-55%
Le deal à ne pas rater :
-90€ sur les baskets Nike Air max 270 React
72.47 € 159.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Enchanté (Beloved)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 15 ... 24  Suivant
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis un petit employé dans un centre d'assistance téléphonique et je m'en sors moyennement mais ça permet de manger. Sinon, grâce à ma décision, je suis célibataire et je le vis plutôt comme je peux, en gardant le sourire.




Douglas Booth :copyright:️ Mistspell

« Alors s’il y a des mojitos, je ne vais pas refuser. Puis faut bien que je viennes, tu sembles désespéré»

Je ris de bon coeur en l'entendant parler.

- Non pas vraiment désespéré. Je dansais beaucoup quand j'étais passé deux mois à Cuba. En même temps tout le monde sortait le soir pour danser la salsa alors j'ai appris comme ça. J'ai eu le malheur de le dire à mon ami quand il m'a parlé de sa soirée salsa et maintenant je suis quasiment obligé de faire une démonstration.

Je roulais des yeux d'un air dramatique. J'aimais bien danser je n'allais pas dire le contraire. En apprenant pour ma maladie, en voyageant, j'avais laissé cette peur du ridicule que j'avais pu avoir autre fois. On ne vivait qu'une fois et il ne me restait pas assez de temps pour me prendre la tête avec ce que les gens pensaient de moi. Alors je tentais toutes les expériences possibles, même le roller, et tant pis si je me rendais ridicule.

On passa le reste de la pause repas à discuter de tout et de rien et surtout des prochaines sorties de film qui nous tentait. Il me semblait avoir trouvé le partenaire tout indiqué pour me faire mes soirées cinéma.

Le jeudi arriva rapidement. Je m'étais reposé toute la semaine. Ce soir je comptais bien m'amuser, faire la fête et danser jusqu'à la fin de la nuit. J'avais mis un jean avec un simple tee shirt blanc. Je ne comptais pas draguer alors je n'avais pas fait plus d'efforts que d'habitude. Je voulais juste être confortable pour pouvoir danser sans être gêné.

Je frappais à sa porte à l'heure. Je le regardais en souriant alors qu'il venait m'ouvrir.

- Salut et.... waouuu mais qu'avez vous fait du John que je venais chercher?

Je le détaillais ne pouvant m'empêcher d'admirer sa tenue qui lui allait vraiment à merveille.

- Tu sais que tu es vraiment sublime comme ça. Tu comptes draguer avoue.

Je le taquinais doucement avant de l'emmener vers le bas où se tenait la soirée spéciale. J'espérais que ce n'était pas moi qu'il avait en tête de draguer. Bon oui j'étais sous le charme, je le trouvais vraiment magnifique dans cette tenue. Mais bon c'était peine perdue, je sortais vraiment juste pour m'amuser et rien de plus. J'aurais pu y aller seul mais je m'étais dit que ça nous donnerait l'occasion de nous voir et de pouvoir boire des mojitos ensemble.

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 530
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

67372740-164235931295541-8969761513288264533-n.png
   Jonathan McCauley
   
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis salarié en télétravail et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt assez bien, enfin plutôt résigné.
   
+ a perdu ses parents à 10 ans lors d'un accident de voiture dont lui et sa soeur sortent miraculeusement indemne. + sa soeur est décédée il y a deux ans après un long combat contre la leucémie. + A tenté de se suicider après la mort de celle-ci. + Passe la plupart du temps à son boulot, il fait le maximum des heures supplémentaires. + il passe le reste du temps chez lui, sur son ordinateur. + Est un peu asocial, sort rarement, sauf s'il en a l'obligation. + N'a vécu que quelques aventures, mais il mettait rapidement un terme à celles-ci dès que l'engagement devenait sérieux. Il fuit à toutes jambes le bonheur. + Il n'a pas d'animaux chez lui car il passe trop peu de temps chez lui, mais il les adore sinon. + Chaque année il fait un don pour la ligue contre le cancer.
   

Matthew Daddario :copyright:️ mistpell

Je l'écoute avec un certain plaisir. sans même le savoir il me mettait une sacrée pression. je souris doucement, sans même y faire attention, tu te dévoilais davantage. Et j'appréciais vraiment ce que je découvrais de lui. Même si ça devenait vraiment un terrain glissant. j'ai quand même hâte de le voir danser, parce que, oui, je me contenterais de n'être qu'un spectateur. Je hoche la tête toujours avec ce sourire. "j'ai hâte de voir ce spectacle alors. De voir quel bon danseur tu es." Je lui lance un sourire ravi, pressé d'être à cette soirée.

Je ris quand il tourne des yeux. Il n'avait pas l'air de vouloir être au centre de l'attention, et je le comprenais bien. de mon côté je préférais me fondre dans l'anonymat de la foule, ne pas faire de vague. Je n'aimais pas être au centre de l'attention de toute le monde, je parvenais à surpasser cette sensation de malaise au travail, mais ailleurs c'est une autre paire de manche.

on discute encore pendant quelques minutes avant de repartir chacun à notre poste. je remarque les regards que nous lance Trudy, elle a dû passer le mot pour que personne ne vienne nous déranger, mais si elle savait ce qu'il s'est passé elle serait probablement déçue. Il n'y avait rien de plus platonique.

Les jours suivant se ressemblaient, et pire, nos collègues commençaient à nous faire des sous-entendus de plus en plus implicites. C'en devenait gênant. Néanmoins, pour le moment je ne réagissais pas, car je soupçonnais que cela ne ferais qu'empirer les choses.

Le jeudi je ne m'attarde pas, j'ai peu de temps devant moi si je veux prendre une douche et me préparer pour la soirée. résultat j'étais prêt juste à temps pour commencer à hésiter, me disant que c'était trop 'habillé' pour lui.

je souris en voyant sa réaction. je hausse un sourcil. "Je pensais que je devais m'habiller en circonstance pour une soirée dansante ? Enfin une soirée où je ne vais pas danser... Je ne veux pas te ridiculiser."

Je hausse un sourcil. si seulement je me l'autorisais, c'est ce que je ferais, avec lui. Mais ce n'était pas le cas. "Parce que si je met une chemise c'est que je vais forcément draguer ?" Je secoue la tête en riant. "Ce n'est pas le cas. Allez en route."

Je le suis, un peu plus silencieux que d'habitude. Je n'avais juste pas grand chose à raconter, mais heureusement Dorian semblait ne pas s'en soucier, et alimentait lui-même la conversation. On entre dans le bar, où l'ambiance est déjà électrique. L'endroit me plait bien. Je le laisse choisir un endroit. Je souris en hochant la tête "Sympa comme endroit." J'avoue que de premier abord je ne serais pas aller dans ce genre de bar d'ambiance, mais parce que je sortais seul, et ce n'est pas vraiment un endroit où j'irais seul.
   
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis un petit employé dans un centre d'assistance téléphonique et je m'en sors moyennement mais ça permet de manger. Sinon, grâce à ma décision, je suis célibataire et je le vis plutôt comme je peux, en gardant le sourire.




Douglas Booth :copyright:️ Mistspell

"Je pensais que je devais m'habiller en circonstance pour une soirée dansante ? Enfin une soirée où je ne vais pas danser... Je ne veux pas te ridiculiser."

Comme si j'en avais quelque chose à foutre qu'on puisse se ridiculiser. Je voulais simplement aller m'amuser, le regard des autres était vraiment la dernière chose qui m'importait.

"Parce que si je met une chemise c'est que je vais forcément draguer ? Ce n'est pas le cas. Allez en route."

Je ris avec lui alors qu'il récupérait ses affaires pour sortir rejoindre le bar.

- Non bien sur. Mais tu es tellement sexy habillé comme ça que tu ne devrais pas être surpris si tu te fais draguer ce soir.

Moi le premier j'aurais pu être tenté de le draguer si les choses avaient été différentes.

On marcha tranquillement. Je parlais un peu, lui expliquant que je connaissais le propriétaire depuis quelques mois à peine, en fait depuis que j'étais revenu à Londres, comme l'essentiel de mes amis. J'avais trainé plusieurs fois chez lui, certains soirs où j'avais eu besoin de décompresser après le travail. On avait discuté un soir alors qu'il n'y avait que nous deux dans le bar et on avait sympathisé. Il m'avait présenté à quelques uns de ses amis et maintenant je les fréquentais de temps en temps. Je les aimais bien mais je ne voulais pas m'attacher à eux, et ça je me gardais de le dire à John. Je ne voulais m'attacher à personner et à lui non plus.

On finit par arriver dans le bar. Je souris en voyant qui y régnait déjà. Il avait eu raison de faire cette soirée à thème. J'entrainais John dans une table un peu à l'écart mais d'où on arrivait à voir assez bien les danseurs. Je le laissais là un instant pour aller nous chercher deux mojitos. Je trinquais en souriant avec lui.

- A cette soirée.

Je commençais à discuter avec lui quand un des amis dont je lui avais parlé arriva. Je venais le saluer avant de faire les présentations.

- Henri, je te présente John, mon collègue de travail dont je t'ai parlé. John, voici Henri, un de mes amis et un des amis du patron du bar.

"Qui s'est lui aussi fait trainer de force ici alors qu'il déteste danser."

Il rit et je me joignis à lui avant de me réinstaller à notre table. Je laissais Henri saluer John avant de lancer la conversation, essayant de faire en sorte que John ne se sente pas exclu. Je partais sur un sujet neutre. Je ne voulais pas que John se sente mal à l'aise si Henri venait à lui poser des questions personnelles.

- Tu sais quoi? Ca y est j'ai vu Joker. On est y allé avec John. Depuis le temps que tu me dis que je devrais y aller, ça y est c'est fait.

On passa un petit moment à discuter du film avant de dériver sur d'autres films. Henri était encore plus fou de film que moi il avait de quoi parler.

Je fini par les laisser alors qu'une jeune femme, une connaissance, venait m'attirer sur la piste.

- Désolé le devoir m'appelle.

Je les laissais, culpabilisant un peu. Pas pour Henri non, il savait ce qui l'attendait en venant ici. Mais je me sentais mal de laisser John comme ça avec quelqu'un qu'il ne connaissait pas. J'avais aussi un peu peur de ce que Henri allait pouvoir lui dire comme connerie. Déjà qu'il n'arrêtait pas de me charier parce que je parlais souvent de John, et que je sortais souvent avec lui...

Je suivais la jeune femme sur la piste, souriant en entendant la musique. Je faisais taire un peu ma culpabilité pour me laisser aller à danser avec elle. Je retrouvais vite les pas, commençant à me déhancher sur la musique. Je ne tardais pas à la faire tourner, enchainant des pas plus complexes que les simples pas de base. Elle avait un assez bon niveau pour me suivre. Je souriais, me détendant vraiment et profitant de la soirée.

J'enchainais deux trois danses comme ça avec elle avant de la laisser. J'étais bien décidé à faire danser un peu John. La musique avait changé pour un rythme plus lent, le rythme parfait pour que je lui apprenne à danser. Je le rejoignis en souriant, lui tendant la main.

- Tu m'accordes cette danse?

Je ne lui laissais pas beaucoup le choix. J'attrapais sa main et l'entrainais avec moi sur la piste de danse. Je profitais que la musique n'avait pas encore vraiment commencé pour le prendre doucement dans mes bras. Je lui expliquais rapidement le pas de base avant de me lancer avec lui. Je lui souriais, l'encourageant, le guidant doucement.

- Ne regarde pas tes pieds... regarde moi. Il faut juste te laisser aller... et ne pense pas aux personnes. Il n'y a que toi et moi là.

J'attendais qu'il commence à se sentir plus à l'aise pour changer un peu, le faisant passer à côté de moi, me déhanchant à ses côtés avant de reprendre notre position initiale. Je me sentais bien là, son corps si près du mien, suivant doucement mon rythme...

Je m'arrêtais sur la fin, le fixant. Le temps était comme suspendu... je le trouvais plus beau que jamais sous la lumière des projecteurs. Je ne contrôlais plus ma main qui se levait seule.. allait effleurer doucement sa joue... Je ne le quittais pas des yeux... L'envie était là... J'aurais pu simplement me pencher en avant pour venir effleurer ses lèvres et...

Je me reculais rapidement alors que la musique changeait, reprenant mes esprits.

- Tu... tu vois. Tu t'en es très bien sorti.

Et moi j'avais été con. J'avais failli l'embrasser. Et je ne savais pas ce que je regrettais le plus, d'avoir failli le faire, ou de ne l'avoir pas fait...

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 530
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

67372740-164235931295541-8969761513288264533-n.png
   Jonathan McCauley
   
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis salarié en télétravail et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt assez bien, enfin plutôt résigné.
   
+ a perdu ses parents à 10 ans lors d'un accident de voiture dont lui et sa soeur sortent miraculeusement indemne. + sa soeur est décédée il y a deux ans après un long combat contre la leucémie. + A tenté de se suicider après la mort de celle-ci. + Passe la plupart du temps à son boulot, il fait le maximum des heures supplémentaires. + il passe le reste du temps chez lui, sur son ordinateur. + Est un peu asocial, sort rarement, sauf s'il en a l'obligation. + N'a vécu que quelques aventures, mais il mettait rapidement un terme à celles-ci dès que l'engagement devenait sérieux. Il fuit à toutes jambes le bonheur. + Il n'a pas d'animaux chez lui car il passe trop peu de temps chez lui, mais il les adore sinon. + Chaque année il fait un don pour la ligue contre le cancer.
   

Matthew Daddario :copyright:️ mistpell

Sérieusement il ne faut pas qu'il me fasse danser, ou il allait sincèrement le regretter. Il ne connaissait pas mon talent de danseur. J'espère qu'il ne compte pas m'avoir comme partenaire.

On dévie sur mon style vestimentaire. Je hausse un sourcil à ses mots. Je me demande s'il se rend vraiment compte de ce qu'il dit. " Oh, je pense qu'ils seront rapidement déçu, l'habit ne fait pas tout, mon air morose en dissuadera plus d'un à force. L'illusion ne marche qu'un moment"

Je hausse les épaules, généralement les gens n'aimaient pas trop les gens un peu trop secret. Moi ça faisait mes affaires, les gens se lassaient vite de mes non-dits.

Je l'écoute, tout en me dirigeant vers ce bar, me racontait comment il a connu le gérant.
Il s'ouvrait bien plus à moi que le contraire. Il n'était pas très curieux et j'avoue que c'était quelque chose qui me plaisait de plus en plus. Je pouvais ainsi protéger ma vie sans risquer de le faire souffrir. Mais son discours me jette à la face la tristesse de ma vie. Il n'y peut rien, il ne se doute même pas de ce qu'il suscite en moi. Je n'avais pas ce genre d'anecdotes à lui raconter. J'avais vraiment fermé les portes à toutes sortes d'attachements, même les plus triviaux comme l'amitié. Résultat, j'étais désespérément seul. Je sortais jamais tout simplement parce que je n'avais personne avec qui sortir.

Mais tout ça a changé depuis que Dorian est arrivé. Je ne sais pas vraiment pourquoi ma façon de voir les choses changent en sa présence. C'est un peu comme s'il m'attirait à la lumière, qu'il enfonçait les portes que je m'étais forgé pour ne laisser entrer personne.

On arrive dans le bar et on s'installe un peu à l'écart. Je retire ma veste en patientant le temps qu'il ramène les boissons. Je souris en le laissant s'installer. " À cette soirée "

Je vois des gens se rapprocher de nous. Je laisse Dorian faire les présentations. Je souris en hochant la tête " Enchanté" Je ris légèrement à ses mots en secouant la tête. " On a des amis très persuasif apparemment " Je lui souris alors que je les laisse discuter ensemble. Je profite de ce moment, pour observer le bar, les gens qui dansent.

Je n'étais pas très causant, pour autant je ne m'ennuyais pas. J'écoutais leur conversation, y participant avec parcimonie. Je n'avais jamais été un grand bavard, et heureusement il ne tente pas de m'arracher quelques phrase car ça avait surtout le don de me fermer davantage.

Je le laisse partir danser avec un sourire. J'en profite pour me lever et aller me commander un second verre. Je l'observe en retournant à ma place alors que la musique emplissait le bar.

Quand je le vois danser, je déglutis. Il était vraiment bon danseur. Ca me motivait encore plus de rester ici sagement assis sur la banquette. Il allait me détester s'il me demande de danser. Ce qu'il ne manque pas de faire dès que la musique se termine. Je jure dans ma tête.

Je tente de refuser les premiers instants avant de finir par céder. " Si je n'ai pas le choix." Je souris néanmoins en le suivant. " N'espère pas trop " Et je ne le déçois pas, car malgré ses conseils, je suis raide comme un piquet. Et encore plus quand je le sens appuyé certains gestes. Je me demande ce à quoi il est en train de penser. J'aurais pu partir, fuir comme j'en ai l'habitude. Mais je ne fais rien.

Je laisse la danse passer, ce qui est un calvaire pour moi vu comment je suis raide et stressé. La musique se termine et je suis complètement hypnotisé par ses yeux. Je frissonne en sentant sa main sur ma joue. J'étais incapable du moindre mouvement. Mais il se recule vivement, rompant définitivement le charme.

Et la réalité me frappe de plein fouet. Je secoue la tête. Je n'avais plus le choix, je devais reprendre mes distances. Car j'allais finir par le faire souffrir, moi aussi j'(allais souffrir, mais je m'en foutais royalement. J'étais la bête noire de ceux qui m'approchaient de trop près.

Je secoue la tête " Je... Je dois y aller... Je suis désolé." Je bégaye comme un adolescent en passant une main dans ma nuque. Je le contourne pour attraper mon manteau et fuir lâchement sans un regard pour lui.

Mais ça m'a jamais autant déchiré le coeur. Je me détestais de lui avoir fait subir cela. Mais il ne comprendrait pas ma raison.

Les jours suivant au travail sont compliqués. Je le fuis comme la peste. Je reste scotché à mon poste de travail, et je rentre chez moi dès que le boulot se termine, ne lui laissant aucun espace pour le laisser m'approcher. Je me suis brûlé les ailes, et il ne méritait pas de souffrir pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis un petit employé dans un centre d'assistance téléphonique et je m'en sors moyennement mais ça permet de manger. Sinon, grâce à ma décision, je suis célibataire et je le vis plutôt comme je peux, en gardant le sourire.




Douglas Booth :copyright:️ Mistspell

" Je... Je dois y aller... Je suis désolé."

Je le regardais partir, sentant mon coeur se serrer. Et ce n'était pas parce qu'il était agonisant que je ressentais ça. Je me sentais mal alors que je regardais John quitter rapidement la soirée. J'avais fait une connerie. Je n'aurais pas du me rapprocher comme ça de lui. Non mais à quoi je pensais en lui caressant la joue comme ça? Ca ressemblait à de la drague. Non c'était pire que de la drague même, c'était limite du rentre dedans pas vraiment subtil. Moi qui ne cessait de lui dire que je n'étais pas intéressé, que je ne voulais personne dans ma vie... ma conduite de ce soir prouvait tout le contraire. Un bel imbécile. J'allais foutre en l'air l'amitié qu'il y avait entre nous.

Et j'avais raison. Les jours suivants il ne fit que me fuir. Je le croisais à peine au travail. Il ne répondait pas à mes messages. J'avais bien tenté de lui envoyer un petit ça va pour avoir de ses nouvelles, mais non rien, aucune réponse. Il me fuyait. Il était entrain de me rayer de sa vie et je ne comprenais même pas pourquoi.

Bon d'accord je l'avais presque embrassé mais ça n'expliquait pas tout. Pourquoi refusait il à ce point toute forme d'attachement? Pourquoi m'évitait il pour un geste malheureux?

J'étais bien décidé à mettre les choses au clair avec lui. Je voulais savoir. Je ne supportais plus cette situations. Et je ne supportais plus d'entendre Trudy me questionner sans cesse pour savoir ce qui s'était passé entre nous. Je n'avais quand même pas osé le tromper? J'avais fini par craquer, lui hurlant dessus au milieu de tout l'open space, j'avais crié que pour le tromper il aurait fallu qu'on soit en couple et que pour tromper il fallait coucher également, hors comme je n'avais pas baisé depuis plus de deux ans...

J'étais sorti sous tous les regards étonnés des collègues. Et ouais, cela faisait plus de deux ans que je n'avais pas baisé. Depuis l'annonce de ma maladie, depuis que j'avais quitté mon ex. Je ne voyais pas en quoi c'était un problème.

C'était donc furieux que j'avais rejoint la salle de repos, pour tomber nez à nez avec lui. Ce n'était pas les meilleures conditions, je n'étais pas vraiment de bonne humeur, pour discuter avec lui mais tant pis. Je n'avais pas le choix. C'était la seule fois où j'arrivais à me retrouver seul avec lui depuis quasiment une semaine.

- Salut...

Je soupirais un peu en le regardant.

- Qu'est ce qui se passe John? Pourquoi tu me fuis comme ça? Je te jure que si j'ai fait quelque chose qui t'as mis mal à l'aise je le regrette. Je ne le voulais pas. Je respecte le fait que tu ne veuilles pas être en couple. Je te promets que moi c'est la même chose. Mais... on s'entendait bien tous les deux non? On ne peut pas continuer de passer des bons moments ensemble tant qu'on le peut?

Parce que bientôt je partirais et je ne le reverrais plus.

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 530
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

67372740-164235931295541-8969761513288264533-n.png
   Jonathan McCauley
   
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis salarié en télétravail et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt assez bien, enfin plutôt résigné.
   
+ a perdu ses parents à 10 ans lors d'un accident de voiture dont lui et sa soeur sortent miraculeusement indemne. + sa soeur est décédée il y a deux ans après un long combat contre la leucémie. + A tenté de se suicider après la mort de celle-ci. + Passe la plupart du temps à son boulot, il fait le maximum des heures supplémentaires. + il passe le reste du temps chez lui, sur son ordinateur. + Est un peu asocial, sort rarement, sauf s'il en a l'obligation. + N'a vécu que quelques aventures, mais il mettait rapidement un terme à celles-ci dès que l'engagement devenait sérieux. Il fuit à toutes jambes le bonheur. + Il n'a pas d'animaux chez lui car il passe trop peu de temps chez lui, mais il les adore sinon. + Chaque année il fait un don pour la ligue contre le cancer.
   

Matthew Daddario :copyright:️ mistpell

Voilà, ce que je redoutais était arrivé sans même que je ne le soupçonne. Comment en est-on arrivé à ce point sans même que je ne m'en aperçoive ? Généralement j'excellais dans le fait de repérer dès que ça devenais un peu trop entreprenant pour moi. Mais j'avais refusé de voir lé vérité en face. Résultat j'avais vraiment paniqué comme un adolescent et j'étais parti comme une furie. Je ne lui avais pas laissé le temps de pouvoir me retenir pour lui donner une explication. Je ne voulais pas lui en donner. Il m'avait effrayé, parce que je commençais justement à tenir à lui, un peu plus que ce que je pensais. Quand il s'était rapproché, il m'avait juste aider à réaliser la portée de mes propre sentiments. C'était ça qui m'avait fait peur.

Je ne pouvais plus le regarder en face. Et même juste le savoir dans la même pièce me mettait mal à l'aise. Alors je tentais de ne pas me retrouver en pause avec lui. Je ne voulais pas le mettre mal à l'aise et je finirais pas le faire. J'avais besoin de prendre mes distances. Il avait bien tenté de me joindre, mais je ne lui avais pas répondu. La fuite avait toujours été un moyen de mettre les gens à distance. Les gens se lassaient rapidement de mon petit manège

J'espérais que ce soit la même chose pour lui. Je voulais laisser passer quelques jours pour m'éclaircir les idées. Je voulais arrêter de penser lui autrement que comme un ami.

bien sûr nos chers collègues m'abreuvaient de questions, pour savoir pourquoi on ne se parlait plus. pourquoi même on ne passait plus de temps ensemble. Je les avais, pour une fois, envoyer bouler plutôt brutalement. J'en avais sérieusement marre de leurs commérages. Mais ils ne lâchaient rien, ils n'avaient donc aucun respect pour la vie privé des autres. Je m'abrutissais dans le travail j'avais repris mes mauvaises habitudes, j'enchainais toutes les heures supplémentaires possible, venant plus tôt le matin. Je tardais par contre peu le soir pour ne pas me retrouver seul avec lui, j'attendais qu'il soit parti ou alors je partais dans les premiers.

Mais il semblait aussi dérangé que moi par nos collègues. Je me fige en l'entendant s'exclamer haut et fort dans l'open space l'état de notre non-relation. Il venait de donner du grain à moudre à tout le monde.

Malgré ma froideur, je m'étais inquiété pour lui. Preuve que je me voilais encore la face. Je profitais que toute l'attention soit centrée sur lui pour m'enfuir en salle de repos. Je prends une canette de coca avant de me retourner en entendant du bruit. Je le vois face à moi, je déglutis bruyamment, serrant mes doigts autour de la canette. Je reste silencieux en l'écoutant me poser de multiples questions.

Je secoue la tête de droite à gauche, je ne peux pas lui répondre là parce que je suppute qu'il y a pas mal d'oreilles indiscrètes derrière la porte. Je fronce néanmoins les sourcils à la fin de sa tirade. Qu'est-ce qu'il voulait dire par tant que l'on peut ? Je lève les yeux au ciel. Si seulement il savait combien je me sens faible maintenant avec lui. " Pas ici. Pas alors que tout le monde peut entendre." Je l'évite du regard. " demain soir, chez moi ?" Je n'avais pas vraiment réfléchi avant de lui proposer cela. Je ne sais même pas si c'est une bonne idée de me confier ainsi.

Je le vois hocher la tête, je souris doucement avant de le contourner et d'ouvrir la porte avant de tomber... eh bien.. sur une bonne dizaine de paire d'yeux qui attendent le verdict. "Quoi ?" Je secoue la tête en les contournant en poussant quelques uns.

Je reprends mon poste, me concentrant de nouveau sur mon travail.

Le lendemain, la journée se passe plutôt lentement. Je l'évite, mais les questions et les doutes bouillonnent dans mon esprit. Je ne sais pas encore vraiment ce que je vais lui dire. Je rentre chez moi et nous commande chinois, je ne l'avais pas vraiment consulté, mais je suppose qu'il allait apprécier. J'entends la sonnette retentir, pile à l'heure. Je lui ouvre avant de me décaler. "Salut."
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis un petit employé dans un centre d'assistance téléphonique et je m'en sors moyennement mais ça permet de manger. Sinon, grâce à ma décision, je suis célibataire et je le vis plutôt comme je peux, en gardant le sourire.




Douglas Booth :copyright:️ Mistspell

J'attendais. J'avais besoin de savoir ce qui n'allait pas. Je me doutais que je l'avais mis mal à l'aise en dansant comme ça. Mais heureusement je n'avais pas été jusqu'au bout. Je m'étais arrêté avant de l'embrasser. Oh j'en avais eu terriblement envie mais j'avais su me retenir. Il ne voulait pas de relation de couple et je le comprenais. Je voulais la même chose. Alors merde pourquoi est ce qu'il me fuyait alors que j'avais su me retenir?

" Pas ici. Pas alors que tout le monde peut entendre. demain soir, chez moi ?"

C'était frustrant. Je voulais régler les choses maintenant, tant que j'avais réussi à le coincer. Mais je savais qu'il ne parlerait pas maintenant. Il y avait beaucoup trop d'oreilles indiscrétes qui tentaient de nous écouter. C'était sur qu'avec la crise que j'avais eu, ils devaient encore plus se dire qu'il y avait quelque chose entre nous.

Je soupirais avant de me lever.

- Ok... demain chez toi. Et tu auras intérêt à t'expliquer.

Je quittais la salle de repos le premier, retournant à mon poste de travail sous le regard de Trudy qui ne m'avait pas laché un instant.

"C'est lui qui t'as trompé c'est ça? Il avait l'air d'être un si gentil garçon. Je ne l'aurais jamais cru capable d'une telle chose. Mais en même temps il est si secret..."

Je soupirais en l'entendant me piailler dans les oreilles.

- Arrête avec ça Trudy tu veux bien? Tu ne peux pas juste entendre que nous sommes simplement amis et qu'il n'y a rien entre nous!!!

Elle me laissa après un dernier "si tu le dis" qui ressemblait plus à un "ouais ouais dis ça mais moi je reste persuadé du contraire". Jamais elle ne me lacherait il fallait croire.

La journée et celle du lendemain passèrent lentement. J'avais hâte de le voir, hâte qu'il m'explique ce qui lui passait par la tête en ce moment. J'avais été soulagé qu'il ne me demande pas de venir chez moi. Je ne recevais jamais personne chez moi. Il y avait trop de matériel médical, de médicaments, trainant un peu partout dans l'appartement. Je prenais trop de cachets et ils s'entassaient dans ma cuisine. Mon extracteur d'oxygène était dans un coin entre le salon et ma chambre pour que je circule plus facilement quand j'en avais besoin. J'avais horreur de voir tout ça et je ne supporterais pas l'idée que lui aussi le voit.

J'étais parti chez lui le lendemain soir. Je n'avais pas amené de diner cette fois. Ce n'était pas vraiment une soirée à deux. Je n'allais pas rester. Je venais juste pour qu'il m'explique et je repartirais ensuite.

Je frappais à sa porte à l'heure, angoissant un peu de voir ce qui allait se passer. Je doutais que tout s'arrange entre nous...

Je le saluais quand il m'ouvrit, entrant dans l'appartement. Je ne m'attardais pas sur les plats chinois, je n'étais pas certain d'y toucher ce soir.

- Alors... tu devais me parler. On est seuls maintenant. Alors je t'écoute.


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 530
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

67372740-164235931295541-8969761513288264533-n.png
   Jonathan McCauley
   
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis salarié en télétravail et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt assez bien, enfin plutôt résigné.
   
+ a perdu ses parents à 10 ans lors d'un accident de voiture dont lui et sa soeur sortent miraculeusement indemne. + sa soeur est décédée il y a deux ans après un long combat contre la leucémie. + A tenté de se suicider après la mort de celle-ci. + Passe la plupart du temps à son boulot, il fait le maximum des heures supplémentaires. + il passe le reste du temps chez lui, sur son ordinateur. + Est un peu asocial, sort rarement, sauf s'il en a l'obligation. + N'a vécu que quelques aventures, mais il mettait rapidement un terme à celles-ci dès que l'engagement devenait sérieux. Il fuit à toutes jambes le bonheur. + Il n'a pas d'animaux chez lui car il passe trop peu de temps chez lui, mais il les adore sinon. + Chaque année il fait un don pour la ligue contre le cancer.
   

Matthew Daddario :copyright:️ mistpell
Je n’avais pas besoin de cette confrontation. Me retrouver avec lui dans une pièce seul à seul était bien la dernière des choses à faire. Cette soirée avait été une vraie catastrophe, parce que j’avais fais face à des désirs que je m’étais interdit de ressentir. J'aurais simplement pu me montrer un peu plus froid, un peu plus distant, recommencer sur des sujets de conversation plus neutres. Mais il m’avait vraiment mis la tête à l’envers. En une fraction de seconde, j’avais eu envie de craquer et de me laisser aller.

Il m’avait mis dans un état de vulnérabilité que je n’avais jamais ressenti. Je sais que mon comportement n’avait rien de compréhensible, et ce n’est pas maintenant que je pourrais l’éclaircir. Pas alors que tout le monde pourrait écouter notre conversation. Et j’avais besoin de temps surtout pour mettre des mots sur ce que j’ai tu pendant des années.

Je soupire, j’avais mérité ce ton froid. Je l’avais blessé. Il allait de voir comprendre que je ne sais faire que ça. Je suppose qu’il n’a pas manqué de remarquer que je ne sortais pratiquement jamais, sauf avec lui. Que je n’avais pas à proprement parler d’amis. Certes il m »avait sorti de ma solitude, mais il avait été le seul à le faire. J’avais baissé ma vigilance, et l’inévitable s’était produit. C’était peut-être mieux que je le blesse maintenant plutôt que quand on serait un peu plus accroché l’un à l’autre.

Je le laisse partir de la salle de repos tandis que je profite de quelques minutes de répit avant d’aller supporter les collègues. J’aperçois les coups d’oeil de biais, les chuchotements qui se font à mon passage. Je tente de calmer ma frustration. J’avais envie de tout envoyer valser.

Je mis rageusement mon casque sur les oreilles pour prendre le prochain appel. JE me plongeais de nouveau corps et âme dans le travail. Mais j’avais bien du mal à me concentrer, ce qui fait que je fais quelques étourderies, heureusement sans conséquence.

Le lendemain est à peu près somme toute identique à la veille. On s’évite toujours, et je devenais de plus en plus nerveux au vu de la soirée qui approche. J’étais de plus en plus persuadé qu’il allait me prendre pour un idiot. Je quitte le travail, et gagne directement mon appartement. Cette fois je ne fais pas l’effort de ranger les jeux qui trainent sur ma table basse. Au contraire, je me mets à jouer, j’ai besoin de me vider l’esprit pour l’heure qui suit. Je commande rapidement chinois, je me faisais livrer, ce qui me laissait largement le temps d’avancer dans The Witcher, que j’avais recommencé de zéro.

Le repas livré, j’ai éteint ma console en l’attendant dans le silence le plus complet. Il me mettait dans une situation stressante. Tout le monde savait que je détestais parler de moi, mais c’était encore pire quand il s’agit de raconter les drames de ma vie. Ils ont forgé la personne que je suis aujourd’hui, mais c’était mon jardin secret, là où normalement je ne faisais entrer personne.

Je referme la porte derrière lui avant de me figer par son ton direct. S’il est aussi rentre-dedans, ça ne va pas être facile. Je décide de ne pas lui faire face. S’il voulait vraiment cette confession ce serait à ma manière.

« Ce n’est pas facile à expliquer…. »
Je me dirige vers la fenêtre de mon studio, regardant la vie s’agiter en bas. « Je ne peux pas m’accrocher aux gens, ou plutôt il ne vaut mieux pas s’accrocher à moi. » Je secoue la tête en l’entendant réagir. « Laisse-moi aller jusqu’au bout s’il-te-plaît. Ce que je vais te raconter là je ne l’ai jamais raconté à personne. » Je croise les bras, comme si ça pourrait me protéger. « On va dire que je ne suis pas le mec à qui la chance a vraiment envie de sourire. » Je ferme les yeux, mon coeur se serre. J’ai besoin d’une pause avant de continuer.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis un petit employé dans un centre d'assistance téléphonique et je m'en sors moyennement mais ça permet de manger. Sinon, grâce à ma décision, je suis célibataire et je le vis plutôt comme je peux, en gardant le sourire.




Douglas Booth :copyright:️ Mistspell

Je le fixais les bras croisés. Il m'avait dit qu'il me parlerait quand on serait seuls, je l'attendais maintenant. Il avait intérêt à m'expliquer ce qu'il lui avait pris.

« Ce n’est pas facile à expliquer…. »

Ca je m'en serais douté. Ca ne l'était jamais. Si ça avait été facile il n'aurait pas fui comme ça au bar, ou il m'en aurait parlé au boulot. Si on le faisait là maintenant, c'était bien parce que c'était délicat comme sujet et qu'on ne pouvait pas en parler n'importe où.

« Je ne peux pas m’accrocher aux gens, ou plutôt il ne vaut mieux pas s’accrocher à moi. »

Je commençais à ouvrir la bouche pour dire quelque chose mais il me coupa. Ca ressemblait un peu trop à ce que je ressentais moi aussi. Je ne voulais pas qu'on s'accroche à moi, parce que j'allais partir et pas seulement en vacances. Je voulais éviter que les gens ne souffrent trop à mon décès. Moi je ferais de dégâts en partant et mieux ce serait. Alors... se pourrait il que ce soit le cas pour lui aussi? Non... ça serait quand même trop fou comme coïncidence.

« Laisse-moi aller jusqu’au bout s’il-te-plaît. Ce que je vais te raconter là je ne l’ai jamais raconté à personne. On va dire que je ne suis pas le mec à qui la chance a vraiment envie de sourire. »

Je restais silencieux, attendant qu'il reparte. Mais il s'était arrêté, n'arrivant pas à continuer de parler. Quoi qu'il ait à me dire cela semblait vraiment être difficile à faire pour lui. Je sentais ma colère se calmer un peu. Il allait mal. je ne savais pas ce qu'il avait traversé dans sa vie mais ça semblait être assez difficile pour qu'il ait du mal à le raconter.

C'était donc d'une voix plus calme, plus posée que je repris. Je tentais de le rassurer, de lui faire comprendre que je ne le jugerais pas, qu'il n'avait pas à me fuir comme ça.

- John je... tu sais que je n'ai pas envie de quoi que ce soit de sérieux non plus. Dans quelques mois je serais parti. J'irais à Bali et... je ne compte pas revenir.

Parce que je comptais bien mourir là bas, mon cocktail à la main sur une plage de sable blanc, et loin de tous.

- Je ne t'oblige à rien John. On peut juste profiter comme on le faisait, passer des bons moments à sortir ou juste se faire des soirées jeux vidéos. Tu n'as pas à te sentir mal pour ça.



Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 530
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

67372740-164235931295541-8969761513288264533-n.png
   Jonathan McCauley
   
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis salarié en télétravail et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt assez bien, enfin plutôt résigné.
   
+ a perdu ses parents à 10 ans lors d'un accident de voiture dont lui et sa soeur sortent miraculeusement indemne. + sa soeur est décédée il y a deux ans après un long combat contre la leucémie. + A tenté de se suicider après la mort de celle-ci. + Passe la plupart du temps à son boulot, il fait le maximum des heures supplémentaires. + il passe le reste du temps chez lui, sur son ordinateur. + Est un peu asocial, sort rarement, sauf s'il en a l'obligation. + N'a vécu que quelques aventures, mais il mettait rapidement un terme à celles-ci dès que l'engagement devenait sérieux. Il fuit à toutes jambes le bonheur. + Il n'a pas d'animaux chez lui car il passe trop peu de temps chez lui, mais il les adore sinon. + Chaque année il fait un don pour la ligue contre le cancer.
   

Matthew Daddario :copyright:️ mistpell
Je le sentais fermé et on ne peut pas dire que ça m’aide à me dévoiler. Je ne pouvais pas l’affronter du regard.

Je bégaye, bute sur les mots. Alors je prends mon temps pour trouver les mots que je veux. Je ne veux pas le blesser. Même pour moi c’est compliqué de trouver les mots qui caractérise ce que j’ai vécu. J’ai toujours eu cette impression que rien ne valait la douleur que j’ai ressenti pour chaque perte. J’aurais pu survivre après la mort de mes parents s’il n’y avait pas eu celle de ma soeur. Ç’a été la perte qui a porté le glas, la plus tragique. C’est à cause de celle-ci que je me suis fermé aux autres, que je n’ai plus laissé quiconque empiété dans mon espace personnel.

J’avais commencé à parler, plutôt par énigme, je ne suis pas certain de parvenir à finir. Pourtant je lui ai promis ces révélations. Mais s’il m’interrompt je n’y arriverais jamais. Il me met dans une situation compliquée. Je ne racontais à personne mon passé car je sais que beaucoup trouverait idiot de ne pas profiter de la vie quand on sait que la vie peut être aussi éphémère. Mais cette histoire de résilience m’a probablement oublié. Et chacun, de toute manière, gère ses propres perte à sa façon. J’ai fini par comprendre qu’il n’y a pas de mauvaise façon de faire face à la mort. Mais j’avais tu pour ne pas laisser le jugement dicter ma vie. Et puis, finalement, c’est devenu tout simplement naturel. Ne pas se lier aux gens, ça donnait quand même une certaine tranquillité.

Je ferme les yeux. Des images plus brutales les unes que les autres défilent sous mes yeux. J’ai besoin de temps pour endiguer ces images. Elles me coupent le souffle. Mes doigts se serrent autour de mon bras, comme si la douleur physique pouvait m’aider. Heureusement que je ne lui fais pas face, je n’ai pas envie qu’il remarque les larmes qui coulent.

Je hausse légèrement les sourcils, surpris. Je n’avais pas pensé qu’il partirait sans revenir. Je n’avais pas compris ça la dernière fois. Et, bizarrement ça me serre le coeur d’apprendre cette nouvelle. Je me demande si ça vaut vraiment le coup que l’on se réconcilie si ce n’est que pour quelques mois. finalement, ça confirme que je fais fuir tout le monde.

Je secoue la tête, j’allais tenir ma promesse. Mais je ne suis pas vraiment d’accord avec lui. « Après ce que je vais te dire, plus rien ne sera pareil, crois-moi.. Mais je t’ai promis de te parler, et je vais tenir ma promesse. »

Je passe une main sur mon visage avant de reprendre la parole. « J’avais dix ans, et ma petite soeur cinq ans, lorsque l’on a eu un accident de la route, dont on sorti miraculeusement indemne, ce qui n’a pas été le cas de mes parents qui sont morts sur le coup. Je te passe les détails, mais rester plusieurs heures avec les corps sans vie de tes parents et ta petite soeur qui ne comprend pas ce qu’il se passe ça te marque. » Je commence à trembler, mais je ne peux plus m’arrêter. Les mots se précipitent sur mes lèvres. « Mais, à douze ans, ma soeur, a commencé à être malade, on a décelé, quelques mois plus tard une leucémie. Elle s’est vaillamment battue des années. Avant de faire une rechute fatale, il y a deux ans. » Je ferme les yeux.. Je lui passe la case tentative de suicide, ça n'appartient qu'à moi ça Elle me manque tellement. La connaissant, elle serait déjà en train de me botter les fesses pour que j’embrasse cet apollon derrière moi. elle était le soleil là où je suis la lune.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Enchanté (Beloved) - Page 6 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Enchanté (Beloved)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 24Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 15 ... 24  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: