Le deal à ne pas rater :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros d’achat
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Man's greatest fear is chaos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

Man's greatest fear is chaos Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

Man's greatest fear is chaos.
La situation

Les beaux jours se sont assombris. Ce qui était un renouveau est devenu un tombeau. Plutôt que de prendre le risque de rester, il est peut-être préférable d'avancer. Tant de drames, de souvenirs et d'insécurités, au village. Une nouvelle famille s'est créée et elle doit se serrer les coudes avant qu'il ne soit trop tard. L'heure du départ officiel est arrivée, prématurément, mais cela est désormais indispensable. Intelligents ou déserteurs?




I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

Man's greatest fear is chaos Empty


Salomé
Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Née dans le Colorado le 19 novembre 1994, elle y a vécu toute sa vie avant que l'apocalypse zombie ne pointe le bout de son nez. Elle suivait des études en sécurité sanitaire. Sa mère était paysagiste, donc lui montrait les ficelles du métier.

Économe, méthodique, opportuniste, serviable, maladroite, manuelle, portée vers l'environnement.



Elle ne cherchait pas l'amour avant lui. Elle a vu le pire en lui ; elle a craint le pire en lui. Plusieurs années plus tard, leur route s'est à nouveau croisée, mais cette fois, les choses avaient changé. Elle est tombée sous le charme du monstre. Grâce à lui, elle a eu l'impression qu'on lui offrait une nouvelle famille, que ce soit avec Emily ou avec Will. Elle apprécie qu'il puisse prendre soin d'Emily, c'est de loin une des choses qu'elle préfère, qui lui montre un bon côté de Mason, mais elle regrette d'être elle-même un poids pour lui.


Alycia Debnam-Carey :copyright:️ Schizophrenic
La vie est cruelle, mais on doit passer à autre chose en temps de crise. Mason, en voyant la fumée s'élever près du village, a contacté Blaze avec le talkie. Salomé a entendu ce-dernier préciser que c'était à l'extérieur du village, mais que ça pouvait dégénérer. Avec ce qu'ils viennent de vivre dehors, il était évident que quitter le village était judicieux, surtout si une guerre devait éclater. Et Salomé, elle n'a pas envie d'avoir une nouvelle perte sur la conscience aujourd'hui. Ils ont rapidement gagné le village, porte ouverte grâce à Blaze.

Olsen?

La main de Blaze à son épaule la ramène d'outre-tombe. Ses paupières papillonnent. Tout s'est enchaîné si vite entre la sortie de Mason et Salomé et leur retour au bercail. Il lui semble avoir eu une absence au moment de sortir du véhicule, désormais adossée à celui-ci. Les bouffées de chaleur diminuent. En sortant de la voiture, elle a dit quelque chose comme « Mason s'occupe de Will, je vais aller chercher Emily. » Son crâne est dans un étau, bourdonne comme s'il était prisonnier d'une ruche.

Oui, je peux le faire.

Mason doit trouver des armes et tout ce qu'il juge nécessaire à leur fuite, c'est lui le garde, lui qui possède l'autorité pour entrer où il veut - de ce que Salomé a compris dans un flot d'informations -, doit également prévenir Will et lui expliquer la situation. Ils doivent inévitablement se disperser s'ils veulent être efficients. Elle ne veut pas refaire l'erreur de perdre une amie, même si elle ne connait pas entièrement Emily. C'est son objectif à elle ; hors de question qu'elle ralentisse Mason et Blaze, tous les deux farouchement entraînés. Ils comptent sur elle. Ce sentiment est renforcé à cause des regards qu'ils coulent sur elle, un peu incertains, ou inquiets de cette courte absence?

On se rejoint rapidement, précise-t-elle, davantage à l'intention de Mason. Je te ramène Emily rapidement.

Si elle le dit, c'est qu'elle le fera, peu importe ce qu'elle traverse présentement. Mason lui fait-il assez confiance pour qu'elle assure la sécurité de sa protégée d'ici à ce qu'ils soient tous prêts à sortir? Blaze, il doit s'occuper de sa femme. Salomé, elle est avec eux, désormais. Elle n'a aucun proche à prévenir, à sortir de ce merdier. Mason l'ignore encore, mais elle a peur de perdre une amie, terriblement. Peur qu'une autre Marie soit fauchée parce qu'elle n'aura pas été attentive, assez rapide pour la sauver. Protéger Emily, c'est personnel, maintenant.

Salomé se décale de la voiture, mais Blaze la retient par le bras.

Attends, prends ça. Si tu te promènes dans le camp, couverte de sang, les gens vont paniquer. On doit partir avant de semer le doute si jamais ça part en couille.

Il retire rapidement sa veste et vient aider Salomé à l'enfiler, cachant ainsi ses vêtements souillés d'un sang qui ne lui appartient pas. La fille, elle lance un dernier regard vers Mason avant de le perdre de vue pour rejoindre Emily où Mason a dit qu'il pensait qu'elle serait à cette heure, précisément. La concernant, elle ne croit pas qu'il puisse se tromper. La brune traverse donc le village pour la retrouver.

Quel soulagement lorsqu'elle tombe sur elle devant sa caravane, peu loin de la sienne.

Emily, l'interpelle Olsen, d'une voix qu'elle veut rassurante plus que paniquée. Mason m'envoie. Tu dois faire ton sac. Prends tout ce que tu juges utile. On part dans moins d'une heure. Le plus rapidement sera le mieux. Je t'expliquerai en chemin, d'accord? Will et lui ont besoin qu'on ne traîne pas. On ne revient pas, alors n'oublie rien d'essentiel.

Salomé, elle doit la quitter de vue quelques secondes le temps d'entrer dans sa propre caravane juste à côté, prenant ce qui appartient à Mason. Les choses de la fille sont déjà dans la voiture qu'ils occupaient à leur arrivée. Elle aurait pu ne pas le faire, mais elle a senti que c'était son devoir de faire ça pour lui. Cette fois, elle n'hésite pas à prendre les conserves, les draps qu'elle enfonce en boule dans le sac, des outils quelconque. Elle dévalise littéralement la caravane quitte à partir les bras remplis. Elle s'arrête sur sa propre photo dans le tiroir de Mason ; elle et sa famille. Elle a un pincement au coeur de voir sa mère. Elle enfonce la photographie dans le sac de Mason.

Elle rejoint rapidement Emily.

T'as tout?

Elle dirige la protégée de Mason en prenant soin d'éviter les rassemblements et les habitants qui circulent. Salomé, elle se sent à nouveau égoïste de penser à sa propre survie avant celle des habitants. Mais les choses évoluent si vite qu'ils doivent retourner leur veste et agir. Elles se rendent donc à leur point de rassemblement. Les gardes sont sûrement trop occupés pour penser surveiller leurs collègues, Mason et Blaze, et comprendre qu'ils ont l'intention de partir. Elle a amené Emily, mais ce n'est que le début.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Man's greatest fear is chaos Empty


Mason Pope
Mason est un ancien militaire qui traverse l'apocalypse depuis six ans. Aux côtés de son frère, Will, et de sa protégée Emily. Il est prêt à tout pour secourir le monde, alors qu'il est loin d'être le meilleur homme sur terre. Il n'est ni un bon soldat, ni un bon être humain.

Né dans le Colorado, Mason est un petit monstre depuis cette époque. Il n'a fait qu'évoluer dans cette direction, malgré ses bonnes intentions et ses bons sentiments. On dit qu'un être ne peut être ni tout blanc, ni tout noir. Qu'il est un mélange de gris. Mason, lui, est plus foncé que ça sans être quelqu'un de mauvais.


Man's greatest fear is chaos TE2yXLeUpJyoW23a78hECoio97nvZdbgC6PgdrK7q-8hS0hnB7Ti1AnqgaJCKut-XfJ8_n2rP9s1VUACbQyW--QCbYm1fZEFAM1IVy19_NQUooplZAWu88pNFAgjMWQlwSGCFnUfiiTchu0qZ_E8puUXfwDPcLI

Amoureux depuis des années de la même femme. Une qu'il a fait tant souffrir autant physiquement que mentalement. Un amour malsain qui n'a rien de correct. Mais ça ne l'empêche pas d'aimer dans la démesure.


Daniel Sharman :copyright:️doomdays
L’accélérateur est enfoncé par le pied d’un homme qui a peur. Mason est chamboulé par cette sortie qui n’était pas prévue. Chamboulé et choqué par ce qu’il s’est passé. Par le sang dont ils sont couverts. Tout semblait déjà avoir changé lorsque le moment de revenir au village était venu. Tout semblait désespéré lorsqu’il a commencé à voir les fumées s’échappant à l’horizon. Malgré le coup de talkie-walkie passé à Blaze, la peur est présente maintenant. Parce que imaginer son chez lui en flamme, c’est comme revoir les bombes tomber sur leur ancien camp. C’est voir de nouveau mourir les gens. C’est retrouver de justesse Will et s’en sortir avec la même chance. Mais aujourd’hui, perdre le village serait perdre une vie. La sienne. La leur. C’est parce qu’il ne veut pas perdre ce qu’ils ont durement réussi à construire, Salomé et lui, qu’il enfonce tant la pédale d’accélérateur. Tout ce qu’il a aujourd’hui est ancré dans le marbre ; son frère, Emily, sa moitié. Il ne veut rien perdre, ni même les amis qu’il s’est fait au village. En grandissant dans cet endroit (parce qu’il l’a fait malgré son âge), Pope s’était promis de se battre pour le garder. De faire tout son possible pour que le village reste.

” - Je te ramène Emily rapidement.”

C’est la seule chose qu’il est capable d’entendre. De comprendre. De valider lorsqu’ils sont sortis du véhicule. Blaze est là pour les accueillir, heureusement, pour diriger les opérations. S’il n’avait pas été là pour diviser les tâches, Mason aurait perdu énormément de temps à vouloir le faire sans savoir comment agir de la meilleure façon. Il a toujours été meilleur à suivre les ordres qu’à les donner. Mais lorsque Salomé lui promet, à sa façon, qu’elle lui ramènera Emily, c’est la seule chose qu’il est capable de voir. Comme une lumière à travers l’obscurité qui est en train de se dessiner.

A l’extérieur, les gens sont prêts à s’emparer du village. Ils ont attendus trop longtemps. Peut-être qu’ils ne pensaient pas que le village pouvait être auto-suffisant. Aussi longtemps, tout du moins. Les envahisseurs ont été très patients jusque là. Il fallait agir avant. C’est ce soir, qu’ils auraient du agir. Que le chef du village avait décidé d’agir. Mais un jour trop tard, apparemment. Tout se passe pour l’instant à l’intérieur ; Mason n’a pas bougé lorsqu’il a vu Blaze préparer Salomé. Il a simplement regarder sa moitié sans même tenter de la retenir. N’est-ce pas ce qu’on est censé faire, lorsqu’on aime sincèrement quelqu’un ? L’empêcher d’affronter le danger. L’empêcher, à tout prix. Mais lorsque Mason a vu Salomé s’éloigner, il a senti quelque chose d’étrange. Comme si elle partait vers un flou total qu’il ne pouvait pas contrôler. Qu’il ne pourrait parvenir à expliquer, d’ailleurs. Mais il l’a laissé partir, justement, parce qu’il sait qu’elle est capable de survivre. De faire de bonnes choses. Salomé est capable de ramener Emily, mais est-elle capable de se ramener elle-même ? Lorsqu’il la voit partir, Pope sent au fond de lui qu’il pourrait sacrifier Salomé pour Emily. La dernière n’est pas plus importante, elle est simplement différente. Mason sacrifierait tout pour sauver Emily. A savoir si c’est son côté soldat qui le fait penser ainsi, mais il trouverait énormément de valeur à une mort héroïque de la part de Salomé. C’est sa façon d’aimer. Il ne pourra jamais voir Emily ainsi.

” - Tu fais ton sac, maintenant !”

Will n’a pas envie d'obtempérer. Voilà deux bonnes minutes que Mason est au centre médical du village. Il tente de parler calmement, de ne pas s’énerver pour ne pas attirer l’attention des autres. Et justement, il ressent énormément de culpabilité à ce sujet. Pourquoi ne pas prévenir tout le monde ? Les gens ne semblent pas forcément affolés. Se rendent-ils réellement compte que la situation peut se dégrader en quelques minutes ? Rien n’est sur, dans ce monde. Tout le monde aurait du apprendre la leçon, avec ces six dernières années. La septième n’est pas la meilleure apparemment.

” - Tu dois monter dans cette putain de voitures… ils ont tous besoin de toi, t’es médecin putain, mon frère !” Mason sert les dents. Ses poings aussi. Et ça permet à Will de voir toute l’importance de la situation. ” J’pourrais me battre cent fois pour elles, que ça servirait à rien si t’es pas là. J’peux pas leur sauver la vie comme toi tu peux le faire.”
” ON A ATTENDU ASSEZ LONGTEMPS.” Une voix dans un micro se fait entendre ; des enceintes retransmettent le tout pour que tout le monde entende. Les gens de l’extérieur parlent. Leur chef plus tôt. Et il s’adresse directement aux citoyens du village, parce que les négociations n’ont pas aboutis avec le chef en action. ” VOUS AVEZ DEUX MINUTES, POUR OUVRIR LES PORTES ET VOUS RENDRE…”

Le message continue et on entend surtout les menaces et sévices qu’ils comptent faire à ceux qui ne vont pas obtempérer. Will comprend la situation, et même s’il a envie d’aider les gens qui vivent ici, partir avec son frère et Emily est la première règle du plan de secours qu’ils ont ; se rassembler, et partir tous les trois. Salomé s’additionne à l’équation. Les deux autres n’ont pas le choix de l’accepter. Qu’ils aient été pour, ou contre. Pareil pour Blaze et sa femme ; ceux qui peuvent monter à bord du véhicule le feront avant de partir. Et c’est comme ça que tous les deux sont sortis du pôle médical. Sauf que l’ambiance n’est plus la même ; les gens commencent à paniquer et les deux minutes se déroulent vite. Will fait toujours les choses correctement, dans sa caravane, il a déjà tout ce qu’il faut mis de côté, en ce qui concerne le médical, pour partir. C’est comme ça qu’ils ont survécu la dernière fois, et qu’ils ont pu aider tous ces gens avant de tomber sur Emily. On ne perd pas les bonnes habitudes. Mais pour cela, il faut se rendre à ladite caravane. Mason pense qu’il n’aura pas mis trop de temps, que les filles seront encore à la caravane quand ils vont y parvenir. Mais peut-être que ça ne sera pas le cas. Peut-être qu’ils ne se reverront même pas avant la fin de la tempête.

Elle commence, d’ailleurs ; la première menace est mise à exécution. Peut-être que les ennemis d’en face ne sont pas très nombreux, mais ils sont correctement armés. Un mortier tire un obus ; un seul. Il n’a pas besoin de bien plus pour toucher le centre médical qui subit une explosion qui fait trembler le sol. Même d’où se trouve Mason, les deux frères ont l’instinct de protéger leurs têtes de leurs bras.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mira
Mira
Féminin MESSAGES : 76
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 28
RÉGION : Ile de France
CRÉDITS : bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique en général, shadow hunters, Sherlock, Doctor Who, et toutes autres propositions est possible.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3638-dans-un-monde-de-mirage#76773
Tortue

Man's greatest fear is chaos Empty


Emily Foster
Emily est loin d'être la personne que l'on verrait survivre à travers les années dans un monde entourés de dangers. Elle est sensible et se comporte encore parfois comme une gamine, même si elle fait tous les efforts pour arrêter d'être un boulet à traîner. Elle ne veut plus qu'une seule personne ne risque sa vie pour elle. Elle a survécu trop longtemps à des personnes qui avaient leur place dans un monde dévasté.

La jeune femme a perdu son père, puis son amant pour finir par son frère. Elle est hantée par toute ces vies qu'elle a le sentiment d'avoir pris malgré elle. Elle est toujours hésitante à faire bande à part pour protéger ceux qu'elle aime, sans jamais parvenir à sauter le pas. Une mort de plus serait une mort de trop.


Man's greatest fear is chaos Tumblr_inline_pm06y75b2s1w9w91p_1280


Dans sa sensiblerie, elle s'est risquée à prendre un animal sous ses ailes sans en parler à personne; un petit lapin qu'elle a baptisé Ruby.


danielle campbell :copyright:️ EVERDOSIS


Mon plus gros problème de la journée était de ramper sous mon lit pour récupérer la pile qui avait roulé en-dessous. Depuis le début de la pandémie, depuis le début de la remise à zéro, j’avais dû laisser beaucoup de choses derrière moi. Le maquillage que j’essayais avant de créer avec même de l’encre de vieux magasines était révolu depuis longtemps. Pouvoir me coucher sur l’image de mon père qui dormait paisiblement était terminée également. Alors la musique, je ne pouvais pas la laisser partir elle aussi. On avait tous appris à vivre de nouveau, difficilement, avec plusieurs embûches, mais certains d’entre nous s’était fabriqué une nouvelle famille. Elle était parfois bancale, mais elle fonctionnait par des liens encore plus fort que ceux du sang. Malgré la peste que j’étais, moi-même j’avais été adopté me semblait-il. Ils étaient les seuls à ne pas avoir dû souffrir d’un triste sort.

Mon épaule était sur le point de se déboiter alors que la pile roulait enfin sous mes doigts. Musique, tu es de nouveau à moi ! J’eus un petit soupir de soulagement alors que j’avais décidé de fuir le travail. Je devais y être là, maintenant. Mais j’avais eu un mauvais pressentiment en me levant et je ne me sentais vraiment pas de jouer aux parfaites petites assistantes de vétérinaire. Non, surtout que Ruby sautait dans ma caravane joyeusement. Oui, j’ai volé un lapin. Cela faisait des mois que je voulais le faire, mais lui, je l’avais vu naître alors je me suis permise. Les choses étaient tellement tendues en ville que personne n’y avait vraiment prêté attention. On n’allait pas me couper la tête pour ça de toute façon… Le lapin s’arrêta soudainement et se jeta sur l’endive que je lui avais laissée. Il y a des matins où l’on sait que l’on va perdre quelque chose. Il y a des matins où l’on a juste envie de faire taire cette petite voix.

Prenant une profonde inspiration, je décidais de laisser mon colocataire tranquille et je fis quelques marches devant la caravane. Je plaçais les écouteurs sur mes oreilles et j’insérais la pile manquante. J’allais peut-être faire un tour en centre-ville, cela me permettrait de taire ces idées noires.

« Emily […] Mason m'envoie. Tu dois faire ton sac. Prends tout ce que tu juges utile. On part dans moins d'une heure. Le plus rapidement sera le mieux. Je t'expliquerai en chemin, d'accord? Will et lui ont besoin qu'on ne traîne pas. On ne revient pas, alors n'oublie rien d'essentiel. »

Mon sang ne fit qu’un tour, la musique n’eut même pas le temps de démarrer. Je ne me sentais pas prête à partir. Personne ne s’en sent prêt quand il est enfin tranquille quelque part. Je ne savais pas si j’étais prête à repartir à zéro. Je ne savais pas si je pouvais encore jouer longtemps les survivantes sans être un boulet pour elle, pour Mason, pour Will.

« D’accord… » Soufflais-je alors que la silhouette s’engouffrais déjà dans sa propre caravane. Je ne m’en sentais soudainement plus capable du tout. Ce n’était clairement pas le moment de les lâcher, mais j’avais tellement peur. Pas pour moi. Pour eux. Je ne supporterais pas que quelqu’un d’autre soit blessé à cause de moi ou pour moi. Je ne supporterais pas revivre l’image de mon père qui s’était donné la mort pour me protéger de sa mutation. Graham et Tommy n’étaient plus non plus et j’avais cru épargner les frères en débarquant ici. « Ruby ! » Il y a quelque chose d’étrange qui sommeille et se réveille quand on pense à quelqu’un de bien plus fragile que soi. Lui, je pouvais peut-être veiller sur lui. Je n’étais pas idiote, je savais depuis quelques jours qu’on risquait de me dire de fuir la ville, mais j’ignorais pourquoi ; j’espérais avoir plus de temps.

En rentrant chez moi, je pris immédiatement mon lapin en mains et je lui passais une laisse que j’avais volé également, avec le petit collier que je lui avais déjà mis. Je voulais le cacher aux autres, parce que tout le monde me prendrait pour une folle de vouloir le protéger. Mais j’avais veillé sur lui dès le premier jour, je ne voulais pas le laisser derrière. Le lapin prenait beaucoup de place dans mon sac à dos et j’imaginais déjà Mason me houspiller dessus si jamais il découvrait que j’avais réservé une place considérable pour un animal qui avait autant de chance de survie qu’une souris entourée par une armée de chats. J’enroulais mes écouteurs et les rangeais dans ma poche. Je n’avais plus d’armes ici alors je ne prenais que la nourriture et quelques vêtements légers. Pour finir je glissais mes deux photos de famille contre la poche collée à mon cœur. « On y va Ruby… » murmurais-je tout en regardant mon chez moi. Personne n’avait visiblement supporté ma compagnie parce que pendant quelques temps j’avais eu la chance d’être seule. Je voulais rester, je voulais de nouveau jouer avec mon protégé. Je voulais m’endormir en me disant que le lendemain j’apercevrais peut-être les deux frères.

Machinalement je claquais la porte derrière moi, le sac à dos visé sur mes épaules. Ma tête pivota lentement vers Salomé qui m’avait déjà rejoint. Peut-être qu’il était temps de leur suggérer de me laisser de côté ? Il y avait tellement plus de monde que moi qui était fait pour ce monde, qui était fait pour survivre… J’avais du mal à comprendre que l’on veuille encore me protéger alors que j’avais le sentiment d’être le handicape du groupe. Seulement, d’une certaine façon, Mason m’avait bien dressé et je ne fis que confirmer d’un mouvement de tête tout en suivant l’âme sœur du militaire au point de rassemblement.

Sur le chemin je finis par oser poser une question à la jeune femme alors que mon esprit de survie reprenait la relève. « D’où vient ce sang Salomé ? » Je sortis un chiffon de ma poche pour qu’elle puisse au moins s’essuyer le visage, comme si tout allait s’arranger avec un bout de tissu. Elle en avait quelques gouttes, mais toute la situation me la faisait voir comme si elle en était intégralement recouverte. Une annonce résonna alors et je sentis mes oreilles sifflées. J’ignorais si Salomé m’avait parlé, mais il semblait bon de presser le pas. Alors que je pensais qu’on allait toucher au but, un sifflement strident suivi d’un tremblement me fit m’arrêter. Par réflexe, peut-être stupide, j’attrapais Salomé au passage pour la plaquer au sol. J’ignorais totalement à quelle attaque on avait à faire. Quand je pus enfin me relever j’avais la tête sonnée et je vis la cible. Mon cœur en fut complètement retourné. « WILL ! Will est peut-être encore là-bas ! Il n’a pas fini sa journée ! » J’étais tombée sur le ventre, je savais que Ruby n’avait rien, malgré les mouvements de foule, je voulu m’approcher de l’impact que tout le monde fuyait. « Salomé, vas-y ! Je vous rejoindrais ! » Mensonge. Cela faisait longtemps que je n’en avais pas usé, mais ma priorité était de savoir si le frère allait bien et faire en sorte que lui puisse s’enfuir, moi, ce n’était pas important. « Fonce Salomé ! » J’avais appris quelques petites choses médicales d’abord avec Théodore et Will avait complété quelques-unes de ces connaissances, j’étais persuadée que je pouvais l’aider à rejoindre le véhicule s’il était blessé. Le risque du mensonge était minime comme elle avait rejoindre la gâchette folle. Il ne prendrait pas le risque de m’attendre si jamais les choses se gâtaient et à la base, je ne devais être qu’une personne aidée parmi tant d’autres. A trois ça irait, à trois vrais survivants, si jamais je ne montais pas ça irait pour eux.

Fondant la foule et recouverte d’une poussière grise épaisse, j’essayais de reconnaître un visage familier parmi les blessés. « Will ?! » toussais-je confusément pour essayer de retrouver la silhouette que j’avais tellement observé la nuit quand nous étions dehors et que je ne parvenais pas à dormir. « WILL REPONDS ! » J’espérais me tromper et qu’il était parti plus tôt, j’espérais qu’ils allaient tous biens, mais je ne pouvais juste pas courir ce risque, c’était impossible.

Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 101
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

Man's greatest fear is chaos Empty


Salomé
Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Née dans le Colorado le 19 novembre 1994, elle y a vécu toute sa vie avant que l'apocalypse zombie ne pointe le bout de son nez. Elle suivait des études en sécurité sanitaire. Sa mère était paysagiste, donc lui montrait les ficelles du métier.

Économe, méthodique, opportuniste, serviable, maladroite, manuelle, portée vers l'environnement.



Elle ne cherchait pas l'amour avant lui. Elle a vu le pire en lui ; elle a craint le pire en lui. Plusieurs années plus tard, leur route s'est à nouveau croisée, mais cette fois, les choses avaient changé. Elle est tombée sous le charme du monstre. Grâce à lui, elle a eu l'impression qu'on lui offrait une nouvelle famille, que ce soit avec Emily ou avec Will. Elle apprécie qu'il puisse prendre soin d'Emily, c'est de loin une des choses qu'elle préfère, qui lui montre un bon côté de Mason, mais elle regrette d'être elle-même un poids pour lui.


Alycia Debnam-Carey :copyright:️ Schizophrenic
Vous avez deux minutes pour vous rendre.

Cette voix, dans les enceintes, elle glace le sang de Salomé. L'attaque est imminente ; c'est terrifiant de savoir qu'une nouvelle communauté est sur le point de s'effondrer sous le poids d'un ennemi. Elle ignore en quoi consistera cette attaque, malheureusement. Elles n'ont pas le choix de bouger et d'ouvrir l'oeil pour apercevoir les autres lorsqu'ils arriveront.

D'où vient ce sang, Salomé?

La concernée est surprise par la question et tourne la tête en direction d'Emily. Elle entrouvre les lèvres, ne trouvant pas les mots pour raconter ce qui s'est réellement passé à l'extérieur, avec Mason. Salomé, elle baisse les yeux, mais ne voit que la veste de Blaze qui cache ses vêtements souillés. Elle doit éviter d'y penser, sinon elle sera déconcentrée. Tout ce qui compte à l'heure actuelle c'est la protection d'Emily. Le tissu proposé par la protégée de Mason n'est pas d'une grande utilité, puisqu'il s'envole au moment où les deux femmes se retrouvent penchées au raz du sol.

L'explosion est sourde, soudaine. Ce qui est bruyant, ce sont les hurlements de détresse de la part des habitants, les coups de feu tirés vers l'extérieur pour tenter d'éloigner les attaquants. La « bombe », elle bourdonne dans ses oreilles, mais son crâne le faisait déjà bien avant. Salomé, elle se souvient des dernières qu'on avait lâché au-dessus de leurs têtes. Ce qui semblait être survenu hier s'est en réalité déroulé voilà plusieurs années maintenant. Elle en garde un terrifiant souvenir ; encore plus lorsque Emily prend l'initiative de se rendre là où l'explosion vient de semer le chaos. Salomé, elle met du temps à réagir. Pourtant, elle y met toute son énergie. La dernière fois que les bombes ont été larguées, son amie aussi a fui dans la foule de cette façon. Salomé, elle a dû courir à toutes jambes pour fuir, a dû abandonner des hommes et des femmes pour survivre. Elle a longtemps essayé de faire taire les derniers gémissements des morts à son esprit. Elle a toujours eu de la peine pour Mason, à ce sujet, lui qui a fait la guerre et qui a dû voir des centaines de scènes comme celle-ci. Le fait de voir Emily s'éclipser dans cette zone est ce qui lui permet de se remettre en marche. Salomé rattrape rapidement Emily.

Ils se débrouilleront, on ne doit pas rester là.

Salomé, elle n'hésite pas à attraper le bras de la jeune femme pour l'obliger à la regarder. Le centre médical n'est plus que ruine et débris. Du coin de l'oeil, on aperçoit des bras, des jambes et même des cuirs chevelus. Mais le danger est toujours d'actualité. Il y a de l'électricité à cause des instruments et il y a de l'eau grâce aux réserves installées. Le pire, ce sont les nouveaux décès qui deviendront bientôt des morts-vivants. Elle était étudiante en sécurité sanitaire, la petite Olsen, mais si c'est un sujet qu'elle n'a jamais pris le temps d'aborder. Ce lieu n'est en rien sécuritaire désormais. Le plan n'est pas de fouiller les décombres. C'est égoïste de sa part, terriblement. Ça lui fait mal de mettre des mots là-dessus. Elles doivent abandonner ces gens.

Elle espère sincèrement que Will n'était pas là, que Mason est passé avant. Parce que Mason, il était chargé de prévenir son frère. Si Will a claqué, il est possible que Mason soit mort également. Elle déglutit, Salomé, n'aurait jamais pensé être un jour confrontée à la possibilité que Mason soit mort, alors qu'elle le haïssant tant. Elle a une boule au ventre en repensant à leur dernière sortie, aux mots qu'ils ont échangé. Le rêve vole en éclat. S'il doit mourir, ce sera à cause d'elle, pas à cause d'une explosion. Quelle serait sa réaction s'il devait l'être, mort? Elle sent encore qu'elle va défaillir. Elle n'avait pas ressenti cette panique depuis une éternité. Néanmoins, elle ne veut pas mourir aujourd'hui.

Écoute moi : Mason ne voudrait pas que tu restes là. Il te veut en vie, tu comprends ça? Ils te veulent en vie. On a rien à faire ici. Ils te retrouveront.

Elle est consciente de cette réalité : elles ne doivent pas perdre leur temps à les chercher, mais doivent plutôt se mettre à l'abri. Ils feront la même chose. Elle l'espère sincèrement, s'ils sont en vie. Salomé, elle tire sur le bras de Emily et l'oblige à quitter cet emplacement. Un nouvel obus pourrait bombarder à nouveau cet endroit. Elle lui fait quitter le champ de bataille, la dirige très loin. Elles ne s'arrêtent pas en chemin pour aider les gens. Qu'importe si Mason, Will ou Blaze l'auraient fait, Salomé ne le fera pas, ne risquera pas de perdre Emily. Elle ne lui laisse pas tellement le choix.

Lorsqu'elles sont assez éloignées, une nouvelle détonation survient, l'obligeant à entrer sa tête dans ses épaules. Tout est vide, dans sa tête et dans son coeur. Elle ne se retourne pas pour voir où les nouvelles victimes sont tombées.

La voiture dans laquelle ils sont revenus est toujours là ; ses effets personnels s'y trouvent. Elle fait brièvement un détour vers le véhicule et plonge son bras à l'arrière où la fenêtre est encore baissée. Une balle perdue vient pourtant fracasser le véhicule, ce qui la fait sursauter. Elle s'empare de son sac. Une nouvelle balle ricoche : un des pneus cède sous le poids du véhicule. Voilà qui est fâcheux. Ils ne pourront pas l'utiliser pour fuir. Salomé regarde les environs avec empressement, non pas comme un soldat cherchant l'ennemi, mais plutôt comme une victime cherchant une porte de sortie.

Sa priorité est de protéger Emily. Elle ordonne littéralement à cette dernière de la suivre. Le chaos est trop gros pour qu'elles s'y battent et survivent. Fuir. C'est leur unique option. Elle a d'abord pensé passer par le tunnel montré par Mason, celui qui les aurait faites sortir sans problème. Mais, sans clé, aucune certitude de passer. Et si le obus était tombé là? Elles doivent juste sortir de là, de ce village en proie à la panique des survivants. En longeant le campement, elles dénichent une ouverture, sûrement des habitants qui ont fui avant elles.

Une fois devant l'ouverture, les sacs lui glissent des bras. Prend-t-elle conscience de leur pesanteur? L'un de ces biceps la tiraille, profondément douloureux. Elle bouge les doigts ; ils bougent correctement, pourtant, elle sent un liquide chaud les recouvrir. Le liquide est épais. Cette fois, il ne s'agit pas du sang de quelqu'un d'autre. C'est le sien. Elle le voit, mais l'essuie pour le moment sur son pantalon. Elle pense avoir reçu une des balles perdues à la voiture. Est-ce possible? Par le passé, aucune balle ne l'a jamais atteinte. Elle ne saurait faire la différence. Elles doivent pourtant avancer pour sortir. Elle en attrape un qu'elle met sur son épaule gauche, libérant ainsi son bras droit, très sensible.

Ce sera plus facile pour eux de sortir de là sans nous.

Salomé, elle regarde tendrement Emily même si elle fait preuve de sérieux et que cette situation semble cruelle.

Ils tiennent énormément à toi. Ils viendront pour toi.

Salomé est soulagée de l'avoir amenée jusqu'ici. Elle ne pourrait se pardonner la mort d'Emily, surtout pas après sa promesse. Salomé, malgré son soulagement, elle peine malgré tout à soulever le second sac, soupirant de douleur. Elle n'aime pas demander de l'aide en général, mais quand c'est une femme, curieusement, elle obtempère plus facilement.

Tu veux bien me donner un coup de main, j'ai le bras en compote. On doit seulement sortir et s'éloigner. Au besoin, je sais où on peut aller. Mason m'a filée une carte. Je pense savoir où il cherchera en premier.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Man's greatest fear is chaos Empty


Mason Pope
Mason est un ancien militaire qui traverse l'apocalypse depuis six ans. Aux côtés de son frère, Will, et de sa protégée Emily. Il est prêt à tout pour secourir le monde, alors qu'il est loin d'être le meilleur homme sur terre. Il n'est ni un bon soldat, ni un bon être humain.

Né dans le Colorado, Mason est un petit monstre depuis cette époque. Il n'a fait qu'évoluer dans cette direction, malgré ses bonnes intentions et ses bons sentiments. On dit qu'un être ne peut être ni tout blanc, ni tout noir. Qu'il est un mélange de gris. Mason, lui, est plus foncé que ça sans être quelqu'un de mauvais.


Man's greatest fear is chaos TE2yXLeUpJyoW23a78hECoio97nvZdbgC6PgdrK7q-8hS0hnB7Ti1AnqgaJCKut-XfJ8_n2rP9s1VUACbQyW--QCbYm1fZEFAM1IVy19_NQUooplZAWu88pNFAgjMWQlwSGCFnUfiiTchu0qZ_E8puUXfwDPcLI

Amoureux depuis des années de la même femme. Une qu'il a fait tant souffrir autant physiquement que mentalement. Un amour malsain qui n'a rien de correct. Mais ça ne l'empêche pas d'aimer dans la démesure.


Daniel Sharman :copyright:️doomdays
Toute histoire a une fin, mais ni Mason, ni Will, n’ont envie que la leur prenne fin maintenant. Dès lors qu’ils se rendent compte que le poste médical est détruit, les deux frères ne peuvent pas faire autrement que de se regarder, et partager un de ces regards qui en disent long. Tous les deux, ils viennent entre choquer leurs poings parce qu’ils sont sur la même longueur d’onde : Mason a eu bien raison de venir chercher Will a cet instant. Sans quoi, le médecin serait certainement mort. Et justement, si certains sont déjà tombés dans les débris du bâtiment, les morts ne vont pas tarder à revenir à la vie pour dévorer tous ceux sur qui ils pourront mettre la main dessus.

Récupérer les affaires de Will est la seule chose qui est à leur esprit. Ils parviennent à la caravane, et ils s’échangent un nouveau regard lorsque Mason découvre ce que Will a mit de côté depuis qu’ils sont à l’intérieur du village. Si Mason n’était pas sur le point de partir lui-même d’ici, il aurait certainement pété un câble immense à son frère. Parce que les vols qu’il a commis sont nombreux : bandages, médicaments, désinfectants. Ca aurait pu être tant utiles au village. Mais d’un côté, Mason sait que ça a toujours été leur façon de faire ; avoir un plan de secours. Quelque chose pour qu’ils s’en sortent, quoi qu’il arrive. Alors ils ont tout jeté dans le sac de voyage du médecin. A l’intérieur, il n’y a presque pas de vêtements, ou de souvenirs. Will est comme ça, il pense à sa survie plutôt qu’à ce qui lui fait plaisir. Mais Mason, c’est tout le contraire. A la première occasion, il ouvre la porte de la caravane d’Emily. Rien à l’intérieur. Du moins, pas des choses importantes qui devraient y être. Mason a l’espoir que Salomé soit déjà venue la chercher, mais ça ne l’empêche pas d’entrer dans sa propre caravane. Pour chercher sa femme, fraîchement épousée dans un tunnel sombre à l’abris des regards. Pour récupérer ses affaires. Mais Mason comprend qu’il n’y a plus rien d’important à l’intérieur ; il n’y a ni la corde, ni ses photographies. L’espace d’une fraction de seconde, l’ancien militaire ferme ses yeux pour remercier cette femme d’avoir l’esprit et l’intelligence.

” - Où est-ce qu’ils sont, putain !” Mason s’énerve, en plus de la panique, lorsqu’en arrivant prêt du véhicule il ne voit pas sa protégée, ni sa moitier. Blaze n’est pas encore revenu avec sa femme non plus, d’ailleurs.
” - Le pneu !”

Ils n’ont pas eu le temps de mettre les affaires dans le véhicule, qu’ils remarquent déjà son état. Tous les deux se mettent encore plus en colère. Contre le monde, et contre les autres. Par le plus grand des hasard, un ennemi arrive près d’eux. Mason n’a pas hésité une seule seconde à passer son bras autour du cou de l’homme. A serrer jusqu’à ce qu’il ne puisse plus prendre d’air. L’ennemi est tombé à terre. Mort, ou tout simplement inconscient. Mason ne prend pas le temps de lui donner le repos éternel, tout ce qu’il veut, c’est l’arme à feu qui leur permettra de sortir d’ici.

Prendre de la hauteur, c’est la meilleure façon de tenter de retrouver le reste du groupe. Alors, les deux frères prennent le risque de monter sur les murs de protection. S’ils ne se prennent jamais la tête en réalité, ils sont sur le point de le faire. Lorsque Will est le premier à apercevoir les deux femmes qui ont réussi à sortir, les deux femmes qui s’éloignent et qu’ils ne pourront bientôt plus voir. Savoir que Salomé a réussi à récupérer Emily est un soulagement. Pour les deux frères. Mais maintenant qu’elles sont loin du centre du danger, Will a vu quelque chose passer dans les yeux de son frère. Quelque chose qu’il n’a pas aimé. Sans même avoir besoin de mot, Will a su directement que Pope se mettait à douter : partir pour suivre les filles, ou rester là pour défendre le reste du village. Les balles fusent, et pourtant, tous les deux se prennent la tête en haut du mur. Mason se met à douter de sa capacité à laisser tout le monde en arrière. Au village, il a retrouvé des gens qu’il n’avait pas vu, bien avant l’apocalypse. Il a rencontré des gens, ici, qui ne méritent pas de mourir sous les balles, bloqués dans un village qui ne leur appartient plus.

Ils n’ont eu besoin que de trois minutes pour en venir aux mains. Will, il a donné un puissant coup de poing à son frère lorsque enfin, il a réussi à tirer les vers du nez du plus âgé. Lorsqu’il comprend que Mason hésité à sauver tout le monde, après avoir fait toutes ces promesses sur le mariage à Salomé, il n’a pas pu s’empêcher de le frapper. Parce que Will ne peut pas envisager qu’on abandonne quelqu’un qu’on aime. Parce que Will ne veut pas envisager que Pope ait déjà pu en faire de même pour Fany. Mais les choses en restent là. Mason a besoin de quelqu’un qui prend les décisions pour lui, alors, Will est prêt à le faire. Il n’est pas meneur, mais il dirige son frère.

” - On les couvre, c’est tout c’qu’on peut faire maintenant !”

Il a raison, les filles sont trop loin pour être rattrapées, maintenant. En bas, voilà Blaze qui a retrouvé sa femme. Il hurle à Mason de descendre. Et voilà qu’ils se retrouvent tous les quatre en bas du mur lorsqu’une nouvelle explosion se fait entendre. Sauf que cette fois-ci, c’est la majeur partie du mur de protection qui s’effondre. Le sol a tremblé jusqu’à sous leurs pieds. Puis, Blaze s’est mis à hurler. Hurler qu’il fallait y aller, et c’est à cet instant que Mason a comprit qu’il n’y avait rien à faire. Même si Blaze prend la poudre d'escampette, c’est qu’il n’y a rien pour quoi se battre.

Alors tous les quatre, ils finissent par quitter le village. Plus le temps passe, et plus la distance qui les sépare des filles est grande. Il n’est plus vraiment question de les couvrir, mais surtout, de survivre. Il est de plus en plus difficile de traverser le terrain en conflit, pourtant, ils avancent. Lentement. Surement. Mason n’a qu’un seul espoir ; trouver un véhicule. Ils avanceront plus rapidement sans avoir à porter les sacs ; la femme de Blaze commence déjà à avoir du mal avec le sien.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mira
Mira
Féminin MESSAGES : 76
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 28
RÉGION : Ile de France
CRÉDITS : bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique en général, shadow hunters, Sherlock, Doctor Who, et toutes autres propositions est possible.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t3638-dans-un-monde-de-mirage#76773
Tortue

Man's greatest fear is chaos Empty


Emily Foster
Emily est loin d'être la personne que l'on verrait survivre à travers les années dans un monde entourés de dangers. Elle est sensible et se comporte encore parfois comme une gamine, même si elle fait tous les efforts pour arrêter d'être un boulet à traîner. Elle ne veut plus qu'une seule personne ne risque sa vie pour elle. Elle a survécu trop longtemps à des personnes qui avaient leur place dans un monde dévasté.

La jeune femme a perdu son père, puis son amant pour finir par son frère. Elle est hantée par toute ces vies qu'elle a le sentiment d'avoir pris malgré elle. Elle est toujours hésitante à faire bande à part pour protéger ceux qu'elle aime, sans jamais parvenir à sauter le pas. Une mort de plus serait une mort de trop.


Man's greatest fear is chaos Tumblr_inline_pm06y75b2s1w9w91p_1280


Dans sa sensiblerie, elle s'est risquée à prendre un animal sous ses ailes sans en parler à personne; un petit lapin qu'elle a baptisé Ruby.


danielle campbell :copyright:️ EVERDOSIS


Ce qui me semblait le plus aberrant quand je sentis une main enserré mon bras, c’est que ce soit Salomé qui m’empêche de m’enfoncer un peu plus dans les débris pour creuser. Bien sûr que creuser signifiait perdre du temps et prendre le risque de tomber sur du vide ou encore pire, le visage vitreux de Will déjà parti. Cette vision imposée dans la seconde me rappela la vision de mon père après qu’il eut mis fin à ses jours. Je me souvenais encore comment j’avais gratté la terre avec mes ongles pour l’enterrer. Je l’ai fait une seconde fois pour essayer de retrouver les corps de Graham et Tommy après les bombes. Je n’avais même pas pu les trouver. Je n’avais pas envie que Will n’ait de lieu où reposer en paix comme mon petit ami et surtout mon frère. A croire que mon histoire était cyclique et que tout ceux qui prenaient soin de me garder en vie finissait sous la terre et les décombres. Si je forçais suffisamment sur mon bras, je pouvais peut-être échapper à Salomé et retrouver le médecin. Mon regard s’orienta vers le bâtiment et c’est là que je vis une femme titubante, se glisser en dehors du bâtiment, elle fût soudain prise de spasmes violents et mourut sur le coup. Je ne saurais jamais pourquoi cela m’a autant percuté à ce moment, je n’avais jamais vu quelqu’un mourir électrocuter. Son cri de douleur, malgré tout ce qui se passait autour semblait résonner dans ma tête. Je fixais soudainement mes chaussures. J’avais peur. Pour la première fois depuis longtemps, j’avais peur. Le sang semblait s’enrouler autour de mes pieds et ceux de Salomé, j’allais bientôt suffoquer, mais la voix de la jeune femme me força à l’écouter.

Le regard de la femme au visage d’ange me força à ne focaliser que sur elle. Les sourcils froncés, j’avais envie de démentir à ses paroles. Je n’étais pas indispensable à Mason, je ne l’étais pas non plus pour Will. C’était toujours moi qui avais été dépendante d’eux. Si le militaire avait besoin seulement de protégée une jeune personne fragile, il trouverait une autre personne sans mal. J’étais échangeable. Pas Salomé. Elle, elle était unique et Mason avait réellement besoin d’elle, comme elle avait besoin de lui. Seulement, ce n’était clairement pas le moment pour ouvrir un débat sur qui était un pilier dans le groupe et qui pouvait être sacrifié. Ce n’était pas nous qui décidions et je l’avais malheureusement compris au moment des bombes qui m’avait pris tout ce qui me restait. Finalement je cédais, comprenant qu’il ne servait à rien de raisonner la guerrière qui me faisait face. Mason ne viendrait pas pour moi, mais il viendrait pour elle et si je ne faisais pas en sorte de l’aider à se sauver… Je n’avais pas envie de penser à la possibilité que Salomé tombe aujourd’hui. Je ne voulais pas creuser la terre pour celle que je venais de rencontrer.

Un sifflement empoissonna ma tête au second bombardement, je voulu prendre le temps de me retourner, mais je savais que la copine du militaire perdrait encore plus de temps. Il fallait que je la suive coûte que coûte, que je lui permette de partir avec eux. Si Will n’était pas au rendez-vous, je me sauverais pour essayer de le trouver, malgré la peur qui me tiraillait le ventre. Je ne survivrais pas à la mort de l’un des deux frères. Une fois arrivée au point de rendez-vous, alors que Salomé plonge son corps en partie dans la voiture, j’observais le champ de bataille. C’était une véritable boucherie. On aurait dû partir, tout le monde, construire une autre ville ailleurs.

« La meilleure cachette n’a jamais été de… »

Mais avant que je ne puisse finir ma pensée, la vitre de la voiture partie en morceaux et me fit reculer de quelques pas.

« Salomé ! ça va ? »

Les quelques pas en arrière m’épargneront une nouvelle balle dans le pied, mais finit donc sa chute dans le pneu avant de la voiture. Merde. Ma politique aurait été d’attendre les deux frères quand même là, bien que les balles perdues me disaient bien que mon idée était légèrement dangereuse et irréfléchie. Un déchirement s’empara de moi quand la jeune femme exigea que je lui emboîte le pas. J’avais pris la décision de ne pas ralentir Salomé, mais cela signifiait que j’abandonnais Will. Je n’avais pas vraiment le temps de réfléchir plus longtemps et je me mis à courir à la même vitesse que celle qui m’avait sans doute empêchée de mourir de bien des façons en l’espace de quelques minutes.

« D’accord… » Pour la première fois depuis que l’attaque a commencé, j’étais du même avis que la personne qui faisait tout pour rester le plus calme et le plus réfléchi possible dans cette situation. Les deux frères auraient plus de chance sans nous deux, en tout cas sans moi c’était certain. « Non, ils viendront pour toi. » Les mots m’échappaient bien que j’eusse pensé garder cela pour moi au début, mais je ne pouvais pas totalement changer non plus. En voyant l’ouverture, je me disais que finalement, d’autres avaient déjà tout abandonné ici. Quand la jeune femme me demanda de l’aide, je ne fis qu’accepter d’un signe de tête et je pris le second sac sans savoir à qui il appartenait. Cela n’avait pas d’importance. Il trouva refuge sur mon bras droit. Mon dos était réservé à mes affaires et Ruby.

Sortir dehors alors que les balles fusaient dans le village me faisait un drôle d’effet. J’en avais le cœur tout retourné et je ne savais pas si je saurais me défendre comme j’avais pu l’apprendre avant. Il fallait que je prenne Mason comme modèle, mais ce n’était pas évident à faire non plus. Alors que je n’avais fait que quelques mètres, je sentais que Salomé avait un autre problème que du sang sur son visage. « Viens ! Mason m’a montré une rue il y a quelques temps, il y avait pleins de voitures. » Je ne savais pas faire démarrer une voiture volée, j’aurai dû demander aux deux frères. Mais je savais en revanche qu’elles étaient les voitures qu’il avait essayées et qui ne fonctionnaient pas. Du coup, elles seront toujours là et ouverte ! « Fais moi confiance, s’il te plaît. » Une fois arrivée dans la petite rue en retrait, j’entendais déjà moins la guerre qui se poursuivait non loin. « On ne pourra pas rester longtemps, je le sais, mais je veux m’occuper de ton bras. » J’ignorais encore si c’était la vitre partie en morceaux ou autre chose qui faisait que son bras était en compote. Mais j’ouvris prestement la vieille renault verte aux couleurs délavées que Mason avait tenté de prendre une fois. « Juste au cas où pour ne pas être prise pour cible… Tu veux bien t’asseoir sur le siège passager ? »

Une fois installée, sans prêter attention à la réaction de Salomé, je sortie Ruby du sac et le coinça dans mon manteau pour le garder en sécurité si on devait de nouveau se mettre à courir. Mon kit de secours était en dessous du lapin, je n’avais pas le choix que de révéler son existence. En remontant sa manche, un mot vulgaire traversa mes lèvres dans un murmure. « Tu vas peut-être devoir mordre dans la ceinture de sécurité… » J’avais ce qu’il fallait pour extraire une balle, parce qu’il n’y avait pas de sortie dans sa blessure. C’est qu’elle était toujours là. Si Will m’avait montré comment retirer une balle, c’est que l’on ne devait pas la laisser là. Du moins c’est ce que j’imaginais. Mais je pris le risque en pensant qu’il valait mieux le faire. Je serrais déjà le bras de la survivante avec un bandage qui me servirait plus tard à protéger la plaie. Je désinfectais mes instruments en essayant d’être rapide. Ils étaient volés au vétérinaire, mais on m’avait déjà bien fait sentir que l’on serait peut-être obligé de fuir alors… Pour occuper Salomé pendant la manœuvre, je décidais de raconter un bout de mon histoire.

« Je ne crois pas l’avoir déjà raconté à Will ou même à Mason… Mais la première personne avec qui j’étais quand tout a commencé, c’était mon père. Il était cruel et très égoïste. C’était devenu un monstre qui voulait seulement assurer ma survie et la sienne. Il a fini par intégrer un groupe de survie tout aussi terrible et je craignais pour ma vie à chaque seconde. Il s’est fait mordre et puis sans rien me dire, il prit la décision de se faire sauter la tête… Pendant des jours et des jours j’ai fait semblant qu’il était encore en vie, de peur de me faire violer et tuer. Pas forcément dans ce sens-là d’ailleurs… »

Choquer l’esprit de Salomé était un espoir mince qu’elle ait moins mal quand j’eus introduit les pinces pour retirer la plaie. Le moment le plus douloureux était passé, mais je devais quand même lui faire quelques points de suture.

« Pourquoi Mason t’a donné une carte ? Il espère que tu vas pouvoir faire du shopping ? » L’absurde le temps de finir les points et enfin placer le bandage tout en douceur, mais en faisant attention de serrer suffisamment fort. « Je sais que l’on n’a pas le temps pour l’explication des vêtements pleins de sang, mais tant que ce n’est pas le tien ou celui de Mason, ça me va… Où est-ce que l’on va ? Désolée d’avoir perdue autant de temps mais… Je ne voulais pas te laisser avec ça. » Je rangeais tout de façon méticuleuse et j’hésitais maintenant entre garder Ruby bien coincé là ou le remettre dans le sac.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Man's greatest fear is chaos Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Man's greatest fear is chaos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: