Le Deal du moment : -34%
Ventilateur ROWENTA VU5640 TURBO SILENCE EXTRÊME
Voir le deal
66 €

Partagez
 
 
 

 "Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2019
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Le RMS Titanic, Avril 1912. Elles n'appartiennent pas à la même classe sociale. Elles embarquent sur l'insubmersible paquebot de rêves pour rejoindre le continent américain. Mais elles garderont un souvenir impérissable de cette croisière historique : le début de leur histoire.

Contexte provenant de cette recherche


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2019
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty



Olivia Jones
J'ai 28 ans et je suis à bord du RMS Titanic, quelque part, sur l'océan l'Atlantique. Dans la vie, je suis une vagabonde pleine de rêves et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à mon ambition, je suis aux portes d'une vie de misère au soleil et je le vis plutôt très bien.

Olivia est pauvre depuis toujours. Elle a grandit dans un orphelinat où elle n'a pas eu la chance d'être parmi les enfants que l'on adopte, ce qui fait qu'elle a très rapidement appris à ne compter que sur elle-même. Elle est débrouillarde, franche, bien que très attendrissante. Elle a d'ailleurs une passion pour l'écriture, l'encourageant souvent à se perdre dans ses rêveries. Ce voyage sur le Titanic, c'est sa chance de quitter une vie pluvieuse pour une vie plus ensoleillé sur le continent américain. Elle espère beaucoup de New York, d'ailleurs. Elle ne s'attend toutefois pas à vivre le voyage le plus bouleversant de toute son existence.  


Jenna Coleman (c) Blue Raven

10 avril 1912.

C’est le grand jour. Dans quelques instants, le paquebot RMS Titanic quittera pour la première fois le port de Southampton, pour son voyage inaugural à destination de New York, et je me languis déjà d’être à son bord, afin de découvrir ma modeste cabine en troisième classe. C’est un rêve qui coûte cher de vouloir quitter le Royaume Uni sur ce bâtiment que l’on surnomme le « paquebot de rêve » ; mais rien n’était trop beau à mes yeux pour que je consente à ne pas prendre part à ce voyage. Et tant pis si j’ai travaillé plus d’heures qu’il n’est humainement acceptable de le faire pour me procurer mon billet. Je le tiens fermement dans mes mains, comme si je tenais la récompense de toute une vie. Et quelle récompense : l’opportunité de partir sur le nouveau monde, où j’espère pouvoir vivre plus de ma passion que de petits boulots souvent dégradants. Je ne me plains pas, attention. J’aime la vie que je mène, même si j’ignore très souvent où je vais pouvoir dormir ou me nourrir. Mais j’en ai marre de passer mes journées sous la pluie souvent glaçante de Southampton, alors que je sais qu’il fait toujours beau et chaud à l’étranger. Je rêve de soleil, d’évasion. Si bien que je ne doute pas que ma destination saura me combler plus que je n’ose l’espérer. Pour le moment, dans la cohue des troisièmes classes qui s’impatientent de monter à bord du paquebot, je me permets de divaguer à mes jours à venir. Quand tout d’un coup, la voix d’un homme me sort de mes pensées.

« _ Quelle perte de temps. Grommelle ce dernier, à qui veut bien l’entendre. _ Nous ne partirons jamais à l’heure s’ils ont décidés de faire rentrer les gens par classe sociale.
_ Peut-être n’ont-ils pas assez d’employés pour assurer l’embarquement de tous en même temps ? »

Suggéré-je naïvement à l’homme, trouvant moi-même cette remarque tout bonnement impossible. J’aurai bien voulu postuler aux postes de femme de chambre qu’ils proposaient, d’ailleurs. Cela m’aurait permis de cumuler un peu d’argent pour ma nouvelle vie américaine. Mais je tenais tant à expérimenter le voyage en tant que passagère, que j’y ai renoncée à la dernière minute.

« _ Foutaise. Ils préféreraient de loin avoir que des premières classes au sein de leur paquebot. Moi j’vous le dis.
_ Je ne partage pas cet avis. »

J’ajoute aussitôt, n’appréciant pas d’avoir un râleur comme compagnie. D’ailleurs, pourquoi la White Star Line préférerait-elle n’embarquer que les passagers de la première classe, alors qu’elle a conçu des cabines pour les personnes de classes inférieures ? Cela n’a aucun sens ! Cela n’a tellement aucun sens que je m’éloigne du type en question, me frayant un chemin jusqu’à la barrière nous séparant des premières classes. C’est toujours un peu vexant de constater que ces gens là ne veulent pas être mélangés avec nous, mais je chasse vite cette émotion, lorsque mon regard croise celui d’une passagère blonde, de l’autre côté de celle-ci. Elle est… magnifique. Et encore le terme est faible en comparaison à sa beauté naturelle, sa grâce. Elle est tellement… sublime, que je suis subjuguée devant son charisme. J’ose même lui offrir un petit sourire timide, avant qu’une femme m’aborde en espagnol.

« _ Désolé. Je ne comprends pas. »

Je lui réponds vaguement, ne quittant pas des yeux la beauté qu’ils fixent. Ça paraît déplacé comme attitude à son encontre mais… mon attitude n’est pas dénuée de sens. Je grave mes rétines de cette femme si singulière, parce que je sais que je ne pourrais jamais l’aborder, et qu’elle est celle qui incarnera le personnage que je trimballe partout dans mon carnet. Et je fais bien, d’ailleurs. Elle disparaît graduellement de mon champs de vision, au fur et à mesure que ces pas la porte vers le paquebot, jusqu’à disparaître totalement en quelques instants. Je ne sais pas qui elle est, ni ce que me disait la femme dans mon dos, mais je sens que je ne pourrais plus jamais l’oublier.


@S3th


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
S3th
S3th
MESSAGES : 193
INSCRIPTION : 15/04/2020
CRÉDITS : ...

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy, Science Fiction, Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3776-des-rp-pleins-la-tete#79663
Flash

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty


Jeanne STUART
J'ai 30 ans et je suis à bord du RMS Titanic, au port de Southampton, en Angleterre. Dans la vie, je suis une comédienne renommé et une fille de parent riche.Je m'en sors très bien avec ma réputation  celle de ma famille et celle de mon mari. J'ai reçu comme cadeaux, pour fêter nos 10 ans de mariage, un voyage sur le Titanic.


avatar :copyright: S3th


Me voilà enfin sur le pont du paquebot. Une joie m’envahie lorsque je passe de la passerelle suspendu au pont. De mes talons hauts, je trépignais d’impatience sur la passerelle. Pas que j’étais pressée de monter sur celui-ci comme certains passagers qui se plaignait du temps d’attente avant de monter à bord. Non, je n’étais pas rassurée de rester suspendu en l’air comme un oiseau sur un fil à linge.

Moi Jeanne Stuart sur le Titanic le plus grand bateau du monde. Quel chance d’y être. Cela ferait un bon titre pour le journal local. Et mon mari, Thomas Stuart, s’était empressée d’écrire durant le trajet jusqu’au port la suite de son livre en me posant certaine questions auxquelles j’avais répondu. C’était devenu une habitude de lier travail avec notre vie privée.

« Demain, les citoyens du monde liront : Jeanne Stuart, épouse du célèbre écrivain Thomas Stuart passager du Titanic. »

Me murmura Thomy dans le creux de l’oreille. Souriante je lui réponds par un simple baiser en le laissant monter à mes côtés sur le pont. Je n’en reviens pas de la grandeur du bateau avec ses trois gigantesques cheminées. D’ici, on pouvait voir la foule de personne venu nous souhaiter un bon voyage. Je m’appuie sur le rebord du bateau en laissant mon mari dans ses pensées. Il était surement entrain de penser à sa prochaine histoire qu’il publiera en rentrant chez lui en Amérique.

Notre voyage était pour le moins ordinaire, même si je ne m’attendais pas à recevoir un tel cadeau pour nos dix ans de mariages. La route fut longue de Londres, où mes parents habité un luxueux manoir. Nous sommes partie la veille afin d’être à l’heure pour embarquer. Nous ne pouvions nous permettre d’arriver en retard. C’est pourquoi, mon père avait loué à son nom une chambre dans l’un des plus luxueux hôtels de Southampton.

Plongées dans mes pensées du voyage, j’en sors lorsque j’aperçois plus bas sur le quai une jeune femme me fixant. J’ose la regarder pour vérifier qu’elle me regarde bien moi et pas une autre. Je n’ai pas le temps de m’en assurer que Thomy me prend dans ses bras, m’embrasse de sa douceur qui me fait tellement d’effet que je me sens flageolante et m’informe que je dois le suivre pour aller dans notre cabine. Mon mari avait réservé l’une des plus prestigieuses cabines : la B-58 décoré dans le style de Louis XVI. Sans poser de question, je pris mon sac que j’emporte partout avec moi et le suivit en faisant attention de ne pas tomber sur le pont.

L’un des matelots nous dirige vers un couloir. Une femme, de chambre certainement vu son accoutrement remarquais-je, nous accueil pour nous diriger vers notre cabine. Avant de partir, elle nous informe que nous devions rester dans le pavillon des premières classes et qu’ils allaient faire monter les autres classes. Une fois rentrés dans la chambre, Thomy et moi saluons la femme en regardant les lieux.

« Alors qu’en penses-tu ? » me demande Thomy un sourire aux lèvres.

« C’est sublime… Magnifique… Je n’aurais pas pu rêver meilleur cadeaux de mariage » m’exclamais-je pour montrer ma joie à mon mari.

Chacun de notre côté, nous défaisions nos bagages après avoir poliment refusé à la femme de chambre de le faire à notre place. Nous devions nous occuper pendant le temps de chargement des autres passagers et ce fut le meilleur moyen pour le faire.

Nous sommes tous les deux dans notre chambres, rangeant nos affaires, quand je repense à la jeune femme que j’ai aperçu à l’arrivé sur le pont.

« Je ne la connaissait pas, mais elle doit surement me connaître. C’est peut être une de mes fans » pensais-je à voix basse.

Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2019
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty



Olivia Jones
J'ai 28 ans et je suis à bord du RMS Titanic, quelque part, sur l'océan l'Atlantique. Dans la vie, je suis une vagabonde pleine de rêves et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à mon ambition, je suis aux portes d'une vie de misère au soleil et je le vis plutôt très bien.

Olivia est pauvre depuis toujours. Elle a grandit dans un orphelinat où elle n'a pas eu la chance d'être parmi les enfants que l'on adopte, ce qui fait qu'elle a très rapidement appris à ne compter que sur elle-même. Elle est débrouillarde, franche, bien que très attendrissante. Elle a d'ailleurs une passion pour l'écriture, l'encourageant souvent à se perdre dans ses rêveries. Ce voyage sur le Titanic, c'est sa chance de quitter une vie pluvieuse pour une vie plus ensoleillé sur le continent américain. Elle espère beaucoup de New York, d'ailleurs. Elle ne s'attend toutefois pas à vivre le voyage le plus bouleversant de toute son existence.  


Jenna Coleman (c) Blue Raven
Je ne peux tant l’oublier que, rapidement, je me mets en quête de la retrouver sur le paquebot. Je suis certaine qu’elle doit s’être accoudée gracieusement à la rambarde, afin d’observer une dernière fois le port de Southampton. Est-ce un voyage sans retour pour elle également ? Ne reverra-t-elle jamais les terres anglaises, comme je m’apprête moi-même à leur dire un dernier adieu ? Je ne sais pas. Je m’interroge. Je m’interroge parce que quelque part, je sais que Rose, le personnage de mes écrits, est sur le point de subir des modifications radicales, tant sur l’aspect physique toujours flou, que sur l’aspect mental. Je veux qu’elle puisse dégager de sa personnalité la même grâce qui m’a subjuguée à la vision de cette magnifique inconnue. Je suis enchantée de pouvoir la retrouver sur le pont du paquebot, d’ailleurs. Comment fait-elle pour être aussi… captivante ? C’est à peine si je parviens encore à cligner des yeux, tant j’ai la peur tenace qu’elle s’évapore de mon champ de vision. J’ai conscience qu’elle ne restera pas là éternellement, à jeter un œil à la foule de gens venu saluer les chanceux passagers que nous sommes, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle parte avant le départ je dois dire. Et je suis jalouse. Oui, jalouse de cet homme qui a attiré toute son attention, alors que nos regards se croisaient vraiment pour la toute première fois. Ai-je une chance de l’avoir marqué comme elle m’a elle-même marqué, de manière indélébile ? Je ne crois pas, non. Je baisse donc les yeux, gênée par l’échange entre les amoureux, avant de constater véritablement qu’elle n’est plus là.

***

C’est au tour des troisièmes classes de regagner le bord du paquebot. Le cœur vibrant d’impatience dans ma poitrine, je m’avance dans la foule qui se bouscule derrière moi, afin d’atteindre plus rapidement la passerelle qui vient d’être installé pour nous. Je comprends leur empressement, puisque je la partage, je ne ronchonne donc pas sur cette femme qui m’écrase les orteils pour la vingtième fois en moins que deux minutes. Je préfère plutôt me frayer une place, lorsqu’il me semble que la file d’attente se rétrécie. Un par un. Ce sera déjà bien plus agréable pour franchir le paquebot libre de mes mouvements, que seule la passerelle garde encore éloignée de moi. J’y dépose un pied, justement. Le premier avant de lui faire rejoindre son frère. Nous y sommes presque. Encore quelques petits instants d’attente, et je serai officiellement en partance pour l’Amérique sur le Titanic. C’est exaltant. Je sautillerai presque sur place, si je n’avais pas cette peur d’incommoder les autres usagers. Vient ensuite mon tour de tendre mon billet. Je le donne au membre de l’équipage, toute souriante, tandis qu’il m’indique la localisation de ma cabine. J’opte de ne pas aller la visiter tout de suite, pour me rendre sur le pont réserver aux classes inférieures. C’est déjà la cohue, là-bas. Les passagers qui l’ont rejoint ont pratiquement pris toutes les places près des bastingages, et c’est à peine si ma taille menue parvient encore à s’y glisser. Mais j’y arrive, fièrement. Je suis prête pour le grand départ, les adieux à mon pays de naissance. Il ne reste plus qu’à attendre que les derniers passagers aient quittés le port.

« _ Tu aurais l'heure ? Demandé-je à la jeune femme à mes côtés, apparemment aussi seule que je ne le suis.
_ Ja. 12h44. M’informe-t-elle, avec un accent allemand très prononcé.
_ Nous sommes en retard, non ?
_ Je ne pense pas. »

Je n’en sais rien moi non plus, à vrai dire. Je ne sais pas à quel heure précise le paquebot est sensé prendre le large. Il était seulement écrit sur notre billet d’être présent pour l’embarquement, à 12h15.

« _ Tu voyages seule ? Me demande-t-elle, pour relancer la conversation.
_ Oui. Et toi ?
_ Ja.
_ Je m’appelle Olivia. Je lui tends la main, amicalement.
_ Cornelia. Elle s’en saisie pour me la serrer, brièvement.
_ Enchanté.
_ Moi de même.
_ Tu es dans quelle cabine ? Elle me tend son billet, afin que je puisse y trouver ma réponse. _ C’est amusant ! Je lui déclare, riant quelque peu. _ Je suis dans la même ! »

Elle rit également. Je ne m’attendais pas à me faire une copine sur le bateau aussi vite, je dois dire. En faite, je pensais même que je passerais la majorité de mon temps seule, à écrire sur le pont de promenade. C’est génial de savoir que je vais pouvoir avoir un peu de compagnie. D’ailleurs, nous sommes en grande conversation sur nos vies, lorsque les moteurs du paquebot commencent à faire vibrer le pont. C’est le moment du grand départ, et nous saluons joyeusement la foule qui nous fait signe, heureuses toutes les deux du début de cette grande aventure.


@S3th


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
S3th
S3th
MESSAGES : 193
INSCRIPTION : 15/04/2020
CRÉDITS : ...

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy, Science Fiction, Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3776-des-rp-pleins-la-tete#79663
Flash

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty


Jeanne STUART
J'ai 30 ans et je suis à bord du RMS Titanic, au port de Southampton, en Angleterre. Dans la vie, je suis une comédienne renommé et une fille de parent riche.Je m'en sors très bien avec ma réputation  celle de ma famille et celle de mon mari. J'ai reçu comme cadeaux, pour fêter nos 10 ans de mariage, un voyage sur le Titanic.


avatar :copyright: S3th


Encore dans mes pensées, dépliant de ma valise mes habits de bal, de sortie et mes nuisette pour les accrocher au cintre de la penderie quand j’entends la sirène du bateau. Le brouhaha que celui-ci fait me force à lâcher ma belle robe de cérémonie festive que m’avait offerte Thomy pour porter mes mains à mes oreilles.

Je me retourne vers mon cher époux, dans la même position que moi, quand il me crie.

« Le bateau part du port ! Les derniers passagers ont dû monter ! »

Sans réfléchir, je le regarde en hochant la tête et attend que la sirène cesse. Celle-ci s’arrête au bout de quelque secondes. Soupirante, je reprends ma belle robe, maintenant pleine de plie, et la range avec les autres dans la penderie. La chambre, très spacieuses, était doté d’un lit double avec chacun une petite table de chevet, de deux chaise d’un bois lustrer à la perfection avec un tissus cousus sur l’assise et le dossier.

« C’est l’une des plus belles suite du bateau. Elle est assez grande et surtout bien placer. Proche du bar et du salon de lecture. »

M’apprend Thomy quand il vient me serrer dans ses bras par derrière en me caressant doucement le ventre et m’embrassant le cou.

« Elle est très belle en effet. Mais je ne pense pas que nos voisin serait content d’entendre ce que nous faisons ensemble mon amour. J’aimerais aller sur le pont faire un dernier adieu et voir les côtes de notre beau pays s’éloigner. »

Thomy émet un grognement de frustration et me lâche à contre cœur. Afin de le remercier, je me tourne vers lui et l’embrasse en lui disant entre deux baisers.

« Nous avons toutes la nuit pour ça mon amour. Allons visiter le bateau. Si tu ne veux pas venir avec moi je te laisse aller au bar je t’y rejoins plus tard. »

Mon époux me regarde en souriant, répondant au baiser passionné qui lie nos lèvres puis hoche la tête à ma proposition de se rejoindre au bar.

« On se rejoins au bar dans ce cas. As-tu mon cadeau ? »

Doucement, je sors de mon petit sac de poche la belle montre à gousset avec une gravure sur le dessus nous représentant tous les deux.

« Tu ne me quitte jamais mon amour tu le sais bien. Disons 15 heures au bar ? »

Il acquiesce d’un signe de tête, enfile son veston qu’il avait retiré et sort de notre couche maritime après m’avoir embrassé et caressé le cou comme il sait si bien le faire.
Un instant, je reste pensive sur le bien que me procurait mon époux. Ma valise défaite, je la ferme et la glisse sous le lit en regardant ma garde-robe au complet. N’ayant pas pour habitude d’être devant celle-ci, je me retrouve à choisir une robe longue rouge rubis que j’enfile à la place de ma jupe verte et de mon haut blanc.

Une fois apprêté, je sors de ma cabine pour me perdre dans les couloirs du premier étage réserver au première classe la montre à gousset dans une poche intérieur bien dissimuler sur le côté de ma robe. La couturière de ma mère m’avait doté de poche discrète sur chaque robe afin de ne pas prendre mon sac qui m’encombrait plus que nécessaire. Me voilà donc dans le labyrinthe que former les couloirs du premier étage quand une femme de chambre m’interpella et m’emmena à ma demande sur le pont.

La brise du vent et l’air marin mon rappeler à la raison lorsque j’arrive sur le pont. Me frayant un passage entre les matelots, les deuxième et troisième classe qui était contre la balustrade pour donner un dernier adieux, je me mit à mon tour à faire un signe de main en cherchant du regard la jeune femme que j’avais aperçut. A mon grand étonnement, celle-ci n’était plus sur le pont.

« Elle ferait partie des passagers ? Ce serait étonnant mais amusant de la revoir un peu plus tard. » Me dis-je à moi-même à voix haute.

Nous voilà donc partie pour une aventure sur le plus beau et gros bateau du monde de cette année 1912. Moi Jeanne Stuart accompagné de mon époux, nous quittons la berge de l'Angleterre pour la France, l'Irlande et enfin l'Amérique.


Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2019
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty



Olivia Jones
J'ai 28 ans et je suis à bord du RMS Titanic, quelque part, sur l'océan l'Atlantique. Dans la vie, je suis une vagabonde pleine de rêves et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à mon ambition, je suis aux portes d'une vie de misère au soleil et je le vis plutôt très bien.

Olivia est pauvre depuis toujours. Elle a grandit dans un orphelinat où elle n'a pas eu la chance d'être parmi les enfants que l'on adopte, ce qui fait qu'elle a très rapidement appris à ne compter que sur elle-même. Elle est débrouillarde, franche, bien que très attendrissante. Elle a d'ailleurs une passion pour l'écriture, l'encourageant souvent à se perdre dans ses rêveries. Ce voyage sur le Titanic, c'est sa chance de quitter une vie pluvieuse pour une vie plus ensoleillé sur le continent américain. Elle espère beaucoup de New York, d'ailleurs. Elle ne s'attend toutefois pas à vivre le voyage le plus bouleversant de toute son existence.  


Jenna Coleman (c) Blue Raven
Le Royaume-Uni s’éloigne doucement. Les gens sur le port ne sont désormais plus que de minuscules points noirs d’une forme brouillonne, et le pont de promenade se vide graduellement de la masse de gens qui saluaient ces derniers. Je crois que le temps est venu, pour Cornelia et moi-même, d’aller déposer nos affaires dans notre minuscule cabine. Ce que nous faisons, d’ailleurs, dès que nous tombons d’accord sur le fait que nos signes ne sont plus visibles à notre distance. Nous la trouvons facilement, du reste : elle n’est pas très loin d’un escalier de service, menant aux ponts supérieurs, fermé par une grille. C’est un peu dommage de ne pas pouvoir aller visiter davantage les installations du paquebot. Mais je me console en sachant que c’est déjà une chance pour moi de m’y trouver.

« _ Pourquoi tu n’es pas en seconde classe ? Me demande Cornelia, tandis qu’elle dépose ses affaires sur le lit au dessus du mien.
_ Le prix du billet était beaucoup trop cher. »

Je réponds naturellement, observant l’agencement de la cabine. Elle est vraiment toute minuscule. Plus que je ne l’imaginais. C’est à peine si nous avons de l’espace pour circuler entre les deux lits superposés d’une place.

« _ Il ne faut pas être claustrophobe. Je déclare à Cornelia, sur le ton de l’humour.
_ Was ?
_ Avoir peur des petits espaces.
_ Aaaah. Ja. »

Elle est drôle, je trouve, quand elle me répond en allemand. On dirait que j’ai l’air de la comprendre, d’ailleurs. Mais ne vous y fiez pas. J’ai juste déjà demandé la traduction à certaines phrases qu’elle a le réflexe de prononcer dans sa langue maternelle.

« _ Ça te gêne pas de partager ta cabine avec des immigrés ?
_ Non. Je réponds sincèrement, haussant brièvement des épaules. _ En Amérique j’en serai une de toute façon. Alors l’être considéré ici ou là-bas ça ne me dérange pas. »

Nous rions quelque peu, bien que cela soit sincère à mon esprit. Je m’en fiche que l’on me contraigne à subir les mêmes mesures d’hygiènes que les étrangers, considérés comme des pestiférés. J’en serai une en terre américaine. Autant m’y habituer plus rapidement.

« _ Mais les cabines de la seconde classe sont plus luxueux, m’a-t-on-dit ? Reprend Cornelia, cherchant sûrement à me faire admettre que mon option première aurait été celle-ci.
_ Je sais. Je confirme. _ Mais avoue que t’en a déjà marre de me supporter ? Je l’interroge à la suite, ne manquant pas de la faire rire aux éclats.
_ Nein. Pas encore. Mais on ne sait jamais ! »

Je ne risque pas de m’ennuyer avec elle. C’est du moins ce que je pense, quand deux italiennes entrent dans la cabine, nous saluant dans leur langue. J’imagine qu’elles ne parlent pas un mot d’anglais. C’est du moins la conclusion que je me fais, alors que je me fais toute petite pour qu’elles puissent accéder aux lits encore libres. Ensuite, je commence à défaire mes maigres affaires, qui ne remplissent même pas une étagère de l’armoire mise à disposition.

« _ Hai i biglietti per il pranzo ? M’adresse l’une des italiennes de la couchette du dessous, à côté de la mienne.
_ Euh… Je ne comprends pas. »

J’en suis sincèrement désolé, du reste. J’aurai aimé pouvoir communiquer avec elle, mais mes connaissances linguistiques se limitent à l’anglais. Elle assimile que je ne peux rien faire pour elle, avant de m’offrir un sourire entendu.

« _ Tu n’as pas faim ? Me demande Cornelia.
_ Si, un peu. On file déjeuner ?
_ Avec plaisir ! »


***


Le déjeuner était copieux. Il était composé d’une entrée, d’un plat, et de deux desserts. Autant dire plus que je n’ai coutume de manger, quand j’ai la chance d’avoir de quoi me sustenter. Malheureusement, je n’ai pas pu partager ce moment avec ma nouvelle amie. Nous avions des créneaux horaires différents sur nos tickets pour accéder à la salle-à-manger, et elle n’a pu y entrer que lorsque mon service prenait fin. Je suis donc seule, sur le pont de promenade des troisièmes classes, à attendre qu’elle revienne. Je profite de ce moment de solitude pour écrire quelques pages dans mon carnet. Je décris soigneusement la beauté de Rose, calqué sur celle de l’inconnue de la première classe de ce paquebot, avant de décrire quelques unes de ces nouvelles péripéties. Elle aussi c’est offert la chance de voyager sur le « paquebot de rêves ». Mais contrairement à moi, elle s’est offerte le luxe de séjourner en seconde classe. C’est qu’elle est modeste, la demoiselle. Elle aurait pu réserver une magnifique suite aux ponts supérieurs, mais elle a préférée loger dans quelque chose de plus… simple. Est-ce que la magnifique créature blonde qui lui prête ces traits en ferait autant ? Je ne sais pas. Je m’interroge. Peut-être en serait-elle capable ? Mais elle mérite tellement d’être choyée comme une princesse que je suis bien heureuse qu’elle profite de ce luxe que je ne goûterai jamais. Je continue d’écrire quand quelque chose tombe sur le sol, non loin de mes pieds. Une bague. Et pas une petite bague en toc, attention. Une vraie bague de grand bijoutier. Je me penche pour m’en saisir, quand un garnement me devance et l’emmène avec lui, au pas de course.

« _ HEY ! »

Je l’interpelle, prenant sa suite. Qu’importe à qui appartient cette bague, ce jeune garçon n’a pas le droit de la voler. Je le poursuis donc péniblement, jusqu’à ce qu’il se retrouve pris au piège dans un cul de sac. Ensuite, j’entame de longues négociations, où je parviens à le convaincre de me la confier, au risque qu’il finisse arrêter par le commissaire de bord. Il n’est pas un mauvais bougre, finalement. Il a juste voulu l’offrir à sa maman. C’est mignon dans le fond, mais j’ai à cœur de rendre la bague à sa propriétaire. Je rejoins donc le lieu où la bague a été perdue, avant de lever les yeux vers le pont supérieur. Personne. Je recule un peu et… Elle est là, aussi magnifique que dans mes derniers souvenirs. Le cœur battant à vive allure, j’ose lui adresser ces quelques mots, le ton suffisamment fort pour qu’elle me comprenne (si elle parle ma langue, il va s’en dire).

« _ J’ai votre bague. »

Je sens que ça la rassure. Je lui montre même pour qu'elle le constate de ces propres yeux, que j'imagine beaux. Il ne reste plus qu’à trouver le moyen pour qu’elle la récupère, sans que cela ne provoque pour moi de gros ennuis.


@S3th


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
S3th
S3th
MESSAGES : 193
INSCRIPTION : 15/04/2020
CRÉDITS : ...

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy, Science Fiction, Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3776-des-rp-pleins-la-tete#79663
Flash

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty


Jeanne STUART
J'ai 30 ans et je suis à bord du RMS Titanic, au port de Southampton, en Angleterre. Dans la vie, je suis une comédienne renommé et une fille de parent riche.Je m'en sors très bien avec ma réputation  celle de ma famille et celle de mon mari. J'ai reçu comme cadeaux, pour fêter nos 10 ans de mariage, un voyage sur le Titanic.


avatar :copyright: S3th


Me voilà enfin sur le pont accoudé au rebord du géantissime Titanic. D’un signe de main, je salue les derniers occupants du port jusqu’à ce que nous quittions celui-ci.

Regardant le paysage changer devant moi, passant du port aux côtes de Southampton, je repense à la jeune femme que j’ai aperçu à mon arrivée. La vie est quelque fois bizarre. Il ne me semble pas que je la connaisse. Est-elle de Southampton ? Londres ? Je n’en sais rien et ne le saurais surement jamais.

Me penchant contre la rambarde de sécurité, je m’aperçois de la hauteur qui nous sépare de la mer bleu turquoise reflétant les rayons du soleil.

« Je resterais bien ici quelques heures » Pensais-je à haute voix.

Un matelot me tape gentiment sur l’épaule et me conseille de reculer pour ne pas me faire mal et tomber à la mer. Je relève la tête vers lui et lui fit un signe d’accord avant de me reculer doucement.

Cet instant me permit de voir l’attroupement de passager rentrer dans le ventre du bateau pour s’attabler. Je sortie ma montre et regarda l’heure. 14H20. Le temps avait passé vite. Laissant les passagers rentrer dans le bateau, je me décide à me balader sur le grand pont. Les rayons du soleil caressent ma peau en la réchauffant.

Mon regard passe du ciel bleu azure au visage d’une jeune femme qui me regarde en me parlant d’une certaine bague. Je ne reconnais pas sa voix mais son visage me dit quelque chose. Je fronce les sourcils ne comprenant pas pourquoi elle me parle d’une bague qu’elle aurait trouvée et qui m’appartiendrais.

Mon regard se pose sur ses mains lever devant elle et je reconnais la bague, elle ressemblait étrangement à celle que j’avais reçu de mon mari lors de notre mariage.

« C’est une jolie bague en effet. Mais ce n’est pas la mienne je la porte toujours autour de mon cou pour ne pas la perdre. »

Dans le doute, je porte ma main à mon cou en y cherchant la chaine dorée avec la bague. Ma panique ce lit sur mon visage. Ma précieuse bague avait mystérieusement disparue. Un coup d’un voleur ? J’essaie de rester courtoise en regardant la jeune femme que je venais de reconnaitre.

« Il me semble que vous avez raison. Merci madame. Vous n’auriez pas trouvé une chaine avec par hasard ? C’est mon alliance de mariage que m’a offert mon mari. Sans vous je n’aurais pu me montrer à celui-ci. »

Je lui tends un sourire en tendant délicatement la main pour récupérer le bijou. La jeune femme était jolie même si cela voyait qu’elle n’était pas en première classe. Je la verrais bien en deuxième, peut être travailleuse dans un commerce ou dans les champs vus ses doigts légèrement abimés.

Une fois le bijou rendu, je le mets à mon annulaire pour ne pas la perdre en souriant à la jeune femme qui était devant moi.

« Je m’appelle Jeanne Stuart. Souhaites-tu te promener un peu sur le pont avec moi ? Je peux accorder un peu de temps à la jeune femme qui à retrouver mon plus précieux trésor. »

C’est ainsi que je l’invite à se promener avec moi sur le pont afin d’en connaître un peu plus sur elle.

« J’ai un peu de temps devant moi et mon mari, trop occupé à raconter ses histoire avec ses collègues, ne m’en voudras pas si je le laisse un peu seul. »

Attendant la réponse de la jeune femme, je la regarde attentivement. Sans le savoir, je commence à imprégner son image dans ma tête ainsi que son parfum.

Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2019
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty



Olivia Jones
J'ai 28 ans et je suis à bord du RMS Titanic, quelque part, sur l'océan l'Atlantique. Dans la vie, je suis une vagabonde pleine de rêves et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à mon ambition, je suis aux portes d'une vie de misère au soleil et je le vis plutôt très bien.

Olivia est pauvre depuis toujours. Elle a grandit dans un orphelinat où elle n'a pas eu la chance d'être parmi les enfants que l'on adopte, ce qui fait qu'elle a très rapidement appris à ne compter que sur elle-même. Elle est débrouillarde, franche, bien que très attendrissante. Elle a d'ailleurs une passion pour l'écriture, l'encourageant souvent à se perdre dans ses rêveries. Ce voyage sur le Titanic, c'est sa chance de quitter une vie pluvieuse pour une vie plus ensoleillé sur le continent américain. Elle espère beaucoup de New York, d'ailleurs. Elle ne s'attend toutefois pas à vivre le voyage le plus bouleversant de toute son existence.  


Jenna Coleman (c) Blue Raven
La magnifique inconnue ne semble pas comprendre ce que je lui raconte, au premier abord. Elle me regarde, les sourcils froncés, sans véritablement réagir à l’anneau doré que je tiens entre les doigts. Il appartient bien à une femme de première classe ce bijou ? Sinon, comment expliquer qu’il se trouve parmi les… Je n’ai rien dit. C’est un pont où il y a énormément de passage, par ici. N’importe quelle femme de première classe a pu le laisser tomber sans s’en rendre compte. C’est du moins le constat que je me fais, quand la délicieuse beauté que je ne quitte pas des yeux, m’affirme que cette bague est jolie (moins qu’elle ne l’est elle-même à mes yeux), mais qu’il ne s’agit pas de la sienne, qui demeure toujours autour de son cou. Effectivement. Il y a peu de chance qu’elle ait pu lui échapper, surtout en étant fermement maintenu à son cou gracile. Je m’apprête donc à m’excuser du désagrément occasionné par mon intervention, quand la somptueuse jeune femme m’affirme qu’il s’agit finalement bien de sa bague soudainement disparue. C’est… étrange. La chaîne aurait-elle pu se briser sans qu’elle ne le remarque ? Cela m’en a tout l’air mais… Où est la chaine dans ce cas ? Elle n’était pas au sol prêt de la bague quand le garçonnet l’a ramassé et… Je ne crois pas l’avoir remarqué non plus ? ‘Fin. Je dis ça mais je n’ai pas vraiment regardé, je dois dire. Je me rapproche donc de la partie où se trouve sa propriétaire, de sorte qu’elle puisse la récupérer, avant de lui adresser ces quelques mots, particulièrement intimidé devant tant de grâce.

« _ Mademoiselle. Je corrige doucement, à l’appellation qu’elle m’a donnée précédemment. _ Et euh… Non. Je ne crois pas avoir vu de chaine non loin de la bague. En faite, je l’ai entendu tombé et… et ensuite un garçon s’en est emparé avant de s’enfuir avec. »

Autant dire que c’est une chance que je me sois dévoué à le poursuivre pour la récupérer, sinon il est fort à parier qu’elle ne l’aurait jamais retrouvé. D’ailleurs, quel drame cela aurait-été : son mari ne s’en serait sûrement jamais remis. Oui, bon, je l’avoue : je suis particulièrement jalouse de cet homme, alors que je ne me sens pas le droit de l’être. Je ne suis rien pour cette inconnue. Je ne suis même pas de sa classe sociale. Qu’est-ce que je pourrais lui offrir qu’il ne lui offre pas déjà ? L’amour d’une femme ? Foutaise. Je doute que mon émoi soit partagé, sincèrement. D’ailleurs, ce n’est pas normal que je sois autant attirée par une femme. C’est une femme, bordel ! Il faudrait vraiment que je m’en aille avant que je ne m’autorise à imaginer des choses insensées sur cette rencontre fortuite. Or, la femme qui se présente comme étant Jeanne Stewart, me propose naturellement de me promener un peu avec elle en guise de reconnaissance quant à mon geste et… Je n’ai pas cœur à lui refuser, j’admets, surtout avec les magnifiques sourires qu’elle m’adresse.

« _ Hé bien… Oui, pourquoi pas ? »

Je réponds naturellement, lui en offrant un à mon tour. Oui, pourquoi pas ? Ne pouvais-je vraiment pas dire mieux ? Que va-t-elle penser de moi, à présent : que j’accepte par politesse, en dépit d’une autre option ? Ri.di.cu.le. C’est un honneur de pouvoir fouler le pont en sa compagnie. Et… cela l’est autant plus qu’elle accepte de délaisser son magnifique mari, pour perdre son temps avec une souillon comme moi.

« _ Olivia Jones. J’ajoute à la suite, charmante, espérant gommer ma maladresse précédente. _ Je vais regarder si la chaîne n’est pas en bas. Vous… Désirez-vous que je vous rejoigne ensuite ? »

Je fais un effort de langage pour m’assurer de qui rejoint l’autre. Je n’oserai d’ailleurs jamais lui demander de descendre de la partie du pont où elle se trouve, pour me rejoindre à celle où j’ai eu la chance de trouver sa bague. Je préfère mille fois le faire, voyez-vous, de sorte d’être assuré qu’elle soit traitée comme la princesse qu’elle est à mes yeux, et non pas la banale inconnue qui me remercie pour mon geste.


@S3th


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
S3th
S3th
MESSAGES : 193
INSCRIPTION : 15/04/2020
CRÉDITS : ...

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy, Science Fiction, Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3776-des-rp-pleins-la-tete#79663
Flash

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty


Jeanne STUART
J'ai 30 ans et je suis à bord du RMS Titanic, au port de Southampton, en Angleterre. Dans la vie, je suis une comédienne renommé et une fille de parent riche.Je m'en sors très bien avec ma réputation  celle de ma famille et celle de mon mari. J'ai reçu comme cadeaux, pour fêter nos 10 ans de mariage, un voyage sur le Titanic.


avatar :copyright: S3th


Je regarde la jeune femme qui vient de me rendre ma bague en lui souriant sincèrement. Je n’aurais jamais réussi à avouer à Thomy que j’ai perdu sa bague et surtout sur ce bateau. S’il y a bien une chose que je ne voulais pas c’était de gâcher notre séjour de croisière. Il est vrai que Thomy resterait surement au bar avec d’autre passager qu’il aura rencontré aujourd’hui mais tout de même le savoir auprès de moi me rassure. Et puis je dois avouer qu’il est un vrai amant de nuit.

Je sors de mes pensées en souriant quand la jeune femme me reprend en m’informant qu’elle se faisait appeler par le titre de mademoiselle. Par la suite elle m’informe qu’elle n’a pas trouvé la chaîne qui allait avec la bague.

En soit, la chêne ne m’était d’aucune importance, c’était un simple bijou qui me permettait de garder sans abîmer ma bague de fiançailles. Et voilà que j’ai perdu les deux sur notre cadeau de mariage dix ans plus tard. Est-ce un signe ? Je n’en sais rien mais n’y prête pas attention n’étant pas superstitieuse pour deux sous.

Je me reconcentre sur la situation actuelle quand la jeune femme accepte de m’accompagner dans ma promenade sur le pont du bateau. Souriante j’apprends qu’elle se prénomme Olivia Jones. Un très joli prénom. Un nom qui ne me dit rien, pourtant ce visage me disait quelque chose. Je me vois une nouvelle fois arrêter dans mes penser quand elle me demande si elle souhaite que je la rejoigne plus tard après qu’elle est vérifiée si la chaine n’est pas tombé plus bas.

D’un geste de la main tendre pour la stopper dans sa mission, je lui dis tendrement.

« Ne te fatigue pas à chercher cette chaine. Elle ne m’est d’aucune utilité. J’ai compris grâce à toi qu’il était préférable que je porte ma bague à mon doigt au lieu du cou et je t’en remercie. Pour te récompenser tu pourras garder la chaine si jamais tu la trouve. Un souvenir de notre rencontre sur le Titanic. »

Souriante, je lui montre le pont presque vide pour l’intimer à marcher à mes coté sur celui-ci.

« Alors Olivia, que fait tu dans le Titanic ? Tu veux visiter la France ? l’Irlande ? l’Amérique ? »

Tout en lui demandant, j’avance sur le pont pour commencer notre ronde de l’après-midi.

Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2019
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Luigi

"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty



Olivia Jones
J'ai 28 ans et je suis à bord du RMS Titanic, quelque part, sur l'océan l'Atlantique. Dans la vie, je suis une vagabonde pleine de rêves et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à mon ambition, je suis aux portes d'une vie de misère au soleil et je le vis plutôt très bien.

Olivia est pauvre depuis toujours. Elle a grandit dans un orphelinat où elle n'a pas eu la chance d'être parmi les enfants que l'on adopte, ce qui fait qu'elle a très rapidement appris à ne compter que sur elle-même. Elle est débrouillarde, franche, bien que très attendrissante. Elle a d'ailleurs une passion pour l'écriture, l'encourageant souvent à se perdre dans ses rêveries. Ce voyage sur le Titanic, c'est sa chance de quitter une vie pluvieuse pour une vie plus ensoleillé sur le continent américain. Elle espère beaucoup de New York, d'ailleurs. Elle ne s'attend toutefois pas à vivre le voyage le plus bouleversant de toute son existence.  


Jenna Coleman (c) Blue Raven
Jeanne me fait signe de ne pas m’embêter à rechercher la chaîne perdue dans les environs. Cela ne me dérangeait pas, du reste, même si elle n’aurait sans doute plus été d’une grande utilité. Mais je ne discute pas cette demande. Si la jolie passagère de première classe estime que cela serait une perte de temps, alors j’estime également que c’est une perte de temps. ‘Fin. Je change rapidement d’opinion lorsqu’elle me demande de la garder en souvenir de cette rencontre. C’est vrai que ça serait génial de posséder quelque chose lui appartenant, même cassée. Je jette donc un œil aux environs rapidement, avant de la rejoindre pour notre promenade. C’est bizarre de penser qu’elle va vraiment passer du temps en ma compagnie. Ça… Ça me rend toute chose. Ça me rend tellement… euphorique, je crois, que je suis contente de découvrir la chaine non loin du lieu où j’écrivais auparavant. Je m’en saisie, victorieuse, avant de me rapprocher d’elle, de sorte que l’on puisse faire cette balade en… tête-à-tête. Est-ce que le terme convient ? Je ne sais pas. Je ne sais pas non plus ce que nous pourrions partagés, toutes les deux. Nous sommes tellement différentes. Elle est si… parfaite, que je me sens encore plus souillonne à fouler le pont tout à côté d’elle. D’ailleurs, les regards des autres usagers ne trompent pas : ils pensent tout autant que moi que je fais tâche à côté d’une personne aussi rayonnante que la blondinette ne l’est.

« _ J’aime beaucoup votre… couleur de cheveux. Je m’hasarde à la complimenter, les joues rosissant, tandis qu’elle m’interroge sur ma présence sur le Titanic. _ Hé bien je… Je quitte définitivement le Royaume Uni pour m’installer en Amérique. Je rêve de pouvoir y vivre de ma passion. Et… Et vous ? ‘Fin, toi si tu me permets également de te tutoyer ? »

Elle l’a fait si naturellement, si spontanément, que je ne sais pas si cela m’ait également autorisé. J’imagine que oui, mais… Je suis tellement impressionné par le charisme qui se dégage d’elle que… Que j’en perds mon assurance naturelle.

« _ J’ai retrouvée la chaîne. Je lui indique en souriant, lui montrant brièvement avant de la remettre dans ma poche. _ Merci de me l’avoir offerte. Je sais qu’elle n’a plus vraiment de grande valeur avec son attache cassée mais… C’est un joli cadeau que je garderai en souvenir. »

Quelle idiote. Qu’en a-t-elle à faire que je la garde ou non, finalement ? Elle n’a surement dit ‘ça’ que parce qu’elle a pitié de la misère que laisse transparaître ma tenue, ma démarche. Pourquoi je me persuade que cette conversation pourrait amener à une prochaine, d’ailleurs ? Elle ne fait que me démontrer sa gratitude pour son alliance et… le seul fait de me rappeler subitement qu’elle est mariée a le don de me tordre le cœur violemment. Pourquoi suis-je si éprise à cette femme ? Qu’a-t-elle de si particulier pour que je ressente à ce point l’envie de lui plaire ? Je ne saurais dire. Tout ceci n’est sans doute que physique et… je suis totalement folle.


@S3th


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
"Le coeur d'une femme est un océan de secrets." Ft S3th
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers historique-
Sauter vers: