Le Deal du moment : -60%
Samsung Disque Dur Portable SSD Portable T5 (1 TB)
Voir le deal
165.98 €

Partagez
 
 
 

 I just try to save our souls › ft @Robz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
B'choux
B'choux
MESSAGES : 6
INSCRIPTION : 08/04/2020
RÉGION : Rhône-Alpes
CRÉDITS : angerize

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

I just try to save our souls › ft @Robz Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

   
La situation
Une petite ville du Colorado, perdue entre les montagnes et les forêts à perte de vue, loin des tumultes des grandes villes. Ce genre de ville où tout le monde se connait mais où chacun peut vivre comme il l'entend. Plusieurs mois auparavant, deux jeunes gens se sont retrouvés après avoir été éloignés pendant plusieurs années. En réalité, ils ne se connaissaient pas plus que ça, au départ. C'est pourtant ce qu'elle aurait aimé. Qu'il la connaisse. Qu'elle fasse partie de sa vie. Mais ça n'avait pas été le cas. Jusqu'à aujourd'hui. Jusqu'à ce qu'ils habitent sous le même toit et que les choses évoluent entre eux.

Revenir en haut Aller en bas
 
B'choux
B'choux
MESSAGES : 6
INSCRIPTION : 08/04/2020
RÉGION : Rhône-Alpes
CRÉDITS : angerize

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

I just try to save our souls › ft @Robz Empty


Cheyenne
Cavalera

J'ai tout juste 30 ans et je vis à Durango - Colorado, Etats-Unis. Dans la vie, je suis mécanicienne et pilote de course illégale et je m'en sors relativement bien, surtout grâce au pognon que je me fais grâce aux courses. Sinon, grâce à ma malchance, je suis complètement accroc à un homme qui ne voit en moi qu'une colocataire et je le vis plutôt pas bien du tout même si je fais comme si tout était ok..

Informations supplémentaires ici.


avatar :copyright:️ REIVEN
Le soleil est bas lorsque je sors enfin du garage après m’être essuyé les mains pleines de cambouis sur ma salopette et éteint la musique qui hurlait à tue-tête. J’ai passé la journée enfermée là-dedans. Je bosse sur une nouvelle caisse qui pourrait défier toutes concurrences lors d’une prochaine course de rue. Personne n’est au courant de ma passion. Pourtant mon frère jumeau n’hésite pas à venir mettre son nez dans mes affaires et à roder dans mon établis quand je bosse sur une voiture. Pourtant j’ai réussi à conserver mon petit secret. Quand on me demande ce que fous cette voiture ici, pourquoi elle n’est pas au garage, je réponds juste que c’est un projet perso que je compte ensuite vendre pour me faire un peu de blé. Mais ce sont des conneries. Le blé que je me fais, c’est pas en vendant mes petits bébés, c’est en faisant chauffer les pneus sur l’asphalte dans des courses illégales et tout autant dangereuses. Si mon frère et mes cousins venaient à apprendre ça, je finirais surement enchainée au fin fond de la cave sans plus jamais avoir le droit de voir la lumière du jour et encore moins une belle voiture puissante. Je suis amoureuse des voitures. C’est comme ça. Je suis née pour ça. Pour mettre mes mains dans les moteurs encore chaud, pour tenir des clés à molettes et pour faire hurler les moteurs en appuyant sur la pédale d’accélérateur comme une folle furieuse. L’adrénaline qui coule dans mes veines à ce moment-là me rend vivante. Y’a que ça qui me donne envie de me lever le lendemain. C’est devenu une drogue. C’est l’idée de sentir mon coeur battre à une rythme effréné, ce sentiment d’avoir l’impression de frôler la crise cardiaque, qui me fait frémir d’impatience.

 « Shei ? T’es là ? » ça fait à présent plusieurs mois que j’héberge Shei. Cet homme que j’avais toujours observé de lui, comme une foutue psychopathe, tandis que les sentiments me ravageaient l’intérieur depuis l’école. Je ne sais pas pourquoi, mais ce garçon avait réussi à me prendre dans ses filets, sans le vouloir, et je n’avais plus jamais réussi à m’en sortir. L’avais-je seulement souhaité ? Certes j’étais sortie avec d’autres hommes, j’avais éprouvé des choses pour eux, mais pas ce que j’avais toujours ressentis en secret pour Sheitan. C’était plus fort que moi. Aujourd’hui, j’étais incapable de dire ce que nous étions l’un pour l’autre cependant. Shei restait cet homme inaccessible, pour qui je devais être une simple amie qui essayait de veiller sur lui. Nous étions devenus proches. Très proches même. Mais pas de la manière que j’aurais souhaité. Même si j’avais décidé de lâcher l’affaire, d’arrêter d’espérer quoi que ce soit, une part au fond de moi continuait d’y croire comme au premier jour. Cette part de moi tentait de protéger la flamme que Sheitan avait allumé en moi, coute que coute. Je traverse la maison, laissant mon regard se balader de pièce en pièce, mais ne trouvant que le vide. Visiblement il n’est pas rentré de l’après-midi. Je décide d’aller me doucher rapidement et de préparer le repas. Il devrait rentrer sous peu. Du moins, je l’espère.

Après une bonne douche qui efface la crasse sur ma peau, j’enfile un débardeur et une culotte et descend d’un pas léger. J’ai toujours été une femme très libre et Shei a rapidement été habitué à me voir me balader comme ça. Je ne supporte pas de porter des fringues chez moi, autre qu’une culotte et un tee-shirt. C’est comme si, une fois la porte d’entrée passée, les différents tissus m’agressaient la peau. J’attrape l’ordinateur de Sheitan au passage afin de mettre un peu de musique. Je n’ai jamais fouillé dans ses affaires, mais il m’a toujours permis d’accéder à son ordinateur, le mien n’étant pas en capacité de remplir son rôle. J’ouvre l’ordinateur, clique sur le dossier dans lequel j’ai l’habitude d’aller piocher mes musiques et appuie sur le bouton play. Les premières notes de musique emplissent alors la pièce et je commence à chantonner tout en attrapant légumes et viande dans le frigo. Tandis que je me déhanche tout en chantant, les minutes s’égrènent et je ne vois toujours pas Sheitan arriver. Je secoue la tête. Ca ne me ressemble tellement pas. Normalement je prône l’indépendance et la liberté de chacun. Me targant de ne rien devoir à personne et que personne ne me doive rien - sauf peut-être mon frère et mon père, eux, je ne peux m’empêcher de vouloir savoir ce qu’ils font à chaque minute de leur vie. Pourtant je continue de me retenir de les harceler de questions. Et qui est Sheitan pour moi, si ce n’est mon colocataire ? Il n’a aucun compte à me rendre. Et je le sais. Pourtant, il y’a quand même ce petit poids qui me pèse dans le bas du ventre. Cette petite boule d’appréhension de ne plus jamais le voir passer le pas de cette porte, de ne plus voir son regard plonger dans le mien et me paralyser. Je secoue de nouveau la tête en tentant de penser à autre chose. La chanson qui passe me fait décrocher. La voix de Sheitan résonne dans la cuisine et je me mets à chanter en choeur avec lui cette chanson qui n’a jamais été diffusée nulle part, surement un vieux titre qui n’a jamais été validé par la maison du groupe :  « … We all fall down. Bury a bit our souls six feet under ground. If you die, then we die with you.  Save me, I think we ran out of time.  You said you’d come for me when the world swallowed me whole. Well the war is over,  and there are fallen soldiers. Hold me tell me life is but a dream. Hold me tell me life is but a dream. I will always be waiting for you, love. I will always be waiting for you. » Il y a plusieurs chansons comme celle-ci, que j’ai découvertes dans un dossier, à part. Des chansons plus sombres que les autres, plus profondes qui sont venues cueillir mon âme et qui ont résonné en moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 114
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Tortue

I just try to save our souls › ft @Robz Empty


Sheitan
Vance Roden

Sheitan a grandit dans une ville perdue dans les montagnes. Dans une ville où les légendes vont bon train, là où on croit au diable. C'est là d'où vient son nom, et c'est la seule chose qu'il a su apprécier dans le reste de sa vie. Il est parti, sans prévenir personne, pour rejoindre Los Angeles. Il n'avait que seize ans à cette époque, un an plus tard il parvient à entrer dans un groupe de rock pour remplacer le bassiste décédé. Il ment sur son âge depuis, présent avoir trente au lieu de vingt-neuf, ça lui a permis d'être payé sans l'autorisation de ses parents avant sa majorité. Bisexuel, il tombe rapidement amoureux d'un autre garçon du groupe et vit une relation secrète aux yeux des médias et des fans avec lui.

I just try to save our souls › ft @Robz Chei-10

Toxicomane, Sheitan n'était pas dans le jet privé qui s'est écrasé avec le reste de son groupe. Il est le seul survivant, et ce n'est pas bien joli. Il a perdu son amour, et ne reste que sa productrice, femme qui l'a déjà envoyé dans le monde de la prostitution. Sheitan laisse tomber son contrat, et refuse de toucher à l'argent provenant du groupe et des assurances depuis. Il est retourné dans sa ville natale pour s'y cacher et y mourir. S'il a reprit la vente de son corps pour payer ses doses, il a l'impression de voir la lumière au bout du tunnel grâce à une fille de son enfance. Cheyenne, elle n'était censée ne l'héberger que quelques jours au début. Pourtant, elle le fait peu à peu sortir de sa merde. Plus elle le tire vers le haut, et plus il tombe amoureux d'elle. Sheitan est un cas désespéré qui ne pense pas pouvoir être sauvé.


Evan Peters :copyright:️ emera
Quitter le logement de Cheyenne n'est pas difficile, surtout quand elle est encore endormie. C'est généralement ce qu'il fait les jours où il part à la recherche de sa dose. S'il consomme moins qu'avant depuis qu'il vit dans cette maison sans valeur, d'après son ancienne productrice, c'est parce qu'il se sent bien mieux qu'il ne l'était fut un temps. Le quotidien qu'elle lui offre, les encouragements et les prises de tête lorsqu'elle a un point à défendre, c'est apparemment tout ce qu'il fallait à Sheitan pour qu'il arrête de broyer du noir. Il ne vend plus son corps autant qu'avant, parce qu'il a moins de choses à acheter. En soit, il ne passe plus son temps à se faire sauter contre quelques grammes, quelques clopes ou quelques billets pour aller s'acheter à manger. Et c'est un quotidien qui lui permet de respirer. Sheitan passe bien plus de temps au bar -à récolter quelques billets contre quelques chansons, il passe bien plus de temps dans son entrepôt pour composer. Parce qu'il parvient à composer, à travailler sur de nouvelles chansons sans laisser libre court à ses mauvaises pensées. C'est parce qu'elle lui permet d'avancer, Cheyenne, que Sheitan est peu à peu capable de faire son deuil. Enfin, après tant de mois. Il ne la remerciera jamais assez.

" - Ca fait longtemps qu'on s'était pas vu..."
" - Ouai, c'est ça..." Sheitan se détourne déjà de son client, de son dealer, en rattachant la ceinture de son pantalon. " C'est bien comme ça. Ca va rester comme ça."

Non, il n'a pas envie de retomber dans ses mauvaises habitudes. S'il est venu là ce matin, s'il s'est drogué et laissé toucher par ce dégueulasse, c'est uniquement pour repartir avec sa dose. Voilà trois semaines qu'il n'était pas venu en chercher. Ca lui convient très bien, il consomme moins de marchandise et se voit moins molesté par les connards dans le genre de ce dealer. Mais Sheitan ne peut pas tout arrêter du jour au lendemain. Le peu qu'il consomme sert à ne pas lui faire ressentir le manque, ça sert surtout à cacher le manque, à stopper les tremblements de ses doigts. Ca lui permet de jouer, de chanter, ça lui permet de la regarder sans s’effondrer sous le poids du manque.

Il n'aime pas lui mentir. Il n'aime pas lui cacher quelque chose. Et Sheitan ? Il n'aime pas ramener de la drogue chez elle. De toute façon, son frère lui a bien fait comprendre la dernière fois qu'ils se sont vus : fait pas de mal à ma soeur. Il ne compte pas lui en faire. Ce n'est pas son but. Au contraire, Sheitan se surprend à se sentir plus léger lorsqu'elle sourit. Lorsqu'elle se met à rire. Il aime la voir se trimbaler en culotte dans la maison. Pour lui, ça n'a rien de sexuel. Elle est belle à regarder mais l'idée de la toucher ne lui a jamais effleuré l'esprit. A ses yeux, le sexe est un travail depuis que son dernier amour est mort. Il ne voit plus la chose de la même façon. Mais ça ne l'empêche pas de la regarder au travers de la fenêtre de la cuisine, lorsqu'il revient. Lorsqu'il vient de ce côté de la maison pour y planquer ses doses dans un sachet trop bien fermé, qu'il enfonce dans le conduit d'une gouttière. Trop petit pour boucher le tout, mais ça n'empêche que ça n'a rien à faire ici. Il n'est plus déchire de la dose de ce matin, mais les tremblements reviennent. Sheitan, il avait juste trempé le bout de son petit doigt dans la poudre, pour le sucer avant d'entrée. Une infime partie de produit chimique qui calme ses tremblements, mais qui n'est pas suffisante pour le déphaser comme avant.

Quand il entre à l'intérieur -tout silencieux pour la surprendre, c'est lui qui est surprit. Et ce n'est pas la drogue qui fait monter les larmes à ses yeux, c'est la voix de Cheyenne qui prononce ces mots, sur cette mélodie qu'elle n'est pas censée déjà avoir entendu. Elle prononce ces mots dont elle n'a pas la moindre idée du sens. L'entendre chanter cette chanson qu'il a composé suite à la mort des membres de son groupe, c'est le renvoyer en arrière. C'est lui faire comprendre, encore une fois, que tout a changé et qu'il se retrouve seul. Alors, au départ, il se contente de pleurer, seul, en silence, dans le couloir. L'entendre sans la couper. Ca lui fait du mal, mais ça finit par lui faire du bien. Il a mal, pas parce qu'elle a fouillé là où elle ne devait pas ; simplement parce qu'elle fait revenir des sentiments qu'il veut à jamais écraser. Alors, Sheitan se contente d'effacer ses larmes à l'aide du côté de sa main et de lâcher son sac de sport pour se faire entendre.

" - Ma mère, putain, ça sent trop bon !" Qu'il clame en entrant dans la cuisine, comme si de rien était. Il la surprend, là, en train de préparer le repas et déjà son estomac se met à grogner. Non, il n'a encore rien manger de la journée. " Qu'est-ce que tu prépares, pour ton estomac préféré, hein ?"

Sheitan agit comme si de rien était. Il se contente de contourner la plaque où elle cuisine, pour s'approcher d'elle et déposer un baiser sur sa joue. Comme un enfant le ferait en rentrant de l'école pour sa mère. Avec douceur et tendresse. Mais ce qu'il ressent depuis peu pour Cheyenne, ça n'a rien à avoir avec de l'amour maternel. Il se contente de sourire, attrape un légume déjà coupé qu'il n'hésite pas directement à croquer. Sheitan croque, grimace parce que... c'est un légume cru et que tout le monde sait qu'il préfère la mal bouffe. Pourtant, il n'a jamais aussi bien manger que depuis qu'il voit sous le toit de Chey. Elle prépare avec tant de douceur et d'envie, que ça dépasse les repas au prix vertigineux qu'il a pu manger dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I just try to save our souls › ft @Robz Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I just try to save our souls › ft @Robz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: