Partagez
 
 
 

 BILLANDER (mais alternatif t'vois) ft. Sadness.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
fair enough
fair enough
MESSAGES : 304
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : Les Traboules
CRÉDITS : Stewarter (avatar) | whoeverdares.tumblr (sign)

UNIVERS FÉTICHE : REEL DRAMA
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://letempsdunrp.forumactif.com/t70-fair-enough-wah-pah http://letempsdunrp.forumactif.com/t221-once-upon-a-time-times-three-four-times-five
patrick

BILLANDER (mais alternatif t'vois) ft. Sadness. Empty

Le contexte du RP
Billander

La situation
New York, 05 avril 2020.
Y a-t-il un véritable contexte ? Pas vraiment. Ou peut-être que si, un peu. Tout a commencé à New York, en tout cas, à l'adolescence. Voire même, si on gratte un tout petit peu plus loin dans l'histoire de Billie, on peut trouver éventuellement l'assassinat de son père qui pourra expliquer bien des aspects de sa vie. Assassinat qui s'est bien entendu passé sous ses yeux, sinon ça n'aurait peut-être pas autant mal tourné. Avance rapide, nous voici de retour à New York. A 16 ans, Billie s'est prostituée pendant plus d'un an alors qu'elle vivait dans la rue. Elle a actuellement une addiction à la drogue, une addiction très sévère. Elle traîne de temps en temps dans les rues avec Alexander et sa bande. Elle ne vit plus dans la rue, mais on ne peut pas attendre d'elle qu'elle s'assume correctement, bien entendu. Et un soir, une overdose. Alex la trouve, presque partie, et la ramène de justesse à la vie. Suite à ça, silence radio.

Elle part étudier à Harvard. Ayant touché son héritage, elle est pleine aux as. Mais Billie est une femme à problèmes. L'assassinat de son père la suit partout et quelques années plus tôt, sa fabuleuse mère a tenté de l'assassiner. C'est à ce moment là qu'elle a tout appris : elle n'était jamais morte dans le tremblement de terre, elle était responsable de l'assassinat de son père et désormais, presque du sien. Alors elle s'est cachée. Sous la protection du FBI, elle a été placée en isolement en Alaska le temps de retrouver sa génitrice.

Enfin libre, Billie revient poursuivre ses études à Harvard. C'est là, au cours du spring break, qu'ils se heurtent à nouveau l'un à l'autre. Alex et Billie. La dernière fois qu'ils s'étaient croisés, ils étaient ados. Ce n'est pas le coup de foudre, mais presque. Ils vivent pendant deux ans une histoire d'amour tumultueuse, mais où ils s'aiment. Ils s'aiment à en crever. Ils oscillent entre les crises où ils croulent sous la drogue et les moments où ils réussissent à rester cleans.

Elle apprend qu'elle est stérile, mais un an plus tard, elle fait une fausse couche. Et comme son cerveau c'est de la merde, elle décide de ne rien dire à Alex et de se casser vivre à New York en prétextant ne plus l'aimer. Facile. Plusieurs années sont passées, c'est parti pour les retrouvailles de l'enfer. Attention, danger.


Revenir en haut Aller en bas
 
fair enough
fair enough
MESSAGES : 304
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : Les Traboules
CRÉDITS : Stewarter (avatar) | whoeverdares.tumblr (sign)

UNIVERS FÉTICHE : REEL DRAMA
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://letempsdunrp.forumactif.com/t70-fair-enough-wah-pah http://letempsdunrp.forumactif.com/t221-once-upon-a-time-times-three-four-times-five
patrick

BILLANDER (mais alternatif t'vois) ft. Sadness. Empty


Billie
O'Connell

J'ai 27 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors statut de vie (bien, moyen, pas bien). Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, carrément bien même. Qui s'emmerde encore avec l'amour ? C'est so 2015.

Son père a été assassiné sous ses yeux. On commence bien, non ? Je trouve que ça installe directement dans la convivialité de commencer par ça. Mais commençons par le début. Billie est une enfant heureuse. Sa mère l'abandonne lâchement l'année de ses deux ans, se faisant passer pour morte dans le tremblement de terre qui secoue Los Angeles. Mais, Billie ignorant ce détail tout à fait important, elle grandit choyée par son père, triste de l'absence de sa mère, certes, mais pas traumatisée par le fait d'avoir été abandonnée en tout cas. UC (on sait tous que j'le finirai jamais mais c'est pour faire genre)


avatar :copyright:️ SPARKLE AVATARS


Mais pourquoi il est là, lui ? Perchée sur le tabouret d'un énième bar que je visite ce soir, mes jambes se mettent à trembler. Mon estomac est déjà noué, c'est trop tard. Ma gorge, elle, commence à se serrer. J'hésite un temps. Est-ce que ces réactions physiques sont créées par la tristesse, ou la colère ? Les flashs de notre dernière altercation me reviennent comme une grande baffe dans la gueule. J'étais de passage à Harvard pour mon diplôme après avoir fini mon cursus à distance. Et évidemment, puisque Harvard est un campus minuscule - bien entendu - j'étais tombée sur qui ? Alexander. Et comme je culpabilisais d'être partie sans rien lui dire et de l'avoir fait probablement souffrir inutilement, je lui avais tout avoué. Que j'étais partie suite à une fausse couche qui m'était tombé sur le coin de la tronche sans prévenir, alors que j'étais censée être stérile. Mon corps avait tué le seul enfant que j'avais réussi à produire. Pire, il avait tué l'enfant de l'homme que j'aimais le plus au monde.
Incapable d'assumer, j'avais mis les voiles. Je lui avais écrit une jolie lettre, lui disant que j'avais été embauchée par les bureaux à la Walt Disney Company (le seul point vrai de ma lettre), et que je préférais mettre ma carrière au premier plan, plutôt que notre relation. Ok, avec le recul, c'était vraiment pas fin. Et comme je suis débile, mais profondément, en le recroisant à Harvard, non seulement je lui avais appris que tout ça, c'était faux, mais en plus je lui avais lâché la nouvelle qu'il avait failli avoir un autre enfant, mais que mon corps nous avait trahis. Et comme prévu, la réaction n'avait pas été hyper douce. Parce que je lui avais menti de A à Z.

Et puis finalement, en y repensant, ça m'avait énervée. J'avais vécu toute seule ce drame, j'avais dû l'encaisser comme une grande car j'avais voulu le faire souffrir le moins possible. Mon immaturité m'avait fait penser qu'il souffrirait moins de notre rupture, que de la perspective d'avoir perdu un enfant qui n'avait même pas commencé à se former réellement. Alors c'était débile, parce que j'étais une débile profonde, mais c'était parti d'un bon sentiment. Je ne m'aimais pas assez pour croire que je pouvais manquer à quelqu'un.
Donc. Assise sur mon tabouret, repensant à tout ça, je le fusille inconsciemment du regard. Les quelques verres de vin que j'ai dans le sang ne m'aident pas du tout à avoir les idées claires. Et ces réactions physiques, je les identifie désormais comme de la colère. Il s'approche. Grossière erreur. Je pense qu'il ne m'a pas vue. Mais je sors les griffes quand même. Comment ose-t-il être dans MA ville ? Je le déteste putain. Pourquoi je le déteste, d'abord ? Ta gueule subconscient, je le déteste c'est tout. Je suis à la limite d'être bourrée, j'ai le droit de détester les gens pour aucune raison apparente. Il est à côté de moi. Sa présence m'électrise. J'hésite entre figer toute cette putain de pièce et me barrer discrètement, mais dans mon état je suis pas sûre de ne pas tout faire exploser. Alors je me fais toute petite. Ses mains se posent à plat sur le bar, mon souffle se coupe. Les décibels du bar atteignent des sommets, mais je pense qu'il ne va pas me remarquer parce que j'arrête de respirer. Je tourne un peu la tête dans la direction opposée. J'ai envie de lui envoyer un grand coup de coude dans les côtes, pour lui faire bien mal. Mais ça tuerait le plan 'incognito'. Et quand j'entends sa voix commander une tequila, les flashbacks me reviennent. Ma colère prend le dessus, mes lèvres se retroussent en un sourire narquois et je secoue la tête de façon exaspérée en lâchant un "Connard" bien audible. Mon corps tout entier se fige ; mon regard se fixe sur le verre de vin devant moi. Oh pu-tain.


Revenir en haut Aller en bas
 
sadness.
sadness.
Féminin MESSAGES : 1061
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 28
RÉGION : Ile de France
CRÉDITS : tumblr (icon) SOHA, Blake., Solsken (signature)

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://letempsdunrp.forumactif.com/t53-oh-un-donuts http://letempsdunrp.forumactif.com/t60-le-coin-des-histoires http://letempsdunrp.forumactif.com/t59-un-deux-trois-quatre-cinq-personnages-dans-ma-tete-au-moins
Narnia

BILLANDER (mais alternatif t'vois) ft. Sadness. Empty


Alexander Strudwick
J'ai 30 ans et je vis à New York, États-Unis. Dans la vie, je suis CTO dans une grosse boite d'immobilier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.

#flemme
Divorcé d'Azraël, divorcé de Billie. Père d'une petite Robyn qui a six ans passés.


Adam Brody :copyright: MITTWOCH
Couple qui bat de l’aile, des disputes à répétition et une porte qui se claque. Voilà à quoi se sont résumés les derniers mois de ma relation avec Az. On s’était retrouvés, on était heureux, jusqu’à ce qu’on ne le soit plus. La goutte d’eau qui fait déborder le vase. Elle s’est barrée, je me suis barré. New York était ma ville, mon repère, et c’était pour cette raison que j’y suis retourné. Seul. Ava avait décidé de rester à Boston. C’était tout en son honneur, mais moi je devais bouger, je devais me retrouver, vivre ma vie. C’était dans la Grosse Pomme que ça devait se passer. Perdre certains réflexes avaient sûrement causé ma perte. Alors j’avais tout prévu, j’avais déménagé à Brooklyn, dans un loft assez cool, deux chambres : une pour moi, une pour Robyn. Cette petite méritait d’avoir un père présent, qui ne sombre pas. Milena avait eu pas mal de patience avec moi ces derniers temps, et je l’en remerciais pas mal. Mais malgré tout, il y avait des moments où ça n’allait pas. Vraiment pas. Alors je me retrouvais dans un bar, à boire tout seul. J’aurais du le faire chez moi, c’était plus simple, c’était plus intime. Les gens ne m’auraient pas regardé comme si j’étais à plaindre. Mais trop tard, j’y étais et je devais être à plusieurs verres ingurgités déjà. Après tout, j’avais toujours eu une bonne descente, tous mes proches pouvaient le confirmer. Que ce soit l’alcool ou la drogue, en aucun cas je pouvais résister. Mais ce soir, je faisais en sorte que ça reste que l’un. Pas l’autre. Être mal, oui. Mais je voulais être suffisamment conscient pour rentrer chez moi en un seul morceau. Il me fallait un nouveau verre, encore un, et sûrement un autre. M’approchant, non sans tituber, du bar, je faisais pas attention à ceux qui m’entouraient. Je me contentais simplement de commander une tequila. C’était bien, c’était frais, et c’était pas trop cher. Mais j’entends un “Connard” qui sort de la bouche de la fille pas loin de moi. Yeux qui se froncent, avant de lancer un « Toi, connasse ! » Mais la voix me dit quelque chose, la voix, elle a provoqué des choses chez moi, des frissons et des sensations désagréables. Verre finalement en main, je me retournais vers la provenance de cette insulte et je pointais l’épaule de mon doigt. « Oh, toi là ! » C’était sans se douter de ce que j’allais découvrir face à moi. Et surtout qui.


Revenir en haut Aller en bas
 
fair enough
fair enough
MESSAGES : 304
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : Les Traboules
CRÉDITS : Stewarter (avatar) | whoeverdares.tumblr (sign)

UNIVERS FÉTICHE : REEL DRAMA
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://letempsdunrp.forumactif.com/t70-fair-enough-wah-pah http://letempsdunrp.forumactif.com/t221-once-upon-a-time-times-three-four-times-five
patrick

BILLANDER (mais alternatif t'vois) ft. Sadness. Empty


Billie
O'Connell

J'ai 27 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors statut de vie (bien, moyen, pas bien). Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, carrément bien même. Qui s'emmerde encore avec l'amour ? C'est so 2015.

Son père a été assassiné sous ses yeux. On commence bien, non ? Je trouve que ça installe directement dans la convivialité de commencer par ça. Mais commençons par le début. Billie est une enfant heureuse. Sa mère l'abandonne lâchement l'année de ses deux ans, se faisant passer pour morte dans le tremblement de terre qui secoue Los Angeles. Mais, Billie ignorant ce détail tout à fait important, elle grandit choyée par son père, triste de l'absence de sa mère, certes, mais pas traumatisée par le fait d'avoir été abandonnée en tout cas. UC (on sait tous que j'le finirai jamais mais c'est pour faire genre)


avatar :copyright:️ SPARKLE AVATARS


Connard ? Mais bien sûr, pourquoi pas ? Allons-y, fêtons dignement ce festival de conneries auquel ressemble ma vie depuis toujours, et continuons de nous enfoncer dans la mouise, toujours un peu plus profondément. Donc je ne veux qu'une seule chose, l'éviter, et qu'est-ce que je fais ? Je le traite de connard. Logique, non ? NON. Je n'ai plus qu'à espérer qu'il se barre de là sans m'avoir entendue maintenant. Allez Alex, barre-toi.
Sauf que non, du tac au tac, j'entends qu'il me répond avec la même insulte. J'hésite à m'écrouler de mon tabouret pour simuler un AVC. Ça pourrait être une super idée, si mon visage pouvait s'auto transformer en un autre au cours de ma chute. Mais au moins, si je fais la morte, peut-être qu'il partira ? J'y songe sérieusement. Je commence à prendre mon élan pour tomber gracieusement de mon tabouret, quand je sens un doigt s'enfoncer dans mon épaule. Evidemment, ça me stoppe aussitôt dans ma bêtise.
Je le déteste. Je sais que je l’ai déjà dit, peut-être même plusieurs fois, je ne tiens plus les comptes. Mais je veux vraiment que ce soit entendu. Vous avez compris ? Je le déteste. Bon. Deux solutions s’offrent à moi. Encore une fois, je peux figer la pièce entièrement et me tirer ni vu ni connu. Deuxième solution, je peux juste l’ignorer, m’arracher de mon tabouret et partir en espérant qu’il abandonne, puisqu’il a l’air bien bourré lui aussi. L’embarras du choix s’offre à moi. Ok, ma décision est prise.
Je fais volte-face, ma chevelure venant me fouetter le visage par la même occasion, me rendant plus ridicule que je ne le suis déjà et je me mets à deux centimètres de son visage en criant "Quoooi ? Qu’est-ce qu’il a le Strudwick ?!" AH. J’ai donc opté pour la troisième option, qui n’était pas du tout prévue au programme. Il faut que je dessoûle au plus vite, ça devient plus qu’urgent. J’espère qu’il aura déjà oublié que c’est lui que je viens de traiter de connard, du coup. "Désolée, faut que j’aille... ailleurs." Je finis mon verre de vin blanc d’une traite et je me lève du tabouret pour rejoindre ma bande d’amis en train de danser un peu plus loin.


Revenir en haut Aller en bas
 
sadness.
sadness.
Féminin MESSAGES : 1061
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 28
RÉGION : Ile de France
CRÉDITS : tumblr (icon) SOHA, Blake., Solsken (signature)

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://letempsdunrp.forumactif.com/t53-oh-un-donuts http://letempsdunrp.forumactif.com/t60-le-coin-des-histoires http://letempsdunrp.forumactif.com/t59-un-deux-trois-quatre-cinq-personnages-dans-ma-tete-au-moins
Narnia

BILLANDER (mais alternatif t'vois) ft. Sadness. Empty


Alexander Strudwick
J'ai 30 ans et je vis à New York, États-Unis. Dans la vie, je suis CTO dans une grosse boite d'immobilier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.

#flemme
Divorcé d'Azraël, divorcé de Billie. Père d'une petite Robyn qui a six ans passés.


Adam Brody :copyright: MITTWOCH
Non mais dans quel monde on vient m’insulter de connard comme ça ? J’entends bien que je suis pas parfait, vraiment pas. J’ai enchainé les conneries à une époque de ma vie et possible que certaines personnes m’en veulent encore. Mais viens me le dire en face si t’assumes réellement, pas comme ça, lancé à l’aveugle, pour ensuite faire comme si c’était pas toi. Donc ouais, j’ai la haine, j’ai la rage et je rétorque aussi sec ce que tu venais de me dire. Et ta voix m’indiquait que t’étais une femme alors ouais, connasse. T’es qu’une putain de connasse d’agir comme ça. Et j’sais pas, un truc, une intonation, un timbre de voix me faisait penser à quelqu’un, une personne que je connais, et j’étais quasi certain de la replacer. Alors je te fous mon doigt dans l’épaule, t’interpellant de la pire façon qui soit. Et ta réaction fut pas immédiate, plutôt longue à vrai dire, mais tu te retournais. Sauf que là, choc. Gros choc. Mon cœur se stoppe, mon regard se fige sur toi alors que tu me criais à la gueule. Inapte à dire quoi que ce soit, je me mettais simplement à te regarder t’éloigner, avec une excuse plus bidon que bidon, le temps que je me remette de tout ça. C’était dingue, l’effet que tu me faisais à chaque fois. Et il était pas normal, et ça me foutait en l’air qu’il soit pas normal. Que je sois toujours autant bouleversé dès que tu entres dans ma vie. Ton verre vidé, tu te lèves et tu t’en vas. Et mon seul réflexe : te regarder. Mais ça suffisait pas, j’pouvais pas te laisser partir alors que tu venais de m’insulter. Et la colère grandit, grandit, au point que mes yeux se rougissent. C’était plus de la colère, c’était de la fureur. Et on sait ce que ça signifie : rien de bon. Mon regard se levait au plafond in extremis avant que deux rayons laser ne viennent s’abattre sur l’applique qui tombait ainsi directement devant tes pieds. « Qu’est-ce qu’elle a la O’Connell !? » Et je m’approchais alors à pas de félins vers toi, avant de pousser l’applique de mon pied pour me mettre face à toi. « Qu’est-ce que t’as, CONNASSE ? » Mon visage proche du tien, l’envie de t’en foutre une autant que de t’écraser comme de la merde.


Revenir en haut Aller en bas
 
fair enough
fair enough
MESSAGES : 304
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : Les Traboules
CRÉDITS : Stewarter (avatar) | whoeverdares.tumblr (sign)

UNIVERS FÉTICHE : REEL DRAMA
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://letempsdunrp.forumactif.com/t70-fair-enough-wah-pah http://letempsdunrp.forumactif.com/t221-once-upon-a-time-times-three-four-times-five
patrick

BILLANDER (mais alternatif t'vois) ft. Sadness. Empty


Billie
O'Connell

J'ai 27 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors statut de vie (bien, moyen, pas bien). Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, carrément bien même. Qui s'emmerde encore avec l'amour ? C'est so 2015.

Son père a été assassiné sous ses yeux. On commence bien, non ? Je trouve que ça installe directement dans la convivialité de commencer par ça. Mais commençons par le début. Billie est une enfant heureuse. Sa mère l'abandonne lâchement l'année de ses deux ans, se faisant passer pour morte dans le tremblement de terre qui secoue Los Angeles. Mais, Billie ignorant ce détail tout à fait important, elle grandit choyée par son père, triste de l'absence de sa mère, certes, mais pas traumatisée par le fait d'avoir été abandonnée en tout cas. UC (on sait tous que j'le finirai jamais mais c'est pour faire genre)


avatar :copyright:️ SPARKLE AVATARS


Partir. Voilà, ça c'est une bonne idée. Pourquoi je ne l'ai pas eue plus tôt ? Oh wait, je l'ai eue plus tôt. Par contre, je ne me suis pas écoutée et j'ai juste totalement fait l'inverse. De toutes façons, ce n'était pas comme si j'avais pour habitude d'écouter mon cerveau. Je fais partie de ces gens qui, sortis des cours, donnent l'impression de ne pas réfléchir et d'agir sous l'impulsivité à la moindre occasion. Je déteste ce trait de ma personnalité. Mais je suis comme ça, une bouffonne malheureuse et en colère, qui n'écoute que ses instincts qui lui hurlent "arrache lui la tête".
Bref, je pars danser pour faire comme si sa présence ne me dérange pas. Comme si je n'ai pas envie de lui arracher les yeux, de l'étrangler, de le désaper. Oups, ça m'a échappé ça. De l'étrangler, juste de l'étrangler. Et ça ne va pas s'arranger. Car pendant que je me déhanche, je me fais agresser d'un seul coup sans rien comprendre. Je vois deux lasers passer dans ma vision périphérique. Je me retourne, furax. Fulminante. L'applique accrochée déjà fébrilement au plafond tombe à mes pieds et manque de me trancher la jambe au passage. Non, je n'exagère pas. "Parrrrrdon..." Je suis à peine retournée que déjà, son haleine agresse mon visage. Il sent l'alcool à plein nez et moi aussi très certainement, sauf que ce passage vient de me faire redescendre en une seconde. D'être déchirée, pas en colère. D'un geste violent de la main, je fais exploser l'applique qu'il vient de dégager d'un coup de pied. "Mais tu t'fous d'ma gueule !" Je hais qu'il se serve de ses pouvoirs contre moi, alors pour me venger - car j'aime la vengeance par contre -, je fige intégralement la pièce et je ne libère QUE sa tête, pour pouvoir continuer à lui hurler dessus et qu'il entende. "Ça a toujours été un prêté pour un rendu avec toi, hein ?!" criai-je en référence au fait que je l'avais traité de connard, donc il s'était senti obligé de faire pareil.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


BILLANDER (mais alternatif t'vois) ft. Sadness. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
BILLANDER (mais alternatif t'vois) ft. Sadness.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: