Le Deal du moment : -33%
Ecran PC HP 27xq 27″ QHD Noir
Voir le deal
199.99 €
Le Deal du moment : -78%
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
Voir le deal
23.95 €

Partagez
 
 
 

 (+18) (Jully) Can we talk about it ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 1529
INSCRIPTION : 31/01/2019
ÂGE : 32
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silen https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Licorne

(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 Empty



Sally River-Johns
J'ai 22 ans ans et je vis à Chicago, Amérique. Dans la vie, je suis réceptionniste à l'hôtel Warren et je m'en sors raisonnablement, grâce à la générosité de mon patron. Sinon, grâce à mon manque de maturité, je suis toujours célibataire et je le vis plutôt mal.

(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 Frases-9-6
Pense-bête (famille de Sally) David, son père (43 ans), ainsi que sa fratrie (dont elle a la charge) : Soren (20 ans); les jumelles Kelly et Kylie (17 ans) ; Adrian (15 ans) ; Loïs (14 ans) ; les faux-jumeaux Delillah et Donovan (11 ans) ; et le petit Louis, le cadet (8 ans).


Elizabeth Lail - MARS
Je n’ai pas envie de me disputer avec Julian au sujet de ce club. Je suis donc contente qu’il ne remet pas ma parole en doute à ce sujet, même s’il précise qu’il serait toujours capable d’y retourner. J’imagine bien que ce serait pour revenir m’y chercher, effectivement. Et si c’est le cas : je peux lui assurer qu’il n’aura pas à le faire. Je n’ai pas l’intention d’y remettre les pieds de mon plein gré un jour prochain, comme je n’ai également pas l’intention de reproduire les mêmes erreurs avec lui. J’ai envie d’avoir un véritable comportement d’adulte responsable. Et c’est ce que je fais, en assumant ma responsabilité quant aux perturbations que notre relation a subie. Il ne nie pas ce fait, mais n’informe tout de même qu’il ne m’en voulait pas, et que je suis donc pardonnée. C’est une excellente chose. Cela me met du baume au cœur. Je le remercie instantanément d’un grand sourire de faire preuve d’autant de clémence envers moi. Ensuite, mon cœur manque un battement aux aveux qu’il me fait. Il veut que nous essayions quelque chose ensemble, sans savoir où cela nous mènera véritablement, et aimerai que nous redevenions plus intime. C’est… C’est inespéré. Mon cœur lui-même fait des bonds de joie dans ma poitrine, tant cette proposition est digne de l’un de mes rêves les plus fous. Est-ce que je dors ? J’en viens à douter quand je constate qu’il attend une réponse. Oui. Lui fais-je savoir, toute bredouillante de bonheur. Je suis totalement d’accord avec cette proposition. Je suis même prête à accourir dans ses bras dès que l’envie de moi se fait présente. Il me propose à la fin de mon service.

« _ Oui ! Je déclare aussitôt, faisant part d’une spontanéité sincère. _ Après mon service c’est… c’est bien. »

C’est génial, même ! Je suis à deux doigt de sautiller de joie derrière le comptoir de la réception, tant cette proposition ne pouvait pas me combler plus d’euphorie. Calme-toi, Sally. Tu n’es plus une enfant. Tu es parfaitement capable de tempérer tes émotions. Oui. En théorie, du moins. Car avec Julian, c’est un exercice compliqué. Surtout lorsqu’il dépose ses lèvres sur les miennes, dans un baiser tendre, avant de me quitter pour chercher ma remplaçante.
Je suis sur un petit nuage.
Cela fait bien longtemps que je ne m’étais plus sentie aussi bien.
Le sourire aux lèvres, je reprends mes activités professionnelles, impatiente de le rejoindre plus tard dans sa suite.

(...)

Le regard fréquemment suspendu à l’horloge du hall de l’hôtel, je trouve le temps rudement long. Cela fait bien plus d’une heure que Julian ait partie, et toujours personne à l’horizon pour me remplacer. A-t-il finalement changé d’avis ? N’y a-t-il finalement personne en mesure de me remplacer ? Dans une grande ville comme Chicago, cela me semble impossible qu’il n’y ait pas une autre personne aussi qualifiée que moi pour ce poste. J’envisage donc la première option quand, tout d’un coup, je le vois réapparaître en compagnie d’une jeune femme, approximativement dans ma tranche d’âge. Elle s’appelle Sara. Elle est là dans le but de me remplacer, comme il me l’annonce dès son arrivé au guichet de la réception. Il me demande de lui expliquer rapidement les bases du poste avant de venir le voir. Je ne refuserai cela pour rien au monde.

_ Bien, Monsieur Warren. Je m’occupe de Sara et je viens vous voir juste après.

Dis-je poliment, de sorte que la jeune femme ne soupçonne rien d’ambiguë dans sa demande. Ensuite, je la prends sous mon aile, afin qu’elle ne rencontre aucune difficulté nécessitant qu’elle nous dérange. C’est relativement simple, surtout en cette période creuse de fréquentation de l’hôtel. Les très rares appels sont des clients qui aimeraient qu’on leur apporte quelque chose. Je lui explique donc de contacter à la suite le service d’étage, en prenant soin de bien de se présenter, avant de formuler la demande du client ainsi que le numéro de la chambre. Pour le reste, elle devrait savoir gérer. C’est une nuit très calme. Elle m’assure en tout cas que c’est bon, que je peux aller voir le patron. Parfait. Quelques étages plus tard, et me voici déjà devant la porte de sa suite, vêtue de ma tenue de réceptionniste. Pas assez sexy à mon goût. Je défais mon chignon de sorte que mes cheveux tombent en cascade sur mes épaules. C’est déjà bien moins conventionnel, je trouve. Et si ça ne l’est pas, je ne peux pas faire mieux hélas. Je toque donc trois coups à la porte de la suite, ne m’imposant pas plus d’attente que je n’en ai subis au cours de l’heure passée. J’ai le cœur au bord de l’implosion et le bas ventre en feu. Je ne sais pas si je saurai me contenir de l’embrasser immédiatement dès que la porte s’ouvrira. Verdict ? Non. A peine apparaît-il dans le chambranle de celle-ci, habillé de manière plus décontracté, que je franchis les quelques pas qui nous séparent pour presser ma bouche à la sienne, voracement. Il m’a tellement manqué. J’ai tellement envie de lui. S’il désire me parler, il faudra qu’il attende après. Pour l’heure, je n’ai qu’une envie, lui ôter cette chemise que je déboutonne déjà avec empressement.


@PRINCESS


(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
PRINCESS
PRINCESS
Féminin MESSAGES : 716
INSCRIPTION : 18/01/2019
ÂGE : 24
RÉGION : île de france.
CRÉDITS : fanpop.

UNIVERS FÉTICHE : réel, city.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Donut

(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 Empty


Julian
Warren

J'ai 40 ans et je vis à Chicago, Etats Unis. Dans la vie, je suis gérant d'un hôtel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien..

Informations supplémentaires ici.


avatar :copyright:️ odistole

Il semblerait que les choses entre toi et Sally s’était améliorées. Tu ne disais pas que c’était parfait et que tout s’était arrangé mais néanmoins, vous alliez mieux. Tu avais fait la paix avec elle et vous aviez mis des mots sur des choses qui étaient enfouies depuis quelques jours maintenant. Tu lui avais parlé de tes révélations et elle s’était excusée. Tu ne lui en voulais pas de toute façon. Tu l’avais même embrassé et tu l’avais taquiné sur le fait de coucher avec elle et qu’elle vienne te rejoindre après le travail. Cependant, pour cela il fallait que tu puisses trouver une remplaçante car il fallait malgré tout quelqu’un pour être présent à l’accueil. S’il y avait des personnes ou des demandes, il fallait que quelqu’un puisse y répondre.

Néanmoins, et ce après plus d’une heure tu avais réussi à trouver quelqu’un de disponible. Heureusement car tu allais pouvoir retrouver Sally pendant que quelqu’un s’occupait de l’hôtel. Tu espérais qu’il n’y aurait pas de soucis mais c’était simplement pour quelques heures. Seulement, tu ne souhaitais pas être dérangé quand tu serais avec la jeune femme. « Merci. Je vous laisse entre ses mains alors. » Que tu disais à ta nouvelle employée temporaire. Tu retournais jusqu’à ta suite alors que tu avais enfilé une chemise et un jean pour être plus à l’aise même si tu n’étais plus sûr que tu garderais tes vêtements très longtemps. Tu attendais dans ta suite alors que tu trouvais le temps long ou bien tu étais impatient. Tu soupirais avant de finalement entre toquer à la porte. Tu déposais ton verre pour aller ouvrir et trouver Sally. Heureusement car tu aurais été déçu que ce soit une autre personne. Elle avait défait son chignon et tu souriais et tu n’eus pas le temps de dire quoique ce soit qu’elle venait d’entrer et t’embrasser. Elle semblait tout autant pressée et excitée que toi. « Sally.. » Tu soufflais contre ses lèvres alors que tu la laissais déboutonner ta chemise. Tu la portais pour la déposer sur le lit avant de venir la rejoindre également. « Je t’ai manqué ? » Tu demandais alors que tu retirais sa veste et déboutonnais également son chemisier. Tu le laissais ouvert alors que tu venais déposer tes lèvres dans son cou et sur sa poitrine. Tu glissais ta main dans son soutien gorge pour venir caresser sa poitrine. Tu étais également pressé et tu sentais ses tétons se durcir. Tu retirais finalement son chemisier et son soutien pour venir déposer tes lèvres sur sa poitrine.






a night under the stars
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. Yeah I'm that girl, that's just like you.
Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 1529
INSCRIPTION : 31/01/2019
ÂGE : 32
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silen https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Licorne

(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 Empty



Sally River-Johns
J'ai 22 ans ans et je vis à Chicago, Amérique. Dans la vie, je suis réceptionniste à l'hôtel Warren et je m'en sors raisonnablement, grâce à la générosité de mon patron. Sinon, grâce à mon manque de maturité, je suis toujours célibataire et je le vis plutôt mal.

(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 Frases-9-6
Pense-bête (famille de Sally) David, son père (43 ans), ainsi que sa fratrie (dont elle a la charge) : Soren (20 ans); les jumelles Kelly et Kylie (17 ans) ; Adrian (15 ans) ; Loïs (14 ans) ; les faux-jumeaux Delillah et Donovan (11 ans) ; et le petit Louis, le cadet (8 ans).


Elizabeth Lail - MARS
Le temps d’un instant, j’ai la crainte que Julian me formule la demande de faire preuve de patience. Notamment lorsqu’il me souffle mon prénom contre mes lèvres. Mais cette crainte s’évapore rapidement quand il me soulève de terre pour me conduire jusqu’à son lit. C’est amusant mais ce geste d’apparence anodine me rappelle un bon souvenir : celui de notre première fois. Et je ne suis pas mécontente d’en être soudainement inspirée. Il va m’aider à préserver cette audace qui m’a jetée à ses lèvres, de sorte que je ne sois pas aussi passif qu’au cours de notre premier ébat. Actuellement, je ne fais qu’accéder à sa volonté de me dévêtir. Mais la donne ne tardera pas à s’inverser, je me le promets. Est-ce qu’il m’a manqué ? Me demande-t-il tout d’un coup, tandis qu’il s’affaire à déboutonner mon chemisier avec un certain empressement. Bien sûr. Il n’imagine même pas à quel point tout ce qu’il est m’a toujours incroyablement manqué depuis cette nuit où je lui offert ma virginité.

« _ Bien plus que tu ne peux l’imaginer. Je lui soupire honnêtement, à bout d’excitation. _ Il n’y a pas un jour où je n’ai pas attendu ce moment où tu m’inviterais à revenir chez toi pour faire l’amour. »

C’était digne d’un rêve impossible à mes yeux ; mais j’ai toujours gardé l’espoir que cela puisse se reproduire le jour où je m’y attendrai le moins. Et ce jour est finalement arrivé. Du moins, devrais-je plutôt dire cette nuit.

«  _ Et moi ? Je m’hasarde à lui retourner la question, glissant mes lèvres dans son cou d’où je m’enivre de son parfum. _ Est ce que je t’ai manqué ? »

Dans le fond, que la réponse soit négative ou positive cela m’importe peu. Tout ce que je veux savoir c’est l’éventualité que j’ai pu réussir à le marquer, comme lui m’a indélébilement marqué de son existence. Le reste n’a pas la moindre importance. Et il en perd davantage quand ces lèvres se glissent à leur tour dans mon cou et sur mes seins, pendant que ses mains cajolent mes tétons sous le tissu de mon soutien-gorge.

« _ Hmmm… Julian. Je ne peux me retenir de gémir sans aucune pudeur, la nuque totalement relâchée. _ C’est tellement bon. »

Oui. Tellement bon que je peine à croire que nous n’en sommes encore qu’au tout début. Je n’imagine pas la violence du plaisir qui se profile à l’horizon pour nous deux, alors que je sens mon entrecuisse s‘humidifier toujours plus intensément de désir pour lui. Puis-je avoir un orgasme ainsi ? Je ne sais pas. Mais ce que je sais : c’est je me complais déjà de ces caresses, et que je grogne de frustration quand Julian fait le choix de s’interrompre afin de m’ôter mon soutien-gorge. L’attente de retrouver ces cajoleries n’est pas longue toutefois, il plonge ses lèvres à corps perdus sur mes seins, me comblant à nouveau d’un réel plaisir.

« _ Hmmmm… Je gémis violemment à nouveau, n’imaginant jusqu’alors pas peau aussi sensible au contact de sa langue sur mes tétons. _ C’est bon. »

Trop, même. Comment suis-je sensé patienter le coït si ce qu’il me fait m’en donne déjà intensément l’envie ? Je l’ignore. Alors je dépose l’une de mes mains dans sa nuque, de sorte de me convaincre que c’est la meilleure option qu’il continue de la cajoler de ses lèvres expertes. Ce qui ne m’empêche pas d’entrouvrir les cuisses, en guise d’invitation déguisée, alors que je suis toujours vêtue de ce côté là. Je sourie à cette pensée. Lui aussi l’est encore. Je l’invite donc à remonter du côté de ma bouche, pour le distraire d’un baiser langoureux, avant de m’attaquer à son jean que je déboutonne avec adresse.

« _ Tu n’as plus besoin de ça. Je lui souffle avec amusement, glissant sans attendre ce dernier sur ces cuisses. _ Et de ça non plus. »

Je poursuis sur le même ton, faisant suivre le même chemin à son boxer. Si j’ai pu oublié à quel point sa verge était jolie, je me délecte du regard de le redécouvrir présentement. Et pour cause : elle est fièrement dressée face à moi, me donnant une furieuse envie de la caresser de ma main comme de ma bouche. Mais pas tout de suite. Je veux reprendre un peu le dessus, montrer à Julian que je peux faire preuve d’audace. Je l’invite donc à prendre place en position assise sur le rebord du lit, avant que je ne me déleste moi-même de la moindre parcelle de vêtements qui me couvraient encore.

« _ C’est bien mieux ainsi, tu ne crois pas ? »

Je constate coquine, grimpant déjà à califourchon sur ses cuisses, sans commettre toutefois la bêtise d’unir nos deux sexes tressaillant de se retrouver.

«  _ J’ai tellement envie de toi... Je lui souffle à l’oreille, taquinant son lobe de ma langue. _ Que tu n’imagines pas la torture que c’est de te sentir si proche et si loin de moi à la fois. »

Il suffirait d’un simple geste. Il suffirait que je redresse mon bassin de sorte de me coulisser sur lui. Mais je me refuse de le faire, craignant d’aller bien plus vite que ce qu’il prévoyait. Ne m’a-t-il pas déjà reproché cette impatience la première fois ? Si. Alors je tempère ma libido en glissant une main sur sa verge, avec délicatesse.

« _ Gémis pour moi, Julian. Je soupire toujours à son oreille, sans arrêter de la taquiner de ma langue gourmande. _ Je veux me rappeler à quel point ton plaisir est une douce mélodie à mon oreille. »

Je le veux si intensément que j’entame un va et vient sur celle-ci, plein de tendresse. Contrairement à la première fois, je ne veux pas le satisfaire pour le satisfaire. Je veux imprégner ma paume de la douceur de celle-ci, jusqu’à la connaître les yeux fermés. Et c’est tellement excitant de le sentir si sensible à mon étreinte, que je le musèle de temps à autre de ma bouche, afin de lui faire l’amour par le biais de ma langue contre la sienne. Il me semble que mon bassin ondule naturellement contre son pénis, également. Mais je ne saurai l’affirmer.


@PRINCESS


(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
PRINCESS
PRINCESS
Féminin MESSAGES : 716
INSCRIPTION : 18/01/2019
ÂGE : 24
RÉGION : île de france.
CRÉDITS : fanpop.

UNIVERS FÉTICHE : réel, city.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Donut

(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 Empty


Julian
Warren

J'ai 40 ans et je vis à Chicago, Etats Unis. Dans la vie, je suis gérant d'un hôtel et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien..

Informations supplémentaires ici.


avatar :copyright:️ odistole

Cela faisait un moment que tu n’avais pas pu partager un moment intime avec Sally. Un moment oui puisqu’il y avait eu quelques histoires avec elle ces temps-ci. Vous veniez seulement de vous réconcilier et quoi de mieux que de conclure ces réconciliations par un moment au lit. Tu avais envie d’elle, de te retrouver avec elle. Tu lui avais demandé si elle t’avait manqué et tu souriais en entendant ses mots. « Je suis ravi de l’entendre.. » Tu soufflais contre ses lèvres. Cela aurait pu être l’inverse pour une quelconque raison. Contre tes lèvres, elle te demandait si elle t’avait manqué également. « Tu m’as manqué oui.. » Tu lui soufflais alors que ce n’était pas vraiment le moment de la discussion. Non, c’était plutôt la place au plaisir et c’est pour cela que tu la titillais. Tu embrassais sa poitrine, jouais avec ses tétons et son corps dont tu te souvenais des moindres parcelles.

La jeune femme repris un peu le dessus sur toi, te déshabillant du reste de tes vêtements ainsi que des siens. Elle semblait tout autant pressée que toi, même si vous aviez tout le temps du monde mais peu importe. Tu te mordillais la lèvre en la voyant ainsi nue devant toi. « Avec cette vue ? Beaucoup mieux. » Que tu lui lançais, tes mains glissant à sa taille alors que tu remontais tes doigts. Tu poussais un grognement lorsque la jeune femme venait glisser sa main sur ton sexe. Ce n’était pas que tu n’appréciais pas ça, au contraire d’ailleurs. Tu aimais un peu trop cela. Seulement, tu désirais te sentir en elle. Tu voulais la prendre et lui faire l’amour. « Sally.. » Tu gémissais son nom alors que tu la plaquais de nouveau contre le lit pour reprendre le dessus. Tu ouvris le tiroir de ta table de chevet afin d’y récupérer un préservatif. Tu déchirais l’emballage et enfilais celui-ci sur ton membre, te plaçant de nouveau entre ses cuisses. Tu venais embrasser son bas ventre, la sentant se tortiller contre toi. « Impatiente à ce que je vois. » Tu lui soufflais avec un petit rire avant de revenir vers ses lèvres. Tu l’embrassais tandis que tu écartais ses cuisses pour venir la prendre dans un gémissement. « Ah Sally.. » Tu soufflais, appréciant la proximité de vos deux corps de nouveau. Tu commençais alors de doux vas et viens, lents, histoire de la titiller aussi.





a night under the stars
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. Yeah I'm that girl, that's just like you.
Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 1529
INSCRIPTION : 31/01/2019
ÂGE : 32
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silen https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
Licorne

(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 Empty



Sally River-Johns
J'ai 22 ans ans et je vis à Chicago, Amérique. Dans la vie, je suis réceptionniste à l'hôtel Warren et je m'en sors raisonnablement, grâce à la générosité de mon patron. Sinon, grâce à mon manque de maturité, je suis toujours célibataire et je le vis plutôt mal.

(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 Frases-9-6
Pense-bête (famille de Sally) David, son père (43 ans), ainsi que sa fratrie (dont elle a la charge) : Soren (20 ans); les jumelles Kelly et Kylie (17 ans) ; Adrian (15 ans) ; Loïs (14 ans) ; les faux-jumeaux Delillah et Donovan (11 ans) ; et le petit Louis, le cadet (8 ans).


Elizabeth Lail - MARS
Je lui ai manqué. Julian n’imagine pas comme c’est tellement magique à mon oreille une pareille révélation. Cela l’est tellement que mon plaisir s’en trouve davantage décuplé. Certes, il n’impose aucune caresse véritablement érotique en elle-même. Mais celles qu’il me procure m’emmènent déjà aux portes d’une forme de paradis extatique, où mon audace de lui rendre la pareille ce trouve gorgé d’un courage que je n’aurai osé imaginer. Je ne veux pas attendre qu’il nous déshabille pour que l’on passe aux choses sérieuses, non. Je veux être celle qui provoquera peut-être, avec un peu de chance, le coït que nous attendons mutuellement. Pour ce faire, j’inverse donc nos rôles, afin de nous ôter les pièces de vêtements qui gênent encore. Au revoir son jean de trop. Au revoir son boxer ennuyant. Tout ce qui m’intéresse à présent est sa totale nudité, que je conjugue rapidement à la mienne. Il apprécie la vue, à ces dires. Je suis flattée. Tellement que cela gonfle davantage ma volonté de prendre les choses en main. Et quelle chose : sa virilité, toute fièrement dressée pour moi. Quel plaisir que de la sentir si dur dans ma paume. Je pourrai le faire jouir rien que pour l’enchantement que je ressentirai à la sentir tressaillir de plaisir. Oui, je le pourrais si mon amant n’en décidait pas autrement, notamment en nous faisant basculer pour me coucher sur le matelas.

« _ C’est injuste. Je lui souffle avec amusement, ne le quittant pas de mes yeux gourmands. _ Tu m’ôtes le plaisir de jouer un peu de tes désirs. »

C’est vrai, après tout : il m’a reproché l’autre fois de faire preuve d’impatience. Mais puis-je lui en vouloir tandis qu’il enfile déjà un préservatif sur son membre turgescent ? Non. J’ai tout autant envie que lui que nos sexes s’unissent à nouveau dans une brûlante étreinte ; alors je concède de lui pardonner son geste. Je concède aussi d’accepter sa bouche sur mes lèvres intimes si c’est là son intention, mais Il n’en fait rien. Non. Là c’est plus de ‘torture’ que je ne peux en subir. Que je ne veux en subir. Je me tortille donc sous lui, afin qu’il comprenne mon impatience. Ce qu’il relève immédiatement.

« _ C’est de ta faute. Je lui reproche sur le même ton que lui, un petit rire amusé en guise de ponctuation. _ Tu es un amant bien trop exceptionnel pour que je puisse encore me priver de tes talents. »

C’est un compliment sincère, d’ailleurs. Même si je n’ai pas d’autres partenaires sexuels pour me permettre un comparatif sur la question, je sais que j’ai la chance d’être la maitresse d’un homme qui n’a rien à envier aux autres. Bouche contre bouche, j’enroule ma langue à la sienne, pendant qu’il écarte mes cuisses pour se positionner entre elles. Prends-moi. Lui hurlerait presque mes mains, s’abonnant déjà sur le galbe musclé de ces fesses. Mais cela serait bien inutile. Il exauce instantanément ce souhait en se glissant avec volupté dans mon antre des plaisirs.

« _ Mmmmmmmh. Je gémis contre sa bouche en remontant mes mains dans son dos. _ Qu’est ce que tu m’as manqué. »

La douceur de sa peau. La chaleur de son corps. La vigueur de son sexe. Tout ce que je croyais avoir définitivement perdu, et que je redécouvre avec sensualité pendant qu’il s’active langoureusement dans mon bas ventre. Je ne retiens aucun gémissement, aucune caresse. Il me comble d’un plaisir certain, et je tiens à ce qu’il le sache. Je tiens à ce que cela l’encourage également à tout me donner. Et cela fonctionne. Graduellement, mon amant accélère le rythme de notre danse horizontale, la rendant plus enfiévrée. Je l’accompagne en accentuant notre étreinte d’un mouvement de bassin. Je veux jouir pour lui, avec lui. Nous sommes aux portes de notre extase, je veux que nous les franchissions ensemble. Ce que nous faisons, dans un râle commun d’extase. Mon corps tremble, mon sexe se contracte, et bien malgré moi je me cambre sous le foudroiement de l’orgasme qu’il m’a donné.

« _ Je t’aime. Je me surprends à lui murmurer, tandis que je l’aide à redescendre sur terre de mes petits baisers amoureux sur ses lèvres. _ Je t’aime tellement. »

Tant pis s’il n’y réponds pas.
Tant pis s’il ne le partage pas.
Moi je l’aime, et c’est tout ce qui compte à mon cœur.


@PRINCESS


(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
| MES RECHERCHES
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


(+18) (Jully) Can we talk about it ? - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
(+18) (Jully) Can we talk about it ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: