C'était tellement dur de lui résister. J'avais envie de lui, tellement envie de lui...

« Ne me touche pas ! »

Je retirais ma main, me reculant alors qu'il essayait de me fuir le plus possible. Je le fixais, de la douleur plein les yeux. J'avais vraiment bien merdé sur ce coup là.

« Sors de cette chambre. »

- Ok... ok je sors...

Je me levais et allais attraper quelques affaires pour enfiler un jogging et un tee shirt.

- Je te laisse Is' mais...

Je m'arrêtais face au lit, essayant de capter son regard. Il continuait à m'ignorer, le visage loin de moi. Tant pis... je dirais ce que j'avais à dire comme ça.

- Je te trouve toujours autant désirable. Je n'ai jamais cessé d'avoir envie à toi, à aucun moment mais... mais je ne sais pas comment je devrais m'y prendre si... si on le faisait. Je ne sais pas ce qui marche encore chez toi, ce qui est comme avant, ce qui a changé... tu le sais, je suis nul pour parler de tout ça. Mais ne crois pas que je n'ai pas envie de toi. C'est faux.

Je le laissais dans son lit, sortant de la chambre sans attendre de réponse. Il voulait être seul et je respectais ça. Je partais dans la cuisine, m'installant pour nous préparer du café. Je ne savais pas s'il allait me rejoindre, ni même quand il le ferait si il se décidait à le faire. Je laissais la cafetière au chaud avant de sortir avec ma tasse pour profiter un peu de la vue. Je m'installais sur les marches devant la maison, ma tasse à la main, et me laissais aller à craquer un peu, à sortir ces larmes que je retenais devant lui.

Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty

[quote="squirowl"]

Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors strès bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

JE monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

Je lui en voulais d’avoir réagi ainsi. J’ai l’impression d’être un pestiféré. Mais je ‘en voulais encore plus. Parce que j’étais incapable de prendre de la distance par rapport à ma situation, et donc de me mettre à sa place pour savoir ce qu’il ressent vraiment. Je me montrais égoïste, je ne pensais qu’à moi. Et même si je tentais de me montrer un peu ouvert à Andy, je gardais beaucoup de chose pour moi. Tout comme lui. Un mur s’érige entre nous, et si on le laisse s’installer entre nous, alors on devra, à un moment ou à un autre, stopper les dégâts avant que l’on ne se fasse du mal de manière irréversible.

Mais pour le moment j’étais non seulement blessé mais également frustré. Je n’étais donc pas prêt à lui tendre la main. Pourtant ça me coûtait, je ne savais plus vraiment ce qu’il voulait. Ni pourquoi il reste. Je ne supporterais vraiment pas s’il le fait par pitié. Je n’ai pas besoin de pitié, j’ai juste besoin. Qu’il m’aime parce que je suis Isma et pas un putain d’handicapé. Ce fauteuil a vraiment gâché ma vie.

Je vois ses traits se figer, et la douleur éclater dans ses yeux. Je soupire, j’ai déjà envie de tout ravalé et de le prendre dans mes bras. En ce moment nous ne sommes bons qu’à nous blesser mutuellement, c’est pathétique. Je me demande où est passé la légèreté de notre relation. Et pourra-t-on rattraper tout ça.

Je croise les bras et évite son regard. J’essuie rageusement les larmes qui coulent. J’ai froid, pourtant il fait toujours aussi chaud dans notre chambre. Il allait d’ailleurs falloir que j’en sorte car j‘ai l’impression de respirer que ton odeur, et en ce moment c’est insupportable.

Je l’écoute en fermant les yeux alors que chacune de ses paroles raisonnent en moi. Comment on peut ne plus s’écouter ainsi ? Comment on peut ne même plus se parler ? Parce que là, le problème c’est surtout ça. On aurait pu en parler bordel et ça ne serait pas arriver à un tel point. Je secoue la tête de dépit et le laisse sortir. Je le haissais d’autant plus parce qu’au pire j’aurais étonné de sa demande, mais surtout je lui aurais répondu, bien sûr. Mais il me prenait avec des pincettes, et tout ce le concernait, il l’oubliait. Je ne supportais plus sa délicatesse, je voulais qu’il m’hurle dessus parce que je faisais quelque chose qui ne lui plaisait pas, parce que je faisais trop mon gamin. Là j’ai l’impression que, quoique je fasse, il ne réagirait pas. Pire, il cache ses problèmes.

Je grimpe dans mon fauteuil, en boxer. Quel con je fais quand même. Je sors dans le salon, grâce à la rampe qu’il avait installé. Je le cherche du regard dans la maison avant d’apercevoir la porte-fenêtre entrouverte. J’avance doucement avant de le voir de dos. Mon coeur se serre, je remarque de suite ses épaules qui tressautent.Je déteste le voir pleurer, c’est une chose qui me fend le coeur. Je sais que j’en suis la raison. Je soupire, un poids s’ajoute à mes épaules, mais celui-là je ne veux le retirer pour rien au monde. Je pousse la porte-fenêtre avant d’aller à ses côtés. Je pose une main sur son épaule. Ma colère avait déjà disparu. Je voulais être là pour lui.

Je le regarde avec attention, caressant sa joue. « Quand est-ce que tu as trouvé que c’était mieux de me cacher ce que tu ressentais ? Et quand est-ce que l’on a trouvé que c’était mieux de ne plus rien se dire, hein ? » Je ferme les yeux et me penche pour poser mon front contre le sien. « Je suis désolé d’avoir réagi ainsi… » j’embrasse son front.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2989
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty


Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

Je l'entendais arriver. J'entendais son fauteuil rouler sur le sol et s'arrêter à côté de moi. Bordel que je détestais ce bruit. Le bruit de ses pieds nus marchant sur notre parquet me manquait, le sentir venir s'asseoir à côté de moi... C'était ce qui aurait du se passer là. Non, même temps, normalement on devrait être dans notre lit entrain de faire l'amour. On aurait du être en train de faire ça quasiment non stop depuis mon retour. J'aurais du le regarder monter Jaïpur là ce moment ma tasse de café à la main et un sourire aux lèvres. Ca n'aurait pas du être ainsi...

« Quand est-ce que tu as trouvé que c’était mieux de me cacher ce que tu ressentais ? Et quand est-ce que l’on a trouvé que c’était mieux de ne plus rien se dire, hein ? »

Depuis que j'étais rentré et que je l'avais trouvé dans ce fauteuil. La réponse était simple, évidente. Ce n'était pas pour autant que je devais la dire. Elle nous ferait trop de mal, même plus à lui qu'à moi.

Je soupirais en le sentant se pencher pour venir coller son front contre le mien.

« Je suis désolé d’avoir réagi ainsi… »

Je secouais doucement la tête.

- Non c'est moi... je n'aurais pas du... mais je ne sais pas comment m'y prendre.

Je me reculais, me dégageant doucement de son étreinte. J'évitais son regard à nouveau, fixant les montagnes que l'on apercevait au loin.

- Ce n'est pas mieux c'est juste que... je ne sais pas vraiment comment faire pour...

Pour lui faire l'amour à nouveau. Ca ne voulait pas sortir. Ca restait beaucoup trop difficile pour moi d'en parler. Je tentais de me confier à lui, mais les mots avaient vraiment du mal à sortir.

- Je ne veux pas te faire davantage de mal. Je sais bien que la situation est difficile pour toi alors... je ne veux pas en rajouter une couche. Je veux te soutenir, pas t'apporter encore plus de soucis.

C'était ce que j'étais sensé faire après tout. Je devais être là pour lui. C'était lui qui avait besoin de moi là. Je n'avais pas à craquer, surtout pas devant lui. Je n'avais pas à lui prendre la tête avec mes soucis à la con. Je devais être là pour l'aider à surmonter les siens, pas lui en rajouter.


Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 718
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty


Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors strès bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement amoureux et je le vis plutôt bien.

JE monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

JJe ne pouvais jamais rester en colère contre lui plus de quelques minutes. Mais généralement, après une dispute c'est au lit que l'on se réconcilie. Mais là, même au lit il me fuit. Alors j’allais devoir jouer la confrontation. Parce qu’il est hors de question que je le laisse partir sans avoir tout essayé. Je voulais recoller les morceaux. Je ne voulais pas que le fauteuil brise notre couple. Parce que c’est ce qui est en train de se passer. Je le regarde tristement, il souffrait autant que moi. Mais on ne parlait plus. C’est comme si on était deux étrangers dans la même maison.

Je pose deux questions dont la réponse est évidente, mais j’espère qu’il va me répondre. Je veux que l’on parle c’est tout. Je ne supporte plus ce silence entre nous. Va-t-il combler cette distance entre nus, acceptera-t-il de me laisser entrer dans sa vie ? Je veux qu’il me dise qu’il y a au moins une chance que l’on puisse passer au-delà de tout ça. Je ne supporterais pas de le perdre. Mais je supporterais encore moins d’être un inconnu pour lui.

Je ferme les yeux, j’adorais le toucher, vraiment. Je dépose un baiser sur son front. Je soupire doucement, l’écoutant silencieusement. Je referme mes doigts dans le vide. Il me fuit encore. « Arrête de me fuir…s’il-te-plaît… » je baisse les yeux en prenant une profonde inspiration. « tu sais moi non plus… je ne sais pas. Mon médecin m’a dit qu’il n’y a pas de raisons, mais il ne sait pas vraiment ce qui peut se passer… » Je maltraite mes mains tellement je suis nerveux. « mais je ne supporte plus cette distance entre nous. Tu fuis dès que je te touche, tu ne m’embrasses plus. » Je soupire. « Tu ne me parles même plus. Tu te fermes de plus en plus.. » Je le regarde franchement cette fois-ci. « Bordel Andy ça se voit sur ton visage. Moins tu me parles et plus je m’inquiète, justement. Tu pleures quand j’ai le dos tourné, ne crois pas que je ne le vois pas. Et ça me brise le coeur. Parce que j’ai l’impression que l’on va à notre perte. » Je serre les poings « Je t’aime trop pour te laisser partir mais pas si on devient deux étrangers Andy. » Je tends ma main vers sa joue. « Et, pour notre problème… Je serais là quand tu te sentiras prêt… Parce que je brûle d’envie pour toi. Je ne cesserais jamais de te désirer… je veux juste savoir s’il y a de l’espoir pour… que tu surpasses tout ça… » Je montre le fauteuil de ma main.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2989
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty


Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ kane

« Arrête de me fuir…s’il-te-plaît… »

Je soupirais en le voyant comme ça. Oui.. je fuyais sans même m'en rendre compte. J'étais tellement mal, tellement gêné par la situation que je ne savais pas comment réagir. Au final je réagissais mal. Je le fuyais. Et c'était encore pire que si je le mettais mal à l'aise en lui demandant directement ce qui marchait ou pas encore chez lui.

« tu sais moi non plus… je ne sais pas. Mon médecin m’a dit qu’il n’y a pas de raisons, mais il ne sait pas vraiment ce qui peut se passer… »

Et probablement que personne ne pouvait savoir ce qui se passerait exactement, tant qu'on aurait pas essayé. Il fallait que je me décide, que j'arrête de fuir le problème.

« mais je ne supporte plus cette distance entre nous. Tu fuis dès que je te touche, tu ne m’embrasses plus. Tu ne me parles même plus. Tu te fermes de plus en plus.. »

Je me sentais encore plus mal à ses paroles, me ratatinant sur place alors qu'il venait me fixer à nouveau.

« Bordel Andy ça se voit sur ton visage. Moins tu me parles et plus je m’inquiète, justement. Tu pleures quand j’ai le dos tourné, ne crois pas que je ne le vois pas. Et ça me brise le coeur. Parce que j’ai l’impression que l’on va à notre perte. Je t’aime trop pour te laisser partir mais pas si on devient deux étrangers Andy. »

Je le regardais un instant choqué. C'était la dernière chose que je voulais, le voir partir, qu'on devienne des étrangers. Je l'aimais trop pour qu'il disparaisse de ma vie comme ça. J'avais toujours des projets pour nous deux. Je voulais qu'on se marie un jour. Je voulais nous voir traverser cette épreuve et en sortir encore plus fort que jamais. Je ne savais pas encore comment m'y prendre mais je ferais tout pour.

« Et, pour notre problème… Je serais là quand tu te sentiras prêt… Parce que je brûle d’envie pour toi. Je ne cesserais jamais de te désirer… je veux juste savoir s’il y a de l’espoir pour… que tu surpasses tout ça… »

Je me redressais pour me mettre face à lui alors qu'il montrait son fauteuil de la main. Je posais un instant mes mains sur ses genoux avant de les retirer pour les poser sur son visage, pour le prendre entre mes mains.

- Je n'ai aucun problème avec ça. Ca ne me bloque pas. Ca ne me donne pas moins envie de toi, pas du tout. Ce que j'ai peur c'est de mal faire avec toi. C'est de te mettre mal à l'aise.

Je soupirais doucement.

- Je suis désolé... je m'y prends tellement mal avec toi, alors que je veux bien faire.

Je me penchais pour venir l'embrasser.

- On va s'occuper de notre problème et tout de suite même.

Pourquoi attendre encore? Il en avait envie, je l'avais bien vu tout à l'heure. J'en avais envie moi aussi. Il était temps qu'on surmonte tout ça, qu'on se retrouve au lit tous les deux. Ca ne réparerait pas tout entre nous mais ça serait déjà un premier pas pour nous.

Je venais passer mes bras autour de lui pour le serrer dans mes bras. Je le portais doucement dans la chambre. Il avait toujours été assez léger, normal pour un cavalier. Je l'avais toujours porté facilement et je m'étais souvent amusé à le faire.

Je l'amenais comme ça dans la chambre avant de le déposer dans le lit. Je venais me mettre sur lui, l'embrassant amoureusement.

- Si jamais je te fais mal, si ça ne va pas, si tu ne sens rien ou quoi... tu me le dis d'accord?




Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I can't forgive you [squirowl] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I can't forgive you [squirowl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 19Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11 ... 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: