-57%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe à induction Samsung avec charge rapide sans fil ...
14.99 € 34.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 "Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 
S3th
S3th
MESSAGES : 193
INSCRIPTION : 15/04/2020
CRÉDITS : ...

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy, Science Fiction, Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3776-des-rp-pleins-la-tete#79663
Flash

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 Empty

9nu5.jpg
Jeanne STUART
J'ai 30 ans et je suis à bord du RMS Titanic, au port de Southampton, en Angleterre. Dans la vie, je suis une comédienne renommé et une fille de parent riche.Je m'en sors très bien avec ma réputation  celle de ma famille et celle de mon mari. J'ai reçu comme cadeaux, pour fêter nos 10 ans de mariage, un voyage sur le Titanic.


avatar :copyright: S3th


Je l’ai enlacée instinctivement et celle-ci me reproche de l’avoir fait sous prétexte qu’on aurait pu nous voir. Je la regarde en caressant sa main de mon pouce, appuyé contre la rambarde et lui confie en souriant.

« Si quelqu’un serait venu et m’aurait reconnu je te ferais passer pour ma cousine que je n’ai pas vue depuis longtemps. Et si une rumeur sur notre relation vient à exister, j’approuverais les faits. Mon mari comprendrait et l’avis des autres ne me scie guère. Seul le tiens compte Olivia comprend tu ? »

Je ne cesse de la regarder, souhaitant lui sauter dessus à l’instant présent pour l’embrasser. Elle s’inquiète pour moi et je suis heureuse de cela. Souriante, je la laisse parler sans l’arrêter.

J’entends ses excuses qu’elle n’a pas à faire vue que c’est ma faute après mon comportement avec elle mais je suis tout de même touché par celles-ci. Elle a était vexée et c’est sentie manipulée par mon comportement de la veille et je m’en veux pour cela.

J’allais lui répondre quand elle m’informe qu’elle souhaite m’accorder une journée dans sa vie si j’accepte de lui offrir une journée dans la mienne pour que l’on se connaisse mieux. J’hoche la tête ne voyant pas de problème à ça. Nous devons apprendre à nous connaitre, quoi de mieux que de vivre notre vie chacune notre tour.

Elle s’inquiète de ne pas pouvoir être une bonne femme pour être en première classe et je fronce les sourcils en entendant ses mots. Je ne dis rien mais son discours ne me plait pas et je lui dis d’un ton dur une fois qu’elle me donne l’autorisation de parler.

« Je ne tolère pas que tu te sous estimes sous prétexte que tu ne te considère pas comme une bonne femme pour être de première classe. J’ai confiance en toi Olivia et je sais que tu y arriveras. Je t’interdis de dire que je pourrais être gêné par ta présence. Ne t’ais je pas défendu sur le pont hier ? Ne t’ais je pas prouvé à quel point je tiens à toi ? »

Je me tourne vers elle et relève sa tête pour embrasser ses lèvres après avoir regardé furtivement autour de nous. Je savoure ce baiser et ses lèvres qui mon manqué et me recule légèrement d’elle.

« Vois ce baiser comme une acceptation de tes excuses. Je ne t’en veux pas Olivia. C’est ma faute je comprends que tu te sois vexée mais sache que je ne voulais pas te manipulée. Ce soir j’ai quitté une soirée de prestige pour te rejoindre, pas pour te prouver que j’en suis capable mais parce que j’ai envie et besoin de te voir, besoin de tes baiser et de tes caresses. Comprends-tu ? »

Après un temps de silence court, je reprends en disant, sourire aux lèvres.

« J’allais te proposer la même chose pour découvrir nos passe-temps et apprendre de nous deux. C’est une très bonne idée Olivia. »

M’écartant de la rambarde pour m’asseoir sur un banc contre le mur du bâtiment de première classe, je lui dis tendrement un sourire malicieux.

« Est-ce que tu accepterai une nuit avec moi, ce soir. Je dois t’avouer que j’ai quand même envie de toi et je ne t’ai pas donnée ce que tu m’as demandé hier. Si tu acceptes je connais un endroit où nous pourrions nous découvrir un peu plus en détail cette nuit. »

Souriante, je tends la main vers elle pour la faire venir à moi et l’emmener dans le dit lieux secret si elle décide de me suivre.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2019
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 Empty

tumblr_pcp406Zrdp1qg4hwqo3_250.gif
Olivia Jones
J'ai 28 ans et je suis à bord du RMS Titanic, quelque part, sur l'océan l'Atlantique. Dans la vie, je suis une vagabonde pleine de rêves et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à mon ambition, je suis aux portes d'une vie de misère au soleil et je le vis plutôt très bien.

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 81d54d494e1ebd032d6ea60f51e6c9bc
Olivia est pauvre depuis toujours. Elle a grandit dans un orphelinat où elle n'a pas eu la chance d'être parmi les enfants que l'on adopte, ce qui fait qu'elle a très rapidement appris à ne compter que sur elle-même. Elle est débrouillarde, franche, bien que très attendrissante. Elle a d'ailleurs une passion pour l'écriture, l'encourageant souvent à se perdre dans ses rêveries. Ce voyage sur le Titanic, c'est sa chance de quitter une vie pluvieuse pour une vie plus ensoleillé sur le continent américain. Elle espère beaucoup de New York, d'ailleurs. Elle ne s'attend toutefois pas à vivre le voyage le plus bouleversant de toute son existence.  


Jenna Coleman (c) Blue Raven
Je suis passablement interloquée, je dois dire. Je ne m’attendais pas à une telle réponse de la part de Jeanne, et… décontenancé, je demeure stoïque un court instant. Sa cousine, sérieusement ? Qui croirait que sa cousine est en troisième classe, alors qu’elle pourrait lui payer une suite ? Non, qui croirait qu’elle l’embrasse aussi tendrement dans le cou, alors qu’une étreinte de face serait plus appropriée ? Personne. Nous sommes dans une société où les mœurs – soi-disant – déviantes n’ont pas leur place. Je doute qu’il aurait été judicieux de prétexter cette excuse, quand il est encore plus malvenu d’assumer une homosexualité. Est-ce que je le cacherai, personnellement ? Je ne sais pas. Peut-être, oui. Sait-elle ce qu’il se passe aux personnes aimant ouvertement une personne du même sexe ? J’en doute. Sinon elle ne se ficherait pas de l’opinion des autres comme elle l’avance. Je suis flattée que seul le mien compte, d’ailleurs. Cela me fait très plaisir. Mais je ne veux pas que nous finissions frappées – ou tuées, même – parce que nous aurons eu l’envie de nous aimer au grand-jour.

« _ Je suis sincèrement contente que seul mon opinion compte à tes yeux, Jeanne. Je réponds à sa suite, avec douceur, laissant sa main caresser la mienne. _ Mais ne prend pas l’exposition de nos échanges à la légère, s’il te plait. Nous ne vivons pas dans une société bienveillante au regard des amours homosexuels. De nombreuses personnes y perdent la vie où finissent dans le coma à l’hôpital pour cette raison. Je te demanderai donc d’être très prudente à l’avenir. Et si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour moi. »

Je n’ai pas envie que ma vie tourne au cauchemar par amour pour elle. Je ne suis pas assez forte pour me battre en permanence contre la bêtise d’esprits plus étriqués. Chacun devrait être libre d’aimer sans avoir à ce soucier à si cet amour est bien ou non, du reste. Je suis d’accord. Mais le monde est tel qu’il est, et nous n’y changerons rien parce qu’elle est célèbre. Au contraire, sa présence dans les journaux exposerait encore plus notre relation aux yeux du monde. Il faut impérativement qu’elle nous assure notre protection, en restant amicale lorsque nous sommes en public. C’est difficile. Et cela le sera autant pour moi. Mais je ne pourrai pas supporter qu’on la tabasse parce que j’existe dans sa vie. Cela pourrait me convaincre de mettre un terme à nos échanges, d’ailleurs. Mais j’opte tout de même de lui offrir ce qu’elle m’a demandé, après m’être sincèrement excusé. J’ai envie de découvrir la personne qu’elle est, au delà des apparences autant que des moments que nous avons passés ensemble. J’aimerai donc vivre cette expérience, même si j’ai conscience que mon comportement ne collera pas à celui des femmes de son rang. Une confession qui ne manque pas de l’encourager à me faire un reproche, puisque, selon elle, je n’ai pas à me sous-estimer en tant que femme de classe inférieure. Elle a confiance en moi, au point même d’affirmer que j’y arriverai. Je ne doute pas que je puisse moi-même parfaitement jouer le jeu mais… j’ai des lacunes, dirons-nous. Je n’ai pas grandie dans son monde. Il est donc possible que des réactions spontanées vienne trahir ma non-appartenance à la bourgeoisie. C’est cela que j’aurai du mentionner, je pense. Jeanne est persuadée qu’il s’agit d’une simple histoire de honte, là où elle m’a effectivement prouvée qu’elle ne l’était pas même avec ma tenue actuelle, et je comprends mieux son coup de sang.

« _ Excuse-moi. Je souffle à la suite, lui souriant pour la calmer. _ Je me suis mal exprimée, en réalité. Je poursuis, avec tendresse. _ Je voulais te partager le fait que je ne pourrais pas jouer parfaitement les femmes de ton rang sociales, ce qui pourrait être gênant si tu me fais passer pour une personne naturellement riche. Je ne voulais pas que tu croies que je n’ai pas confiance en toi et ta capacité à m’accepter telle que je suis. »

J’aurai dû être plus précise, j’en conviens. Bref. Je baisse les yeux, un peu intimidé par cette prestance qu’elle a retrouvé, quand je sens ses doigts relever mon menton, avant que nos lèvres se ne rejoignent. Je pense immédiatement à l’éventualité qu’un curieux nous observe, craignant le pire, quand je me laisse aller à en profiter. C’est tellement bon de la sentir à nouveau si intime avec moi que… je l’admets, je mets totalement de côté cette volonté que l’on fasse les choses dans l’ordre. Le pouvons-nous encore, d’ailleurs ? Je ne sais pas. J’ai le sentiment que, quoique nous fassions, nous avons déjà commencé cette relation dans le mauvais sens. Nos lèvres se désunissant, Jeanne m’informe que ce baiser est une forme d’acceptation quant à mes excuses précédentes. Elle comprend ma réaction, qu’elle accepte, bien qu’elle avoue ne jamais avoir eu l’intention de me manipuler. J’imagine, oui. Je l’ai considéré comme telle sous le coup de la fureur, tout simplement. C’est à elle de persévérer de son côté pour que j’admette définitivement mon erreur. Ensuite, elle me précise qu’elle a quittée une soirée de luxe parce qu’elle avait juste envie et besoin de me voir. Elle ne l’a pas fait pour me prouver quoique se soit, si ce n’est qu’elle est sincère dans sa volonté de passer son temps en ma compagnie. Ça me touche beaucoup. Plus que je ne lui dirais. Et je lui souris pour toute réponse, doucement. Moi aussi j’ai besoin d’elle. Je reste juste sur la réserve, tant que mes craintes seront totalement envolées. Et elles s’envoleront, du reste. J’en suis convaincue. J’attends juste nos deux journées ‘découvertes’ pour en avoir la confirmation. Quant à sa proposition, elle était la même que la mienne. Nous étions donc déjà sur la même longueur d’onde, même si nous l’ignorions jusque là. Je m’apprête à lui demander qui commence par faire découvrir le monde de l’autre, quand Jeanne s’éloigne pour prendre place sur un banc, où elle me propose de passer la nuit en sa compagnie, m’avouant avoir envie de moi. Elle affirme même connaître un endroit où nous pourrions nous découvrir plus en détail dès cette nuit. J’ai un doute. Je sens mon bas ventre ce tordre de désir pour elle, là n’est pas le soucis. Je m’interroge uniquement sur le bien fondé de commencer nos découvertes par un second rapport sexuel. C’est… précipité, non ? Peut-être serait-il plus sage de batifoler à nouveau lorsque les prochaines quarante-huit heures auront fait la lumière sur toutes nos vies ? Je ne sais pas. J’hésite. J’hésite tandis que je m’approche d’elle, pendant qu’elle me tend la main pour m’y emmener. Si je la prends, je dis « oui » n’est-ce pas ? Et si je dis « oui » j’accepte que nous fassions l’amour une seconde fois ? Je me pose la question, quand je dépose ma paume contre la sienne. Elle m’a assurée que cela nous permettrait également de nous découvrir alors… Pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable ?


@S3th


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
S3th
S3th
MESSAGES : 193
INSCRIPTION : 15/04/2020
CRÉDITS : ...

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy, Science Fiction, Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3776-des-rp-pleins-la-tete#79663
Flash

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 Empty

9nu5.jpg
Jeanne STUART
J'ai 30 ans et je suis à bord du RMS Titanic, au port de Southampton, en Angleterre. Dans la vie, je suis une comédienne renommé et une fille de parent riche.Je m'en sors très bien avec ma réputation  celle de ma famille et celle de mon mari. J'ai reçu comme cadeaux, pour fêter nos 10 ans de mariage, un voyage sur le Titanic.


avatar :copyright: S3th


Olivia me fait part de son inquiétude concernant l’opinion de la société sur les couples de même sexe. Elle à raison de ce méfier des gens et des journaux qui ont le don de répandre les nouvelles à très grande allure. Le fait qu’une star de comédie anglaise ait une aventure avec une femme d’une classe inférieure à elle ferait l’effet d’une bombe pour la société et les deux femmes. Les hommes ont régies le monde en le façonnant à leur manière pour qu’ils aient le droit de vivre selon leur règles et au dépend des sentiments qui peuvent naitre entre deux amies devenue amante. J’hoche la tête à sa réflexion étant d’accord avec elle.

« Tu as raison, ce ne serais pas super pour toi surtout. Moi si je perds mon titre j’aurais tout de même de l’argent et de quoi bien vivre. Mais je ne veux pas que tu subisses les conséquences de mes bêtises. Pardonnes moi. J’avais envie de sentir ta peau contre ma bouche et de t’enlacer. »

Mes excuses faites, elle s’excuse des mots que j’ai compris comme de la dévalorisation d’elle-même. Elle m’explique qu’elle ne connaît pas le monde de la bourgeoisie et à peur de ne pas être à la hauteur dans le rôle. Je souris en la regardant et lui dit.

« C’est très simple, déplace toi comme si tu marches sur des œufs cassés, reste indifférentes aux autres et parles uniquement de toi et de ton domaine, ton jardin fleuri et n’oublie pas de critiquer chaque personne. »

Je ris en la regardant. La bourgeoisie est un univers bien différents de celui du peuple qui s’entraide et se fait confiance. Aucune bourgeoise ne fait confiance à une autre femme, par peur de se trouver moins intéressante qu’elle. Afin de la rassurer, je repose ma main sur la sienne et la caresse en disant tendrement.

« Ne t’en fais pas, je ferais le maximum pour t’initier au monde de la bourgeoisie, mais tu sais que je ne connais pas le monde du peuple solidaire et fraternel qui est le tiens. »

Doucement, je relève sa tête vers moi en posant ma main sur son menton, le caressant tendrement de l’index, et dépose mes lèvres sur les siennes en souriant comme pour m’excuser. Son discours et mes excuses concernant l’attention que nous nous donnons mutuellement ne m’empêche pas de l’embrasser pour l’excuser et la réponse à mon baiser me satisfait. Je retrouve ses lèvres qui m’ont tellement manqués puis je libère celle-ci en me reculant. Je l’informe que c’est ma manière de m’excuser pour la veille.

Je m’assois sur un banc contre la paroi des cabines de première classes où la fête bat son plein après lui avoir dit que j’ai quitté une fête pour elle. En attendant qu’elle accepte ma proposition de repasser une nuit avec moi et cette fois-ci pour passer du bon temps ensemble, je me mords les lèvres en regardant sa silhouette éclairé par la lune.

Peu de temps après, je sens la paume de sa main rejoindre la mienne et je souris. D’un geste je la ramène contre moi en me levant du banc, la collant contre moi en lui murmurant.

« Je suis contente que tu veuille de moi Olivia. Sincèrement. »

Sans attendre, je me dirige dans un couloir sombre en traînant derrière moi la jeune femme tout en vérifiant à chaque coin de couloir qu’il n’y ait personne. Nous descendons des escaliers et des couloirs dans le noir totale. C’est même bizarre qu’il n’y ait aucun matelot sur notre chemin mais il devait surement être réquisitionné pour la fête. Nous arrivons au niveau des cargaisons et du stockage des automobiles dans le dernier niveau du bateau. Souriante, je vérifie les lieux d’un coup d’œil en faisant signe à Olivia de ne pas faire de bruit en me dirigeant vers des voitures stationnée à côté de calèche un peu plus vieillottes. Je me détache d’Olivia pour tenter d’ouvrir une des calèches. Malheureusement celle-ci sont toute fermées de l’extérieur. Je me console quand je m’approche d’une voiture recouverte d’un tissu pour la cacher de la poussière et par chance celle-ci et ouverte. D’un pas rapide mais silencieux, je retourne vers Olivia pour prendre sa main et l’entraîner avec moi vers celle-ci. Je lève le tissu la recouvrant pour la laisser entrer dans l’automobile et y entre à mon tour en remettant le tissu sur celle-ci comme il faut.

L’espace est assez petit malgré nos tailles de guêpes mais cela ne fait qu’attiser mon envie de la prendre dans mes bras et de la caresser en l’embrassant. Chose que je n’attends pas pour lui faire. Souriante, je me mets devant elle, genoux contre genoux, et me penche pour l’embrasser en posant mes mains sur ses hanches en lui murmurant.

« Pas beaucoup de place mais un peu d’intimité tout de même, l’endroit te plait ? »

Je remonte une main de sa hanche à sa poitrine et l’embrasse passionnément en attendant qu’elle réponde à mon geste doux, délicat et plein d’envie.

Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2019
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 Empty

tumblr_pcp406Zrdp1qg4hwqo3_250.gif
Olivia Jones
J'ai 28 ans et je suis à bord du RMS Titanic, quelque part, sur l'océan l'Atlantique. Dans la vie, je suis une vagabonde pleine de rêves et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à mon ambition, je suis aux portes d'une vie de misère au soleil et je le vis plutôt très bien.

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 81d54d494e1ebd032d6ea60f51e6c9bc
Olivia est pauvre depuis toujours. Elle a grandit dans un orphelinat où elle n'a pas eu la chance d'être parmi les enfants que l'on adopte, ce qui fait qu'elle a très rapidement appris à ne compter que sur elle-même. Elle est débrouillarde, franche, bien que très attendrissante. Elle a d'ailleurs une passion pour l'écriture, l'encourageant souvent à se perdre dans ses rêveries. Ce voyage sur le Titanic, c'est sa chance de quitter une vie pluvieuse pour une vie plus ensoleillé sur le continent américain. Elle espère beaucoup de New York, d'ailleurs. Elle ne s'attend toutefois pas à vivre le voyage le plus bouleversant de toute son existence.  


Jenna Coleman (c) Blue Raven
Jeanne me comprend. Mais son regard sur le problème de la surexposition est biaisé par son statut de bourgeoise. Je ne m’inquiète pas uniquement sur les répercussions qu’aurait cette réalité sur nos statuts sociaux, en réalité. Je m’inquiète surtout sur l’éventualité que nous soyons victimes de violence pour notre amour. Je refuse donc que nous ayons des contacts intimes dans des lieux publics, de sorte de nous protéger mutuellement. Ce qui est une preuve d’amour en soi, même si je ne lui dis pas ouvertement que je l’aime.

« _ Je ne t’en veux pas. Je déclare suite à ces excuses, tendrement, sincèrement flattée que l’attirance que je provoque chez elle ait eu cet effet de besoin irrépressible. _ Je tiens juste à ce que tu y fasses réellement attention à l’avenir. »

Ce n’est pas grand-chose, d’ailleurs. Juste faire preuve de prudence. Je ne doute donc pas qu’elle y parviendra, si elle y met elle-même de la bonne volonté. Ce que j’exige d’elle, cela dit en passant. Sinon je serai contrainte de mettre un vrai terme à nos échanges. Mais je change de sujet car je sens bien que ce n’est pas le moment de l’inquiéter sur la question. Déjà que j’ai fourché involontairement en supposant que je n’avais pas confiance en sa capacité à m’accepter telle que je suis, je m’en voudrai d’empirer les choses en l’ennuyant avec ce sujet. Jeanne me donne d’ailleurs des conseils pour jouer mon futur rôle à la perfection. Il suffit que je me déplace comme si je marchais sur des œufs, et que je devienne imbu de ma personne en snobant les autres. Wow. C’est violent, quand même, la classe bourgeoise. Je savais qu’ils pouvaient se comporter comme des – excusez-moi du terme – cons mais… j’imaginais pas que cela serait à une telle intensité.

« _ Tu agis vraiment comme ça quand tu es entourées de gens appartenant à ta classe ? »

Je m’étonne spontanément, ayant un mal fou à l’imaginer ainsi. Car c’est impossible, n’est-ce pas ? Elle est bien trop gentille pour parvenir à adopter cette attitude avec les autres ? Serait-elle si gentille uniquement lorsqu’elle se trouve en ma présence, d’ailleurs ? Je ne sais pas. Je préfère rire de bon cœur avec elle, sans me formaliser outre mesure pour ces talents de comédiennes. Car c’est bien dans ce domaine qu’elle œuvre, après tout ? Qu’importe. Tant qu’elle est sincère envers moi, le reste n’est que futilité. Et ça me rassure qu’elle se dévoue à m’aider à bien vivre cette journée dans son monde. Cela m’assure que je ne serai pas livrée à moi-même, dans un univers que je ne connais absolument pas.

« _ Ne t’inquiètes pas. Je lui déclare à mon tour, charmante. _ Ma classe sociale est loin d’être aussi compliquée que la tienne. Je lui offre un clin d’œil, amusé. _ Tu verras : chez nous tu peux t’exprimer librement, sans avoir peur que cela n’entache ta réputation. Bon, il faudra peut-être dissimuler que tu sois la grande Jeanne Stuart, pour éviter une émeute de tes fans mais… Ça se passera très bien. »

La seule chose qui puisse la décevoir, c’est l’éventualité qu’elle ne soit pas traitée comme une dame du monde, avec bien des égards pour son confort personnel. Mais en dehors de ça, la vie d’un pauvre n’est pas si désagréable que ça. Surtout sur le Titanic, j’ai envie de dire. On a un endroit où dormir, où manger, et même faire la fête à la nuit tombée. C’est très sympa. Je lui aurai bien proposé d’y aller dès à présent, dire qu’elle se prépare à l’ambiance joviale des troisièmes classes, mais la jeune femme a d’autres ambitions pour cette nuit. Et si son baiser précédent n’avait pas été assez clair, son invitation a le mérite d’ôter le moindre doute. Elle veut que nous passions une partie de la nuit ensemble, à nous découvrir sexuellement, et je doute un instant du bien fondé de cette activité. Je veux dire : j’en ai envie, là n’est pas le problème. Je remets uniquement en question le bénéfice de s’adonner à de telles échanges, là où nous avons déjà commis l’erreur de mettre – pardonnez moi l’expression – la charrue avant les bœufs. Peut-être serait-il plus sage d’attendre la fin de nos expériences pour retrouver une intimité ? Je ne sais pas. J’y réfléchie un instant encore, jusqu’à glisser ma main dans la sienne. Je suppose qu’il n’y a aucun problème majeur à joindre l’utile à l’agréable ? Je suis donc Jeanne jusqu’à son endroit mystérieux, après qu’elle m’ait fait part de son plaisir à constater que je la désire encore. Je n’ai pas changé depuis hier, hein. Je suis toujours la fille extrêmement sensible à ces charmes. Je ne veux juste pas être un objet de plaisir, c’est tout. Ce qu’elle m’a démontré avoir compris, et me permets de redevenir la personne sympathique qu’elle a rencontrée. Nous arrivons dans une sorte de calle où sont entreposés tout les plus volumineux bagages, sans avoir croisé un membre de l’équipage en chemin. Se pourrait-il que Jeanne ait également prévu cet endroit avant de venir ? Je m’interroge, quand elle me lâche la main pour chercher un véhicule où nous cacher. Je fronce les sourcils en constatant qu’ils sont tous verrouillés, bien que je garde un œil à l’accès menant à cet endroit. J’ai tellement l’appréhension qu’un matelot face un tour de garde à proximité, que je ne me fais pas prier pour rejoindre celui qui se cache sous un tissu. Il fait sombre, à l’intérieur. C’est à peine si on se voit encore. Mais la proximité à un effet tant dévastateur sur ma libido, que je capture les lèvres de mon amante avec empressement. Est-ce que l’endroit me plaît ?

« _ Il est particulier. Je souffle à Jeanne, glissant mes mains sur ses courbes encore couvertes, pressant sensuellement ses fesses entre mes paumes. _ Mais il fera l’affaire. »

Je serai bien bête de faire la difficile, d’ailleurs. D’autant plus en cet instant où mon seul souhait est d’être l’objet de toutes ces délicieuses attentions.


@S3th


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
S3th
S3th
MESSAGES : 193
INSCRIPTION : 15/04/2020
CRÉDITS : ...

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy, Science Fiction, Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3776-des-rp-pleins-la-tete#79663
Flash

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 Empty

9nu5.jpg
Jeanne STUART
J'ai 30 ans et je suis à bord du RMS Titanic, au port de Southampton, en Angleterre. Dans la vie, je suis une comédienne renommé et une fille de parent riche.Je m'en sors très bien avec ma réputation  celle de ma famille et celle de mon mari. J'ai reçu comme cadeaux, pour fêter nos 10 ans de mariage, un voyage sur le Titanic.

avatar :copyright: S3th

Olivia me fait comprendre que notre amour naissant, si je peux l’exprimer ainsi, ne peut être découvert par tous. C’est vrai que nous vivons dans une époque difficile et j’oublie les mœurs et traditions quelques fois. Moi-même je n’ai jamais donné d’importance à celle-ci. Je suis tombée amoureuse de mon mari et là je suis sous le charme de ma belle brune. J’hoche la tête à sa demande pour lui confirmer que je ferais plus attention à l’avenir. Je ne veux pas qu’il lui arrive un malheur ou qu’elle soit rejetée par la société.

Notre discussion sur le sujet de l’échange des classes me mène à parler de ma classe que je méprise au plus haut point. La surprise d’Olivia ne me surprend pas, j’en suis même amusée à sa demande et hoche la tête positivement.

« Je n’ai pas le choix comprend tu ? Si tu ne le fais pas il en faut peut pour ruiner ta carrière et ta vie. C’est ainsi la bourgeoisie. Mais rassure-toi, avec toi je me sens moi-même et je n’ai pas besoin de jouer ce jeu. Je me sens naturel à tes côtés. Merci pour ça d’ailleurs. »

Je la rassure également sur le fait que je l’aiderais à devenir une première classe et elle me confie que sa classe est beaucoup moins compliquée. A ce que je comprends, il suffit d’être soi-même tout en gardant ses distances avec les gens et surtout je devrais changer de nom et même ruser pour pas qu’on me reconnaisse. Souriante je réponds à ses mots en prenant sa main dans la mienne.

« Je compte sur toi pour me changer dans ce cas. Fais de moi une vraie femme du peuple. Je m’amuserai plus à l’être que d’y aller en étant la femme que je suis aujourd’hui. »

Elle me rassure à son tour en me disant que tout ce passera bien et j’ai déjà en tête le moyens de la remercier plus tard pour ce cadeau qu’elle m’offrira.

Par la suite, après qu’elle m’est rejointe et prit ma main, je l’emmène dans la cale du bateau où les gros bagages sont stockés ainsi que les carrosses et automobile. Après plusieurs recherche sur les automobile, j’en trouve une d’ouverte et l’invite à y entrer après moi.

Nous voilà dans cet espace confiné et l’air devient asphyxiant, la chaleur monte et je demande à ma belle si l’endroit lui plait. Pour toute réponse, elle m’embrasse langoureusement en me caressant les fesses, remontant ainsi ma robe. Je frémis et me cambre en la laissant faire tout en répondant au baiser. Doucement elle le rompt pour m’informer que l’endroit est parfait.

Heureuse de l’entendre satisfaite, je m’avance un peu plus vers elle pour capturer ses lèvres et passer mes mains sur son corps. Soupirante d’aise, je descends mes baisers sur son cou en délassant le nœud de ma robe et défaisant la fermeture dans mon dos pour lui laisser le loisir de retirer mon tissu qui recouvre mes courbes et ma poitrine. Je la désire et je veux passer une nuit agréable et inoubliable avec elle. Je mordille son cou remontant à son oreille tout en passant mes main dans son dos pour les descendre sur ses fesses et la rapproché de moi en la portant. Je la place sur mes genoux maintenant nue d’aucun tissus, ma robe au sol que j’ai glissé avec son aide et lui susurre à l’oreille.

« J’aime ta peau… ton parfum… tes lèvres… tes seins…. Tes fesses… MHMMM »

Je suis hypnotisé par l’odeur qu’offre sa peau contre mes lèvres et défait sa robe avec son aide pour trouver sa poitrine qui m’a tant manqué. Sensuellement, j’embrasse celle-ci tout en malaxant et serrant dans ma main ses fesses. Ma main passe sur sa féminité et je commence à la caresser, jouant de mes doigts sur celle-ci et titillant son clitoris quelques fois. Entre deux soupirs, embrassant ses seins, je lui dis d’une voix envieuse et suave.

« Tu m’as manqué Olivia… Faisons-le ensemble… Comme tu le souhaite… »
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2019
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 Empty

tumblr_pcp406Zrdp1qg4hwqo3_250.gif
Olivia Jones
J'ai 28 ans et je suis à bord du RMS Titanic, quelque part, sur l'océan l'Atlantique. Dans la vie, je suis une vagabonde pleine de rêves et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à mon ambition, je suis aux portes d'une vie de misère au soleil et je le vis plutôt très bien.

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 81d54d494e1ebd032d6ea60f51e6c9bc
Olivia est pauvre depuis toujours. Elle a grandit dans un orphelinat où elle n'a pas eu la chance d'être parmi les enfants que l'on adopte, ce qui fait qu'elle a très rapidement appris à ne compter que sur elle-même. Elle est débrouillarde, franche, bien que très attendrissante. Elle a d'ailleurs une passion pour l'écriture, l'encourageant souvent à se perdre dans ses rêveries. Ce voyage sur le Titanic, c'est sa chance de quitter une vie pluvieuse pour une vie plus ensoleillé sur le continent américain. Elle espère beaucoup de New York, d'ailleurs. Elle ne s'attend toutefois pas à vivre le voyage le plus bouleversant de toute son existence.  


Jenna Coleman (c) Blue Raven
Selon Jeanne : ce genre de comportement n’est pas une option, mais une contrainte dans la classe bourgeoise. Si elle ne se comportait pas ainsi, dévoilant celle qu’elle affirme être en ma présence, spontanée, naturelle, elle pourrait ruiner sa carrière et sa vie en un rien de temps. Je peux comprendre que cela ait une certaine importance quand on possède plus que quelques objets sans valeur mais… Pourquoi ne pas tenter de bouleverser les codes, justement ? Pourquoi ne pas essayer de changer les « règles » préétablies par la société, là où sa démarche pourrait avoir du poids dans la balance ? Elle est une femme de ‘pouvoirs’, en quelque sorte. Elle à la chance d’avoir une audience derrière elle, prête à la soutenir dans toutes ces entreprises. Pourquoi ne se contente-t-elle que d’être ce que la société attend d’elle, si cela ne la satisfait pas personnellement ? J’avoue ne pas avoir de réponse à ces questions et… Bien que j’aimerai l’interroger plus longuement sur le sujet, de sorte d’élever le débat, j’estime que ce n’est ni le moment, ni le lieu, pour que nous ayons ce genre de conversation. Demain, peut-être ? Tout dépendra si c’est elle qui commence l’expérience de la découverte de la troisième classe, où elle semble être enchantée d’être grimé en une autre personne. Aime-t-elle sa vie, au moins ? J’en viens à en douter, tant j’ai le sentiment que Jeanne aimerait être comme moi. Je n’ai rien d’enviable, du reste. Je ne possède rien en dehors de tout ce que j’ai sur/ou avec moi. Mais j’ai accès à une totale liberté que son rang social n’offre pas, et je comprends que cela peut paraître formidable. Est-ce que ça l’est vraiment ? Peut-être, oui. Il est vrai que je n’ai pas à paraître pour ce que je ne suis pas, afin de m’assurer un avenir. Mais paradoxalement, je n’ai pas la moindre fortune me permettant de vivre de mes rêves alors… J’accepte d’un hochement de tête de la changer le temps de l’expérience, comme elle me changera le temps de la sienne. Mais cela ne sera qu’éphémère. Je ne la transformerai pas en une femme du peuple, tel qu’elle le souligne. Pourquoi le ferais-je, d’ailleurs ? Elle est parfaite telle qu’elle est, si on fait l’impasse sur sa conception de la soumission dans les rapports sexuels. Je n’ai donc aucun intérêt à gommer cette personnalité qui me séduit toujours plus, là où le but même est de ce découvrir.



@S3th


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
S3th
S3th
MESSAGES : 193
INSCRIPTION : 15/04/2020
CRÉDITS : ...

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy, Science Fiction, Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3776-des-rp-pleins-la-tete#79663
Flash

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 Empty

9nu5.jpg
Jeanne STUART
J'ai 30 ans et je suis à bord du RMS Titanic, au port de Southampton, en Angleterre. Dans la vie, je suis une comédienne renommé et une fille de parent riche.Je m'en sors très bien avec ma réputation  celle de ma famille et celle de mon mari. J'ai reçu comme cadeaux, pour fêter nos 10 ans de mariage, un voyage sur le Titanic.

avatar :copyright: S3th


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers historique-
Sauter vers: