Le Deal du moment : -53%
GACHI Batterie Externe 26800mAh
Voir le deal
24.94 €
Le Deal du moment : -40%
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – ...
Voir le deal
54 €

Partagez
 
 
 

 You're right, dying alone would have sucked.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 102
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty


Jonathan
Murphy

Un prisonnier, un criminel, bien avant de faire partie des 100 désignés à être envoyés sur Terre. Choisi parce qu'il n'avait ni famille ni talent particulier. Sa vie n’avait aucune importance à leurs yeux depuis que, sur l'Arche, il avait mis le feu au quartier des officiers ayant envoyé son père à la dérive.



Sa vie est devenue une succession d'erreurs et de trahisons à l'encontre des siens. Une petite voix démoniaque dans sa tête reste assourdissante : ne meurt pas, survis.

Avant, il n'avait jamais vraiment pris le temps de comprendre ses sentiments. À elle seule, Raven est parvenue à entrer dans son esprit pour chambouler tout ce qui lui semblait imperturbable. Désormais, il se sent parfois coupable de lui infliger autant de souffrance. La douleur physique qui l'incommode est sa faute. La douleur émotionnelle qui l'incommode est sa faute. La possession de la puce est sa faute. Pourtant, il continue de s'acharner sur elle comme si elle était mon souffre douleur préféré. Il rôde autour d'elle comme une ombre, abat sans cesse sur elle un tas de conneries. La peur de s'engager est terrifiante. Il aurait peur de causer leur perte plus rapidement que le destin ne le permet.


Richard Harmon :copyright:️ Bazzart
Raven t'aime, qu'il répète, presque avec dégoût.

Le dégoût de cette femme qui pense avoir les réponses à toutes les questions. La femme qui pense pouvoir m'être des mots sur chaque émotion ressentie. Il se fiche de connaître la description exacte des émotions que pouvait vivre Raven au travers d'une année entière. L'amour ne se résume pas seulement à ces belles choses, elle englobe aussi les défauts, les querelles, les déceptions, la douleur, tout ce que A.L.I.E. enlève, au final. Il secoue imperceptiblement la tête, réfutant au fur et à mesure tout ce qu'elle peut dire pour tenter de solidifier ses propos illusoires.

Cette voix féminine, où il reconnaît désormais un timbre qui n'est pas celui de Raven, est de ne plus en plus insupportable à ses oreilles. Il ne parvient plus à différencier les deux femmes, même s'il aimerait y arriver, par orgueil sans doute. Mais Murphy n'a jamais été contrôlé par son orgueil. Il sait quand abandonner, sait quand fuir, sait quand laisser libre court à ses émotions. Il ne craint pas la souffrance, même s'il craint de mourir. Mais ne pas savoir reconnaître la vraie Raven, derrière ce regard aux paupières inactives, est déboussolant même, pour lui.

La voix de Jaha, cependant, ne ressemble en rien à celle d'une femme, alors elle semble plus réelle et cruelle encore, comme si elle transportait une autre vérité. Si la fausse voix de Raven ne l'atteint pas comment la pétasse à la robe rouge le souhaite, celle de Jaha est un coup de marteau. Un moment, ses paupières se ferment, évitant ainsi de regarder l'ancien Chancelier.

« Elle n'est pas faite de porcelaine. »

Les cicatrices ne sont pas des fissures.

Il n'a pas le souvenir d'avoir humer la framboise sur elle lorsque son nez se glissait dans ses cheveux, lorsque ses paumes découvraient son corps. Raven, elle transportait surtout une odeur de sapin, de terre et d'huile, à force d'être perdue dans la nature et de réparer toutes les machines qui nécessitaient ses soins. Pourquoi diable se souvient-il de ce détail? Murphy n'a pas vraiment conscience de ça, mais les sens olfactifs sont dotés de particularités bien spéciales, permettent de se souvenir d'événements, de lieux, de personnes. C'est un sens qu'on oublie parfois, tant il est peu développé chez l'homme.

Si elle sent si bon, délectez-vous-en, de son odeur.

Il réplique sans dire davantage, signe qu'une faille se produit. Peut-on réellement l'atteindre, le coeur de Murphy? Il ne parvient pas à imaginer Raven danser, même si elle était en pleine possession de ses deux jambes. Pour lui, c'est juste impensable. C'est plutôt le genre de fille à se salir. Il ouvre de nouveau les paupières, observe la pastille toujours tendue par Jaha. L'eau à ses yeux est plutôt un signe de range, d'insoumission. Que sera passera-t-il une fois qu'il l'aura en bouche?

Je ne veux pas être avec elle, enchaîne-t-il d'une voix froide.

Non, il veut qu'elle soit avec lui. Et même s'il doit sceller son sort de cette façon, il préfère garder ses propres valeurs intactes. Il soulève la jambe de manière à ce que son genou heurte la main de Jaha, faisant ainsi tomber la puce. S'il doit sombrer, ça ne sera pas par son consentement. Il faudrait qu'il soit plus bas que terre pour céder à cette monstruosité.

Tu devrais avoir peur.

Murphy, il a déjà dit ces mots, autrefois. Elle prétendait ne pas être faite de porcelaine, qu'il pouvait la toucher, qu'il pouvait lui faire mal. Elle a été mise en garde, plus d'une fois d'ailleurs. Elle devrait avoir peur. Mais cette fois, pas seulement de lui, de ce qu'il pourrait faire. Mais également de l'ordinateur, de Jaha et de ses intentions. Ses yeux cherchent Raven, pas l'entité informatisée. Sauf que Jaha semble perdre patience, pendant ce temps. Il sent qu'on lui empoigne la tête, Murphy. Sûrement pour le forcer à se soumettre à ce programme. Il ressent l'empressement, d'un coup, ce n'est plus du jeu.

Raven, s'te plaît. J'suis sûr que t'as conscience que c'est mal. Si tu la laisse faire pour me punir, c'est bon, j'ai compris le message. Là, j'ai besoin que tu m'aides.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty


Raven
Reyes

Raven est arrivée sur Terre juste après les 100, c'est pourquoi elle a plus de désir de se battre pour eux que pour les autres. Suite à une balle dans sa hanche, elle porte une atèle à la jambe droite sans quoi elle ne pourrait marcher. Elle était mécanicienne, et l'est toujours, l'une des meilleures d'ailleurs. Elle a ingéré la puce par esprit de contradiction, tout autant qu'à cause de sa détresse émotionnelle.

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Tumblr_oljnb1xFsz1ugi1dio10_400

Amoureuse du désir d'être aimée. Raven n'a d'yeux que pour un homme qui n'a d'yeux que pour la liberté. C'est comme si souffrir était devenue sa routine quotidienne ; la peine le moteur de ses journées. Si elle a oublié toutes les mauvaises choses, les bonnes restent à son esprit.


Lindsey Morgan :copyright:️ .lollipops
'' - Je ne veux pas être avec elle. ''

Une phrase qui résonne et qui ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd. Si Alie n'a pas réagit à l'entente de ces mots c'est comme si le subconscient de Raven avait prit la porte ouverte laissée par inadvertance. De toutes façons, l'intelligence artificielle n'a pas pour habitude de bloquer les gens dans la cité des Lumières. Elle qui croyait avoir les clés en mains ne remarque même pas que l'esprit de Raven est passé. La jeune femme, elle écoute sans comprendre. Voit, sans comprendre. Elle est incapable de dire pourquoi, ni comment elle s'est retrouvée ici avec Murphy. Avec Jaha. Le dernier souvenir qu'elle a remonte à ces mots malsains qu'elle a reçu de John dans la foule. La question qu'elle se pose directement est la suivante : a-t-elle été tant blessée par les mots qu'elle s'est enfuie vers la Cité des Lumières ?

Jaha n'est pas heureux de la situation. Il empoigne les cheveux de John pour ne plus lui laisser le choix. D'un geste brusque il récupère la puce, tente d'ouvrir la bouche de Murphy en appuyant sur ses joues. Ce n'est qu'au moment où il est prêt à faire tomber la puce à l'intérieur, que les derniers mots de John font leur effet.

Le '' ping '' qu'elle appelle ça, Alie. C'est l'instant entre le moment où l'hôte reçoit l'ordre primitif du code pour protéger Alie, et le moment où il réalise l'acte en question. Ce procédé est censé être rapide. Générer ou non, un acte qu'elle aura d'abord valider en amont. C'est pour ça que Raven, comme les autres, peut avoir un moment de réaction plus long que ceux qui n'ont pas avalé la puce. C'est ce moment là qui fait que Jaha a le contrôle ; il est complètement d'accord avec l'IA, il agit parfois même avant de recevoir l'ordre codé. A l'instant où il va pour faire tomber la puce, Raven lit ledit ping. Mais elle ressent surtout la présence d'Alie moins forte dans son esprit. Si elle n'explique pas pourquoi, ma réalité est qu'Alie fait grandement hésiter Jaha. Elle hésite elle-même. Le consentement est dans son programme.

La main de Raven vient frapper le coupe de Jaha. Comme le genoux de Murphy avait pu le faire. C'est le seul geste qu'elle est capable de faire sur le coup, et la puce qui tombe contre le torse de Murphy est la seule chose qu'elle voulait provoquer. Pourtant, le regard surpris de Jaha qui se tourne vers elle lui fait se poser tout un tas d'interrogations supplémentaire. '' Pourquoi est-ce qu'il est attaché ? Elle se le demande intérieurement sans mettre des mots à l'oral.

Raven ne sait pas non plus d'où elle sort cette connaissance, mais elle est persuadé qu'en frappant assez fort Jaha sur la trachée, il cessera de la regarder ainsi quelques minutes. C'est la peur qui la fait agir. Pour la première fois elle est capable de ressentir quelque chose à plein poumons, et sur le coup, ça l'effraie encore plus. Mais ce n'est pas la peur de voir Murphy blesser, ni même celle de le voir avaler la puce, ni même la possibilité qu'il meurt qui l'effraie.

C'est cette sensation d'être perdue. De ne savoir ni où elle se trouve, ni ce qu'elle doit ressentir. Ni ce qu'elle doit comprendre. C'est le mélange entre le code et sa véritable personnalité qui la met dans cet état. Qui la fait frapper la trachée de Jaha avec le côté de sa main, avant même qu'il n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit. Elle sursaute elle-même, étrangement, lorsqu'elle le voit tomber à terre. Alie améliore les choses. Concentres les efforts. Permet d'user de toutes les possibilités de l'être humain. Elle ne rend pas surhumain, mais une optimisation optimale. Elle partage tout un tas de données variées à ses hôtes : cartographie, environnementale, sur la faune et la flore. Sur les moyens de défense par la même occasion.

'' - T'as pas envie d'être avec moi... '' Elle répète ces mots parce que c'est la chose qui l'a fait revenir. Pas la supplication de Murphy. D'ailleurs, elle le regarde. Plus elle même que jamais parmi ces derniers temps. '' C'est la plus grosse connerie que t'ai jamais dites Murphy. ''

Elle lui parle de bon cœur. Elle. Raven. Allez savoir pourquoi, allez savoir comment, elle a réussi à reprendre les rênes qu'elle a lâché bien trop tôt. Raven ne sait ni ce qui la contrôle, ni ce qui provoque la douleur qui commence à circuler à l'intérieur de son crâne.

'' - Personne à jamais voulu de toi... Tu devrais sauter de joie au lieu de me cracher à la gueule !

C'est la colère qui ressort. N'est pas ce pas comme ça qu'ils ont toujours communiqué ? Mais le visage de raven se tourne de suite vers la porte qu'ils ont franchis en emmenant Murphy. Elle ne s'en souvient pas. Mais elle s'en que les autres vont entrer par ici. Une nouvelle vague de peur l'envahie. Raven ne sait pas pourquoi mais elle prend peur de ressentir. Prend surtout peur de ceux qui vont arriver parce qu'ils ne seront pas dans son état d'esprit. Raven n'est pas apte à comprendre pourquoi ils sont différents. Mais elle a peur.

C'est ce qui la pousse à se lever. La douleur a sa jambe n'est pas présente mais elle en a prit l'habitude. Elle voudrait tirer Jaha hors de la, mais sait d'avance que ce sera impossible. Tout ce qu'elle trouve à faire, c'est fermer la porte. Avec le verrou dont elle n'a pas la clé. Peu importe. Elle sait qu'ils parviendront à ouvrir. Ils veulent Jaha, alors que ce n'est pas lui est est attaché. Ils veulent Jaha, mais c'est Raven qu'on entend crier, en posant sa main sur le côté de sa tête. La douleur l'a prise par surprise mais elle disparaît à la seconde où elle se retourne pour voir le reste de la pièce. Un Jaha toujours à terre, et un John toujours attaché, les clés à quelques centimètres de ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 102
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty


Jonathan
Murphy

Un prisonnier, un criminel, bien avant de faire partie des 100 désignés à être envoyés sur Terre. Choisi parce qu'il n'avait ni famille ni talent particulier. Sa vie n’avait aucune importance à leurs yeux depuis que, sur l'Arche, il avait mis le feu au quartier des officiers ayant envoyé son père à la dérive.



Sa vie est devenue une succession d'erreurs et de trahisons à l'encontre des siens. Une petite voix démoniaque dans sa tête reste assourdissante : ne meurt pas, survis.

Avant, il n'avait jamais vraiment pris le temps de comprendre ses sentiments. À elle seule, Raven est parvenue à entrer dans son esprit pour chambouler tout ce qui lui semblait imperturbable. Désormais, il se sent parfois coupable de lui infliger autant de souffrance. La douleur physique qui l'incommode est sa faute. La douleur émotionnelle qui l'incommode est sa faute. La possession de la puce est sa faute. Pourtant, il continue de s'acharner sur elle comme si elle était mon souffre douleur préféré. Il rôde autour d'elle comme une ombre, abat sans cesse sur elle un tas de conneries. La peur de s'engager est terrifiante. Il aurait peur de causer leur perte plus rapidement que le destin ne le permet.


Richard Harmon :copyright:️ Bazzart
Qu'elle soit là ou non n'y change rien, désormais, Murphy ne parvient pas à la reconnaître. Dès le moment où l'ancien chancelier attrape ses cheveux, il ressent un moment de panique. Il n'a pas envie de croire que c'est la fin, pourtant l'évidence semble là. On lui tient la mâchoire pour tenter de lui faire bouffer cette saloperie. Si ce n'était du sédatif, il se serait battu tel un forcené comme il le fait à chaque fois. Dans l'empressement, il cesse complètement d'observer la fille. Sa survie en dépend. aucun des précédents mots ne l'a atteint, alors pourquoi un nouveau y serait-il parvenu? La chance, ou bien est-ce l'amour, lui sauve in extremis la vie.

Évidemment, Murphy est surpris. Il ne sait pas avec exactitude quelle phrase est parvenue à ramener Raven parmi les vivants. Il n'avait pourtant pas l'impression qu'elle l'écoutait réellement. La puce, elle tombe sur son torse. Comme si elle n'avait pas réfléchi, la fille n'hésite pas à neutraliser l'ancien chancelier, faisant sursauter Murphy au passage. Mais on peut très clairement lire la satisfaction sur son visage. Pourtant, dans les gestes, tout semblait calculé du côté de Raven, comme si chaque donnée avait été prise en compte avant le coup décisif. Est-ce réellement elle, ou est-ce une ruse?

Il comprend aussitôt quel a été le déclencheur lorsqu'elle s'adresse à lui pour le réprimander. Elle est déçue, forcément. Comment aurait elle pu lire entre les lignes, de toute façon? Avec A.L.I.E. dans sa tête, jamais elle n'aurait compris les nuances, les sous-entendus. Il ne voulait pas la rejoindre là-bas. Voilà le sens réel de sa phrase, là-bas où rien n'existe réellement. Pour être honnête, il ignore tout de l'autre monde, mais il s'en fait sa propre idée terrifiante et vide de sens pour éviter d'être manipulé et trompé.

Tu ne pourrais rien comprendre, qu'il lâche en tirant sur les menottes, vaine tentative pour se déprendre.

Elle l'accuse de tous les maux, ce qui a le don de l'énerver ; il utilise cette émotion pour se venger sur les menottes, mais toujours sans succès. Les clés sont nécessaires donc il tente de les trouver du regard. Heureusement, il en aperçoit près de Jaha, si seulement ce sont les bonnes. En tendant la jambe il tente de les attraper avec son pied. De sa position il ne parvient pas à faire grand-chose. Il grogne de mécontentement. À nouveau, il doit compter sur le soutien de Raven. Peut-elle vraiment l'aider si elle le déteste? Par ailleurs, son aide est particulièrement changeante. Il peut la perdre en une fraction de seconde.

Raven, c'est pas le moment de céder.

Voyant qu'elle souffre de mal de tête flagrant, il comprend qu'il commence déjà à la perdre. C'est une question de temps avant qu'elle ne disparaisse à nouveau dans l'obscurité de sa propre cervelle. C'est comme ça qu'il voit la chose, Murphy. Avec la puce, on devient prisonnier de soi. Et, avec un peu de chance l'ordinateur permet aux hôtes une petite balade. il secoue la tête à plusieurs reprises et cherche même à la rejoindre. Il est pourtant solidement attaché.

T'as raison, j'suis le pire des cons. Mais c'est pas dans mon intérêt de te laisser mourir. Aide-moi à me tirer de là si tu veux que je puisse t'aider.

Il sait aider quand il le veut, mais le ferait-il seulement? Dans sa voix, il est impatient et colérique donc doit serrer la mâchoire pour éviter de s'emporter davantage. S'il l'insulte trop ou l'attaque à outrance, elle le lui fera payer en le laissant là où il est. Ce serait typique de Raven de se venger de la sorte. Mais une part de lui est excité par ce comportement. Il se sent pressé par le temps, essaie de la raisonner avec les premières pensées qui lui viennent en tête, loin d'avoir les capacités de l'ordinateur pour réfléchir.

Je n'aurais jamais dû te dire d'avaler cette puce. C'était une grosse connerie. C'était pas vraiment ce que je voulais.

Il ne regrette pas souvent ses actions, mais il sait que les paroles sont parfois trop spontanées, dignes de sa personnalité.

C'est vraiment la solution pour toi? Si tu retournes, tu ne pourras jamais savoir ce que j'ai envie de te dire.

D'une certaine façon, c'est clairement du chantage émotif, mais il n'en pense pas moins. A-t-il déjà été cruel avec elle au moment de partager les moments de complicité? Il n'est pas un homme envers qui on peut avoir facilement confiance, donc il ne serait pas étonné qu'elle refuse de l'écouter. Essayer ne coûte rien. S'il n'était pas déjà au sol, il se mettrait à genoux pour elle, supplierait davantage s'il avait le temps. durant une fraction de seconde, il fixe la porte qu'elle vient de fermer mais qui ne risque pas de retenir qui que ce soit. Qu'est-ce qu'il pourrait dire pour réellement capter son attention? Les dernières qu'elle lui a dites n'étaient guère flatteuses.

Raven, on doit vraiment se barrer, maintenant.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty


Raven
Reyes

Raven est arrivée sur Terre juste après les 100, c'est pourquoi elle a plus de désir de se battre pour eux que pour les autres. Suite à une balle dans sa hanche, elle porte une atèle à la jambe droite sans quoi elle ne pourrait marcher. Elle était mécanicienne, et l'est toujours, l'une des meilleures d'ailleurs. Elle a ingéré la puce par esprit de contradiction, tout autant qu'à cause de sa détresse émotionnelle.

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Tumblr_oljnb1xFsz1ugi1dio10_400

Amoureuse du désir d'être aimée. Raven n'a d'yeux que pour un homme qui n'a d'yeux que pour la liberté. C'est comme si souffrir était devenue sa routine quotidienne ; la peine le moteur de ses journées. Si elle a oublié toutes les mauvaises choses, les bonnes restent à son esprit.


Lindsey Morgan :copyright:️ .lollipops
Il ne fait que l'énerver un peu plus en lui disant que ce n’est pas le moment de céder. Toutes les voix se mélangent dans sa tête sans qu’elle ne parvienne à les discerner. Mais au milieux de tout ça, Raven, elle a l’impression de s’entendre hurler. Qu’il ne comprend rien, qu’il n’a jamais compris. Qu’il ne sait pas de quoi il parle, Murphy. Qu’il parle uniquement pour la maintenir consciente pour lui venir en aide. N’est-ce pas ça, le problème, au final ? Car il semble en mauvaise posture. C’est tout ce qu’elle comprend lorsqu’elle le voit attaché, recroquevillé dans son coin au point de ne pouvoir atteindre les clés à côté de Jaha. Raven ne comprend rien, mais elle comprend tout en même temps. Le principal est qu’elle comprend que quelque chose ne va pas ; jamais elle n’aurait emmené John dans la gueule du loup. Pas seulement pour lui, mais pour elle. Aurait-elle été simplement capable de faire du mal à un des 100 ? Dans la tête de Raven, c’est l'image de Jasper qui s’affiche. Elle ne comprend pas ce qui la pousse à tant vouloir le faire bisquer avec la puce.

Aide-moi à me tirer de là si tu veux que je puisse t'aider. A-t-elle seulement envie d’être aidée ? Lorsqu’il a prononcé ces mots, Raven était dos à lui. Sa main posée sur son crâne est lentement retombée le long de son corps. Elle s’est posée cette question et pendant quelques secondes, le silence s’est fait à l’intérieur de son esprit. Tout n’est pas parfait. Rien ne semble l’être à cet instant précis. Ni elle, ni John, ni Alie. Ni Jaha toujours au sol. Elle le regarde alors et se souvient de la surprise qu’elle a vu dans ses yeux lorsqu’elle a réagit. Raven ressent au plus profond d’elle qu’il n’a pas été le seul à être stupéfait : tout son être, tout son code en fut chamboulé.

” - Je n'aurais jamais dû te dire d'avaler cette puce. C'était une grosse connerie. C'était pas vraiment ce que je voulais.” Raven réagit en se tournant, lentement, pour lui faire face. ” C'est vraiment la solution pour toi? Si tu y retournes, tu ne pourras jamais savoir ce que j'ai envie de te dire.”

Reyes a envie de réagir mais aucun de ses muscles n’est capable de bouger. Ni pour mouvoir, ni pour parler. Elle ne fait qu’entendre et réfléchir. Avec les voix qui ont repris en même temps, dans son esprit, c’est presque impossible. Elle a chaud, elle se met à transpirer presque d’une minute à l’autre. Raven grimace ; à cause de ce qu’il dit, de ce qu’elle entend et de ce qu’elle ressent. Ou ne ressent pas d’ailleurs. Tout se trouble, et tout s’anime en même temps. Elle a l’impression de perdre le contrôle et ça l’effraie à cet instant avec autant de pression que la puce a su retenir pendant tout ce temps. C’est en passant instinctivement sa main sur son bras qu’elle se rend compte du poids qu’elle a perdu. A quand remonte la dernière fois qu’elle a mangé ? Sa faim semble remonter à plus loin.

” - Raven, on doit vraiment se barrer, maintenant.”
” - J’irais nul part…” C’est tout ce qu’elle est capable de prononcer. Et tout ce qu’il fallait pour faire taire les voix dans sa tête. Raven, elle ne sait pas vraiment pour qui elle parle. A qui elle répond. John ? Ou Alie qui lui murmure d’ouvrir la rejoindre. ” J’irais pas avec toi…”

Etrangement, ces mots semblent plus destiné à John qu’à Alie, car ses yeux se sont tout de suite posé dans ceux du garçon en contrebas. Elle grimace. Elle se fait mal. Comment peut-elle avoir mal ? Elle ne ressent rien dans sa jambe, mais Raven a l’impression de sentir mille petit bout fissurer son coeur. Elle prend une grande respiration, qui sans s’en rendre compte creuse un peu plus son ventre qu’il ne l’est aujourd’hui ; c’est la peine qui ressurgit.

” - T’as pas envie de m’aider… pas vraiment. T’as envie de rester en vie…” Des larmes commencent à s'agglutiner dans ses yeux. Elle ne ressent plus la douleur du code mais la douleur des sentiments. ” Bellamy…” Qu’elle souffle en laissant aller tout l’air qu’elle a pu emmagasiner quelques secondes plus tôt. ” Où est-ce qu’il est ?”

Raven n’a pas la moindre idée de la réponse. Alie non plus car elle ne s’est pas encore intéressé à cet homme en particulier. Dans ses yeux on peut y déceler de l’espoir. Il aurait été prêt à se sacrifier pour sauver les siens ; à cet instant précis, Raven ressent cet énorme besoin d’aide. Elle a besoin qu’on lui tende la main. Mais toutes les choses récentes qui l’opposent à John semblent l’empêcher de pouvoir lui faire totalement confiance. Pourtant, ça ne l’empêche pas de se baisser. Prêt de John. Entre lui et les clés. Elle sursaute d’un bond lorsque les premiers hommes de l’IA viennent s’abattre contre la porte. La première idée : attraper les clés. Puis, elle pose son regard dans celui de John.

” - Tu dois trouver Bel’, ils ont besoin de savoir…” A-t-elle vraiment besoin de mettre des mots sur ses pensées ? Au fond d’elle, Raven ne saurait de quoi ils doivent avoir peur. Mais dans tout son être, à cet instant, tout comme dans les yeux de Murphy, elle voit que rien ne va. ” Tu comprends pas… Arkadia… Ils seront tous avec elle d’ici quelques jours…”

L’annonce tombe au même moment où elle enlève les menottes des poignets du délinquant. Le fer tinte contre la poutre, résonne au même titre que la porte résonne à cause des coups qu’on lui met. D’ici quelques minutes ils seront à l’intérieur. Quelques secondes après que Jaha se soit réveillé. Si John doit s’enfuir, c’est le moment. C’est la première fois qu’elle veut le voir partir.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 102
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty


Jonathan
Murphy

Un prisonnier, un criminel, bien avant de faire partie des 100 désignés à être envoyés sur Terre. Choisi parce qu'il n'avait ni famille ni talent particulier. Sa vie n’avait aucune importance à leurs yeux depuis que, sur l'Arche, il avait mis le feu au quartier des officiers ayant envoyé son père à la dérive.



Sa vie est devenue une succession d'erreurs et de trahisons à l'encontre des siens. Une petite voix démoniaque dans sa tête reste assourdissante : ne meurt pas, survis.

Avant, il n'avait jamais vraiment pris le temps de comprendre ses sentiments. À elle seule, Raven est parvenue à entrer dans son esprit pour chambouler tout ce qui lui semblait imperturbable. Désormais, il se sent parfois coupable de lui infliger autant de souffrance. La douleur physique qui l'incommode est sa faute. La douleur émotionnelle qui l'incommode est sa faute. La possession de la puce est sa faute. Pourtant, il continue de s'acharner sur elle comme si elle était mon souffre douleur préféré. Il rôde autour d'elle comme une ombre, abat sans cesse sur elle un tas de conneries. La peur de s'engager est terrifiante. Il aurait peur de causer leur perte plus rapidement que le destin ne le permet.


Richard Harmon :copyright:️ Bazzart
J'irai nulle part avec toi, affirme-t-elle.

À lui aussi, ça lui fait mal, cette phrase dépourvue d'appréciation mutuelle. La sensation est semblable à un coup de poignard en plein coeur. Mais il arrive souvent que les mots, d'une puissance non contenue, ne soient pas toujours représentatifs des réels besoins. Ils sont juste plus faciles à prononcer pour se protéger. Il n'est pas dans sa tête pour voir ce qui y passe, comme il aimerait qu'elle soit dans la tienne pour comprendre son fonctionnement. Il dit et pense des choses qu'il n'est pas toujours apte à expliquer. Il plisse les lèvres à la manière d'une grimace désobligeante. Il se repositionne dans le peu d'espace qui lui est accessible. Il secoue la tête.

Non, moi non plus je ne me suivrais pas, répond-il simplement.

Elle le fixe drôlement.

― [...] T’as envie de rester en vie…

Il fronce les sourcils, regarde les larmes qui s'accumulent à ses yeux ; une réaction que la pétasse n'aurait jamais eue. Il essaie de se redresser, encore, mais impossible.

Évidemment, qu'il répond malgré tout. Évidemment que je veux rester en vie.

Cette fois, ce n'est pas de la colère, dans sa voix. Il veut rester en vie. Pour un tas de raisons d'ailleurs. Mais elle le fait grogner en mentionnant Bellamy. N'a-t-il pas déjà ressenti de la jalousie envers lui, lorsqu'il posait ses doigts sur le bras de Raven? N'est-ce pas pour cette raison, en autres, qu'il lui a balancé la puce à la gueule dans une scène mémorable? Il était jaloux d'avoir été « l'erreur du placard » alors que Bellamy avait bien d'autres exclusivités dans son coeur en deuil.

Tu déconnes? Bell m'écoutera jamais ce que j'ai à dire.

Aux yeux des autres, principalement aux yeux des cent criminels, Murphy est un lâche et un menteur. Tout ce qu'il pourrait dire ne serait pas pris en considération. Ce que le trio a vécu dans les derniers mois ne changera pas la perception des autres à l'encontre de Murphy. Non, il ne sera jamais pris au sérieux. Même s'il devait partir, parler de Raven et de ses problèmes, expliquer la situation de l'entité informatisée... Chaque parole aurait l'apparence d'une tromperie, d'une moquerie. Et ensuite, eh bien, il serait trop tard. Murphy ne peut rien faire sans Raven. Raven, ils l'écouteront. Voilà le poids de Murphy dans la balance : un grain de sable, ni plus ni moins.

Si tu savais comme je m'en tape d'Arkadia.

Il masse ses poignets tandis que les coups martèlent la porte. Pas seulement pour lui, mais également pour contrecarrer la connasse, il se dit qu'il a besoin que Raven reste avec lui.

T'as rien à foutre avec eux. Désolé Raven. Ça devient personnel et urgent.

Il s'empresse de retirer sa veste, maintenant que ses poignets sont libres. D'un geste rapide, il enroule le tissu autour de sa tête pour lui bloquer la vue, reliant les manches derrière sa tête pour les nouer. Il ne lui laisse clairement pas le temps de répliquer ou de s'opposer. La porte, elle tremble sous l'assaut des nombreux poings. Il aurait pu choisir de frapper Raven à la tête pour lui faire perdre connaissance, mais elle aurait été bien trop lourde à tirer. Et peut-être n'aurait-elle pas perdu conscience. Au moins, ainsi, ses jambes sont coopératives et suivront d'instinct le mouvement par pur automatisme.

J'ai pas le choix, tu ne dois rien voir.

Il passe un bras autour de ses épaules pour la traîner dans un coin sombre. Ils n'auront pas le temps de fuir, mais il prend quand même ses distances. Avec un peu de chance, la pétasse rouge n'aura pas repris le contrôle avant de comprendre ce qui se trame et où elle se trouve. Il presse sa paume à l'odeur de fer à cause des menottes contre sa bouche, l'oblige à se taire en la maintenant contre la paroi d'un mur. La porte est défoncée au même moment. Les adeptes entrent en trombe pour découvrir un Jaha allongé. Mais... ils ne trouveront jamais la puce échappée, car Muprhy s'est assuré de la subtiliser pendant que Raven parlait. Il s'est dit que ce serait forcément utile.  

Il ne cesse de presser son dos à son torse, ses bras solidement enroulés autour d'elle, l'empêchant d'émettre le moindre son. Sa force est décuplée, car il redouble d'efforts pour ne pas perdre pied. Le sédatif coule dans ses veines. Son entière concentration est sollicitée. Il est déterminé à ne pas laisser Raven partir avec eux. Pour diverses raisons d'ailleurs. Il s'accroche à ce besoin, le visage enfoui à son cou, silencieux.

Jaha se réveille. Jaha parle. Ça se joue sur quelques secondes, quelques mètres.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty


Raven
Reyes

Raven est arrivée sur Terre juste après les 100, c'est pourquoi elle a plus de désir de se battre pour eux que pour les autres. Suite à une balle dans sa hanche, elle porte une atèle à la jambe droite sans quoi elle ne pourrait marcher. Elle était mécanicienne, et l'est toujours, l'une des meilleures d'ailleurs. Elle a ingéré la puce par esprit de contradiction, tout autant qu'à cause de sa détresse émotionnelle.

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Tumblr_oljnb1xFsz1ugi1dio10_400

Amoureuse du désir d'être aimée. Raven n'a d'yeux que pour un homme qui n'a d'yeux que pour la liberté. C'est comme si souffrir était devenue sa routine quotidienne ; la peine le moteur de ses journées. Si elle a oublié toutes les mauvaises choses, les bonnes restent à son esprit.


Lindsey Morgan :copyright:️ .lollipops
Tout est trop douloureux pour qu’elle ne réagisse réellement. Elle sait que Bellamy n’écoutera pas spécialement John, mais elle sait aussi que ce dernier peut être assez persuasif pour arriver à ses fins. Il parvient à survivre, il porte tellement bien son surnom ; le cafard. Mais même , cafard ne pourrait survivre seul sur cette terre. Alors même si ça blesse, Raven a dans l’espoir que tous les deux pourront enfin travailler ensemble. Il n’y a plus de tant personnes aujourd’hui à pouvoir sauver le monde. Elle a mal, aussi, lorsqu’il dit s’en foutre d’Arkadia. Surtout parce qu’il y a des gens là-bas dont elle, ne se moque pas. Jasper, Monty, Harper, Bellamy, et tous les autres qui ont leur place pour vivre. Les 100 sont tout ce qui lui reste aujourd’hui ; elle pleurerait sur leur perte plutôt que sur celles des autres. Le problème, c’est que Raven a bon coeur et qu’elle veut désespérément sauver tout le monde. Même Abby ni Kane ne méritent de périr sous une intelligence artificielle sans scrupule.

Raven aurait du s’en douter bien plus qu’Alie n’aurait du le faire. Parce qu’elle sait de quoi est capable Murphy. Ne l’a-t-il pas déjà attrapé pour se servir d’elle comme d’un bouclier ? Certe, il lui coupe la vue, lui interdit de crier par sa main posée sur sa bouche. De bouger par la force qu’il met à la tenir contre lui. Cachée dans la pénombre sans qu’elle ne puisse le savoir.

Tout ce qu’elle sent, pour une fois, c’est le toucher de John. Sa peau sur la sienne, même si ça n’a rien de doux. L’empressement, la peur, la surprise lui permet de ressentir une infime partie de ce toucher qui lui manquait tant depuis l'insertion de la puce dans son cerveau. C’est cette stupéfaction qui a permit à John de garder le cap ; Raven ne s’est pas débattue. Respiration coupée, bien qu’elle soit tendue, elle s’est compté de sentir. Cette odeur métallique, de bois et de poussière qui représente bien la façon de vivre de John. Il est toujours dans la survie sans pouvoir avoir le simple plaisir de l’eau chaude et du savon qu’on offre à Arkadia. Mais l’odeur qu’il porte est gravée dans son esprit. Elle se grave bien plus maintenant qu’elle se concentre dessus.

” - Ils peuvent pas être loin !” Qu’un des homme clame en récupérant Jaha. Il le porte pour l’emmener dans un endroit sécurisé où le noir pourra se réveiller. ” J’le sens… elle nous entend.”
” - Ils doivent être dehors, cherchez !”

Ces mots Raven les entends, elle les comprend, mais elle est incapable de les vivre. Elle se questionne déjà sur la façon dont fonctionne le code à l’intérieur de sa tête. Même si elle a peur, même si au fond d’elle-même, Raven est contente de la réaction de John. Il ne la laisse pas ici. Elle a dit le contraire mais préfère de loin cette chance qu’il se donne. Pour lui. Pour elle. Peu importe au final. Mais une chose est sûre : ceux qui ont la puce sont toujours connectés à elle sans qu’elle-même ne le soit. Parce qu’ils peuvent entendre ce qu’elle entend. Ils ne peuvent voir puisqu’elle ne voit pas. Est-ce qu’ils ressentent aussi l’air qui effleure sa peau, le soleil qui la réchauffe, lorsqu’elle est à l’extérieur du bâtiment ? Car maintenant qu’ils sont partis à leur recherche -comme des idiots preuve qu’Alie ne rend pas les gens forcément plus intelligents, c’est ce qu’elle ressent.

Murphy n’a pas laissé passer sa chance : dès qu’il a l’occasion de sortir il le fait. Force Raven à en faire de même, et pourtant il n’a pas besoin d’être oppressant. Raven suit. Avance au rythme qu’il lui donne sans avoir la moindre idée de l’endroit où elle se trouve. Elle sent qu’ils sont dehors parce qu’elle entend la vie de Polis qui reprend vie autour d’elle. Mais elle ne sait pas où il l’emmène. Au fond, elle n’a pas envie de le savoir parce qu’elle sait qu’Alie saurait aussi. Elle préfère ne rien voir. C’est comme ne rien sentir, au fond. C’est se laisser porter par quelqu’un d’autre.

” - Tu comptes rester silencieux, aussi ?”

Raven demande parce qu’elle n’en peut plus. De marcher. Du silence environnant maintenant qu’ils ne sont plus au centre de Polis. Elle en est convaincu parce qu’elle n’entend plus les conversations. Elle n’entend plus la vie autour d’elle. Juste la vie, silencieuse à sa manière, de la nature. Les feuilles qui bougent au vent. Les brindilles qui craquent sous le point d’un des deux. Tout et n’importe quoi aurait pu être meilleur que le silence qui est à l’intérieur de sa tête : elle n’entend ni les autres, ni Alie. La douleur n’est pas présente, et c’est ce qui la fait s’inquiéter. Toujours dans le noir par le vêtement de John. Toujours à l’aveugle, alors, elle a besoin du contact de John pour avancer. Si ce n’est sa main à lui poser dans son dos, c’est sa main à elle qui tient la manche de son chandail à lui.

” - J’en peux plus… laisse moi voir !”

Alors qu’elle était tolérante jusqu’à présent, Raven pète un cable et fait tout pour enlever le tissu qui lui bloque la vue. Heureusement pour eux, lorsqu’elle le fait, il n’y a rien autour d’elle qui pourrait prévenir Alie et les siens de l’endroit où ils se trouvent. Tout ce qu’elle fait, Raven, c’est bêtement regarder Murphy. Est-ce qu’elle veut le voir elle, où est-ce qu’elle veut qu’Alie comprenne qu’elle est en train de perdre ? John n’a jamais été docile. Il s’en prend à qui s’en prend à lui. Complètement débraillée, elle est bien contente de ne pas voir son reflet dans les yeux de Murphy.

” - Qu’est-ce que tu comptes faire, John…” Elle soupire, elle l’appelle par son prénom par désespoir. Sent-il à quel point elle est perdue à cet instant ? Ses mains nient rapidement, elle ne veut pas savoir. Alie ne doit pas savoir. ” J’ai peur… de ce qu’elle a pu me faire faire. J’ai jamais voulu te faire du mal Murphy, crois-moi.”

Raven n’avancera pas d’un pas. Elle ne sait pas ce qui la retient, ce qui lui interdit d’avancer. Mais ça n’a rien à voir avec le code qui fait des siennes à l’intérieur de sa tête. Pendant une fraction de seconde elle se sent flancher. Comme si ses jambes n’étaient plus capable de tenir. Comme si son esprit tout entier menaçait de sombrer ; son corps finira par lâcher avant l’artifice intelligent.

” - J’aurais du te le dire là-bas, avant de l’avaler.” Il a parlé de ce moment, et depuis, elle ne cesse d’y penser. Ce moment fatidique où elle a tout abandonné. ” Que j’avais juste envie d’être avec toi. Avec le bon, et le mauvais que ça apporte.” Raven fait des pauses entre chaque phrase, parce qu’elle retient le plus possible les larmes qui se forment à ses yeux à cause des regrets qui commencent à la submerger. ” Mais je savais que je pouvais pas encaisser que tu me repousses. C’était plus facile que t’entendre me dire que tu ne m’aimais pas en retour.”

Cette larme-si, elle est incapable de la retenir. Raven baisse même la tête pour la faire disparaître plus vite. Mais la trace qui reste sur sa joue finit quand même par disparaître à l’aide du revers de sa main. Elle ne pleure pas parce qu’elle a mal. Raven se met à pleurer parce qu’elle a honte. Honte d’avoir baissé les bras alors que ça n’a jamais été un choix pour elle. Vivre est la première règle qu’elle respecte. C’est ce qu’elle a toujours su faire. Raven se pensait être incapable de faire autrement et ingérer la puce a été sa plus belle et grande erreur. Alors, lorsqu’elle redresse le visage -bien rapidement car cette larme n’a pas eu le temps de vivre bien longtemps, elle le regarde.

” - J’ai cru qu’aimer vraiment quelqu’un ça voulait dire être capable de le laisser partir.” Raven parle de Finn sans pour autant réussir à mettre un nom dessus. Par rapport à ses souvenirs qui manquent, ou tout simplement parce que ça fait mal ? ” Tu devrais me laisser quelque part. M’enfermer.. m’attacher. Tout ce que tu veux. Mais tu peux pas m’emmener partout où t’auras besoin d’aller Murphy. Je suis pas fiable…” Ces mots sont douloureux, mais réaliste. Pourtant, Raven se cache derrière cette dernière phrase pour passer à autre chose. Elle ne sait même pas d’où lui sont venus ces mots, quelle raison l’a poussé à être honnête face à lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 102
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty


Jonathan
Murphy

Un prisonnier, un criminel, bien avant de faire partie des 100 désignés à être envoyés sur Terre. Choisi parce qu'il n'avait ni famille ni talent particulier. Sa vie n’avait aucune importance à leurs yeux depuis que, sur l'Arche, il avait mis le feu au quartier des officiers ayant envoyé son père à la dérive.



Sa vie est devenue une succession d'erreurs et de trahisons à l'encontre des siens. Une petite voix démoniaque dans sa tête reste assourdissante : ne meurt pas, survis.

Avant, il n'avait jamais vraiment pris le temps de comprendre ses sentiments. À elle seule, Raven est parvenue à entrer dans son esprit pour chambouler tout ce qui lui semblait imperturbable. Désormais, il se sent parfois coupable de lui infliger autant de souffrance. La douleur physique qui l'incommode est sa faute. La douleur émotionnelle qui l'incommode est sa faute. La possession de la puce est sa faute. Pourtant, il continue de s'acharner sur elle comme si elle était mon souffre douleur préféré. Il rôde autour d'elle comme une ombre, abat sans cesse sur elle un tas de conneries. La peur de s'engager est terrifiante. Il aurait peur de causer leur perte plus rapidement que le destin ne le permet.


Richard Harmon :copyright:️ Bazzart
Laisse-moi voir, demande-t-elle.

Tout est vaste désormais, il n'a plus besoin de la priver de la vue. Tandis qu'elle se tortille pour retirer la veste, il la dénoue ou même moment pour qu'elle lui reste entre les mains dès qu'elle prend de la distance. Avec ou sans l'entité, elle ne pourra pas aller bien loin avec sa jambe. Murphy, il est confiant quant au fait qu'il pourra réagir assez rapidement pour la retenir. Il est hors de question qu'elle retourne auprès de ses adeptes. Observe tout ce que tu veux, qu'il pense. De toute manière, les arbres et les pierres occupent une grande partie du paysage. Il a choisi la forêt exprès pour ça, pour la priver du sens de l'orientation. Il ne peut pas s'empêcher d'être satisfait : la pétasse rouge devra se montrer plus ruser que lui. Un ordinateur peut-il être plus malin qu'un voleur? Il a volé Raven et c'est sa grande fierté.

Qu’est-ce que tu comptes faire, John…

Elle pose la question, mais la rejette aussitôt. Qu'elle le veuille ou non, il va répondre à sa demande. Il ressent le besoin d'être honnête, ça le bouffe de l'intérieur, de garder le silence, de l'observer être grugée à petit feu alors que c'est son rôle à lui, mais pas de cette façon.

J’ai jamais voulu te faire du mal Murphy, crois-moi.
Ben voyons...

Il se déplace sans réellement marcher, se contentant de bouger d'un pied à l'autre, sans stabilité aucune.

J’ai cru qu’aimer vraiment quelqu’un ça voulait dire être capable de le laisser partir.

Il secoue imperceptiblement la tête, complètement en désaccord avec ce qu'elle vient de dire. Il frotte son nez à l'aide de son pouce, chassant un éternuement qui n'arrive pourtant jamais. La terre et la poussière ne lui ont jamais causé de problèmes. Il s'avance, nonchalant, pour se camper face à le métisse.

Quand on aime quelqu'un, on ne laisse pas partir. T'as cru crois, Reyes?

Il échappe un rire bref, incline la tête sur le côté pour capter son regard même si ce geste n'est d'aucune utilité : elle le regardera qu'il bouge ou non. Il est à la fois confus et irrité.

T'as vu l'monde dans lequel on vit? Où t'as cru qu'on avait le temps de laisser partir ceux qu'on aime? On passait à peine le cap de la majorité sur l'Arche. Si l'projet avait pas vu l'jour... J'serais même pas là. Mais t'étais pas concernée toi, pas vrai? T'avais ta petite vie pendant qu'on croupissait en cellule. Je haïs ceux qui prétendaient être de mon peuple. Ils m'ont pris ma famille, Reyes. Quatre murs, voilà tout c'que j'avais. Mais tu l'sais ça, non? T'as vu dans quoi je vivais.

Qu'est-ce qu'elle connait de l'amour? Il n'est pas calé en la matière, lui non plus, mais a-t-elle seulement des comparatifs sous la main? Elle n'a connu que Finn, sur l'Arche. Et ce petit con, il s'est empressé de se taper le première blondasse qu'il a trouvé sur Terre. Elle ne s'est pas plainte, Clarke. C'est être opportuniste que de profiter d'un type qui a besoin d'attention quand on veut soi-même s'envoyer en l'air. Mais Finn ne méritait clairement pas Raven s'il a cru qu'il pouvait écarter les cuisses d'une autre alors qu'on l'attendait déjà. Et avec Bell, est-ce qu'il y avait de l'amour?

Tout ce que je veux, huh?

Il hausse les épaules, claque son palais de sa langue, comme s'il refoulait un profond soupir.

À partir de maintenant, assure-toi de rester dans mon champ de vision, que je te voie pas essayer d'me faire une crasse. J'ai l'habitude des petits tours de passe-passe. Il s'approche assez pour que son visage soit à quelques centimètres du sien. Tu me colles au point de fusionner à moi, c'est compris? On va retrouver Bell et les autres sans passer par le Conseil, parce qu'avec tes doigts magiques et ton cerveau surpuissant, tu trouveras un moyen de stopper ça. Et t'expliqueras aux autres en détail c'qui se passe. Hors de question que j'te laisse là.

Il sait mettre carte sur table lorsque la colère prend le dessus, lorsqu'il en a marre qu'on se moque de lui.

T'as peur de ce qu'elle a pu te faire... Je vais te le dire, moi, ce qu'elle a pu te faire : t'enlever ta putain d'humanité en créant un monstre.

Il a toujours fait à sa tête, n'a jamais eu l'âme de leader ni d'un suiveur. En fait, il s'adapte selon les circonstances. Et il est clair que Raven ne peut actuellement prendre aucune décision. Il fera ce qu'il doit faire pour que la connasse n'entraîne pas la chute de l'humanité prématurément. Parce que s'ils vivent éternellement dans cet univers fictif, il est clair qu'ils se suicideront les uns après les autres, tomberont comme ces animaux atteints de maladie.

Ses doigts, ils viennent légèrement se crisper à la gorge de Raven. Son pouce, il retrace sa tranchée : là par où la pastille a glissé pour se frayer un chemin jusqu'à son œsophage.

Raven, elle n'a jamais cherché à le pendre, contrairement à Bellamy, contrairement à Clarke. Raven, elle était toujours là au mauvais moment. Et les autres, ils lui disaient toujours quoi faire, quoi réparer, qui apprécier. Ils l'ont obligée à détester Murphy avant même qu'elle ne puisse se faire son idée, pas vrai?

T'as toujours cru que je te repoussais parce que j'voulais pas rester. Mais t'as jamais cherché plus loin. T'as jamais demandé à v'nir non plus.

Il se croit peut-être plus rusé que la pétasse rouge, mais il est clair qu'elle est douée dans son rôle si elle parvient à faire de Raven un être aussi vulnérable, à cet instant. Des yeux vitreux sous l'émotion, des paroles qui pourraient réellement l'atteindre. Il est dur d'écouter Raven et de lui faire confiance lorsqu'elle est « possédée. » Il est peiné, Murphy, de devoir jongler entre sa haine des Arkadiens, son désir pour elle, son impossibilité à la regarder comme il le voudrait en sachant qu'elle n'est pas elle-même, que les mots ne sont peut-être pas les siens.

J'suis pas fiable non plus, tu sais. Mais j'ai pas pour autant que de mauvaises intentions.

S'il tuait Raven, est-ce qu'il tuerait une partie de A.L.I.E.? Il empoigne solidement la nuque de Raven pour presser ses lèvres aux siennes. Et si ce n'est pas elle qu'il embrasse à cet instant, alors il doit certainement s'agir d'une ruse de la connasse. Il a fui à de nombreuses reprises, il l'a repoussée à de nombreuses reprises, mais chaque fois, il était incapable de la sortir de sa tête. Qu'elle soit éternellement blessée à cause de lui est également une erreur avec laquelle il devra vivre constamment. Est-elle toujours aussi insensible, même avec ce contact? Il rage, Murphy, ne sait pas s'il est trop amoureux ou trop en colère. Mais lui, il est pas du genre à laisser partir ceux auxquels il tient. Il s'accroche comme un sangsue.

L'empêcher de nuire. Je crois que je vais en faire ma nouvelle vocation, tout compte fait.

Il se fiche bien de murmurer ça à ses lèvres, il a bien envie de qu'elle le sache, parce qu'il est aime bien faire les choses en grand pour attirer l'attention.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 38
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 25
RÉGION : France.
CRÉDITS : YUUKI

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty


Raven
Reyes

Raven est arrivée sur Terre juste après les 100, c'est pourquoi elle a plus de désir de se battre pour eux que pour les autres. Suite à une balle dans sa hanche, elle porte une atèle à la jambe droite sans quoi elle ne pourrait marcher. Elle était mécanicienne, et l'est toujours, l'une des meilleures d'ailleurs. Elle a ingéré la puce par esprit de contradiction, tout autant qu'à cause de sa détresse émotionnelle.

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Tumblr_oljnb1xFsz1ugi1dio10_400

Amoureuse du désir d'être aimée. Raven n'a d'yeux que pour un homme qui n'a d'yeux que pour la liberté. C'est comme si souffrir était devenue sa routine quotidienne ; la peine le moteur de ses journées. Si elle a oublié toutes les mauvaises choses, les bonnes restent à son esprit.


Lindsey Morgan :copyright:️ .lollipops
C’est John Murphy qui remet les pendules à l’heure aujourd’hui. Avec ses mots et sa vision des choses, il choque Raven comme un courant électrique aurait pu le faire. Pour une fois il semble apprendre la vie aux autres, mais Reyes ressent quelque chose d’étrange. Au fond d’elle-même, comme si une infime lumière s’était rallumée. Mais ça blesse. Ca fait mal. Elle ne comprend pas d’où ça vient, mais être remise à sa place par John est plus blessant que si quelqu’un d’autre l’avait fait. Parce que John n’est pas celui qui donne les bons conseils d’habitude. Il est celui qu’on réprimande et qu’on éloigne. Pas celui qui sauve la mise. Et si c’est ce qu’elle voulait depuis le début, se sentir inférieur de cette façon, se sentir complètement à côté de ses pompes, c’est la pire des choses. L’impression d’être perdue disparaît à l’instant où il explique le monde ; T'as vu l'monde dans lequel on vit? Où t'as cru qu'on avait le temps de laisser partir ceux qu'on aime?. Mais les souvenirs dont il parle ne font qu’effleurer la conscience de Raven. Elle cherche, doit le faire longuement et en profondeur pour trouver ce souvenir dont il parle. Alie l’a caché pour une unique raison ; à l’époque, Raven était désespérée à l’idée de pouvoir revoir Finn avant sa majorité. C’est la peine qui la poussait à agir, Murphy n’était qu’un délinquant parmi tant d’autres. Et puis lorsqu’il lui a raconté son histoire, c’est le jour où elle a perdu l’usage de sa jambe. C’est de sa faute à lui, tout ça. Raven se souvient de ce détail à cet instant mais ça ne change rien à ses sentiments à l'égard de John ; il a rattrapé son geste désespéré à de nombreuses reprises depuis. Elle est en colère de son handicape mais ne lui en veut plus de ce geste démesuré. Elle comprend. La vengeance est un plat qui doit être célébré, même envers Bellamy. Même si elle ne laisserait pas ça se reproduit aujourd’hui.

” - [...] Et t'expliqueras aux autres en détail c'qui se passe. Hors de question que j'te laisse là.”
” - D’accord !”

Qu’elle dit sèchement, en serrant la mâchoire. Raven encaisse, sans ouvrir la bouche autre que pour dire ce simple mot. Elle grimace même un peu, parce qu’une part d’elle ressent de la crainte à ce que John soit à la tête de tout ça. De sa vie. De son contrôle. Mais il veut retrouver les autres. C’est tout ce qui importe à Raven. Du coin de l’oeil elle cherche à voir le soleil, il lui donnera une idée de l’heure de la journée. Comme si elle cherchait à calculer à partir de quand les choses seront hors de contrôle à Arkadia ; comme si elle connaissait l’heure exact. Mais Alie pourrait se servir de la position de soleil contre elle, alors Raven a rapidement l’instinct de reposer ses yeux sur John. Elle qui a tant eu envie de l’avoir sous les yeux, sous sa main, a du mal à encaisser ses mots et ses regards.

Un monstre sans humanité, c’est tout ce qu’elle est à ses yeux. Alors pourquoi ressent-elle cette peine, cette douleur qui renaît des bas-fonds à cet instant précis ?

Elle le laisse attrape sa gorge. Comme il l’a fait dans le placard -elle s’en souvient très bien aujourd’hui. Grâce à Alie. Ses yeux sont plus tristes que jamais ; le code d’Alie se réveille au même titre que la peine. C’est la contre balance ; on ne peut pas vivre avec le code à l’intérieur. Pas vivre pleinement, avec tout ce qui va avec. Murphy fait tout ressortir, le bon, comme le mauvais. Mais c’est ça être en vie, alors John est l’opposé d’Alie. Pourquoi est-ce que ça fait si mal, et tant de bien en même temps ? Raven est incapable de tout comprendre mais semble pour la première fois tout ressentir. Même si ce n’est pas pleinement ; même si la peau de John sur elle ressemble plus à un effleurement plutôt qu’à une prise sèche. C’est toujours mieux que la dernière fois.

” - T'as toujours cru que je te repoussais parce que j'voulais pas rester. Mais t'as jamais cherché plus loin. T'as jamais demandé à v'nir non plus.”

Il a gagné en prononçant ces mots. Parce qu’elle a mal, Raven, un peu plus et ce point là qu’il soulève la fait grimacer. C’est vrai, elle n’a jamais cherché à partir avec lui. Vivre de la manière où lui l’entendait paraît si idyllique pourtant ; sans obligation, aucune, de fournir des efforts pour des personnes qui passe devant vous sans vous voir. Ne pas avoir besoin de sauver le monde, et se contenter de savoir où on dormira la nuit. Sous les étoiles, dans une autre grotte. Une vie compliquée, et pourtant bien plus simple que ce qu’elle vit aujourd’hui. Que ce qu’elle vivait depuis la descente de l’Arche sur Terre. Le dessin de John est bien plus séduisant que le sien.

Un baiser qu’elle n’a pas vu venir, qu’elle n’a pas pu sentir comme elle l’aurait désirer. Mais la force qu’il met autour de sa gorge, elle commence à la sentir avec plus d’intensité. A mesure du baiser, à mesure de ses doigts fermés, Raven perd la notion de respirer. Elle suffoque sans s’en rendre compte, mais aurait-elle été simplement capable de repousser les caresses de John ? Raven n’est pas en porcelaine, elle désire de la douceur mais sait qu’elle succombe à la sécheresse dont il use.

La phrase qu’il murmure contre ses lèvres aurait du être un déclencheur. Tout compte fait, il en est bel et bien un. Mais à quel niveau ? Parce que Raven, elle succombe. Succombe à cette sorte de promesse, ce désir puissant qu’il ressent d’exterminer Alie. De la sauver par la même occasion. Elle succombe, et même si elle a besoin de respirer sans encore le ressentir réellement, elle l’embrasse de nouveau. Raven ne cherche pas à enlever l’emprise qu’il a sur sa gorge. Elle veut le ressentir. Plus fort. Parce qu’elle ne ressent qu’une infime partie de ce qu’elle devrait ressentir. Ses mains agrippent d’abord le chandail de Murphy. Elle emmêle ses doigts au tissu, mais est incapable de ressentir les battements du coeur qu’elle recherche. Alors elle veut caresser sa nuque. Attraper ses cheveux. Mais là encore, pas la moindre once du plaisir qu’elle se souvient avoir ressenti au fond du placard.

L’autre partie qui n’a rien à voir avec elle, le code de Alie, est en éveille. Comme s’il avait capté, compris ce que l’homme sans emprise certifie. C’est le moment où l’intelligence artificielle décide de revenir. Elle murmure des mots à Raven sans qu’elle ne soit capable de les comprendre. Mais Raven le ressent, cette sensation d’être épiée. Elle a l’impression qu’on regarde au dessus de son épaule. Qu’on essaye de percer à jour quelque chose qui n’a pas envie de sortir. Et la souffrance à sa jambe s’éveille. Quelque chose qu’elle n’avait pas ressenti depuis des semaines. Quelque chose qui vient du fond de son corps et qu’elle a été incapable de garder pour elle, de confiner à l’intérieur. Alors, comme si la pression était trop forte -où est-ce le code qui la pousse à respirer?- elle se recule de John. Pose ses mains sur son torse pour le repousser comme s’il était le problème. Mais en réalité ? Raven est incapable de faire un pas en arrière sans perdre l’équilibre. Elle vient de le sentir, ce mouvement de recul qu’elle a eu du mal à retenir lorsqu’il a reculé d’un pas à son mouvement.

” - T’es putain de sérieux, Murphy ?” Elle semble en colère, mais ça n’a rien à voir avec lui. C’est le contrôle qu’elle veut garder sur son corps qui ressort. ” Tu m’as tiré dessus ! Tu m’as rendu infirme… handicapée Murphy. Comment est-ce que tu peux envisager que j’aille vivre avec toi parmi les natifs ?”

Elle a parlé, mais Raven ne respire que maintenant. Elle sent ses joues en feu mais ça n’a rien à voir avec la gêne ou la colère, ou la douleur. C’est simplement son corps qui réagit normalement au manque d’oxygène. Elle ressent, ça l’énerve. Ca la trouble. Ca lui donne envie d’exploser et c’est sur John que ça tombe. Pourtant, tout ce qu’elle dit est vrai. Vient du fond du coeur. Raven n’a certainement jamais été aussi honnête avec lui qu’à cet instant précis ; parce qu’elle ne cherche rien. Elle parle de cette balle perdue, alors qu’elle ne lui en veut pas pour ça. Parce qu’elle comprend pourquoi il l’a fait. N’était-elle pas capable de l’échanger, pour garder Finn en vie ?

” - J’ai envie d’être avec toi. Mais est-ce que tu crois vraiment que je serais capable de vivre comme toi ? ” Elle demande sérieusement, Raven, n’enlève pas son regard du visage de Murphy. En réalité, elle voudrait le faire. Se cacher parce qu’elle a honte d’avouer à quel point elle est dépendante d’Arkadia et de tout ce qui s’y trouve. Mais Raven, elle ne veut pas voir la silhouette rouge qui commence à bien prendre forme dans le coin de son oeil. ” Qu’est-ce qu’on va faire, si on tombe malade ? Qu’est-ce qu’on va faire, John, si je brise mon atèle ?” Instinctivement, sa main cherche à venir caresser le bout de métal sur sa cuisse. Mais il n’y a rien. Où est-ce que Bellamy a-t-il bien pu la mettre ? ” C’est la guerre dehors… et je pourrais jamais te suivre si on doit s’enfuir.”

Sûr cette dernière phrase, sa voix paraît plus faible. Comme si Raven elle-même commençait à ressentir tout le poids de la douleur, de la faiblesse que lui enlevait Alie jusque là. Mais le code joue correctement son rôle. Il embrouille son esprit. Elle ne sent même pas que son nez commence à perdre une goutte de sang. Tout ce qui compte, c’est le regard qu’elle pose sur Murphy à cet instant. Tout ce qui compte, c’est qu’elle est capable aujourd’hui de dire la vérité. De lui dire ce qu’il pense sans avoir peur qu’il parte pour de bon. Il a l’air de vouloir se débarrasser d’Alie, bien plus qu’elle.

” - Si je t’avais suivi John… j’aurais été un poids pour toi. ” Elle hausse les épaules. Ses muscles la tirent ; amaigrie, elle n’a jamais ressemblé à ça face à quiconque. ” Et je le dis parce que je t’aime… parce que je le pense… mais en rejoignant Arkadia… pour moi, pour toi… je sais que tu serais un atout pour eux. C’est tout ce que je veux pour toi. Ce que je voulais pour nous. Pour moi, c’est une question de moralité de rester avec eux… je voulais que tu me choisisse moi.”
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 102
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
Tortue

You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty


Jonathan
Murphy

Un prisonnier, un criminel, bien avant de faire partie des 100 désignés à être envoyés sur Terre. Choisi parce qu'il n'avait ni famille ni talent particulier. Sa vie n’avait aucune importance à leurs yeux depuis que, sur l'Arche, il avait mis le feu au quartier des officiers ayant envoyé son père à la dérive.



Sa vie est devenue une succession d'erreurs et de trahisons à l'encontre des siens. Une petite voix démoniaque dans sa tête reste assourdissante : ne meurt pas, survis.

Avant, il n'avait jamais vraiment pris le temps de comprendre ses sentiments. À elle seule, Raven est parvenue à entrer dans son esprit pour chambouler tout ce qui lui semblait imperturbable. Désormais, il se sent parfois coupable de lui infliger autant de souffrance. La douleur physique qui l'incommode est sa faute. La douleur émotionnelle qui l'incommode est sa faute. La possession de la puce est sa faute. Pourtant, il continue de s'acharner sur elle comme si elle était mon souffre douleur préféré. Il rôde autour d'elle comme une ombre, abat sans cesse sur elle un tas de conneries. La peur de s'engager est terrifiante. Il aurait peur de causer leur perte plus rapidement que le destin ne le permet.


Richard Harmon :copyright:️ Bazzart
Il anticipait deux réactions, Murphy, en embrassant Raven une première fois. D'une part, la colère. Il imaginait qu'elle le repousserait de toutes ses forces pour lui dire, à son tour, ses quatre vérité. Mais ne le fait-elle pas déjà en permanence? D'ailleurs, les mots sont prononcés avec davantage de précision depuis que la pétasse rouge est dans sa tête. Des vérités vraies. D'autre part, l'indifférence. Si elle ne le repoussait pas, il imaginait un cadavre incapable de réaction, des lèvres froides, un corps raide. Une impassibilité totale, voilà ce qu'il craignait du plus profond de son être. Il avait peur de ne lui procurer aucune réaction ; en général, il est celui qui fait exploser Reyes.

D'ordinaire, Raven, elle est prévisible, plus qu'elle ne peut le croire. Mais elle se prive en permanence, croyant devoir se cacher dans une coquille que nul ne peut franchir. C'est pour ça que Murphy cogne en permanence, pour attirer son attention, pour la faire sortir. Il n'y a rien de bien, dans cette coquille sombre, vide. Au début, il était peut-être jaloux de son humanité, jaloux de l'intérêt que tous les autres lui portaient. Ensuite, il a tout gâché, détruisant le pont de l'amitié. La destruction de ce pont l'a pourtant aidé à comprendre que s'il n'avait pas d'abord l'amitié, il pouvait y trouver... l'amour? Alors même si Raven est prévisible, il ne la pensait pas apte à ressentir quoique ce soit au travers de ce baiser. Il le faisait davantage pour lui, là. Et pourtant, elle réagit. Est-ce réellement possible, avec A.L.I.E.? Étonnamment, elle l'embrasse en retour, mais elle s'accroche avec tant de désespoir, qu'il doute qu'elle partage la même chose que lui. Peut-on vraiment s'accrocher à lui? Peut-on vraiment compter sur lui? N'est-ce pas ce qu'elle tente de faire, à cet instant? Et... n'est-ce pas ce qu'il a toujours voulu, qu'on le considère? Il a tant donné pour les autres lorsque la maladie a frappé l'Exodus. Il a voulu sauver des vies, voulu se faire pardonner. Le rejet l'a fait dérapé.

Tu m’as tiré dessus ! Tu m’as rendu infirme… handicapée Murphy. [...]

Les reproches reviennent en force, elle reste pourtant accrochée à son t-shirt, là où ses propres mains viennent serrer les siennes. Elle ne ressent peut-être rien, mais lui, il ressent tout, pantelant. Ces derniers mots ne l'atteignent pas, pas après ce baiser. Elle en voulait trop pour réellement avoir l'intention de le repousser. C'est sûrement ce détail qui lui permet de ne pas céder à sa propre colère, cette fois. Un changement, certes infime, mais un changement tout de même. Si elle n'était pas si déconnectée, elle sentirait le torse se soulever sous la lourde respiration de Murphy. Elle sentirait qu'il souhaite davantage, qu'il est en total éveil.

Qu'est-ce qu'on va faire si... [...] Si je t’avais suivi John… j’aurais été un poids pour toi.
Comment peux-tu le savoir, tu ne l'as même jamais envisagé.
Je le dis parce que je t’aime… je voulais que tu me choisisse moi.

Il laisse sa main glisser le long de son bras jusqu'au biceps. Il la carrasse furtivement de son pouce avant d'enrouler ses doigts à son bras pour l'obliger à reculer et à s'asseoir sur la première racine proéminente. Lui-même suit le mouvement, s'agenouillant face à elle. Sa main revient sur la sienne, attentif comme il l'a toujours été, même si ce n'était pas quelque chose qu'on remarquait. On le trouvait trop lâche. On le trouvait trop stupide. Pourtant, n'est-il pas celui qui a défié Pike une première fois sur l'Arche, celui qui observait, qui a changé les choses en intervenant? Il est celui qu'on a d'abord défendu avant que tout parte en couille sur Terre.  

Je viens juste de le faire, Raven. Te choisir, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué. T'as pas à te demander ce qui arriverait si... Juste, fais-le. Tout est déjà bousillé de toute façon. Tu sais réparer les choses. Je croyais que rien ne savait t'arrêter?

Depuis quand rêve-t-il d'un moment comme celui-ci? Normal. En même temps, il vient de l'inonder d'un ouragan de paroles, comme s'il avait eu besoin d'un canalisateur pour se vider. Il avait besoin d'élever la voix pour que ça sorte. Il est lui-même conscient de fuir les relations qui le bouffent. Il déteste le rejet, déteste se sentir inutile. Et Raven, elle a beau dire qu'il serait un atout, il n'en croit pas un mot. Il le sait, que sa confiance est brisée, qu'il ne peut compter que sur lui-même. C'est difficile pour lui d'accepter que les 100 puissent lui apporter la moindre sécurité, après la pendaison, après l'exil, après l'épidémie... Non. Si sa vie devait être menacée, il ne pourrait compter sur personne. Ils protégeront les proches qu'ils aiment davantage en premier ; le cafard serait tout au bas de la liste. Raven, elle a un truc en plus, que ni Clarke ni Bellamy ne pourraient avoir. Le sentiment que tout le monde est égaux, que choisir qui mourra et qui vivra n'est pas la solution. Raven, c'est le genre de personne que Murphy, lui, choisirait. Une vie est une vie. Il aimait sa famille avant de la perdre. Pourquoi ne pourrait-il pas en aimer une autre?

T'es juste, Reyes. Je crois vraiment que t'as envie t'aider tout le monde. J'sais que je peux te faire confiance, ok? Mais avant, on doit la sortir de ta tête. Promets-moi que tu le feras.

Il est sérieux, Murphy. Il peut faire des choses insensées si on lui donne une bonne raison de le faire. Et, il n'a pas besoin d'être devin pour savoir que... Il lui fait confiance pour ce qui arrivera, qu'importe où ce sera. Ça laisse présager un tas de possibilités même s'il ne le dit pas concrètement.

La guerre, elle n'est pas seulement dehors maintenant. Elle est dans ta tête. Et ça, c'est pire que c'que tu pourrais croiser.

Une idée germe désormais dans la tête de Murphy, mais, au risque d'être découvert, il se demande s'il est judicieux d'en parler à Raven. Il ne sait pas exactement de quelle façon ils communiquent, mais il a constaté de ses propres yeux que c'était rapide. Dès le moment où Jaha est tombé, une ruée d'adaptes s'est présentée, prête à répliquer. Il tapote distraitement les mains de Raven, regardant autour de lui. Raven pourrait mettre à profit les talents de l'entité pour leur dire, mathématiquement, ce qui est préférable de faire. Il l'a vu faire, Murphy, lors de leur dernière quête. Elle calculait tout mentalement sans la moindre difficulté. Autant que ça serve si c'est à portée de main. Pourquoi s'en priver?

Vous êtes venus jusqu'ici en Rover? On est toujours à Polis. Est-ce qu'on pourrait être plus rapide qu'eux si on s'en empare? Ils savent déjà où nous allons. Si on peut gagner du temps avec le Rover, on le fera.

S'ils piquent par la forêt, ils pourraient atteindre Bellamy et les autres avant eux. À moins qu'ils ne dénichent un talkie. Murphy n'a pas les capacités mentales pour analyser l'ensemble de la situation et savoir quel chemin les avantagerait. Raven, elle peut le faire. Autant que sa lucidité leur soit bénéfique. Murphy se tient déjà prêt à neutraliser la pétasse rouge si elle devait reprendre le contrôle.

Raven. J'suis avec toi. Dis-moi quoi faire.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


You're right, dying alone would have sucked. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
You're right, dying alone would have sucked.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: