Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» (sms) i need answers.
S3th * How long I've waited for you EmptyAujourd'hui à 22:47 par eternals.

» Le bon, la brute et le truand ► les persos de Chou
S3th * How long I've waited for you EmptyAujourd'hui à 22:17 par Chouu'

» haut les masques [chou]
S3th * How long I've waited for you EmptyAujourd'hui à 22:13 par Chouu'

» (f) Zombies, domination, tyrannie, survie -(ouvert !)
S3th * How long I've waited for you EmptyAujourd'hui à 21:45 par Chouu'

» I hate that i love you ft. Houmous
S3th * How long I've waited for you EmptyAujourd'hui à 20:47 par Houmous

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
S3th * How long I've waited for you EmptyAujourd'hui à 20:01 par Gäa

» Writober 2022
S3th * How long I've waited for you EmptyAujourd'hui à 18:50 par Nemo

» Parce que c'était lui, parce que c'était moi
S3th * How long I've waited for you EmptyAujourd'hui à 16:07 par Beloved

» Once upon a time in a wild, wild world
S3th * How long I've waited for you EmptyAujourd'hui à 15:16 par Eurydie

-26%
Le deal à ne pas rater :
-26% Barre de son JBL Bar 2.1 Deep Bass
199 € 269 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

S3th * How long I've waited for you

Lullaby
Messages : 1952
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby En ligne
Jeu 16 Avr - 12:26
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Décembre. Lullaby vient tout juste d'arriver en ville et intègre le lycée à l'aube de sa dernière année. Si elle espère passer une année paisible, c'est sans compter sur l'étrange rencontre qu'elle s'apprête à faire, comme elle rencontre un vampire parmi les étudiants. Et l'étudiante est loin d'imaginer le danger qu'elle ne cesse de frôler, son sang attisant tout les sens de l'étrange étudiant.

Contexte provenant de cette recherche



@S3th
Lullaby
Messages : 1952
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby En ligne
Jeu 16 Avr - 12:27

Lullaby Spencer
J'ai 17 ans et je vis à Forks, États-Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elle vient d’arriver en ville avec sa famille. • Elle ne voulait pas déménager, sa vie à New-York lui semblait parfaite. • Lullaby a un petit frère au collège, Paxton. • Elle est fan de patinage, elle pratique depuis qu’elle a trois ans. • Elle joue du violon depuis son enfance. • Lullaby s’est toujours sentie un peu à part, un peu différente. • C’est une fille sensible, généreuse, jalouse et qui a tendance à s’oublier, à s’effacer, pour satisfaire les autres. • C’est également une grande rêveuse et une romantique dans l’âme. • Elle souhaite devenir avocate. • Elle souhaite intégrer la Columbia université, mais son vrai rêve serait Stanford.


avatar par Elsy

S3th * How long I've waited for you 190305054950617161

Nouvelle année, nouvelle vie, nouveau lycée... Le mois de décembre tout juste entamé, arrivée depuis seulement une semaine à Forks, ayant déménagé juste avant les fêtes de fin d'année, Lullaby s’apprête à rejoindre le lycée pour sa première journée de cours... Et l'appréhension la gagne, évidemment. Forks, ce n'est pas New-York, la demoiselle n'y a pas ses habitudes, n'y connaît personne. Et elle arrive en milieu d'année. La perspective que tout le monde se connaisse déjà, que tous les groupes d'amis soient déjà formés, ne manque pas d'ajouter à son appréhension, à l'aube de ce changement de vies qui l'attend. Dans la cuisine, face à son petit déjeuner, elle soupire comme sa mère tente, encore une fois, de lui rendre le sourire, promettant qu'elle allait adorer cette année. Pas sûre. Et en attendant, la demoiselle l'appréhende. Et tout en portant son thé à ses lèvres, la demoiselle observe sa mère avant de répondre, le plus simplement du monde, gorgée d'assurance.

«- De toute façon, je repars à New-York pour aller à l'université.»

Car Lullaby espère bien être acceptée à la Columbia University pour terminer ses études... A défaut d'avoir l'audace de postuler à Stanford, pourtant l'université la plus réputée pour ce qui est du droit.

Quand elle quitte la maison, Lullaby a le cœur serré, comme elle prend la direction du lycée. Son appréhension ne semble pas décidée à la lâcher. Elle sent d'ici qu'elle sera le centre d'attention de tout le monde. La petite nouvelle arrivée en court d'année, dans un coin pareil... nul doute que tout le monde allait la regarder comme une bête curieuse. Elle sera l'intruse, la nouvelle... l’occasion de se retrouver au centre de l'attention, ce qu'elle déteste plus que tout. Et les événements lui donnent raison. Quand elle arrive au lycée, on se retourne sur son passage, intrigué par la demoiselle baptisée d'office «la nouvelle» ou «la new-yorkaise» et les ragots circulent déjà, à grand renfort de «ils sont arrivé il y a peu», «son père est muté ici, c'est un collègue de mon père», «sa mère travaille à l'hôpital, on m'a dit !». La demoiselle pousse un long soupir. Génial. Toutefois, rapidement, ses appréhensions de solitude sont réduites à néant comme quelques jeunes finissent par venir vers elle, sympathiques, curieux de la connaître, bien plus sociables qu'à New-York, ou on jugeait les nouveaux du coin de l’œil pendant un moment.

Rejoignant son cours de biologie pour la dernière heure de sa journée, la demoiselle remarque rapidement que la seule place libre dans la salle – et ce n'est sûrement pas un hasard – est juste à côté d'Edward Cullen, un élève dont on lui a parlé un peu plus tôt, en affirmant qu'il est «une beauté fatale» pour qui personne n'est à la hauteur. Une histoire de famille un  peu chelous où les enfants adoptifs sortent ensemble entre eux. Timidement, la demoiselle rejoint la place aux côtés du garçon et installe ses affaires.

«- Salut...» souffle-t-elle poliment.

Ouai, il est encore plus beau et impressionnant de près. Bee jette un regard à Erica, installée plus loin et qui lui adresse un regard compatissant. Génial. Parce que son voisin de table fait la gueule, sans qu'elle ne comprenne pourquoi.
S3th
Messages : 282
Date d'inscription : 15/04/2020
Crédits : ...

Univers fétiche : Fantasy, Science Fiction, Réel
Préférence de jeu : Les deux
patrick
S3th
Jeu 16 Avr - 15:02

Edward
Cullen

J'ai 126 ans et je vis à Forks, une petite ville   d'Amérique. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien pour le moment.

avatar :copyright: S3th

Dans la maison familiale, caché de tous dans la forêt de Forks, la vie semblait paisible en ce début de journée. Alice, sa jeune sœur,  s’amusait avec Jasper, son copains et nouveau-né. Rosalie et Emmett, son frère et sa sœur, était tous les deux occupés à se chamailler sur la chasse de la nuit, à savoir qui avait porté le coup de grâce sur le daim. Esmée, sa mère, rigolait à l’entente des différentes stratégies qu’avaient utilisées l’un et l’autre pour avoir raison.

Le calme régnait dans la maison malgré le chahut, Carlile, occupé à lire une revue de son magasine de médecine favoris, fit signe à Edward de venir le rejoindre. Le brun se leva du piano auquel il s’était installer un peu plutôt pour y jouer un air de Beethoven. Il aurait adorait le rencontré s’il serait né plus tôt. Il devait se contenter de parfaire son doigté sur les touche du piano marbré qu’il avait eu le jour de son arrivé dans cette famille.

Sortis de ses pensées, il rejoignit son père adoptif en souriant de son air heureux habituel. Regardant le magazine, on pouvait y voir un article parlant de la chirurgie esthétique.

« Un chirurgien aurait trouvé le moyens de greffer la moelle osseuse sur un… »

Le brun, Edward de son prénom, fut happé  par autre chose. N’écoutant plus son père, il se dirigea vers ses affaires, les pris et sortit de la demeure enfourchant sa Ducati 848, une moto sportive et légère lui permettant d’aller plus vite et être plus équilibré. Edward ne cherchait pas la vitesse sur sa moto. Il allait trois fois plus vite quand il courait. C’était plus un moyen de se libéré de sa condition. Etant en période hivernale, il pouvait se permettre ce genre de loisir solitaire.

Prenant la seul route qui menait au lycée, il arriva en quelque minute si ce n’est seconde. La route, une grande ligne courbée à quelque endroit recouvert de béton, était le seul accès « légal » qu’il pouvait emprunter.

Arrivée devant le lycée, il laissa en sécurité sa moto et entra dans l’école. Ce fut une journée tranquille, habituel pour lui.  Trop habituel. Le problème quand on vit depuis 126 ans, les journées sont longues et lassantes.
Avant de finir sa journée, il devait participer au cours de Biologie. Un cours assez ennuyeux à vrai dire. Etudier le corps d’un humains mortel était une belle expérience mais ça ne répondait pas à ses nombreuses interrogations sur le siens.

Le cours commence quand il vit une jeune élève s’asseoir à côté d’elle. Sans émotions apparente, si ce n’est que son air blasé caché derrière ses lunettes de soleil noir, il la regarde brièvement puis se recroquevilla sur sa place pour en lui laisser plus. A sa salutation il émit un faible geste de la main et attendit que le cours commence. Du coin de l’œil, il examiné la demoiselle à ses côtés. Si elle était nouvelle, elle n’était pas du coin cela était sûr. Forks n’abrite pas de si belle jeune femme. Il écouta le cours sans rien dire, laissant ses idées se former.

La jeune brune à côté de lui n’était pas comme les autres filles du lycée. Elle dégageait quelque chose de plus… Naturel ? Il ne savait pas comment qualifier cela mais la regardait du coin de l’œil était plus intéressant que ce cours.

Lullaby
Messages : 1952
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby En ligne
Jeu 16 Avr - 15:37

Lullaby Spencer
J'ai 17 ans et je vis à Forks, États-Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elle vient d’arriver en ville avec sa famille. • Elle ne voulait pas déménager, sa vie à New-York lui semblait parfaite. • Lullaby a un petit frère au collège, Paxton. • Elle est fan de patinage, elle pratique depuis qu’elle a trois ans. • Elle joue du violon depuis son enfance. • Lullaby s’est toujours sentie un peu à part, un peu différente. • C’est une fille sensible, généreuse, jalouse et qui a tendance à s’oublier, à s’effacer, pour satisfaire les autres. • C’est également une grande rêveuse et une romantique dans l’âme. • Elle souhaite devenir avocate. • Elle souhaite intégrer la Columbia université, mais son vrai rêve serait Stanford.


avatar par Elsy

S3th * How long I've waited for you 190305054950617161

Comme la new-yorkaise adresse un petit sourire et ses salutations à son voisin de paillasse, ce dernier ne lui répond que par un petit geste, sans se donner la peine de parler à son tour. Tant pis. Tout le monde ne pouvait pas être aussi accueillant et sociable que l'avaient étés quelques élèves. Ce n'est pas comme si on ne l'avait pas prévenu au sujet des Cullen, en plus. Mais le regard de Bee se perd tout de même sur le visage de l'adolescence, le détaillant quelques secondes d'un regard curieux, avant que le professeur ne capte son attention en claquant dans ses mains, demandant le silence dans sa salle avant de faire l'appel.

Alors que le cours commence, le professeur remarquant évidemment la présence d'une nouvelle dans sa classe, la jeune femme obtient d'ores et déjà un rendez-vous avec lui prochainement, de sorte qu'il puisse savoir ce qu'elle a déjà étudié dans son ancien lycée, avant de rejoindre celui-ci. Génial. La demoiselle hoche la tête comme il lui demande de passer le voir un peu plus tard à son bureau. La perspective de perdre un peu de temps à la fin des cours ne la ravie pas des masses, d'autant plus qu'elle doit passer au service de la scolarité déjà, déposer quelques papiers. Mais soit. Elle pousse un long soupir et l'homme commence son cours, sans plus se soucier d'elle, se perdant dans d'ennuyeuses explications.

La jeune femme mordille le bout de son stylo de temps à autre tout en prenant des notes, se sentant toutefois largement observé par le jeune homme à ses côtés. Se redressant sur son siège, Lullaby tourne la tête dans sa direction, l'observant de même, stoppant le mouvement de sa main sur le papier. Mais la voix du professeur la ramène à la réalité. Merde. Qu'est-ce qu'il vient de dire ? Qu'est-ce qu'elle a oublié de noter ? Elle essaie de rattraper le fil du cours qu'elle a laissé échapper. Mais non.

«- Il a dit quoi ? Tu as noté toi ?» demande-t-elle avant de jeter un regard à la copie, malheureusement blanche, de son voisin. «Tu notes rien ?» interroge-t-elle surprise.
S3th
Messages : 282
Date d'inscription : 15/04/2020
Crédits : ...

Univers fétiche : Fantasy, Science Fiction, Réel
Préférence de jeu : Les deux
patrick
S3th
Jeu 16 Avr - 16:46

Edward
Cullen

J'ai 126 ans et je vis à Forks, une petite ville   d'Amérique. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien pour le moment.

avatar :copyright: S3th



Sans la quitter du coin de l’œil, il inspira sans bruit une grande bouffé d’air afin d’aspirer le parfum de la demoiselle pour l’analyser. Celui-ci était un parfum industriel des plus basiques. Avec une touche sucrée qui réveilla en lui un désir enfouis depuis longtemps.
Il n’avait pas de goût quand il mangeait un aliment. Que ce soit des légumes, des fruits ou même de la viande, tous avait un goût similaire, acre et amère.

Pourtant, il sentait en ce moment même un parfum sucré assez fort. Il tata de sa langue son palais pour s’assurer qu’il n’avait rien en bouche et se surpris à sa vérifications. Cette jeune fille était devenue un mystère pour lui. Comment pouvait-elle lui redonner le goût d’un aliment qu’il n’avait pas ressenti depuis une décennie ?

Perdu dans ses pensées, il n’avait bien sûr pas noté le cours, même pas écouté pour dire vrai. Sans émotions il regarda la fille, Lullaby d’après le professeur, l’observant en se remettant dans une position. Caché par ses lunettes de soleil, il la regarda bouger en savourant légèrement le délice qu’il avait devant ses yeux. Était-ce sa faim qui revenait ? Il n’avait pas tué depuis bientôt 90. Ce fut un travail long et éprouvant pour lui de combattre sa soif de sang humaine.

Mais pourtant, après presque 10 ans de combats, aujourd’hui il avait réussie à dominer cet instinct sauvage. Comment ? En apprenant avec sa famille adoptive à chasser des proies animales et non humaines pour se nourrir.

Il fut pris de cours pas la jeune fille qui lui demanda ce que le professeur avait noté. Qu’est-ce que cela pouvait lui faire. Il connaissait le cours par cœur depuis les années où il étudiait. Loin d’être bête, il avait, par curiosité, appris l’ensemble des cours de biologie.
Pour qu’elle raison ? Pour ce soigner à cette époque-là et bien choisir ses proie humaines.
Les recherches avait évolué avec lui alors quand il avait un peu de temps il fouiner, d’abord dans les bibliothèques, les magasins et même en faisant quelques expériences sur certains êtres abjectes à qui il avait pris la vie. Plus tard, son père adoptif lui appris certaines choses également. Et aujourd’hui c’était encore plus rapide avec internet. Des milliers de sujet en un clic.

Sans un bruit il haussa les épaules en réponse à sa question.

Le professeur, un homme sympathique mais autoritaire dans sa manière d’enseigner, regarda les deux jeunes en soupirant. Il dit en parlant à la classe tout en regardant les deux élèves.

« Qui peut me dire ce qu’est la biologie cellulaire et qui la découverte ?  Vous deux là-bas. Je vous écoute ! »

Edward ne bougea pas et un sourire apparut sur son visage, le premier de la journée. Il connaissait la réponse, ça il en était certains. Allait-il la donner ? Peut-être. Il tourna la tête vers Lullaby pour vraiment la regarder et dit en chuchotant.

« Tu as une idée ? Apparemment il n’est pas patient. »

Cela l’amusait de sentir la peur, la crainte et l’énervement. Il ressentait une certaine crainte et peur émanant de la demoiselle à côté de lui. Comme de la vapeur qui sortait de son corps autour d’elle de couleurs différentes pour montrer leur distinction. Il ne le voyait pas mais l’imaginer. Et son énervement était surement dû au fait qu’elle ce soit perdu dans le cours et prise sur le fait.

Se délectant de ces émotions, il attendit les réponses de la jeune fille.
Lullaby
Messages : 1952
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby En ligne
Jeu 16 Avr - 18:07

Lullaby Spencer
J'ai 17 ans et je vis à Forks, États-Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elle vient d’arriver en ville avec sa famille. • Elle ne voulait pas déménager, sa vie à New-York lui semblait parfaite. • Lullaby a un petit frère au collège, Paxton. • Elle est fan de patinage, elle pratique depuis qu’elle a trois ans. • Elle joue du violon depuis son enfance. • Lullaby s’est toujours sentie un peu à part, un peu différente. • C’est une fille sensible, généreuse, jalouse et qui a tendance à s’oublier, à s’effacer, pour satisfaire les autres. • C’est également une grande rêveuse et une romantique dans l’âme. • Elle souhaite devenir avocate. • Elle souhaite intégrer la Columbia université, mais son vrai rêve serait Stanford.


avatar par Elsy

S3th * How long I've waited for you 190305054950617161

Elle avait perdu le fil du cours, en observant son voisin. Il ne lui avait pourtant pas semblé que cela ait duré plus de quelques secondes, mais cela avait été suffisant pour qu'elle soit tout à coup perdue et ne sache plus de quoi parle son enseignant. Alors forcément, la demoiselle râle, contre elle-même, de s'être ainsi laissé perdre. Elle n'aurait pas dût. Évidemment. Et se tournant vers son voisin elle tente de trouver chez lui quelques mots secourables pour lui permettre de reprendre le fil de son cours. En vain. Il n'a rien noté sur sa feuille, surprenant la demoiselle. Ce n'est pas possible, comment cela se fait-il qu'il n'ai rien noté ? Elle se pose sérieusement la question, mais le jeune homme ne répond pas à ses interrogations, se contentant de hausser les épaules face à la question de la new-yorkaise.

Et le professeur les remarque, évidemment. Merde ! La demoiselle pousse intérieurement un juron. Qu'elle est la question déjà ? La jeune femme panique un peu face à la question du professeur. Et en même temps elle est en colère, en colère contre elle comme elle n'aurait pas dût se laisser prendre comme ça. Mais ce n'est pas possible bon sang ! Comment se faire remarquer en deux temps trois mouvements. Pour une nouvelle qui veut se faire discrète en arrivant, c'est loupé ! La demoiselle soupire. Elle soupire d'autant plus que son voisin de paillasse lui donne l'impression d'être en train de se moquer d'elle et la narguer.

«- J'te signale que la question s'adresse à toi aussi...»

Il peut se moquer mais je ne suis pas la seule à qui le professeur a parlé. Je ne suis pas la seule dont il attend une réponse. Je tourne mon regard vers le professeur qui repose sa question, le ton un peu plus autoritaire, commençant à s'agacer de toute évidence. Non, comme le remarque Edward, il n'a pas l'air patient. Bon sang. Le rythme cardiaque de la demoiselle s'accélère. Bon sang. Heureusement qu'elle a la bonne réponse ! La théorie cellulaire, elle l'a vu en début d'année dans son ancien lycée..

«- C'est Robert Hooke monsieur. Au XVIIème siècle, en 1665.»
«- Bien. Attention à ne pas vous éparpiller tout les deux.» reprend l'enseignant.

L'homme reprend le cours de son explication et la demoiselle souffle de soulagement en recommençant à prendre des notes, le bout de son crayon venant tapoter sa lèvre inférieure de temps à autre comme elle se perd, pensive, dans les explications du professeur.
S3th
Messages : 282
Date d'inscription : 15/04/2020
Crédits : ...

Univers fétiche : Fantasy, Science Fiction, Réel
Préférence de jeu : Les deux
patrick
S3th
Jeu 16 Avr - 18:46

Edward
Cullen

J'ai 126 ans et je vis à Forks, une petite ville   d'Amérique. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien pour le moment.

avatar :copyright: S3th


Sourire au lèvre, il l’écoute sans rien dire. Le professeur avait certes conviés les deux élèves à répondre, mais bon gentleman qu’il était, il la laissa répondre en première. Sa réaction lui procurait une sensation apaisante. Il sentait son angoisse et sa peur de mal répondre. C’est vrai que pour une première journée être convoqué chez le proviseur n’est pas une bonne chose.

Il entend son rythme cardiaque battre de plus en plus fort et du coin de l’œil regarde sa poitrine se lever et s’affaisser plus rapidement. Ce n’était pas un gestes pervers mais plus un regards intrigué. Sans quitter son abdomen qui bougeait au rythme des battements de son cœur, il écoute ça réponse en gardant son sourire.

Il est surpris quand le professeur lui accorde la réponse. Pas qu’elle ne soit pas intelligente pour savoir la réponse, mais elle s’était trompé cette fois-ci. La pression ou le fait d’être nouvelle peut-être ? Seule elle le savait. Le professeur retourna à sa place et reprit son cours après avoir fait sa remarque inutile.

En l’entendant souffler, il la regarde et une nouvelle fois son rythme cardiaque changea. Il était moins rythmé et son abdomen se lever plus lentement. Il s’avança sur sa chaise, posant ses coude sur la paillasse et passa  sa main sur son visage puis dans ses cheveux, remettant ses lunettes de soleil par la même occasion. Il se tourna doucement vers elle, sentant une nouvelle fois l’effluve de son parfum sucré et lui dit d’une voix calme et sûre de lui.

« Hooke c’est celui qui à créer le premier microscope et découvert les cellules. La bonne réponse était Antonie van Leeuwenhoek. »

Il sourit, prit ses affaire pour les ranger sans la quitter des yeux quand elle mordiller son crayon et se leva. Lorsqu’il fut debout la sonnerie retentit dans la salle. Il n’avait pas de montre à son poignet et aucune horloge n’était présente dans la salle. Il lui dit en souriant un peu amusé avant de partir voyant qu’elle ne bougeait pas.

« La journée est fini, tu comptes rester là ce soir ? »

Sans attendre sa réponse il sortit de la salle, sac sur le dos. Sur le chemin il sentit une nouvelle effluve de l’arôme sucré. Cette jeune fille avait quelque chose qui l’intriguait.

Lullaby
Messages : 1952
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby En ligne
Ven 17 Avr - 2:10

Lullaby Spencer
J'ai 17 ans et je vis à Forks, États-Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elle vient d’arriver en ville avec sa famille. • Elle ne voulait pas déménager, sa vie à New-York lui semblait parfaite. • Lullaby a un petit frère au collège, Paxton. • Elle est fan de patinage, elle pratique depuis qu’elle a trois ans. • Elle joue du violon depuis son enfance. • Lullaby s’est toujours sentie un peu à part, un peu différente. • C’est une fille sensible, généreuse, jalouse et qui a tendance à s’oublier, à s’effacer, pour satisfaire les autres. • C’est également une grande rêveuse et une romantique dans l’âme. • Elle souhaite devenir avocate. • Elle souhaite intégrer la Columbia université, mais son vrai rêve serait Stanford.


avatar par Elsy

S3th * How long I've waited for you 190305054950617161

Le soulagement envahit la demoiselle soudainement lorsque le professeur se désintéresse d'elle et de son voisin de paillasse afin de reprendre le rythme de son cours. A vrai dire, elle sait maintenant que dans la panique et la précipitation, elle n'a pas donné la bonne répond à son professeur. Mais tant pis. Du moment que l'homme la laisse tranquille, c'est tout ce qui compte, tant pis pour l'inexactitude de la réponse. La demoiselle se perd dans les explications de son professeur et prend de nouvelles notes en attendant la fin du cours, se sentant toujours pas mal observée par son voisin de table.

Il ne dit pas un mot et pourtant, elle sent qu'il ne détourne pas son attention de sa personne, qu'il continu de la fixer. Et elle tente de ne pas se laisser déstabiliser, maintenant que son professeur la laisse tranquille. D'autant plus que la fin du cours et proche. Et c'est ce moment que choisit le jeune homme à ses côtés pour faire remarquer que la demoiselle s'est trompée dans la réponse qu'elle a donné au professeur. Ouai. Et lui a la bonne. La jeune femme ne peut s'empêcher de penser qu'il est prétentieux, là, tout de suite. Alors même qu'il ne l'est pas. Mais... il aurait put répondre à la question du professeur lui aussi, ce n'était pas exclu ! Ce dernier n'avait pas précisément interrogé la demoiselle et Edward aurait put répondre aussi...

«- T'aurai put l'dire alors, la question était pour toi aussi... Qu'est-ce que tu fais ?»

Le jeune homme a déjà rassemblé ses affaires pour sortir, surprenant la jeune femme. Et comme pour donner raison à ce dernier, la sonnerie du lycée retentit. La demoiselle le regarde éberluée. Comment a-t-il fait ? Il n'a pas de montre au poignet et la demoiselle n'a pas vu d'horloge dans la classe. Aurait-il sorti son téléphone en douce ? Peut-être. C'est ce que la demoiselle suppose en tout cas. Et il l'arrache à ses pensées en demandant si elle compte rester plantée là, alors que la fin de journée a sonnée. Lullaby le regarde sortir, décontenancée avant de se hâter de ranger ses affaires à son tour pour sortir, oubliant qu'elle devait passer voir la scolarité et son professeur.

Elle avait juste envie de partir, rentrer chez elle. Ou envie de voir Edward ? Peut-être. Mais pourquoi ? Ça, c'était tout un mystère. Mais en sortant dans le couloir, la nouvelle arrivante cherche bel et bien la silhouette de l'adolescent dans la foule, en vain, avant de sortir elle-même des couloirs pour se diriger vers le parking et rejoindre son véhicule, cherchant encore Edward du regard. L'apercevant aux côtés d'une moto un peu plus loin, elle l'observe quelques secondes, sans bouger.
S3th
Messages : 282
Date d'inscription : 15/04/2020
Crédits : ...

Univers fétiche : Fantasy, Science Fiction, Réel
Préférence de jeu : Les deux
patrick
S3th
Ven 17 Avr - 14:21

Edward
Cullen

J'ai 126 ans et je vis à Forks, une petite ville   d'Amérique. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien pour le moment.

avatar :copyright: S3th


Une fois dans le couloir, il ne fallut pas longtemps au brun de retrouvé son chemin pour aller sur le parking. Il aurait pu y aller en se déplaçant rapidement sans éveiller les soupçons des élèves mais cela ne l’amusé pas aujourd’hui. Il voulait laisser la jeune demoiselle le chercher un peu. Il attendit que les élèves sortent de la salle puis arpenta les couloirs du lycée en évitant de toucher le monde autour de lui. Un sourire amusé, il repensa à la réaction de sa compagne de paillasse.

Tel un fantôme, il erra dans les couloirs jusqu’au parking. Là il retrouva ses frères et sœurs qui l’empoignèrent et le serrèrent avec des prise de main et des câlins. Sa jeune Sœur Alice lui demanda si la journée c’était bien passait vue le sourire qu’il arborait. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas souri d’une tel manière.

« C’était une journée comme tant d’autres… La chasse d’hier m’a bien plus »mentit-il.

S’il faisait confiance en ses sœurs, frères et parents adoptif, pour le moment il ne voulait pas parler de cette journée, plutôt de cette jeune fille. Sur ces mensonge, il mis son casque et enfourcha sa moto quand il sentit une nouvelle fois le parfum sucré prêt de lui. Cacher par ses lunettes de soleil, qu’il avait gardé toute la journée, il zieuta autour de lui et la vit. Cette demoiselle avait quelque chose de particulier mais il ne savait pas.

L’idée de jouer de ses charmes naturels lui vient à l’esprit. C’est vrai qu’il était assez beau garçon, avec une part de mystère, mais beau tout de même. La voir tomber sous son charme lui aurait plus, deux jours plus tard il l’aurait dans son lit et une semaine après il l’aurait laissée pour une autre. Cela ne le dérangeait pas, au contraire même. A une époque, il était le tombeur de ses dames, jouant de son élégance et de son charisme pour toutes les faire succomber à ses désir. Mais très vite, lorsqu’il cherchait en elle ce qu’il désirait, il était dégouté. C’est sur cette dernière pensée qu’il démarra sa moto et sortit du parking du lycée.

Le chemin du retour fut rapide, les routes gelées par endroit étaient tout de même praticable. Une fois rentré, il salua ses parents et frères et sœurs puis se remit au piano en composant d’autre air de Beethoven. Ses pensées étaient tournées vers sa voisine de classe. Il ne pouvait plus oublier son parfum sucré.

Plus tard dans la soirée, alors que ses frères et sœurs vaquaient à leurs occupations nocturnes, il décida de sortir de chez lui, trouvant le prétexte de se ressourcer dans la forêt pour ne pas éveiller les soupçons de sa famille.

Cette fois ci il ne prit pas la peine de démarrer sa moto préférant y aller à pieds, au moins si besoin il partirait en courant. L’effluve sucré qui le hanté était de plus en plus proche lorsqu’il s’aperçut qu’il était arrivé devant une maison dans un lotissement.

« Typique des Newyorkais »se dit-il à lui-même.

Il s’approcha de la maison, s’assurant qu’il n’y avait personne dans les environs. La nuit était tombé depuis quelques heures déjà et Edward s’avait que les humains, surtout en cette période hivernale, ne traînaient pas dans les rues.

Sans bruit, il marcha dans le tapis de gazon qu’offrait le domaine privé et ferma les yeux pour inspirer l’air et l’effluve qui l’avait mené jusqu’ici. Il la sentit, proche de lui. Les yeux fermés, il se dirigea vers celle-ci. D’un bond, il sauta sur la corniche d’une fenêtre ouverte en atterrissant sans bruit. Quel chance qu’elle soit ouverte ce soir.

Il entra dans la chambre, qui devait appartenir à une fille vue la décoration au mur, les étagères minutieusement rangées et les cartons entassé dans un coins de la pièce. Regardant dans la chambre, il entendit un souffle accompagné d’autres de plus en plus rapproché. Il s’avança vers celui-ci et regarda la jeune fille dans son lit, endormis à point fermés.

Edward s’accroupit devant elle et la regarde dormir, son sourire aux lèvres revenu. Elle était paisiblement endormie, innocente. Il aurait pu la réveiller, ou même s’amuser avec. Certaines pensées lui traversèrent l’esprit mais il les effaça. Pour le moment il voulait seulement la regarder. Son parfum l’enivra. Il aurait pu, bien qu’il en avait oublié l’idée depuis des années, la mordre dans son sommeil pour se délecter de ce délicieux goût qui enivré ses pensée.

Il resta devant elle à l’observer pendant quelques heures, trois ou quatre pas plus puis ressortie par la fenêtre après avoir pris le risque de caressait sa joue. Une fois dehors, il repartit en direction de la demeure familiale en traînant un peu pour garder en mémoire le visage doux de la demoiselle endormie. Une fois arrivée, il s’installa dans son lit et repensa à son visage endormi, le dessinant même et composant quelques sérénades sur celui-ci.

L’heure était maintenant arrivé pour retourner en cours mais aucun des membres de sa famille, ni lui, n’y allèrent cette journée-là.

Lullaby
Messages : 1952
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby En ligne
Ven 17 Avr - 17:37

Lullaby Spencer
J'ai 17 ans et je vis à Forks, États-Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elle vient d’arriver en ville avec sa famille. • Elle ne voulait pas déménager, sa vie à New-York lui semblait parfaite. • Lullaby a un petit frère au collège, Paxton. • Elle est fan de patinage, elle pratique depuis qu’elle a trois ans. • Elle joue du violon depuis son enfance. • Lullaby s’est toujours sentie un peu à part, un peu différente. • C’est une fille sensible, généreuse, jalouse et qui a tendance à s’oublier, à s’effacer, pour satisfaire les autres. • C’est également une grande rêveuse et une romantique dans l’âme. • Elle souhaite devenir avocate. • Elle souhaite intégrer la Columbia université, mais son vrai rêve serait Stanford.


avatar par Elsy

S3th * How long I've waited for you 190305054950617161

Il y avait quelque chose, chez ce garçon, elle ne savait pas exactement quoi, qui l'attirait. Ce n'était pas seulement le fait qu'il soit beau. Il y avait autre chose. Il dégageait un truc. Un truc qu'elle ne savait pas identifier mais qui était là, bel et bien là. Un truc qui captait son regard là, au beau milieu du parking, alors même qu'il s'apprêtait à monter sur sa moto. Lullaby le regarde quelques instants, le regard rivé sur lui alors qu'il semble la regarder lui aussi, derrière ses curieuses lunettes de soleil. Un truc dont elle se détache pourtant en fin de compte, comme elle monte à bord de son véhicule, jetant son sac de cours sur le siège arrière. Et rapidement, elle prend la direction de l'école de Paxton, devant chercher ce dernier avant de rentrer.

19:00. Le regard rivé sur l'écran de son ordinateur, la demoiselle cherche une patinoire dans les environs. A Forks naturellement, il n'y en a pas et comme la demoiselle l'avait supposé, elle doit faire plusieurs kilomètres en voiture pour en trouver une, ce qui implique qu'elle n'aura que peu de jours pour s'y rendre, en raison des horaires de ses cours. Installée sur le comptoir dans le salon, elle maugrée en se plaignant de la situation face à sa mère, une fois de plus, alors que cette dernière tente d'affirmer encore que sa fille va s'y faire. Non, elle ne s'y fera pas. Forks la saoule déjà. Même s'il y a tout de même des gens sympas dans les parages. Lullaby a parlé de quelques camarades à sa mère. Mais elle a passé sous silence l’énigmatique et magnétique Edward, conservant ce secret pour elle. Sa mère aurait tôt fait d'y voir des signes qui n'avaient pas lieux d'être.

21:30. Dans sa chambre, la demoiselle tire quelques notes de musique sur son violon, debout au milieu de sa chambre, s'exerçant encore. Comme tout les soirs. Passionnée par cet instrument depuis des années, elle en joue toujours avant de se coucher. Un moyen pour elle de s'apaiser de sa journée. Un petit rituel comme un autre, auquel elle s'adonne avec une régularité presque professionnelle.

Au fond de son lit, la couette rabattue jusqu'au menton alors qu'elle a laissé le fenêtre entre-ouverte, Lulalby s'est endormie, épuisée par sa journée. Et comme Edward approche de son lit, la jeune femme reste inconsciente de cette présence à ses côtés. Pourtant, alors même que la jeune femme ignore sa présence non loin d'elle, l'image de l'adolescent vient hanter ses rêves. Quand il frôle sa joue, la demoiselle frissonne légèrement, sans se réveiller pourtant, poursuivant sa nuit et ses songes.

***

En arrivant au lycée le lendemain, Lullaby cherche un visage, dans les couloirs du lycée, sans même le chercher vraiment, déambulant en attendant le début des cours, jusqu'à ce qu'Erica la sorte de ses pensées en affirmant que les Cullen ne sont pas là. Bee lève un sourcil face à cette affirmation, d'abord étonnée que toute la fratrie soit absente un jour de semaine, mais bien plus étonnée encore que la jeune demoiselle ait deviné qu'elle cherchait à apercevoir la silhouette d'Edward. Et quand elle demande les raisons de cette absence, la réponse d'Erica la surprend un peu plus encore.

«- Ils partent dès qu'il fait beau ?»

Ils en avaient de la chance. C'est vrai que le soleil était rare par ici. Mais de là à sécher les cours... Lullaby secoue la tête cependant et hausse les épaules. Après tout, ça ne la regardait ni ne la concernait pas. Les Cullen pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient après tout. En attendant, elle ne séchait pas, elle et rejoint alors sa classe pour une longue journée de cours. Et elle n'est pas fâchée quand arrive 16:00, de pouvoir quitter le lycée, ayant déjà dans l'idée d'aller à la patinoire ce soir.
Contenu sponsorisé
S3th * How long I've waited for you
Page 1 sur 20
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 20  Suivant
Sujets similaires
-
» How do you see me now ? (ft. S3th)
» (adrien) ▲ as long as you love me
» i've got a fever + S3TH
» Seuls au monde ft. S3th
» madriel › it's been a long time.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Archives :: Archives :: Côté RP :: Ceux qui sont abandonnés-
Sauter vers: