Le Deal du moment : -17%
Disque SSD Interne – 860 QVO – 1To ...
Voir le deal
99.66 €

Partagez
 
 
 

 Cœurs ennemis ♣ Elsy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1037
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

190807045716516583.png
Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia

Alors que la demoiselle commence à nettoyer la plaie du jeuen homme, elle remarque bien que ce dernier passe un moment très peu agréable comme il en vient à mordre sa manche pour supporter la douleur. Heureusement pour lui le traitement ne dure pas et bientôt, la demoiselle retire son linge, le laissant tranquille comme elle attrape le reste de son matériel. Car il n'en a pas tout à fait terminé avec la douleur, non. La demoiselle n'a pas encore extrait la balle de sa plaie et elle ne peut le laisser ainsi.

L'Allemand auquel elle s'adresse pour obtenir un coup de main ne semble pas comprendre la demande de la demoiselle comme cette dernière lui demande de tenir une loupe, la contraignant à demander à Matthias de jouer les traducteurs, ce qu'il parvient à faire puisque son collègue se place auprès de la jeune femme en récupérant la loupe qu'il commence à le tenir alors.

«- Je crains que l'Allemand ne le soit pas plus...» remarque la demoiselle sur le même ton que son interlocuteur.

Mais Elisabeth ne commence pas tout de suite son extraction. Attrapant un linge propre dans ses affaires, la jeune femme le roule en boule avant de le présenter à Matthias.

«- Mord là-dedans...» indique-t-elle au soldat allemand

Ce serait bien plus efficace que de mordre sa manche comme il l'avait fait jusqu'à présent, d'autant plus que la douleur ne serait probablement pas la même. D'ailleurs, bien que la jeune femme prenne place, s'installant pour bien voir la plaie et pouvoir e extraire la balle, elle ne se lance pas tout de suite dans cette opération, lançant un nouveau regard au blessé.

«- Vous devriez peut-être boire encore un peu...» suggère la demoiselle.

Elle le laisse se préparer à l'idée de ce qui va suivre, avant de se décider à commencer l'intervention, guidant Ulrik pour profiter de la loupe au maximum. D'une pince au bout des doigts, attentive, elle tente d'attraper la balle, malgré la douleur que Matthias peut éprouver, tâchant de rester impassible face à celle-ci. Mais ce n'est pas simple. Et finalement un Allemand vient lui donner un coup de main en tenant la cuisse de l'homme en place pour donner à la médecin d'un jour plus de stabilité et de précision dans ses gestes, lui permettant de sorte la balle au bout de longues minutes.

«- La voilà !» annonce-t-elle ravie en levant la main, observant la balle à la lumière.


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 496
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

lhyILgs.png
Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en train de tomber amoureux d'une belle française et je le vis plutôt bien.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 3191486607_1_2_ybLBk4XU

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 60B5


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR

Alice choisit de répondre à ma petite plaisanterie sur le même ton , affirmant que ma langue n'est pas simple non plus. J'imagine que c'est vrai. Mais , aucune langue ne l'est véritablement, je pense.

Elle a la gentillesse de me tendre le linge qu'elle utilisait , pour que je puisse mordre dedans. Ainsi , je comprends que la douleur sera encore pire...J'accepte et , et place le tissu dans ma bouche , me préparant déjà à serrer les dents. Je commence à fermer les yeux , mais voilà qu'elle parle à nouveau pour me conseiller de boire encore. Ulrik me tend la bouteille d'alcool, et je reprends plusieurs gorgées , bien que je ne pense pas que cela améliorera mon état , avant de replacer le linge entre mes dents.

La douleur explose , et je retiens mes cris sous le bâillon. Enfin , j'essaie.
J'ai envie de lui hurler de se dépêcher , mais je sais qu'elle fait comme elle peut. Je serre si fortement la mâchoire que j'en ai mal , peinant a ne pas bouger ma jambe , jusqu'à ce qu'un de mes compatriotes se charge de l'immobiliser. Dès gémissements de souffrances s'échappe de ma gorge. Arrive enfin , le précieux moment où la française extrait la balle. Je sens une larme coulé le long de ma joue , mais j'ai l'esprit top embrouillé par l'alcool pour penser à avoir honte.

"Merci." , je souffle à Alice en tournant mon regard vers la jeune femme. "Merci beaucoup. Vous m'avez sûrement sauvé la vie."

Ma plaie se serait probablement infectée , ou les miens auraient mis du temps à intervenir. Je ne sais pas. Mais , je lui en suis reconnaissant , et le serait longtemps. Peut être indéfiniment.
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1037
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

190807045716516583.png
Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia

Précautionneusement, la demoiselles s'occupe d’extraire la balle de la plaie, la portant bientôt à la lumière du jour, l'air victorieuse comme elle est parvenue à la sortir et ce d'ailleurs assez facilement. La demoiselle n'a pas non plus une longue expérience dans le domaine de la médecine, au vu des circonstances malheureusement ne lui ayant pas permis de poursuivre ses études, mais elle sait aussi que cette balle aurait put lui donner beaucoup plus de fil à retordre, ce qui n'a pas été le cas ici. Si le jeune allemand la remercie, il peut dont aussi remercie à la fois sa bonne étoile, les circonstances et sûrement aussi ses collègues qui ont permit à la française de pratiquer non seulement dans un endroit calme et non en pleine rue, mais également de travailler correctement en empêchant à l'homme de trop bouger sa jambe.

«- Je n'irais pas jusque là, quelqu'un d'autre vous aurais assurément soigné.» remarque la demoiselle

N'en ayant pas encore finie avec cette plaie, la jeune femme prépare son matériel en jetant quelques regards au jeune homme comme ce dernier est toujours allongé sur la table. Avec un peu d'alcool, la française désinfecte son matériel, avant de lui tendre la bouteille.

«- Je vais maintenant recoudre. Une petite gorgée ?» propose la demoiselle comme elle sait que cette nouvelle étape peut être douloureuse pour lui.

Laissant l'homme boire, la jeune femme s'installe ensuite au niveau de sa jambe, plongeant l'aiguille dans la chair de l'allemand. Précautionneusement, la demoiselle s'astreint à faire une jolie couture pour qu'il ait plus tard une aussi jolie cicatrice que possible, tout en essayant d'aller suffisamment vite pour que le supplice de l'allemand ne dure pas trop longtemps.


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 496
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

lhyILgs.png
Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en train de tomber amoureux d'une belle française et je le vis plutôt bien.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 3191486607_1_2_ybLBk4XU

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 60B5


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR

Je remercie Alice de m'avoir sauvé la vie. Mais , elle me répond presque que c'est exagéré , que n'importe qui d'autre l'aurait fait. Hum. Je ne crois pas non. Aussi bien du côté français que allemands. Personne n'a osé approcher sauf elle. Et , le temps que les miens interviennent , peut être aurai-je eu davantage de complications.
Définitivement, je pense qu'elle m'a sauvé la vie. Et , peu importe si ça aurait pu être quelqu'un d'autre finalement. L'important, c'est que ce soit elle qui est intervenue.

"Je n'en suis pas si sûr..." , je lui souffle. "Je suis heureux que ce soit vous." , ça me rassure plus qu'elle ne peut sans doute l'imaginer. Elle me rend ensuite la bouteille , rappelant qu'elle doit désormais recoudre la plaie. Ça ne va jamais s'arrêter , je rêve ?

"Je veux bien oui." , je répond en reprenant l'alcool , avalant de nouveau plusieurs gorgée qui me brûlent la trachée . Heureusement pour moi , mes idées sont désormais suffisamment embrouillé pour que la douleur ne soit plus trop vive. De plus , Alice se montre bienveillante en ne faisant pas durer le moment plus que nécessaire.

"C'est enfin fini alors ? Vous êtes sûre que je ne perdrai pas ma jambe ?" , je demande inquiet. Je ne veux surtout pas ça . Et , même si elle m'a déjà affirmé que tout irait bien , je dois lui demander à nouveau. Peut être l'effet de l'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1037
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

190807045716516583.png
Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia

La jeune femme esquisse un sourire comme l’homme affirme être sûr que oui, la demoiselle lui a en effet sauvé la vie et qu’il est heureux que ce soit elle qui l’ait fait, pas un autre.Même s’il le prétend, Elisabeth n’est pas certaine de lui avoir sauvé la vie. D’autres l’auraient fait. Mais s’il est heureux que ce soit elle qui l’ait trouvé, la demoiselle le prend comme un compliment. Ça voulait dire qu’il avait de l’affection pour elle, probablement. Pas qu’elle soit réellement surprise par cette information. Ce n’est pas comme s’ils passaient du temps ensemble depuis quelques temps, en raison justement de cette affection, de leur attirance. Tout du moins, de ce qui s’en rapprochait, sans qu’ils n’aient vraiment posés de mots sur ce qu’ils vivaient.

«- Je suis heureuse que ce soit moi, bien que j’aurai nettement préféré ne pas avoir à vous soigner.» remarque-t-elle. Cela aurait voulu dire qu’il n’avait pas prit de balle dans la jambe.

Parce qu’elle n’en a pas finit avec le jeune homme et qu’il risque de souffrir encore. La jeune femme doit en effet le recoudre pour que la plaie puisse par la suite cicatriser correctement et elle sait que ce sera un peu long et douloureux pour l’allemand. Lui donnant de nouveau de quoi boire, elle attend donc pour pouvoir se lancer et, quand elle peut enfin s’y mettre, la soignante essaie d’être la plus rapide possible pour que la douleur dure le moins longtemps possible, tout en s’appliquant consciencieusement.

Son affaire terminée, l’homme s’inquiète encore de savoir si elle est sûre qu’il ne va pas perdre sa jambe et si tout est enfin terminé, preuve que malgré l’alcool et l’ivresse, il a probablement passé un très mauvais moment pendant quelle s’occupait de lui. Il faut dire que le français, bien moins chanceux, ne l’a pas raté.

«- Certaine !» affirme la demoiselle. «Mais vous allez devoir rester au repos pendant plusieurs semaines, ne pas mouiller votre plaie et vous déplacer avec des béquilles quand il vous faudra marcher.» remarque-t-elle cependant, avant de sortir un papier et de quoi écrire. «Je vais vous écrire les recommandations ici mais… il faudra que vous alliez voir un docteur je… je ne suis pas qualifiée pour écrire une ordonnance...»


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 496
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

lhyILgs.png
Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en train de tomber amoureux d'une belle française et je le vis plutôt bien.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 3191486607_1_2_ybLBk4XU

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 60B5


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR
Je suis heureux de voir un petit sourire naître sur le visage d'Alice. C'est plutôt agréable de voir ça dans ces circonstances plutôt difficiles. Ça me fait encore plus apprécié le fait que ce soit elle ma "sauveuse". Elle aurait préféré ne pas me soigner. Bien sûr. Et , j'aurai préféré ne pas me prendre une balle dans la jambe. Ni tuer ce français , honnêtement.

"Bien sûr, vu sous cet angle , j'aurai préféré que vous n'ayez pas à me soigner." , je souffle doucement d'une voix éteinte.

Est ce qu'elle m'en voudra d'avoir tué son compatriote ? Est ce qu'elle gardera cette seule image de moi , le soldat allemand tuant un pauvre français ?
Ce n'est pas moi. Ce n'est pas l'homme que je suis. Je ne partage pas les idées extrémistes de certains des miens. Elle le sait , n'est ce pas ? Elle me connaît , plutôt pas mal , maintenant.
Je l'espère.

Je m'inquiète de nouveau pour l'état de ma jambe. Alice est certaine que je ne la perdrai pas. Elle me donne quelques recommandations , du repos , ne pas mouiller la plaie et marcher avec des béquilles quelques semaines. Je hoche la tête. Évidement. On ne devrait pas me renvoyer en Allemagne si la convalescence est relativement courte , surtout pour ce que l'on fait ici , à Paris.
Je souris même au fait qu'elle prenne le temps et la peine de m'écrire les recommandations.

"Merci beaucoup Alice. Ne vous inquiétez pas , vous faites déjà énormément , je n'ai rien à vous reprocher." , je suis un peu dans le cirage les idées floues mais je tiens à lui dire ce que je pense , pour la rassure et lui rappeler encore une fois à quel point je lui suis reconnaissant.

"Et ne vous inquiétez pas. Dès que je rentrerai dans ma section avec Ulrik , j'irai voir un de nos médecins pour les traitements à suivre."
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1037
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

190807045716516583.png
Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia

Si l’homme est heureux que la française l’ait soigné, cette dernière aurait nettement préféré ne pas avoir à le faire. Cela aurait voulu dire que l’homme n’avait pas couru le risque de se faire tuer et, qu’en parallèle, il n’aurait lui-même tué personne. Car elle n’a pas oublié que pour s’en sortir, pour survivre, il a été obligé de tuer un français. Obligé de tirer une balle sur un jeune homme qui aurait put être elle. S’il l’ignore, la demoiselle est du côté de cet homme que l’Allemand a descendu. Elle est du côté de la France, de la libération de son pays. Ce qui ne l’empêche pas d’aimer Mathias, rendant les choses particulièrement compliquées alors que la jeune femme sait très bien, elle, qu’ils sont ennemis. Non pas juste ennemis parce qu’il est allemand et qu’elle est française, mais ennemis car elle appartient à une catégorie de la population que l’homme se doit de surveiller et réprimer. S’il venait à le découvrir… resterait –il l’homme qu’il lui avait laissé découvrir tout ce temps ? La blondinette en doute fortement. Et peut-être qu’il vaut mieux ne jamais vérifier ces hypothèses.

Malgré leurs camps opposés, quand il est tombé, la demoiselle est intervenue pour le soigner. Pas seulement parce qu’il s’agissait de lui. Elle aurait répondu à son devoir peu importe l’Allemand qui se serait trouvé à terre. Tout ennemi soient-ils, elle a prêté serment. Enfin, si elle n’a jamais put le faire officiellement, c’est une promesse qu’elle s’est faite en intégrant les études de médecine. Mais il n’y a que pour lui qu’elle aurait pût s’inquiéter à ce point, en revanche. Une inquiétude que l’homme partage, par ailleurs. Mais tout va bien pour lui, la demoiselle lui faisant seulement ses recommandations d’usages, lui rédigeant celles-ci pour un docteur.

«- Vous faîtes bien. Je doute qu’il puisse me lire… mais je vous donne tout de même ceci, si cela peut lui faire gagner du temps. Vous pensez que vous pourrez le lui traduire ?» s’enquit la demoiselle en lui donnant le papier. Quand il aurait de nouveau les idées claires, il le pourrait peut-être.



Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 496
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

lhyILgs.png
Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en train de tomber amoureux d'une belle française et je le vis plutôt bien.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 3191486607_1_2_ybLBk4XU

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 60B5


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR

Alice me tend le papier qu'elle a rédigé , se doutant logiquement de l'incapacité du futur médecin à le lire.
Le traduire ? Sûrement oui , mais pas maintenant. Je n'ai pas les idées assez claires :

"Je devrai pouvoir y arriver , si les termes ne sont pas trop spécifique à la médecine." , je me débrouille plutôt très bien en français désormais , j'en suis d'ailleurs fier , même si je ne le crierai pas sur tous les toits.
Mais , le vocabulaire plus élaboré m'échappe encore. La langue de Molière reste ardu à apprendre.

Ulrik se penche alors vers moi , pour me souffler quelque chose à l'oreille. Pourquoi fait-il ça , alors qu'Alice ne peut pas me comprendre ? À moins qu'il ai peur qu'elle ai menti. Enfin , vu ce qu'il me dit , ça n'a aucun sens. Je soupire quelques peu , avant de retourner mon regard vers la jeune femme.

"Ils préfèrent que vous ne restiez pas plus longtemps dans le bâtiment , maintenant que vous avez fini." , je grimace un peu , plutôt gêné par l'attitude des miens. Oh , je les comprends évidemment, je penserai sûrement pareil à leur place. Mais , la compagnie de la française m'étant toujours agréable , je suis forcément déçu.

"Vous savez à quel point nous sommes méfiants..." , pourquoi je lui dis ça ? Pour m'excuser de comment elle est traitée ? Je ne sais pas vraiment. J'imagine qu'elle se doutait qu'elle n'aurait rien de plus que mes paroles de remerciements.
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1037
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
Narnia

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

190807045716516583.png
Elisabeth Dubois
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis résistante et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elisabeth est née au sortir de la première guerre mondiale, quelques mois après le retour du front de son paternel. Elle a alors grandit à Paris. A l’âge de seize ans, rêveuse devant le succès d’Augusta Dejerine-Klumpke, qui en 1886 avait été la première femme interne aux hôpitaux de Paris puis devant celui de Marie Curie en 1922 qui devint membre de l’académie de médecine, la jeune femme décida de devenir, elle aussi, chirurgien.

Accomplissant son rêve, elle entame des études en chirurgie... Et puis sa vie changea du tout au tout, en 1940. Face aux déclarations du général de Gaule et de Pétain, la jeune femme fit savoir à son instructeur qu’elle quittait la médecine. Surprit, la pressant de question, il finit par découvrir qu'elle souhaitait, comme lui, entrer dans la résistance. C'est ainsi qu'elle est devenue espionne. Son réseau se sert de son joli minois, innocent, pour soutirer des informations.


Iga Wysocka :copyright:️ eunoia

Si les termes ne sont pas trop médicaux, pas trop technique, l’homme pense qu’il devrait pouvoir arriver à faire la traduction. Mais il n’a pas à s’inquiéter, la demoiselle n’a rien écrit de trop compliqué, évoquant seulement les faits et ce qu’elle a eut à faire, en plus de ce qu’elle recommande pour traiter la blessure jusqu’à rémission complète. Ça ne devrait donc pas poser de problèmes pour la traduction. Mais afin d’être sûre, la jolie blonde rajoute quelques mots pour faciliter les choses à Matthias.

«- Rien de trop compliqué, ne vous en faites pas.»

Elle devait partir. La demoiselle a à peine eut le temps de donner sa feuille à l’allemand qu’un collègue de ce dernier se penche à son oreille pour y glisser quelques mots que, dans les grandes lignes, Matthias lui explicite par la suite. De toute évidence, les camarades du jeune homme ne sont pas rassurés par la présence de la jeune femme dans le bâtiment. De toute évidence, celui-ci est assez important et surveillé.

«- Je comprends.»

Méfiant, c’est le cas de le dire. Mais elle imagine que les français le seraient tout autant si leurs situations étaient inversées. De toute façon, elle n’a pas vraiment le choix que de l’écouter. Et avec cette blessure, difficile de savoir quand ils pourront se revoir. C’est probablement ce qui la tracasse le plus, dans tout ça. Le fait de ne pas pouvoir suivre l’état de sa blessure, de sa rémission.

«- Dans ce cas… je vais y aller.» murmure-t-elle. «A bientôt, Matthias.»



Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Elsy
Elsy
MESSAGES : 496
INSCRIPTION : 02/11/2019
RÉGION : Alsace
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

lhyILgs.png
Matthias
Heidegger

J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis officier de l'armée allemande et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en train de tomber amoureux d'une belle française et je le vis plutôt bien.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 3191486607_1_2_ybLBk4XU

Matthias est un jeune officier allemand , né en 1917. Né à Dortmund , il fait partie de ces jeunes allemands qui ont perdu un proche ou plus au sortir de la grande guerre. Surtout , il grandit dans la honte et la crise économique et sociale qu’entraînent le Traité de Versailles. Sa famille souffre énormément de la crise des années 30. Hitler et toutes ses belles promesses le touchent comme beaucoup de jeunes de son âge. Oh , il se rendra compte de son erreur rapidement. Malheureusement , la guerre arrive et le voilà en France où ses convictions ont chuter depuis longtemps.
Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 60B5


Paul Welsey :copyright:️ NOM CRÉATEUR

Alice m'assure que les termes qu'elle a employé ne devraient pas être trop compliqué pour moi à traduire. Le temps pour moi de l'informer de la volonté de mes collègues à ce qu'elle prenne congé. Je ne lui dis pas cela avec plaisir. Sa présence me rassure , et devoir lui ordonner de partir est une véritable épreuve de force pour moi.

Elle me dit qu'elle comprend. Elle sait que nous sommes méfiants , comme le serait son peuple dans la même situation. Il y a manifestement des choses en ces murs , qu'elle ne doit pas voir. Et , je ne vais pas insister au risque pour sa propre sécurité. J'acquiesce donc à ses paroles , un sourire aux lèvres :

"À très bientôt , Alice." , je lui réponds sur le même ton tandis que l'allemand qui nous a accueilli dans le bâtiment reconduit la française à l'extérieur.

Une fois qu'elle est hors de la pièce , Ulrik me demande à nouveau d'où est ce que je la connais. Je lâche un nouveau sourire , mais ne réponds pas à sa question , préférant prétexter que j'ai besoin de me reposer.

***

Lorsque Ulrik m'a ramené à notre lieu de ralliement habituel , j'ai suivi les conseils d'Alice , allant tout de suite voir notre médecin. Il me conseille également de prendre un peu de repos , pour que je puisse aider ma patrie à nouveau , le plus rapidement possible. J'ai aussi le droit à des béquilles , une ordonnance pour je ne sais trop quels médicaments , et ordre de revenir le voir en cas de signes d'infections.

Je ne sais pas trop pourquoi , mais je tais le nom d'Alice lorsqu'il me demande qui m'a soigné. L'instinct , sans doute.

Les jours passent. L'ennui s'installe pour ma part, alors que je me concentre sur ma guérison , n'ayant curieusement pas l'envie de rentrer au pays.

J'en profite pour écrire à ma famille , bien que je tais ma blessure. Inutile de les inquiéter plus que de nécessaire. L'essentiel réside dans le fait que j'aille bien aujourd'hui. Je m'en remettrai , alors pas besoin de les alarmer.

Au fur et à mesure , les douleurs finissent par s'atténuer , et bientôt , je n'utilise plus qu'une seule béquille à la manière d'une canne. Très vite , on me confie d'autres tâches que je peux accomplir dans ma situation. On m'informe que je repartirai dans la surveillance , quand je serai rétabli. En attendant , je reste dans les bâtiments .

Néanmoins , j'ai toujours quartier libre aux heures habituelles. Ce soir , j'en profite pour tourner près de l'endroit où habite Alice. Je n'ose pas aller me présenter directement , peut être suis-je timide ?

Alors , je tente une approche plus discrète , en essayant de la repérer dans les rues alentours ou près de chez elle. Je veux la voir. Plus que tout.
Ma jambe fatigue , malgré l'aide de la béquille , je finis par m'asseoir sur un banc , allumant une cigarette.

Peut être que mon plan est voué à l'échec aussi bien que stupide. Enfin , je verrai bien.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Cœurs ennemis ♣ Elsy - Page 15 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Cœurs ennemis ♣ Elsy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 15 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers historique :: Contemporain-
Sauter vers: