Partagez
 
 
 

 KILI+HJORNY - it is meant to be.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 497
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty


Hjörný

Si elle devait ressentir un sentiment, par rapport aux derniers événements, ce serait la fierté. Celle d'avoir contemplé la réussite des nains à récupérer Erebor. Il lui a semblé partager leur joie, lorsqu'ils ont enfin récupérer leur foyer. Hjörný ne convoite rien, si ce n'est que l'aventure. Si ce n'est que le besoin de voir de ses yeux ce que le monde peut offrir. Petite, elle s'imaginait braver les dangers de la présence de Smaug pour se faufiler dans la montagne, pour le combattre et libérer ce trésor. Même dans la nuit, ses yeux s'illuminaient sous les rayons de l'or qui brillait pour elle ; dans ses songes les plus fous. Ses proches l'ignore, mais elle garde cachée une épée trouvée dans l'espoir de pouvoir s'en reservir un jour. Combattre dans la bataille est une fierté secrète d'un jour où elle aurait pu perdre la vie.



Eleanor Tomlinson :copyright:️ Google
Alak est adorable dans sa manière d’expliquer les origines de son nom ; Hjörný est heureuse de lui offrir cette opportunité. Et même si elle ne s’y attendait pas, elle écoute plaisamment. Derrière le nom des hommes, il n’y a pas toujours une signification précise, n’y a pas toujours une histoire à raconter, ce qui est parfois regrettable. Elle aimerait que ses enfants, si elle devait en avoir un jour, puissent se vanter à la manière d’Alak, fiers de leurs origines. Mais quelles origines auraient-ils, perdus dans le Val? Ils mériteraient tellement mieux. Mais avant cela, elle veut partir à l’aventure, en partie pour avoir des choses à leur apprendre, à leur raconter. Aussi, pour leur expliquer les raisons de leur nom. N’est-ce pas dans la tradition des autres peuples d’imprimer chez l’enfant une marque indélébile de l’histoire? Et si possible, elle aimerait élever ses enfants loin de cette ville. Pourquoi pas en bordure de fleuve, dans une belle grande demeure, là où partir en excursion serait si excitant?

Hjörný se doutait que le nain ne serait pas habile avec le filet, mais elle n’imaginait point qu’il perdrait tous ses moyens. Elle n’a d’yeux que pour sa totale incompréhension de la chose. Discrètement, elle sourit, concentrée à le voir tirer les extrémités du filet pour le retourner dans tous les sens. Elle aimerait lui proposer son aide, mais elle a secrètement envie qu’il piétine son orgueil pour quémander lui-même son aide.

Je n'excelle qu'au violon. [...] Il ne vous reste plus qu'à espérer qu'un violon se trouve près de nous à ce moment.

Doucement, elle hoche la tête, montrant son accord quant à ce plan d’avenir qui pourrait exister. Elle ne connait ces nains que depuis la veille et pourtant, ils lui réchauffent le cœur sans même faire d’efforts. Le violon est un instrument de musique noble qui transperce l’âme, à la fois profond à la fois percutant. Le temps d’une seconde, elle aurait aimé qu’il puisse jouer de son instrument à l’instant, à défaut de pouvoir l’entendre ultérieurement. Note à elle-même : glisser un instrument de musique sur ce bateau. Elle regrette d’être loin sur le fleuve pour cette raison. Aura-t-elle seulement l’occasion de le revoir pour avoir la chance d’entendre cette musique déchirante? Elle aurait aimé exiger une promesse de sa part, quant à ce projet, mais il s’avoue vaincu, ce qui lui fait perdre son idée.

Je n'y connais rien, reprenez le, j'attraperais les bêtes pour vous.
Vous pensez vous en débarrasser aussi facilement? rétorque la femme, bien décidée à l’obliger à comprendre la complexité de ce filet.

Empressé et téméraire, Kili n’attend pas davantage avant de s’éclipser au-dessus des eaux pour aller chercher le filet rempli. La rouquine ne proteste pas, amusée de le voir se trémousser en équilibre sur les rochers. Elle préfère ne pas lui dire que le bateau aurait pu être placé autrement pour faciliter la transition des poissons du filet au bateau. Elle se régale avec bonheur de ce spectacle délicieux. Elle ne manque pas de rigoler à deux ou trois occasions lorsqu’il manque perdre pied. La force de sa voix s'adapte en fonction des vagues et du vent.

C’est que vous êtes un excellent danseur, M. Kili. Il me tarde de voir cela sur la terre ferme!

Une affirmation spontanée, étant donné qu’ils ne se reverront peut-être pas. Elle préfère ne pas y penser afin de ne pas perdre le sourire. Elle profite surtout de ce moment pour aider Alak à tirer le filet. Hjörný ne se réjouit pas autant que les deux nains quant à cette réussite, car pour elle cette tâche est quotidienne. Comprennent-ils, dorénavant, pourquoi elle était si farouche la nuit dernière, lors de la perte des poissons? Les filets sont certes utiles, mais la difficulté de la tâche n’est pas moindre! Hjörný demande à son acolyte de bateau de traîner les poissons vers le baril. À cet endroit, ils soulèvent de nouveau le filet pour faire tomber les petites bêtes remuantes. Le baril contient juste assez d’eau pour maintenir les poissons en vie ; et ils le resteront jusqu’à leur arrivée au commerce.

J’apprécie grandement votre intérêt, M. Kili. Vous feriez un excellent élève si vous n’étiez pas si impatient!

Remarque gratuite et vraie. Il se montre intéressé, mais ne reste pas assez longtemps sur une tâche pour en apprendre tous les détails. « Je n’y connais rien, reprenez-le » étaient ses mots exacts.

Oui, le filet doit être remis en place. Saurez-vous le manier correctement cette fois? nargue-t-elle gentiment en lançant, en boule pour ne pas qu’il prenne le vent, le filet précédemment tendu.

Son esprit joueur aimerait sournoisement qu’il tombe à l’eau, comme si l’avoir poussé une première fois, la veille, n’était pas suffisant pour complaire son divertissement. Elle n’a pas souvent l’occasion de jouer, entre les matinées chargées, les journées productives et les soirées exténuantes. Et pourtant, elle met toutes les chances de son côté pour se lever tôt, pour avoir le temps de faire ce qu’elle souhaite. Il arrive qu’elle s’amuse, mais pas de cette façon, pas avec autant de « ridicule ».  Malgré tout, il est étonnant, même pour elle, de voir combien il est facile de se laisser prendre au jeu avec eux. Elle n’a pas à réfléchir, juste à être elle-même. Et s’il y a bien une chose qu’elle apprécie dans le Val, ce sont les enfants avec lesquels elle adore joué à cache-cache au travers des commerces et des nombreuses habitations. À défaut d’avoir des enfants, elle s’amuse avec ceux qui s’ennuient dans la journée. En échange, elle leur offre le poisson.

Allez, ne perdez pas trop de temps à le remettre en place, nous avons bien d’autres filets à examiner. Et je dois encore vous apprendre à manier celui-ci.

Comme s’il pouvait le voir de son emplacement, elle désigne du pied le précédent filet désormais oublié au fond du bateau. Elle tourne son visage vers le second nain, la voix moins portée à franchir la barrière du vent et du débit de l'eau :

Mon cher Alak, je vous accorde le droit de remettre le bateau en nage aussitôt que vous le jugerez nécessaire. Cela aidera assurément notre ami ici présent à ne perdre aucune seconde. Auquel cas, il devra rester sur ces rochers jusqu’au changement de marée.

Elle se moque du pauvre Kili, qui n'a assurément pas tout compris de cet échange, mais elle n’a pas l’intention de l’oublier là. Et si elle devait réellement le faire, elle reviendrait bien évidemment le chercher après la tournée des filets!

Profitant de l’absence du nain, elle se permet d’examiner l’arme, principalement l’épée, qu’il a laissée sur l’embarcation. C’est une belle épée. D’abord, elle observe avec ses yeux. Ensuite, elle observe avec plus d’intérêt, allant jusqu’à frôler l’arme du bout des doigts. S’ils sont captivés par sa routine monotone, mais agréable, de son côté, elle préfère admirer cette arme forte d’énergie. Elle en vient même à se perdre dans cette contemplation. Elle aimerait également être en mesure de chasser le gibier en mouvement. Réflexion qu'elle se fait en jeter un coup d'oeil à l'arc.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 375
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

448358AidanTURNER7.jpg
Kili
fils de Dis

Kili, neveu du roi Thorin II Écu-de-Chêne, frère de Fili. Treizième membre de la Compagnie des Nains, il est le plus jeune de tous en arborant 77 ans. Par cette quête, il a souhaité montrer sa dévotion pour son roi, et à laisser sa marque dans l'histoire. Il fut l'un des chanceux à survivre à la Bataille des Cinq armées, mais en sorti changé suite aux pertes qu'il a subit. Il est l'un des premiers à mettre son genoux à terre face au Roi de la Montagne, suite à la restitution d'Erebor et de l'Arkenstone.

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 4e4757470afd71b958eec33636e81c26422f74ca

Depuis son plus jeune âge, Kili s'entraine avec les armes qui l'entoure. Pourtant, il a toujours été bien plus agile à l'arc et à l'épée, plutôt qu'avec les armes lourdes des siens. C'est un nain dont rien entachait la joie de vivre, pourtant, il va devoir apprendre à se reconstruire. On ne ressort jamais vraiment indemne de ce genre d'histoire.


Aidan Turner:copyright:️️ insuline
Un mince sourire se dessine sur les lèvres de Kili lorsqu'elle le qualifie d'impatient. C'est ce que les siens, les plus proches, disaient de lui jusqu'à ce qu'il parte pour reconquérir la montagne avec son défunt oncle. Depuis sa plus tendre jeunesse, Kili était un nain que rien ne pouvait assouvir : pas même les histoires de son peuple, pas même les parties de chasses, les entraînements ou les véritables combats bien que moindre auxquels il avait pu participer. Kili avait toujours voulu avoir plus, faire plus de choses, voir plus du monde. Il n'avait jamais su se contenter de ce qu'on lui offrait. Il est impatient des bonnes choses de la vie, mais Kili est pourtant tout le contraire d'un homme impatient lorsqu'il s'agit de monter sur le trône. Alak rigole, quant à lui, parce qu'il sait que Kili est un bon élève, bien meilleur que lui d'ailleurs. Le seul problème pour le jeune nain, c'est qu'il détourne trop vite son attention lorsque sa vie n'est pas en danger. Kili est intéressé par tout et n'importe quoi à la fois. Saurez-vous le manier correctement cette fois? La rousse le met au défis, et il tombe les deux pieds en plein dans son piège. Espiègle par son sourire, Kili a attrapé le filet lancé avant de le déplier. Il l'accroche avec moins d'adresse que n'importe quel pêcheur, il manque même de tomber : sa botte est à moitié dans l'eau lorsqu'il remonte pour attacher le dernier noeud du filet. Il n'est pas peu fier, même s'il entend le rire gras de son ami. Il parvient à attacher la bête, bien que le filet soit cent fois moins bien accroché que s'il l'avait été par Hjorny. Lorsqu'il se détourne de son dernier noeud, Kili ne peut pas s'empêcher de penser que lorsqu'il aura disparue de la vie de cette gourmande femme, il pourra au moins lui décrocher un sourire à son prochain labeur.

Mais le bateau a déjà bougé de son emplacement lorsqu'il se retourne : non, Kili n'a pas fait attention aux derniers mots que la femme a échangé avec l'autre nain, mais vu l'expression sur leur visage lorsqu'ils contemplent Kili en train de réagir, montre bien la petite blague qu'ils avaient en tête. Le nain est toujours tout heureux, la joie de vivre l'anime et il se prend à leur jeu même s'il n'en avait pas eu envie. Il doit courir sur les rochers pour les garder à bonne portée, mais ce n'est que lorsque Alak prend la parole haut et fort que Kili se met à agir : T'as besoin qu'on te lance, l'ami? Voilà des mots à ne pas dire à un nain, et Alak le savait. Kili a juste eu le temps de froncer les sourcils avant de prendre la bonne impulsion, au bon moment, pour le faire tomber dans le bateau. Il fait remuer l’embarcation, mais Kili se met à rire en même temps que son ami à cause du ridicule de la situation. Sa botte trempée, en l'air, déverse enfin l'eau contenue.

" - Vous êtes espiègle..." Qu'il dit, entre deux rire, en se redressant pour s'asseoir. Il enjambe même le filet auquel il ne veut plus porter attention. " Mais vous ne pourrez venir à bout de ma personne."

Kili sourit encore quelques instants, en contemplant la rousse, pendant que Alak dirige le bateau dans la direction que la femme lui a indiqué. Si cela ne serait pas paru si étrange, il aurait pu rester là à la regarder jusqu'à ce qu'ils arrivent. Mais pour passer inaperçu, c'est soit la rame, soit les poissons qui attirent son attention. D'abord, il s'est redressé pour atteindre ce qu'ils ont pêché et voir de ses propres yeux. Heureux, toujours, avec son sourire qui ne quitte ses lèvres. Puis volontaire, lorsqu'il s'agit de faire voguer le bateau de pêche. Il n'aura pas cessé d'être attentif aux propos échangés, aux histoires contées et aux rires partagés. Mais les yeux vifs d'Alak, quasiment arrivé au prochain lieu de pêche, ont vu avant les siens le détail important et enivrant qui va suivre. Elle qui rêve de vivre une aventure.

" - Ne serait-ce pas trois rats, tentant de rejoindre leur trou ?"

Sur la rive droite, celle où le bateau doit amarrer, voilà trois orcs en train de courir. Pas pour leurs vies, parce qu'ils ne sont chassés par nuls hommes ou bêtes. L'un d'eux semblent être blessés, ils doivent tenter de rejoindre les leurs après s'être cachés suite à la bataille. Se cacher, se soigner, c'est le retranchement de n'importe quel humanoïde à travers le monde. Kili n'est pas surpris, ils ont cachés l'orc en arrivant dans la ville du Val. Il se contente de les suivre du regard, un pied sur la coque du bateau, ses sourcils froncés. Son coeur lui cri de passer par dessus bord pour rejoindre la rive et mettre fin à la vie de ces abominations.

" - Nous devrions les intercepter avant qu'ils ne rejoignent leur rang..."
" - Nous n'irons nul part. Pas en ayant Dame Hjorny pour compagnie."

C'est un ordre qui résonne dans sa voix, ce n'est certainement pas habituel pour la rousse, pourtant Alak semble tout de suite comprendre, baisser l'échine, suivre l'avis de celui qui devrait être son roi. Pourtant, Kili tend la main vers Hjorny. Silencieusement, d'un coup de tête, il lui demande l'arc et les flèches qui sont toujours au sol à ses pieds. Il n'a jamais demandé ses armes à une femme, mais le silence est de mise : les orcs entendent très bien, et même s'ils ne les ont pas remarquer, cela ne saurait tarder. Kili n'a pas détaché ses yeux de la rousse tant qu'il n'a pas eu l'arme, et une fois chose faite, il n'a pas perdu une seconde. Le nain a prit une flèche, il a tendu sa corde en visant d'un oeil la tête de l'orc menant la danse. Les deux autres, à l'arrière, l'un aidant le blessé à avancer plus vite, auront le temps de se cacher avant qu'il ne s'arme de nouveau. Mais une fois la flèche décochée, elle atteint sa cible : le premier orc tombe à terre, dans un hurlement, avant de mourir en s'écrasant de tout son poids. Les deux autres réagissent vite ; ils sont déjà cachés, Kili ne les trouve plus de ses yeux perçant. Alak lui aussi les cherche, tout en tentant d'empêcher le bateau de s'approcher de la rive ; pourtant, c'est là que le courant les mènes ; diable que les filets de pêches sont placés au bon endroit.

" - Sommes nous obligés de nous arrêter ici ?"

Qu'il demande en se tournant vers la femme. Deux orcs seront vite morts avec Kili et Alak, mais d'autres pourraient être cachés dans le coin. Le nain lâche son arc pour récupérer la rame, et lui aussi tenter de contrer le courant pour ne pas atteindre de suite la rive. Gagner du temps sert à réfléchir, à s'apprêter : il ne voudrait qu'elle meurt sous ces horribles monstres à l'allure de rats et à l’haleine putride.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 497
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

tumblr_ogwtseWr3y1tmm19ro3_250.png
Hjörný

Si elle devait ressentir un sentiment, par rapport aux derniers événements, ce serait la fierté. Celle d'avoir contemplé la réussite des nains à récupérer Erebor. Il lui a semblé partager leur joie, lorsqu'ils ont enfin récupérer leur foyer. Hjörný ne convoite rien, si ce n'est que l'aventure. Si ce n'est que le besoin de voir de ses yeux ce que le monde peut offrir. Petite, elle s'imaginait braver les dangers de la présence de Smaug pour se faufiler dans la montagne, pour le combattre et libérer ce trésor. Même dans la nuit, ses yeux s'illuminaient sous les rayons de l'or qui brillait pour elle ; dans ses songes les plus fous. Ses proches l'ignore, mais elle garde cachée une épée trouvée dans l'espoir de pouvoir s'en reservir un jour. Combattre dans la bataille est une fierté secrète d'un jour où elle aurait pu perdre la vie.

tumblr_inline_p93z9nw8yh1ucuavm_250.gif

Eleanor Tomlinson :copyright:️ Google
Au bout d'un moment, dame Hjörný relève les yeux. À ce moment, elle apperçoit le sourire d'Alak qui l'observe discrètement, avec douceur. Sans doute a-t-il remarqué combien elle était subjuguée par les armes de Kili laissées dans l'embarcation. Il est rare qu'elle puisse en admirer de si près, surtout des armes à la finition impeccable. Ce Kili est convenablement équipé. Alak ne soulève aucun commentaire quant à sa gourmande curiosité.  

Après quelques cascades amusantes, Kili ne tarde pas à les rejoindre dans l'embarcation. Les mouvements des vagues font presque perdre l'équilibre à la fille, mais elle ne ressent aucunement la peur de tomber à l'eau. Elle aime bien trop naviguer pour être déstabilisée par ce sentiment. Décidément, ce nain ne manque pas d'entrain. Ça lui plaît, cette joie de vivre. Ça fait changement des hommes ivres qui n'hésitent pas à la draguer au petit matin ― chose qui la laisse complètement indifférente ; elle n'est point attirée par les hommes qui ont passé la nuit à boire tandis qu'elle-même se lève pour entamer sa journée. Et quel homme digne voudrait d'une poissonneuse? Les hommes possèdent une noirceur nauséabonde ― la plupart du temps. Pour une fois, elle se sent en très bonne compagnie. Et si elle était rabat-joie la veille, elle ne parvient plus à détendre les muscles de ses joues lorsqu'elle sourit. Elle se surprend même à masser sa propre mâchoire dans l'espoir de cacher son sourire alors qu'elle essaie d'être sérieuse ― en contrôle de son petit bateau.

Mais vous ne pourrez venir à bout de ma personne.
C'est ce que nous verrons.

Elle ne manque pas de percevoir cela tel un défi. Mais elle se remet aussitôt à la tâche. Les discussions normales reprennent leur cours, jusqu'à ce qu'elle remarque Kili, penché au-dessus des poissons, admirant la récolte. Doucement, elle s'approche de lui, posant ses fins doigts sur les barils pour se garder en équilibre.

Étant donné que vous avez volontairement contourné le filet, puis-je vous suggérer de toucher ces poissons? qu'elle demande, moqueuse, les yeux remplis de tendresse.

Elle est prête à tendre la main pour attraper la sienne et la guider dans le petit bassin d'eau où remuent tous les poissons. Ils ne risquent pas de mordre, juste de frétiller comme sait si bien le faire Kili lorsqu'il s'anime dans tous les sens. Pourtant, elle n'a pas le temps de s'exécuter que Alak les prévient d'une présence indésirable. Comment peut-il voir des rats à cette distance? C'est ce détail qui l'oblige à tourner la tête pour apercevoir ces ennemis qui fuient sur la rive.

Nous n'irons nulle part. Pas en ayant Dame Hjorny pour compagnie.

Elle n'est pas vexée d'une telle décision. En réalité, elle comprend tout à fait son raisonnement. Ils mettraient sa vie en danger s'ils choisissaient d'attaquer ces monstres. Elle sait combien ils peuvent être redoutables. Elle est d'abord étonnée qu'ils se soucient réellement de sa protection malgré leur forte espièglerie ― à la limite de l'impulsivité. Les voilà qui s'arment de sérieux... Et Alak semble plutôt docile aux recommandations / ordres de ce Kili, détail qui ne lui échappe pas depuis qu'ils ont piqué sa curiosité. Sans un mot, il demande son arc. Elle semble hésiter, lorsqu'elle le questionne du regard. Elle ne se demande pas : êtes-vous sûrs qu'il soit nécessaire d'intervenir? Elle demande plutôt : ai-je vraiment le droit de toucher cette arme? Son regard est aussi éloquent que le sien. Pourtant, elle s'exécute. C'est la meilleure chose à faire. Et elle a envie d'être une excellente spectatrice. L'orc est bien trop loin pour qu'elle n'entende son corps tombé sous l'assaut précis de la flèche, donc elle ne sursaute pas. Un jour, aura-t-elle l'honneur d'apprendre à utiliser cette arme?

Vous êtes plus habile avec cet arc que les filets, commente-t-elle. J'aimerais vous éviter cette tâche... Mais oui, il est préférable que nous nous arrêtions. Nous avons besoin de ces poissons. Et si nous les laissons-là, ils mourront inutilement, coincés.

À mesure que l'embarcation les dirige vers les pièges, le courant est de plus en plus précis. Ils doivent s'arrêter. Ensuite de quoi, ils pourront remonter le canal et faire demi-tour par une autre voie maritime afin de revenir au Val. Elle invite Kili a lui donner à la rame afin qu'elle reprenne efficacement les reines de ce bateau. Ils seront plus rapidement positionnés ― et mieux positionnés. Nul besoin d'être fort pour suivre le courant, quelques bifurcations grâce à la rame suffisent. Ils accostent finalement dans un rebond. Dans un long silence où les orcs se font discrets. La rouquine stabilise l'embarcation et s'approche du bord pour observer le paysage. Son pouls s'accélère au rythme que disparaît sa salive. Elle replonge dans les souvenirs de la bataille malgré elle. Tout comme les nains, elle tente d'apercevoir les monstres. Elle connait si bien ces décors, à force de les emprunter régulièrement, qu'elle parvient à discerner un visage entre deux arbres. Un visage sombre et monstrueux. D'un coup, elle se tend à la manière de l'arc à Kili. Évitant de pointer la chose, elle entrouvre les lèvres pour indiquer au nain sa nouvelle cible.

Avez-vous l'intention de descendre pour vérifier les environs? qu'elle demande.

Elle aimerait qu'ils évitent de se mettre en danger au même titre qu'elle aimerait les voir combattre, car cela la fascine. Elle sait néanmoins qu'elle ne veut pas qu'ils soient blessés. Elle les connait depuis peu, mais elle les apprécie déjà tant.

Faites très attention.

Elle s'inquiète pour leur sécurité. Et tandis qu'ils choisissent entre rester à leur place ou s'élancer à la poursuite des orcs, elle s'active déjà à aller récupérer le contenu du filet afin qu'ils puissent être prêts à reprendre le large rapidement. Si ça devait tourner mal... autant qu'ils puissent éviter un combat qui aurait nécessité plus de deux nains pour en venir à bout. Brandir une arme une unique fois ne fait pas d'elle une combattante de confiance, même si son coeur est plein de bonne volonté. Et alors qu'elle se conditionne à ce que tout se passe bien, des grognements lointains parviennent à ses oreilles... y en aurait-il plus que deux? Est-ce que ces nains peuvent réellement gérer cela?


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 375
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

448358AidanTURNER7.jpg
Kili
fils de Dis

Kili, neveu du roi Thorin II Écu-de-Chêne, frère de Fili. Treizième membre de la Compagnie des Nains, il est le plus jeune de tous en arborant 77 ans. Par cette quête, il a souhaité montrer sa dévotion pour son roi, et à laisser sa marque dans l'histoire. Il fut l'un des chanceux à survivre à la Bataille des Cinq armées, mais en sorti changé suite aux pertes qu'il a subit. Il est l'un des premiers à mettre son genoux à terre face au Roi de la Montagne, suite à la restitution d'Erebor et de l'Arkenstone.

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 4e4757470afd71b958eec33636e81c26422f74ca

Depuis son plus jeune âge, Kili s'entraine avec les armes qui l'entoure. Pourtant, il a toujours été bien plus agile à l'arc et à l'épée, plutôt qu'avec les armes lourdes des siens. C'est un nain dont rien entachait la joie de vivre, pourtant, il va devoir apprendre à se reconstruire. On ne ressort jamais vraiment indemne de ce genre d'histoire.


Aidan Turner:copyright:️️ insuline
Quand il est clair et net qu'ils ne vont pas pouvoir louper cet arrêt, grâce aux mots de Dame Hjorny qu'il aurait préféré ne pas entendre cette fois, Kili ne peut pas s'empêcher de soupirer. Lui laisser les rennes de l'embarcation, c'est laisser les diriger vers un destin incertain. Une chose est sûre, les deux nains auraient préféré revenir plus tard, avec la dame ou bien même avec leurs confrères. Parce que aucun des deux n'a envie de mettre la vie d'un membre de la ville en danger, encore moins d'une femme. Encore moins la vie d'une femme aussi charmante que Dame Hjorny.

Le bateau de pêche finit par arriver sur la terre, et c'est avec l'oreille tendue que les deux nains s'échangent un regard qui en dit long sur leur relation. Ils n'ont pas besoin de parler pour se comprendre : c'est ça, avoir grandit ensemble dans une société aussi rude que celle des nains. Lorsque la rousse voit un des monstres dans ce paysage qu'elle connaît bien mieux qu'eux, kili n'appercoit pas la même chose mais il comprend qu'elle a vu quelque chose. Alors il se met à chercher avec plus de précisions dans la direction où son visage était tourné, mais son ouïe est concentré à la fois sur la Dame et sur les bruits aux alentours.

'' - Souhaiteriez-vous que nous laissions de telles atrocités sur vos terres ?"

C'est l'autre nain qui parle, sûrement parce qu'il voit que son futur roi a le regard vissé vers un point. Lorsqu'il regarde lui-même plus attentivement, il voit le visage du monstre disparaître en pensant ne pas avoir été vu par l'ennemi. Les deux vieils amis agissent comme si de rien était, mais ils sont d'accord, encore une fois en silence, sur le fait d'agir là-bas en premier. Au moins un est là-bas.

" - Vous resterez sur l'eau, Dame Hjorny. Nul besoin de risquez votre vie face à des créatures si noir.''
'' - Toi aussi,'' Le second parle à Kili avec plus de solennité que jamais, mais il est sévère. Quand le plus grand se tourne vers Alak, ce dernier reprend. '' Je ne perdrais pas un autre souverain aux mains des mêmes rats. Laisse-moi. Laisse-moi te prouver que j'ai ma place à tes côtés.''
" - Je le sais déjà. " S'empresse de répondre Kili en attrapant le poignet d'Alak avant que celui-ci ne passe réellement au dessus de l'embarcation. '' Tu n'as rien à me prouver mon frère.''

Alak sourit, rigole même comme si tout ça n'était qu'une grande blague. Mais les deux savent dans 'eut regard que ses propos n'ont rien d'hilarant. Le deuxième nain s'en va et mime d'abord de chercher l'ennemi, seul, mais il sait bien où il se trouve au final. Kili se retrouve abandonné de son ami, sur cette barque, et il n'ose même pas se tourner vers la rousse. Pas parce qu'elle l'intimide mais parce que Kili est incapable de regarder quelqu'un sans trahir son stress et sa peur sur les traits de son visage.

Quand Alak disparaît de son champ de vision derrière les buissons, le temps devient soudainement plus long. Au bout de quelques secondes, certainement minutes, on peut entendre un bruit de ferraille : des lames qui s'entrechoquent. Si Kili a d'instinct le besoin d'y aller, il se reprend en faisant seulement remuer le bateau sur l'eau. Il tente de se faire plus grand, monte sur les assises, sur le coffre, mais rien n'y fait. Voilà alors qu'il se tourne vers la poissonnière, dans le feu de l'action, les lèvres entrouverte comme s'il cherchait à dire quelque chose qui ne vient pas naturellement.

" - Je suis trop court. " Qu'il parvient à dire, surtout parce que c'est une femme et qu'il ne veut pas foncer tête baissée, la boule malgré tout bloquée au fond de sa gorge. " Montez ! Dites moi ce que vous voyez ! "

Soudainement, il parle à cette femme avec autorité. Mais pas avec celle d'un homme qui soumettrais une femme à son bon vouloir. Une autorité digne, celle d'un héritier au trône qui s'adresserait à son équipier. Il n'exige pas, il demande de l'aide et agit comme si elle était un des siens. Sa large main est déjà posée sur le bras de Dame Hjorny pour la pousser à monter sur l'assise la plus proche. Malheureusement, si la rousse est plus grande, elle ne dépasse pas encore les buissons. Kili est impatient, il ne lâche pas le pend de sa vieille robe décousue en guise de chandail.

Les bruits du combat ne s'arrêtent pas, Kili jurerait qu'il y a plus de deux, voir plus de trois, lames en jeu. Tout ce à quoi il pense c'est gagner de la hauteur.

" - Grimpez. " Qu'il exige de nouveau en aggripant sa taille. " Grimpez sur mes épaules, et dites moi ce que je ne peux voir. "

Alors il ne lui laisse pas le choix. Hjorny se retrouve sur les épaules de Kili, qui sans mal grâce à sa force, la soulève pour qu'elle gagne en hauteur. Par un jeu d'équilibre il arrive, tant bien que mal avec le mouvement du bateau sur l'eau, à monter sur l'assise. Ainsi, la rousse est capable de voir ce qui se passe de l'autre côté. En l'occurrence ; Alak à réussi à tuer ses deux ennemis mais un autre groupe, plus nombreux, lui est tombé dessus et il a dû mal à s'en sortir.

" - Vous ne répèterez ça à personne, pas vrai ? "

Il s'inquiète soudainement de ce que penseraient ses confrères s'ils apprenaient que Kili à servis de marche pied à une femme Homme. Alors qu'il a ses mains plaquées et accrochées à ses cuisses pour garder l'équilibre, il ne pense même pas à la bouche qu'ils feraient tous en sachant qu'il a glisse sa tête et ses mains à ces endroits précis où il la touche pour la tenir fermement à lui. Il s'inquiète, mais déjà Alak bat en retrait. Il revient de derrière les buissons en entraînant la quinzaine d'ennemis qui le malmènent avec lui. Dame Hjorny va devoir descendre rapidement pour le laisser attraper son épée et partir au combat. A deux, ils vaincront sans mal.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 497
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

tumblr_ogwtseWr3y1tmm19ro3_250.png
Hjörný

Si elle devait ressentir un sentiment, par rapport aux derniers événements, ce serait la fierté. Celle d'avoir contemplé la réussite des nains à récupérer Erebor. Il lui a semblé partager leur joie, lorsqu'ils ont enfin récupérer leur foyer. Hjörný ne convoite rien, si ce n'est que l'aventure. Si ce n'est que le besoin de voir de ses yeux ce que le monde peut offrir. Petite, elle s'imaginait braver les dangers de la présence de Smaug pour se faufiler dans la montagne, pour le combattre et libérer ce trésor. Même dans la nuit, ses yeux s'illuminaient sous les rayons de l'or qui brillait pour elle ; dans ses songes les plus fous. Ses proches l'ignore, mais elle garde cachée une épée trouvée dans l'espoir de pouvoir s'en reservir un jour. Combattre dans la bataille est une fierté secrète d'un jour où elle aurait pu perdre la vie.

tumblr_inline_p93z9nw8yh1ucuavm_250.gif

Eleanor Tomlinson :copyright:️ Google
Elle entend d'abord les paroles de Alak : [ Je ne perdrai pas un autre souverain aux mains des mêmes rats. ] Un souverain? Les mains de la rouquine sont occupées à la tâche, tandis que les mots, eux, se fraient un chemin à son esprit. Elle comprend enfin où menaient les nombreuses observations faites au sujet de ce Kili ; la manière dont les autres le regardaient, concernés et respectueux ; la manière dont les autres répondaient à ses demandes sans douter de lui. Souverain d'Erebor, assurément. Hjörný a toujours été fascinée par la montagne et la bravoure des nains. Savoir qu'il est souverain, par le biais de mots échangés, devrait-il avoir un quelconque impact sur la manière dont elle le regarde déjà? Elle assimile enfin qui il est, avec plus de clarté. Elle ne sait pas si elle doit être honteuse ou amusée d'avoir poussé un souverain à l'eau, mais elle se sent flattée qu'il soit resté espiègle malgré tout. Pourquoi ne parle-t-il pas de son statut, acceptant qu'elle lui donne des ordres concernant la pêche? Il se confond bien parmi les siens, c'est un fait. Évidemment, elle doit se poser la question : comment fait-il pour gouverner avec une telle impatience et un tel besoin de bouger?  

Alak s'enfonce dans les terres ; elle s'inquiète de plus en plus pour lui, à tel point qu'elle n'ose parler pour rompre le silence. Hjörný qui a toujours rêvé d'aventure goûte aujourd'hui à cet amer échantillon que ressentent ceux observant leurs camarades partir au front sans pouvoir intervenir. Elle fixe un point invisible entre les omoplates du nain. Il semble soudainement si silencieux. Elle le voit respirer avec appréhension. Par respect pour lui, elle évite de passer le moindre commentaire. Une part de sa propre anxiété est assurément liée à la sienne. Elle ne voudrait que ce Kili regrette son choix d'avoir laissé son ami affronter seul le danger. Les aventures sont-elles toutes aussi désarmantes? Le tintement des épées est un rappel des forces brutes des armes. Un coup bien placé peut être mortel. Un homme doit être brave et courageux pour soulever une épée, car il ne faut pas seulement frapper l'ennemi, il faut savoir encaisser le choc de l'attaque sans se laisser dominer. Hjörný sent que tous ses sens se mettent en alerte. Elle n'avait pas ressenti cette adrénaline depuis la bataille. Bataille où la mort a frappé à plusieurs reprises. Là où Kili a perdu des membres de sa famille. Elle fait le lien, tout doucement.

Grimpez sur mes épaules.
Vos épaules? s'étonne-t-elle de la demande, mais sans intention de refuser.

Cette fois, il met de côté son ego et lui demande de l'aide car, selon ses dires exacts, il est trop court. Elle voit tellement de bonté à ce nain, autant dans le regard que dans les mots qu'elle ne peut qu'être de son avis. Alak a besoin qu'on veille sur lui. Sachant qu'elle pourra aidera, un éclair de scintillement traverse son regard. Elle n'a rien d'élégant lorsqu'elle grimpe sur les larges épaules du nain. Heureusement qu'il est là pour la maintenir en place, sinon elle aurait perdu l'équilibre. Sans réellement faire attention, ses paumes s'appuient lourdement sur la tête de Kili. Ça l'aide à élancer le haut de son corps pour mieux voir au-delà des buissons.

Vous ne répéterez ça à personne?
Ne soyez sûr de rien.

Elle se moque ouvertement. Et même si elle sourit, elle s'oblige elle-même à redevenir sérieuse compte tenu de la situation.

Votre ami est un excellent combattant, mais vous devriez lui porter main forte, concède la fille. Il a besoin de vous et vous lui serez d'une grande aide.

Et comme si les actions de Alak se conformaient aux propos de la rouquine, le nain revient vers eux, le feu au cul, pourchassé par les monstruosités des ténèbres. Ô grand jamais Hjörný n'accepterait qu'un malheur arrive à Alak. Très réactive, elle se déplace et glisse le long du corps à Kili pour regagner le sol, paumes appuyées sur ses épaules. En d'autres circonstances, elle aurait pris le temps d'observer son visage taquin. Mais ils ont plus important à régler. Positive à souhait,  elle agrippe solidement le tissu de son vêtement à l'épaule et l'oblige à sortir de l’embarcation. Elle attrape elle-même l'épée du nain avant de la lui lancée à la volée.

Vous serez plus efficaces à deux, allez! l'encourage-t-elle, pleine de bonne volonté.

La fille n'hésite pas à se remettre à la tâche. Grâce aux outils de son embarcation, elle peut accrocher le filet à un morceau de bois et le remonter sans mal grâce à une petite manivelle qu'elle doit tourner à deux bras, solidement. À chaque seconde, elle tourne un oeil attentif au combat pour s'assurer qu'ils s'en tirent bien. Elle ne tarde pas à accomplir son devoir, à faire tomber les poissons dans le baril, relançant ensuite le filet à l'eau. Elle s'exécute assurément plus vite que Kili n'a pu le faire plus tôt. Vers la fin de sa tâche, elle est tellement concentrée qu'elle ne peut contenir un cri de stupeur lorsqu'un projectile se loge à quelques centimètres d'elle sur l'embarcation. Les nains semblent gérer la situation, mais l'un des monstres l'aperçoit et n'hésite pas à se frayer un chemin parmi ceux encore debout pour accourir vers l'embarcation.

Bras tendu, elle s'empare du premier objet qu'elle trouve. Objet qu'elle empoigne solidement. Prestement, elle se redresse et pivote. Elle envoie valser son bras et percute violemment la tête du monstre avec une casserole. Bon… ce n'est pas une épée, mais au moins elle a ralenti la bête qui allait monter à bord et qui a secoué l'embarcation dans tous les sens. Ça lui donne le temps de fouiller correctement dans le fouillis de ses possessions pour dénicher l'épée qu'elle y cache depuis sa dernière utilisation.

Dame Hjörný!

C'est la voix d'Alak qui surgit, non pour l'interpeller, mais plutôt pour prévenir Kili du danger. La poissonnière atteint le molosse avec son épée pour se défendre, mais perd pied par-dessus l’embarcation et chavire à l'eau avec le monstre sans savoir s'il est mort. Le courant tire le monstre loin d'elle, mais elle de se raccroche à une immense pierre pour sortir la tête de l'eau comme son pied s'est emmêlé dans le filet de pêche. Elle cherche des yeux son épée sans la trouver. Et les nains, sont-ils parvenus à tous les tuer?Ont-ils réussi haut la main?


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 375
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

448358AidanTURNER7.jpg
Kili
fils de Dis

Kili, neveu du roi Thorin II Écu-de-Chêne, frère de Fili. Treizième membre de la Compagnie des Nains, il est le plus jeune de tous en arborant 77 ans. Par cette quête, il a souhaité montrer sa dévotion pour son roi, et à laisser sa marque dans l'histoire. Il fut l'un des chanceux à survivre à la Bataille des Cinq armées, mais en sorti changé suite aux pertes qu'il a subit. Il est l'un des premiers à mettre son genoux à terre face au Roi de la Montagne, suite à la restitution d'Erebor et de l'Arkenstone.

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 4e4757470afd71b958eec33636e81c26422f74ca

Depuis son plus jeune âge, Kili s'entraine avec les armes qui l'entoure. Pourtant, il a toujours été bien plus agile à l'arc et à l'épée, plutôt qu'avec les armes lourdes des siens. C'est un nain dont rien entachait la joie de vivre, pourtant, il va devoir apprendre à se reconstruire. On ne ressort jamais vraiment indemne de ce genre d'histoire.


Aidan Turner:copyright:️️ insuline
Kili ne peut empêcher les coins de ses lèvres de se retrousser très légèrement lorsqu’elle dit clairement qu’il devrait douter que tout ça reste secret. Un autre aurait certainement eu une pointe au coeur à savoir que la femme ne garderait peut-être pas ça pour elle, mais lui et sa joie de vivre se contentent de trouver charmant le fait qu’elle soit pleine d'espièglerie et de bonne humeur. Mais rien n’enlève la concentration qu’il a pour le combat qu’il ne voit pas mais qui est décrit par la rousse : Alak est un valeureux combattant et nul doute qu’il sait mettre à mal ses ennemis. Et même si deux hommes sont toujours mieux qu’un lors d’un combat, Kili sent son coeur manquer un battement lorsqu’elle dit que l’autre nain a assurément besoin de lui. C’est comme s’il avait l’impression eu manquer l’appelle une nouvelle fois ; hors de question qu’il perde un des siens une fois de plus.

Celui qui devrait être le roi d’Erebor a longtemps retenu le regard de la poissonnière lorsqu’elle lui a indiqué qu’il serait mieux là-bas qu’ici. Il ne sait pas pourquoi il a été si long à prendre son arme : parce qu’il n’a pas l’habitude qu’une femme le pousse au combat de la sorte, il n’a pas l’habitude qu’une femme l’encourage avec fougue, il est troublé qu’elle puisse tenir son épée avec fermeté pour la lui tendre. Mais Kili a finit par récupérer l’arme, alors que le temps n’a pas coulé tant que ça, pour partir à l’aide de l’un de ses plus vieux amis. Le nain met assurément plus de temps qu’un Homme l’aurait fait pour atteindre le champ de bataille, mais son fer finit rapidement par croiser celui de l’ennemi. Et si la vitesse et la taille divisent les deux espèces humanoïdes, la force du nain n’a rien à envier à celle d’un Homme. Quand il frappe, l’ennemi est tourmenté. Le sang coule mais l’ennemi est robuste. Loin d’Alak d’être au bout de son souffle, mais les orques qui se battent aujourd’hui sont ceux qui restent de la Bataille des Cinq armés ; ils ne vont pas se laisser mourir en ce jour.

” - Dame Hjörný !”

La voix de son combattant retentit et directement, le visage de Kili se tourne vers la barque qu’ils sont censés protéger. Ses cheveux volent dans ce mouvement, mais le nain a tout juste le temps de voir la rousse tomber par dessus bord avec l’ennemi, que lui-même se prend un puissant coup de pied dans le torse qui le fait tomber à terre à plusieurs mètres. Pour cette femme, il a perdu des yeux son propre ennemi qui aurait pu le tuer en un seul coup. Les nains n’ont pas l’habitude d’avoir des femmes prêts d’eux ; comment agir, comment les défendre ? Ils doivent garder un oeil sur elle pour ne pas se laisser submerger, mais voilà que c’est chose faite. L’orque fond sur lui pour lui asséner un coup mortel de sa lame noire, mais Kili est plus rapide et transperce le torse de l’immonde bête en premier. Le monstre glisse sur la lame, jusqu’à ce que son ventre touche les doigts de Kili, entourés autour de son épée, encore à terre. Un dernier gémissement, un dernier souffle et la vie quitte le corps monstrueux : Kili le pousse sur le côté, se redresse et tire sur son épée pour qu’elle soit délogée du corps. Là, il redresse son visage vers l’endroit où est tombée Dame Hjörný. Avant de s’y élancer, celui qui devrait être roi s’assure qu’Alak est en bonne posture pour le quitter.

Lui-même est obligé de crier le nom de la Dame pour pouvoir la retrouver. La barque est vide ; il n’y a ni chevelure rousse, ni orque répugnant, ni grande quantité de sang pour imaginer que la vermine ait pu lui faire tant de mal. Mais elle finit par répondre, et Kili ne la voyant pas, se met à regarder l’horizon. C’est la grosse pierre à laquelle elle s’est accrochée qui attire son attention, et immédiatement, Kili joue de son équilibre pour y parvenir. Il marche sur ce qu’il peut : terre, cailloux, rochers et même dans l’eau peu profonde pour la rattraper, mais il est à moitié trempé quand il arrive à l’énorme pierre. Ici, le courant est fort, surement qu’il a emmené le monstre plus loin, mais il retient aussi Dame Hjörný. D’abord, le valeureux nain essaye de la tirer hors de l’eau, mais elle glisse. Leurs mains sont trempés, comme ses vêtements à elle et quelque chose la retient. Elle indique son pied coincé dans le filet et Kili a un moment où il se perd à la regarder, lui si haut et elle si bas pour une fois. Il est prit de cours pas l’enchevêtrement du pied de la Dame dans ce qui pourrait la tuer. La fatigue finira par l’emmener, par la noyer, si personne ne la sort de là.

” - Je suis sur que ce n’est point la première fois que vous êtes prise dans vos propres filets.” Qu’il tente d’ironiser pour faire passer l’inquiétude, il voudrait qu’elle n’ait pas peur non plus. ” Je vais vous sortir de là, restez calme.”

D’un regard en arrière, il voit qu’Alak est entouré de plus de corps de ses ennemis que d’orques vivants ; il ne se bat plus qu’avec deux d’entre eux. Et même si Kili s’était juré de ne plus parier sur la vie de ses compères par rapport à celles de l’ennemi, il se dit qu’Alak sera capable de survivre à ça. Alors il met toute son attention sur Dame Hjörný, lui donne même son épée ; il ne voudrait pas la perdre dans l’eau et elle peut se retenir à la pierre en la tenant aussi d’une main ferme.

Le nain n’hésite pas à se jeter lui-même à l’eau cette fois-ci. Il ne touchera pas le fond de la rivière, mais quand il remonte la tête hors de l’eau il est complètement trempé. Resté prêt de la pierre, il n’a pas de mal à contourner la Dame pour se mettre derrière elle. Mais Kili se rend bien vite compte que c’est à ses formes à elle qui doit se retenir, pas à la pierre : aider un compagnon ne lui a jamais posé de problème, pourtant, il a douter à s’attraper à ses hanches pour rester en place avec le courant veuillez m’excuser qu’il a bredouillé en ayant l’eau qui se glisse entre ses lèvres. Mais après une profonde inspiration pour remplir ses poumons d’air, Kili a replongé sous l’eau, et tout en suivant le corps de Dame Hjörný d’une main pour arriver jusqu’à son pied, le nain a tenté de garder les yeux ouverts. Les impuretés de l’eau ne sont pas agréables, au contraire, elle dérange et il doit frotter ses yeux à plusieurs reprises avant d’attraper le filet qui retient la rousse. De sa ceinture, il sort un couteau qui n’aura aucun mal à couper les cordes même sous l’eau, et une fois chose faite, c’est Dame Hjörný qui peut s’extirper de l’eau pour monter sur la pierre et s’enfuir.

Mais avant qu’il ne sorte sa tête de l’eau, c’est une autre silhouette qu’il a vu revenir à la charge : l’orque tombé, toujours transpercé par l’épée de Dame Hjörný nage comme il peut pour faire d’autres victimes avant de s’éteindre. Kili sort sa tête de l’eau, a tout juste le temps de s’agripper à la pierre pour sortir à moitié son corps que l’orque l’attrape. Et même si Kili tente de s’en dégager, les deux finissent par retomber dans l’eau et c’est le courant qui les emporte. Alak, revenu prêt de la rive, voit ce spectacle et voit son futur roi disparaître dans la mousse créer par le courant. Déjà, il hurle, déjà, il veut se lancer à sa poursuite pour le rattraper et le sortir de là.

Kili a réussi à survivre à l’eau, et à la bête. Surtout parce qu’il a réussi à attraper l’épée toujours plantée, pour la tourner et agrandir la plaie de l’ennemi. L’orque a saigné avec plus d’abondance encore, et il a disparu en laissant Kili atteindre la terre ferme, quelques kilomètres en aval de la rivière. Lorsqu’il regarde le ciel, le dos posé contre le sable sur lequel il a rampé, Kili tient fermement l’arme de la femme sans savoir que c’est la sienne. Et ce qu’il va entendre en premier d’un humanoïde, c’est le rire affreux d’Alak qui retrouve son futur roi après l’avoir cherché. Rire affreux, parce qu’il rit jaune en retrouvant son roi en vie, mais parce qu’il a eu tant peur de le perdre.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 497
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

tumblr_ogwtseWr3y1tmm19ro3_250.png
Hjörný

Si elle devait ressentir un sentiment, par rapport aux derniers événements, ce serait la fierté. Celle d'avoir contemplé la réussite des nains à récupérer Erebor. Il lui a semblé partager leur joie, lorsqu'ils ont enfin récupérer leur foyer. Hjörný ne convoite rien, si ce n'est que l'aventure. Si ce n'est que le besoin de voir de ses yeux ce que le monde peut offrir. Petite, elle s'imaginait braver les dangers de la présence de Smaug pour se faufiler dans la montagne, pour le combattre et libérer ce trésor. Même dans la nuit, ses yeux s'illuminaient sous les rayons de l'or qui brillait pour elle ; dans ses songes les plus fous. Ses proches l'ignore, mais elle garde cachée une épée trouvée dans l'espoir de pouvoir s'en reservir un jour. Combattre dans la bataille est une fierté secrète d'un jour où elle aurait pu perdre la vie.

tumblr_inline_p93z9nw8yh1ucuavm_250.gif

Eleanor Tomlinson :copyright:️ Google
Ses fins doigts capables de tresser des filets glissent dans la main du nain qui tente de la secourir. Ne me lâche pas, implore-t-elle silencieusement, s'étonnant de cette fragilité qui peut se cacher derrière sa fermeté habituelle. Elle parvient à ne pas flancher lorsqu'elle croise son regard. Nul doute qu'elle se serait néanmoins débrouillée si elle avait été seule, mais ça aurait pu lui être fatal.  Elle doit donc se raccrocher à nouveau à la pierre pour ne pas que le courant lui passe par-dessus la tête. Il tente de lui venir en aide et elle ne peut faire autre chose que de le regarder, presque désolée. Désolée qu’il doive laisser son compagnon derrière pour lui venir en aide.

Je suis sur que ce n’est point la première fois que vous êtes prise dans vos propres filets.
Non, effectivement, mais c’est la première fois qu’on doit m’en secourir.

Sa voix est enterrée par le courant assourdissant. Ses cordes vocales sont irritées à cause de l’eau. La fatigue se ressent dans son corps chaque fois qu’elle use de ses bras pour se tirer légèrement hors de l’eau. Malgré tout, elle parvient à lui retourner sa réplique. D’une part, car c’est dans sa nature, d’autre part, pour le rassurer. Elle n’est pas à l’agonie, seulement coincée dans un filet. Mais… elle ne cache pas que le plus vite sera le mieux. Pour lui, elle reste calme. L’eau ne l’a jamais angoissée. Mais à cet instant, elle craint le pire. Sans la présence du nain, elle n’aurait su garder son calme, à cet instant. Sans doute que, par sa gaieté et son courage, elle est rassurée de l’avoir à ses côtés pour la sortir de ce pétrin. Elle sait, pour le peu qu’elle ait vu, qu’il fera tout en son pouvoir pour rompre ce tourment. Elle ne craint pas d’avoir sa vie entre ses mains, et qu’il soit souverain à la montagne n’influence en rien son jugement. À l’instant présent, elle n’y pense pas, plutôt concentrée sur l’individu tel qu’il est réellement, à entrer et sortir de l'eau pour la défendre.

Vous êtes excusé, le rassure-t-elle au moment où il glisse ses mains, timidement, sur sa silhouette.

Honnêtement, elle n’y portait pas attention ; du moins, elle n’y voyait aucun inconvénient. Comment aurait-il pu se déplacer autrement pour mieux atteindre le filet et l’en libérer? Elle préfère nettement qu’il pose des mains sur elle plutôt que d’être emportée par le courant. Elle le sait tout contre elle, en sécurité. Dans un mouvement maladroit, elle perd légèrement sa poigne sur la pierre. Elle avale de l’eau qu’elle recrache aussitôt. Voilà une anecdote dont ils pourront rire un jour. Contre le revers de sa main, elle rit nerveusement pour se convaincre que tout se passera bien. Elle ne laissera pas cette rivière qu’elle a si souvent empruntée lui prendre sa vie. Doigts serrés autour du pommeau de l’épée du souverain, elle fait en sorte de ne pas la perdre. Alors elle se concentre sur les doigts du nain à sa cheville, sous l’eau. Dès qu’on la libère, elle monte prestement sur la pierre, soulagée d’un énorme poids.

Vous avez réussi, M. Kili! qu’elle s’exclame avec joie, le regard toujours aussi pétillant malgré tout ce qu’il vient d’arriver.

Reprenant son souffle, elle observe les eaux. Sa joie est de courte durée lorsqu’elle remarque les traits du nain déformés par la surprise. Elle perd elle-même son sourire. Elle voit qu’on agrippe le nain à la jambe et à la hanche pour le tirer dans le courant. Elle a tout juste le temps de crier “ non! “, bras tendu vers Kili pour attraper sa main, qu’il est submergé. À nouveau, la texture gluante accrochée à leurs mains à cause des algues les font perdre emprise. Sa seconde main, toujours maintient l’épée du nain en sécurité. Mais, elle aurait préféré sauver l’homme que l’objet. Sans difficulté, elle se redresse sur ses deux jambes, le cou élancé pour voir au-delà des vagues. Elle s’en voudrait toute sa vie si Kili devait perdre la vie par sa faute. Sans oublier son titre. Pour une récolte de poissons, elle pourrait avoir brisé de nombreuses vies. Kili semble être important.

Elle quitte sa pierre, et, en reproduisant un chemin semblable à celui de Kili qui est venu la secourir, elle parvient à sauter à l'eau à une profondeur raisonnable. Les vagues lui caressent les cuisses. Affrontant le courant de ses jambes comme elle a l'habitude de le faire, elle gagne le rivage pour courir sur le gravier. Elle suit de loin l'ombre de Alak. Elle constate dans sa course, que l'épée du nain est terriblement lourde. À bout de souffle finalement elle les rejoint tous les deux.

D’abord, elle s’adresse à Alak, lui demandant si tout va bien. Elle est vite satisfaite de sa réponse et de son enthousiasme face à sa victoire. Elle soupire longuement de soulagement, jusqu’à finalement poser ses yeux sur la silhouette de ce pauvre Kili, à nouveau trempé, assis au sol. Un éclair semble transpercer les iris de la rouquine qu’elle s’adresse à lui d’un ton complètement différemment :

Mais qu’aviez-vous donc en tête? s’énerve-t-elle, la voix brisée par l’inquiétude. Vous deviez rester auprès de lui. Vous n’aviez pas à sauter à l’eau pour venir m’aider!

Voilà un discours complètement à l’opposé du sentiment qu’elle pouvait ressentir à l’avoir à ses côtés, tout contre la pierre. Il était devenu un pilier sans même qu’elle n’exige quoique ce soit de lui. Toujours transportée par l’émotion, elle s’approche finalement de lui, non sans faire du bruit avec les cailloux sous ses pieds. Dans un geste rapide, elle fait tomber l’épée qu’elle n’a jamais lâchée, à ses côtés. Elle s’effondre à genoux, prête à lui mettre un bon coup sur le torse, coup qu’il pourrait facilement intercepter maîtriser tant là n’est pas sa réelle motivation. En fait… elle a eu peur pour lui, à cause de l’orque qu’elle n’était pas parvenue à tuer adéquatement. Sa seconde main se dépose une fraction de seconde sur la joue de Kili qu’elle observe, mécontente, mais adoucie de tous ses maux ; il est en vie. Très contradictoire, elle vient lourdement l’enlacer, comme si elle y était autorisée. Elle sert ses bras autour de son cou avec force.

L’important c’est que vous alliez bien maintenant. Vous m’avez sauvé.

Elle s’est énervée principalement parce qu’elle s’en voulait, mais elle ne saurait mieux lui témoigner sa reconnaissance que par cette étreinte et ses doux mots. Son coeur est affolé. Elle se décale finalement. Attrape ses joues pour le regarder. Elle décale même plusieurs mèches de cheveux humides. Elle sourit tendrement. Toute colère dissipée. Ses yeux se baissent, voient l’arme qu’il tient toujours. Ça lui appartient, depuis qu’elle s’en est faite propriétaire. Elle descend ses doigts pour effleurer l’arme, mais effleure surtout les doigts du nain autour du manche. Elle ne cherche pas à reprendre son bien. Elle se laisse plutôt tomber sur les fesses, sans manière. Puis, l’émotion la fait rigoler. Elle les regarde tous les deux, complètement à la déroute.

Vous êtes sans limite. Mais votre bravoure est exceptionnelle…

Elle cherche son souffle, mais son rire reste transformé en sourire. La menace derrière eux, elle comprend mieux pourquoi ils sont qui ils sont ; ils ne manquent pas d’envie d’aider autrui. Elle ne regrette pas d’avoir autant foi en leur peuple.



I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 375
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

448358AidanTURNER7.jpg
Kili
fils de Dis

Kili, neveu du roi Thorin II Écu-de-Chêne, frère de Fili. Treizième membre de la Compagnie des Nains, il est le plus jeune de tous en arborant 77 ans. Par cette quête, il a souhaité montrer sa dévotion pour son roi, et à laisser sa marque dans l'histoire. Il fut l'un des chanceux à survivre à la Bataille des Cinq armées, mais en sorti changé suite aux pertes qu'il a subit. Il est l'un des premiers à mettre son genoux à terre face au Roi de la Montagne, suite à la restitution d'Erebor et de l'Arkenstone.

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 4e4757470afd71b958eec33636e81c26422f74ca

Depuis son plus jeune âge, Kili s'entraine avec les armes qui l'entoure. Pourtant, il a toujours été bien plus agile à l'arc et à l'épée, plutôt qu'avec les armes lourdes des siens. C'est un nain dont rien entachait la joie de vivre, pourtant, il va devoir apprendre à se reconstruire. On ne ressort jamais vraiment indemne de ce genre d'histoire.


Aidan Turner:copyright:️️ insuline
Les rires d’Alak disparaissent vite derrière la colère dont Dame Hjorny use pour s’en prendre à Kili. Ses sourcils se froncent malgré la visage dépité qu’il tire en pensant réellement qu’elle lui en veut d’avoir abandonné Alak sur le champ de bataille. Mais n’est-ce pas ainsi que tous les véritables combattants devraient agir ? Sauver le peuple, c’est sauver la vie. Les nains se font déjà assez rares, qu’est-ce que cela serait si en plus, ils n’étaient pas capable de veilleur sur les leurs. Il est pourtant surpris quand elle s’approche, avait même posé sa large main sur les cailloux pour être prêt à ramper au cas où elle approcherait avec trop de férocité. Mais sa propre lame qui s’échappe des doigts de la rousse pour tomber à terre l’empêche de bouger ; il est heureux qu’elle l’ait gardé précieusement mais il est surtout soulagé qu’elle soit désarmée avant de fondre sur lui.

Lui est plus désarçonné, désarmé que jamais lorsqu’elle tombe à genoux, lorsqu’elle touche sa joue à peine sèche grâce au vent. Et son coeur semble manquer un véritable battement lorsqu’elle l’enlace pour la première fois. Première fois pour eux, mais première fois pour lui qu’une femme le serre si près de son coeur. Ses yeux se sont élargis par la surprise, et Kili a plus que jamais ressemblé à un étourdi à ce moment-là. Ne sachant comment réagir, comment profiter de cette étreinte qu’il n’aura certainement qu’une fois dans sa vie. Alak -grognon parce que c’est plus amusant quand ils sont en groupe- ne peut s’empêcher de rire en récupérant l’arme de son futur roi. Il se sent plus soulagé lorsqu’il entend ce qui est important pour la poissonnière, et se contente de dire que c’est son rôle avec faiblesse. Comme s’il avait eu du mal à parler son l’émotion bien plus que sous la force de cette femme. Elle est plus grande, mais dans cette étreinte, Kili se rend compte qu’il se sent à la hauteur plus que pour n’importe quoi d’autre.

Kili sourit tel un idiot du village quand elle se décale, autant à cause de l’éteindre que par les caresses qu’elle apporte à ses joues, ou bien par les mèches qu’elle dégage de son visage. Il est heureux d’avoir sauvé la femme, d’avoir vu Alak combattre avec bravoure et prouver sa valeur aux yeux de celui qu’il désire avoir comme roi, mais Kili ressent un bonheur nouveau et étrange à la sensation des yeux de Dame Hjorny posés sur lui. A la sensation de ses doigts chauds sur sa peau. Les deux nains ont la même pensées sans le savoir, sans la partager ; si toutes les batailles offraient une récompense comme celle-ci, ils en feraient le double.

Le nain a regardé la rousse dans la toucher, quelques instants après qu’elle ait elle-même détourné le visage. Il n’a baissé les yeux sur l’épée, ou plutôt sur ses doigts, que lorsqu’il n’a senti la caresse de Dame Hjorny passer dessus. Et s’il aurait pu se contenter de ça, il n’a pas pu s’empêcher de relever son visage pour regarder celui si doux de la femme ; elle est toute aussi trempée que lui. Cette pensée le fait légèrement rire, comme s’il reprenait conscience après tout ce temps. Quand elle s'assoit à ses côtés, il a l’impression de perdre la chaleur qui le maintenait agréable jusque là, mais ça ne l’empêche pas de rire à l’unisson avec Dame Hjorny et Alak : les nains ne peuvent pas s’empêcher de rire de façon collective, c’est dans leur nature d’être plein de joie de vivre.

” - Vous êtes sans limite. Mais votre bravoure est exceptionnelle…”
” - Les seules limites sont celles que l’on s’impose à soi-même !” Alak tranche l’air de cette phrase, mais aussi de l’épée de Kili qui lui remet. Et si ce dernier la prend en inclinant légèrement sa tête pour remercier le nain, il semble toujours tant intéressé par l’épée de Dame Hjorny. ” Allez-vous nous dire comment une arme pareil s’est-elle retrouvée sur votre bateau, Dame Hjorny ?”

Alak pose la question sans que Kili n’ait besoin de le faire ; mais aurait-il seulement osé ? Il était là, les genoux pliés et les coudes posés dessus tout en caressant de ses doigts la lame aiguisée et la paume qu’il peut fermement tenir dans sa main. Il a d’abord regardé l’expression de Dame Hjorny a cette question, mais le sentiment d’empiéter là où ils ne devraient pas se faire ressentir.

” - Garde ta curiosité pour toi, et regarde donc ce qui se trouve derrière nous !”

D’un coup de tête en arrière, sans même prendre la peine de détourner son regard, Kili indique à Alak la position d’un arbre dont ils étaient friand dans les Montagnes Bleues. Un arbre gros et imposant, mais dont les branches poussent toujours de telle sorte qu’il est facile de monter à l’intérieur et de s’y déplacer du moment où l’on est pas aussi grand qu’un elfe. Alak comprend vite où veut en venir son ami ; ces fruits, petites baies parfois bleues ou violettes ont le don de rapidement couper la faim et d’apporter les nutriments nécessaire à un homme qui serait dans le besoin. Lors de ses premiers voyages, Kili se souvient que sa mère enfermait ces petites baies, encore sur leurs tiges, dans des bocaux que son père trimballait partout. Il se sentait toujours plus fort après dégustation.

” - Voilà ce qui suffira à remplir nos estomacs, au moins,” Et avant de finir sa phrase, Kili ne peut pas s’empêcher de tourner vers Dame Hjorny un regard étonnament plein de complicité. ” nous n’aurons pas besoin de piocher dans votre poisson. Vous ramènerez toute votre cargaison pour la vente de demain.”

Le nain a retenu la leçon, et un léger rire s’échappe de ses lèvres alors que celui d’Alak est plus grand lorsqu’il s’avance déjà vers l’arbre. Kili profite de ce court moment de tranquillité pour se relever d’un bond sur ses pieds. Si son épée finit accrochée à sa place, il se tourne vers Dame Hjorny et tend vers elle une main pleine de respect : il compte bien l’aider à se relever, avec un tendre sourire, pour qu’une fois encore elle le dépasse lorsqu’elle est debout. Il se sent plus petit dès lors où il lâche sa main pour y glisser la paume de son épée personnelle. Il ne connaît pas son histoire, mais dans le regard qu’il lui lance au moment où il lâche le manche, Kili démontre tout son intérêt.

” - Prenez quelques minutes pour vous reposer, et laissez-nous faire.” Il lance un regard à Alak qui est déjà en train de monter dans l’arbre pour récolter ses fruits. ” Nous pourrons ensuite repartir vers votre bateau pour terminer de vider vos filets.”

Kili est obligé de quitter la femme, même si une boule se forme dans sa gorge à cause du contre-coeur qu’il éprouve. Mais ça ne l’empêche pas de rejoindre son ami dans l’arme aux épaisses branches pour récolter les fruits. Là haut, Alak ne peut s’empêcher de charier son souverain sur l’accolade à laquelle il a eu le droit. Il le chari bien plus sur sa réaction, que sur l’acte lui-même : tout nain ressent une pointe de jalousie lorsqu’un autre est touché par la grâce féminine. Mais par quelques coups amicaux et quelques rires ils finissent par récolter ce qu’il faut ; ils ont besoin d’à peine huit-cent grammes de fruits ronds et mûrs pour le repas. Lorsqu’ils redescendent, ils divisent en sorte que Dame Hjorny en ait clairement plus qu’eux, mais ça les fait rire. Et même si tous les fruits ont disparus lorsqu’ils doivent remonter sur la barque, cela ne veut pas dire qu’ils ne s’en sont pas jeter quelques uns comme des enfants l’auraient fait.

Le reste de l’aventure a été moins terrible, plus tranquille. Les deux derniers filets ont été récupérés et remis en place, pendant que les poissons ont été jetés dans les derniers tonneaux de la poissonnières. Il est vrai que cette sortie apporte beaucoup de fierté aux deux nains qui n’ont pas l’habitude de ce genre de tâche. Kili est certainement celui qui sourit le plus, ses lèvres ne parvenant pas à se détendre soit à cause de son ami, soit à cause de Dame Hjorny ou tout simplement de son facier ou des regards qu’ils se sont échangés. Dire qu’il ne voulait pas venir au premier abord, et voilà qu’il n’a pas été aussi heureux depuis la Bataille des Cinq Armées. Lorsqu’ils sont déjà sur le chemin du retour, il semblerait que Kili soit même à mille lieux de pensées aux pertes qu’il a subit dernièrement, alors qu’elles n’ont cessé de le hanter depuis.

” - Vous me voyez ravi, Dame Hjorny !” Qu’il clame de bonne humeur, alors qu’il peine à reprendre son souffle après une énième crise de rire qu’ils viennent de vivre. Il est debout, à sa place initiale tout en plongeant la rame dans l’eau pour faire bouger le bateau : le poids des poissons rend la tâche plus ardue. ” Je n’aurais passé un meilleur moment ailleur aujourd’hui, et qui plus est, nous avons été utile à la ville de Dale à plus d’une façon.”
” - Leur sauver la vie, et les nourrir. Qui aurait cru que les nains puissent autant être utiles aux Hommes.” Alak rigole, manque même de tomber mais il veut rester le dernier des trois au sec. ” Dans combien de temps serons-nous arrivés, Dame Hjorny ? Ces baies ne font plus aucun effet ! Je vais me jeter sur vos poissons si vous n’avez pas une bonne nouvelle à m’annoncer !”
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 497
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

n99KxDfb_o.png
Hjörný

Si elle devait ressentir un sentiment, par rapport aux derniers événements, ce serait la fierté. Celle d'avoir contemplé la réussite des nains à récupérer Erebor. Il lui a semblé partager leur joie, lorsqu'ils ont enfin récupérer leur foyer. Hjörný ne convoite rien, si ce n'est que l'aventure. Si ce n'est que le besoin de voir de ses yeux ce que le monde peut offrir. Petite, elle s'imaginait braver les dangers de la présence de Smaug pour se faufiler dans la montagne, pour le combattre et libérer ce trésor. Même dans la nuit, ses yeux s'illuminaient sous les rayons de l'or qui brillait pour elle ; dans ses songes les plus fous. Ses proches l'ignore, mais elle garde cachée une épée trouvée dans l'espoir de pouvoir s'en reservir un jour. Combattre dans la bataille est une fierté secrète d'un jour où elle aurait pu perdre la vie.

ca9e6a68816d3d4b8ab869df3ee58fe5b443c855.gif

Eleanor Tomlinson :copyright:️ praimfaya
Allez-vous nous dire comment une arme pareil s’est-elle retrouvée sur votre bateau, Dame Hjorny?

Les deux nains s'unissent pour la questionner au sujet de l'épée mystérieuse ; les mots sortent de la bouche de Alak, mais c'est Kili qui l'observe avec une profonde curiosité. Le nain souverain manipule une arme qui jadis appartenait à un autre. Elle suit les mouvements de ses doigts ; des doigts qui se ferment solidement sur le manche, des doigts qui caressent la lame. Il manipule cet objet avec tellement plus de dextérité et tellement plus de sagesse qu'elle ne pouvait le faire. Sa respiration s'est calmée à le regarder faire. Pourtant, elle ne répond toujours rien.

Garde ta curiosité pour toi, et regarde donc ce qui se trouve derrière nous.

Il lui permet de ne pas répondre en corrigeant son compagnon. Elle sourit discrètement : pauvre Alak. Malgré tout, elle est ravie de pouvoir éviter cette question. Pourquoi une poissonnière aurait-elle une épée sur son embarcation si elle ne sait point se battre? L'a-t-elle volée à un chevalier? Ces nains pourraient croire que c'est une voleuse. Mais non, voler ne lui aurait été d'aucune utilité. Et si Hjorny a dérobé cette arme à quelqu'un, c'est uniquement à un mort, pour se défendre, pour protéger ; exactement ce que ces nains ont fait pour elle et le reste du peuple. Et Si Alak tourne un oeil vers l'arbre, les yeux de Hjorny océanique n'ont point quitté le visage de Kili. Kili se montre rassurant :

Vous ramènerez toute votre cargaison pour la vente de demain.
Grâce à vous, qu'elle affirme, acceptant volontiers sa main pour qu'on la redresse, même si elle aurait aisément pu le faire seule.
Prenez quelques minutes pour vous reposer, et laissez-nous faire.
Je n'ai pas pour habitude de laisser les autres faire, commence-t-elle, mais elle sourit et hoche la tête, mais vous allez l'air de savoir ce que vous faites alors, grimpez, M. Kili. C'est votre tour.

Bien sûr, elle parle d'elle-même montant sur les épaules de Kili. Elle les observe s'éloigner et monter dans l'arbre, plissant parfois les yeux sous le soleil pour mieux les voir s'activer, mais de cette position, elle ne pourrait entendre aucune conversation. Ce qu'elle entend, cependant, ce sont les rires sonores qui résonnent en écho jusqu'à la rive. Décidément, jamais ils ne manquent d'imagination pour s'amuser! D'ailleurs, elle se serait bien amusée à grimper avec eux au travers des arbres. Dorénavant, elle sait que ces fruits sont comestibles et n'hésitera pas à y retourner lorsqu'elle pourra à nouveau accoster dans le coin. Elle pensera à eux en mangeant ces fruits. Et lorsqu'ils reviennent sur la rive pour manger, elle rigole avec eux, n'hésite pas à lancer les baies en suivant l'énergie collective. Après avoir mangé, puis touché la commissure de ses lèvres, elle remarque que ses doigts sont colorées, signe qu'elle s'est goinfrée tout en se salissant. Elle doit utiliser la manche de cette fausse robe pour essuyer prestement le tout.

Une fois sur l'embarcation, elle prend soin de remettre l'épée à sa place. La suite se passe à merveille et chacun exécute sa tâche sans se plaindre.

Dans combien de temps serons-nous arrivés, Dame Hjorny? Ces baies ne font plus aucun effet! Je vais me jeter sur vos poissons si vous n’avez pas une bonne nouvelle à m’annoncer!

Les deux clament leur enthousiasme quant à ce voyage de pêche, ce qui lui réchauffe le coeur. D'autres n'auraient pas autant apprécié. Tâche ardue, tâche longue, tâche épuisante. Mais ces nains ont relevé le défi haut-la-main. Et l'impatience de Alak va de paire avec celle de Kili, qui ne tarde pas à pointer le bout de son nez dès l'instant où la faim lui gruge l'estomac. Elle se moque de lui, autant qu'elle a pu s'en prendre à Kili à quelques reprises depuis la veille, en demandant : si je ne vous avais point vu si actif, je me serais demandée où vous pouviez stocker autant de nourriture.  Car elle ne doute pas qu'il se soit empiffré la veille, dans ce bar. Mais, elle le rassure en disant qu'ils sont sur le point d'arriver.

Permettez-moi de vous remercier comme il se doit. Un bon repas, et peut-être quelques boissons!

Qu'elle soit femme ne la prive pas de connaître quelques bonnes bières de la région, de quoi leur faire découvrir plusieurs spécialités qu'elle-même apprécie. Elle a bien l'intention de les amener dans son auberge préférée, là où elle offre le poisson et peut manger à sa faim. Un compromis qui lui permet de vivre correctement. En plus, ces gens cuisinent à merveille. Elle pourra offrir à ces nains un moment digne de leur aide. Et comme de fait, ils arrivent bientôt. La fille laisse les nains guider l'embarcation. Leurs autres camarades ne sont guère loin, car on peut entendre quelques applaudissements et cris d'encouragements. Attendaient-ils leur retour pour se moquer ou pour leur dire " c'était pas si compliqué, vous voyez? " Elle sourit à cette vue. Et une fois en place, elle est la première à descendre.

Vous, gronde une voix profonde et masculine lorsque Hjorny termine de relier l'embarcation au quai. Comment osez-vous voler notre poisson et utiliser notre matériel?

C'est l'employeur de Hjorny, celui qui l'a achetée. Sans doute qu'il la cherchait, ne l'ayant point croisé la veille.  

Que faites-vous? s'alarme Hjorny en apercevant la massue solidement tenue par son tuteur.

L'homme s'approche dangereusement de la paire de nains, mais la rouquine n'hésite pas à se placer devant eux pour faire obstacle. Il n'osera quand même pas les frapper avec cette arme qui ne viserait qu'à blesser pour torturer? Et même si elle se tient là, droite, l'homme ne cesse d'avancer. Il est naturel pour la fille de les défendre, car ces nains ont montré leur humilité, leur héroïsme et leur respect pour tous les gens de ce peuple. Ils ne méritent pas d'être traités de cette façon, même s'ils pourraient se défendre sans problème.

Ne me bloque pas le chemin, qu'il menace, puisqu'elle ne bouge pas d'un centimètre.

Lorsque l'homme arrive à sa hauteur, il lève un bras pour la bousculer en poussant son épaule afin qu'elle dégage. Il est prêt à utiliser son arme contre les nains qui ont osé monté sur cette embarcation. Sauf que dans cette bousculade, la rouquine perd pied et s’affaisse, le cul premier dans des caisses de bois vides. Des filets, des cordes autant que du tissu lui tombent sur les épaules, lui faisant perdre toute crédibilité. Mais l'homme s'arrête de bouger lorsqu'il entend les murmures de désapprobation autour de lui. Les marchands et les bonnes gens désapprouvent son comportement violent à l'encontre d'une jeune femme qui travaille dur chaque jour pour aider autrui. L'homme est surtout intimidé par ce silence et ces regards menaçants, car il n'ose soudainement plus s'en prendre à Alak et Kili.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 375
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

448358AidanTURNER7.jpg
Kili
fils de Dis

Kili, neveu du roi Thorin II Écu-de-Chêne, frère de Fili. Treizième membre de la Compagnie des Nains, il est le plus jeune de tous en arborant 77 ans. Par cette quête, il a souhaité montrer sa dévotion pour son roi, et à laisser sa marque dans l'histoire. Il fut l'un des chanceux à survivre à la Bataille des Cinq armées, mais en sorti changé suite aux pertes qu'il a subit. Il est l'un des premiers à mettre son genoux à terre face au Roi de la Montagne, suite à la restitution d'Erebor et de l'Arkenstone.

KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 4e4757470afd71b958eec33636e81c26422f74ca

Depuis son plus jeune âge, Kili s'entraine avec les armes qui l'entoure. Pourtant, il a toujours été bien plus agile à l'arc et à l'épée, plutôt qu'avec les armes lourdes des siens. C'est un nain dont rien entachait la joie de vivre, pourtant, il va devoir apprendre à se reconstruire. On ne ressort jamais vraiment indemne de ce genre d'histoire.


Aidan Turner:copyright:️️ insuline
" - Permettez-moi de vous remercier comme il se doit. Un bon repas, et peut-être quelques boissons!"

Les deux nains se mettent à sourire, mais chacun a une raison particulière pour le faire.. Alak est simplement heureux de se dire qu'il aura un moment de réconfort auprès d'alcool et de nourriture pour cette dure journée de labeur. Et même si l'estomac de Kili cri aussi famine, lui sourit parce qu'il est heureux de se dire qu'il aura une nouvelle occasion pour voir, et être aux côtés de Dame Hjörny. Peut-être aura-t-elle finalement la chance de pouvoir l'entendre jouer de son instrument favoris, après-tout.

Les applaudissements de leurs confrères se font entendre sans mal, avant même qu'ils aient tous les trois positionné l'embarcation pour l'attacher à la passerelle. Et si tout ne s'était pas aussi bien déroulé, nulle doute que les acclamations n'auraient pas été aussi bien prises. Pourtant, tout le monde est de bonne humeur : les uns charrient les autres et Kili se contente d'admettre -avec un immense sourire- que ce n'était pas l'océan entier à boire. Certain de ses petits mais robustes compagnons rigolent de façon plus grasse, parce qu'ils comprennent bien que c'est plus la présence de la pêcheuse que de ses poissons qui l'a mit dans cet état. Mais Kili, lui, ne se doute de rien.

" - Osez donc toucher à Kili, fils de Dis !" Que lâche le plus gras des nains, et surtout le plus ancien, lorsque l'employeur de la rousse revient à la charger. Les nains sont déjà prêts à user de leurs armes pour venger quelconque coup qui serait porté à leur futur roi. " Et vous aurez la rage de centaines de nains à vos trousses ! Vous ne connaîtrez plus jamais la paix ! "
" - Et vous ne serez plus capable de hisser si haut une massue, mon cher !" Ils grincent des dents, tous ronchonnent prêt à agir.

Les nains auraient du se douter que ce supérieur qui ne vaut rien reviendrait à la charge aujourd'hui. Mais c'est comme s'il avait complètement disparu des pensées de ceux qui viennent d'Erebor. Et maintenant qu'il est là, prêt à en découdre avec la race qu'il déteste tant jusqu'à ce que les regards de tous les Hommes soient tournés vers lui, c'est comme s'ils n'avaient pas pu l'oublier. Comme s'ils n'avaient pas quitté la scène d'hier. Alors tous les nains sont prêts à en découdre, eux aussi.

Mais Kili, dont les yeux se sont plissés de colère, prêt à bondir, quand l'homme a poussé la poissonnière dans les caisses, se contente de se baisser. Là, à genoux, il aide la poissonnière à se dépêtre de tout ce qui lui est tomber dessus ; jamais sa main n'a touché la peau pâle et froide de cette dernière jusqu'à ce qu'il hésite à enlever une corde fine prise dans ses cheveux. Lorsqu'il le fait, un mince sourire gêné se dessine sur ses lèvres.

S'il l'aide à se relever, ce n'est pas spécialement parce que c'est une femme. C'est parce qu'il est bon, Kili, parce qu'il rend le mérite à ceux qui peuvent réellement l'avoir. Pousser Dame Hjörny de la sorte n'est que vilaine chose, il n'y a rien de bon là-dedans. Alors la redresser, c'est montrer qu'elle est digne, qu'elle a de la valeur. Contrairement à l'homme qui ne mérite pas même un regard. Les nains continuent de rouspéter, parce qu'ils ne savent faire que ça. Et si le patron décide d'agir, les choses n'en resteront pas là. Kili, lui, se contente de créer un passage de son bras pour que la rousse passe : il veut qu'elle s'échappe de là parce qu'il ne la laissera pas aux mains de ce bon à rien.

" - Nous avons user de ce matériel pour vous rendre les denrées perdues. N'escomptez point faire passer les miens pour des voleurs." Sa voix claque, il est ferme mais il n'y a pas la moindre animosité qui en émane. " Nous avons fait notre part pour la Cité de Dale. Dame Hjörny tout autant."

Déjà, Alak prend ça comme un ordre et Dame Hjörny n'aurait d'autre choix que de partir de ce ponton, même s'il n'userait pas de la force pour ça. Mais les autres nains tapent du pied ; ils désignent déjà de leurs armes et de leurs voix les tonneaux remplis. On cri même pour que le patron travaille lui-même, cette fois. Que l'homme se salisse les mains comme les nains, et la femme l'ont fait. L'agitation fait que les regards sont toujours posés sur eux, et le supérieur de la rousse n'aime pas ça. Il semble avoir un mouvement en avant ; est-ce qu'il compte réellement frapper le nain ? Mais le jeune Gimli ne laissera pas faire : sa lourde hache lui sert de poussoir et le patron tombe à l'eau avec sa massue qu'il est obligé de lâcher pour ne pas couler.

Aucun des nains ne lui vient en aide, ni les Hommes d'ailleurs, qui sont en train de rire avec plus de bruit que les nains n'auraient pu le faire. Kili s'est éloigné, sans être le dernier, mais il est resté là jusqu'à ce que le patron remonte à la surface ; il ne sera pas la cause de la mort de l'enflure qu'il représente. Ni un de ses compères d'ailleurs. Voilà qu'il se dit qu'il n'est pas prêt de remettre les pieds là-bas de si tôt, même s'il espère croiser Dame Hjörny à chaque occasion à présent. Qu'est-ce qui a changé, depuis l'aube? Son regard est pétillant, lorsqu'il croise celui de la dame. Même s'il paraît bien plus inquiet et moins enjoué que sur la bicoque. L'atmosphère a changé du tout au tout.

" - Un jour, vous me raconterez ce qui vaut d'être sous l'emprise d'un mécréant." Qu'il demande, une touche d'ironie dans la voix, une sourire aux coins de ses lèvres, alors que les nains ont continué à avancer dans la ville portuaire. Parce que pour rien au monde, les nains ne pourraient être à la botte d'un homme sans valeur. Pourquoi les Hommes le font-ils? Qu'est-ce qu'il y a de différent? " Laissez-nous le temps de nous changer, vu notre état, avant de vous rejoindre."
" - TON état !" Se moque Alak, qui en passant derrière son ami, lui donne un léger coup de coude.
" - Oui, parce qu'il semble que tu n'as pas eu de labeur aujourd'hui." Répond Kili, pris au piège, loin d'être vexé, mais les nains ont cette fâcheuse habitude de renchérir à chaque pique qu'on leur lance. " Confirmez-moi que vous resterez en sécurité, loin de votre supérieur, jusque-là."

Sa voix est plus douce, lorsqu'il demande ces mots à Dame Hjörny. Les nains sont plus loin, attendant leur futur souverain, mais ils n'entendent pas ce qu'il dit. Kili est pourtant inquiet ; ils pourraient n'être séparés qu'une petite heure, et pourtant, son coeur est serré à l'idée que la colère du patron puisse retomber sur l'employée sans qu'il ne soit là. Si les coups doivent tomber, Kili préfère encore les prendre pour qu'elle soit épargnée. Lui se défendrait, quitte à prendre la vie de l'autre, mais il ne supporterait pas que la rousse meurt sous des coups qui ne lui auraient pas été portés si les nains n'avaient pas été là pour causer soucis. Kili ne pourrait pas vivre cette injustice.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


KILI+HJORNY - it is meant to be. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
KILI+HJORNY - it is meant to be.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Le Seigneur des Anneaux-
Sauter vers: