Le Deal du moment :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros ...
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 L'histoire de l'homme dragon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

L'histoire de l'homme dragon. Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Dans un monde de merveilles où les fées, les sirènes et autres chimères existent, les Hommes ne sont pas la plus belle des créations de Dieu. Certain sont bons, d'autres sont mauvais. Mais ces derniers remportent sur les premiers, parce que dans un monde où la magie existe, il y a toujours quelque chose de pire que le reste au bout du tunnel.

Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

L'histoire de l'homme dragon. Empty


Princess
Layla

Jeune femme qui n'a rien d'une princesse dans les veines. Enfermée dans un tour sous la protection d'un dragon. Enfermée par ses parents qui n'ont vu que malheur dans le destin de Layla. Elle se souvient très bien de ses années passées dans le village de ses parents ; tout était toujours fleuri. Les champs étaient généreux envers les paysans, les bêtes étaient seines et nombreuses. Elle se souvient de la musique et de la joie des habitants. Mais Layla n'est pas capable de se rendre compte que tout ça n'avait lieu que là-bas. Qu'elle s'en souvient, mais que les choses ne sont plus pareil pour ce village aujourd'hui. Tout être riche peut devenir pauvre.

L'histoire de l'homme dragon. 1585245314-ezgif-6-557a2ff17dc3


Emma Watson :copyright:️ valruna
La tour est haute, elle n’est pas bien large mais sa hauteur permet qu’elle soit confortable et douillette à l’intérieur. Ses pierres sont grises et parsemées de rouge, voilà bien quelque chose qui change des maisons et châteaux de la régions. Cette tour paraît plus joyeuse, moins lugubre avec ses pierres qui ne se confondent pas avec la pluie ou le mauvais temps. Mais l’histoire qui entoure cette dite tour est bien plus morose que celles qui entourent les villages de la conté. Parce que si les villageois peuvent être heureux dans leurs différents modes de vie, que ce soit de simples paysans ou des gens de la haute société, ce n’est pas le cas de la seule âme qui vit à l’intérieur de la tour.

On dit qu’elle a pour seule compagnie une bête capable de cracher du feu. On dit aussi qu’elle est maudite, qu’elle a été enfermée là-bas pour protéger les autres, mais aussi pour la protéger elle-même. Princesse Layla, que les enfants l’appellent lorsqu’ils hurlent son nom au bout du champ le plus éloigné du village où ils peuvent aller. Mais la femme qui vit là n’a rien du princesse. Elle n’est pas de sang royal. N’est pas l’une de ces femmes dont on rêve d'emprunter la vie. C’est parce qu’on dit qu’elle est belle, dans ses robes et avec ses bijoux. Parce qu’on dit qu’elle est intelligente, entourée de tous ces livres qui remplissent, soit disant, une partie de la tour. On dit beaucoup de choses sur cette femme, sans pour autant la connaître. Elle-même, ou son histoire. Car même si vous écoutez les gens qui sont censés la connaître, vous n’aurez pas le fin fond de l’histoire. Layla, c’est comme ce puit magique, ce puit au souhait qu’on trouve au centre du village ; on lui compte nombreuses histoires féériques. Mais la beauté de la magie s’arrête à la limite de la réalité.

Une chose est sûre, Layla est bel et bien seule à l’intérieur de cette tour. Elle peut en sortir pour vaquer dans le petit parc fleuri à son pied, là où la magie opère réellement pour que tout soit toujours beau à voir. Beau à manger. C’est le seul endroit où elle peut réellement prendre l’air. Sinon, elle passe son temps à la fenêtre, à regarder en bas. Plus bas encore que son jardin secret. Si bas qu’elle voit les premières maisons, du premier village environnant. Lorsqu’elle était plus jeune, Layla, elle désirait tant découvrir le monde. Jamais elle n’aurait pensé qu’en grandissant, le seul nouveau paysage qu’elle pourrait découvrir, serait cet unique village en contrebas. Là où elle n’a pas grandit, là où elle n’a jamais mis les pieds. Mais là où elle désespère aller, après toutes ces années à le contempler. Car les livres qu’elle a lu, et qui cette fois tapisse bien une bonne partie de la tour, ils ne sont plus suffisant pour lui permettre de s’évader. Maintenant, Layla arrive à rêver de l’extérieur. La sécurité de la tour n’est plus suffisante pour qu’elle ne rêve pas d’ailleurs.

” - Plus jolie qu’hier…” Layla parle à elle-même, mais à une fleur en particulier aussi. ” Mais moins que demain…”

La vie semble toujours être faite ainsi. Ou alors Layla ne fait plus attention aux détails comme elle le faisait au début. Elle voit la verdure, elle voit les couleurs, mais elle ne met plus autant d’entrain à en profiter. Peut-être que le feu d’il y a un an n’était pas suffisant, peut-être que le dragon aurait du cramer plus de choses sur son passage, lorsqu’il a voulu la défendre d’hommes près à tout pour entrer dans la tour. Peut-être que Layla aurait été plus à même d’aimer ce qui l’entoure.

Elle ne connaît ni les histoires qu’on raconte à son sujet, ni celles qu’on raconte ailleurs. Au fond, Layla ne connaît pas même sa propre histoire, la vraie. Parce qu’on ne peut pas se souvenir de tout dans sa vie, pour certain, l’enfance est plus trouble que pour d’autre. Layla, elle connaît d’elle ce que ses parents lui ont raconté. Elle croit en ce qu’on lui a dit. Elle a peur, alors elle ne sort pas. Elle est persuadé que cette tour, que ce dragon ne sont pas là pour son mal, mais pour son bien. On croirait, on dirait que cet endroit est un enfer. Pourtant, elle le voit comme son paradis personnel. L’extérieur est effrayant parce qu’il est inconnu : c’est normal d’avoir peur de ce que l’on ne connaît pas.

Trois jours de pluie, puis deux jours de soleil. Layla se souvient de sa mère, le premier jour où elle l’a enfermé ici, lui raconte  quand l’eau tombera du ciel trois jours de suite, tu en attendras deux pour laisser le soleil le toucher. Sans quoi, de son feu de dragon te dévorera. Comme une comptine qu’on chante à un enfant. Un enfant qui boit des paroles sans les comprendre. Sans les analyser. Est-ce qu’elle serait vraiment en danger, si elle sortait le premier jour de soleil ? Impossible à dire. Comme d’habitude, elle a attendu le deuxième. Layla a décidé de porter une robe longue, rouge sang. Parce que cette couleur attire plus le soleil que les autres. Alors, elle s’était simplement allongée sur les marches de la tour. Elle a remonté le tissu jusqu’en haut de ses cuisses pour profiter de la chaleur du soleil sur tout son corps. Parce qu’elle l’aime, le soleil. Seule chose étincelante qui éblouie sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 102
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

L'histoire de l'homme dragon. Empty


Norbert Tallrock

We're our own dragons as well as our own heroes, and we have to rescue ourselves from ourselves.

Norbert Tallrock, vous êtes condamné à mort... Une phrase qu'il aura entendu une fois dans sa vie, lorsque la petite soeur du prince est décédée à cause de l'une de ses erreurs. Le roi voulait sa mort, mais le prince, en bon coeur, lui a accordé le pardon s'il vouait sa vie à défendre le peuple des nombreuses menaces de ce monde. Pouvait-il refuser? À ce jour, on lui doit l'exploit d'avoir tué un ogre, d'où son surnom Cliffkiller.

Norbert, il est courageux, assoiffé de connaissance. Il possède l'âme d'un justicier et s'en veut terriblement lorsque sa passion cause la perte d'autrui. Il possède une forte volonté. Il voit grand, les yeux ouverts sur le monde inhumain. Il a un défaut, en particulier, celui de vouloir acquérir des artefacts qui pourraient s'avérer dangereux. Il a traqué des monstres pour le compte du prince alors qu'il aurait pu s'abstenir. Il est impulsif et enflammé et passionné.



Elle sera sa quête et obtiendra son entière dévotion.


Bradley James :copyright:️ Bazzart
Ses doigts écartent les breloques travaillées à la main pendues par des cordages à la porte d'une hutte qu'il fréquente régulièrement. On vient de lui faire une offre alléchante. On le libérera de son fardeau s'il ramène la princesse Layla saine et sauve. La famille de la fille, d'un royaume qu'il a jadis habité, serait-elle en accord avec ça? D'un côté ou de l'autre, il lui semble qu'il trahirait quelqu'un. Mais qui? Les breloques s'entrechoquent dans un écho sourd, dénonçant sa présence.

Qu'aimerais-tu savoir aujourd'hui, jeune Tallrock.
La princesse.

Il n'est pas nécessaire de préciser laquelle. L'attention de Norbert ne pourrait s'attarder sur une quelconque princesse, hormis celle dont tout le monde connait la légende. Celle qu'il a lui-même un jour connue. Un rayon de clarté illumine le sourire de la diseuse de bonne aventure, faisant concurrence aux nombreuses bougies sillonnant la hutte plongée dans une quasi pénombre.

La princesse, qu'elle répète, même si elle a très bien entendu la première fois. Pourquoi t'intéresses-tu à la princesse, n'es-tu pas plutôt en guerre contre les ogres que tu as jadis tourmenté?

Une lueur de curiosité, plus que de jugement, traverse l'oeil de la spécialiste lorsqu'une flamme danse sous la pression du vent qui parvient à se frayer un chemin dans la hutte. Elle a pour habitude de poser énormément de questions. Cela fait partie de sa profession, de tout savoir dans les moindres détails. Norbert n'est plus aussi sensible à son jeu d’actrice comme il pouvait l'être lorsqu'il était plus jeune, plus insouciant. Il referme ses doigts sur le dossier de la chaise faisant face à la table, l'éloignant assez de cette dernière pour s'y asseoir. Il n'aime pas lorsque ses genoux cognent sur la table. Ou bien, préfère-t-il garder ses distances?

La princesse, insiste-t-il, même s'il sait qu'elle cherche à gagner du temps. Les ogres pourront attendre.

Elle retourne des cartes, le visage neutre, parfois souriant. Il plisse les yeux, il sait qu'elle le fait languir. Elle n'énonce pas le fond de sa pensée immédiatement, se contentant d'analyser les messages de l'univers à plat sur sa table en bois de chêne.

Tu espères obtenir le pardon? s'enquiert-elle. Les hommes sont impitoyables, mais tu le sais déjà, n'est-ce pas? Ils ne savent pardonner qu'une fois ébahis par la bravoure. Les échecs, ils restent ancrés dans les mémoires.
Tu ne m'apprends rien de nouveau, enchérit-il, arrogant mais raisonnable.

Elle observe les cartes, plus silencieuse qu'à l'habitude. Alors, il quitte sa position nonchalante pour se pencher vers l'avant, un coude sur les genoux, intrigué et particulièrement lézardé.

J'en étais sûr, tu ne vois rien dans ces cartes. Ce n'est pas qu'une tour, qu'une simple mission de sauvetage. Ils nous cachent quelque chose. Les histoires qu'ils nous racontent terrent quelque chose. J'en mettrais ma main au feu que le dragon existe réellement. Mais pourquoi?

Il s'emballe sans pour autant élever la voix, pourtant, ça n'aurait pas été la première fois qu'il s'emporte avec fougue face à quelque chose qui le dépasse largement. Tallrock n'est pas si grand. C'est un homme avec de nombreuses faiblesses et de nombreux défauts. Son engouement, cependant, est incommensurable. La diseuse de bonne aventure ne pipe mot de ses hypothèses. Qu'elle puisse posséder des dons divinatoires ne fait pas d'elle une femme sans faille. Elle redresse la tête pour observer le blond, lâchant simplement :

Tu es arrivé à la croisée des chemins. Pour chaque issue, je ne vois que la mort. Quoique tu fasses, où que tu ailles. Si tu avances, tu causeras ta perte. Le pardon en vaut-il la peine? Ces gens ont valent-ils la peine?

Quelles sont ses motivations, exactement? Doit-il risquer sa propre vie pour assouvir son besoin d'aventures? Il n'en peut plus d'être enchaîné ici, prisonnier de ses remords et de sa dette. Il y a bien longtemps qu'on aurait dû lui redonner sa liberté, mais on s'est entêté à le garder occupé, parce qu'il était doué de sa lame, l'un des meilleurs. Combien de fois serait tombé ce village s'il n'avait pas participé aux combats, s'il n'avait pas affronté des choses que personne ne saurait imaginer en rêve? Elle est là, sa croisée des chemins. Rester et espérer stupidement... répondre à la demande du prince nouvellement couronné et aller délivrer la princesse ou secourir la princesse pour la ramener à sa vraie famille. Il a connu cette famille, à une époque et n'a jamais su pourquoi Layla avait été enlevée aux siens. Un grand néant. Un mystère à élucider. Au fond, n'a-t-il jamais voulu savoir égoïstement pourquoi elle était là? Un fruit défendu semant la convoitise.

Il attend de moi que j'obtempère à cause de la mort de sa soeur... Je ne suis pas en position de refuser, et pourtant... Tes prédictions ne sont pas toujours les bonnes, nous le savons tous les deux. Je n'ai pas l'intention de mourir là-bas.

Un rire bref. Il soupire.

Qu'est-ce qui te faisait sourire dans ce cas, si tu n'as vu que ma mort?
Ton entêtement.

*     *     *

Je ne vois aucun dragon, précise l'un des hommes qui l'a accompagné.
Tout comme on ne voit pas le vent, pourtant, il est bien là, marmonne Norbert en s'avançant le premier sur ce sentier qui mène vers cette immense tour isolée, pourtant point dépourvue de beauté.

Un rayon lumineux aveugle Norbert lorsque l'armure d'un coéquipier reflète l'un des rayons du soleil, entre deux branches d'arbre garnies. Norbert lui bloque aussitôt le passage, une main ferme sur l'acier, pour qu'il ne fasse pas un pas supplémentaire dans la lumière.

Débarrassez-vous de ça.
Ça fait trois jours qu'on rôde autour de cette tour, sur des kilomètres. Nous n'avons croisé aucun ennemi, aucun dragon. Qu'est-ce qu'on attend exactement?
La pluie et les nuages nous servaient de couverture ; la forêt nous préservait hier des premiers rayons. Expose-toi au soleil avec cette armure, tu crieras ainsi à quiconque où nous nous trouvons. C'est ce que tu veux?  
T'es pourtant expert en dommage collatéral, ça changera de d'habitude?
Qu'...

S'il adore rire et plaisanter, ce n'est présentement pas le cas. Il s'apprête à lui foutre son poing dans la gueule lorsqu'une plainte d'outre tombe, semblable à un tonnerre aiguë, traverse le ciel dans une réverbération brutale. Le monde semble être le canalisateur de cette puissance sonore. Un inquiétant silence s'en suit. Même les oiseaux ont cessé leur chant. Son sang ne fait qu'un tour. Les yeux levés vers les cieux, tout ce qu'il remarque lui, c'est le tissu rouge près de la fenêtre d'une tour, la couleur la plus chaude du ciel. Elle est vêtue ainsi, la princesse. Il ne voit pourtant rien d'autre. Doit-il poursuivre ou anticiper quelque chose?


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

L'histoire de l'homme dragon. Empty


Princess
Layla

Jeune femme qui n'a rien d'une princesse dans les veines. Enfermée dans un tour sous la protection d'un dragon. Enfermée par ses parents qui n'ont vu que malheur dans le destin de Layla. Elle se souvient très bien de ses années passées dans le village de ses parents ; tout était toujours fleuri. Les champs étaient généreux envers les paysans, les bêtes étaient seines et nombreuses. Elle se souvient de la musique et de la joie des habitants. Mais Layla n'est pas capable de se rendre compte que tout ça n'avait lieu que là-bas. Qu'elle s'en souvient, mais que les choses ne sont plus pareil pour ce village aujourd'hui. Tout être riche peut devenir pauvre.

L'histoire de l'homme dragon. 1585245314-ezgif-6-557a2ff17dc3


Emma Watson :copyright:️ valruna
Chassez le naturel et il revient au galop. C'est ce que Layla a pu retenir de nombreux des livres qu'elle a pu avoir en sa possession. Chacun était magique en son sens, chacun avait sa morale, chaque avec ses personnes pour qui elle pouvait tomber. D'autres envers qui elle aurait levé la voix pour opposer son avis. Fut-un temps elle n'aurait pas été d'accord avec le fait que ce proverbe se répercute sur sa propre vie. Voilà bien longtemps qu'aucune histoire ne s'est réellement déroulée de près, ou de loin de cette tour. Mais Layla n'oubliera jamais celle leçon ; lorsqu'on est quelque chose, il n'y a pas moyen de faire autrement. Alors lorsqu'elle a entendu le premier grondement, elle a comprit immédiatement que son seul et unique ami avait trouvé souris pour faire ses dents. Ce bruit qui semble venir à la fois du ciel, et du fin fond de la terre ne lui est pas inconnu. Elle ne l'a entendu que trop souvent lorsque la mort était sur le point de venir s'en prendre à quiconque approchait de la tour.

La prétendue princesse n'a pas attendu à ce que son sang fasse plusieurs tours à l'intérieur de son corps. D'un bond, elle s'est redressée pour tenter d’apercevoir. Mais rien, comme à l'accoutumée, alors Layla n'a pas hésité une seconde. Ses jambes se sont mises à gravir les nombreuses marches de la tour, jusqu'à ce qu'elle arrive à sa chambre. Là où se trouve l'unique fenêtre de l'endroit. C'est pour ça que l'homme en approche peut la voir par le trou dans le bâtiment. Parce qu'elle-même est venue à la recherche de quelqu'un. Etrangement, Layla a toujours été heureuse de voir du monde approcher. Tout en bas du paysage, les enfants qu'elle peut apercevoir de justesse ne ressemble qu'à des fourmis, pas à de véritable personne. Alors le moindre ahuri qui s'approche de la tour est son moyen d'être connecté à l'extérieur. Malgré qu'ils meurent tous sous les flammes du dragon, malgré qu'elle voudrait les voir en les tenant éloigner, Layla trouve du plaisir à en voir réussir à s'approcher assez. Jamais pour la toucher, mais suffisamment pour la contempler.

Pourtant, la Princesse Layla a toujours eu le dessus dans ce jeu du regard, parce qu'elle a toujours été celle a regarder l'autre avec plus d'envie. Plus de passion. Elle a l'air de dévorer le monde à chaque fois que ses paupières s'ouvrent.

” - Falkor !” Sa voix transperce le silence qui règne sans la moindre brise pour le réchauffer. Le nom d'un animal dont on parle mais dont personne n'a jamais pu reporter la trace d'une véritable existence. ” Reste où tu es... par pitié. ”

Sa dernière phrase est soufflée du bout des lèvres. Plus pour elle-même, que pour l'animal encore cacher qui sortira de son repère au moment où les hommes auront mis le premier pied sur son territoire. Cette bête dont le feu ardant la réchauffe en hiver, cette bête qui la protège, mais qui la nourrit pas la même occasion. Qui la réconforte par un regard qu'elle est persuadé comprendre. Mais la bête, le dragon, Falkor, il était un homme avant d'être maudit. Layla en a conscience. Elle connaît son histoire. Peut-être est-ce pour ça qu'elle est tant familière avec la bête ; elle se dit que, peut-être, au fond, il reste une part d'humanité qui les garde lier. La vérité est toute autre. La bête la maintient en vie. La bête la protège du monde extérieur. Mais en aucun cas elle ne comprend, en aucun cas elle ne ressent, ce que Layla souhaite désespérément. Trop naïve, ou trop esseulée pour savoir qu'il n'y a qu'avec un autre être humain qu'on peut avoir ce qu'elle recherche. Layla veut prendre ses rêves pour la réalité. Elle a tort sur toute la ligne. Elle qui rêve d'aventure va être servie aujourd'hui. Ce deuxième jour de soleil n'a rien à voir avec tous les autres qu'elle a pu vivre.

Un nouveau bruit se fait entendre. Mais cette fois, même le temps semble avoir changer. Layla n'a pu que fermer les yeux en voyant le nuage sombre arriver par dessus la tour pour cacher les rayons du soleil. Elle ne l'avait pas vu venir, ne comprend même pas que tout a un lien. Le ciel craque une fois, elle sursaute. Et c'est tout ce qu'il lui aura fallut pour s'échapper de la fenêtre. Layla veut redescendre, mais il n'y a pas moyen de sortir dans la cours maintenant que la bête est réveillée. Tout ce qu'elle veut faire, c'est vérifier que le dragon est toujours dans son trou, sous la tour. Alors elle s'est mise à descendre les marches aussi vite qu'elle les avait monté. Sauf qu'elle descend d'un étage de plus ; là les lanternes sont plus nombreuses pour éclairer. Le seul étage souterrain de la tour est très petit, il ne dirige qu'à un seul endroit : la petite fenêtre en terre qui donne sur le trou du monstre. Une fois en bas, elle se rendra vite compte que la bête est partie en chasse, après ces deux hommes qui entrent sur son territoire.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 102
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

L'histoire de l'homme dragon. Empty


Norbert Tallrock

We're our own dragons as well as our own heroes, and we have to rescue ourselves from ourselves.

Norbert Tallrock, vous êtes condamné à mort... Une phrase qu'il aura entendu une fois dans sa vie, lorsque la petite soeur du prince est décédée à cause de l'une de ses erreurs. Le roi voulait sa mort, mais le prince, en bon coeur, lui a accordé le pardon s'il vouait sa vie à défendre le peuple des nombreuses menaces de ce monde. Pouvait-il refuser? À ce jour, on lui doit l'exploit d'avoir tué un ogre, d'où son surnom Cliffkiller.

Norbert, il est courageux, assoiffé de connaissance. Il possède l'âme d'un justicier et s'en veut terriblement lorsque sa passion cause la perte d'autrui. Il possède une forte volonté. Il voit grand, les yeux ouverts sur le monde inhumain. Il a un défaut, en particulier, celui de vouloir acquérir des artefacts qui pourraient s'avérer dangereux. Il a traqué des monstres pour le compte du prince alors qu'il aurait pu s'abstenir. Il est impulsif et enflammé et passionné.



Elle sera sa quête et obtiendra son entière dévotion.


Bradley James :copyright:️ Bazzart
Sa main tâte le vide avant d’empoigner le collet de l’homme qui a osé le contredire sur la marche à suivre, pourtant, ses yeux restent rivés sur la silhouette rouge jusqu’à ce qu’elle disparaisse de sa vue. Son corps a été secoué d’un spasme au même instant, comme si tout son être désirait ardemment la prendre en chasse, guidé par une appétence inassouvie. C’est pour elle qu’il a galopé et marché des jours durant, laissant chevaux et chevaliers au campement. Et elle vient de s’envoler de sa vue. Il ne ressent aucune déception, plutôt le besoin de braver le danger pour se frayer un chemin derrière les immenses pierres qui protègent ce château déserté. Pourquoi disparaître? Que fuit-elle? Que fait-elle? En quelques secondes, il reprend ses esprits ; il regarde l’homme, les traits mécontents.

Retirez-moi cet armure, chevalier ou je vous jette moi-même dans la gueule de ce monstre. Avez-vous déjà vu un monstre? Avez-vous déjà senti son haleine si près de votre visage que vous n’aviez qu’une seule envie, vous pissez dessus?

Sa voix est un chuchotement près à hurler, les dents serrés. Il retient les injures pour ne pas attirer le monstre jusqu’à eux. C’est une mise en garde, mais il sourit en son for intérieur. L'homme déglutit. Norbert aurait eu envie de le voir trembler, pour s'amuser, et lui faire comprendre qu'il est parfaitement sérieux. S’il doit menacer pour se faire comprendre, qu’il en soit ainsi, s’il doit faire peur pour les garder tous en vie, il le fera. Lui, il sait l’effet que ça fait. Il parvient à imaginer des crocs acérés sur le point de dévorer une proie. Les ogres ont parfois une dentition aussi robuste et large que la paume d’un homme. C'est donc naturellement qu'ils doivent être invisibles. Ils doivent être silencieux. Disparaître. La prudence ne crée pas les lâches. À quel point son ouïe est-elle aiguisée, à ce monstre? Aussi aiguisée que la lame qu’il porte dans son fourreau actuellement?

Il repousse lourdement le chevalier qui oscille sur place, renfrogné. Tel un gamin qu’on vient de gronder, il se débarrasse de son armure étincelante. Norbert ne le quitte pas des yeux. Il n’est pas son commandant, mais il estime avoir tous les droits de lui dicter sa conduite puisqu’il se trouve en tête de cette mission. L’homme est frustré. Pendant un court laps de temps, Norbert craint que l’homme ne cherche à attirer l’attention en laissant tomber bruyamment l’armure, mais il n’en fait rien. Norbert, il n’a jamais affronté de dragon de sa vie. Les légendes en parlent, mais lesquelles disent vrai? Il ne sous-estime pas la menace, mais tente d’évaluer son importance. Il anticipe le danger, mais ne craint pas de l’affronter. Même que ça renforce sa confiance, de se dire qu’il ne va pas mourir aujourd’hui.

Il fait chaud, aujourd’hui. Pourtant, une curieuse brise fraîche vient chatouiller le duvet de sa nuque, l’obligeant à regarder autour de lui. Les feuilles chantent la mélodie d’un ruisseau. Il a une pensée fugace pour sa mère. Les idées se mettent ensuite en place à mesure qu'il réfléchit à fuir la vigilance du ciel. Les dragons ils volent. Voilà une première hypothèse tirée des légendes. Les dragons ne sont pas des lézards qui jaillissent du sol tels des geysers des enfers.

Nous allons passer par les canalisations. L'eau entre forcément d'une manière ou d'une autre à l'intérieur de ce château. Nous ferons la même chose.

Il semble émerveillé de sa propre idée, l'air pensif. Les fortifications les protégeront, autant qu'elles protègent cette jeune princesse si longtemps personnifiée. Norbert, il s'attend à une réplique, mais le type obtempère. Voilà qui le met soudainement de bonne humeur, un peu de coopération. Il le gratifie d'un sourire vainqueur. Au moindre problème, il sait que des hommes ne sont guère loin. Il reprend sa marche vers le château, toujours un oeil aux aguets au risque que le ciel ne lui tombe sur la tête. Plutôt que d'y aller de front, il descend dans la canopée pour se diriger vers la source du lointain bruit. Il trouve finalement l'eau, mais elle est à contre-courant. Elle descend des montagnes, traverse le château et poursuit sa route dans les villages.

Il remonte le courant, suivant la rive, grimpant les rochers, protégé par le bruit du courant et du vent. Le ciel est pur. Si quelque chose doit les prendre pour cible, ils le sauront rapidement. Il se produit pourtant quelque chose de bizarre, au bout d'un moment. Une ombre les prive de la lueur du soleil. Ça passe au-dessus de leurs têtes. Impossible à discerner. Les rayons l'aveuglent, sans la protection des arbres. Quelque chose guette, mais ce quelque chose est sans doute trop haut, une tache dans le ciel clair, une poussière qui absorbe la lumière et qu'on ne pourrait discerner qu'un dans un angle précis. Il presse le pas, décidé à pénétrer dans ce château. Ils y parviennent. Ils arrivent à l'endroit où l'eau s'échappe de sous les pierres, là où nul n'oserait grimper à cause de la hauteur. Peu d'idiots pensent à passer dessous. En fait... personne ne viendrait ici, à cause des mythes. C'est pour ça que Norbert est là, avec un acolyte peu rassuré.

Nous allons plonger, dit-il.

À peine l'autre chevalier articule-t-il quelques mots qu'un énorme tremblement projette le jeune Tallrock au soleil. Un assaut. Un piétinement. L'autre chevalier a été lourdement écrasé par une patte gigantesque comme s'il ne s'agissait que d'un insecte. C'est arrivé vite. De nulle part. L'énorme bête titanesque est immense de plusieurs mètres. Jamais il n'avait vu quelque chose d'aussi large et d'aussi massif. Des griffes, plus longues qu'un bras, resserrent leur étreinte autour du corps démoli, fracassé, ensanglanté. Encore du rouge. Même une armure n'aurait pu le sauver. Pas de hurlement. Pas de feu. Rien qui n'alerte de sa présence. Une habitude des visiteurs, sans doute. C'est une routine, pas une traque. Seulement une bête prête. Une bête immensément dangereuse.

Il rampe. Il plonge. Il se tient à la pierre en profondeur pour rompre la force du courant. Il nage jusqu'à la canalisation pour entrer. L'eau devient brûlante. Il sent sa peau irradier. L'eau est illuminée, soufflée par un feu puissant qui tente de l'atteindre. Son corps est large, mais son corps parvient à se frayer un chemin à l'intérieur, à fuir le jet incandescent qui passait l'exterminer. Il nage dans la noirceur. Il manque de souffle. Il persiste. Sa gorge brûle. Et lorsqu'il a enfin de l'air, il laisse son corps tomber sur de la pierre, quelque part dans les tréfonds de cette immense forteresse. Il tousse. Il rit. Mais un rire douloureux. Sa poitrine est douloureuse, autant que sa peau rougie. Il a mal. Il n'est pourtant pas encore mort. Pas comme l'autre chevalier. Il est désolé pour lui, mais il n'y avait rien à faire. La bête existence. Il se retourne sur un coude, crache l'eau en trop dans ses poumons. Il râle sèchement.

Un dragon... constate-t-il, impressionné.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


L'histoire de l'homme dragon. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
L'histoire de l'homme dragon.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Dragon Crusaders [DVDRiP]
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers historique :: Moyen-Âge-
Sauter vers: