Partagez
 
 
 

 La maison du lac. Ft. KitKat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2509
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
flower

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Samantha Perry
J'ai 40 ans et je vis à Vermont, près du lac Champlain, aux États-Unis.. Dans la vie, je suis gérante et pâtissière de mon propre salon de thé et je m'en sors convenablement. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcée mais l'heureuse maman d'une fille qui s'appelle Anna et je le vis plutôt très bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_n8iwrrxyLC1qetpq0o7_r1_250

Anna Perry (Avalon Robbins) est la fille unique de Samantha et David Perry. + Par soucis de conserver le même patronyme que celui de sa fille, Samantha a choisit de conserver son nom marital après la prononciation de son divorce. + Elle a également décidé de mettre en vente la maison du lac, afin de commencer un nouveau chapitre de sa vie dans un nouvel endroit sans aucun souvenir. + Elle n'a jamais été très certaine de son orientation sexuelle, hétéro. Elle a toujours ressentie une espèce d'attirance pour les femmes, mais elle n'imagine pas que cela soit autre chose que de la simple admiration.

Anna (13 ans en 2018)
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 471full-avalon-robbins


Jennifer Morrison :copyright:️ lily
Adrian, 2020
Adrian s’attendait à de nombreuses réactions de la part de la locataire, ayant eu vent d’une certaine agressivité de sa part à la remise des clefs avec Maryse ; mais certainement pas d’être dévisagé longuement dans un silence pesant. Est-ce que tout allait bien, au moins ? C’était bien la question qui lui traversait l’esprit,  lorsque Kathleen prit enfin la parole pour les saluer à son tour. Bien. Tout allait pour le mieux apparemment. Oui. Tout allait pour le mieux, si ce n’était à un petit détail prés qui ne manqua pas de l’ébranler : le diminutif de son prénom. Kat. C’était curieux comme cela lui semblait à la fois familier et  paradoxalement étranger à son oreille. Peut-être l’avait-t-il entendu en ville récemment ? Sûrement. Il prit donc la décision d’en faire  fie, tout en serrant la main de la jeune femme. Ensuite, il pénétra dans la maison en compagnie d’Anna, constatant avec effroi qu’elle respirait encore hélas le parfum de sa cadette. C’était à croire qu’elle hantait encore les lieux, veillant à ce qu’il ne lui arrive rien. Était-ce seulement possible ? Était-ce elle, qui jouait avec l’électricité pour importuner l’habitante actuelle ? Il ricanait de l’imaginer, intérieurement. Car c’était impossible, bien évidemment. Il ne s’agissait là que d’une défaillance naturelle d’un réseau électrique vieux de seize ans. Anna, elle, aurait dit que c’était assurément le cas. Mais pas Adrian. Non, lui il était beaucoup trop terre-à-terre pour penser que les âmes des défunts erraient toujours parmi eux. Il préférait de loin ce qui était explicable, prouvable. Ce qui lui faisait, indiscutablement, un point commun avec l’inspectrice newyorkaise, qui les conduisait déjà à la source de la panne. Elle proposa ensuite à Anna de faire le tour de la maison. C’était très gentil de sa part. Tellement que les yeux d’Anna s’illuminèrent de joie, tandis qu’elle implorait silencieusement son oncle de lui en laisser l’autorisation.

« _ Oui, tu peux y aller si tu veux. Lui concéda-t-il, sachant que la discussion serait trop ennuyeuse pour elle. _ Mais ne touche à rien, d’accord ? »

Adrian ne tenait pas à ce que sa nièce soit prise pour une voleuse si d’aventure quelque chose venait à disparaître. Non pas qu’il imaginait cette Kathleen capable de l’en accuser. Mais valait mieux prévenir que guérir, comme disait le dicton.

« _ Promis. Lui assura immédiatement Anna, pleine d’enthousiasme avant d’adresser cette parole à Kathleen. _ Merci. »

Il ne lui fallut pas plus de temps pour disparaître par la première porte qui s’offrait à elle.

« _ C’est très gentil de votre part de lui laisser l’accès au reste de la maison. Déclara Adrian aussitôt, un sourire chaleureux au visage. _ Cela fait bien plus d’un an qu’elle n’y avait plus remis les pieds. »

Depuis le décès de sa mère, en réalité. Anna n’avait pas souhaité y revenir sans elle jusqu’à ce jour, et le reste de sa famille ne s’y était jamais interposé. Faisant ce pourquoi Kat l’avait appelé, Adrian appuya sur l’interrupteur pour tester l’électricité, tout en écoutant d’une oreille attentive le discours de la jeune femme. Elle s’excusait de le faire venir après son travail, qui n’était pas de repos tout les jours. Adrian lui fit signe que ce n’était pas grave, préférant éviter de lui exprimer que le plus pénible n’était pas de faire soixante bornes, aller-retour, après une journée au poste. Elle ajouta ensuite qu’elle était flic, elle aussi. Ce détail ne manqua pas d’interpeller l’officier, qui constatait bien une vibration anormale de la lumière.

« _ Vous avez repéré ce problème uniquement dans cette pièce, ou c’est étendu à d’autres parties de la maison ? »

L’interrogea-t-il pour connaître l’ampleur de la panne, avant qu’elle ne complimente cette dernière. C’est vrai qu’elle était jolie, cette maison. Dommage qu’Adrian ne savait plus le remarquer sans constater l’absence désagréable de sa sœur. Kat indiqua ensuite un autre détail troublant sur elle : New York. Elle y vivait à ces dires. Elle y était même inspectrice de police. Tout ça était tellement familier à son esprit, mais où avait-t-il bien pu lire ou entendre cela ? Certainement pas en ville : la jeune femme n’était pas du coin. Elle n’avait non plus jamais loué la maison auparavant ? Il y avait quelque chose d’étrange dans cette apparente familiarité des informations qu’elle distillait.

« _ C’est certain qu’en comparaison à New York, l’endroit est très calme. »

Autrement dit : l’endroit était loin de correspondre aux vrais citadins, férus du brouhaha des grandes villes. Vint ensuite une question plus personnel, ne manquant pas d’intriguer davantage Adrian sur la personne de Kat. En quoi cela l’intéressait-t-elle qu’il soit proche d’Anna ? Qu’il parvienne à garder ou non la jeune demoiselle dans le droit chemin ? Avait-t-elle un quelconque lien avec elle ? Ce pourrait-il qu’elle connaissait sa mère ? Ce fut cette dernière question qui vint enfin le mettre sur la voie quant à ses souvenirs. Sam avait effectivement bien fait la connaissance d’une certaine Kat, inspectrice dans la ville de New York, mais il était impossible qu’elles soient toutes deux la même femme n’est-ce pas ?

« _ Quinze ans c’est un âge délicat chez tout les adolescents. Répondit-t-il tout de même, cherchant le numéro de l’électricien dans son téléphone professionnel. _ Mais heureusement Anna est entouré d’une famille aimante et à l’écoute du moindre de ces besoins. Les choses se passent donc pour le mieux. »

Est-ce que sa sœur en était reconnaissante ? Il supposait que oui. Dans l’hypothèse où elle était quelque part lui permettant d’assister à l’évolution de sa fille, bien entendu. Sinon, le reste du temps, il préférait pensé qu’il agissait pour le mieux.

« _ Vous allez trouver ça bizarre mais… Il se trouve que la mère d’Anna connaissait une certaine Kat, justement. Également inspectrice de police à New York. Reprit-t-il ensuite, un certain amusement de façade dans la voix. _ C’est une drôle de coïncidence, vous ne trouvez pas ? D’autant que je vous raconte cette histoire qui remonte à quoi ? Il réfléchissait brièvement. _ Deux ans, maintenant ? »

Il souriait, mi amusé mi intrigué par sa réaction quant à cette curieuse « coïncidence ». Car c’était évident pour Adrian : si c’est deux femmes n’étaient finalement que la même, elle ne trouverait pas cette anecdote amusante. Elle admettrait au contraire bien connaître Samantha, comme elle semblait le glisser entre les lignes, avant de lui expliquer la véritable raison de sa venue dans cette maison ? Peut-être ne désirait-t-elle uniquement que se recueillir dans la maison de cette femme dont elle avait bouleversé la vie, qui sait ? Si c’était le cas, Adrian ne pouvait s’empêcher de trouver cela très particulier.


La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
Revenir en haut Aller en bas
 
Kitkat
Kitkat
Féminin MESSAGES : 200
INSCRIPTION : 27/07/2019
ÂGE : 28
RÉGION : L'univers des pingouins
CRÉDITS : Niki/Kitkat

UNIVERS FÉTICHE : Ça dépend de mon humeur
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3167-why-so-serious https://www.letempsdunrp.com/t3576-kitkat-have-a-break-have-a-kitkat https://www.letempsdunrp.com/t3174-keep-calm-we-re-all-mad-here
patrick

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Kathleen
Howell

J'ai 38 ans et je vis dans la ville de New-York, mais je suis présentement dans le Vermont près du lac Champlain, aux États-Unis. Dans la vie, je suis inspectrice de police dans la section des crimes sexuels et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance ou à ma chance, va savoir, je suis célibataire et je le vis plutôt moyennement bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3zp1NaCi1qk47bjo2_540
> Depuis quelques années, Kathleen a développé un amour assez prononcé pour l’alcool, mais elle refuse d’avouer que sa consommation peut être problématique.
> Avoir une enfance heureuse c’est pour les autres, Kat’ n’a jamais eu des beaux exemples parentaux.
> Loin d’avoir la langue dans sa poche, Kat’ peut facilement s’attirer des problèmes avec les «autres». Du genre arrogante et ayant un mauvais caractère, cela ne fait pas toujours bon ménage. Heureusement que son humour noir et douteux est là pour calmer les choses, du moins, parfois...
> Sa vie se résume principalement à son travail. Sa vie sentimentale n’est pas très glorieuse, les relations sérieuses ne se bousculent pas devant sa porte. Une relation éphémère avec un homme ou une femme, c’est beaucoup plus facile à gérer, surtout quand cela concerne ses propres émotions ou ses sentiments.
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3ygxPRAt1qk47bjo3_400


Melanie Scrofano :copyright:️ Evie

Avoir l’air détendu et surtout normale te semble plus facile à dire qu’à faire. Depuis qu’Anna et Adrian ont mis les pieds dans cette maison - plutôt leur maison - tu dois réfléchir à chacune de tes actions afin de ne pas te trahir. Permettre à l’adolescente de se balader librement dans la maison va te permettre de souffler un peu. Bon, il y a toujours ton arme à feu qui est rangé dans ta chambre, mais tu n’es pas assez idiote pour le laisser traîner à la vue de n’importe qui. À moins de fouiller çà et là, personne ne peut tomber dessus par le plus grand des hasards. «Si ça peut lui faire plaisir, tant mieux.» Un léger sourire s’esquisse sur tes lèvres. Aujourd’hui, tu auras en quelque sorte fait une bonne action qui redonnera le sourire et des souvenirs à cette gamine. Là toute de suite, tu penses à la marque gravée dans le bois de cette maison.

Pendant que tu observes distraitement Adrian en train de chercher la base du problème, tu tentes de répondre le mieux possible à ses questions. «Uniquement ici. Je n’ai pas remarqué ce problème ailleurs. Le problème date de plus ou moins deux jours.» Il faut dire que tu ne t’amuses pas à ouvrir toutes les lumières de la maison. En vérité, tu n’as pas peur du noir, car tu sais que les vilains monstres ne se cachent pas dans les ténèbres, ils préfèrent se balader librement dans les rues... Quinze ans, un âge délicat. Tu aurais envie de rire face à cette affirmation. Dans tes souvenirs, toute ton adolescence a été un âge délicat avec toi. Quoique, tu t’en es bien sortie au bout du compte et ta petite sœur aussi. Vous allez être les deux seules de votre famille à ne pas être deux pauvres poivrotes sans avenir. Bien entendu, ta consommation d’alcool est discutable, mais il est plus facile de se mettre la tête dans le sable, non... ?

Au moment où l’homme te raconte sa «drôle d’histoire» qui te concerne directement, tu tentes de ne pas afficher une expression de surprise ni celle d’une femme prise au dépourvu. Bien sûr que Sam lui a raconté votre «rencontre» plus qu’originale. À cet instant, tu sais pertinemment que tu dois agir de manière plus «naturelle» sans éveiller les soupçons. Tu ris, certes tu ris jaune et peut-être même un peu faux, mais tu ris tout de même. Le souci avec son «anecdote», c’est que tu ne peux pas t’empêcher de tiquer sur le temps employé de son verbe. «Connaissait». Pourquoi utiliser le passé ? Votre curieuse «amitié» n’est-elle qu’un simple souvenir relégué à une autre époque ? Est-ce que Sam, du jour au lendemain, a prise la décision de passer à autre chose ? Au bout de deux ans, il peut se passer toutes sortes de choses et après tout ce temps, tu ne suscites peut-être plus son intérêt. Cette pensée te fait tellement mal au coeur que tu ressens un léger pincement au niveau de ta poitrine. Pour le moment, tu te dois de sauver les apparences en affichant un sourire amusé comme si la situation était plus que ridicule.

«Je ne suis sûrement pas la seule flic de New York qui porte le surnom de Kat ou qui s’appelle carrément Kat.» Là-dessus, tu sais que tu as raison. Si Sam n’a pas informé son frère que tu fais partie de la brigade des crimes sexuels, cela te laisse le bénéfice du doute. De la simple policière en uniforme jusqu’à tes supérieures, il doit bien y avoir une bonne dizaine, si ce n’est pas une vingtaine de «Kat» dans le lot, non ? Tu te doutes bien qu’Adrian est en train de te tester. «Je dois avouer que c’est une drôle coïncidence. Il y a deux ans, je ne savais même pas que ce coin reculé du monde existait avant que je vienne y vivre quelques semaines. Cet endroit est beaucoup trop tranquille pour que je puisse y vivre seule plusieurs années. Quoique, peut-être à ma retraite.» Tu dis une demi vérité ou un demi mensonge, au choix. Il est vrai que tu ne pourrais pas vivre seule ici jusqu’à la fin de tes jours sans devenir complètement zinzin et que tu ne connaissais pas cet endroit jusqu’à ce que tu navigues sur internet en quête d’un lieu calme éloigné des grandes villes. Là où tu mens ouvertement, c’est sur le sujet de la coïncidence. Sans le savoir, son frère a totalement raison, tu es cette même personne, mais comment lui expliquer que tu lui as écrit pas plus tard qu’hier sans passer pour une folle bonne qu’à enfermer dans un asile ? La dernière chose que tu souhaites, c’est que le frère de Samantha te juge comme une espèce de psychopathe à la recherche de sa proie après deux ans de chasse. C’est que tu vas vite et retrouver avec une paire de menottes aux poignets à titre préventif.

«Ça vous fera une drôle d’histoire à lui raconter à votre retour. Si cette anecdote remonte à deux ans, c’est qu’elles n’ont plus de contacts depuis tout ce temps ?» Là encore, tu ressens à nouveau cette espèce de pincement à la poitrine. Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que Samantha se détourne de toi ? Plus la conversation avance, plus tu dois te retenir de lui demander où se trouve Sam et pourquoi n’est-elle pas venu avec lui dans son «ancienne» maison ? Comment aurait-elle pu t’envoyer sa fille - celle qu’elle est censée aimer et protéger - sans prendre la peine de se pointer ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2509
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
flower

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Samantha Perry
J'ai 40 ans et je vis à Vermont, près du lac Champlain, aux États-Unis.. Dans la vie, je suis gérante et pâtissière de mon propre salon de thé et je m'en sors convenablement. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcée mais l'heureuse maman d'une fille qui s'appelle Anna et je le vis plutôt très bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_n8iwrrxyLC1qetpq0o7_r1_250

Anna Perry (Avalon Robbins) est la fille unique de Samantha et David Perry. + Par soucis de conserver le même patronyme que celui de sa fille, Samantha a choisit de conserver son nom marital après la prononciation de son divorce. + Elle a également décidé de mettre en vente la maison du lac, afin de commencer un nouveau chapitre de sa vie dans un nouvel endroit sans aucun souvenir. + Elle n'a jamais été très certaine de son orientation sexuelle, hétéro. Elle a toujours ressentie une espèce d'attirance pour les femmes, mais elle n'imagine pas que cela soit autre chose que de la simple admiration.

Anna (13 ans en 2018)
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 471full-avalon-robbins


Jennifer Morrison :copyright:️ lily

Adrian, 2020
Adrian souriait. Il était vrai que le plus important était que la visite fasse plaisir à Anna. Et c’était bien tout le mal qu’il lui souhaitait, d’ailleurs : qu’elle en revienne ravie. Mais en attendant, il se devait de faire ce pourquoi il était revenu dans cette maison, avant d’en savoir plus sur le problème électrique. Selon la locataire, elle n’avait pas constaté de problèmes dans les autres pièces. C’était relativement encourageant. Cela voulait dire que la panne n’était pas général, que tout le réseau n’était pas à changer. Satisfait de cette réalité, Adrian chercha le numéro de l’électricien sur son téléphone, tout en poursuivant la conversation avec Kathleen. Il narra même une anecdote sur Samantha, qui ne manqua pas de la faire rire. C’était étrange, son rire sonnait presque faux. Cette femme avait-elle quelque chose à cacher ? Adrian le songeait. Du moins, jusqu’à ce qu’elle lui fournisse un argument presque totalement imparable : la probabilité qu’elle ne soit pas l’unique Kat travaillant dans la police new-yorkaise. C’était vrai. Et l’officier pourrait s’en assurer en faisant une rapide recherche sur le sujet s’il le voulait. Mais il n’en avait pas envie. Il préférait ce recentrer sur le problème de l’électricité, afin de repartir au plus vite de cet endroit.

« _ Dommage. Disait-il toutefois, composant déjà le numéro du professionnel. _ Cela m’aurait fait plaisir de rencontrer par hasard la femme qui avait encouragé ma sœur à ne pas vendre cette maison. »

Et il était sincère. Il aurait trouvé cela plaisant de la connaître au détour d’une telle coïncidence. Surtout lorsqu’on savait que personne n’avait changé Samantha comme Elle l’avait fait.

« _ Vous aurez sûrement directement affaire à Anna à ce moment-là, si vous n’avez pas changé d’avis.

Déclara-t-il à son souhait de passer potentiellement sa retraite par ici, sur le ton de l’humour. Car il n’était plus tout jeune, mine de rien. Il n’aurait peut-être plus l’énergie de faire soixante bornes pour s’occuper de cet endroit. Enfin, pour l’heure, il était prêt à joindre l’électricien, jusqu’à ce Kathleen vint l’en dissuader d’une simple parole : « Ça vous fera une drôle d’histoire à lui raconter à votre retour. » Était-ce une plaisanterie de mauvais goût ? Ou était-ce réellement une gaffe involontaire ? Adrian l’ignorait. Mais ce qu’il n’ignorait pas était la douleur qu’il ressentait à l’idée de ne pouvoir le faire. Il aurait aimé, oui, partager avec sa cadette cette drôle d’anecdote. Seulement il ne le pourrait pas. Il ne le pourrait plus jamais. Se raclant la gorge pour chasser la boule d’émotion qui s’y formait, Adrian déclara gravement.

« _ Je l’aurais fait avec plaisir mais... il se trouve que ma sœur nous a malheureusement quitté au mois de mars de l’année dernière.
_ C’est arrivé au cours du violent tremblement de terre qui a frappé la ville de Wilmington. Ajouta Anna, qui revenait de sa petite visite.
_ N’embête pas madame avec les détails, veux-tu ? A Kat. _ Je vais appeler l’électricien dans la pièce d’à côté, je reviens de suite. »

Anna l’observa s’en aller. Elle n’était pas très à l’aise de rester toute seule avec Kathleen. Elle décida donc de faire la conversation, de sorte que leur temps en tête à tête passe plus vite.

« _ C’est mon père qui a dessiné cette maison avant ma naissance. Il voulait offrir un cadeau original à maman. C’est original n’est-ce pas ? Elle souriait, faisant son maximum pour ne pas pleurer à l’évocation de ces souvenirs. _ On y a vécu jusque décembre 2018. Ensuite on a cessé d’y venir. »

Elle s’interrompait au retour de son oncle.

« _ Bon, j’ai eu l’électricien, et il m’a dit qu’il passerait demain en fin de matinée aux alentours des onze heures. D’ici là il vous conseille de ne pas allumer la lumière de cette pièce, par sécurité. »

Il craignait un court-circuit général, à ce qu’Adrian avait compris.

« _ Quant à la facture, ne vous inquiétez pas, il l’enverra directement chez moi. Ajouta-t-il au cas où la locataire se poserait la question. _ Allez, sur ce, nous allons vous laisser. Bonne soirée Kathleen. Tu viens Anna ? 
_ Au revoir Kat. »

Il n’avait plus rien à faire ici, tout les deux. Il entraînait donc déjà sa nièce dans l’entrée, empressé de fuir cette maison qu’il ne reverrait pas de sitôt. Du moins, c’était ce qu’il espérait.


La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
Revenir en haut Aller en bas
 
Kitkat
Kitkat
Féminin MESSAGES : 200
INSCRIPTION : 27/07/2019
ÂGE : 28
RÉGION : L'univers des pingouins
CRÉDITS : Niki/Kitkat

UNIVERS FÉTICHE : Ça dépend de mon humeur
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3167-why-so-serious https://www.letempsdunrp.com/t3576-kitkat-have-a-break-have-a-kitkat https://www.letempsdunrp.com/t3174-keep-calm-we-re-all-mad-here
patrick

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Kathleen
Howell

J'ai 38 ans et je vis dans la ville de New-York, mais je suis présentement dans le Vermont près du lac Champlain, aux États-Unis. Dans la vie, je suis inspectrice de police dans la section des crimes sexuels et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance ou à ma chance, va savoir, je suis célibataire et je le vis plutôt moyennement bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3zp1NaCi1qk47bjo2_540
> Depuis quelques années, Kathleen a développé un amour assez prononcé pour l’alcool, mais elle refuse d’avouer que sa consommation peut être problématique.
> Avoir une enfance heureuse c’est pour les autres, Kat’ n’a jamais eu des beaux exemples parentaux.
> Loin d’avoir la langue dans sa poche, Kat’ peut facilement s’attirer des problèmes avec les «autres». Du genre arrogante et ayant un mauvais caractère, cela ne fait pas toujours bon ménage. Heureusement que son humour noir et douteux est là pour calmer les choses, du moins, parfois...
> Sa vie se résume principalement à son travail. Sa vie sentimentale n’est pas très glorieuse, les relations sérieuses ne se bousculent pas devant sa porte. Une relation éphémère avec un homme ou une femme, c’est beaucoup plus facile à gérer, surtout quand cela concerne ses propres émotions ou ses sentiments.
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3ygxPRAt1qk47bjo3_400


Melanie Scrofano :copyright:️ Evie

Peut-être tu aurais dû privilégier la vérité au lieu d’un mensonge, mais s’il y a bien une chose que ton métier t’a appris, c’est que les gens peuvent adopter un comportement imprévisible. L’imagination des gens peut s’emballer très rapidement et des scénarios plus effrayant les uns que les autres peuvent naître dans leurs esprits. Dans la tête de l’homme en face de toi, tu ne sais pas s’il va s’inventer une espèce d’histoire où tu es une dangereuse stalker qui est à la recherche de sa soeur dans le but de lui faire endurer dieu sait quoi. Qui sait, pour le duper, tu pourrais te faire passer pour une policière travaillant pour la population New Yorkaise. Peut-être est-il facile de se procurer une fausse plaque ?

C’est que le frère de Sam te sembla très sincère dans ses propos lorsqu’il affirma vouloir connaître la mystérieuse autre femme qui avait influencé sa soeur. Maintenant, il s’avérait trop tard pour rectifier le tir et de toute façon, si tu commençais à revenir sur tes paroles, cela sonnerait beaucoup trop louche. À la place, tu n’as pas le choix de te contenter de lui adresser un sourire amusé, mais celui-ci s’efface bien vite lorsqu’il t’indique que tu devras t’adresser à Anna lorsque tu prendras ta retraite. Un froncement de sourcils vient faire apparaître une barre sur ton front. Pourquoi Anna et non pas Samantha ? Certes, il n’y aura plus aucune trace de jeunesse chez toi, mais tu te doutes bien que la mère de l’adolescente n’est pas tellement plus âgée que toi.

Puis la triste réalité te tombe dessus comme l’équivalent d’un coup de massue. Heureusement pour toi, le mur du couloir est présent pour pouvoir te supporter physiquement. Ton dos appuyé dessus, tu t’évites un effondrement devant un public composé de deux personnes que tu connais seulement à travers de quelques lettres. Morte… Comment est-ce possible ? Un tremblement de terre ? Dans ce coin-ci du pays, ils peuvent être nombreux, mais au point d’entraîner la mort sur son sillage, cela est un évènement plutôt rare, non ? Le léger pincement au coeur que tu as ressenti un peu plus tôt dans la conversation n’a rien à voir avec ce serrement que tu ressens au niveau de la gorge ainsi que de la poitrine au point que tu as de la difficulté à respirer. Maintenant tu comprends pourquoi Sam n’est jamais venue à votre première rencontre. Ce n’est pas parce qu’elle ne le voulait pas, mais plutôt parce qu’elle ne pouvait pas. Ne le pourrait-elle donc jamais ?

Aussi douloureuse qu’est cette nouvelle, tu n’as pas d’autre choix que de conserver une expression impassible. Certes, tu peux démontrer de l’empathie, mais tu ne peux pas leur laisser voir que cette nouvelle te touche personnellement. Non, tu n’as pas le droit de te laisser aller devant des «étrangers» aussi cruelle que cela puisse paraître. Leur imposer cela n’a pas de sens. Tout ce que tu peux faire, c’est de ravaler tes larmes… Alors que tu conserves le silence, ton regard bleuté se tourne vers l’adolescente au moment où elle s’adresse à toi. Tu peux entendre l’émotion dans sa voix et cette furieuse envie de combler le silence entre vous deux. Tout ce que tu peux faire, c’est de l’écouter en silence. Tu sais très bien que si tu ouvres la bouche, le son de ta voix risque de trahir ta profonde tristesse. Est-ce que tes yeux sont remplis de larmes ? Peut-elle remarquer que tu es physiquement présente, mais psychiquement absente ? Probablement pas, puisque la jeune fille ne te pose pas de questions, trop occupée à contrôler ses propres émotions. Comme dans une vaine tentative de réconfort, tu adresses à Anna un léger sourire triste.

Lorsque Adrian est de retour, tu peines à comprendre ses mots. Un électricien ? Pourquoi doit-il se présenter ici demain déjà ? Ah oui… Le problème électrique. Qu’est-ce que tu dois faire ? C’est vrai, tu ne dois pas toucher à l’interrupteur. Tout cela te semble si lointain et superficiel, mais tu es en quelque sorte obligée de fournir une réponse à cet homme. Comme si tu venais de t'étouffer avec ta propre salive, tu te racles la gorge avant de prononcer quelques mots dont tu ne garderas aucun souvenir dans ton esprit déjà bien embrouillé. «D’accord, pas de problème. Je serais là.» Oui, ces mots font du sens, pas comme ceux qui t’ont annoncé le décès de Samantha. Ce n’est qu’un cauchemar, un très mauvais rêve dont la fin se terminera sur une douce note. Sauf que tu n’es pas dans un conte pour enfants. Tu vis dans la triste et dure réalité qui s’amuse à te planter une lame glacée dans le ventre. Ton enfance pourrie ne suffit pas, il faut que tu endures une nouvelle forme de douleur.

Plongée dans tes pensées, c’est la voix de l’adolescente qui te ramène sur terre. Tu as à peine le temps de lui adresser quelques mots avant son départ. «Au revoir petite...» Une fois ces deux-là partie, tu t’avances vers la porte d’entrée afin de la verrouiller avec une lenteur qui ne te ressemble pas. À l’intérieur de toi, d’un côté tu sens une rage inhumaine brûler tes entrailles au point où tu as une furieuse envie de tout casser et de l’autre, tu as cette violente tristesse qui menace à tout instant de te faire craquer. À la place, tu te contentes de te laisser glisser jusqu’au sol en position assise, puis tu laisses place à tes larmes qui coulent maintenant sur tes joues jusque sous ton menton. Tout cela se déroule dans le plus grand des silences.


***


Bonjour Sam,

Je sais que tu m’as demandé de ne pas te parler de ton futur, mais je ne peux pas me contenter de rester les bras croisés sans rien faire. Si je ne m’en mêle pas, nous ne pourrons jamais nous rencontrer. La seule chose que je te demande, c’est de ne pas traîner dans la ville de Wilmington au début du mois de Mars 2019. Prends des vacances s’il le faut, car tu dois rester loin de cet endroit. Tout ce que je veux, c’est que tu me fasses confiance.

Kat


Que peux-tu faire d’autre ? Tu ne sais même pas si ton intervention peut réellement changer le cours de l’histoire. Pour la peine, tu as fait une rapide recherche sur un internet et selon les articles de journaux, l'événement fatidique aurait eu lieu au début du mois de Mars. S’il y a une seule petite lueur d’espoir, tu es prête à la saisir même si cela t’amène à subir des conséquences «cosmiques». Tant pis, tu n’as pas le droit d’abandonner Sam à cet horrible sort.
Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2509
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
flower

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Samantha Perry
J'ai 38 ans et je vis à Vermont, près du lac Champlain, aux États-Unis.. Dans la vie, je suis gérante et pâtissière de mon propre salon de thé et je m'en sors convenablement. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcée mais l'heureuse maman d'une fille qui s'appelle Anna et je le vis plutôt très bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_n8iwrrxyLC1qetpq0o7_r1_250

Anna Perry (Avalon Robbins) est la fille unique de Samantha et David Perry. + Par soucis de conserver le même patronyme que celui de sa fille, Samantha a choisit de conserver son nom marital après la prononciation de son divorce. + Elle a également décidé de mettre en vente la maison du lac, afin de commencer un nouveau chapitre de sa vie dans un nouvel endroit sans aucun souvenir. + Elle n'a jamais été très certaine de son orientation sexuelle, hétéro. Elle a toujours ressentie une espèce d'attirance pour les femmes, mais elle n'imagine pas que cela soit autre chose que de la simple admiration.

Anna (13 ans en 2018)
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 471full-avalon-robbins


Jennifer Morrison :copyright:️ lily

Samantha, 2018.
Je relis la lettre de Kat, pour la centième fois. J’ai beau comprendre le sens même des mots qu’elle m’envoi, je ne comprends pas la motivation qui l’a encouragé à le faire. J’imagine bien qu’elle ait vécue quelque chose qui la pousse avec raison à me formuler expressément la demande de m’éloigner de chez moi en mars 2019. Mais pourquoi le faire maintenant ? Pourquoi ne pas le faire plus tard, à l’approche du moment fatidique ? Que va-t-il se produire à ce moment là qui nécessite que je sois très loin ? Vais-je avoir de graves ennuis financiers, de santé ? Elle écrit que « nous ne pourrons jamais nous rencontrer » si elle ne s’en mêle pas. Mais qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Que « mon » absence à ce rendez-vous que nous avions précédemment convenus découle directement de cet événement ? C’est la déduction qui m’apparaît la plus logique, oui. Mais si c’est effectivement le cas : pourquoi ne pas être plus explicite quant à l’événement en lui-même ? Pourquoi me garder une zone d’ombre sur ce qu’elle semble savoir ou même craindre ? Car cette lettre ne peut avoir été écrite que dans l’appréhension d’intervenir trop tard pour modifier le cours de mon espace temps, n’est-ce pas ? Je ne sais pas. Je suis confuse. Quand j’ai constaté qu’elle mettait du temps à me répondre, je me suis convaincu que c’était pour réfléchir aux sentiments que je lui partageais, de sorte de découvrir elle-même véritablement les siens à mon encontre. Je n’imaginais pas qu’elle m’enverrait « ça » pour toute réponse ! Est-ce que cette appréhension que je décèle dans ces mots est révélatrice des sentiments partagés à mon intention ? Y-a-t-il réellement une forme d’appréhension ? Ne l’ai-je pas simplement suggéré parce que cette réalité me plairait ? Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est que sa demande est trop floue pour que j’y accède véritablement. J’ai confiance en elle, là n’est pas le problème. Je ne sais juste pas comment m’y prendre convenablement sans risquer de modifier de façon désastreuse la chose dont elle veut me protéger. Dois-je absolument m’éloigner seule de Wilmington ? Dois-je emmener Anna et Jasper durant ces « vacances » qu’elle m’encourage à prendre ? Aucune idée. Puis-je également me contenté de rester cloîtrer au sein de cette maison, en guise de protection ? Peut-être. Si c’est le cas : combien de temps dois-je le faire ? Car c’est vaste « début mars 2019 ». Cela peut être autant dès les premiers jours du mois que vers le milieu de celui-ci ? Je ne peux pas me couper de ma ville avec des données aussi approximatives, incertaines. Je ne peux pas non plus vivre avec ces questions qui me hantent depuis de longues minutes. Je sais ce que je vais lui répondre, à présent.

« Bonjour Kat.

Je ne te cache pas que ta dernière lettre est source de nombreuses interrogations pour moi. Et je ne comprends absolument pas pourquoi soudainement tu transgresses l’unique règle qu’il me semblait primordial de respecter. Comme j’imagine que tes raisons sont sérieuses, j’ai décidé que je ne remettrai pas en question ce choix de ta part.

Néanmoins, tu m’en as trop dit ou pas assez ? As-tu seulement conscience que pour moi, dans mon espace temps, les réponses à mes questions ne verront le jour que dans un an dans le futur ? C’est beaucoup trop long ! Je ne peux pas vivre en me demandant quotidiennement ce qu’il va se produire à la période indiquée !

Comment veux-tu que je puisse mettre à exécution cette demande de m’éloigner de la ville en mars 2019, si toi même tu n’es pas plus précise sur la question ?

Début mars, c’est vaste comme indication. Est-ce que tu englobes les cinq premiers jours ? Les dix premiers jours ? Les quinze premiers jours ? Est-ce que je dois m’éloigner seule ? Avec ma famille ?

Que va-t-il se passer exactement qui exige que je parte de Wilmington ? Est-ce que ma vie est en danger ? Est-ce que c’est celle d’Anna qui est en danger ? Tu dis que cet événement ne nous permettra jamais de nous rencontrer s’il se produit, mais pourquoi ? Que va-t-il bien pouvoir m’arriver pour que tu sois aussi catégorique ?

J’ai besoin de réponses précises pour bien accéder à ta requête. Car oui, j’ai confiance en toi, et je ferai ce que tu me demandes. Mais je ne pourrai le faire convenablement que si j’ai – moi-aussi – toutes les cartes en main.

Sam.

PS : Pourquoi m’alerter aujourd’hui au lieu de beaucoup plus tard (un mois avant, par exemple) ? Comptes-tu mettre un terme à nos échanges incessamment sous peu ?
»

Je plie la feuille que je glisse dans la boîte aux lettres, nerveusement. De toutes les fois où j’ai eu peur des réponses qu’elle allait m’adresser, je crois que celle-ci est la pire. C’est terrifiant de savoir qu’elle connaît un événement significatif de mon avenir, dans son passé. J’angoisse rien qu’à l’idée de découvrir quelque chose d’horrible sur moi, ou sur Anna. Car à aucun moment elle ne m’a dit à qui cette demande serait le plus favorable ? J’en ai déduis moi-même que j’en étais concerné mais elle n’a peut-être pas mentionner ma fille parce que cela lui semblait évident qu’en m’éloignant de Wilmington j’éloignerai tout autant Anna ? Il faut que j’arrête d’y penser. Je vais me faire un bon chocolat chaud et tenter de me distraire un peu.


La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
Revenir en haut Aller en bas
 
Kitkat
Kitkat
Féminin MESSAGES : 200
INSCRIPTION : 27/07/2019
ÂGE : 28
RÉGION : L'univers des pingouins
CRÉDITS : Niki/Kitkat

UNIVERS FÉTICHE : Ça dépend de mon humeur
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3167-why-so-serious https://www.letempsdunrp.com/t3576-kitkat-have-a-break-have-a-kitkat https://www.letempsdunrp.com/t3174-keep-calm-we-re-all-mad-here
patrick

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Kathleen
Howell

J'ai 38 ans et je vis dans la ville de New-York, mais je suis présentement dans le Vermont près du lac Champlain, aux États-Unis. Dans la vie, je suis inspectrice de police dans la section des crimes sexuels et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance ou à ma chance, va savoir, je suis célibataire et je le vis plutôt moyennement bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3zp1NaCi1qk47bjo2_540
> Depuis quelques années, Kathleen a développé un amour assez prononcé pour l’alcool, mais elle refuse d’avouer que sa consommation peut être problématique.
> Avoir une enfance heureuse c’est pour les autres, Kat’ n’a jamais eu des beaux exemples parentaux.
> Loin d’avoir la langue dans sa poche, Kat’ peut facilement s’attirer des problèmes avec les «autres». Du genre arrogante et ayant un mauvais caractère, cela ne fait pas toujours bon ménage. Heureusement que son humour noir et douteux est là pour calmer les choses, du moins, parfois...
> Sa vie se résume principalement à son travail. Sa vie sentimentale n’est pas très glorieuse, les relations sérieuses ne se bousculent pas devant sa porte. Une relation éphémère avec un homme ou une femme, c’est beaucoup plus facile à gérer, surtout quand cela concerne ses propres émotions ou ses sentiments.
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3ygxPRAt1qk47bjo3_400


Melanie Scrofano :copyright:️ Evie

Depuis quand es-tu du genre à paniquer ? En temps normal, tu es en mesure de garder la tête froide et d’analyser la situation avant de réagir. Céder à la panique n’apporte jamais rien de bon et agir sous le coup de l’émotion est encore pire. La lettre que tu tiens maintenant dans tes mains est la conséquence de la veille. Si tu avais su te contrôler, tu n’aurais pas eu droit à une très longue lettre de Sam qui te pose mille et une questions sur une information que toi seule détient entre vous deux. Bravo, bien joué Kathleen. Tu dois désormais trouver un moyen de la rassurer sans trop en dévoiler. Génial. Au moins ta crise de larmes est chose du passé. Tu vas devoir utiliser tes méninges.

De nouveau installé sur le balcon, une feuille blanche devant toi et ton stylo à la main, la vibration de ton téléphone te sort immédiatement de ta réflexion. Alors que tu jettes un oeil à l’écran de ton téléphone portable, un léger sourire étire tes lèvres. «Si t’es en vie et qu’on t’a pas mis une camisole de force, appelle-moi !» Frankie. Ton partenaire de boulot. Le seul qui est capable de te supporter depuis ces dernières années sans demander à changer de binôme. Avec le temps, il a fini par te comprendre et comment réagir face à ton sale caractère. Non, tu n’es pas toujours facile à vivre, mais il sait que tu n’es pas juste une espèce de tarée. Sans hésiter, tu t’empares de ton téléphone afin de lui passer un coup de fil. Au bout de deux sonneries, ton partenaire décroche et vous voilà déjà en train d’échanger des banalités pendant quelques minutes.

«T’es où en ce moment ? Loin de New York ?» Ton partenaire n’est pas idiot, il sait très bien que tu ne lui dévoileras pas le lieu exact où tu vis présentement. Si tu as quitté la ville, c’est que tu veux la paix et ça, il l’a bien compris. «Yep. J’suis dans une maison près d’un lac.» À peine as-tu terminé ta phrase que sa réponse ne se fait pas attendre. «Toi ?! Près d’un lac en pleine nature loin de la ville ? La dernière fois que t’as fait une “communion” avec la nature, c’était quand tu vivais au Canada dans un… Ranch, c’est ça ?  À ce que je sache, t’avais rien à me dire de positif là-dessus !» Un léger rire s’échappe d’entre tes lèvres. Certes, il ne connaît pas toute ton histoire, mais tu lui as raconté quelques bribes de ton passé et il est au courant de l’existence de tes deux soeurs. Alors que vous échangez quelques nouvelles, le voilà qu’il te demande comment ça se passe à l’autre bout du monde. «J’ai peut-être rencontré quelqu’un là-bas, mais c’est compliqué...» Un blanc. Puis un éclat de rire qui résonne dans le combiné. Inconsciemment, tu lèves les yeux au ciel face à sa réaction. «Attends… ?! Quoi ?! Depuis quand tu entretiens une relation compliquée ? T’es du genre à prendre de ce que t’as besoin et après tu jettes l’autre aux ordures quand ça devient trop “compliqué” ou sérieux ! C’est qui la victime ?» Non, tu ne lui feras pas le plaisir de répondre à ça. Au fond, tu sais qu’il a raison, mais ça te coûterait bien trop cher de l’avouer ouvertement. «Va te faire foutre.» Voilà la réponse appropriée dont tu as l’habitude.

«Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait de Kat ?» Tu ne peux pas t’empêcher de soupirer. C’est qu’il aime se foutre de ta gueule le bougre. «Frankie !» Le ton de ta voix se veut ferme, mais ton partenaire sait très bien que tu n’es pas réellement en colère. Juste très profondément agacée. «Après ces excellentes nouvelles, est-ce que tu sais quand tu reviens. La condition de ton retour est toujours la même ?» Là, tu sais parfaitement où il veut en venir. Ta réponse se fait du tac-o-tac. «Oui et non j’compte pas aller voir un psy. Le boss va bien se rendre compte qu’il ne peut pas me mettre à l’écart indéfiniment. Un jour ou l’autre, il n’aura pas le choix de me réintégrer dans l’équipe.» Tu fais ça court, net et précis. Certes, tu as conscience que tu t’entêtes - et accessoirement Frankie - face à cette situation, mais tu tiens à prouver ton point. Personne ne t’obligera à consulter un psy contre ton gré. Tout va bien et tu n’as besoin de personne. Enfin, ça c’est ce que tu veux faire croire, car en vérité, tu es quand même seule dans ce vaste monde. «J’vais te faire signe quand le boss va te trouver une remplaçante. Ça veut dire que tu vas devoir changer de département ma vieille ! Allez, à plus !» Votre conversation se termine là-dessus. Tu n’es pas inquiète de perdre ton boulot d’ici les prochains jours, mais ton entêtement ne risque-t-il pas de te coûter ta carrière ? Enfin, bref, présentement, tu as autre chose à accomplir, c’est-à-dire de répondre à Samantha.


Bonjour Sam,

J’ai paniqué en apprenant certaines informations. C’est pour cette raison que je t’ai envoyé une lettre en catastrophe. Ce n’est pourtant pas mon genre de faire ça…

La vie de ta fille n’est pas danger, du moins, je ne crois pas. Sans entrer dans les détails, je peux te dire qu’Anna va bien à mon époque. Enfin, en apparence, elle semble bien aller. J’imagine que tu peux l'emmener avec toi quand tu te tiendras loin de de la ville de Wilmington ou qu’elle peut continuer d’aller en cours en toute sécurité. C’est surtout ta propre sécurité qui sera en danger si tu restes là-bas.
Dans les dix premiers jours du mois de mars 2019, il vaut mieux que tu te trouves ailleurs. Reste à la maison du lac si tu peux le faire. De toute façon, j’ai cru comprendre que c’est ton frère qui est en quelque sorte responsable de la location de la maison en 2020, alors tu pourras avoir accès à cet endroit.

Je sais que ma lettre est pleine de mystères, mais je ne sais pas jusqu’à quel point je peux tout te révéler sans modifier le cours des choses. Tout ce que je peux te dire, c’est qu’il y aura un événement qui va entraîner des dégâts irréversibles.

Si je t’explique tout ça, c’est que je ne veux pas te perdre…

Kat



Ça serait mentir que d’affirmer que tu déposes ta lettre sans aucune appréhension. Tu ne peux pas prévoir la réaction de Samantha et tu ne sais pas si tu vas avoir le droit à une seconde lettre contenant une tonne de questions supplémentaires. Tu ne peux tout simplement pas lui annoncer de manière crue qu’en mars 2019, elle va mourir sous les débris d’un bâtiment par la faute d’un tremblement de terre. Déjà, cela peut sembler fou - comme si votre histoire possédait un quelconque sens -, et n’importe qui réagirait mal face à l’annonce de son propre décès. Si tu es capable de la rassurer quant au sort de sa fille, c’est déjà ça de positif.
Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2509
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
flower

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Samantha Perry
J'ai 40 ans et je vis à Wilmigton, aux États-Unis.. Dans la vie, je suis agent immobilier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureuse et l'heureuse maman d'une fille qui s'appelle Anna et je le vis plutôt très bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_n8iwrrxyLC1qetpq0o7_r1_250

Anna Perry (Avalon Robbins) est la fille unique de Samantha et David Perry. + Par soucis de conserver le même patronyme que celui de sa fille, Samantha a choisit de conserver son nom marital après la prononciation de son divorce. + Elle a également décidé de mettre en vente la maison du lac, afin de commencer un nouveau chapitre de sa vie dans un nouvel endroit sans aucun souvenir. + Elle n'a jamais été très certaine de son orientation sexuelle, hétéro. Elle a toujours ressentie une espèce d'attirance pour les femmes, mais elle n'imagine pas que cela soit autre chose que de la simple admiration.

Anna (15 ans en 2020)
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 280full


Jennifer Morrison :copyright:️ lily
Une phrase. C’est tout ce qu’il aura fallut à Kathleen pour me convaincre d’accéder à sa requête, sans lui poser davantage de question. Si je t’explique tout ça, c’est que je ne veux pas te perdre… Une simple phrase que je n’attendais pas. Une simple phrase que je n’espérais pas, même, mais qui a fait l’effet d’une bombe nucléaire dans ma tête et dans mon cœur. Ravageant tout sur son passage, elle a calmée toutes les angoisses que je pouvais ressentir. Et si un an cela restait long pour découvrir véritablement ce qu’il m’attendait. Un an ce n’était rien en comparaison de l’idée qui m’avait immédiatement frappé à l’esprit : la rencontrer le lendemain de cette fameuse lettre. La dernière que j’ai postée, avant la plus longue attente de toute mon existence.

« Bonjour Kat,

D’accord, tu m’as convaincue. Je ne te poserai pas plus de questions sur l’événement à l’origine de ta panique, comme je ne me rendrai pas à Wilmington le temps des dix premiers jours du mois de mars 2019. Cela sera l’occasion pour moi de prendre quelques vacances bien méritées avec ma fille, quelque part très loin.

En attendant, laisse-moi te dire que… je t’aime. Je ne sais pas encore à quelle ampleur, ni même si cela aboutira à quelque chose de concret entre nous, mais je tenais à te l’écrire car je n’ai jamais aimé qui-que-se-soit comme je t’aime.

Et je t’en remercie.
Je te remercie de m’avoir offert ça.

Sam.

PS : Je croise les doigts pour que très rapidement, tu reçoives la preuve que ta mise en garde a porté ces fruits.
»

Dès les premiers jours, j’ai su que mon projet « fou » c’était concrétisé. J’ai su que dans l’avenir, la Samantha que j’imaginai saine et sauve était auprès d’elle. Et cette pensée m’a aidé à tenir durant ces longs mois, ces longues années. Les dix premiers jours du mois de mars 2019, je suis allée en « vacances » à New York. Sur place, j’ai non seulement visité la ville que je ne connaissais que de nom, mais j’ai également été rendre visite à Kathleen. Indirectement, cela va s’en dire. Je ne pouvais pas courir le risque de bouleverser notre « présent » par impatience. Je me suis donc contenter de l’observer de loin, jusqu’à capter brièvement son attention, de sorte de lui offrir le plus doux de mes sourires. Tu as réussis. Aurait-elle pu lire sur celui-ci, si sa version antérieure n’avait ne serait-ce eu que l’idée de qui j’étais. Ensuite, j’ai « disparue ». J’ai repris le cours de ma vie, l’ayant toujours dans mon cœur, avant d’arrivée enfin à ce jour où je suis stationnée devant la maison du lac, le moteur éteins depuis deux bonnes minutes.

< Tu es arrivée ? > Me demande David par texto, juste au moment où j’allai sortir du véhicule pour la rejoindre.
< Oui. >
< Tu es nerveuse ? >
< Non, pas vraiment. Je sais que quoiqu’il arrive, je lui dois d’être encore vivante aujourd’hui. >

Car j’ai su, finalement, ce qu’elle m’avait évité : un violent tremblement de terre qui m’aurait été fatal. C’est donc grâce à elle que j’ai refusé un rendez-vous dans le bâtiment le plus vieux de la ville, s’étant effondré ce jour funeste. Sortant du véhicule, je replace rapidement ma veste, avant de rechercher le sms que mon frère m’a transféré quelques jours plus tôt. Kat y fait allusion à une panne d’électricité. J’ai trouvé cette apparente raison de visite surprise cocasse, à tel point que j’ai décidé de m’en servir comme premier contact. Le pas déterminé, je rejoins la porte de la maison, après avoir fait un crochet par la boite aux lettres, où je frappe à celle-ci sans la moindre hésitation. L’heure H est arrivé. Mon cœur bat à une allure folle dans ma poitrine, mais je ne me démonte pas. J’attends que la porte s’ouvre, avant de déclarer ces mots d’une voix charmante, en sourire doux aux lèvres.

« _ Bonjour Kat. Mon frère m’a dit qu’il y avait une panne d’électricité à venir constater dans cette maison. J’espère que je ne te dérange pas ? »

Concrètement je connais la réponse. Je sais que je ne la dérange pas, puisque nous sommes exactement le même jour où elle m’a écrit ne pas vouloir me perdre. Je lui tends d’ailleurs la lettre que j’ai relevée dans sa boîte aux lettres, en passant.

« _ Tiens, j’ai trouvé ça dans la boite aux lettres. Je me suis permise de la relever pour toi. »

La boucle étant bouclée, à présent. Nous sommes dans le même espace temps. Et je sais que je n’ai plus jamais reçu de lettre de Kat en 2018.


Tenue de Samantha


La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
Revenir en haut Aller en bas
 
Kitkat
Kitkat
Féminin MESSAGES : 200
INSCRIPTION : 27/07/2019
ÂGE : 28
RÉGION : L'univers des pingouins
CRÉDITS : Niki/Kitkat

UNIVERS FÉTICHE : Ça dépend de mon humeur
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3167-why-so-serious https://www.letempsdunrp.com/t3576-kitkat-have-a-break-have-a-kitkat https://www.letempsdunrp.com/t3174-keep-calm-we-re-all-mad-here
patrick

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Kathleen
Howell

J'ai 38 ans et je vis dans la ville de New-York, mais je suis présentement dans le Vermont près du lac Champlain, aux États-Unis. Dans la vie, je suis inspectrice de police dans la section des crimes sexuels et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, du moins au peu que j’ai, je suis en train de me bâtir une relation sérieuse et je le vis plutôt bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3zp1NaCi1qk47bjo2_540
> Depuis quelques années, Kathleen a développé un amour assez prononcé pour l’alcool, mais elle refuse d’avouer que sa consommation peut être problématique.
> Avoir une enfance heureuse c’est pour les autres, Kat’ n’a jamais eu des beaux exemples parentaux.
> Loin d’avoir la langue dans sa poche, Kat’ peut facilement s’attirer des problèmes avec les «autres». Du genre arrogante et ayant un mauvais caractère, cela ne fait pas toujours bon ménage. Heureusement que son humour noir et douteux est là pour calmer les choses, du moins, parfois...
> Sa vie se résume principalement à son travail. Sa vie sentimentale n’est pas très glorieuse, les relations sérieuses ne se bousculent pas devant sa porte. Une relation éphémère avec un homme ou une femme, c’est beaucoup plus facile à gérer, surtout quand cela concerne ses propres émotions ou ses sentiments.
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3ygxPRAt1qk47bjo3_400


Melanie Scrofano :copyright:️ Evie

Qu’est-ce que tu vas bien pouvoir faire de ta journée ? Tu ne peux pas rester enfermée toute la journée alors que le ciel est dégagé, que le soleil est présent et qu’il fait une vingtaine de degrés à l’extérieur. Tu ne vas pas te contenter de tourner en rond dans la maison tel un lion en cage, non ? Aujourd’hui, tu prends une pause de ton entraînement et tu sais que tu ne peux pas quitter les lieux pour toute la journée, car selon Adrian, l’électricien doit passer dans les alentours de onze heure. Du coup, tu vas devoir tuer le temps dans cette maison et pourquoi ne pas commencer avec une cafetière pleine du liquide qui est en quelque sorte ta drogue du matin - et du reste de ta journée -. Certes, tu pourrais passer ton avant-midi à traîner ici en jogging et en sweatshirt, mais tu as fait l’effort d’enfiler un jean foncé ainsi qu’un t-shirt.

Combien de temps s’est-il déroulé depuis ta dernière lettre ? Une demi-heure ? Une heure tout au plus ? Bref, un laps de temps assez court pour que tu te demandes qui peut bien toquer à la porte de cette maison aussi «tôt» le matin. L’électricien ne devait-il pas passer bien plus tard ? Tu sais très bien que ce n’est pas leur genre de passer plus tôt que prévu - du moins à New York -. Intriguée par cette potentielle visite surprise, tu te lèves du canapé pour te diriger vers la porte d’entrée.

Doucement, tu ouvres la porte d’entrée pour faire face à une femme blonde qui semble appartenir à ta tranche d’âge. «Bonjour ?» Tu ne sais pas pourquoi, mais tu as cette étrange impression de l’avoir déjà vu quelque part. Pas ici, du moins pas dans la petite ville de Wilmington, mais plutôt à New York. Comment cela serait-il possible ? Tu es loin de cet état et aux dernières nouvelles, personne de ton «entourage» connaît l’adresse où tu résides temporairement. Alors que les pensées défilent dans un coin de ta tête, la voix de l’inconnue met fin à ta réflexion lorsqu’elle prononce ton surnom. Non, elle n’a rien d’une électricienne. Serait-il possible qu’elle soit… ? Non, impossible. Il ne s’est même pas déroulé une journée entre ta dernière lettre et son arrivée ici. «Euh non… Vous… Tu peux entrer.» Parviens-tu à articuler plus ou moins clairement. C’est que ton cerveau semble souffrir de quelques bugs face aux diverses informations qui viennent te submerger en seulement quelques secondes. En vérité, tu ne sais pas encore si tu veux accepter ou non la réalité qui vient te frapper telle une batte de baseball en plein dans la gueule. Pourtant, toutes les réponses sont sous tes yeux. Elle mentionne son frère Adrian, Anna est pratiquement son portrait tout craché et la voilà qui te tend une nouvelle lettre qui n’est pas la tienne que tu as déposé ce matin. Par réflexe, tu tends la main pour saisir le bout de papier pendant que tu laisses Sam pénétrer à l’intérieur de sa maison.

«Merci...» Sans trop savoir où donner de la tête, tu emboites tranquillement le pas de Sam pendant que tu ouvres lentement la lettre entre tes mains. Une fois au niveau du comptoir de la cuisine, tu te figes net pendant ta lecture. À chaque phrase supplémentaire que tu lis, tu as l’impression que ton coeur s’emballe au point où il menace d’exploser. Comment de simples mots sur un bout de papier peuvent-ils créer chez toi une tornade d’émotions que tu contrôles à peine ? D’un geste rapide qui te fait passer à deux doigts de perdre l’équilibre, tu relâches ta prise sur la lettre afin de te retourner vers Samantha que tu t’empresses de prendre dans tes bras.«Je… Sam !» Pour une des rares fois dans ta vie, tu es à court de mots. Ton menton appuyé sur son épaule, un léger sourire qu’elle n’est pas en mesure de voir apparaît sur tes lèvres. «Je suis contente que tu sois là.» Arrives-tu à articuler à voix basse. Puis au bout de quelques secondes, tu libères délicatement l’autre femme de ton étreinte dans le but de l’entraîner ailleurs avec toi. «Viens, on va s’installer sur le balcon.» Tu ne lui laisses pas vraiment le choix, car tu marches déjà dans cette direction. Une fois à l'extérieur, tu lui fais signe de patienter une petite minute afin d’aller chercher deux tasses de café.

«Je ne sais pas si tu aimes le café, sinon je peux te préparer autre chose.» Étant du genre à le boire noir, tu prends tout de même en compte que ce n’est pas le cas de tout le monde. Sur la petite table, tu déposes du lait, du sucre ainsi qu’une cuillère avant de t’installer sur l’une des chaises libres. Lentement mais sûrement, tu sembles récupérer une par une tes fonctions mentales. C’est déjà un bon début. «Qu’est-ce que tu deviens depuis notre dernier échange de lettres ?» Si pour toi il s’est passé qu’une poignée de minutes ou tout au plus une heure, la situation est complètement différente pour Sam. Deux ans viennent de s’écouler et peut-être que des choses ont changé depuis tout ce temps...

Revenir en haut Aller en bas
 
The Whole 9
The Whole 9
Féminin MESSAGES : 2509
INSCRIPTION : 31/01/2019
RÉGION : Les Hauts de France
CRÉDITS : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

UNIVERS FÉTICHE : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-sile https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre#59583 https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp#60671
flower

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Samantha Perry
J'ai 40 ans et je vis à Wilmigton, aux États-Unis.. Dans la vie, je suis agent immobilier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureuse et l'heureuse maman d'une fille qui s'appelle Anna et je le vis plutôt très bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_n8iwrrxyLC1qetpq0o7_r1_250

Anna Perry (Avalon Robbins) est la fille unique de Samantha et David Perry. + Par soucis de conserver le même patronyme que celui de sa fille, Samantha a choisit de conserver son nom marital après la prononciation de son divorce. + Elle a également décidé de mettre en vente la maison du lac, afin de commencer un nouveau chapitre de sa vie dans un nouvel endroit sans aucun souvenir. + Elle n'a jamais été très certaine de son orientation sexuelle, hétéro. Elle a toujours ressentie une espèce d'attirance pour les femmes, mais elle n'imagine pas que cela soit autre chose que de la simple admiration.

Anna (15 ans en 2020)
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 280full


Jennifer Morrison :copyright:️ lily
Je l’admets, mon entrée en matière n’est pas forcément parlante quant à mon identité. Du moins si Kat n’a jamais vu une photo de moi au cours des dernières semaines. Ce qui ne semble pas être le cas puisque, perturbée, elle me fait entrer dans la maison, bien incertaine d’avoir affaire à moi. Une chance que j’ai eu la présence d’esprit de relever son courrier. La lettre que j’ai écrite en 2018 devrait l’aider à l’en convaincre. Je la laisse donc la lire tranquillement, à son rythme, sans intervenir un seul instant. C’est à elle de faire le rapprochement entre le post-scriptum et moi-même. C’est à elle de déduire que je suis la preuve vivante que son avertissement a porté ces fruits. Et quand c’est le cas, sa réaction ne se fait pas attendre. Elle me sert dans ses bras, me rassurant quant au bonheur qu’elle a de me rencontrer réellement. J’en profite également, de cette étreinte bienvenue. Je respire son parfum comme on respire celui d’un bouquet que l’on vient de nous offrir, tout en la serrant tendrement contre moi.

« _ Moi aussi. »

Je lui souffle à son murmure, la voix chargée d’émotion. Car je suis sincèrement heureuse d’être avec elle. Je suis sincèrement heureuse qu’elle soit officiellement physiquement dans ma vie. Et je suis sincèrement heureuse que tout cela soit partagé. Je le suis d’autant que mon intuition ne m’ait pas trompé, surtout. Car en deux longues années, j’ai largement eu le temps de m’interroger sur ce fameux jour que nous vivons présentement. Etais-je bien habillé ? Avait-elle autant appréciée ma surprise que je n’avais eu à l’élaborer deux ans dans son passé ? Avions-nous passés du temps ensemble, au delà de ma seule présence de propriétaire répondant à une demande d’une locataire ? Apparemment, oui. C’est du moins le constat que je fais lorsqu’elle m’invite à la suivre sur le balcon. Ce que je fais, prenant sa suite, avant de m’installer sur l’un des fauteuils présent. Des locataires, je peux vous assurer que j’en ai eu beaucoup depuis que j’ai opté de louer cette maison au lieu de la vendre. Mais la seule locataire que j’y désirais vraiment, c’était elle. Elle qui revient avec deux tasses de café.

« _ Merci. Je lui dis poliment, tandis qu’elle s’inquiète que je ne puisse pas aimer cette boisson. _ C’est parfait. Je la rassure, appréciant qu’elle ait songé à ramener du lait. _ Je suis une grande consommatrice de café. »

Je poursuis avec humour, pendant que j’en ajoute une goutte dans la tasse au plus prés de moi. Ensuite, je prends le temps de l’observer attentivement, souriante. Je la savais très belle, mais je n’imaginais pas à ce point. Elle est vraiment sublime avec ces longs cheveux bruns tombant en cascade sur ces épaules. Quant à ces yeux, je crois que je pourrais me perdre dedans si elle ne me demandait pas de mes nouvelles. Il est vrai que le temps a passé pour moi. Certaines choses ne sont plus ce qu’elles étaient dans mes écrits.

« _ Hé bien… Je commence, doucement, un sourire charmant aux lèvres. _ Comme tu as pu le constater, j’ai finalement décidé de garder la maison afin de la mettre en location. Je ne pouvais pas me résoudre à me séparer définitivement de la boite aux lettres qui m’a permise de te rencontrer. Quant à mon travail, il a bien changé. Je suis devenu agent immobilier dans l’agence où tu as loué la maison. C’est ma belle-sœur qui en est la propriétaire. Elle a exceptionnellement acceptée de gérer la gestion du contrat de location de cette maison, de sorte que l’on ne perturbe pas ton passé. Je tenais impérativement à ce que tes souvenirs demeurent le plus possible intact. »

Peut-être que certaines choses ont changées, notamment à cause de ma présence dans une période où je ne devais initialement plus être là. Mais je doute que ce détail ait véritablement perturbé tout ce qu’elle ait vécu avec ou sans moi jusqu’ici.

« _ Ensuite, pour le reste, rien n’a véritablement changé. Je vis toujours seule avec ma fille Anna, qui partage son temps entre moi et son père, et je suis  toujours autant attachée à toi qu’au moment où je t’ai écrit cette dernière lettre. Je marque une pause. _ Je savais déjà, avant de la rédiger, que je viendrai te voir aujourd’hui en 2020. Alors je l’ai posté en prenant bien note l’heure à laquelle je l’avais fais, avant d’attendre confirmation de ta réussite. L’absence de réponse de ta part a été révélatrice. Je rie quelque peu, faisant allusion au fait qu’elle n’en a plus le temps ni même ne serait-ce que le désir. _ J’ai su que j’avais fais ce que tu m’avais demandé, et que j’étais bien avec toi maintenant. Je marque une nouvelle pause. _ Cela était très long sans toi, tu sais. Il y a bien des moments où je voulais t’envoyer de nouvelles lettres, ne serait-ce que pour que tu me racontes ce que tu vivais avec la moi d’aujourd’hui, mais je ne l’ai pas fait. Je ne savais pas si c’était très bon que deux versions de moi soient en même-temps dans ta vie. »

Nous aurions pu tout détruire, provoquer la fin de l’espace temps. J’ai donc opté pour la solution la plus sûre. Bien qu’elle ait été tout autant douloureuse. Buvant une gorgée de mon café, je dépose ensuite la tasse sur la table, avant de lui déclarer sincère.

« _ Merci de m’avoir sauvé la vie. Si tu n’avais rien dit sur tes dernières lettres, le jour du tremblement de terre j’aurai été avec Jasper dans l’ancien cabinet vétérinaire qui s’est effondré ce jour-là. Jasper est notre chien, à Anna et moi. Je n’imagine pas la souffrance qu’elle aurait ressentie de nous perdre tout les deux si brutalement. Merci pour elle, également. »

D’une certaine façon, Kat n’a pas agis que pour elle-même. Elle a agit également pour ma fille. Et c’est là la plus belle preuve d’amour qu’elle pouvait me faire, si cela en était effectivement une. Je meurs d’envie de l’embrasser, d’ailleurs. Je n’ose pas, uniquement parce que je suis en terrain inconnu et que je ne sais pas si elle est mentalement prête pour ça. Je n’étais encore qu’une correspondante lointaine il y a une heure. Peut-être a-t-elle besoin de temps pour cela ? Si elle en a également envie, bien entendu. Je suis prête à toutes les possibilités.


La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 20031610251624541716691375
La route ? Là où on va il n'y a pas... de route.


MES PERSONNAGES
Revenir en haut Aller en bas
 
Kitkat
Kitkat
Féminin MESSAGES : 200
INSCRIPTION : 27/07/2019
ÂGE : 28
RÉGION : L'univers des pingouins
CRÉDITS : Niki/Kitkat

UNIVERS FÉTICHE : Ça dépend de mon humeur
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3167-why-so-serious https://www.letempsdunrp.com/t3576-kitkat-have-a-break-have-a-kitkat https://www.letempsdunrp.com/t3174-keep-calm-we-re-all-mad-here
patrick

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty


Kathleen
Howell

J'ai 38 ans et je vis dans la ville de New-York, mais je suis présentement dans le Vermont près du lac Champlain, aux États-Unis. Dans la vie, je suis inspectrice de police dans la section des crimes sexuels et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, du moins au peu que j’ai, je suis en train de me bâtir une relation sérieuse et je le vis plutôt bien.

La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3zp1NaCi1qk47bjo2_540
> Depuis quelques années, Kathleen a développé un amour assez prononcé pour l’alcool, mais elle refuse d’avouer que sa consommation peut être problématique.
> Avoir une enfance heureuse c’est pour les autres, Kat’ n’a jamais eu des beaux exemples parentaux.
> Loin d’avoir la langue dans sa poche, Kat’ peut facilement s’attirer des problèmes avec les «autres». Du genre arrogante et ayant un mauvais caractère, cela ne fait pas toujours bon ménage. Heureusement que son humour noir et douteux est là pour calmer les choses, du moins, parfois...
> Sa vie se résume principalement à son travail. Sa vie sentimentale n’est pas très glorieuse, les relations sérieuses ne se bousculent pas devant sa porte. Une relation éphémère avec un homme ou une femme, c’est beaucoup plus facile à gérer, surtout quand cela concerne ses propres émotions ou ses sentiments.
La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Tumblr_pc3ygxPRAt1qk47bjo3_400


Melanie Scrofano :copyright:️ Evie

Est-ce que tu devrais te pincer pour t’assurer que tu ne t’ai pas endormi sur le sofa et que tu es présentement en train de rêver ? Tu es assise sur le balcon face à Samantha autour d’une tasse de café. Quels étaient les chances que cela arrive ? Probablement très peu. En plus de cela, si la situation ne risquait pas d’être embarrassante, tu aurais voulu garder Sam un peu plus longtemps dans tes bras. En vérité, tu ne voulais pas la rendre mal à l’aise, car malgré votre échange de lettres, tu n’es pas en mesure de prévoir ses réactions ainsi que ses émotions. De toute façon, tu as tout le temps de te rattraper.

Attentive, tu écoutes Samantha te résumer ses deux dernières années. Tu ne caches pas ta surprise devant son changement de métier, mais tu mentirais si tu n’avais pas ressenti une vague de soulagement lorsqu’elle t’annonce qu’elle n’a personne d’autre dans sa vie en dehors de sa fille. Au final, il n’y a pas eu de nombreux changements qui viennent impacter la maison du lac ni votre histoire. À quelques détails près, peu de choses ne devraient bouleverser tes souvenirs des dernières semaines. «Tu as quand même apporté beaucoup de changements dans ta vie ou plutôt à ta carrière. J’aurai tout de même été curieuse de visiter ton ancien salon de thé. En tout cas, on ne peut pas te reprocher que tu ne sais pas calculer ton temps et tu ne négliges pas l’effet de surprise.» Tu affiches un sourire en coin devant tes paroles. Si son but était de te déstabiliser dès son arrivée, eh bien, elle avait parfaitement réussi. Certes, tu as réussi à reprendre complètement tes esprits - du moins, c’est ce que tu penses -, mais tu restes stupéfaite de sa soudaine apparition.

«J’ne peux pas dire que le temps d’attente était très long pour moi en comparaison à toi, mais… Je suis contente que tu sois enfin avec moi.» Tu baisses légèrement la tête comme si tu étais légèrement gênée par tes paroles et quelques mèches rebelles suivent le mouvement, masquant une partie de ton visage. Puis, au bout de quelques secondes, tu t’obliges à relever la tête quand Samantha reprend la parole. Voilà qu’elle te remercie de lui avoir sauvé la vie. À tes yeux, tu n’as pas l’impression d’avoir fait grand chose ni un geste purement héroïque. Tout ce que tu as fait, c’est écrire une lettre en faisant un effort de choisir les bons mots pour la convaincre de ne courir tout droit vers sa propre mort. Oui, tu as tendance à minimiser tes actions. «De rien… Lorsque j’ai rencontré Anna, elle allait bien, du moins, physiquement elle me semblait en pleine force. Quand elle m’a racontée ta disparition, je ne pouvais pas rester les bras croisés.» Comment aurais-tu pu priver une enfant de sa mère en toute connaissance de cause. Cette fameuse mère pour qui tu sembles développer des sentiments autre qu’un simple intérêt physique.

«Maintenant ton frère va se demander pourquoi je ne lui ai pas dit la vérité. Il va sûrement me questionner à ce sujet.» Tu ne peux pas t’empêcher de rire légèrement face à cette situation. Si votre précédente conversation sur le décès de sa soeur n’a probablement jamais existé pour lui, il n’en reste pas moins que le sujet de la «femme mystérieuse qui envoyait des lettres» est certainement encore d’actualité. Génial. Tu trépignes presque d’impatience de le rencontrer à nouveau pour lui servir de «bonnes excuses». «J’imagine que ça ne peut pas être pire que ma petite soeur. Lorsqu’elle va revenir au pays pendant ses vacances d’été, elle va être insupportable. Elle maîtrise parfaitement les interrogatoires et c’est sûrement de ma faute. Tu peux déjà te préparer mentalement à l’avance et si tu essaies de te défiler, crois-moi, elle va te retrouver.» Ton sourire s’agrandit quelque peu en visualisant la scène, puis tu réalises la portée de tes paroles. Pour la première fois de ta vie, est-ce que tu vas présenter quelqu’un à ta petite soeur ? Un événement qui ne s’est jamais produit par le passé, tes «relations» précédentes étant beaucoup trop courte et loin d’être sérieuse pour que l’occasion se présente. Plus ça va, plus tes propres réactions te surprennent… Ni une ni deux, dès que tu remarques que vos deux tasses sont vides, tu te dépêches de les attraper afin de retourner à l’intérieur.

«J’vais nous débarrasser d’ça.» Oui, tu viens de trouver une excuse pour t’éclipser pendant une petite minute. Dans un coin de ta tête, tu as les paroles de ton collègue Frankie qui s’amuse à tourner en boucle. «Depuis quand tu entretiens une relation compliquée ? T’es du genre à prendre ce que t’as besoin et après tu jettes l’autre aux ordures quand ça devient trop “compliqué” ou sérieux !» Ses mots vont de rendre folle. Pour une fois dans ta vie, est-ce que tu vas avoir le droit à une véritable relation amoureuse ou tu vas réussir à faire comme d’habitude, c’est-à-dire de tout gâcher avec ta personnalité plus que merdique… Bon, tu n’as pas vraiment le luxe de traîner pendant un siècle dans cette cuisine avant que Sam débarque pour te demander si quelque chose ne va pas.

D’un pas lent, tu retournes sur le balcon, mais au lieu de te rasseoir, tu vas t’appuyer sur la rambarde, face à la femme blonde, tes bras croisés sous ta poitrine. Alors qu’un soupir s’échappe de tes lèvres, tu lèves ton visage vers le ciel pendant quelques secondes avant que ton regard bleuté sur pose sur Sam. «Je ne te cacherai pas que j’ai envie de t’embrasser, mais je ne veux pas aller trop vite ou t’faire peur. Ce n’est pas dans mes habitudes de vouloir entretenir une relation sérieuse.» Tu te racles la gorge avant de reprendre rapidement. «J’crois que c’est la première fois que j’y porte un certain intérêt.» Tu tentes d’esquisser un léger sourire pendant que tu te lances dans des explications dans le but de rassurer celle qui vient troubler tes sentiments.

«Comme je t’ai expliqué dans mes lettres, je n’ai jamais eu de bons exemples parentaux. Des parents présents ou un minimum aimants qui doivent répondre aux besoins de leurs enfants ne sont pas des exemples que j’ai connu. Ça peut avoir tendance à teinter mes relations.» Tu essaies d’utiliser un ton plus «humoristique» pour expliquer un pan de ta vie qui n’a rien de joyeux, mais tu n’as jamais été du genre à t'apitoyer sur ton sort. Tout ce que tu souhaites, c’est de faire comprendre à Sam que tu ne veux pas l’utiliser comme un simple objet ou comme une quelconque distraction de courte durée. Non, tu veux beaucoup plus que ça… Mais il faut avouer que trouver les bons mots n’est jamais facile, surtout quand tu préfères amplement te mettre la tête dans le sable au lieu d’affronter ce que tu ressens.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


La maison du lac. Ft. KitKat - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
La maison du lac. Ft. KitKat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Discussion à la maison (pv: Aisuru) (Hentaï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: