Partagez
 
 
 

 Enchanté (Beloved)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 29, 30, 31
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2900
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis un petit employé dans un centre d'assistance téléphonique et je m'en sors moyennement mais ça permet de manger. Sinon, grâce à ma décision, je suis en couple et je le vis plutôt bien maintenant, je sais qu'on a la vie devant nous.

Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_o65whyH6nS1t1vlu8o3_250


Douglas Booth :copyright:️ invité bazzart

J'étais dans ma bulle, ou du moins je tentais d'y rester. Pendant ces deux jours j'avais été très doué pour faire comme si mes problèmes n'existaient pas. J'avais tout fait pour ne pas voir que John mettait de plus en plus de distance physique entre nous deux. Il respectait mon souhait de ne pas vouloir passer à cette étape trop rapidement, et je lui en était reconnaissant. Mais j'avais l'impression d'être entrain de le perdre.

Alors que d'un autre côté tout allait à merveille entre nous. Je n'avais jamais été aussi heureux. La rencontre avec mes parents se passait à merveille. Ils étaient fous de John. On ne parlait plus de mon ex, ce n'était plus la peine. Ils étaient heureux de me voir plus épanoui que jamais, de me voir en vie surtout et de savoir que même si je faisais ma vie loin d'eux, je ne les oublierais plus.

J'avais profité de ces quelques jours chez moi pour lui faire visiter ma ville, jouer un peu aux touristes. Ca m'avait fait du bien de passer du temps comme ça encore avec lui, juste en tête à tête tous les deux. Je savais qu'il nous restait peu de temps comme ça. On aurait une semaine à Bali pour profiter un peu mais bien vite on serait obligé d'aller travailler. Et même si on passerait tout notre temps libre ensemble, on ne se verrait pas pendant les heures de travail.

Alors oui, j'arrivais à ne pas tenir compte de mes petits problèmes. Le reste de ma vie était tellement parfait, que je ne voulais pas y penser.

Puis le grand jour arriva. On fit nos adieux à mes parents. Je leur promis de les tenir au courant, de les appeler dés que notre avion atterrirait et qu'on serait installé là bas. On retourna à Londres, dormant une nuit à l'hôtel avant de se lever tôt le lendemain pour aller prendre notre vol. Je profitais du petit déjeuner, mangeant avec appétit. Depuis que j'avais récupéré de l'opération je mangeais avec un appétit d'ogre, mais ça ne suffisait pas encore à me remplumer comme je l'espérais. Je restais encore un peu trop maigre à mon goût. La maladie et l'opération avaient fait beaucoup trop de dégâts sur mon corps pour que je les rattrape facilement.

Je le guidais dans l'aéroport. Je le connaissais bien. C'était d'ici que j'étais parti quand j'avais craqué, que j'avais laissé mon ancienne de vie de côté pour fuir et aller vivre ma vie avant de mourir. Ca me faisait tout drôle d'y retourner aujourd'hui avec John. Je partais vivre une nouvelle oui, mais plus seul et surtout au bout, ce n'était plus la mort seul qui m'attendait.

Je passais tous les contrôles avec lui. Je l'entrainais ensuite surexcité pour dévaliser les boutiques et prendre de quoi grignoter pendant le vol. On allait avoir de longues heures à tenir alors je préférais prendre mes précautions.

Puis finalement je me posais avec lui dans la salle d'embarquement, attendant qu'on nous appelle pour monter à bord. Je venais me coller contre lui, lui volant un baiser en souriant.

- Prêt à partir? Tu n'es pas trop stressé? Je sais que ça fait beaucoup pour toi.

Moi j'avais déjà vécu tout ça seul. J'étais juste enchanter de pouvoir le faire désormais avec l'homme que j'aimais. Mais je me doutais que pour lui c'était un énorme pas à franchir.

Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 666
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

HYKoXMP.png
   Jonathan McCauley
   
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis salarié en télétravail et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma grande chance, je suis fou amoureux d'un chatain totalement sexy et je le vis plutôt parfaitement bien, je peux enfin faire des projets pour le futur, notre futur commun. .
   
+ a perdu ses parents à 10 ans lors d'un accident de voiture dont lui et sa soeur sortent miraculeusement indemne. + sa soeur est décédée il y a deux ans après un long combat contre la leucémie. + A tenté de se suicider après la mort de celle-ci. + Passe la plupart du temps à son boulot, il fait le maximum des heures supplémentaires. + il passe le reste du temps chez lui, sur son ordinateur. + Est un peu asocial, sort rarement, sauf s'il en a l'obligation. + N'a vécu que quelques aventures, mais il mettait rapidement un terme à celles-ci dès que l'engagement devenait sérieux. Il fuit à toutes jambes le bonheur. + Il n'a pas d'animaux chez lui car il passe trop peu de temps chez lui, mais il les adore sinon. + Chaque année il fait un don pour la ligue contre le cancer.
   

Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_o32f74MrLm1uq1f9ao4_250


Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_p1bxxrnHR41svno5wo3_250
Matthew Daddario :copyright:️ mistpell
Je ne sais plus trop comment me comporter avec lui. Alors je prends mes distances. Je n’initie plus de gestes tendres vers lui, mais je réponds au sien, je ne veux et ne peux pas le repousser totalement. Je ne peux simplement plus prendre le risque de faire un pas vers lui sans avoir peur de faire le geste de trop et de le faire fuir de nouveau. Je ne pourrais pas le supporter encore une fois.

Je me laisse porter, j’aimerais vraiment aller plus loin dans notre relation, mais je commence à comprendre que lui ne le désire pas, en tout cas il n’en montre pas le désir. J’ai mon coeur qui se serre en me disant que, peut-être notre relation est voué e à l’échec, que l’on est en train de vivre dans l’illusion d’une vie heureuse. Ça me désolait de me sentir ainsi exclu en quelque sorte de sa vie, même si c’est totalement idiot de penser cela.

On avait pas chômé pendant les deux jours chez ses parents, ils m’avaient fait traversé la ville de long en large, ravivant parfois quelques fugaces souvenirs d’enfances, vu que j’y étais déjà venus avec mes parents et ma soeur pour des vacances en familles, mais c’était bien trop vague. Alors je profitais, écoutant tout ce qu’il me racontait. Je profitais aussi de ce temps pour profiter de lui, quand il ne pense pas à nous deux, il semble plus serein. Alors j’en savoure chaque instant.

Et puis bon, je ne vais pas me plaindre de le voir ainsi, j’osais espéré que nos soucis ne seraient que temporaires, que c’est totalement faux les idées noires qui commencent à tourner dans ma tête.

C’était le jour du grand départ. Nos valises étaient bouclées, on avait dormi à l’hôtel, pour ne pas se lever au milieu de la nuit pour prendre la route, il fallait que l’on économise nos forces. Mais même avec une nuit à l’hôtel le réveil était douloureux. J’étais à la fois anxieux et excité à l’idée de prendre l’avion pour la première fois. Je mangeais un peu plus raisonnablement que lui, je ne suis pas certain que mon estomac supporte l’avion. Mais je me réjouis de le voir manger avec autant d’appétit. Au moins de ce côté-là, ça va beaucoup mieux. Je m’inquiète de moins en moins pou lui, plus pour nous, finalement.

Je le suis, m’accrochant à sa main pour le suivre dans le dédale de l’aéroport. Il semblait connaître le chemin par coeur. Moi je n’y connaissais rien dans tout ce qu’il y a à faire pour l’enregistrement des bagages, les tickets et tout ça. Moi je me sens totalement perdu. Heureusement que lui semble nager comme un poisson dans l’eau.

Je le suis présentant mes papiers quand on me le demande. On n’échange pas beaucoup de paroles, je suis concentré et dans mes pensées en attendant d’embarquer dans l’avion. On avait pris de quoi se sustenter. Même si je ne pense pas manger pendant le vol, mais on ne sait jamais.

On atterrit sur les sièges en attendant l’ouverture des portes. Je prolonge doucement son baiser. Je glisse mon bras autour de lui en haussant les épaules. « ça va. Je ne suis pas non plus remonté sur ressort comme toi. Mais j’ai quand même hâte de voir Bali. » J’embrasse son front, premier geste tendre que je fais envers lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2900
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis un petit employé dans un centre d'assistance téléphonique et je m'en sors moyennement mais ça permet de manger. Sinon, grâce à ma décision, je suis en couple et je le vis plutôt bien maintenant, je sais qu'on a la vie devant nous.

Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_o65whyH6nS1t1vlu8o3_250


Douglas Booth :copyright:️ invité bazzart

Il était distant avec moi. Oh il n'en était pas au point où il me repoussait. Il me laissait toujours me blottir dans ses bras. Il répondait à mes baisers avec tendresse. Mais si je n'étais pas celui qui venait réclamer de l'attention, il ne le faisait plus. Je ne pouvais pas lui en vouloir. C'était uniquement de ma faute si on en était là. Je n'arrêtais pas de le repousser, de ne pas vouloir aller plus loin avec lui. Je lui avais demandé du temps et il me le donnait. Ca serait déraisonnable de ma part que de me plaindre. Et pourtant... je me sentais mal à l'idée que c'était moi qui avait provoqué cette situation. Il était enfin prêt à passer aux choses sérieuses avec quelqu'un, et j'étais plutôt flatté que ce soit moi. On pouvait enfin être ensemble. La menace de ma mort n'était plus là. La maladie n'était plus un frein à notre bonheur. Mais non... c'était moi qui foutait la merde. Alors je ne pouvais pas me plaindre qu'il soit comme ça avec moi, même si ça faisait mal.

« ça va. Je ne suis pas non plus remonté sur ressort comme toi. Mais j’ai quand même hâte de voir Bali. »

- Tu as le temps pour ça. On en a pour plus d'une vingtaine d'heures de vol et deux escales avant d'arriver. On va passer une journée entière dans l'avion et les aéroports avant de pouvoir arriver.

Ca allait être un des plus longs vols que j'avais fait mais ce n'était pas bien grave. Cette fois je serais accompagné. Le temps passerait forcément plus vite.

Je finis par me lever alors que j'entendis l'hôtesse nous appelait pour embarquer.

- Allez c'est à nous!!

Je l'attrapais par la main pour le tirer vers la porte d'embarquement. Je ne pouvais pas m'empêcher d'être surexcité, c'était plus fort que moi. J'oubliais tout l'espace de quelques temps. Oui ça n'allait pas fort entre nous. Mais on était ensemble. On allait vivre une aventure extraordinaire à deux.

Je montais et je m'installais à notre place. Je le laissais choisir si il voulait se mettre côté hublot ou pas. Je serrais sa main, lui souriant alors que l'avion commençait à se déplacer.

- Ca va secouer un peu mais ne t'en fais pas. Ca va aller.

Je l'embrassais rapidement, lui souriant pour le rassurer. Puis ce fut le moment. L'avion s'ébranla, fonçant à toute allure sur la piste de décollage. On se retrouva collé à nos sièges. Je serrais sa main plus fort que jamais pour le rassurer. Puis au bout de quelques minutes ce fut terminé. On filait dans les airs. La campagne londonienne se réduisait petit à petit. On traversa finalement les nuages, se retrouvant de l'autre côté, volant dans le ciel bleu limpide.

Le trajet fut long, malgré tout. Je passais un moment avec lui, à regarder des films ou juste à se caliner. On discutait, de ce qui nous attendait là bas, de ce qu'on avait le plus envie de faire. On dormit aussi pas mal, sur plus de vingt heures de vol on était bien obligé de le faire.

On arriva finalement. J'étais épuisé. Je n'avais qu'une hâte, c'était de pouvoir me reposer et dormir quelques heures dans un lit. Heureusement que le patron nous laissait une semaine de repos pour prendre le temps de nous acclimater. Je sentais le contre coup du décalage horaire, la fatigue du vol.

On ne tarda pas à repérer un des membres de l'hôtel, notre chauffeur venu nous accueillir à l'aéroport. Je le saluais en souriant, nous présentant rapidement avant de le suivre. Je l'écoutais à moitié pendant le trajet nous conduisant à l'hôtel. J'étais beaucoup trop épuisé pour réussir à suivre ce qu'il nous disait.

Je fus frappé une fois arrivé par la beauté des lieux. Je venais me coller contre John, serrant doucement son bras.

- C'est splendide... tu te rends compte qu'on va vivre ici!!!

J'avais l'impression d'être entrain de rêver. On avait passé la réception pour arriver sur l'extérieur. Il y avait une immense piscine à débordement donnant sur une falaise. J'écoutais rapidement l'homme nous décrire un peu les lieux. Il y avait plusieurs piscines. Celle là, la principale, une piscine couverte, une autre pour les enfants et j'en passais. Il y avait également un accès à une plage privée, réservée aux clients et aux employés de l'hôtel.

On le suivit ensuite vers notre petite cabanon. Je savais qu'on aurait juste un petit deux pièces, mais je ne m'étais pas vraiment attendu à ça. On était à l'écart du complexe, il nous fallait bien dix minutes à pied pour rejoindre la réception. Mais notre appartement était composé d'une pièce lumineuse, ouvrant sur une petite terrasse privée. La mer était beaucoup plus loin, mais déjà sur la terrasse on pouvait entendre le bruit des vagues. Je nous imaginais déjà, prendre un petit déjeuner à deux là.

Je saluais l'homme avant de me retourner vers John le sourire aux lèvres. Je me rapprochais et me collais contre lui pour l'embrasser.

- C'est merveilleux. Je crois que je ne vais pas avoir envie de bouger de là pendant quelques temps.

Je l'embrassais une dernière fois avant d'aller me jeter dans le lit. J'enlevais juste mon pantalon et mes chaussures avant de me mettre dans le lit.

- Mais là je suis mort... bonne nuit mon amour...

Et tant pis si ici il n'était que quatre heures de l'après midi.


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 666
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

[quote="squirowl"]
HYKoXMP.png
   Jonathan McCauley
   
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis actuellement plongeur dans un restaurant d'un complexe hôtelier et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma grande chance, je suis fou amoureux d'un chatain totalement sexy et je le vis plutôt parfaitement bien, je peux enfin faire des projets pour le futur, notre futur commun. .
   
+ a perdu ses parents à 10 ans lors d'un accident de voiture dont lui et sa soeur sortent miraculeusement indemne. + sa soeur est décédée il y a deux ans après un long combat contre la leucémie. + A tenté de se suicider après la mort de celle-ci. + Passe la plupart du temps à son boulot, il fait le maximum des heures supplémentaires. + il passe le reste du temps chez lui, sur son ordinateur. + Est un peu asocial, sort rarement, sauf s'il en a l'obligation. + N'a vécu que quelques aventures, mais il mettait rapidement un terme à celles-ci dès que l'engagement devenait sérieux. Il fuit à toutes jambes le bonheur. + Il n'a pas d'animaux chez lui car il passe trop peu de temps chez lui, mais il les adore sinon. + Chaque année il fait un don pour la ligue contre le cancer.
   

Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_o32f74MrLm1uq1f9ao4_250


Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_p1bxxrnHR41svno5wo3_250
Matthew Daddario :copyright:️ mistpell
Je sens que l’on est sur la mauvaise pente. Qu’un jour un gouffre va s’ouvrir entre nous. Que l’on ne pourra plus se parler et encore moins se toucher. Que ça finira par péricliter entre nous. Et cette éventualité m’effraie au plus haut point. Je suis incapable de lui refuser quand il me demande de l’attention. Je ne peux pas le repousser totalement. Je m’interdis juste d’initier le moindre geste, de peur que cela provoque une mauvaise interprétation de sa part. J’étais un homme oui, et j’avais beau avoir toute la patience du monde, je commençais à désespérer de passer un jour à l’étape supérieure. Peut-être ne le voudrait-il jamais. Je ne sais pas si je serais capable de me contenter d’une relation platonique. Enfin jusque là je m’en suis contenté, mais je ne suis jamais tombé amoureux, jusqu’à lui. Il bouleverse ma vie, et je devrais reprendre mon ancienne vie maintenant ? C’était un peu me demander beaucoup. Je suis un peu froid, et bien sûr ça me serre le coeur, mais si je ne le fais pas, je vais faire quelque chose de regrettable. Je commence à craindre notre vie à Bali. J’ai trop besoin de lui, mais j’ai aussi peur de ne pas savoir le rendre heureux.

Je lui souris simplement. L’idée d’avoir plus de vingt heures de voix ne m’enchante guère. La seule chose qui me console, c’est que Dorian sera contre moi pendant ce même laps de temps. On finit par embarquer quand on annonce l’ouverture des portes de notre vol. Je serre sa main avant de le suivre au guichet d’embarquement. Je tends le billet et le passeport à l’hôtesse de l’air avant de le laisser faire et de le suivre dans le couloir qui mène à l’avion. Il n’avait pas lâché ma main, et je serre ses doigts entre les miens. Je soupire avant de tirer sur sa main pour ensuite passer ma mon bras autour de ses épaules. J’avais besoin d’une trêve entre nous. On prenait un nouveau départ, peut-être que les choses allaient aller en s’arrangeant, si on y mettait chacun de la bonne volonté. Je ne veux que lui, il n’y aura personne d’autre. Si je ne finis pas ma vie avec lui, je resterais seul.

Je m’installe finalement côté hublot, regardant dehors avant de l’attirer dans mes bras. J’ai besoin de l’avoir près de moi le temps du décollage, je n’étais pas très rassuré. J’attrape de mon autre main sa main, que je serre alors que je pose finalement ma tête dans son cou.

L’avion décolle et c’est comme un vrai film de cinéma. Je ne peux pas m’empêcher d’être happé par la beauté du spectacle. Je me retrouve finalement le nez collé contre le hublot pour admirer au plus près le spectacle, je lâche sa main. Je sens sa main dans mon dos. J’attends que le décollage soit terminé avant de venir l’embrasser. Je ne le remercierais jamais assez de me faire vivre une telle expérience. Je caresse sa joue avant de le laisser choisir un film.

On avait beau être excité comme des puces, vingt heures de trajet, ça passe lentement, même si on enchaine les films, que l’on prend le temps de planifier notre première semaine. Je m’endors dans ses bras. Je profite de cette accalmie entre nous pour oublier nos problèmes.

C’est les jambes en compote que l’on sort de l’avion. Je n’ai qu’une envie, c’est de me dégourdir les jambes et de dormir. Mais j’allais devoir faire un choix entre les deux. Je ne suis pas c certain de supporter l’inactivité pour les prochaines heures. Mais j’étais tout aussi exténué. Cruel dilemme.

On finit par trouver notre chauffeur. Au moins on n’est pas obligé de se casser la tête à trouver u taxi pour se rendre à cet hôtel. Il nous explique quelques petites chose sur Bali, je tente de l’écouter tandis que Dorian somnole tout contre moi. Je caresse machinalement ses cheveux en regardant le paysage.

J’ai l’impression de redécouvrir le monde quand on descend de la voiture. Je suis émerveillé par la beauté paradisiaque. On allait passer une année paradisiaque. Je glisse mes doigts entre les siens que je serre. J’ai du mal à me rendre compte. J’embrasse sa tempe. Je le suis, toujours muet à l’idée de découvrir l’endroit où on va bosser pour les prochains mois. Le cadre est plus que paradisiaque bien qu’un peu trop touristique à mes yeux. Mais je m’en foutais un peu, au moins je n’allais pas m’ennuyer au travail, même si je pense qu’il va déjà me faire commencer par la plonge. Mais je suis préparé à commencer par les tâches ingrates de la cuisine. Après je n’ai pas l’ambition de doubler tout le monde.

Heureusement celui qui nous guide, décide, enfin, de nous montrer notre appartement, un peu à l’écart du complexe. Au moins on serait tranquille pour nos jours de repos. Ni trop loin si jamais on n’a pas les mêmes jours, on pourrait ainsi se rendre visite. C’était juste assez spacieux, un peu plus que notre appartement londonien, et clairement plus lumineux. Mais je sens que l’on va se plaire ici. Je serre sa main, avant de m’écarter pour commencer à visiter. Je finis par revenir vers eux pour serrer la main de l’homme avant qu’il referme la porte de notre appartement, les valises posées à côté de l’entrée.

Je glisse mes bras autour de lui avant de prolonger son baiser. C’était enfin notre nouveau départ, cette page blanche de notre histoire. Je vivais un rêve éveillé avec lui. « Là ou ailleurs je m’en fous tant que je suis avec toi. » je souris avant de le laisser m’embrasser une dernière fois avant de le voir se jeter dans le lit. Je vais embrasser son front « Reposes-toi bien. » Moi je décide d’aller me dégourdir les jambes sur la plage pour quelques heures. Je profite de l’air, du sable et du bruit de la mer. Je décide de rentrer deux heure plus tardent avant de simplement sortir un jogging à enfiler à la place de mon jean pour ensuite aller dormir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2900
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Bali, Angleterre. Dans la vie, je suis employé dans un complexe hôtelier et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma décision, je suis en couple et je le vis plutôt bien maintenant, je sais qu'on a la vie devant nous.

Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_o65whyH6nS1t1vlu8o3_250


Douglas Booth :copyright:️ tearsflight

Je m'étais endormi rapidement, beaucoup trop épuisé par le vol. J'avais sombré sans lui. Je ne savais pas trop où il était parti mais je m'étais endormi trop vite pour y penser. Je l'avais senti me rejoindre au bout d'un moment et j'avais fini par me blottir contre lui pour terminer ma nuit ainsi. Et j'avais dormi... il faisait jour quand j'avais fini par émerger, le lendemain. J'avais jeté un coup d'oeil à mon portable pour voir qu'il était à peine six heures du matin. Bon... au moins j'allais peut être pouvoir être en forme pour notre premier jour à Bali.

Je m'étais blotti contre lui, l'embrassant tendrement alors qu'il émergeait finalement.

- Salut toi... alors comment tu te sens, pour notre premier réveil à Bali?

Moi je ne voulais pas bouger de ses bras. J'étais bien contre lui. J'oubliais un peu les problèmes qu'on avait en ce moment. Je profitais de lui tout simplement, du bruit des vagues que j'entendais au loin par la fenêtre ouverte. Je restais un moment comme ça contre lui, l'embrassant par moment avant de me décider à aller me doucher. Je m'enfermais, comme à mon habitude. Je me douchais rapidement, évitant mon reflet dans le miroir. J'enfilais ensuite un tee shirt et un maillot de bain type short extra large.

- Je te propose. On va essayer de trouver un coin pour prendre le petit déjeuner. On part ensuite à notre rendez vous avec le directeur, on doit le voir à neuf heures. Et ensuite on part à la plage!!

J'attrapais sa main en souriant avant de partir quasiment en courant vers la réception de l'hôtel. Je ne tardais pas à tomber sur un membre du personnel qui nous souhaita la bienvenue. Il nous prépara de quoi manger avant de s'installer avec nous pour nous parler un peu du complexe et des environs. En gros on pouvait se servir au resto pour manger quand on le voulait, si on voulait de l'alcool par contre il fallait payer, puis éviter quand même d'abuser si on ne voulait pas se faire engueuler. De manière générale, tout le monde avait de quoi manger dans ces apparts et ne mangeaient à l'hôtel que pendant les heures de travail. Je prenais note de tout ça, me promettant d'aller faire quelques courses dans la journée avec John.

On alla ensuite rencontrer le directeur. Il nous sortit un peu le même discours par rapport à nos repas. En fait, il avait l'air aussi cool que lors de nos échanges de mails ou conversations vidéos. Il nous laissait une semaine de vacances pour nous habituer, prendre le rythme, avant qu'on attaque. John serait aux cuisines, sous les ordres du chef. Moi je serais à l'accueil, chargé d'accueillir les clients et de répondre à leurs demandes. Je serais doublé une journée avant d'être lâché seul. Il nous donna nos plannings aussi et je fus soulagé de voir qu'on avait tous nos jours de repos en commun. Nos horaires n'étaient pas vraiment les même sur la journée mais au moins on serait en repos ensemble.

Je finis par laisser l'homme en le remerciant avant de prendre la main de John pour repartir en courant avec lui vers notre appartement. J'attrapais de quoi se détendre sur la plage avant d'y aller. J'en avais rêvé depuis tellement longtemps... pouvoir retrouver la mer avec lui.

Je m'installais avec ma serviette au bord de l'eau. Je gardais mon tee shirt, pas trop le choix je ne pouvais toujours pas me résoudre à l'enlever. Mais je restais allongé comme ça, profitant du soleil, mes lunettes sur le nez.


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 666
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

HYKoXMP.png
   Jonathan McCauley
   
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis salarié en télétravail et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma grande chance, je suis fou amoureux d'un chatain totalement sexy et je le vis plutôt parfaitement bien, je peux enfin faire des projets pour le futur, notre futur commun. .
   
+ a perdu ses parents à 10 ans lors d'un accident de voiture dont lui et sa soeur sortent miraculeusement indemne. + sa soeur est décédée il y a deux ans après un long combat contre la leucémie. + A tenté de se suicider après la mort de celle-ci. + Passe la plupart du temps à son boulot, il fait le maximum des heures supplémentaires. + il passe le reste du temps chez lui, sur son ordinateur. + Est un peu asocial, sort rarement, sauf s'il en a l'obligation. + N'a vécu que quelques aventures, mais il mettait rapidement un terme à celles-ci dès que l'engagement devenait sérieux. Il fuit à toutes jambes le bonheur. + Il n'a pas d'animaux chez lui car il passe trop peu de temps chez lui, mais il les adore sinon. + Chaque année il fait un don pour la ligue contre le cancer.
   

Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_o32f74MrLm1uq1f9ao4_250


Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_p1bxxrnHR41svno5wo3_250
Matthew Daddario :copyright:️ mistpell
Je ne lui avais pas demandé de m’attendre, il semblait épuisé, alors que moi c’était tout le contraire. C’est comme si les heures de vols avaient justement fait monter le seuil d’énergie à un point où je ne peux même pas m’endormir. J’avais besoin de prendre l’air après avoir passé autant d’heure dans un tas de ferraille. Oui j’avais pris l’avion pour la première fois mais même si j’ai apprécié le vol, je ne suis pas devenu soudainement un aficionados des avions. C’était sympathique sans plus.

Je l’avais rejoint avant de m’allonger une fois changer pour la nuit. Il s’était rapidement mis dans mes bras et je m’étais enfin endormi. J’avais dormi quelques heures bénéfiques. Et je m’étais réveillé avec un Dorian pleinement réveillé. Je l’embrasse tendrement alors que j’émerge des affres du sommeil. Je glisse mes mains dans son dos pour le garder tout contre moi. Je n’ouvre pas la bouche, j’étais quand même bien secoué par le décalage horaire pour avoir l’énergie de tenir une conversation correcte. Je le laisse partir à la douche tandis que je continue de me prélasser dans ce lit. Je n’avais qu’une envie pour cette journée : celle de ne rien faire. Mais avant ça on a un rendez-vous, cela nous prendra en tout une heure pour nos deux rendez-vous je pense.

Je finis par aller prendre une douche rapide, on n’est même plus ensemble dans la salle de bain, comme si on était finalement que de simples collocs. Je reviens habillé d’un t-shirt blanc est d’un bermuda en jean. Je tentais de faire assez soft, et à la fois assez habillé pour notre rendez-vous.

Je le suis, un peu moins souriant que lui. Certes j’étais heureux d’être ici lais pas alors qu’un fossé de plus en plus grand s’installe entre nous. Je déjeune pratiquement pas, j’ai le ventre noué, ça me coupe l’appétit. J’écoute le mec un peu distraitement. Je n’avais pas envie de couper le bonheur de Dorian, un bonheur qu’il feint, et que je n’avais pas le coeur de décevoir. C’était un nouveau départ pour nous deux, mais si moi j’étais prêt, lui ne semblait pas l’être. C’était donc lui qui devait donc bouger. Je pouvais attendre toute ma vie, parce que je ne me voyais qu’avec lui, mais cela ne m’empêche pas d’être blessé par cette situation, par savoir qu’il souffre et qu’il ne m’en parle pas.

On rencontre le directeur, qui nous explique tout le fonctionnement. J’ai hâte de travailler. JE me demande même si je ne demanderais pas de travailler plus tôt si l’ambiance est aussi taciturne entre nous, je ne me vois pas rester une semaine à tourner en rond dans l’appartement si les choses s’entassent entre nous. J’ai un peu la tête ailleurs, écoutant juste le directeur. Je ne regarde même pas mon planning. Je le ferais en temps voulu. Je suis de plus en plus distant avec lu, pour le protéger de mes éventuels écarts, mais aussi moi. Car je sais que je vais indubitablement le blesser et je ne saurais pas le supportais. Je sens que cette distance entre nous allait aussi créer des distensions entre nous.

Mais le rendez-vous prend finalement fin, et maintenant on se retrouver à deux dans un endroit inconnu. Je le laisse prendre les affaires, moi je garde mes mains dans les poches quand on prend la direction de la plage. J’aimerais que tout redevienne comme avant entre nous, mais je ne sais pas trop comment faire pour éviter la catastrophe. Je traîne un peu alors que j’aurais dû être enchanté à l’idée de retrouver la mer avec lui. Je me rappellerais toujours cette fameuses journée, qui a aussi apaisé beaucoup de choses entre nous.

Je m’installe à ses côtés, mais pas collé contre lui. Le décalage horaire m’a épuisé, alors que ne vois pas quoi faire d’autre que de farniente sur la serviette. Alors qu’en temps normal j’aurais voulu marcher sur la plage. Je le vois s’allonger en restant totalement habillé. Alors que je me met torse nu, je soupire. « Tu peux enlever ton haut, y a personne sur cette plage. » Et ce n’est pas moi qui dirait quelque chose. Je ne vois pas pourquoi il se cache de moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2900
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Bali, Angleterre. Dans la vie, je suis employé dans un complexe hôtelier et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma décision, je suis en couple et je le vis plutôt bien maintenant, je sais qu'on a la vie devant nous.

Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_o65whyH6nS1t1vlu8o3_250


Douglas Booth :copyright:️ tearsflight

Je me sentais bien là au soleil. Bon ce n'était pas parfait avec le tee shirt mais j'en avais besoin encore. Je ne me sentais pas encore prêt à me dévêtir complètement. Mais je voulais quand même profiter de ce moment de détente à deux. Je voulais juste passer un moment avec lui, profiter du soleil, du bruit des vagues. Je voulais améliorer le dernier souvenir qu'on avait de nous deux à la plage. La dernière fois j'étais mourant. Je pensais vivre mes derniers moments. On était encore en angleterre. Il faisait gris et froid. On avait à peine pu profiter de la plage. Mais là on vivait un rêve. On était sur une île paradisiaque, sur une plage de sable fin avec une eau turquoise à perte de vue. Je me sentais bien.

Je me retournais vers lui avec un sourire alors qu'il venait s'allonger à mes côtés. J'étais tellement bien. Je voulais me coller contre lui, l'embrasser encore et encore, lui faire sentir à quel point je l'aimais. Je voulais qu'il comprenne à quel point je me sentais heureux et en vie grâce à lui.

Mais ce fut la douche froide....

« Tu peux enlever ton haut, y a personne sur cette plage. »

Ma petite bulle de bien être éclata. Je retrouvais le John de ces derniers jours, celui qui était froid et distant envers moi. J'avais l'impression d'être obligé de quémander de l'attention. Je ne savais pas ce qu'il avait, pourquoi il avait changé comme ça vis à vis de moi. Je ne voulais pas croire que ce n'était qu'une histoire de cul qui le bloquait, qu'il me repoussait pour ça. Je lui avais demandé du temps. Je pensais qu'il l'avait compris, qu'après l'opération il me fallait du temps pour réussir à être de nouveau moi même. Je ne lui avais pas dit clairement, je le reconnaissais mais... C'était trop dur encore pour moi d'en parler, de mettre des mots sur mon malaise. J'avais besoin de temps pour encaisser tout ce qui s'était passé, pour accepter mon nouveau corps, mon nouveau coeur, cette vie que je ne pensais plus pouvoir vivre. Alors ouais j'avais besoin de garder mon tee shirt, de ne pas aller trop loin niveau sexe, mais je l'aimais et j'avais besoin de lui...

Je me levais, rangeant rapidement mes affaires dans mon sac. Je détournais la tête, essayant de cacher les larmes qui me venaient.

- Tu as raison... c'est ridicule que d'aller à la plage en tee shirt. Je suis ridicule.

Mais elles arrivèrent quand même. Je les essuyais rapidement d'un geste de la main, évitant toujours de le regarder. Je ne voulais pas qu'il voit ça. Je ne voulais pas qu'il me voit encore une fois craquer. C'était encore ma faute de toute façon. Je ne savais que le faire souffrir depuis le début. Je n'aurais même jamais du me lancer dans cette relation.

Je terminais de ranger mes affaires avant de quitter la plage, courant comme je pouvais pour rejoindre notre petit appartement. Je lachais mon sac dans l'entrée avant de retourner dans la salle de bain. Je laissais mes larmes éclater pour de bon alors que je me fixais dans le miroir. J'avais retiré mon haut, fixant à travers mes larmes mon torse balafré. Je serrais ma main dessus, griffant presque ma peau, comme si je pouvais réussir à l'enlever d'un geste de la main. Elle était si hideuse... Je revoyais toute l'horreur de ce qui s'était passé en la regardant. Les semaines où j'avais cru mourir, où mes forces me quittaient un peu plus chaque jour. Puis l'opération... cette opération tellement traumatisante. On m'avait ouvert la poitrine. J'en avais la preuve sous les yeux, cette cicatrice rouge boursouflée... On avait arraché mon coeur de la poitrine. Ce coeur qui avait été le premier à battre pour John. Celui qui s'était affolé pour la première fois quand on avait dansé ensemble, quand on s'était embrassé... Ce coeur qui n'était plus, jeté aux ordures, remplacé par celui d'un inconnu, qui ne savait rien de tout ce que j'avais vécu dans ma vie...

La main crispée sur ma poitrine, je la fixais, elle... le souvenir criant de tout ça, de toute cette souffrance que je tentais de fuir...

Et je n'arrivais plus à contenir mes larmes.


Revenir en haut Aller en bas
 
squirowl
squirowl
MESSAGES : 666
INSCRIPTION : 16/11/2019
RÉGION : HDF
CRÉDITS : 64pxs

UNIVERS FÉTICHE : réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Narnia

Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

HYKoXMP.png
   Jonathan McCauley
   
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis salarié en télétravail et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma grande chance, je suis fou amoureux d'un chatain totalement sexy et je le vis plutôt parfaitement bien, je peux enfin faire des projets pour le futur, notre futur commun. .
   
+ a perdu ses parents à 10 ans lors d'un accident de voiture dont lui et sa soeur sortent miraculeusement indemne. + sa soeur est décédée il y a deux ans après un long combat contre la leucémie. + A tenté de se suicider après la mort de celle-ci. + Passe la plupart du temps à son boulot, il fait le maximum des heures supplémentaires. + il passe le reste du temps chez lui, sur son ordinateur. + Est un peu asocial, sort rarement, sauf s'il en a l'obligation. + N'a vécu que quelques aventures, mais il mettait rapidement un terme à celles-ci dès que l'engagement devenait sérieux. Il fuit à toutes jambes le bonheur. + Il n'a pas d'animaux chez lui car il passe trop peu de temps chez lui, mais il les adore sinon. + Chaque année il fait un don pour la ligue contre le cancer.
   

Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_o32f74MrLm1uq1f9ao4_250


Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_p1bxxrnHR41svno5wo3_250
Matthew Daddario :copyright:️ mistpell
Ça aurait dû être une journée ensoleillée parfaite. Celle où il n’y a que farniente, détente, et tendresse. Mais, comme toujours, il a fallu que je gâche tout. J’aurais pu simplement profiter de ce qu’il m’offrait. De profiter de ce temps avec lui sans lui mettre la pression, mais non il a fallu que je me morfonde sur moi-même. J’aurais du être le mec qui soutient l’autre, qui est cette épaule solide sur laquelle l’autre peut s’appuyer sans vergogne. Cette journée à la plage me faisait envie, car, même s’il m’a dit que la dernière journée à la plage ne faisait pas partie de ces meilleurs souvenirs. Je ne peux pas totalement aller dans son sens parce que j’ai quelques souvenirs impérissables de cette journée, hormis la peur de le perdre, comme tous les jours à ce moment-là. Je m’allonge à ses côtés, le coeur qui manque un battement face à son sourire. Il me faisait fondre, mais j’ai aussi mon coeur qui se serre car j’ai l’impression de m’éloigner de lui.

Je soupire doucement, je laisse échapper cette remarque froide et aigrie. Que je regrette immédiatement bien sûr, mais c’est trop tard les mots sont sortis. Je vois son visage se décomposer, littéralement.

Je l’aimais vraiment, à en crever même. J’étais vraiment prêt à m’attendre, mais seulement, s’il me désirait, et j’ai tout comme l’impression que maintenant qu’il est parfaitement guéri, il pourrait avoir qui il veut. Je suis persuadé qu’il ne se rend pas compte de ce qu’il dégage, des gens qui se retournent quand il passe. Il n’y a plus le Dorian que j’ai connu le plus intimement possible. Il pouvait faire tout ce qu’il voulait. Il pouvait surtout trouver un autre mec bien plus extraverti que moi, qui serait bien plus ouvert. Moi je lui rappelait trop le passer. Je sais aussi que ce n’est probablement moi qui imagine ces choses, qui interprète des sensations. Il fallait que ça éclate, tout ces non-dits entre nous, que l’on parvienne enfin à communiquer. Qu’il me dise ce qui ne va pas. Car même si je suis distant je vois bien qu’il ne va pas aussi bien que ce qu’il dit. Mais c’est comme s’il devenait de nouveau inatteignable. Il se renferme sur lui-même. Je commençais à le connaitre, pour qu’il parle il faut le provoquer.

Je me redresse, tentent de prendre son bras doucement, mais il s’échappe, mon coeur se serre à l’idée que je viens de le blesser. Quel con je fais. Je tente de me redresser pour aller le prendre dans mes bras, mais je ne suis pas assez rapide. Il s’éloigne, et je me sens totalement impuissant face à sa douleur. Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. Je me mors la lèvre inférieure, s’il savait comme je m’en veux. Si seulement je pouvais ravaler mes mots. Mais non il faut toujours que j’ouvre ma bouche quand il ne faut pas. Je ne suis pas vraiment délicat avec lui, il a tout les droits de m’en vouloir.

J’aurais pu le suivre, le forcer à me parler, mais je n’étais pas certain de pouvoir supporter encore autant de souffrance entre nous. Je me lève, range mes affaires et décide de marcher une peu le long de la plage. J’ai besoin de prendre un grand bol d’air, de rassembler mes idées et de calmer mon esprit. Mais il me manquait cruellement mon Dorian, je voulais vraiment le retrouver. Retrouver l’homme que j’aime. Je décide de rentrer, je ne peux pas le laisser plus longtemps. J’ai trop besoin de lui. Et il a besoin de moi. Il me faut quand même une dizaine de minutes pour rentrer. Je ne sais même pas s’il y est ou non. Je pose ma veste à l’entrée avant de faire le tour de l’appartement. Je le trouve finalement dans la salle de bain. Je soupire doucement. Je me précipite vers lui pour le prendre dans mes bras. Je glisse mes doigts dans ses cheveux. « Je suis désolé mon amour… » je soupire doucement en le serrant contre moi. « C’était idiot de te dire ça… » je descend mes mains pour attraper les siennes avant de lui écarter, qu’il arrête de se faire du mal. Je serre doucement ses poignets. Je le vois détourner la tête, honteux. Je pose une main sur cette cicatrice. Je me sens totalement idiot de ne pas avoir songé à ça. C’était pourtant évident. Je sèche mes larmes.

C’est la première fois que je la vois. Qu’il me laisse la voir surtout. Je ne la trouve pas monstrueuse, au contraire pour moi elle représentait la chance que j’ai de l’avoir à mes côtés, alors je ne peux que l’aimer.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2900
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

006.png
Dorian Levingston
J'ai 24 ans et je vis à Bali, Angleterre. Dans la vie, je suis employé dans un complexe hôtelier et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma décision, je suis en couple et je le vis plutôt bien maintenant, je sais qu'on a la vie devant nous.

Enchanté (Beloved) - Page 31 Tumblr_o65whyH6nS1t1vlu8o3_250


Douglas Booth :copyright:️ tearsflight

Je pleurais, sans pouvoir m'arrêter. Toutes ces larmes que j'avais gardé, que je n'avais jamais laissé sortir pendant tout ces mois, elles sortaient enfin. Je pleurais... par rapport à tout ce que je faisais subir à John. Je m'en voulais. J'aurais voulu être davantage à la hauteur pour lui. J'aurais voulu que tout se passe pour le mieux. J'aurais voulu être mieux pour lui, que j'arrive à laisser tout ça derrière nous. J'aurais du m'en foutre de cette cicatrice de merde, laisser notre passé derrière nous et me concentrer sur notre avenir. Mais j'en étais incapable et je lui faisais du mal en agissant ainsi.

J'étais tellement pris dans ma peine que je ne l'entendis pas arriver. Je ne remarquais sa présence que lorsqu'il me serra dans ses bras. Je restais contre lui, ne calmant pas mes larmes alors que mes mains restaient crispées sur ma poitrine. Je n'arrivais plus à me calmer, à croire que maintenant que les vannes étaient ouvertes je ne pouvais plus les refermer.

« Je suis désolé mon amour… C’était idiot de te dire ça… »

Je secouais doucement la tête contre lui. Je n'arrivais pas encore à me calmer assez pour réussir à articuler deux mots. Et je n'arrivais pas à lui résister alors qu'il écartait mes mains de mon torse. Je détournais le regard pour ne pas la voir alors qu'il posait la main dessus. Je ne supportais pas de voir cette horreur, encore moins qu'il la touche là maintenant.

Je me reculais au bout de quelques instants et j'attrapais mon tee shirt pour l'enfiler et cacher ça. Je détournais le regard, n'osant toujours pas l'affronter. Je n'avais pas prévu de craquer comme ça. Je voulais être fort pour une fois et ne pas le laisser voir que je souffrais de ça. Je me disais que j'arriverais à le surmonter assez vite pour qu'il n'ait pas à se rendre compte de ce qui se passait. Autant dire que j'avais lamentablement échoué.

- Je suis désolé... je la déteste... je ne supporte pas de la voir. Les pansements à l'hôpital c'était une véritable épreuve. J'avais envie de vomir chaque fois que je la voyais, parfois je craquais...

Je serrais mes bras autour de moi, essayant de me calmer comme je le pouvais alors que je confiais enfin tout ce que je gardais depuis des mois.

- C'est pas facile John... je sais j'ai de la chance. On m'a donné une nouvelle vie. J'aurais du être mort à l'heure qu'il est mais je suis là. Je vais pouvoir avoir un avenir avec toi et je devrais me concentrer uniquement sur ça. Et j'essaye de le faire mais...

Je reniflais légèrement, m'arrêtant juste pour essuyer les larmes qui coulaient à nouveau sur mes joues.

- J'y repense à chaque fois que je la vois. Je repense à tout ce qui s'est passé. A ce qu'on a traversé, ce que je t'ai fait endurer. Je réalise que... c'est pas mon coeur. Le mien est à la poubelle depuis longtemps. Celui qui s'est emballé quand on a dansé ensemble pour la première fois... C'est plus mon coeur c'est... C'est celui de quelqu'un qui est mort pour que je puisse vivre. Et je... Pourquoi je mériterais plus d'être en vie que lui?

Je vidais mon sac, laissant tout ressortir un peu dans le désordre sans que je puisse faire mieux. Je n'étais même pas certain qu'il comprenne quelque chose à ce que je racontais.

- Je suis désolé... que tu penses que je ne veux pas faire l'amour avec toi. J'ai envie, terriblement envie mais... Je n'arrive pas à me regarder nu sans... sans repenser à tout ça et avoir envie de craquer.

Et je m'en voulais de ne pas réussir à le surmonter, de ne pas être pour lui le petit ami qu'il méritait, surtout après tout ce qu'il avait fait pour moi.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Enchanté (Beloved) - Page 31 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Enchanté (Beloved)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 31 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 29, 30, 31

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: