Le Deal du moment :
Smartphone Samsung Galaxy Note 10 Lite en promotion
Voir le deal
349.99 €

Partagez
 
 
 

 I can't forgive you [squirowl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

[quote="squirowl"]
KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
Comment j’aurais pu rester calme devant l’horreur qui se joue devant mes yeux. Comment j’irais pu ne pas réagir alors que j’ai l’impression que c’est la silhouette de mon homme sur ce brancard. J’ai l’impression que quelqu’un est en train de m’arracher le coeur à main nue. Je ne peux pas vivre sans lui. S’il n’est plus là, ça ne sert à rien que je reste sur cette terre. C’est probablement un peu trop extrême pour tout le monde, mais ce n’est que la stricte vérité.

J’avais mis quelques secondes avant de me rendre compte que j’avais changé de bras et de torse. Que cette odeur était plus que familière. Que j’tais dans ses bras et donc que ce n’était pas lui sur ce fameux brancard. J’ai d’un seul coup l’impression de revivre. C’est violent comme sentiment. Alors oui je sanglote comme un gamin, mais c’est de peur et de joie mêlée. Je glisse mes bras autour de lui comme si ma vie en dépendait. Je cherche ses lèvres avec envie. J’avais besoin de m’en rassurer, de le sentir bien vivant contre moi. Je me raccroche à lui, heureusement qu’il me soutient car je ne suis pas certain de rester debout sinon.

J’ai bien du mal à parler correctement. À aligner plus de trois mots sans bégayer. J’avais tellement du mal à y croire. Je retrouve avec plaisir ses lèvres auxquelles je m’abandonne en faisant fi des regards braqués sur nous. J’étais dans notre bulle, je l’embrassais à en perdre mon souffle. Je glisse mes bras autour de son cou. Je me colle contre lui en frissonnant en sentant ses mains dans mon dos. Six mois, c’était beaucoup trop long. Ma langue cherche la sienne avec envie. D’habitude ce genre de retrouvailles se passe chez nous, à l’abri des regards. Je ne me rendais même pas compte que mes larmes continuaient de couler. Je frissonne et ferme les yeux en sentant sa main sur mon visage, que ca faisait du bien de retrouver sa peau, de le savoir là, enfin avec moi. Je hoche simplement la tête. Je sais que maintenant tout ça est fini. Qu’il étai!t enfin rentré pour de bon.

Je le serre dans mes bras, calant ma tête contre son épaule. J’avais encore du mal à réaliser que maintenant on serait un couple normal, comme les autres. On allait devoir apprendre à vivre ensemble tous les jours maintenant. Nous n’aurions plus besoin de courir après tous les moments de bonheur avant qu’il ne reparte loin de moi. Maintenant je n’ai plus à craindre un départ inopiné, il allait enfin rester avec moi et on pourra enfin se marier. J’avais vraiment hâte de penser à l’avenir de notre couple, de ne pas nous empêcher de faire des projets parce sue l’on ne sait pas quand est-ce qu’il peut partir. On allait enfin pouvoir voyager à notre guise et où l’on veut. Je souris à ses mots en haussant les épaules. J’appuie mon visage sur ses mains, je profite de sentir sa peau tout contre la mienne. « je crois que je préfère quand même la première option. » je lui souris avant de me reculer, sinon on ne pourra jamais bouger tous les deux. J’attrape sa main et je croise nos doigts ensemble, il était hors de question que je le lâche maintenant qu’il est rentré et que l’on vient de se retrouver. Surtout après la frayeur que j’ai eu. Je tente de lui prendre son sac, mais il ne me laisse pas le choix. Je bougonne pour la forme. Je suis bien trop heureux de le voir en pleine forme que je ne me montre même pas têtu. On arrive vers le brancard, et j’ai mon coeur qui tressaute à tout ce que j’ai ressenti quand il est sorti. c’était probablement égoïste, mais je suis sincèrement soulagé que ce n’est pas mon homme sur ce brancard.

Je me colle contre mon homme. Certes il y a l’air d’avoir sa petite-amie à ses côtés, mais s’il n’avait pas été aussi idiot, j’aurais franchement été jaloux. Je souris en hochant la tête. « Je ne compte plus le lâcher, il en aura marre de moi bien avant. »

Je caresse doucement son dos tout en les laissant discuter. Parfois les drames peuvent rapprocher les gens. Je sais, par ce que m’a raconté Andy que ca va ?’était plutôt explosif entre les deux.

Je soupire doucement en reprenant le chemin du taxi qui nous attendait. Je le laisse déposer son sac dans le coffre. Je grime à l’arrière en l’attendant. Je me glisse dans ses bras dès qu’il est installé. Je dépose un baiser dans son cou avant de sourire. J’avais deviné que c’était son colloc, mais j’étais curieux de savoir comment ils en sont arrivé à s’apprécier. Parce que j’avais lu tout le contraire dans les lettres qu’il m’envoyait. Je me cale dans ses bras, caressant doucement sa jambe blessée.

Je refuse d’imaginer que ses soucis auraient pu lui coûter la vie. Je refuse de penser que lui aussi pu rentrer sur un brancard, j’avais eu bien assez de la frayeur que je m’étais fait tout seul comme un grand. Je souris doucement. « comme quoi les cons peuvent changer et se révéler des gens bien. » je soupire en sentant ses lèvres sur mon front. « que tes lèvres m’ont manqué. Ton parfum, ta peau. C’est pire qu’une drogue… » je soupire doucement en me calant tout contre lui.

« Ce miracle. Il n’en est pas vraiment un. » Je me tourne vers lui pour poser ma main sur sa joue. «  C’est toi sui a permis ça. »

Je le vois froncer les sourcils, je me redresse. « Pendant ma semaine à l’hôpital, j’ai vu une psychologue. Personne n’avait vraiment compris pourquoi d’un seul coup je me suis mis à ressentir des picotements. Comme ça, sans prévenir. C’était un peu après ton départ, pendant ma séance de kiné, il m’avait posé des électrodes pour envoyer des ondes électriques, pour voir si ça répondait. T’en as déjà vu. Mais là, cette fois ça a marché. » Je secoue la tête, j’avais encore du mal à y croire. « Il m’a envoyé faire des examens plus poussé, et il s’est révélé que tout redevenait comme avant, doucement mais sûrement. Ils n’ont toujours pas pu expliquer pourquoi je ne ressentais plus rien. » je soupire. « Alors quand j’ai passé ma semaine à l’hôpital, ils m’ont proposer cette psy. Je t’avoue que je ne t’en ai pas plus parler que ça, parce que c’est encore assez incroyable, et mettre des mots par écrit dessus c’était compliqué. Je ne voyais que te l’expliquer maintenant. »

Je soupire en m’écartant de lui pour raconter ce qui me chamboulait. « ce qui en est sorti, c’est que ma paralysie était dru à un blocage psychologique. C’est comme si mon cerveau avait empêché mes jambes de fonctionner, elle dit que c’est probablement dû au traumatisme de la chute. » JE soupire. « Pour la suite, quand tu es revenu, que rien n’a fonctionné pour la rééducation. Elle dit que ce blocage a continué parce que je me sentais coupable de te faire subir cela. Que pense qu’elle avait raison. Que je me punissais moi-même de te faire souffrir. » Je serre sa main. La preuve, maintenant que tout va plus que bien entre nous, elles fonctionnent à merveille. »

Je souris doucement. Je ne veux pas non plus qu’il pense avoir un minimum de responsabilités dedans. Au contraire il a été celui qui m’a permis de me retrouver entier. Celui qui m’a aidé à me raccroché.

 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfère attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows

Je n'arrivais pas à y croire. Il remarchait. J'en avais un peu le tournis. Je ne m'étais pas attendu à avoir une telle surprise en revenant. On allait vraiment pouvoir avoir une vie normale désormais, comme ce qu'on avait prévu depuis le début. J'avais hâte même si ça pouvait être un peu effrayant. On s'était habitué à ce rythme un peu décousu. On ne se voyait pas pendant des mois. Il avait pris l'habitude de faire sa vie seul sans moi. Puis on se retrouvait et c'était un vrai feu d'artifice pendant plusieurs semaines. On tentait toujours de rattraper le temps qu'on avait passé loin l'un sans l'autre. Puis avant que cette phase de lune de miel ne soit terminée, je devais repartir. Mais cette fois cis, quand la période où passait notre temps l'un sur l'autre serait terminé, je serais toujours là. On allait devoir apprendre à vivre selon un nouveau rythme. Je serais là en permanence. Je partirais toute la journée et je rentrerais tous les soirs. Ca serait un changement assez énorme mais je savais qu'on y arriverait. Je l'aimais. Je l'aimais vraiment comme un fou. C'était l'homme de ma vie et je le savais. Et je pouvais enfin vivre avec lui.

« comme quoi les cons peuvent changer et se révéler des gens bien. que tes lèvres m’ont manqué. Ton parfum, ta peau. C’est pire qu’une drogue… »

Je souris en le serrant contre moi. Il me tardait déjà de pouvoir rentrer chez nous. Je n'étais pas vraiment certain de réussir à arriver jusqu'à la chambre. Six mois ça avait vraiment été long. S'il avait encore été dans son fauteuil je l'aurais surement ménagé et j'aurais attendu d'y arriver. Mais ce n'était plus le cas. Il avait l'air de se débrouiller à merveille.

« Ce miracle. Il n’en est pas vraiment un. C’est toi sui a permis ça. »

Je fronçais les sourcils, ne comprenant pas trop où il voulait en venir. Mais je le laissais parler. Je voulais comprendre ce qui s'était passé, comment il avait réussi cet exploit. Je le laissais aller au bout de ses explications avant de venir l'embrasser tendrement.

- Je pense que tu ne te le dois qu'à toi même. Peu importe où tu as trouvé la force de te battre et de remonter la pente, de sortir de ton fauteuil. C'est toi seul qui l'a fait. Et je suis tellement fier de toi.

Je ne dis pas, j'aurais aimé pouvoir être à ses côtés et l'aider à traverser tout ça. Mais est ce qu'il aurait réussi à le faire dans ces conditions là? Qu'est ce qui au juste avait été le déclencheur de sa récupération? Est ce que ce n'était pas le fait que je parte pour la dernière fois? Le principal c'était qu'il était là, qu'on allait bien tous les deux.

J'avais encore tellement de questions mais je préférais les garder pour l'instant. Le taxi venait d'arriver devant notre petite maison. Je payais le chauffeur avant de descendre pour récupérer mon sac. Je suivis Is, allant dans la maison avec lui. Une fois entré je laissais rapidement tomber mon sac au sol avant de venir l'embrasser avec passion.

- On avait dit deux semaines non?




Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
Il savait combien j’en rêvais de remarcher. C’est quand on part une chose essentielle que l’on se rend compte combien c’est important. Il ne m’avait jamais avoué, mais je voyais bien comment parfois la situation lui pesait. Parfois j’aurais aimé qu’il ne soit plus là pour ne pas avoir à ce qu’il supporte le poids de mon handicap. Alors maintenant qu’il était avec moi pour le restant de sa vie, il était hors de question que l’on soit avec ce poids dans notre relation. Alors quand j’ai commencé à sentir de nouveau mes jambes, je me suis senti soulagé. On allait enfin pouvoir reprendre une vie totalement normale. On allait apprendre à vivre ensemble au quotidien, sans faire de notre vie un rêve éveillé, on allait devoir supporter la vie de tous les jours ensemble. Mais j’avais vraiment confiance en nous. C’était l’homme de ma vie, il n’y a pas de raison que ça foire entre nous. En tout cas je ne laisserais jamais personne s’immiscer entre nous, ni gâcher le bonheur que j’ai avec lui. J’allais devoir me méfier des autres maintenant. Quand il revenait de mission, on s’enfermait dans notre bulle et le monde extérieur n’existait plus entre nous.

Je me cale dans ses bras en soupirant. Je ne décollais pas d’un millimètre son corps, j’avais trop besoin de sa proximité là. Six mois loin de lui, et j’avais chaque fois l’impression de mourir. Je sentais ses doigts dans mon dos, je frissonnais en sentant ses caresses. Je cale mon front dans son cou, entendant son coeur battre. Je ferme les yeux pour écouter ce son tellement apaisant. Six mois que je n’avais pas entendu ce son. Je glisse ma main sous sa chemise, que j’ai tiré pour avoir accès à sa peau. Bon sang qu’il m’avait manqué.

Il me demande comment ça se fait que je remarche. C’est vrai que ça tient presque du miracle, mais je suis intimement persuadé que c’est grâce à lui que j’ai pu garder espoir. J’ai retrouvé cet envie de me battre contre le destin à son retour. Alors il ne peu pas nier qu’il a jouer une part importante dans ce miracle. Je prolonge tout aussi tendrement son baiser.

Je secoue la tête en écoutant ses mots. Il ne peut pas réduire son implication à rien. S’il n’avait pas été là, je ne sais pas où je serais aujourd’hui. « Non, si tu n’avais pas été là, peut-être qu’aujourd’hui je ne serais plus là. Je ne me serais pas battu sans toi. »

Peut-être que ça aurait été différent s’il aurait été là. Mais ça je ne peux pas le savoir. J’aurais aimé voir ses yeux pétiller quand je me suis levé de ce fichu fauteuil. Mais je voyais cette surprise dans ses yeux aujourd’hui et ça me satisfaisait complètement. Après tout on pouvait désormais profiter de tout le temps devant nous.

Le taxi ralentit et finit par s’arrêter. On était enfin chez nous. Je grogne quand il règle le chauffeur, j’aurais pu le faire. Je descend ensuite pour le rejoindre. J’ouvre la porte de notre maison avant de me retrouver coller contre le mur du couloir de l’entrée. J’en lâche les clés à terre avant de passer mes bras autour de son cou pour répondre tout aussi passionnément à son baiser. Je me colle à lui alors que mes mains palpaient avec envie son corps. Enfin je pouvais sentir son corps contre le mien.

 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfère attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows




Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfère attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows

Je me laissais complètement aller sous ses caresses et ses baisers. C'était si bon de le retrouver ainsi... Je ne me lassais pas de lui, de son corps. J'en voulais plus, toujours plus, m'oublier et tout oublier sous ses baisers.

On y passa bien toute l'après midi. Je perdais le compte du nombre de fois où on le fit cet après midi là. Beaucoup trop ou pas assez, ça dépendait du point de vue. Je me retrouvais finalement à bout de souffle, allongé sur notre lit, mon amour dans mes bras. J'embrassais rapidement son front avant de me lever pour aller commander des pizzas.

- On prend la même chose que d'habitude? Je ne sais pas toi mais je n'ai aucune envie de quitter ce lit pour aller cuisiner. Déjà devoir sortir quelques minutes pour les commander et de nouveaux plusieurs minutes pour aller les récupérer c'est beaucoup trop.

Je lui souris avant de commander rapidement les pizzas puis je le rejoignis dans le lit, le prenant à nouveau dans mes bras. J'embrassais doucement son front puis ses lèvres. Je le gardais un petit peu contre moi, profitant d'un moment de calme. J'avais encore des questions à lui poser, des choses dont je voulais parler. Alors je voulais profiter de cette pause en attendant le repas pour le faire.

- Tu vas recommencer à monter alors? Tu vas récupérer tes chevaux?

C'était une des choses qui m'avait fait le plus de mal à lire, savoir qu'ils n'étaient plus là. Je m'étais habitué à les avoir avec nous, à ce qu'ils fassent parti de la maison. Je préférais ne pas affronter encore le moment où je devrais regarder dehors et où je verrais qu'ils n'étaient plus là. Je ne voulais pas y penser pour le moment, pas alors que je l'avais retrouvé.

- Tu m'as redonné espoir. Je me dis que maintenant tout est possible. Tu remarches. Tu vas remonter à cheval. J'ai hâte de te voir reprendre les compétitions. Je pourrais venir te voir plus régulièrement. On va pouvoir organiser notre mariage. Et acheter aussi ce chien dont on parlait.

Je souris doucement alors que j'embrassais à nouveau son front. L'avenir me semblait rempli de belles choses pour nous. J'avais quelques mois de répit avant de commencer mon nouveau travail. Largement de quoi récupérer de ces six mois difficiles loin de lui.


Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

Je glisse mes mains sur son corps, me concentrant exclusivement sur son plaisir à lui. Je soupire quand je sentais ses mains se crisper sur mon corps. J’aimais le sentir aussi fébrile, aussi soumis à mes caresses.

J’avais perdu le sens des réalités, tout ce qui comptait c’était qu’il se perde en moi encore et encore. Je ne sais même pas quelle heure il est quand il me prend dans ses bras alors que je suis à peine capable de respirer. Je m’échoue contre son torse, caressant son torse. Je souris alors que je ferme à moitié les yeux. Je ne voulais pas me détacher de son corps, alors je grogne de mécontentement quand il se lève. Je hoche la tête en roulant sur le dos pour le regarder se lever complètement nu pour aller commander les pizzas. Je mordille ma lèvre inférieure alors qu’il revient vers moi.

Je lui ouvre mes bras alors qu’il se réinstalle dans le lit avant de reprendre ma position contre son torse. Je dessine avec mes doigts des dessins abstraits sur son torse. Je ferme les yeux alors que ses lèvres se posent sur les miennes. Je bouge pour me coller encore plus contre lui. Je caresse ses bras en le regardant amoureusement. Il m’avait horriblement manqué pendant ses six mois.

Je lui souris en m’installant sur lui de manière à pouvoir le regarder. Je pose mes mains sur son torse avant d’y poser mon menton. « Je remonte un peu sur Memphis. Mais il ne faut pas que je fasse trop d’effort en plus de ma rééducation, qui est assez fatigante en plus. Puis j’ai quand même beaucoup de travail avant de retrouver mon niveau. Pour le moment Jaï et Alba restent chez dan. Mais on travaille beaucoup ensemble. »

Je dépose un baiser sur son torse. « D’ailleurs, on pense avec Dan s’associer ensemble. Monter notre propre écurie à tous les deux. Je lui ai proposé d’installer ses cheveux ici, on a largement la place et on partagerait les frais. Puis, on voudrait monter notre propre centre. Il s’occuperait plus des enfants, tandis que je voudrais proposer des cours adaptés. Ce qui veut dire que je vais devoir repasser un diplôme pour devenir moniteur. On envisage ça en plus de notre carrière sportive bien entendu. Mais j’ai le temps de bûcher avant de retrouver mon niveau. C’est dan qui me coache. » Dan a toujours été là pour me supporter, il était celui avec qui je partageais 100% de ma passion, alors ce projet, c’était qu’avec lui que je voyais le réaliser. J’espère juste que ça ne dérangera pas Andy. En même temps, je me retrouvais avec ma nature enjôleuse, toujours en train de faire des projets à tout-va. Dan saurait me canaliser, Andy aussi, mais je sais comment le faire craquer.

Je souris à ses mots, touché en plein coeur. Je vais l’embrasser longuement, car aucun mot n’est assez fort pour qualifier ce que je ressens là avec ses mots. Il est l’homme parfait. Je pose mes mains sur son visage, caressant ses joues. Je me redresse avec un sourire taquin. Je le sentais tout autant prêt que moi pour un nouveau round. Je me redresse avant de glisser une main derrière moi pour m’empaler sur lui avec un soupir de bien-être. Je grogne avant de m’asseoir complètement sur lui. Je pose mes mains sur son torse. « Laisse-moi te montrer combien tes mots me touchent.. » Je soupire avant de l’emmener au paradis… et moi aussi.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 37 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfère attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ blossom

Les mois avaient filés sans que je les vois passer. Mes cheveux avaient recommencés à pousser et cette fois je n'y avais pas touché. J'avais gardé une petite barbe aussi que je taillais régulièrement. Je devais bientôt prendre mon poste à la base, je commençais deux semaines plus tard, alors je voulais être un minimum soigné.

Quatre mois avaient donc filés sans que je les vois passer. On avait battu notre record avec Is', dix sept jours sans réussir à quitter plus de quelques minutes notre lit. Il fallait dire qu'on avait pas mal de choses à fêter. La fin de mes missions à l'étranger, mon nouveau poste à la base, nos retrouvailles, le fait qu'il marchait à nouveau... Il nous avait fallu tout ce temps avant qu'on ne se décide à être raisonnable et à reprendre une vie normale.

Il avait continué ses séances de kiné, avec moi à ses côtés désormais. Je l'accompagnais à chaque instant, le soutenant dans ses séances. J'étais là aussi quand il montait Memphis, l'encourageant du mieux que je pouvais et l'aidant à récupérer. Et il n'arrêtait pas de progresser. Je ne pouvais pas être plus fier de lui.

Et nous en étions là, prêt à nous mettre en route pour son premier concours depuis son accident. Je cachais du mieux mon stress. J'étais inquiet pour lui mais je lui faisais confiance. Tout allait bien se passer. Il allait gagner ce concours. Le niveau serait beaucoup moins élevé que dans ceux qu'il avait l'habitude de faire. C'était une petite reprise en douceur. Il monterait sur Memphis et non sur Jai comme il le faisait avant. Ca me tranquillisait un peu plus, Memphis serait plus calme que Jai.

Je me levais ce matin là et allais me servir un café. Maïko s'avança vers moi, sautant partout surexcité. Ca aussi c'était nouveau. On avait adopté trois mois auparavant cette adorable boule de poil, qui était déjà devenu un gros loup plein de poils. Je le caressais en souriant avant de lui ouvrir la porte pour qu'il aille courir dehors. Je rejoignis mon amour, passant un bras autour de sa taille avant de l'embrasser.

- Salut toi. Alors... vous êtes prêts avec Memphis?

Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
squirowl
squirowl
MESSAGES : 728
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories

Ces derniers mois, je n’ai toujours redescendu pas de mon nuage de bonheur. On était resté plus de quinze jours dans la chambre, sortant jamais plus d’une heure et jamais l’un sans l’autre. Je n’avais pas été repu au bout de ces dix sept jours, mais je m’étais résolu à retrouver une vie sociale normale, même si je serais bien resté enfermé dans notre bulle sans l’éclater.

J’avais repris mes séances de kiné, et je recommençais à monter une à deux fois par semaine. Mais Andy ne me quittait pas. Il avait encore du temps avant de prendre son nouveau poste. J’étais heureux de l’avoir constamment avec moi. Il me donnait la force de me surpasser, de faire encore plus que le jour précédent. J’étais heureux de le voir aussi fier. Je sais qu’il a raté encore un grand changement dans ma vie mais maintenant il était là et je partageais absolument tout avec lui.

J’avais aussi avancer dans mon projet de centre en commun avec Dan. On se voyait régulièrement pour faire tout ce qui est administratif. Le projet se’ ferait déjà ici car je suis propriétaire du terrain, ça lui permettrait aussi d’installer ses chevaux de compétitions sans payer un coup exorbitant de pension. Ce n’est pas la place qui manque ici. Et bon, notre écurie de compétition sera certainement sur pied dans au moins un an si ce n’est plus.

Mais avant ça il faudrait que je retrouve mon niveau en compétition, et pour ça il fallait bien que je remette le pied à l’étrier. Bien sur avant cette compétition, j’avais passé un panel d’examens avant que le médecin ne donne son accord pour la reprise. J’avais stressé comme pas possible, de peur de me voir assigner un refus. Mais, tout allait parfaitement bien alors il n’y a pas de contre-indication. J’avais donc ensuite mi!s les bouchées doubles pour rattraper le retard que j’ai pris. Je m‘étais inscrit il y a quelques jours à un concours dans la ville voisine, et j’avais décidé de concourir avec Memphis, pour lui ce serait d’une facilité déconcertante.

Mais le stress grimpait ce latin-là. C’était toujours le cas le matin des concours, j’étais debout à 5h pour aller préparer les affaires, et Memphis. Dan arriverait vers 7h pour le camion. Je me retrouve ainsi à 7h30 dans la maison, habillé d’un pantalon d’équitation blanc et chemise immaculé. Je sens les bras de mon homme autour de moi. Je me retourne pour l’embrasser. « Ca va… Lui certainement plus que moi. »

J’étais un peu taiseux, stressé pour cette reprise. Mais il était là.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3019
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 37 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfère attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ blossom

Je le serrais dans mes bras, pour le rassurer. Je savais qu'il stressait. C'était toujours comme ça avant chaque compétition mais là c'était particulier. C'était la première qu'il refaisait depuis des mois. La dernière, ça avait été... particulier. Il était tombé pour ne plus pouvoir se lever seul. Il y avait tout ces souvenirs auxquels il devait penser, je ne pouvais pas le nier. Alors je le serrais contre moi, embrassant doucement son front.

« Ca va… Lui certainement plus que moi. »

Je ris légèrement, le gardant contre moi.

- Lui c'est un cheval. Il ne sait pas ce qui va se passer. Et il a l'habitude. Cette compétition ça va être un jeu d'enfant pour lui. Il va voler par dessus tous les obstacles.

Je le tournais légèrement pour qu'il vienne me faire face. Je lui souriais, l'embrassant tendrement. Je voulais qu'il sente que j'étais là pour lui, que je le soutiendrais à chaque instant.

- J'avais oublié que tu étais terriblement sexy dans cette tenue... heureusement que le camion arrive, je t'aurais sauté dessus sinon.

Un dernier baiser et je quittais la maison avec lui. Je saluais son ami avant de les aider à faire monter Memphis dans le camion. On y arriva sans trop d'efforts, le cheval était habitué à tout ça, ce n'était que routine pour lui. Je montais dans notre voiture avant de partir en direction du concours. Je lui souriais tendrement, ma main allant par moment caresser sa cuisse pour qu'il se détende.

C'était une véritable victoire pour moi qu'on en soit là tous les deux, en route pour un nouveau concours. Quand j'étais revenu la dernière fois j'avais cru que plus jamais il ne pourrait remarcher. Et moins d'un an plus tard nous en étions là, en route pour de nouveaux concours.

- Au fait, j'ai regardé un peu plus les locations de chapiteau pendant que tu t'entrainais hier. Il faudra que je te montre j'en ai trouvé un avec des prix raisonnables mais qui fait vraiment de très beaux modèles. Si tu es toujours d'accord pour qu'on fasse ça sur notre propriété. On peut toujours changer d'avis et essayer de louer une salle. Après j'aime bien l'idée de faire ça chez nous, avec les chevaux pas loin..


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I can't forgive you [squirowl] - Page 19 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I can't forgive you [squirowl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 19 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: