Partagez
 
 
 

 I can't forgive you [squirowl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 666
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
Je souris comme un idiot, de ces rares (ou pas) sourire qui vont jusqu’aux oreilles. Je l’avais mené en bâteau, juste pour le voir sourire en retour. Il avait beau dire le contraire, je sais qu’il appréciait quand je le faisais tourner en bourrique. Je voulais aussi mettre toute les chances de mon côté pour qu’il apprécie cette journée. Je sais que j’en avais fait peut-être un peu trop des tonnes, mais il avait fini par apprécier tout ce que j’ai organisé pour lui. Et moi j’avais été sur un petit nuage jusqu’à arriver à ce barbecue, qui était le clou de cette journée. Enfin l’après-midi et la soirée était totalement libre.

Je commence à couper ma viande tout en soliloquant sur le mariage. Ces derniers jours je ne pouvais cesser d’y penser, au mariage. Certainement parce que je savais que c’était sa dernière mission avant son retour définitif. Alors je pouvais commencer à monter des projets sur le long terme. Alors oui j’avais envie de tout partager avec lui, de faire des plans sur la comète. Mais je ne le sens pas aussi emballé que moi à cette idée. Je n’avais pas l’intention de tout préparer seul sans lui, mais j’avais besoin de me projeter. Mais je ne le lui fais pas remarquer, je ne veux pas lui mettre la pression. Alors je préfère lui Parker de mes projets pour les mois à venir. Je ne suis pas certain de sa réaction, la dernière fois que l’on a parlé franchement de ce sujet ça s’était plutôt mal terminé. Et je n’avais absolument pas envie que ça recommence. Ça avait été horrifique, tout simplement. Je lui souris simplement en réponse et je hoche la tête. J’allais remonter, même si ce n’était pas sur mes montures. Mais ça devait encore se mettre en place.

Je souris en hochant la tête à ses mots, je l’attendrais, de toute manière pendant tout le temps de son absence, je n’aurais pas le coeur à la fête. Il n’aurait pas besoin de s’inquiéter que je fasse des choses en son absence, et il le savait. Le temps serait mis en pause pendant sa mission. Mais au moins, je voulais juste savoir s’il était d’accord ou non. « Je ne bouge pas de toute manière. Je serais bien incapable de fomenter un projet en ton absence. » Je sais bien que je suis bien trop dépendant de lui, encore plus aujourd’hui.

La suite du week-end se passa comme un éclair. On avait eu encore de bon moment. Mais il s’était terminé vite, bien trop vite. Et la fin du week-end, ça sonnait le début du compte à rebours avant son départ.

Comme promis, j’avais passé toute la semaine à ses côtés. On avait passé beaucoup de temps à la maison, à faire l’amour dans toutes les pièces, enfin celles où on pouvait. J’avais fait partir Jaipur et Alba chez Dan, j’étais confiant pour eux. Puis on avait aussi fait d’autre chose, profitant de soirées en amoureux. C’était comme ça jusqu’à son départ, que j’avais ignoré jusque là.

Mais voilà, le moment fatidique était finalement arrivé. Je n’avais pas réussi à dormir. Alors je m’étais levé aux aurores. Je l’avais laissé préparer son sac seul, cette fois je ne supportais pas cette vision, cette séparation. Je rentre dans la chambre pour chercher un haut quand je vois son sac sur le toit. C’était le départ. J’ai du mal à avaler ma salive tellement l’angoisse me serre la gorge. Je me détourne de lui pour retourner à cette baie vitrée, là où je pouvais regarder Memphis dans le pré, là où je me perdais quand j’étais dans mes pensées. Je ne voulais pas qu’il voit mes larmes. Je l’entends arriver derrière moi. « Est-ce que tu serais parti si on ne s’était pas séparé ce jour-là ? » J’avais sorti ça brutalement, depuis le retour du week-end ça tournait en rond dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows

Il s'éloigna de moi alors que je terminais de préparer mon sac. J'y avais mis mes affaires, mes vêtements, mais surtout j'avais rajouté tout ce qui pourrait m'aider à tenir loin de lui. J'avais mis plusieurs photos de nous, pas mal des photos qu'on avait prises lors de notre week end aux chutes. J'avais mes plaques autour du cou ainsi que celle qu'il m'avait offert. J'avais pris le maximum de souvenirs de lui que je pouvais me permettre de prendre dans mon sac. Si je pouvais je l'emporterais avec moi... j'étais mal à l'idée de le laisser seul ici pendant six mois. Il allait me manquer et maintenant plus que jamais je ne voulais pas le laisser. Je n'avais pas envie de le laisser traverser seul cette épreuve. Mais ça changerait. C'était la dernière fois, je me le promettais.

« Est-ce que tu serais parti si on ne s’était pas séparé ce jour-là ? »

Je soupirais avant de venir le rejoindre. Je le pris doucement dans mes bras, le serrant contre moi. J'embrassais tendrement son front.

- Ca n'a rien à voir avec ça. Je voulais déjà accepter ce poste ici et ça n'avait pas changé. Mais c'était la condition de mes supérieurs pour que j'ai le poste. Une dernière mission avant de pouvoir me poser.

Je souris légèrement, le gardant toujours dans mes bras.

- Six mois... ça va vite passer. Et après tu devras me supporter toute notre vie. Parce que je compte bien revenir et t'épouser.

Je relevais doucement son visage et le fixais, essuyant les larmes qui avaient roulé sur sa joue. Je me penchais ensuite pour l'embrasser.

- Ca va aller ne t'en fais pas.


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 666
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
J’avais du mal à le voir partir, encore plus cette fois-ci. L’idée pernicieuse que c’est un peu de ma faute ne me quitte pas. Depuis le retour des chutes, cette idée me parasite. Je ne lui en ai pas parlé avant aujourd’hui pour ne pas l’inquiéter davantage, mais j’étais devenu un peu plus taciturne depuis quelques jours. L’idée de passer six mois loin de lui me donne le cafard. Pourtant tout dans cette maison respirait sa présence dans ces lieux. Mais il m’avait été d’un soutien important ces derniers mois et j’avais à peine l’impression de le retrouver. Je ne voulais pas me séparer, et encore moins si c’était par ma faute qu’il part. Même si on avait résolu les tensions, on avait pas parlé de certaines choses, qui avaient créées des faiblesses en moi, qui avaient accentué aussi ma peur de le perdre. Mais au moins après je pourrais enfin me lier définitivement à lui et porter son nom.

Je me retrouve dans ses bras. Je vais chercher sa main pour la serrer. Je me cache dans son torse. Je savoure ses bras autour de moi. Je l’écoute mais le doute subsiste. Je glisse mes bras autour de sa taille. « Ce sera la pire. » Je renifle son odeur. Je soupire en me serrant davantage contre lui. Le temps va être long sans lui. Je caresse son dos doucement, appréhendant cette mission.

Je secoue la tête. « Ça me parait une éternité. Te quitter un seul jour me parait déjà interminable. » Je monte ma main sur son visage. « Et ce sera encore plus long d’attendre de porter ton nom. » je remonte mes bras autour de son cou alors que je me retrouve mes lèvres pressées contre les siennes. Je frotte mon visage contre ses mains. Je soupire doucement « On va dans le canapé en attendant ton taxi ? » J’avais bien l’intention de m’abrutir de ces baisers.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows

« Ce sera la pire. »

Ca ne me plaisait pas mais j'étais bien obligé de lui donner raison. Ca serait ma dernière mission mais aussi la plus difficile à vivre pour nous. Je savais que je le laissais seul, dans une situation horrible. J'aurais du être là pour le soutenir, l'aider à traverser cette épreuve. Mais j'allais partir, j'allais l'abandonner et j'avais beaucoup de mal à l'accepter. Ces longs mois loin de lui allaient être les pires que j'allais avoir à vivre. Ca passerait... mais en attendant on devrait affronter ça.

« Ça me parait une éternité. Te quitter un seul jour me parait déjà interminable. Et ce sera encore plus long d’attendre de porter ton nom. »

Je ne lui dirais pas mais en cet instant notre mariage était vraiment le dernier de mes soucis. Je préférais ne pas y penser pour le moment. L'important c'était lui, qu'il aille bien, qu'il se remette de son accident. Je voulais revenir pour qu'on puisse vivre ensemble, qu'on ne se quitte plus un seul jour. Le mariage viendrait après tout ça.

« On va dans le canapé en attendant ton taxi ? »

- Oui bien sur.

Je l'accompagnais dans le salon avec mon sac sur le dos. Je le posais dans un coin avant de m'installer sur le canapé et de le prendre dans mes bras pour l'embrasser. On passa les minutes suivantes comme ça. Je ne dis rien, lui non plus. On avait seulement besoin d'être l'un avec l'autre, de profiter de ces derniers moments à deux. On n'en aurait plus avant plusieurs mois.

Puis je le vis arriver par la vitre, se garant dans notre cour. Je l'embrassais une dernière fois. Je lui dis à quel point je l'aimais, avant de prendre mon sac et de partir. Je le regardais un instant, le saluant depuis le taxi avant de monter et de le laisser démarrer.

Jamais encore, je n'avais eu aussi mal en partant...

***

Plus d'une semaine s'était écoulé. Pas un jour n'était passé sans que je ne pense à lui. J'avais été entrainé dans le travail. Les journées étaient toujours bien remplies. On n'avait que peu de temps pour s'amuser et se changer les idées.

Il m'avait fallu une semaine, de déplacement incessant, de missions, avant que je ne trouve une heure pour moi, pour me poser et lui écrire ma première lettre. J'étais installé dans la tente que je partageais avec un autre pilote. Allongé sur mon lit, les photos de nous accroché au mur à côté de moi, je le regardais tout en écrivant.

@Andy a écrit:

Mon Isma,

Excuse moi déjà d'avoir mis tant de temps à t'écrire. Après mon départ de la base, j'ai passé trois jours quasiment que sur les routes pour rejoindre ma position. Je suis arrivé et j'ai été entrainé de mission en mission. Notre base était en pleine ébullition quand je suis arrivé. Ce n'est pas les meilleurs conditions pour s'installer mais j'ai fait avec. Aujourd'hui c'est notre première journée de calme depuis mon arrivée alors j'en profite pour prendre le temps de t'écrire.

Tu me manques. Je sais je te le dis à chaque fois mais je crois que c'est encore plus vrai cette fois. J'ai tes photos à mes côtés, ton collier autour du cou mais ce n'est clairement pas assez. Je préférerais t'avoir là avec moi.

Comme toujours je ne peux pas te dire où je suis ni ce que je fais précisément. Je t'ai mis l'adresse où m'envoyer tes lettres à la fin de celle ci. Ca mettra quelques jours à arriver mais je les aurais, qu'on bouge notre campement ou pas.

J'ai retrouvé avec plaisir plusieurs soldats avec qui j'avais déjà travaillé, pareil pour mon capitaine. Seule ombre au tableau, le mec avec qui je partage ma tente. On est arrivé en même temps. On a pu installer vraiment nos affaires qu'hier soir. Il a commencé à défaire les siennes, à sortir les photos de ses proches comme on le fait tous. Puis il m'a parlé de sa copine qu'il comptait bien épouser un de ces jours, même si ça fait seulement trois semaines qu'ils sortent ensemble. Sans commentaires... Moi j'accrochais les photos de toi. On était de dos l'un à l'autre. Et moi je parlais de toi. Je disais un truc du genre "Avec Is' aussi on va se marier, dés mon retour. C'est ma dernière mission et après je compte bien l'épouser". Je pense qu'il a cru que Is était le diminutif d'Isabelle. Il a commencé à me demander si tu avais une belle paire de sein avant de se retourner et de tomber sur les photos. Moi je l'ai pris en rigolant et j'ai dit que tu avais une belle paire de fesses mais ça ne l'a pas vraiment fait rire. Maintenant depuis hier soir il m'évite. Ca m'arrange, j'ai la tente pour moi tout seul ce matin. Je peux être tranquille pour t'écrire.

Mais assez parlé de moi. Je veux que tu me racontes tout. Comment tu vas? Comment se passe la kiné? Est ce que tu es remonté? Comment vont les chevaux? Est ce que tu as commencé à faire des recherches pour les chiens? Je crois que j'en aimerais un d'assez gros mais pas trop, qu'il puisse faire des calins avec nous sur le canapé sans nous écraser. Le genre qui serait affectueux et joueur. J'ai hâte de rentrer, de le voir courir partout dehors, aller taquiner les chevaux. Je me vois déjà courir avec lui. Je l'imagine te suivant alors que tu te balades à cheval. C'est le genre d'image qui m'aide à tenir loin de toi. Ca et le souvenir de tes belles fesses!!! Oui je sais que mon courrier est lu mais je m'en fous. Ca m'est égal que tout le monde sache que l'homme que j'aime a les plus belles fesses du monde.

Je t'aime mon amour, même si je ne le dis pas assez souvent.

Il me tarde de te retrouver.

Andy


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 666
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
Je ne voulais pas vraiment lui montrer combien son départ m’affecter, même si je ne doute pas un seul instant qu’il sait combien c’est compliqué pour moi. Je ne voulais pas qu’il parte avec un poids sur le coeur à l’idée que la situation est complexe. Je ne veux pas qu’il culpabilise de partir. Je sais pourquoi il doit le faire. Ce n’est pas pour ça que ce n’est pas compliqué de le voir partir, de me retrouver seul pour les six mois à venir. Mais après, j’allais certainement l’envoyer balader parce que l’on serait tout le temps l’un sur l’autre. Mais j’ai un doute sur le fait que je puisse me lasser de lui.

J’avais besoin de me raccrocher à ce mariage, à un projet qui l’oblige à revenir. La seule chose que je craignais pendant son absence c’était moi-même. J’avais peur de perdre ce mince espoir que j’ai retrouvé. De perdre cette motivation à sortir de cette situation merdique. Je devais me battre pour lui, essayer d’avancer. Je voulais le rendre fier de moi. Même s’il l’est déjà probablement.

Il m’aide à m’installer dans le canapé. Je me cale dans ses bras, j’avais besoin de proximité avec lui jusqu’à la dernière seconde. Je l’embrasse longuement, jusqu’à ne plus avoir de souffle. Mes mains s’accrochent dans son dos, le serrant fermement contre moi. Je savoure ses doigts dans mes cheveux, sur mon visage. Je grave sous mes doigts chaque millimètre de sa peau, le goût de ses lèvres contre les miennes. Après je ne pourrais que me souvenirs de ces moments. Je me cale ensuite dans ses bras en fermant les yeux. J’écoute son coeur battre à la chamade.

Je reste dans le canapé pour le dernier baiser, le plus long et le plus passionné. Les larmes coulaient sans même mon consentement, j’étais incapable de me retenir de pleurer. J’avais du mal à le lâcher, à ne pas l’abrutir de mes je t’aime avant de le laisser partir le coeur lourd. Je regarde le taxi s’éloigner. Il était parti pour de bon.

Une semaine chargée, et surtout une semaine qui m’a bouleversé. J’avais arrêter de monter pour me concentrer exclusivement sur ma rééducation. C’était les ordres du médecin de toute façon. Lors de ma première séance de rééducation, j’avais ressenti comme un électrochoc dans une de mes jambes. Mon médecin était soudainement devenu plus confiant sur le fait de retrouver mes jambes. Du coup je n’avais pas eu le temps de prendre du temps pour moi, j’avais deux séances par jour, j’avais même songé à partir en centre de rééducation à plein temps pour accélérer le processus. J’aurais aimé qu’Andy soit là pour voir ça.

Mais j’avais finalement reçu sa lettre, et je l’avais lu dix fois le jour même de sa réception. Et je m’étais installé dès le lendemain pour lui répondre.


@\"Isma": a écrit:

Mon amour.

Déjà deux semaines que je barre les jours sur le calendrier, me rapprochant à chaque fois un peu plus de nos retrouvailles. Mais je trouve le temps long sans toi. Les journées sont interminables sans que tu sois à mes côtés. J’ai repris mes habitudes dans le salon, le téléphone sur la table basse et le canapé comme lit d’appoint. Ce n’est pas le plus confortable, mais c’est impossible de dormir dans la chambre sans toi.

Tu me manques horriblement, les journées sont vraiment fades sans le son de ta voix, sans ton regard bleu azur qui me dévisage. C’est plus dur sans toi, de me battre pour garder espoir. Je sais que je n’ai pas le droit de me plaindre parce que toi tu dois voir des horreurs pire que moi en fauteuil roulant.

Je suis content de voir que tu n’es pas seul, je t’avoue que ça me rassure de savoir que tu n’es pas tout seul en milieu hostile.

Par contre pour ton voisin, ça ne m’étonne pas. Mais dis-lui que je ne peux pas me greffer une paire de sein pour son bon plaisir. Et même si ça te fait envie, c’est hors de question que je ne porte ne serait-ce qu’une jupe, je te préviens. Je suis un mec et si ça lui plaît pas, et bien tant pis pour lui, au moins, moi je suis tranquille il n’aura jamais des vues sur toi. Oui, je suis jaloux messieurs, mon homme est à moi et à personne d’autre !!!

Est-ce que tu as vu mon t’hart que j’ai glissé dans ton sac ? Moi, il fut pas que tu es plus d’une semaine de retard, sinon tes t’shorts ne porteront plus ton odeur et je ne vais pas le supporter.

Je vais le mieux que je peux. Je ne vais pas t’écrire que je saute de joie à l’idée que tu sois à l’autre bout de la planète. Mais je vais bien. La kiné, y a pas beaucoup de changement. Et je ne monte plus, mon médecin préfère pour le moment que je me concentre sur ma ciné et ma rééducation puis je vais entrer dans une période d’examens. J’ai un scan, puis rendez-vous avec mon chirurgien. Mis t’en fais pas, ma mère va m’accompagner. Dan a accueilli Jaipur et Alba chez lui, ça se passe aussi bien que possible. Enfin si on omet les chutes de Dan avec J’ai. Mais… J’ai rencontré les propriétaires de Jaipur y a trois jours. Je pense qu’il va partir définitivement chez Dan, en tout cas j’ai une échéance. C’est comme ça.

Je ne suis pas d’accord c’est toi qui a les plus belles fesses, mon amour. Je termine cette lettre et tu me manques encore plus. Pourquoi chaque minutes est encore plus horrible loin de toi ?  

Pour le chien, j'ai pas été voir d'élevage, je veux que l'on choisisse ensemble. Par contre Dan connait quelques élevages. Il va me donner les adresses. Mais je me dis que l'on pourrait aussi aller dans un refuge, tu en penses quoi ?

Je t’aime mon amour.

Isma.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows

Le temps entre deux lettres était toujours incroyablement long. Il fallait environ une semaine pour que ma lettre lui parvienne. Puis je devais compter quelques jours pour qu'il me réponde et ensuite une nouvelle semaine pour qu'elle m'arrive. J'avais donc passé plus de deux semaines à attendre de recevoir sa réponse. Et en deux semaines il s'en passait des choses généralement. J'avais effectué quelques missions depuis, dont une qui avait été couronné de succès. On avait fêté ça le soir même, sans alcool pour ceux qui restaient de garde mais les autres s'étaient un peu laché. Moi j'étais resté sobre même si je m'étais amusé avec eux.

La vie prenait sa petite routine. On partait en mission. On avait des réunions. On profitait de temps libre pour s'amuser ensemble. Puis sa nouvelle lettre arriva. Cette fois je m'enfermais rapidement dans ma tente. Mon camarade était en mission. Ca m'arrangeait, au moins je n'aurais pas à supporter ses regards de travers quand j'étais dans la tente avec lui.

@Andy a écrit:

Mon Isma,

Plus de deux semaines pour recevoir ta lettre... décidément c'est vraiment trop long. Ca fait déjà un peu plus d'un mois que je suis parti. Moi aussi je coche chaque jour qui me sépare de nos retrouvailles. Mais nous avançons, lentement mais surement.

Ne t'en fais pas dans quelques mois tu pourras revenir dormir dans la chambre avec moi. Je crois même qu'on ne va pas la quitter pendant un petit moment cette chambre quand je serais rentré. Je parie sur au moins une semaine enfermé là dedans. Et toi?

Ne dis pas ça, la pire des horreurs pour moi c'est de te voir en fauteuil roulant. Je ne supporte pas l'idée de te voir souffrir comme ça. J'aimerais être à tes côtés pour t'aider, pour t'encourager dans ta rééducation. J'aimerais tellement être là pour tes futurs premiers pas, pour te soutenir dans chaque instant. Mais je suis ici... je me console en me disant que je travaille pour nous, pour qu'on se retrouve, pour qu'un jour on ne soit plus séparés tous les deux. Encore un peu moins de cinq mois et ce rêve se réalisera.

Je n'ai aucune envie de te voir devenir une femme!! Quelle horreur! Tu serais beaucoup moins sexy à mes yeux avec une paire de seins dégueulasses. Et une jupe? Non je te préfère dans un jean bien moulant, ou mieux sans rien du tout.

Avec lui on est passé au stade où il m'évite le plus possible, où il se planque pour que je ne vois pas se déshabiller. Parce que oui bien sur, je vais me jeter sur lui pour le violer parce que je l'aurais vu à poil. Ce n'est même pas envisageable dans sa petite tête que quand je lui dis que je vais me marier je suis sérieux. Que je t'aime comme un fou et que les autres mecs je m'en tape. Et non l'ambition ultime de ma vie n'est pas de me jeter sur tous les hétéros que je croise. Non, je rêve de t'épouser, rien de plus.

Bref, il m'énerve.

Oui je l'ai vu. Il est glissé sous mon oreiller. Je m'endors enveloppé par ton odeur comme ça chaque soir. Enfin chaque fois que j'ai l'occasion de dormir, soyons réaliste. Mais j'ai peur moi aussi qu'il ne perde ton odeur avant que je ne revienne.

Je suis content de voir que ta mère est là et qu'elle te soutient. Remercie la de ma part. Tu me tiendras au courant dans ta prochaine lettre de ce qu'auront donné les examens? Je ne veux plus que tu me caches des choses comme tu l'as fait l'autre fois.

Ca ne m'étonne pas pour Dan et Jaïpur, ce cheval est diabolique, il n'aime que toi. J'espère que le propriétaire changera d'avis quand tu pourras à nouveau monter, qu'il te le rendra. Oui j'y crois et si toi tu n'y crois pas et bien moi j'y crois pour toi!!

Peut être que les minutes sont horribles parce que j'ai de trop belles fesses qui te manquent? Je suis entrain de bronzer à nouveau d'ailleurs. Je fais des séances de mécanique torse nu pour toi d'ailleurs.

Il faudrait voir aussi avec les refuges pourquoi pas. Mais je n'aime pas trop l'idée d'avoir un chien trop vieux. Ca risque d'être plus difficile pour le dresser et qu'il s'habitue à nous. Puis il aura moins de temps à passer à nos côtés. Je veux pouvoir profiter de cette boule de poil des années. Mais garde les noms des élevages, on ira voir ça ensemble.

Tu me manques...

Andy


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 666
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
Je trouvais le temps long sans lui, c’était aussi dur de garder ma conviction chaque jour sans lui. Même si les progrès était fulgurant. La rééducation était épuisante, je passais au moins deux à trois heures à enchainer des exercices pour muscler mes jambes, avant de pouvoir remarcher, mon ciné et mon médecin étaient plutôt optimiste sur ma guérison. Ils ne comprenaient pas vraiment ce qui avait déclencher cette sensation de picotement dans mes jambes. Mon psychologue pense que c’est parce que j’ai résolu des problèmes qui parasitait ma guérison. Il avait certainement raison. En tout cas maintenant j’avais enfin retrouvé cette lame qui m’avait quitté y a deux ans.

J’attendais sa lettre avec impatience. L’attente était intenable. Mais je n’avais pas le choix de prendre mon mal en patience. Mais quand elle finit par arriver, je la dévore à plusieurs reprises. Avant de lui répondre sur le champ, je ne veux pas qu’il attende encore plusieurs semaines ma réponse.

@"Isma": a écrit:

Mon amour,

Que c’est long d’attendre tes lettres, mais c’est à chaque fois un pur régal de te lire. Elles sont, comme toujours posées sur la table basse, je les relis chaque soir, comme ça j’ai quelque peu l’impression d’entendre ta voix, c’est pas grand chose mais c’est mieux que rien.

J’espère bien, notre lit me manque. Mais, même si je pourrais y aller c’est trop difficile sans toi. Je prédis plutôt pour une semaine et demie. c’est rien en proportion de nos six mois éloignés l’un de l’autre.

Il faudra peut-être t’y faire si à ton retour rien n’a changé, c’est que ça sera définitif. Il va falloir s’y préparer. Je ne veux pas te paraître défaitiste ou autre, mais bon à un moment donné il faudra bien que l’on regarde les choses en face. J’aime te voir rempli d’espoir, ça me fait du bien. Ça m’aide à me battre, comme je te l’ai promis. Je ne baisserais pas les bras, mais parfois la tâche me parait insurmontable. Mais je te promet de faire tout mon possible.

Et je n’ai aucune envie de me déguiser. Je te préviens que c’est une clause négociable de divorce et ce même si on n’est pas encore marié. Et ne songe même pas à essayer toi non plus. Rien que cette idée me donne envie de gerber, sérieusement.

Mais quel con. Enfin, je préfère ça d’un autre côté, comme ça je n’ai pas besoin de gérer ma jalousie d’un mec qui dort dans la même tente que toi. Oui oui je sais que je n’ai aucune raison de l’être. Mais sérieusement tu ne t’s pas vu ? Qui pourrais te résister? Et ils auraient beau être plus musclé et sportif que moi et aussi sur leurs deux jambes, ils ne savent pas de quoi je suis capable quand on touche à l’homme de ma vie. Et aussi ne songe pas à regarder les autres fesses.

Je t’ai glissé un de mes bracelets, je l’ai porté pendant un mois. Peut-être que ça durera, je l’espère. J’étais tenté de glisser un de mes boxers, mais je crains qu’il ne disparaisse avant d’arriver à destination.

Ils sont toujours au même point. Rien d’exceptionnel, je m’y attendais. Mais il n’y a pas d’aggravation, et pour mon médecin c’est déjà un bon point. Ça stagne, mais ils cherchent encore d’où viennent ma paralysie, ils craignent que ce soit neuronal. Les mystères du cerveau…

Oui une vraie terreur, ils ont leur premier concours ce dimanche, ça se passe plutôt bien entre eux. Puis c’est un bon couple, je suis sûr qu’ils vont bien s’en sortir. Et si jamais je ne peux plus m’occuper de Jaï et Alba, je préfère qu’ils soit avec Dan. Au moins je sais qu’ils sont entre de bonnes mains.

Elles me manquent plus que tu ne le croies. Hum, j’ai envie de voir ça. Tu sais que tu me tentes là ? Je suis en train de t’imaginer bronzé, et complètement nu. Un vrai régal pour les yeux.

Oui, on avisera tout ça ensemble, je mets les recherches en pause en t’attendant. Je veux aussi que l’on trouve notre perle rare ensemble.

Tu auras une surprise à ton retour. J’ai hâte que tu la voies.

Tu me manques, je t’aime mon coeur.
Isma.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows

Deux semaines de plus de passé. J'en étais à quasiment deux mois loin de lui et les choses avançaient tranquillement. Enfin... il y avait bien eu un petit soucis. On devait faire une mission à deux, avec mon cher compagnon de dortoir. Un vol de reconnaissance à deux, rien de bien méchant, le genre de choses que je faisais souvent. On volait côte à côte quand il avait brusquement changé de direction, manquant d'entrer en collision avec moi. Il m'avait soutenu qu'il ne m'avait pas vu, je ne le croyais pas. Le ton était rapidement monté et... il en était venu aux mains. Pour un connard d'homophobe il avait quelques jolies insultes. Il écopait une suspension d'une semaine et corvée de chiottes. Moi j'avais une pommette cassée mais qui se remettrait sans problème. Mais j'avais une sale gueule. Heureusement qu'Is ne pouvait pas me voir. Il se serait inquiété à coup sur. Je préférais d'ailleurs ne rien lui dire dans ma lettre. Je serais guéri avant de rentrer, pas de raison de l'inquiéter pour rien.

Pour le moment l'autre con était puni et moi j'étais tranquille pour répondre à mon amour.

@Andy a écrit:

Mon Isma,

J'aimerais pouvoir t'appeler mais les téléphones satellites sont réservés pour les gradés afin d'appeler Washington. Ils ne veulent même pas que les blessés appellent leurs proches alors je me doute bien que l'excuse "mon chéri me manque trop" ça va pas passer.

Ok je tiens le pari. On verra une semaine ou une semaine et demi combien de temps il nous faudra pour être un peu calmé. Assez pour sortir plus de quelques heures en tout cas.

Je crois que je ne baisserais jamais les bras, il faudra t'y faire. Et si quand je reviens il ne se passe toujours rien, je redoublerais d'efforts pour te soutenir. Je n'abandonnerais pas mon amour. Et même si ça ne revient jamais, je ne t'abandonnerais pas.

Ouais non les jeux de rôle coquins déguisés c'est pas trop mon délire. Je n'ai pas besoin de ça pour avoir envie de te garder une semaine enfermé dans notre chambre. Et pourquoi pas deux en fait? Je peux changer mon pari? Il est encore temps?

Tu sais que tu n'as aucun soucis à te faire. Puis je suis le seul gay de toute la base donc je ne vois pas vraiment avec qui je pourrais te tromper. Alors même si j'avais envie de te tromper, ce qui n'est absolument pas le cas, je ne trouverais personne pour le mettre en pratique. Je préfère penser à toi, rêver de ton corps magnifique et du moment où je vais pouvoir te retrouver, faire toutes ces choses que je m'imagine le soir...

Bon si le médecin trouve que c'est un bon point je suis rassuré alors. Je préférerais lire que tu retrouves des sensations je ne te le cache pas mais déjà si tout va bien je suis soulagé. Tu n'imagines pas à quel point c'est dur d'être loin, à quel point je suis inquiet pour toi.

J'ai vu pour le bracelet, il a réussi à m'arriver. Je le porte depuis. J'ai l'impression d'avoir un bout de toi avec moi entre ça et le collier.

Ils sont entre de bonnes mains mais j'espère quand même voir un jour ce maudit cheval revenir dans notre champ. C'est là qu'est sa place. Et la mienne est dans notre lit avec toi à côté.

Je peux difficilement t'envoyer des photos alors il faut bien que j'excite un peu ton imagination. Il fait chaud, très chaud ici. J'ai l'impression de cramer à vue d'oeil je te dis pas.

Ah oui? Une surprise? Quatre mois à attendre une surprise tu sais que c'est terriblement long...

Je compte les jours, toujours...

Andy



Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 666
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

KLULnp2.png
Ismaël Garcia
J'ai 27 ans et je vis à Helena, Montana, USA. Dans la vie, je suis cavalier professionnel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et follement
amoureux
et je le vis plutôt bien sauf quand j'enchaine les bourdes.

Je monte depuis son plus jeune âge. Mes parents tiennent un centre équestre à côté d'Helena. + J'ai commencé la compétition de haut niveau à 19 ans, après des années d'entrainements en amateur. + a rencontré Andrea un soir, et a échangé avec lui le premier baiser le soir même. + Ils ont emménagé ensemble un an après avant d'acheter très rapidement le domaine. + Il y a six mois, j'ai eu un accident lors d'une compétition et depuis je suis en fauteuil roulant. + C'est un vrai gamin normalement, il est le premier à faire une connerie, là, il a un peu perdue sa joie de vivre.
I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Tumblr_o13rdoXLYQ1uq08nmo1_400


George blagden :copyright:️ eden memories
Je déteste voir le temps s’éterniser. Comme s’il s’était arrêté le temps que je reçoive sa prochaine lettre. À chaque fois c’était la même chose, je mettais ma vie entre parenthèse le temps de savoir comment il va. Je ne sortais jamais de peur de manger le courrier et donc sa lettre. Heureusement la convalescence se passe plutôt bien, je recommençais doucement à marcher, même si, pour que je marche presque normalement il faudra encore de la patience. Mais j’allais remarcher. J’aurais tellement  aimé qu’il soit là pour voir ça. J’aurais aimé voir cet éclat de fierté dans ses yeux. Mais je ne le verrais pas. À la place j’avais fomentais un nouveau plan : celui de ne pas lui en parler et de lui faire la surprise à son retour. J’ai tout à fait conscience que lui faire de nouveau des cachotteries n’était pas la meilleure chose, mais cette fois je sais qu’il ne pourrait en être qu’heureux. Et j’avais du mal, de toute manière de parler des choses qui m’étaient positives. Alors que lui devait à chaque fois voir des horreurs tout au long de la journée.

Isma a écrit:
Mon coeur.

C’est horrible comme tu me manques. Je n’ai envie que d’une seule chose c’est de me serrer dans tes bras, sentir ton odeur jusque’à en avoir une overdose. Je ne sais pas si je supporterais d’entendre ta voix alors que tu es à des milliers kilomètres.

Désolé cette lettre ne sera pas très joyeuse. Tu me manques atrocement et c’est difficile à gérer. J’aimerais te dire que je souris, que je m’amuse, mais sans toi c’est impossible. J’ai trop besoin de toi dans ma vie.

Tu es le meilleur soutien dont je puisse rêver. Celui qui me fait croire à l’impossible. C’est encore plus dur de se dire que rien n’avance. J’aimerais bien ne pas être un poids pour toi. Je t’entends d’ici, mais ce n’est que la stricte vérité.

Non tu ne peux pas changera ce n’est pas juste. Même si je n’ai rien contre rester deux semaines dans tes bras. Je dois arrêter d’y penser, c’est trop dur.

Sait-on jamais. Y a peut-être des refoulés… Et puis, tu es bien trop sexy.

Désolé, je t’ai prévenu, je n’ai pas le moral et je vois tout en noir. Je crois qu’il vaut mieux que j’arrête d’écrire. Je risque de te mettre le cafard. Je suis désolé de ma mauvaise humeur. Je sais que je ne suis pas raisonnable.

Tu me manques cruellement.

Is.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2890
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

aea9ky.jpg
Andrea Kovacs
J'ai 36 ans et je vis à Helena, Montana, Etats Unis. Dans la vie, je suis militaire, pilote dans l'air force et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et fou amoureux de lui et je le vis plutôt bien, même si c'est dur pour nous en ce moment.

Fils de militaire, c'était une évidence pour lui qu'il suivrait la voie de son père. Il a de lointaine origine germanique ce qui explique son nom et prénom. Après plusieurs aventures sans conséquences, il n'a jamais voulu s'attacher à quelqu'un à cause de son métier, il a fini par rencontrer l'amour de sa vie. Ils sont fiancés depuis maintenant deux ans mais il préfére attendre de pouvoir enfin se poser pour l'épouser. Il ne veut pas laisser un veuf derrière lui.


Travis Fimmel :copyright:️ shadows

Deux nouvelles semaines qui venaient de passer. Le temps me semblait plus long que jamais. J'avais hâte de recevoir la prochaine lettre d'Isma. J'avais bien besoin d'un peu de réconfort. La situation avec mon colocataire devenait de plus en plus difficile. Il me faisait payer la punition qu'il avait eu. Moi là j'avais juste envie de lui foutre mon poing dans la gueule mais je me retenais. C'était lui qui me cherchait, sans cesse depuis le début. Il se faisait punir comme il le méritait et encore il m'en voulait. Il méritait juste un pain dans sa gueule.

Finalement la lettre arriva, pile dans une situation difficile. Une des missions avait mal tourné et... un de mes camarades était mort. J'avais besoin de lui plus que jamais.

@Andy a écrit:

Mon Isma,

Tu me manques aussi. Il y a des moments qui sont plus durs à supporter que d'autres, des moments où j'ai plus envie que jamais de t'avoir dans mes bras. Pas pour s'envoyer en l'air. Même si j'avoue que j'adorerais pouvoir te faire l'amour là tout de suite. Mais juste pouvoir être avec toi, t'avoir dans mes bras... Et je ne suis pas d'accord. Juste pouvoir t'entendre m'aiderait déjà un peu. Les lettres c'est bien mais ce n'est pas assez.

Effectivement ce n'est pas très joyeux mais je ne peux pas t'en vouloir d'avoir une baisse de moral. Ca m'arrive aussi. On est au moment le plus difficile de ma mission. Le souvenir de l'autre commence à se faire trop lointain et on est encore beaucoup trop loin du moment où on va pouvoir être à nouveau ensemble. Mais ça va bientôt passer. Le temps va continuer de passer. On va se rapprocher de plus en plus du moment où on va se retrouver. Jusqu'au moment où tu me verras descendre de mon avion militaire et où je pourrais courir vers toi pour te prendre dans mes bras.

Je te garderais enfermer deux semaines, pour qu'on profite le plus possible et qu'on soit ex aequo dans notre petit pari. On perd tous les deux mais on gagne tous les deux dans un sens.

Ne t'en fais pas pour le cafard. Tu me manques aussi et.. je n'aime pas l'idée que tu sois mal comme ça loin de moi. J'aimerais pouvoir être là avec toi, te serrer dans mes bras et te réconforter. Je me répète je crois. Je vais arrêter là, ce sera plus simple.

Tu me manques.

Andy


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I can't forgive you [squirowl] - Page 17 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I can't forgive you [squirowl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: