Le deal à ne pas rater :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros d’achat
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
Hermione Granger
Hermione Granger
Féminin MESSAGES : 11
INSCRIPTION : 22/11/2019
ÂGE : 27
RÉGION : Bretagne
CRÉDITS : By Moni59

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Empty

La jeune Gryffondor laissa ses larmes couler à flot sur ses joues rouges. Elle avait mal, terriblement mal, elle n’avait pas voulu mettre un terme à cette passion qui la consumait de l’intérieur mais elle n’avait pas le choix. Drago s’était montré virulent avec elle, violent même et la jolie brune ne pouvait pas accepter un tel comportement. Il était vrai qu’Hermione Granger n’avait pas beaucoup d’expériences en ce qui concernait les relations de couple mais elle savait ce qu’elle ne voulait pas. Un homme froid, distant, prétentieux, égoïste et violent. Et à cet instant, c’était le visage que Drago Malefoy avait voulu lui montrer…intentionnellement ou pas elle n’arrivait pas à le voir autrement. Cela la désola et elle baissa la tête. La tristesse prit le dessus sur sa colère et elle pleura de plus belle. * Pourquoi je me suis laissé aller ? Je savais qu’il ne le fallait pas…* pensa-t-elle tristement. « Il ne le fallait pas… « La phrase résonnait dans la tête de la Gryffondor comme un écho étouffé. Non il ne fallait pas. Ses pensées se bousculèrent mais elle était désormais sure d’une chose à présent. Maintenant qu’elle avait posé ses lèvres sur celles de celui qu’elle avait toujours ardemment désiré en secret, maintenant qu’elle savait que son corps réagissait à la moindre caresse du Serpentard, maintenant que son cœur ne s’emballait que pour lui…Hermione ne pourrait plus vivre sans Drago Malefoy. C’était fou, impensable, inconcevable même, elle le savait. Jamais les deux adolescents ne pourraient faire un bout de chemin ensemble. Tout en ce monde les séparait. Elle était une Gryffondor, lui un Serpentard. Elle était la meilleure amie de son ennemi. Il était son ennemi. Elle était une fille de moldus sans valeur à ses yeux. Il n’était qu’un fils à papa de sang-pur aux siens. Elle œuvrait pour le bien. Lui était soumis aux forces du mal. Rien ne les réunirait jamais…

Elle pensa soudainement à ce qu’elle était venue faire ici, dans ce couloir. Drago dissimulait quelque chose d’important, et elle se doutait que ce n’était pas pour aider l’Ordre du Phénix. Non, ils n’étaient pas du même camp dans cette guerre et la jeune femme le savait que trop bien.

Sur cette réflexion intérieure, le beau Serpentard la prit par les épaules et l’attira avec une douceur infinie dans ses bras musclés. Le nouveau contact avec le jeune homme la déstabilisa. Elle sentit des frissons la parcourir, ce n’était plus la passion qui les animait mais bien de l’affection. Plus encore, quand elle sentit que le Serpentard la serrait fermement contre lui. Hermione n’avait pas la force de réagir à cette étreinte, mais elle fut surprise de la tendresse dont faisait preuve Drago à son égard. Elle réalisa qu’elle s’était lourdement trompée à son sujet, il savait faire preuve de douceur, il savait être tendre et calme avec elle. Il passa une de ses mains dans son dos et la caressa doucement. *Encore cette douceur ? Qu’est-ce-que cela cachait ? * se demanda-t-elle. *Et pourquoi cherches-tu une raison à tout Hermione ? ...* Murmura une petite voix dans sa tête. Peut-être que cette étreinte était sincère ? Elle n’arrivait plus à respirer, se sentant prise dans un étau d’amour, la jeune femme ne savait plus comment réagir devant cette nouvelle facette du Serpentard. De l’amour ? C’était impossible. Drago ressentait-il la même chose qu’elle au fond ? Tant de questions tournaient dans son esprit.

Il se mit alors à lui parler, d’une voix particulière, d’une voix changée et différente de celle qu’elle avait toujours connu. Même lorsqu’il prononça son nom de famille, il le fit avec tendresse. La Gryffondor ne pouvait pas en croire ses oreilles, il s’excusait auprès d’elle, il était désolé de son comportement et demandait à la jeune fille de lui pardonner cet élan de passion, de ferveur, de désir. Elle sentait toute l’émotion dans sa voix, et celle-ci se brisa sur une phrase qu’Hermione n’aurait jamais pensé entendre un jour de sa bouche. Le Prince des Serpentards voulait plus qu’une relation charnelle. Avait-il des sentiments pour elle ? Elle se laissa aller à cette étreinte douce, chaude et réconfortante. Elle voulait relever la tête pour le fixer droit dans les yeux et essayait de desseller la moindre touche d’humour noir dans son regard mais elle ne le fit pas. Hermione écoutait attentivement les aveux du beau blond, attendant patiemment la suite qui semblait difficile à venir. Ses sanglots se calmèrent peu à peu et elle souffla de soulagement. Drago lui dévoila alors qu’il était perdu, qu’elle ignorait ce qu’il vivait. Il finit sur une phrase qui laissa Hermione totalement perplexe. Qu’avait-il envie de lui dire depuis toutes ces années ? Elle l’ignorait et le jeune homme ne finit pas sa phrase. L’émotion était trop intense, elle le sentait. A cet instant, Drago Malefoy semblait vulnérable et elle eut la folle envie de l’embrasser à nouveau. Allait-il lui avouer ses sentiments ? L’aimait-il réellement ? Elle resta cependant silencieuse, plongée dans ses réflexions.

Puis le blond vint à lui parler d’Harry, de leur relation soi-disant amoureuse, qu’elle n’avait des yeux que pour le Survivant… Et malgré la colère qu’elle ressentait dans la voix du jeune homme, Hermione s’autorisa à sourire contre son torse, la tête toujours baissée. * Alors comme ça tu es jaloux Malefoy ?* pensa-t-elle. Lui, le grand Drago Malefoy, Prince des Serpentards, Sang-pur de génération, était jaloux d’Harry Potter. Jaloux qu’Hermione montre de l’intérêt à son meilleur ami. Jaloux qu’elle ne lui accorde pas l’attention qu’il désirait tant. Il lui parla de la célébrité qui était selon lui attrayante pour la jeune femme. S’il savait à quel point Hermione n’en avait que faire de la célébrité, s’il savait à quel point elle n’était pas amoureuse d’Harry, ni même de Victor Krum. Personne à ses yeux n’arrivait à la cheville du Serpentard. Elle sourit de nouveau et finalement leva la tête vers ses beaux yeux anthracites. * Ce qu’il peut être beau…* se dit-elle. Elle pensa alors à Harry, à Ron, à Ginny…personne n’accepterait. La jeune femme se devait de cacher ses sentiments, elle n’avait pas le droit de les mettre dans cette situation, surtout lui. Elle savait que sa famille avant toute chose ne cautionnerait jamais une quelconque relation. * Une sang-de-bourbe et un sang pur ? Ignominie ! * se dit-elle en prenant la voix de Lucius Malefoy dans la tête. Elle eut un rire nerveux. Jamais… Drago serait renié, déshérité, exclus de la société des sorciers. Pire encore, il serait puni pour avoir eu la faiblesse d’éprouver des sentiments à l’égard d’une fille comme elle...

Elle chassa toutes ces pensées négatives. Elle s’était résignée. La Gryffondor ne pouvait pas se battre éternellement contre les sentiments qu’elle éprouvait pour le Serpentard. Hermione se recula légèrement, elle allait parler. Elle allait enfin pouvoir dire ce qu’elle pensait, prendre le risque de se dévoiler à son ancien ennemi, elle voulait qu’il sache ce qu’elle ressentait. Elle ne pouvait plus garder ses sentiments pour elle, c’en était trop douloureux. La souffrance du Serpent était partagée et il fallait qu’il soit au courant.

Drago replaça son col correctement et à l’aide d’un sort referma les boutons de sa chemise. Hermione se radoucit par ce geste. Elle n’éprouvait plus de colère, plus de haine, plus de dégoût si tenté qu’elle en avait déjà ressentis à son égard et ouvrit enfin la bouche avant que le jeune homme ne franchisse la porte de la petite salle.

- Merci Malefoy…commença-t-elle d’une voix tremblante en désignant sa chemise du bout des doigts. Ne pars pas s’il te plait…il faut qu’on parle. Nous sommes suffisamment responsables pour avoir une conversation civilisée.

La belle brune ne trouvait pas ses mots, tout était confus mais elle savait qu’elle devait se mettre à nue devant lui, comme il avait osé le faire devant elle. Elle lui devait bien ça après tant d’efforts de sa part.

- Avant tout, je veux clarifier la situation avec Harry. Je trouve aberrant que tu aies pu penser que je sois amoureuse de lui, que je sois en couple avec lui car dans les deux cas c’est faux. Dit-elle d’une voix plus sure. Je ne l’aime pas, pas comme tu l’entends. Il est mon meilleur ami, j’ai un lien très fort avec lui mais ce lien est fraternel et rien de plus. Alors ne sois pas jaloux s’il te plait. Ajouta la jeune femme avec un demi sourire aux coins des lèvres. Ensuite, je te pardonne. Je te pardonne pour ce qui s’est passé tout à l’heure et tu n’es pas le seul coupable, j’ai ma part de responsabilité dans tout ça… Je n’aurais pas dû me laisser aller de cette façon, je suis désolée. J’ignore ce que tu vis c’est vrai, mais je sais, du moins j’espère, que ce n’était pas dû à quelque chose que tu étais comme ça envers moi… J’ai...

Les mots étaient difficiles à sortir, elle qui savait être diplomate et particulièrement loquace en temps normal, elle perdait tous ses moyens face au jeune homme. Sa bouche était sèche, sa gorge la brûlait tant les mots voulait sortir. Mais elle savait que si elle laissait parler son cœur sans réfléchir, les phrases qui sortiraient de ses lèvres ne serait qu’un flot de mots incompréhensible tant ses pensées étaient chamboulées.

- J’ai beaucoup aimé ce moment que nous avons partagé. Je n’aurais jamais pensé ça possible Malefoy mais j’ai pris beaucoup de plaisir à t’embrasser et être dans tes bras…

Aux souvenirs de ces instants volés, la belle brune se mit à rougir. Le Serpentard allait répliquer mais elle lui coupa la parole.

- Non, laisse-moi finir s’il te plait sinon je n’y arriverais jamais. Dit-elle d’une voix ferme.

Elle détourna le regard, posant ses yeux n’importe où dans la pièce, tant que ce n’était pas sur lui.

- Depuis que je te connais, je ressens quelque chose de fort pour toi, et j’espère que tu ne te moqueras pas de moi mais je veux que tu saches la vérité après ce qu’il s’est passé. Je sais que nous avons pris un chemin différent depuis notre enfance mais désormais j’aimerais qu’ils se rejoignent… Je ne peux plus…je ne peux plus vivre sans toi. avoua-t-elle la voix brisée.


* Gryffondor *

Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Hermii10
Revenir en haut Aller en bas
 
Drago Malefoy
Drago Malefoy
MESSAGES : 18
INSCRIPTION : 20/11/2019
RÉGION : Bretagne
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Limace

Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Empty

Drago songea au fait que leurs échanges ne seraient plus les mêmes, dorénavant. Ils devront réapprendre à vivre avec la même tolérance de deux équipes adverses, sachant qu'ils avaient tous deux croqués dans le fruit tant défendu. Il devait se résoudre à accepter définitivement que Granger ne lui appartenait pas, et qu'elle ne voudra jamais de lui maintenant qu'il avait commis l'impardonnable. Cette réflexion sonnait en lui tout comme la fiole qui s'était brisée tout à l'heure dans le couloir du septième étage. Cela representait exactement ce qu'il restait du jeune homme en ce moment précis, un morceau de lamelle à ramasser par terre. Peut-être qu'il aurait simplement jeté le sortilège de bloque-langue sur la Gryffondor, la cacher dans un placard à balais et fuir tant qu'il était encore temps. Cela lui aurait évité tout ce chamboulement d'affections. Au moins, le blond aurait pu se dépêcher de trouver une solution à son armoire. Il songea à ce livre qu'il avait délaissé dans la Salle Sur Demande, et auquel il mourrait d'impatience de le lire plus tôt. D'essayer toutes les formules magiques… Le résident Serpentard avait perdu assez de temps comme ça et avait fait n'importe quoi. Il se demandait pendant combien de temps les effets de la pleine lune allait encore perdurer. Le jeune Malefoy espérait que ce cycle se terminera au plus vite ou alors il lui faudra trouver une solution pour ne pas se retrouver dans une histoire similaire avec une élève de sa maison. Ce sera pire, il se retrouvera avec Rogue sur le dos...

En attendant, le Prince des Serpentard s'en voulait terriblement et n'avait pas pris la peine de regarder jolie brune un seul instant. Il s'était déjà ridiculisé en lui montrant ses faiblesses, il ne pouvait plus rester seul avec elle dans cette pièce. Il ressentait le besoin de s'isoler dans la salle commune des Serpentard ou dans les dortoirs des garçons. Drago ne ressentait pas le courage d'aller rejoindre ses camarades en cours, complètement démoralisé. Il s'apprêtait à franchir le pas de la porte lorsque son envoûtante demoiselle l'interpella. Elle voulait qu'ils parlent. Cela l'irrita. Lorsque les femmes tiennent ce genre de propos, ce n'est pas bon signe en général. Cela annonce une mauvaise nouvelle. Pourquoi ressentaient-elles toujours le besoin de parler ? Ils avaient déjà tout dit ! Le jeune homme refusait de l'entendre dire qu'elle était prise par quelqu'un d'autre et qu'elle le regarde avec pitié. La dernière chose qu'il pouvait supporter en cet instant présent. Tout ce qu'il voulait, c'est qu'on le laisse tranquille, souffrir en silence. Mais décidément, la jeune fille ne voulait pas le délibérer de ce supplice. Mais après ce que le Serpentard lui avait fait, elle méritait au moins qu'il l'écoute. Il se retourna alors vers Granger, l'air blasé, souhaitant qu'elle termine au plus vite, il se sentait nauséeux.

Ce fut alors qu'elle lui fit la révélation la plus brillante qu'on ne lui ait faite jusque-là... La Gryffondor n'était pas la petite amie de Potter, et de ce fait, celle-ci l'aimait seulement comme un frère. Il en tomba des nues. Une information choquante, difficile à encaisser le coup. Comment etait-ce possible ? L'Héritier des Malefoy avait tant entendu des rumeurs sur eux. Même Cho Chang avait raconter à ses amies de Serdaigle qu'Harry était amoureux de Granger et qu'ils sortaient ensemble depuis leur cinquième année. Cette information était parvenue jusqu'à ses oreilles et l'avait rendu grincheux pendant toute une semaine au moins. Le blond au teint blafard n'avait pas hésité à se venger en jetant son dévolu sur Potter chaque fois qu'il le croisait, lui balançant abondamment piques et moqueries. D'un autre côté, il ne comprenait pas pourquoi Granger agissait toujours comme si elle était en couple avec lui. Était-ce vraiment par fraternité ? Drago n'en savait rien, il ne connaissait absolument rien aux relations fraternelles. Il avait toujours été fils unique, difficile pour lui de comprendre ces liens familiaux. Peu importe… Ce qui comptait le plus, c'est qu'elle n'aime pas Potter. Le jeune homme sentait son coeur s'alléger. "Je n'aime pas Harry comme tu le penses." Cette phrase faisait office d'écho dans sa tête, se répétant en boucles. Elle ne sortait pas avec son ennemi ! Il réalisa alors qu'il avait perdu toutes ces années pour rien, à attendre et à se morfondre, en espérant que les événements changent tout seul... Alors qu'il aurait pu tenter sa chance bien avant. Tu n'en as jamais eu l'occasion, Granger était toujours accompagnée de ses amies. Songea le blond entêté, se donnant des excuses. Pas toujours, lorsque cette dernière étudiait à la bibliothèque, il avait remarque qu'elle était toujours seule. Quel idiot ! Il aurait pu se renseigner plus tôt au lieu d'attendre l'année scolaire la plus périlleuse de sa vie. La Gryffondor lui rassura qu'il n'avait pas besoin de se sentir jaloux vis-à-vis de la relation imaginaire qu'il s'était créé sur Potter et elle. Sa remarque le fit légèrement tiquer.

- Jaloux ? Moi ? Pas du tout ! Se renfrogna le Prince des Serpentard, refusant d'admettre ses défauts.

Il la laissa ensuite exprimer ses émois, sans interruptions. Bien qu'elle semblait mal à l'aise, elle fut assez bavarde sur ses sentiments. C'était la première fois qu'il la voyait ainsi, le rouge lui montant aux joues au fur et à mesure des mots sortant de ses belles lèvres pourprées. Une teinte qui lui allait à ravir et ne fit qu'égayer le Coeur du jeune homme. En même temps, le déroulement de leurs actions précédentes avait provoqué une algarade de ressentiments différents, survenant comme une avalanche assaillante. La demoiselle lui fit part également de ses excuses, souhaitant assumer ses responsabilités de s'être laissé aller avec lui. Des excuses, de Granger ? Il fallait vraiment le voir pour y croire. Mais ainsi, cela signifiait que la jeune fille s'était aussi culpabilisée de ce désir interdit. Il en fut d'ailleurs surpris lorsqu'elle lui confessa qu'elle avait savouré ces moments intimes autant que lui. Il sentit son coeur s'emballer. Une fierté virile monta en lui. Ce genre de confessions, provenant de la grande Sainte-Nitouche de l'école, avait don de gonfler son ego de mâle. Le Serpentard reprit ses allures hautaines. Tout n'était pas perdu alors, il savait comment la conquérir a présent... Il s'était remis sur pied. La voir bafouiller de honte la rendait irrésistible. Il sentait ses pulsions lui redonner envie de se jeter sur elle comme tout à l'heure et de l'embrasser sur ses précieuses lèvres. Soudain, le jeune Malefoy se sentait tout virulent de la toucher à nouveau...

Cependant, il se rappela des dangers qu'il encourait en la fréquentant. Reniement et bannissement de famille, de ses amis, et de tout les Mangemorts. Il se ferait battre à mort. . En ce qui concernait les partisans du Seigneur des Ténèbres, ils ne risquaient pas de le savoir avant très longtemps, sûrement quand il aura quittee Poudlard. Mais pour ses camarades, ils n'allaient plus le laisser en paix. Tout son monde s'écroulerait. D'ailleurs pas uniquement lui, la Gryffondor aussi, risquait de déclencher le feu de la haine des élèves de sa maison. Peut-être, aurait-elle des ennuis avec ses propres amis ?

- Mais Granger, crois-tu… L'interrompit Drago dans son élan.

Toutefois, la jeune fille l'arrêta net en le priant de la laisser poursuivre. Il fit un geste des mains pour lui faire comprendre qu'il était tout ouïe d'entendre la suite, même si elle n'avait pas vraiment besoin de sa confirmation pour cela. Ce qui sortit ensuite de la bouche de Granger fut la deuxième plus belle nouvelle que le jeune homme entendait aujourd'hui. Poussée par son ardeur de confession, elle lui dévoila ses sentiments pour lui et son envie d'aller plus loin. Il déglutit avec peine. Ainsi, ils partageaient tous les deux les mêmes sentiments, et ce, depuis des années... Il aurait sincèrement dû tenter sa chance plus tôt... Cette nouvelle déversa un écoulement de joie tout le long de son âme. Le résident de la maison Serpentard avait repris ses airs arrogants du début et esquissa alors un sourire narquois. Dorénavant, il savait ou appuyer pour la faire tourner en bourrique, ou jouer avec le feu... Il s'avança dangereusement vers elle, aussi fier qu'un pan.

- Alors comme ca, tu as un faible pour moi, Granger... Mais crois-tu qu'un serpent peut vraiment s'intéresser à une horrible Sainte-Nitouche comme toi ? Dit le preux chevalier de l'arrogance, en gardant son sourire goguenard. Que ferais-tu pour ne pas entendre ces informations s'ébruiter de façon... désastreuse?Ajouta t-il d'un ton provocateur, le regard sournois.

Un Serpentard restait un serpentard. C'était sa manière à lui d'exprimer son bonheur... Le noble blond plongea ses yeux gris de malice dans son regard de chocolat fragmenté. Il voulait provoquer de la fureur en elle, bouleverser son pauvre esprit anodin. Puis, il finit par ricaner. Il la prit par le menton et approcha ses lèvres des siennes pour l'embrasser avec passion. Le jeune Héritier savait au fond qu'il risquait sa vie bien plus que celle de Granger, mais pour le moment, il voulait profiter de l'instant présent. Il ne lui restait plus beaucoup de temps. Autant rattraper ce qu'ils avaient perdu, avant qu'il ne soit trop tard. Ils pouvaient toujours s'arranger pour garder leur relation secrète et trouver ensemble une solution... Et qui sait, peut-être qu'indirectement la jeune fille pourrait l'aider dans sa mission ? Pour le moment, le Prince des Serpentard préférait se délecter dans ce délicieux baiser, ou tous ses soucis venaient de se dissiper comme par enchantement. C'est elle qui m'enchante… Cette terrible Sirène ! Se dit-il en souriant intérieurement, avant de serrer son étreinte.
Revenir en haut Aller en bas
 
Hermione Granger
Hermione Granger
Féminin MESSAGES : 11
INSCRIPTION : 22/11/2019
ÂGE : 27
RÉGION : Bretagne
CRÉDITS : By Moni59

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Empty

Hermione avait prononcé sa dernière phrase avec beaucoup de difficulté et beaucoup d’émotion. Jamais auparavant la jeune femme n’avait eu à dévoiler ainsi ses sentiments et le faire devant celui qu’elle était censée détesté depuis sa première année à Poudlard ne l’aidait en rien. Elle se sentait trembler de toute part, ses mains étaient moites et son cœur s’accélérait à mesure que les mots sortaient de ses lèvres pulpeuses. La jeune femme ignorait tout des sentiments du Prince des Serpentards, mais elle se jetait littéralement dans la gueule du loup, sans filet, sans barrière, juste elle et lui face à la réalité des choses.

Ses mains jointes devant elle, son visage baissé, ses yeux rivés sur le sol, Hermione se sentait perdue, comme une petite fille que l’on réprimandait après avoir fait une énorme bêtise. Drago Malefoy ne lui répondait pas et des milliers de questions lui trottaient dans la tête. Il avait le don de la mettre dans des états pas possibles. * Par merlin Malefoy parle ! * pensa-t-elle. La Gryffondor releva doucement la tête après plusieurs secondes de silence insoutenable et le fixa dans ses beaux yeux gris. Ce regard avait la faculté de lui faire perdre tous ses moyens. Elle le vit déglutir face à ses paroles, à ses aveux les plus profonds. Que pensait-il à ce moment précis ? Hermione aurait donné cher pour le savoir. Même debout devant la jeune Gryffondor, Drago semblait imperturbable. Il s’avança d’une démarche féline et son cœur loupa un nouveau battement. Décidément, son palpitant déraillait lorsque le Serpentard était bien trop proche d’elle. Tantôt il accélérait, tantôt il semblait s’arrêter. Hermione voyait le jeune homme se rapprocher un peu plus d’elle et la tension monta une nouvelle fois. Il n’avait plus ce regard de haine, ni de tristesse, non ce qu’elle décela dans son regard c’était à nouveau du désir. Elle ne comprenait pas, jusqu’à ce que le Serpent lui parle d’une voix particulièrement arrogante et sur de lui.

Un faible pour lui ? C’était certain. Et c'était un euphémisme. La jeune lionne s'était éprise du beau Serpentard. Plus aucune possibilité de s’enfuir, la jeune Gryffondor était prisonnière de la vérité, prisonnière de la réalité qui s’offrait désormais à elle. Elle allait lui faire son plus beau sourire et répondre mais elle se ravisa lorsque le jeune homme continua de parler. Lorsqu’il lui lança une pique, comme autrefois, mais une part de haine en moins, Hermione ne savait plus vraiment s’il était sincère ou non. Il venait de la traiter d’« horrible Sainte-Ni-touche »… ses paroles furent blessantes pour la jeune femme. Déjà qu’elle les avait entendues par son meilleur ami, voilà que maintenant c’était l’homme dont elle était malheureusement tombée amoureuse qui lui renvoyait son passé en plein visage. Mais qu’est ce qui n’allait pas chez elle ? Certes la Gryffondor n’avait jamais eu de relations sérieuses avec un homme et n’était jamais aller plus loin d’un simple baiser mais elle était encore jeune et voulait profiter de réussir ses études pour se créer un bel avenir. Quel mal à ça ?... D’accord, la jolie brune avait souvent envié certaines de ses amies pour leur ouverture d’esprit, pour leur spontanéité envers les garçons et pour le bonheur qu’elles disaient ressentir près d’eux mais n’ayant jamais connu ça auparavant, la Gryffondor ne savait pas vraiment à côté de quoi elle passait toutes ces années…

La belle brune ne savait plus quoi penser, il lui embrouillait complètement l’esprit. Avec son sourire narquois, elle ignorait si le Serpentard était sincère dans ces propos et lorsqu’il lui posa une question elle fut totalement déstabilisée. Il voulait tout révéler. Le jeune homme voulait réellement tout avouer à qui voudrait bien l’entendre qu’elle s’était éprise de lui ? Non cela était impossible. Il ne pouvait pas faire ça. Il n’oserait pas. * Ou peut-être que si ? * dit alors une petite voix dans sa tête. Prise de panique, Hermione sentit le rouge lui monter de nouveau aux joues, non pas par désir mais par colère. * A quoi tu t’attendais ? il se fiche de toi, de sa réputation. Il veut te briser, comme il l’a toujours fait. * continuait cette voix insupportable.  Elle fronça les sourcils, croisa les bras sur sa poitrine et son regard commença à se durcir.

La jeune Gryffondor n’eut pas le temps de répliquer quoi que ce soit que Drago avait saisit délicatement son menton entre ses doigts fins et avait déposé ses lèvres charnues sur les siennes… Il l’embrassait ! Après lui avoir balancé des méchancetés au visage ? Après l’avoir menacé de révéler ses sentiments à tout Poudlard, le Serpentard l’embrassait à pleine bouche. S’en fut trop pour la lionne, elle était encore plus perdue. Elle n’arriverait jamais à comprendre cet homme. Tantôt tendre, tantôt sauvage… le jour et la nuit, le blanc et le noir… tant de contrastes qui finalement ne faisait qu’une seule et même personne. Drago Malefoy était quelqu’un de complexe, de mystérieux, d’imprévisible et cela lui plaisait. Oui malgré ses sautes d’humeurs, malgré ses remarques acerbes et ses sourires goguenards, la jeune femme était tombée amoureuse de lui.
En lui offrant un tel baiser ardent, Drago venait d’ouvrir une porte sur le cœur de la demoiselle. Une porte extrêmement dangereuse. Un lien puissant entre les deux adolescents, un lien qui pourrait bien les conduire à leur perte.

Hermione appréciait bien plus qu’il ne fallait les lèvres douces, chaudes et humides du Serpentard sur les siennes. C’était un délice, un pêché exquis qui défiait à lui seul n’importe quelle force. La langue de la jeune femme s’enroula autour de celle du blond et elle oublia tout. Ses pensées n’étaient plus que des fragments. Il n’y avait que Drago et elle dans cette petite pièce, qui partageait un moment intime, un moment chaleureux et sincère. Elle aurait voulu que ça dure toujours, que ce baiser ne s’arrête jamais et que leurs souffles continuent de se mélanger dans des échanges fiévreux. Mais il fallait revenir à la réalité, alors la jolie Gryffondor se sépara à contre-cœur du jeune homme et le fixa dans ses belles perles grises. Elle passa ses bras autour de son cou et lui sourit. Heureuse, soulagée et sure d’elle.

- Oui il se pourrait que j’aie un faible pour toi, sale Serpent ! et tu m'as l'air quelque peu intéressé toi aussi... dit-elle d'une voix douce, en imitant son rictus narquois aux coins des lèvres.

La jeune femme lui vola un baiser rapide du bout des lèvres.

- En revanche, ne t’avises pas d’en parler Malefoy, tu pourrais amèrement le regretter… ajouta-t-elle une lueur de défis dans ses beaux yeux couleur chocolat. Que fait-on maintenant ?

Front contre front, les deux amants se sourirent, chassant temporairement de leurs esprits les dangers qui pourrait se profiler à l’horizon…


* Gryffondor *

Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Hermii10
Revenir en haut Aller en bas
 
Drago Malefoy
Drago Malefoy
MESSAGES : 18
INSCRIPTION : 20/11/2019
RÉGION : Bretagne
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Limace

Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Empty

Drago écoutait attentivement la jeune résidente de la maison Gryffondor, gardant un visage impassible, malgré que ses émotions intérieures faisaient des bonds en hauteur et en descente. Il la désirait plus que tout. Mais jusqu'à présent, il avait fait attention à ne pas révéler la marque apposée sur son avant-bras. Depuis le commencement de son année, il s'était montré prudent. Le jeune homme n'avait jamais relevé ses manches jusqu'au bout, ni même enlever sa chemise devant quelqu'un, par mégarde. Pas même devant une jolie fille. Pansy était celle qui avait le plus remarqué ses comportements bizarres. Depuis la rentrée, ils passaient moins de nuits ensemble, la relation était devenue quelque peu distante. Elle le surveillait sans arrêt, pensant qu'il la trompait, et ne manquait pas de lui faire des reproches. Cette dernière était loin de se douter qu'il ne pouvait même pas voir changer de partenaire à cause de sa situation. Le blond s'était seulement autorisé quelques flirts avec d'autres sorcières de Serpentard, mais cela s'était arrêté là. Il ne voulait pas révéler le monstre qu'il était devenu à qui que ce soit. Pas même à Granger, malgré le fait qu'elle avait vu une partie de la vérité. Le Serpentard savait pertinemment qu'il se ferait détester, humilier, rejeter, et abandonner. Tout le monde aura peur de lui et voudra l'éviter. Lui-même ne pouvait pas se supporter... Aimer sa nouvelle transformation. Chaque pleine lune lui rappelait sans cesse l'horrible loup-garou qu'il était devenu. D'ailleurs, il se rappela qu'il avait caché une autre fiole de potion de Tue-Loup, ici, dans cette pièce. Mais le jeune Malefoy ne pouvait pas se risquer à la sortir devant la belle Gryffondor... Pas maintenant, alors qu'ils arrivaient à un moment crucial de leur existence : la révélation de leurs sentiments. Ils prenaient un nouveau départ et ne voulaient absolument rien gâcher. Pour une fois depuis des mois, le jeune sorcier souhaitait mettre de côté ses terribles peines.

Il observa la demoiselle croiser ses bras sur sa poitrine, visiblement dérangée par sa soudaine arrogance, avec un sourire en coin, se complaisant à la tourmenter un peu. Il ne put s'empêcher de la trouver irrésistible, et de l'embrasser avec passion. Ses gestes tendres trahirent le fond de sa pensée. Il prit du plaisir à enrouler sa langue autour de la sienne, la savourant comme une douceur sucrée. Son contact provoquait des chatouilles au niveau de son pantalon. Ses pulsions de mâle reprenaient le dessus. Si cela ne tenait qu'à lui, il aurait continué l'affaire qu'il avait commencée plus tôt, et la prolonger jusqu'à ce soir. L'héritier ne s'était jamais senti aussi bien dans les bras d'une jeune fille. Toutes ces années n'avaient été que sentiments éphémères et relations charnelles. En même temps, il s'était donné l'excuse qu'il était encore bien trop jeune pour connaître le véritable amour. Il ne savait pourtant pas s'il était avec la bonne personne en ce moment présent... Cependant, Drago pouvait confirmer que la brune aux yeux pralinés ne lui était pas indifférente. Il pencha légèrement la tête pour savourer pleinement ce fruit interdit, mordillant avec tempérament sa lèvre supérieure, la léchant par d'autres moments. Une passion dévorante remontait jusqu'à sa gorge, il se sentait brûlant. Le Prince des Serpentard savait qu'ils ne devraient pas être là, il jouait impunément avec le feu. Son esprit réclamait sa potion, et son corps sollicitait le contact de la peau de sa charmante demoiselle. Le séduisant jeune homme souhaitait fusionner avec elle contre sa volonté, lui faire mal de plaisir, la mordre dans ses parties enivrantes, et entendre ses hurlements vibrer dans ses oreilles. Lui faire ressentir ce qu'il avait dans les tripes, tout ce qu'il avait vécu dans sa misérable vie. Le beau blond se contenta de la suavité de la langue de la Gryffondor aux jolies boucles qu'il suçait sans remords, sans peine. Des fourmillements le saisissaient au niveau du bas-ventre. Il ne pouvait plus se contrôler, l'exaltation s'emparait de son être.  

Alors qu'il s'apprêtait à descendre sa main au niveau de la jupe d'écolière de la jeune fille, celle-ci se décida à rompre le baiser. L'Héritier des Malefoy ressentit une petite déception, mais se dit finalement que c'était pour le mieux, se remémorant ce qu'il avait failli faire. Il ne pouvait pas se permettre de commettre deux fois la même erreur. Le Serpentard contempla le visage harmonieux de sa dulcinée, malgré ses cernes de ses nuits sans repos, complètement essoufflé. Il reprenait doucement sa respiration. Granger lui lança une petite pique en réponse à sa dernière réflexion. Il esquissa un sourire lorsqu'il la traita de "sale serpent". Malgré son ton moqueur et plaisantin, cela n'avait jamais été une insulte pour lui, peu importe les circonstances. Drago s'était toujours trouvé à l'image de l'emblème de sa maison. Pour lui, c'était une fierté, un honneur. Il était sur d'être un descendant du grand Salazar Serpentard et d'avoir son sang qui coulait dans ses veines.
Ils avaient gardé leur étreinte, front contre front. Leur détachement ne semblait pas prêt d'arriver, voulant profiter des dernières sensations affectueuses provoquées par leur précédent baiser. La brune audacieuse lui lança une autre pique, le menaçant de ne pas ébruiter dans les couloirs leurs révélations. Comme s'il pouvait réellement le faire... Le jeune homme prendrait plus cher qu'elle, c'était certain. Il en frémissait déjà intérieurement à cette idée. Pourtant, il continuait à jouer avec les flammes de cette dangereuse ambiguïté. Le jeune Malefoy savait que les choses ne se dérouleront plus normalement entre eux maintenant qu'ils étaient allés aussi loin. Il savait qu'il en commettrait d'autres des interdits. Le jeune sorcier préférait ne pas penser aux conséquences de ses actes et se focaliser sur une chose à la fois. Il ne manqua pas de répondre insolemment à cette dernière qui le provoquait, sans écouter la fin de ses mots.

- Des menaces, Granger ? Sais-tu ce qu'il en coûte de menacer un serpent ? Dit le Prince des Serpentard en saisissant ses bras, les croisa derrière son dos, et empoignant ses deux poignets d'une main, faisant office de brassard.

Son rictus ne quittant pas son visage, il la poussa gentiment cette fois en direction du mur derrière. Il ressentit des courbatures étranges au niveau de son dos, mais il tenta de les ignorer, et de ne rien laisser paraître. Drago glissa sa main gauche de libre le long de la taille de la jeune fille, caressant sa hanche sensuelle. Il savait au fond ce qu'il se produisait. Le jeune homme n'avait pas pris son tue-loup ce matin et avait sauté son repas de midi. Deux choses à ne pas commettre dans son état, cela aggravait ses douleurs et sa fatigue. Sans oublier qu'il avait donné une partie de son énergie à Granger dans les couloirs, tout à l'heure... Le résultat commençait à surgir maintenant. Il jeta un regard en direction du mur où il avait caché son autre fiole. Le pauvre blond en ressentait tellement le besoin de la prendre afin de regagner de l'énergie. Mais elle était là... Il se sentait coincé. Peut-être qu'il pouvait trouver une solution pour la faire sortir deux minutes d'ici ? Lui proposer de manger un morceau dans les cuisines ? Oui, la demoiselle devait sûrement avoir faim autant que lui… (HJ: Ils devaient puer de la gueule… mdrr) Au moins, le Serpentard ténébreux ne paraîtra pas pour un homme maladroit et insensible avec les femmes. Il pourrait ainsi la convaincre de l'attendre quelques minutes à l'extérieur de la statue.

Cependant, les courbatures se firent de plus en plus intense, et descendait sur ses jambes. Le jeune sorcier en ferma les yeux pendant un bref instant, tandis que son visage se contracta par la douleur. Il rouvrit les yeux, et regarda avec insistance ce coin de mur. Aller, il n'avait plus qu'à tendre sa baguette, saisir la potion, et ressentir un soulagement final à ses maux. Allez, prends-la, tu en as besoin ! Tant pis si elle te voit... Se dit-il. L'Héritier n'avait qu'à faire quelques gestes, et il se sentirait nettement mieux. Il pourra ensuite continuer ses "chaleureuses activités" avec sa demoiselle. Toutefois, le jeune Malefoy ne pouvait pas montrer sa vulnérabilité, sa dignité ne le permettait pas. Ses yeux s'abaissèrent sur la main qu'il avait laissée sur le bassin de la jeune fille sensuelle. Son regard transperçait la manche de sa chemise, et voyait bien la trace de la morsure, bien pesante sur son bras. Drago réalisa que même s'il prenait sa potion et baratinait en excuses, il ne pouvait pas se permettre de lui dévoiler son corps tout entier. Il pouvait bien s'arranger pour garder sa chemise au moins, mais il savait qu'elle le suspecterait. Le jeune homme était perdu dans ses pensées, et ne l'entendait plus. Il avait fini par relâcher l'emprise de sa poigne sur ses mains, gardant ses propres mains ballante, près de lui. Il avala sa salive et plongea ses yeux de marbre dans ce regard mielleux pleins d'inquiétude. Il parvint alors à articuler :

- Veux-tu aller déjeuner, Granger ?

Il tenta de se rattraper en adoptant un ton faussement plaisantin.

- Un homme qui ne mange pas perd toute sa force. Surtout quand il se fait épuiser par une délicieuse demoiselle... Ajouta t-il avec un clin d'œil, priant mentalement qu'elle accepte sa proposition sans questionnement.
Revenir en haut Aller en bas
 
Hermione Granger
Hermione Granger
Féminin MESSAGES : 11
INSCRIPTION : 22/11/2019
ÂGE : 27
RÉGION : Bretagne
CRÉDITS : By Moni59

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Empty

(HJ : Pardon pour ce retard affreux ma belle, début d’année chargé ! <3 )

Hermione ressentait diverses émotions à cet instant précis. Il était vrai qu’elle désirait le beau Serpentard et qu’elle lui aurait donné plus que ce qu’il lui était permis. Durant le baiser passionné qu’ils avaient échangé, Hermione se sentait défaillir chaque fois que ses lèvres étaient en contact avec les siennes. Il avait la fâcheuse manie de lui faire perdre tout ses moyens avec un baiser…mais qu’allait-elle devenir si elle n’arrivait même pas à résister à ses échanges fougueux ? La jeune femme tremblait presque sous les caresses du beau blond, des spasmes incontrôlables la saisissait, elle avait les mains moites et sa respiration se faisait de plus en plus saccadée. Elle aurait pu aller plus loin avec lui. Son corps tout entier le réclamait et elle n’avait jamais vécue une telle passion avec quelqu’un d’autre auparavant ni même envisager une telle sensation. Pour quelles raisons ? Elle n’aurait jamais pu y répondre, le jeune homme avait irrémédiablement une force de possession sur elle. Mais au fond d’elle une petite voix ne cessait de revenir tel un écho incessant : « C’est Drago Malefoy… » Cette simple phrase lui faisait tourner la tête et remettre en question tout ce qu’elle s’était autorisée à faire jusqu’ici. Et la distance, peut-être non volontaire du jeune homme, la mit soudain mal à l’aise. Hermione aurait voulu reculer mais son corps ne lui obéissait plus, réclamant la présence du jeune Serpentard envers et contre tout. Elle plongea son regard chocolat dans le sien, il ne semblait pas serein, pire encore il semblait paniqué. La Gryffondor ne comprenait pas ce brusque changement de comportement. Que lui arrivait-il ? Avait-elle fait quelque chose de mal ? Dit quelque chose d’inapproprié ? Elle fronça les sourcils et scruta chaque parcelle de son visage pour y déceler la moindre information mais le Serpentard restait impassible comme la plupart du temps. La jolie brune voyait bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas, elle ressentait l’angoisse du jeune homme comme si celle-ci devenait la sienne. Son cœur commençait à battre furieusement dans sa poitrine mais pas de désir, non. De peur ? Mais comment avait-elle pu arriver à une telle émotion alors que quelques minutes avant elle se sentait apaisée et désireuse de connaître davantage le beau blond. Cela était incompréhensible pour quiconque regardait cette scène. En l’espace de quelques heures, Drago Malefoy lui avait fait ressentir de la crainte, de l’inquiétude, de la passion, de l’amour même, de la fougue, du désir brûlant qui avait failli la consumer, de la colère, de la peur, de la haine après son comportement puis de la mélancolie, de la joie, de la sérénité, un court moment de plénitude… et voilà que désormais, en un regard, en quelques gestes tremblants, il lui faisait ressentir de nouveau de la peur…  

Hermione voulu répondre aux paroles du jeune homme mais il ne lui en laissa pas le temps et la poussa doucement contre un mur non loin d’eux. Elle se laissa faire, il était délicat avec elle. Pourquoi avait-elle aussi peur ? Quelque chose dans le comportement du Serpentard ne la mettait pas en confiance, mais quoi ?

Se voulant probablement rassurant, le résident des Serpentard posa une main sur la hanche de la rouge et or mais ce geste ne fit qu’accentuer les frissons qu’Hermione ressentait depuis déjà quelques secondes. Elle le sentait de plus en plus nerveux. « Qu’est-ce-qui lui arrive ?! » se demanda-t-elle désormais plus inquiète qu’effrayée.

Soudain, le visage de Drago se contracta en signe de douleur et elle le remarqua. Elle ne pouvait plus détacher son regard de ce visage si doux qui semblait souffrir de martyre. Le Serpentard ferma les yeux une fraction de seconde. Cela provoqua à la brunette comme un coup de poignard dans le cœur et elle tenta de poser une main sur la joue du jeune homme mais il réouvrit les yeux d’un seul coup et elle se ravisa. Que pouvait-elle faire ? De quoi souffrait son amant ? Elle n’avait aucune réponse et pour une « Miss-Je-sait-tout » cela était véritablement insupportable. Hermione se sentait impuissante face à la situation. Le regard perçant du Serpentard se posa alors sur le mur derrière elle. La rouge et or voulu se retourner mais elle n’arrivait à faire aucun geste, ses lèvres ne voulaient pas articuler et son corps était comme pétrifié. Drago relâcha tout d’un coup la pression qu’il exerçait sur sa hanche et la jeune femme se réveilla de sa torpeur. Elle allait répliquer cette fois-ci et lui demander des explications à son comportement mais à nouveau il ne lui en laissa pas l’opportunité et lui proposa tout naturellement d’aller manger. D’aller manger ? Était-il sérieux ? Voulait-il réellement qu’ils aillent déjeuner ensemble ? Il n’y avait aucune logique à cette demande et Hermione se fit la réflexion qu’il devait penser à manger séparément dans la grande salle, et simplement qu’il souhaitait se séparer là.

Déçue, la jeune femme baissa la tête. Il voulait donc sortir d’ici ? C’était normal d’un côté mais ils étaient si bien en cet instant, dans leur petit jardin secret, loin de l’agitation du château, loin des problèmes et loin de leurs différences. La Gryffondor l’écouta jusqu’à sa dernière phrase qu’il prononça sur le ton de la plaisanterie mais elle n’en démordrait pas. Elle obtiendrait les réponses qu’elle attend depuis le début de cette rencontre. Elle était Hermione Granger, une jeune femme réputée pour son intelligence et sa logique, et même si l’homme qu’elle avait en face d’elle était celui qui arrivait à lui retourner l’esprit, elle parviendrait à obtenir la vérité.
Reprenant doucement contenance, la jolie brune lui saisit la main et avec son pouce lui caressa le dos de celle-ci en mimant des petits cercles. Elle se voulait apaisante pour le jeune homme et par le passé sa mère avait tendance à reproduire ce geste pour la détendre un peu. La rouge et or leva son regard vers le Serpentard et lui sourit timidement. Son cœur avait ralenti, elle sentait une profonde détresse chez le beau blond et elle ne comptait pas le laisser dans cet état-là, sans savoir qu’au final elle le torturait plutôt qu’autre chose. (HJ : pauvre Drago, il est tombé sur la pire tête de mulle qui soit ^^)

- Drago… commença-telle d’un ton doucereux en prenant le soin d’articuler son prénom, qu’elle n’avait jamais vraiment eu l’occasion de prononcer. J’ai bien remarqué depuis tout à l’heure que tu ne vas pas bien, tu trembles, tu sembles ailleurs et tu tentes désespérément de me cacher ton malaise… Je ne sais pas ce qu’on est exactement l’un pour l’autre mais sache que tu peux me parler… Je vois bien qu’il y a quelque chose qui te tracasse mais je ne sortirais pas de cette pièce sans avoir eu d’explication. Dit-elle, un faible sourire plaqué sur ses lèvres.

La Jeune femme serra davantage la main du Serpentard. L’inquiétude se lisait facilement autant sur le visage de la brunette que dans ses gestes. Elle avala difficilement sa salive et ajouta d'une toute petite voix.

- Je n'en parlerais à personne tu sais...

Elle ne savait pas si cela changerait quoi que ce soit aux pensées du jeune Serpentard mais elle souhaitait avoir la confiance du beau blond. Elle voulait construire une relation différente avec lui, quelque chose de sincère et de stable ? Hermione perdait la tête, elle le savait mais sa curiosité mêlée à l'affection qu'elle portait au jeune homme la poussait à être courageuse et surtout imprudente. Les secondes s'écoulaient mais le silence régnait dans la petite pièce et la température de l'air semblait s'être refroidit d'un seul coup, comme un vent du Nord qui lui glaçait le sang. Avait-elle fait le bon choix en venant ici ? Désormais, la jeune femme doutait fermement.


* Gryffondor *

Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Hermii10
Revenir en haut Aller en bas
 
Drago Malefoy
Drago Malefoy
MESSAGES : 18
INSCRIPTION : 20/11/2019
RÉGION : Bretagne
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Limace

Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Empty

Son Tue-Loup était sa seule obsession du moment. Drago ressentait le besoin de récupérer son énergie. De vaincre ce monstre qui rongeait son estomac. Il songea a s’entêter de le dénicher de son emplacement et prétendre qu’il s’agissait d’une Potion Fortifiante ou une Potion de régénération. C’était la seule solution rapide que le Serpentard avait trouvée. Il pouvait toujours lui jeter un sort pour modifier sa mémoire. Mais il avait eu l’infortune de tombée sur une compagne intelligente. Elle pouvait le détecter immédiatement, tout comme elle avait su identifier les ingrédients de son autre potion, un peu plus tôt dans les couloirs. D’ailleurs, le jeune homme n’était pas déconcerté en cet instant-même, de constater que Granger était entrain de l’analyser, et de démêler la toile reliée a ses comportements étranges de la journée. Elle était à deux doigts de connaitre l’ultime vérité, il le savait. Le blond détestait qu’on le voie affaibli et surtout devant le sexe opposé. Cependant, il avait en face de lui une adversaire à la hauteur de ses compétences, et il n’était pas bon de se frotter à elle. Ce dernier se rappelait
encore de la gifle mémorable qu’elle lui avait infligée quelques années plus tôt, ainsi que celle de tout à l’heure. Un caractère bien trempé, faisant office de son charme principal. Après tout, si elle s’était montrée aussi docile que Pansy, sans doute le bel Héritier des Malefoy ne se serait jamais intéressé a elle… Il se sentait coincé. Entre poussée par l’envie de se risquer à avaler son breuvage noir et de révéler son identité, et poussée par l’autre envie de rebrousser chemin et fuir. Le Prince des Serpentard était doté de bravoure aussi puissante qu’une bouse de dragonneau dans un champ de bataille. Il ignora les commentaires de la jolie Gryffondor, ce qui était certainement la dernière once de sagesse éveillée en lui, et renouvela sa proposition. La dernière solution pour sauver sa peau.

— Ne veux-tu pas venir déjeuner avec moi dans les cuisines de Poudlard ? Les elfes pourront nous préparer des mets délicieux… Nous pourrons nous échanger nos repas de très près, si tu vois ce que je veux dire… ajouta le jeune arrogant avec une œillade coquine.

Il s’imaginait très bien la scène. La brune audacieuse assise sur ses genoux, partageant leur repas à la cuillère, et les savourant avec leurs deux salives mélangées. Un tableau romantique qu’il s’était créé depuis des années. Le réaliser enfin lui procurait de l’excitation. Cela lui permettait d’oublier ses maux. Cependant, la première de la classe aux yeux pralinés semblait ne pas vouloir abandonner l’affaire. Elle insista en réclamant ne rien révéler a personne. Le mot de trop, brisant le tableau en entier. Sa mâchoire se crispa par la colère. Le jeune sorcier lui tourna le dos pour cacher les éclairs foudroyants se dessinant dans son regard. Pourquoi les femmes cherchaient
autant à vouloir tout guérir et tout sauver ? D’abord sa mère, puis Pansy, et maintenant Hermione. Tsssk. Elles avaient toutes la même naïveté de croire qu’elles pouvaient changer un homme. Il n’avait pas besoin de la moindre gentillesse ni de pitié. Juste qu’on le laisse tranquille. Elle n’avait pas l’air de comprendre qu’il ne souhaitait pas parler de sa vie privée… Il n’était pas bon de vouloir forcer ses secrets à s’ouvrir. Cela réveillait… le loup qui était en lui… La rage bouillonnait en lui, remontant à la surface. Elle veut juste t’aider, pauvre idiot ! Resonnait une voix intérieure. Drago n’en avait rien à faire. Il n’avait jamais fait appel à quelqu’un, et ce n’était pas aujourd’hui que cela arrivera… Il ne comprenait pas pour qui elle se prenait cette Granger… C’était de sa faute en même temps. Pourquoi cherchait-elle à se mêler de ce qui ne la regarde pas ? Elle allait payer pour sa curiosité sans bornes.
Son regard se transforma. Sa couleur grise s’était effacée pour prendre la teinte d’un miel mal tournée. Le résident de Serpentard tourna alors vers la Gryffondor des yeux jaunes glaciaux, des yeux de prédateur. Il ricana de manière cynique et sardonique à la fois. Il sortit sa baguette de sa poche.

— Crois-tu connaitre la solution à tout, Granger ? Mais qu’as-tu connu dans ta sale misérable vie de Moldue ? Tes infâmes parents t’ont éduquée dans la tranquillité, à devenir la parfaite petite princesse des intellos… Que sais-tu réellement ? As-tu été confrontée au monde de la magie noire ? As-tu vécu dans la terreur des sorciers sombres, prêts à répandre ton sang pour servir leurs intérêts ? Que connais-tu de la torture humaine ? Tu ne sais absolument rien !! Et tu ne connaitras rien dans ta sale vie de Sang-de-Bourbe !! s’écria-t-il, avant de frapper violemment le mur d’un grand coup de poing.

Le blond tremblait de colère, la démence prenant le dessus. Il garda fermement sa baguette dans sa main, le long de son corps, pointé vers le sol. Non, il n’était pas lâche, il ne voulait pas l’attaquer. Pas elle. Tout sauf elle. Mais si la belle brune continuait de l’énerver, cela risquait de ne pas tarder. Il essayait de se contenir. Le jeune homme avait bien du mal. Cette tornade d’émotions prenait possession de son corps. Il n’arrivait plus à réfléchir. Tout tournait dans sa tête. Il ne désirait qu’une chose en cet instant : frapper son amante, tout en relâchant en elle sa pulsion dangereusement sexuelle et animale. L’Héritier ne comprenait pas pourquoi elle lui procurait cette envie, alors qu’elle lui tapait sur les nerfs avec sa gentillesse sans fonds. Il avança d’un pas menaçant, son visage habité par une haine soudaine.

— Si tu veux réellement m’aider, Granger, contente-toi d’écarter les jambes et d’attendre patiemment… rétorqua-t-il avec un rire malsain. Et si tu ne veux pas de cette option, alors va-t’en ! Et ne présente plus ton visage devant moi !!

Le sorcier s’apprêtait à lever sa baguette et lancer le premier sortilège douloureux qui lui venait en tête. Mais plus sa colère montait, plus il se sentait fiévreux. Il tremblait comme une feuille. Soudain, ses jambes s’écroulèrent sous le poids de son corps. Il tomba sur le sol à ses pieds. Sa baguette s’échappa de ses mains et roula par terre au pied du mur. Il avait terriblement mal partout, chacun de ses membres brulait intérieurement. Le jeune Malefoy tremblait encore, se recroquevillant sur lui-même.

— Granger, pars, et vite !!! Je ne veux pas te faire du mal !! Va-t’en !!! hurla-t-il à plein poumon, refusant de la regarder en face.

Il parvint à hisser son corps et ramper. Drago s’approcha au pied du mur et cogna un carré précis de son poing. Celui-ci pivota, et une fiole noire en sortit. Sans plus réfléchir, il l’attrapa, l’ouvrit sauvagement, et avala cul sec le liquide couleur encre. Il sentit l’élixir glisser tout le long sa gorge jusqu’ à son estomac. Effet d’une crème froide sur ses cicatrices, un saut de glace qui atténuait doucement ses flammes intérieures. Au bout d’un bref instant, le jeune homme se sentit soulagé, relaxé, apaisé. Le calme l’avait envahi. Il ne bougeait plus.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Un tue-loup et du charactère (feat. Hermione)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: